Navigation – Plan du site
Itinéraires gallo-romains

Construction du tracé de la voie d’Aquitaine

Le segment d’Eburomagus à Sostomagus
« Building the layout of the road of Aquitaine : the segment from Eburomagus to Sostomagus »
Michel Passelac
p. 103-120

Résumés

Entre Eburomagus (Bram) et Sostomagus (Castelnaudary) le tracé de la voie d’Aquitaine est d’abord complété par l’étude d’images aériennes et des observations de terrain. Il est remarquable que les orientations de trois de ses lignes brisées coïncident avec celles de structures agraires antiques organisant la plaine. On n’y voit pas le signe que ce tracé est récent, mais qu’il a été établi en concomitance avec ces structures, peu après la création de la Transalpine. Il s’agit aussi d’un tracé optimal en fonction de la topographie, enrichi de trois stations inconnues des itinéraires antiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Griffe, 1938 ; Baux, Mot, 1955, p. 55.  ; Labrousse, 1968 p. 341-342 donne une synthèse qui reste, (...)
  • 2 Sabarthès, 1912, sv. Eburomagus.
  • 3 L. Decramer dans son site archeo-rome. com propose, sous le titre « Voie et cadastre antique : une (...)
  • 4 Darbandi, 1979.
  • 5 Passelac, 1980 et 2002

1Au moment où la voie d’Aquitaine est l’objet d’un regain d’intérêt, il nous a semblé utile de faire le point sur un court segment de son tracé qui est à la fois l’un des mieux connus entre Toulouse et Narbonne et l’un de ceux où sa trace était partiellement perdue. Ainsi, de Bram vers Castelnaudary le Chemin départemental 33 prend son origine à la sortie ouest du vicus antique d’Eburomagus. Dans la plaine qui sépare ces deux agglomérations, il progresse par segments de lignes droites pour les relier au plus court en tenant compte d’accidents topographiques mineurs. Attesté dans les documents anciens sous le nom de Camin ferrat, il porte sur les cartes de l’IGN la mention Ancienne voie romaine d’Aquitaine. Ce tracé sans problème jusqu’au franchissement du Tréboul a été reconnu par la communauté des historiens et des archéologues1. Seul Sabarthès croyait que la voie tardive correspondait au tracé de la RN 113 entre Alzonne et Castelnaudary2, et plus récemment, L. Decramer a proposé un tracé que nous ne reconnaissons, pas sur la base d’une grille cadastrale peu ancrée dans la réalité3. Pourtant, le segment de voie en question a fait l’objet d’un examen attentif sur photographies aériennes par M. Darbandi dans le cadre d’une thèse4, de prospections au sol et de prospections aériennes à basse altitude par nos soins5 de sorte que l’on peut le restituer là où il posait problème et enrichir fortement sa connaissance pour le reste. L’orientation des segments de la voie constitue un cas intéressant des relations que peut entretenir un tel ouvrage avec les structures agraires organisées, parcellaires et cadastres.

2En hommage aux travaux de Pierre Sillières sur les voies antiques, nous présenterons d’abord la reconstitution du tracé au sud-est de Castelnaudary, puis les contraintes, les orientations qui ont présidé au tracé, enfin, l’environnement et la vie de cet axe qui sous-tend tout le paysage antique.

1. Restitution du tracé au sud-est de Castelnaudary

  • 6 Passelac, 2002, 2003, p. 99-100.
  • 7 Cazes, 1998, p. 146.
  • 8 Passelac, 2002, p. 188.

3L’ancienne ville de Castelnaudary correspond, dans sa partie la plus haute, à l’ouest, nommée localement le Pech, à l’emplacement de l’antique Sostomagus. C’était une importante agglomération de hauteur, en appui sur un talus, établie à la fin du premier âge du Fer6. Elle se trouvait en bordure du tracé d’une ancienne route au profil de chemin de crête emprunté ensuite par la voie d’Aquitaine en direction de Toulouse. Vers l’est, cette route protohistorique se prolongeait par un chemin de même allure, parcourant de façon sinueuse l’interfluve Frequel- Tréboul. Au moyen âge, il se nomme Camin francès et passe par Lasbordes et Saint-Martin Lalande7. A la fin du deuxième âge du Fer est créée l’agglomération d’Eburomagus. Celle-ci est centrée sur un carrefour de routes dont la principale deviendra la voie d’Aquitaine8. De Bram au pont sur le Tréboul, au nord est du Murier, le tracé correspond exactement au CD 33. Il est facile de le démontrer, à la fois par des arguments fondés sur la photo-interprétation comme ceux qui ont été développés par M. Darbandi et par des preuves archéologiques comme la localisation de stations, d’un cimetière, de matériaux appartenant à ses fondations et à ses recharges. Nous reviendrons sur ces observations.

  • 9 Darbandi, 1979, p. 103.
  • 10 « On voit encore aujourd’hui des vestiges de cet ancien chemin à un quart de lieue de Castelnaudary (...)

4A partir du pont sur le Tréboul vers Castelnaudary, le tracé diffère notablement de celui que l’on a suivi depuis Bram. Il est nettement plus sinueux et ses relations avec les éléments du paysage antique s’inversent. M. Darbandi conclut « l’ensemble des sections à l’exception de R8.9 est antérieur à des structures environnantes »9. Nous réexaminerons plus loin la question des relations avec le paysage. Mais il apparaît bien que cette dernière section constitue une anomalie par rapport à l’ensemble de la voie. Pourtant, un tracé « en baïonette » est assez classique au franchissement d’un cours d’eau, et les ingénieurs antiques auraient pu à juste titre décider d’un changement de rive à cet endroit pour s’éloigner des parties basses et inondables qui bordent la rivière. M. Darbandi a noté la présence, sur les photographies aériennes, de traces de limites effacées au nord du Murier qui rencontrent à l’ouest l’ancien chemin de Mireval. Dans le même secteur, des vestiges avaient été reconnus au XVIIIe siècle par Jacques de Gauzy10.

5L’examen de ces traces, la prospection au sol ainsi que la prospection aérienne à basse altitude ont apporté de nombreux éléments pour reconnaître sûrement le tracé de la voie entre les abords du pont du Tréboul et Castelnaudary.

1. 1. Les traces au nord du Murier sur les photographies verticales

  • 11 Comme la mission IGN de 1976
  • 12 Passelac, 1980, p. 32 et fig. 8.
  • 13 Par exemple image du 31/12/2002, centrée sur 43°17’20.273” N - 1° 59’31.33” E.

6Les traces repérées par M. Darbandi sur la mission IGN de 1971 se retrouvent sur d’autres missions de l’IGN et diverses couvertures verticales11. Nous avons complété ces données par des clichés verticaux pris par nos soins pendant l’été 1983. La fig. 1 donne une synthèse de ces informations pour la parcelle située au nord du Murier. Sur les photographies à basse altitude de 1983, des traces de fossés de drainage parallèles à l’ouvrage sont visibles dans les céréales. Certaines traversent en oblique la voie pour se diriger vers la rivière. Nous avons reporté également les traces claires visibles sur le cliché IGN 79-1745-2445/300 n° 212, qui se présentent sous la forme de deux bandes parallèles pour une largeur totale d’environ 25 m. Ces traces, que nous avions repérées dès 197812 correspondent à l’épandage de matériaux appartenant à la construction de l’ouvrage. On peut toujours constater sur les images aériennes plus récentes comme celles de Google Earth ces indices, dans les cultures et sur sols nus, qui se prolongent vers la Terrade dans l’axe du CD 33 : traces claires bordées de fossés d’évacuation des eaux13.

1. 2. Les données des prospections aériennes à basse altitude

7Le survol régulier de cette zone au cours des années quatre-vingt a permis de suivre pendant les périodes les plus favorables à la détection, parcelle après parcelle, le tracé de la voie. Ainsi à l’est de la Terrade la voie franchit le lit du Tréboul, le longe sur 380 m puis s’infléchit légèrement vers le nord, pour former un nouveau segment rectiligne qui passe sous la Terrade, puis au nord de Saint-Bénazet. Les clichées obtenus en 1982 au lieu-dit Narcissou montrent une bande claire d’environ 10 m de largeur se confondant avec le chemin de Mireval puis avec la route de Pexiora (fig. 2). La carte de ce secteur signale bien l’antériorité de la voie d’où se sont détachés plus tard les chemins de Mireval, la route de Pexiora (C.D. 33) et la rue du Lauragais (anc. chemin de Narcissou) en formant une sorte de patte d’oie aux branches décalées (fig. 3).

1. 3. Les données des prospections au sol

8L’ouvrage a été également suivi au sol, parcelle après parcelle. Partout où les traces ont été relevées sur photographies aériennes, dans les labours des matériaux attestent l’emplacement de la voie. Les traces claires dans les cultures sont évidemment dues à la présence des éléments appartenant à la construction de l’ouvrage : recharges des surfaces de roulement, bordures faites de blocs de contention, hérisson. Ils peuvent être remaniés par les labours ou partiellement en place. Les traces claires sur sol nu attestent de l’atteinte de l’ouvrage par les labours. Le terrain étant aujourd’hui très aplani, on doit imaginer que la partie de la voie en agger a été entièrement arasée. La nature des matériaux recueillis atteste l’apport de pierre de carrières quelque peu éloignées. Ainsi, le calcaire blanc lacustre provient très certainement des bancs stampiens présents dans les collines qui bordent la plaine au sud, vers Fendeille et Villeneuve-la-Comptal ou au sud de Mireval. La molasse empruntée aux niveaux bartoniens a une origine probablement plus immédiate. La prospection des traces livre également des fragments d’amphore et de tegulae aux arêtes très émoussées, restes très usés qui devaient être pris dans les surfaces de circulation.

  • 14 Passelac, 1983 ; Passelac, 2002. Ces stations paraissent trop éloignées du site de l’oppidum de Sos (...)
  • 15 Voir Carte archeologique de l’Aude 11/2, p. 240-241 et Courrent, 1930, p. 33.

9Au nord-ouest de la Terrade on a localisé deux établissements placés en bordure même de l’axe antique, parallèles à celui-ci. Distants d’une centaine de mètres, ils mesurent respectivement 60 m x 20 m et 70 m x 30 m et ont livré des mobilier allant du Ier siècle avant notre ère au Bas-Empire. Il s’agit à l’évidence de stations routières, mais elles ne figurent pas dans les itinéraires antiques14. C’est peut-être de l’un de ces sites que provient un bas-relief figurant un Attis autrefois conservé au domaine des Cheminières, aujourd’hui disparu15.

1. 4. L’observation dans des travaux

10En 1984, nous avons saisi l’opportunité du creusement d’une tranchée pour l’installation d’un réseau, effectué le long de l’allée conduisant au Murier, à l’ouest de celle-ci. Au droit des traces observées sur les photographies aériennes et en surface, la section de la tranchée montrait la présence de matériaux exogènes (calcaire blanc concassé) inclus dans le terrain naturel limoneux. Celles-ci pouvaient être observées en deux zones distinctes qui correspondent aux deux bandes claires des clichés aériens. Malheureusement, l’intervention a été de très courte durée, la tranchée étant en cours de remblaiement, et il n’a pas été possible de procéder au nettoyage de l’ensemble des sections.

11Le point 1 (fig. 4) : à 35,2 m de l’axe du fossé du CD 33. Sur une largeur qui n’a pas été précisément déterminée, entre 0,45 m et 0,70 m de profondeur, empierrement de petits blocs de calcaire et de molasse (1003) surmonté de graviers (1002). Cette structure reposait sur une couche de limon gris foncé d’un peu plus de 0,20 m d’épaisseur (1004). Au-dessous, couche de molasse et de graviers sur 0,32 m d’épaisseur (1005), puis molasse jaune à partir de 1, 25 m (1006).

12Le point 2 (fig. 4) : à 53,60 m de l’axe du fossé du CD 33. Sur une largeur d’au moins 7 m s’étendait une couche de sables et graviers (2002). Au-dessous, sables lités et très tassés contenant des graviers et des petits blocs de calcaire blanc (2003). Cette couche remplissait un creusement de 0,25 m (2004) réalisé dans des limons foncés (2005). Les labours ont atteint ces dépôts jusqu’à 0,45 m sous la surface du sol. Au-dessous du creusement, à 0,85 m sous la surface, une couche de molasse mêlée à des graviers naturels (2006) surmontait une couche de molasse jaune (2007). Vers le nord, contre la paroi oblique du creusement était un gros bloc de calcaire.

13La tranchée a donc bien recoupé deux zones où ont été apportés des matériaux, dont une partie est exogène, après décaissement de limons. De cette couche de matériaux, sur le point 2 a été exhumé un déversoir de mortier caractéristique, par sa morphologie et sa pâte, des productions centro-italiques du Haut Empire. Il ne fait pas de doute que ces matériaux mis en place à l’époque romaine sont à l’origine de la double trace linéaire marquant le tracé de la voie antique.

  • 16 On en trouvera deux beaux exemples audois, communes d’Ornaisons et de Névian dans Aymé, 2005, fig.  (...)

14L’interprétation des deux larges traces parallèles que l’on retrouve également de façon manifeste sur la commune d’Avignonet Lauragais au lieu-dit Fontsèque est délicate. Les deux bandes claires observées souvent à l’emplacement des voies romaines proviennent généralement des matériaux provenant des murs de contention construits de part et d’autre de l’ouvrage16. Ici, la distance entre ces deux traces est importante. Deux autres hypothèses peuvent être formulées. Il est possible d’abord d’envisager l’existence de deux états distincts de la voie résultant d’une réfection. Ce genre de déplacement est fréquent et se pratique à la suite d’une détérioration de l’ouvrage par usure des bandes de roulement. Ici, une crue du Tréboul pourrait être à l’origine d’un léger déplacement du tracé. On peut se demander également si l’on ne serait pas en présence des deux bas-côté de la voie, mieux conservés parce que situés en contrebas par rapport à la partie centrale de l’ouvrage. Celle-ci devait en effet être construite en agger dans cette zone basse proche de la rivière et la partie surélevée est évidemment plus sujette à l’arasement lors de la remise en valeur agricole des terrains et des labours qui la suivent. Contre cette hypothèse, on retiendra que près de ce même secteur on n’observe pas de trace double évoquant la présence de bas-côtés construits. Une fouille à l’emplacement de ces vestiges permettrait évidemment d’identifier avec précision leur nature.

15Une autre observation a été faite dans un terrassement au lieu-dit Bascouri, commune de Castelnaudary immédiatement sur la bordure nord de l’ancienne route de Pexiora. Les travaux ont coupé sur plus d’1 m d’épaisseur une accumulation de couches de petits blocs de grès et de molasse, de conglomérats et de cailloutis. La coupe observée était très mutilée par le chantier, de sorte que cette observation reste ponctuelle et difficile à interpréter. Cependant, ces couches de matériaux viennent butter contre un gros bloc de 0,55 m x 0,50 m., situé sur la bordure aval par rapport à la pente du terrain, appartenant à un muret de contention. Il semble bien que l’on soit en présence d’un vestige de la voie, cette structure étant précisément localisée dans l’axe du tracé (fig. 5).

1. 5. La toponymie

  • 17 Cazes, 1998, p. 165-166,180.

16Ajoutons que la toponymie renforce nos constatations : l’ancien site ecclésial de Saint Bénazet apparaît au début du xiie s. au travers d’anthroponymes : Peire Ponç de Peira Alba (1103). Il est nommé au xiiie s. Sancti Benedicti de Petra Alba17. Plutôt que le matériau dont l’église était construite, il semble que ce toponyme désigne une pierre blanche, probable borne milliaire sur la toute proche voie.

2. Le tracé d’Eburomagus à Sostomagus

2. 1. Une suite de lignes brisées aux orientations significatives

17Pour relier les deux agglomérations situées au centre du couloir du Lauragais, la voie ne présente pas un tracé rectiligne tendu, mais un arc formé de quatre lignes brisées incurvé vers le sud. Il est très intéressant de relever les particularités de ces segments de droites et des points de changement de direction (fig. 6).

  • 18 Darbandi, 1979, p. 98 et 101-103. M. Darbandi y voit une mesure correspondant à la lieue gauloise. (...)
  • 19 Sablayrolles, 2001, 318-319.

18Dans son travail de 1979, M. Darbandi avait déjà noté que de Bram au lieu-dit l’Hazard, la voie s’intégrait à son « système de l’Est » orienté à +- N21°E, et que de Pexiora au Murier, elle s’intégrait au « système de l’Ouest » orienté à +- N 30°E avec de forts indices de dépendance. Par ailleurs, il a remarqué sur ce tronçon l’existence d’un module qui s’établit à 2225 m18. Cette première constatation a été faite à un moment où l’étude des systèmes agraires organisés de cette région en était à ses débuts et où le maillage de la région paraissait relativement simple. Depuis, l’étude des parcellaires et cadastres antiques s’est singulièrement compliquée jusqu’à devenir un véritable “imbroglio”19. En effet, si les fouilles apportent d’indiscutables témoignages de la réalité de nombreuses structures organisées, il reste souvent difficile, à ce stade des recherches, de proposer des hypothèses explicatives sur leur origine et leur fonctionnement. Sans doute faut-il prendre en compte la possibilité que certaines structures existent avant la conquête romaine, ainsi que la complexité de l’histoire administrative de cette région générée par la création puis la disparition de la cité de Carcaso. On retiendra donc que toute attitude trop simplificatrice, voire simpliste, a peu de chances de déboucher sur les résultats valides.

  • 20 Passelac, 2002, p. 196-198.
  • 21 Chouquer et Favory, 1992, p. 135
  • 22 Ainsi sur le site d’En David à Villeneuve-la-Comptal où un fossé de cette orientation est comblé au (...)

19Concernant l’orientation des segments, nous devons apporter deux remarques complémentaires. De l’Hazard à Pexiora, l’orientation de ce segment de 2250 m à 295°5’n’est pas quelconque. Elle correspond à une structure orientée à N25°E regroupant de nombreuses limites de parcellaires de cette zone, notamment autour de Bram. Le segment de voie qui traverse la quasi totalité de l’agglomération d’Eburomagus depuis le passage de la Preuilhe jusqu’à la sortie est du vicus relève de cette orientation et organise partiellement l’urbanisme de l’agglomération. Les fouilles de l’avenue E. Léotard et de la rue Marceau20 en témoignent. Au-delà de Pexiora vers l’Ouest, l’orientation du segment rectiligne de 5200 m jusqu’à l’est de la Terrade est de 302°4’. Il ne s’intègre pas à une structure N30 °E mais N32°E, ce qui est conforme au cadastre dit « réseau A de Castelnaudary » mis en évidence par G. Chouquer et F. Favory dans l’espace compris entre Alzonne et le seuil de Naurouze. Cette structure qui serait une des plus anciennes de la région21 se retrouve aussi bien dans les fouilles de fossés d’époque républicaine que dans le bâti du vicus de Bram22.

20On doit par ailleurs souligner que les points d’inflexion de ce tracé ne répondent pas uniquement à une construction géométrique. L’axe pris par le premier segment à partir de Bram évite la butte formée près de la ferme l’Hazard par la terrasse d’alluvions Rissiens. Après ce léger obstacle, et à son pied, la voie reprend, sur une nouvelle orientation, la direction de Sostomagus, en évitant maintenant la butte de la Coumay (fig. 7) et la partie la plus élevée de la butte de Pexiora (podium superanum vers 1100). C’est au niveau de cet accident topographique que se fait un nouveau changement de direction vers Sostomagus (fig. 8). Un troisième changement d’orientation s’opère à l’est de la Terrade en bordure du Tréboul (fig. 9) pour diriger l’ouvrage vers Castelnaudary-Sostomagus et le raccorder ensuite à l’ancien chemin de crête de l’interfluve Fresquel-Tréboul.

21Il est remarquable que ce tracé a été établi en prenant davantage en compte les inconvénients des dénivellations que ceux qui sont procurés par le passage dans des zones basses. On peut y voir le signe que le tracé de la voie s’est accompagné de gros travaux de creusement de fossés pour évacuer l’accumulation des eaux, notamment dans la dépression du ruisseau de Mézeran à l’ouest de Pexiora, et près du Tréboul à l’est de la Terrade. Dans ce dernier secteur, le ruisseau a été certainement rectifié en bordure de la route, et les photographies aériennes montrent bien la présence de nombreux et important fossés pour assurer l’évacuation des eaux.

22Par ailleurs, la longueur des segments correspond sensiblement à une métrique fondée sur le mille romain. De Bram à l’Hazard 4300 m soit environ 3 milles ; de l’Hazard à Pexiora 2250 m soit 1,5 milles, de Pexiora à la Terrade 5200 m soit 3,5 milles. Le module suggéré par M. Darbandi, qui correspondrait à la lieue gauloise de 2220 m peut s’intégrer à ces mesures puisque le rapport mille/lieue est de 1,5 mais il semble en contradiction avec les bornes connues et les itinéraires, indiquant des distances en milles de Narbonne à Toulouse.

23Il n’a pas été non plus possible de cerner un rapport très précis, en dehors de l’orientation, entre ces segments de voie et la trame des cadastres antiques. La complexité du paysage, l’état d’effacement des parcellaires et des chemins n’a pas permis jusqu’à présent de restituer une grille très satisfaisante pour chacun des systèmes présents dans cette plaine.

  • 23 A. Perez a noté cette coïncidence et considère qu’il s’agit ici d’une extension du cadastre de Narb (...)

24A l’ouest de Bram, cependant, le segment orienté dans la structure à environ N21°E correspond précisément à 6 centuries23. Si l’on postule que la voie constitue la limite des centuries, deux d’entre elles nous semblent avoir été conservées dans le secteur de Lasbrougues et la Seignoure, entre le CD 33 et le chemin de la Figuièro. Elles pourraient servir de base à une reconstitution de la pertica organisant le secteur.

  • 24 Sur les modèles de construction des voies et des cadastres, voir Roth Congès, 1996, p. 300-303. Nom (...)
  • 25 On en trouvera un exemple dans l’étude de la voie antique de Cavaillon à Sisteron : « En résumé, lo (...)

25De la Terrade aux abords du bassin de Castelnaudary, l’orientation du segment de la voie (318°5’) n’entretient pas de rapport précis avec une organisation agraire reconnue. A l’exception de ce segment qui assure le raccordement avec un tracé plus ancien, on retiendra donc l’identité d’orientation de la voie avec celle de diverses structures du paysage agraire, et une construction métrique de ces segments. Cette constatation nous incite à considérer comme simultanées ces opérations de tracé et d’arpentage et non à penser que la voie est venue tardivement s’insérer dans un paysage déjà construit. Les cas où des segments de voies romaines et les cadastres antiques entretiennent de fortes relations sont très nombreux24, mais cela n’a rien de systématique et le tracé des voies est avant tout tributaire de la topographie des régions traversées et de la localisation des villes à relier25.

2. 2. Agglomérations, stations et établissements sur le tracé de la voie entre Eburomagus et Sostomagus

26L’emplacement des nouvelles stations confirme, s’il en était besoin, la validité de ce tracé et nous montre l’attractivité de cet axe, l’intensité des activités qu’il a générées. En même temps ces sites nous donnent des éléments pour dater son utilisation.

  • 26 Passelac, 2002, p. 188 et fig. 5 et dans C.A.G. Aude 11/2, p. 179-181.

27Au point de départ, à l’est, la première agglomération d’Eburomagus, datée au moins du troisième quart du IIe siècle avant n.è. voit son plan centré sur le carrefour formé par une route nord-sud et celle qui, déjà, préfigure la voie d’Aquitaine. La présence de fragments d’amphores italiques dans les couches les plus basses de cet axe, constituées de sables et de graviers tassés, relevée en plusieurs points, permet d’établir son ancienneté26.

28Une première station est localisée à 5200 m à l’ouest de Bram, (3,5 milles) au passage du ruisseau de Mézeran. Se développant de part et d’autre de la voie, au pied de la butte de la Coumay et au Midi de Mézeran, elle couvre environ deux hectares et trouve son origine à la période républicaine, attestée notamment par la présence d’amphores de type Dressel 1A et Dressel 1B. Elle semble surtout active au Haut Empire. A 200 m à l’ouest du ruisseau, une nouvelle localisation, au lieu-dit Bernard-de-Dû, a livré des vestiges gallo-romains et médiévaux. Ce deuxième site se développe en bordure de la route sur environ 150 m.

29Toujours sur la commune de Pexiora, à la Rivierette et Saint-Jean, près du Pech Donnat, une petite station dont on peut estimer la superficie à environ 1 ha était construite de part et d’autre de la voie. Elle est distante de la précédente de 2700 m. A l’ouest de la partie occupée par l’établissement, des travaux d’élargissement du CD 33 ont amené la découverte d’un petit cimetière à incinération. Les vestiges de 5 tombes à incinération ont été reconnus sur une distance d’une vingtaine de mètres, disposées parallèlement à la voie, près de la bordure sud de celle-ci. Deux d’entre elles ont été fouillées : une incinération primaire et une incinération avec dépôt dans un coffre de tegulae que l’on peut dater de la deuxième moitié du Ier s. de n. è. Cette station, qui a livré de la sigillée italique semble établie à la période augustéenne.

30On rappellera l’existence d’une autre station, celle de la Terrade et de Saint-Bénazetcontituée de deux établissements distants de 100 m de part et d’autre d’une légère éminence (voir ci- dessus, p. 106). L’implantation des vestiges reconnus en surface, qui occupent respectivement 1200 et au moins 2100 m2 montre que ces bâtiments étaient disposés parallèlement à la voie, immédiatement au sud de celle-ci (fig. 10). Ils ne peuvent en aucune manière être identifiés comme des établissements à vocation agricole, car ils sont trop à l’étroit entre le cours du Tréboul et la voie. Il s’agit à l’évidence d’installations en rapport direct avec la route, établies pour le service des voyageurs dès le Ier s. av. n. è., avant Auguste pour le second. Au nord du bâtiment actuel de Saint-Bénazet la prospection de surface a livré, en bordure même du tracé de la voie, une petite concentration de fragments d’amphores italiques.

  • 27 Distance donnée par l’Itineraire de Bordeaux a Jerusalem, 551, 7.

31Sur la distance de dix milles (15 km) qui sépare Eburomagus, (vicus) de Sostomagus (mutatio) au Bas Empire27 ces trois stations, inconnues des itinéraires antiques, offraient aux voyageurs ce qui pouvait leur être nécessaire tout au long de leur itinéraire. Le paysage fortement anthropisé aux abords de la voie était bien plus riche encore : la toponymie, les prospections et les découvertes anciennes en attestent.

  • 28 C.A.G. L’Aude, 11/2 p. 507.
  • 29 C.A.G. L’Aude, 11/2 p. 239-240.
  • 30 Voir Passelac, 1970, p. 72 et C.A.G. Aude 11/2, 2009, p. 417.

32A l’ouest de Bram, la villa de Saint-Louis, établie sur le flanc du coteau qui domine la voie au nord devait offrir sa belle façade symétrique, avec galerie en U ouverte sur un jardin, à la vue des voyageurs. La voie, distante de 500 m devait constituer la limite du domaine vers le sud. On notera que le proche domaine de Malataverne occupe une position identique, et que dans ses parages ont été découvertes anciennement des amphores28. A Pech Dussaud, commune de Castelnaudary, une villa gallo-romaine a été établie sur une terrasse du Tréboul à environ 250 m de la voie. Le site, occupée jusqu’au Bas Empire, a succédé à une établissement d’époque républicaine29. Des vestiges plus modestes se rencontrent à peu de distance de la voie (entre 50 et 100 m) à la Seignoure, commune de Bram (un enclos mal daté) ; à La Misérable commune de Villepinte un petit établissement du Haut Empire ; aux Boulbènes Basses, commune de Pexiora (établissement du début du Haut Empire, 1200 m2) à Christol, commune de Pexiora (établissement d’époque répubicaine, 7000 m2)30.

  • 31 Signalée dans les collections du sénateur Mir, propriétaire des Cheminières par Courrent, 1930.

33Les sépultures et les lieux de cultes ne manquaient pas aux abords d’un axe aussi important. On rappellera la découverte, au sud des Cheminières, commune de Castelnaudary, « dans les parages de la voie romaine qui passe au midi du domaine » d’un fragment « de bas- relief figurant la partie inférieure d’un Attis funéraire, vêtu d’une courte tunique et d’un culotte formant des plis sur les jambes ; les pieds chaussés de sandales sont croisés l’un devant l’autre »31. Le toponyme Montmer (noté Montmerc sur un cadastre de Castelnaudary au XIXs.) pourrait par ailleurs évoquer l’existence d’un fanum établi sur la hauteur dominant au nord la voie, et dédié à Mercure, divinité particulièrement honorée par les voyageurs.

3. Conclusion

  • 32 Darbandi, 1979, p. 186.
  • 33 Passelac, 1986, p. 17 et fig. 9.
  • 34 La répétition des mêmes orientations cadastrales sur des sites ou des zones éloignées les unes des (...)
  • 35 Sillières, 1990, p. 565-566 et 572-573.
  • 36 Y. Roman situe la construction de la voie d’Aquitaine à la période augustéenne, mais considère que (...)

34Le tracé de la voie d’Aquitaine entre Eburomagus et Sostomagus relie au mieux les deux agglomérations en tenant compte des inconvénients de la topographie. Il est constitué d’une série de lignes brisées dont trois sont isoclines à des systèmes agraires organisés reconnus par la photo-interprétation et l’archéologie. La première analyse réalisée par M. Darbandi à un moment où le sujet était à peine abordé s’appuyait sur l’existence de deux principaux systèmes supposés successifs, l’un venant de Narbonne l’autre de Toulouse. Au terme de son analyse, la voie serait postérieure au « système de l’est », postérieure à Bram et donc relativement récente32. Sa présence au cœur de l’agglomération la plus ancienne d’Eburomagus dont le plan est centré sur le carrefour de routes nous semble plutôt indiquer que ce tracé est mis en place très tôt, probablement dans les premiers temps de l’organisation de la Transalpine, en même temps que les premières organisations romaines de l’espace agraire. Il n’a pas en effet été démontré que la structure orientée à N21°E soit une extension à haute époque du cadastre narbonnais de même orientation. Nous pencherions plutôt pour la création dans cette zone de structures de faible ampleur, sur un modèle narbonnais, réalisées par des arpenteurs venus de la colonie en même temps qu’était tracée la voie, et qui se seraient développées à partir d’elle. L’identification du cadastre de Castelnaudary A par G. Chouquer et F. Favory va bien dans ce sens. Cette structure ancienne, orientée à N 32°E peut avoir été mesurée et dessinée en même temps que le segment de voie Pexiora-La Terrade. On remarquera que la voie traverse ici les sols les plus fertiles de la région qui en toute logique ont été les premiers mis en valeur par l’occupant. La récurrence de certaines orientations de la voie, isoclines à des systèmes, comme de N 25°E qu’on retrouve dans la traversée de Bram et N 21°E sur 2600 m à Herminis33 peut ainsi trouver une explication non pas dans l’intégration tardive à des structures préexistantes, mais dans l’application de techniques d’arpentage répétitives34. Ailleurs, entre Bram et Carcassonne, les segments de la voie paraissent indépendants des systèmes organisés, et le tracé est également très ancien. Ainsi un fossé bordant la voie dans la traversée de la station de Ad Cedros est-il déjà comblé dans la première moitié du Ier s. av. notre ère. La station située sur la voie à Herminis a livré des mobiliers de la période républicaine. Pour le tracé entre Sostomagus et Eburomagus nous proposerions donc de considérer comme très proches, voire concomitants l’établissement du tracé et celui des premiers systèmes d’organisation de l’espace agraire. Cette première route recouverte seulement de sables et graviers à l’instar de voies de l’Italie et de l’Hispanie républicaines35 ne fut solidement construite, là où c’était nécessaire, que sous le règne d’Auguste ainsi qu’en témoigne le milliaire de Saint-Couat d’Aude36.

Haut de page

Bibliographie

Ayme, R., 2005, Tracé de la voie romaine sur les communes d’Ornaisons et de Névian, Bull. Soc. Et. Scient. de l’Aude, CV, p. 35-41.

Baux, E. et Mot, g., 1955, La voie romaine de Narbonne à Toulouse, Bull. Soc. Et. Scient. de l’Aude, LV, p. 49-60.

Barruol, g., Martel, P.,1962, La voie romaine de Cavaillon à Sisteron sous le Haut-Empire, REL, XXVIII, 1-4.

Cazes, J.-P. 1998, Habitat et occupation du sol en Lauragais audois au Moyen Age, Thèse de doctorat, Université de Toulouse le Mirail, 4 vol. 

Chevallier, R., 1997, Les voies romaines, Paris.

Chouquer, G. et Favory, F., 1992, Les arpenteurs romains, Théorie et pratique, Paris.

Corneille, L. et Guy, M., 1992, Les trames quadrillées des parcellaires urbains, suburbains et ruraux : relations et problématique, dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule, deuxième colloque Aquitania, Bordeaux, 1990, Aquitania, suppl. 6, p. 237-245.

Courrent (Dr.), 1930 Excursion aux Cheminières et à Castelnaudary (17 mars 1929), Bull. Soc. Et. Scient. de l’Aude, XXXIV, p. 32-40.

Darbandi, M., 1979, Une méthode d’analyse des images aériennes pour l’étude géographique des paysages, Chronologie de l’occupation des sols dans la feuille au 1/50 000 de Castelnaudary, Thèse de 3e cycle, Université de Toulouse le Mirail.

Decramer, L., 2009, Via Aquitania, la voie impériale d’Aquitaine, Achéologia, n° 470, Octobre 2009, p. 52-63.

Gayraud, M., 1981, Narbonne antique, des origines à la fin du iiie siècle, (RAN supp. 8) Paris.

Grenier, A., 1959, Carte Archéologique de la Gaule Romaine, fasc. XII, Aude, Paris.

Grenier, A., 1934, Manuel d’archéologie gallo-romaine, II, L’archéologie du sol, les routes, Paris 1934, (Manuel d’Archéologie Préhistorique, Celtique et Gallo-romaine, VI, 1), p. 203-204. Guy, M., 1993, Les orientations des parcellaires quadrillés, RAN, 26, p. 57-68.

Guy, M. et Passelac, M., 2009, Les routes, dans C.A.G. L’Aude, 11/2, Paris, p. 66-84.

Griffe, E., 1938, Les voies romaines du Narbonnais, Annales du Midi, p. 337-376.

Labrousse, M., 1968, Toulouse antique, des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris, (BEFAR 212).

Moreno Gallo, i., 2004, vías Romanas, ingenieria y técnica constructiva, Madrid.

Nelli, R.,1971, L’essai historique sur Castelnaudary de Jacques de Gauzy (1780), Folklore, Revue d’ethnographie méridionale, XXIV, 2, p. 2-12.

Passelac, M., 1980, Premières campagnes de prospections archéologiques aériennes en Languedoc occidental, Bull Soc. Et. Scient. de l’Aude, LXXX, p. 25-34.

Passelac, M., 1983, L’occupation des sols en Lauragais à l’Age du Fer et pendant la période gallo-romaine : acquis, problèmes et méthodes, Le Lauragais, Histoire et Archéologie, Actes du LIVe Congrès de la FHLMR et du XXXVIe Congrès de la FSASLPG (Castelnaudary, 13-14 juin 1981), Montpellier, p. 29-63.

Passelac, M., 1986, Carsac, Les enseignements de la photographie aérienne et du parcellaire, dans J. guilaine et al., Carsac. Une agglomération protohistorique en Languedoc, Toulouse, p. 15-22.

Passelac, M., 2002, Eburomagus (Bram, Aude) ; Sostomagus (Castelnaudary, Aude) ; Fines (Castelnaudary, Aude) ; Elesiodunum-Elusio (Montferrand, Aude), dans J.-L. Fiches (dir.) Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, MAM, 12, Lattes, p. 151-200.

Passelac, M., 2003, Eburomagus (Bram), Sostomagus (Castelnaudary), Fines (commune de Castelnaudary), Elesiodunum-Eluso (Montferrand) : quatre agglomérations de la voie d’Aquitaine, quatre destins singuliers, dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, RAN supplément 35, p. 95-107.

Ournac, P., Passelac, M. et Rancoule, g., 2009, Carte Archéologique de la Gaule, l’Aude, 11/2, Paris, 573 p.

Roth-Congès, a., 1996, Modalités pratiques d’implantation des cadastres romains : quelques aspects, MEFRA, 108-1, p. 299-422.

Roman, Y., 1975, La date de construction de la voie d’Aquitaine, Actes du colloque Du Leman à l’Océan, Caesarodunum, n° 10, p. 69-77.

Sabarthes, A., 1912, Dictionnaire topographique du département de l’Aude, Paris. SablayRolleS, R., 2001, L’imbroglio cadastral, dans J.-M. Pailler (dir.), Tolosa, Nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, Toulouse-Rome, Coll. EFR 281, p. 318-322.

Sillières, P., 1982, Centuriation et voie romaine au sud de Mérida : contribution, à la délimitation de la Bétique et de la Lusitanie, Mél. Casa de Velazquez, XVIII/1, p. 437-448. SillièReS, P., 1990, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Publications du Centre Pierre Paris, 20, Paris.

Sillières, P., 2001, Voies et chemins, dans J.-M. Pailler (dir.), Tolosa, Nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, Coll. EFR 281, Toulouse-Rome.

Haut de page

Annexe

­

Fig. 1. Mireval-Lauragais, le Murier. Cumul des traces relevées sur plusieurs photographies verticales : IGN 79-1745-2445/300 n° 212 et M. Passelac 830430 et 830431. 1 et 2 : localisation des relevés.

Fig. 1. Mireval-Lauragais, le Murier. Cumul des traces relevées sur plusieurs photographies verticales : IGN 79-1745-2445/300 n° 212 et M. Passelac 830430 et 830431. 1 et 2 : localisation des relevés.

Fig. 2. Castelnaudary, Narcissou. Photographie oblique M. Passelac 820510 et interprétation.

Fig. 2. Castelnaudary, Narcissou. Photographie oblique M. Passelac 820510 et interprétation.

Fig. 3. Castelnaudary, Narcissou. Report des traces sur plan cadastral. Patte d'oie formée à partir de la voie antique.

Fig. 3. Castelnaudary, Narcissou. Report des traces sur plan cadastral. Patte d'oie formée à partir de la voie antique.

Fig. 4. Mireval-Lauragais, le Murier. Relevés sur la face ouest de la tranchée.

Fig. 4. Mireval-Lauragais, le Murier. Relevés sur la face ouest de la tranchée.

Fig. 5. Castelnaudary, Bascouri. Photographie de l'empierrement observé au nord du CD 33.

Fig. 5. Castelnaudary, Bascouri. Photographie de l'empierrement observé au nord du CD 33.

Fig. 6. Le tracé Eburomagus-Sostomagus. Orientations des différents segments.

Fig. 6. Le tracé Eburomagus-Sostomagus. Orientations des différents segments.

Fig. 7. Topographie aux abords de l'Hazard et de la Coumay, commune de Pexiora.

Fig. 7. Topographie aux abords de l'Hazard et de la Coumay, commune de Pexiora.

Fig. 8. Topographie aux abords de Pexiora.

Fig. 8. Topographie aux abords de Pexiora.

Fig. 9. Castelnaudary, est de la Terrade, photographie aérienne oblique M. Passelac 811016 et interprétation.

Fig. 9. Castelnaudary, est de la Terrade, photographie aérienne oblique M. Passelac 811016 et interprétation.

Fig. 10. Castelnaudary, Saint-Bénazet et la Terrade. Tracé de la voie d'après les photographies aériennes et les prospections. Localisation de la station.

Fig. 10. Castelnaudary, Saint-Bénazet et la Terrade. Tracé de la voie d'après les photographies aériennes et les prospections. Localisation de la station.
Haut de page

Notes

1 Griffe, 1938 ; Baux, Mot, 1955, p. 55.  ; Labrousse, 1968 p. 341-342 donne une synthèse qui reste, dans ses grandes lignes, toujours valide ; Sillières, 2001, Passelac, 1983, 2002.

2 Sabarthès, 1912, sv. Eburomagus.

3 L. Decramer dans son site archeo-rome. com propose, sous le titre « Voie et cadastre antique : une harmonie universelle », un tracé des plus curieux, éloigné des réalités du terrain, pour le secteur qui nous intéresse ici, et bien au-delà. Il est fondé sur une reconstitution peu nuancée des cadastres. Dans un article plus récent, sur une image oblique de Google Earth, est tracée une voie rectiligne de Pexiora à Bram (Decramer, 2009, p. 59). Le simple examen de la carte IGN au 1/25000 ou des images verticales suffit à invalider cette restitution, la voie étant ici formée de deux droites dont l’orientation est séparée de 4°.

4 Darbandi, 1979.

5 Passelac, 1980 et 2002

6 Passelac, 2002, 2003, p. 99-100.

7 Cazes, 1998, p. 146.

8 Passelac, 2002, p. 188.

9 Darbandi, 1979, p. 103.

10 « On voit encore aujourd’hui des vestiges de cet ancien chemin à un quart de lieue de Castelnaudary, sur les avenues de Toulouse et de Carcassonne par Pexiora : on le découvre encore dans les terres du domaine de la Terrade et de Saint-Bénazet, près Castelnaudary, où il est en partie enseveli et sillonné par la charrue » ; Jacques de Gauzy, Essai historique sur Castelnaudary, 1780, cité par Nelli, 1971.

11 Comme la mission IGN de 1976

12 Passelac, 1980, p. 32 et fig. 8.

13 Par exemple image du 31/12/2002, centrée sur 43°17’20.273” N - 1° 59’31.33” E.

14 Passelac, 1983 ; Passelac, 2002. Ces stations paraissent trop éloignées du site de l’oppidum de Sostomagus (3 km, soit environ deux milles) pour qu’il s’agisse du relais portant ce nom au bas empire, et la distance les séparant d’Eburomagus (12,5 km) ne correspond pas aux dix milles donnés par l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem.

15 Voir Carte archeologique de l’Aude 11/2, p. 240-241 et Courrent, 1930, p. 33.

16 On en trouvera deux beaux exemples audois, communes d’Ornaisons et de Névian dans Aymé, 2005, fig. 3 et 4.

17 Cazes, 1998, p. 165-166,180.

18 Darbandi, 1979, p. 98 et 101-103. M. Darbandi y voit une mesure correspondant à la lieue gauloise. Cette distance correspond également à 12 stades de 185 m.

19 Sablayrolles, 2001, 318-319.

20 Passelac, 2002, p. 196-198.

21 Chouquer et Favory, 1992, p. 135

22 Ainsi sur le site d’En David à Villeneuve-la-Comptal où un fossé de cette orientation est comblé au ier siècle avant notre ère ; dans la fouille de la rue Marceau à Bram un mur de clôture du haut empire s’inscrit également dans cette orientation, que l’on retrouve Av. Général de Gaulle : Passelac, 2002, p. 197 et fig. 8. C.A.G. 11/2, p. 190.

23 A. Perez a noté cette coïncidence et considère qu’il s’agit ici d’une extension du cadastre de Narbonne B (21°20’, centuries de 20 actus par 20 actus de 706 m) Perez, 1995, p. 83 et 89.

24 Sur les modèles de construction des voies et des cadastres, voir Roth Congès, 1996, p. 300-303. Nombreux exemples dans Chouquer et Favory, 1992 ; Perez, 1993, p. 92 et fig. 6, p. 118 et fig. 14 ; P. Sillières a relevé les relations entre voie et cadastre au sud de Merida : Sillières, 1982.

25 On en trouvera un exemple dans l’étude de la voie antique de Cavaillon à Sisteron : « En résumé, loin d’être soumis à une construction purement géométrique, le tracé de cette route s’adaptait avec souplesse et beaucoup de sens pratique aux conditions du terrain », Barruol, Martel, 1965, p. 191.

26 Passelac, 2002, p. 188 et fig. 5 et dans C.A.G. Aude 11/2, p. 179-181.

27 Distance donnée par l’Itineraire de Bordeaux a Jerusalem, 551, 7.

28 C.A.G. L’Aude, 11/2 p. 507.

29 C.A.G. L’Aude, 11/2 p. 239-240.

30 Voir Passelac, 1970, p. 72 et C.A.G. Aude 11/2, 2009, p. 417.

31 Signalée dans les collections du sénateur Mir, propriétaire des Cheminières par Courrent, 1930.

32 Darbandi, 1979, p. 186.

33 Passelac, 1986, p. 17 et fig. 9.

34 La répétition des mêmes orientations cadastrales sur des sites ou des zones éloignées les unes des autres peut avoir pour origine la technique de report des angles par les géomètres : Corneille et Guy, 1992 ; Guy, 1993. Les visées pour établir le tracé des voies romaines relèvent des mêmes techniques.

35 Sillières, 1990, p. 565-566 et 572-573.

36 Y. Roman situe la construction de la voie d’Aquitaine à la période augustéenne, mais considère que « durant le ier siècle avant J.-C., le commerce qui se faisait sur l’isthme gaulois emprunta les anciens chemins gaulois, peut-être aussi le futur tracé de la voie d’Aquitaine », Roman, 1975, p. 74 et 77. Nous pensons pour notre part que la situation du site de Saint-Roch, à Toulouse, sur le tracé de cette voie est une preuve supplémentaire de son ancienneté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Mireval-Lauragais, le Murier. Cumul des traces relevées sur plusieurs photographies verticales : IGN 79-1745-2445/300 n° 212 et M. Passelac 830430 et 830431. 1 et 2 : localisation des relevés.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 2. Castelnaudary, Narcissou. Photographie oblique M. Passelac 820510 et interprétation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 3. Castelnaudary, Narcissou. Report des traces sur plan cadastral. Patte d'oie formée à partir de la voie antique.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 4. Mireval-Lauragais, le Murier. Relevés sur la face ouest de la tranchée.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 5. Castelnaudary, Bascouri. Photographie de l'empierrement observé au nord du CD 33.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 6. Le tracé Eburomagus-Sostomagus. Orientations des différents segments.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 7. Topographie aux abords de l'Hazard et de la Coumay, commune de Pexiora.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 8. Topographie aux abords de Pexiora.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 9. Castelnaudary, est de la Terrade, photographie aérienne oblique M. Passelac 811016 et interprétation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 10. Castelnaudary, Saint-Bénazet et la Terrade. Tracé de la voie d'après les photographies aériennes et les prospections. Localisation de la station.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12107/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Passelac, « Construction du tracé de la voie d’Aquitaine »Pallas, 82 | 2010,  103-120.

Référence électronique

Michel Passelac, « Construction du tracé de la voie d’Aquitaine »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12107 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12107

Haut de page

Auteur

Michel Passelac

CNRS UMR 5140, Lattes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals