Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Bensimon
p. 9-13

Texte intégral

  • 1 A. Berman : L'Épreuve de l'étranger, Paris : 1984, p. 301. Mots en italique dans le texte.

1"L'acte de traduire, par définition, est une activité seconde et réflexive. La réflexivité lui est essentielle, et avec elle la systématicité" : pourrait-on trouver meilleure introduction à une recherche sur les instruments du traducteur, et sur la relation du traducteur à ses instruments, que cette remarque d'Antoine Berman1 ? C'est précisément parce qu'il se trouve face à une écriture première dans une langue étrangère, que le traducteur a besoin d'instruments pour la déchiffrer, la replacer dans sa culture d'origine, en percevoir ou en élucider toutes les nuances sémantiques et stylistiques, et les transformer enfin en écriture seconde dans une autre langue. Le recours à divers outils, et leur maniement, requièrent une compétence spécifique et une réflexion systématique.

2Mettre l'accent sur ce qu'on appellera la dimension instrumentale de l'acte de traduction, c'est fournir d'emblée un contrepoids — combien salutaire ! — à la conception néfaste, longtemps prédominante, du traduire comme une pratique purement intuitive, esthétique, relevant de l'art et non de la technique, et tournant résolument le dos à toute science.

  • 2 Voir à ce sujet l'ouvrage de M. Ballard : Éléments pour une didactique de la traduction, Université (...)

3La recherche en traduction porte généralement sur l'objet à traduire et ses rapports avec l'objet traduit, qu'elle envisage comme produit achevé : c'est le message qui est considéré comme le pivot de l'opération traduisante2. Le travail effectué par le traducteur en amont de l'acte traductif, les facteurs qui rendent cet acte possible, linguistiquement et culturellement, et ceux qui conditionnent la qualité de la traduction — tout cela reste, le plus souvent, dans l'ombre. Or, il importe de braquer la lumière sur le traducteur parce que c'est lui qui, en dernière analyse, opère les choix cruciaux qui vont structurer le texte cible, lui donner sa cohérence.

4Les instruments du traducteur, ce sont d'abord des outils au sens précis, concret, littéral du terme, une panoplie d'objets qui lui sont extérieurs. Les dictionnaires figurent, bien sûr, au premier rang de ces outils. Mais aux monolingues et aux bilingues, il convient d'ajouter les dictionnaires de synonymes, d'expressions idiomatiques, de faux amis, de régionalismes, d'argot, etc. Le dictionnaire de citations joue un rôle important, car il permet d'identifier un élément d'intertextualité quand l'auteur, s'appropriant la citation, l'a incorporée à son texte, et lui a ôté son véritable statut. Mais c'est le dictionnaire analogique (thésaurus) qui apporte au traducteur, ce réécrivain, une aide particulièrement précieuse en présentant non pas des lexies, mais des champs sémantiques, c'est-à-dire en commençant là où s'arrête le dictionnaire bilingue. Le traducteur a besoin de choisir entre des mots sémantiquement liés : le dictionnaire analogique fonctionne un peu comme le lexique mental, qui offre un éventail très étendu de possibilités. On incluera également dans la gamme des instruments de décodage une multitude de glossaires techniques et d'ouvrages de référence, susceptibles de fournir une documentation dans les domaines les plus divers : encyclopédies, traités spécialisés, revues. Enfin, certaines sources documentaires sont sur support informatique : les bases de données permettent un accès immédiat aux fichiers terminologiques, aux informations lexicologiques.

5Il faut cependant revenir, et s'attarder, sur le dictionnaire bilingue, traditionnellement considéré comme l'accessoire premier, le vade-mecum du traducteur. Pourquoi le bilingue, à la différence du monolingue (où l'on voit un objet de culture), est-il souvent désigné comme un instrument faillible, défaillant, lacunaire, sinon trompeur ? Pourquoi tant d'utilisateurs le tiennent-ils pour un outil quelque peu fruste, en tout cas insuffisamment affiné, inapte à donner des équivalents satisfaisants pour nombre de termes et de locutions en langue source — en somme un instrument décevant ? A partir du mot anglais deceptive, on pourrait ici, par glissement sémantique interlingual, parler d'une déception du dictionnaire bilingue qui se dérobe à l'usager, un peu à la manière dont Barthes parle de la littérature comme système de signification déceptif, où le sens est à la fin posé et déçu. Mais aussi tout se passe, à l'occasion, comme si le traducteur développait envers le bilingue une relation d'amour-haine, sinon une relation névrotique. Peut-être l'explication de cette ambivalence d'attitudes réside-t-elle dans l'horizon d'attente excessif de l'utilisateur du bilingue : à trop espérer d'un instrument, on éprouve tôt ou tard, inévitablement, un sentiment de frustration.

6Et pourtant, l'une des études les plus novatrices de Palimpsestes 8, analysant l'apport de la lexicographie computationnelle, fait du dictionnaire bilingue un instrument hautement performant entre les mains du traducteur. Thierry Fontenelle remet en question la distinction fondamentale entre dictionnaire sémasiologique (qui part des mots) et dictionnaire onomasiologique (qui part des concepts), et montre que le dictionnaire bilingue informatisé permet d'avoir accès à "une base de connaissances où le lexical se mêle à l'encyclopédique". L'ordinateur, parce qu'il libère l'usager des contraintes inhérentes à l'ordre alphabétique, facilite une structuration onomasiologique du lexique et, par là, "combine les avantages du dictionnaire traditionnel avec ceux des thésaurus et des dictionnaires spécialisés".

7A côté des sources documentaires directes que constituent les dictionnaires de tous ordres, les glossaires techniques, les banques de données, et des sources indirectes que sont les ouvrages de référence ou les traités spécialisés, existent les sources humaines, dont Daniel Gile indique l'importance. Il s'agit des informateurs du traducteur, des personnes qu'il consulte, qu'il sollicite pour résoudre tel ou tel problème : "un spécialiste du domaine, locuteur actif de la langue d'arrivée qui comprend la langue de départ, est potentiellement la plus complète, la plus fiable et la plus rapide des sources en termes d'accès interne".

* *
*

8Le traducteur se sert aussi d'instruments au sens large ou métaphorique du terme, des instruments intellectuels, abstraits, qui entretiennent avec les outils-objets qu'on vient d'étudier des rapports étroits et complexes, peu explorés par la réflexion traductologique. Au premier rang de ces instruments figurent les connaissances linguistiques ou le bilinguisme. C'est un truisme de dire que le traducteur doit comprendre parfaitement le texte original. Mais pour acquérir sa compétence de praticien, lui faut-il connaître prioritairement la langue traduite ou la langue traductrice ? On sait que Proust a traduit Ruskin à partir d'un premier jet effectué par sa mère, et que Baudelaire a appris l'anglais en traduisant Poe. On sait aussi que, dans le domaine du théâtre, certains adaptateurs signent des versions pour la scène en "s'aidant" de traductions existantes, bien qu'ils ne possèdent eux-mêmes qu'une connaissance superficielle de la langue d'origine.

9On évoque couramment le bilinguisme du traducteur. C'est là oublier qu'il existe plusieurs types de bilinguisme, et qu'ils n'ont pas tous la même efficacité instrumentale pour l'acte de traduire. Liliane Rodriguez souligne que le bilinguisme le plus approprié pour le traducteur est un bilinguisme "différentiel, différé et actif". Le décalage entre l'acquisition de la langue maternelle et celle de la langue seconde "dote les particularités du texte source d'un haut niveau de lisibilité" ; par ailleurs, "le mode d'encodage en langue maternelle, entièrement au contact du référent, donne à la rédaction du texte cible un poli, une finesse stylistique, plus immédiatement disponibles".

10En vérité, le bilinguisme du traducteur est indissociable de son biculturalisme. Les faits de langue s'imbriquent dans les faits de civilisation. Seuls le contact intime et permanent avec la langue étrangère, l'attention portée à son évolution vivante, la familiarité avec les données culturelles, permettront au traducteur d'identifier sans risque d'erreur les nuances sociolinguistiques présentes dans le texte source.

11Pour traduire The Voice, de l'écrivain nigérian Gabriel Okara, Jean Sévry a dû recourir à de multiples instruments au sens métaphorique. Son article fait la genèse, quasi exemplaire, d'une traduction où s'accumulent et s'exacerbent les difficultés. La culture où baigne cette œuvre est fort éloignée dans l'espace, et sa langue est le fruit d'un métissage linguistique délibéré : The Voice lance un défi, des défis, à l'opération traduisante même. Les notions de langue source et de langue cible perdent ici une part de leur validité. Le romancier africain, pour exprimer des aspects de sa culture native qu'il tenait pour inexprimables dans la langue du colonisateur, a fréquemment imprégné l'anglais d'ijaw, l'a "ijawisé". J. Sévry a d'abord scruté les intentions de l'auteur, exposées dans des interviews, des articles : il les a considérées comme des "directives de travail". Il a aussi examiné l'environnement littéraire du roman. Mais c'est l'information ethnologique qui lui a permis de surmonter la barrière culturelle qui le séparait de l'œuvre. L'ethnologie a constitué pour le traducteur l'instrument irremplaçable au moyen duquel il a opéré le "décryptage interculturel" sans lequel The Voice serait resté, par son étrangèreté, un texte opaque.

* *
*

12Ainsi la panoplie des instruments intellectuels dont dispose le traducteur s'avère plus large et plus variée que celle des outils-objets qui composent son équipement. Ces instruments mentaux sont, en fait, des savoirs : c'est dire que leur liste est ouverte. "La linguistique, remarque encore Antoine Berman, peut enrichir la conscience traductrice" ; on ajoutera qu'elle peut aussi accroître la compétence du traducteur, parce qu'elle rend accessible la compréhension en profondeur du fonctionnement du texte source, de ses structures syntaxiques, de son organisation discursive. En particulier, comme l'explique Henri Adamczewski, la construction d'une grammaire explicative est capable d'éclairer les processus de mise en discours et, par là, de traduction. Tout aussi précieux sera l'apport de la stylistique (notamment l'analyse du rythme, ou de figures-clés telles que la métaphore ou la métonymie), ainsi que celui de la lexicologie ou de la dialectologie, etc.

13En présence d'une aussi large gamme d'instruments au service du traducteur, et après cette série d'éclairages sur leur efficacité, une tentation pourrait s'insinuer dans l'esprit du traductologue : celle d'envisager une sorte d'instrumentalisation du traduire, une approche purement pragmatique, vaguement positiviste, de l'opération de traduction. Dans une optique diamétralement opposée, mais tout aussi réductrice, les instruments les plus commodes, les plus performants qui soient, seraient considérés cependant comme dotés d'une utilité médiocre, puisqu'ils abandonnent le traducteur au bord de la Terre promise qu'est le territoire sans limites des virtualités de l'écriture. Rien ne serait plus erroné que la première perspective, plus pernicieux que la seconde. Les études réunies dans Palimpsestes 8 le montrent clairement : la pleine maîtrise de ses instruments par le traducteur rend d'abord possible l'acte de traduction ; elle amène ensuite le traducteur devant l'horizon de ce que Barthes appelle les "écritures possibles". Alors seulement peut se déployer chez lui cette faculté irréductible à une définition, ce pouvoir qui cerne de toutes parts la compétence traductive et la déborde en même temps : la créativité.

Haut de page

Notes

1 A. Berman : L'Épreuve de l'étranger, Paris : 1984, p. 301. Mots en italique dans le texte.

2 Voir à ce sujet l'ouvrage de M. Ballard : Éléments pour une didactique de la traduction, Université Paris III : 1991, pp. 395 sqq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes, 8 | 1994, 9-13.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/728

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Université Paris III — Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals