Navigation – Plan du site

Traduction inédite de deux poèmes de John Donne : « A hymne to Christ, at the Authors last going into Germany », « Hymne to God my God, in my sicknesse »

Yves Bonnefoy
p. 2-5

Texte intégral

John Donne, A Hymne to Christ, at the Authors last going into Germany

1In what thorne ship soever I embarke,
That ship shall be my embleme of thy Arke ;
What sea soever swallow mee, that flood
Shall be to mee an embleme of thy blood ;
Though thou with clouds of anger do disguise
Thy face ; yet through that maske I know thoses eyes,
Which, though they turne away sometimes,
They never will despise.

I sacrifice this Hand unto thee,
And all whom I lov'd there, and who lov'd mee ;
When I have put our seas twixt them and mee,
Put thou thy sea betwixt my sinnes and thee.
As the trees sap doth seeke the rood below
In winter, in my winter now I goe,
Where none but thee, th'Eternall root
Of true Love I may know.

Nor thou nor thy religion dost controule,
The amorousnesse of an harmonious Soule,
But thou would'st have that love thy selfe : As thou
Art jealous, Lord, so I am jealous now,
Thou lov'st not, till from loving more, thou free
My soule : Who ever gives, takes libertie :
O, if thou car'st not whom I love
Alas, thou lov'st not mee.

Seale then this bill of my Divorce to All,
On whom those fainter beames of love did fall ;
Marry those loves, which in youth scattered bee
On Fame, Wit, Hopes (false mistresses) to thee.
Churches are best for Prayer, that have least light :
To see God only, I goe out of sight :
And to scape stormy dayes, I chuse
An Everlasting night.

2Poème composé en 1618 ou 1619, et publié dans les Divine Poems en 1633.

­Hymne au Christ, au dernier départ pour l'Allemagne

3Sur quel pauvre rafiot que je m'embarque,
Il me sera le signe de ton Arche.
Quelle que soit la mer qui m'engloutisse,
Son flot me sera signe de ton sang.
Même si tu déguises d'un nuage
De colère ta face, sous ce masque
Je reconnais tes yeux : qui se détournent
Parfois, mais ne méprisent.

Je te fais sacrifice de cette île,
De tous ceux que j'y ai aimés et qui m'ont aimé.
Quand j'aurai mis nos mers entre eux tous et moi,
Entre toi et mes fautes place la tienne.
Comme la sève cherche la racine
En hiver, moi je cherche, en mon hiver,
Toi, rien que toi, l'éternelle racine
Du vrai amour.

Ni toi ni ton Église n'épuisez
Les transports amoureux de l'âme, ta musique,
Et pourtant tu les veux seulement pour toi,
Tu es jaloux, Seigneur. Bien, moi aussi.
Tu n'aimes pas, tant que d'autres amours
Tu ne sauves mon âme. Qui toujours donne
Seul peut garder à soi. Ah, si tu n'as souci
De qui j'aime, mon Dieu,
Tu n'aimes pas.

Scelle donc mon divorce d'avec tous ceux
Qu'éclaira le rayon de mon moindre amour.
Epouse-le, l'amour que ma jeunesse
Eut, gaspilla, pour la gloire, les mots
Les chimères, ces maîtresses qui trompent. Les églises
Les meilleures pour la prière sont les plus sombres.
Pour ne voir que mon Dieu je perds la vue,
Pour fuir l'orage de mes jours je veux
Une nuit éternelle.

John Donne, Hymne to God my God, in my sicknesse

4Since I am comming to that Holy roome,
Where, with thy Quire of Saints for evermore,
I shall be made thy Musique ; As I come
I tune the Instrument here at the dore,
And what I must doe the, thinke here before.

Whilst my Physitians by their love are growne
Cosmographers, and I their Mapp, who lie
Flat on this bed, that by them may be showne
That this is my South-west discoverie
Per fretum febris, by these streights to die,

I joy, that in these straits, I see my West ;
For, though their currants yeeld returne to none,
What shall my West hurt me ? As West and East
In all flatt Maps (and I am one) are one,
So death doth touch the Resurrection.

Is the Pacifique Sea my home ? Or are
The Easterne riches ? Is Jerusalem ?
Anyan, and Magellan, and Gibraltare,
All streights, and none but streights, are wayes to them,
Whether where Japhet dwelt, or Cham, or Sem.

We thinke that Paradise and Calvarie,
Christs Crosse, and Adams tree, stood in one place ;
Looke Lord, and finde both Adams met in me ;
As the first Adams sweat surrounds my face,
May the last Adams blood my soule embrace.

So, in his purple wrapp'd receive mee Lord,
By these his thornes give me his other Crowne ;
And as to others soules I preach'd thy word,
Be this my Text, my Sermon to mine owne,
Therfore that he may raise the Lord throws down.

5Poème composé en 1623, et publié dans les Divine Poems en 1635.

­À Dieu, mon Dieu, dans ma maladie

6Puisque j'accède à cette chambre sainte
Où, à jamais, dans le choeur des élus,
Je serai ta musique : en route encore
J'accorde l'instrument, près de la porte,
Et réfléchis à la tâche prochaine.

Mes médecins par amour se sont faits
Géographes, et moi leur mappemonde
Qui s'étale sur cette couche, pour qu'ils montrent
Que là, au bout, c'est mon passage du Sud-Ouest
Que je trouve, per fretum febris, en ces détroits où mourir.

Mais moi je me fais joie que ce soit l'Ouest
Qu'en ces resserrements je voie paraître
Car, bien que ces courants soient sans retour
Quel mal me ferait l'Ouest ? Couchant, levant
Sur toute carte plane se rejoignent,
Et j'en suis une, où Mort, c'est déjà renaître.

Est-ce le Pacifique ma demeure ? Ou est-ce
L'inépuisable Orient ? Ou Jérusalem ?
Anyan, et Magellan, et Gibraltar
Sont des détroits : rien que d'étroit ne mène
Où soit vécut Japhet, soit Cham, soit Sem.

Nous pensons, ce fut même lieu, Paradis, Calvaire,
L'arbre d'Adam, la croix de Jésus-Christ.
Vois, Seigneur, vois qu'en moi se rencontrèrent
Les deux Adams : et à l'heure où ruisselle
La sueur du premier Adam sur mon visage,
Puisse le sang de l'Autre baigner mon âme !

Oh, drapé dans sa pourpre, accueille-moi,
Mon Dieu, et donne-moi à travers ses épines
Sa seconde couronne ! A toutes âmes
J'ai prêché ta parole ; pour la mienne
Que mon sermon ce soit, mon texte : mon Dieu
N'abat que pour dresser d'entre ceux qui tombent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Bonnefoy, « Traduction inédite de deux poèmes de John Donne : « A hymne to Christ, at the Authors last going into Germany », « Hymne to God my God, in my sicknesse » », Palimpsestes, 2 | 1990, 2-5.

Référence électronique

Yves Bonnefoy, « Traduction inédite de deux poèmes de John Donne : « A hymne to Christ, at the Authors last going into Germany », « Hymne to God my God, in my sicknesse » », Palimpsestes [En ligne], 2 | 1990, mis en ligne le 01 janvier 1992, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/715 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.715

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals