Navigation – Plan du site
Poikila
Questions de théâtre grec et latin

Héraclès, les satyres et le serpent : à propos des Epitainarioi de Sophocle

Herakles, the satyrs and the snake: on Sophokles’ Epitainarioi
Sébastien Barbara
p. 169-183

Résumés

La contribution cherche à faire le point sur un drame satyrique perdu de Sophocle, les Epitainarioi soit Les Hilotes au Ténare, en examinant le cadre chronologique et historique, puis ses thématiques et son éventuel synopsis, en utilisant enfin des échos décelables chez Aristophane. On suggère ici que cette pièce pourrait dater plutôt de la fin du ve s. : l’épisode des Hilotes de 464 aurait pu connaître une singulière durée dans l’imaginaire athénien en raison de la persistance de l’activité sismique et des opérations militaires dans le sud du Péloponnèse ; par ailleurs, comme ce drame reposait sur la catabase d’Héraclès au Ténare, Les Grenouilles semblent jouer sur des emprunts thématiques et des allusions aux pièces de Sophocle et d’Eupolis disparus respectivement en 406 et 411.

Haut de page

Texte intégral

1On se propose ici de revenir brièvement sur les Epitainarioi de Sophocle, en exposant les difficultés du dossier, en tentant de dépasser la frustration naturelle devant l’« état des lieux » par une mise en perspective historique et littéraire de ce drame satyrique perdu. Il s’agit de choisir un angle certes un peu confidentiel pour relire et éclairer quelques passages du théâtre du ve siècle, connus, abscons ou fragmentaires : en rappelant quelques hypothèses anciennes et en proposant nouvelles pistes, il est possible de rompre un peu l’isolement théorique de ce drame et de faire apparaître ses liens possibles avec l’actualité ; il devait entrer en résonance avec les autres genres et il a dû être connu d’Aristophane.

1. Trop de titres pour une seule pièce ou trop de drames pour Héraclès ?

  • 1 Sutton, 1974a, p. 182 ; 1980, p. 42.
  • 2 Nauck, 18892, p. 178 ; Pearson, 1917 (vol. I), p. 167.
  • 3 Voir Krumeich et al., 1999, p. 259-276 ; Jouanna, 2007, no 28 ; 37 ; 53 de son catalogue.
  • 4 Pearson, 1917, vol. I, p. 167 ; 169 ; Sutton, 1974b, p. 321, no 15 ; 1980, p. 38 ; Jouan, 1991, p (...)
  • 5 Ahrens (1894, p. 372) et Pearson (1917, vol. I, p. XVIII) le croyaient, Voelke (2001, p. 73, n. 4 (...)
  • 6 Voir infra, p. 175.
  • 7 Hippenstiel, 1887, p. 16 ; Pearson, I, 1917, p. 167.

2La question du titre, malgré sa difficulté, est cruciale pour l’exploitation des fragments. Il serait bon d’arriver à quelques certitudes sur ce premier sous-dossier. On désignait communément1 ce drame par la forme Ἐπιταινάριοι valant pour [οἱ] ἐπὶ Ταινάρῳ σάτυροι. On trouve cependant d’autres titres susceptibles de renvoyer à cette pièce2 : Ἡρακλής, Ἡρακλὴς σατυρικός et Κερβερός3. Partant du principe raisonnable que si Sophocle peut avoir écrit plusieurs drames sur Héraclès, il ne peut en avoir écrit plusieurs traitant exactement le même sujet, il faut en conclure que le Cerbère – que lui attribue une seule source – ne pouvait parler d’autre chose que de sa descente aux Enfers par le Ténare et qu’il se superpose par conséquent aux Epitainarioi4. Il est assez facile de se mettre d’accord sur ce point. Le problème est ensuite de savoir si les fragments transmis sous les deux autres titres peuvent se rattacher aux Epitainarioi 5. La question est débattue. Certains ont voulu apporter un début de réponse en identifiant l’Héraklès satyrikos à l’Herakleïskos, autre drame consacré à l’enfance du héros ; pourtant, comme on le verra plus loin6, est attribué à l’Héraklès un fragment qui convient assez bien aux Epitainarioi de sorte qu’il n’est tout de même pas exclu que sous ces deux titres fort peu explicites aient été transmis des fragments susceptibles d’appartenir à l’Herakleïskos ou aux Epitainarioi. Le titre exact était peut-être Ἡρακλὴς ἢ οἱ ἐπὶ Ταινάρῳ σάτυροι7 : sa longueur justifiait la substitution d’une forme comme Ἐπιταινάριοι et pourrait expliquer l’existence d’un titre alternatif comme Ἡρακλὴς σατυρικός même s’il est fort peu explicite au regard de la production satyrique centrée sur la figure d’Héraclès.

  • 8 Voelke, 2001, p. 389-392 ; Di Marco, 2016.
  • 9 Jouanna, 2007, p. 607.
  • 10 Voir infra p. 177.

3Sachant par ailleurs que le drame satyrique venait à la suite de la trilogie tragique8, il ne saurait être question de multiplier outre mesure des drames sur Héraclès alors qu’on est incapable de les rattacher à des trilogies attestées : la geste d’Héraclès est très sous-représentée dans les titres connus du répertoire tragique de Sophocle et avec deux titres de tragédie (Amphitryon, Les Trachiniennes) et deux titres de drame (Herakleïskos et Epitainarioi) on est déjà bien loin de pouvoir envisager la reconstruction ne serait-ce d’une seule tétratologie complète. La date des Trachiniennes – seule pièce conservée de Sophocle où Héraclès joue un rôle de premier plan – posant également problème9, il est plus prudent de ne pas aller plus avant dans cette voie, mais il n’est pas impossible que Sophocle ait pu écrire une deuxième tétralogie autour d’Héraclès surtout si l’on prend en considération sa dévotion pour ce héros10.

2. Hilotes du Ténare et imaginaire athénien

  • 11 Eustathe in Homère, Iliade, II, 594, p. 297, 37. Voir Pearson, 1917, vol. I, p. 168 ; Ducat, 1990 (...)
  • 12 Ducat, 1990a, p. 185-186 ; 1990b, p. 185 ; Jouan, 1991, p. 15 ; Voelke, 2001, p. 73 ; Pozzoli, 20 (...)
  • 13 Voir Voelke, 1992, p. 42 ; 2001, p. 44 ; Storey, 2003, p. 178 ; Pozzoli, 2004, p. 78 ; 153.
  • 14 Ducat, 1990a, p. 185-187 ; 1990b, p. 185.
  • 15 L’intérêt d’Athènes pour le Ténare est aussi perceptible dans les généalogies de l’éponyme Tainar (...)
  • 16 Chez Pausanias, IV, 24, 5, ce sont des Lacédémoniens.
  • 17 Ducat, 1990a, p. 130-131 ; Jordan, 1990, p. 46-47.
  • 18 Thucydide, I, 128, 1 ; cf. IV, 56, 2 ; schol. in Aristophane, Acharniens, 510a-c ; Souda, s.v. ἀπ (...)

4Grâce à une formule approximative d’Eustathe (Εἵλωτες οἱ ἐπὶ Ταινάρῳ σάτυροι11) on sait que les satyres de cette pièce étaient des Hilotes, ce qui est conforme au thème de leur asservissement dans ce genre12 – et leur « rattachement » à un sanctuaire n’est pas non plus sans parallèle comme le montre le cas des Pélerins d’Eschyle qui avait pour cadre le temple de Poséidon sur l’Isthme13. J. Ducat, qui a étudié en détails cette question, a montré14 que leur présence au Ténare était essentiellement une représentation de l’imaginaire athénien15 s’expliquant en grande partie par le poids d’un massacre d’Hilotes16 effectué par les Spartiates17, crime qui fut qualifié de « souillure du Ténare » (τὸ ἀπὸ Ταινάρου ἄγος) par les Athéniens et servit dans le cadre d’une contre-propagande religieuse comme nous l’apprend Thucydide18 : οἱ γὰρ Λακεδαιμόνιοι ἀναστήσαντές ποτε ἐκ τοῦ ἱεροῦ τοῦ Ποσειδῶνος [ἀπὸ Ταινάρου] τῶν Εἱλώτων ἱκέτας ἀπαγαγόντες διέφθειραν· δι᾽ ὃ δὴ καὶ σφίσιν αὐτοῖς νομίζουσι τὸν μέγαν σεισμὸν γενέσθαι ἐν Σπάρτῃ, « Les Lacédémoniens avaient autrefois fait quitter le temple de Poseidon à des hilotes installés en suppliants, et, les ayant emmenés, les avaient tués ; c’est ce à quoi ils attribuent eux-mêmes le grand tremblement de terre de Sparte. » (trad. J. de Romilly, 1990)

  • 19 Voir Ducat, 1984 ; 1990a, p. 131 sqq. ; 1990b, p. 185.
  • 20 Schumacher, 1993, p. 72 ; Lévy, 2003, p. 97. Avant 465 pour Hornblower, 1991, p. 213 ; en 466 pou (...)
  • 21 Lévy, 2003, p. 97.
  • 22 Cf. Aristophane, Acharniens, 510-511 ; Lysistrata, 1143 (χὠ θεὸς σείων ἅμα).
  • 23 Voir par exemple Bétant, 1847, p. 409, s.v. σείειν ; s.v. σεισμός.
  • 24 En 411, chez Aristophane, Lysistrata, 1137-1146.

5Ce « grand tremblement de terre » ayant eu lieu, pense-t-on, en 46419, le massacre date donc nécessairement de cette année-là ou bien lui est antérieur de peu (466-46520). La crainte religieuse des Spartiates à l’égard de ces phénomènes21 et les liens traditionnels de Poséidon avec les séismes confirment l’idée selon laquelle le meurtre de ces suppliants pouvait être perçu comme la cause de la colère du dieu du Ténare22. Ce séisme majeur aurait pu être ressenti jusqu’à Athènes ce qui expliquerait aussi son importance dans l’imaginaire athénien indépendamment des répercussions religieuses et politiques de l’événement. Parmi les nombreux séismes signalés par Thucydide23, seul celui de 464 a suffisamment frappé les esprits, même au-delà de la Laconie, pour que des références figurent dans des comédies quarante ans plus tard et même après24. Il en va probablement de même de l’évènement qui était censé avoir causé ce cataclysme.

  • 25 Jouanna, 2007, p. 91-92.
  • 26 Nauck (18892, p. 178) et Pearson (1917, vol. I, p. 168) signalaient, en la rejetant, l’hypothèse (...)

6Sophocle est contemporain de l’événement – il avait une trentaine d’années – et comme sa première victoire date de 46825, il a commencé sa carrière suffisamment tôt pour pouvoir produire un drame d’actualité après 464. Pourtant rien ne dit que cette pièce remonte à une date aussi haute dans la carrière de Sophocle ni qu’elle était un « drame d’actualité ». De fait on ne dispose d’aucun élément de datation26, mais deux faits seraient susceptibles de relancer la thématique des Hilotes au Ténare à Athènes à une date ultérieure : de nouveaux séismes ou bien des opérations militaires à proximité de la zone considérée.

  • 27 De Cremoux, 2011, p. 152, n. 475.
  • 28 Aristophane, Acharniens, 509-511 (Olson, 2002, p. 28 édite καὐτο<ῖσιν αὖθ> οὑπὶ Ταινάρῳ θεός) ; cf. schol. (...)

7Une explication du premier type peut déjà être alléguée pour un passage des Acharniens27, pièce représentée en 425 soit quarante ans après la « souillure du Ténare » : la référence ne concerne pas les Hilotes, il est vrai, mais le séisme : Dicéopolis, qui hait farouchement les Lacédémoniens, souhaite les voir affligés par un nouveau tremblement de terre28 : ἐγὼ δὲ μισῶ μὲν Λακεδαιμονίους σφόδρα, / καὐτοῖς ὁ Ποσειδῶν οὑπὶ Ταινάρῳ θεὸς / σείσας ἅπασιν ἐμβάλοι τὰς οἰκίας… « Or donc, je hais les Lacédémoniens de tout cœur, et puisse Posidon, le dieu du Ténare, dans un tremblement de terre ensevelir leurs demeures à tous… » trad. van Daele, 19586.

  • 29 Cf. Pausanias, IV, 24, 6 ; VII, 25, 3 ; Élien, Histoires variées, VI, 7.
  • 30 Schol. in Aristophane, Acharniens, 510a-c ; cf. Ducat, 1990a, p. 131 (« peut-être »).
  • 31 Voir Jordan, 1990, p. 52. D’autres passages de Thucydide (II, 27, 2 ; cf. IV, 56, 4 ; III, 54, 4) (...)
  • 32 Thucydide, III, 87, 4 ; III, 89, 2.
  • 33 Cette période serait aussi compatible avec la date présumée des Hilotes d’Eupolis : voir infra, p (...)

8Le passage associe le « dieu du Ténare » à sa vengeance sismique touchant Sparte29 ce qui ne peut avoir de sens que par rapport à l’événement de 46430 ou bien à des répliques réactualisant cet épisode dans l’imaginaire des spectateurs31. Or il y a justement une forte activité sismique en 427-426. En 427 plusieurs séismes touchent Athènes, l’Eubée et la Béotie et en 426 l’armée d’Agis doit faire demi-tour à l’Isthme – où se trouve un fameux sanctuaire de Poséidon – à cause de plusieurs séismes qui entraînent également des raz-de-marée32. C’est ce contexte sismique qui éclaire le passage des Acharniens33.

  • 34 Thucydide, VI, 95, 1 ; Jordan, 1990, p. 51.
  • 35 Ducat, 1990a, p. 136-137.
  • 36 Thucydide, VII, 26, 2. Voir Ducat, 1990a, p. 136-137. Les Spartiates craignaient aussi des révolt (...)

9La production des Epitainarioi pourrait aussi s’expliquer par la réactualisation de cet épisode ancien en raison de l’activité sismique. En 414 un nouveau séisme (en Argolide ?) oblige les Spartiates à s’arrêter à Cléonai34 – il est possible qu’il ait été ressenti plus loin, à Athènes comme dans le sud du Péloponnèse. L’année suivante, en 413, pas de séisme signalé, mais les Athéniens ne se seraient-ils pas souvenus des « Hilotes du Ténare » au moment où ils effectuaient des opérations dans le golfe de Laconie, du côté de Cythère et du cap Malée35 ? D’après Thucydide ils se présentèrent alors en « libérateurs » des Hilotes parce qu’ils devaient compter sur des révoltes serviles que les Spartiates redoutaient particulièrement36 :

ἔπειτα σχόντες ἐς τὰ καταντικρὺ Κυθήρων τῆς Λακωνικῆς, ἔνθα τὸ ἱερὸν τοῦ Ἀπόλλωνός ἐστι, τῆς τε γῆς ἔστιν ἃ ἐδῄωσαν καὶ ἐτείχισαν ἰσθμῶδές τι χωρίον, ἵνα δὴ οἵ τε Εἵλωτες τῶν Λακεδαιμονίων αὐτόσε αὐτομολῶσι καὶ ἅμα λῃσταὶ ἐξ αὐτοῦ, ὥσπερ ἐκ τῆς Πύλου, ἁρπαγὴν ποιῶνται.

« Ils [Démosthène et Chariclès] viennent aborder dans la région de la Laconie qui regarde Cythère et où se trouve le temple d’Apollon. Ils ravagèrent quelques parties du pays et y fortifièrent une bande de terrain en forme d’isthme, afin d’offrir ainsi un refuge aux hilotes lacédémoniens fugitifs et d’avoir, comme à Pylos, une base pour des razzias de pillards. » (trad. J. de Romilly, 19551)

  • 37 Voir Gomme-Andrewes-Dover, 19782, p. 400 (réservés) ; Christien, 1989, 91 (plus catégorique) ; Du (...)
  • 38 Strabon, VIII, 5, 1 (C 363) : πρόκειται δὲ κατὰ τούτου Κύθηρα ἐν τετταράκοντα σταδίοις.
  • 39 Euripide, Cyclope, 292-293 (ἱερᾶς τ᾽ ἄθραυστος Ταινάρου μένει λιμὴν / Μαλέας τ᾽ ἄκρας κευθμῶνες).

10La mention d’un isthme (ἰσθμῶδές τι χωρίον) offrant une protection aux Hilotes fugitifs (αὐτομολῶσι) dans une zone située juste en face du Ténare n’est pas sans rappeler le rôle de Poséidon dans ce dossier. Au Ténare la topographie permettrait aussi de fortifier un isthme, mais Thucydide désigne ici manifestement Onugnathe (Ὄνου γνάθον) auj. Elafonissi37 située « en face de Cythère38 » et qui, comme le dit Strabon, était jadis une presqu’île (ταπεινὴν χερρόνησον ἐνδοτέρω τῶν Μαλεῶν). Le cap Malée est d’ailleurs cité par Euripide à la suite du Ténare comme un lieu lié à Poséidon39. Il prend donc des allures de « petit Ténare » et pouvait facilement réactiver, dans ces circonstances, le souvenir des malheureux Hilotes et celui, toujours très vivace, de la souillure contractée par les Spartiates cinquante ans plus tôt.

11Il ne serait donc pas impossible que les Epitainarioi aient été représentés entre 426, dans le contexte sismique précédemment évoqué, et 406, date de la mort du dramaturge, avec peut-être une préférence pour la période 412-406 à cause des opérations au cap Malée, mais aussi pour ne pas placer ce drame trop près d’une comédie d’Eupolis intitulée Les Hilotes et parce que, comme on va le voir ensuite, Aristophane fait probablement allusion à ce drame dans Les Grenouilles.

3. Le serpent du Ténare

  • 40 Schol. in Aristophane, Acharniens, 510 ; schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 187c ; Pearson, (...)
  • 41 Voelke, 1992, p. 44.
  • 42 Sur ce travail, voir par exemple Chuvin, 1992, p. 283-289.
  • 43 Voir Padilla, 1998 ; Voelke, 2001, p. 329-339 ; Casolari, 2003, p. 249-293.
  • 44 Strabon, VIII, 5, 1 (C 363) ; Pausanias, III, 25, 5 ; Pseudo-Apollodore, II, 5, 12 ; schol. in Ap (...)
  • 45 Trézène : Pausanias, II, 31, 2 ; Pseudo-Apollodore, II, 5, 12. Hermione : Euripide, Héraclès furi (...)

12Le Ténare étant aussi connu comme entrée des Enfers40 une thématique infernale41 venait naturellement se superposer à l’idée de l’asservissement des satyres et amenait l’intervention d’Héraclès42, héros régulièrement représenté dans les drames43 : on racontait en effet qu’il était passé par le Ténare44 pour aller chercher Cerbère tandis qu’on localisait sa sortie à Trézène, à Hermione ou encore du côté du Pont45.

  • 46 Thiry, 1972, p. 61-63.
  • 47 Notamment Héraclès furieux, 23-25 (Ταινάρου διὰ στόμα).
  • 48 Bond, 1981, p. XXXI.
  • 49 Pausanias, III, 25, 5-6 ; cf. schol. in Hésiode, Théogonie, 311 ; schol. vet. in Aristophane, Gre (...)

13Parmi tous les témoignages relatifs à ce travail d’Héraclès – dont il faut souligner qu’il est très présent dans l’iconographie à Athènes aux vie-ve siècles46 –, on gardera en tête les allusions de l’Héraclès furieux d’Euripide47 compte tenu de la date tardive de cette pièce qui, d’après Bond48, serait de 416 ou 414. On mentionnera aussi surtout la version discordante qui figurait chez Hécatée de Milet même s’il peut sembler déroutant, à première vue, qu’un dramaturge ait trouvé un élément du synopsis de son drame dans une relecture rationaliste de la légende. Cerbère, d’après lui, aurait pu être un serpent très venimeux ce qui lui aurait valu son nom de « chien d’Hadès49 » :

ἀλλὰ Ἑκαταῖος μὲν ὁ Μιλήσιος λόγον εὗρεν εἰκότα [FGrH 1 F 27], ὄφιν φήσας ἐπὶ Ταινάρῳ τραφῆναι δεινόν, κληθῆναι δὲ ᾅδου κύνα, ὅτι ἔδει τὸν δηχθέντα τεθνάναι παραυτίκα ὑπὸ τοῦ ἰοῦ. Καὶ τοῦτον ἔφη τὸν ὄφιν ὑπὸ Ἡρακλέους ἀχθῆναι παρ᾽ Εὐρυσθέα

« Mais Hécatée de Milet a trouvé une explication vraisemblable quand il prétend qu’au Ténare on élevait un serpent terrible appelé « chien d’Hadès » parce celui qu’il avait mordu mourait aussitôt sous l’effet du venin et il ajoute que c’est ce serpent qui fut apporté à Eurysthée par Héraclès. »

  • 50 Quand Sophocle localise Œchalie en Eubée (Trachiniennes, 75 : Εὐβοΐδα χώραν φασίν, Εὐρύτου πόλιν) (...)
  • 51 Sutton, 1980, p. 23.

14Sophocle a connu Hérodote qui a lui-même largement pillé Hécatée et il n’y a pas de raison de l’écarter des sources envisageables50. Mais surtout il semble que ce genre de retournement rationaliste ait été caractéristique des canevas des drames satyriques : par exemple dans Le Cyclope, Euripide fait du géant un berger moins monstrueux que chez Homère. D. F. Sutton51 suggère que dans le drame d’Eschyle intitulé Leôn – qui parlait du premier exploit d’Héraclès – Leôn est en fait un nom propre, que le prétendu lion (leôn) n’est qu’un homme appelé Leôn.

  • 52 Sur les liens entre les serpents et le monde chthonien ou infernal, voir Ogden, 2015.
  • 53 Strabon, VIII, 5, 1 (C 363) ; cf. 5, 7 (C 367) ; Mela, II, 51 ; Sénèque, Phèdre, 1201 ; Pausanias (...)
  • 54 Voelke 1992, p. 47 ; 2001, p. 39 ; 42.
  • 55 Sutton, 1980, p. 153.
  • 56 Voir Pausanias, III, 25, 8 (ἐστι δὲ ἐπὶ Ταινάρῳ καὶ πηγή) et déjà Pearson, 1917, vol. I, p. 169. (...)

15Pénétrant dans la grotte, Héraclès aurait pu constater qu’il n’y avait pas d’accès et il en aurait ramené un serpent redoutable52. Plusieurs auteurs parlent d’une grotte au Ténare53 : le drame se déroule donc dans un cadre à la fois pastoral et côtier, à proximité d’une grotte, élément récurrent du décor satyrique54 que l’on retrouve notamment dans Les Limiers55. La grotte, la source56 et le bois sacré, sont compatibles avec la présence d’un serpent.

  • 57 Fr. 206 Nauck2 / 226 Radt / 226 Krumeich = Etienne de Byzance, s.v. χώρα.
  • 58 Déjà Ducat, 1990a, p. 184 : « le rapprochement s’impose ».
  • 59 Le fr. 206 Nauck2 appellerait par ailleurs la comparaison avec le fr. 123 Nauck2 du Leôn d’Eschyl (...)
  • 60 Le fr. 230 Pearson (= 210 Nauck2 / 198a Krumeich) attribué explicitement aux Epitainarioi par Ath (...)
  • 61 La comparaison s’impose ici avec le Philoctète de 409 puisque Néoptolème présente la vipère qui m (...)
  • 62 Un fragment d’Hécatée transmis par papyrus souligne que la bête en question n’était ni grande ni (...)

16Les fragments sont difficiles à exploiter, mais le fr. 226 Pearson57 attribué à l’Héraklès (satyrikos) par Étienne de Byzance peut être rapproché du fr. 27 d’Hécatée58 même s’il est bien sûr difficile de dire jusqu’où Sophocle avait pu récupérer l’idée du logographe. Ce vers laisse en effet penser qu’un serpent était mentionné dans cette pièce : τρέφουσι κρήνης φύλακα χωρίτην ὄφιν : « ils élèvent un serpent local, gardien de la source ». La formule appelle la comparaison avec les mots mêmes d’Hécatée (ὄφιν φήσας ἐπὶ Ταινάρῳ τραφῆναι δεινόν59) et suggère la présence, comme dans nombre de sanctuaires antiques, d’un serpent sacré, on peut même dire apprivoisé. La démonstration d’Hécatée reposait sur l’extrême nocivité de la bête60, situation assez peu compatible avec la figure d’un drakôn sacré, épichorique61, de belle taille et inoffensif 62. Mais Sophocle n’en avait-il pas justement tiré un élément plaisant ? ne voyait-on pas sortir de la grotte ni Cerbère ni un reptile monstrueux mais un tout petit serpent ?

  • 63 Déjà Pearson, I, 1917, p. 171 à propos du fr. 230 (= 210 Nauck2 / 198a Radt) ; également en ce se (...)

17Si l’on examine par ailleurs les deux allusions à Cerbère dans les tragédies de Sophocle, la première dans Les Trachiniennes (1098 : Ἅιδου τρίκρανον σκύλακ’, ἀπρόσμαχον τέρας), l’autre dans l’Œdipe à Colone (1573 : ἀδάματον φύλακα παρ᾽ Ἁίδᾳ), on constate que Cerbère est désigné par la périphrase certes banale du « gardien », mais, qu’en vertu d’une « paronomase intertextuelle » qui semble propre à Sophocle, le Chien est φύλαξ et σκύλαξ. Le fr. 226 Pearson pourrait donc aussi jouer sur le déplacement d’une caractéristique essentielle de Cerbère et sur une ambiguïté entre le gardien de la source et le gardien des Enfers. Il n’est donc pas exclu que les Epitainarioi aient pu utiliser l’idée selon laquelle le gardien des Enfers n’était finalement qu’un serpent, gardien d’une source63.

  • 64 Pechstein, 1998, p. 171 sqq. ; Jouan-van Looy, 2002, p. 136.
  • 65 Jouan-van Looy, 2002, p. 136.

18La confrontation avec l’Eurysthée d’Euripide, drame satyrique où le rival de Sophocle avait manifestement évoqué cet épisode64 eût été intéressante, mais là aussi la matière est bien maigre : si la reconstruction proposée par F. Vian et H. van Looy est exacte65, Héraclès aurait pu réapparaître sur scène non pas avec Cerbère lui-même mais avec une statue du Chien. Dans ce genre de pièce, l’exploit était nécessairement détourné d’une façon ou d’une autre : le chien polycéphale conforme aux modèles iconographiques, que tout le monde attend, n’arrive pas sur scène.

  • 66 Voir Ducat, 1990a, p. 111 sqq.
  • 67 Ducat, 1990a, p. 110-118.
  • 68 Ducat, 1990a, p. 186-187.
  • 69 Cf. Webster, 1967, p. 169.
  • 70 Ducat, 1990a, p. 113-115.
  • 71 Etymologicum Magnum, s.v. κυνέη (en peau de chien).

19En outre, avec l’angle de la sauvagerie, une thématique canine aurait facilement pu être privilégiée dans ce drame : rappelons qu’il y a des liens entre les vêtements des Hilotes (cuir, peaux de bête66) et l’apparence sauvage, hirsute des satyres et qu’il peut aussi y en avoir entre l’image traditionnelle des Hilotes (vol, ivrognerie, chansons et danses salaces67) et le caractère des satyres dans nombre de drames68 ou d’images – ils aiment bien dérober les armes d’Héraclès69. Les Hilotes portaient aussi un bonnet appelé κυνέη70 qui n’est pas sans faire penser à la coiffe d’Hadès et rappelle étymologiquement le chien71. Cela ne veut pas dire que les satyres prenaient ici un aspect de chien, mais peut-être – on pense tout de suite aux Ichneutai – se comportaient-ils comme des chiens ? Vu sous cet angle les Hilotes-satyres de la pièce auraient pu être des adorateurs du Chien et ils auraient connu une déconvenue comique en découvrant que le Chien était en réalité un serpent. Dans ce cas ils n’étaient pas vraiment les desservants de Poséidon ni du serpent comme pourrait le laisser penser le fr. 226 Pearson.

  • 72 Nauck, 18892, p. 209 ; Pearson, 1917, vol. II, p. 31-34 ; Jouan, 1991, p. 10-11 ; Krumeich et al.(...)
  • 73 Parmi les « éléments de proximité », on peut signaler le fr. 198e Krumeich des Epitainarioi (οὐ κ (...)
  • 74 Barbara, 2013, p. 37, n. 110.

20Ce n’était d’ailleurs pas la seule pièce associant des satyres à un serpent : dans Les Kôphoi, Sophocle devait mettre en scène des satyres trompés par un serpent72 et il y a un autre élément de proximité73 dans le fait que cette pièce parlait de l’immortalité perdue alors que les Epitainarioi devaient parler, à leur façon, de la mort. La thématique de la jouvence traverse aussi le théâtre d’Aristophane74 et se retrouve dans Les Grenouilles avec une variante qui est la résurrection du vieil Eschyle.

4. Des allusions aux Epitainarioi chez Aristophane ?

  • 75 Jouanna, 2007, p. 11-114.
  • 76 Aristophane, Grenouilles, 663-667 = Sophocle, [Laocoon] fr. 371 Pearson : voir Dover, 1994, p. 27 (...)
  • 77 Aristophane, Grenouilles, 73 ; 76.
  • 78 Jouanna, 2007, p. 73-76.
  • 79 Aristophane, Grenouilles, 76-77 ; cf. 69 (ἐλθεῖν ἐπ᾽ ἐκεῖνον) // 111 (ἡνίκ᾽ ἐπὶ τὸν Κέρβερον) ; J (...)

21Puisque Les Acharniens contiennent une allusion transparente à la vengeance du dieu du Ténare, il pourrait bien y avoir, dans d’autres comédies, des allusions aux Hilotes du Ténare sinon aux pièces qui leur étaient consacrées, en particulier dans Les Grenouilles. Cette pièce représentée à la fin du ve siècle, précisément aux Lénéennes de 405, cristallise plusieurs décennies de thématiques théâtrales. Elle exploite, comme chacun sait, le thème de la catabase, met doublement en scène le personnage d’Héraclès avec Dionysos son double comique sur scène, mentionne plusieurs fois Sophocle mort quelques mois auparavant (entre les Grandes Dionysies de mars 406 et les Lénéennes de janvier 40575) et cite des vers du dramaturge76. Héraclès y témoigne une préférence manifeste pour Sophocle et sa famille (Iophon77) ce qui pourrait être une sorte d’hommage rendu par le héros à celui qui lui avait témoigné une piété particulière : à la suite d’un rêve, le dramaturge avait, dit-on, bâti un temple dédié à Héraclès Mènutès78. Mais Les Grenouilles reposent surtout sur une idée centrale – ramener un dramaturge des Enfers – et ce défi est clairement envisagé sur le modèle du rapt de Cerbère (Σοφοκλέα […] μέλλεις ἀναγαγεῖν79) ce qui fait que cette comédie est en théorie bien placée pour contenir, à plusieurs niveaux, des allusions aux Epitainarioi.

  • 80 Storey, 2003, p. 114-116.
  • 81 Kassel-Austin, 1986, p. 376-380 ; Ducat, 1990a, p. 187-188 ; 1990b, p. 185-186 ; Storey, 2003, p. (...)
  • 82 Storey, 1990, p. 7 ; 29-30 ; 2003, p. 66 ; 174-175 ; réserves de Olson, 2016, p. 13 qui invite à (...)
  • 83 Dindorf cité par Olson, 2016, p. 12 proposait 429-425 ; Kyriakidi, 2007, p. 13-16 propose 425.
  • 84 Pour Storey, 1990, p. 7 ; 2003, p. 59, qui privilégie la version de la Souda (s.v. Εὔπολις = test (...)
  • 85 Prudence néanmoins de Colvin, 1999, p. 272-273.
  • 86 « Et moi je te baillai couronnes et présents ! » trad. van Daele, 19586.
  • 87 Schol. in Aristophane, Cavaliers, 1225a.
  • 88 Voir Sommerstein, 1980, p. 51-52 ; Placido, 1994, p. 132-133 ; Storey, 2003, p. 176 ; Kyriakidi, (...)

22Cette pièce est d’ailleurs aussi bien placée pour contenir des allusions aux Dèmes d’Eupolis, comédie qui repose également sur l’idée de ramener quelqu’un des Enfers, en l’occurrence un grand politique athénien80. Or Eupolis avait aussi produit une comédie intitulée Les Hilotes : elle était manifestement déjà localisée au Ténare et devait mettre en scène des Hilotes suppliants81. D’après Storey82, cette production du début de la carrière d’Eupolis daterait de 428 sans exclure 429 ou 42783. Eupolis étant mort vers 41184, Les Grenouilles pourraient donc aussi distiller quelques allusions aux comédies de ce dramaturge. Déjà dans Les Cavaliers, qui datent de 424, Dèmos s’adressant à Cléon (v. 1225) utilise un vers en dorien que l’on tient généralement pour un écho sinon un vers d’Eupolis85 : ἐγὼ δέ τυ ἐστεφάνιξα κἀδωρησάμαν86. D’après les scholies87, il imite ici les Hilotes lorsqu’ils couronnent Poséidon ou plutôt il imite un passage des Hilotes (μιμεῖται δὲ τοὺς εἵλωτας ὅταν στεφανῶσι τὸν Ποσειδῶνα88). S’il s’agit bien d’un écho de cette pièce, à cette date et sur ce sujet, Aristophane penserait donc plus facilement à la pièce d’Eupolis – peut-être parce que Sophocle n’a alors pas encore écrit la sienne.

  • 89 Voir Hooker, 1960 pour une localisation athénienne.
  • 90 Aristophane, Grenouilles, 111 (ἡνίκ’ ἦλθες ἐπὶ τὸν Κέρβερον) ; cf. arg. 1, l. 5.
  • 91 Aristophane, Grenouilles, 136.
  • 92 Voir Hooker, 1960.
  • 93 Aristophane, Grenouilles, 186-187.

23Les Grenouilles offrent un terrain un peu plus stable. Certes la localisation de l’entrée des Enfers y est d’abord problématique89 : Dionysos souhaite connaître le chemin emprunté par Héraclès90, mais le héros ne dit rien de très précis à ce sujet ou, du moins, il ne reprend pas la géographie mythique attendue. Dionysos indique finalement qu’il prendra le même chemin qu’Héraclès qui a évoqué une longue navigation (πλοῦς πολύς) et un lac de grande dimension (ἐπὶ λίμνην μεγάλην91). La mention de ce lac, qui n’est pas incompatible avec la géographie des Enfers, se comprend tout de même prioritairement en référence à la topographie athénienne92, au sanctuaire de Dionysios ἐν Λίμναις et à l’intervention des grenouilles dans la suite de la pièce. Plus loin, cependant, lorsque Charon appelle des passagers93, on trouve des mentions de la topographie stéréotypée des Enfers et ce passage pourrait bien contenir une allusion assez claire à la pièce de Sophocle. Le passeur invite ceux qui vont τίς ἐς τὸ Λήθης πεδίον, ἢ’ σ᾽ Ὄνου πόκας, / ἢ σ᾽ Κερβερίους, ἢ σ᾽ κόρακας, ἢ’ πὶ Ταίναρον; « qui, à la plaine du Léthé, à Tonte d’âne, chez les Cerbériens, aux Corbeaux, au Ténare ? » trad. van Daele, 19281.

  • 94 Voir Dover, 1994, p. 214-215 ; Cousin, 2012, p. 161-163 ; Santamaría Álvarez, 2015, p. 127.
  • 95 Sur le proverbe, voir schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 186e ; recent., 186b. Il existe un (...)
  • 96 Sophocle, fr. 957 Nauck2 / 1060 Radt = Etymologicum Magnum, s.v. Κιμμερίους ; Sommerstein, 1996, (...)
  • 97 Pearson, 1917, vol. III, p. 150.
  • 98 Schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 187b ; recent., 187a ; cf. schol. PV in Homère, Odyssée, (...)
  • 99 Homère, Odyssée, XI, 14 (ἔνθα δὲ Κιμμερίων ἀνδρῶν δῆμός τε πόλις τε). Il est aussi question (Hésy (...)
  • 100 Schol. vet. et recent. in Aristophane, Grenouilles, 187a.
  • 101 Santamaría Álvarez, 2015, p. 127, n. 38.

24Charon dit ici de façon plaisante qu’on ne trouve nulle part les prétendues entrées des Enfers et que tous ceux qui les cherchent sont finalement arrivés au bon endroit94 : il mélange l’invention poétique et mythique (Λήθης, Κερβερίους), la réalité géographique (Ταίναρον), l’humour (Ὄνου πόκας95, σ᾽ κόρακας), mais aussi, sans doute, des références intertextuelles. Et le v. 187 pourrait bien contenir deux allusions à Sophocle. D’abord avec [ἐ]πὶ Ταίναρον qui pourrait être un clin d’œil au titre alternatif du drame (οἱ ἐπὶ Ταινάρῳ σάτυροι) ; ensuite avec Κερβερίους qui peut être rapproché d’un fragment indéterminé de Sophocle (1060 Pearson96) constitué par le simple adjectif Κερβέριος97 – en réalité l’Etymologicum Magnum dit seulement que Sophocle avait utilisé cette « graphie » sans préciser dans quel contexte ni avec quel sens : καὶ ἔοικε καὶ Σοφοκλῆς περιπεπτωκέναι τῇ τοιαύτῃ γραφῇ· ὁμοίως καὶ Ἁριστοφάνης ἐν Βατράχοις. Les scholies98 signalent que le philologue Cratès de Mallos restituait la forme rare Kerberioi à la place de Kimmerioi dans un passage discuté de l’Odyssée99. Les Cimmériens sont associés à l’anabase pontique d’Héraclès et deviennent ainsi un peuple du Chien ou un peuple infernal : mais est-ce vraiment à cela qu’Aristophane et Sophocle faisaient allusion ? Il n’est pas dit qu’ils envisageaient ce terme comme un emprunt à l’exégèse homérique ou comme un équivalent de Cimmériens. En forgeant un ethnique fantaisiste comme « Cerbériens », ils jouaient plutôt simplement sur le nom de Cerbère100. Il n’est pas dit non plus que ce mot figurait précisément dans les Epitainarioi, mais cela n’est pas invraisemblable compte tenu du fait que la figure de Cerbère devait très largement focaliser l’attention dans ce drame. Et puis, comme on l’a dit précédemment, le titre Kerberos devait valoir pour Epitainarioi : il semble alors logique de penser que Κερβέριος – « fragment » d’un seul mot certes limpide mais conservé et parvenu jusqu’à nous précisément en raison de sa rareté –, n’était pas pour Aristophane un terme commun et que son emploi était davantage une référence à Sophocle qui avait dû créer le terme101 qu’un emprunt à des proto-gloses homériques surtout compte tenu de la proximité d’[ἐ]πὶ Ταίναρον.

  • 102 Voir par exemple Sutton, 1983.
  • 103 Ainsi sur un vase de Londres : Krumeich et al., 1999, pl. 11, a ; Lissarrague, 2013, p. 33, fig.  (...)
  • 104 Lissarrague, 2013, p. 33.
  • 105 Voelke, 2001, p. 469, fig. 25a.
  • 106 Toillon, 2016, p. 173-172 montre le dessin d’un skyphos à f.r. du marché international.
  • 107 Beazley archive, no 12.II.A.513 ; Guiraud, 1978, p. 123-124.
  • 108 Toillon, 2016.

25Il resterait à explorer brièvement la piste de l’iconographie, mais elle est semée d’embûches supplémentaires. On l’examinera donc sommairement, en guise de conclusion, et en laissant de côté, faute de place, la question des vases susceptibles d’illustrer Les Epitainarioi102. Il n’est pas impossible qu’il y ait eu jadis une opposition courante entre satyres et serpents qui serait passée un peu inaperçue. Sur les vases les satyres sont souvent les émules grotesques d’Héraclès et peuvent donc se trouver face à des serpents103, mais, comme le fait remarquer F. Lissarrague, le statut des satyres dans les drames les empêchent de jouer des rôles actifs de premier plan : ils forment le chœur104 ; il est donc douteux qu’ils aient pu accomplir l’exploit d’Héraclès à sa place. Dans l’iconographie dionysiaque, néanmoins, la présence des satyres dans les cortèges de Bacchus est aussi susceptible de leur faire côtoyer les serpents des mystères. Les Ménades les manipulent souvent dans les thiases à proximité des satyres et les brandissent parfois pour écarter ceux qui veulent les agresser sexuellement105. L’image du satyre seul tenant un serpent, éventuellement d’assez grande taille, se trouve aussi sur des vases106 ou des intailles, parfois à proximité des cistes107 ce qui constitue un indice précieux : on peut l’interpréter à première vue comme un « zoom » sur une péripétie amusante de thiase – la Ménade a jeté l’animal sur le satyre ou bien ce dernier a libéré la bête en ouvrant une ciste. Il existe aussi des statues illustrant ce thème de façon réaliste mais leur authenticité n’est pas entièrement établie : d’abord un satyre seul luttant contre un serpent de grande taille (Porta Tiburtina), puis deux groupes similaires montrant trois satyres aux prises avec un reptile de grande taille (Graz et Sotheby’s New York). Comme l’animal est vraiment très volumineux, l’explication précédente semble inappropriée et le rapprochement ne tient pas : on serait plutôt, dans ce cas, devant une transposition de l’histoire de Laocoon dans l’univers des satyres. Signalons enfin le cas d’un cratère en cloche attique à f.r. du Louvre (G485) étudié par V. Toillon108, qui montre l’image déroutante d’un satyre allongé dans une grotte, comme s’il était mort, à côté d’un serpent qui s’approche de lui. Plusieurs éléments semblent correspondre à ce que l’on vient de voir, mais les autres faces du vase invitent à y voir plutôt une scène à rattacher à des mystères dionysiaques. On peut tout de même tirer de ce dernier parallèle iconographique que la confrontation du satyre et du serpent peut au fond avoir aussi une explication religieuse et cette dimension n’était peut-être pas totalement absente des drames satyriques liés comme l’on sait à Dionysos.

Haut de page

Bibliographie

Ahrens, E. A. J., 1984, Sophoclis fragmenta, Paris.

Barbara, S., 2013, Ôgugios muthos. L’héritage de la dipsade dans les textes anciens, dans S. Barbara. (dir.), Imaginaires mythologiques des sociétés anciennes. Couples mythiques : origines, transgressions et falsifications (= « Ateliers », 45), Villeneuve d’Ascq, p. 25-42.

Bétant, E. A., 1847, Lexicon Thucydideum, Vol. II, Genève (reprint G. Olms, Hildesheim – New York, 1969).

Bond, G. W. (éd.), 1981, Euripides, Heracles, Oxford.

Casolari, F., 2003, Die Mythentravestie in der griechischen Komödie, Münster.

Christien, J., 1989, Promenades en Laconie, DHA, 15/1, p. 75-105.

Chuvin, P., 1998², La mythologie grecque. Du premier homme à l’apothéose d’Héraclès, Paris.

Colvin, S., 1999, Dialect in Aristophanes and the Politics of Language in Ancient Greek Literature, Oxford.

Coulon, V. et Daele, H. van (éd.), 19586, Aristophane, I. Les Acharniens – Les Cavaliers – Les Nuées, Les Belles Lettres, Paris.

Coulon, V. et Daele, H. van (éd.), 19281 Aristophane, IV. Thesmophories – Grenouilles, Les Belles Lettres, Paris.

Cousin, C., 2012, Le monde des morts : espaces et paysages de l’Au-delà dans l’imaginaire grec d’Homère à la fin du ve siècle av. J.-C., Paris.

Dain, A. et Mazon, P. (éd.), 1960, Sophocle, Tragédies, t. III. PhiloctèteŒdipe à Colone, Les Belles Lettres, Paris.

de Cremoux, A., 2011, La cité parodique : études sur les Acharniens d’Aristophane, Amsterdam.

de Romilly, J. (éd.), 1990, Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, Introduction – Livre I, Les Belles Lettres, Paris (19531).

de Romilly, J. (éd.), 19551, Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, t. IV, Livres VI-VII, Les Belles Lettres, Paris.

Di Marco, M., 2016, Sulla collocazione del dramma satiresco nella tretralogia drammatica, Prometheus, 42, p. 3-24.

Dover, K.,1994, Aristophanes, Frogs, Oxford.

Ducat, J., 1990a, Les Hilotes, Athènes-Paris (= BCH Suppl., 20).

Ducat, J., 1990b, Esclaves au Ténare, dans M.-D. Mactoux et E. Geny. (éd.), Mélanges Pierre Lévêque, 4. Religion, Besançon – Paris, p. 173-193.

Ducat, J., 1984, Le tremblement de terre de 464 et l’histoire de Sparte, dans B. Helly et A. Pollino (éd.), Tremblements de terre. Histoire et archéologie, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, Valbonne, p. 73-85.

Grégoire, H. et Parmentier, L., 19231 (éd.), Euripide, Tragédies, t. I. Héraclès – Les Suppliantes – Ion, Les Belles Lettres, Paris.

Guiraud, H., 1978, Les satyres sur les intailles d’époque romaine, REA, 80, 1-2, p. 114-137.

Hippenstiel, W., 1887, De Graecorum Tragicorum principum fabularum nominibus, dissert., Marpurg.

Hooker, G. T. W., 1960, The Topography of the Frogs, JHS, 80, p. 112-117.

Hornblower, S., 1991, A Commentary on Thucydides, vol. I: Books I-III, Oxford.

Hornblower, S., 1996, A Commentary on Thucydides, vol. II: Books IV-V. 24, Oxford.

Huxley, G. L, 1969, Greek Epic Poetry from Eumelos to Panyassis, Londres.

Jordan, B., 1990, The Ceremony of the Helots in Thucydides, IV, 80, AC, 59, p. 37-69.

Jouan, F. et van Looy, H. (éd.), 2002², Euripide, Tragédies, t. VIII, 2e partie. Fragments de Bellérophon à Protésilas, Les Belles Lettres, Paris.

Jouan, F., 1991, Sophocle et le drame satyrique, Pallas, 37, p. 7-23.

Jouanna, J., 2007, Sophocle, Paris.

Kassel, R. et Austin, C. (éd.), 1986, Poetae comici Graeci (PCG), Vol. V. Daxomenus – Magnes, Berlin - New York.

Krumeich, R., Pechstein, N. et Seidensticker, B. (éd.), 1999, Das griechische Satyrspiel, Darmstadt.

Kyriakidi, N., 2007, Aristophanes und Eupolis. Zur Geschichte einer dichterischen Rivalität, Berlin - New York.

Lévy, E., 2003, Sparte. Histoire, politique et société jusqu’à la conquête romaine, Paris.

Lissarrague, F., 2013, La cité des satyres. Une anthropologie ludique (Athènes, vie-ve siècles av. J.-C.), Paris.

Nauck, A., Tragicorum Graecorum fragmenta, Leipzig, 18892 (reprint G. Olms, Hildesheim - Zurich - New York, 1983).

Nenci, G, 1955, Eracle e Cerbero in Ecateo Milesio, PP, 41, p. 130-136.

Ogden, D., 2001, Greek and Roman Necromancy, Princeton - Oxford.

Ogden, D., 2015, Katábasis and the serpent, LEC, 83, p. 193-210.

Olson, S. D. (éd.), 2002, Aristophanes. Acharnians, Oxford, 2002.

Olson, S. D., 2016, Eupolis, Heilotes – Chrysoun genos (frr. 147-325). Translation and Commentary (Fragmenta Comica, Bd. 8.2), Heidelberg.

Padilla, M. W., 1998, Herakles and Animals in the Origins of Comedy and Satyr-Drama, dans C. Bonnet, C. Jourdain-Annequin et V. Pirenne-Delforge (dir.), Le bestiaire d’Héraclès. IIIe Rencontre héracléenne, Liège (= Kernos, Suppl. 7), p. 217-230.

Pearson, A. C., 1917, The Fragments of Sophocles, I-III, Cambridge.

Placido, D., 1994, Los lugares sagrados de los hilotas, dans J. Annequin et M. Garrido-Hory (éd.), Religion et anthropologie de l’esclavage et des formes de dépendance, Actes du XXe colloque du GIREA (Besançon, 4-6 novembre 1993), Besançon, p. 127-135.

Pozzoli, O., 2004, (éd.), Eschilo – Sofocle – Euripide, Drammi satireschi, Milan.

Radt, S. (éd.), 1977, Tragicorum Graecorum Fragmenta (TrGF), Vol. 4. Sophocles, Göttingen.

Radt, Stefan, 1983, Sophokles in seinen Fragmenten, dans J. De Romilly (éd.), Sophocle (Entretiens de la Fondation Hardt sur l’Antiquité Classique, 29), Vandoeuvres - Genève, p. 185-222.

Santamaría Álvarez, M. A., 2015, The parody of the katábasis-motif in Aristophanes’ Frogs, LEC, 83, p. 117-136.

Schumacher, Rob W. M., 1993, Three Related Sanctuaries of Poseidon: Geraistos, Kalaureia and Tainaron dans N. Marinatos et R. Hägg (éd.), Greek Sanctuaries. New Approaches, Londres – New York, p. 62-87.

Sommerstein, A. H., 1980, Notes on Aristophanes’ Knights, CQ, 30/1, p. 46-56.

Sommerstein, A. H., 1996, (éd.), Aristophanes, Frogs, Warminster.

Starkie, W. J. M., 1968, The Acharnians of Aristophanes, Amsterdam.

Storey, I. C., 1990, Dating and Re-Dating Eupolis, Phoenix, 44/1, p. 1-30.

Storey, I. C., 2003, Eupolis, Poet of Old Comedy, Oxford.

Storey, I. C., 2011, Fragments of Old Comedy, Vol. II. Diopeithes to Pherecrates, Cambridge (Ma.) – Londres.

Sutton, D. F, 1974a, The Titles of Satyr Plays, RSC, 2, p. 176-184.

Sutton, D. F, 1974b, Handlist of Satyr Plays, HSCPh, 78, p. 107-143 (repris dans B. Seidensticker (éd.), Satyrspiel, Darmstadt, 1989, p. 287-331 et cité dans cette version).

Sutton, D. F, 1980, The Greek Satyr Play, Meisenheim am Glan.

Sutton, D. F, 1983, Aeschylus and the Mysteries: A Suggestion, Hermes, 111/2, p. 249-251.

Thiry, H., 1972, La diffusion du mythe de Cerbère (ca 540-400), ZAnt, 22, p. 61-70.

Tibiletti, G., 1955, Un frammento papiraceo di Ecateo Milesio, Athenaeum, 33, p. 345-350.

Toillon, V., 2016, Dans l’antre de Dionysos ? Le « satyre » du cratère du Louvre G485, CEA, 53, p. 151-189.

Voelke, P., 1992, Ambivalence, médiation, intégration : à propos de l’espace dans le drame satyrique, Études de Lettres, 2, p. 33-58.

Voelke, P., 2001, Un théâtre de la marge. Aspects figuratifs et configurationnels du drame satyrique dans l’Athènes classique, Bari.

Webster, T. B. L., 1967, Monuments Illustrating Tragedy and Satyr Play (Second Edition with Appendix), BICS, Suppl., 20, Londres.

Haut de page

Notes

1 Sutton, 1974a, p. 182 ; 1980, p. 42.

2 Nauck, 18892, p. 178 ; Pearson, 1917 (vol. I), p. 167.

3 Voir Krumeich et al., 1999, p. 259-276 ; Jouanna, 2007, no 28 ; 37 ; 53 de son catalogue.

4 Pearson, 1917, vol. I, p. 167 ; 169 ; Sutton, 1974b, p. 321, no 15 ; 1980, p. 38 ; Jouan, 1991, p. 11 ; Krumeich et al., 1999, p. 259 ; contra Radt, 1983, p. 195 ; 217 ; Ducat, 1990a, p. 184, n. 3.

5 Ahrens (1894, p. 372) et Pearson (1917, vol. I, p. XVIII) le croyaient, Voelke (2001, p. 73, n. 48) ne l’exclut pas (cf. Krumeich et al., 1999, p. 260, n. 6), mais pour Sutton ces deux titres ne peuvent constituer une désignation des Epitainarioi : Sutton, 1974a, p. 182-183 ; cf. néanmoins 1974b, p. 319, no 11 et p. 330 (ajout de 1987). Radt (1977, p. 186-188 ; 231-232 ; 312) les édite séparément.

6 Voir infra, p. 175.

7 Hippenstiel, 1887, p. 16 ; Pearson, I, 1917, p. 167.

8 Voelke, 2001, p. 389-392 ; Di Marco, 2016.

9 Jouanna, 2007, p. 607.

10 Voir infra p. 177.

11 Eustathe in Homère, Iliade, II, 594, p. 297, 37. Voir Pearson, 1917, vol. I, p. 168 ; Ducat, 1990a, p. 185.

12 Ducat, 1990a, p. 185-186 ; 1990b, p. 185 ; Jouan, 1991, p. 15 ; Voelke, 2001, p. 73 ; Pozzoli, 2004, p. 55-57.

13 Voir Voelke, 1992, p. 42 ; 2001, p. 44 ; Storey, 2003, p. 178 ; Pozzoli, 2004, p. 78 ; 153.

14 Ducat, 1990a, p. 185-187 ; 1990b, p. 185.

15 L’intérêt d’Athènes pour le Ténare est aussi perceptible dans les généalogies de l’éponyme Tainaros, petit-fils de l’Athénien Icarios chez Phérécyde, FGrH 3 F 39 (= schol. in Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 101-104b) ou bien fils de Poséidon (schol. in Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 179) comme Thésée dans certaines traditions : voir Placido, 1994, p. 129.

16 Chez Pausanias, IV, 24, 5, ce sont des Lacédémoniens.

17 Ducat, 1990a, p. 130-131 ; Jordan, 1990, p. 46-47.

18 Thucydide, I, 128, 1 ; cf. IV, 56, 2 ; schol. in Aristophane, Acharniens, 510a-c ; Souda, s.v. ἀπέσπασε ; s.v. Ταινάριον κακόν ; s.v. Ταίναρον. Voir Hornblower, 1991, p. 212-213 ; Placido, 1994, p. 127.

19 Voir Ducat, 1984 ; 1990a, p. 131 sqq. ; 1990b, p. 185.

20 Schumacher, 1993, p. 72 ; Lévy, 2003, p. 97. Avant 465 pour Hornblower, 1991, p. 213 ; en 466 pour Olson, 2002, p. 204.

21 Lévy, 2003, p. 97.

22 Cf. Aristophane, Acharniens, 510-511 ; Lysistrata, 1143 (χὠ θεὸς σείων ἅμα).

23 Voir par exemple Bétant, 1847, p. 409, s.v. σείειν ; s.v. σεισμός.

24 En 411, chez Aristophane, Lysistrata, 1137-1146.

25 Jouanna, 2007, p. 91-92.

26 Nauck (18892, p. 178) et Pearson (1917, vol. I, p. 168) signalaient, en la rejetant, l’hypothèse d’Hippenstiel (1887, p. 17, n. 1) qui, sous prétexte que l’Héraclès dégradé de ce drame ne pouvait qu’être postérieur aux grandes tragédies qui le mettaient en valeur, proposait de placer ce drame à la fin de la vie du dramaturge. De fait cela n’a pas de sens par rapport aux impératifs des tétralogies. Mais l’idée de faire des Epitainaroi une pièce de la maturité ou de la fin de la vie de Sophocle n’est pas non plus incongrue.

27 De Cremoux, 2011, p. 152, n. 475.

28 Aristophane, Acharniens, 509-511 (Olson, 2002, p. 28 édite καὐτο<ῖσιν αὖθ> οὑπὶ Ταινάρῳ θεός) ; cf. schol. ad loc. Sur ce passage, voir Starkie, 1968, p. 107 ; Olson, 2002, p. 204 ; De Cremoux, 2011, p. 151-153.

29 Cf. Pausanias, IV, 24, 6 ; VII, 25, 3 ; Élien, Histoires variées, VI, 7.

30 Schol. in Aristophane, Acharniens, 510a-c ; cf. Ducat, 1990a, p. 131 (« peut-être »).

31 Voir Jordan, 1990, p. 52. D’autres passages de Thucydide (II, 27, 2 ; cf. IV, 56, 4 ; III, 54, 4) montrent que le souvenir du séisme est vivace autour de 431-427 : voir Ducat, 1990a, p. 131 sqq. ; Placido, 1994, p. 133-135.

32 Thucydide, III, 87, 4 ; III, 89, 2.

33 Cette période serait aussi compatible avec la date présumée des Hilotes d’Eupolis : voir infra, p. 177.

34 Thucydide, VI, 95, 1 ; Jordan, 1990, p. 51.

35 Ducat, 1990a, p. 136-137.

36 Thucydide, VII, 26, 2. Voir Ducat, 1990a, p. 136-137. Les Spartiates craignaient aussi des révoltes d’Hilotes à proximité de Pylos en 424 : voir Thucydide, IV, 80, 1-2.

37 Voir Gomme-Andrewes-Dover, 19782, p. 400 (réservés) ; Christien, 1989, 91 (plus catégorique) ; Ducat, 1990b, p. 136, n. 18 (« sans doute »).

38 Strabon, VIII, 5, 1 (C 363) : πρόκειται δὲ κατὰ τούτου Κύθηρα ἐν τετταράκοντα σταδίοις.

39 Euripide, Cyclope, 292-293 (ἱερᾶς τ᾽ ἄθραυστος Ταινάρου μένει λιμὴν / Μαλέας τ᾽ ἄκρας κευθμῶνες).

40 Schol. in Aristophane, Acharniens, 510 ; schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 187c ; Pearson, 1917, vol. I, p. 168.

41 Voelke, 1992, p. 44.

42 Sur ce travail, voir par exemple Chuvin, 1992, p. 283-289.

43 Voir Padilla, 1998 ; Voelke, 2001, p. 329-339 ; Casolari, 2003, p. 249-293.

44 Strabon, VIII, 5, 1 (C 363) ; Pausanias, III, 25, 5 ; Pseudo-Apollodore, II, 5, 12 ; schol. in Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 101-104a (implicite) ; schol. ad Denys le Périégète., 791. Il est possible également que la catabase de Thésée ait aussi eu le Ténare pour cadre (schol. in Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 101-104a) ce qui est toujours important du point de vue de l’imaginaire athénien : voir Placido, 1994, p. 129.

45 Trézène : Pausanias, II, 31, 2 ; Pseudo-Apollodore, II, 5, 12. Hermione : Euripide, Héraclès furieux, 615 ; Pausanias, II, 35, 7. Héraclée : Xénophon, Anabase, VI, 2, 2 ; Hérodore, FGrH 31 F 31 ; Euphorion, fr. 58 Cusset ; Nicandre, Alexipharmaques, 13-15 ; Mela, I, 103 ; II, 51 ; Denys le Périégète, 788-792 ; schol. in Nicandre, Alexipharmaques, 13b ; schol. in Apollonios de Rhodes, Argonautiques, II, 353-356b ; schol. ad Denys le Périégète, 791 ; Eustathe ad Denys le Périégète, 783-791.

46 Thiry, 1972, p. 61-63.

47 Notamment Héraclès furieux, 23-25 (Ταινάρου διὰ στόμα).

48 Bond, 1981, p. XXXI.

49 Pausanias, III, 25, 5-6 ; cf. schol. in Hésiode, Théogonie, 311 ; schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 187c.

50 Quand Sophocle localise Œchalie en Eubée (Trachiniennes, 75 : Εὐβοΐδα χώραν φασίν, Εὐρύτου πόλιν), il se peut aussi qu’il emprunte l’information à Hécatée (FGrH 1 F 2) : voir Huxley, 1967, p. 105. Elle figure aussi néanmoins chez le poète épique Créophylos (fr. 2 Bernabé = Pausanias, IV, 2, 3 / Strabon, IX, 5, 17).

51 Sutton, 1980, p. 23.

52 Sur les liens entre les serpents et le monde chthonien ou infernal, voir Ogden, 2015.

53 Strabon, VIII, 5, 1 (C 363) ; cf. 5, 7 (C 367) ; Mela, II, 51 ; Sénèque, Phèdre, 1201 ; Pausanias, III, 25, 4 ; cf. Palæphatos, 39. Sophocle, Œdipe à Colone, 1572, imagine Cerbère aux Enfers dans une grotte (ἐξ ἄντρων).

54 Voelke 1992, p. 47 ; 2001, p. 39 ; 42.

55 Sutton, 1980, p. 153.

56 Voir Pausanias, III, 25, 8 (ἐστι δὲ ἐπὶ Ταινάρῳ καὶ πηγή) et déjà Pearson, 1917, vol. I, p. 169. La mention d’une source pourrait aussi faire penser à un autre motif associé à l’anabase d’Héraclès : l’escapade de Cerbère en Argolide à la source Kynadra où se trouvait une « eau de la liberté » : voir Chuvin, 19982, p. 288.

57 Fr. 206 Nauck2 / 226 Radt / 226 Krumeich = Etienne de Byzance, s.v. χώρα.

58 Déjà Ducat, 1990a, p. 184 : « le rapprochement s’impose ».

59 Le fr. 206 Nauck2 appellerait par ailleurs la comparaison avec le fr. 123 Nauck2 du Leôn d’Eschyle (= F 123 Krumeich) où il est aussi question d’un χωρίτης δράκων : peut-être que Sophocle travaillant sur l’exploit du Ténare se souvient d’un motif et d’une tournure figurant dans un drame de son maître consacré à un autre travail du héros.

60 Le fr. 230 Pearson (= 210 Nauck2 / 198a Krumeich) attribué explicitement aux Epitainarioi par Athénée (IX, 375c) a peut-être quelque chose à voir avec un serpent venimeux (ϊωδή) – voir Ducat, 1990a, p. 183 –, mais il est discuté et peu explicite.

61 La comparaison s’impose ici avec le Philoctète de 409 puisque Néoptolème présente la vipère qui mordit le héros comme une gardienne (sic) du sanctuaire de Chrysè : Χρύσης πελασθεὶς φύλακος, ὃς τὸν ἀκαλυφῆ / σηκὸν φυλάσσει κρύφιος οἰκουρῶν ὄφις : « […] pour avoir approché le gardien de Chrysé, le serpent qui, dans l’ombre, veille à demeure sur son pourpris sans toit » trad. Mazon, 1960.

62 Un fragment d’Hécatée transmis par papyrus souligne que la bête en question n’était ni grande ni monstrueuse mais plus terrible que les autres serpents : voir Nenci, 1955 ; Tibiletti, 1955.

63 Déjà Pearson, I, 1917, p. 171 à propos du fr. 230 (= 210 Nauck2 / 198a Radt) ; également en ce sens Ducat, 1990a, p. 184.

64 Pechstein, 1998, p. 171 sqq. ; Jouan-van Looy, 2002, p. 136.

65 Jouan-van Looy, 2002, p. 136.

66 Voir Ducat, 1990a, p. 111 sqq.

67 Ducat, 1990a, p. 110-118.

68 Ducat, 1990a, p. 186-187.

69 Cf. Webster, 1967, p. 169.

70 Ducat, 1990a, p. 113-115.

71 Etymologicum Magnum, s.v. κυνέη (en peau de chien).

72 Nauck, 18892, p. 209 ; Pearson, 1917, vol. II, p. 31-34 ; Jouan, 1991, p. 10-11 ; Krumeich et al., 1999, p. 349 sqq. ; Voelke, 2001, p. 278-279 ; 370-371 ; Barbara, 2013, p. 37.

73 Parmi les « éléments de proximité », on peut signaler le fr. 198e Krumeich des Epitainarioi (οὐ κωφεῖ) et la forme kerberioi (voir infra, p. 179) dont Hésychius (s.v. κερβέριοι) dit qu’elle signifie ἀσθενεῖς qui peut être compris comme « les faibles (d’esprit) » soit « les idiots ».

74 Barbara, 2013, p. 37, n. 110.

75 Jouanna, 2007, p. 11-114.

76 Aristophane, Grenouilles, 663-667 = Sophocle, [Laocoon] fr. 371 Pearson : voir Dover, 1994, p. 274-275. C’est justement une invocation à Poséidon, le dieu censé protéger les Hilotes.

77 Aristophane, Grenouilles, 73 ; 76.

78 Jouanna, 2007, p. 73-76.

79 Aristophane, Grenouilles, 76-77 ; cf. 69 (ἐλθεῖν ἐπ᾽ ἐκεῖνον) // 111 (ἡνίκ᾽ ἐπὶ τὸν Κέρβερον) ; Jouanna, 2007, p. 637.

80 Storey, 2003, p. 114-116.

81 Kassel-Austin, 1986, p. 376-380 ; Ducat, 1990a, p. 187-188 ; 1990b, p. 185-186 ; Storey, 2003, p. 174-179 ; 2011, p. 128-131 ; Olson, 2016, 11-26.

82 Storey, 1990, p. 7 ; 29-30 ; 2003, p. 66 ; 174-175 ; réserves de Olson, 2016, p. 13 qui invite à ne rien construire sur tant d’incertitudes.

83 Dindorf cité par Olson, 2016, p. 12 proposait 429-425 ; Kyriakidi, 2007, p. 13-16 propose 425.

84 Pour Storey, 1990, p. 7 ; 2003, p. 59, qui privilégie la version de la Souda (s.v. Εὔπολις = test. 1 Storey, 2011), Eupolis aurait péri dans un naufrage, dans l’Hellespont, lors de la bataille de Kynos Sèma à l’été 411 ; même position chez Kyriakidi, 2007, p. 11.

85 Prudence néanmoins de Colvin, 1999, p. 272-273.

86 « Et moi je te baillai couronnes et présents ! » trad. van Daele, 19586.

87 Schol. in Aristophane, Cavaliers, 1225a.

88 Voir Sommerstein, 1980, p. 51-52 ; Placido, 1994, p. 132-133 ; Storey, 2003, p. 176 ; Kyriakidi, 2007, p. 14-15.

89 Voir Hooker, 1960 pour une localisation athénienne.

90 Aristophane, Grenouilles, 111 (ἡνίκ’ ἦλθες ἐπὶ τὸν Κέρβερον) ; cf. arg. 1, l. 5.

91 Aristophane, Grenouilles, 136.

92 Voir Hooker, 1960.

93 Aristophane, Grenouilles, 186-187.

94 Voir Dover, 1994, p. 214-215 ; Cousin, 2012, p. 161-163 ; Santamaría Álvarez, 2015, p. 127.

95 Sur le proverbe, voir schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 186e ; recent., 186b. Il existe une variante Ὄκνου πλόκας, (voir Sommerstein, 1996, p. 52 ; 173) qui convient assez mal à un toponyme mais ce reproche vaudrait aussi pour le reste. « Tonte d’âne » : serait-ce une plaisanterie en rapport avec l’île d’Onugnathe (« Mâchoire d’âne ») où les Athéniens interviennent en 413 (voir supra, p. 173) ? Cela confirmerait que ce lieu était perçu comme un « autre Ténare ».

96 Sophocle, fr. 957 Nauck2 / 1060 Radt = Etymologicum Magnum, s.v. Κιμμερίους ; Sommerstein, 1996, p. 173.

97 Pearson, 1917, vol. III, p. 150.

98 Schol. vet. in Aristophane, Grenouilles, 187b ; recent., 187a ; cf. schol. PV in Homère, Odyssée, XI, 14 (οἳ δὲ Κερβερίων ὡς Κράτης) ; Etymologicum Magnum, s.v. Κιμμερίους ; Photius, Lexique, s.v. κερβέριοι ; Eustathe in Homère, Odyssée, XI, 14 (p. 396) : Κράτης μέντοι κερβερίους γράφῃ, ἀκολουνθήσας οἶμαι τῷ κωμικῷ, τόπον τοὺς βερβερίους (sic) παίζοντι.

99 Homère, Odyssée, XI, 14 (ἔνθα δὲ Κιμμερίων ἀνδρῶν δῆμός τε πόλις τε). Il est aussi question (Hésychius, s.v. κερβέριοι) d’une cité appelée Kerberia ou Kimmeria (ou Kimmeron chez Photius, loc. cit.) dont Hésychius dit : ἔστι δὲ τόπος ἐν ᾅδου. Il est tentant de faire des Kerberioi les habitants de Kerberia, mais tout cela dépend avant tout du passage homérique qui parle d’une « cité des Cimmériens ».

100 Schol. vet. et recent. in Aristophane, Grenouilles, 187a.

101 Santamaría Álvarez, 2015, p. 127, n. 38.

102 Voir par exemple Sutton, 1983.

103 Ainsi sur un vase de Londres : Krumeich et al., 1999, pl. 11, a ; Lissarrague, 2013, p. 33, fig. 10.

104 Lissarrague, 2013, p. 33.

105 Voelke, 2001, p. 469, fig. 25a.

106 Toillon, 2016, p. 173-172 montre le dessin d’un skyphos à f.r. du marché international.

107 Beazley archive, no 12.II.A.513 ; Guiraud, 1978, p. 123-124.

108 Toillon, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Barbara, « Héraclès, les satyres et le serpent : à propos des Epitainarioi de Sophocle », Pallas, 108 | 2018, 169-183.

Référence électronique

Sébastien Barbara, « Héraclès, les satyres et le serpent : à propos des Epitainarioi de Sophocle », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/10162 ; DOI : 10.4000/pallas.10162

Haut de page

Auteur

Sébastien Barbara

Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals