Navigation – Plan du site
Itinéraires gallo-romains

Quelques réflexions sur l’urbanisme de l’antique Elusa d’après les photographies aériennes

« A few thoughts on the urban pattern of ancient Elusa from aerial photographs »
Catherine Petit-Aupert
p. 77-102

Résumés

Les données des photographies aériennes et les résultats des fouilles récentes offrent une vision globale du réseau viaire orthogonal de l’antique Elusa. Il se compose d’îlots de dimensions variables où domine la forme oblongue. Certaines insulae révèlent de même leur organisation interne. C’est ainsi que l’on peut apporter de nouvelles informations sur un sanctuaire de type indigène, sur quelques domus à péristyle et sur d’éventuelles zones commerciales. Un grand bâtiment en limite orientale demeure toutefois énigmatique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cet article est de contribuer à l’histoire d’une capitale antique si chère à P. Sillières. Nous l’avons survolée ensemble et en avons foulé le sol avec ses étudiants lors des prospections systématiques qu’il y avait entreprises.

  • 1 Nous tenons à remercier vivement Pierre Pisani pour sa disponibilité et sa générosité scientifique. (...)
  • 2 Pailler, Schaad, 1992, p. 1-5 ; Schaad et al., 1992, 82-89 ; Schaad, Vidal, 1992, p. 211-221 ; Lapa (...)

2Ces réflexions sont nourries par les données obtenues durant les campagnes de prospection aérienne effectuées en 1990, 1991, 1992, 1994, 1995, et le plan que nous présentons ici, élaboré avec P. Pisani1, réunit l’ensemble de ces découvertes. Malgré les nombreuses limites inhérentes à la méthode (notamment l’absence de datation des vestiges décelés) et qu’il faut constamment garder à l’esprit, il nous a semblé utile de proposer une lecture des photographies, qui révèlent un pan de l’architecture et de la scénographie urbaine d’Elusa. Cette analyse est précédée d’un bref bilan des connaissances historiques et archéologiques sur cette cité où nous évoquons l’arrière-plan de notre étude et nous indiquons les références nécessaires à qui souhaiterait accéder à des synthèses approfondies2.

1. Présentation et bilan des connaissances (fig. 1)

3La ville d’Elusa, implantée sur des plateaux sablo-argileux, est limitée naturellement sur son côté oriental par l’abrupt des vallons de la rivière de la Gélise et du ruisseau de Camarade qui s’y jette. Les plateaux de Lataste et de Cieutat surplombent la rive gauche de ces cours d’eau et sont séparés l’un de l’autre par le modeste ruisseau de Cieutat.

  • 3 Bell. Gall., III, 27.
  • 4 Hist. Nat. IV, 108.
  • 5 Plusieurs études ont été menées sur cet oppidum cf. publication récente : Gardes, 2000, 22-25.
  • 6 Schaad, Vidal, 1992, p. 214.
  • 7 Pailler, Schaad, 1992, p. 1.
  • 8 CIL, XIII, 546.
  • 9 Not. Gall., XIV, 1 et discussions dans Boudartchouk, Cleary, 2004, p. 25-32.

4Elusa ne s’inscrit pas dans la filiation d’une agglomération antérieure. En effet, le site primitif des Elusates, peuple mentionné par César3, puis Pline l’Ancien4, était certainement installé à 3 km au nord-ouest de la ville actuelle, au lieu-dit Esbérous-Higat5. La ville romaine résulte donc d’une création ex-nihilo, que quelques rares données de fouille situent après l’époque augustéenne, vraisemblablement sous les règnes de Tibère ou de Claude6. La cité obtint le droit latin avant la fin du Ier siècle, ou au plus tard dans les premières années du IIe siècle7. Le titre de colonie est attesté ensuite par une inscription du IIIe siècle8 et elle devint capitale de la nouvelle province de Novempopulanie durant l’Antiquité tardive9.

  • 10 Martinaud, Schaad, 1991, p. 17-27 et Schaad et al., 1992, p. 85-86.
  • 11 Des prospections aériennes avaient antérieurement été effectuées par F. Didiejean, elles avaient ré (...)
  • 12 Schaad et al., 1992, p. 83 ; Batz, 1897, p. 11.
  • 13 CIL, XIII, 548 et Pailler, Schaad, 1992, p. 1.
  • 14 Sondages centre commercial Leclerc : Le Noheh et al., 1991, 269-275.
  • 15 CIL, XIII, 546, 547, 558 et 559 et statuette d’un Cautes découverte au xviiie siècle, pour l’ensemb (...)
  • 16 CIL, XIII, 541, 543 et Lapart, Petit, 1993, p. 143.
  • 17 Fouilles effectuées en 1825 : Lapart, Petit, 1993, p. 151 ; Lapart, 1983, p. 32-49.
  • 18 Schaad et al., 1992, p. 88.
  • 19 Ibid., p. 88.

5Les découvertes et fouilles anciennes n’apportent que des données assez lacunaires sur la topographie de la ville et ne nous renseignent pas sur son organisation générale. Ce sont essentiellement les différentes prospections (électriques10 et aériennes11), les sondages et les fouilles des dernières décennies qui ont fourni des données significatives sur l’urbanisme de la ville et ses limites (fig. 1). Toutefois, le bilan que l’on peut dresser de la connaissance des édifices publics reste très incomplet. Il se limite aux vestiges d’une arche découverte au XVIIIe siècle et expliquée comme celle d’un arc de triomphe et dont la localisation et l’interprétation demeurent incertaines12. Aucun autre vestige mis au jour ne peut appartenir au centre monumental de la ville. Les seuls témoignages de cette architecture monumentale sont des inscriptions et un autel. Ils attestent de la présence de nombreux lieux de culte : temple du culte impérial13, vraisemblablement au cœur de la ville (v. infra), et, en périphérie occidentale, un sanctuaire de Cybèle, dès le début du IIIe siècle14 (fig. 1, n° 1a), ainsi qu’un mithraeum15 (fig. 1, n° 17) vraisemblablement de même époque, situé en limite sud-sud-ouest. Cette parure était complétée par d’autres temples, également signalés par des inscriptions. Ils sont dédiés à Jupiter et Fortuna, à Apollon, et l’on mentionne un buste de Mercure16. A l’emplacement (fig. 1, n° 13) de l’église médiévale Notre-Dame de Cieutat (aujourd’hui détruite), différents éléments (murs, canalisations, tuyaux de plomb, tubulures, mosaïques, fresques, marbres et bassins) appartenant à un ensemble thermal ont été anciennement dégagés17. L’information est confirmée par la prospection électrique18. Cet édifice monumental serait le seul témoignage de la présence de thermes publics en ville. Ils auraient été en usage encore durant l’antiquité tardive19. Enfin, signalons qu’aucun édifice de spectacles n’a, à ce jour, été identifié.

  • 20 Fouille menée dès 2001 par S. Esmonde Cleary et depuis 2006 par P. Pisani, voir Darles, Pisani, 200 (...)
  • 21 Balmelle, 1987, n° 262, 263, 264, 265, 266, 267, 268, 270 et Lapart, Petit, 1993, p. 163-164.
  • 22 Sondage effectué par J. Lapart et J.-L. Paillet en 1982 : Lequément, 1983, p. 491.
  • 23 Arramond et al., 1986, fig. 3, p. 5.
  • 24 Arramond et al., 1986, fig. 3, p. 5. et Le Noheh et al., 1991, p. 270-273.
  • 25 Arramond et al., 1986, p. 41.
  • 26 Près de la voie ferrée, sondage J. Lapart 1985 : Lapart, Petit, 1993, p. 154-155.
  • 27 Fondations d’un bâtiment de plan orthogonal et d’une étuve, entourées de canalisations : Schaad et (...)

6L’habitat privé est désormais mieux connu grâce aux apports récents de la fouille et aux différentes campagnes de prospection aérienne menées sur le site. En effet, sur le plateau de Cieutat, différentes domus, sur lesquelles nous reviendrons, ont été décelées (fig. 1). L’une d’entre elles a déjà fait l’objet de différentes fouilles, qui attestent d’une occupation du Ier au IVe siècle20 (fig. 1, n° 16). Sur ce même plateau, de nombreux fragments de mosaïques21 ont été découverts, en majorité près du château ou à 100 m au nord de celui-ci. Certaines peuvent appartenir à des pavements de riches domus tardives ou/et à l’ensemble thermal précédemment mentionné. De même, dans le parc du château, (fig. 1, n° 12), un angle nord-est d’une pièce à hypocauste à conduits rayonnants, flanquée d’une abside outrepassée, appartenant à l’Antiquité tardive22, signale vraisemblablement la présence d’une autre domus. En périphérie occidentale de la ville, la fouille a révélé de nombreuses constructions comportant différents états, dont un édifice daté du Bas-Empire, exploré en partie et présentant un plan de domus à péristyle (fig. 1, n° 1a et fig. 10)23. Il borde différentes constructions partiellement dégagées24. Dans ce secteur, la fouille a livré plus d’une centaine de tesselles de mosaïque blanche et grise, des plaques de marbre blanc, la plupart moulurées, des fragments en griotte verte et blanche des carrières de Sarrancolin, dont un fragment de pilastre mouluré25 : l’ensemble pourrait appartenir à des édifices privés. Dans la ville (partie ouest), des vestiges ténus d’habitats (canalisation, murs et seuils) attestent d’une occupation entre 50 et 15026 (fig. 1, n° 6). Dans ce même secteur, mais plus au sud, un ensemble d’éléments pourrait être identifié comme des thermes privés en usage dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère27 (fig. 1, n° 5).

  • 28 Un quatrième a simplement été reconnu, Lapart, Petit 1993, p. 154.
  • 29 Fouille J. Lapart 1983 : Lapart 1985, p. 254-259 et Lapart, Petit, 1993, p. 154.
  • 30 Fouille J.-E. Guilbaut 1983-1984 : Arramond et al., 1986, p. 18-20 ; Lequément, 1986, p. 323.
  • 31 Fouille P. Aragon-Launet 1968 : Labrousse, 1970, p. 417-418 et 1972, p. 495-496 ; Lapart, Petit, 19 (...)
  • 32 Labrousse, 1976, p. 485 ; Schaad et al., 1992, p. 84 et discussion, note 10.
  • 33 Fouille F. Dieulafait et Chr. Sauvage 1985 : Sauvage, 1987, p. 112-113.
  • 34 Un four à l’est de C3 et d’autres fours reconnus en bordure est du plateau cf. Schaad et al., 1992, (...)
  • 35 Schaad et al., 1992, p. 86.

7Différentes découvertes de cette périphérie occidentale attestent d’une intense activité artisanale dès le IIe siècle, mais surtout durant l’Antiquité tardive. Trois premiers fours y ont été fouillés28 (fig. 1, n° 1 b-c-d). L’un d’eux, en activité au ive siècle, de forme circulaire, est un four à tirage vertical et à un seul foyer29. Les données recueillies lors de la fouille des deux autres ne permettent de préciser ni la chronologie de leur utilisation, ni la nature de leurs productions30. Plus au sud, trois nouveaux fours de potiers de forme circulaire disposés en batterie et datés du ive siècle ont été exhumés31 (fig. 1, n° 4). Deux autres secteurs artisanaux ont été identifiés encore en périphérie, mais cette fois méridionale : le premier comporte un four ou une fosse dépotoir de potier (fig. 1, n° 8)32 ; dans le second, quatre fours en activité entre 150 et 250 cuisaient une céramique de diffusion locale33 (fig. 1, n° 9). Enfin, d’autre fours ont été localisés dans la partie orientale du plateau de Cieutat34 (fig. 1, n° 10). L’un d’entre eux a entaillé les niveaux attribuables à l’Antiquité tardive35.

  • 36 Lapart, Petit, 1993, p. 155 ; Schaad et al., 1992, p. 88.

8La connaissance des nécropoles est limitée à un ensemble, vraisemblablement tardif, identifié au sud, dans le quartier de la Gare36 (fig. 1, n° 17).

2. Les limites de la ville (fig. 1)

  • 37 A Autun, par exemple, certains ateliers de bronziers, de potiers et de tabletiers sont disposés en (...)
  • 38 A Jublains, îlot (A-G-7-8), Naveau, 1997, 102.

9Seule la limite est de la ville peut être fixée, pour toutes les époques, au rebord de l’aplomb naturel. La limite sud, durant l’Antiquité tardive, est marquée par la présence de la nécropole n° 17. Ailleurs, même si la localisation des ateliers de potiers fournit une information précieuse, puisque ces officines sont souvent situées en périphérie, cet indice doit être utilisé avec prudence. En effet, certains quartiers artisanaux sont implantés à l’intérieur des villes37, parfois dans des insulae incomplètement urbanisées38. Leur présence, au sud et à l’ouest, nous indique donc celle d’une activité artisanale, mais elle ne permet pas de tracer une limite précise entre l’habitat encore urbain et les suburbia. Au nord, cette limite pourrait être constituée par le ruisseau de Penan et l’abrupt naturel du plateau de Lataste.

  • 39 Saint-Bertrand-de-Comminges, 36 ha (non compris le camp de Tranquistan) ; Pailler, Petit, 1992, p.  (...)

10Ces différentes données fournissent une estimation de l’emprise urbaine de l’ordre de 50 ha. Cette superficie se situe dans la moyenne des chefs-lieux de cités qui occupent, en général, de 40 à 60 ha39.

3. La trame urbaine (fig. 1)

11L’espace ainsi délimité est parcouru par un réseau orthogonal parfaitement orienté selon les points cardinaux actuels. Ce réseau comporte probablement huit cardines et onze decumani, attestés (lignes pleines) ou restitués (en pointillés). Les voies attestées ne le sont, bien entendu, que par des tronçons qui ont été, soit recoupés par des fouilles, soit reconnus sur nos photographies aériennes. Certains tracés ne se heurtent actuellement à aucune impossibilité. D’autres posent un problème. Ainsi, le decumanus D 5, attendu à cet endroit pour des raisons métriques (v. infra), ne paraît pouvoir se prolonger à l’est au-delà du cardo C3, hormis si l’on suppose qu’il s’y poursuit entre les insulae XXIV- XXXI et XXV-XXXII, ce qui est possible, mais aucun indice ne le signale. De même, D4 est restitué pour des raisons de vraisemblance.

12Nous décrirons les voies cardinales à partir de l’est, où la limite de la ville est sûrement déterminée par l’abrupt du vallon, vers l’ouest, et les voies décumanes, à partir du nord, en ménageant la possibilité qu’il y ait un decumanus D1 en bordure nord, au-delà de celui qui est attesté. Cette vue d’ensemble des données actuellement connues a entraîné l’adoption d’une nouvelle numérotation, qui obéit au même principe.

3. 1. Les voies cardinales

13L’apport de la prospection aérienne à la connaissance de la trame viaire est indéniable. En effet, tout un système orthogonal de voies a été mis en évidence sur les plateaux de Cieutat et il se poursuit sur celui de Lataste. C’est un total de 13 tronçons de voies décumanes et cardinales qui est apparu.

14Tout d’abord, le cardo C1 : il est visible sur 90 m vers le nord (fig. 1 à 4, p. 324-326). Il disparaît au niveau du parc du château et de ses constructions annexes, là où la photographie aérienne devient inopérante. Celles-ci oblitèrent tout un espace XXXVIII-XXXIX-XLV- XLVI, dont il est impossible de déterminer la configuration et de savoir s’il s’agit d’une, de deux ou de quatre insulae, voire d’un espace organisé d’une façon différente. Or, le nord de cet espace, en limite sud du decumanus D6, montre à nouveau des vestiges, dont un grand bâtiment rectangulaire, là où l’on s’attendrait à retrouver le cardo C1. Pourtant, celui-ci se distingue, au nord de D6, et tout se passe comme s’il connaissait une rupture de continuité. Dans ce secteur, il n’est toutefois visible que sur une quarantaine de mètres, soit que les conditions de révélations ne soient plus satisfaisantes au-delà, soit que la chaussée ait été moins fortement construite dans cette zone de bordure de ville.

15Au-delà du ruisseau de Cieutat, on observe une trace de 120 m sur le plateau de Lataste, mais ce cardo, C2 (fig. 1 et 4), est décalé vers l’ouest de quelque 16 m par rapport à C1.

  • 40 Schaad et al., 1992, p. 86.
  • 41 Pisani, 2008, p. 101.

16Le cardo C3 est visible par intermittence sur presque 700 m (fig. 1 à 5), dans l’étendue des deux plateaux, avec une interruption au nord et au sud du ruisseau de Cieutat (environ 215 m). L’absence du tracé en limite nord du plateau de Cieutat, au niveau de la domus située sur son flanc est, a déjà été constatée pour le cardo C1 à l’approche de l’abrupt du plateau de Cieutat. Elle s’explique sans doute par la proximité de l’abrupt du plateau et par l’inutilité d’aller au-delà pour desservir l’habitat voisin. Ce tracé est confirmé par les sondages de D. Schaad40 sur le plateau de Cieutat (fig. 1, nos 11 et 15) et par la fouille de P. Pisani, en bordure ouest de la domus LI-Est41 (fig. 1, n° 16).

17Le cardo C4 (fig. 1, 2, 3 et 6) est révélé en photographie aérienne sur le plateau de Cieutat (sur environ 130 m), au sud du ruisseau, puis au nord, sur le plateau de Lataste (190 m), après une interruption due à la présence d’un lotissement. La longueur totale attestée est d’environ 620 m.

  • 42 Labrousse, 1949, p. 137.

18Un tronçon du cardo C5 a été reconnu42 lors de la construction du lotissement (fig. 1, n° 2). Nos photographies aériennes, en revanche, n’en ont décelé aucune trace au-delà vers le nord, contrairement à ce que l’on pouvait attendre.

  • 43 Pisani, 2009, p. 33, 43-56 et p. 62.
  • 44 Le Noheh et al., 1991, p. 270-272.

19Les voies cardinales C6 et C8, dans le secteur occidental de la ville, ne sont connues que grâce à des sondages et à de nouvelles observations de P. Pisani43 (fig. 1, n° 3 et n° 7) : les constructions modernes ne laissent aucun espoir d’en observer le tracé. Enfin, un tronçon de la voie C744 (fig. 1, n° 1) avait été décelé lors de la fouille du centre commercial Leclerc.

3. 2. Les voies décumanes

20Le decumanus D2 a été reconnu en photographie aérienne sur une longueur de 300 m environ au plateau de Lataste (fig. 1, 6, 7 et 8).

21De même, la voie décumane 3 a été observé sur presque 190 m (fig. 1, 5, 6 et 7).

22D4 est entièrement supposé et nous verrons infra sur quel raisonnement on peut fonder sa localisation.

23Il en va de même pour D5 sur le plateau de Lataste (fig. 1) et sa poursuite sur celui de Cieutat est remise en question. En effet, aucun survol n’a permis d’en retrouver la trace à l’est. De surcroît, des constructions occupent l’espace dans lequel il devrait se situer, entre les cardines C1 et C3, et attestent que les conditions de révélation sont bonnes. Donc, soit la voie n’a pas existé, soit elle a existé et trois hypothèses peuvent alors être formulées : la première suppose une absence de cette voie dans le secteur oriental du plateau ; la seconde propose un prolongement jusqu’en limite est de la ville, mais ce tronçon oriental aurait été supprimée à une date, qui reste à préciser, par les constructions au nord de la vaste domus qui sépare les cardines C1 et C3 ; la troisième le fait passer au ras du dernier mur nord de cette domus.

24Sur le plateau de Cieutat, D6 est visible sur une longueur de 110 m (fig. 1, 2 et 4). Il n’a pas été observé dans la partie occidentale au-delà du ruisseau de Cieutat.

  • 45 Boudartchouk, 2001, p. 9 et fig. 3.
  • 46 Ibid., p. 8-9, fig. 3 et pl. 5.

25Le decumanus 7, que la grille théorique laisserait supposer, n’est pas observable sur les photographies aériennes et son tracé reste hypothétique dans sa traversée des insulae sises entre C1 et C4. On ne peut toutefois exclure qu’il ait existé, à haute époque, entre les deux édifices que l’on observe entre C3 et C4, car l’abside qui s’interpose au travers de son tracé théorique - et qui a été partiellement fouillée45 - est une construction tardive (v. infra). De surcroît, dans l’hypothèse émise ci-dessous et qui ferait de cet espace un sanctuaire, il est exclu qu’un decumanus carrossable ait franchi le péribole. Du reste, la fouille 14 a révélé, sur son tracé théorique, un dallage en briques46, incompatible avec une voie. Plus à l’ouest, la présence du château interdit toute observation.

  • 47 Il a été reconnu dans un sondage cf. Pisani, 2008, p. 101.
  • 48 Pisani, 2009, p. 57-59 et p. 62.

26Le tracé de D8 est visible sur quelque 155 m au plateau de Cieutat (fig. 1, 2 et 3), et celui de D9, sur environ 190 m (fig. 1, 3 et 4)47. Ce dernier se prolonge vers l’ouest près de la limite occidentale de la ville, comme le montre un sondage récent de P. Pisani48 (fig. 1, n° 7).

27Enfin, les deux dernières voies décumanes, D10 et D11, relèvent encore du domaine de la supposition.

3. 3. Les insulae

  • 49 Une mesure d’axe en axe apporte, on le verra, des données moins intéressantes.

28Comme nous ne disposons que rarement des limites du bâti des insulae, nous avons pris en considération leurs dimensions de bord de chaussée à bord de chaussée49. De ce fait, nous intégrons à l’insula les trottoirs et les éventuels réseaux d’assainissement. Les distances indiquées ci-dessous sont approximatives, étant donné leur mode d’obtention, mais l’on verra qu’elles se révèlent assez précises.

  • 50 Même élargissement dû au forum, à Limoges, où les entraxes des cardines 6 et 7 passent de 93 à 119 (...)

29Distances N-S (fig. 1). Les espacements sûrement connus, entre les decumani D2-D3 (secteur de Lataste) et D8-D9 (secteur de Cieutat), sont 70,30 et de 70 m. Si l’on restitue un decumanus D7, dans le secteur ouest, entre D6 et D8 dont l’écartement est connu (146,00 m), on obtient à nouveau des distances de 70 m, une fois défalquée la largeur de la voie. Entre D3 et D6, il y a 266,70 m et la possibilité de trois insulae de 85 m : aucun système cohérent de 70 m de longueur ne peut y prendre place. On observe donc un changement de dimensions N-S dans ce secteur central. Mais si, parallèlement à ce que l’on observe dans la zone sud, on restitue symétriquement à la zone nord le même écartement de 70 m entre D3-D4 et D4-D5, il reste entre D5 et D6 une bande de 116,30 m (393 pieds), soit une fois 70 m et ca. 2/3 (1,66). Cette bande, encadrée par deux séries de quatre bandes de 70 m, est donc centrale. Le plus vraisemblable, dès lors, est qu’elle n’est pas subdivisée et qu’elle correspond à un élargissement programmé, sans doute parce qu’elle comprend le forum de la ville50. Le forum se situerait donc dans la partie centrale de cette bande, insula XXVIII ou XXIX, sous un lotissement hélas récent. Il n’est pas exclu qu’il n’en occupe pas moins deux insulae : XXIX et XXII, XXIX-XXVIII, ou XXIX et XXXVI par exemple, sinon, sa superficie serait inférieure à celle de l’îlot XXXVII-XLIV, dans lequel, on le verra ci-dessous, on peut sans doute reconnaître un sanctuaire indigène.

30La longueur de 70 m est très proche du côté d’un jugère (240 pieds = 70,96 m), soit deux fois le côté d’un actus (35,48 m), calculé sur la valeur habituelle de 0,2957 m pour le pied.

31Distances E-O (fig. 1). Les dimensions sont variables à l’est de C3. Dans le secteur de Lataste, au nord, environ 48 m séparent le cardo C2 de C3. Au sud, dans le secteur de Cieutat, 70 m de distance ont été observés entre C1 et C3, soit la même distance qu’entre les decumani. L’écartement observé à l’ouest du cardo C3 au nord et au sud de la ville change, il est homogène et avoisine à chaque fois de très près les 100 m. Entre C4 et C5, entre C5 et C6 et entre C6-C7, la distance est en effet de ca. 100 m. Entre C4 et C3 elle est de l’ordre de 101,06 m. Entre C7 et C8, elle est de ca. 102,30 m. La moyenne est légèrement supérieure à 100 m (100,70 m, ca. 340 pieds). Ces distances sont toutes assez assurées, tant par des tronçons détectés que par des tronçons fouillés.

  • 51 Schaad et al., 1992, p. 86 et Pisani, 2008, p. 101.
  • 52 Pisani, 2008, p. 101.
  • 53 Schaad et al. 1992, p. 87 et Pisani, 2008, p. 101.
  • 54 Le Noheh et al., 1991, fig. 2, p. 272.

32Ces mesures dépendent il est vrai de la largeur que l’on affecte aux voies. Elles sont de dimensions variables. Le cardo C3 a une largeur comprise entre 7 m et un peu moins de 8 m attestée par la fouille (7 m et 7,50/7,80 m)51. Mais l’on a vu qu’une largeur de 6,60 m est affectée au decumanus D852, une autre d’un peu plus de 5 m dans sa phase initiale pour D953 et une autre encore de 4,30 m pour C754. Quoi qu’il en soit, en tenant compte de ce que l’on peut savoir de ces variations sur notre plan, on constate que les dimensions de la grande majorité des îlots, un peu plus de 70 m et un peu plus de 100 m, sont assimilables à des dimensions de 340 pieds x 240 pieds et sont dans un rapport de 1,416, soit ca. 1√2. L’intervention de cette valeur irrationnelle doit provenir de ce que l’on a tracé chaque insula en partant d’un carré de 240 pieds = 70,96 m de côté, égal au long côté d’un actus duplicatus et considéré comme de valeur 1, dont on a rabattu la diagonale √2 pour obtenir le long côté d’une insula : 70,96 x √2 = 100,35 m. La surface théorique d’une insula s’établit donc à un jugère x √2, soit 40 729 p2 = 3561,31 m2.

33Si l’on tient compte des distances d’axe en axe des voies, soit 109 m entre les cardines (5 mesures non reconstituées) et 75,5 m entre les decumani (2 mesures), on obtient respectivement 368,6 pieds et 255,3 pieds, valeurs sinon surprenantes en arpentage, du moins qui n’offrent aucun rapport intéressant. Il est donc très vraisemblable que la trame urbaine a été tracée en fonction des insulae et non à partir de l’entraxe des voies. Ce principe permet de tracer des îlots égaux, indépendamment de la largeur des voies.

  • 55 Comme Augst (Fellmann, 1992, p. 141) ; Agen (Bedon, 2001, p. 49, d’après Ph. Jacques) ; Rodez : plu (...)
  • 56 Dax : 1,7 (Bedon, 2001, p. 152, d’après L. Maurin et M.-C. Mélendez) ; Tours : 1,90 en général (les (...)

34De nombreuses villes présentent des insulae carrées ou presque, mesurées aux entraxes des voies, seuls éléments dont l’on dispose en général55. Les îlots rectangulaires, soit en totalité, soit en majorité, des autres villes ont des proportions proches de 1,2556 et de plus rares atteignent 1,7/2,00. Le rapport de 1,41 entre la longueur et la largeur positionne l’îlot élusate parmi ceux dont les proportions sont moyennes, mais originales.

  • 57 Loustaud, 2000, p. 71-72 et 74 -75. Même constatation à Amiens, cf. Bayard, 2007, p. 14 et 22, d’ap (...)

35Quelques villes présentent un élargissement de la ou des bandes centrales, qui correspond, comme à Eauze, au forum, mais qui va parfois au-delà. Tel est le cas à Limoges57, où quatre bandes N-S d’îlots centraux presque carrés sont encadrées par trois bandes d’îlots rectangulaires, avec deux différences toutefois : les insulae sont oblongues dans le sens N-S à Limoges et dans le sens E-O à Eauze et le procédé d’obtention reste à déterminer en ce qui concerne Limoges.

4. Un grand sanctuaire et ses temples (fig. 1-3 et 9)

  • 58 Boudartchouk, 2001, p. 9. L’abside, que la fouille a révélée au nord de ce dallage, est une implant (...)

36L’insula XXXVII-XLIV présente un caractère tout particulier. La partie nord XXXVII est occupée par des constructions assez denses. En revanche, au sud, dans la partie XLIV, un édifice rectangulaire paraît isolé au sein d’une cour entourée d’une enceinte sur les côtés est, sud et ouest (fig. 1, 2 et 9). Ces différences de densité et de nature des constructions entre le nord et le sud de l’ensemble pourraient faire supposer la séparation des deux zones par un decumanus D7, mais il n’est pas visible sur les clichés et, qui plus est, une fouille à cet emplacement, on l’a vu, a mis en évidence un dallage de briques58, matériau qui exclut une voirie. Par ailleurs, les édifices a, p et c sont disposés sur l’axe de l’îlot. Cette unité d’organisation plaide en faveur de la cohérence des ensembles nord et sud.

4. 1. Le temple sud (a) (fig. 1-3, et 9)

  • 59 Une tranchée nord-sud a dégagé un tronçon du mur nord, un remblai accolé à sa face nord, puis un da (...)

37Ce bâtiment, repéré lors d’une de nos campagnes aériennes (fig. 2-3), a fait l’objet d’une fouille très partielle59. Il est situé dans la partie sud, XLIV, de l’insula, dont il occupe le centre nord. L’ensemble de cet espace XLIV mesure 94 m d’est en ouest et 71 m du nord au sud. Il couvre ainsi la même surface que l’îlot LI voisin au sud. Le mur d’enceinte est doublé de murs parallèles qui en font un très probable portique. L’ensemble sud présente donc les premières caractéristiques d’un sanctuaire.

4. 1. 1. La cour

  • 60 Ibid., 2001, pl. 8.

38Le portique périphérique de la cour, tel qu’il se révèle à l’est et au sud, est large d’environ 3,30 m. Du côté intérieur est, il est doublé par une autre nef, large de ca. 3,60 m. Se poursuivait-il sur le côté nord et, en d’autres termes, le téménos était-il clos ou ouvert sur la partie nord de l’îlot ? La réponse réside dans l’interprétation du mur 2 mis au jour par la fouille quelque 11 m au nord de la cella : stylobate de la cour nord p ou clôture nord de la cour sud ? S’il d’agit d’un mur de clôture, il doit être percé par une porte axiale, mais la fouille n’est pas située dans cet axe. Il est saillant au-dessus du sol60, mais comme peut l’être tant un mur arasé qu’un stylobate. Enfin, la fouille n’a pas trouvé de mur ou de fondation plus au nord. Or, les conditions d’établissement du plan (vue oblique redressée informatiquement) ne permettent pas d’estimer le fait significatif ou non : peut-être le stylobate de la cour nord se situe-t-il plus au nord que l’emprise de la fouille. Quoi qu’il en soit, ce mur 2 constitue une limite entre une place sud avec un temple entouré d’une galerie et d’une zone dallée en briques, et une place nord traitée de façon différente.

4. 2. 2. Le temple

  • 61 Interprétation déjà proposée par le fouilleur.
  • 62 Amy, Gros, 1979, p. 90.
  • 63 Fauduet, 1993 a, p. 112-113.

39D’après la photographie aérienne, l’édifice a mesure ca. 21 m d’est en ouest et 18 m du nord au sud. Son mur nord, aperçu par les fouilleurs, mesure 0,96 m d’épaisseur et l’intérieur présente un sol en béton de tuileau. Ces caractéristiques invitent à y voir un temple61. Il peut être constitué par une simple cella, sans subdivision intérieure, de type indigène. Mais les fouilleurs ont dégagé un mur 1 de ca. 0,75 m d’épaisseur à environ 5 m au nord du mur de cella et parallèle à ce dernier. Il pourrait s’agir, soit d’un mur retenant le remblai d’un podium, soit du stylobate d’une galerie périphérique, soit des deux à la fois. Il existe donc une bonne probabilité pour que l’édifice présente le plan ordinaire d’un fanum. Ses dimensions, galerie comprise, seraient donc de 31 x 28 m. Il faut signaler l’ampleur du bâtiment, plus proche de la Maison Carrée (31,75 x 14,94 m62), que la plupart des fana quadrangulaires (généralement de 10 à 20 m galerie comprise63). Cependant, malgré ces dimensions imposantes, l’hypothèse d’un temple de type classique se heurte aux proportions d’ensemble, qui tendent vers le carré, et à l’absence apparente de pronaos. Le dallage de briques mis au jour au nord du mur de galerie ne semble en effet guère être attribuable à un pronaos, qui, du reste, n’est pas visible en observation aérienne. Le plus vraisemblable est donc qu’il s’agit d’un édifice de type fanum. L’éventuelle existence d’un podium, supposée par les fouilleurs, nécessitera des recherches complémentaires.

  • 64 Due peut-être, bien entendu, à un défaut de révélation.

40La plus grande dimension de la cella, axée d’est en ouest, invite à situer l’entrée, classiquement, à l’est, mais aucune ouverture n’est visible, en face, dans la galerie du péribole. L’axialité N-S de l’ensemble rend plus probable une ouverture au sud, vers la grand place, au sud de laquelle on note une interruption64 du mur du portique de la cour.

  • 65 Naveau, 1997, fig. 7, p. 121 et 122 ; Fauduet, 1993a, p. 106 : 24 des sanctuaires recensés ont un t (...)

41Le temple est très sensiblement décentré au sein de l’espace sud, dont il n’occupe que le centre de la frange nord. Un tel décentrement est connu dans d’autres sanctuaires65. Il est souvent tout aussi important et s’y explique parfois par la présence d’un dispositif principal, ou plus ancien, et que l’on souhaite préserver. Si un tel aménagement est présent, ici, au sud de la cour, il n’engendre pas de traces visibles en aérien. Le plus probable est donc que l’on a ainsi dégagé une place pour les rassemblements religieux. L’édifice est également décalé d’environ 2 m vers l’ouest par rapport à l’axe N-S de la cour. Ce léger décalage résulte de ce que le portique est de la cour possède vraisemblablement deux nefs et que c’est la cour elle- même qui s’en trouve décentrée dans le cadre de l’îlot.

  • 66 Fauduet, 1993, p. 110.
  • 67 Doulan, 2008, vol II, p. 30 et pl. XIII, n° 10, d’après Richard 1999 et Bertrand 2004.
  • 68 Doulan, 2008, vol. II, p. 490, pl. CCLXXXIV, d’après Poux et al. 2004.
  • 69 Fauduet, 1993 a, n° 268, p. 64.
  • 70 Fauduet, 1993 a, n° 381, p. 72.
  • 71 Fauduet, 1993 a, n° 405, p. 74.

42Dans l’hypothèse où ce temple se composerait d’une simple cella, il ne serait pas isolé : les sanctuaires en présentent de nombreux exemplaires. Isabelle Fauduet en a dénombré 10666 et leur nombre s’est accru depuis sa publication. Il s’agit en général de chapelles installées dans le téménos au voisinage d’un fanum à galerie. Mais certaines de ces chapelles sont de taille comparable, comme à Antigny 1067, ou à Corent68, voire supérieure à celle du temple centré qu’elles accompagnent, comme à Quimper (10 x 10 m)69. Enfin, à Sainte-Eulalie-de- Cernon70, Lardiers (avec pronaos)71, ils occupent seuls l’espace sacré.

  • 72 Fauduet, 1993 a, n° 407, p. 74 ; Fauduet, 1993 b.
  • 73 Fauduet, 1993 a, n° 591, p. 87 ; Fauduet, 1993 b.
  • 74 Fauduet, 1993 a, n° 263, p. 62 ; Fauduet, 1993 b.
  • 75 Doulan, 2008, pl. CCLXXIX, fig. 1, d’après Brunie 1996.
  • 76 Aupert, 2008, p. 47.
  • 77 Mitard, 1993, pl. II, p. 42.
  • 78 Fauduet, 1993 a, n° 581, p. 91.
  • 79 Etat du iie siècle du temple double, cf. Maniquet, 2004, p. 64.
  • 80 Doulan, 2008, vol. II, p. 478, pl. CCLIII, d’après Marquaire 1994.
  • 81 Le temple de Mézin, dans son dernier état, est muni d’une petite pièce sur son flanc sud. Elle est (...)

43Mais nous avons vu que le plus probable était que cette cella soit entourée par une galerie de quelque 5 m de large. Notre édifice ressemblerait dès lors à ces fana de plan rectangulaire, comme celui d’Izernore72, avec une cella de 18 x 12 m et une galerie de 28 x 19 m, ou d’Aeschi73 avec une cella de 13,6 x 11,5 et une galerie de 28,10 x 22,2 m, ou de Taden74 avec une cella de 5,20 x 3,60 et une galerie de 12,50 x 10 m, ou encore du temple de Chef-de- Ville, à Vendeuvre-du-Poitou (cella : 7,80 x 6,70)75. La cella primitive I du sanctuaire devenu thermal de Sanxay présente également ce plan allongé, avec des ouvertures décentrées à l’est et à l’ouest76. Cependant, la liste des fana barlongs à péristyle est brève. On n’en rencontre que dans les temples à deux cellae, mitoyennes (Genainville77) ou jumelées et reliées - ou non - par un corps de bâtiment et entourées par une galerie unique, comme à Augst78 ou à Tintignac79, ou à Saint-Pierre-Bellevue, dont les deux cellae se situent au sein d’une même galerie (dont on ne sait si elle est à portique ou composée par un mur plein)80. Il s’agit là d’un type bien particulier, qui s’explique par le redoublement de la cella. Il faudrait aller en Syrie, au temple de Bel à Palmyre, pour trouver un parallèle au dispositif que l’on peut supposer à Eauze : la Gaule ne lui offre à ma connaissance aucun parallèle81. Ce n’est pas une raison pour renoncer à présenter l’hypothèse, car l’architecture religieuse de l’Occident romain est riche en formules diverses et souvent inattendues, mais il faut attendre une fouille complète de cet ensemble a priori remarquable, pour aller plus loin dans le commentaire.

  • 82 Aupert, Sablayrolles, 1992, p. 287. Les auteurs notent que ce conservatisme religieux distingue l’A (...)
  • 83 Bost et al., 2004, p. 14-17.
  • 84 Loustaud, 2000, p. 79, fig. 7 et p. 311-322.
  • 85 Aupert, Sablayrolles, 1992, p. 288.
  • 86 Fauduet, 1993 a, p. 103 : « La plupart des agglomérations dotées d’un sanctuaire indigène sont des (...)

44La forme en elle-même n’a donc rien qui surprenne. Ce qui est inattendu, en revanche, c’est l’implantation d’un édifice religieux de tradition celtique dans le contexte urbain d’un chef-lieu de cité. Nous avons déjà noté82 que la Tour de Vésone, fanum circulaire de type indigène également, avoisine le forum de Périgueux. Mais il s’agit vraisemblablement du temple, monumental, de la protectrice de la cité83. Ailleurs, à Limoges, un sanctuaire augusto-tibérien à ciel ouvert jouxtait également le forum84, mais il a été abandonné au milieu du Ier s. La plupart des rares fana urbains sont situés en périphérie (comme à Saint-Bertrand- de-Comminges, au fanum double d’Agen, au sanctuaire du Mont Saint-Cyr à Cahors, au monument de Vasso de Jaude à Clermont-Ferrand85), ou dans les faubourgs (temple de Janus à Autun), dans les chefs-lieux de cités comme dans les agglomérations secondaires86.

4. 2. La place p (fig. 1, 2, 4 et 9)

45L’espace XXXVII se distingue lui aussi dans l’ensemble urbain par l’impossibilité de reconnaître un schéma d’habitat dans l’organisation de ses structures. Il se signale également par la relative ampleur de ce qui paraît bien être, en p, une cour centrale de 28,20 x 37,50 m (1057 m2). La structure en dur de 5 x 5 m de son angle SO pourrait être un socle. Le seul élément éventuellement discordant est constitué par la construction carrée, de dimensions semblables (4,90 x 4,70 m), qui le jouxte au nord, mais il peut s’agir de ces éléments de faibles dimensions, là encore, que l’on peut trouver à l’intérieur d’une cour, du type fontaine ou chapelle annexe.

4. 3. La zone nord (fig. 1, 2, 4 et 9)

46La zone nord de cet espace XXXVII est occupée par quatre constructions juxtaposées, b-e.

47Deux hypothèses peuvent être formulées.

  • 87 Même banquette au fond d’une cella de fanum à Berne 1, cf. Fauduet, 1993 a, n° 646, p. 89, ou à Sil (...)
  • 88 Lewis, 1966, fig. 94, p. 190.
  • 89 Fauduet, 1993 a, n° 54, p. 43 et n° 206, p. 59.

48La première, inspirée par la proximité avec le sanctuaire situé au sud, ferait de cet ensemble un autre sanctuaire ou une autre partie du précédent, mais ici à temples multiples. L’édifice c (13,7 x 19 m) peut évoquer une salle avec porche, mais celle-ci ouvrirait donc au nord et non vers la place comme attendu dans cette hypothèse. Il pourrait donc plutôt s’agir d’un temple à simple cella avec banquette au fond87, ouvrant au sud vers la place. Quant au bâtiment e (17,2 x 20,8 m), il pourrait correspondre à un temple à trois cellae jumelées, ouvrant sur une petite cour elle-même précédée, au sud, par un portique. Il trouverait des parallèles dans le temple de Lydney88, dans les chapelles annexes des sanctuaires de Proyart (sans cour intermédiaire) ou de Berthouville, phase a89. Les constructions b et d pourraient enfin avoir abrité des bâtiments annexes.

  • 90 L’hypothèse d’un temple lié à un forum a été formulée par Esmonde Cleary, 2004, p. 418.
  • 91 Les fora mesurent en général plus d’une centaine de mètres de longueur, cf. Goudineau, 1980, p. 275 (...)

49Dans cette perspective, un temple ou un ensemble de bâtiments de type religieux, occupant l’espace de deux insulae peut certes faire penser à un forum90. Mais les dimensions relativement exiguës de l’ensemble91, le type indigène du temple principal, comme l’absence de basilique et de boutiques périphériques excluent une telle identification. Nous sommes donc en présence de l’un des relativement rares cas de culte indigène à l’intérieur d’une capitale de civitas.

  • 92 Voir, par exemple, les cas rassemblés par J.-P. Petit dans Petit, 2007, p. 122.
  • 93 De très nombreux exemplaires sont attestés : Gaston, 2008, p. 255, fig. 2.
  • 94 Morel, 1991, p. 127.
  • 95 Morel, 1991, p. 126.

50La seconde hypothèse en ferait un complexe commercial et artisanal organisé sur – au moins – un côté de la place p, avec des édifices alignés sur le decumanus D6 et séparés par d’étroits passages. Ces bâtiments de plan rectangulaire pourraient réunir, en une même unité, des espaces à vocation artisanale et des pièces d’habitations selon un schéma que l’on peut observer notamment dans les villes de Gaule Belgique et des Germanies92. L’édifice e présente aussi le plan caractéristique d’une « grange normalisée », que l’on trouve généralement dans les campagnes93, mais dont l’archéologie urbaine offre un bel exemplaire à Avenches94. Situé Insula 7, le bâtiment s’insère dans un ensemble d’édifices à fonction sans doute économique95 en bordure d’une voie décumane. Il présente, comme le nôtre, une pièce principale (7,30 x 6 m), flanquée de trois petites salles sensiblement toutes de mêmes dimensions (2,50 x 2 m), mais sans la possible extension sud du bâtiment e. La grande salle était dotée d’un plancher dont les supports sont conservés. L’hypothèse d’y reconnaître un entrepôt pour le stockage de denrées périssables a été proposée par le fouilleur. L’ensemble élusate pourrait alors être mis en relation avec le grand bâtiment rectangulaire implanté à 80 m plus à l’est le long du même decumanus (cf. infra), si toutefois ce dernier relève lui-même d’une interprétation liée au commerce.

5. Le grand bâtiment de l’espace XXXIX (fig. 1, 2, 4 et 9)

51Dans la zone nord, le cardo C1 ne se distingue pas et le bâtiment g en occupe le tracé. Ce long édifice (plus de 50 m, pour une largeur de ca. 20 m, fig. 5) aux murs très épais, présente des difficultés guère surmontables d’identification, d’autant que la présence d’un château et de son parc boisé interdit la reconnaissance aérienne des vestiges sur le sud des insulae XXXVIII-XXXIX et sur les insulae XLV-XLVI.

  • 96 Fauduet, 1993 a, n° 556, p. 92.
  • 97 Fauduet, 1993 a, p. 94.
  • 98 88,50 x 27,70 m, cf. Bouet, 2003, p. 558.
  • 99 Heijmans, 1998, p. 226-229.
  • 100 Ou muni d’une rangée de supports internes qui ne seraient pas révélés.
  • 101 Bayard, 2007, p. 21, fig. 6 : trois salles juxtaposées, de 46 x 14 et 41 x 14,50 m pour deux d’entr (...)
  • 102 Aménagement d’époque augustéenne : Vial, 2003, p. 210.
  • 103 Vial, 2003, p. 211.
  • 104 Petit-Aupert, 2006, p. 73-75.

52Un édifice profane de cette taille se concevrait pour une grange, construction que l’on ne rencontre pas en ville. Une autre option serait religieuse. On discerne en effet, au fond, à l’ouest, une possible abside. L’irrégularité de la trace semi-circulaire peut être due à une différence d’effondrement entre le nord et le sud. Ce type d’édifice à abside rencontre des parallèles cultuels, comme à Moehn96 ou au bâtiment 2 du sanctuaire de Lenus Mars à Trèves97. Mais tous présentent un plan moins allongé et une bien moindre longueur. La situation de notre édifice, en bordure d’insula, face à un dénivelé important et proche, pousse également à exclure cette solution. Une basilique civile entraînerait l’identification des insulae avec un forum décentré, mais nous avons vu que celui-ci se situe vraisemblablement ailleurs et la présence du bâtiment f ne s’accorderait pas avec ce type de plan. L’épaisseur des murs ferait pencher plutôt vers une interprétation comme édifice public mais, à la limite orientale de la ville, lequel ? La fouille 13 ayant mis au jour des vestiges d’établissement thermal, notre salle pourrait correspondre à une palestre oblongue, comme celle de Limoges98. Contre cette interprétation, on note l’absence de murs en retour vers le sud, qui pourraient attester de la liaison avec un édifice situé de ce côté. A Arles, une salle de dimensions semblables (57 x 21 m), est située entre le cryptoportique du forum et les Thermes de Constantin, sans communication avec ces derniers. Munie peut-être d’une abside, elle a été interprétée, sur la base d’une datation tardive à vrai dire hypothétique, comme une basilique civile, liée aux présences impériales du début du IVe siècle ou au transfert, depuis Trèves, de la préfecture du prétoire des Gaules au début du Ve siècle99. Ce ne pourrait être le cas ici. Enfin, la forme de l’édifice peut aussi faire songer à un entrepôt dépourvu de subdivisions internes100, comme ceux d’Amiens101 ou encore de Lattes102, où deux des quatre bâtiments dévolus au stockage de denrées et/ou de marchandises, installés en bordure de voie, présentent un plan similaire au nôtre, mais dans des proportions plus modestes (30 x 20 m et 23 x 8 m). La présence, à l’intérieur, de dolia, dont certains étaient poissés, et la forme de ces édifices ont conduit à les interpréter comme étant des entrepôts destinés au stockage du vin en vrac103. Il serait fort tentant de proposer de voir ici un bâtiment analogue, dans une cité dont le territoire offre un potentiel viticole certain et alors que la production du vin est bien attestée dans la cité voisine des Lactorates104. En tout cas, si cette interprétation de lieu de stockage de denrées s’avérait exacte, ainsi que celle de locaux à vocation commerciale pour la frange nord de l’insula XXXVII, nous aurions, en bordure du decumanus D6, un ensemble d’au moins cinq bâtiments à vocation économique. Il est fort regrettable que les vestiges f entre l’édifice rectangulaire et les bâtiments implantés plus à l’ouest n’aient pas fourni de plan plus complet. Bref, la perplexité ici l’emporte : nous ne pouvons formuler aucune hypothèse convaincante quant à cet édifice pourtant considérable.

53D’autres bâtiments, situés sur le plateau de Lataste, présentent de semblables difficultés d’interprétation. Ainsi, l’édifice rectangulaire (au moins 25 x 13 m) incomplètement révélé dans l’insula XVII (fig. 1) et un autre (9 x 5 m), à abside et deux supports centraux, dans l’insula XXIII (fig. 1 et 8).

6. L’habitat (fig. 1, 4 et 10)

54Les constructions s’organisent selon des axes déterminés par les rues nord-sud et est-ouest qu’elles bordent. Certaines sont des édifices modestes et il est impossible de déterminer s’il s’agit de constructions privées ou de boutiques sur rue. D’autres, de grande ampleur, sont bien identifiables, même s’il est parfois difficile de préciser leurs dimensions exactes. Elles sont localisées majoritairement sur le plateau de Cieutat et une domus a été partiellement fouillée à la limite occidentale (insula XIX, n° 1a). Les mieux révélées en prospection aérienne sont au nombre de trois : XXXI, LI-ouest et LI-est (fig. 1 et 10). Une quatrième occupe probablement l’insula LII, mais les révélations sont trop incomplètes pour que l’on puisse en commenter le plan, qui comporte vraisemblablement une cour bordée à l’ouest par un ensemble de cinq pièces, séparées du cardo C3 par un espace (galerie couverte ? trottoir ?) structuré par un mur qui fait retour le long du decumanus D8. Il en va de même pour la domus XXXII.

  • 105 Le Cloirec, 2008, p. 196.
  • 106 Loustaud, 2000, p. 181-182 et 191 ; Vipard, 2007, p. 248, tabl. II.

55Ces domus occupent des superficies variables. Celle de la plus modeste, dans l’insula XIX (fig. 1, n° 1a et fig. 10), peut être estimée à 654 m2, si on lui suppose un péristyle à trois côtés et une aile orientale identique à l’aile occidentale. La domus fouillée dans l’insula LI- est (fig. 1, n° 16) occupe, au ive siècle, avec son extension au sud du péristyle, un espace de moins de la moitié de l’îlot, soit 2600 m2. L’insula est complétée à l’ouest par une résidence de 3150 m2 d’après les vestiges apparus, mais qui doit mesurer 3570 m2 si on l’étend jusqu’au cardo C4 (fig. 1 et 3). La superficie de la domus de l’insula XXXI (fig. 4), la plus vaste, est de 3581 m2 si l’on considère l’ensemble de pièces groupées autour du péristyle. Si toutefois les constructions situées au nord (XXIV) en constituent des dépendances ou une extension ultérieure, alors l’ensemble mesure 6732 m2. La superficie estimée de la majorité des domus élusates est nettement supérieure à celles observées en Lyonnaise occidentale105 qui oscillent entre 750 m2 et 1800 m2. Elle trouve des parallèles parmi les plus vastes demeures reconnues en Gaule comme la Maison des Dieux Océan (état 4, 2932 m2) à Saint-Romain-en-Gal, la Maison au Dauphin (2700 m2), ou du Buste en Argent (3000 m2) à Vaison-la-Romaine, voire la Maison aux cinq mosaïques et la Domus à l’opus sectile (plus de 2300 m2 chacune), la Maison des Nones de Mars (3734 m2) à Limoges106 et la Domus des Bouquets (ca. 3550 m2, état 3) à Périgueux, pour ne citer que les plus représentatives (fig. 10).

  • 107 Vipard, 2007, p. 236.
  • 108 Vipard, 2007, p. 248.

56Le plan adopté, du moins en ce qui concerne les quatre exemples élusates, s’organise autour d’une cour à péristyle, modèle méditerranéen par excellence, dont « l’apparition en Gaule est liée à la création ou au développement des villes à l’époque augustéenne »107. Comme dans la majorité des cas, il est dépourvu d’atrium. Le vestibule d’entrée n’est identifiable que dans un seul cas, celui de la domus XXXI (fig. 1, 4 et 10), ce qui concourt à conférer un caractère particulier à cette dernière. Revêtu d’un sol en dur, il conduit du cardo C3 au péristyle, dans l’axe E-O de la cour, axe qui est aussi celui de l’ensemble de la construction. Sa surperficie est de 127 m2, soit 3,55 % de la surface minimale de la demeure, ce qui constitue la moyenne haute pour les dispositifs d’entrée des maisons de 2000 m2 et plus108.

57Les cours sont rectangulaires, hormis celle, carrée, de la domus XXXI (14 x 14 m = 196 m2). Celle de la maison LI-ouest mesure 14 x 17,50 soit 245 m2 et celle de LI-est, 12,30 x 16 (197 m2).

  • 109 Vipard, 2007, p. 240.

58Nous ne sommes sûrs de l’existence d’un péristyle à quatre côtés que pour XXXI et LI-est. La domus de l’insula XIX possède vraisemblablement un portique à trois branches. Le cas de la domus LII reste indécis. Le calcul des surfaces des péristyles fournit, pour la domus XXXI, 495 m2 et pour la domus LI-est, 429 m2. Ces chiffres se rapprochent de ceux des péristyles des domus de Rezé (380 m2), d’Alba-la-Romaine (390 m2), de Vaison-la-Romaine, Maison au Dauphin, état 3-4 (378 m2), de Saint-Romain-en-Gal, Maison des Dieux Océan, états 3-4 (388 m2) et de Limoges, Maison des Nones de Mars (512,5 m2)109. Seul le péristyle de la domus XXXI est muni d’un revêtement de sol en dur, probablement décoré d’une mosaïque, dont de nombreux éléments ont été découverts dans ce secteur (v. supra).

  • 110 Même s’il faut réduire la superficie car nous ne pouvons assurer que la totalité des sols en dur ap (...)
  • 111 P. Pisani, à paraître.

59Il est difficile d’analyser la fonction des autres pièces de ces habitats, si ce n’est dans le cas des salles de réception, qui sont de grande ampleur, ouvrent généralement sur le péristyle et sont richement décorées. Celle de la domus XXXI correspond clairement à ces trois critères : elle est imposante avec ses 143 m2110, elle se situe sur le côté nord du péristyle et son sol est en dur. Celle de la domus LI-est (80 m2), en cours de fouille, présente des caractéristiques fort particulières, qui ne pourront être mises en perspective que dans le cadre de l’étude d’ensemble111.

60Les sols en dur sont rares et concentrés dans la domus XXXI. Mais la fouille a montré qu’il pouvait en exister sans que la photographie aérienne les détecte, notamment dans le cas des salles à hypocauste.

  • 112 Balmelle, 2001, voir notamment Moncrabeau, Bapteste, fig. 332.
  • 113 Balmelle, 1992, p. 364.

61Dans cet ensemble, le cas le plus remarquable, on l’a vu, est constitué par la domus XXXI, qui se distingue par sa taille, par sa possible extension nord, par la présence de son vaste vestibule et par le décor vraisemblablement mosaïqué des sols de nombreux espaces, dont le péristyle. Elle trouve en tout cas, encore plus que les autres exemplaires élusates, des parallèles étonnants avec les grandes villae tardives du Sud-Ouest112. Ces domus, homogènes dans le modèle adopté et qui est largement attesté en Aquitaine, diffèrent toutefois dans leurs dimensions et la richesse des décors. Elles sont le reflet d’une classe de notables hiérarchisée et « laissent supposer une certaine prospérité économique et l’accès au pouvoir politique des élites locales »113.

7. Boutiques et périphérie des insulae (fig. 1)

62Certaines domus possèdent un alignement de salles en bordure de voie : la domus XXXI au sud, le long de D6, et à l’ouest, le long de C3 ; peut-être aussi la partie sud des domus LII et LIII (fig. 1). Ce type de disposition et les dimensions des pièces invitent à y voir de possibles boutiques.

63On remarque par ailleurs que les bâtis n’occupent pas l’intégralité des insulae et qu’ils sont entourés par une zone vide de constructions, d’une largeur de 2 à 4/5 m. Les fouilleurs ont constaté qu’elle pouvait tant servir au passage des conduites d’assainissement ou d’adduction, qu’à ménager l’espace de galeries couvertes.

Conclusions

  • 114 Deborde, 2007, p. 345-347.
  • 115 Paillet, Petit, 1992, p. 109-144.
  • 116 Petit-Aupert, 2008, 231-243.
  • 117 Comme Barzan (Aupert, 1997, p. 16-17, 23-28), Argenton (Dumasy 1992, p. 27), Antigny (Richard 1992, (...)

64Elusa est, parmi les chefs-lieux, celui qui offre une des plus grandes régularités dans le carroyage urbain. Elle se distingue, à ce titre, de villes à l’urbanisme progressif, comme Troyes114, Saint-Bertrand-de-Comminges115 et Lectoure116, où l’on constate un ou plusieurs changements d’orientation successifs. Si notre hypothèse est exacte, elle est, à notre connaissance, la seule où ce réseau est fondé en majorité sur des insulae rectangulaires, tracées par rabattement de la diagonale d’un carré. Les arpenteurs qui l’ont mis en place ont ainsi appliqué à l’urbanisme un procédé courant chez les architectes. C’est aussi l’une des rares capitales, avec Tongres et Périgueux, on l’a vu, à intégrer un sanctuaire de type indigène dans le tissu urbain et à témoigner ainsi d’un conservatisme religieux que l’on n’observe habituellement que dans de nombreuses agglomérations secondaires117. Ce qui manque à la parure monumentale, ce sont les thermes et le forum. Les thermes, habituellement massifs et facilement détectables, nous avons vu qu’ils sont sans doute dissimulés sous les frondaisons du parc du château. Quant au forum, nous proposons, maintenant, de le situer dans les îlots XXI-XXII/XXVIII-XXIX, c’est à dire là où le suivi des constructions modernes, s’il en reste à faire dans ce secteur, peut-être le plus fructueux. Quant à l’habitat privé, il est particulièrement bien représenté dans la partie sud-ouest de la ville, où de nombreux îlots sont occupés par une, voire plusieurs domus qui adoptent le schéma classique à péristyle.

Haut de page

Bibliographie

Amy, R. et Gros, P., 1979, La Maison Carrée de Nîmes, Gallia, suppl. XXXVIII, vol. 1, Paris.

Arramond, J.-C., Guilbaut, J.-E., Masson, M., Roux J.-C. et Depeyrot, G. 1986, Eauze (Gers). Témoins archéologiques de l’ancienne cité des Elusates, Toulouse.

Aupert, P., 1992, Sanxay (Vienne), dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 163-166.

Aupert, P. (dir.), 1997, Le site archéologique de Barzan, Saint-Jean d’Angély.

Aupert, P., 2008, Sanxay antique, Paris.

Aupert, P. et Sablayrolles, R., 1992, Villes d’Aquitaine, centres civiques et religieux, dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 283-292.

Balmelle, C., 1987, Recueil général des mosaïques de la Gaule, IV- Aquitaine, 2, Gallia, suppl. 10, Paris.

Balmelle, C., 1992, L’habitat urbain dans le Sud-Ouest de la Gaule romaine, dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 335-364.

Balmelle, C., 2001, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine, Aquitania, suppl. 10, Bordeaux.

Batz (Baron de), 1897, J.- F. de Montégut et les antiquités de Roquelaure, Revue de Gascogne, 38, p. 5-12.

Bayard, D., 2007, Amiens 1983-2003, un bilan vingt ans après Amiens romain, dans R. Hanoune (dir.), Les villes romaines du Nord de la Gaule, RN, Hors-série. Collection Art et Archéologie, n° 10, Lille, p. 11-42.

Bedon, R., 2001, Atlas des villes, bourgs, villages de France au passé romain, Paris.

Bénard J., Mangin, M., 1994, La société des « vicani », dans J. Bénard, M. Mangin, R. Goguey et L. Roussel (dir.), Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Luxeuil-les-Bains, p. 243-255.

Blanc, P., 2004, Avenches/Aventicum (Suisse), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, suppl. 25, p. 361-366.

Bost, J.-P., Golvin, J.-C., Girardy-Caillat, C., Pénisson, E., Saliège, E. et Tardy, D., 2004, La Tour de Vésone à Périgueux (Dordogne) : nouvelle lecture, Aquitania, 20, p. 13-52.

Boudartchouk, J.-L., 2001, Sondages sur le bâtiment public (sanctuaire ?) de l’îlot septentrional, dans S. Esmonde Cleary et J.-L. Boudartchouk, Fouilles de la Cieutat, Eauze, Gers (32), Rapport intermédiaire, Rapport inédit, Service Régional de l’Archéologie de Midi- Pyrénées, p. 7-9.

Boudartchouk, J.-L. et Cleary, S., 2004, Eauze, dans L. Maurin et al., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, XIII, Province ecclésiastique d’Eauze (Novempopulania), Paris, p. 25-32.

Bouet, A. (dir.), 2003, Thermae gallicae. Les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Aquitania, suppl. 11, Bordeaux.

Busson, D., 2001, Paris ville antique, Paris.

Catalo, J., Llech, L., Massan, P. et Ipiens, A., 1994, Le forum de Rodez, premiers résultats, MSAMF, 54, p. 11-58.

Collart, J.-L., 2007, Au Bas-Empire, la capitale des Viromandui se trouvait-elle à Saint- Quentin ou à Vermand ?, dans R. Hanoune (dir.), Les villes romaines du Nord de la Gaule, RN, Hors série. Collection Art et Archéologie, n° 10, Lille, p. 349-393.

Darles, C. et Pisani, P., 2005, A Elusa, une domus du ier s. apr. J.-C. au ive s. apr. J.-C., dans F. Dieulafait et M. Hue, Résidences des villes et des campagnes du Gers antique. Domus et villa dans la Cité élusate, Catalogue de l’exposition temporaire du Musée archéologique d’Eauze, 8 juillet-31 décembre 2005, Lavaur.

Deborde, G., 2007, Augustobona (Troyes), chef-lieu des Tricasses, dans R. Hanoune (dir.), Les villes romaines du Nord de la Gaule, RN, Hors série. Collection Art et Archéologie, n° 10, Lille, p. 337-348.

Dieulafait, F et Hue, M., 2005, Résidences des villes et des campagnes du Gers antique. Domus et villa dans la Cité élusate, Catalogue de l’exposition temporaire du Musée archéologique d’Eauze, 8 juillet-31 décembre 2005, Lavaur.

Doulan, C., 2008, Sanctuaires et vie religieuse dans l’Aquitaine celtique à l’époque gallo-romaine (architecture et sculpture), Doctorat, université de Bordeaux 3.

Dumasy, F., 1992, Argenton-Saint-Marcel (Indre), dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 24-30.

Equipe Archéologique De Vendeuvre-Du-Poitou, 1969, Le sanctuaire gallo-romain des Mirandes, Bulletin de la société des antiquaires de l’Ouest, 10, p. 29-59.

Esmonde Cleary, S. et Boudartchouk, J.-L. 2001, Fouilles de la Cieutat, Eauze, Gers (32), Rapport intermédiaire, Rapport inédit, Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées.

Esmonde Cleary, S. 2004, Eauze/Elusa (Gers), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, ustiq. 25, p. 417-418.

Fauduet, I., 1993 a, Atlas des temples romano-celtiques de Gaule. Les fanums, Paris.

Fauduet, I., 1993 b, Atlas des temples romano-celtiques de Gaule. Les fanums, Banque de données informatisées, Paris.

Fellmann, R., 1992, La Suisse gallo-romaine, Lausanne.

Gardes, Ph., 2000, Trois années de recherches sur l’oppidum d’Esbérous à Eauze (Gers), Bulletin de l’AFEAF, p. 22-25.

Garmy, P., 1992, Saint-Germain-d’Esteuil (Gironde), dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux p. 145-149.

Gaston, C., 2008, Bâtiments « standardisés » dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté, RAE, 57, p. 253-266.

Girardy-Caillat, C., 1998, Périgueux antique, Paris.

Goguey, R., 1994, Saint-Usage, dans J. Bénard, M. Mangin, R. Goguey et L. Roussel (dir.), Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Luxeuil-les-Bains p. 153-155.

Goudineau, Chr., 1980, Les villes de la paix romaine, dans G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, La ville antique, t. 1, Paris.

Heijmans, M., 1998, Le « Palais de la Trouille » à Arles : palais impérial ou palais du Préfet ?, AnTard, 6, p. 209-231.

Labrousse, M., 1949, Informations archéologiques, Gallia, 7, p. 137.

Labrousse, M., 1970, Informations archéologiques, Gallia, 28, 2, p. 417-418.

Labrousse, M., 1972, Informations archéologiques, Gallia, 30, 2, p. 495-496.

Labrousse, M., 1976, Informations archéologiques, Gallia, 34, 2, p. 485.

Lapart, J., 1983, Une campagne de fouilles à Eauze en 1825, dans Bull. Gers, 84, p. 32-49.

Lapart, J., 1985, Fours de potiers et chapiteaux de marbre d’époque gallo-romaine découverts à Eauze, dans Bull. Gers, 86, p. 254-259.

Lapart, J. et Petit, C., 1993, Carte archéologique de la Gaule. Gers, 32, Paris.

Le Cloirec, G., 2004, Carhaix/Vorgium (Finistère), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, suppl. 25, p. 381-384.

Le Cloirec, G. (dir.), 2008, Carhaix antique. La domus du centre hospitalier, Rennes.

Le Noheh, C., Rifa, P. et Schaad, D., 1991, Note sur un autel votif découvert à Eauze (Gers), Aquitania, 9, p. 269-275.

Lequément, R., 1983, Informations archéologiques, dans Gallia, 41, 2, p. 490-494.

Lequément, R., 1986, Informations archéologiques, dans Gallia, 44, 2, p. 323.

Lewis, M. J. T., 1966, Temples in Roman Britain, Cambridge.

Loustaud, J.-P., 2000, Limoges antique, TAL, suppl. 5, Limoges.

Maniquet, C., 2004, Le sanctuaire antique des Arènes de Tintignac, Limoges.

Marcadal, Y. (dir.), 2001, Un complexe cultuel dédié à Jupiter, Ier-IIIe s. après J.-C., Calès-Mézin (Lot-et-Garonne), Gradignan.

Marquaire, J., 1994, Le sanctuaire gallo-romain du Puy-Lautard (Creuse), TAL 14, p. 23- 68.

Martinaud, M. et Schaad, d., 1991, Un exemple de stratégie d’évaluation de potentiel archéologique : le site antique d’Eauze (Gers), Revue d’archéométrie, 15, p. 17-27.

Mitard, P.-H., 1993, Le sanctuaire gallo-romain des Vaux-de-la-Celle à Genainville (Val- d’Oise), Guiry-en-Vexin.

Monteil, M. et Tranoy, L., 2008, La France gallo-romaine, Paris.

Morel, J., 1991, Avenches/Derrière la Tour - Insula 7, Bull. de l’association Pro aventico, 33, p. 126-130.

Naveau, J. (dir.), 1997, Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, Documents Archéologiques de l’ouest, Rennes.

Naveau, J., 2004, Jublains/Noviodunum (Mayenne), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, suppl. 25, p. 435-438.

Neiss, R., Berthelot, F., Balmelle, A., Poirier, M., Rollet, Ph. et Sindonino, S., Reims antique, vingt ans après, dans R. Hanoune (dir.), Les villes romaines du Nord de la Gaule, RN, Hors série. Collection Art et Archéologie, n° 10, Lille, p. 293-308.

Ode, B., 2004, Javols/Anderitum (Lozère), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, suppl. 25, p. 431-434.

Pailler, J.-M. et Schaad, d., 1992, Eauze antique, dans D. Schaad (dir.) 1992, Le trésor d’Eauze, Toulouse, p. 1-5.

Paillet, J.-L. et Petit, C., 1992, Nouvelles données sur l’urbanisme de Lugdunum des Convènes. Prospection aérienne et topographie urbaine, Aquitania, 10, p. 109-144.

Pénison, E., 2005, Visiter Vesunna. Musée gallo-romain de Périgueux, Luçon.

Petit, J.-P., 2007, Habiter et travailler sous un même toit, dans J.-P. Petit et S. Santoro (éd.), Vivre en Europe romaine. De Pompéi à Bliesbruck-Rheinheim, Paris, p. 121-127.

Petit-Aupert, C., 2006, Les villae du Lectourois : l’apport de la prospection aérienne, dans F. Réchin (dir.), Nouveaux regards sur les villae d’Aquitaine : bâtiments de vie et d’exploitation, domaines et postérités médiévales, Actes de la Table ronde de Pau, 24-25 novembre 2000, Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, Hors série n° 2, 68-75.

Petit-Aupert, C., 2008, Nouvelles données sur l’urbanisme antique de Lactora : l’apport de la prospection aérienne, dans A. Bouet (dir.), D’Orient et d’Occident, Mélanges offerts à Pierre Aupert, Mémoires 19, Ausonius, p. 231-243.

Pisani, P. (dir.), 2008, Eauze Gers (32), La domus de Cieutat, 2008, Rapport de synthèse de fouilles archéologiques programmées 2008, troisième année, Rapport inédit, Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées.

Pisani, P. (dir.), 2009, Gers (32), Eauze, Stade municipal, Rapport de diagnostic archéologique, du 4 au 6 février 2010, Rapport inédit, Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées.

Pommeret, C. et Muzin, J., 1994, Nuits-Saint-Georges (Les Bolards), dans J. Bénard, M. Mangin, R. Goguey et L. Roussel (dir.), Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Luxeuil- les-Bains, p. 79-89.

Rebourg, A., 1998, L’urbanisme d’Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire), Gallia, 55, p. 141-236.

Rebourg, A. et Goudineau, Chr., 2002, Autun antique, Paris.

Sauvage, Chr., 1987, Le quartier de la gare, dans De l’Âge du Fer aux temps barbares, Dix ans de recherches archéologiques en Midi-Pyrénées, Catalogue de l’exposition du Musée Saint- Raymond, octobre 1987 - janvier 1988, Toulouse, p. 112-113.

Richard, C., 1992, Antigny (Vienne), dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud- ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 22-24.

Roussel, L., 1994, Mâlain - Mediolanum, dans J. Bénard, M. Mangin, R. Goguey et L. Roussel (dir.), Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Luxeuil-les-Bains, p. 63-78.

Schaad, D, (dir), 1992, Le trésor d’Eauze, Toulouse.

Schaad, D., Martinaud, M., Colmont, G. et Pailler, J.-M., 1992, Eauze (Gers), dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 82-89.

Schaad, D. et Vidal, M., 1992, Origine et développement urbain des cités de Saint- Bertrand-de-Comminges, d’Auch et d’Eauze, dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, 2e Colloque Aquitania, Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Aquitania, suppl. 6, Bordeaux, p. 211-221.

Vanderhoeven, A., 2004, Tongres/Atuatuca (Belgique), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, suppl. 25, p. 481-485.

Vanderhoeven A., 2007, Tongres au Haut-Empire romain, dans R. Hanoune (dir.), Les villes romaines du Nord de la Gaule, RN, Hors série. Collection Art et Archéologie, n° 10, Lille, p. 309-336.

Vermeersch, D., 2007, L’agglomération antique de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) : bilan des connaissances, dans R. Hanoune (dir.), Les villes romaines du Nord de la Gaule, RN, Hors série. Collection Art et Archéologie, n° 10, Lille, p. 99-132.

Vial, J., 2003, Carte archéologique de la Gaule. Le Montpelliérais, 34/3, Paris.

Vipard, P., 2007, Maison à péristyle et élites urbaines en Gaule sous l’Empire, Gallia, 64, p. 227-277.

Wiblé, F., 2004, Martigny/Octodurus (Suisse), dans A. Ferdière (dir), Capitales éphémères, des capitales de cités perdent leur statut dans l’antiquité tardive, Actes du colloque organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR CITERES), Tours, 6-8 mars 2003, RACF, suppl. 25, p. 451-456.

Haut de page

Annexe

­

Fig. 1. Plan de la ville antique d’Elusa. C. Petit-Aupert, P. Pisani.

Fig. 1. Plan de la ville antique d’Elusa. C. Petit-Aupert, P. Pisani.

Fig. 2. Plateau de Cieutat, vue générale à partir du sud-ouest. Trame viaire de la ville (C1, C3, C4 et D6, D8 et D9) et constructions (insulae XXIV, XXV, XXXI, XXXII, XXXVII, XXXVIII, XXXIX, XLIV, XLV, XLVI, LI, LII, LIII, LVII, LVIII, LVIX).

Fig. 2. Plateau de Cieutat, vue générale à partir du sud-ouest. Trame viaire de la ville (C1, C3, C4 et D6, D8 et D9) et constructions (insulae XXIV, XXV, XXXI, XXXII, XXXVII, XXXVIII, XXXIX, XLIV, XLV, XLVI, LI, LII, LIII, LVII, LVIII, LVIX).

C. Petit-Aupert.

Fig. 3. Plateau de Cieutat (partie sud) : vue du sud. Au centre insula LI avec la domus en cours de fouille ; au nord le sanctuaire de l’insula XLIV. Trame viaire (C1, C3, C4, D8, D9) et autres constructions dans les insulae LII, LVII et XLV.

Fig. 3. Plateau de Cieutat (partie sud) : vue du sud. Au centre insula LI avec la domus en cours de fouille ; au nord le sanctuaire de l’insula XLIV. Trame viaire (C1, C3, C4, D8, D9) et autres constructions dans les insulae LII, LVII et XLV.

C. Petit-Aupert.

Fig. 4. Plateau de Cieutat (partie nord) : vue de l’est. Au centre, insula XXXI avec domus ; au nord, les constructions en bordure de D6 (insula XXXVII) et au premier plan le grand bâtiment rectangulaire dans l’insula XXXIX. Trame viaire (C1, C3 et D6) et autres constructions dans les insulae XXIV, XXV, XXXII, XXXVIII.

Fig. 4. Plateau de Cieutat (partie nord) : vue de l’est. Au centre, insula XXXI avec domus ; au nord, les constructions en bordure de D6 (insula XXXVII) et au premier plan le grand bâtiment rectangulaire dans l’insula XXXIX. Trame viaire (C1, C3 et D6) et autres constructions dans les insulae XXIV, XXV, XXXII, XXXVIII.

C. Petit-Aupert.

Fig. 5. Plateau de Lataste (partie est) : vue du nord. Trame viaire : C2, C3 et D2.

Fig. 5. Plateau de Lataste (partie est) : vue du nord. Trame viaire : C2, C3 et D2.

C. Petit-Aupert.

Fig. 6. Plateau de Lataste, vue générale à partir du nord. Les deux voies décumanes D2 et D3 et la voie cardinale C4.

Fig. 6. Plateau de Lataste, vue générale à partir du nord. Les deux voies décumanes D2 et D3 et la voie cardinale C4.

C. Petit-Aupert.

Fig. 7. Plateau de Lataste (partie ouest) : vue de l’ouest. Constructions en bordure des deux voies décumanes D2 et D3.

Fig. 7. Plateau de Lataste (partie ouest) : vue de l’ouest. Constructions en bordure des deux voies décumanes D2 et D3.

C. Petit-Aupert.

Fig. 8. Plateau de Lataste (partie sud) : vue du sud. Constructions dans l’insula XXIII.

Fig. 8. Plateau de Lataste (partie sud) : vue du sud. Constructions dans l’insula XXIII.

C. Petit-Aupert.

Fig. 9. Plan de la zone du sanctuaire.

Fig. 9. Plan de la zone du sanctuaire.

Fig. 10. Plans des domus d’Eauze et des domus de Périgueux (Pénisson, 2005) et Carhaix (Le Cloirec, 2008). 1 : 2000.

Fig. 10. Plans des domus d’Eauze et des domus de Périgueux (Pénisson, 2005) et Carhaix (Le Cloirec, 2008). 1 : 2000.
Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier vivement Pierre Pisani pour sa disponibilité et sa générosité scientifique. Il avait déjà dressé un premier plan du secteur de Cieutat et il a, d’une part, accepté de confronter ses données avec les miennes de façon à obtenir un plan le plus fiable possible et, d’autre part, fourni des données inédites. Les photographies obliques ont été reportées sur le plan cadastral et redressées informatiquement. Nos remerciements également à F. Dieulafait pour son aide précieuse en matière de traitement informatique des images.

2 Pailler, Schaad, 1992, p. 1-5 ; Schaad et al., 1992, 82-89 ; Schaad, Vidal, 1992, p. 211-221 ; Lapart, Petit, 1993, p. 140-170 ; Boudartchouk, Cleary, 2004, p. 25-32 ; Esmonde Cleary, 2004, p. 417- 418.

3 Bell. Gall., III, 27.

4 Hist. Nat. IV, 108.

5 Plusieurs études ont été menées sur cet oppidum cf. publication récente : Gardes, 2000, 22-25.

6 Schaad, Vidal, 1992, p. 214.

7 Pailler, Schaad, 1992, p. 1.

8 CIL, XIII, 546.

9 Not. Gall., XIV, 1 et discussions dans Boudartchouk, Cleary, 2004, p. 25-32.

10 Martinaud, Schaad, 1991, p. 17-27 et Schaad et al., 1992, p. 85-86.

11 Des prospections aériennes avaient antérieurement été effectuées par F. Didiejean, elles avaient révélé des éléments de la trame viaire sur les plateaux de Lataste et de Cieutat, Schaad et al., 1992, p. 87.

12 Schaad et al., 1992, p. 83 ; Batz, 1897, p. 11.

13 CIL, XIII, 548 et Pailler, Schaad, 1992, p. 1.

14 Sondages centre commercial Leclerc : Le Noheh et al., 1991, 269-275.

15 CIL, XIII, 546, 547, 558 et 559 et statuette d’un Cautes découverte au xviiie siècle, pour l’ensemble des découvertes voir Lapart, Petit, 1993, p. 143.

16 CIL, XIII, 541, 543 et Lapart, Petit, 1993, p. 143.

17 Fouilles effectuées en 1825 : Lapart, Petit, 1993, p. 151 ; Lapart, 1983, p. 32-49.

18 Schaad et al., 1992, p. 88.

19 Ibid., p. 88.

20 Fouille menée dès 2001 par S. Esmonde Cleary et depuis 2006 par P. Pisani, voir Darles, Pisani, 2005, p. 26-28.

21 Balmelle, 1987, n° 262, 263, 264, 265, 266, 267, 268, 270 et Lapart, Petit, 1993, p. 163-164.

22 Sondage effectué par J. Lapart et J.-L. Paillet en 1982 : Lequément, 1983, p. 491.

23 Arramond et al., 1986, fig. 3, p. 5.

24 Arramond et al., 1986, fig. 3, p. 5. et Le Noheh et al., 1991, p. 270-273.

25 Arramond et al., 1986, p. 41.

26 Près de la voie ferrée, sondage J. Lapart 1985 : Lapart, Petit, 1993, p. 154-155.

27 Fondations d’un bâtiment de plan orthogonal et d’une étuve, entourées de canalisations : Schaad et al., 1992, p. 84.

28 Un quatrième a simplement été reconnu, Lapart, Petit 1993, p. 154.

29 Fouille J. Lapart 1983 : Lapart 1985, p. 254-259 et Lapart, Petit, 1993, p. 154.

30 Fouille J.-E. Guilbaut 1983-1984 : Arramond et al., 1986, p. 18-20 ; Lequément, 1986, p. 323.

31 Fouille P. Aragon-Launet 1968 : Labrousse, 1970, p. 417-418 et 1972, p. 495-496 ; Lapart, Petit, 1993, p. 151 et 154.

32 Labrousse, 1976, p. 485 ; Schaad et al., 1992, p. 84 et discussion, note 10.

33 Fouille F. Dieulafait et Chr. Sauvage 1985 : Sauvage, 1987, p. 112-113.

34 Un four à l’est de C3 et d’autres fours reconnus en bordure est du plateau cf. Schaad et al., 1992, p. 86.

35 Schaad et al., 1992, p. 86.

36 Lapart, Petit, 1993, p. 155 ; Schaad et al., 1992, p. 88.

37 A Autun, par exemple, certains ateliers de bronziers, de potiers et de tabletiers sont disposés en couronne à proximité de l’enceinte mais intra-muros, d’autres (installations de vanniers et de potiers) sont implantés à l’intérieur de la ville, Rebourg, Goudineau, 2002, p. 88-93 ; à Jublains, nombreuses traces d’artisanat à l’intérieur de la zone urbaine, Naveau, 2004, p. 438 ; voir par exemple, l’îlot (B-D-8-9) à l’ouest des thermes publics, Naveau, 1997, p. 102.

38 A Jublains, îlot (A-G-7-8), Naveau, 1997, 102.

39 Saint-Bertrand-de-Comminges, 36 ha (non compris le camp de Tranquistan) ; Pailler, Petit, 1992, p. 118 ; Lectoure, 40 hectares, Petit-Aupert, 2008, p. 242 ; Avenches, dans son développement maximal 60 hectares, Blanc, 2004, p. 362 ; Corseul, superficie estimée à 47 hectares, Le Cloirec, 2004, p. 414 ; Périgueux, environ 60 hectares au Haut-Empire, Girardy-Caillat, 1998, p. 14 ; Javols à son apogée à la fin du IIe siècle, estimée à 40 hectares, Ode, 2004, p. 432 ; Tongres au Bas-Empire, 50 hectares, Vanderhoeven, 2004, p. 482.

40 Schaad et al., 1992, p. 86.

41 Pisani, 2008, p. 101.

42 Labrousse, 1949, p. 137.

43 Pisani, 2009, p. 33, 43-56 et p. 62.

44 Le Noheh et al., 1991, p. 270-272.

45 Boudartchouk, 2001, p. 9 et fig. 3.

46 Ibid., p. 8-9, fig. 3 et pl. 5.

47 Il a été reconnu dans un sondage cf. Pisani, 2008, p. 101.

48 Pisani, 2009, p. 57-59 et p. 62.

49 Une mesure d’axe en axe apporte, on le verra, des données moins intéressantes.

50 Même élargissement dû au forum, à Limoges, où les entraxes des cardines 6 et 7 passent de 93 à 119 m et de 100 à 119 m pour les decumani VII et VIII, et où, de surcroît, il occupe deux de ces insulae ainsi agrandies, cf. Loustaud, 2000, p. 71-72. En revanche, à Aventicum/Avenches (Suisse), la bande N-S d’insulae dans laquelle prend place le forum est aussi large que les autres, mais celuici y occupe deux d’entre-elles, Fellmann, 1992, p. 100 et p. 103. A Autun, une rangée d’îlots en bordure du cardo maximus mesure 160 m E-O au lieu de 100/110 m habituellement, cf. Rebourg, 1998, p. 179. Les cas où le forum n’occupe qu’une insula, fût-elle un peu plus importante comme à Martigny (Suisse), sont rares, cf. Wiblé, 2004, p. 452-453.

51 Schaad et al., 1992, p. 86 et Pisani, 2008, p. 101.

52 Pisani, 2008, p. 101.

53 Schaad et al. 1992, p. 87 et Pisani, 2008, p. 101.

54 Le Noheh et al., 1991, fig. 2, p. 272.

55 Comme Augst (Fellmann, 1992, p. 141) ; Agen (Bedon, 2001, p. 49, d’après Ph. Jacques) ; Rodez : plusieurs tailles, mais rapport de 1,28 habituellement (ibid., p. 268, d’après P. Massan) ; Sens, avec deux modules : 1,6 ; 1,17 (ibid., p. 296, d’après D. Perrugot) ; A Saint-Quentin, insulae mixtes également, de proportions 1,5 et 1,1 (Collart, 2007, p. 368).

56 Dax : 1,7 (Bedon, 2001, p. 152, d’après L. Maurin et M.-C. Mélendez) ; Tours : 1,90 en général (les insulae N et S sont plus carrées), cf. ibid., p. 310 d’après H. Galinié ; Fréjus : ca. 2, (ibid., p. 169, d’après L. Rivet et S. Saulnier) ; A Corseul, les proportions sont très variables : 1,36 / 1,64 / 2,03 (ibid., p. 149, d’après H. Kérébel).

57 Loustaud, 2000, p. 71-72 et 74 -75. Même constatation à Amiens, cf. Bayard, 2007, p. 14 et 22, d’après D. Bayard et J.-L. Massy 1983.

58 Boudartchouk, 2001, p. 9. L’abside, que la fouille a révélée au nord de ce dallage, est une implantation tardive.

59 Une tranchée nord-sud a dégagé un tronçon du mur nord, un remblai accolé à sa face nord, puis un dallage, bordé par un mur au nord et perturbé par une abside tardive, ibid., p. 8-9 et pl. 8.

60 Ibid., 2001, pl. 8.

61 Interprétation déjà proposée par le fouilleur.

62 Amy, Gros, 1979, p. 90.

63 Fauduet, 1993 a, p. 112-113.

64 Due peut-être, bien entendu, à un défaut de révélation.

65 Naveau, 1997, fig. 7, p. 121 et 122 ; Fauduet, 1993a, p. 106 : 24 des sanctuaires recensés ont un temple excentré.

66 Fauduet, 1993, p. 110.

67 Doulan, 2008, vol II, p. 30 et pl. XIII, n° 10, d’après Richard 1999 et Bertrand 2004.

68 Doulan, 2008, vol. II, p. 490, pl. CCLXXXIV, d’après Poux et al. 2004.

69 Fauduet, 1993 a, n° 268, p. 64.

70 Fauduet, 1993 a, n° 381, p. 72.

71 Fauduet, 1993 a, n° 405, p. 74.

72 Fauduet, 1993 a, n° 407, p. 74 ; Fauduet, 1993 b.

73 Fauduet, 1993 a, n° 591, p. 87 ; Fauduet, 1993 b.

74 Fauduet, 1993 a, n° 263, p. 62 ; Fauduet, 1993 b.

75 Doulan, 2008, pl. CCLXXIX, fig. 1, d’après Brunie 1996.

76 Aupert, 2008, p. 47.

77 Mitard, 1993, pl. II, p. 42.

78 Fauduet, 1993 a, n° 581, p. 91.

79 Etat du iie siècle du temple double, cf. Maniquet, 2004, p. 64.

80 Doulan, 2008, vol. II, p. 478, pl. CCLIII, d’après Marquaire 1994.

81 Le temple de Mézin, dans son dernier état, est muni d’une petite pièce sur son flanc sud. Elle est munie d’un seuil, mais ne communique apparemment pas avec la cella oblongue à laquelle elle s’adosse. En tout cas cette possibilité n’est pas évoquée dans la publication, Marcadal, 2001, p. 48, et aucune porte, ni pour cet état, ni pour les précédents, n’est indiquée sur les plans de la fig. 44.

82 Aupert, Sablayrolles, 1992, p. 287. Les auteurs notent que ce conservatisme religieux distingue l’Aquitaine de la Narbonnaise.

83 Bost et al., 2004, p. 14-17.

84 Loustaud, 2000, p. 79, fig. 7 et p. 311-322.

85 Aupert, Sablayrolles, 1992, p. 288.

86 Fauduet, 1993 a, p. 103 : « La plupart des agglomérations dotées d’un sanctuaire indigène sont des petits bourgs… Ceux qui sont implantés dans un chef-lieu de cité dont des petits sanctuaires de quartier ou des sanctuaires extra muros, où ils présentent une architecture hybride ». A priori, notre temple ne relève pas de ce type hybride : il serait plus long, pour ménager la place d’un pronaos.

87 Même banquette au fond d’une cella de fanum à Berne 1, cf. Fauduet, 1993 a, n° 646, p. 89, ou à Silchester 3, cf. Lewis, 1966, fig. 26, p. 168. Cette banquette peut être confondue avec un pronaos, surtout lorsque l’on ne dispose que d’une photo aérienne. Lorsque l’on ne dispose pas de données de fouille, comme au fanum 1 de Loubers (Fauduet, 1993 a, n° 390, p. 73), c’est l’orientation qui permet alors de trancher. Ici, mon identification repose sur l’hypothèse d’une ouverture vers la cour.

88 Lewis, 1966, fig. 94, p. 190.

89 Fauduet, 1993 a, n° 54, p. 43 et n° 206, p. 59.

90 L’hypothèse d’un temple lié à un forum a été formulée par Esmonde Cleary, 2004, p. 418.

91 Les fora mesurent en général plus d’une centaine de mètres de longueur, cf. Goudineau, 1980, p. 275. A Saint-Bertrand-de-Comminges, le forum mesure quelque 176 m de longueur, cf. Paillet, Petit, 1992, pl. hors-texte. Celui de Rodez est long de plus de 110 m, cf. Catalo et al., 1994, p. 42, fig. 29.

92 Voir, par exemple, les cas rassemblés par J.-P. Petit dans Petit, 2007, p. 122.

93 De très nombreux exemplaires sont attestés : Gaston, 2008, p. 255, fig. 2.

94 Morel, 1991, p. 127.

95 Morel, 1991, p. 126.

96 Fauduet, 1993 a, n° 556, p. 92.

97 Fauduet, 1993 a, p. 94.

98 88,50 x 27,70 m, cf. Bouet, 2003, p. 558.

99 Heijmans, 1998, p. 226-229.

100 Ou muni d’une rangée de supports internes qui ne seraient pas révélés.

101 Bayard, 2007, p. 21, fig. 6 : trois salles juxtaposées, de 46 x 14 et 41 x 14,50 m pour deux d’entre elles.

102 Aménagement d’époque augustéenne : Vial, 2003, p. 210.

103 Vial, 2003, p. 211.

104 Petit-Aupert, 2006, p. 73-75.

105 Le Cloirec, 2008, p. 196.

106 Loustaud, 2000, p. 181-182 et 191 ; Vipard, 2007, p. 248, tabl. II.

107 Vipard, 2007, p. 236.

108 Vipard, 2007, p. 248.

109 Vipard, 2007, p. 240.

110 Même s’il faut réduire la superficie car nous ne pouvons assurer que la totalité des sols en dur appartienne à la salle de réception, il est vraisemblable de cette dernière occupait une superficie importante.

111 P. Pisani, à paraître.

112 Balmelle, 2001, voir notamment Moncrabeau, Bapteste, fig. 332.

113 Balmelle, 1992, p. 364.

114 Deborde, 2007, p. 345-347.

115 Paillet, Petit, 1992, p. 109-144.

116 Petit-Aupert, 2008, 231-243.

117 Comme Barzan (Aupert, 1997, p. 16-17, 23-28), Argenton (Dumasy 1992, p. 27), Antigny (Richard 1992, p. 23), Saint-Germain-d’Esteuil (Garmy 1992, p. 147), Sanxay (Aupert, 1992), Vendeuvre-du-Poitou (Equipe archéologique de Vendeuvre, 1969, p. 35), Mâlain (Roussel 1994, p. 64-65), Nuits-Saint-Georges (Pommeret, Muzin, 1994, p. 86), Saint-Usage (Goguey, 1994, p. 154), etc... Sur la prépondérance des dieux indigènes dans les vici, cf. Bénard, Mangin, 1994, p. 249-254.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de la ville antique d’Elusa. C. Petit-Aupert, P. Pisani.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre Fig. 2. Plateau de Cieutat, vue générale à partir du sud-ouest. Trame viaire de la ville (C1, C3, C4 et D6, D8 et D9) et constructions (insulae XXIV, XXV, XXXI, XXXII, XXXVII, XXXVIII, XXXIX, XLIV, XLV, XLVI, LI, LII, LIII, LVII, LVIII, LVIX).
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 3. Plateau de Cieutat (partie sud) : vue du sud. Au centre insula LI avec la domus en cours de fouille ; au nord le sanctuaire de l’insula XLIV. Trame viaire (C1, C3, C4, D8, D9) et autres constructions dans les insulae LII, LVII et XLV.
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4. Plateau de Cieutat (partie nord) : vue de l’est. Au centre, insula XXXI avec domus ; au nord, les constructions en bordure de D6 (insula XXXVII) et au premier plan le grand bâtiment rectangulaire dans l’insula XXXIX. Trame viaire (C1, C3 et D6) et autres constructions dans les insulae XXIV, XXV, XXXII, XXXVIII.
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 5. Plateau de Lataste (partie est) : vue du nord. Trame viaire : C2, C3 et D2.
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 6. Plateau de Lataste, vue générale à partir du nord. Les deux voies décumanes D2 et D3 et la voie cardinale C4.
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7. Plateau de Lataste (partie ouest) : vue de l’ouest. Constructions en bordure des deux voies décumanes D2 et D3.
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 8. Plateau de Lataste (partie sud) : vue du sud. Constructions dans l’insula XXIII.
Crédits C. Petit-Aupert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig. 9. Plan de la zone du sanctuaire.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 10. Plans des domus d’Eauze et des domus de Périgueux (Pénisson, 2005) et Carhaix (Le Cloirec, 2008). 1 : 2000.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12062/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Petit-Aupert, « Quelques réflexions sur l’urbanisme de l’antique Elusa d’après les photographies aériennes »Pallas, 82 | 2010,  77-102.

Référence électronique

Catherine Petit-Aupert, « Quelques réflexions sur l’urbanisme de l’antique Elusa d’après les photographies aériennes »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12062

Haut de page

Auteur

Catherine Petit-Aupert

Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals