Navigation – Plan du site

Le rire de Lear — en français

Guy Leclercq
p. 85-97

Texte intégral

  • 1  Telles sont les premières lignes de la préface que M. le Professeur Monod a donné à la traduction (...)
  • 2  Jean-Claude Carrière persiste dans cette attitude de rejet-attirance lorsqu'il ajoute, parlant des (...)

1Rire est le propre de l'homme, dit-on, mais qu'y a-t-il de commun entre le rire d'un Suédois et celui d'un Pygmée ? Ce qui fait rire un Japonais ne fait pas (obligatoirement) rire un Lapon. Faire rire un Français avec les textes qui font rire un Anglais, offrir en français les éclats de rire de Lear, voilà donc un pari pour le moins téméraire. Sylvère Monod le dit bien : "Offrir au public français une édition des poèmes "sans sens" d'Edward Lear est une entreprise hasardeuse et dont le succès ne saurait être tenu pour assuré"1 ; et Jean-Claude Carrière, le scénariste, essayiste, romancier... et traducteur bien connu d'ajouter, parlant de la recréation de l'esprit "nonsensique" des limericks, "ce genre littéraire très purement anglais" : "Il s'agit donc ici, avant tout, d'une gageure, et aussi d'un de ces passages impurs d'une langue à une autre, exercices réputés impossibles et parfois même déloyaux"2. Et pourtant, c'est bien à cette activité impure que je m'apprête à me livrer tout au long de ces quelques pages.

  • 3  Face au non-sens commun, au sans sens (Cixous, Deleuze, Monod, Parisot, ...) ou au nonsensique (Ca (...)

2Pour introduire ce court essai sur l'humour a-sensé3 de Lear (en français), voici deux recettes de cuisine. Manger et boire étant des activités essentielles chez les divers personnages mis en scène (et souvent mis en pièces) par le faussement débonnaire Uncle Arly, les extraits qui suivent nous permettront de pénétrer de plain-pied dans les productions "non-sensées" et "nonsensiques" dont il vient d'être question.

a) L'andouillon des îles au porto musqué

Prenez un andouillon que vous écorcherez, malgré ses cris. Gardez soigneusement la peau. Lardez l'andouillon de pattes de homard émincées et revenues à toute bride dans du beurre assez chaud. Faites tomber sur glace dans une cocotte légère. Poussez le feu, et, sur l'espace ainsi gagné, disposez avec goût des rondelles de ris mitonné. Lorsque l'andouillon émet un son grave, retirez prestement du feu et nappez de porto de qualité. Touillez avec une spatule de platine. Graissez un moule pour qu'il ne rouille pas. Au moment de servir, faites un coulis avec un sachet de lithinés et un quart de lait frais. Garnissez avec les ris, servez et allez-vous-en.

b) Pâté d'amblongusses

Prenez quatre livres (disons quatre livres et demi) d'amblongusses fraîches et disposez-les dans un petit caquelon en terre.

Couvrez d'eau et faites bouillir huit heures sans aucune hésitation. Ajoutez alors deux litres de lait frais et remettez à bouillir pendant deux nouvelles heures.

Après vous être assuré que les amblongusses sont arrivées au moelleux souhaité, retirez-les du feu et placez-les dans une grande casserole après les avoir secouées vigoureusement.

Rapez quelques noix de muscade sur le dessus et couvrez-les de gingembre pulvérisé, de curry en poudre et de pois vieux de cayenne.

Portez la casserole dans la pièce voisine et placez-la sur le sol. Rapportez-la et laissez mijoter trois-quarts d'heures. Secouez avec vigueur jusqu'à ce que les amblongusses aient pris une couleur mauve pâle.

Après avoir préparé la pâte, incorporez-y le tout avec soin et avec un petit pigeon, deux tranches de boeuf, quatre choux-fleurs et une certaine quantité d'huîtres.

Ne quittez pas du regard la préparation jusqu'à ce que la croûte commence à lever tout en ajoutant de temps à autre une pincée de sel.

Dressez dans un plat propre et jetez le tout par la fenêtre sans plus attendre.

3Après avoir goûté les recettes, écoutons deux ou trois aphorismes et formules sentencieuses :

a) Le ruisseau est trempé jusqu'aux os.
b) Le poète a une indigestion de mauvais vers blancs.
c) Je m'ennuie à mourir de rire.
d) Mon amour est profond comme la mer.
e) C'était une île faite d'eau entourée de terre sur la quasi totalité de son pourtour.
f) Maintes pensées maléfiques m'assaillent comme des mouches sur un pruneau.

4Enfin, après les aphorismes, observons quelques représentants du monde animal :

a) Une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête.
b) Une baleine qui nourrit ses petits sans appétit de lait froid sans garantie.
c) Un scarabée avec un parapluie vert uniquement ouvert lorsqu'il ne pleut pas.
d) Un serpent qui se cache la tête dans un chapeau pour prévenir toute morsure accidentelle.

  • 4  Vian, Desnos et Satie, qui sont ici évoqués/invités, ne sont que quelques témoins de ces écrits dé (...)

5Voilà bien ce sourire si caractéristique de Edward Lear ! voilà du "nonsensé" à l'état pur ! Voilà donc cet "humour anglais" qui passe si mal en français ! Une précision cependant : ces quelques exemples d'humour qui met à rude épreuve le bon-sens, allant même jusqu'à provoquer, bafouer, le sens commun, ne sont pas tous empruntés à Lear. Si la seconde recette est bien d'Edward Lear, la première est de Boris Vian ; si les trois derniers aphorismes sont de Lear, les trois premiers sont d'Erik Satie ; si les deux animaux présentés en position c) et d) appartiennent au bestiaire de Lear, les deux premiers sont empruntés à Robert Desnos4. Que conclure de ces rencontres, sinon que l'esprit de Lear n'est pas si "purement anglais", si typiquement étranger, mais au contraire qu'il est partagé et que Lear est parmi nous.

  • 5  Devos R., "Les chansons que je ne chanterai pas", Sens dessus-dessous, Le Seuil, Paris, 1986.

6Comme l'a fait cet autre humoriste adepte du sens dessous-dessus, consacrant la totalité d'une intervention à la description des chansons qu'il ne chantera pas (le texte s'intitule d'ailleurs "Les chansons que je ne chanterai pas"5), je voudrais vous dire ce que je ne dirai pas aujourd'hui.

7Je ne parlerai pas des huiles, aquarelles, plumes et mines de plomb exécutées par Lear tout au long de sa vie avec passion ou simple intérêt, mais toujours avec une extrême rigueur.

8Je n'aborderai pas les quelques centaines de dessins qui participent aux trois volumes publiés par Lear entre 1846 et 1877, au point que les titres de ces ouvrages les mettent sur une totale égalité avec les textes (More Nonsense Pictures, Rhymes, Botany, etc., 1872, ...).

9Je ne parlerai pas de la douzaine de textes en prose, ni de la correspondance riche de plusieurs centaines de lettres.

10Je ne parlerai pas de l'ensemble des 215 limericks, ni des 23 poèmes et chansons, ni des alphabets, ni de la botanie.

  • 6  Lear E., "The Quangle Wangle's Hat", Laughable Lyrics A Fourth Book of Nonsense Poems, Songs, Bota (...)

11Mais, prenant un unique exemple de la production a-sensée d'Edward Lear, le poème en six strophes et cinquante-quatre vers intitulé "The Quangle Wangle's Hat"6, je me propose de regarder et d'écouter quelques uns des éléments qui participent à l'humour de Lear et de tenter leur traduction en français, ce passage se faisant sous les fourches caudines de la présence/absence dans le second texte d'éléments manifestement constitutifs du premier texte. En d'autres termes je m'attacherai à souligner la présence ou l'absence de traces dans le second texte (en français) d'éléments du premier (en anglais) immédiatement identifiables comme étrangers.


*

12"The Quangle Wangle's Hat" appartient au quatrième et dernier volume publié du vivant de Lear (Laughable Lyrics, 1877) ; il y côtoie, entre autre, "The Dong With a Luminous Nose", "The Courtship of the Yonghy-Bonghy-Bo" et "The Pobble who Has no Toes" — nous verrons que cette promiscuité n'est pas innocente.

13Le poème est introduit par un titre : "The Quangle Wangle's Hat", ce qui ne présente en soi aucune originalité ni valeur humoristique ; d'autant plus que ce titre est d'une grande simplicité (groupe nominal minimal : déterminant génitif + nom) ; le titre fait dans la banalité. Cette même banalité caractérise la composition des deux phrases qui constituent la première strophe.

14La première phrase est formée de deux propositions qui ne présentent pas le moindre écart, la moindre originalité formelle, si ce n'est une antéposition du groupe locatif et une antéposition de l'objet.

On the top of the Crumpetty Tree
The Quangle Wangle sat,
But his face you could not see,
On account of his Beaver Hat.

15La seconde phrase, qui forme le reste de la première strophe est, comme la première, d'une composition privée de toute marque en rupture avec la norme.

For his hat was a hundred and two feet wide.
With ribbons and bibbons on every side
And bells, and buttons, and loops, and lace,
So that nobody could ever see the face
Of the Quangle Wangle Quee.

16La première phrase compte quatre vers, la seconde quatre vers également suivis d'un cinquième, extra-numéraire. Ce même cinquième vers, qui est essentiellement composé du nom du personnage donné sous une forme étendue (du "Quangle Wangle" du titre on passe au "Quangle Wangle Quee") conclut chacune des six strophes du poème, offrant trois formes différentes et deux reprises :

Of the Q. W. Q.
Said the Q. W. Q.
Mr. Q. W. Q.
Mr. Q. W. Q.
Of the Q. W. Q.
With the Q. W. Q.

17Cependant, sous cette simplicité apparente de la forme, des éléments d'incongruité apparaissent dans le propos. Reprenons donc la première strophe pour en regarder le thème.

18Dans la première phrase, le thème semble a priori des plus banal : un personnage est posé sur les plus hautes branches d'un arbre. La nature du héros et l'espèce de l'arbre, toutes deux données avec précision, viennent pourtant teinter d'étrangeté ce propos anodin : rien ne dit ce qu'est un Quangle Wangle et l'arbre nommé Crumpetty Tree ne s'apparente à aucune espèce connue. Un nouveau complément d'information, la, texture du chapeau porté par le héros (il s'agit d'un chapeau en castor), ajoute encore à cette perplexitée engendrée, paradoxalement, par les détails sensés lever l'ambiguïté de l'imprécision. Si ce "Quangle Wangle" porte chapeau, il n'est donc pas aussi animal que sa position au faîte de l'arbre pouvait le laisser penser ; et ce chapeau en castor, est-il composé d'un castor entier, de poils de castor ou de peau de castor ?

19Tout est possible ; souvenons-nous de la veste de cet homme du royaume de Tess dont les chaussures sont en peau de lapin et les bas également en peau, mais en peau de quoi ? en peau de qui ? ("His stockings were skins, — but it is not known whose").

20La seconde phrase, dans une apparente logique, apporte de nouveaux compléments d'information qui entretiennent cette impression d'étrangeté, sous couvert de la dissiper ; la phrase se terminant sur une constatation attendue, logiquement introduite (so that...) : le visage du héros est totalement dissimulé à la vue d'autrui.

21Les précisions apportées ici sont de deux ordres : l'une prend une forme chiffrée, l'autre celle d'une accumulation.

22Le format du chapeau du héros, d'abord, ne laisse pas de surprendre : 102 pieds de diamètre, soit approximativement 30 mètres, cela constitue, on l'admettra, un véritable défi à la raison, le sens commun est bafoué. Mais quand on sait que le bateau de quatre petits enfants manoeuvré ailleurs par un vieux "Quangle Wangle" accoste sur une île dont l'unique arbre fait 503 pieds de hauteur, que 65 perroquets rouges à queue bleue sont alignés sur une branche, que les petits enfants cueillent 2 000 côtelettes de veau et un million de crottes de chocolat, on se prend à penser que, somme toute, un chapeau de 102 pieds de diamètre, ce n'est pas "vraiment" impensable. La précision chiffrée, ici marquée au sceau de l'exagération est ailleurs source d'étrangeté par sa finesse même ; que l'on se souvienne de la cape de ce personnage dévorée par deux vaches et demi !

23Autre précision à double lecture : la décoration du-dit chapeau : il porte maints rubans, cloches, boutons et dentelles et, à la rigueur, les boutons et dentelles sur son pourtour. Si les rubans, les boucles, les dentelles et, à la rigueur, les boutons peuvent normalement entrer dans la décoration d'un chapeau, il n'en est évidemment pas ainsi pour les cloches. De même, que sait-on de ces deux sortes de rubans ? en quoi les bibbons diffèrent-ils des traditionnels ribbons auxquels ils sont ici associés ?

24Répétitions, accumulations, éléments hors-série, déformations phonétiques et orthographiques ne sont pas rares chez Lear ; je n'en donnerai que deux exemples empruntés au poème déjà évoqué. L'habitant du royaume de Tess s'écrie après une expérience vestimentaire malheureuse :

I will not wear a similar dress any more,
Any more, any more, any more, never morel !

25Il est vrai que sa tenue, totalement comestible lui avait attiré les pires ennuis en provoquant la ruée de

  • 7  Lear E., "The New Vestments", ibid.

All sorts of Besticles, Birdlings, and Boys7

26Ces personnages et ces lieux au nom forgé, altéré, déguisé, ces faits et états extraordinaires donnés comme allant de soi, ces jeux de mots et de sons pour le seul plaisir du jeu, cette scansion au rythme fortement marqué, au souffle bruyant, ces reprises, séries et accumulations ; cet esprit enfin, cette folle rigueur, ce sens contrarié, à rebours, insensé, tout cela ne renvoie-t-il pas à la comptine ? genre hors duquel la lecture et l'exécution à voix haute des poèmes de Lear ne peut se concevoir, car c'est précisément là qu'ils ont été conçus : "The Qwangle Wangle's Hat" est une comptine.

27Voilà donc introduits dans les premiers vers du poème quelques uns des facteurs provocateurs d'étrangeté, ce terrain de prédilection de l'humour de Lear. Dans une simplicité (trompeuse) parsemée de précisions (fallacieuses), interviennent :

  • une mise en série (and bells, and buttons, and loops, and lace), avec introduction, en position d'emphase, d'un élément étranger à la série (and bells) ;

  • des créations lexicales, l'une totale (Quangle Wangle), l'autre partielle (Crumpetty Tree) ;

  • une déformation lexicale avec formation de paire assonnante (ribbons and bibbons).

  • 8  Berman A., L'Epreuve de l'étranger, Gallimard, Paris, 1984.

28Comment maintenir en français ces mêmes composantes fondamentales, essentielles et complémentaires du rire de Lear en anglais ? Une fois encore"la condition ancillaire" (comme dit Berman8) du traducteur s'impose : quel maître servir ? Une alternative contraignante le déchire :

  • retenir dans sa langue ces éléments, tels qu'en eux-mêmes ou en leur faisant subir de légères altérations, introduisant ainsi dans le texte français (incorporant à ce texte) des fragments ou des caractères qui lui sont étrangers, en un mot, "forçant sa langue à se lester d'étranger" ;

  • ou reconnaître ces éléments constitutifs du texte dans leur étrangeté même pour les rendre accessibles au nouveau lecteur dans toute leur richesse.

29Introduire de l'étranger, ou créer de l'étrange dans le respect total de la langue et de la culture réceptrices ?

30Je proclame ici encore (s'agissant des poèmes humoristiques de Lear), ma totale adhésion à la seconde position. Je traduis à une époque donnée pour un public donné : je m'exprime en français pour des Français (ou des francophones qui participent de la même culture) ; notre langue est commune, notre mémoire aussi. En traduisant de l'anglais en français, je n'anglicise pas mon français. Je rends une référence à un moment de l'histoire anglaise, à une trace de la littérature anglaise, à un aspect de la vie quotidienne anglaise, par un moment, une trace, un aspect de l'histoire, de la littérature, de la vie quotidienne françaises. Lorsque je traduis Edward Lear, prosateur et poète anglais à l'humour a-sensé, nourri de lectures, de comptines, de marmelade et de jelly, je me donne pour objectif de faire rire les Français d'un rire qui, pour être étrange, n'a nul recours à l'étranger.

31Le seul traitement des noms propres dans le poème qui retient ici notre attention me permettra d'illustrer, et je l'espère de justifier ma position.

32Soient donc les deux noms de lieux et les 17 noms de personnages introduits dans "The Quangle Wangle's Hat".

33Une contrée, the Land of Tute et une localisation ponctuelle, the Crumpetty Tree représentent la première classe de ces noms propres.

34The Land of Tute, région non encore découverte, ne demande aucune recherche sur une quelconque planisphère, il n'est donc pas nécessaire, comme le précise Lear à propos de certains autres lieux (dont the Valley of VerriKwier et the lake of Oddgrow), de se plonger dans un gros atlas (ni même dans un encore plus gros atlas) pour percer son mystère. Très naturellement, the Land of Tute répondra donc au Pays de Tute : Tute rimant avec flûte, toute confusion avec l'adjectif féminin "toute" est ainsi exclue et la couleur sonore avec allongement de la voyelle maintenue (/tyt/)

35The Crumpetty Tree, outre la composante sonore du nom double (l'allitération en /k/ /p//t/t/ et la scansion binaire qu'elle souligne dans deux ensembles numériquement égaux)

  • 9  La "Nonsense Botany" de Lear a été publiée en trois étapes dans Nonsense Songs, Stories, Botany an (...)

36crumpetty renvoie (ne peut pas ne pas renvoyer) aux crumpets si appréciés à l'heure du thé outre-Manche. Pour ne pas s'y tromper, ces crumpets offerts ici à profusion renvoient aux autres mets tant appréciés du héros (Jam ; and Jelly ; and bread ; are the best food for me !). Les références directes et indirectes à la nourriture, tant solide que liquide tenant dans l'oeuvre de Lear la place que l'on sait, on imagine mal occulter celle-ci. De plus, un arbre ne donnant pas quelques poires ou pommes communes mais des gâteaux ou des friandises est un élément attendu de la végétation learesque ; l'arbre à crumpets est une espèce voisine des arbres à côtes de porcs et à crottes de chocolat découverts par les quatre petits enfants dont l'histoire est racontée ailleurs, comme il s'apparente à ces Tiggerlilia Terribilis, ces Pollybirdia Singularis ou ces Manypeopleia Upsidownia9 décrits et dessinés dans unouvrage savant du même auteur. Dans le double respect de la forme et de la référence, je propose donc comme espèce continentale du Crumpetty Tree le Biscottier des Bois.

37Les 17 noms de personnages se répartissent en quatre catégories : les noms usuels d'animaux connus (Canary) et ceux d'animaux ou depersonnages originaux au nom jusqu'à aujourd'hui inconnu (Quangle Wangle). Cette première subdivision est complétée par deux sous-catégories qui concernent les animaux communs ; il ne s'agit plus ici de simples babouins ni de vulgaires volailles, mais de Blue Baboons, type original d'animal connu, et de Fimble Fowl, type inconnu d'animal connu.

38La première catégorie, la mieux représentée, compte par ordre d'apparition : the Canary the Stork, the Duck, the Owl, the Snail, the Bumble-Bee, the Frog. Ces animaux étant communs et connus, donc reconnaissables, le maintien à la fois de leur nature et de leur nom donnera directement droit de présence dans le texte français au Canari, à la Cigogne, au Canard, etc.

39La seconde catégorie est forte d'un Quangle Wangle, un Pobble, un Dong et un Attery Squash. De ces quatre créatures, seul(e) la dernière nommée n'apparaît nulle part ailleurs dans l'œuvre de Lear ; le Dong, ici affligé d'un nez lumineux, et le Pobble, dont il est dit qu'il est dépourvu d'orteils, sont l'un et l'autre le personnage central d'un long poème dont le titre est précisément "The Dong with a luminous Nose" et "The Pobble who has no Toes". Quant au Quangle Wangle, il joue par deux fois un rôle non négligeable, une première fois comme compagnon des quatre petits enfants partis faire le tour du monde (c'est lui qui est chargé de la cuisine) et une seconde fois pour provoquer la terrible fin des sept jeunes chats du lac Pipple Popple (il est vrai qu'il s'agit là d'un Clangle-Wangle, espèce, on l'admettra fort voisine du Quangle Wangle dont il est ici question).

40Les trois premiers noms devant leur pouvoir d'évocation à leur structure sonore et aux possibilités ouvertes de rapprochements sémantiques, la recherche de sonorités françaises (ou possibles en français) dans des noms suggestifs (mais non manifestement explicites) permettra ici le maintien de noms proches (Pobole, Dongue) et là une création parallèle (Grantor Bastor). Le nom du personnage principal, complété par une adjonction terminale, repris comme une litanie au dernier vers de chacune des six strophes, Quangle Wangle Quee, donnera Grantor Bastor Grois ; un bruit onomatopéique répondant à un autre bruit et une allitération en /g/ répondant à une allitération en /kw/.

41Les deux sous-catégories (noms d'espèces ou de genres connus accouplés à une précision inattendue ou inconnue) sont représentées d'une part par the Golden Grouse, The Orient Calf et the Blue Baboon et d'autre part par the Attery Sqash, the Fimble Fowl et the Bisky Bat.

42Si tous ces noms sont doubles (caractère non négligeable), quatre offrent un écho consonantique à l'attaque, cet écho ici forgé crée un contraste avec celui de Bumble Bee qui, lui, est donné par le lexique commun.

43Autre caractère commun, tous sont directement explicités par l'un de leurs deux éléments : grouse, baboon, squash, etc., étant immédiatement identifiables, l'un d'eux l'étant doublement, squash renvoie au nom de la cucurbitacée et du verbe to squash (écraser, aplatir, exprimer le jus).

44Golden Olympian Orient Blue Fimble Bisky Attery Grouse Bear Calf Baboon Fowl Bat Squash

  • 10  Prévert, J., Fatras, Gallimard, Paris, 1986.

45Si le maintien de l'animal et de son nom semble s'imposer pour les premiers animaux cités (Duck, Stork, ...), ce respect apparaît ici second : plus que d'un animal précis, ce dont il est maintenant question, c'est d'une impression d'animal, impression étrange ("être angle... être âne", dira Prévert10 , quelle différence ? Pourquoi donc vouloir appeler un chat un chat..., et une chauve-souris une chauve-souris ?). Les espèces particulières de coq de bruyère, de babouin, d'ours et de veau proposées en français seront donc tout aussi (peu) envisageables dans nos prairies et sur nos arbres que le sont leurs homologues anglais : le Babouin Bleu voisinera ainsi avec le Veau Oriental, l'Ours d'Olympie-les-Pierres et, me l'accordera-t-on ? le Coq de Gruyère.

46La double dette de la seconde composante de Attery Squash au lexique commun, jointe à une première partie de nom évocatrice — au deuxième degré demande en toute logique (?) une création sur les mêmes principes de formation ; je proposerai donc ici l'Atère Pressée. Si la courge, ou toute autre courgette, bien que plus satisfaisante dans leur aspect dénotatif a été refusée, c'est qu'elle perdrait, par sa précision même, toute valeur connotative. Ici, dans ce monde où l'insolite le dispute à l'irrationnel, pour le plus grand plaisir (déraisonnable) des lecteurs de Lear, l'Atère Pressée (la terre pressée comme une vulgaire orange, ou comme un coureur impénitent) se propose de jouer le même rôle tout d'ambiguité.

47Bisky Bat et Fimble Fowl, les deux espèces inconnues d'animaux connus (bat et fowl) demandent, par leur originalité même, un traitement original. La première créature subira une altération de sa nature propre et la seconde connaîtra une métamorphose tout en sollicitant la mémoire culturelle française, l'une et l'autre manifestant ainsi une nouvelle fois le rejet d'une trace étrangère non-explicite.

48L'animal introduit sous le nom hybride de Bisky Bat perd sa nature spécifique de chauve-souris, animal profondément ancré dans le folklore enfantin anglo-saxon, pour trouver son homologue par le truchement du folklore enfantin français : Bisky Bat se métamorphosant en Céteux-Panoux. L'allitération d'attaque en /b/ et les échos consonantiques (/b//k//t/) entretenus dans les deux termes du nom double anglais font ainsi place dans le nom français à un autre jeu phonique (t//p/) dans une paire bisyllabique fortement scandée, l'à-peu-près sémantique de l'un (Bisky Bat) s'effaçant devant le calembour de l'autre, où le double-sens se teinte d'une parodie à la fois exotique et savate (Céteux-Panoux..., c'est eux, pas nous).

49— Enfin, the Fimble Fowl, cette volaille repérable en tant que telle de ce côté-là du Channel se retrouvera de ce côté-ci de la Manche dans un autre volatile également comestible : la très nationale Poule Opo à l'existence quasi mythique depuis la célébrité que le bon roi Henri lui a conférée.

50En proposant les quelques remarques que l'on vient de lire et qui m'ont été inspirées par la lecture et la traduction d'un poème d'Edward Lear je n'ai d'autre prétention que d'apporter ma contribution au débat qui tend à opposer les partisans du maintien des marques de l'étranger dans la langue traduisante à ceux qui les excluents dans leur pratique et leur théorie.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Telles sont les premières lignes de la préface que M. le Professeur Monod a donné à la traduction par Henri Parisot d'une large sélection des poèmes d'Eward Lear et Sylvère Monod d'ajouter, après avoir montré et démontré certains mécanismes de l'écriture de ces poèmes : "Leur comique, surtout pour un esprit français, n'est pourtant pas d'un abord facile".

Lear E., Poèmes sans sens/Nonsense Poems, trad. Henri Parisot, Aubier-Flammarion, Paris, 1974, pp. II et 46.

2  Jean-Claude Carrière persiste dans cette attitude de rejet-attirance lorsqu'il ajoute, parlant des limericks : "Il est assez commun de dire que le rythme très particulier de ces poèmes et l'esprit "tapageur et obscène", à moins qu'il ne soit nonsensique, qui les anime, sont propres au génie bref de la langue anglaise — et tout à fait inexportables". Cette "inexportabilité" n'exclue pas pour autant une création parallèle, car, ajoute ce provocateur talentueux : "J'ai connu à Madrid un Japonais qui était professeur de flamenco".

Carrière J.-C, 101 limericks français, La Bougie du sapeur, Paris, 1988.

3  Face au non-sens commun, au sans sens (Cixous, Deleuze, Monod, Parisot, ...) ou au nonsensique (Carrière) évoqués ici, je préfère le non sensé et plus encore l'a-sensé, que je propose ici, dont l'affirmation du refus du sens commun se double d'une nuance de décollement d'avec le bon sens, lui conférant ainsi une sorte de dimension planante, "l'a-sensé" se confondant avec l'ascension.

4  Vian, Desnos et Satie, qui sont ici évoqués/invités, ne sont que quelques témoins de ces écrits déraisonnables dont est riche la littérature française. Parodiant Breton dans son palmarès du surréalisme, nous pourrions ainsi dresser une longue liste de prosateurs et de poètes dont chaque entrée serait introduite par la même formule : "X. est a-sensé dans sa...". La famille des adeptes de l'a-sensé ainsi réunie serait-elle tellement moins nombreuse de ce côté-ci de la Manche que celle que l'on recense de ce côté-là du Channel ?
a) Vian B., L'Ecume des jours, J.J. Pauvert, Paris, 1963.
b) Satie. Ces quelques moments (non musicaux) sont extraits d'"Avant-dernière pensée" et d"'Heures séculaires et instantannées", deux des quelques poèmes en prose dont Erik satie accompagnait certaines pièces pour piano... tout en les dissociant d'elles. Les titres de ces pièces pour piano témoignent du même esprit "a-sensé" ("Désespoir agréable", "Préludes canins", "Pièces froides", "Le Poisson rêveur", "3 Morceaux en forme de poire", "Heures séculaires et instantannées",...), comme le font les indications de jeu portées sur les partitions elles-mêmes (Agité. Comme un rossignol qui aurait mal aux dents. Du bout de la pensée. Ne changez pas de physionomie. Ouvrez la tête. Tombez jusqu'à l'affaiblissement. Pâlissez. Riez sans qu'on le sache).
c) Desnos R., "La Fourmi" et "La Baleine", Chantefables pour les enfants sages, Gründ, Paris, 1944.

5  Devos R., "Les chansons que je ne chanterai pas", Sens dessus-dessous, Le Seuil, Paris, 1986.

6  Lear E., "The Quangle Wangle's Hat", Laughable Lyrics A Fourth Book of Nonsense Poems, Songs, Botany, Music, ETC First pub, 1877, Faber and Faber, London, 1947.

7  Lear E., "The New Vestments", ibid.

8  Berman A., L'Epreuve de l'étranger, Gallimard, Paris, 1984.

9  La "Nonsense Botany" de Lear a été publiée en trois étapes dans Nonsense Songs, Stories, Botany and Alphabets (1871), puis dans More Nonsense, Pictures, Rhymes, Botany, ETC (1872) et enfin dans Laughable Lyrics, A Fourth Book of Nonsense Poems, Songs, Botany, Music, ETC (1877).
Ces trois moments de culture d'agrément ont été regroupés et l'ensemble des fleurs et plantes ainsi produites a été transplanté dans un autre humus, cf. "Nonsense Botany/Botanie non-sensée", trad. de G. Leclercq, in Encrages, 4/5 Poésie/Traduction, PUV, Université de Paris VIII, 1985.

10  Prévert, J., Fatras, Gallimard, Paris, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Leclercq, « Le rire de Lear — en français », Palimpsestes, 6 | 1993, 85-97.

Référence électronique

Guy Leclercq, « Le rire de Lear — en français », Palimpsestes [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/760 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.760

Haut de page

Auteur

Guy Leclercq

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals