Navigation – Plan du site
Itinéraires gallo-romains

Pratiques onomastiques auscitaines

« Auscitan onomastic practices »
Georges Fabre et Jean-Pierre Bost
p. 29-41

Résumés

L’étude du corpus épigraphique de la cité des Ausques révèle en premier lieu la part relativement importante occupée par les noms uniques ou surnoms à consonance grecque ou celto-gauloise, la présence de noms « aquitains » dans le chef-lieu et la prédominance des anthroponymes latins ou d’apparence latine. Cette enquête permet par ailleurs de souligner la porosité entre les types de noms, que traduit le passage, entre deux générations d’individus, d’une composante à une autre (avec cependant des retours en arrière), étant entendu que la présence de « noms de couverture » intégrés dans l’ensemble des noms latins ou apparemment latins reste difficilement observable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aux textes réunis par O. Hirschfeld au CIL XIII et par P. Wuillemier aux ILTG, ajouter Lapart, 1988 (...)
  • 2 Où sont implantées les nécropoles. Sur la définition de ce suburbium, correspondant à une zone d’en (...)
  • 3 Ont été éliminées de ce compte les inscriptions CIL 452 et CIL 472, qui concernent la cité de Toulo (...)

1Pour rendre hommage à notre ami, Gersois de sang et de cœur, nous proposons quelques remarques sur l’anthroponymie de la cité des Ausci, telle qu’elle est révélée par la documentation épigraphique1. Nous avons parfaitement conscience des limites d’une telle enquête, établie à partir d’un corpus relativement restreint qui comprend 105 documents parfois incomplets, dont 73 proviennent du chef-lieu et de son suburbium immédiat2 et 32 du reste du territoire de la cité3. Au total, ce sont 14 gentilices et près de 120 cognomina ou noms uniques qui sont conservés ou qui peuvent être restitués.

2Les études onomastiques concernant l’Aquitaine méridionale ont en général soulevé deux interrogations parfois transformées en certitudes :

  • la domination d’un fonds « aquitain » qui serait le reflet d’un particularisme que les auteurs anciens ont souligné, notamment dans le domaine de la langue ;

  • l’existence, connue dans les autres régions de l’Occident romain, d’un processus de latinisation des noms issus du milieu « indigène », processus mis en œuvre dès le ier siècle de notre ère, à en croire nos documents épigraphiques.

  • 4 Révisés dans le cadre de la préparation du volume des ILA concernant la cité des Ausques.
  • 5 Sur ce thème, développé dès la fin du xixe siècle par les travaux de J. B. Keune et systématisé plu (...)

3Un analyse plus fine des documents disponibles4 suggère cependant de ne pas limiter l’enquête aux seuls thèmes de l’assimilation ou de la « résistance » des populations locales aux normes latines, mais à étendre celle-ci à d’autres aspects des pratiques onomastiques. Il apparaît tout d’abord qu’à côté de noms assurément de type « aquitain », la place d’un répertoire « celto-gaulois » n’est pas négligeable. Même chose pour les noms grecs ou à consonance grecque, tandis que, parmi les noms apparemment latins, on doit s’efforcer d’isoler ceux qui peuvent être des noms de traduction ou des noms « de couverture »5. Enfin, le dossier invite aussi à relever, lorsque des filiations sont indiquées, les cas de conservatisme mais aussi les interpénétrations reliant les divers répertoires. C’est ainsi que pourra éventuellement se dégager une vision plus dynamique de ces phénomènes complexes mettant en jeu des choix dont la portée était à la fois sociale et culturelle.

1. Noms/surnoms grecs et onomastique servile

4Vingt surnoms ou noms uniques à consonance grecque sont connus, dont la plupart concernent sûrement ou probablement des esclaves ou des affranchis.

  • 6 CIL 447 nomme une lanipendia distribuant la laine à des ouvriers ou des ouvrières dans un atelier. (...)
  • 7 C. Antistius Threptus se conduit en évergète en offrant des sièges sans doute à la schola des sévir (...)
  • 8 Dans la cité voisine des Convènes est mentionné un Antistius Syntropus qui a pu avoir un lien avec (...)

5Soulignons avant tout la place occupée la famille et par les dépendants des Antistii qui se sont distingués au plan local par l’exercice du flaminat (445 : une des deux seules mentions en Aquitaine) et par celui du sévirat (ILTG 135, seul exemple connu dans la zone). Les surnoms et noms des dépendants relèvent d’un répertoire peu connu dans cette partie de l’Aquitaine : Ceph[alio] (453), Lezbia et Syneros (447), Threptus (ILTG 135). On y ajoutera d’autre porteurs du gentilice, membres affranchis de cette familia : Byblis, Eutyches, Protogenes (11023), auxquels on peut joindre C. A(ntistius) Eutychianus. On a l’impression que la qualité (surtout des affranchis), le nombre des individus, organisés en une familia tournée notamment vers le travail de la laine6, la richesse de certains d’entre eux7 trouvent une sorte de prolongement prestigieux dans le caractère distingué (dans tous les sens du qualificatif ) de ces noms qui devaient nettement trancher dans l’onomastique de la cité8.

6Tout aussi remarquable est le surnom de C. Afranius Graphicus affranchi d’une autre grande famille ausque (444, cf. 448) : son surnom (exceptionnel à l’échelle de l’empire et même à Rome) exprime à lui seul son statut de lettré. Curateur des citoyens romains, il a bénéficié après sa mort d’une épitaphe non exempte de vantardise, gravée sur une importante plaque de marbre moulurée d’environ 1,70 m de largeur !

  • 9 Il s’agit de la seule mention de cette tribu dans la nomenclature d’un affranchi signalé dans les G (...)
  • 10 Ces deux personnages ont sans doute vécu dans la seconde moitié du iie siècle (mention des deux maî (...)
  • 11 Lörincz, 1999, p. 68 ne cite que notre document et CIL 11008 qui relève de la cité de Toulouse, don (...)
  • 12 Delamarre, 2003, p. 224.

7Relevant d’un groupe moins défini socialement, plusieurs L. Iulii affranchis sont connus par des épitaphes gravées sur des plaques ayant pu appartenir à un monument funéraire collectif (467, 468). Ils portent des surnoms totalement inconnus en Aquitaine méridionale, Helico et Onesime, ou sans équivalent dans le stock des noms grecs d’Occident (ce qui peut leur avoir conféré une valeur gratifiante), tel Onesicrates, probablement créé à partir du surnom de la mère du personnage. Un quatrième personnage, portant les mêmes prénom et gentilice et associé à d’autre Iulii, mentionne son appartenance à la tribu Palatina, autre signe de distinction9 ; malheureusement seules ont été conservées les deux lettres initiales de son surnom So[- - -], qui devait être lui aussi de type grec (469). À ces noms doivent être ajoutés ceux d’un esclave impérial, Eutyches (465 = 11027a) et d’un possible affranchi des Antonins, Aelius Panc[arpus] (437 = 11020)10. Le statut de Zan[nis ?], dont le nom, rare, est parfaitement inconnu dans la zone aquitaine, est sans doute servile (11027). Incertains, enfin, sont les statuts de C. Iulius Coeranus (478), dont le surnom apparaît une seule autre fois en Aquitaine méridionale11, de M. Erucius Comicus (Lapart, 1991b) patron d’un affranchi, de Domitia Charite (442) ou de Melissus (Fabre et Lassure, 1984) dont le nom peut aussi bien être considéré comme gaulois12. Quoi qu’il en soit, les trois derniers noms, en dehors de ces exemples, sont parfaitement inconnus au sud de la Garonne.

8Par ailleurs, ces dépendants forment des cellules familiales qui apparaissent le plus souvent fermées, qu’il s’agisse d’esclaves, ce qui semble normal, ou qu’il s’agisse d’affranchis. Syneros et Lezbia, des co-esclaves, sont parents de Flora (447) ; L. Iulius Helico et sa compagne Iulia Onesime sont les parents de L. Iu(lius) Onesicrates (467-468) ; C. Antistius Protogenes, conjoint d’Antistia Erotis, est le père d’Antistia Byblis. C. A(ntistius) Eutychianus est le compagnon d’Antistia Severiana (11022) ; l’épitaphe de L. Iul(ius) So[...] lui associe un C. Iulius et deux Iuliae (469). C’est dans une proportion moindre que ces personnages nouent des relations matrimoniales hors de leur groupe d’origine : Aelius Panc[arpus] est l’époux d’une certaine Holox, dont le nom traduit une origine locale (465 et 11027a) et C. Iulius Coera[nus] semble lié à une certaine Oiso ( ?) dont le nom, s’il n’est pas celui de l’osier (oisos), échappe assurément à une connotation grecque (478). Mais tous deux, on l’a vu, ne sont pas forcément des affranchis.

  • 13 Le niveau social de M. Erucius Comicus (Lapart, 1991b) est sans doute moins élevé.

9Il faut donc insister sur le caractère à part de ces noms uniques ou surnoms. Comme les unions endogamiques que contractaient leurs porteurs, ils contribuaient au prestige de ces personnages, qui n’hésitaient pas à intégrer dans leur nomenclature les tria ou duo nomina de leur patron ou de leur maîtresse, souvent des notables (447, probablement 453, ILTG 13513).

  • 14 Et non pas des noms grecs : l’un d’eux appelle même son affranchi Bambix.

10Cette particularité invite à comparer notre échantillon en le comparant, par exemple avec les mentions, tout aussi nombreuses, d’une vingtaine d’esclaves et d’affranchis que livre la cité voisine des Convènes. Dans cette dernière, les noms à consonance grecque sont exceptionnels : Chio, Eros, Narcissus, Philetus. Dans la cité des Ausci, un seul patron pérégrin est attesté, Silvinus qui a donné à son affranchi un nom d’apparence latine, Albinus, ce dernier ayant donné à sa propre affranchie un nom gaulois, Cambuxa (449). Chez les Convènes, les patrons pérégrins sont majoritaires. Certains portent des noms aquitains : Belex, Sembecco(n), [Sem]bedo, Sennetarus, Siradus, Ulohoxus mais ils donnent le plus souvent à leurs esclaves ou affranchis des noms d’apparence latine14. Remarquable est le fait que les esclaves ou affranchis des grandes familles du secteur portent eux aussi des surnoms à consonance latine : Fortunatus, actor de Petronia Magna ; Geminus, qui évoque ses conservi ; M. Iulius Geminus qui invoque telle divinité « pro salute dominorum », tout comme Felicissimus esclave de Siradus ; Geminus esclave de Q. Iulius Balbus, maître à la nomenclature distinguée.

11Ces différences entre deux cités qui ont reçu en même temps le statut latin traduit le fait que dans la cité des Ausci une ambiance plus élégante, un certain étalage de culture semblent avoir présidé au choix de noms à consonance grecque d’allure plus châtiée. Pour expliquer cela on pourrait avancer que les inscriptions auscitaines concernent majoritairement le cadre urbain, alors que les témoignages épigraphiques recueillis dans la cité convène, en particulier ceux qui se rapportent aux familles les plus huppées, ont été relevés hors du chef-lieu. Cela pourrait expliquer aussi le faible nombre d’esclaves femmes connues chez les Convènes.

12Pour terminer, il nous faut aborder la question de la chronologie de ces indications qui, si l’on tient compte notamment des formulaires funéraires, concernent essentiellement les deux premiers siècles de notre ère :

  • Ier siècle : 444, 469, 11027 (sans formulaire) ; 447, 478, 11023, Lapart, 1991b (Vivos, Viva, theta nigrum) ;

  • Plutôt iie siècle : 467, 468, 11022 (invocation aux dieux Mânes) ; 437 + 11022, 465 + 11027a (serviteur impérial ; gentilice Aelius) :

  • Probablement iiie siècle : 442 (Aurelius ; DM et Memoriae).

13Il apparaît que, selon ces critères, les serviteurs des Antestii sont attestés durant tout le Haut-Empire.

2. Noms de type celto-gaulois

  • 15 Si l’on lit CENSONIUS (455) et non CENSORINUS ; les noms OSA et OISO (479 et 478) sont difficilemen (...)

14La présence de ces noms (21, dont 19 sûrs15) impliquerait de régler préalablement le problème chronologique lié à l’implantation des individus concernés au centre de la petite Aquitaine. S’agissait-il de descendants de familles ou de personnes immigrées antérieurement à la conquête ou d’arrivants attirés par les nouveaux développements notamment économiques que l’organisation augustéenne des cités et l’essor urbain qui lui fut lié ont générés ?

  • 16 Trois cas seulement (CIL 455, 457, 553), ce dernier avec la mention VIVOS. Dans Schenck, 2003, la m (...)

15Faute de documentation concernant les états les plus anciens, notre réponse sera purement conjecturale. Cependant, si l’on tient compte des formulaires épigraphiques utilisés, on voit qu’une nette majorité des attestations appartient au Ier siècle de notre ère : la rareté de l’invocation aux dieux Mânes16, la simple indication des noms, l’absence de toute formule funéraire, avec l’emploi du nominatif ou l’utilisation de la formule VIV, semblent aller dans ce sens. On pourrait donc conclure à la présence précoce de certains de ces éléments « gaulois ». Remarquable aussi est le fait que tous les personnages connus sont très probablement des pérégrins que signale leur nom unique. Deux cas sont cependant à mettre en exergue : celui d’Unagilla (CIL 42* = AE 1989, 510 = AE 1992, 1232) sans doute l’épouse d’un notable (dont les noms ont disparu) auquel a été octroyé l’honneur exceptionnel d’obsèques publiques, et celui de Saleduna, épouse du citoyen C. Octavius Faustus, qui avaient donc bénéficié, par des unions réussies, d’une véritable promotion sociale.

  • 17 Qu’il faut sans doute substituer à NEXIUS, parfait hapax.
  • 18 Pour Delamarre, 2003, p. 59, il s’agit bien d’un nom « gaulois » qui n’a d’ailleurs pas été décliné (...)
  • 19 La lecture SOEMUTUS donne un nom inconnu par ailleurs. Il faut penser que la minute de l’atelier de (...)

16Les noms à consonance gauloise, qui concernent aussi bien le territoire de la cité que le chef-lieu, sont les suivants : [A]nextus (439)17, Attaiorix18 (463), Aucasus (553), Belissima (457), Buculina (Schenck 2003), Cahennna (ILTG 136), Cambuxa (449), Comba[romarus ?] (458), Dunaius (456, 459), Iana (ILTG 137), Igillus (463), Illaus (477), Matico (475), Namm [ius] (Schenck 2003), Saleduna (477), Solimutus (475)19, Tautinnus (483), Toutaronia (459), Unagilla (42*).

  • 20 2003, p. 237
  • 21 M.-Th. Raepsaet signale à Cologne (CIL 8342) un Ocellio dont presque toute la famille porte un nom (...)
  • 22 Delamarre, 2003, p. 272 ; M.-Th. Raepsaet le dit d’assonance celtique (Dondin-Payre et Raepsaet- Ch (...)

17La place de ce répertoire est peut-être plus large si l’on tient compte, par exemple d’un nom comme Ocellio, considéré comme latin mais que Delamarre20 range parmi les noms gaulois, ce qui est sans doute justifié ici, puisque le personnage concerné est le père de Matico21 (475). C’est possiblement le cas de Macer dont nous avons ici le seul exemple connu au sud de la Garonne (456). C’est peut-être aussi le cas de Seranus que ce même auteur revendique comme gaulois22, ce qui pourrait être ici suggéré par le fait que le fils de ce personnage est marié à la fille de Solimutus (471).

  • 23 Voir Delamarre, 2003, p. 295-296 ; Gorrochategui, 1984, p. 279-280.
  • 24 Alors que le nom gaulois est Caenna.
  • 25 Gorrochategui, p. 163-164 ; Delamarre, 2003, p. 269-270 et 314.
  • 26 Gorrochategui, 1984, p. 154-155.

18Inversement, on relève d’intéressantes « aquitanisations » de certains de ces noms : c’est le cas de Tautinnus où TAUT- remplace TOUT- et est complété par un thème en nasale, lui-même caractérisé par la gémination du N avant la désinence latine23. Autre cas, celui du nom Cahenna marqué par la présence d’un H intervocalique, caractéristique de l’Aquitaine méridionale, et, encore une fois, par la nasale géminée24. Plus problématique est la possibilité que l’anthroponyme Bersegus (456) aurait représenté l’aquitanisation d’un nom gaulois Versegus, jusqu’ici non attesté, formé sur un préfixe ver(o) et un élément sego fréquent en milieu celtique25 ; là encore le fait que le fils du personnage ait épousé la fille d’un Dunaius pourrait renforcer cette proposition. Plus problématique encore est le cas du nom Bam[bix] ou Bam[biolus] (Fabre et Lassure, 1984) très répandu en Aquitaine méridionale et que Gorrochategui rattacherait, avec réserve il est vrai, à une racine celtique et à des noms gaulois tels Banuus, Banillus etc.26

  • 27 Il faut sans doute lire Felix Igilli f(ilius) sibi e[t nom au datif ] / Attaiorig(is) F(ilio) Patri
  • 28 On ne voit pas, en raison de l’état du document, quelle est la nature du rapport unissant Cahenna e (...)

19Les porteurs de noms à consonance gauloise sont-ils restés fidèles de génération en génération à leur patrimoine onomastique ? S’il est clair qu’Igillus est sans doute le petit- fils d’Attaiorix (463)27, Toutaronnia, la fille de Dunaius (459), Namm(ius), le père de Buc(c)ulus (Schenck 2003), et Illaus le père de Saleduna, certains enfants de parents porteurs de tels noms ont reçu une denomination empruntée à la tradition onomastique aquitaine : Belexeia est la fille de Dunaius (455), Titiluxsa est celle de Solimutus, et Torsteginnus est le fils d’Urupatis28. D’autres unions traduisent des rapprochements entre les deux éléments de la population : Belexeia fille de Dunaius a épousé Macer, fils de Bersegus et Saleduna est l’épouse du citoyen C. Octavius Faustus, fils d’Ahoissus (477). Il y a donc eu, ici comme partout, avec la perméabilité sociale, une large fluidité ou perméabilité onomastique étendue également au domaine latin ou d’apparence latine : Macer et Belexeia nomment leur fille Sabina (456), alors que Cahenna, peut-être fille de Sambilius, est l’épouse de Venustus lui-même fils d’Ulohossus (ILTG 136) ; Felix est le fils d’Igillus (463), Severa est la fille de Tautinnus (483), Urbicus est peut-être le fils de Ianna (ILTG 137).

  • 29 Sur le sujet, on lit toujours avec profit Christol, 1995.

20La cité d’Auch apparaît donc comme une sorte de creuset précoce où les passages d’un registre onomastique à un autre ne sont pas rares29 ; ils ne concernent pas que l’adoption de noms latins (ou à consonance latine) par des prérégrins relevant d’une tradition gauloise, mais ils peuvent relever aussi d’une contamination plus ou moins marquées entre les pratiques de ces derniers et une anthroponymie sans nul doute d’origine aquitaine.

3. Noms aquitains

  • 30 Nous avons déjà signalé, à propos des anthroponymes à consonance gauloise, que nous ne savions pas (...)

21Notre inventaire compte 26 noms uniques aquitains, ce qui correspond à moins d’un quart des noms connus ici. Tous sont portés par des personnages dépourvus de gentilice30, très certainement des pérégrins.

  • 31 Dans la mesure où Pancarpus n’a pas d’équivalent féminin, il faut considérer que le nom Holox[ ?] e (...)

22En voici la liste alphabétique : Ahoissus (477), Balexeia ou Baiexa (455), Belexeia (456), Bam[bix ou –biolus] (Fabre et Lassure, 1984), Bersegus (443), [Bon ?]xus (AE 1989, 516), Bortossus (443), Derus (485), Ed[unx ?] (489), Esp[…] (Fabre & Lassure 1984), Herrus (479), Holox (465 + 11027a31), [O]mbele[x] (496a), Orguarra (485), Orcuarus ou Orguarus (461), Oscitaris (ILTG 138), Sambilius (ILTG 136), Sambo (485), Sembus (434), Semperrus (Fabre et Lassure, 1979), Silabina (443), Silex (AE 1989, 511), Tarlebissus (450, 484), Tar(r)o[s ?] (479), Torsteginus (487, Ulohossius (ILTG 136).

  • 32 Nous renvoyons à l’ouvrage classique de Gorrochategui, 1984, notamment à l’étude de synthèse, p. 35 (...)

23Cet échantillon présente un certain nombre des principales caractéristiques, notamment phonologiques, de l’onomastique « aquitaine »32, à savoir :

    • 33 Y avait-il, y compris au sein du chef-lieu de la cité, coexistence, voire confrontation non seuleme (...)

    la pratique de l’aspiration (h) y compris en milieu de mot33 ;

    • 34 Notons les graphies Xembus et Xembesus, le x- étant neutralisé en s-, sur les plaques d’Hagenbach.
    • 35 Toujours sur les mêmes documents, on lit Bambixxus et Obbelexxus, avec insistance sur le x final.

    la présence très fréquente des deux catégories de sibillantes s en début de mot34 et x(s) à la fin35 ;

  • la fréquente gémination des vibrantes rr.

  • Le recours au suffixe –xe utilisé exclusivement dans l’anthroponymie féminine.

  • 36 Gorrochategui, 2003.

24Remarquons aussi que ces divers noms sont, à quelques exceptions près, connus dans le reste de l’Aquitaine et notamment chez les Convènes et que par ailleurs, ainsi que le montrent les plaques d’Hagenbach36, plusieurs étaient encore largement utilisés dans la seconde moitié du IIIe siècle : Bambixxus, Belexus, Bonxu(s) Obbelexxus, Sembus/Xembus/Xembesus.

  • 37 Balexeia ou Baiexa, Bam[biolus ou –bix], Derus, Ed[unx], Esp[…], Orguarra, Oscitaris, Sambilius, Sa (...)
  • 38 Autres prescriptions testamentaires de pérégrins et mentions de monuments aux abords d’Auch : 450, (...)

25La répartition de ces noms dans l’espace montre que seulement 13 d’entre eux sont apparus en dehors du chef-lieu et de son suburbium37, ce qui interdit d’opposer des campagnes conservatrices à un milieu urbain où l’adoption de modes de dénomination importés aurait été plus systématique. Par ailleurs, il serait excessif de conclure que le niveau économique de ces pérégrins porteurs de noms traditionnels était inférieur à celui des « urbains » en général. Il n’est que de se référer aux dispositions testamentaires qui, dès le Ier siècle, concernent de tels individus : le texte le plus complet dans ce domaine, datant du Ier siècle (485) et mentionnant un mausolée (monumentum) dont l’implantation est précisée, a été découvert à Barran38.

  • 39 Mention de DM : Baiexe, Ed[unx] ?, Orcuarus, Oscitaris.

26La chronologie liée à ces noms montre que la pratique épigraphique dans ces milieux s’est assez généralisée dès le ier siècle : absence de formule funéraire (Ahoissus, Sambilius, Torsteginnus, Ulohossius), VIV en tête d’épitaphe (Belexeia, Bersegus, Derus, Orguarra, Sambo), theta nigrum (Silex et peut-être Sambilius et Ulohossius), unité militaire (Bortossus et Silabina)39.

  • 40 Nous renvoyons à la belle synthèse de Gorrochategui, 1993.

27Enfin, il est bien établi qu’une part importante de ces anthroponymes ont des correspondants dans l’anthroponymie des ibères ou intègrent un certain nombre d’éléments connus dans la langue de ces derniers40.

4. Noms latins ou d’apparence latine

4. 1. Les gentilices

  • 41 Trois probables gentilices sont incomplets : […]uleius (CIL 443), […]+dius (CIL 490), [..]cil[…] (C (...)
  • 42 La lecture de CIL 454 qui pourrait indiquer une seconde occurrence n’est pas assurée.

28Notre corpus réunit moins d’une quinzaine de gentilices41 dont certains ne sont indiqués qu’une seule fois : Anteius (450), Attius (435)42, Domitia (442), Erucius (Lapart, 1991b, p. 337), Iun[ius] (AE 1989, 518), Macrius, a (473). Les gentilices impériaux, Aelius (465 + 11027a), Aurelius (442) sont eux aussi peu illustrés, ce qui correspond à leur faible implantation dans l’Aquitaine méridionale.

  • 43 Cf. la présence de C. Iulii affranchis à Lugdunum Convenarum (CIL 275) et à Guétary (Étienne et al.(...)

29Les différentes représentations du gentilice Iulius, qu’il s’agisse de C. Iulius (469, 478), de L. Iulius (466 à 469) ou peut-être de T. Iulius, lui confèrent une plus grande diffusion. L’absence de formule funéraire, la mention VIVA laissent supposer une datation dans le ier siècle pour les deux premiers témoignages cités, alors que les épitaphes des L. Iulii affranchis (466-468), introduites par l’invocation aux dieux Mânes, sont plus tardives. Nous avons déjà indiqué que les plus anciens témoignages concernent sûrement ou probablement des affranchis et que c’est un L. Iulius précoce (469) qui indique une nomenclature normalisée intégrant son inscription dans la tribu Palatina : peut-être a-t-on avec ces personnages, dont nous avons souligné la cohésion, les représentants d’une première vague d’immigrants (ou leurs descendants directs) venus d’Italie ou de Narbonnaise43. Plus exceptionnelle est la mention d’un C. Octavius Faustus, fils d’un Aquitain, Ahossus (477). Le type d’inscription (absence de toute formule funéraire, forme des lettres) suggère une datation dans la première partie du Ier siècle. Il est cependant regrettable de ne pas savoir à qui le personnage devait la citoyenneté.

30Parmi les gentilices inconnus ailleurs en Aquitaine et qui pourraient revéler une origine non locale figure celui des M. Erucii (Lapart 1991b), sans doute originaires de la Narbonnaise, dans la mesure où c’est dans cette province que le gentilice est le plus répandu et où — s’il ne s’agit pas d’une coïncidence étonnante — notre affranchi M. Erucius Saturninus a un quasi homonyme, Saturninus Eruci f(ilius), à Nîmes (CIL XII, 3879), et à une date que la formule funéraire initiale VIV invite à placer dans le ier siècle. Enfin, tout aussi inconnu dans le reste de notre Aquitaine, le gentilice patronymique Macrius, Macria (473), formé sur le nom Macer, attesté par ailleurs (456), peut signaler une naturalisation obtenue viritim ou par le droit latin — au IIe siècle (DM) ou peut-être après 212 — du moins si notre personnage en est bien le premier porteur.

  • 44 ILTG 135 est datée du milieu du siècle selon M. Labrousse ; les formulaires des épitaphes CIL 447 e (...)

31Insistons pour finir sur le caractère prestigieux des deux gentilices Afranius/a et Antistius/a dont nous avons déjà indiqué, à propos des dépendants de ces deux familles de notables, qu’il avaient été portés dès le ier siècle en ce qui concerne le premier nom (444, 448) et dès le milieu de ce même siècle dans le cas du second44.

4. 2. Les surnoms ou noms uniques latins ou à consonance latine

  • 45 Cf. aussi CIL 452 et la mention d’une Antistia Talseia, à Gimont, près de la limite entre les cités (...)

32La cité d’Auch en a produit une cinquantaine d’où émergent, chez les citoyens, des surnoms souvent distingués : c’est le cas de Clarus (444, 448) et de Tertullus/a (444) portés dans la famille des Afranii. C’est aussi le cas d’Arullianus (451, hapax à l’échelle de l’empire), alors que le flamine C. Antistius Severus (445) porte un cognomen qui, ici comme ailleurs en Aquitaine, est porté par des pérégrins fortement liés au milieu aquitain (483, Fabre et Lassure, 1984). Cela pourrait indiquer que cette famille avait intégré des individus issu du milieu local45.

33Les noms des autres ingénus sont parfois bien attestés dans l’ensemble de l’Aquitaine méridionale : Faustus/a (477), Rufina (447, ILTG 136), Sabinianus (435), Severiana (11022). Mais d’autres y sont peu connus voire inconnus : Florentinus (466), Prisca (473), Saturninus (Lapart, 1991b), Serenus (le seul autre exemple aquitain est celui de C. Iulius Serenus chevalier évergète de l’époque trajanienne à Lugdunum), Tertinus (442) qui peuvent refléter une origine directe ou indirecte étrangère au fonds ethnique local. Sans parler de Ge[ta/tulus ou/tulicus ?] (464) que nous hésitons à prendre en compte Les noms uniques latins ou d’apparence latine portés par des pérégrins relèvent pour une large part d’un registre bien connu dans l’ensemble de la petite Aquitaine et notamment dans la cité des Convènes : Albinus (449, 553), Fausta (461, cf. 477 déjà cité), Iullus (455, 474), [I]ullinus (496f), Ingenuus, a (486, 441, 11025 ?, AE 1989, 517), Marcianus (433), Paratus (480), Primus (487), Rusticus (482, 11028), Sabina (456, 487), Secundus (457), Severus, Severa (cf. plus haut), Silvanus (11024), Silvinus (449), Taurus (485, 486) et Taurinus (485).

34D’autres, cependant, constituent des exceptions ou sont rares au sud de la Garonne : Amabilis (553), Avitus (AE 1989, 511), Cupita (463), Felix (463), Homul(l)us (Schenck 2003), Laeta (BSAG 1991), Laevina (553), Macer (456), Mandatus (11024, hors d’Ardiège), Martialis (474), Maxumilla (474), Modestinus ou Modestina (11025) Natalis (Saramon, inédit), Primigenius (434), Quadratus (474), Quartus et Quartina (481), Venustus/a (ILTG 136, 11026), Verecunda (487), Urbicus (ILTG 137).

35Quelques noms méritent réflexion :

  • Geselus, Cesellus (11021) est sans doute le fruit d’une réinterprétation locale de Caesellius, inconnu dans les Gaules (Lörincz, 1999, s.v.).

    • 46 Gorrochategui, 1984, p. 278.

    Tauricus (485), bien attesté dans la zone, et formé sur le nom latin Taurus agrémenté d’un suffixe aquitano-latin – icus, représente une création propre à l’Aquitaine méridionale46.

  • Frontaccus, fils de Tarlebissus, porte un nom inconnu par ailleurs, dérivé du latin Fronto, complété par le suffixe – accus, apparemment gaulois, mais qui a laissé d’abondantes traces dans la dénomination des domaines ruraux de l’Aquitaine méridionale (450).

    • 47 Gorrochategui, 1984, p. 230-231.

    Laureia (11021) pourrait être un dérivation du nom latin Laurus, Laura, mais pourrait tout aussi bien représenter une composition à partir d’une base aquitaine Laur- ( = Quartus/a) bien attestée au sud de la Garonne47.

    • 48 Schenck, 2003, 440 et peut-être AE, 1989, 518.

    Enfin, Titullus, Titul(l)inus48 sont des noms assez fréquents dans la région et ont donné lieu à une réinterprétation sous la forme Titiluxsa (471) caractérisée par un accolement du suffixe aquitain –xsa (cf. –xsus, –xson) marqué par la dittographie –xs-.

  • 49 Le cas de […]ulus Esp[…filius ? ?] (Fabre et Lassure, 1984) n’est pas assuré.
  • 50 50 Et peut-être AE 1989, 511 où sont mentionnés un Avitus et un Silex dont le lien de parenté n’est (...)

36Tout cela traduit encore une fois les contaminations et récupérations qui ont existé entre les différents répertoires et dont nous avons déjà souligné plusieurs aspects. Il convient donc d’examiner les exemples du passage de l’onomastique proprement « aquitaine » à une anthroponymie de type ou d’apparence latine. Nous avons relevé les cas suivants : Fausta fille d’Orcuarius (461) ; C. Octavius Faustus fils d’Ahoissus (477) ; Taurus fils de Derus et d’Orguarra (485) ; Primigenius fils de Sembus (434) ; Severus fils de Semperrus (Fabre et Lassure 1979) ; Verecunda fille de Torsteginus (487)49. Notons qu’à en juger d’après les formulaires funéraires, le processus a pu être enclanché assez tôt, ainsi que semblent l’indiquer 477, 485, 48750.

  • 51 S’il faut lire Censorinus et non Censonius (CIL 455), il y aurait là un autre cas, puisque Balexeia (...)
  • 52 Pour un exemple creusois : CIL 1442, qui nomme quatre personnages : le grand-père, Nertacus, le pèr (...)
  • 53 Redites récentes dans Bost, 2001, p. 184 ; Grupo Mérida, 2003, p. 365.

37Y a-t-il eu cependant des retours en arrière ? Ulohossius est le fils de Venustus (ILTG 136)51, Orguarra, la fille de Taurus (485), tandis que Sambo et Tauricus sont les fils de Taurinus et de cette même Orguarra (485). On pourrait donc se demander si, dans certains cas, le recours à des noms à consonance latine n’était pas ponctuel et donc superficiel. Mais ce serait aller un peu vite car, dans le cas de Taurus, on a l’illustration d’un phénomène bien attesté partout selon lequel on donnait communément au petit-fils le nom de son grand-père ou un nom relevant du même registre onomastique52. On ne s’étonnera pas non plus du fait que la fille d’un personnage à nom latin porte un nom « indigène » puisque le conservatisme onomastique féminin, plus marqué que pour les hommes, a été souvent relevé53.

  • 54 Les plus exhaustives et les plus sûres dans Dondin-Payre et Raepsaet-Charlier, 2001.
  • 55 Lefèbvre, 2001, p. 646, à propos de Verecundus.

38Arrivés à ce point de la réflexion nous devons nous poser la question de l’existence de « noms de couverture ». Devons-nous raisonner à partir des listes de noms qu’ont produites d’autres régions des Gaules54 ? Macer et Verecundus, par exemple, peu attestés dans l’Aquitaine ethnique peuvent-ils jouer le même rôle de Decknamen locaux que dans les régions celto-gauloises ? Ont-ils été portés par des individus originaires de ces dernières ? Ou font-ils simplement partie du stock de ces noms latins largement utilisés en Gaule pour des raisons diverses dans lesquelles la mode ou la routine onomastique tenaient une place aussi déterminante que l’éventuelle « résonance spéciale due à son assonance avec un nom celtique »55 ?

Conclusion

  • 56 1984, p. 355.

39L’onomastique auscitaine montre ainsi une situation complexe liée à l’interpénétration des traditions et à leur perméabilité qui ne s’exerce pas en sens unique. Cela explique par exemple, la difficulté, que souligne Gorrochategui56, à décomposer le nom de Torsteginnus ou celle que l’on a à classer des noms comme Oiso, Osa etc. Difficulté aussi à repérer des noms de couverture car si Belex est sans doute l’équivalent de Niger, ou Bors(us) de Quintus, il n’y a pas trace de l’un ou l’autre de ces noms latins dans l’Aquitaine méridionale ; le seul qui aurait pu jouer ce rôle serait Laureia ( = Quarta ?), mais si le nom dérive du latin Laura, cette équivalence n’est plus admissible. On se contentera donc de dire que, dans la cité d’Auch, que, au milieu du Ier siècle, Pomponius Mela célébrait comme la plus belle ville d’Aquitaine, la complexité onomastique accompagnait naturellement la complexité culturelle, patrimoine divers dans lequel les ancêtres gersois de notre ami se reconnaissaient avec sans doute moins d’états d’âme que bien des commentateurs d’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Bost, J.-P., 1997, Questions d’onomastique limousine, Trav. d’Arch. Limousine, 17, p. 51-62.

Christol, A., 2008, Hypercorrectismes et ascension sociale à Rome, dans L. Villard (éd.), Langues dominantes. Langues dominées, Rennes, p. 381-384.

Christol, M., 1995, De l’Italie à la Gaule méridionale, un transfert : l’épigraphie latine, Cahiers du Centre Gustave Glotz, 6, p. 163-181.

Colleoni, F., 2007, Le territoire de la cité d’Auch dans l’Antiquité, Thèse de doctorat de l’Université de Toulouse-Le Mirail.

Degavre, J., 1998, Lexique gaulois. Recueil de mots attestés, transmis ou restitués, et de leurs interprétations, 2 vol. , Bruxelles.

Delamarre, X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2e édition. DelaMaRRe, X., 2007, Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique, Paris.

Dondin-Payre, M. et Raepsaet-Charlier, M.-Th. (dir.), 2001, Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire romain, Bruxelles.

Étienne, R., Tobie, J.-L. et Chansac, M., 2006, L’inscription romaine de Guétary (Pyrénées- Atlantiques), Aquitania, 22, p. 75-81.

Fabre, G. et Lassure, J.-M., 1979, Les autels romains de Sariac-Magnoac, dans Tarbes et la Bigorre. Actes du Congrès de la Fédération des Sociétés Savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne (Tarbes, juin 1978), Tarbes, p. 47-60.

Fabre, G. et Lassure, J.-M., 1984, Note sur trois inscriptions gallo-romaines découvertes dans le Gers, RComminges, 97, p. 457-464.

Forier, S., 2001, Les anthroponymes formés sur des noms d’animaux en Gaule Narbonnaise et dans les provinces alpines, dans M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier (dir.), Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire romain, Bruxelles, p. 473-535. GoRRoChategui, J., 1984, Estudio sobre la onomástica indígena de Aquitania, Bilbao.

Gorrochategui, J., 1993, La onomástica aquitana y su relación con la ibérica, dans J. Untermann et F. Villar (éd.), Lengua y cultura en la Hispania prerromana. Actas del V coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica (Cologne, 25-28 novembre 1989), Salamanque, p. 609-634.

Gorrochategui, J., 2003, Las placas votivas de plata de origen aquitano halladas en Hagenbach (Renania-Palatinado, Alemania), Aquitania, 19, p. 25-47.

Grupo Mérida, 2003, Atlas antroponímico de la Lusitania romana, éd. Ausonius, Bordeaux-Santander.

ILALectoure = Fabre, G. et Sillières, P., 2000, Inscriptions Latines d’Aquitaine (ILA), Normes PETRAE. Lectoure, éd. Ausonius, Bordeaux-Santander.

ILTG = Wuillemier, P., 1963 (rééd. 1984), Inscriptions latines des Trois Gaules, Paris, 17e supplément à Gallia.

Lapart, J., 1988, Inscriptions et sculptures romaines récemment découvertes à Auch, Aquitania, 6, p. 125-140.

Lapart, J., 1991a, Inscriptions et sculptures romaines récemment découvertes à Auch (Gers), ancienne collection Bérot de Cologne, MSAMF, 51, p. 57-110.

Lapart, J., 1991b, Une nouvelle inscription romaine d’Auch, BSAGers, 92, p. 377-379.

Lefèbvre, S., 2001, À propos de la répartition du nom de Verecundus en Gaule et en Germanie, dans M. Dondin-Payre et M.-Th.

Raepsaet-Charlier (dir.), Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire romain, Bruxelles, p. 597-647.

Lörincz, B., 1999, Onomasticon Provinciarum Europae Latinarum. II, CABALICIVS-IXVS, Vienne.

Raepsaet-CharlieR, M.-Th., 2009, Citoyenneté et nomenclature. L’exemple de la Gaule du Nord, dans Fr. Hurlet (dir.), Rome et l’Occident (IIe siècle av. J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.). Gouverner l’Empire, Rennes, p. 359-382.

Schenck, J.-L., 2003, Une inscription funéraire récemment découverte à Tournan (Gers), Aquitania, 19, p. 301-309.

Solin, H., 1996, Die stadrömischen Sklavennamen. Ein Namenbuch, 3 vol. , Stuttgart.

Haut de page

Notes

1 Aux textes réunis par O. Hirschfeld au CIL XIII et par P. Wuillemier aux ILTG, ajouter Lapart, 1988 (cf. AE 1989, 510-518), Lapart, 1991a (cf. AE 1992, 1231-1234), et Lapart, 1991b. Dans la suite de l’article, les numéros employés isolément entre parenthèses renvoient à ceux du CIL XIII, qui contient, comme on sait, les inscriptions des Trois Gaules et des Germanies.

2 Où sont implantées les nécropoles. Sur la définition de ce suburbium, correspondant à une zone d’environ 3 milles autour de la ville proprement dite, voir Colleoni, 2007, passim.

3 Ont été éliminées de ce compte les inscriptions CIL 452 et CIL 472, qui concernent la cité de Toulouse, et CIL 440, qui est peut-être à rattacher aux Élusates. Inversement, nous avons intégré CIL 553 qu’O. Hirschfeld avait à tort placée dans le corpus d’Éauze.

4 Révisés dans le cadre de la préparation du volume des ILA concernant la cité des Ausques.

5 Sur ce thème, développé dès la fin du xixe siècle par les travaux de J. B. Keune et systématisé plus récemment par L. Weisgerber, voir les remarques préliminaires de M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001, p. iv-vii

6 CIL 447 nomme une lanipendia distribuant la laine à des ouvriers ou des ouvrières dans un atelier. Par ailleurs, le surnom Threptus peut renvoyer à un enfant recueilli, considéré comme esclave et nourri par une esclave de la gens.

7 C. Antistius Threptus se conduit en évergète en offrant des sièges sans doute à la schola des sévirs.

8 Dans la cité voisine des Convènes est mentionné un Antistius Syntropus qui a pu avoir un lien avec les Antistii ausques (73).

9 Il s’agit de la seule mention de cette tribu dans la nomenclature d’un affranchi signalé dans les Gaules : le personnage était-il originaire d’Italie ou de Narbonnaise ?

10 Ces deux personnages ont sans doute vécu dans la seconde moitié du iie siècle (mention des deux maîtres conjoints du premier ; gentilice et absence de prénom dans la cas du second). On ignore s’ils ont pu avoir quelque rapport avec le T. Aelius Leo procurator [Au]gus[t]orum mentionné dans la cité voisine de Lectoure (528 = ILALectoure, n° 29).

11 Lörincz, 1999, p. 68 ne cite que notre document et CIL 11008 qui relève de la cité de Toulouse, donc de la Narbonnaise ; or Solin, 1996, p. 338 indique deux exemples d’esclave et d’affranchi romains (« noms en rapport avec le monde divin ou mythologique »).

12 Delamarre, 2003, p. 224.

13 Le niveau social de M. Erucius Comicus (Lapart, 1991b) est sans doute moins élevé.

14 Et non pas des noms grecs : l’un d’eux appelle même son affranchi Bambix.

15 Si l’on lit CENSONIUS (455) et non CENSORINUS ; les noms OSA et OISO (479 et 478) sont difficilement classables, même si le second est suivi par un nom commençant par la séquence OLL-, très abondamment illustrée dans le monde gaulois selon Delamarre, 2003, p. 241.

16 Trois cas seulement (CIL 455, 457, 553), ce dernier avec la mention VIVOS. Dans Schenck, 2003, la mention DIS MANIBUS en toutes lettres suggère que l’utilisation de la formule n’était pas encore courante, ce qui pourrait aller dans le sens de la datation proposée par l’auteur, soit le milieu du Ier siècle.

17 Qu’il faut sans doute substituer à NEXIUS, parfait hapax.

18 Pour Delamarre, 2003, p. 59, il s’agit bien d’un nom « gaulois » qui n’a d’ailleurs pas été décliné au génitif : Attaiorig(i ou –is ?) ; Gorrochategui, 1993, p. 612 préférait ranger ce nom parmi les « hybrides » gallo-aquitains.

19 La lecture SOEMUTUS donne un nom inconnu par ailleurs. Il faut penser que la minute de l’atelier devait porter, pour indiquer LI, deux traits verticaux, au tracé plus ou moins voisin et donc interprétés par le graveur comme un E.

20 2003, p. 237

21 M.-Th. Raepsaet signale à Cologne (CIL 8342) un Ocellio dont presque toute la famille porte un nom celtique (Dondin-Payre et Raepsaet-Charlier, 2001, p. 421).

22 Delamarre, 2003, p. 272 ; M.-Th. Raepsaet le dit d’assonance celtique (Dondin-Payre et Raepsaet- Charlier, 2001, p. 448), et S. Forier en dit ceci : « le surnom Seranus n’est pas repris chez Kajanto, mais de nombreux noms sont formés sur la racine celtique sero » (Forier, 2001, p. 491, renvoyant à Degavre, 1998, p. 382).

23 Voir Delamarre, 2003, p. 295-296 ; Gorrochategui, 1984, p. 279-280.

24 Alors que le nom gaulois est Caenna.

25 Gorrochategui, p. 163-164 ; Delamarre, 2003, p. 269-270 et 314.

26 Gorrochategui, 1984, p. 154-155.

27 Il faut sans doute lire Felix Igilli f(ilius) sibi e[t nom au datif ] / Attaiorig(is) F(ilio) Patri.

28 On ne voit pas, en raison de l’état du document, quelle est la nature du rapport unissant Cahenna et Sambilius (ILTG 136).

29 Sur le sujet, on lit toujours avec profit Christol, 1995.

30 Nous avons déjà signalé, à propos des anthroponymes à consonance gauloise, que nous ne savions pas classer précisément les noms Oiso (478) et Osa (479). Nous ne savons pas par ailleurs comment compléter le nom [ ?]ataunn[..] (AE 1989, 518), que la diphtongue – au – et la double nasale pourraient faire classer parmi les anthroponymes aquitains. Par ailleurs, si aucun porteur de tels noms n’indique un gentilice, Anteius Frontaccus est le fils de Tarlebissus (450) ; Holox est l’épouse d’Aelius Panc[arpus] (465 = 11027a) ; Oiso est l’épouse de C. Iulius Coeranus.

31 Dans la mesure où Pancarpus n’a pas d’équivalent féminin, il faut considérer que le nom Holox[ ?] est féminin et qu’il pouvait être terminé par une désinence « latine » du type –x(s)is (ou –x(s)i au datif (sur ce dernier point, Gorrochategui, 1984, p. 223-224).

32 Nous renvoyons à l’ouvrage classique de Gorrochategui, 1984, notamment à l’étude de synthèse, p. 355-380.

33 Y avait-il, y compris au sein du chef-lieu de la cité, coexistence, voire confrontation non seulement des noms mais aussi des prononciations ? Des manières distinguées de prononcer le latin s’opposaient-elles à des pratiques plus « rustiques » (ou plus rudes) caractérisées en particulier par l’aspiration ? Sur ce point, illustré par une plaisanterie célèbre de Vespasien retenue par Suétone (Le divin Vespasien, 22.3), voir les remarques d’A. Christol concernant la ville de Rome (Christol, 2008).

34 Notons les graphies Xembus et Xembesus, le x- étant neutralisé en s-, sur les plaques d’Hagenbach.

35 Toujours sur les mêmes documents, on lit Bambixxus et Obbelexxus, avec insistance sur le x final.

36 Gorrochategui, 2003.

37 Balexeia ou Baiexa, Bam[biolus ou –bix], Derus, Ed[unx], Esp[…], Orguarra, Oscitaris, Sambilius, Sambo, Sembus, Semperrus, Torsteginnus, Ulohossius.

38 Autres prescriptions testamentaires de pérégrins et mentions de monuments aux abords d’Auch : 450, 456 477, 480, 487.

39 Mention de DM : Baiexe, Ed[unx] ?, Orcuarus, Oscitaris.

40 Nous renvoyons à la belle synthèse de Gorrochategui, 1993.

41 Trois probables gentilices sont incomplets : […]uleius (CIL 443), […]+dius (CIL 490), [..]cil[…] (CIL 11025). Dans ce dernier cas, CIL propose avec réserve de restituer [Cae]cil[…].

42 La lecture de CIL 454 qui pourrait indiquer une seconde occurrence n’est pas assurée.

43 Cf. la présence de C. Iulii affranchis à Lugdunum Convenarum (CIL 275) et à Guétary (Étienne et al., 2006). Notons que dans la cité voisine des Élusates un C. Iulius et une Iulia sont issus du milieu local (CIL 555) sans que nous puissions assurer qu’ils ont reçu la citoyenneté sous Auguste.

44 ILTG 135 est datée du milieu du siècle selon M. Labrousse ; les formulaires des épitaphes CIL 447 et CIL 11023 permettent de remonter un peu plus haut dans ce même siècle. Le nom apparaît aussi sur les inscriptions CIL 445 et 453 chez les Ausci, et dans les cités voisines de Toulouse (CIL 452, Gimont) et des Convènes (CIL 73, 177), et il est encore attesté à Auch au moins au iie siècle (DM : CIL 451, 11022).

45 Cf. aussi CIL 452 et la mention d’une Antistia Talseia, à Gimont, près de la limite entre les cités d’Auch et de Toulouse.

46 Gorrochategui, 1984, p. 278.

47 Gorrochategui, 1984, p. 230-231.

48 Schenck, 2003, 440 et peut-être AE, 1989, 518.

49 Le cas de […]ulus Esp[…filius ? ?] (Fabre et Lassure, 1984) n’est pas assuré.

50 50 Et peut-être AE 1989, 511 où sont mentionnés un Avitus et un Silex dont le lien de parenté n’est cependant pas connu.

51 S’il faut lire Censorinus et non Censonius (CIL 455), il y aurait là un autre cas, puisque Balexeia ou Baiexa est la fille de ce personnage.

52 Pour un exemple creusois : CIL 1442, qui nomme quatre personnages : le grand-père, Nertacus, le père, Paulinus, le fils, Nertacus et le petit-fils, Paulinus. On y verra la preuve que, pour se nommer, partout, citoyens et pérégrins puisaient, et apparemment sans hésiter, dans leur double (voire triple dans l’Aquitaine méridionale) patrimoine onomastique.

53 Redites récentes dans Bost, 2001, p. 184 ; Grupo Mérida, 2003, p. 365.

54 Les plus exhaustives et les plus sûres dans Dondin-Payre et Raepsaet-Charlier, 2001.

55 Lefèbvre, 2001, p. 646, à propos de Verecundus.

56 1984, p. 355.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Fabre et Jean-Pierre Bost, « Pratiques onomastiques auscitaines »Pallas, 82 | 2010,  29-41.

Référence électronique

Georges Fabre et Jean-Pierre Bost, « Pratiques onomastiques auscitaines »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/11335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.11335

Haut de page

Auteurs

Georges Fabre

Université de Pau et des pays de l’Adour

Jean-Pierre Bost

Université de Bordeaux III, Institut Ausonius

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals