Navigation – Plan du site
Sur les pistes de Babis. Dossier thématique
Idées politiques grecques et leur réception

La réception du régime démocratique athénien, au xviiie siècle, en France, de Rollin à Barthélémy

The reception of Athenian democracy in eighteenth-century French culture from the Enlightenment to the Second Empire
Pascal Payen
p. 151-164

Résumés

L’intérêt historique porté à Athènes en tant que démocratie est à la fois plus lent et plus tardif que pour Rome et Sparte. Néanmoins, en France, il est constant, à partir des années 1730, tout au long du xviiie siècle et au cours de la première moitié du xixe. À l’orée du siècle des Lumières, la notion de démocratie athénienne est aussi fragile que l’héritage grec est presque sans consistance : les auteurs classiques, même Plutarque et Thucydide, les deux principales sources historiques, ont une place infime dans les programmes des collèges ; les éditions, critiques ou non, font défaut ; la connaissance de la langue grecque est réservée à une petite élite. En dépit de ces nombreux obstacles, Athènes est de plus en plus perçue sous le couvert de son « gouvernement » populaire. Cela tient non seulement aux sources anciennes qui raisonnent en termes de politeia ou de démocratie, d’Hérodote à Aristote et à Plutarque, mais aussi à l’influence décisive de l’Histoire ancienne (1731-1738) de Charles Rollin. Grâce à elle, Athènes et sa démocratie, à partir de Solon, deviennent un sujet d’ordre politique. C’est donc à partir des années 1720-1730 que sont réunies les conditions qui permettent à Athènes de trouver place dans une histoire critique du politique. Rollin en marque les prémices qui se développent chez Montesquieu et jusqu’à la veille de la Révolution avec le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (1788) de Jean-Jacques Barthélémy. Le modèle thermidorien et libéral ouvre ensuite une autre voie avec la traduction de Thucydide par Pierre-Charles Lévesque (1795) et l’œuvre de Grote, admirée en France par Victor Duruy, rallié à Napoléon III. L’hypothèse principale qui guidera cette enquête sera de comprendre comment s’est opéré en France le changement de modèle de Sparte vers l’Athènes démocratique.

Haut de page

Texte intégral

Prolégomènes

1Les difficultés que connaît au xviiie siècle l’Ancien Régime, puis sa disparition progressive laissent place à une large réflexion portant sur d’autres expériences politiques, avant tout Rome et Sparte, jusqu’à la Révolution. L’intérêt historique porté à Athènes en tant que démocratie est à la fois plus lent et plus tardif, bien que constant, à partir des années 1730, tout au long du xviiie siècle et au cours de la première moitié du xixe. La redécouverte, par les humanistes, de Thucydide et de Plutarque, les deux principales sources anciennes, aurait pu attirer l’attention sur la nature du régime athénien. Thucydide, en effet, est traduit en français, certes mal, dès 1527, par Claude de Seyssel, à partir de la version latine de Lorenzo Valla (1448-1452), éditée en 1483, et la Vie de Périclès est accessible dans la belle traduction de Jacques Amyot, avec l’ensemble des Vies parallèles, en 1559. Il n’en a rien été, et Athènes reste une belle inconnue. Cela est dû, pour l’essentiel, au regard très critique que ces sources portaient sur la cité. Pour Thucydide la « démocratie » athénienne n’est qu’un « nom » qui masque « la domination du premier citoyen » (Thucydide, 2.65.9). Plutarque, lui, est hostile par principe à ce type de politeia (Vie de Périclès 9.1 ; 11.1 ; 12.2).

  • 1 Cambiano, 2003, p. 170-179.
  • 2 Cambiano, 2003, p. 183.
  • 3 Bouvier, 2010, p. 704.
  • 4 La Querelle des Anciens et des Modernes, 2001.
  • 5 Grell, 1995, p. 984-988.
  • 6 Burke, 1966 ; Morineau, 1988, p. 425-460 ; Momigliano, 1992, p. 45-60 ; Grell, 1995, p. 287-301.
  • 7 Waquet, 1997.
  • 8 Quantin, 1989.

2Dès lors comment la notion de « démocratie athénienne » a-t-elle pu émerger dans la culture française d’avant les Lumières ? La résistance de Thucydide et de Plutarque à cette association retarde l’avènement d’un concept qui apparaît vraiment dans l’histoire et la science politiques modernes, en Europe, à partir de l’History of Greece de George Grote (1846-1856). Au préalable Jean Bodin (1530-1596), théoricien de la monarchie dans sa Methodus ad facilem Historiarum cognitionem (1566), considère comme une démagogie généralisée le système athénien de la misthophorie (chap. VI). Bodin s’appuie sur la Constitution des Athéniens (1.3 ; 1.13), pamphlet oligarchique anonyme, parvenu par le hasard de la tradition manuscrite dans le corpus des œuvres de Xénophon, dont il était excellent connaisseur. Dans Les Six livres de la République (1576), Bodin estime que la lecture de Thucydide apporte la preuve qu’Athènes est une cité démocratique1, pour laquelle le tournant décisif, dans la nature « populaire » du régime, est dû à Aristide et à Périclès2. Ensuite, tout au long du xviie siècle et de la construction de l’absolutisme monarchique, le régime démocratique athénien ne pouvait apparaître que comme un contre-modèle radical, même si l’on souhaite insister sur les traits monarchiques sous lesquels était présenté Périclès chez Thucydide (2.65.8-9) aussi bien que chez Plutarque (Vie de Périclès 15.1). En ce temps, Athènes et avec elle Périclès3 sont à peu près ignorés. Rappelons aussi que, lors de l’Illustre Querelle des Anciens et des Modernes (1687-1714), les Grecs, défendus par les Anciens, connaissent la défaite4. Ainsi à l’orée du siècle des Lumières, la notion de démocratie athénienne est aussi fragile que l’héritage grec est sans consistance : les auteurs classiques et en particulier les sources historiques ont une place infime dans les programmes des collèges5 ; les éditions, critiques ou non, font défaut6 ; la connaissance de la langue est réservée à une petite élite, au détriment de la toute-puissance du latin7. Rien ne semble pouvoir arrêter un long processus de déclin, amorcé dès les années 1560, à l’issue du Concile de Trente (1545-1563), sans que le courant de l’humanisme érudit et le temps des « antiquaires » puissent y mettre un frein. Enfin, on rappellera que, dans la galerie des grandes figures sur lesquelles repose l’assise héroïque et morale de l’Athènes démocratique, aucun politique, entre Solon et Clisthène, entre Aristide et Périclès ne semble l’emporter durablement. Parmi les Grecs, le grand homme politique qui surclasse tous les autres est plutôt le Spartiate Lycurgue8 dont les lois garantissent la stabilité à l’inverse de l’anarchie démocratique.

  • 9 Mossé, 1971, p. 179.
  • 10 Mossé, 1971, p. 180.
  • 11 Vernant, 1962, p. 45.
  • 12 Vernant, 1962, p. 56.

3En dépit de ces nombreux obstacles, Athènes est de plus en plus perçue sous le couvert de son « gouvernement » populaire. Cela tient non seulement aux sources anciennes qui raisonnent en termes de politeia ou de démocratie, d’Hérodote à Aristote et à Plutarque, mais aussi à toute une historiographie contemporaine qui affirme que le principal héritage qui nous vient des Grecs est la politique : « l’homme est un animal politique » ou mieux « un être destiné à vivre en cité » (politikon zôon :Aristote, Politique 1.2.1253 a 2-3) et « les Athéniens ont d’abord été des citoyens9 ». L’affirmation du « primat du politique dans tous les domaines de la pensée10 » va de pair avec l’émergence de la réflexion « critique ». Ces mots de Claude Mossé, dans un classique de l’historiographie française récente, Histoire d’une démocratie : Athènes (1971), prolongent les analyses de Jean-Pierre Vernant dans un autre classique, Les origines de la pensée grecque (1962) : les « questions d’intérêt général » définissent le champ du politique, et « l’art politique est, pour l’essentiel, maniement du langage », du logos11. Le cadre de cette activité politique est la cité (polis), dont le pilier de « l’univers spirituel » est constitué par l’égalité entre les citoyens. Cette égalité politique, qui repose sur le principe d’une « égale répartition » (isonomia)12 des charges entre les citoyens, comporte toutefois des inégalités sociales.

  • 13 Cambiano, 2003, p. 7-8 et passim.
  • 14 Cambiano, 2003.

4Giuseppe Cambiano a montré, dans un livre consacré à ces problèmes, que la Grèce ancienne et l’héritage de la démocratie athénienne ont disparu pendant un temps long de notre mémoire culturelle, depuis les abrégés de Justin, Orose et Isidore de Séville13 jusqu’à la Renaissance et à la veille de la Révolution française. C’est depuis le xixe siècle et les lendemains de cet événement majeur que « l’on compte à nouveau la Grèce au nombre des ancêtres de l’Europe contemporaine14 .» Si Pétrarque pouvait se demander : « Qu’est-ce que l’histoire tout entière sinon l’éloge de Rome ? », les hommes des Lumières ont réinterprété cette vision tautologique de l’histoire en instillant peu à peu l’apport de la démocratie athénienne »,et de ses mutations à la liste de nos références. Il faut attendre les années 1720-1730 pour que soient réunies les conditions qui permettent à Athènes de trouver place dans une histoire critique du politique. Rollin en marque les prémices qui se développent jusqu’à la veille de la Révolution avec le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (1788) de Jean-Jacques Barthélémy. Quant à l’étape suivante, qui sort du cadre de cet exposé, il s’agit de l’avènement du modèle thermidorien et libéral. Il ouvre une autre voie avec la traduction de Thucydide par Pierre-Charles Lévesque (1795) et l’œuvre de Grote, admirée en France par Victor Duruy, rallié à Napoléon III et ministre de l’éducation, de 1863 à 1869. Revenons à notre point de départ pour tenter d’expliquer comment s’est opéré en France le changement de modèle en faveur de la démocratie athénienne.

1. Rollin et l’émergence d’une Athènes démocratique

  • 15 Rollin, 1726-1728, vol. I, p. 58.
  • 16 Rollin, 1731-1738, Préface, vol, I, p. 24.

5Au début du xviiie siècle, la connaissance que les hommes des Lumières ont de l’héritage grec provient de deux sources principales qui ne se situent pas sur le même plan. Il s’agit, pour une large part de Plutarque, dont l’accès aux Vies parallèles s’est trouvé modernisé grâce à la traduction d’André Dacier (1721-1724), plus accessible que celle d’Amyot (1559), qui garde néanmoins tout son prestige. Ce vaste corpus ne donne pas seulement accès à l’histoire de la Rome républicaine, de Sparte et d’Alexandre. Huit Vies sont, en effet, consacrées à des Athéniens : Solon, Aristide, Thémistocle, Cimon, Périclès, Nicias, Alcibiade, Démosthène, accompagnés par le mythique Thésée, fondateur du synœcisme et de la démocratie. L’ensemble de ces biographies couvre une même période et une même cité : l’histoire de l’Athènes démocratique, depuis les fondations soloniennes jusqu’à l’héritage ambivalent que laisse Démosthène, avant que la cité ne subisse le poids des Macédoniens. La seconde source est constituée par l’Histoire ancienne de Rollin. Le janséniste Charles Rollin (1661-1741) est le premier en Europe à publier, entre 1731 et 1738, une œuvre historique de grande ampleur, en treize volumes, destinée à l’origine à l’enseignement de l’histoire dans les collèges, sous le titre d’Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens et des Grecs. Il précise, dans son Traité des études, œuvre programmatique en quatre volumes, parue quelques années auparavant (1726-1728), qu’il faut entendre par cette énumération « toute l’histoire ancienne distinguée de celle de Rome15 ». La nouveauté de l’entreprise de Rollin tient à deux éléments. D’une part, cette « histoire suivie de l’Antiquité » repose sur le corpus des historiens grecs, lus dans la langue originale dont Rollin, fait rare, possède une exceptionnelle connaissance. Rollin s’intéresse non seulement aux « faits » , mais aussi au fond de l’histoire, aux « réflexions », qu’il estime bien plus importantes, à la recherche des causes et à l’enchaînement des événements. Ainsi apprend-on grâce à l’histoire « comment les sciences et les arts ont été inventés, cultivés, perfectionnés […], leur origine et leur progrès16 ». Rollin est proche de l’esprit philosophique qui repose sur l’analyse des progrès de la raison. L’autre nouveauté introduite par Rollin est l’attention portée à Athènes dans sa dimension politique. Or cela conduit aussi à la redécouverte de Thucydide, longtemps éclipsé par Plutarque, au moins en partie, car ce dernier est grand connaisseur de l’historien athénien. De ces données découlent plusieurs questions importantes : quelle est la nature de l’expérience et de l’histoire d’Athènes que privilégie Rollin à partir de Thucydide ? Face à la Rome républicaine des premiers siècles, patrie des armes et de la vertu, face à Sparte, modèle de participation et de liberté politiques, que peut faire valoir l’histoire athénienne ? Rollin pose-t-il les prémisses d’une Athènes cité de la liberté de penser et d’entreprendre, cité des arts et du commerce, qui triomphera dans l’historiographie du xixe siècle, particulièrement en Angleterre et en France ? Il n’est assurément pas le seul à réfléchir à ces problèmes. Au moment où paraissent les volumes de l’Histoire ancienne, Jean-François Melon, secrétaire de John Law, publie un Essai politique sur le commerce (1734) très remarqué. À l’histoire des grandes individualités se superpose désormais l’histoire des cités, et face à Sparte qui domine la Grèce du xviiie siècle, Athènes occupe une place croissante.

  • 17 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 22-24.
  • 18 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 48.
  • 19 Telle que l’ont nommée Loraux et Vidal-Naquet, [1979] 1990.
  • 20 Dans le même temps se développe la polémique sur la place du luxe et des richesses dans la marche (...)

6C’est à la tradition du parallèle entre les deux cités que se rattache Rollin, dans le premier chapitre du livre 10 de l’Histoire ancienne, intitulé « Du gouvernement politique ». La synopsis de l’histoire d’Athènes insiste sur les temps du gouvernement populaire, depuis Solon, qui a instauré la « liberté » et l’« égalité », en « donnant aussi aux pauvres quelque part au gouvernement dont ils étaient exclus », jusqu’à 40417. Mais Athènes n’était pas seulement une cité politique. Par l’éducation qu’elle donnait, écrit Rollin, elle « était, à proprement parler, l’école et le domicile des beaux-arts et des sciences » ; et il poursuit : « l’étude de la poésie, de l’éloquence, de la philosophie, des mathématiques, y avait une large vogue18 » .Telle est bien l’Athènes ambivalente que propose Rollin : une Athènes politique et une Athènes culturelle, mais pas encore une « Athènes bourgeoise19 », archétype des régimes représentatifs et des démocraties libérales, celle que l’on trouve chez George Grote et son continuateur Victor Duruy20.

7La section « Du gouvernement d’Athènes » condense les lignes de force du récit historique construit à partir de l’apport, neuf, de Thucydide. Rollin ne se contente pas de résumer ses sources. L’opération historiographique qu’il met en œuvre comprend trois termes principaux.

  • 21 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 104-106 = Thucydide 2.60-64.
  • 22 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 116-120 = Thucydide 3.9-13.
  • 23 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 120.

81. Tout d’abord, la ligne principale du récit se concentre autour d’une opposition presque terme à terme qui situe Athènes en regard de Sparte. Rollin la repère aussi bien dans l’argumentation du dernier discours de Périclès21 que dans le discours des Mytiléniens à Olympie22. C’est pourquoi il choisit de les rapporter l’un et l’autre, longuement pour le premier, en entier pour le second : Sparte y apparaît comme « l’ancienne et perpétuelle rivale d’Athènes », et les propos des Mytiléniens donnent « une idée juste […] de la disposition des peuples à l’égard des Athéniens et des Lacédémoniens23 ». Cette opposition est le vecteur de l’histoire des cités. De même, après avoir fait l’ellipse des événements de Corcyre, au livre iii, il reprend avec l’épisode du blocus de Sphactérie et de l’occupation de Pylos, qui oppose très directement les deux cités.

  • 24 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 48.
  • 25 Pour Rollin, « l’histoire est l’œuvre des grands hommes qui ont su mêler leurs propres intérêts à (...)

92. Ensuite, à l’intérieur du diptyque ainsi mis en place, Rollin donne la priorité à Athènes. Il élimine tout ce qui irait en sa défaveur, lorsqu’elle semble exercer le droit du plus fort, contre Mélos, ou être plus ou moins impliquée dans les causes de la stasis généralisée qui s’empare du monde des cités à partir de la situation qui prévaut à Corcyre. Il insiste, à l’inverse, sur les moments où elle apparaît comme victime d’une dureté excessive, dans les latomies de Syracuse. Dans ce contexte, la raison pour laquelle l’oraison funèbre est évoquée seulement en trois lignes pourrait sembler étrange, d’autant que la seule citation grecque extraite de Thucydide lui appartient : « les grands hommes se forment où le mérite est le mieux récompensé ». Il serait possible d’objecter que, si Rollin fait d’Athènes un modèle, c’est qu’il ne suit pas la thèse thucydidéenne selon laquelle les fautes et les maux de la cité ont entraîné sa chute ; choisir Athènes, l’ériger en exemple, d’une part, suivre Thucydide, d’autre part, seraient deux orientations contradictoires. À cette objection, il existe plusieurs éléments de réponse. Tout d’abord, Rollin ne lit pas chez Thucydide l’histoire d’une Athènes en déclin, parce qu’étant aussi un grand lecteur de Plutarque, il met l’accent sur Périclès, le grand homme de la cité. Or c’est bien Thucydide, le premier, qui l’affirme, avant Plutarque : « c’est de son temps qu’elle fut la plus grande (megistè : 2.65.5) ». Ensuite, Rollin reconnaît et respecte la position ambivalente et complexe de Thucydide à l’égard de l’histoire et de l’expérience athéniennes : d’un côté, Athènes « était, à proprement parler, l’école et le domicile des beaux-arts et des sciences24 » de même qu’elle était, pour Périclès ,» l’école de la Grèce » (tès Hellados paideusin : 2.41.1) ; d’un autre côté, elle a mis en place un « empire tyran » qui fait usage de sa « force » de manière « despotique », mais dont il est devenu impossible aux Athéniens de se séparer, au risque de disparaître eux-mêmes (Thucydide 2.63.1-3). L’unique formule de Thucydide que cite Rollin en note souligne qu’Athènes est grande, parce qu’elle est productrice de grands hommes, selon une ligne interprétative que développe Plutarque ; elle explique également les raisons du choix de Rollin qui condense l’oraison funèbre dans cette sentence25.

  • 26 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 111 et 27-28.
  • 27 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 21 et 36 : « un gouvernement démocratique et populaire ».
  • 28 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 32, à rapprocher de Thucydide 2.65.9.
  • 29 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 111, proche de Thucydide 2.65.8.

103. Enfin – troisième ligne de force dans la mise en place du paradigme athénien –, Rollin définit, à travers Périclès, une Athènes qui excelle dans le double registre de ses institutions politiques et « du commerce et des arts ». D’un côté, Athènes est la cité où triomphent la « parole » politique – « cultiv[ée] avec le plus de soin » par Périclès – et les « délibérations publiques26 ». Rollin reprend à son compte les mots de Thucydide (2.65.8-9), pour faire du régime athénien un idéal de constitution mixte associant royauté – dont il crédite Sparte dans « Du gouvernement de Sparte » – et « gouvernement populaire27 » : « Périclès, écrit Rollin, s’était acquis un tel crédit dans l’esprit du peuple, qu’on pourrait dire que sous un gouvernement républicain, il s’était fait un pouvoir monarchique28 ». D’un autre côté, Athènes se distingue par « les moyens que sut employer [Périclès] pour faire fleurir le commerce et tous les arts », de sorte qu’il s’acquit « la confiance de tous les Athéniens29 ». Cet accord général qui résulte des activités de l’esprit n’est évidemment pas sans évoquer l’oraison funèbre (Thucydide 2.38 et 40.1).

11L’Athènes que définit Rollin, à la lecture de Thucydide, et parallèlement à celle de Plutarque, est une Athènes politique, qui s’est dotée des institutions d’un « gouvernement démocratique et populaire », depuis Solon, régime auquel ses grands hommes donnent une teinture monarchique. Cette double composante politique fait d’Athènes une cité éclairée, donc une cité ouverte aux arts et aux lettres. Rollin pose ainsi les conditions pour qu’Athènes soit en mesure de s’imposer face à Sparte, et pour qu’elle devienne la cité de la libre circulation, du commerce et des échanges, modèle des régimes représentatifs. Un nouveau paradigme historiographique est en place, dont les études sur l’Antiquité sont encore largement tributaires. L’œuvre de Rollin a ainsi largement contribué à ce que les philosophes découvrent les Grecs dans le temps long de leur histoire, à partir de l’expérience politique des cités, elle-même considérée à travers le parallèle entre Sparte et Athènes.

12L’Histoire ancienne devient, aussitôt publiée, un ouvrage de référence, dont paraissent des traductions allemande dès 1739, anglaise en 1759, italienne l’année 1792. L’œuvre de Rollin est lue de Montesquieu, de Voltaire, de Frédéric II, de Rousseau, pour le Discours sur les sciences et les arts. L’influence de Rollin est déterminante pour la naissance et la constitution du paradigme athénien. Cette influence reste encore difficile à apprécier, faute d’études monographiques sur ce corpus.

2. L’Athènes démocratique, de Montesquieu à Barthélémy (1748-1788)

  • 30 Nous devons cette référence à Chantal Grell, 1995, p. 508-513, notamment p. 512.

13On ne peut que souligner le grand nombre d’ouvrages importants qui prennent en compte ce problème dans les décennies qui suivent. De l’Esprit des lois est publié en 1748, où Montesquieu s’efforce de dégager les « lois » propres à l’ordre du politique, en tenant compte aussi des cités grecques et de leurs institutions. En 1749, paraissent les Observations sur les Grecs de Mably, et l’année suivante le premier Discours sur les sciences et les arts de Rousseau, où les Grecs figurent en anti-modèles. Antoine Yves Goguet, un conseiller au Parlement de Paris, se livre à une critique de Rousseau et de Mably, notamment à propos de la prétendue supériorité de la constitution de Sparte, dans un ouvrage qui paraît en 1758 : De l’origine des lois, des arts et des sciences, & de leurs progrès chez les anciens peuples du Déluge au retour des Hébreux de la captivité de Babylone30. En 1764, Jean-Pierre de Bougainville fait paraître un mémoire en faveur des institutions grecques, lu à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres : « Vues générales sur les Antiquités grecques du premier Âge et sur les premières histoires de la nation grecque ». Mably rectifie ses vues de 1749 dans ses Observations sur l’histoire des Grecs ou des causes de la prospérité et des malheurs des Grecs (1766). Les Grecs, et plus seulement les Romains, apparaissent ainsi, dans les années 1730-1760, comme porteurs d’expériences politiques qui peuvent contribuer à une réflexion plus générale. Revenons sur les principales étapes de ce phénomène.

  • 31 Diderot, « Pensées détachées ou Fragments politiques échappés au portefeuille d’un philosophe », (...)
  • 32 Montesquieu, De l’esprit des lois, V, 3, « Ce que c’est que l’amour de la république dans la démo (...)
  • 33 Montesquieu, De l’esprit des lois, III, 3, « Du principe de la démocratie ».
  • 34 Vidal-Naquet, 2000, p. 232.

14La place et la fonction d’Athènes dans l’histoire grecque commencent à être reconnues vers le milieu du siècle, pas seulement parce que la cité rivale de Sparte est de plus en plus appréhendée comme une fiction théorique hors de l’histoire, ainsi chez Rousseau et Mably. Il y a deux autres raisons importantes qui peuvent l’expliquer. D’une part, apparaissent les premiers signes d’une histoire d’Athènes dont la puissance reposerait non sur les armes, mais sur le commerce, comme dans l’Essai politique sur le commerce de Melon, déjà signalé. En 1772, Diderot confirme ce qui allait devenir un moyen d’identification des temps modernes : « L’esprit de commerce est [devenu] sans contredit l’esprit dominant du siècle31 ». D’autre part, Montesquieu, dans De l’esprit des lois, place Athènes – pour lui, il s’agit de la cité de Solon, avec son régime censitaire – à côté de Rome, comme modèle des « bonnes démocraties », c’est-à-dire de celles pour lesquelles « l’amour de la république est celui de la démocratie ; l’amour de la démocratie est celui de la liberté32 ». Dans le parallèle entre Rome et les cités grecques, Athènes prend pour la première fois la place de Sparte, en se dotant de toutes ses vertus, et notamment de la « frugalité ». Cette victoire d’Athènes est aussi celle des Anciens sur les Modernes : « les politiques grecs, qui vivaient dans le gouvernement populaire, ne reconnaissaient d’autre force qui pût le soutenir, que celle de la vertu. Ceux d’aujourd’hui ne nous parlent que de manufactures, de finances, de richesses, et de luxe même33 ». Or la source de Montesquieu, rappelle Pierre Vidal-Naquet, est un passage de l’oraison funèbre prononcée par Périclès à l’issue de la première année de la guerre du Péloponnèse (Thucydide 2.37.134), à l’automne 431, et reconstituée par Thucydide qui y a vraisemblablement assisté. Ce texte est une défense et illustration de ce pour quoi les Athéniens morts à la guerre ont consenti à donner leur vie : la cité démocratique. Telle est la vertu (aretè) propre à chaque citoyen et partagée par tous.

  • 35 Rousseau, [1762] 1964, p. 406 et 404.
  • 36 Cela tient aussi, pour partie, à la mauvaise connaissance d’Athènes que possède l’ensemble des ho (...)
  • 37 Rousseau, [1754] 1964, p. 132-133.
  • 38 Rousseau, [1750] 1964, p. 12 : cf. Roberts, 1994, p. 166-168.
  • 39 Rousseau, [1755] 1964, p. 246.

15Rousseau n’évite pas le problème de la démocratie et il aborde, au moins indirectement, la question d’Athènes, lorsqu’il parle de Sparte, à la fois cité rivale et cité de référence, selon lui. Mais sa démarche est tout autre, et il s’en explique dans la seconde version du Contrat social (1762) : la démocratie, écrit-il, est « un gouvernement si parfait [qu’elle] ne convient pas à des hommes », si bien, précise-t-il non loin, qu’« à prendre le terme dans la rigueur de l’acception, il n’a jamais existé de véritable démocratie, et il n’en existera jamais35 ». La Grèce de Rousseau, de même que les cités de Sparte ou d’Athènes, ne sont pas celles des historiens et de la critique historique ; elles sont des mythes historico-politiques36. Dans le Discours sur les origines et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1754), l’Antiquité grecque fournit à Rousseau le cadre – « je me supposerai dans le Lycée d’Athènes » – qui lui permet d’avoir « le Genre Humain pour Auditeur », mais ce contexte est avant tout théorique : « Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à la question. Il ne faut pas prendre les Recherches dans lesquelles on peut entrer sur ce Sujet, pour des vérités historiques, mais seulement pour des raisonnements hypothétiques et conditionnels37 ». Déjà dans le Discours sur les sciences et les arts (1750) apparaît la formule célèbre qui identifie Sparte comme une « République de demi-dieux, plutôt que d’hommes », « aussi célèbre par son heureuse ignorance que par la sagesse de ses lois38 ». Athènes ne peut apparaître que comme un anti-modèle, et la référence à la démocratie n’est pas opérante, elle n’est ni une valeur ni une anti-valeur, ce que confirme ce jugement tiré du Discours sur l’économe politique : « Athènes n’était point en effet une démocratie, mais une aristocratie très tyrannique, gouvernée par des savants et des orateurs39 ». La condamnation d’Athènes par Rousseau apporte du moins la preuve qu’à ce moment toute discussion au sujet de la cité, grecque en particulier, ne peut faire l’économie de la notion de démocratie, ne serait-ce que pour en faire la critique, comme Mably dans ses Observations sur l’histoire de la Grèce (1765) et ses Entretiens sur Phocion sur les rapports de la morale et de la politique (1763).

  • 40 Mossé, 2007.

16Le grand débat entre admirateurs de Sparte et défenseurs d’Athènes – sans oublier que, de toutes les cités anciennes, c’est Rome qui continue d’occuper la première place – reste très actif jusqu’à la veille de la Révolution. À ce moment il en ressort que l’héritage grec ne fut pas exclusivement lacédémonien. Parmi les partisans d’Athènes, Camille Desmoulins n’est pas aussi isolé qu’on le pense parfois. Il faut en effet compter avec lui les physiocrates, Turgot, Condorcet. Diderot a traduit en 1743 The Grecian History (1707-1739) de Temple Stanyan. Les surprenantes Recherches philosophiques sur les Grecs, publiées à Berlin, en 1787, puis à Paris, en 1788, sont dues à un protestant, Cornelius de Pauw, favorable à Athènes et hostile à Sparte40. De celle-ci il dénonce l’obsession pour la guerre, les mœurs dégradantes des femmes en particulier, l’inégalité sociale, l’absence d’un droit écrit, ce qui revient, fait rarissime, à dresser une critique des lois de Lycurgue. Dans le rapport à l’Antiquité, la Révolution française signifie notamment une attention portée aux figures de législateurs. Les Constituants et les Conventionnels prennent pour modèles et inspirateurs ceux qui ont forgé de bonnes lois ou qui ont illustré par leurs actions les « progrès de la raison », Lycurgue de Sparte, Solon, Aristide, Socrate, Phocion du côté d’Athènes. Ils s’inspirent pour une part essentielle d’une œuvre singulière de l’abbé Jean-Jacques Barthélémy, le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire, qui paraît, à Paris, la même année que les Recherches philosophiques de de Pauw, en 1788. La question de la démocratie athénienne y occupe une place très importante.

  • 41 Barthélémy, 1788.
  • 42 Barthélémy, 1788, p. 145-70.
  • 43 Barthélémy, 1788, p. 169.
  • 44 Barthélémy, 1788, p. 170.
  • 45 Barthélémy, 1788, p. 173-174.
  • 46 Barthélémy, 1788, p. 176.
  • 47 Cf. Vidal-Naquet, 2000, p. 230.

17Le récit de Barthélémy, dont l’immense érudition, de première main, côtoie l’absence de mise à distance historique entre le présent du xviiie siècle et le ive siècle avant notre ère que son héros est censé parcourir, consacre d’assez longues analyses à Clisthène dans une section intitulée toutefois « Siècle de Solon41 ». Barthélémy est peut-être le premier à prendre le temps de réfléchir à un problème maintes fois repris par la suite : existe-t-il une continuité de Solon à Clisthène, ou bien ce dernier innove-t-il radicalement en inventant la démocratie ? Sa réponse est tortueuse, et il faudrait analyser en détail l’ensemble de son exposé42. Tout d’abord, s’impose la thèse de la continuité : « Il [Clisthène] raffermit la constitution que Solon avait établie, et que les Pisistratides ne songèrent jamais à détruire43 ». Aucun d’eux « ne pri[t] le titre de roi ». Logiquement, « c’était donc comme premiers magistrats, comme chefs perpétuels d’un état démocratique, qu’ils agissaient, et qu’ils avaient tant d’influence sur les délibérations publiques44 ». L’originalité de Clisthène disparaît derrière l’uniformité « démocratique » du trio Solon-Pisistrate-Clisthène. Tous les trois sont auteurs de la démocratie qui éclot au temps de Clisthène. Mais ensuite Barthélémy hésite à dire ce qui l’emporte et constitue la force et la valeur du régime : l’héritage solonien ou les innovations de Clisthène ? Notamment « ces tribus, comme autant de petites républiques » : « les multiplier et leur donner plus d’activité, c’était engager tous les citoyens, sans distinction, à se mêler des affaires publiques45 », ce qui n’est pas sans danger, car il faudra par la suite les « indemniser ». Publier cela en 1788 supposait qu’on fût attentif aux frémissements politiques du temps présent. Mais les victoires des guerres médiques montrèrent ce qu’avait de perverti le régime démocratique ; il fallut en récompenser « la multitude », ce que fit Aristide par des droits politiques, et son successeur Périclès, « le plus dangereux des courtisans », en accordant des indemnités. C’est pourquoi « rétablir le gouvernement de Solon46 », c’est-à-dire la « constitution des ancêtres » chère à Isocrate (Aréopagitique 16)47, tel est ou tel aurait dû être, pour Barthélémy, le seul mot d’ordre de Clisthène.

3. La démocratie athénienne dans la culture des hommes de la Révolution

18Les orateurs des assemblées révolutionnaires sont munis d’une culture antique assez superficielle. Leurs héros de prédilection sont avant tout les deux Brutus, souvent confondus, et le législateur de Sparte, Lycurgue. Parmi les Athéniens, seul Solon est une référence qui puisse les égaler et que les Modernes puissent imiter ; la démocratique Athènes effraie, parce qu’elle accorde trop au peuple. Rousseau avait proclamé, dans la neuvième des Lettres écrites de la Montagne, publiées en 1764, à l’intention des Genevois, ses anciens concitoyens, que toute imitation des Anciens était devenue vaine et surtout dangereuse, au risque d’y perdre la seule liberté qui compte, la liberté politique :

« Les anciens peuples ne sont plus un modèle pour les Modernes ; ils leur sont trop étrangers à tous égards. Vous surtout, Genevois, gardez votre place et n’allez point aux objets élevés qu’on vous présente pour vous cacher l’abîme qu’on creuse au-devant de vous. Vous n’êtes ni Romains, ni Spartiates ; vous n’êtes pas même Athéniens. Laissez là ces grands noms qui ne vous vont point. »

  • 48 Hartog, 2000, p. 9-13 ; Roberts, 1994, p. 194-197.

19La relation aux Anciens est donc ambivalente. Toutefois, avant de nous demander, avec les Thermidoriens, si c’est l’imitation des Anciens qui est responsable des excès de la Révolution48, en particulier sous la Convention montagnarde et la « Terreur » de l’an II (juin-juillet 1794), demandons-nous quelle place a occupée l’Antiquité dans la réflexion et les travaux des parlementaires.

  • 49 Vidal-Naquet, 1990, p. 214-215 (« La place de la Grèce dans l’imaginaire des hommes de la Révolut (...)
  • 50 Mossé, 1989, p. 89-90.

20Le personnage le plus représentatif est celui du législateur49. C’est pourquoi Lycurgue et la constitution spartiate sont omniprésents, et Athènes occupe avec Solon une place qu’elle n’a jamais eue. Cette identification avec les grands hommes a pour source Plutarque et elle se traduit par la présence des bustes de Lycurgue et de Solon dans la salle de réunion de la Convention, aux Tuileries, à partir du 10 mai 1793. Si l’on s’en tient à l’émergence de la démocratie à travers la cité d’Athènes et du principe égalitaire avec Lycurgue, à partir du 10 août 1792 et de la proclamation de la République pour la première fois en France, les modèles les plus souvent repris sont Dracon, Agis et Cléomène pour les législateurs, Thémistocle, Thrasybule et Démosthène parmi les démocrates. La vertu (aretè), grand principe fondateur des Républiques, est illustrée, dans le cas d’Athènes, par les figures de Miltiade à la guerre, d’Aristide en politique et de Phocion, législateur dont l’austérité équivaut pour Athènes à celle de Lycurgue50. Camille Desmoulins (1760-1794) est certainement le plus cultivé de tous les partisans du modèle athénien. Dans Le Vieux Cordelier, journal qu’il fonde à la fin de 1793, il désigne les Athéniens comme « le peuple le plus démocrate qui ait jamais existé », et il s’oppose à la trop grande sévérité du modèle spartiate, en esquissant les principaux arguments en faveur d’une Athènes libérale : « Je crois donc que la liberté ne consiste point dans une égalité de privations ». Arrêté avec Danton, au moment de la Terreur, il est guillotiné le 31 mars 1794, et il ne pourra pas lire dans le numéro 7 et dernier du Vieux Cordielier son ultime plaidoyer en faveur d’Athènes, sous la forme d’un dialogue fictif entre lui-même et le vieux cordelier, qui lui demande : « Sais-tu ce que c’est qu’un peuple républicain, un peuple démocrate ? » Et Camille de répondre :

  • 51 Texte cité par Mossé, 1989, p. 94-95.

« Je n’en connais qu’un parmi les Anciens. Ce n’est point les Romains ; à Rome, le peuple ne parlait guère avec liberté que par insurrection, dans la chaleur des factions […] ; mais de véritables républicains, des démocrates permanents par principe et par instinct, c’étaient les Athéniens. Railleur et malin, non seulement le peuple d’Athènes permettait de parler et d’écrire, mais on voit par ce qui nous reste de son théâtre qu’il n’avait pas de plus grand divertissement que de voir jouer sur la scène ses généraux, ses ministres, ses philosophes, ses comités ; et ce qui est bien plus fort, de s’y voir jouer lui-même. Lis Aristophane qui faisait des comédies il y a trois mille ans, et tu seras étonné de l’étrange ressemblance d’Athènes et de la France démocrate […] En un mot une Antiquité de trois mille ans dont nous sommes contemporains. »51

  • 52 Texte cité par Mossé, 1989, p. 99.

21Lorsqu’il s’agit d’élaborer une constitution pour la République nouvellement proclamée, dans les semaines qui suivent le 10 août 1792, le député de la Corrèze Brival s’exclamait avec ardeur qu’il fallait non seulement « interroger Lycurgue », mais aussi se tourner vers l’Athènes de Solon : « Interrogeons Solon : il nous répondra que ce fut en établissant le principe de l’égalité qu’il rendit sa patrie triomphante […] Le paysan le plus indigent de l’Attique, muni du titre de citoyen, marchait de front avec le plus fortuné d’Athènes52. »

22Mais s’il était relativement aisé de se réclamer des grands principes sur lesquels étaient fondées les « Républiques » anciennes, à commencer par l’égalité, il devenait beaucoup plus difficile d’adapter leurs institutions, ainsi qu’en témoignent les projets de constitution élaborés lors des premiers mois de 1793. Et cela valait aussi pour l’exemple athénien. En particulier, la démocratie directe de l’Athènes ancienne était-elle possible dans une France de vingt-six millions d’habitants ? En mai 1793, Robespierre n’hésite pas à proposer une mesure qui évoque aussitôt l’institution des misthoi, les indemnités de fonction allouées aux citoyens athéniens :

  • 53 Texte cité par Mossé, 2013, p. 126.

« Afin que l’inégalité des biens ne détruise pas l’égalité des droits, la constitution veut que les citoyens qui vivent de leur travail soient indemnisés du temps qu’ils consacrent aux affaires publiques dans les assemblées du peuple où la loi les appelle […] Il n’est que la démocratie où l’État est véritablement la patrie de tous les individus qui le composent, et peut compter autant de défenseurs intéressés à sa cause qu’il renferme de citoyens. »53

23La formation du Comité de salut public, en mars-avril 1793, et la mise en place de la Terreur relèguent au second plan la question institutionnelle. Camille Desmoulins, le plus athénophile des Conventionnels, n’en fait pas moins l’éloge de la liberté de pensée qui régnait à Athènes, illustrée avant tout par la comédie ancienne. En cela cette Athènes est aussi celle de Périclès, où il est permis, sur les pentes de la Pnyx aussi bien que sur les bancs du théâtre de Dionysos, de s’adresser aux dirigeants de la cité et de leur demander des comptes. Avec la fin de la Terreur montagnarde, le 9 Thermidor, et l’exécution de Robespierre, l’imitation des modèles anciens semble connaître un tournant décisif. Ce pourrait être l’objet d’une étude à venir.

Haut de page

Bibliographie

Ampolo, C., 1997, Storie greche. La formazione delle moderna storiografia sugli antichi Greci, Milan.

Barthélémy, J.-J., 1788, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire, Paris, t. I., p. 91-170.

Borghero, C., 1974, La polemica sul lusso nel Settecento francese, Turin.

Bouvier, D., 2010, Thucydide et Voltaire : enjeux et constructions d’une filiation problématique, dans V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du xxe siècle, Bordeaux, p. 693-706.

Burke, P., 1966, A Survey of the popularity of Ancient historians, History and Theory, 5, p. 135-152.

Cambiano, G., 2003, Polis. Histoire d’un modèle politique, Paris (Bari, 2000).

Charle, Ch., 1994, La république des universitaires, Paris.

Constant, B., 1819, De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, dans Écrits politiques, Textes choisis, présentés et annotés par M. Gauchet, Paris, 1997.

Duruy, V., 1851, Histoire grecque, Paris.

Glotz, G., 1931, Histoire grecque, t. II : La Grèce au ve siècle, Paris.

Grell, Ch., 1993, L’histoire entre érudition et philosophie. Essai sur la connaissance historique à l’âge des Lumières, Paris.

Grell, Ch., 1995, Le Dix-huitième siècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, Oxford.

Grote, G., 1846-1856, History of Greece, Londres, 12 vol. (trad. fr. 1864, en 19 vol. , sous le titre retenu par Grote pour l’édition anglaise de 1862: History of Greece: from the earliest period to the close of the generation contemporary with Alexander the Great).

Hartog, Fr., 2000, La Révolution française et l’Antiquité. Avenir d’une illusion ou cheminement d’un quiproquo ? dans Ch. Avlami (éd.), L’Antiquité grecque au xixe siècle. Un exemplum contesté ?, Paris, p. 9-46.

La Querelle des Anciens et des Modernes, 2001, édition établie et annotée par A.-M. Lecoq, avec un essai de M. Fumaroli : Les Abeilles et les Araignées (p. 7-218), et une postface de Jean-R. Armogathe : Une ancienne querelle (p. 801-849), Paris.

Lévesque, P.-Ch., 1795, Histoire de Thucydide, fils d’Olorus, traduit du Grec, Paris.

Loraux, N. et Vidal-Naquet, P., [1979] 1990, La formation de l’Athènes bourgeoise. Essai d’historiographie, 1750-1850, dans P. Vidal-Naquet, La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris, p. 161-209 et 362-383.

Mat-Hasquin, M., 1981, Voltaire et l’Antiquité grecque, Oxford.

Momigliano, A., 1983, George Grote et l’étude de l’histoire grecque, dans Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, p. 361-382 (George Grote and the Study of Greek History, 1952, dans Contributo alla storia degli studi classici, Rome, 1955, p. 249-262).

Momigliano, A., 1992, Les Fondations du Savoir Historique, Paris (Berkeley, 1990, The classical foundations of modern historiography).

Morineau, D., 1988, La réception des historiens anciens dans l’historiographie française (fin xviie – début xviiie), Thèse de Doctorat, Paris-IV Sorbonne.

Mossé, Cl., 1971, Histoire d’une démocratie, Athènes, Paris.

Mossé, Cl., 1989, L’Antiquité dans la Révolution française, Paris.

Mossé, Cl., 2007, Une image négative de Sparte à la fin du xviiie siècle. La quatrième partie des Recherches philosophiques sur les Grecs de Cornelius de Pauw, dans D. Foucault et P. Payen (éd.), Les Autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, Grenoble, p. 51-57.

Mossé, Cl., 2013, Regards sur la démocratie athénienne, Paris.

Payen, P., 2007, L’autorité des historiens grecs dans l’Histoire ancienne de Rollin, dans D. Foucault et P. Payen (éd.), Les Autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, Grenoble, p. 171-194.

Payen, P., 2010, Thucydide et Rollin : émergence du paradigme athénien au xviiie siècle, dans V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du xxe siècle, Bordeaux, p. 613-633.

Payen, P., 2011, Clisthène et Lycurgue d’Athènes : le politique entre révolution et tradition. Détours historiographiques, dans V. Azoulay et P. Ismard (éd.), Clisthène et Lycurgue d’Athènes. Autour du politique dans la cité classique, Paris, p. 17-41.

Pontier, P., 2010, Grote et la réception de Thucydide en France sous la IIe République et le Second Empire, dans V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du xxe siècle, Bordeaux, p. 635-648.

Quantin, J.-L., 1989, Le mythe du législateur au xviiie siècle, dans Ch. Grell et Chr. Michel, (éd.), Primitivisme et mythe des origines dans la France des Lumières, 1680-1820, Paris, p. 153-164.

Roberts, J. T., 1989, Athens on Trial. The Antidemocratic Tradition in Western Thought, Princeton.

Rollin, Ch., 1726-1728, Observations sur la manière d’enseigner et d’étudier les Belles Lettres par rapport à l’esprit et au cœur, ou Traité des études, 4 vol. , Paris, J. Estienne, avec un Supplément [consacré aux enfants et aux jeunes filles], placé en tête du tome 1, dans l’édition de 1731. L’édition utilisée dans la présente étude est celle de 1819, Paris, Audot (Supplément, p. 1-81).

Rollin, Ch., 1731-1738, Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens, des Grecs, 13 vol. , Paris, Vve Estienne, in Œuvres complètes, nouvelle édition accompagnée d’observations et d’éclaircissements historiques par M. Letronne, Paris, Firmin Didot, 1821-1825, vol. I-XII (citée dans la réédition de 1846 en 10 vol. ).

Rousseau, J.-J., [1750] 1964, Discours sur les sciences et les arts, dans Œuvres complètes, III. Du contrat social, Écrits politiques, Gallimard, Paris.

Rousseau, J.-J., [1754] 1964, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dans Œuvres complètes, III. Du contrat social, Écrits politiques, Gallimard, Paris.

Rousseau, J.-J., [1755] 1964, Discours sur l’économie politique, dans Œuvres complètes, III. Du contrat social, Écrits politiques, Gallimard, Paris.

Rousseau, J.-J., [1762] 1964, Contrat social, dans Œuvres complètes, III. Du contrat social, Écrits politiques, Gallimard, Paris.

Vernant, J.-P., 1962, Les origines de la pensée grecque, Paris.

Vidal-Naquet, P., 1990, La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris.

Vidal-Naquet, P., 2000, Les Grecs, les historiens, la démocratie, Paris.

Waquet, Fr., 1997, Le latin ou l’empire d’un signe (xvie-xxe siècles), Paris.

Haut de page

Notes

1 Cambiano, 2003, p. 170-179.

2 Cambiano, 2003, p. 183.

3 Bouvier, 2010, p. 704.

4 La Querelle des Anciens et des Modernes, 2001.

5 Grell, 1995, p. 984-988.

6 Burke, 1966 ; Morineau, 1988, p. 425-460 ; Momigliano, 1992, p. 45-60 ; Grell, 1995, p. 287-301.

7 Waquet, 1997.

8 Quantin, 1989.

9 Mossé, 1971, p. 179.

10 Mossé, 1971, p. 180.

11 Vernant, 1962, p. 45.

12 Vernant, 1962, p. 56.

13 Cambiano, 2003, p. 7-8 et passim.

14 Cambiano, 2003.

15 Rollin, 1726-1728, vol. I, p. 58.

16 Rollin, 1731-1738, Préface, vol, I, p. 24.

17 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 22-24.

18 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 48.

19 Telle que l’ont nommée Loraux et Vidal-Naquet, [1979] 1990.

20 Dans le même temps se développe la polémique sur la place du luxe et des richesses dans la marche de l’État, qui donne une place de premier rang à Athènes. À l’Essai politique sur le commerce, de Jean-François Melon, déjà mentionné, il faut ajouter la prise de position de Voltaire, toujours dans la décennie 1730, avec Le Mondain et la Défense du mondain ou apologie du luxe (1736), ainsi que l’article « Luxe » du Dictionnaire philosophique (« Quel bien fit Sparte à la Grèce ? Eut-elle jamais des Démosthène, des Sophocle et des Phidias ? Le luxe d’Athènes a fait des grands hommes en tous genres » ; cf. Mat-Hasquin, 1981), et les analyses de Montesquieu, De l’Esprit des Lois (1748), livre XXVI, chap. VI (« Du commerce des Anciens ») et VII (« Du commerce des Grecs »). L’Athènes classique doit sa prospérité à la circulation des richesses, des produits, favorisée par les techniques, les sciences et les arts. Dès lors, à côté de Plutarque, Périclès., 12, peut être convoqué Thucydide 2.38 ; 39, 1 ; 40, 1. Cf. Borghero, 1974.

21 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 104-106 = Thucydide 2.60-64.

22 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 116-120 = Thucydide 3.9-13.

23 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 120.

24 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 48.

25 Pour Rollin, « l’histoire est l’œuvre des grands hommes qui ont su mêler leurs propres intérêts à ceux de l’État » : Cambiano, 2003, p. 310.

26 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 111 et 27-28.

27 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 21 et 36 : « un gouvernement démocratique et populaire ».

28 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 32, à rapprocher de Thucydide 2.65.9.

29 Rollin, 1731-1738, vol. 4, livre 10, p. 111, proche de Thucydide 2.65.8.

30 Nous devons cette référence à Chantal Grell, 1995, p. 508-513, notamment p. 512.

31 Diderot, « Pensées détachées ou Fragments politiques échappés au portefeuille d’un philosophe », cité dans Loraux, Vidal-Naquet, [1979] 1990, p. 162

32 Montesquieu, De l’esprit des lois, V, 3, « Ce que c’est que l’amour de la république dans la démocratie ».

33 Montesquieu, De l’esprit des lois, III, 3, « Du principe de la démocratie ».

34 Vidal-Naquet, 2000, p. 232.

35 Rousseau, [1762] 1964, p. 406 et 404.

36 Cela tient aussi, pour partie, à la mauvaise connaissance d’Athènes que possède l’ensemble des hommes des Lumières. Ainsi dans l’article « Athènes » de l’Encyclopédie, rédigé par Turpin (« Supplément » I, 1776, p. 669-676), l’information est peu sûre et l’esprit violemment antidémocratique. La principale erreur concerne Clisthène dont toutes les réformes sont attribuées à Pisistrate, qualifié de « tyran paisible […] d’autant plus dangereux qu’il paraissait n’user de son pouvoir que pour la félicité publique », ce qui revient à reconnaître quelque mérite au régime démocratique.

37 Rousseau, [1754] 1964, p. 132-133.

38 Rousseau, [1750] 1964, p. 12 : cf. Roberts, 1994, p. 166-168.

39 Rousseau, [1755] 1964, p. 246.

40 Mossé, 2007.

41 Barthélémy, 1788.

42 Barthélémy, 1788, p. 145-70.

43 Barthélémy, 1788, p. 169.

44 Barthélémy, 1788, p. 170.

45 Barthélémy, 1788, p. 173-174.

46 Barthélémy, 1788, p. 176.

47 Cf. Vidal-Naquet, 2000, p. 230.

48 Hartog, 2000, p. 9-13 ; Roberts, 1994, p. 194-197.

49 Vidal-Naquet, 1990, p. 214-215 (« La place de la Grèce dans l’imaginaire des hommes de la Révolution ») ; Hartog, 2000, p. 14-16.

50 Mossé, 1989, p. 89-90.

51 Texte cité par Mossé, 1989, p. 94-95.

52 Texte cité par Mossé, 1989, p. 99.

53 Texte cité par Mossé, 2013, p. 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Payen, « La réception du régime démocratique athénien, au xviiie siècle, en France, de Rollin à Barthélémy », Pallas, 108 | 2018, 151-164.

Référence électronique

Pascal Payen, « La réception du régime démocratique athénien, au xviiie siècle, en France, de Rollin à Barthélémy », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/10054 ; DOI : 10.4000/pallas.10054

Haut de page

Auteur

Pascal Payen

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals