Navigation – Plan du site
Poikila
Questions de théâtre grec et latin

Interprétation politique et datation de Phèdre de Sénèque

The political interpretation and dating of Seneca’s Phaedra
Dimitrios Raïos
p. 197-208

Résumés

La question de la date de Phèdre a fait couler beaucoup d’encre. Nous pensons à une période du poète éloignée de l’action politique (62-65), et nous proposons l’idée suivante : Si l’on admet l’utilisation par Sénèque de l’inversion des sexes pour égarer les soupçons grâce à la dissimulatio, faut-il reconnaître en l’Hippolyte innocent Octavie innocente ? Phèdre serait Néron, et la nourrice Sénèque lui-même ; à Octavie conviendrait l’épithète tristis qui revient à 12 reprises dans la pièce. Complétée par sterilis (or, sterilitas est l’accusation portée par Néron contre sa jeune épouse pour la répudier), elle introduit à propos d’Hippolyte deux notions qui ne figurent pas chez Euripide et cela suggère fortement l’identité Hippolyte-Octavie. Le portrait de Phèdre rappelle l’image traditionnelle de Néron en tyran. Les deux personnages sont réunis par les rapports qu’ils entretiennent avec le Soleil. Pour soutenir l’identification de Néron à Phèdre et d’Octavie à Hippolyte nous développons plusieurs arguments qui nous incitent à nous prononcer pour une datation de Phèdre entre 62 et 65, en tout cas après la mort d’Octavie et peut-être après 64.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Texte remanié d’une communication prononcée (en grec) au VeSymposium de Lettres Classiques (29-05 (...)
  • 2 Dumont, François-Garelli, 1998, p. 153 sqq.
  • 3 Dumont, François-Garelli, 1998, p. 154. Sur l’intérêt de Sénèque pour le théâtre, et la théâtrali (...)

1La date de composition de Phèdre de Sénèque est une question qui attend encore sa réponse1. Si la biographie de Sénèque permet de dater approximativement la plupart de ses oeuvres en prose, en revanche, pour ses tragédies, les indices dont nous disposons sont pauvres et incertains. Néanmoins, la longueur des pièces et le travail soigné de leur structure et de leur métrique, ainsi que la vie mouvementée du poète, ont orienté la recherche vers deux périodes relativement calmes de la vie de Sénèque lorsque, loin de la scène politique, il pouvait se consacrer tranquillement à la composition de poèmes si difficiles, si longs et si exigeants. Il s’agit soit des années de son exil en Corse (41-48/49) soit de la période où il vivait au calme, à l’écart de la vie politique (59 ou plutôt 62 à 652). On sait que les tentatives de datation fondées sur des critères métriques et stylistiques ne sont pas très probantes et que, vers la fin de son existence, Sénèque affirmait à Lucilius (Lettre 108, 9-11) que, pour être persuasif, le philosophe devait se doubler d’un poète. Ce passage semble montrer la méditation du poète-philosophe sur les tragédies qui l’occupaient alors3. En tout état de cause, la question de la date de Phèdre (comme d’ailleurs celle des autres tragédies de Sénèque) et les objectifs du poète doivent être mis en relation avec la réalité politique et sociale de l’époque.

  • 4 Dumont, François-Garelli, 1998, p. 154-155.

2Les allusions à la réalité politique de l’Empire romain, dissimulées dans les pièces dramatiques de Sénèque, ont souvent été étudiées par les chercheurs qui ne cessent de s’interroger sur leur interprétation. En effet, les situations d’adultère, fréquentes dans la vie de la cour impériale, peuvent être associées à plusieurs personnages historiques. Il en va de même pour les cas d’empoisonnement. Contre les exagérations des interprétations de certains commentateurs, s’élèvent des voix qui protestent, comme celles de Jean-Christian Dumont et de Marie-Hélène François-Garelli : « Si toutes les pièces où l’on a cru déceler un avertissement à Néron ont été réellement composées avec de telles intentions, […] l’empereur devait être bien sourd ou Sénèque bien insistant4 ! » D’autres ont objecté que la comparaison de ces drames avec Octavie, l’unique praetexta dont nous disposons, suffit pour montrer que les tragédies de Sénèque n’étaient pas des oeuvres d’opposition, étant donné que leur poète n’était pas partisan de la Res publica. Mais ceux-ci oublient qu’Octavie a été écrite après la mort de Néron, quand la dénonciation de son régime et de ses actes était facile. Ils oublient encore que le but de l’opposition n’était pas la restauration de l’ancien régime de la Res publica, mais le rétablissement d’un Principatus sur le modèle qu’avaient promis Auguste mais aussi Néron lors de sa première apparition au sénat.

  • 5 Dupont, 1985, p. 119 sqq.

3Rappelons encore que les allusions politiques constituent une règle du genre dramatique. Bien que les Romains aient systématiquement tenu le théâtre (qui appartenait à la sphère de l’otium et du climat festif des ludi) hors de la politique et du negotium, les représentations théâtrales n’avaient jamais perdu complètement leur dimension politique. Florence Dupont remarque5 qu’une sentence ou une phrase, dont le contenu général pouvait être appliqué à des événements ou à des personnages d’actualité, provoquait les applaudissements, les acclamations ou la désapprobation du public, selon le cas. Pendant les dernières années de la Res publica, un des lieux priviligiés où se faisait entendre l’opinion publique était le théâtre, qui servait ainsi de lieu de sondage concernant les répercussions des événements politiques d’actualité sur les masses populaires. Ainsi, le théâtre romain pouvait facilement se détourner et glisser vers la politique, la représentation théâtrale se transformer en rassemblement politique et la parole tragique devenir un discours politique, sans nécessairement être accompagné d’un jeu de similitudes et de métaphores. Ce phénomène fut facilité à Rome par la prédominance du discours rhétorique, qui avait sa propre hypocrisis, tandis que le public théâtral s’était habitué à chercher des allusions politiques dans les maximes et les formules générales ou dans les improvisations des acteurs.

  • 6 Grimal, 1986, p. 677-692.

4Tout cela s’applique particulièrement bien au théâtre de Sénèque, qui traite habituellement du « visage » et des problèmes du pouvoir6. En outre, la pratique des recitationes, qui destinait la tragédie à la lecture ou à la récitation rhétorique dans un cercle restreint, facilitait l’introduction d’allusions contre le pouvoir autoritaire. Si l’empereur ne comprenait pas ces attaques politiques, ce n’est peut-être pas parce qu’il était « aveugle ou sourd », mais parce que Sénèque les avait composées avec habileté et de façon intelligemment codée, de telle sorte qu’on ne puisse pas formuler d’accusation contre lui. Dans un régime de terreur, la seule opposition littéraire possible devait être prudente et bien cachée. De plus, Sénèque, ayant vécu pendant des années à la cour impériale de Claude et surtout de Néron, avait de nombreuses raisons de protester contre le comportement tyrannique du jeune prince, qui au début se contenta d’éloigner de la scène politique son ancien tuteur et conseiller avant de le conduire au suicide forcé.

  • 7 Cf., entre autres, Zehnacker, 1984, p. 181-194.
  • 8 Ovide, Héroides, IV ; Métamorphoses, XV, 497-546 ; Fastes, VI, 737-762. Tous ces textes sont comm (...)

5Le sujet de Phèdre constituait alors un matériel périlleux pour tout poète. On sait7, par sa Médée, qu’Ovide était doué d’un grand talent dramatique. Cependant, bien que le mythe de Phèdre et d’Hippolyte semble l’avoir intéressé (deux des trois scènes principales du drame apparaissent dans trois poèmes différents8), Ovide n’a pas osé traiter ce mythe dans le cadre d’une tragédie. Tout aussi intéressante est la constatation que, dans ses poèmes, Ovide ne s’est pas intéressé au troisième sujet principal de l’histoire, le drame de Thésée, qui se déroule aussi bien au niveau personnel qu’au niveau politique.

  • 9 Zehnacker, 1984, p. 187.

Les calamités qui frappent les personnages royaux de la tragédie ne concernent pas seulement leur vie personnelle, mais elles menacent la puissance de la maison royale, la vie d’une ville, le destin d’un peuple. Même si l’analogie entre la politique et la poésie varie selon les sujets, il est certain que la dimension politique d’une tragédie n’est jamais perdue totalement.9

  • 10 Lefèvre, 1990, p. 109-122.
  • 11 Voir Cizek, 1982, p. 39 sqq.

6Les allusions politiques repérées dans Phèdre ont été mises en relation avec différents personnages politiques10. Ainsi, ceux qui ont situé la composition de la pièce dans les années de l’exil du poète en Corse ont reconnu derrière la figure de Phèdre et son amour illicite pour Hippolyte l’immorale Messaline et son mariage avec le jeune C. Silius, ou l’amour supposé de Liville avec Sénèque. Et Hippolyte a été considéré comme servant de masque à Silius ou à Sénèque. Au contraire, d’autres, en plaçant la composition de la tragédie plus tard (57-58 ou 59) et en éliminant ainsi de ces hypothèses toute base historique, voient derrière Phèdre la mère de Néron, Agrippine, derrière Hippolyte Néron, et par conséquent derrière la passion impie de Phèdre la relation incestueuse d’Agrippine avec son fils ! Pour pallier les faiblesses frappantes de leurs propositions, ces commentateurs reconnaissent que les identifications ou les analogies des personnages ne peuvent s’étendre à tous leurs actes et à toutes paroles, mais qu’elles sont très générales et approximatives : une tragédie avec un sujet traditionnel, des protagonistes « obligés », une action formée déjà par le mythe et une fin connue ne se transforme pas facilement en allégorie complète. De plus, les éléments qui entrent en conflit avec ce schéma interprétatif sont beaucoup plus importants que les analogies. Pour rester sur quelques données significatives, il n’est pas aisé d’accepter la figure du chaste Hippolyte, totalement indifférent au pouvoir politique, comme masque du jeune Néron. À 17 ans, Néron avait déjà usurpé le trône impérial en écartant le successeur légitime, Britannicus et, un an après son mariage avec Octavie, il avait commencé à montrer clairement un tempérament érotique insatiable, qui a conduit quelques chercheurs modernes à l’appeler une « machine d’amour11 ». De plus, Néron n’a pas été calomnié ou conduit à la mort à cause des machinations amoureuses d’Agrippine…

7Il est évident que l’interprétation d’une œuvre littéraire telle que Phèdre doit se concentrer principalement sur les points où elle se différencie de son modèle, en l’occurence l’Hippolyte couronné d’Euripide, la seule tragédie ancienne sur le même sujet qui nous est parvenue dans son intégralité. Si ces écarts sont des inventions de Sénèque ou des emprunts à d’autres œuvres perdues, nous ne le saurons peut-être jamais, mais cela a peu d’importance. Car si un poète choisit un thème ou un lieu commun, un mot ou une idée, c’est parce que ce thème, ce lieu commun, ce mot ou cette idée (parmi beaucoup d’autres qu’il a lus ou qui lui ont passé par l’esprit) sert au mieux ses objectifs. Par conséquent, tout élément inattendu détecté dans une œuvre littéraire ne doit pas être considéré comme indifférent ou dû au hasard.

  • 12 Entre autres, Rudich, 1993, p. xvii-xxxiv (notamment p. xxi sqq. ; xxx-xxxi) ; 10-17 et passim.
  • 13 Sur la dissimulatio littéraire à l’époque de Néron, voir Rudich, 1993, p. xvii-xxxiv (The Age of (...)

8D’autre part, on connaît le rôle, le caractère et le comportement de Sénèque, tels qu’ils sont décrits par les historiens : dans sa vie politique, le poète de Phèdre a souvent eu recours à la dissimulatio, cachant ses pensées réelles et ses véritables sentiments à l’égard du tyran12. Pourquoi donc n’aurait-il pas utilisé le même procédé dans l’écriture de ses tragédies ? Qui plus est, la littérature engagée de l’Antiquité se plaçait habituellement du côté du pouvoir (Virgile et Horace en sont les exemples classiques), ce qui s’explique surtout par la poursuite en justice de toute voix d’opposition et l’interdiction des textes de même nature. La littérature de « résistance », qui fleurit dans des périodes de totalitarisme et d’oppression tyrannique, est dangereuse ; depuis l’époque d’Ésope, elle évite les héroïsmes inutiles et recourt sagement à la dissimulatio. Celle-ci peut prendre plusieurs formes et se cacher dans la fable, l’allégorie, la métaphore, la métonymie, la dissimulation, le déguisement, l’ironie, la polyphonie etc13.

9Dans le cas de Phèdre, la dissimulatio semble utiliser comme véhicule l’inversion des sexes. Sans ce procédé, le choix de personnages présentant des analogies avec les personnages historiques de la cour de Néron serait une entreprise stupide et exposerait dangereusement le poète. Ainsi, derrière l’innocent Hippolyte et sa fin tragique due à une calomnie, où le rôle principal fut joué par un membre de la famille royale (Phèdre), il nous faut chercher une innocente victime de la passion érotique de Néron et de la calomnie de la cour impériale. Une victime connue pour sa vie vertueuse, très populaire à Rome, est la première femme de Néron, Octavie, dont le sort a inspiré la pièce du même nom. Sa fin, comme celle d’Hippolyte dans la pièce d’Euripide (vers 1462 sqq.), avait provoqué une profonde émotion et son souvenir était encore vif dans les années qui ont suivi. Si nous continuons dans cette direction, derrière les deux principaux personnages féminins (Phèdre et sa nourrice), nous pouvons découvrir Néron et son conseiller Sénèque. Le fait que cette inversion des sexes soit passée inaperçue jusqu’à nos jours prouve le succès du procédé de Sénèque. Voici les arguments qui appuient notre hypothèse :

  • 14 Sénèque, Phèdre, 449 (Nutrix) : tristem iuuentam solue ; 462 (Nutrix) : tristem iuuentam Venere d (...)

10A. Dans certains passages de la pièce, la nourrice, le chœur et Thésée qualifient, souvent de façon inattendue, la vie et les moeurs d’Hippolyte de tristis (triste, austère14), alors qu’Hippolyte ne laisse à aucun moment apparaître le moindre signe indiquant qu’il mène une vie caractérisée par la tristitia. De plus, aux vers 478-479, la nourrice décrit la jeunesse d’Hippolyte comme stérile (sterilis).

  • 15 Trois exemples semblent échapper à cette constatation : Agamemnon, 586 et 687 ; Thyeste, 751. Néa (...)

11L’adjectif tristis est employé à douze reprises dans Phèdre alors que, dans les autres tragédies de Sénèque, sa fréquence moyenne oscille autour de la moitié de ce chiffre. En outre, presque tous les exemples de cet adjectif repérés dans les autres tragédies concernent des vêtements, des phénomènes ou des éléments naturels, le monde, des régions, des plantes, des oiseaux, des crimes, des pressentiments, des menaces, des situations, des mots, des pensées, des rituels, des divinités militaires ou même le destin, ou enfin des ombres, des dieux, des chemins et des paysages des Enfers, mais jamais des caractères dramatiques15.

  • 16 à l’exception du v. 956 de Médée, où l’héroïne éponyme se définit, sur un ton sarcastique, comme (...)

12D’autre part, l’adjectif sterilis revient huit fois seulement dans les tragédies de Sénèque, dont deux fois dans Phèdre. Comme pour tristis, presque tous les exemples se rapportent à des terrains, à des champs, à des cultures et au lit desséché des rivières16. L’exemple de Phèdre que nous avons noté ci-dessus (vers 478-479) est le seul qui concerne un caractère dramatique, sans pouvoir, à notre connaissance, être attribué à une tradition mythologique ou poétique antérieure. De même, le second exemple de sterilis dans Phèdre est lié au fils de Thésée : il figure dans la monodie lyrique d’Hippolyte (v. 15) et se rapporte à la stérilité de la zone appartenant au royaume de chasse du jeune héros.

  • 17 D’après la traduction de Grimal, 1993, p. 379.
  • 18 Hermann, 1924, p. 59.

13Ainsi, l’insistance de la nourrice, du choeur et de Thésée sur la tristitia et la sterilitas de la vie d’Hippolyte, deux éléments qui ne figurent pas dans le texte d’Euripide ou dans une autre source connue, ne doit pas être attribuée au hasard, puisqu’elle rappelle le cas d’Octavie, que Néron avait répudiée, l’accusant de stérilité, pour épouser Poppée déjà enceinte. Rappelons aussi que le mariage d’Octavie, âgée de 13 ans, avec le prince, qui avait alors 16 ans, mariage imposé par Agrippine (53 apr. J.-C.), était pratiquement un mariage blanc : Octavie détestait le prince, Néron ne s’intéressait pas à elle et, très vite, il a même commencé à éprouver de l’aversion pour elle (Tacite, Annales, XIII, 12, 2) ; d’autre part, ce mariage a marqué tristement toute la vie d’Octavie, de telle sorte que Tacite notera (Annales, XIV, 63, 3) que pour elle « le jour de ses noces avait été comme des funérailles17 ». En 1924, Léon Hermann a résumé de la meilleure façon possible la vie d’Octavie en écrivant que « l’épithète qui vient le plus naturellement aux lèvres de quiconque étudie la vie de cette femme est bien celle de tristis18. » Le même ton de mélancolie et de tristesse caractérise d’ailleurs Octavie dans la pièce homonyme qui contient beaucoup plus d’exemples de l’adjectif tristis (21 exemples) que chacune des autres pièces de Sénèque : au vers 73, la nourrice appelle explicitement la malheureuse Octavie tristis alumna, et Octavie elle-même a souvent recours à l’adjectif tristis pour caractériser ses lamentations, l’ombre de son frère assassiné ou même sa dure fortune.

14Un autre élément permettant l’identification d’Hippolyte à Octavie et de Phèdre à Néron réside dans les relations familiales. Phèdre est la marâtre d’Hippolyte ; d’une façon analogue, Néron, adopté par Claude, est le demi-frère d’Octavie, ce que son ex-femme lui rappelle (Tacite, Annales, XIV, 64,1) aux derniers moments de sa vie.

  • 19 À propos de la chasteté d’Octavie, un passage de Tacite (Annales, XIV, 60, 3) relate que, quand T (...)
  • 20 D’après la traduction de Grimal, 1993, p. 379.

15De plus, les conditions de la mort d’Octavie renforcent notre hypothèse. Afin de satisfaire sa passion pour l’impitoyable Poppée, Néron commença par organiser l’assassinat de sa mère Agrippine, qui s’opposait à cette union, avant de répudier l’honnête et très populaire Octavie. Mais face à une véritable révolte des nombreux partisans d’Octavie, il dut avoir recours à la calomnie, utilisant même comme instrument de l’accusation l’assassin d’Agrippine, Anicetus, le préfet de la flotte de Misène, qui accepta d’avouer qu’il était l’amant de la chaste Octavie19 et que cette dernière s’était fait avorter, pour cacher le fruit illégitime de son adultère. Néron avait oublié, remarque Tacite (Annales, XIV, 63, 1), qu’il avait, peu de temps auparavant, accusé Octavie de stérilité ! Ainsi, Octavie fut condamnée à l’exil, sans qu’on lui donne l’occasion de prouver son innocence. En 62 apr. J.-C. et à l’âge de 22 ans, elle fut transportée et retenue comme prisonnière dans l’île Pandataria. Quelques jours plus tard, l’empereur lui ordonna de se suicider. Comme elle refusait, les soldats qui l’accompagnaient la ligotèrent et lui ouvrirent les veines. Mais, comme son sang avait été presque « gelé » par la terreur et coulait lentement, elle fut conduite dans un bain chaud, où la chaleur hâta sa mort. De plus, ce drame fut l’occasion d’un dernier « acte de cruauté plus atroce encore : sa tête, coupée et portée à Rome, fut présentée à la vue de Poppée20 » (Tacite, Annales, XIV, 64, 2).

16À la fin de l’Hippolyte couronné d’Euripide, le héros malheureux apparaît sur scène, couvert de sang et de plaies, se trainant sur les bras de ses serviteurs, mais son corps n’est pas démembré : grâce à l’intervention apaisante d’Artémis, il se réconcilie avec son père et entend la déesse lui promettre qu’elle vengera sa mort et qu’en récompense de ses maux, la ville de Trézène lui accordera dans le futur de grands honneurs. Au contraire, chez Sénèque (où Hippolyte, comme Octavie, tombe victime d’une calomnie, sans avoir jamais eu l’occasion de la réfuter), les serviteurs arrivent à peine à recueillir quelques pauvres parties du corps du héros, afin de les jeter au feu et de leur rendre les derniers hommages. Pour les nombreux partisans d’Octavie, cette scène macabre, avec le cadavre démembré de l’innocent Hippolyte, pouvait rappeler le corps décapité de l’innocente Octavie. à la fin de Phèdre, le sentiment d’une injustice, causée par la passion débridée d’une reine envers un jeune homme innocent, pèse lourd sur l’esprit du public (loin de l’apaisement apporté par la pièce d’Euripide) et semble correspondre parfaitement à l’émotion indignée provoquée par la mort d’Octavie.

17Enfin, aux vers 958-971 d’Octavie, la fille de Claude, embarquée sur le bateau qui va l’emmener en exil, se plaint de son sort. En réponse, le chœur termine la pièce par ces mots (v. 972-982) :

  • 21 Cf. les v. 708-709 de Phèdre, où Hippolyte indigné menace de sacrifier Phèdre sur l’autel de la d (...)
  • 22 Trad. Liberman, 1998, p. 73.

« Doux et légers souffles du zéphyr, jadis vous avez subtilisé, voilée par un nuage éthéré, Iphigénie, et vous l’avez portée aux autels de la Vierge barbare : elle aussi [Octavie], emmenez-la, à l’abri d’un châtiment terrible, dans le sanctuaire de Diane. Plus douces que notre Rome sont Aulis et la terre barbare de Tauride ; là-bas on se rend les dieux favorables avec le sang des étrangers21 : Rome, elle, puise sa joie dans le sang de son peuple22. »

  • 23 Ovide, Métamorphoses, XV, 531-546 ; Virgile, Énéide, VII, 765-780.

18Si le rappel du cas d’Iphigénie, sauvée au dernier moment par l’intervention miraculeuse d’Artémis, ne surprend pas, l’insistance du chœur à propos des autels de la Vierge barbare et surtout du sanctuaire de Diane, ainsi que la comparaison finale de Rome avec la terre de Tauride, soulèvent au contraire des questions. Quand le poète écrivait ces vers, Octavie était déjà morte. Son transport au sanctuaire de Diane pourrait donc renvoyer à la résurrection d’Hippolyte par Esculape et à son transport miraculeux par Diane au sanctuaire d’Aricie23. Tout cela est probable, à condition que l’auteur d’Octavie ait vu dans le sort de l’héroïne une répétition lointaine du destin analogue d’Hippolyte qui, par sa mère, était lié à la région de Tauride (Phèdre, 168, 401, 715-716, 906). Une telle conclusion est en accord avec le point de vue selon lequel l’auteur d’Octavie provenait de l’entourage de la cour impériale et était un admirateur de Sénèque. Il connaîtrait donc Phèdre et probablement son objectif politique.

  • 24 Trad. Veyne, 1993, p. 1044.

19B. Revenons à Phèdre. La description de la reine et les références au pouvoir royal concordent avec l’image traditionnelle du tyran. Les vers 136-137, 195-197, 204 sqq. attribuent à la reine quelques-unes des caractéristiques tyranniques : l’impietas, la libido, le tumor, la luxuria. Dans la Lettre 114 à Lucilius, Sénèque soutient que : « Notre âme est tantôt roi et tantôt tyran. Roi, quand ses visées tendent au bien […]. Mais, si elle se montre rebelle, cupide, sensuelle, un autre nom devient le sien, abominable, sinistre : elle se fait tyran24. » Dans la même lettre (114, 9 sqq.), l’auteur de Phèdre note également que la felicitas conduit à la luxuria :

  • 25 Trad. Veyne, 1993, p. 1040-1041.

« On s’inquiète du mobilier. Ensuite c’est à l’habitation même que vont tous les soins. On veut qu’elle prenne les dimensions d’une campagne ; on veut que ses murailles resplendissent de marbre […] ; on veut des toitures miroitantes d’or ; […] De là le luxe passe aux choses de la table. Sur ce point on tâche à se distinguer par l’étrangeté et par un renversement complet de l’ordre habituel… »25

20De même, aux vers 204 sqq. de Phèdre, la nourrice attribue les désirs insensés de la reine à sa prospérité excessive :

  • 26 Trad. Chaumartin, Sers, 2011, p. 311-313. Cf. aussi vers 496-498.

« Qui jouit de trop de biens, nage en trop d’opulence, sans cesse aspire à des jouissances inédites. Lors, funeste compagne en la haute fortune, s’insinue la débauche. On veut des mets nouveaux. Plus de logis sans faste ou de coupes à vil prix. »26

21Dans le dialogue avec la nourrice, les paroles d’Hippolyte (vers 553 sqq.) sont généralement perçues comme des allusions à des personnages et à des événements mythiques, mais elles peuvent aussi être interprétées comme des allusions à des personnages et à des événements de l’époque de Néron. Derrière scelera dempto fine (v. 553-564), on pourrait discerner les crimes infinis et les actes indécents des empereurs Julio-Claudiens, en particulier sous le dernier de leurs représentants, Néron, à cause de ses passions brûlantes (v. 541-542) et de sa soif sanguinaire du pouvoir (v. 542-543) : meurtre de Britannicus, par lequel Néron s’est emparé du trône impérial ; actions pernicieuses et machinations continues dans les coulisses du pouvoir, comme l’assassinat de C. Sallustius Passienus Crispus (48 apr. J.-C.), de l’empereur Claude, des ex-conjoints d’Agrippine (v. 556) ; meurtre d’Agrippine ordonné par son fils Néron (v. 555-556) ; répudiation et meurtre d’Octavie, en raison de la passion de Néron pour Poppée ; fausse accusation concernant l’avortement d’Octavie du fruit de son soi-disant adultère (v. 557).

22Un autre élément qui pourrait permettre l’identification de Phèdre et de Néron, dans ce procédé d’inversion des sexes, est leur lien commun avec le soleil. Phèdre, dont le nom signifie celle « qui rayonne », est la petite-fille du Soleil et la fille de Pasiphaé (« celle qui brille sur toutes choses », comme le soleil). Sénèque ne cesse d’ailleurs de souligner l’origine solaire de Phèdre, tout en évoquant implicitement ou explicitement le danger que constitue pour la beauté d’Hippolyte l’action dévastatrice du soleil. Aux vers 124 sqq., la reine attribue sa passion incestueuse, qui entraînera la perte d’Hippolyte, à la vengeance de Vénus sur sa famille : la déesse pousuit la descendance du Soleil, parce que celui-ci a révélé à Vulcain l’amour clandestin de Vénus avec Mars. Aux vers 678 sqq., c’est Hippolyte qui s’adresse au radieux Titan, le Soleil, pour lui demander de constater l’infamie de sa descendante. Aux vers 764 sqq., le chœur, louant la beauté d’Hippolyte, ne se contente pas de rappeler l’usure insidieuse du temps qui passe sans relâche, mais il utilise une métaphore qui n’est peut-être pas fortuite : sa beauté se flétrit rapidement, comme les fleurs qui se fanent sous la chaleur brûlante du soleil lors du solstice d’été. Un peu plus loin (v. 777 sqq.), le chœur rappelle à Hippolyte les dangers que court sa beauté aux endroits déserts et dans les bois les plus reculés, quand il est encerclé par les impudiques Naïades, sous le soleil ardent de midi. Et encore plus loin (v. 796 sqq.) le chœur conseille à Hippolyte d’éviter les rayons du soleil, afin que sa beauté resplendisse au maximum. Enfin, parmi les adynata (v. 568 sqq.), qui suivent la « profession de foi » d’Hippolyte, figure le lever du soleil depuis l’Ouest.

  • 27 Trad. Ailloud, 1961, p. 155. Cf. aussi Dion Cassius (LXI, 2, 1-2). Voir encore Crzybek, 1999, p.  (...)
  • 28 Voir Roux, 1962, p. 254 ; Bradley, 1978, p. 174-177 ; 288-290 ; Cizek, 1982, p. 130-131 ; Griffin (...)

23De même, dès le début de sa vie, Néron est associé au soleil. Comme le note Suétone (Néron 6, 1), Néron est né « précisément au lever du soleil, en sorte qu’il fut frappé de ses rayons presque avant la terre27 ». Ledit biographe rapporte aussi (53, 1) qu’on mettait l’empereur au niveau d’Apollon pour le chant et du soleil pour la conduite des chars. Dans l’Apocoloquinthose (IV, 2), Apollon compare l’avènement de Néron au trône avec le lever du soleil. Suétone, décrivant la Maison d’or (Domus Aurea) de Néron (31, 2), parle aussi d’un colosse de 120 pieds qu’avait fait dresser l’empereur dans le vestibule. Plusieurs historiens, se fondant sur les représentations monétaires de Néron et sur le culte qui lui était rendu en Orient comme nouveau Soleil et nouvel Apollon, croient que ledit colosse, consacré plus tard au Soleil, représentait Néron avec des caractéristiques solaires. Ajoutons la représentation (sur des pièces d’or, d’argent et de bronze) de la tête de Néron avec une couronne radiale – illustrant l’image solaire qui fut la sienne pendant les dernières années de son règne (64-6528).

  • 29 L’adjectif incestus est employé six fois dans les tragédies de Sénèque, dont trois dans Phèdre et (...)
  • 30 Sur Agrippine voir, parmi d’autres, Balsdon, 1981, p. 138 sqq. : « La mort et la vie d’Agrippine  (...)

24Une autre analogie entre Phèdre et Néron réside dans leur filiation maternelle. Phèdre est la fille de Pasiphaé, mère du Minotaure et véritable honte pour le palais minoen. Néron est le fils d’Agrippine dont les machinations, les crimes et les inclinations incestueuses constituaient une honte pour le palais royal. Outre la participation directe ou indirecte d’Agrippine aux meurtres de Claude et de Britannicus, Tacite (Annales, XIV, 2, 1), se référant aux rapports incestueux de la mère et du fils, les décrit en détail et les qualifie d’incestum29. L’auteur d’Octavie décrit également la mère de Néron comme saeua nouerca (v. 21), hostilis animus, uultus truces (v. 22), tristis Erinys (v. 23), scelerata coniunx (v. 44), saeua Erinys (v. 16130).

  • 31 Trad. Chaumartin, 1996, p. 209.
  • 32 Trad. Liberman, 1998, p. 27.

25Dans Phèdre, l’héroïne éponyme attribue sa passion (113 sqq.) au fatale malum de sa mère qui a donné naissance au monstre de leur maison (le Minotaure), avant d’ajouter (v. 127-128) qu’aucune fille de Minos n’a goûté d’amour sans drame, car « toujours un interdit divin y est mêlé » (cf. aussi v. 242, 698-699). Dans sa longue réponse, la nourrice tente de retenir la reine en lui disant (v. 142-143) : « Pourquoi rends-tu plus odieuse encore une maison infâme et surpasses-tu ta mère ?31 ». Puis (v. 170 sqq.), elle évoque devant Phèdre sa mère Pasiphaé, l’amour insolite qui fut le sien et la conception de l’enfant hybride qui bouleversa les lois de la nature. De même, Hippolyte, furieux contre Phèdre, lui rappellera (v. 688 sqq.) qu’elle est pire que sa mère génitrice d’un monstre et qu’elle est née du fameux ventre qui a donné naissance au Minotaure. Les mots d’Hippolyte Ille te uenter tulit rappellent ceux qu’a prononcés Agrippine, montrant son ventre à l’officier qui avait été chargé de l’assassiner : in utero… monstrum / Qui tale tulit (Octavie, v. 371-372), « Voilà, voilà, ce que ton glaive doit défoncer, le ventre qui porta un tel monstre32. » Le fait que cette scène soit aussi relatée par Tacite (Annales, XIV, 8, 5) et par Dion Cassius (LXI, 13, 50) montre que l’épisode, réel ou pas, était largement connu, ce qui rend très probable le lien entre la phrase de Sénèque et cet incident.

26C. La nourrice n’est pas seulement la femme qui allaita et éleva Phèdre ; elle est aussi sa prudente conseillère, du moins au début de la tragédie, quand elle essaie de la détourner de l’inceste où l’entraîne son amour illicite. Mais ensuite, elle abandonne ce rôle, assume celui d’assistante et de complice de la reine « malade » et devient même (v. 719 sqq.) l’instigatrice de la machination calomnieuse tramée contre Hippolyte.

27D’une manière analogue, Sénèque – qui a passé sa vie auprès de Néron, d’abord comme précepteur, puis comme conseiller politique – essaie de modérer la nature violente et lascive de l’empereur dans les premières années de son règne (Quinquennium Neronis ; voir aussi Tacite, Annales, XIII, 2, 1 ; XIII, 11, 2 ; XIV, 52, 1). Mais il semble également avoir joué un rôle ambigu et sombre dans quelques-uns des crimes de Néron, comme l’assassinat d’Agrippine (Tacite, Annales, XIV, 7, 2 ss. ; XIV, 11, 3), ou dans les aventures érotiques de l’empereur (Annales, XIII, 13, 1 ; XIV, 2, 1), ou encore dans la calomnie et la fin cruelle dont fut victime Octavie et pour laquelle il ne semble pas réagir, même si le poète d’Octavie lui attribue une vaine tentative de réaction (Octavie, v. 533 sqq.).

28On pourrait penser que, par le changement d’attitude qu’il attribue à la nourrice, Sénèque cherche des circonstances atténuantes pour excuser son propre comportement, sinon sa responsabilité dans l’organisation des crimes dynastiques, du moins certainement son silence coupable. à propos de ces circonstances atténuantes, nos prédécesseurs ont supposé que la présence de Sénèque auprès de Néron aurait été plus bénéfique pour Rome qu’une opposition directe à l’empereur : en consentant à certains crimes royaux, l’ancien précepteur aurait pu poursuivre ses efforts en vue de freiner le caractère débridé de Néron.

29Ces circonstances atténuantes apparaissent en filigrane dans les paroles de la nourrice : dans sa tentative désespérée de retenir la passion effrénée et inflexible de Phèdre, la nutrix met en évidence le rôle dangereux d’un conseiller au côté d’un tyran arrogant et peu accoutumé à la vérité. Mais la mort qui approche rend le vieil homme courageux (v. 136-139). On pourrait donc faire valoir que, dans ce contexte, la vieillesse de la nourrice renvoie à l’âge similaire de Sénèque. À cet âge, la crainte d’un traitement politique défavorable de la part de l’empereur n’avait plus d’importance, comme d’ailleurs l’anéantissement probable, puisque la fin biologique était proche. Ainsi, Sénèque n’avait plus aucune raison de garder le silence et de rester complice du tyran. Certes, notre interprétation inverse non seulement le sexe du « masque » (nourrice) du personnage historique (Sénèque), mais aussi l’ordre du changement d’attitude de la nourrice et de Sénèque. La nourrice fait l’aveu ci-dessus au début de son dialogue avec Phèdre, avant de devenir la complice et l’instigatrice de la machination contre Hippolyte. En revanche, au début, Sénèque semble aller de compagnie avec Néron dans sa descente morale et suivre de près le souverain emporté par ses passions. Ce n’est qu’à la fin que, ayant dépassé la soixantaine et voyant la futilité de ses efforts, le poète de Phèdre décide de réagir, ce qui le conduit à une éclipse de la scène politique et finalement au suicide.

  • 33 David Bishop, 1985, p. 267, s’appuyant sur d’autres indices, place la rédaction de Phèdre dans la (...)

30Le décodage politique de Phèdre que nous proposons, fondé sur l’inversion des sexes, nous amène à dater la pièce de la dernière période de la vie de Sénèque (62 à 6533), certainement après l’exécution et la décapitation d’Octavie (en 62) et peut-être après 64. Cette hypothèse est renforcée par une série d’affinités entre Phèdre et certains textes en prose de Sénèque, écrits à partir de 62 :

  • 34 Pour les passages, voir Νicolaïdès, 2002, p. 197, 203, 204, 208, 209, 210, 213, 216, 217, 296 ; c (...)

L’éloge de la vie idéale, que l’on trouve aux vers 483 sqq. de Phèdre, apparaît comme un écho lointain de la vie heureuse du « premier âge » ou « âge d’or », dont il est longuement question dans la Lettre 90 à Lucilius34.

  • 35 Cf. Ripoll, 1999, p. 146 sqq.
  • 36 Galtier, 1999, p. 68-69. L’auteur soutient que la crainte (metus) de Néron a joué le rôle de dolo (...)

Les vers 495-498 pourraient faire allusion à la Domus Aurea (dont la démesure a été souvent critiquée depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours35), et les vers 159-164, 494-498 à l’insécurité constante de Néron36.

  • 37 Cf. Crzybek, 1999, p. 118.

La comparaison de la fuite précipitée d’Hippolyte avec la vitesse d’une étoile filante (v. 739-740) pourrait tirer son origine de la théorie des étoiles filantes, exposée dans les Questions naturelles (I, 1, 5 ; I, 14, 5 ; VII, 23, 2), ou d’une pluie d’étoiles filantes, causée par le passage récent d’une comète, comme celle de l’année 64 (dont la visibilité a duré 75 jours37).

La référence de Thésée aux antipodes (v. 932) pourrait être un souvenir de leur récente description dans la Lettre 122 à Lucilius.

  • 38 Aygon, 2016, p. 96.

31Les IIIe et IVe chœurs de Phèdre ont respectivement pour sujet la Providence (v. 959-980) et l’instabilité de la Fortune (v. 1123-1153). Ces deux thèmes sont abordés par Sénèque dans son dialogue De prouidentia (écrit autour de 63). Ce texte contient aussi une justification du suicide. Dans le même dialogue (V, 10-11), afin d’exalter le courage de l’homme vertueux face aux épreuves envoyées par le destin, Sénèque cite des extraits du livre II des Métamorphoses d’Ovide concernant le mythe de Phaéthon. Comme le remarque Jean-Pierre Aygon38, alors que la leçon traditionnellement tirée de cette légende est une invitation à ne pas imiter l’hybris et la témérité du fils du Soleil, une autre interprétation est choisie ici, répandue sous Néron : Phaéthon devient un héros positif. Or, c’est la même voie que suit le poète de Phèdre : juste avant sa chute, Hippolyte, intrépide, déclare qu’il est prêt à combattre le monstre surgi de la mer et qu’il gouverne ses coursiers de façon admirable. Toutefois, malgré sa vaillance et sa dextérité, il subit finalement le sort de Phaéthon (v. 1054 sqq. ; 1064 sqq. ; 1090-1091). Le fait que les quatre thèmes apparaissent dans Phèdre et en bonne place suggère l’idée de la proximité des dates de rédaction des deux œuvres.

Haut de page

Bibliographie

Choix bibliographique

A. Sources

Ailloud, H., 1961, Suétone, Vies des douze Césars, II, Les Belles Lettres, Paris.

Chaumartin, F.-R., 1996, Sénèque, Tragédies, I, Les Belles Lettres, Paris.

Chaumartin, F.-R. et Sers, O., 2011, Sénèque, Tragédies, Les Belles Lettres, Paris.

Herrmann, L., 1924, Octavie, Tragédie prétexte, Les Belles Lettres, Paris.

Grimal, P., 1993, Tacite, Annales, Gallimard, Paris.

Liberman, G., 1998, Pseudo-Sénèque, Octavie, Les Belles Lettres, Paris.

Raïos, D., 2015, Sénèque, Phèdre (en grec), Carpe Diem, Ioannina.

Veyne, P., 1993, Sénèque, Entretiens – Lettres à Lucilius, Robert Lafont, Paris.

B. Bibliographie secondaire

Aygon, J.-P., 2016, Ut scaena sic vita. Mise en scène et dévoilement dans les œuvres philosophiques et dramatiques de Sénèque, Paris.

Balsdon, J. P. V. D., 1962, Roman Women : Their History and Habits, Londres (traduction grecque par N. Petrocheilos, Athènes, 1981).

Bishop, J. D., 1985, Seneca’s Daggered Stylus. Political Code in the Tragedies, Meisenheim-Königstein.

Bouchon, R., 2007, En deçà et au-delà des Thermopyles : quelle Grèce pour Néron ? L’Empereur, les Pythia et la Thessalie, dans Neronia VII, Rome, l’Italie et la Grèce. Hellénisme et philhellénisme au premier siècle après J.-C., Coll. Latomus, n° 305, Bruxelles, p. 213-224.

Bradley, K. R., 1978, Suetonius’ Life of nero. A Historical Commentary, Coll. Latomus, n° 157, Bruxelles.

Cizek, E., 1982, Néron, Paris.

Crzybek, E., 1999, L᾽astrologie et son exploitation politique : Néron et les comètes, dans Neronia V, Néron : Histoire et légende, Coll. Latomus, n° 247, Bruxelles, p. 113-124.

Dumont, J.-C. et François-Garelli, M.-H., 1998, Le théâtre à Rome, Paris.

Dupont, F., 1985, L’acteur-roi, Paris.

Galtier, F., 1999, Νéron personnage tragique, dans Neronia V, Néron : Histoire et légende, Coll. Latomus, n° 247, Bruxelles, p. 66-74.

Griffin, M. T., 2002, Néron ou la fin d’une dynastie (traduit de l’anglais [1984] par A. Haucourt), Paris.

Grimal, P., 1986, Les allusions à la vie politique de l’Empire dans les tragédies de Sénèque, dans Idem, Rome. La littérature et l’histoire, I, Coll. de l’École Française de Rome, n° 93, Rome, p. 677-692.

Lefèvre, E., 1990, Die politische Bedeutung von Senecas Phaedra, WS n103, p. 109-122.

Mratschek, S., 2013, Nero the Imperial Misfit : Philhellenism in a Rich Man’s World, dans E. Buckley et M. Dinter (dir.), A Companion to the Neronian Age, Londres, p. 45-62.

Νicolaïdès, Α., 2002, Sénèque, Lettre 90 (en grec), Athènes.

Raïos, D., 2001, L’abeille et le loup-garou : une allégorie du conflit politique aux temps de Néron (en grec), Ioannina.

Ripoll, Fr., 1999, Aspects et fonction de Néron dans la propagande impériale flavienne, dans Neronia V, Néron : Histoire et légende, Coll. Latomus, n° 247, Bruxelles, p. 137-151.

Roux, G., 1962, Néron, Paris.

Rudich, V., 1997, Dissidence and Literature under Nero : The Price of Rhetoricization, Londres-New York.

Rudich, V., 1993, Political Dissidence under Nero, Londres-New York.

Zehnacker, H., 1984, Ovide et la tragédie, dans Travaux Pratiques du Ier Panhellenium Symposium des Études latines, publiés sous le titre : Littérature et politique aux temps d’Auguste (en grec), Ioannina, p. 181-194.

Haut de page

Notes

1 Texte remanié d’une communication prononcée (en grec) au Ve Symposium de Lettres Classiques (29-05-2006), organisé par l’Institut de Lettres Classiques du Département de Littérature de l’Université de Ioannina (Grèce).

2 Dumont, François-Garelli, 1998, p. 153 sqq.

3 Dumont, François-Garelli, 1998, p. 154. Sur l’intérêt de Sénèque pour le théâtre, et la théâtralité de son écriture dans ses œuvres en prose, voir Aygon, 2016, p. 22 sqq. ; 73 sqq.

4 Dumont, François-Garelli, 1998, p. 154-155.

5 Dupont, 1985, p. 119 sqq.

6 Grimal, 1986, p. 677-692.

7 Cf., entre autres, Zehnacker, 1984, p. 181-194.

8 Ovide, Héroides, IV ; Métamorphoses, XV, 497-546 ; Fastes, VI, 737-762. Tous ces textes sont comme des fragments d’une tragédie qu’Ovide a transposée dans des genres littéraires différents : voir Zehnacker, 1984, p. 184.

9 Zehnacker, 1984, p. 187.

10 Lefèvre, 1990, p. 109-122.

11 Voir Cizek, 1982, p. 39 sqq.

12 Entre autres, Rudich, 1993, p. xvii-xxxiv (notamment p. xxi sqq. ; xxx-xxxi) ; 10-17 et passim.

13 Sur la dissimulatio littéraire à l’époque de Néron, voir Rudich, 1993, p. xvii-xxxiv (The Age of Dissimulation) et passim ; 1997, p. xvii-xxxiv et passim. Voir encore notre étude, 2001, p. 16 sqq. ; et passim.

14 Sénèque, Phèdre, 449 (Nutrix) : tristem iuuentam solue ; 462 (Nutrix) : tristem iuuentam Venere deserta coles ; cf. aussi 271 (Nutrix) : temptemus animum tristem et intractabilem ; 413 (Nutrix) : animum rigentem tristis Hippolyti ; 453 (Nutrix) : laetitia iuuenem, frons decet tristis senem ; 799 (Chorus) : et pondus ueteris triste supercili ; 917 (Theseus) : morumque senium triste ; 985 (Chorus) : tristis uirtus peruersa tulit.

15 Trois exemples semblent échapper à cette constatation : Agamemnon, 586 et 687 ; Thyeste, 751. Néanmoins, hormis le fait qu’aucun d’entre eux ne se rapporte au mode de vie d’un caractère dramatique, l’utilisation de l’adjectif tristis correspond parfaitement à la situation ou au sort des personnages concernés.

16 à l’exception du v. 956 de Médée, où l’héroïne éponyme se définit, sur un ton sarcastique, comme sterilis, parce qu’elle a donné naissance à seulement deux enfants par rapport à Niobé, mère de 14 enfants.

17 D’après la traduction de Grimal, 1993, p. 379.

18 Hermann, 1924, p. 59.

19 À propos de la chasteté d’Octavie, un passage de Tacite (Annales, XIV, 60, 3) relate que, quand Tigellin faisait torturer une des servantes d’Octavie pour lui faire avouer que sa maîtresse avait des relations amoureuses avec un esclave joueur de flûte, celle-ci lui répondit que le sexe d’Octavie était plus chaste que sa bouche à lui. L’épisode est raconté aussi par Dion Cassius (LXII, 13, 4).

20 D’après la traduction de Grimal, 1993, p. 379.

21 Cf. les v. 708-709 de Phèdre, où Hippolyte indigné menace de sacrifier Phèdre sur l’autel de la déesse qui porte l’arc.

22 Trad. Liberman, 1998, p. 73.

23 Ovide, Métamorphoses, XV, 531-546 ; Virgile, Énéide, VII, 765-780.

24 Trad. Veyne, 1993, p. 1044.

25 Trad. Veyne, 1993, p. 1040-1041.

26 Trad. Chaumartin, Sers, 2011, p. 311-313. Cf. aussi vers 496-498.

27 Trad. Ailloud, 1961, p. 155. Cf. aussi Dion Cassius (LXI, 2, 1-2). Voir encore Crzybek, 1999, p. 114, n. 3.

28 Voir Roux, 1962, p. 254 ; Bradley, 1978, p. 174-177 ; 288-290 ; Cizek, 1982, p. 130-131 ; Griffin, 2002, p. 263-264 ; Bouchon, 2007, p. 220-221, 223-224 ; Mratschek, 2013, p. 48 sqq.

29 L’adjectif incestus est employé six fois dans les tragédies de Sénèque, dont trois dans Phèdre et trois dans Œdipe, une tragédie où la présence de incestus est toujours connecté avec le mariage incestueux d’Œdipe avec sa mère Jocaste. Notons aussi que le même adjectif, extrêmement rare dans les autres œuvres de Sénèque (un seul exemple dans les Lettres à Lucilius et un autre dans l’Apocolocynthose) apparaît quatre fois dans Octavie.

30 Sur Agrippine voir, parmi d’autres, Balsdon, 1981, p. 138 sqq. : « La mort et la vie d’Agrippine ».

31 Trad. Chaumartin, 1996, p. 209.

32 Trad. Liberman, 1998, p. 27.

33 David Bishop, 1985, p. 267, s’appuyant sur d’autres indices, place la rédaction de Phèdre dans la seconde moitié de 62. Son livre analyse seulement les parties chorales des tragédies et reconnaît deux types de code, l’un résidant dans les données du mythe, l’autre au niveau du langage ; à cause de sa conviction que chaque mot du texte est susceptible d’être codé, qu’il n’est pas un vers qui ne signifie autre chose que ce qu’il a l’air de signifier, l’auteur a attiré sur lui des critiques sévères (par ex. H. Zehnacker, RPh 61, 1987, p. 143-146 ; R. G. M. Nisbet, Latomus 48, 1987, p. 673 ; E. Fantham, Phœnix 41, 1987, p. 334 ; R. Mayer, CR 37, 1987, p. 25-26).

34 Pour les passages, voir Νicolaïdès, 2002, p. 197, 203, 204, 208, 209, 210, 213, 216, 217, 296 ; cf. aussi Raïos, 2015, p. 151-152 et n. 35 ; 197-198.

35 Cf. Ripoll, 1999, p. 146 sqq.

36 Galtier, 1999, p. 68-69. L’auteur soutient que la crainte (metus) de Néron a joué le rôle de dolor tragique et l’a mené au furor et au nefas.

37 Cf. Crzybek, 1999, p. 118.

38 Aygon, 2016, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitrios Raïos, « Interprétation politique et datation de Phèdre de Sénèque », Pallas, 108 | 2018, 197-208.

Référence électronique

Dimitrios Raïos, « Interprétation politique et datation de Phèdre de Sénèque », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/10296 ; DOI : 10.4000/pallas.10296

Haut de page

Auteur

Dimitrios Raïos

Université de Ioannina – Grèce

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals