Navigation – Plan du site
Compte rendu

Claude Demanuelli et Jean Demanuelli, Lire et traduire. Anglais-français

Paris, Masson, 1991, 242 pages
Michel Ballard
p. 132-136
Référence(s) :

Claude Demanuelli et Jean Demanuelli, Lire et traduire. Anglais-français, Paris, Masson, 1991, 242 pages.

Notes de la rédaction

Une rubrique comptes rendus, placée sous la responsabilité de Michel Ballard, est créée dans Palimpstestes. Elle n'aura pas l'ambition chimérique d'être exhaustive, ni même représentative. Mais elle recensera certains ouvrages marquants dans le domaine de la traductologie, de la stylistique comparée ou de la linguistique contrastive anglais-français/français-anglais.

Texte intégral

1Professeur à l'Université de Saint-Etienne, Claude Demanuelli nous est déjà connue comme auteur d'un précieux ouvrage scientifique sur la ponctuation (Points de repère, CIEREC, Université de St.-Etienne, 1987). En collaboration avec Jean Demanuelli, elle nous propose un manuel de traduction original et neuf : Lire et traduire.

2Dans une introduction déjà très stimulante, les auteurs se défendent "de vouloir proposer une "méthode de traduction", entreprise condamnée à l'échec compte tenu de la diversité des textes et de la richesse des langues" (p. 8). Mais cette modestie réaliste une fois affichée, on voit paraître l'originalité des positions didactiques : "nous voulons réagir contre cette attitude facile (et défaitiste) qui pose que l'aptitude à bien traduire est affaire d'intuition et de dispositions naturelles, et par conséquent peu susceptible d'être acquise" (p. 8), "une tentative pour systématiser un enseignement universitaire traditionnellement considéré comme n'exigeant pas de compétences particulières, sinon la bonne connaissance d'une langue seconde" (p. 8), et puis on y voit affirmer entre autres le bien-fondé de l'utilisation du texte littéraire (pp. 9-10).

3Le corps de l'ouvrage est divisé en deux grandes parties : la première, "les structures de l'analyse traductologique" (pp. 13-68) est un développement plus théorique, copieux et solidement structuré. La seconde (pp. 69-228) propose des textes traduits et commentés. Viennent ensuite une bibliographie, un index notionnel et un index des auteurs cités.

4Dans leur partie théorique, C.D. et J.D. se situent dans la lignée du Comprendre et traduire de D. Gouadec. Mais en fait, ils ont produit dans une synthèse dense et nerveuse, faisant intervenir de nombreuses autres références, une présentation didactique très personnelle des problèmes de traduction.

5Le premier niveau d'analyse proposé est celui du "métatextuel". A cette "appréhension de l'objet du texte", est adjointe "l'appréhension du texte", juste rappel de l'importance du titre, du nom de l'auteur, la date de publication, le découpage en paragraphes. Puis vient l'identification des repères de la situation d'énonciation (personne, temps, aspects, déictiques).

6Dans la seconde section, ("le plan morpho-syntaxique") les auteurs, tout en prenant leurs distances avec les "dichotomies quelque peu simplistes" sur le génie des langues, n'en dégagent pas moins diverses grandes tendances de "la syntaxe anglaise, par opposition à la nôtre" : la simplification et l'homogénéité. Comme illustration du premier trait, on signale entre autres la différence de concentration générée par l'usage des prépositions, des éléments (plus ou moins complexes) à fonction adjectivale en anglais. Le second trait renvoie au mode de construction des énoncés dans leur répartition entre "animé" et "inanimé", "thème" et "propos". Enfin on aborde d'autres traits de syntaxe différentielle liés à la stylistique : l'opposition entre parataxe et hypotaxe, l'ordre canonique et sa rupture. On y retrouvera une série de considérations fines sur la valeur des dispositifs stylistiques et les limites de leur transfert.

7Après ce regard sur ce que les auteurs appellent des "unités incluantes" on passe avec "le niveau grammatical" à des "unités plus courtes", qui d'ailleurs ne sont pas sans incidence sur la rhétorique d'un auteur lorsqu'il privilégie une catégorie. Pour illustrer ce vaste domaine les auteurs nous proposent des coups de sonde dans :

  1. Détermination et groupe nominal

  2. Le groupe verbal (aspects, temps, modalité).

8De même, la traduction du lexique est placée sous "le signe de la différence ou de la non-coïncidence". Cette différence est organisée selon deux grandes catégories :

  1. La métasémie,

  2. Stylistique, sociolinguistique, périlinguistique.

9La seconde rubrique renvoie à des phénomènes plus rarement exposés mais non moins importants : les niveaux de langue, la connotation et la périlinguistique civilisationnelle.

10Une brève mais utile section distingue entre la ponctuation dénotative et la ponctuation connotative. Dans un cas, l'accent est mis sur les différences existant entre les normes des deux langues ; dans l'autre, sur l'usage qui est parfois fait de certains aspects de la norme par certains auteurs.

11La sixième section vise à être synthétique, elle pose le problème de la perception de la congruence entre les différents niveaux d'analyse précédemment exposés. Cette section est précieuse dans la mesure où elle invite à établir des relations intratextuelles et à ne pas les perdre de vue dans « le montage" du texte-cible.

12"La traduction mode d'emploi", est un "retour" aux "procédés" de traduction. A juste titre les auteurs ont préféré en parler en fin de parcours et "les poser non point comme statiques [...] mais comme dynamiques, c'est-à-dire animés par la démarche de l'opération et de l'activité traduisantes" (p. 63).

13Dans l'ensemble nous sommes d'accord ou séduit par la démarche classifiante, les analyses et les synthèses des auteurs. Nous leur ferons néanmoins un ou deux reproches qui sont dans notre esprit davantage des demandes d'éclaircissement ou de discussion que des critiques concernant certains aspects de ce brillant exposé. Dans la section IV ("le plan lexico-sémantique") nous avons eu l'impression qu'ils ne définissaient pas leur usage du terme "métasémie". Celui-ci ne figure pas dans leur glossaire appelé "index notionnel", et nous nous demandons si tous les éléments rassemblés sous la rubrique "métasémie" sont de même nature : différence d'extension, hypero-hyponymie, collocation, faux amis, glissements métaphoriques. Dans son Introduction descriptive à la lexicogénétique de l'anglais contemporain, (Paris-Genève, Champion-Slatkine), Jean Tournier déclare : "Le phénomène du changement de sens, que nous désignons sous le nom de métasémie, est une évidence" (op. cit, p. 199). Parlons-nous du même phénomène ? ... Dans la section VII, pourquoi avoir recours à l'emprunt rewording alors que le terme français de "récriture" est utilisable (et utilisé d'ailleurs en parallèle par les auteurs) : ne cédons-nous pas là à la traductionnite ? En outre, toujours avec cette notion et la façon dont elle est illustrée avec un exemple tiré de Nida, nous nous demandons s'il ne serait pas préférable d'utiliser les notions de "paraphrases" et "famille paraphrastique" dégagées par A. Culioli et C. Fuchs ? Enfin pourquoi rejeter dans les "ténèbres extérieures" l'emprunt, le calque, l'équivalence ou l'adaptation ? N'est-ce pas avoir (même involontairement) une vue réductrice de la traduction que d'en faire ressortir comme seuls constituants véritables "la transposition et la modulation" ? Ces réserves étant faites, il faut dire que cette partie est très riche, abondamment illustrée, menée avec maestria ; c'est une succession de regards, neufs pour la plupart, qui tout en essayant de proposer une organisation et de la méthode font bien apparaître la complexité du phénomène, sa dynamique.

14La seconde partie est la suite logique et courageuse de cette démarche : elle met en application les conseils et principes dégagés dans la première. Le texte source est d'abord l'objet "d'une forme d'explication de texte [...], tout entière au service de l'activité traduisante [...] "analyse traductologique", au carrefour du linguistique et du métalinguistique, du stylistique et du civilisationnel" (p. 8). Chacune de ces "présentation[s] du texte", tout en pratiquant l'exégèse, dégage des traits pertinents dont il faudra tenir compte pour la traduction proprement dite ; en voici un exemple : "Juxtaposition par asyndète, donc évacuation des habituelles charnières de liaison, propositions sans verbe, ponctuation à a fois souple et rigoureuse dont la polysémie est exploitée dans ses moindres détails sont autant de marqueurs sur lesquels il convient d'insister si l'on veut éviter des erreurs graves au stade de la restitution" (pp. 108-109) ou encore : "autre constante inscrite dans la grammaire de l'extrait : la fréquence de la nominalisation par rapport aux structures verbales, fréquence qui n'a rien de surprenant dans un texte qui a souvent les allures d'un monologue et ne décrit pas une suite d'actions" (p. 170), texte suivi d'une présentation qui est une véritable exégèse menée selon les principes d'analyse exposés (3 à 4 pages). Vient ensuite un commentaire très minutieux qui nous fait vivre la traduction en action. On procède par "unités de traduction" (dont les auteurs reconnaissent le caractère difficilement définissable) : un segment de texte source, puis les questions qui se posent, les solutions qui se présentent, les choix et leur justification. Rarement avons-nous assisté à un commentaire aussi minutieux, aussi fourni (7 à 9 pages). Les traductions fragmentaires qui émaillent le commentaire sont reprises à sa suite sous forme de traduction continue. Il est évident qu'une telle procédure prend beaucoup de place et la troisième partie, plus économe, sans sacrifier "la présentation du texte", donne des traductions avec des notes plus réduites, davantage proches de ce que l'on trouve dans les classiques de ce genre. On a envie parfois de reprocher à l'éditeur d'avoir adopté une typographie un peu trop serrée (jusqu'à 59 lignes de texte lorsqu'il n'y a pas d'intertitres), mais il est vrai que l'espace coûte cher.

15Les textes sont littéraires, en majorité modernes (R. Queneau, N. Sarraute, L. Durrell, J. C. Oates) ; mais à juste titre, les auteurs ont inclus quelques extraits du XIXe siècle (E. et J. de Goncourt, J. Austen), à quoi s'ajoute le souci que les différents pays anglophones soient représentés.

16Voilà donc un ouvrage d'un nouveau style, un de ces manuels de traduction qui ne se contentent plus d'être un recueil de textes traduits avec notes mais qui proposent une démarche pédagogique d'ensemble ; celui-ci en plus s'efforce de suivre l'acte dans son accomplissement. Il devrait être fort utile aux étudiants travaillant seuls et provoquer une nouvelle manière de faire et de "dire" la traduction dans un cadre universitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ballard, « Claude Demanuelli et Jean Demanuelli, Lire et traduire. Anglais-français », Palimpsestes, 6 | 1993, 132-136.

Référence électronique

Michel Ballard, « Claude Demanuelli et Jean Demanuelli, Lire et traduire. Anglais-français », Palimpsestes [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/766

Haut de page

Auteur

Michel Ballard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals