Navigation – Plan du site

La prose de pensée : prose étrange ou étrangère ?

Jacques Colson
p. 35-51

Texte intégral

  • 1  Le terme "prose de pensée" a été proposé par Jean-René Ladmiral lors du colloque sur la mise en re (...)

1La question de départ est fort simple : le Roland Barthes sans peine de Burnier et Rambaud aurait-il été concevable en anglais ? Il n'en existe pas, semble-t-il, d'équivalent dans le monde anglophone, qui n'est pas pourtant insensible à la parodie. Mais celle-ci prend généralement pour cible le "globbledygook" de l'administration. L'ouvrage de Burnier et Rambaud a, entre autres mérites, celui de souligner un fait : la prose de pensée1 possède un style extrêmement particulier, dont la parodie grossit les traits à la manière d'une caricature. De là découlent un certain nombre de questions : qu'a-t-elle donc, justement, de si particulier, cette prose de pensée ? Et s'il n'existe rien en anglais qui lui soit équivalent, comment la traduire ? Inversement, comment rendre en français la prose de pensée de langue anglaise, si elle existe ? Cette prose est-elle, au fond, irréductiblement étrangère pour une langue comme pour l'autre ?

2Pour répondre, ou en tout cas proposer une réponse à ces questions, il faut commencer par s'interroger sur la nature même du style, cerner, dans un second temps, la nature et le style de la prose de pensée telle qu'elle se présente dans les deux langues et enfin, à défaut de données statistiques fiables, s'appuyer sur l'examen d'exemples.

3Dans le couple traditionnel style/fond ou style/substance, "style" est synonyme de forme, mais là commencent les difficultés. Il ne s'agit pas souvent d'un simple assemblage d'éléments librement interchangeables qui pourraient donner lieu, comme dans les Exercices de style de Queneau, à une multiplicité de variations. Il n'est pas toujours facile de déterminer la synonymie, ou mieux, le degré de synonymie de différents styles, et en corollaire, de définir les différences qui les accompagnent éventuellement. Ces différences ne sont pas, évidemment, d'ordre purement syntaxique ou sémantique. Dire qu'elles ne sont que cela, ce serait dire que les différences de style ne renvoient qu'à elles-mêmes. Ce serait dire : "cet énoncé diffère de celui-là parce qu'il est autre". Bel exemple de tautologie. C'est sur un plan pragmatique qu'il faut situer le style pour le comprendre, c'est-à-dire dans les effets visés et atteints par le locuteur, dans ses rôles sociaux et les conventions qui le régissent, etc., éléments, soit dit en passant, qui ne coïncident pas d'une langue à une autre et qui ne sont même pas homogènes dans une langue donnée, qui peut s'associer à différentes cultures.

4Pour adopter une définition opérationnelle, nous définirons donc le style comme ce qui, dans la forme d'un énoncé, résulte d'une interaction entre les différents niveaux du système linguistique (phonétique, morphologique, syntaxique, sémantique) et, d'autre part, les facteurs pragmatiques qui déterminent le choix de ces éléments linguistiques. Cette définition suppose, pour un énoncé donné, la possibilité de choix et l'existence de normes.

5Ce cadre nous permettra de caractériser la prose de pensée non seulement par référence aux structures linguistiques, ce qui est évidemment indispensable, mais aussi en termes d'énonciation : quel genre de personne écrit, pour dire quel genre de choses, à qui, etc. ? Sur la base de ces critères, on pourrait établir une grille descriptive, ce qui serait fort utile mais constituerait tout un problème en soi. Il suffit de penser, entre autres, au modèle proposé par Crystal and Davy, dans Investigating English Style, et à celui de Sandig dans un article proposant une taxonomie textuelle pour l'allemand.

6Il serait intéressant, pour analyser la prose de pensée, de s'appuyer sur une telle grille descriptive et sur des données statistiques tirées d'un corpus automatisé. Mais comme ce travail ne semble pas avoir été fait et qu'il entrerait difficilement dans le cadre de ces quelques pages, nous nous contenterons d'une caractérisation plus sommaire, à laquelle nous aboutirons en procédant par approximations successives.

  • 2  Tran Duc Thao, Recherches sur l'origine du langage et de la conscience, Paris, Editions sociales, (...)

7C'est sans doute à son lexique qu'on reconnaît le plus facilement la prose de pensée. On y trouve des mots typiques : "d'entrée de jeu", "questionnement", "se donner comme", "véhiculer", "cautionner", "récuser", "s'investir de", "évacuer", "repérer", "s'articuler" ; des infinitifs substantivés : "le vouloir", "le dire" ; et des participes passés substantivés : "le non dit", "l'impensé", etc. Mais au-delà des mots, facilement repérables comme un accent, il y a la syntaxe, la structure des phrases, qui sont généralement longues et complexes et où peuvent s'observer mises en relief, inversions et accumulations, par exemple. Pour trouver des exemples, il suffit de se plonger dans un texte de Lacan, de Derrida, de Greimas, de Bourdieu ou de Foucault. Ces exemples sont familiers mais on en trouvera facilement d'autres, ce qui montre que ce style très particulier n'est pas propre à quelques auteurs mais plutôt à un type d'écrit. Voici un extrait retenu au hasard : la page 25 de Recherches sur l'origine du langage et de la conscience de Trân Duc Thao2. On y constate immédiatement la complexité et la longueur des phrases mais c'est sans doute le lexique qui est le plus typique. Non seulement les mots pris individuellement, mais les alliages de mots : "la réciprocité du signe s'absorbe dans la forme de l'identité", le "vécu", "le rapport à soi comme conscience", "image de l'objet posée comme extérieure à elle", etc.

8La comparaison de la prose de pensée en anglais et en français nous pose un sérieux problème méthodologique, qui tient à l'opération de définition, et à la définition même de cette prose de pensée. A moins d'être carrément dogmatique, une définition implique toujours un va-et-vient et un équilibre entre le descriptif et le normatif.

9Parler de prose de pensée, c'est nécessairement désigner un ensemble précis de textes, et c'est donc désigner un ensemble de critères permettant de les repérer. Cette définition, il faudrait nécessairement la formuler si l'on voulait établir un corpus de prose de pensée. Qu'il soit isolé ou qu'il fasse partie d'un corpus plus large de textes ne change rien à la chose.

10Revenons à notre définition sommaire. Tout le monde admettra que "prose de pensée" évoque - il faut insister sur ce mot - en français un genre de texte marqué par une recherche formelle proche du littéraire, sinon franchement littéraire, ce qui nous renvoie d'office au problème du littéraire.

11Mais le terme "évoque" nous place dans le domaine de la subjectivité et nous amène à poser la question suivante : la prose de pensée est-elle toujours recherchée, quasi littéraire ?

12Pour y voir clair, il faudrait pouvoir au moins situer l'un par rapport à l'autre, l'ensemble "prose de pensée" et l'ensemble "recherche du texte". C'est-à-dire qu'il faudrait d'abord connaître les limites de ces ensembles, car il est question de mettre en relation certains types de textes et certains traits qu'un texte quelconque peut présenter ou non. On voit tout de suite la dépendance réciproque des deux ensembles : pour définir un type de texte, il faut se référer à différents critères, dont le degré de recherche formelle, et celle-ci ne peut se définir sans référence à des types de texte. Pour échapper à cette situation affolante, il n'est pas inutile d'examiner de plus près le terme "pensée". Dire "prose de pensée", c'est dire qu'il y a de la prose qui n'est pas "de pensée", ce qui est instructif, mais qu'elle le soit ou non, encore faut-il savoir en quoi consiste cette pensée. Il est difficile d'imaginer une prose qui ne suppose pas un minimum de pensée, même si cette prose véhicule, par exemple, des instructions au lecteur, et il faut sans doute voir dans ce mot "pensée" le contenu même, le propos majeur, de la prose en question.

13Par ailleurs, rapprocher "la pensée" et "le penser" semble assez fécond en ce sens que "penser" couvrirait un champ plus large que "la pensée". On dira par exemple "la pensée française au XXe siècle", mais il est bien évident que "la pensée" prise au sens de cet exemple n'épuise pas la totalité de l'activité intellectuelle que pourrait désigner le verbe "penser".

14La question qui se pose est donc de discerner où se situe "la pensée", au sens de notre exemple, dans l'activité intellectuelle.

15La littérature étant éliminée d'office, il nous reste au fond les sciences, la philosophie, la critique littéraire, un certain journalisme et d'autres types de textes, peut-être, auxquels on pourrait donner l'étiquette d"'essais". Mais ici encore, on voit surgir d'autres interrogations. Le sens que l'on accorde habituellement à la prose de pensée exclut la référence aux sciences dites exactes, mais les sciences humaines en revanche (anthropologie, sociologie, psychologie, etc.), entrent-elles ou entrent-elles toutes, dans la catégorie "prose de pensée" ? La question de savoir si ce sont des sciences est intéressante, mais peut-être moins que la question de savoir où se situent leurs limites et de savoir comment traiter des textes hybrides : Foucault était historien et philosophe, mais comment démêler dans ses textes ce qui est histoire et ce qui est philosophie ?

16On pourrait renoncer à des classifications correspondant à des disciplines, forcément quelque peu arbitraires, pour tenter plutôt de définir la prose de pensée par son objet, que l'on dissocierait ainsi des disciplines. On risque cependant de ne pas y voir plus clair. D'abord parce que la notion d'objet pourrait poser des problèmes. Par exemple : la notion d'humanisme serait un objet possible, tout comme "la mobilité géographique chez les cadres supérieurs dans la communauté économique européenne", mais la définition d'objet autoriserait-elle la précision de l'un et le flou de l'autre ? En second lieu, certains objets sont peut-être indissociables de certaines disciplines ou inassociables avec certaines disciplines : la mobilité sociale des cadres entre-t-elle dans le champ d'interrogation de la philosophie ? Il faudrait donc procéder d'abord à l'étude des relations entre la prose de pensée et ses objets possibles.

17Si nous abordons la définition de la prose de pensée par le biais de la méthode, il semble acceptable de dire que la prose de pensée exclut généralement l'usage de données chiffrées mais s'appuie évidemment sur les grands principes méthodologiques rationnels de cohérence, de non-contradiction, d'implication, etc. Il est douteux cependant que tout texte rédigé selon cette méthode relève forcément de la prose de pensée.

18En bref, la notion "prose de pensée" est loin d'être nettement définie. Comme toute définition descriptive, elle présente un noyau assez distinct illustré de façon typique sans doute par la philosophie, mais les limites en sont floues. La composition d'un corpus imposerait donc des choix arbitraires autant dans les genres retenus que dans le choix des textes précis.

19Et nous n'avons donc toujours pas défini la prose de pensée. Comme il est exclu de le faire arbitrairement, nous nous contenterons pour l'instant d'en extraire un domaine typique : la philosophie.

20Or, la démarche que nous avons proposée consistait à examiner les relations entre cet ensemble qu'est la prose de pensée, défini, si l'on peut dire, en termes de contenu, et un autre ensemble, la recherche formelle, qu'il va nous falloir définir à son tour.

21Nous partirons ici encore d'une constatation élémentaire. C'est que "recherche" indique un effort, une attention particulière accordée à la forme du message, et suppose donc un état neutre du style, ce qui n'équivaut pas, bien entendu, à une simplicité rudimentaire. Il est en fait relativement aisé de mesurer le "degré de recherche formelle" d'un texte en retenant certains paramètres comme la longueur des phrases, corollaire, en principe, de leur complexité structurelle, l'indice de fréquence des mots ou encore les résultats du test de closure, mesure de la densité sémantique du texte et indice indirect de son style.

22Il est intéressant de noter en passant l'une des conclusions d'une étude sur la longueur des phrases d'un corpus d'anglais, le Brown Corpus, de l'Université Brown. Les phrases les plus longues y apparaissent dans les genres où

  • 3  Marckworth, M.L. & Bell L., "Sentence Length Distribution in the Corpus", in Kucera, H. & Francis, (...)

it is necessary for the author to make highly precise statements that exclude a set of further possibilities, i.e. the statements are likely to be modified for the purposes of exactness. The most outstanding example of this factor is genre H, half of which is made up of samples from technical governmental legal statements in which every possible loophole on one subject must be stopped before another subject is introduced. Genre J (learned and scientific writings) (remarquons en passant le groupement de ces deux genres) also exhibits this factor by virtue of the highly specialized sorts of information exchanged by cognoscenti in a subject field3.

23Mais ces paramètres, longueur des phrases et indice de fréquence des mots, sont insuffisants pour cerner ce que nous avons appelé la recherche formelle d'un texte. Si on laisse de côté le genre des textes et que l'on extrait d'un corpus automatisé tous les textes comportant des phrases longues et des mots rares, on aura en face de soi des textes à caractère juridique, des textes techniques, des textes philosophiques, et sans doute certains textes littéraires, par exemple. En revanche, si on désigne par "recherche formelle" une préoccupation rhétorique ou esthétique qui se traduirait par différentes figures de style (dont la reconnaissance purement formelle par un ordinateur poserait d'ailleurs des problèmes techniques très complexes), on aurait cerné un ensemble beaucoup plus limité de textes. En principe en tout cas, nous aurions là le paramètre qui nous permettrait de répondre à la question "la prose de pensée manifeste-t-elle une recherche formelle ?" Il suffirait de parcourir les textes étiquetés "prose de pensée" (nous ne reviendrons pas sur le degré d'arbitraire que ceci suppose) et d'y repérer les tropes (nous utiliserons "trope" comme synonyme de "figure de style en général"). Cette étude reste à faire, mais elle montrerait vraisemblablement que différentes configurations pourraient émerger. On pourrait ne pas trouver de tropes en prose de pensée, mais cette éventualité est peu probable. Inversement, on pourrait en trouver, mais il faudrait alors en étudier la distribution. Seraient-elles le fait d'un auteur, d'une certaine espèce de texte dans le genre "prose de pensée", ou leur distribution serait-elle aléatoire ? Et il y aurait lieu également d'étudier la nature même de cette recherche formelle : quelles sont les figures utilisées ?

24Il ne faut pas oublier que la démarche proposée ici est avant tout une comparaison. Nous avons posé en hypothèse que la prose de pensée française présente un assez haut degré de recherche formelle, défini en termes de figures de style. Pour les raisons indiquées, nous prendrons des exemples indiscutables. Mais qu'en est-il de la prose de pensée en anglais ?

25Il nous faut, évidemment, opérer sur un corpus équivalent, c'est-à-dire effectuer sur le continuum des textes anglais le même découpage qu'en français, ce qui pose à nouveau le problème des frontières entre genres. Comme il n'est pas question ici d'entreprendre cette comparaison sur la base d'un corpus de grande envergure mais plutôt d'effectuer quelques sondages, nous retiendrons des textes hautement représentatifs, en l'occurrence des textes philosophiques. Pour ce qui est de la recherche formelle, la transposition à l'anglais des paramètres du français peut s'effectuer sans problème majeur. Mais c'est la comparaison qui nous dira dans quelle mesure ils s'appliquent, et donc dans quelle mesure les textes français et anglais sont étrangers l'un à l'autre.

26Encore faut-il que notre question de départ soit formulée correctement. Dire "la prose de pensée manifeste-t-elle la même recherche formelle en français et en anglais ?", c'est supposer une correspondance univoque entre le genre en anglais et en français, et entre la recherche formelle en anglais et en français. Or, étant donné l'impossibilité qu'il y a, nous l'avons vu, à cerner avec précision les limites de ce genre, il nous faut reformuler la question pour revenir éventuellement à sa forme première selon la réponse obtenue à la question modifiée. Nous dirons donc "les écrits des philosophes manifestent-ils la même recherche en anglais et en français ?"

  • 4  Foucault, M., Ceci n'est pas une pipe, Paris, Scholiès/Fata Morgana, 1973, pp. 22-23.

27Nous tenterons de répondre à cette question par une double démarche. Nous commencerons par analyser la traduction anglaise d'un texte de Foucault dont nous aurons au préalable repéré les points où il y a recherche verbale. Dans un second temps, nous examinerons deux traductions françaises d'un même texte philosophique anglais par rapport au style de l'original. Le passage de Foucault est extrait de Ceci n'est pas une pipe4, qui est une série de réflexions de Foucault sur plusieurs toiles et dessins de Magritte.

28D'emblée, on peut se demander si les conclusions auxquelles on arrivera refléteront le style "écrits philosophiques", la "prose de pensée" ou le "style Foucault". Il n'y a pas, à vrai dire, de contradiction car il faut bien admettre l'existence d'un genre, dont Foucault est un représentant particulier. En ce sens, il en présente les caractéristiques générales auxquelles s'ajoutent bien sûr des traits personnels.

29Ce petit passage présente un style particulièrement travaillé et pour en repérer tous les points où il y a figure de style, on en a extrait ce que l'on peut appeler l'armature, qui en est au fond une paraphrase, une forme neutre, plate. La voici :

Le calligramme les (les plus vieilles oppositions de notre civilisation) neutralise. Il y parvient grâce à sa double nature alors que le discours ou le dessin à eux seuls n'en sont pas capables. Il parvient à exprimer l'absence que les mots ne peuvent dire en leur imposant, par son tracé, la forme visible de leur référent. Les signes disposés sur la feuille de papier évoquent, par leur forme, la chose même dont ils parlent. De manière complémentaire, la forme visible est marquée par les mots, qui évoquent les significations qui la fixent dans l'univers du discours.

30Il semble que même sous cette forme, ce texte peut encore se classer dans la catégorie "prose de pensée", ce qui pose, encore une fois la question de la définition du genre même. Mais la simplification qu'il a subie nous permet d'isoler les procédés qui lui donnent du relief : une métaphore prolongée centrée sur la notion de piège et exprimée par les mots "traquant", "piège", "capture", "ruses", "trappe" ; une autre fondée sur la notion de lutte : "l'invicible absence" (on note au passage l'inversion de l'adjectif), "dont les mots ne parviennent pas à triompher par les ruses de l'écriture" ; une métaphore que nous pourrions qualifier d'"agricole" dans les mots : "creusée par l'écriture, labourée par les mots qui la travaillent... et font jaillir...". Diverses accumulations : "de l'extérieur, par la marge qu'ils dessinent, par le découpage de leur masse sur l'espace vide de la page..." ; "la présence immobile, ambiguë, sans nom..." ; "le réseau des significations qui la baptisent, la déterminent, la fixent".

31Ce repérage des figures de style dans le passage qui nous occupe a une double implication. Premièrement, si l'on pouvait montrer que la présence même de ces figures est typique des écrits des philosophes français alors qu'elle ne l'est pas en anglais (et pour être précis, il faudrait s'appuyer sur des données chiffrées), nous aurions mis à jour peut-être le trait distinctif qui différencie cette prose dans les deux langues.

32Une seconde implication serait que ce repérage des figures constituerait du même coup un repérage des difficultés de traduction, car on ne peut s'attendre à ce que toutes ces figures soient directement et facilement transposables. Ce serait en un sens une mesure du degré d'étrangeté des textes l'un par rapport à l'autre étant donné que deux textes dans des langues différentes sont par nature étrangers, on peut parler d'un "degré d'étrangeté" dans la mesure où les systèmes linguistiques mis en regard présentent des trous, des manques de correspondance. Concrètement, ce serait la question posée par la traduction d'expressions comme "un vouloir", "le vécu", "le perçu", "l'impensé", "le trop de pouvoir", etc., expressions de concepts originaux, mais surtout expressions possibles comme telles dans le système linguistique français.

33La métaphore du piège a été restituée ; nous avons : "pursuing its quarry", "trap", "capture", "ruses", "trap" encore, "snare". Le sort de la métaphore "agricole" semble plus ambigu, à cause surtout de la traduction de "font jaillir le réseau des significations" par "spin forth the web of significations". Les mots français semblent évoquer l'irrigation d'un champ, que l'on ne retrouve pas dans l'anglais. Mais d'autre part, cette image "agricole" est-elle bien ce que Foucault voulait faire voir ? La question renvoie à une difficulté fondamentale de la traduction, qui est la saisie de l'intention. Cette incertitude mise à part, il semble que l'image évoquée en anglais soit un équivalent satisfaisant.

34L'image d'une lutte se retrouve sous les mots "banish", "invincible", "defeats", "ruses". Les accumulations enfin sont toutes là.

  • 5  Foucault, M., Ceci n'est pas une pipe, Paris, Scholiès/Fata Morgana, 1973, p. 17.

35S'il y a pertes, elles semblent négligeables. Il serait possible, bien entendu, de trouver des passages où la conversion pose de réels problèmes, comme ceux des jeux de mots. Dans le même petit ouvrage, Foucault écrit par exemple, en décrivant le dessin de Magritte : "Rien de plus facile à prononcer que nom d'une pipe"5. Ce nom d'une pipe est évidemment polysémique : on lui reconnaît son sens littéral mais c'est aussi un juron adouci. Le traducteur a préféré ne pas rendre cette polysémie en anglais.

36En gros, donc, la traduction de la recherche verbale est possible mais le texte final dégage en anglais une impression d'étrangeté, un travail stylistique inhabituel pour la prose philosophique de langue anglaise.

37Le second volet de notre argumentation s'appuiera sur des échantillons philosophiques en anglais : nous les analyserons d'un point de vue stylistique et en étudierons la traduction.

  • 6  Dreyfus, H. & Rabinow, P. « What is Maturity ? Habermas and Foucault on "What is Enlightenment ?" (...)

38L'échantillon proposé est tiré d'un article de Dreyfus et Rabinow où les auteurs mettent en parallèle la définition des Lumières chez Foucault et chez Habermas6. C'est un texte où l'on ne trouve pas de figures de style et qui se situe sur un registre non familier, mais pas particulièrement soutenu. Si on part du principe que le traducteur, comme l'interprète, doit se substituer à l'auteur pour en donner une transposition équivalente, c'est donc sur ce registre que doit se situer la traduction.

39Or nous disposons de deux traductions de ce texte, qu'il semble intéressant de comparer.

40La première s'intitule : "Habermas et Foucault. Qu'est-ce que l'âge d'homme ?". Cette expression "l'âge d'homme" est, d'emblée, très révélatrice par la recherche stylistique qu'elle suppose. C'est l'indice d'une recherche formelle que d'autres indices viennent confirmer. Considérons le premier paragraphe. On y trouve d'une part une série de mots empruntés au langage juridique : "reprendre l'instruction", "revient en délibéré", "se pourvoir en réinterprétation", "arguant du discours" alors que l'anglais ne se réfère pas à ce champ lexical mais utilise certains mots qui s'imposent lorsqu'il s'agit de décrire l'activité intellectuelle : "claim", "debate", "raise a question", "to reinterpret", "understanding the relation between". Autre trait marquant de ce premier paragraphe : la complexité des structures : "on n'a pas manqué de disputer du sens auquel cette thèse devait être entendue et d'en reprendre régulièrement l'instruction", là où l'on a en anglais "the meaning of this claim has been debated periodically". Autre exemple : "by the two thinkers who could legitimately be called the heirs to this debate, because they embody two opposed but equally serious and persuasive ways of reinterpreting" devient "A l'instance de deux penseurs pouvant prétendre, à bon droit, au titre d'héritiers de ce débat en ce qu'ils incarnent deux modes opposés mais également garants de sérieux et emportant une égale conviction, de se pourvoir en réinterprétation". Autre exemple : "through understanding the relation between reason and historical moment" devient "motivés par l'appréhension de la relation intervenant entre raison et moment historique".

41Ces différents indices donnent l'impression d'une disproportion entre le style de l'original, relativement simple, et celui de la traduction, beaucoup plus soutenu, beaucoup plus recherché. On n'a pas l'impression que c'est le même personnage, en l'occurrence les mêmes personnages, qui s'expriment.

42D'autres indices encore viennent confirmer cette impression. Dès la première ligne du second paragraphe, nous trouvons "en ce mémoire" là où nous avions en anglais "this paper". "Paper" est un terme essentiellement familier désignant aussi bien un article que le texte d'une communication. D'un point de vue stylistique, "mémoire" n'y correspond pas. En outre, la préposition "en" vient renforcer le caractère recherché de l'expression.

43Pour abréger, on peut se contenter d'énumérer quelques autres exemples soulignés dans le texte et particulièrement marquants : "Quand bien même Foucault fût resté en vie", "une théorie qui serait reflet de", "le problème de l'action morale et du lien social doit être envisagé à nouveaux frais", "la mise en demeure kantienne", "sur l'assiette des raisons", "assomption de la responsabilité", "le déficit de fondement métaphysique".

44Cette traduction est, certes, éblouissante mais l'original, justement, présente un profil beaucoup plus bas, si l'on peut dire, et il semble que la fidélité au ton adopté par les auteurs demandait une mise plus simple.

45La seconde traduction proposée répond mieux à cette exigence. On peut se contenter de la comparer à la première traduction sur certains points. Dans le premier paragraphe, par exemple, on a : "Depuis lors, le sens de sa formule a fait l'objet de controverses périodiques. Or, la question est aujourd'hui posée publiquement par les deux penseurs en qui on pourrait voir les héritiers de ce débat, car ils incarnent deux manières opposées mais également sérieuses et convaincantes, de réinterpréter la vie philosophique en examinant le rapport entre raison et moment historique".

46Quelques autres exemples : le mot "paper" disparaît purement et simplement Le contexte le rend inutile de toute façon.

47Plus loin, l'anglais "the problem of moral action and social bonds must be faced anew" devient "il faut réexaminer le problème de l'action morale et des liens sociaux". "Réexaminer" d'un côté, "envisagé à nouveaux frais" de l'autre. Ailleurs encore, nous avons, d'un côté, "sur l'assiette des raisons", de l'autre, "en partant des raisons", pour traduire "on the basis of the reasons".

48Un dernier exemple. En anglais : "Maturity consists in clarifying..., judging... and assuming responsibility, etc.". La première traduction nous donne : "L'âge d'homme, la maturité est... élucidation, ... évaluation,... et assomption de la responsabilité". La seconde présente une structure plus simple : "La maturité consiste à mettre en lumière..., à juger..., à assumer.

49Cette comparaison nous renvoie à la question de la réception du texte traduit que nous ne pourrons aborder ici.

50Tout en gardant ces exemples à l'esprit, revenons maintenant à l'hypothèse et à la question principale que nous avions posées au départ.

51L'hypothèse était que la prose de pensée désigne des textes à caractère hautement intellectuel caractérisés par une certaine recherche formelle. D'où la question : cette recherche formelle existe-t-elle en anglais dans ce genre de texte et si oui, est-elle présente au même degré ? Nous avions indiqué qu'intuitivement, une réponse négative semblait s'imposer.

52Etant donné les difficultés méthodologiques évoquées, nous avions restreint l'examen de ces questions à des textes philosophiques, particulièrement représentatifs. Les exemples proposés semblent confirmer l'impression exprimée au départ. Il faut s'assurer, bien entendu, que ces exemples sont bien représentatifs. A défaut d'un corpus étendu et fiable, nous nous sommes contentés de sonder au hasard chez différents auteurs, en français comme en anglais, et sommes arrivés chaque fois aux mêmes conclusions, sans qu'apparaisse de contre-exemple.

53Que peut-on en conclure ? Tout d'abord, il faut éviter tout malentendu sur la notion de recherche formelle. Les textes philosophiques font nécessairement usage de mots rares, de mots nouveaux, originaux, qui correspondent aux concepts rares ou nouveaux qu'ils véhiculent. Pour exprimer une pensée complexe et précise, les structures de phrase sont elles-mêmes complexes et les phrases, forcément, sont longues. Ce sont là des caractéristiques formelles qu'on peut appeler fonctionnelles, en ce sens que c'est la fonction même du texte philosophique qui les impose. Ce caractère fonctionnel, on peut le faire ressortir par des tests de substitution : tel mot nouveau peut-il être remplacé par un autre sans perte du message ? Telle idée exprimée par une phrase complexe peut-elle être traduite en phrases moins complexes ?

54Parler du fonctionnel, c'est évoquer automatiquement le non fonctionnel. Si tel mot a des équivalents plus courants et de même sens, peut-être la recherche formelle associée à ce mot rare n'est-elle pas fonctionnelle. Du moins dans un cadre strictement linguistique. Mais il est évident que ce qui n'est pas fonctionnel sur le plan linguistique peut l'être sur un autre plan.

55Ce "surcroît de travail" du texte n'est pas sans effet. Il produit au contraire un effet puissant, il singularise le texte, le place au-dessus du texte commun, le rend, en un mot, impressionnant à la manière de la recherche décorative de certains bâtiments ou de certaines cérémonies fastueuses. En un mot, il sacralise le texte. Et ce fait-là n'est pas du tout indifférent.

56Il s'agit, il ne faut pas l'oublier, du discours d'intellectuels, c'est-à-dire d'un groupe social appartenant à une classe dominante (selon Bourdieu, les dominés de la classe dominante) soucieuse, par essence, de préserver ou d'accroître son statut. C'est le produit intellectuel qui la définit de manière quasi exclusive. Or, celui-ci comporte un contenu et une forme. Le prestige, l'autorité des contenus est variable. On sait quelle rivalité oppose les sciences dites exactes et les autres. C'est sur ces deux plans en tout cas que s'appuient l'autorité, le prestige intellectuel, mais selon des proportions variables. Si le contenu dispose en soi d'une autorité, d'un prestige important, l'accroître par un travail formel sera une préoccupation secondaire. Inversement, si le crédit du contenu est limité au départ, travailler la forme est une stratégie logique permettant d'accroître la valeur du produit intellectuel mis sur le marché. Mais cette stratégie n'implique pas forcément un rapport précis entre la qualité de la forme et celle du contenu.

57Cette interprétation semble cohérente dans le cadre d'une interprétation sociologique de l'usage linguistique. Elle rejoint les réflexions de Pierre Bourdieu sur ce qu'il appelle les "langages d'autorité" et les "stratégies d'assimilation et de dissimilation sociales".

58Cette réflexion pourrait du reste s'étendre au langage juridique, qu'il est question, périodiquement, de simplifier, ce qui aurait pour effet d'enlever au décorum judiciaire une partie de son hermétisme et donc de son prestige.

59Le fait, par ailleurs, que les textes du genre "prose de pensée" ne soient pas anonymes n'est pas sans importance. Car c'est au fond le statut social d'une personne bien précise qui est en jeu. Il est évident que l'auteur de textes qui resteront anonymes ne subit pas les mêmes pressions que s'il était soumis au regard de ses interlocuteurs. Ce qui ne veut pas dire qu'un texte anonyme présente des caractéristiques qui se situeraient à l'autre extrême, du point de vue de la recherche formelle. Tout d'abord parce qu'un texte a toujours un auteur, ou des auteurs, et qu'il y a donc toujours un minimum de face-à-face, donc de responsabilité envers un récepteur, et parce qu'ensuite les textes anonymes (les textes juridiques ou certains textes administratifs par exemple) doivent quand même répondre à certaines exigences fonctionnelles.

60Arrivons-en à l'ultime question : si cette recherche formelle à fonction sociale est plus présente en français qu'en anglais, comment rendre compte de cette différence ? Plusieurs hypothèses sont envisageables.

61Première hypothèse : la théorie de la différenciation des groupes sociaux ne tient pas debout. L'idée semble indéfendable. Il suffit de regarder autour de soi et d'observer les différents types de société pour se convaincre du bien-fondé de l'hypothèse.

62Ce qui est plus discutable, c'est les formes précises que prend cette différenciation. Les échelles de valeurs et les valeurs elles-mêmes varient dans le temps mais aussi dans l'espace, d'une société à l'autre.

63D'où une seconde hypothèse. Bien que la différenciation sociale par l'usage linguistique existe dans le monde anglophone, on n'y constate pas de différenciation par une recherche formelle de la prose de pensée.

64Si nous admettons les conclusions auxquelles nous sommes arrivés tout à l'heure, nous sommes forcés d'admettre cette hypothèse mais tout de suite, une question fondamentale s'impose : cette recherche est-elle possible ? Et quelle forme de recherche ? Car il faut comparer des choses comparables. Les figures de style existent en anglais comme en français. Mais à côté d'elles, il y a, nous l'avons vu, tout un usage lexical typique de la prose de pensée française et non typique de la prose de pensée anglaise : des expressions comme "d'entrée de jeu" ou "se donner comme". On y voit un peu plus clair lorsqu'on examine le champ sémantique de ces expressions, dont la comparaison est féconde. Si l'on a "d'entrée de jeu", on trouve aussi "d'entrée", "d'emblée", "pour commencer", "d'abord", "tout d'abord", etc. Or, si l'on essaie d'établir une correspondance entre ce champ sémantique et un champ équivalent en anglais, on y constate un découpage moins fin. En bref, si le système linguistique anglais permet une certaine recherche formelle, certains traits de cette recherche n'y sont pas possibles.

65Il faut donc nuancer l'hypothèse et conclure que si la recherche stylistique peut exister dans la prose de pensée anglaise, elle y est limitée par le système même de la langue.

66Ceci nous amène à une troisième hypothèse, qui s'appuie en fait sur la précédente. La recherche formelle de la prose de pensée anglaise n'est pas valorisée.

67On se trouve là devant un problème complexe et délicat, étant donné surtout les restrictions du système linguistique dont on vient de parler.

68L'élaboration du style n'a de sens que dans une société qui la valorise parce qu'elle accorde une valeur, non seulement, au contenu, mais aussi à la forme. Le problème, évidemment, est de savoir où finit l'un et où commence l'autre.

69Il semble cependant que le modèle intellectuel dominant dans le monde anglo-saxon, nord-américain en particulier, soit celui des sciences empiriques. Ce qui permet de comprendre le caractère radicalement étranger de Foucault, par exemple, en anglais. Mais il faut bien voir que l'élimination des figures de style ne supprime pas toute possibilité de recherche formelle. Celle-ci prend simplement d'autres formes, essentiellement lexicales, comme la création d'entités lexicales recherchées, auxquelles on pourrait substituer des équivalents fonctionnels non recherchés.

  • 7  Lambdin, W. Doublespeak Dictionary, Los Angeles, Pinnacle Books, 1979, pp. IX-XII.

70On peut invoquer pour témoin de cette tendance William Lambdin, auteur du Doublespeak Dictionary. Son livre est un réquisitoire contre ce que certains appellent l'hydropsie verbale du langage de l'administration7et, en général, des intellectuels. C'est un ouvrage polémique que nous citons uniquement parce qu'il indique bien l'existence, dans le monde anglo-saxon, de cette recherche lexicale dont nous venons de parler.

71On trouve la même indication, pour la Grande-Bretagne, dans le classique The Complete Plain Words, de Sir Ernest Gowers, dont les éditions successives dénoncent l'excès de "long or unfamiliar or technical or modish words".

72Le propos de cette réflexion n'était pas, en tout cas, de dénoncer quoi que ce soit, mais de comparer des faits de la manière la plus objective possible pour y voir clair dans une question complexe.

Haut de page

Bibliographie

Belaval, Y. Les Philosophes et leur langage. Paris, Gallimard, 1952.

Bourdieu, P. Ce que parler veut dire. Paris, Fayard, 1982.

Burnier, M.A. et Rambaud, P. Le Roland Barthes sans peine. Paris, Balland,1978.

Crystal, D. and Davy, D. Investigating English Style. London, Longmans, 1969.

Domenach, J.-M. "Le Monde des intellectuels", in Santoni, G. Société et culture de la France contemporaine. Albany, N.Y., State University of New York Press, 1981.

Dreyfus, H. & Rabinow, P. "Habermas et Foucault. Qu'est-ce que l'âge d'homme ?" Trad. Roberts, J.-F., Critique, août/sept. 1986, pp. 471-472.

Dreyfus, H. & Rabinow, P. "Qu'est-ce que la maturité ? Habermas, Foucault et les Lumières." Trad. Colson, J. in Foucault : Lectures critiques. Bruxelles, Editions De Boeck, 1989.

Dreyfus.H. & Rabinow, P. « What is Maturity ? Habermas and Foucault on "What is Enlightenment ?" » in Hoy, D.C., Foucault : a Critical Reader. Oxford, Basil Blackwell, 1986.

Foucault, M. Les Mots et les choses. Paris, Gallimard, 1966.

Foucault, M. The Order of Things. New York, Random House, 1970.

Foucault, M. This is not a Pipe. Trans. Harkness, J. Berkeley, University of California Press, 1983.

Gowers, E. The Complete Plain Words. London, Pelican, 1975.

Lambdin, W. Doublespeak Dictionary. Los Angeles, Pinnacle Books, 1979.

Marckworth, M.L. & Bell, L. "Sentence Length Distribution in the Corpus", in Kucera, H. & Francis, W.N. (ed), Computational Analysis of Present Day American English. Providence, R.I., Brown University Press, 1967, pp. 368-405.

Sandig, B. "Zur Differenzierung gebrauchssprachlicher Textsorten im Deutschen", in Gülich, E. & Raible, W. (Hsgb) : Textsorten. München, Athenäum Verlag, 1972.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Le terme "prose de pensée" a été proposé par Jean-René Ladmiral lors du colloque sur la mise en relief (Université de Paris III, octobre 1988).

2  Tran Duc Thao, Recherches sur l'origine du langage et de la conscience, Paris, Editions sociales, 1973, p. 25.

3  Marckworth, M.L. & Bell L., "Sentence Length Distribution in the Corpus", in Kucera, H. & Francis, W.N. (ed), Computational Analysis of Present Day American English, Providence, R.I., Brown University Press, 1967, p. 371.

4  Foucault, M., Ceci n'est pas une pipe, Paris, Scholiès/Fata Morgana, 1973, pp. 22-23.

Foucault, M., This is not a Pipe, Trans. Harkness, J., Berkeley, University of California Press, 1983, p. 22.

5  Foucault, M., Ceci n'est pas une pipe, Paris, Scholiès/Fata Morgana, 1973, p. 17.

Foucault, M., This is not a Pipe, Trans. Harkness, J., Berkeley, University of California Press, 1983, p. 19.

6  Dreyfus, H. & Rabinow, P. « What is Maturity ? Habermas and Foucault on "What is Enlightenment ?" » in Hoy, D.C., Foucault : a Critical Reader. Oxford, Basil Blackwell, 1986, pp. 109-111.

Dreyfus, H. & Rabinow, P. "Habermas et Foucault. Qu'est-ce que l'âge d'homme ?" Trad. Roberts, J.F., Critique, août/sept. 1986, pp. 857-859.

Dreyfus, H. & Rabinow, P. "Qu'est-ce que la maturité ? Habermas, Foucault et les Lumières" Trad. Colson, J. in Foucault : Lectures critiques. Bruxelles, Editions De Bœck, 1989, pp. 127-129.

7  Lambdin, W. Doublespeak Dictionary, Los Angeles, Pinnacle Books, 1979, pp. IX-XII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Colson, « La prose de pensée : prose étrange ou étrangère ? », Palimpsestes, 6 | 1993, 35-51.

Référence électronique

Jacques Colson, « La prose de pensée : prose étrange ou étrangère ? », Palimpsestes [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/755 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.755

Haut de page

Auteur

Jacques Colson

Université du Nouveau-Brunswick

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals