Navigation – Plan du site

Un instrument du traducteur : le bilinguisme. Mais quel bilinguisme ?

Liliane Rodriguez
p. 41-56

Résumés

Les compétences et les performances des locuteurs bilingues varient qualitativement et quantitativement selon le type de bilinguisme. En tenant compte des recherches portant sur la cognition, la représentation mentale et la mémoire des bilingues, nous définissons comme différentiel, différé et actif letype de bilinguisme qui s'avère le plus efficace en traduction littéraire. Différentiel (séparation des contextes énonciatifs de chaque langue) et différé (apprentissage de la première langue antérieur à celui de la seconde), ce bilinguisme ne porte pas à l'interférence. Actif de surcroît (encodage de la deuxième langue au contact du référent, imitant celui de la première), il permet un repérage précis et rapide des perceptions sociolinguistiques (registres, écarts, néologismes) et des indices sociolinguistiques (discours socio- et géolinguistique) du texte source. L'analyse d'extraits littéraires et de leurs traductions montre comment ces trois caractéristiques modifient, par leur présence ou leur absence, les visées de précision et de vitesse du traducteur — précision et rapidité d'emploi étant justement les qualités idéales de tout instrument.

Haut de page

Texte intégral

1C'est à rebours que j'aimerais explorer le titre de cette communication. "Quel bilinguisme ?". Nous sommes en droit de nous poser cette question. En effet, tout bilingue n'est pas traducteur, mais tout traducteur doit-il l'être ? Et surtout, les degrés de bilinguisme étant variables, de quelle manière doit-il l'être ? Une fois ce bilinguisme défini, et une fois désigné le type de traduction pouvant en bénéficier, nous montrerons, à l'aide d'exemples, pourquoi et comment il fait partie des instruments du traducteur.

I. Type de bilinguisme

  • 1  Dictionnaire Le Robert, Paris, 1986.

2Selon le dictionnaire Le Robert, un instrument est un objet (au sens concret) ou un moyen (ou sens abstrait) servant à exécuter quelque chose, à faire une opération1. Si le bilinguisme doit être un instrument de traduction, il doit apporter à l'opération traduisante deux attributs en principe procurés par tout bon instrument : l'exactitude et la vitesse de l'exécution.

3Or, exactitude et vitesse sont précisément les deux critères servant à mesurer le fonctionnement de la mémoire, que ce soit en psychologie cognitive ou en didactique des langues étrangères. Ces deux disciplines, d'ailleurs connexes, ont pris la mémoire des bilingues comme champ exploratoire, la devinant capable de fournir, par des comparaisons entre sujets bilingues et monolingues, des données importantes sur la rétention et l'utilisation de l'information mémorisée. Des enquêtes multiples ont ainsi abouti à l'élaboration de plusieurs modèles de bilinguisme individuel mis en parallèle avec des modèles de représentation mentale. Parmi ces divers types (parfois contradictoires) de bilinguisme, nous nous proposons, d'abord, de définir lequel peut donner aux traducteurs l'exactitude et la vitesse souhaitées.

  • 2  U. Weinreich, Languages in Contact : Findings and Problems, New York : Linguistic Circle of New Yo (...)
  • 3  S. Ervin et C. E. Osgood, "Second Language Learning and Bilingualism", Journal of Abnormal and Soc (...)

4La distinction entre bilingues composés, coordonnés et subordonnés, établie par Weinreich2, remonte à 1953. Elle fut réduite par Ervin et Osgood3 à une opposition entre bilingues composés et bilingues coordonnés. Les bilingues composés emploient indifféremment deux langues dans un même contexte, avec un même interlocuteur. Ils parlent, par exemple, indifféremment deux langues L1 et L2, à la maison. Au contraire, les coordonnés pratiquent L1 et L2 dans des situations distinctes, par exemple L1 à la maison, et L2 en contexte familial ou religieux. Le type composé serait doté d'un seul système de représentation mentale, et le type coordonné, de deux systèmes indépendants. Cette distinction ne prend pas en compte le fait que les aires sémantiques entre les mots de deux langues coïncident rarement et, elle sous-estime le problème de la polysémie et celui des connotations. Par contre, nous pouvons au moins en déduire que les bilingues composés pratiquent un bilinguisme concurrentiel, et les coordonnés un bilinguisme différentiel.

  • 4  W. E. Lambert, "Psychological Studies of the Interdependencies of the Bilinguals' Two Languages", (...)
  • 5  W. F. Markey, "The Description of Bilinguism." The Canadian Journal of Linguistics Vol. 7, No 2 (S (...)

5Remarquons, d'autre part, que le bilinguisme concurrentiel est très souvent précoce (les deux langues commencent à s'acquérir, dans des contextes réels de communication, avant l'âge scolaire). Au contraire, le bilinguisme différentiel est souvent tardif ou différé (L1 s'acquiert d'abord, en contexte familial ; L2 s'acquiert ensuite, à l'école, au travail, voire dans un autre pays). La distinction entre bilingues précoces et tardifs est analysée, par exemple, dans les enquêtes de Lambert4. Pour donner une mesure plus précise, un bilinguisme concurrentiel et précoce se situerait avant l'âge de neuf ans. Différentiel et tardif, il se développe plutôt entre dix et vingt et un ans.5

  • 6  E. Magiste, "The Competing Language Systems of the Multilingual : A Developmental Study of Decodin (...)

6Une enquête sur les bilingues concurrentiels précoces a été menée par Magiste en 1979.6 Les sujets testés étaient des enfants de Stockholm, nés en Suède, ayant le suédois comme langue dominante mais de parents allemands. La langue parlée à la maison et à l'école était plutôt l'allemand (mais pas exclusivement). Ils furent soumis en particulier à deux épreuves, testant l'exactitude et la rapidité de leur mémoire :

  1. Donner le nom d'objets présentés sous formes d'images.

  2. Lire une série de nombres à deux chiffres.

7Les résultats obtenus pour ce type de bilingues se caractérisaient par un plus grand nombre d'erreurs ou interférences, et par une vitesse de réaction inférieure à celle du deuxième groupe testé, composé d'enfants suédois monolingues.

  • 7  S. E. Randsdell et I. Fischler, "Memory in a Monolingual Mode : When Are Bilinguals at a Disadvant (...)
  • 8  A. Paivio, A. Desrochers, "A Dual-Coding Approach to Bilingual Memory." Canadian Journal of Psycho (...)

8En 1987, Randsdell et Fischler7 ont choisi de comparer, à l'université de Floride, un groupe de 28 monolingues anglophones et un groupe de 28 bilingues de langue dominante anglaise, nés aux États-Unis, mais d'ascendance variée (hispanique, italienne, etc.). Ces bilingues parlaient anglais à la maison la plupart du temps, mais y entendaient aussi L2, et avaient acquis leurs deux langues concurrentiellement, avant l'âge scolaire. Il s'agissait là de déterminer si la connaissance d'une deuxième langue freine, active ou n'altère en rien la mémoire. Dans les exercices accomplis, les deux groupes se sont montrés égaux, sauf dans l'épreuve consistant à signaler si un mot (abstrait ou concret) avait figuré sur une liste antérieure, et celle consistant à départager mots réels et fictifs. Dans ces deux cas, les bilingues ont montré un léger retard dans leurs décisions, sans toutefois commettre la moindre erreur. Le fait que les deux groupes se soient comportés de façon égale pour les mots concrets et abstraits conteste la théorie de Paivio et Desrochers (1980)8 pour qui, dans la mémoire des bilingues, les deux codes linguistiques correspondraient à deux systèmes mentaux fonctionnant indépendamment, sauf pour les mots concrets où ils communiqueraient alors par un système non-verbal, de représentation par images : autrement dit, les mots concrets s'acquerraient directement, au contact du référent, tandis que les mots abstraits d'une L2 s'acquerraient par le biais des concepts, des mots abstraits déjà acquis en L1.Les résultats obtenus par Randsdell et Fischler fournissent plutôt un argument en faveur de l'existence d'un système unique de représentation supralinguistique, situé au-delà des systèmes propres à chaque code, et où, concrètes ou abstraites, les formes linguistiques s'acquièrent (si possible au contact du référent) et se conservent dans un même mode de mémoire.

  • 9  C. R. Nott, W. E. Lambert, "Free Recall of Bilinguals." Journal of Verbal Learning and Verbal Beha (...)

9D'autres résultats suggèrent également l'existence d'un mode sémantique centralisé qui n'est pas l'apanage des bilingues composés (précoces) comme le supposait Weinreich, mais de tout type de bilinguisme. Ainsi, Nott et Lambert (1969)9 ont prouvé qu'à partir d'une liste1 de mots de deux langues, présentant un mélange de catégories sémantiques, les sujets bilingues reproduisaient une liste2 regroupant les signifiés par catégories sémantiques, quel que soit le code qui les. véhiculait.

10L'examen de ces résultats d'enquête nous apprennent au moins deux choses. Premièrement, qu'un bilinguisme concurrentiel et précoce est source d'interférences (ou d'une déficience en L2) en raison de l'imprécision ou de la lenteur de la mémoire. Ceci nous incite donc à désigner, comme instrument du traducteur, un bilinguisme différentiel et différé, moins sujet aux interférences.

  • 10  W. E. Lambert, "Culture and Language as Factors in Learning and Education." Education of Immigrant (...)

11Deuxièmement, ces résultats posent l'existence d'un système de représentation sémantique unique où se forgent les compétences en L1, L2, (L3, etc.), ces compétences se développant d'autant mieux au contact direct du référent. Dans ce système universel, les bilingues, même tardifs, peuvent ainsi acquérir toutes les formes linguistiques nécessaires à des performances égales à celles des monolingues. Un bilinguisme différé ne produit donc aucunement un décalage quantitatif entre les performances en L1 et L2 (que ce soit dans les décisions morphologiques et lexicales ou dans les réalisations syntaxiques, s'il reste différentiel. Il est alors "additif" selon la terminologie de Lambert10, c'est-à-dire que l'acquisition de L2 n'entraîne pas de perte en L1.Mais s'il devenait concurrentiel, il serait "soustractif," entraînant une diminution des performances en L1, comme cela est souvent le cas pour les locuteurs de langues minoritaires.

12Cette équivalence quantitative des performances en L1 et L2 est aussi mise à jour par les tests classiques, tel celui de Stroop sur les couleurs, ou celui qui donne à lire des nombres à deux chiffres : si un sujet réagit avec la même précision et la même vitesse en L1 et L2, on lui attribue l'épithète (quelque peu comique) de "bilingue équilibré".

  • 11  R. Coppieters, "Competence Differences Between Native and Near-Native Speakers." Language Vol. 63 (...)

13Cette égalité statistique de L1 et L2 n'est en fait qu'une "équivalence de surface" selon les termes de René Coppieters11 qui a comparé un groupe de 21 Français unilingues à un groupe 21 bilingues tardifs, ces derniers n'ayant pas été placés dans de réelles situations de communication en L2 avant l'âge de 18 ans. Au moment du test, ces bilingues avaient passé, en moyenne, 17,4 ans en France, et leurs performances ne se distinguaient en rien, ou presque rien, de celles du premier groupe.

  • 12  R. Langacker, "An Introduction to Cognitive Grammar." Cognitive Science 10 (1986) : 1-40.

14Toutefois, interrogés sur les raisons de leurs choix syntaxiques (place de l'adjectif) et grammaticaux (passé simple ou passé composé), ces bilingues tardifs ont donné des raisons à la fois autres et plus nombreuses que celles des Français. La perception des contrastes grammaticaux, les critères de sélection, les divergences aspectuelles, le souhait exprimé d'avoir un contexte plus explicite (donc plus redondant) pour se justifier, étaient autant d'éléments indiquant une différence dans la qualité, et non l'étendue, de leurs compétences, ou selon les termes de Ronald Langacker12, dans leur "grammaire cognitive". Le décalage temporel initial entre L1 et L2 n'altère donc pas les performances en ces deux langues (performances dues à une structure mémorisante supralinguistique), ni les compétences quantitatives, mais la compétence qualitative des locuteurs en ces deux langues, car la manière de l'encodage n'a pas été identique pour L1 et pour L2. En langue maternelle, l'enfant engrange des milliers de situations, de contextes et connotations qu'il n'analysera sous force de règles que beaucoup plus tard, mais qui restent en lui comme un terrain initial, complexe et ancien.

15L'encodage de la langue1 diffère donc de celui de la langue2 par son antériorité, mais aussi par sa lenteur et sa redondance patiente puisque cet encodage se fait entièrement au contact du référent. Le moment de l'apprentissage de L2 doit donc idéalement être différé pour ne pas interrompre ou perturber le travail initial en L1. Il doit se faire au moment où une certaine activité de synthèse commence à avoir lieu en L1, parallèlement à une acquisition de L1 qui se poursuit sur le mode initial lent. L'encodage en L2 suit alors un développement parallèle : début d'une activité de synthèse linguistique mais, aussi, acquisition linguistique par un mode actif demémorisation, en présence du référent, un mode structural et conceptuel plus qu'associatif et atomiste. Ce contact nécessaire avec le référent donne à ce type de bilinguisme un caractère géographiquement spécialisé et, sociolinguistiquement variable (du fait des incursions en des contextes sociaux divers que permet un vécu en L2). Pour des raisons que nous n'avons pas le temps de décrire ici, ce sont précisément cette forte spécialisation géolinguistique et cette diversité sociolinguistique qui font les meilleurs traducteurs.

16Pour procurer une précision et une vitesse maximales, le bilinguisme du traducteur doit donc être différentiel, différé et actif. Ces trois termes, définis comme nous venons de le faire, replacent dans un autre éclairage la question de la prépondérance des connaissances du traducteur : quelle langue doit-il savoir prioritairement, la langue-source ou la langue-cible ? D'un point de vue quantitatif, le volume de l'encodage en langue maternelle et en L2, seconde langue, doit être équilibré, ce qui donnera précision et vitesse dans le décodage de L2, c'est-à-dire dans la lecture, la compréhension du texte-source. D'un point de vue qualitatif, un encodage de la langue maternelle précédant celui de L2 permet d'éviter la plupart des interférences, et le mode d'encodage en L1, entièrement au contact du référent, donne à la réécriture en L1, c'est-à-dire à la rédaction du texte-cible, un poli, une finesse stylistique, plus immédiatement disponibles.

17Le tableau suivant résume les forces en jeu dans l'apprentissage linguistique des bilingues. Les rapports (d'égalité ou de supériorité) entre la langue maternelle L1 et la deuxième langue L2 varient en fonction du type de bilinguisme. Sont représentées ici les tendances résultant d'un bilinguisme différentiel, actif et différé.

II. Type de traduction et recommandations pédagogiques

18Le maintien d'un bilinguisme actif, aux performances en L2 élevées ou égales à celles de L1, s'obtient donc en reproduisant le plus souvent possible en L2, l'encodage caractérisant toujours L1, le contact avec le référent. Cela exige du traducteur des séjours longs ou nombreux en contexte L2. Samuel Beckett et Julien Green sont, bien sûr, de parfaits exemples de ce type de bilinguisme, mais aussi Mavis Gallant bien qu'elle n'ait pas opté pour le bilinguisme d'écriture.

19Pour pallier la difficulté ou l'impossibilité de tels séjours en contexte-source, les traducteurs, même littéraires, doivent rester à la pointe de l'actualité de leur langue2 (langue-source) par la lecture de documents portant sur la civilisation, la société et la culture, ainsi que par les résultats d'enquêtes linguistiques, car on sait que l'actualité, autre que politique (et encore. ..), s'exporte mal. Autre solution à envisager : la traduction en collaboration, si tant est que les deux traducteurs ne partagent pas la même L1, ou ne résident pas dans le même contexte.

  • 13  D. Gile, "La connaissance des langues passives chez le traducteur scientifique et technique." Trad (...)

20Ayant répondu à la question "quel bilinguisme ?", nous pouvons nous demander "pour quel traducteur ?", ce qui nous conduit à deux remarques. Le bilinguisme recommandé ci-dessus s'adresse en particulier aux traducteurs généralistes et littéraires. Toutefois, la traduction scientifique peut s'accommoder d'un bilinguisme différé et passif puisque le champ sémantique et les connotations des vocabulaires techniques sont réduits et que, pour les néologismes, les dictionnaires et la documentation spécialisés suffisent souvent. C'est le "modèle gravitationnel" passif analysé par Daniel Gile13.

21L'autre remarque concerne les interprètes qui, eux, peuvent pratiquer efficacement un bilinguisme plus précoce, à condition qu'il reste actif. Précoce, parce que généralement dénué d'interférences phonologiques ou phonétiques. Actif cependant, pour combattre les tendances aux autres genres d'interférences, et parce que l'acte de traduire se situe toujours pour eux dans le plus actuel des présents.

22Si nous continuons à "remonter" le titre de cette intervention, nous voici arrivés au moment de mettre ce type de bilinguisme entre des mains traduisantes, de le voir à l'oeuvre comme instrument dans des extraits de textes. Nous pourrons alors remarquer ce que la présence ou l'absence d'un bilinguisme différentiel, différé et actif apporte ou retranche respectivement à une traduction, en termes d'exactitude (donc de fidélité) et de vitesse (donc de rendement).

III. Le bilinguisme différentiel, différé et actif, instrument du traducteur

  • 14  A. Berman, "La traduction et la lettre ou l'auberge de lointain." Les Tours de Babel. Mauvezin : É (...)

23Au même titre que l'égalité quantitative des performances et des compétences qu'un bilinguisme différentiel et actif donne au traducteur, le décalage entre L1 et L2 au niveau des compétences qualitatives est, en fait, un atout du traducteur. Ce décalage qui écarte, nous l'avons dit, les interférences, a parallèlement l'avantage de doter les particularités du texte-source d'un haut niveau de visibilité et de soustraire le traducteur à certaines des "tendances déformantes" qu'a analysées A. Berman14 : "l'appauvrissement" sémantique ou lexical, et, en général, "l'effacement" du lointain de l'oeuvre, la disparition de son "étrangeté" dans le texte-cible.

  • 15  L. Milroy, "Language and Group Identity." Journal of Multilingual and Multicultural Development Vo (...)
  • 16  Ibid., p. 215.

24Ainsi, c'est avec vitesse et précision, et cette fois sans nul recours aux dictionnaires, que le traducteur pourra repérer, dans le texte-source, y compris dans le tissu complexe du discours littéraire, des fragments d'un autre type de discours, collectif celui-là, attaché à l'évolution sociolinguistique de la langue-source. Nous savons que la langue a toujours une fonction sociale fondamentale, "existant avant même le développement d'une structure linguistique ayant pour fondement le statut social", ainsi que le dit Lesley Milroy15. Cette fonction se dédouble dans les réalisations linguistiques : d'une part en formes "motivées par le statut" ou le prestige ; d'autre part, en formes "motivées par la solidarité",16 par l'adhérence à un groupe (pas nécessairement une classe sociale). Aux premières se rattachent les registres ou niveaux de langue que nous pouvons appeler perceptions sociolinguistiques ; aux secondes, des "topoi" non-littéraires, lieux communs, conformités, fragments d'un discours sociolectal des plus courants et que nous appellerons indices sociolinguistiques.

a) Traduction des perceptions sociolinguistiques

25Parmi les perceptions sociolinguistiques, la discrimination entre les registres pose aux traducteurs un problème difficilement résolu pas les labels lexicographiques. Combien de fois n'avons-nous par remarqué que ce qui est "familier" dans tel dictionnaire devient "vulgaire" dans tel autre. Au fond, il importe moins de savoir le degré inhérent au label que de savoir si un mot d'une langue donnée est marqué, positivement ou négativement, ou bien s'il est plus "transparent", plus courant, dans la perception du plus grand nombre des locuteurs de cette langue. Les labels sont des outils indispensables pour les étrangers, s'ils veulent inférer la valeur d'un mot, non seulement pour éviter une bévue ou un impair, mais aussi ce mélange des genres qui déroute souvent l'interlocuteur, qui défocalise son attention au message. En fait, la perception sociolinguistique est très subtile : pour être précis, il faudrait multiplier les nuances des labels. Elle est aussi très mouvante du fait des métamorphoses que la langue subit sous le pouvoir métaphorique de la parole qui peut inverser la perception d'un mot dans l'espace d'une phrase. Il serait vain qu'un dictionnaire tente de reproduire cette mouvance dans toutes ses sinuosités, et utopique, pour un traducteur, de l'exiger.

26Seule la qualité d'un encodage de L2 par l'expérience vécue et la fréquentation de milieux sociaux très variés, peut donner au locuteur un sens aigu des oppositions entre les registres. Si cette expérience fait défaut au traducteur, la stylistique comparée et les dictionnaires de synonymes permettent de moduler, de préciser, les labels utilisés par les dictionnaires de langue. En effet, les registres et leurs connotations appartiennent au domaine de la synonymie, de la sémantique. Comme le dit si précisément J.-R. Ladmiral :

  • 17  J.-R. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction. Paris : Payot, 1989.

La connotation ne peut être définie comme un pur "supplément d'âme" stylistique venu auréoler ou couronner un corps de sens dénotatif. Elle est (...) à placer sur le même plan que la dénotation (...), un moment sémantique de l'énoncé-source.17

  • 18  J. Fischer, "Social Influences on the Choice of a Linguistic Variant." Word Vol. 4 (1958) : 47-56.

27Or l'encodage sémantique des registres débute tôt dans l'apprentissage d'une langue, les enfants étant très sensibles à l'autorité et à la norme. Fischer18 a cerné, chez les enfants de trois ans, une sensibilité du sens social attenant aux deux variantes phonologiques du suffixe "-ing" : conscience de la familiarité liée à la nasale alvéolaire et du prestige lié à la nasale vélaire. Seul un bilinguisme actif peut, avons-nous dit, approcher les conditions d'encodage nécessaires à une telle compétence sémantique. Dans les exemples suivants, la traduction se montre parfois précise, parfois lacunaire à cet égard.

  • 19  A. Ginsberg, "Bayonne entering NYC." The Fall of America. San Francisco : City Lights, 1972 : 35-3 (...)
  • 20  A. Ginsberg, La Chute de l'Amérique. Trad. G.-G. Lemaire et A.-C. Taylor. Paris : Flammarion, 1979 (...)
  • 21  F. S.Fitzgerald, The Great Gatsby. [1925] New York : Scribner/Collier, 1980.
  • 22  F. S. Fitzgerald, Gatsby le magnifique. Trad. Victor Liona. Paris : Grasset, [1946], L. de P. 1990

28Prenons, par exemple, le poème de Allen Ginsberg intitulé "Bayonne entering NYC"19 (Annexe 1). La traduction française20 manque sans cesse le but dans le cas des registres. Ce qui est courant, soutenu ou poétique, devient familier ou péjoratif sans la moindre raison : Nite people (la Faune nocture) ; hitchhiker (le stoppeur) ; roll into (débouler) ; Tonite (C'soir), (vers 27, 66, 84,112) etc. Parfois, le traducteur redresse la barre dans l'autre sens, mais trop : burning rubber (caoutchouc en combustion) ou stone vales (vallées lapidaires) (vers 15,101). Dans ce poème, il n'y a que trois exemples de rehaussement de niveau, contre une douzaine de cas de rabaissement. Par exemple, le mot trestled (vers 2), participe passé métaphorique, dérivé créé par le poète à partir du nom trestle-bridge, perd sa charge poétique (et historique) pour devenir le prosaïque échafaudé. Cette tendance à la dépréciation dans la traduction des registres est malheureusement répandue dans les traductions françaises de la poésie américaine contemporaine et fausse terriblement l'ouverture au contexte-source que toute traduction devrait être. La version française du roman de Fitzgerald, The Great Gatsby21 (Annexe 2) n'est pas exempte de cette tendance. Par exemple, dans le groupe nominal a fast crowd (extrait n° 2, ligne 1), l'adjectif et le nom sont ressentis comme mélioratifs par rapport à d'autres options lexicales possibles ici. La traduction22, une bande de noceurs, trahit, par sa familiarité redondante, les connotations de l'original. De même, to finance me devient m'entretenir ; etc (extrait n° 1, ligne 6).

  • 23  L. F. Céline, D'un château l'autre. Romans II. Paris : Gallimard "La Pléiade", 1974 : 9-10.
  • 24  L. F. Céline, Castle to Castle. Trad. Ralph Manheim. New York : Delacorte Press, 1968 : 7-9.

29Si nous passons au texte extrait du roman de Céline, D'un château l'autre23 (Annexe 3), nous remarquons que, dans son ensemble, la traduction24 a réussi à conserver la tonalité de l'original : I won't deny it ! pour Certes ! (ligne 1), ou You've stepped on the toes of the gods pour vous avez effleuré les Dieux (ligne 39 ; 37), rendent bien le ton légèrement précieux de l'auteur. De même, Wipe him out pour rayé des vivants (ligne 41 ; 39), et These patients I've been telling you about, the ones that still come around, pour Les malades dont je vous parlais, les derniers qui me viennent (ligne 23 ; 21), reproduisent le degré exact de familiarité du texte-source.

30Ici, le traducteur ne commet jamais l'erreur d'un excès de familiarité. Cela aurait été pourtant facile dans le cas de Céline. Mais le traducteur a fait consciemment son travail de recherche préalable, et il se montre fidèle à l'auteur qui s'est expliqué sur le travail littéraire qu'il a opéré sur la langue familière. S'il y a un décalage entre les registres-source ou cible, c'est parfois dans le sens du rehaussement : ce que.. on a dégusté (ligne 23) perd à la fois sa connotation et son intensité dans What (...) have been through ; les biscottes (ligne 15) deviennent de très sophistiquées zwieback (plutôt que les rusks auxquelles on aurait pu s'attendre) ; et un rond (ligne 16) perd quelques degrés de son registre initial dans a cent (là où a buck aurait mieux convenu, dans une traduction américaine.) Le traducteur semble avoir capitulé devant certains emplois à connotation familière (la mort du cheval, ligne 7, devient a long time) ou devant des locutions dialectales (ma doué !, ligne 24, n'est pas traduit ; Gee Whizz en serait l'équivalent américain).

31Le contact direct avec le référent qui lève l'opacité du texte-source et qui aiguille si bien et si rapidement dans la traduction des registres, facilite aussi celle des néologismes (morphologiques ou sémantiques) de registre courant Là, l'emploi des outils que sont les dictionnaires ralentit grandement le processus de déchiffrage du texte-source, car la forme ou le sens recherché peut figurer très loin dans la liste des sens, ou même en être absent.

  • 25 The Random House Dictionary of the English Language. Second edition unabridged. New York, 1987.

32Parmi les très nombreux exemples qu'offre la langue quotidienne, to act up décrivant des enfants insupportables apparaît au sens n° 29b dans le Random House (unabridged)25, mais ne figure pas dans sa forme courante to act it up. De même, to get through to someone pour se faire comprendre apparaît tardivement (sens 56c.). L'adverbe then again, signifiant par contre, n'apparaît que sous forme éclatée à but then (9e sens sur 12) et à and again (3e sens sur 7).

33Certains néologismes (du type "buzz words") révèlent une préoccupation collective, et non une mode. Le mot très sémique power n'est pas lexicographié dans ses divers emplois néologiques (power dress, power snack, power jog, etc.) ni le mot access en relation à l'accessibilité des bâtiments par les handicapés physiques ; ni le mot de-access (qui n'est pas son antonyme) et se réfère à la mise en vente d'oeuvres d'art par les musées publics.

34D'autres néologismes apparaissent d'un coup sous différents registres : bank machine est familier, automatic teller, soutenu, et automated teller, spécialisé. Les trois renvoient au même référent, dans trois contextes différents. Aucun des trois n'est lexicographié, sauf le dernier, et indirectement, à l'entrée bank card.

  • 26  J. Kramer, Ginsberg in America. New York : Random House, 1970 : 39-40.

35Pour le texte de Jane Kramer, Ginsberg in America26 (Annexe 4), le traducteur semble avoir manqué à la fois de bilinguisme actif et de patience envers les dictionnaires puisque liquor (au sens no 1), ligne 29, devient liqueur sous sa plume, ligne 34, et taking off (ausens n° 106c), ligne 12, devient s'envolant, ligne 14, un contresens dans les deux cas.

b) Traduction des indices sociolinguistiques

36Voyons maintenant comment le bilinguisme tel que nous l'avons défini, accélère premièrement, la compréhension du texte-source, deuxièmement la rédaction du texte-cible, dans le cas des indices sociolinguistiques, des "topoi" exprimant une identité socioculturelle. Nous avons choisi d'en souligner deux : des fragments de discours attachés à la dualité est-ouest américaine, et des énoncés empreints de puritanisme.

37L'opposition Est-Ouest est fondamentale dans la pensée américaine, et elle sous-tend souvent le discours, ouvertement ou discrètement, d'une manière qui peut passer inaperçue par manque de contact suivi avec les réalités nord-américaines. Mais c'est l'un des devoirs du traducteur de la signaler et de ne jamais la passer sous silence. Les exemples suivants servent à illustrer le succès ou l'échec du traducteur dans ce domaine.

  • 27  J. Kramer, Ginsberg. Trad. Cl. Gilbert. Paris : 10/18, 1973 : 66-68.

38La traduction du texte de Kramer27 omet complètement le sens de It was like a big prophecy, taking off for California (Annexe 4, ligne 12). C'était comme une grande prophétie s'envolant vers la Californie n'a, en fait, aucun sens. L'acte, si important quand on est de l'Est, de partir pour l'Ouest, a été complètement oblitéré par le traducteur.

39De même, l'acte de partir pour l'Est, quand on est originaire de l'Ouest, ne doit pas être amoindri ou effacé dans la traduction. Quand Fitzgerald (Annexe 2) fait dire au narrateur I decided to go East (extrait n° 1, ligne 2), il n'a pas dit, comme son traducteur, je pris la décision d'aller à New York. Une lecture lacunaire du contexte-source semble être à la base de cette substitution d'un très fort indice socioculturel par un autre (le thème de la ville, etc.). Même faiblesse dans le fragment to take the body West (extrait n° 3, ligne 3), traduit par emporter, au lieu de ramener au sens de rapatrier. Quand Fitzgerald dit this has been a story of the West (extrait n° 4, ligne 25), il n'a pas voulu dire, une histoire du Middle West. L'erreur est répétée. Enfin, quand le mot essentiel, identity (extrait n° 4, ligne 17), apparaît, le traducteur le manque totalement et opte pour densité. Pourtant, dans le même passage, l'auteur insiste (beyond the Ohio, ligne 31), en faisant intervenir la rivière qui marque cette frontière au nord du pays (le Mississippi prenant le relais au centre et au sud). Parfois, le traducteur traduit l'indice plus correctement, mais toujours en-deçà : down East (extrait n° 3, ligne 5), devient dans l'Est, et back West (extrait n° 4, ligne 1), retours dans l'Ouest.

40Notre deuxième groupe de segments de discours porte la marque du puritanisme, un puritanisme rarement hyperbolique dans l'expression, souvent imperceptible, mais combien présent !

41Toujours dans le texte de Fitzgerald, cet indice sociolectal est lié au précédent : l'Est est marqué de distortion (extrait n° 4, ligne 33), au sens de perversion. Mais, la traduction, en substituant au mot distortion celui de déformation, empêche une lecture fidèle de l'indice sociolinguistique, échoue devant la métaphore de Fitzgerald, et s'égare : distorted beyond my eyes' power of correction (extrait n° 5, ligne 1) donne déformé au-delà de la capacité de réglage de mes jumelles.

42Ces deux mêmes indices se retrouvent dans la littérature canadienne où le Nord est une extension de l'Ouest. Comme dans le cas des registres, la qualité de l'encodage de L2 dépend d'une présence active parmi les réalités du contexte-source.

  • 28  P. Lane, Winter. Regina : Coteau Books, 1990.

43L'appartenance géographique signalée par Fitzgerald dans des fragments comme the real snow, our snow (extrait n° 4, ligne 13), ou comme celui qui évoque le timbre particulier des sons dans l'air glacé (the chatter of frozen breath, ligne 6), se retrouve dans Patrick Lane28 surrounded by crystals et small impossible music (vers 2 et 5) :

When he arrives he will wait for a storm.
Surrounded by crystals

His tears quickly freeze, forming delicate
icicles on the pale hairs of his lip.
(...) he can breathe their small impossible music.

(...) their tracks in the snow, the circles
and arabesques, the sudden turns, the fallen angels.

(...) the thousand photographs he has made of winter.
Each one is perfectly exposed each one of a pure
White with sometimes only the barest of shadows
a fleeting ephemeral grey that betrays
the image of who or what it was he took.

The sound of winter is (...)
precisely the same as someone
knocking on the door with a tentative fist
It is almost delicate, muffled by leather and wool.

P. Lane, Winter.

44La métaphore fallen angels (vers 7) ne peut se comprendre à distance, qui fait allusion à la fois à la trace des phoques dans la neige, à l'ange déchu de la Bible, et à un jeu d'enfant très courant au Canada !

  • 29  Traduction inédite L. Rodriguez.
  • 30  Ibid.

45D'autre part, l'empreinte du puritanisme dans tous les poèmes de Patrick Lane est encore plus discrète. Elle se manifeste souvent, dans les portraits ou les paysages, par la retenue des gestes, des traits, désireux d'exister, de vivre, mais sans laisser de traces, sans marque sur la blancheur originelle, comme cette tache grise éphémère et flottante29 qui trahit le sujet d'une photographie (a fleeting, ephemeral grey, vers 11), ou ce coup sur une porte d'une main retenue (...), un son délicat ganté de laine et de cuir30 (with a tentative fist ; muffled by leather and wool, vers 15-16).

46Dans le roman de Fitzgerald, ce même indice socioculturel apparaît à plusieurs reprises, notamment dans un passage décrivant la tempérance de Daisy :

They moved with a fast crowd, all of them young and rich and wild, but she came out with an absolutely perfect reputation. Perhaps because she doesn't drink. It's a great advantage not to drink among hard-drinking people. You can hold your tongue, and, moreover, you can time any little irregularity of your own so that everybody else is so blind that they don't see or care (Annexe 2, extrait n° 2).

47L'importance du verbe time a été affaiblie à la traduction : à l'heure où n'indique pas avec la précision voulue qu'il s'agit en fait, du moment que vous aurez choisi.

48Tous ces exemples de perceptions ou d'indices sociolinguistiques requièrent du traducteur un bilinguisme averti qui lui permettra de les répérer dans le discours littéraire, de les identifier, et de les traduire d'une manière visible en évitant les accrocs. La variété des styles et des discours ne permet pas de donner une méthode applicable à toutes ces perceptions et à tous ces indices. Le meilleur instrument est, en l'occurrence, une attention à toute épreuve envers le texte-source, puisqu'un registre ou un indice peut, nous l'avons vu, être présent en un seul mot, ou intermittent, sur plusieurs pages.

49Si nous comparons le texte-source à un tableau de maître, à une peinture riche en couleurs, nous pouvons imaginer que le travail du traducteur est d'en faire une copie, en noir et blanc, au crayon, mais la plus fidèle possible. Le trait de son crayon, par son épaisseur ou sa minceur, est alors son seul instrument pour reproduire les teintes et les perspectives de l'original. La traduction du discours sociolinguistique nécessite un trait légèrement plus appuyé, toujours net et précis, qui laisse visibles, au regard des lecteurs du texte-cible, les contours d'une société autre, telle qu'elle existe dans le texte-source. Ces contours seront ainsi "chatironnés" (pour emprunter un terme au vocabulaire de la faïencerie). Une lecture sans contresens du sociolectal est une étape préalable, un fond indispensable, à la juste mesure de l'écart littéraire. Ainsi, un bilinguisme différentiel, différé et actif est un instrument efficace dans le repérage et la traduction des conformités linguistiques, mais il doit s'employer parallèlement à un autre instrument du traducteur, l'analyse stylistique, à qui il revient de lire et de traduire ce qu'un discours a, au contraire, d'inaugural.

Haut de page

Notes

1  Dictionnaire Le Robert, Paris, 1986.

2  U. Weinreich, Languages in Contact : Findings and Problems, New York : Linguistic Circle of New York, No 1, 1953.

3  S. Ervin et C. E. Osgood, "Second Language Learning and Bilingualism", Journal of Abnormal and Social Psychology (Supplement) 49 (1954) : 139-146.

4  W. E. Lambert, "Psychological Studies of the Interdependencies of the Bilinguals' Two Languages", Substance and Structure in Language. Ed. Yaan Pulwel : University of California Press (1969) : 99-126.

5  W. F. Markey, "The Description of Bilinguism." The Canadian Journal of Linguistics Vol. 7, No 2 (Spring 1962) : 64-65.

6  E. Magiste, "The Competing Language Systems of the Multilingual : A Developmental Study of Decoding and Encoding Processes." Journal of Verbal Learning and Behaviour 18 (1979) : 79-89.

7  S. E. Randsdell et I. Fischler, "Memory in a Monolingual Mode : When Are Bilinguals at a Disadvantage ?" Journal of Memory and Language 26 (1987) : 392-405.

8  A. Paivio, A. Desrochers, "A Dual-Coding Approach to Bilingual Memory." Canadian Journal of Psychology 34 (1980) : 390-401.

9  C. R. Nott, W. E. Lambert, "Free Recall of Bilinguals." Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior 7 (1968) : 1065-1071.

10  W. E. Lambert, "Culture and Language as Factors in Learning and Education." Education of Immigrant Students. Ontario Institute for Studies in Education. Toronto : Ed. A. Wolfgang, 1975 : 55-83.

11  R. Coppieters, "Competence Differences Between Native and Near-Native Speakers." Language Vol. 63 No 3 (September 1987) : 544-573.

12  R. Langacker, "An Introduction to Cognitive Grammar." Cognitive Science 10 (1986) : 1-40.

13  D. Gile, "La connaissance des langues passives chez le traducteur scientifique et technique." Traduire n° 136 (Mai 1988) : 8-15.

14  A. Berman, "La traduction et la lettre ou l'auberge de lointain." Les Tours de Babel. Mauvezin : Édition Trans-Europ-Repress, 1985 : 29-150 (en particulier, p. 68, 73-74, 78-79, 90).

15  L. Milroy, "Language and Group Identity." Journal of Multilingual and Multicultural Development Vol. 3 n° 3 (1982) : 207-216.

16  Ibid., p. 215.

17  J.-R. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction. Paris : Payot, 1989.

18  J. Fischer, "Social Influences on the Choice of a Linguistic Variant." Word Vol. 4 (1958) : 47-56.

19  A. Ginsberg, "Bayonne entering NYC." The Fall of America. San Francisco : City Lights, 1972 : 35-39.

20  A. Ginsberg, La Chute de l'Amérique. Trad. G.-G. Lemaire et A.-C. Taylor. Paris : Flammarion, 1979 : 43-47.

21  F. S.Fitzgerald, The Great Gatsby. [1925] New York : Scribner/Collier, 1980.

22  F. S. Fitzgerald, Gatsby le magnifique. Trad. Victor Liona. Paris : Grasset, [1946], L. de P. 1990.

23  L. F. Céline, D'un château l'autre. Romans II. Paris : Gallimard "La Pléiade", 1974 : 9-10.

24  L. F. Céline, Castle to Castle. Trad. Ralph Manheim. New York : Delacorte Press, 1968 : 7-9.

25 The Random House Dictionary of the English Language. Second edition unabridged. New York, 1987.

26  J. Kramer, Ginsberg in America. New York : Random House, 1970 : 39-40.

27  J. Kramer, Ginsberg. Trad. Cl. Gilbert. Paris : 10/18, 1973 : 66-68.

28  P. Lane, Winter. Regina : Coteau Books, 1990.

29  Traduction inédite L. Rodriguez.

30  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Rodriguez, « Un instrument du traducteur : le bilinguisme. Mais quel bilinguisme ? », Palimpsestes, 8 | 1994, 41-56.

Référence électronique

Liliane Rodriguez, « Un instrument du traducteur : le bilinguisme. Mais quel bilinguisme ? », Palimpsestes [En ligne], 8 | 1994, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/733 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.733

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals