Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Avant-proposAvant-propos

Avant-propos

Avant-propos

Pierre Moret, Christian Rico et Claude Domergue
p. 9-12

Texte intégral

1« Ça sent la naphtaline », nous avait répondu Pierre Sillières quand, il y a quelque temps, nous lui avions présenté le projet de lui offrir ces Mélanges. Certes, c’était avec le sourire. Loin de nous pourtant la volonté de vouloir l’embaumer, ni de sacrifier par simple convention à un rite bien ancré dans les traditions universitaires. Il s’agissait tout simplement de rassembler les témoignages d’amitié et d’estime de ceux qu’il a rencontrés au long de sa carrière et avec qui, bien souvent, il a fait un bout de chemin sur les sentiers de la recherche. Tous ceux qui se sont associés à cet hommage lui sont d’une manière ou d’une autre redevables : collègues et étudiants, qui, tous, ont appris à ses côtés, face au Maroc et à l’immensité de l’Atlantique, sous le soleil d’Aragon ou encore parmi les champs de maïs et les vignes du Sud-Ouest…

2Saõ Cucufate, Belo, La Loba, Labitolosa, Saint-Bertrand-de-Comminges, Les Martys, Colomiers, Toulouse, Montans, Eauze, L’Estagnac ; l’Andalousie, le León, l’Aragon, les Pyrénées, l’Aquitaine… autant de lieux, de régions explorés en tous sens par un archéologue constamment sur les routes. L’image est facile pour définir ce grand spécialiste des voies romaines, auteur d’une thèse d’Etat monumentale sur les Voies de communication de l’Hispanie méridionale, qui a sillonné durant toute sa carrière le sud de la France et la péninsule Ibérique. Un voyageur qui, cependant, n’a pas eu peur de se sédentariser, sachant choisir avec soin les lieux où il pourrait exercer pleinement sa science. Belo en premier lieu. C’est peut-être le site que l’on associe immédiatement au nom de Pierre Sillières, c’est sans doute l’endroit où son nom est régulièrement évoqué à chaque fois qu’un archéologue français s’y rend. « ¿ Cómo va Pierre ? », nous avons entendu la question souvent, autour notamment du bar-restaurant Otero face à la plage, lieu où Pierre a eu, et conserve encore ses habitudes. Pierre Sillières, une légende à Belo ? Sans doute pas. Un enfant adoptif du pays certainement. Et en tout cas le digne successeur de Pierre Paris ; tiens, un autre Pierre…

3Nous ne retracerons pas ici la carrière de Pierre Sillières ; l’abondante bibliographie, donnée ci-après, est à elle seule éloquente et vaut mieux que de longs discours sur son inlassable activité. Et cette bibliographie ne cesse de s’enrichir ; des travaux sont sous presse, d’autres, et pas des moindres, comme la publication des fouilles de Labitolosa, en préparation, montrent que Pierre Sillières est loin d’avoir remisé son ordinateur pour se consacrer entièrement à ses autres passions. Car l’archéologie a bien été une des passions de Pierre, et comme tous les passionnés il a su la transmettre à ceux, nombreux, qui l’ont rencontré.

4Car derrière le chercheur qui a passé vingt-deux ans au CNRS – après trois années décisives à la Casa de Velázquez –, l’enseignant et le formateur n’étaient jamais loin. Ce n’est pas un hasard si la carrière professionnelle de Pierre Sillières commence et se termine sur une estrade : celle de professeur d’histoire et de géographie pour l’inaugurer, dans un collège de Corrèze ; celle de professeur des universités pour la clôturer, à Bordeaux III. Entre les deux, c’est sur les chantiers de fouille que le formateur s’est pleinement réalisé, montrant par l’exemple que la rigueur, la méticulosité et l’esprit de méthode pouvaient faire bon ménage avec l’enthousiasme et la bonne humeur. Les signataires de cet avant-propos peuvent porter témoignage de la générosité de son enseignement et de son accueil, que ce fût dans les salles de TD de l’Université de Toulouse-Le Mirail que faisait résonner une voix bien timbrée, dans le vaste bureau de directeur des études de la Casa de Velázquez, qu’il n’occupa que deux ans car il s’y sentait à l’étroit et comme bridé, loin du terrain, ou dans le fouillis de dossiers en cours du bureau de sa maison de Colomiers. D’après nos informations d’autres dossiers y sont encore ouverts, et c’est heureux !

5Pierre Moret et Christian Rico

Autour d’un bérét

6Quand j’évoque l’image de Pierre Sillières, c’est un caléidoscope qui surgit de ma mémoire : il m’apparaît accroupi autour de ses pieds de tomates dans son jardin de Gimont, taillant ses rosiers à Colomiers, savourant jamón de Teruel, Roncal et Tío Pepe, discourant sur le flair de sa chienne d’arrêt et ses exploits de chasseur, pataugeant dans le río Duerna, et dans mille autres circonstances.

7Mais je voudrais m’arrêter ici sur l’archéologue, non pas sur son travail – d’autres le diront sans doute –, plutôt sur sa silhouette, reconnaissable entre mille sur un chantier de fouilles : démarche rapide, pantalon kaki aux larges poches, chemise claire aux manches retroussées, tennis aux pieds, et surtout le couvre-chef gascon par excellence, lou bérét, un bérét porté naturellement, qui fait partie de l’individu, non pas un petit béret rond comme en portent les Parisiens, non, mais un bérét large, bien débordant, noir, bien sûr, de ceux qui coiffent les paysans gersois dans les marchés de Gascogne. Eux le « mettent » le plus souvent de guingois, penché sur une oreille. Pierre, lui, le tire vers l’avant, par commodité, car, comme tout bon Gascon, il n’aime pas le soleil (« Mets ton chapeau ! » lui disait sûrement sa mère quand il était enfant) : ainsi posé, son béret protège efficacement ses yeux et son regard des rayons solaires. Je n’ai jamais vu Pierre le nez chaussé de lunettes de soleil. Son béret lui suffit. D’autant qu’il le protège aussi de la pluie, et, comme il peut pleuvoir sur un terrain de fouilles, le béret joue aussi ce rôle.

8Mais une des fonctions les plus importantes du bérét de Pierre, c’est celle que je lui ai vu remplir la première fois qu’il a participé à une campagne de fouille. C’était aux Martys, en 1972. Baissé vers l’avant en effet, lou bérét créait sur le haut du visage de Pierre une zone d’ombre, d’autant plus profonde et sombre que le soleil était plus éclatant. Bref, on ne voyait pas ses yeux. Ainsi, lorsqu’en ces débuts d’après-midi de juillet, après le repas, Pierre, un carnet à la main, s’installait dans un carreau de la fouille (nous pratiquions alors la méthode Wheeler), dans l’angle le moins ensoleillé – mais à cette heure le soleil était au zénith, et l’ombre étroite –, on eût pu croire, de loin, qu’il dessinait quelque coupe. Mais, en s’approchant, on le voyait immobile, les yeux fermés : en bon Gascon qu’il est, il faisait sa sieste, coupé du monde par lou bérét. Ce béret, Pierre l’a promené sur tous les chantiers de fouilles qu’il a fréquentés, des Martys aux Coronas du León, de l’amphithéâtre de Purpan à Sâo Cucufate, de Belo à Labitolosa, de Santa Pola à La Loba, etc. Bref, lou bérét de Pierre est légendaire. Je voulais l’évoquer ici.

9« La prochaine fois, je vous le chanterai », pourrais-je terminer, empruntant ainsi le titre d’une actuelle émission de radio, chère à Michèle, l’épouse de Pierre. Mais je préfère laisser ce plaisir à un autre fervent porteur du béret, Alain Badie, qui, lui aussi, a beaucoup accompagné Pierre sur les chantiers de fouilles, en espérant que le jour où l’on remettra ce volume à notre ami, il sera là et voudra bien chanter Lou Bérét.

10Claude Domergue

Pierre Sillières, photographié par Max Armengaud à Belo, le 1er juin 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pierre Sillières, photographié par Max Armengaud à Belo, le 1er juin 1994.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11301/img-1.png
Fichier image/png, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Moret, Christian Rico et Claude Domergue, « Avant-propos »Pallas, 82 | 2010, 9-12.

Référence électronique

Pierre Moret, Christian Rico et Claude Domergue, « Avant-propos »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/11301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.11301

Haut de page

Auteurs

Pierre Moret

Articles du même auteur

Christian Rico

Articles du même auteur

Claude Domergue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search