Navigation – Plan du site
Lectures et textes traduits

La base de traductions facet

Alain Lautel
p. 175-184

Résumés

Le CETFA, Centre d'étude des traductions du français et de l'anglais, élabore une base de données de traductions littéraires appelée FACET. L'exploitation de cette dernière permet notamment de générer des courbes : le volume global des éditions des traductions françaises de Defoe, Richardson, Fielding, Goldsmith, Sterne et Smollett a été représenté de cette manière, individuellement puis sous la forme d'un graphique synthétique. Parmi les résultats obtenus, on remarque particulièrement l'extraordinaire importance de Defoe (due à Robinson Crusoe), l'étonnante seconde place occupée par Goldsmith en valeur relative, et le faible retentissement de Smollett. Laurence Sterne vient se glisser entre Fielding (3ème) et Richardson (5ème).

Haut de page

Texte intégral

1Le Centre d'étude des traductions du français et de l'anglais (CETFA), élabore une base de données de traductions littéraires appelée FACET. Il développe des programmes en langage PASCAL qui, associés aux résultats des équations de recherche propres au logiciel Micro CDS ISIS (licence UNESCO), servent à exploiter les données saisies, en les regroupant et en les croisant de diverses façons. Un programme complémentaire, issu du logiciel TURBO C++, permet de quitter le domaine purement documentaire, afin de faire des calculs et de générer automatiquement des courbes. Il sera beaucoup question de ces courbes dans ce qui va suivre.

2Nous avons choisi de retenir six romanciers britanniques — Daniel Defoe, Samuel Richardson, Henry Fielding, Oliver Goldsmith, Laurence Sterne et Tobias Smollett — et de considérer le volume total des traductions françaises de leurs œuvres dans le temps, c'est-à-dire que chaque graphique découpe la période pendant laquelle les publications se sont succédé en abscisse (axe horizontal), et quantifie les éditions et rééditions des versions en ordonnée (axe vertical). La courbe est dessinée par la chaîne des coordonnées. Les données qui sont à l'origine de ces représentations graphiques proviennent de catalogues de bibliothèques publiques, ainsi que des bibliographies nationales sur CDRom, de catalogues de libraires-antiquaires, et de diverses autres sources, humaines notamment. Il est évident que l'intérêt des représentations est entièrement fondé sur l'exhaustivité de ces données, et que nous ne prétendons pas garantir absolument celle-ci, étant à coup sûr faillibles. Nous espérons toutefois que ce que nous proposons n'est pas dépourvu de toute valeur indicative, et nous invitons les critiques et les remarques positives, car c'est assurément un excellent moyen de combler nos lacunes.

3Commençons donc par Daniel Defoe. Le tracé de la courbe peut être assimilé à une ligne bissectrice, qui désigne une progression régulière et soutenue. Il rejoint la date présente sans manifester de faiblesse accusée. Il y a 541 entrées, et sur ce total 507 concernent des romans, et correspondent donc étroitement à notre propos. On dénombre près de 70 traducteurs différents. On peut s'interroger sur les raisons de ce succès de librairie que les cinq autres écrivains choisis n'égalent ou même n'approchent pas : la cause principale est bien sûr l'extraordinaire fortune de Robinson (459 entrées), soutenue par l'apport décisif des éditions pour la jeunesse, le plus souvent abrégées et adaptées. Au XIXe siècle viennent s'ajouter les éditions bilingues à visée pédagogique.

4La traduction a connu le plus grand nombre d'éditions est celle de Juste Van Effen et Henri Cordonnier (le Chevalier Thémiseul de Saint-Hyacinthe), publiée pour la première fois en 1721, qui traversera le XIXe siècle à un train d'enfer et ne quittera la scène qu'en 1928. Elle servira de base à celle d'Aimé Feutry, parue en 1766, au succès plus limité, mais qui n'en est pas moins le principal titre de gloire de ce poète français. Il faut aussi citer celle de Petrus Borel (1836), tenace, plus nombreuse que la précédente, et assez fréquente dans les années 1960, 1970 et 1980 : elle sera encore imprimée en 1991 (Folio Junior), et a été reprise par Francis Ledoux pour la Bibliothèque de la Pléiade. Marcel Schwob a traduit Moll Flanders, version également reprise par Francis Ledoux, et Maurice Dekobra, l'auteur de la Madone des sleepings, s'est intéressé à Colonel Jack et à Captain Singleton, "romances of adventure". Roxana a été traduite à notre connaissance deux fois (en 1885-1886 et en 1919).

5La fortune française de Samuel Richardson atteint une centaine d'éditions, concernant exclusivement des romans : cette quantité équivaut au cinquième du total proposé pour Defoe. La courbe, dont l'origine est l'année 1741, s'envole comme si elle voulait se fondre à l'axe des ordonnées, poursuit un essor vertigineux jusqu'à 1800 environ, décrit une succession de paliers, sursaute, et enfin s'abandonne à l'horizontalité constante, ou peu s'en faut. L'abbé Prévost, en tant que traducteur de Pamela, est la cause indiscutable de l'envolée des années 1740, et du rapide progrès du XVIIIe siècle, alimenté par les publications de ses versions de Clarissa et Grandison, dont les vertus furent presque aussi bien récompensées que celles de la prudente mais efficace Paméla. Parmi les autres traducteurs, on peut retenir les noms de Jean-Baptiste Suard, Pierre Letourneur, Jules Janin et Marie-Jeanne Riccoboni, qui ne purent toutefois rivaliser avec l'heureux auteur de Manon Lescaut. Les lecteurs attentifs de Richardson ne seront pas étonnés par le nombre élevé des adaptations scéniques, qu'il s'agisse d'opéra (Barbier et Choudens), de drame (Beudin et Goubaux ; Dumanoir, Clairville et Guillard ; Jean-François Née de la Rochelle) ou encore de pantomime (Blanchard).

6Richardson et Fielding ont, quand il s'agit des courbes qui nous intéressent, des profils assez semblables. Fielding, toutefois, avec l'énergie qui le caractérise, monte plus haut (180 entrées, dont 169 concernant les romans) et parvient à durer plus longtemps. La phase ascensionnelle, qui marque une pause vers 1800 — tout comme dans le cas de Richardson — manifeste rapidement un regain de vigueur, qui se maintient jusqu'au milieu du XIXe siècle, avec ensuite un long plateau, et comme un lent décollage dans la seconde partie du XXe siècle (dû à Francis Ledoux et à Gallimard). On dénombre une vingtaine de traducteurs, deux fois plus que pour Richardson et, si aucun n'a la stature de l'abbé Prévost, plusieurs portent des noms connus dans l'histoire de la traduction. C'est le cas de l'abbé Pierre Desfontaines, dont la version de Joseph Andrews, fréquemment rééditée pendant tout le XVIIIe siècle, fut encore imprimée à Paris après la deuxième guerre mondiale, revue, il est vrai, par Gilbert Sigaux. Il convient de remarquer au passage que la longévité de certaines traductions est très étonnante, ainsi que d'autres exemples ne manqueront pas de le confirmer.

7Pierre-Antoine de la Place, alias Skunk, s'est consacré à Tom Jones (1750, etc.) : les éditions qui le concernent, plus nombreuses que celles de Desfontaines, couvrent l'espace d'un siècle, revues et corrigées par Le Tourneur ou par Davaux à la fin de cette longue carrière. On lui doit également des versions d'œuvres de Sarah Fielding, Richard Steele, Oliver Goldsmith, John Fletcher, Thomas Otway, Clara Reeve et Aphra Behn. Le comte Henri de la Bedoyere, autre traducteur de Tom Jones, a publié le fruit de son travail pour la première fois en 1833, et reparaît chez Julliard en 1964. Le même ouvrage a fait l'objet des soins d'Auguste Defauconpret (1835 etc.), spécialisé par ailleurs dans les romancières anglaises du XIXe siècle : la résurgence de sa version du chef-d'oeuvre de Fielding au Club Français du Livre en 1967 ne saurait plus surprendre. Il faut encore signaler Léon de Wailly (1841 etc.), qui s'est également penché sur Sterne, Scott, Thackeray, Burns, Lewis, et plusieurs autres. Amelia a retenu l'attention de Mme Riccoboni ainsi que de Philippe de Puisieux, et le bref Jonathan Wild, publié en 1743, n'a attiré les traducteurs qu'à partir de 1760, mais a réussi à atteindre l'année 1947, avec la version de Jules Castier, le spécialiste d'Aldous Huxley. Comme dans le cas de Richardson, il y eut des adaptations scéniques, tel le Tom Jones de Poinsinet, comédie lyrique à succès, représentée à partir de 1766.

  • 1  Certains de ces manuels intercalaient des feuilles transparentes entre le texte original (page de (...)

8La fortune française des œuvres de Goldsmith, tous genres réunis, est très importante : on compte plus de trois cents entrées, dont la moitié concernent le Ministre, ou Vicaire, ou Curé, ou encore Pasteur de Wakefield, ce qui pour un seul roman est remarquable. Robinson, hors-concours en quelque sorte, multiplie ce nombre par trois, mais le récit de Goldsmith n'en occupe pas moins une place très enviable, supérieure à celle des autres ouvrages étudiés. Il est certain que les éditions bilingues, comme dans le cas de Robinson, ont joué leur rôle au XIXe siècle dans ce succès de librairie ; de nouvelles traductions, sans vocation particulière, continuaient de paraître parallèlement, ainsi que diverses modifications et transpositions matérielles de l'original élaborées à des fins pédagogiques, telles que la méthode Jacotot1 ou la méthode Glashin.

9Les traducteurs qui se détachent des listes sont la marquise de Montesson (assistée de Messieurs Rose et Charlos, avocat au Parlement) qui procura une version publiée pendant plus d'un siècle, de 1767 à 1874. Charles Nodier passa le cap des vingt éditions entre 1838 et 1978, Louise Belloc se distingua d'un façon comparable, et Paul-Emile Daurand-Forgues, "Old Nick", qui révéla Edgar Poe, occupa la scène de 1813 à 1883. On peut aussi ajouter Francisque Michel, Narcisse Fournier, qui furent des hommes de lettres de quelque renom, et enfin Floris Delattre qui publia le résultat de ses efforts en 1946.

10Le profil de la courbe d'Oliver Goldsmith, proche de la bissectrice et très régulier, rappelle celui de la courbe de Daniel Defoe, mais malheureusement la ligne s'arrête quand le XXe siècle commence. Quitte à nous écarter du sujet fixé, nous ajouterons qu'un autre trait caractéristique de cet écrivain très attachant est l'intérêt que ses œuvres ont suscité en France quel que soit leur genre littéraire, tout comme, dans leur diversité, elles ont connu un succès soutenu en Grande-Bretagne : les versions et les traducteurs de She Stoops to Conquer, du Deserted Village, du Traveller et du Citizen of the World (Le Cosmopolite de Goldsmith, comme l'a intitulé D'Alvigny en 1891) ont été uniformément nombreux jusqu'à des dates parfois assez récentes. Il faut enfin souligner que, dans le cas de cet auteur, le nombre de traductrices est inhabituel : à ceux qui ont déjà été cités, viennent s'ajouter les noms de Mme Despourrin, de Mme Alexandrine Aragon, de Mme de Chastenay, de la duchesse de Villeroy et de Mlle Brissot de Warville.

11Les éditions des œuvres de Laurence Sterne traduites en français décrivent une courbe correspondant à une somme d'entrées qui peut paraître relativement modeste (134), mais, ici encore, l'angle formé par les axes perpendiculaires est divisé en deux parties équilibrées, ce qui est de bon augure, surtout lorsque le tracé n'aboutit pas à un plateau. A l'évidence Sterne est une "valeur sûre" de la littérature, qui ne touche pas tous les publics, mais parvient sans peine et sans défaillance à intéresser une certaine catégorie de lecteurs, aujourd'hui comme hier. Son principal traducteur est Joseph Fresnais qui, parfois associé à d'autres, tels Gilbert Griffet de la Beaume ou De Bonnay, est responsable de la moitié des quatre-vingts éditions du Voyage sentimental que nous avons recensées, et du tiers de la cinquantaine d'éditions de Tristram Shandy publiées jusqu'à la fin du XIXe siècle.

12Pour leurs versions de ces deux romans, il convient aussi de mentionner Hedouin, et surtout Léon de Wailly, dont il a déjà été question pour Fielding. Le Voyage a été l'objet de l'industrie particulière de Francisque Michel, Narcisse Fournier, Emile Blemont et Aurélien Digeon (éditions bilingues chez Aubier). Pour Tristram Shandy, on retient surtout le nom de Charles Mauron, dont la version a paru à partir de 1946 dans la collection "Pavillons" chez Laffont. Serge Soupel s'est intéressé à ce travail, et a par ailleurs donné Le Roman politique et le Journal d'Eliza (Grenoble, 1987).

13Tobias Smollett ferme la marche avec une quarantaine d'éditions de ses œuvres, traduites de 1751 aux années 1960. La courbe au profil d'escalier atteint son palier dans la deuxième moitié du XIXe siècle et sursaute en fin de parcours. En 1955, en effet, Jean Giono, assisté de Catherine d'Ivernois, a procuré une version de Humphrey Clinker et, en 1964, apparaît sur nos listes une version de Roderick Random par José-André Lacour, chez Laffont. Le même Random avait été traduit une première fois en 1751, trois ans après sa parution, par De Puisieux et un associé, et les éditions s'étaient succédés assez régulièrement jusqu'à 1804. Puis était venu Peregrine Pickle par François Vincent, publié à plusieurs reprises de 1753 à 1799, et ensuite Ferdinand Count Fathom, traduit à la fin du XVIIIe siècle par Théodore Berlin ; Launcelot Greaves ne devait l'être qu'en 1824. Longtemps avant Giono, en 1825, Clinker avait été mis en français par Merve, ancien officier des gardes du corps, selon Barbier.

14Le septième et dernier graphique est une synthèse des courbes précédentes. Son échelle temporelle embrasse trois siècles, et les tracés sont difficiles à suivre à la source : il faut se reporter aux courbes individuelles pour parvenir à un repérage satisfaisant. Malgré ce manque de précision, auquel il est fort difficile de remédier dans l'immédiat — le passage de la base sur un programme de type relationnel devrait d'ici quelques semaines apporter de nouvelles possibilités — la fortune française des principaux fondateurs du roman anglo-saxon est mesurée de façon assez claire, et il se peut que la lecture des résultats suscite quelques surprises : si tel est le cas, une grosse somme de travail n'aura pas été entièrement vaine.

Haut de page

Notes

1  Certains de ces manuels intercalaient des feuilles transparentes entre le texte original (page de gauche) et sa traduction courante (page de droite), ce qui permettait de faire apparaître par juxtaposition le mot à mot ou la fonction grammaticale des termes. La couleur pouvait également être utilisée. Des trésors d'ingéniosité ont été ainsi déployés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Lautel, « La base de traductions facet », Palimpsestes, 9 | 1995, 175-184.

Référence électronique

Alain Lautel, « La base de traductions facet », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/690 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.690

Haut de page

Auteur

Alain Lautel

Université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals