Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Avant-proposDe la pince au vase du banquet en...

Avant-propos

De la pince au vase du banquet en passant par le magnum…

Pierre Rouillard
p. 13-15

Texte intégral

1Mon cher Pierre,

2Foin de nostalgie entre nous, les deux « Pedro ». Mais des souvenirs, plus encore des expériences, des apprentissages communs qui m’amèneront – contre une de mes habitudes – à user du « moi » pour parler de « toi ». De notre premier contact à Belo, sur ce qui était à l’époque le chantier de fouille de la Casa de Velázquez, à l’automne 1974, je garde le souvenir de mon initiation à la fouille d’un site romain. De fait, tu me surveillais – un mot faible pour qui connaît ton art du verbe, de l’ordre, de l’objurgation – de la route qui traversait encore le site et qui séparait nos secteurs de fouille ; toi, au sud-est du forum, tu fouillais des boutiques, et moi, au sud de la basilique, je dégageais ce qui reste du bâtiment alors dénommé, faute d’une identification explicite, « l’édifice aux deux escaliers ». Tout ceci peut, comme ici, être écrit de manière linéaire, mais que d’ordres, de cris pour expliquer – à juste titre, avouons-le– une stratigraphie, pour identifier telle sigillée italique, gauloise, hispanique, ou telle ou telle « claire ». Sans doute ne croquions-nous pas les tessons comme le fait un de mes excellents maîtres ; pourtant nous aurions pu le faire tant le Chiclana était là pour se nettoyer la bouche. Et ne parlons pas de relevés ; sur le Détroit nous faisions au mieux des dessins : en effet il n’était pas encore imaginable, « à l’époque », de travailler avec un architecte, ou de disposer d’un quelconque matériel de relevé (le niveau était « attrapé » avec un tuyau rempli d’eau…).

3Et, toujours la céramique romaine, quand j’attendais de pouvoir reprendre mes pérégrinations dans les musées à la recherche des vases et fragments grecs mis au jour dans les sites ibères : elle a été, cette céramique, notre pain quotidien pendant un mois, à l’issue des campagnes de 1974 et 1975. Au programme, l’étude de chaque fragment mis au jour. Et ce, avec deux outils. Le premier était la pince, pour obtenir une cassure franche et propre, et pour entendre le verdict : « putain cette pâte, tu vois bien que c’est de la D ! » (traduisons, un fragment de céramique sigillée claire D). L’autre outil, était, surplombant une pièce qui elle-même ouvrait sur le jardin de la Casa de Velázquez et plus loin sur la Sierra, un magnum d’Armagnac ; une bouteille qui attirait bien des collègues de la Casa qui s’interrogeaient sur les cliquetis qui sortaient de notre séminaire et sur ces « cailloux » et autres « gravillons » qui jonchaient le sol. Là encore, Pedrito était le maître d’œuvre et nous savons tous combien il a formé de jeunes céramologues à Toulouse ou Bordeaux. Les résultats étaient là ; en un mois tout le matériel était étudié et la liste des signatures de potiers dressée. Et nous avons même commis ensemble une typologie d’une catégorie de vases peints, de filiation ibérique, mais de formes romaines.

4Le reste de l’année, nous menions chacun de notre côté nos enquêtes sans oublier d’échanger sur nos rencontres avec tel ou tel collègue, tel ou tel collectionneur ou érudit des villes et villages que nous traversions. L’un traquait les milliaires – et le souvenir de sa relation de la découverte de quatre milliaires au fond d’un barranco de la province de Jaén en 1975 est encore bien vivace dans mon oreille – et suivait les voies, le volant dans une main, une carte et une photographie aérienne dans l’autre, ce qui parfois l’a conduit dans un fossé… L’autre traquait le tesson grec. Un long inventaire qu’il fallait faire et qui m’a retenu jusque dans les années 1980. Il fallait faire ce travail, je pensais devoir le faire, et les cartes de répartition gardent toute leur utilité.

5Pierre Sillières avait peu d’intérêt pour le « bel objet » : preuve en est son goût pour casser un tesson afin d’en découvrir mieux la pâte… Je partageais cette attitude qui n’était que rarement contrariée par le panorama qu’offre le répertoire des vases grecs trouvés dans la péninsule Ibérique : surtout de la vaisselle attique à vernis noir et une céramique à figures rouges dont le premier intérêt ne réside pas, le plus souvent, dans la qualité et l’originalité du décor. Bien rare fut chez moi la tentation d’envisager de manière exclusive, voire même prioritaire, le travail du peintre, – un choix qui ne doit probablement pas être aussi simple pour mes collègues confrontés au matériel des fouilles et des collections étrusques ou magno-grecques. Face à ces ensembles de vases grecs mis au jour dans la péninsule Ibérique, que l’on peut qualifier de « modérément artistiques », mon centre d’intérêt s’est porté sur la diffusion (quel mot horrible pour certains aujourd’hui, mais par quoi le remplacer ?), puis sur la production – soit le travail du potier –, le choix des formes, la place et le rôle des marchands ; finalement, image ou pas, le contexte et l’usage devenaient mes centres d’intérêt.

6L’étude des usages et des contextes a été marquée par plusieurs étapes : la réflexion sur l’emporion, la rédaction avec Michel Gras et Javier Teixidor de L’Univers Phénicien, la préparation de l’exposition Les Ibères, notamment avec Carmen Aranegui, tout comme les fouilles de la nécropole ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante) ou de Santa Pola (Alicante). Sur ce dernier site, Pierre Sillières était aux commandes de la fouille : je cherchais, nous cherchions l’Alonis grecque, et cela dût l’attirer ; mais ensemble, avec une belle équipe de jeunes membres et futurs membres de la Casa nous avons dû nous rendre à l’évidence que La Picola était une habitat ibérique ayant fortement intégré des traits grecs. Là, comme à Belo, Pedrito nous menait de main de maître pour dégager, avec des interventions ponctuelles, les grands axes de cet habitat. Une fois de plus Pedrito montrait qu’il était un homme de terrain, avant d’être, aussi, homme de cabinet, car nous avons pu mener à bien la publication de La Picola en trois ans.

7Tisser tous les fils de cette démarche sur le contexte et les usages du vase grec n’a vraiment été possible qu’au travers d’une entreprise collective (une de plus), quand avec Annie Verbanck nous avons monté une programme de recherche intitulé « Le vase grec et ses destins » qui a connu une expression publique large avec les expositions de Mariemont, Avignon et Madrid entre 2003 et 2005. De tout cela il me sied de tirer quelques leçons pour nos études sur le vase grec dont le charme n’était pas (totalement) indifférent à Pierre Sillières, dans une période où les travaux sur l’iconographie semblaient mobiliser l’essentiel des forces de la discipline.

8Cernons ces leçons, car elles peuvent ouvrir quelques pistes de travail. La forme du vase me semble être le point de départ de toutes ces réflexions, tant pour saisir un usage que pour reconnaître un statut particulier aux vases grecs trouvés loin de leur mère patrie. Les aspects quantitatifs sont alors essentiels pour disposer d’une grille de lecture des usages selon le lieu de découverte : habitat, nécropole ou sanctuaire. Il est ensuite possible de réfléchir sur les détournements de fonctions, ou sur l’usage tardif ou résiduel de tel ou tel vase.

9La péninsule Ibérique, principalement à l’est et au sud d’une ligne qui passerait par les actuelles villes de Perpignan, Cuenca et Huelva, reçoit d’abord – en terme de quantité, et ce pour la période des arrivages les plus massifs, entre 425 et 330 av. J.-C. – des vases pour boire et manger. Et pour un usage quotidien ou funéraire (le vase grec étant à peu près étranger aux sanctuaires ibères), les formes varient peu, cratères en cloche, coupes sans tige, bols, skyphos. Les conditions de transport (capacité des vases à être emboîtés et empilés) et les usages ont induit un répertoire. L’un est restreint, celui que j’appelle le « service andalou » composé du cratère en cloche et de la coupe sans tige, un autre plus ample comptant bols, bolsal et skyphos. Vases du banquet dit-on, à juste titre pour les mondes grec ou étrusque ; mais dans la Péninsule, s’agissant d’un usage funéraire, je vois plutôt une cérémonie, certes collective, plutôt proche de la libation : les vases sont jetés sur les cendres encore incandescentes du bûcher du défunt avant que les fragments soient réunis dans un espace déterminé ou laissés diffus. Un autre usage funéraire est celui du contenant : le cratère sert d’urne et le bol sert de couvercle.

10A partir de telles observations faites sur de nombreux sites, il est alors loisible d’envisager le débat sur le commanditaire qui choisit – et transmet au marchand, au potier, selon des modalités que l’on ignore et que nous continuerons probablement d’ignorer –, ou sur une adaptation par l’usager à ce qui lui parvient. Un tel débat est particulièrement riche, tant les pratiques varient de région à région : dans le sud-est de la péninsule la libation sur le bûcher est bien attestée, quand en haute Andalousie le cratère est utilisé comme ossuaire. L’Andalousie si chère à Pierre Sillières devient alors un terrain de réflexion à approfondir encore – et là se pose de manière crue la question des modalités de transmission des usages –, quand dans le seul établissement grec connu de la péninsule, Emporion-Ampurias, le vase à boire grec n’accompagne que rarement le grec défunt, mais souvent les Ibères.

11Au centre de ce débat se situe l’acteur du choix, l’Ibère ; que ce choix soit conditionné en partie par les contraintes du transport et pour partie par une connaissance – du fait du négociant – des goûts et choix d’un usager situé à l’autre bout de l’oikouménè.

12Pour mener à bien une telle enquête, comme pour mener à bien une enquête de l’ampleur de celle de Pierre Sillières sur les voies de circulation en Andalousie, il faut d’abord avoir une empathie avec les hommes et le pays où est conduit le travail. Pierre Sillières a cette empathie qui n’a d’égale que son enthousiasme qu’il sait communiquer et faire partager.

13Pierre Rouillard

1431 janvier 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rouillard, « De la pince au vase du banquet en passant par le magnum… »Pallas, 82 | 2010, 13-15.

Référence électronique

Pierre Rouillard, « De la pince au vase du banquet en passant par le magnum… »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/11308 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.11308

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search