Navigation – Plan du site
Itinéraires gallo-romains

D’Augusta Auscorum à Besino

Recherches sur une section de la voie antique Burdigala-Tolosa
From Augusta Auscorum to Besino : investigating a section of the antique road Burdigala- Tolosa
Fabien Colleoni
p. 59-76

Résumés

La documentation archéologique récente, en particulier celle de la recherche aérienne, et les déductions toponymiques ont permis de restituer l'essentiel du tracé de la route Auch- Eauze, depuis la capitale des Ausci jusqu’au Besino de la Table de Peutinger. Les relais routiers de Vanesia et de Besino mentionnés dans les sources antiques ont été localisés, avec certitude pour le premier grâce à la révélation aérienne du site, et de façon vraisemblable pour le second. Enfin, la fouille pratiquée sur la voie à hauteur de la mutatio Vanesia de l’Itineraire de Bordeaux a Jerusalem a révélé deux chaussées superposées de factures très différentes : la plus ancienne est pourvue d'un empierrement de gros blocs, la suivante est revêtue d'un simple cailloutis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Baqué, 1938.
  • 2 Loubès, 1977.
  • 3 Prospections conduites en premier lieu par C. Petit-Aupert et P. Sillières et en second lieu par F. (...)

1Comme souvent dans l’étude du tracé des voies romaines, c’est l’existence de stations routières mentionnées dans les sources antiques, Besino figurée sur la Table de Peutinger et la mutatio Vanesia citée dans l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, qui a suscité les reconstitutions de l’axe Augusta Auscorum-Elusa. Les chercheurs Z. Baqué1 et G. Loubès2 voient deux routes parallèles, considérant que la discordance d’informations sur les relais entre la Table de Peutinger et l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem constitue la preuve de l’existence de deux routes. La toponymie a orienté les conclusions de ces auteurs. Si les noms de lieux sont d’un intérêt indiscutable dans l’étude du tracé de la voie Auch-Eauze, ils peuvent également induire en erreur en raison de leur imprécision chronologique. Les utiliser en complément des données archéologiques apporte des résultats suffisants pour retracer avec pertinence une grande partie de la voie Auch-Eauze en territoire ausque. En effet, les informations archéologiques se sont considérablement étoffées depuis les publications des érudits, singulièrement grâce à la mise en œuvre de prospections aériennes récentes3. L’étude des deux stations routières signalées dans les sources antiques introduit l’analyse car leur localisation facilite l’examen, en second lieu, du tracé de la route depuis la capitale des Ausci, Augusta Auscorum, jusqu’à Besino, l’étape de la Table de Peutinger. La fouille récente de la chaussée à hauteur de la mutatio Vanesia permet, en dernier lieu, d’évoquer la construction routière de cet axe de communication majeur de l’Aquitaine méridionale qui reliait Burdigala à Tolosa.

1. Les stations routières

1. 1. La mutatio Vanesia

  • 4 Le v latin devient b, le n s’élide, le e se ferme en i, le s se sonorise, le a final s’amuït.
  • 5 Walckenaer, 1839, p. 93
  • 6 D’Anville, 1760, p. 671-672.
  • 7 Baqué, 1938, p. 51
  • 8 « Vanesia de l’Itinéraire est sans aucun doute le lieu-dit Herrebouc » (Baqué, 1938, p. 51).
  • 9 À Peyrepont (Etat des sections, A, 744-745, 1835).
  • 10 La Turraque, vocable qui peut être évocateur d’une pile funéraire, correspond ici à une tour médiév (...)
  • 11 Loubès, 1977, p. 162-164.

2La mutatio Vanesia de l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, relation d’un pèlerinage effectué en 333, apparaît à XII lieues gauloises de Civitas Elusa et à VIII lieues de Civitas Auscius. D’autre part, on sait que le nom de la station, Vanesia, est l’étymon du nom Baïse4. Bien que les distances de l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem et la déduction toponymique aient offert une aire de recherche limitée, la localisation de Vanesia a suscité les suggestions les plus diverses. C’est ainsi que C. A. Walckenaer5 suggère Lézian, localité pourtant éloignée de 3 km de la Baïse. J.-B. B. d’Anville6, le premier, propose de situer Vanesia à hauteur de la Baïse. Plus précis, Z. Baqué voit dans le site de hauteur du Plan de Herrebouc, qui surplombe la rive droite de la Baïse, l’emplacement de la station qui succède, selon ses observations, à un « oppidum » identifié pour « ses talus abrupts », son « plateau en semelle de soulier », ses « restes de circonvallations » et ses « débris d’imbrices et de tegulae »7. Le site est cependant trop éloigné de la rivière, malgré les certitudes de Z. Baqué8. Enfin, G. Loubès localisera Vanesia sur la rive gauche de la Baïse. Son raisonnement repose sur l’étude du lieu-dit Peyrepont relevé dans le cadastre napoléonien9. Ce toponyme atteste l’existence d’un pont de pierre localisé à 230 m au nord d’une levée de terre perpendiculaire à l’axe de la rivière, identifiée avec la voie romaine par G. Loubès. Selon cet auteur, le procédé de construction du vocable Peyrepont plaçant le déterminant avant le déterminé indique une origine pré-féodale du mot. Le haut Moyen Age lui paraissant une période peu réputée pour la construction de ponts de pierre, G. Loubès considère que l’existence d’un tel ouvrage d’art se rapporte à l’Antiquité et qu’il doit être mis en relation avec le passage de la route sur la rivière. Il situe ensuite à proximité du Peyrepont un ensemble toponymique de rive gauche comprenant la Turraque10, le Village et le Barry. G. Loubès voit dans cet ensemble le souvenir de la mutatio Vanesia11.

  • 12 Colleoni, 1999, 1, p. 52.
  • 13 Colleoni, 1999, 2, p. 58-60.

3Compte tenu de l’absence de données archéologiques à l’appui des différentes propositions, une prospection systématique a été menée, en 1999, au nord du village de Saint-Jean-Poutge, de part et d’autre de la Baïse12. Elle a révélé trois gisements sur la rive droite : un petit habitat gallo-romain situé dans la plaine à La Molère ; sur la terrasse alluviale, au lieu-dit Bilan, une occupation mal caractérisée de la fin de l’âge du Fer proche d’un second petit habitat gallo-romain13. Au terme de cette enquête, l’identification de la mutatio Vanesia au site de La Molère avait été suggérée. Cette hypothèse avait été renforcée par la corrélation établie entre l’emplacement de ce gisement et des vestiges de chaussée observés lors des investigations de surface. Mais ce sont les prospections aériennes, favorisées par la sécheresse marquée de 2003, qui ont permis la révélation aérienne nette de la route et, à ses abords, du bâtiment de La Molère (fig. 1), au plan conforme à celui des stations connues en Gaule romaine, et par conséquent l’identification certaine de la mutatio Vanesia. Cet acquis de géographie historique met un terme aux diverses suggestions érudites qui hésitaient notamment entre le Plan de Herrebouc et le quartier du Village et du Barry de Saint-Jean-Poutge.

4L’établissement routier se développe perpendiculairement à la chaussée, vers le sud, sur une longueur de 40 m et une largeur de 32 m et dessine un rectangle sur lequel se greffent deux corps de bâtiments. La façade est pourvue de deux groupes de deux salles qui se répartissent de part et d’autre de la porte charretière. Celle-ci donne accès à une vaste cour fermée derrière laquelle se développe une deuxième cour, également ceinturée par des murs. Contre le mur de façade oriental, s’adosse vers l’est un corps de bâtiment compartimenté. Il se compose en effet de plusieurs pièces aux formes et aux dimensions variées. Dans cet ensemble architectural, on distingue au moins sept pièces, dont deux sont revêtues de sols en dur, et probablement une abside. Enfin, on observe à l’angle nord-ouest du bâtiment un espace de forme rectangulaire, à la surface maçonnée, qui forme saillie sur le mur de façade occidental de l’édifice.

  • 14 La fouille programmée de l’établissement de La Molère a commencé durant l’été 2009.

5Le site de La Molère a fait l’objet d’une série de sondages en 2009, qui n’ont concerné qu’une petite surface de la mutatio, si bien qu’il demeure difficile d’évoquer avec conviction la destination des composantes de l’édifice14. Les salles occidentales qui flanquent l’accès à la cour ont été partiellement dégagées et n’ont pas encore livré matière à déterminer leur fonction, mais leur distribution en façade et leur surface importante suggèrent des espaces liés à l’accueil des voyageurs. Le corps de bâtiment oriental, objet lui aussi d’un sondage, évoque la partie domestique avec ses nombreuses pièces. Les fouilles y ont mis au jour un puissant mur porteur et permettent d’envisager la présence de thermes en raison des découvertes d’éléments d’hypocauste dans un remblai. Les pièces aux sols maçonnés et la probable abside, situées à l’extrémité orientale de l’aile est, sont susceptibles de marquer l’emplacement d’un balnéaire, équipement habituel dans les étapes routières. La cour antérieure devait avoir, en partie au moins, vocation à servir d’aire de stationnement.

6Si les conclusions chronologiques ne sauraient être abouties alors que l’étude du mobilier est en cours de réalisation, il nous a néanmoins paru utile d’évoquer les premières hypothèses. Il apparaît en premier lieu que du mobilier de la fin de l’âge du Fer, consistant en fragments de céramique commune italique et d’amphores Dressel 1, laisse supposer l’existence d’un établissement précoce. La question des antécédents laténiens de Vanesia est donc posée, mais un important épandage de débris d’amphores italiques républicaines a été repéré en prospection au sol sur la terrasse alluviale à quelque 200 m au nord de la mutatio. Il se compose de nombreux fragments de Dressel 1 parmi lesquels quelques bords appartiennent au type Dressel 1A, attestant donc une occupation à l’époque préromaine. Il demeure toutefois difficile de préciser l’ampleur et la nature de cette occupation. Cela s’avère d’autant plus difficile que les prospections aériennes n’ont pas révélé de traces de cette occupation protohistorique, dans des conditions pourtant très favorables à la révélation de structures en creux. L’édifice en dur n’apparaît que dans la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère et ne semble pas déserté avant le dernier tiers du ive siècle. Dans l’état actuel des recherches, il reste bien des doutes sur l’évolution de l’occupation que devraient lever l’étude en cours des fossiles directeurs et la poursuite des fouilles.

  • 15 Thernot et al., 2004, p. 71-76.
  • 16 Fiches, 1996 et 2003.
  • 17 Thernot et al., 2004.
  • 18 Badan et al., 2000.
  • 19 Cité dans Thernot et al., 2004. 20 Fiches, 2003.
  • 20 Fiches, 2003.

7La révélation du plan de la mutatio Vanesia constitue un apport important à la connaissance de l’architecture des petites étapes routières de l’Aquitaine méridionale. Et il faut désormais la rapprocher d’une documentation renouvelée ces dernières années par l’apport de l’archéologie préventive, en particulier celle qui a été pratiquée dans la vallée de l’Héraut à l’occasion des travaux de l’A 75. Le site de Soumaltre15, à Aspiran, constitue de fait la référence morphologique la plus proche du bâtiment de Vanesia, même si ce dernier apparaît plus élaboré par l’orientation du bâtiment parfaitement transversale à l’axe de la voie, par une taille plus importante et par la plus grande partition de l’espace architectural. Le bâtiment A de Soumaltre, interprété comme une ferme-auberge, n’en possède pas moins une organisation symétrique et des équipements liés à l’accueil des voyageurs. Avec une ouverture charretière axiale bordée de deux salles symétriques, derrière laquelle un grand espace sans partition se développe dans des proportions comparables à celles de la cour de Vanesia, le bâtiment A de Soumaltre est conforme à une architecture des relais routiers assez classique si l’on y ajoute les équipements du quartier bas d’Ambrussum16. Dès lors, ces données de fouilles sont susceptibles de faire davantage la lumière sur les aménagements et les fonctions de la mutatio ausque. Par exemple, les fouilleurs d’Aspiran proposent des hypothèses intéressantes sur l’agencement du vaste espace antérieur, simple à Aspiran et double à Vanesia : des trois suggestions que les fouilleurs proposent, celle de l’identification d’une cour ouverte, sur les trois côtés de laquelle des structures légères pouvaient se distribuer, emporte leur préférence17 et doit être envisagée sur le site de La Molère. Sur le plan fonctionnel, la porte charretière et la cour antérieure constituent des « équipements indispensables au séjour des montures et des animaux de bât et de trait », également relevés sur les étapes de Brune d’Arles18, Bourbousson19, Ambrussum20, et se rapportent donc à l’activité d’accueil des stations. Autre équipement indispensable à l’accueil et au confort des voyageurs, les thermes, qui forment le bâtiment B de Soumaltre, mitoyen du bâtiment A à cour, sont aussi présents à Vanesia, révélés par la découverte de briques claveaux et d’éléments d’hypocauste, à hauteur du corps de bâtiment oriental.

1. 2. Le vicus de Besino

  • 21 P. Arnaud a proposé l’époque de l’empereur Julien (Arnaud, 1988, p. 312).

8Sur la Table de Peutinger, copie médiévale d’une carte du Haut-Empire retouchée après l’époque tétrarchique21 et représentant, sans réalité géographique, routes, villes et simples étapes, la station Besino apparaît à XII lieues d’Eliberre (Auch) et X lieues d’Elusa (Eauze). Le report des distances nous situe à Vic-Fezensac, dont le nom, formé sur le latin vicus, oblige à chercher la station dans cette commune. Sur la localisation de Besino, deux hypothèses doivent être étudiées.

  • 22 Baqué, 1912, p. 165-166.
  • 23 Il paraît néanmoins plus prudent de mettre en rapport Masbielh avec de vieilles ruines.
  • 24 Baqué, 1938.
  • 25 Nous les remercions pour l’aimable communication de cette découverte et pour les photographies qu’i (...)
  • 26 La tradition place le martyre de sainte Fauste, au début du IVe siècle, près de la voie romaine, au (...)

9Z. Baqué situe Besino dans le cimetière de Vic-Fezensac22. Outre l’argument toponymique selon lequel Masbielh serait un dérivé de mansio23, le raisonnement de Z. Baqué se fonde sur des observations archéologiques probantes24. Il signale en effet la découverte de tegulae et de nombreuses monnaies romaines dans le cimetière et propose de faire passer la voie à l’extrémité septentrionale du cimetière, données confirmées par les résultats d’une prospection aérienne conduite par C. Petit-Aupert et P. Sillières25 ayant révélé, sur une longueur de 120 m, un tronçon de chaussée empierrée au lieu-dit l’Hérété26 perceptible jusqu’au cimetière de Vic- Fezensac (fig. 2).

  • 27 Loubès, 1977, p. 167.
  • 28 Colleoni, 1999, p. 97 et 104-105.

10G. Loubès préfère retenir d’autres lieux-dits. Ses recherches cadastrales ont permis d’isoler trois microtoponymes qu’il juge susceptibles de se rapporter au vicus27. Il s’agit du Champ de la Vieille, de Pégin et de la Come de Taberne, localités anciennes à situer à proximité des lieux- dits de Gaillon et Piquet. Mais l’intuition de G. Loubès résiste mal à la réalité archéologique. Les prospections conduites dans la zone font seulement connaître la villa de Marcotte, édifiée probablement dans le champ de la Vielle, et son mausolée, établi à Samalens28. En définitive, G. Loubès s’est laissé abuser par la ressemblance graphique de Pégin et Besino et l’évocation d’une taverne à Taberne.

  • 29 Labrousse, 1980, p. 493.

11En revanche, la prospection du cimetière de Vic-Fezensac et de ses abords a livré quelques fragments de tegulae et un tesson de Drag. 29, qui suggèrent l’existence de niveaux archéologiques du Ier siècle et confirment les découvertes de Z. Baqué. A cela on doit peut-être associer les vestiges relevés, à quelque 300 m au sud, au voisinage oriental du terrain de sport du collège. M. Labrousse y a observé des restes de maçonnerie, datés du Ier siècle de notre ère par les découvertes céramiques (Hermet 9, paroi fine, céramique à engobe micacé)29. Si l’on admet que les deux zones archéologiques appartiennent au Besino de la Table, l’agglomération a pu se développer sur plusieurs hectares dès le Ier siècle de notre ère. De fait, les deux gisements existent au Ier siècle et appartiennent au quartier du Masbielh. Dans l’attente de fouilles, on peut proposer de situer Besino dans cette zone.

2. Le tracé de la route d’Augusta Auscorum à Besino (fig. 3)

  • 30 Tirer parti des restitutions antérieures est un exercice rendu difficile par la confusion des donné (...)

12Les découvertes archéologiques récentes, essentiellement aériennes, donnent un nombre important de jalons du tracé de la chaussée entre Augusta Auscorum et Besino. C’est pourquoi il n’a pas paru utile de répéter la totalité des hypothèses de nos prédécesseurs30, contredites par des faits archéologiques indiscutables, au premier rang desquels se place la localisation de la mutatio Vanesia. L’étude du tracé prendra donc pour point de départ la position de cette station de l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem et pour argumentation les données archéologiques étayées par les informations toponymiques. Il va sans dire que la vraisemblance l’emportera sur la certitude en bien des segments de la route non confirmés par des documents archéologiques.

2. 1. De Vanesia à la Civitas Auscius

2. 1. 1 De Vanesia à l’Auloue : un tracé établi en continu par l’archéologie aérienne

13Les clichés aériens du site de Vanesia permettent d’observer un long tronçon de chaussée, sur une distance de 180 m, traçant une ligne oblique vers la Baïse. Il rejoint la rivière là où G. Loubès s’étonnait de devoir situer le Peyrepont, à quelque 200 m au nord de la levée de terre qu’il assimilait à la voie romaine. Il n’y a plus à s’en étonner : le toponyme Peyrepont s’applique au point de franchissement de la Baïse par la voie romaine, zone qui laisse apparaître des blocs lorsque les eaux sont basses ; et la levée de terre, toujours visible, correspond à un chemin d’époque indéterminée. On peut donc raisonnablement penser que la voie romaine débouchait sur un pont de pierre.

  • 31 Vestiges photographiés en premier lieu par C. Petit et P. Sillières.
  • 32 Archives départementales du Gers, E. suppl. 1079, Terrier de Biran, xve siècle, s.d., f° 112 (Loubè (...)

14Dans le prolongement du segment de route qui longe la mutatio Vanesia, les photographies aériennes révèlent deux tronçons supplémentaires de la chaussée antique, l’un à La Molère, l’autre en direction de Malakof. La route est orientée nord-ouest/sud-est et apparaît en pointillés sur une distance de 500 m. La voie s’oriente donc vers le sud-est jusqu’au Bascou. De là, elle gravit un coteau pour rejoindre la ligne de crête où elle se confond avec l’actuel chemin du Bois Brûlé au terme duquel un tronçon de 350 m apparaît sur les photographies aériennes au lieu-dit La Caussade31 (fig. 4, p. 321). À La Caussade, au nom évocateur d’une route, la chaussée devient le camin herrat, le chemin ferré, d’après un livre terrier du xvie siècle32. On devine ensuite la trajectoire de la voie qui traverse le vallon de l’Arranchélan, passe à La Humade dans l’axe de la limite communale et débouche dans la partie basse de la vallée de l’Auloue. Dans ce fond de vallée, au Boupat, la photographie aérienne permet de reconnaître la chaussée sur une distance de 250 m (fig. 5, p. 321) et atteste le franchissement de la rivière. Le tracé est donc certain entre La Baïse et l’Auloue et la voie adoptait les crêtes pour tirer au plus droit.

2. 1. 2. De l’Auloue à Auch : un tracé bien incertain en l’absence de témoins archéologiques sûrs

  • 33 Dupouey, 1982, p. 5.
  • 34 Sur les piles funéraires du Gers, voir Sillières, Soukiassan, 1993.
  • 35 Lafforgue, 1851, II, p. 161-162.
  • 36 Loubès, 1977, p. 165-166.
  • 37 Baqué, 1938, p. 53-54.

15Selon les travaux anciens, la voie devait gravir le versant oriental de l’Auloue par le Pétarrot pour atteindre la ligne de faîte qu’elle suivait par Larroque, les moulins de Coubot et d’Anton. Il s’agit de la route de crête actuelle, traditionnellement appelée Chemin de César33, recouvrant vraisemblablement pour l’essentiel une chaussée antique. À Peyrelongue se dresse une pile funéraire qui borde le Chemin de César. La prospection systématique du secteur a révélé la villa de Mengot que l’on est tenté d’associer au monument funéraire. Située à 750 m au sud de cet édifice, la villa de Mengot n’entretenait aucune relation visuelle avec celui-ci, contrairement aux observations faites par C. Petit-Aupert et P. Sillières lors des prospections menées autour des autres piles gersoises34. Par conséquent, on peut penser que l’implantation topographique de la pile a été déterminée par le voisinage de la route. La pile et le message de représentation aristocratique qu’elle transmettait étaient ainsi perçus par le plus grand nombre. Cette donnée archéologique, ajoutée à la révélation aérienne du tronçon de voie au Boupat, autorise donc à retracer avec vraisemblance le parcours d’une chaussée antique de l’Auloue à Anton. En direction d’Auch, les données archéologiques deviennent extrêmement rares et imprécises. On peut évoquer une mention littéraire de P. Lafforgue du milieu du XIXe siècle qui signale l’existence d’une pile funéraire à Ourdax censée jouxter la voie romaine Auch-Eauze35. Le chemin qui passe à Ourdax étant susceptible de correspondre à la voie antique, et compte tenu du lien de voisinage fréquemment observé entre pile et route, on peut accorder quelque crédit à la suggestion de P. Lafforgue. Entre Anton et Auch, deux tracés ont été proposés. Celui de l’abbé Loubès borde La Hount du Rey, franchit le Talouch à gué, passe à Duran, Caubian et Saint-Bertranet36. Celui de Z. Baqué se distingue du précédent à hauteur du village de Duran à partir duquel il descend vers Auch par Ourdax et aboutit au faubourg de l’Oratoire, où il longe une nécropole37.

16Malgré la présence de monuments funéraires en bordure de la route décrite par G. Loubès, il faut tenir compte de l’allure générale du tracé, trop irrégulière, et préférer pour la grande route un parcours plus rectiligne longeant, au-delà du franchissement de la rivière au Boupat, la combe en rive droite du ruisseau de Larros. Le tracé est alors susceptible d’être repris par la D 350 puis par la RN 124 à partir du lieu-dit La Citadelle. Près de la ferme des Campanères, la chaussée abandonne sûrement le cours d’eau et gagne, par la crête, les abords de la capitale.

2. 2. De Vanesia à Besino

2. 2. 1. Les hypothèses antérieures

  • 38 Baqué, 1912, p. 7 et 1938, p. 54 ; Loubès, 1977, p. 164-167.
  • 39 Archives départementales du Gers, I. 3957, f° 280 ; I. 3960 (Loubès, 1977, p. 167).

17De Vanesia à Besino, deux tracés sont susceptibles de correspondre à la voie des Itinéraires et méritent donc d’être détaillés38. Selon les conclusions de G. Loubès, ils correspondent à deux routes parallèles, chacune desservant une station des sources antiques. Pour la voie de Besino, G. Loubès mentionne, immédiatement à l’ouest de la Baïse, le Chemin long identifié dans des documents du xve siècle39. Z. Baqué opte également pour cet itinéraire. Toujours en usage et situé au sud de Mastron, il s’inscrit dans l’axe de la voie romaine photographiée à Vanesia et suit un tracé rectiligne sur la ligne de faîte (fig. 6, p. 322). On perd sa trace à son croisement avec la D 103. De là, il est difficile de savoir si les tracés décrits par Z. Baqué et G. Loubès sont différents. Pour Z. Baqué, le chemin empruntait la Côte de la Justice, passait à La Glacière, longeait l’ancien monastère de Notre-Dame et parvenait au Masbielh que l’auteur assimile au Besino de la Table de Peutinger. Le tracé de G. Loubès, difficile à dessiner précisément à partir de son texte, paraît proche de la route actuelle qui passe par Gaillon et Marcotte.

  • 40 La corrélation du toponyme Bié, assorti de qualificatifs tels que longue et rouge, avec la voie rom (...)
  • 41 Colleoni 1999, p. 106.

18G. Loubès indique une autre route qu’il suppose desservir Vanesia. Il s’appuie sur le riche dossier toponymique de l’ancienne route royale. En premier lieu, le toponyme Bié Longue, contenu dans le livre terrier de Saint-Jean-Poutge et localisé près du lieu-dit Dané, offre l’intérêt d’avoir été associé à la voie romaine dans la commune d’Eauze40. A cette attestation toponymique de l’existence d’une ancienne chaussée s’ajoutent les microtoponymes Las Guilles, le Gleysia de Lausseignan, et Bille bieille, qui suggèrent l’implantation d’établissements voisins de la route, sûrement d’époques différentes. En particulier, le nom Bille, héritier du latin villa et associé à un cimetière médiéval connu par des informations orales, peut être mis en relation avec la villa de Frontignan41. Si l’origine antique de cette route rectiligne ne prête donc pas à discussion, trois écueils s’opposent à son assimilation à celle des Itinéraires antiques. Du passage de la Baïse à proximité de Vanesia, il paraît peu vraisemblable de faire bifurquer la route vers l’ouest jusqu’au tronçon de Bié Longue alors que le Chemin Long se situe dans le prolongement de l’axe de la voie établi à partir des vestiges archéologiques relevés entre La Caussade et Vanesia. D’autre part, la route qui passe à Frontignan aboutit au sud de Vic-Fezensac, secteur trop éloigné du cimetière, c’est-à-dire de la localisation de Besino la plus pertinente. Enfin, la présence d’une villa à Frontignan en bordure de cette route ne plaide pas en faveur de l’identification de la voie romaine, car les villae ne jouxtent généralement pas les grandes routes, aussi bien dans la cité d’Auch que dans nombre de cités de l’Occident romain.

2.2. 2. L’apport des données archéologiques

  • 42 Colleoni, 1999, p. 97 et 104-105.

19L’étude archéologique de la région de Vic-Fezensac a permis d’identifier à Samalens un monument funéraire, associé à un togatus, qui semble jouxter une chaussée42. Sur un tronçon de quelques mètres, celle-ci est matérialisée par un chemin en creux, devenu une haie au long de laquelle la présence de nombreux galets et des fragments de tegulae et de blocs de calcaire laisse supposer l’existence d’un axe de circulation gallo-romain. A quelques hectomètres à l’est, sur le plateau de Marcotte, la recherche aérienne a détecté les traces d’une chaussée qui matérialise le prolongement de la route observée au sol à Samalens (fig. 7, p. 323). La voie apparaît également sur le cadastre napoléonien. Même si les données archéologiques sont incertaines et nettement insuffisantes pour retracer avec certitude le parcours de la chaussée de Vanesia à Besino, les vestiges de Samalens et de Marcotte peuvent correspondre à ceux de la voie romaine, dans la mesure où ils ne sont guère éloignés du Chemin Long, survivance de la voie romaine, et du cimetière de Vic-Fezensac, localisation la plus vraisemblable de Besino.

20La reconstruction du tracé de la voie entre Vanesia et Besino, par le Chemin Long, Marcotte, Samalens, La Glacière et le cimetière, paraît donc plausible si l’on situe Besino au cimetière de Vic-Fezensac.

3. La structure de la chaussée à Vanesia

  • 43 Sillières, 1990.

21Depuis l’étude de Pierre Sillières sur les voies de communication de l’Hispanie méridionale43, il est acquis que les modes de construction des grandes routes romaines sont relativement standardisés. Sur les coupes stratigraphiques de chaussées romaines, il est en effet fréquent de relever l’existence d’un hérisson de fondation, de solides bordures, les margines, et d’un revêtement, le summum dorsum, qui correspond le plus souvent à un empierrement soigné. La présence d’un remblai qui surélève la route, l’agger, apparaît aussi fréquemment dans les chaussées. La mise en place de ces différentes strates d’une grande route répond au souci des ingénieurs romains d’assurer une construction bien armée et un bon drainage de la chaussée.

22Les fouilles de la route Auch-Eauze, à hauteur de Vanesia, permettent d’examiner la structure de cet axe de communication (fig. 8). Elles ont concerné une petite surface de 9 m nord-sud par 3 m est-ouest. L’étude de la chaussée a ensuite été conduite selon la méthode de la fouille en escalier par bandes parallèles de façon à conserver chacune des strates relevées jusqu’à la mise au jour du terrain géologique.

3. 1. La stratigraphie

23Sous l’US 1 de terre arable, est apparue l’US 2, d’une épaisseur moyenne de 0,20 m, qui correspond à une unité de terre argilo-limoneuse, contenant essentiellement des galets de dimensions moyennes (0,08 x 0,07 m ; 0,06 à 0,03 x 0,05 m). Sa structure est donc homogène et la répartition de ses composantes uniforme, même si, à l’interface supérieure de l’unité, on observe la présence de cailloux et d’éclats de calcaire (module moyen de 0,10 x 0,5 m) qui disparaissent à mesure que l’on descend dans la couche. Par conséquent, ces éléments de contamination proviennent du remaniement de l’unité supérieure.

24Les US 3 et 4 n’ont été localisées qu’aux extrémités sud et nord de l’emprise de la voie. Leur mise au jour a fait apparaître un profil en pente. L’US 3 (fig. 9), au sud, a été préservée sur une largeur nord-sud de 1,50 m, et l’US 4, au nord, sur une largeur nord-sud de 1,30 à 1,70 m. Si les éléments calcaires, éclats et cailloux de calcaire (modules de 0,18 x 0,15 ; 0,13 x 0,07 m ; 0,07 à 0,05 x 0,04 m) sont nettement prédominants, quelques galets et cailloux roulés sont également disséminés dans la couche. Ces inclusions sont prises et damées dans une argile bien compactée. La fouille a révélé que ces niveaux, de composition identique, c’est-à-dire confectionnés avec des cailloux et éclats calcaires, suivaient un pendage descendant vers les limites nord et sud de la route pour former des empierrements latéraux en pente.

25Les empierrements latéraux 3 et 4 sont couverts par une couche d’alluvions, l’US 5 au sud et l’US 6 au nord. Ces unités se composent d’une terre argilo-limoneuse beige contenant quelques galets et cailloux roulés. Dans ces dépôts naturels accumulés sur les empierrements latéraux de la route ont été piégées fort peu d’inclusions si ce n’est quelques éclats de matériaux de construction en terre cuite et de rares éléments mobiliers.

26L’US 7 est constituée d’un lit de blocs de calcaire, de dimensions variables, mais le plus souvent importantes : 0,38 x 0,20 m, 0,26 x 0,17 m, 0,12 x 0,10 m. Ces blocs sont posés à plat sur une terre argileuse de couleur brune. Cette structure, d’une épaisseur de 0,10 à 0,20 m, a été observée sur une longueur nord-sud de 4,80 m et sur une largeur de 1,75 m. Pour égaliser la surface de ces gros blocs et combler les creux entre ceux-ci, on a disposé des cailloux calcaires (0,03 x 0,04 m, 0,05 x 0,06 à 0,07 m) et quelques galets et cailloux roulés. Ces aménagements qui forment un assemblage compact s’observent en plusieurs points. Cette disposition soignée est particulièrement nette au centre de la chaussée. Dans cette partie, on note également la présence d’un épandage de chaux de couleur blanche contenant quelques galets et cailloux roulés.

27Aux extrémités de l’US 7, les unités 8, au sud, et 9, au nord, ont été isolées en raison de la présence de blocs de calcaire de dimensions nettement plus importantes (0,30 à 0,40 m de côté) que celles des blocs de l’US 7. Au sud, deux blocs ont été observés sur une largeur de 0,50 m alors qu’au nord, 6 blocs sont juxtaposés sur une largeur de 1,80 m.

28L’US 10 a été mise au jour sur une petite surface (1,75 m est-ouest m x 1,50 m nord-sud) de la partie nord-est du sondage. Elle se compose d’une matrice de terre argileuse, de couleur brune, dans laquelle sont disséminés des galets (0,10 x 0,08 à 0,05 m, 0,05 x 0,04 à 0,02 m) et des cailloux roulés. Exception faite de son épaisseur peu importante (0,05 à 0,10 m), elle présente les mêmes caractéristiques que l’US 2. Sa surface est régulière, sa composition homogène et ses composantes sont réparties de façon uniforme.

29L’US 11 a seulement été révélée sous l’US 10 et, par conséquent, sur une petite surface. Elle se caractérise par la présence de blocs de calcaire (0,28 x 0,11 m, 0,10 x 0,06 m, 0,18 x 0,14 m), disposés les uns à côté des autres. Certains sont nettement posés de chant. Cette unité repose directement sur le terrain géologique.

3. 2. L’interprétation : deux chaussées successives

30A cette étape de la fouille, l’interprétation de la coupe impose une certaine prudence, car la surface de la voie dégagée n’est pas suffisamment importante. La remarque vaut tout particulièrement pour les strates inférieures en raison de la méthode utilisée de conservation des différentes unités de la chaussée. Toutefois, il paraît plausible de restituer deux états de la voie, la chaussée initiale et sa réfection, par l’installation au-dessus de celle-là d’une seconde chaussée.

3. 2. 1. Etat 1 : la chaussée inférieure

31La première chaussée se matérialise par les US 7, 8, 9, 10 et 11 (fig. 10). L’identification de l’US 11 à un hérisson se fonde sur la disposition irrégulière des blocs de calcaire, leur forme de coin et leur disposition « de chant », procédé technique destiné à faciliter l’écoulement des eaux et fréquemment observé dans la construction routière des axes importants. La surface du hérisson a été égalisée avec de la terre et des petits galets (US 10).

32Aménagé sur ce lit de pose, le revêtement (US 7) semble composé de deux strates : une assise de grands blocs de calcaire posés à plat, complétée, singulièrement dans les interstices présents entre les blocs, par la mise en place d’un cailloutis calcaire. L’entretien de la route se manifeste par l’épandage d’une couche de chaux. Cette chaussée est vraisemblablement encadrée par deux bordures, consistant en gros blocs de calcaire, celle du nord (US 9) paraissant plus large que celle du sud (US 8). Ces probables renforts latéraux, dont les dimensions des blocs sont plus importantes que celles des pierres du revêtement, sont de niveau avec la bande de roulement de la chaussée. Pour l’heure, il n’est pas possible d’évoquer la datation de la construction routière, faute de traceurs chronologiques.

3. 2. 2. Etat 2 : la chaussée supérieure

33Les empierrements latéraux en pente (US 3 et 4) semblent constituer le revêtement d’un deuxième état de la voie. En effet, le cailloutis calcaire (US 3 et US 4), observé sur les deux côtés de la route, couvre l’unité 2, épais remblai de terre et de galets établi sur le lit de grands blocs de calcaire posés à plat (US 7). Aussi, ce cailloutis calcaire semble-t-il constituer le vestige, seulement conservé sur les côtés où il n’a pas été atteint par le soc des charrues, de la bande de roulement de la voie. Mais ce revêtement a disparu, détruit par les travaux agricoles modernes, sur la partie plane de la bande de roulement qui était plus proche de la surface du champ. Les éléments calcaires de cette bande de roulement disparue contaminent néanmoins le niveau supérieur de l’US 2, mais ils disparaissent à mesure que l’on s’enfonce dans la couche. Cet empierrement superficiel a été posé sur un remblai de terre et galets (US 2), d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur, couvrant la première chaussée.

  • 44 Sillières, Vernhet, 1985, p. 69.

34Ce sondage sur la voie antique Burdigala-Tolosa qui traversait Vanesia a donc permis d’effectuer un certain nombre d’observations intéressantes concernant la stratigraphie de la chaussée, et d’en proposer une première interprétation qui devra être confirmée par une autre fouille. Sur le premier état de la voie, formé d’un hérisson de fondation (US 11) et d’un puissant empierrement (US 7, 8 et 9) qui constituait sa surface, a été épandu un remblai qui a servi de support au cailloutis calcaire de la bande de roulement de la deuxième chaussée. Cette réfection de la chaussée, à l’instar de la seconde restauration de la voie fouillée à l’Hospitalet- du-Larzac par P. Sillières et A. Vernhet44, se caractérise par un changement technologique manifeste, avec la mise en place d’un revêtement homogène de petits cailloux et de terre. Cette transformation importante de la structure de la voie était peut-être destinée à rendre la chaussée plus souple et à améliorer la circulation des véhicules. On regrette, bien sûr, que la construction de la voie et cette grande réfection ne soient pas encore datées, faute de fossiles directeurs. Les fouilles prochaines devraient combler cette lacune.

  • 45 Sillières, 1990, p. 622.
  • 46 Sillières, 1990, p. 619-622.
  • 47 Salama, 1951, p. 68.

35Si cette lecture stratigraphique se confirmait avec la poursuite des fouilles, il serait permis de classer la route de Vanesia dans la catégorie des grandes routes bien conformées, avec son hérisson, son revêtement puissant et ses renforts latéraux. Du reste, l’examen de sa largeur plaide en faveur de l’identification d’une grande chaussée. La largeur de la bande de roulement des deux chaussées est sensiblement identique, de l’ordre de 4,80 m. Si l’on y ajoute les bordures pour la chaussée 1 on obtient une largeur proche de 6,50 m, et les pentes latérales de l’empierrement superficiel pour la chaussée 2, la largeur est alors de 6,80 m. Rappelons, à la suite de Pierre Sillières, que la largeur moyenne des bandes de roulement des grandes voies de l’Occident romain avoisine les 6 m : « Les principales chaussées avaient à l’époque impériale une largeur à peu près semblable, de l’ordre de 20 pieds environ, et assez fréquemment de 22 pieds »45. Par exemple, en Hispanie méridionale, les grandes voies comme la Via Augusta, la Via Italica-Emerita, le Camino de Aníbal, présentent le plus souvent une largeur qui oscille entre 6 et 7 m, la largeur la plus fréquente étant de 6,50 m, soit 22 pieds46. Pour l’Afrique du Nord, P. Salama donne des indications similaires, aussi bien sur la relative uniformité des largeurs de voies que sur les largeurs des chaussées destinées au roulage, rarement inférieures à 5 m47.

  • 48 Digeste, XLIII, 11, 1-2.
  • 49 Chevallier, 1997, p. 112-113.
  • 50 Notamment sur la Via Domitia : Castellvi et al., 1997, p. 17.
  • 51 Sillières, 1990, p. 640.

36Selon les différences de revêtement, Ulpien distingue trois types de voies : les viae silice (ou lapide) stratae qui sont dallées ; les viae glarea stratae, au revêtement composé de petites pierres, de galets ou de gravier ; et les viae terrenae, couvertes de terre damée48. Le revêtement de la deuxième chaussée de Vanesia correspond donc à la deuxième catégorie. La grande majorité des routes, en dehors du cadre urbain, appartenaient aux deux dernières catégories. Les coupes effectuées sur les routes romaines ont permis de caractériser la composition du revêtement, le summum dorsum, qui correspond, le plus souvent, à une couche compacte, homogène, constituée de pierraille damée. Comme les revêtements de la plupart des grandes voies romaines49, notamment en Gaule50 ou en Hispanie méridionale51, celui de la chaussée 2 de Vanesia se compose de petites pierres compactées dont les interstices étaient comblés par de l’argile, ce qui assurait la régularité de la surface de roulement et une bonne solidité à la route. Mais celui de la première chaussée, s’il comporte des petites pierres, nettement conservées au centre de la chaussée, n’en est pas moins doté de grands blocs calcaires qui le rapprochent dès lors de la première catégorie d’Ulpien.

37Ces hypothèses devront naturellement être mises à l’épreuve de l’élargissement des fouilles sur la voie, qui, espérons-le, donnera matière à déterminer la chronologie de la construction routière. Plus largement, il restera à savoir si le soin apporté à la construction s’explique par la proximité de la mutatio ou s’il s’applique à la totalité de la route en territoire ausque.

Conclusion

38Les recherches de nos devanciers ont abouti à des résultats intéressants en mettant en évidence le tracé de la voie romaine Auch-Eauze avec, certes, des approximations. Z. Baqué a identifié Besino à Vic-Fezensac tandis que G. Loubès a localisé le franchissement de la Baïse au Peyrepont, proche de la mutatio Vanesia. Mais le recours prédominant à la toponymie les a conduits à prendre en compte un très grand nombre d’indications. Ils ont ainsi proposé, pour la période antique, plusieurs tracés entre lesquels ils n’ont pu choisir, posant la question des variantes de parcours d’un itinéraire et de leur simultanéité éventuelle. Ces études ne bénéficiaient pas des méthodes d’investigation actuelles, en particulier de la prospection aérienne. C’est elle qui autorise, in fine, à situer sans ambiguïté la mutatio Vanesia et à restituer précisément une partie notable du tracé de la voie. Cependant, la section comprise entre Auch et l’Auloue demeure très incertaine faute de témoignages archéologiques. De l’Auloue à Besino, les nombreuses révélations aériennes de tronçons de chaussée mettent en lumière la rectitude du tracé et le choix topographique des ingénieurs romains de suivre autant que possible les lignes de crête pour traverser les interfluves gersois. Elles témoignent aussi de l’empierrement de la route compte tenu de la révélation de celle-ci sous la forme d’une bande claire. Si la fouille, à proximité immédiate de la mutatio Vanesia, ne donne pas de réponses à toutes les questions, notamment en matière de chronologie, elle a néanmoins permis d’identifier une grande route et sa restauration. La composition de la bande de roulement de la première chaussée est peu commune, avec ses gros blocs et son cailloutis. Elle atteste l’existence d’une voie à structure épaisse, contrairement à la deuxième chaussée qui adopte un revêtement sûrement moins onéreux, mais parfaitement carrossable.

Haut de page

Bibliographie

d’Anville, J.-B. B., 1760, Notice de l’ancienne Gaule.

Arnaud, P., 1988, L’origine, la date de rédaction et la diffusion de la table de Peutinger,

BSAF, p. 302- 321.

Badan, O., Brun, J.-P. et Congès, G., 2000, La brune d’Arles, une auberge en Crau, dans J. Chausserie-Laprée (dir.), Le temps des Gaulois en Provence, Catalogue d’exposition, Martigues.

Baqué, Z., 1912, Origine et développement de Vic-Fezensac, Bulletin de la Société Archéologique du Gers, 13, p. 163-167.

Baqué, Z., 1938, Les vieux chemins de la Gascogne, Bulletin de la Société Archéologique du Gers, 39, p. 25-57.

Castellvi, G., Camps, J.-P., Kotarba, J. et Perin, A., 1997, Voies romaines du Rhône à l’Ebre : via Domitia et via Augusta, Document d’Archéologie Française, 61, Paris.

Chevallier, R., 1997, Les voies romaines, Paris.

Colleoni, F., 1999, Les campagnes antiques aux confins des cités d’Augusta Auscorum et d’Elusa (communes de Lannepax, Marambat, Saint-Jean-Poutge et Vic-Fezensac), mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail.

Colleoni, F., 2007, Le territoire de la cité d’Auch dans l’Antiquité, thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail.

Dupouey, P., 1982, Domaines antiques, paroisses, communes : une évolution perçue à travers les documents, l’étude toponymique et l’inventaire archéologique d’un territoire (Ordan- Larroque, Gers), dans Actes de la IIIe journée des archéologues gersois, p. 5-29.

Fiches, J.-L., 1996, Ambrussum, une étape de la voie Domitienne en Lunellois, Montpellier.

Fiches, J.-L., 2003, L’apport des fouilles récentes (1993-2000) à la connaissance de la station routière d’Ambrussum, dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, T. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller (dir.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, Hommage à Guy Barruol (Revue Archéologique de Narbonnaise, Supplément 35), Montpellier, p. 49-58.

Labrousse, M., 1980, Informations archéologiques, Gallia, 38, p. 487-496.

Lafforgue, P., 1851, Histoire d’Auch, Auch.

Lapart, J. et Petit, C., 1993, Carte archéologique de la Gaule. Le Gers, 32, Paris.

Loubès, G., 1977, Sur la voie romaine Auch-Eauze, les stations de Vanesia et Besino, Bulletin de la Société Archéologique du Gers, 78, p. 157-173.

Salama, P., 1951, Les voies romaines de l’Afrique du nord, Alger.

Sillières, P., 1990, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Paris.

Sillières, P., 1997, Le paysage rural d’Elusa et la mise en valeur du territoire de la cité gallo- romaine d’Elusa (Eauze-Gers-France), dans I Coloquio Internacional sobre la romanización de Euskal Herria (Donostia, diciembre 1996), Isturitz.

Sillières, P. et Verhnet, A., 1985, La voie romaine Segodunum-Cessero à L’Hospitalet-du- Larzac, Aquitania, 3, p. 63-69.

Sillières, P. et Soukiassian, G., 1993, Les piles funéraires gallo-romaines du sud-ouest de la France : état des recherches, dans Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (ier s. av. J.-C.-Ve s. apr. J.-C.), Actes du colloque AGER, Orléans 7-9 février 1992, Suppl. 6 de la Revue Archéologique du Centre, p. 299-306.

Thernot, R., Bel, V. et Mauné, S., 2004, L’établissement rural antique de Soumaltre (Aspiran, Hérault), Collection Archéologie et histoire romaine, Montagnac.

Walckenaer, C.-A., 1839, Géographie ancienne, historique et comparée des Gaules cisalpine et transalpine, Tome 3.

Haut de page

Annexe

­

Fig. 1. Vanesia-La Molère (Saint-Jean-Poutge).

Fig. 1. Vanesia-La Molère (Saint-Jean-Poutge).

Fig. 2. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à l’Hérété (1) et fossilisé par une haie (2) à l’approche de l’emplacement probable de Besino (Vic-Fezensac).

Fig. 2. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à l’Hérété (1) et fossilisé par une haie (2) à l’approche de l’emplacement probable de Besino (Vic-Fezensac).

Cliché C. Petit-Aupert et P. Sillières.

Fig. 3. Tracé de la voie Augusta Auscorum-Besino.

Fig. 3. Tracé de la voie Augusta Auscorum-Besino.

Fig. 4. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à La Caussade et au chemin du Bois brûlé (Biran).

Fig. 4. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à La Caussade et au chemin du Bois brûlé (Biran).

Fig. 5. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé au Boupat (Ordan-Larroque).

Fig. 5. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé au Boupat (Ordan-Larroque).

Fig. 6. Tronçon de la voie Auch-Eauze recoupé par le Chemin long aux Arroques (Vic-Fezensac).

Fig. 6. Tronçon de la voie Auch-Eauze recoupé par le Chemin long aux Arroques (Vic-Fezensac).

Fig. 7. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à Marcotte (Vic-Fezensac)

Fig. 7. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à Marcotte (Vic-Fezensac)

Fig. 8. Coupe stratigraphique de la voie à Vanesia.

Fig. 8. Coupe stratigraphique de la voie à Vanesia.

Fig. 9. Empierrement latéral en pente (US 3), vu de l’ouest, de la voie à Vanesia.

Fig. 9. Empierrement latéral en pente (US 3), vu de l’ouest, de la voie à Vanesia.

Fig. 10. Vue d’ensemble de la voie à Vanesia.

Fig. 10. Vue d’ensemble de la voie à Vanesia.
Haut de page

Notes

1 Baqué, 1938.

2 Loubès, 1977.

3 Prospections conduites en premier lieu par C. Petit-Aupert et P. Sillières et en second lieu par F. Colleoni (Colleoni, 2007).

4 Le v latin devient b, le n s’élide, le e se ferme en i, le s se sonorise, le a final s’amuït.

5 Walckenaer, 1839, p. 93

6 D’Anville, 1760, p. 671-672.

7 Baqué, 1938, p. 51

8 « Vanesia de l’Itinéraire est sans aucun doute le lieu-dit Herrebouc » (Baqué, 1938, p. 51).

9 À Peyrepont (Etat des sections, A, 744-745, 1835).

10 La Turraque, vocable qui peut être évocateur d’une pile funéraire, correspond ici à une tour médiévale, dont une face, encore visible, se dresse sur une motte parfaitement conservée.

11 Loubès, 1977, p. 162-164.

12 Colleoni, 1999, 1, p. 52.

13 Colleoni, 1999, 2, p. 58-60.

14 La fouille programmée de l’établissement de La Molère a commencé durant l’été 2009.

15 Thernot et al., 2004, p. 71-76.

16 Fiches, 1996 et 2003.

17 Thernot et al., 2004.

18 Badan et al., 2000.

19 Cité dans Thernot et al., 2004. 20 Fiches, 2003.

20 Fiches, 2003.

21 P. Arnaud a proposé l’époque de l’empereur Julien (Arnaud, 1988, p. 312).

22 Baqué, 1912, p. 165-166.

23 Il paraît néanmoins plus prudent de mettre en rapport Masbielh avec de vieilles ruines.

24 Baqué, 1938.

25 Nous les remercions pour l’aimable communication de cette découverte et pour les photographies qu’ils nous confièrent.

26 La tradition place le martyre de sainte Fauste, au début du IVe siècle, près de la voie romaine, au lieu-dit l’Hérété, soit à l’emplacement de la découverte aérienne de tronçons de la chaussée.

27 Loubès, 1977, p. 167.

28 Colleoni, 1999, p. 97 et 104-105.

29 Labrousse, 1980, p. 493.

30 Tirer parti des restitutions antérieures est un exercice rendu difficile par la confusion des données et la multiplication des tracés. L’absence de jalons archéologiques et parfois d’argumentation ajoute à la confusion. Les études anciennes aboutissent pourtant à l’identification de nombreuses voies romaines parallèles et même à des routes préromaines

31 Vestiges photographiés en premier lieu par C. Petit et P. Sillières.

32 Archives départementales du Gers, E. suppl. 1079, Terrier de Biran, xve siècle, s.d., f° 112 (Loubès, 1977, p. 165).

33 Dupouey, 1982, p. 5.

34 Sur les piles funéraires du Gers, voir Sillières, Soukiassan, 1993.

35 Lafforgue, 1851, II, p. 161-162.

36 Loubès, 1977, p. 165-166.

37 Baqué, 1938, p. 53-54.

38 Baqué, 1912, p. 7 et 1938, p. 54 ; Loubès, 1977, p. 164-167.

39 Archives départementales du Gers, I. 3957, f° 280 ; I. 3960 (Loubès, 1977, p. 167).

40 La corrélation du toponyme Bié, assorti de qualificatifs tels que longue et rouge, avec la voie romaine a été constatée par P. Sillières dans ses recherches sur les campagnes d’Elusa (Sillières, 1997, p. 120).

41 Colleoni 1999, p. 106.

42 Colleoni, 1999, p. 97 et 104-105.

43 Sillières, 1990.

44 Sillières, Vernhet, 1985, p. 69.

45 Sillières, 1990, p. 622.

46 Sillières, 1990, p. 619-622.

47 Salama, 1951, p. 68.

48 Digeste, XLIII, 11, 1-2.

49 Chevallier, 1997, p. 112-113.

50 Notamment sur la Via Domitia : Castellvi et al., 1997, p. 17.

51 Sillières, 1990, p. 640.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vanesia-La Molère (Saint-Jean-Poutge).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à l’Hérété (1) et fossilisé par une haie (2) à l’approche de l’emplacement probable de Besino (Vic-Fezensac).
Crédits Cliché C. Petit-Aupert et P. Sillières.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 3. Tracé de la voie Augusta Auscorum-Besino.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à La Caussade et au chemin du Bois brûlé (Biran).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 5. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé au Boupat (Ordan-Larroque).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 6. Tronçon de la voie Auch-Eauze recoupé par le Chemin long aux Arroques (Vic-Fezensac).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 7. Tronçon de la voie Auch-Eauze observé à Marcotte (Vic-Fezensac)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 8. Coupe stratigraphique de la voie à Vanesia.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 9. Empierrement latéral en pente (US 3), vu de l’ouest, de la voie à Vanesia.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 10. Vue d’ensemble de la voie à Vanesia.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/11964/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Colleoni, « D’Augusta Auscorum à Besino »Pallas, 82 | 2010,  59-76.

Référence électronique

Fabien Colleoni, « D’Augusta Auscorum à Besino »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/11964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.11964

Haut de page

Auteur

Fabien Colleoni

TRACES-UMR 5608

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals