Navigation – Plan du site

Pour un palimpseste de la traduction française du personnage de Ratliff dans Le Hameau1de Faulkner

Annick Chapdelaine
p. 115-129

Texte intégral

  • 1  William Faulkner, The Hamlet, New York, Random House, 1940, et Le Hameau, traduction de René Hille (...)
  • 2  Malcolm Cowley et William Faulkner, The Faulkner-Cowley File : Letters and Memories, 1944-1962, éd (...)
  • 3  William Faulkner, “A Bear Hunt”, The Saturday Evening Post, 22, (10 février 1934), p. 8-9, 74, 76, (...)

1Devenu Ratliff dans la trilogie des Snopes pour des raisons pratiques, Faulkner tentant dans la mesure du possible d'éviter que l'on fît des rapprochements entre ses personnages et les gens de son entourage, le représentant itinérant de machines à coudre dont le créateur était, de son propre aveu, tombé amoureux2, vécut, à l'exception d'une avant-première dans la nouvelle “A Bear Hunt” en 19343, sous le patronyme de Suratt de 1926 à 1940, date de la parution de The Hamlet aux États-Unis.

  • 4  Adjutor Rivard, “Le suffixe -eur dans notre parler populaire”, in Études sur les parlers de France (...)

2“Raconteux” d'histoires et “colporteux” de nouvelles, deux régionalismes morphologiques vivaces au Québec et qui remontent au XVIe siècle en France4, Ratliff :

... vendait peut-être trois machines par an, [et] le reste du temps, il faisait le trafic de terres, de bétail, d'instruments de culture et de musique d'occasion ou de n'importe quel objet dont le possesseur n'avait pas absolument besoin,... (p. 20)

3Figure centrale de la trilogie des Snopes, c'est un marchand ambulant, un habile “troqueux”, un fin stratège qui sillonne un territoire de quatre comtés, avec, comme premier capital, sa connaissance des hommes et la magie du Verbe. Ses homologues de par le monde rural sont, pour n'en citer qu'un, du même continent, mais plus au nord, en Acadie, des hommes comme le petit Syrien dans Mariaagélas d'Antonine Maillet :

  • 5  Antonine Maillet, Mariaagélas, Ottawa, Éditions Leméac, 1973, p. 122.

Au pays des côtes, en ces années-là, passait parfois un étranger : un missionnaire, un quêteux, un vendeur de brosses ou de machines à coudre. Le petit Syrien surtout attirait le monde. Parce que lui, il vendait un peu de tout : du fil, des outils, du coton, du tiriac, de la poudre, des crayons et l'Almanach du Peuple. Il distribuait en plus des histoires, le petit Syrien, des histoires qu'il recueillait un peu partout dans ses voyages. Aussi les gens des côtes avaient-ils toujours hâte de voir arriver son camion5.

4Ou son “buggy” pour ce qui est de Ratliff.

5Maîtres de l'art de conter et de l'art de vendre, les deux pouvant aller de pair, puisqu'ils ressortissent à la séduction, ces “colporteux” au double sens du terme, à savoir de marchandises et de nouvelles, dépassent de loin le rôle de simple commerçant. Ni simples commerçants donc, ni conteurs officiels, ils allient les deux talents dans de véritables joutes verbales, tant et si bien qu'il devient difficile de distinguer le vendeur du raconteur, comme le vrai du faux. Peu importe, ce qui compte, c'est à la fois d'être écouté et de gagner, d'avoir le dessus, et par conséquent de maintenir sa réputation de fin conteur et de fin renard. Dans ce sens, Ratliff sort tout droit de la tradition humoristique du sud-ouest américain, avatar du self-reliant backwoodsman, doublé d'un conteur de tall tales, un grand individualiste qui tient les rênes de son destin, en commençant par celles, plus prosaïques, de son “buggy”.

6Avec son héros de l'arrière-pays, à la fois participant et conteur de hauts et bas faits, Le Hameau est non seulement, comme son titre le suggère, une pastorale moderne, mais encore une pastorale épique. Traitée sur le mode ironique toutefois puisque son thème principal, la rapacité, va à l'encontre de tout ce que représentent les genres pastoral et épique réunis. En effet, même les méthodes de Ratliff, pourtant champion de la justice, le seul à lancer des défis aux propriétaires terriens calculateurs que sont les Varner, et surtout à l'anti-héros du roman, son adversaire déclaré, le vilain, Flem, ne sont pas toujours exemptes de blâme, car il finit, comme nous le verrons plus loin, par participer au propre jeu qu'il dénonce.

  • 6  William Faulkner, Father Abraham, édité par James B. Meriwether, New York, Random House, 1983.
  • 7  William Faulkner, Elmer, édition établie par Dianne L. Cox, avant-propos de James B. Meriwether, s (...)
  • 8  Ibid., p. 240.

7Le premier texte où apparaît la figure de V. K. Ratliff, sous le nom de V. K. Suratt, comme nous l'avons dit plus haut, est Father Abraham, terminé en 1926, mais probablement conçu et commencé en 1925 si l'on se reporte à la petite préface que Faulkner donna en 1959 pour Le Domaine. Father Abraham parut pour la première fois en 1983, sur l'initiative de James B. Meriwether6, et fut traduit en France, sous le titre Le Père Abraham, par Michel Gresset en 19877. Ce texte fondateur de la trilogie des Snopes, son épisode “princeps”, est à plusieurs titres d'une importance fondamentale. Nous nous en tiendrons à celui qui nous préoccupe par rapport au personnage de Ratliff : c'est-à-dire le fond inépuisable de l'humour du Sud et de la langue parlée américaine dans lesquels Faulkner avait puisé pour le créer. Ainsi, dès Father Abraham, Faulkner se situe d'emblée dans la tradition littéraire de G. W. Harris, de A. B. Longstreet et de Mark Twain. Nous y voyons déjà Suratt, adossé au mur de la galerie du “magasin général” de Will Varner, racontant ses déboires avec le cheval moucheté “avec l'efficacité calculée de l'humoriste professionnel”8. Ses auditeurs, accroupis, assis, ou adossés à un mur eux aussi, occupés à cracher, à priser du tabac, mais surtout à tailler des éclisses avec des couteaux de poche ou à aiguiser les lames de ces couteaux sur leurs semelles, sont les mêmes que nous retrouvons dans Le Hameau.

  • 9  Voir Jacques Pothier, “‘Tandis que j'agonise’ : la parole en dérive”, p. 72-95, pour une étude de (...)
  • 10  William Faulkner, “Spotted Horses”, Scribner's, LXXXIX (juin 1931), p. 585-597, repris dans Uncoll (...)

8Entre 1926 et 1940, donc, Father Abraham fut suivi de plusieurs autres versions, toutes courtes et successivement intitulées : “As I Lay Dying”, “Abraham's Children”, “As I Lay Dying”, “The Peasants”, “Aria Con Amore” et “Horses”9, pour devenir, en dernier lieu, la nouvelle “Spotted Horses”, publiée en 193110, avec Suratt comme seul narrateur. Enfin, en 1939, Faulkner en fit une révision finale et l'incorpora dans le chapitre I du livre IV du Hameau, intitulé “Les Paysans”.

9Dans cette version, comme dans Le Père Abraham, la narration à la troisième personne est assurée par un narrateur omniscient. Ratliff, à la fois témoin, puis, malgré lui, acteur, y parle seulement pour dissuader les paysans d'acheter les chevaux et pour commenter les événements “par après”.

  • 11  Joseph Blotner, éditeur, Uncollected Stories de William Faulkner, New York, Random House, 1979, No (...)
  • 12 Ibid., p. 685.

10L'intérêt de regarder de près cette première séquence où figure Suratt/Ratliff est qu'elle permet de percevoir les choix lexicaux, morphosyntaxiques, phonétiques et rythmiques que Faulkner fit au cours des ans pour représenter ce que Blotner appelle “le dialecte”11 de Ratliff, dans le but d'obtenir des effets de réel dialogal vernaculaire. Si l'on observe que la part quantitative du discursif dans Le Hameau, et partant, dans “Spotted Horses”, est considérable, et que la majorité des réseaux discursifs du roman est prise en compte par Ratliff, il est très important, en vue d'aborder ce problème au moment de la traduction, de repérer quels indicateurs du parler sociolectal le grand écrivain a choisi de privilégier. Faulkner peinait pour effectuer une adéquation vraisemblable entre parler écrit et parler oral sans qu'elle devienne pour autant illisible, comme le confirme Blotner dans ses notes sur les nouvelles incorporées dans Le Hameau12. Or, l'un des prédécesseurs tant admiré de Faulkner, George Washington Harris (1814-1869) ne s'était pas gêné pour transcrire des répliques, ou des histoires entières, en une graphie pour le moins non conventionnelle. Ainsi, dans l'ouverture de “Mrs. Yardley's Quilting”, Sut Lovingood explique ce qu'il vient de faire en ces termes :

  • 13  E. B. White et Katharine S. White, éditeurs, “Mrs. Yardley's Quilting”, A Subtreasury of American (...)

“Fixin her fur rotten cumfurtably, kiverin her up wif sile, tu keep the buzzards frum cheatin the wurms.”
“Oh, you have been helping to bury a woman.”13

  • 14  Jacques Pothier, “‘Tandis que j'agonise’ : la parole en dérive”, op. cit., p. 80.

11L'écart entre Sut Lovingood et le Suratt de 1926, surtout en ce qui a trait à la reproduction de phonétismes particularisants, est nettement plus grand qu'entre ce dernier et le Ratliff de 1940, ou encore le Suratt de 1931. Ainsi, ce sont principalement les ellipses de lettres remplacées par des apostrophes du Suratt du début qui disparaissent dans les deux versions suivantes. En effet, à l'exception de la première version de “As I Lay Dying” qui, d'après Jacques Pothier, “marque [...] la tentative la plus extrême que Faulkner ait faite pour exploiter ce genre de pittoresque” c'est-à-dire les “particularismes dialectaux”14, entre 1926, 1931 et 1940, ce que l'on remarque surtout, c'est un travail de va-et-vient de l'auteur, qui enlève de la main gauche ce qu'il replace de la main droite. En voici trois illustrations significatives :

12Suratt, Father Abraham, 1927 :

  • 15  William Faulkner, Father Abraham, op. cit., p. 63-64.

Yes, sir, when I looked over my shoulder and seen [c'est nous qui soulignons] that thing in the do' behind me, a-blarin hits eyes at me, I made sho' Flem Snopes had brung a tiger back from Texas with him15

13puis Suratt, “Spotted Horses”, 1931 :

  • 16  William Faulkner, “Spotted Horses”, Uncollected Stories, op. cit., p. 174-175.

... and I looked over my shoulder and see something that looked like a fourteen-foot pinwheel a-blaring its eyes at me.16

14puis Ratliff, dans Le Hameau, 1940 :

Yes sir, when I looked around and seen that varmint in the door behind me blaring its eyes at me, I'd a made sho Flem Snopes had brought a tiger back from Texas... (p. 354)

15La lecture de ces textes confirme que Faulkner avait des partis pris esthétiques très marqués, et que, comme dans tout ce qu'il écrivait, la transcription du vernaculaire était le fruit d'un travail scrupuleux. Autant en sera donc exigé des traducteurs.

  • 17  William Faulkner, “Lizards in Jamshyd's Courtyard”, Saturday Evening Post, 27 février 1932, p. 12- (...)

16Entre-temps, Suratt aura fait deux autres apparitions, l'une au chapitre VI de la deuxième partie de Sartoris, en 1929, l'autre dans Tandis que j'agonise, en 1930, puis, après “Spotted Horses” en 1931, il reviendra sur la scène faulknérienne dans “Lizards in Jamshyd's Courtyard”, publié en 193217. Cette nouvelle est composée de deux histoires où Suratt défie Flem : le marché des chèvres qui se solde par un match nul, et l'achat de l'Old Frenchman Place pour y trouver de l'or, histoire dans laquelle Ratliff est non seulement défait mais par la même occasion devenu l'agent qui démarre involontairement Flem à Jefferson puisqu'il lui a cédé sa part dans un restaurant de cette ville en échange du terrain “au trésor”. Les deux histoires, que l'on retrouve sous des formes plus élaborées dans Le Hameau, principalement le marchandage de la machine à coudre et des chèvres, où Ratliff emploie des moyens peu honnêtes pour duper son rival, aboutissent aux mêmes conclusions que dans la nouvelle : Flem est le plus fort. Bon perdant, Ratliff aura dit, dans “Spotted Horses”, et cette phrase s'applique très bien ici :

  • 18  William Faulkner, “Spotted Horses”, op. cit., p. 166.

“He skun me in two trades, myself, and the fellow that can do that, I just hope he'll get rich before I do ; that's all.”18

  • 19  William Faulkner, “Fool About a Horse”, Scribner's, C (août 1936), p. 80-86, repris dans Uncollect (...)
  • 20  William Faulkner, “Barn Burning”, Harper's, CLXX1X (juin 1939), p. 15-21, repris dans Collected St (...)
  • 21  Joseph Blotner, éditeur, Uncollected Stories, op. cit., p. 684-685.

17Maintenant que nous avons vu les nouvelles mettant Suratt en scène et qui furent incorporées au Hameau, nous allons, en continuant à respecter la chronologie de leurs parutions, aborder les deux dernières à être assimilées, “Fool About a Horse” et “Bam Burning”, respectivement publiées en 193619 et 193920, et desquelles le personnage de Suratt/Ratliff est absent. Sauf si l'on remonte à la toute première version de “Fool About a Horse”, un tapuscrit jamais publié21, où la famille de pauvres paysans porte le nom de Suratt et où le narrateur-adulte acteur-enfant n'est autre que V. K. Suratt, fils de Lum et de Vynie. Dans la version publiée en 1936, donc, la famille n'a pas de nom et c'est le jeune fils qui en est le seul narrateur. Dans Le Hameau enfin, il s'agit de la famille d'Ab(raham) Snopes, la première de la généalogie, celle qui a généré Flem dans Father Abraham, et c'est V. K. Radiff qui orchestre l'histoire, puisqu'il y est à la fois narrateur et acteur-enfant, le petit voisin, témoin de la retentissante défaite d'Ab Snopes dans sa joute contre le maquignon Pat Stamper, défaite fatidique qui a rendu ce dernier aigri et intraitable.

18La toute dernière nouvelle à être intégrée au Hameau, et qui se trouve au début du livre, subit de telles transformations et joue un rôle si important dans la structure du roman qu'elle mérite qu'on s'y attarde. Au départ, la nouvelle “Barn Burning”, une tragédie, celle du petit Colonel Sartoris Snopes, âgé de dix ans, à la merci des tendances incendiaires de son père, Ab Snopes. Partagé entre sa loyauté envers les siens et son sens de l'honneur, il ne peut plus cautionner celui de son père, la vengeance par le feu, et finit par le quitter pour toujours.

19À l'arrivée, le chapitre premier du livre I du Hameau, une comédie qui se passe à trois niveaux en même temps, une série de tall tales qui s'emboîtent sur le thème de l'arroseur-arrosé, une unité textuelle cohérente à partir de laquelle il est possible de découvrir, en miniature, le fonctionnement de tout le roman, composé, comme ce premier chapitre, d'une série de tall tales menant à l'avancement de Flem : une mise en abyme, enfin, du Hameau.

20Le premier niveau, que l'on pourrait intituler “Brûlage de granges”, et qui est le point de départ à la fois des deux autres mais aussi de tout le roman et des tall tales qui s'y succèdent, est l'histoire du passé incendiaire d'Ab Snopes, “arroseur” de feu de ses patrons Harris et Major De Spain. Le deuxième, ou “La déconfiture de Jody Varner”, est la virtuosité illocutoire avec laquelle Ratliff affabule les histoires de brûlage de granges d'Ab Snopes pour “arroser” Jody qui allait, avec rapacité, voler la récolte du pauvre diable en misant sur sa réputation d'incendiaire. Le troisième, sur le thème de “On ne joue pas avec le feu” est la victoire de Flem à la fois sur Jody et, ce qui n'a pas toujours été vu, sur Ratliff. Sur Jody, car ce dernier, sous l'effet perlocutoire des propos de Ratliff, donnera accès à Flem, le membre le plus astucieux de la famille d'Ab Snopes, à son patrimoine en échange d'une “police d'assurance contre l'incendie” (p. 34). Sur Ratliff, car c'est grâce à lui et à son insu, “comme de raison”, que Flem aura obtenu un poste de commis au magasin des Varner, poste-clé ou plutôt tremplin de sa carrière. Après tout, jusqu'alors, les activités de Flem s'étaient limitées à brûler des granges avec son papa. Donc, comble de l'ironie, Ratliff, en voulant déjouer Jody, aura en fait, par l'entremise de ce même Jody, été un participant actif dans le lancement de Flem, le pire des deux maux, à Frenchman's Bend. Et l'ironie se poursuit, car de “Fool About a Horse” en passant par “The Sewing Machine and Goat Trade”, “Spotted Horses” et en dernier lieu, “Lizards in Jamshyd's Courtyard”, où Ratliff tombera à son tour dans un piège tendu par Flem, chacun de ces tall tales contribuera directement ou indirectement à la légende de Flem. On se surprend à penser qu'il faudrait peut-être en venir aux mêmes conclusions que Will Gibson dans la nouvelle “The Liar”, dont la publication remonte à 1925, et dont le protagoniste principal, le menteur, est un prédécesseur de Ratliff :

  • 22  William Faulkner, New Orleans Sketches, édité par Carvel Collins, New York, Random House, (1925) 1 (...)

“Either way, if you ain't learnt a lesson, I have. And that is, don't talk at all lessen you have to, and when you got to talk, tell the truth”22

21Mais, ce faisant, on s'en tiendrait au troisième niveau de “Barn Burning” : la victoire de Flem. Or, Le Hameau ne se réduit pas aux succès de ce dernier, que l'on pourrait résumer en dix lignes, mais, comme l'a si bien dit Sylviane Garnerone dans son mémoire intitulé “Le Comique verbal dans The Hamlet” :

  • 23  Sylviane Garnerone, “Le Comique verbal dans The Hamlet”, Mémoire de maîtrise sous la direction de (...)

La matière même du roman, à côté de quoi le thème, le sujet, l'intrigue paraissent négligeables —…— c'est la fréquence du comique verbal qui se mesure en termes de flux23

  • 24  Ibid., p. 40.

22et dont le détenteur majeur, toujours selon Garnerone24, et nous souscrivons à ses dires, est V. K. Ratliff. Dans ce sens, en la personne de Ratliff, Faulkner rend un hommage à la figure du conteur, de l'artiste, et peut-être aussi, qui sait, à celle de l'écrivain. Les auditeurs de l'un et les lecteurs de l'autre savent, comme pour “Le menteur” que :

  • 25  William Faulkner, New Orleans Sketches, op. cit., p. 93.

His fabling was well known. And though like all peoples who live close to the soil, they were by nature veracious, they condoned his unlimited imagination for the sake of the humor he achieved and which they understood25

  • 26  Michel Gresset, “Aspects de la traduction littéraire : Poe et Baudelaire, Faulkner et ses interprè (...)
  • 27 Ibid., p. 65.

23C'est peut-être cette dimension du Hameau, celle de l'humour, produit par ses deux narrateurs, l'auteur et son relais, ou porte-parole, Ratliff, qui aura le plus échappé aux lecteurs français, en commençant par son traducteur, René Hilleret. Quand on pense que Le Hameau a mis dix-neuf ans à paraître en traduction en France, et, qu'une fois traduit, il n'a pas eu grand succès, on se rend compte qu'il aura fallu attendre la venue du critique faulknérien Michel Gresset dans les années soixante pour que ce roman soit reconnu comme étant non seulement “le plus grand livre d'humour américain depuis Huckleberry Finn26, mais encore un des sommets de l'œuvre de Faulkner, au même titre que Le Bruit et la fureur, Absalon ! Absalon ! et Descends Moïse. Fervent défenseur de la dimension comique de l'œuvre de Faulkner, Gresset citera à maintes reprises l'échec du Hameau, chef-d'œuvre d'humour américain, comme illustrant de façon exemplaire l'échec du Faulkner comique en France27 pour l'ensemble de son œuvre. Insensibles aux mérites du comique verbal de Faulkner dans Le Hameau, les lecteurs français seront en même temps insensibles à ceux de son porte-parole, Ratliff. Or, en proposant un palimpseste de la traduction française de ce dernier, c'est, à petite échelle, à sa réhabilitation d'agent de comique que nous œuvrons, en espérant que par la suite, à grande échelle, le comique verbal pourra être réinscrit dans toute l'œuvre de Faulkner.

  • 28  Stanley D. Woodworth, William Faulkner en France (1931-1952), Paris, M. J. Minard, 1959, p. 33.
  • 29 Ibid., p. 31.
  • 30  Hans Bungert, William Faulkner und die humoristische Tradition des amerikanischen Südens, Heidelbe (...)
  • 31 Ibid., p. 160.

24Woodworth n'a-t-il pas écrit, en 1959, à propos des traductions parues entre 1931 et 1952, et qui ont donné le ton pour les œuvres à venir : “Pratiquement, et avec raison, les traducteurs n'ont pas essayé de traduire le patois”28. Woodworth a aussi déclaré que “le Sud ne se traduit pas”29, c'est l'humour frontalier dont l'une des principales composantes est l'emploi fonctionnel du vernaculaire à des fins comiques. Or, ne pas rendre la part vernaculaire de l'œuvre de Faulkner en traduction, lui fait perdre et son identité et sa qualité comique. Ce sont d'ailleurs les deux aspects à avoir le plus souffert du passage en français. Les autres caractéristiques de l'humour de la “Frontière” ou du sud-ouest américain, et que l'on retrouve sans exception dans Le Hameau sont : le réalisme, le comique aux côtés de l'horreur et de la violence, le statut reconnu du self-reliant backwoodsman, l'usage d'une histoire contée dans une histoire ou frame-narrative, et enfin, l'emploi de techniques comiques, en particulier le “”30.Or, selon Bungert, dont l'hypothèse est que l'héritage régional de Faulkner a été un facteur essentiel dans l'évolution de ce grand écrivain américain, Le Hameau est son roman le plus redevable de la tradition humoristique du sud-ouest31. Dans une étude fouillée des sources d'inspiration régionales de Faulkner, Bungert retrace les sujets, thèmes et formules que l'auteur aura incorporés à son œuvre. Il en ressort que pour presque chaque “” (“Fool About a Horse”, “Spotted Horses”, Flem Snopes dans sa confrontation avec le diable), personnage (Flem, Eula), incident (les scènes de tribunal, Flem et Mrs Armstid), et même comique de mots (les proverbes empêtrés de I. O. Snopes) dans Le Hameau, Bungert a retrouvé une histoire, un sketch ou un exemple tiré du bagage littéraire du Sud.

  • 32  Stephen Vincent Benét, “Flem Snopes and His Kin”, Saturday Review (6 avril 1940), p. 7.
  • 33  Burton Rascoe, “Faulkner's New York Critics”, American Mercury, L (juin 1940), p. 243-247.
  • 34  Milton Rugoff, “Out of Faulkner's Bag”, New York Herald Tribune Book Review (31 mars 1940), p. 4.

25On peut donc en déduire qu'il y a eu dans la réception française du Hameau un problème interculturel lié à l'ignorance d'un fait de culture américain important : l'humour frontalier et son corollaire, les tall tales. Or les critiques américains, dont le poète Stephen V. Benét, ont, dès 1940, tout de suite vu la part de “” dans ce roman32. Y ont fait exception quelques Nordistes, aux prises avec un problème intraculturel cette fois-ci, à savoir une méconnaissance du Sud de leur pays. Ainsi, dans un article intitulé “Faulkner's New York Crides”33, Burton Rascoe se sera moqué de son collègue new yorkais, Milton Rugoff, qui, dans sa revue du Hameau pour le New York Herald Tribune34, aura, avec des yeux d'intellectuel nordiste, pris les tall tales de Ratliff au pied de la lettre, allant jusqu'à croire, par exemple, que l'on peut gonfler un cheval avec une pompe à bicyclette. Ces entraves intra- et inter-culturelles auront été l'une des causes principales de la non-perception du comique chez Faulkner pour nombre de ses lecteurs, chez lui comme à l'étranger, et plus encore en traduction si les traducteurs n'ont pas tout mis en œuvre pour les surmonter.

  • 35  Antoine Berman, “La traduction et la lettre ou l'auberge du lointain”, Les tours de babel : essais (...)
  • 36  Antoine Berman, L'Épreuve de l'étranger. Culture et tradition dans l'Allemagne romantique, Paris, (...)

26L'heure est enfin venue de remédier à la “destruction des réseaux langagiers vernaculaires”35 dont souffre la traduction du Hameau, et le remède se trouve dans ce que Berman appelle “l'élargissement de notre langue”36, ou encore, pour reprendre le thème de notre colloque, l'acceptation de “l'étranger dans la langue”.

27Or, en ce qui a trait à la traduction du personnage de Ratliff, nous entrevoyons deux “étrangers” que le français devra apprivoiser. Le premier, qui n'en est pas un, mais qui l'est devenu depuis le Classicisme, à savoir “l'étrangeté” des éléments linguistiques vemaculaires dans la prose littéraire, et que nous appellerons “l'étranger dans le propre”. Le deuxième, “l'étranger tout court”, c'est-à-dire les éléments linguistiques tout à fait étrangers, ceux pour lesquels il n'existe aucun équivalent dans la culture cible. Afin de réhabiliter ces deux “étrangers” dans le polysystème littéraire français, il existe des procédés, que nous allons aborder en analysant un extrait de “Barn Burning” dans Le Hameau.

  • 37  Antoine Berman, “La traduction des oeuvres latino-américaines”, Lendemains 27, 1982, p. 39.

28Le premier procédé, celui auquel nous aurons recours pour ré¬alimenter “l'étranger dans le propre”, consistera en une mobilisation des ressources qui existent déjà dans notre langue. Il s'agit de termes inusités dans ce que nous appellerons “le français de traduction”, celui qui tend à exclure l'inscription linguistique de toute tradition orale et populaire, sous prétexte qu'elle est “patoisante” et “provinciale”37, et qui proviennent soit de l'espace synchronique de la langue, c'est-à-dire de pays et de régions francophones, soit de son espace diachronique, à savoir de son passé. Le fonds dans lequel nous puiserons, et qui est celui que nous connaissons, a le double avantage d'être d'une part une synthèse de ces deux espaces puisque ses termes et expressions sont encore utilisés aujourd'hui et d'origine française, et d'autre part, à la fois de “se trouver être” en une enclave francophone dans le même espace géographique que les États-Unis, l'Amérique du Nord, et d'avoir vécu le même processus historique de colonisation européenne suivi d'une rupture avec sa métropole. Tous ces points communs entre le Sud des États-Unis et le Québec, auquel s'ajoute celui très grave et tout aussi pertinent d'être des pays vaincus, concourent pour établir entre eux des liens privilégiés de traduction.

29Nous tenons néanmoins à préciser que nous ne voulons pas, au nom d'un nationalisme réducteur, tomber dans le travers de l'exotisation et québéquiser Faulkner. Loin de là, il s'agirait plutôt, dans un travail d'équipe pluriculturel, de puiser dans cette banque de données comme dans bien d'autres de la francophonie, puis, après consultation entre les parties traduisantes, se mettre d'accord sur les choix à faire pour les systématiser par la suite. Peut-être lors de la révision de la traduction du Hameau, ou encore, à titre expérimental, dans un essai de traduction des quatre nouvelles incorporées dans ce roman, que l'on trouve dans Uncollected Stories, et qui n'ont pas encore été traduites.

30Le second procédé “d'étrangéisation”, “l'étranger tout court”, fait appel à l'emprunt et à la néologie pour le domaine lexical. Soit l'emprunt pur et simple, ou encore la francisation et la semi-francisation. De ce côté encore, le français québécois occupe une place privilégiée puisqu'il a déjà fait des emprunts, francisé et semi-francisé bien des tournures et mots américains.

  • 38  Sigmund Freud, Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient, traduit de l'allemand par Marie (...)

31Avant de traiter les modalités des deux procédés expliqués ci-dessus, il faut préciser que le passage choisi nous a semblé particulièrement représentatif du style de Ratliff puisqu'il y déploie tout son talent illocutoire pour effrayer Jody Varner. Nonchalance, force détails, et principalement déshumanisation de la famille Snopes, dont l'installation ressemble à une pantomime, confirment la théorie de Freud selon laquelle la pitié épargnée, et envers les Snopes et envers Jody, est une des sources les plus fréquentes du plaisir humoristique. Et Freud d'ajouter : “C'est le mécanisme habituel de l'humour de Mark Twain”38, proche parent, comme nous l'avons déjà vu, de William Faulkner.

32En prenant, pour des considérations pratiques, un extrait d'environ dix lignes, nous tenons à préciser que nous nous plaçons au niveau de la traduction d'un “texte” au sens large, c'est-à-dire comme faisant partie d'une œuvre. À l'intérieur de ces dix lignes, il sera possible d'illustrer les modalités de compensation, de décalage ou de remplacement homologue pour produire la “transposition créatrice” qui est le sens même de toute traduction littéraire, mais il est certain que ces modalités devront aussi déborder du cadre restreint que nous nous sommes assigné pour s'étendre dans d'autres espaces du texte.

33Dans un premier temps, nous analyserons le texte source afin de classer et de dénombrer les procédés de représentation sociolectale qui y ont été privilégiés. Le procédé le plus utilisé est celui de la transcription phonographémique du vernaculaire. Dans cette catégorie entrent les “Miz (2 fois), gals, setting, cussed, wrastling, druv, lent” [8]. Le second procédé auquel l'auteur a recours fait partie de la catégorie des déviations morphosyntaxiques : “Them” au lieu de “The”, “them” au lieu de “their/those”, “was” pour “were”, “him” pour “he”, “them” pour “those/the” [5]. Parfois, les deux procédés sont employés en même temps : ainsi le “aint” du passage est à la fois un phonétisme particularisant et une déviation morphosyntaxique puisqu'il ne se conjugue pas au passé et tient alors lieu de “hadn't”. De même le “set” pour “sat” et le “wore-out” pour “worn-out” [3]. Le troisième procédé est l'emploi de termes dialectaux tels : “outen”, “snicked” et “nigh” [3]. Et le quatrième est l'ellipse, soit d'une partie d'une locution : “Soon as” pour “(As) soon as”, soit d'un infinitif : “to (go) where”, soit d'un pronom relatif avec verbe pour introduire une proposition relative : “heifers (who are) just a little”, soit encore d'un verbe jouant un rôle syntaxique dans une proposition complétive : “be” dans “to (be) hit hard” [4]. Enfin, il y a la rythmique textuelle, par exemple la série de “and” sans ponctuation qui calque la langue orale. Au total donc 26 (8 + 5 + 3 x 2 + 3 + 4) déviances réalistes et un procédé syntaxique.

  • 39  Calvin S. Brown, A Glossary of Faulkner's South, New Haven and London, Yale University Press, 1976 (...)
  • 40  Paul Laurendeau, “Sur la systématique et la combinatoire du joncteur pi en québécois”, Travaux de (...)

34Du côté du texte cible, nous proposons, en priorité sur le plan numéraire comme pour le texte source, mais illustrant avant tout la modalité du décalage, la transcription phonographémique du vernaculaire : “pis” (8 fois), “y” (3 fois), “ben” (2 fois), “leux” (3 fois), “dla” (2 fois), “yé” (il les), “sul”, “pus”. [Total : 21]. En deuxième et troisième positions, viennent respectivement, à l'inverse de l'anglais, illustrant ainsi la modalité de compensation, les termes dialectaux et les déviations morphosyntaxiques. Pour l'un : “mais que”, “débarquent/débarquer” (2 fois), “grouillent”, “jusqu'à temps que” (2 fois), “sacrant”, “s'échigner”, “fesse dessus”, “cordeaux”, “proche” [Total : 11], et pour l'autre : “assis” au masculin au lieu d'“assises”, “allent” au lieu de “aillent”, “après” dans “s'échigner après”, le conditionnel après “si” dans “comme si ce serait”, la locution “rien que”, “dessus” dans “fesse dessus” et enfin “proche” employé comme adverbe [Total : 7]. En quatrième position, comme pour l'anglais, les ellipses, au nombre de 3 : “l'chariot” (2 fois) et “(qui seraient)”, cette dernière correspondant de procédé à procédé d'un texte à l'autre. Le français ajoutera un emprunt pour “Miz”, l'expression étant éminemment sudiste39, et une francisation de “gomme”, d'origine québécoise, pour “chewing-gum” [2]. Pour la ponctuation, on fera comme dans le texte source, en ajoutant de surcroît des “pis” à valeur consécutive40 pour le “and” anglais. Au total donc, 44 “étrangers” dans le texte cible.

35Entre vingt-six et quarante-quatre, l'écart est tel, dix-huit instances, que l'on pourrait crier à l'exagération, à la sur-vernacularisation. Seulement, faut-il le rappeler, en traduction, on ne traduit pas de terme à terme, de procédé à procédé, la parfaite correspondance étant une fiction. C'est le macrotexte qu'il faut envisager. Il s'agit de restituer la matérialité du discours, sa corporéité, pour que l'identité du locuteur, dans ce cas-ci Ratliff, soit révélée à partir de son énoncé, tel qu'il opère à l'intérieur du Hameau et, en définitive, dans toute l'œuvre de Faulkner.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de référence québécois

BERGERON, L. Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB Éditeur, 1980 et Supplément 1981.

CLAPIN, S. Dictionnaire canadien-français, Québec, Presses de l'Université Laval, 1894, réimpression : 1974.

DAGENAIS, G. Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada, Québec, Montréal, Pédagogia, 1967.

Dictionnaire du français québécois, Trésor de la langue française au Québec, volume de présentation sous la direction de Claude Poirier, Québec, P.U.L., 1985.

DIONNE, N. E. Le parler populaire des canadiens-français, Québec, P.U.L., 1909, réimpression : 1974.

DUNN, O. Glossaire franco-canadien, Québec, P.U.L., 1880, réimpression : 1976.

Fichier du Trésor de la langue française au Québec, Québec, Université Laval.

Glossaire du parler français au Canada, La société du parler français au Canada, Québec, P.U.L., 1930, réimpression : 1968.

LEFEBVRE, C. La syntaxe comparée, du français standard et populaire : approches formelle et fonctionnelle, Québec, Office de la langue française, 1982.

Revue québécoise de linguistique (Cahiers de linguistique), UQAM, 1971-1991.

Richesse et particularités de la langue écrite au Québec, fascicules 1 à 8, sous la direction d'Émile Seutin, André Clas et Manon Brunet, avec la collaboration de Marthe Faribault et Chantal Bouchard, 1979-1982.

RIVARD, A. Études sur les parlers de France au Canada, Québec, Garneau, 1914.

ROGERS, D. Dictionnaire de la langue québécoise rurale, Montréal, VLB Éditeur, 1979.

Travaux de linguistique québécoise, vol. 1, publié par Marcel Juneau et Georges Straka, Québec, P.U.L., 1975.

Travaux de linguistique québécoise, vol. 2, publié par Lionel Boisvert, Marcel Juneau et Claude Poirier, Québec, P.U.L., 1978.

Travaux de linguistique québécoise, vol. 3, publié par Lionel Boisvert, Marcel Juneau et Claude Poirier, Québec, P.U.L., 1979.

Travaux de linguistique québécoise, vol. 4, publié par Jean-Marcel Léard, Québec, P.U.L., 1983.

VINET, M.-T. La syntaxe de la langue “populaire” au Québec et en France, inédit, Office de la langue française, 1978.

Haut de page

Notes

1  William Faulkner, The Hamlet, New York, Random House, 1940, et Le Hameau, traduction de René Hilleret, Paris, Gallimard, 1959. Les références paginales entre parenthèses renvoient à l'édition américaine pour les citations en anglais et à l'édition française pour celles en français.

2  Malcolm Cowley et William Faulkner, The Faulkner-Cowley File : Letters and Memories, 1944-1962, édité par M. Cowley, New York, The Viking Press, 1966, p. 26.

3  William Faulkner, “A Bear Hunt”, The Saturday Evening Post, 22, (10 février 1934), p. 8-9, 74, 76, révisé et repris dans Collected Stories, New York, Random House, 1950, p. 63-79, révisé à nouveau dans Big Woods, New York, Random House, 1955, p. 145-164.

4  Adjutor Rivard, “Le suffixe -eur dans notre parler populaire”, in Études sur les parlers de France au Canada, Québec, Garneau, 1914, p. 123-136.

5  Antonine Maillet, Mariaagélas, Ottawa, Éditions Leméac, 1973, p. 122.

6  William Faulkner, Father Abraham, édité par James B. Meriwether, New York, Random House, 1983.

7  William Faulkner, Elmer, édition établie par Dianne L. Cox, avant-propos de James B. Meriwether, suivi de Le Père Abraham, édition établie par James B. Meriwether traduit et préfacé par Michel Gresset, Paris, Gallimard, 1987.

8  Ibid., p. 240.

9  Voir Jacques Pothier, “‘Tandis que j'agonise’ : la parole en dérive”, p. 72-95, pour une étude de la genèse de “Spotted Horses” et plus particulièrement une analyse de la première version de la nouvelle “As I Lay Dying”, dont il donne aussi la traduction, p. 9-27, in Sud 48/49, juillet 1983.

10  William Faulkner, “Spotted Horses”, Scribner's, LXXXIX (juin 1931), p. 585-597, repris dans Uncollected Stories, édité par Joseph Blotner, New York, Random House, 1979, p. 165-183.

11  Joseph Blotner, éditeur, Uncollected Stories de William Faulkner, New York, Random House, 1979, Notes, p. 690.

12 Ibid., p. 685.

13  E. B. White et Katharine S. White, éditeurs, “Mrs. Yardley's Quilting”, A Subtreasury of American Humor, New York, Coward-McCann, Inc., 1941, p. 446.

14  Jacques Pothier, “‘Tandis que j'agonise’ : la parole en dérive”, op. cit., p. 80.

15  William Faulkner, Father Abraham, op. cit., p. 63-64.

16  William Faulkner, “Spotted Horses”, Uncollected Stories, op. cit., p. 174-175.

17  William Faulkner, “Lizards in Jamshyd's Courtyard”, Saturday Evening Post, 27 février 1932, p. 12-13, 52, 57, repris dans Uncollected Stories, op. cit., p. 135-151.

18  William Faulkner, “Spotted Horses”, op. cit., p. 166.

19  William Faulkner, “Fool About a Horse”, Scribner's, C (août 1936), p. 80-86, repris dans Uncollected Stories, op. cit., p. 118-134.

20  William Faulkner, “Barn Burning”, Harper's, CLXX1X (juin 1939), p. 15-21, repris dans Collected Stories, New York, Random House, 1950, p. 3-25.

21  Joseph Blotner, éditeur, Uncollected Stories, op. cit., p. 684-685.

22  William Faulkner, New Orleans Sketches, édité par Carvel Collins, New York, Random House, (1925) 1958, p. 103.

23  Sylviane Garnerone, “Le Comique verbal dans The Hamlet”, Mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Gresset, Institut d'Anglais Charles-V, Université Paris 7, 1981, p. 55.

24  Ibid., p. 40.

25  William Faulkner, New Orleans Sketches, op. cit., p. 93.

26  Michel Gresset, “Aspects de la traduction littéraire : Poe et Baudelaire, Faulkner et ses interprètes”, SSLM-Annuario, N. 1, Trieste, 1985, p. 65.

27 Ibid., p. 65.

28  Stanley D. Woodworth, William Faulkner en France (1931-1952), Paris, M. J. Minard, 1959, p. 33.

29 Ibid., p. 31.

30  Hans Bungert, William Faulkner und die humoristische Tradition des amerikanischen Südens, Heidelberg, Carl Winter, Universitätsverlag, 1971.

31 Ibid., p. 160.

32  Stephen Vincent Benét, “Flem Snopes and His Kin”, Saturday Review (6 avril 1940), p. 7.

33  Burton Rascoe, “Faulkner's New York Critics”, American Mercury, L (juin 1940), p. 243-247.

34  Milton Rugoff, “Out of Faulkner's Bag”, New York Herald Tribune Book Review (31 mars 1940), p. 4.

35  Antoine Berman, “La traduction et la lettre ou l'auberge du lointain”, Les tours de babel : essais sur la traduction, Mauvezin, Trans-Europ-Repress, 1985, p. 78-79.

36  Antoine Berman, L'Épreuve de l'étranger. Culture et tradition dans l'Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984, p. 288.

37  Antoine Berman, “La traduction des oeuvres latino-américaines”, Lendemains 27, 1982, p. 39.

38  Sigmund Freud, Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient, traduit de l'allemand par Marie Bonaparte et le Dr. M. Nathan, Leipzig et Vienne, Franz Deuticke, 1905 ; Paris, Gallimard, 1930, p. 387.

39  Calvin S. Brown, A Glossary of Faulkner's South, New Haven and London, Yale University Press, 1976, p. 1.

40  Paul Laurendeau, “Sur la systématique et la combinatoire du joncteur pi en québécois”, Travaux de linguistique québécoise, vol. 4, publié par Jean-Marcel Léard, Québec, Presses de l'Université Laval, 1983, p. 13-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Chapdelaine, « Pour un palimpseste de la traduction française du personnage de Ratliff dans Le Hameaude Faulkner », Palimpsestes, 6 | 1993, 115-129.

Référence électronique

Annick Chapdelaine, « Pour un palimpseste de la traduction française du personnage de Ratliff dans Le Hameaude Faulkner », Palimpsestes [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/763 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.763

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals