Navigation – Plan du site
Poikila
Aventures modernes des Anciens

Harpocrate au secret. De quelques anamorphoses d’Horus l’Enfant

Harpocrates, god of secrecy: On some transformations of the Child Horus
Laurent Bricault
p. 257-268

Résumés

En 1755, la marquise de Pompadour passait commande d’une statue en marbre d’Éros-Harpocrate, l’index droit posé sur les lèvres, pour la faire figurer en l’hôtel d’Évreux, le futur palais de l’Élysée. Ce geste du petit Horus, qui n’est autre, en Égypte, que le simple signe de l’enfance, fut l’objet d’une interpretatio romana faisant du fils d’Isis et d’Osiris un dieu invitant au silence et au(x) mystère(s). Cette interprétation connut une longue postérité, revivifiée à la Renaissance et en quelque sorte sacralisée par l’ouvrage consacré au dieu par le Néerlandais Gisbert Cuper en 1676. Devenu une véritable allégorie de la prudence politique et des secrets scientifiques ou ésotériques, c’est encore Harpocrate qui, aujourd’hui, trône à l’entrée de la salle des messagers du Palais du Luxembourg, siège du Sénat de la République française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salmon, 2002, p. 311-313.

1En 1755, lors du Salon, Jeanne-Antoinette Poisson, marquise de Pompadour, séduite par un plâtre présenté par Étienne-Maurice Falconet et nommé par lui L’Amour menaçant, passe commande d’une sculpture identique, mais en marbre, destinée à orner les jardins de l’hôtel d’Évreux, alors sa résidence parisienne1 (fig. 1).

Fig. 1.

Fig. 1.

E.-M. Falconet, L’Amour menaçant (1757)

2La pièce représente un jeune enfant ailé, nu, potelé, assis sur un nuage, la tête légèrement penchée, un doigt sur la bouche tandis qu’il saisit, de la senestre, une flèche dans son carquois. Un sourire éclaire son visage, révélant toute l’ambiguïté du sujet. L’index sur les lèvres, l’enfant invite au silence devant les mystères de l’amour, réservés aux seuls initiés. Mais gare ! L’amour peut surprendre à chaque instant, et le bambin espiègle décocher ses flèches à l’impromptu. Cruelle et dangereuse menace ! Que la marquise, restée favorite du roi Louis XV mais non plus sa maîtresse ait été attirée par une telle composition ne saurait étonner. Charmant, galant et sensuel, L’Amour menaçant invite le spectateur à la complicité, dans un monde de plaisirs et de jeux amoureux.

  • 2 Pinot de Villechenon, 2001, p. 91-92 et, plus généralement, Terrasson, 1969.
  • 3 L’Amour menaçant en biscuit était l’œuvre préférée des marchands-merciers au xviiie siècle.

3Falconet, qui livre sa sculpture de marbre en 1757, devient bientôt l’un des protégés de la Pompadour, qui le nomme la même année à la direction de l’atelier de sculpture de la manufacture royale de porcelaine, à Sèvres2. L’époque est novatrice, avec la mise au point, depuis peu, d’une nouvelle qualité de céramique, le biscuit. Mais plutôt que de proposer, comme jusqu’alors, exclusivement des statuettes peintes et vernies, les nouvelles productions s’affichent en blanc, ce qui offre bien des avantages. Accrochant la lumière par le satin délicat de leur surface et offrant ainsi à la vue tous les détails de l’œuvre originale, les pièces de Sèvres peuvent dès lors rivaliser non seulement avec le marbre mais aussi, plus immédiatement, avec les statuettes en sucre qui embellissent alors les décors de table. Parmi les premiers modèles offerts à la reproduction en série, Falconet propose son Amour menaçant, dont il réalise une réduction en terre, bientôt fabriquée en de nombreux exemplaires, la composition connaissant d’emblée, dès 1758, un véritable succès3. La Pompadour appréciait tellement cette composition qu’elle conserva même le modèle en terre cuite, qui passa à sa mort, en 1764, dans les collections de son frère Marigny.

  • 4 Huile sur toile 81 × 64 cm, Wallace Collection, Londres. Sur ce tableau, voir Rosenberg et Dupuy, (...)

4Bientôt, les manufactures de Wedgwood et de Saint-Pétersbourg s’emparèrent elles aussi du sujet pour le diffuser abondamment. On en retrouve même un exemplaire en peinture, élément d’une composition des plus délicieuses, sur laquelle il nous faut dire un mot : Les Hasards heureux de l’escarpolette, une scène galante peinte par Jean Honoré Fragonard entre 1767 et 17694 (fig. 2).

Fig. 2.

Fig. 2.

J. H. Fragonard, Les hasards heureux de l’escarpolette (1769)

  • 5 Collé, 1868, p. 165-166 (en date d’octobre 1767).

5La toile avait été commandée par le baron de Saint-Julien, receveur général des finances du clergé, au peintre Gabriel-François Doyen avec les recommandations suivantes : « Je désirerais que vous peignissiez Madame [sa maîtresse, donc] sur une escarpolette qu’un évêque mettrait en branle. Vous me placerez de façon, moi, que je sois à portée de voir les jambes de cette belle enfant et mieux même, si vous voulez égayer votre tableau5. » Doyen refusa. Fragonard accepta. Et sur cette charmante scène champêtre, le petit dieu représenté sur la gauche, index aux lèvres, sut garder le silence.

6Un silence précieux dans les choses de l’amour, et qui l’est tout autant dans les affaires du monde. Le biscuit de l’Amour menaçant était joliment tourné, mais ce n’est sans doute pas pour son seul contrapposto qu’en 1764, le Contrôleur général des finances de Louis XV, Henry Léonard Jean-Baptiste Bertin en envoya un exemplaire en cadeau diplomatique à la Chine. Parmi ses trésors, le cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France conserve les plans de l’hôtel de Montholon, construit en 1785 par François Soufflot le Romain pour l’épouse de Nicolas de Montholon, alors président du parlement de Normandie. L’étude préliminaire fut confiée à Jean-Jacques Lequeu, fondé de pouvoir de Soufflot, qui réalisa pour ce faire un grand nombre de dessins, parmi lesquels se trouve celui d’une statue, ou plutôt d’une sorte d’hermès figurant un tout jeune homme torse nu, une pièce de tissu autour des reins et portant son index droit aux lèvres (fig. 3).

Fig. 3.

Fig. 3.

J.-J. Lequeu, Harpocrate, dieu du silence (1785)

  • 6 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7703577s.

7Une note manuscrite accompagne le dessin : « Un Harpocrate, dieu du silence, pour avertir que l’on cessera de parler dans le (sic) 2ème antichambre qui précède le Cabinet de Mr. de Montholon6. »

  • 7 Cf. Meeks online, p. 5 du pdf.
  • 8 Cf. Bricault, 2012, p. 57.
  • 9 Sur les dieux-enfants et notamment Harpocrate, voir Meeks, 1977 ; Forgeau, 2002 ; Sandri, 2006 ; (...)
  • 10 Varron, La langue latine, V, 57 ; Catulle, Poème LXXIV, 4 ; Ovide, Métamorphoses, IX, 692.
  • 11 Plutarque, De Iside 358 d-e ; Ausone, Epist. XV, 26-27 ; Augustin, Civ.Dei XVIII, 5.
  • 12 Voir le corpus textuel très riche réuni et traduit par Civardi, 2008 ; on trouvera quelques donné (...)
  • 13 Sur ce sujet, on verra Matthey, 2011 et Aufrère (à paraître). Je remercie très chaleureusement S. (...)

8Si le petit Éros, fils d’Aphrodite, est le gardien du secret des alcôves, le tout aussi juvénile Harpocrate serait donc celui des antichambres des parlementaires et des salons des diplomates ? À moins qu’il ne s’agisse du même, polyonyme et polymorphe, égyptien d’origine mais bientôt transformé, renommé, récupéré et instrumentalisé lorsque l’Égypte et le monde gréco-romain s’interpénétrèrent par le fait des hommes et des idées, provoquant transferts divins et lectures plurielles. Création théologique du clergé d’Amon, le dieu Ḥr-p3-ẖrd, que les Grecs transcrivirent en Harpocrate, est à l’origine indépendant du dieu-fils de la famille osirienne, cet Horus mis au monde par Isis dans les marais de Chemmis que les Textes des Pyramides appelaient déjà « Horus l’enfant, le jeune, ayant le doigt à la bouche ». Une triple homonymie, sur laquelle jouèrent à l’envi les théologiens égyptiens, facilite alors la fusion de formes primitivement distinctes d’Horus : celle du dieu dynastique, celle du fils d’Osiris appelé à succéder à son père, celle du dieu-enfant, fragile et pourtant triomphant. Plusieurs inscriptions de Basse Époque, dont certaines de provenance coptite, la patrie d’origine d’Harpocrate en tant que fils de Min et d’Isis, qui nomment « Harpocrate, fils d’Osiris et d’Isis, le grand, l’ancien, le premier d’Amon7 » explicitent ce rapprochement, subordonnant l’origine théologique du dieu à sa nouvelle famille d’élection8. Au Nouvel Empire, sa personnalité s’était enrichie de différentes prérogatives, transformant le garant de la permanence des cycles naturels et de l’institution royale en un dieu solaire, protecteur de la fécondité et guérisseur. Dans la vallée du Nil pré-hellénistique et romaine, le geste de porter l’index droit aux lèvres était le signe caractéristique de l’enfance, commun aux nombreux dieux-enfants des fluides panthéons de l’Égypte pharaonique9. La popularité croissante de la famille osirienne, dans l’Égypte du premier millénaire avant notre ère d’abord, puis hors d’Égypte quand, Sarapis ayant supplanté Osiris auprès de l’Isis hellénistique, la nouvelle triade engendrée par les théologiens de l’entourage du premier Ptolémée s’embarque à la conquête de l’ensemble de l’œcoumène, permet au petit dieu de rencontrer de nouvelles populations aux référents culturels parfois bien différents des Égyptiens. Ainsi, une fois la Méditerranée franchie, alors que la République romaine sombre pour laisser place au Principat, des interpretationes variae le parent d’autres significations. Varron, peut-être le premier, puis Catulle et Ovide, assignent à ce geste une réalité toute autre, celle de réprimer la voix et d’inviter au silence10. Plutarque, Ausone et Augustin11, parmi d’autres, reprennent cette interprétation que les humanistes font leur lorsque vient le moment de traduire les auteurs de l’Antiquité12. Se dessine alors le portrait hénothéiste d’un enfant divin, qui embrasse tous les autres et que l’on nomme par commodité Harpocrate, l’index droit sur les lèvres, ancestral quoique juvénile dieu du silence et gardien des secrets de toute nature, des plus triviaux aux plus élevés13.

  • 14 Chastel, 1984 ; Chastel, 2001.
  • 15 Mérot, 2000.
  • 16 Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, n° inv. BA.1983.003.1.

9Au royaume de France, lorsque se succèdent à sa tête Richelieu, Mazarin et Louis XIV, le secret est l’un des atouts maîtres du pouvoir et le signum harpocraticum, selon l’expression popularisée par André Chastel14, connaît vite les faveurs d’une cour qui a parfaitement intégré la charge symbolique portée par l’image du jeune garçon intimant le silence. Quelques exemples suffiront à en illustrer la vogue. En 1653, la Fronde achevée, Eustache Le Sueur15 participe à la décoration du palais du Louvre et notamment à la rénovation de l’appartement des bains d’Anne d’Autriche et à la chambre du tout jeune Louis XIV, mais il peint aussi pour certains particuliers. Ainsi, un riche marchand nommé Planson lui passe commande d’une œuvre, l’Allégorie d’un ministre parfait16, destinée à être insérée dans une boiserie (fig. 4).

Fig. 4.

Fig. 4.

E. Le Sueur, Allégorie d’un ministre parfait (1653)

10La composition met en scène quatre personnages illustrant les principales qualités d’un gouvernant : le conseil, la sagesse, la prudence et, légèrement en retrait, dans une semi-pénombre, sous l’aspect d’un jeune homme posant l’index sur sa bouche, le secret. Des vertus parfaitement mises en pratique par le roi dans ses actions politiques et militaires, que rappelle une série de 286 médailles commémoratives en argent gravées entre 1697 et 1703 sous le contrôle de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Deux d’entre elles, signées Jean Mauger, le médailliste du Roi, et qui renvoient à l’année 1661, offrent au revers l’image d’un Harpocrate en jeune homme, appuyé sur une colonnette et tenant corne d’abondance au creux de son bras gauche, comme sur d’innombrables statues antiques, l’index de la main droite porté aux lèvres (fig. 5 et 6).

Fig. 5 et Fig. 6.

Fig. 5 et Fig. 6.

J. Mauger, Médailles célébrant le Conseil du roi Louis XIV (c. 1700)

  • 17 Aufrère (à paraître), § 5 : « Louis XIV et le secret du Conseil : la date harpocratique de 1661 e (...)
  • 18 Voir Sabatier, 1999, p. 377-381. L’œuvre fut réalisée entre 1681 et 1684.

11Deux légendes différentes, sans équivoque, accompagnent ce type monétaire : ARCANA CONSILIORUM et COMES CONSILIORUM. Le secret est assurément le meilleur ami du Conseil du Roi. Et l’on suivra volontiers S. Aufrère dans le lien qu’il établit entre ces compositions et la prise de pouvoir par le jeune souverain, nouvel Harpocrate, adepte intransigeant de la culture du secret et de la dissimulation17. Un secret dont on retrouve le sceau sur l’une des fresques du plafond de la Grande Galerie de Versailles, due à Charles Le Brun, qui évoque la Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours, le 12 mars 1678 (fig. 7)18.

Fig. 7.

Fig. 7.

Ch. Le Brun, Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours (1678)

  • 19 L’attribut est emprunté à l’Iconologie de Baudoin, I, p. 179 ; voir déjà Ripa, 1624, p. 595.

12On y distingue, à la gauche du Roi, un jeune homme pressant un sceau sur ses lèvres, garant du secret qui entoura la manœuvre brillante du poliorcète, qui parvint à s’emparer de la place forte après en avoir contourné les défenses naturelles. De l’autre main, il brandit le casque royal, identique à celui de Minerve, personnification de la Sagesse que l’on trouvait déjà dans le tableau de Le Sueur quelque trente années plus tôt ; le sphinx qui le surmonte suggère qu’au secret et à la sagesse s’ajouta la prudence, en une combinaison qui permit de mettre fin victorieusement à la guerre de Hollande. La composition fait pendant à une autre, qui montre Le roi donne[r] ses ordres pour attaquer en même temps quatre des plus fortes places de la Hollande, en 1672, au tout début du conflit. Le dieu du silence est déjà là, juste derrière le souverain, un casque léger surmonté du sphinx posé sur sa chevelure et portant devant sa bouche son index droit paré d’une bague dont on conçoit aisément qu’elle porte une pierre gravée destinée à sceller/celer les desseins du roi19.

  • 20 Cf. Gros de Boze, 1740.
  • 21 Cuper, 1676.

13Ces années 1670-1680 sont, pour Harpocrate, des années de gloire et de reconnaissance. C’est en effet en 1676 que le Hollandais Gisbert Cuper20 fait paraître à Amsterdam son Harpocrates, remarquable ouvrage d’une foisonnante érudition, à l’illustration généreuse et précieuse qui puise à la source des arts les plus divers21 (fig. 8).

Fig. 8.

Fig. 8.

Frontispice de G. Cuper, Harpocrates (1676)

  • 22 Cuper, 1687. On n’y trouve pas moins de 6 planches dépliantes et 43 vignettes dans le texte.

14Une seconde édition voit d’ailleurs le jour dès 168722. Quand, entre 1681 et 1689, Jan de Baen brosse le portrait de Cuper et de son épouse Aleida van Suchtelen, une statue d’Harpocrate prend place au second plan, parfaitement en évidence, au côté de Minerve une fois encore (fig. 9).

Fig. 9.

Fig. 9.

J. de Baen, Portrait de G. Cuper (c. 1681-1689)

  • 23 Draghi, 1677 ; B. Pasquini en donna, au Palazzo Colonna, à Rome, en 1686, une version qui était p (...)
  • 24 Spon, 1683, p. 124-135.
  • 25 Spon, 1683, p. 133. Sur Spon, on verra Étienne et Mossière, 1993.
  • 26 de Jaucourt, 1766, tome 8, p. 59.

15Le retentissement de l’ouvrage est d’importance. Quelques mois plus tard à peine, Antonio Draghi met en musique un drame en trois actes de Nicolò Minato, Il silentio di Harpocrate, interprété pour la première fois le 27 février 1677 au Hofburgtheater de Vienne23. En 1683, paraissent à Lyon les Recherches curieuses d’antiquité de Jacob Spon24. Consacrant sa septième dissertation à Harpocrate, le savant antiquaire y commente une série de pierres gravées et de statuettes représentant le dieu du silence et des mystères, en différentes postures et paré d’attributs divers. À propos d’une statuette représentant le petit dieu ailé, il observe que « l’union d’Harpocrate avec Cupidon veut dire que l’amour a besoin du secret25 ». Et celui qui désirerait en savoir davantage est ensuite renvoyé à l’ouvrage de Cuper, paru sept ans plus tôt. Un siècle plus tard, c’est encore à lui que se réfère principalement le chevalier de Jaucourt lorsqu’il rédige pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert la notice sur Harpocrate26.

  • 27 Grivaud de la Vincelle, 1818, p. 25.

16L’amour a ses secrets que la diplomatie ne saurait ignorer. Et il revient toujours au petit dieu d’y veiller. Ainsi, à la veille de la Révolution qui se prépare, Louis XVI passe commande au sculpteur Louis-Philipe Mouchy d’une statue en marbre du Silence, sous les traits, une fois de plus, d’Harpocrate. Présentée lors du salon de 1789, elle est initialement exposée parmi les Antiques du Musée du Louvre avant d’être transportée au Palais du Luxembourg, siège du Sénat27(fig. 10).

Fig. 10.

Fig. 10.

L.-Ph. Mouchy, Harpocrate, dieu du silence (1789)

17Elle y trône toujours, dans la pièce des messagers d’État, en compagnie d’une statue de la Prudence, plus récente, œuvre de Louis Pierre Deseine. Il est des invariants qui transcendent les siècles.

Haut de page

Bibliographie

Aufrère, S., Monfaucon, témoin muet des Harpocrates de la collection du conseiller Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721), et le secret d’État sous le règne de Louis XIV, dans V. Krings (éd.), L’Antiquité expliquée et représentée en figures (1719-1724), de Bernard de Montfaucon. Histoire d’un livre, Bordeaux (à paraître).

Baudoin, J., 1642, Iconologie, ou, Explication nouvelle de plusieurs images, emblèmes et autres figures, Chez l’Autheur, Paris (1re éd. 1636).

Bricault, L., 2012, La question de la succession d’Hadrien sur une monnaie inédite de l’atelier d’Alexandrie, dans S. Péré-Noguès (coord.), L’Antiquité en partage. Itinéraires d’histoire et d’archéologie. Mélanges offerts à Jean-Marie Pailler, Pallas, 90, p. 53-61.

Chastel, A., 1984, Signum Harpocraticum, dans Studi in onore di Giulio Carlo Argan, Rome, vol. I, p. 147-153 ; texte repris dans Le geste dans l’art, Paris, 2001, p. 65-90.

Civardi, J.-M., 2008, Textes divers autour de l’œuvre (scil. Polymestor et Sigalion ou le secret (1689)), xviie siècle, 258.1, p. 118-153.

Collé, C., 1868, Journal et mémoires de Charles Collé sur les hommes de lettres, les ouvrages dramatiques et les événements les plus mémorables du règne de Louis XV (1748-1772), Honoré Bonhomme, Paris.

Cuper, G., 1676, Gisb. Cuperi Harpocrates seu Explicatio Imagunculae Argenteae Antiquissimae, sub Harpocratis figura ex Aegyptorum instituto Solem repraesentantis: Qua varii Auctorum loci, Hieroglyphicae notae, Numismata, Basilidianorum gemmae, nec non marmora nova luce perfunduntur, Pluymer, Amsterdam.

Cuper, G., 1687, Gisb. Cuperi Harpocrates, sive Explicatio imagunculae argenteae perantiquae; quae in figuram Harpocratis formata representat Solem.Ejusdem Elementa antiqua inedita. Multi Auctorum loci, multae Inscriptiones, Marmora, Nummi, Gemmae, varii ritus, & Antiquitates in utroque Opusculo emendantur & illustrantur. Accedit Stephani Le Moine Epistola de Melanophoris, Franciscus Halma, Trajecti ad Rhenum, Utrecht).

Draghi, A., 1677, Il silentio di Harpocrate. Drama per musica da rappresentarsi alla S.C.R. M.tà dell’imperatore Leopoldo nel Carnouale dell’anno 1677, posto in musica dal S.r Antonio Draghi, Gio. Christoforo Cosmerovio, Vienne.

Dubowy, N., 2000, Opere di Draghi in Italia?, dans E. Sala et D. Daolmi (dir.), Quel novo Cario, quel divin Orfeo: Antonio Draghi da Rimini a Vienna, atti del convegno internazionale (Rimini, Palazzo Buonadrata, 5-7 ottobre 1998), Lucques, p. 225-252.

Étienne, R. et Mossière, J.-C. (dir.),1993, Jacob Spon. Un humaniste lyonnais du xviie siècle, Paris.

Forgeau, A., 2002, Le dieu Harpocrate, quel nom, quel champ d’action ?, Bulletin de la Société Française d’Égyptologie, 153, p. 6-23.

Grivaud de la Vincelle, C.-M., 1818, Notice sur le Palais de la Chambre des Pairs de France, anciennement appelé Palais de Luxembourg ou d’Orléans, Nepveu, Paris.

Gros de Boze, C., 1740, Éloge de M. Cuper, dans Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son établissement, avec les éloges des académiciens morts depuis son renouvellement, Guérin, Paris, tome II, p. 95-110.

de Jaucourt, L., 1766, s. v. Harpocrate », dans D. Diderot et J. Le R. D’Alembert (éd.), L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1re éd., Briasson et alii, Paris.

Law, H., 2015, Harpocrates at work. How the God of Silence Protected Eighteenth-Century French Iconoclasts, dans P. Hall (éd.), The Oxford Handbook of Music Censorship, Oxford, (édition en ligne, non paginée).

Malaise, M., 2011, À la découverte d’Harpocrate à travers son historiographie, Bruxelles.

Matthey, P., 2011, ‘Chut!’ Le signe d’Harpocrate et l’invitation au silence, dans F. Prescendi et Y. Volokhine (éd.), Dans le laboratoire de l’historien des religions. Mélanges offerts à Philippe Borgeaud, Genève, p. 541-565.

Meeks, D., 1977, s. v. Harpokrates, dans H.W. Heck (éd.), Lexikon der Ägyptologie, Wiesbaden, vol. II, col. 1003-1011.

Meeks, D., s. v. « Harpocrates », dans Iconography of Deities and Demons, pre-publication disponible sur http://www.religionswissenschaft.unizh.ch/idd/prepublications/e_idd_harpocrates.pdf (consulté le 25-11-2017).

Mérot, A., 2000, Eustache Le Sueur 1616-1655, Paris (1re éd. 1987).

Pinot de Villechenon, M.-N. et alii, 2001, Falconet à Sèvres 1757-1766, ou l’art de plaire, Sèvres.

Ripa Perugino, C., 1624, Della novissima iconologia, Pietro Paolo Tozzi, Padoue (1re éd. 1593).

Rosenberg, P. et Dupuy, M.-A. (dir.), 1987, Fragonard, catalogue d’exposition Paris, Grand Palais, 24 septembre 1987-4 janvier 1988, Paris.

Sabatier, G., 1999, Versailles ou la figure du roi, Paris.

Salmon, X., 2002, Madame de Pompadour et les arts, Paris.

Sandri, S., 2006, Har-pa-chered (Harpokrates). Die Genese eines ägyptischen Götterkindes, Orientalia Lovaniensia Analecta, 151, Louvain.

Spon, J., 1683, Recherches curieuses d’antiquité, contenues en plusieurs dissertations sur des Medailles, Bas-reliefs, Statuës, mosaïques, & Inscriptions antiques : enrichies d’un grand nombre de Figures en Taille douce, Lyon.

Terrasson, J., 1969, Madame de Pompadour et la création de la « Porcelaine de France, Paris.

Haut de page

Notes

1 Salmon, 2002, p. 311-313.

2 Pinot de Villechenon, 2001, p. 91-92 et, plus généralement, Terrasson, 1969.

3 L’Amour menaçant en biscuit était l’œuvre préférée des marchands-merciers au xviiie siècle.

4 Huile sur toile 81 × 64 cm, Wallace Collection, Londres. Sur ce tableau, voir Rosenberg et Dupuy, 1987, p. 226 fig. 7.

5 Collé, 1868, p. 165-166 (en date d’octobre 1767).

6 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7703577s.

7 Cf. Meeks online, p. 5 du pdf.

8 Cf. Bricault, 2012, p. 57.

9 Sur les dieux-enfants et notamment Harpocrate, voir Meeks, 1977 ; Forgeau, 2002 ; Sandri, 2006 ; Malaise, 2011.

10 Varron, La langue latine, V, 57 ; Catulle, Poème LXXIV, 4 ; Ovide, Métamorphoses, IX, 692.

11 Plutarque, De Iside 358 d-e ; Ausone, Epist. XV, 26-27 ; Augustin, Civ.Dei XVIII, 5.

12 Voir le corpus textuel très riche réuni et traduit par Civardi, 2008 ; on trouvera quelques données complémentaires, bibliographiques notamment, chez Law, 2015, un texte hélas truffé d’erreurs.

13 Sur ce sujet, on verra Matthey, 2011 et Aufrère (à paraître). Je remercie très chaleureusement S. Aufrère pour m’avoir communiqué son très beau texte avant publication.

14 Chastel, 1984 ; Chastel, 2001.

15 Mérot, 2000.

16 Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, n° inv. BA.1983.003.1.

17 Aufrère (à paraître), § 5 : « Louis XIV et le secret du Conseil : la date harpocratique de 1661 et l’arrestation de Fouquet ».

18 Voir Sabatier, 1999, p. 377-381. L’œuvre fut réalisée entre 1681 et 1684.

19 L’attribut est emprunté à l’Iconologie de Baudoin, I, p. 179 ; voir déjà Ripa, 1624, p. 595.

20 Cf. Gros de Boze, 1740.

21 Cuper, 1676.

22 Cuper, 1687. On n’y trouve pas moins de 6 planches dépliantes et 43 vignettes dans le texte.

23 Draghi, 1677 ; B. Pasquini en donna, au Palazzo Colonna, à Rome, en 1686, une version qui était peut-être son œuvre ; voir Dubowy, 2000, p. 230-231.

24 Spon, 1683, p. 124-135.

25 Spon, 1683, p. 133. Sur Spon, on verra Étienne et Mossière, 1993.

26 de Jaucourt, 1766, tome 8, p. 59.

27 Grivaud de la Vincelle, 1818, p. 25.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende E.-M. Falconet, L’Amour menaçant (1757)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 2.
Légende J. H. Fragonard, Les hasards heureux de l’escarpolette (1769)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 3.
Légende J.-J. Lequeu, Harpocrate, dieu du silence (1785)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 4.
Légende E. Le Sueur, Allégorie d’un ministre parfait (1653)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 5 et Fig. 6.
Légende J. Mauger, Médailles célébrant le Conseil du roi Louis XIV (c. 1700)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 7.
Légende Ch. Le Brun, Prise de la ville et de la citadelle de Gand en six jours (1678)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 8.
Légende Frontispice de G. Cuper, Harpocrates (1676)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 9.
Légende J. de Baen, Portrait de G. Cuper (c. 1681-1689)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 10.
Légende L.-Ph. Mouchy, Harpocrate, dieu du silence (1789)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/10533/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bricault, « Harpocrate au secret. De quelques anamorphoses d’Horus l’Enfant », Pallas, 108 | 2018, 257-268.

Référence électronique

Laurent Bricault, « Harpocrate au secret. De quelques anamorphoses d’Horus l’Enfant », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/10533 ; DOI : 10.4000/pallas.10533

Haut de page

Auteur

Laurent Bricault

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals