Navigation – Plan du site
Itinéraires gallo-romains

Sur Toulouse et les Toulousains sous l’Empire romain

« On Toulouse and the Tolosans under the Roman Empire »
Patrick Le Roux
p. 121-137

Résumés

Entre l'épisode célébrissime de l'or maudit de Servilius Caepio, la gloire ternie d'Antonius Primus, seul sénateur toulousain connu, et l'amour des belles lettres illustré surtout par des rhéteurs non originaires de Toulouse au ive siècle, la capitale des Tectosages paraît avoir raté bien des rendez-vous avec la renommée. Martial et l'épithète « palladienne » dont il l'affuble sont-ils susceptibles de redorer le blason de la cité de Garonne ou le poète n'a-t-il en l'occurrence fait qu'ajouter à la glorieuse incertitude du statut une élégante amphibologie ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est issu d’une conférence au musée Saint-Raymond prononcée le 26 mars 2009. Je remercie Da (...)

1La notion de « notoriété », à laquelle je voudrais m’attacher ici1 à propos de Toulouse antique, est un concept ambigu dont les contours sont mal dessinés. En principe, ce qui est notoire est « ce qui fait connaître » selon les termes du dictionnaire. La notoriété relève donc de ce qui a fait la renommée ou le renom d’un lieu ou de ses habitants. Le contraire n’est pas la « mauvaise réputation » qui est encore une forme de notoriété mais l’anonymat. Le nom est essentiel et les habitants des cités de l’Empire romain en étaient pleinement conscients. La nomenclature d’un lieu, plus ou moins développée, permettait de parler de leur ville, de leur communauté et de mettre en avant des traits historiques ou autres, caractéristiques. Ce sont les individus, les habitants qui sont à l’origine de leur propre réputation (la fama), de ce qui les rend fameux, même si le renom porte ensuite sur un monument, un produit local ou une expression culturelle particulière. La notoriété est de l’ordre de la singularité et de l’identité, de l’ordre de la mémoire aussi et peut-être principalement. Elle se distingue donc de l’histoire tout en composant une part de celle-ci.

2Dans la continuité des cités du monde gréco-italique, les cités provinciales de l’Empire romain ont cherché à se faire connaître dans l’espoir que ceux de l’extérieur construiraient leur gloire. Les élites civiques souhaitaient attirer l’attention des pouvoirs lointains et des étrangers gage de leur vitalité, de leur prospérité et de leur félicité. Concernant Toulouse/ Tolosa de Narbonnaise sous l’Empire, je voudrais examiner les données dont nous disposons pour établir un champ de la notoriété avant de réfléchir aux questions qu’il soulève et de mieux situer la cité de Toulouse dans la chaîne complexe des cités provinciales.

1. L’éventail d’une notoriété : de l’or à la culture

  • 2 Voir Strabon, IV, 1, 12-13. Labrousse, 1968, p. 85-105 et 129-136. Voir aussi Pailler (dir.), 2002, (...)
  • 3 Pailler dir., 2002, p. 90 (C. Domergue-P. Moret). Domergue, 2008, p. 23.
  • 4 Voir Pailler, 2006, p. 211-241.
  • 5 Voir Pailler (dir.), 2002, p. 85-92 (P. Moret). Moret, 2008, p. 295-329.

3Le premier témoignage de la renommée de Toulouse est l’épisode, devenu fameux, de 106 av. n. è. de « l’or des Tectosages » qui causa la perte de l’imperator Q. Servilius Caepio (Documents 1)2. Strabon explicite l’origine d’une légende sur la provenance delphique des trésors tolosates par le rapprochement entre deux branches de Tectosages rattachés au peuple celtique des Volques. Il accrédite la version de Posidonius sur la provenance locale, ce qui est confirmé aujourd’hui par les archéologues et les spécialistes de l’histoire minière. L’or était tiré sans doute des rivières du piémont pyrénéen, mais probablement pas de la Montagne Noire dont les couches aurifères n’ont pas été exploitées dans l’Antiquité, les rivières du territoire ne portant pas d’or3. Strabon permet d’ajouter que la confusion entre or et argent était habituelle et que sous le nom d’or il convient de comprendre qu’il y a majoritairement de l’argent4. La situation décrite ne doit pas étonner. Divers témoignages attestent que, dans des contextes celtiques, les eaux stagnantes des étangs et des marais, les lacs ou les rivières et fleuves faisaient l’objet de dépôts votifs. La religion et le culte à une divinité, pour nous anonyme, ont ainsi constitué un élément clé d’une notoriété naissante de Tolossa. Le gué de la Garonne se prêtait également à une approche religieuse associée à l’eau5.

  • 6 Il n’est pas prouvé que les Tectosages aient été soumis dès la fondation de Narbonne et l’inverse e (...)
  • 7 Cic., Font., IX, 19. Labrousse, 1968, p. 138.
  • 8 Musée de Toulouse, 1988 (Palladia Tolosa), p. 53-58. Ferdière, 2005, p. 66.
  • 9 Caes., B. G., il y avait sans doute un conventus de citoyens Romains installés pour leurs negotia.
  • 10 Voir infra p. 131. Gorgues, 2005, p. 87-90 en particulier propose une identification différente sur (...)
  • 11 Ce qui veut dire qu’ils n’avaient pas encore acccompli l’ensemble des années de service (aera) exig (...)
  • 12 Caes., B.G., VII, 7. L’équivalent grec de praesidium est phrouros.
  • 13 La formule pastiche Caes., B.G., III, 20, 2 et VII, 7, 4 qui parle de civitates finitimae his regio (...)

4L’or de Toulouse semble avoir trop brillé pour les historiens de Tolosa aussi : certaines données historiques sont restées dans une obscure clarté qu’il conviendrait de réexaminer6. Cicéron mentionne Toulouse dans le Pro Fonteio (Documents 2)7 et, si le passage soulève beaucoup de problèmes d’établissement du texte, les informations sur Tolosa ne sont pas contestables. En particulier, le recoupement de la documentation confirme que le vin qui transitait par Toulouse était un vin italien abusivement renchéri par des taxes dont les Gaulois supportaient en réalité le poids, eux qui étaient amateurs de vin pur8. Contrairement à ce qui est écrit parfois, le témoignage de Cicéron fait de Toulouse une étape vers l’extérieur mais en aucun cas une citadelle ou forteresse dirigée contre l’ennemi (hostis n’a pas forcément ce sens) instituée pour défendre la province. L’idée d’un camp militaire romain manque de données et de preuves avant la guerre de César (Documents 3)9. Le passage concernant l’appel à des soldats de Toulouse et Narbonne paraît faire allusion à des citoyens romains sachant que Tolosa n’était pas une colonie à cette époque10. L’adverbe nominatim, c’est-à-dire « nommément », le confirme et suggère que des Romains étaient alors installés à Toulouse pour leurs affaires. L’evocatio se réfère à des hommes qui étaient en principe libres d’obligations mais non encore vétérans11. C’est la position géographique de Toulouse qui lui vaut surtout d’être citée parce qu’elle était depuis longtemps au contact de la Gaule chevelue. C’est aussi ce que suggèrent deux observations : en 52 av. n. è., César installe un praesidium à Tolosa et ailleurs12, ce qui signifie probablement qu’il n’y en avait pas ; encore une fois Toulouse est mentionné en relation avec Narbonne ; l’association des deux villes évoque un itinéraire ou une odographie fondée sur deux repères extrêmes, Narbonne et Toulouse dans le contexte de l’Isthme aquitain cité par Posidonius et Strabon. Ce que laissait entendre l’épisode de l’or est confirmé : Toulouse, vue de Rome, était d’abord un point excentré périphérique, finitimus barbaris13.

  • 14 T.-Liv., XXXVIII, 16, 11.
  • 15 Pline l’A., N.H., III, 37.
  • 16 Pomp. Mela, Chor., II, 75.
  • 17 Pailler (dir.), 2002, p. 201-229 qui signale qu’il y a encore beaucoup d’incertitudes et une absenc (...)
  • 18 Moret, 2008, p. 305-313 particulièrement. Le raisonnement repose, semble-t-il, sur l’idée implicite (...)

5Ce n’est que peu à peu que le chef-lieu s’est substitué aux Tectosages que César déjà ne cite plus guère. Il peut sembler que Tolosa ou Tolosani était probablement plus aisé à prononcer et à mémoriser que Tectosages ou même Tectosagi chez Tite-Live14. L’évolution n’a été cependant ni immédiate ni complète et s’explique par les modes d’intégration politique successifs de la communauté ethnique. Pline l’A. évoque, sur la base de sources augustéennes, en même temps que Carcasum Volcarum Tectosagum, les Tolosani Tectosagum Aquitaniae conterminis (Documents 4)15. Le toponyme n’a remplacé que peu à peu le nom du peuple dans un contexte politique de division des Tectosages entre au moins deux communautés autonomes. Pomponius Mela cite également Tolosa Tectosagum parmi les opulentissimae urbes de la Gaule narbonnaise (Documents 5)16. Ce n’est qu’avec la création d’une cité latine que le nom de Tolosa s’est réellement imposé, essentiellement sous l’Empire. Le maintien de la formule « (ville) des Tectosages ou de Tolosa des Tectosages » rencontre un écho dans les sources julio-claudiennes pour les communautés de droit latin même quand l’oppidum a reçu le titre de colonie. Toulouse est, en ce cas, sur le même plan que Nîmes des Arécomiques, Vienne des Allobroges ou Alba des Helviens. Les dernières explorations archéologiques montreraient que ce n’est pas avant la fin d’Auguste et les débuts de Tibère que s’est édifiée une ville monumentale sur le site de l’actuelle Toulouse17. Auparavant, le centre politique et religieux se situait ailleurs mais il est également admissible, au vu des recherches archéolgiques, que Vieille-Toulouse ne fut pas le premier emplacement de Toulouse antique qu’il faut peut-être placer plus près de la future agglomération, à Saint-Roch18.

  • 19 Martial, Epigr., IX, 99 et XII, 32.
  • 20 Pailler (dir.), 2002, p. 293-297 (J. M. Pailler).
  • 21 Le passage X, 23 lui attribue 75 ans mais aussi, ce qui a paru plus troublant, une absence de regre (...)
  • 22 Labrousse, 1968, p. 506-507.

6Martial cite à deux reprises Tolosa (Documents 6 a-b)19. Un vers fait allusion au caseus Tolosas au milieu de bagages qui respiraient la pauvreté, le dénuement et la faim. Dans ces conditions, le fromage de Toulouse, qui n’est, semble-t-il, mentionné nulle part ailleurs, doit être considéré comme un produit peu goûté et de médiocre qualité. Nous ne saurions dire s’il était à base de lait de brebis ou de chèvre ou de vache. La gastronomie toulousaine n’est pas particulièrement renommée alors et ce sont les nourritures intellectuelles qui suscitent davantage la gloire de Toulouse. Le passage du livre IX de Martial sur lequel il faudra revenir est depuis longtemps l’objet de débats ranimés récemment20. Quoi qu’il en soit, il est admis aujourd’hui que l’allusion du poète de Bilbilis (Cerro de Bámbola, Calatayud) à Toulouse est bien en relation avec M. Antonius Primus, le partisan malheureux de Vespasien et l’ami lettré du poète21. Les écoles et la vie intellectuelle en firent dès le Haut-Empire la notoriété qui ne se démentit pas dans l’Antiquité tardive. M. Labrousse rappelle que les sources permettent de placer sous Néron l’activité de L. Statius Vrsulus que la « Vie des hommes illustres » d’après Suétone (et non l’abbé Lhomond) présente comme Tolosensis un célèbre rhéteur exerçant en Gaule22. Malheureusement aucun autre nom n’est parvenu jusqu’à nous avant le IVe s.

  • 23 Ausone, ca. 310 - ca. 395.
  • 24 Ausone, Ordo Vrbium Nobilium, 19, vers 98-106.
  • 25 Étienne, 1995, p. 499-500. Les chronologies sont mal établies et encore discutées parfois.
  • 26 Étienne, 1995, p. 225. Voir déjà Labrousse, 1968, p. 512-514 et 518-519.
  • 27 Étienne, 1995, p. 80-81 et 497-499. Il était né à Dax. Les ascendants d’Ausone avaient fui Autun so (...)
  • 28 Étienne, 1995, p. 429.
  • 29 Labrousse, 1968, p. 514-516.
  • 30 Labrousse, 1968, p. 516.
  • 31 Labrousse, 1968, p. 518, suivi par Étienne, 1995, p. 225.
  • 32 On ne saurait oublier toutefois que son oncle, nous l’avons vu, avait déjà été appelé à des fonctio (...)
  • 33 Le Roux, 2004, p. 124.

7Ausonius23, né à Bordeaux (Burdigala), a commencé ses études à Toulouse (Documents 7)24 qu’il définit comme sa « nourrice », convié par son oncle Aemilius Magnus Arborius, célèbre rhéteur appelé dès 324 à la cour de Constantinople25. R. Étienne se fondait sur l’« exil » toulousain des demi-frères de Constantin pour concéder la primauté à Tolosa jusqu’à Constantin26. L’auditorium et les maîtres qui y officiaient étaient renommés et leur réputation rejaillissait sur la ville. Aemilius Arborius n’était pas toulousain d’origine27 mais il épousa une riche héritière de la ville dont le nom reste malheureusement inconnu28. C’est aussi un bordelais qui fit, avec Arborius, les beaux jours de l’enseignement supérieur toulousain : Exuperius, personnage pittoresque, symbolisant parfaitement la rhétorique formelle du temps29. Comme pour tous ceux dont nous avons connaissance, c’est à Ausonius que nous le devons. Sedatus est le troisième. Venu aussi de Bordeaux, marié à une riche toulousaine, il connut succès et gloire jusqu’à sa mort et contribua à maintenir la renommée des « écoles » locales au-delà des années 350 vraisemblablement30. Comme nous l’avons vu, des princes de la famille impériale, fils ou petit-fils de Constance et de Théodora, suivirent les cours des maîtres toulousains, dont Dalmatius et Hannibalien nés peut-être à Toulouse31. Exuperius reçut sans doute en récompense, au moins à titre honorifique un gouvernement d’Espagne. Ausone, lui, dut à sa carrière et à ses succès d’être choisi à 57 ans comme précepteur de l’empereur Gratien à Trèves32. Au ive siècle, le pouvoir favorisa ceux qui détenaient la culture écrite et des carrières s’ouvrirent à ceux qui le souhaitaient. Les empereurs n’instituèrent pas pour autant une forme de politique scolaire, étrangère à leurs préoccupations, visant à former des « fonctionnaires »33.

  • 34 Voir Documents 7.

8C’est assurément à l’époque romaine que Tolosa s’est en quelque sorte fait un nom qui vit encore dans Toulouse et au détriment des Tectosages, à la différence des Cadurques ou des Rutènes voire des Parisii. La situation géographique et le site y contribuèrent. Pourtant, ce n’est pas la ville elle-même qui a créé sa propre gloire mais ses enfants et ses habitants, sauf au ive s. où ce furent des maîtres étrangers qui assurèrent le renom de leur enseignement dont on ne sait jusqu’à quel point il rejaillit sur celui de la ville, Ausone étant un témoin partial34.

2. « Gloires » toulousaines

  • 35 Martial, Epigr., IX, 99.
  • 36 Tacite, Ann., 14, 40, 2-8.
  • 37 Le Roux, 1982, p. 127-140. Palao Vicente, 2006, p. 44-58.
  • 38 Labrousse, 1968, p. 530-540 lui consacre un vibrant hommage et conclut à sa retraite à Toulouse.
  • 39 Tacite, Hist., II, 86, III, 78, IV, 2 et 11.
  • 40 Pflaum, 1978, p. 306.

9« Marcus, cette indiscutable gloire de Toulouse » dit Martial à propos de M. Antonius Primus (Documents 6b)35. Il demeure le plus célèbre et le plus controversé des Tolosans ou Tolosates d’époque romaine, non seulement parce qu’il embrassa la carrière sénatoriale, mais parce qu’il fut exclu de la haute assemblée en 6136 avant d’être réintégré dans l’ordre par Galba et de commander la VIIe légion Galbiana, récemment recrutée dans la péninsule Ibérique37. Il fut, avec d’autres, un « faiseur d’empereur » au cours de la guerre civile postérieure à la mort de Néron, l’année 69 étant restée dans les mémoires comme celle des « quatre empereurs ». Artisan de la reconquête de l’Italie cette année-là, il fut rendu responsable des massacres de Crémone consécutifs à la victoire en octobre 69. Gratifié des « ornements consulaires » (insignia consularia) par Vespasien, il fut écarté de l’entourage du Flavien à l’instigation de Mucien et rentra chez lui, à Toulouse selon une opinion largement partagée38. Tacite n’approuve pas sa conduite ni sa réhabilitation et prête au Toulousain un caractère audacieux à l’excès, peu scrupuleux, cupide, hautain et le présente comme un fauteur de troubles (Documents 8)39. La formule de H.-G. Pflaum mérite d’être retenue : « Primus n’était pas un parangon de vertu. »40. Faute d’être bien défendu dans la tradition romaine, Primus a trouvé chez les Toulousains des soutiens constants car il leur paraissait difficile de laisser flétrir le seul sénateur connu que la ville avait fait naître.

  • 41 Suétone, Vitell., 18.
  • 42 Dion Cassius, LXIV, 9-10.

10Suétone, après Martial, évoque ses origines (Documents 9)41. La prophétie de Vienne, en Narbonnaise, eut pour motif un coq qui s’était perché sur l’épaule puis sur la tête de Vitellius alors qu’il y rendait la justice. Les guerres civiles troublaient la vie publique et l’ordre religieux d’où les présages et interprétations contradictoires auxquels elles donnaient lieu. Il naquit vers 20 ou 23, sous Tibère, ce qui en fait l’exact contemporain de Pline l’Ancien. Le témoignage de Tacite est presque unique et rend délicate l’interprétation des comportements de Primus et de ses motivations. Ce n’est qu’en 61 que nous le découvrons comme préteur à propos d’une affaire de tricherie testamentaire qu’il a cautionnée. Les conditions de son ascension, son origine familiale demeurent des inconnues. Après la mort de Galba qui l’avait réhabilité, dont il avait rallié la cause sans que nous sachions exactement comment ni pourquoi, il essaya de se rendre indispensable, sans véritable succès. C’est donc son rôle en faveur de Vespasien et hostile à Vitellius auprès des armées du Danube qui le propulsa sur le devant de scène. Alors que ni Vespasien ni le sénat ne l’avaient réellement nommé, ce qui déplaît à Tacite et à Dion Cassius42 dans la mesure où son audience était le résultat de la volonté de soldats avides de revanche et de pillage, il prit l’initiative et se dirigea vers l’Italie, remportant la victoire de Crémone qui valut à la ville un sort malheureux (fin octobre 69).

  • 43 Pflaum, 1978, p. 306.

11De toute évidence, comme le signale indirectement Tacite lors de l’affaire de 61, Antonius Primus était un homme nouveau, le premier sénateur de sa famille. L’origine de la fortune était en grande partie locale, probablement, et l’on ne saurait affirmer ni que son père était déjà chevalier (ce qui est le plus vraisemblable) ni qu’il ne l’était pas. Une alliance réussie pouvait avoir facilité l’ascension. C’est par convention que H.-G. Pflaum affirme qu’il était « issu d’une grande famille de Toulouse »43. Le gentilice Antonius suggère une citoyenneté acquise au service de Marc Antoine par un ascendant servant dans les armées du triumvir.

  • 44 Le Roux, 1995, p. 449-450.

12Nous ne savons rien des stratégies d’alliance et nous ne connaissons aucune autre famille aussi influente de Tolosa à cette époque ou ensuite. Sans doute l’accès au sénat supposait-il une fortune minimale d’un million de sesterces, soit l’équivalent de 250 ha de terre en Italie44, mais le mode d’acquisition en était varié. Bien sûr, les critiques qui pleuvent sur un homme surtout aimé des soldats en période de guerre civile et pouvant monnayer des services rendus à la cause du vainqueur Vespasien attirent l’attention sur le fait qu’il fallut composer avec lui. Il eut les sympathies de Domitien qui le défendit contre les manœuvres de Mucien. Martial peut évoquer le vieillard qui n’a pas à rougir de sa vie au nom d’un attachement commun à Domitien et d’une protection que Primus accorda au poète. À notre connaissance, il n’y eut pas d’autre sénateur d’origine tolosane. C’est moins Toulouse que la guerre civile et l’Italie qui forgèrent sa gloire et scellèrent le destin d’un personnage aux multiples facettes. Le « non infitianda Tolosae gloria » avoue que la notoriété de Primus n’était pas unanimement partagée. Avec un peu de malice, je noterai que les gloires toulousaines, qu’il s’agisse d’un sénateur ou de fromage, étaient marquées d’une ambiguïté certaine !

  • 45 CIL, XI, 6366. Labrousse, 1968, p. 526.
  • 46 Suétone, de vir. Ill., fgt 96 ; Justin, 32, 3, 9.
  • 47 Pflaum, 1978, p. 103-104. Voir, en outre, avec les références aux éditions et commentaires des text (...)
  • 48 Il fut archonte en 92/93 probablement.
  • 49 Labrousse CIL, XIII, 6904 (Mogontiacum) ; Vorbeck, n° 99 (Carnuntum)., 1968, p. 495 et p. 526-530.

13L’ordre équestre était le deuxième ordre de la société romaine et l’antichambre ordinaire du sénat pour les familles qui en avaient l’ambition et les moyens. Un toulousain doté du cheval public autrement inconnu est décédé, sans doute entre 70 et 150 de n. è. à Pesaro (Pisaurum) d’Ombrie, à l’âge de 22 ans, ce qui ne lui laissa guère le temps de faire carrière. Pour des raisons indéterminées, seul M. Labrousse a retenu cette inscription que H.-G. Pflaum n’inclut pas dans ses Fastes (Documents 10)45. Il est possible que le document, perdu, soit suspect : il porterait, outre une erreur grammaticale sur le rang (l’ablatif au lieu de l’accusatif ), Tolosensis qui n’est attesté que dans la tradition littéraire comme on l’a vu46. Il n’est pas douteux en revanche que Q. Trebellius Rufus ait été un chevalier romain originaire de Toulouse, devenu aussi citoyen d’Athènes sous les Flaviens et archonte éponyme. Il fut honoré de trois statues dont deux placées sur l’Acropole et la troisième sur l’Agora (Documents11 a-c)47. Sa notoriété fut grande car il avait été flamine provincial de la Narbonnaise avant d’être comblé d’honneurs et de charges honorifiques par la cité d’Athènes48 qui échangea des lettres élogieuses envers le chevalier avec le concile de la province et avec la cité de Toulouse dont les institutions sont transposées en langage athénien49. Son épouse, plutôt que sa fille, exerça à Tolosa la prêtrise de Livie. Le gentilice Trebellius dénote une souche italique ancienne. La diffusion du nom est limitée à l’Italie centrale et à la province de Narbonnaise. Il est indéniable que les honneurs à Athènes reflètent un personnage ayant une profonde connaissance du grec et philhellène. Cette culture, qui ne peut surprendre chez un Toulousain de l’aristocratie locale, relève d’une histoire personnelle qui nous échappe. Par le flaminat provincial et par les charges coûteuses qu’il revêtit à Athènes, s’affirme un homme cultivé et riche, assurément religieux, qui symbolisa le prestige d’Athènes et la gloire de Rome soit les deux facettes d’un même idéal ancré dans l’éducation (paideia) du temps.

  • 50 CIL, XIII, 6904 (Mogontiacum) ; Vorbeck, n° 99 (Carnuntum).
  • 51 Le Roux, 1982, p. 85.
  • 52 AE, 1965, 252 ; AE, 1965, 252 (Mogontiacum) ; CIL, XIII, 6867 (Mogontiacum) ; CIL, XIII, 7237 (Mogo (...)
  • 53 AE, 1988, 787 (Rosinos de Vidriales, Zamora) ; AE, 1941, 112 (Volubilis) ; CIL, XIII, 8736 (Nimègue (...)
  • 54 Bilans complets à la date de parution dans Labrousse, 1968, p. 521-525 et Pflaum, 1978, p. 269- 295 (...)

14Les inventaires ne sont pas non plus très fournis en ce qui concerne les Tolosates ayant laissé une trace de leur milice dans les armées romaines. On recense en tout neuf militaires. Le plus ancien est certainement un cavalier de la XIIIIe légion et le Ponpeius, transcription phonétique pour Pompeius, de Carnuntum, enrôlé dans la même unité, le plus récent (Appendice 12a)50. La légion IIII Macedonica, appelée depuis la péninsule Ibérique entre 39 et 4251, compte trois Toulousains décédés pendant le séjour à Mogontiacum (Mayence) en Germanie supérieure sous Claude et Néron (Appendice 12b)52. La Xe légion Gemina en service dans la péninsule Ibérique jusqu’en 63 et entre 68 et 70 fournit quatre recrues toulousaines décédées en Espagne, à Volubilis, à Nimègue (où elle se trouvait de 70 à 103) puis à Carnuntum, après 103 (Appendice 12c)53. Aucun Tolosan n’est connu comme centurion d’après les documents conservés. Il n’y a qu’un cavalier légionnaire et, à ce jour, aucun indice d’un recrutement auxiliaire. Le plus frappant est que la plupart des cas sont en relation avec les légions de la péninsule Ibérique et leurs déplacements qui étaient l’occasion de nouvelles incorporations pour ces unités. Après l’époque flavienne, il n’y a plus aucun témoignage de Toulousain et on ne connaît pas de prétorien de cette origine, semble-t-il54.

  • 55 CIL, XII, 5389 (Toulouse, près de l’église Saint-Roch).

15L’un des nombreux intérêts des documents militaires est de proposer quelques noms de famille de Toulousains, rares par ailleurs. Tous ces légionnaires sont citoyens romains et leur dénomination suggère qu’ils descendaient déjà d’un citoyen romain en raison de la filiation par le prénom abrégé du père et de la tribu Voltinia, celle des Tolosans. Valerius est un vieux gentilice fréquent en Occident chez les soldats et les colons d’origine italique ou provinciale. Octavius et Carisius, tout aussi enracinés en Italie, sont répandus en Narbonnaise et Coelius, qui peut dériver d’un ancien gouverneur de la province au temps de la guerre sociale, possède aussi une coloration régionale d’influence celtique. Iulius et Pompeius sont attribuables à des descendants ou à des affranchis de citoyens récompensés par les imperatores et par Auguste. Les surnoms ajoutent une nuance. Taurinus est assurément d’extraction locale et Rufinus et Marinus vont dans le même sens. Passus est rare et parfaitement latin tout comme sont latins Verecundus (« réservé, discret ») ou Priscus avec toutefois une diffusion provinciale bien attestée. Si Fortis est le surnom de Carisius, on peut dire qu’il convient et à un soldat et à un provincial. Octavius n’a pas de surnom à cause de la date précoce antérieure à l’habitude d’en donner, soit au milieu du ier siècle de n.è. Les légionnaires tolosans étaient des citoyens enracinés dans leur cité, selon toute vraisemblance. Ils n’ont évidemment pas fait souche et nous ne connaissons leur origo que parce qu’ils sont morts précisément loin de leur petite patria. On peut signaler, par souci d’être complet, l’épitaphe civile de Tolosanus, de Cornelia Domestica et de Iulia Graphis par leur fils et frère Cupitus (Documents 13)55. Le nom unique Tolosanus, mentionné une seule autre fois, à Narbonne, signale un pérégrin allié à une affranchie Cornelia Domestica.

  • 56 Expression classique mais de plus en plus discutée. On lui préfère « rites impériaux » pour signifi (...)
  • 57 Pailler (dir.), 2002, p. 207-229.
  • 58 Rosso, 2006, p. 437 et 542 : un fragment de jupon de cuirasse, n° 208, du 1er siècle ; une tête de (...)

16Si la documentation toulousaine était équivalente à celle d’autres cités de la province nous pourrions mesurer les honneurs réservés aux magistrats locaux par le conseil municipal ou ordre des décurions de la ville et dessiner les contours de la puissance et de la notoriété des élites locales. La lettre que l’ordo adressa aux Athéniens pour exprimer soutien et reconnaissance à Trebellius et pour se féliciter des hommages qui rejaillissaient sur l’ensemble de la communauté des Tolosans le nomme affectueusement « notre Rufus ». Il est dit en outre que Trebellius avait revêtu tous les honneurs dans sa cité, ce qui inclut, étant donné sa charge de flamine provincial ensuite, le flaminat local ou prêtrise du « culte impérial »56. Les hommages locaux visaient à récompenser le dévouement au service de la communauté matérialisé par des générosités ou évergésies et par des actions remarquables ayant entraîné des privilèges, des bienfaits ou une reconnaissance des mérites de la cité incarnée par ses notables. Au forum, situé, on le sait désormais, au sud de la place Esquirol dont le côté est était occupé par le grand temple dit « capitole »57, étaient dressées des statues, munies d’une inscription explicitant la carrière et les interventions du notable honoré, dont l’attribution par un décret des décurions et le locus même faisaient l’objet d’un vote. La place du forum, le plus envié et le plus prestigieux des emplacements, n’était pas le lieu unique pour ces hommages : les édifices de spectacle, tel le théâtre ou l’amphithéâtre, les places et les portiques recevaient aussi ces monuments qui constituaient une part non négligeable de la mémoire locale. Les représentations adoptaient le plus souvent le modèle en marbre du togatus. Les empereurs et les gouverneurs de la province venaient s’ajouter à la galerie des notables mais selon une topographie et des types statuaires définis qui permettaient de respecter les hiérarchies et les pouvoirs. Le bronze était fréquent pour l’empereur. Le calcaire suggère le plus souvent une statue funéraire. Le livre récent d’E. Rosso montre que Toulouse n’a guère livré de statues impériales58. Nous sommes contraints de constater par ailleurs que les figures des notables ont également disparu.

  • 59 Pailler (dir.), 2002, p. 476-477 (J. Guyon).

17Le constat a été fait depuis longtemps. Les destructions furent irrémédiables et c’est finalement au nom même de Toulouse qu’il faut accorder la charge de nous parler de sa propre notoriété et non à ses habitants devenus des ombres, ni aux étrangers, sachant que je ne parlerai pas de Saturnin qui résume à lui tout seul l’obscurité qui entoure les origines chrétiennes de Toulouse59.

3. La cité « palladienne »

18La notoriété d’une cité italique ou provinciale d’époque romaine dépendait certainement de son statut, défini par le droit mais aussi par l’aptitude des élites à en tirer parti et à obtenir plus encore de l’autorité impériale. Plus le rang juridique et politique était prestigieux plus une cité pouvait espérer approcher Rome et l’empereur et donc tenir le rôle d’interlocuteur apprécié et traité en égal ou presque. Cette remarque attire l’attention sur le fait que c’est à Athènes et non à Rome que Trebellius, seulement honoré dans la capitale par la présidence d’un collège de prêtres d’origine archaïque associé aux Latins, a trouvé une consécration qui fut, à Rome même, refusée aussi à Antonius Primus.

  • 60 Moret, 1996, p. 7-23. Pailler (dir.), 2002, p. 93-99 (P. Moret).
  • 61 Contrairement à ce que l’on constate pour des chefs-lieux de cités gauloises, le cas de Tolosa ne c (...)

19Avant d’entrer dans des questions épineuses et peut-être excessivement débattues – à mon avis, faute parfois d’autres documents éveillant la curiosité et l’imagination – il est nécessaire de retracer les cadres essentiels de la formation de Toulouse en cité autonome de la province de Gaule narbonnaise dans le contexte de l’Empire romain. Le toponyme même de Tolosa a suscité des disputes savantes à caractère identitaire qui prennent racine dans le présent et ses avatars plus qu’elles ne relèvent précisément de l’histoire objective. La querelle entre tenants d’un nom ibérique et tenants d’un nom celtique a perdu récemment beaucoup de sa raison d’être. P. Moret a produit une argumentation minutieuse qui place le toponyme du côté de l’aquitain et du protobasque englobant les deux versants de la chaîne pyrénéenne60. Déjà largement périmée, la thèse d’une conquête ibérique de la Gaule méridionale est assurément dépassée mais non la constatation de correspondances entre toponymes aquitains et toponymes d’Espagne méridionale (Auch et Grenade avaient des dénominations à consonnance identique : Iliberris, Elimberris, sans oublier Elne, Illiberris). Il n’est pas étonnant, par ailleurs, que des populations celtiques aient adopté un nom de lieu qui appartenait à la tradition locale61. Il ne serait pas de bonne méthode de travestir la question et de faire de Tolosa une ville celtibérique, vocable lui-même sujet à problèmes. Les Tectosages étaient bien installés dans la région aux alentours du début du IIe s. av. n. è., à une époque où, en Espagne, Rome affrontait des Celtibères qu’elle découvrait peu ou prou.

  • 62 Voir supra p. 121-124.
  • 63 Il serait étonnant que Pline l’Ancien, NH, III, 37, crédite Tolosa du statut d’oppidum latinum (dû (...)
  • 64 C’est de la mention de ce titre et du statut de ville latine donné par Pline l’Ancien que, comme po (...)
  • 65 Le Roux, 1998, p. 315-341.
  • 66 CIL, XI, 6366 ; CIL, XIII, 8736 parmi d’autres.

20Sans revenir sur le problème du site de l’oppidum tectosage au départ ni sur ses migrations probables62, il est en revanche nécessaire de s’interroger sur le statut de la cité de Toulouse à l’époque de César et d’Auguste. Comme le signale Pline l’Ancien qui, bien qu’écrivant sous Vespasien, utilise des sources augustéennes et parfois antérieures même à Agrippa, Tolosa (Documents 4) est classée parmi les villes latines (oppida latina)63. Il faut attendre Ptolémée au IIe s. pour lire que Tolosa est une apoikia, équivalent grec de colonia, ce qui n’autorise pas à fixer une date pour l’obtention de ce titre dont on peut seulement dire qu’il fut octroyé avant la rédaction du « Guide » du géographe grec et au plus tôt sous Auguste, sans doute64. Le droit latin remontait en principe, en Gaule narbonnaise, à une initiative de César qui l’avait concédé à l’ensemble de la province. La chronologie des effets consécutifs à cette décision est floue et incertaine. Il s’agissait avec le ius Latii non d’une citoyenneté individuelle mais d’un droit collectif permettant aux élites locales d’accéder à la pleine citoyenneté romaine par la gestion des honneurs locaux au sortir de leur charge65. Les cités latines ainsi créées furent rattachées à la tribu Voltinia qui est sans aucun doute celle des Tolosans comme on l’a noté (Documents 10 et 12)66. Ce n’est pas sur ces points que portent divergences et difficultés qui concernent aussi l’histoire de la cité de Toulouse. Le problème tient, en premier lieu, à la notion de colonie latine et de colonie à partir de l’époque césarienne et à la signification d’un titre, apoikia, qui est accolé à Toulouse par Ptolémée seul.

  • 67 Sur ces questions voir aussi désormais Kremer, 2006, p. 121-138.

21Le raisonnement qui domine aujourd’hui, semble-t-il, est le suivant : lorsque Pline cite des oppida latina, il ne distingue pas entre les statuts divers des communautés latines (oppidum, municipe, colonie) et réserve le titre de colonia à des colonies romaines. Divers documents obligent à conclure que, parmi ces villes latines, un certain nombre de cités telles que Nîmes, Avienno ou Aquae Sextiae par exemple ont porté ensuite le titre de colonie, ce qui est interprété, en l’absence de modification apparente des institutions, de l’urbanisme ou du territoire des communautés concernées comme le témoignage d’une promotion honorifique permettant de considérer la cité comme une colonie latine honoraire la situant hiérarchiquement au-dessus des simples villes latines dans les provinces occidentales67. La titulature officielle de la ville enregistre les noms du bienfaiteur (Iulia Augusta ou Augusta pour Auguste par exemple). Il faut donc admettre une distinction entre l’octroi à une communauté du droit latin ancien dit « coloniaire » et le passage au rang de colonie, sachant que la colonie honoraire, attestée comme telle dans les textes (Pline l’Ancien à propos d’Alger, Icosium), est toujours assimilable normalement à une colonie romaine. Il n’y aurait pas de colonies latines à proprement parler sous l’Empire comme l’avait subodoré A. Degrassi. Le titre colonial impliqua pour Toulouse un supplément de prestige et signifia sans doute l’assimilation à une colonie romaine sans généralisation de la citoyenneté à toute la population. Je serais tenté de penser qu’il y eut malgré tout à l’origine de la promotion un apport de nouveaux occupants et en conséquence une forme de redistribution de terres.

  • 68 Mais aussi par Ausone, Ordo Vrbium, XV, 5, 11 et XVI, 18, 17 et par Sidoine Apollinaire, Carm., VII (...)
  • 69 Voir essentiellement le raisonnement et l’argumentation de Pailler (dir.), 2002, p. 294-300 (J.-M. (...)

22Mais avec les Tolosates ou Tolosans les choses ne peuvent pas en rester là. Nous n’avons aucun témoignage autorisant à identifier les noms officiels révélant la personne du fondateur de la colonie. Depuis des siècles, le patriotisme local s’est emparé non seulement du titre de colonie mais encore du qualificatif de Palladia Tolosa rapporté de manière inespérée par Martial68, ce qui a permis récemment de construire un raisonnement qui ferait de Toulouse une colonia Flavia Palladia Tolosa de statut romain, le plus prestigieux, par la grâce de Domitien, injustement voué à la disparition de sa memoria et demandant à être réhabilité comme l’attesteraient ses attentions particulières envers la chère Tolosa. Les arguments essentiels consistent à affirmer que Palladia Tolosa est un titre officiel qui fut inauguré à l’occasion d’une refondation par Domitien, empereur non exempt de démesure mais encore une fois plus avisé qu’il n’a été relaté par une tradition sénatoriale partiale et que des Toulousains ne sauraient trop remercier de ce signe de reconnaissance et d’amitié69. Derrière ces événements des hommes, des Toulousains prestigieux : Trebellius Rufus et Antonius Primus. Une conséquence possible : la création d’un capitole, la construction d’un temple à Pallas-Athéna dans la ville promue au rang d’Athènes de l’Occident ! Il convient cependant de souligner avant toute chose que les données archéologiques oscillent, selon les fouilleurs, entre la période augustéenne et la phase 60-80 pour la construction du temple de la place Esquirol, soit une période toujours antérieure à Domitien. En outre, aucune monnaie ne vient appuyer la réflexion sur le statut de Tolosa. Le dossier est pour le moins ambigu et Palladia peut difficilement passer pour autre chose que pour une invention poétique.

  • 70 En ce cas il n’aurait pas survécu à Domitien et ne se retrouverait pas seulement chez des lettrés d (...)
  • 71 Martial, Epig., IX, 99.
  • 72 Martial, Epig., VIII, 72, 3-6.
  • 73 Paterna renvoie à César et est donc à mettre sur le même plan que Iulia ou Flavia en termes de nome (...)

23Il n’est pas indispensable de reprendre l’argumentation point par point dans la mesure où certaines données s’imposent dans le contexte de l’histoire politique et juridique des colonies occidentales et de Narbonnaise en particulier. Si Palladia avait vraiment été le nom officiel de Toulouse, ce serait un cas absolument unique et surprenant, non seulement dans les listes fournies des créations ou promotions flaviennes mais dans l’ensemble des cités coloniales de l’empire y compris en Orient. Pour deux raisons : la première est que depuis la fin de la République les surnoms tirés de divinités ont disparu des titulatures des cités romaines et latines sans avoir jamais été les plus fréquents. C’est le nom impérial qui est essentiel et qui joue le rôle de protection religieuse destinée à assurer le succès de la nouvelle communauté. La seconde est qu’un nom grec ou d’origine grecque est impensable pour une fondation latine ou romaine et n’a pas de parallèle. Minervia eût été acceptable, Palladia signifierait que Domitien méprisait la tradition romaine bien qu’ayant fait de Minerve sa divinité favorite70 ! La colonia aurait été nommée Flavia et éventuellement Domitiana. En ce cas, il est étonnant que Martial, protégé de Domitien, faisant allusion à un sénateur apprécié du même empereur, n’ait pas cherché à signifier ce bienfait alors que l’épigramme (Documents 6b)71 date au plus tard de 94. Reprise par Ausone et par Sidoine Apollinaire, l’épithète de Palladienne renvoie certainement à la culture et à la place des lettres et des arts libéraux dans la cité de Toulouse. Le contexte retenu par Martial en est différent, en dépit des apparences, de celui qui mentionne Narbo72 : Il s’agit ici clairement d’un contexte politique et institutionnel puisque Arcanus doit y exercer sa charge de duumvir et le titre bien connu de Narbo, Paterna73, est pour des raisons poétiques aussi, introduit dans un second temps. On notera en passant que Martial, lié à Mars par son nom, n’a pas retenu Martius pourtant élément aussi du nom officiel de Narbonne.

24Toulouse fut donc une ville latine à partir de César et reçut le titre de colonie sans doute à l’époque augustéenne qui est de plus celle du démarrage de son urbanisme et de ses monuments publics qui faisaient la fierté d’une cité tout en attestant le dynamisme et la générosité des élites dotées de domaines et de villae dans la campagne environnante. La présence d’une population de souche italique non négligeable, décelée par certains gentilices, parvenus jusqu’à nous trop peu nombreux bien sûr, conforte ce qui doit rester en théorie malgré tout une hypothèse, même s’il s’agit de l’hypothèse la plus vraisemblable que ne saurait contrebalancer toutefois celle de la colonie romaine de Domitien. Il a fallu un demi- siècle pour que la cité fût habilitée à donner un sénateur à Rome et Antonius Primus est par sa promotion même le gage d’un rang colonial antérieur. La période flavienne fut, à en croire les sources et le hasard de leur conservation, celle de l’apogée de Toulouse romaine et de quelques Tolosans, incarnés particulièrement par Trebellius Rufus qui ne paraît pas, paradoxalement, avoir ouvert la voie à une promotion sénatoriale de la famille. Il faut attendre l’époque d’Ausonius et des maîtres de rhétorique installés à Toulouse au IVe s. pour que la cité retrouve un certain lustre, sans que cela signifiât qu’elle était une très grande ville à l’échelle de l’Empire ou de la Gaule. Les critères d’Ausone pour son classement des villes ne sont pas ceux que retiennent les statistiques ni les sources en général.

  • 74 Attribuée par autrui, elle préoccupe surtout les habitants qui y vivent.

25Comme je l’ai laissé entendre au départ, la notoriété est quelque chose de fragile et de partiellement subjectif74. Le rang de colonie indique que Tolosa, sans être une ville de grand renom et d’un poids politique peu commun, avait atteint un degré d’honorabilité qui découlait de la fierté d’être une cité régie selon les normes romaines. M. Labrousse avait perçu les signes d’une certaine prospérité des élites locales tout en signalant que Toulouse ne rivalisait, aux meilleures époques, ni avec Nîmes ni avec Narbonne. La parure monumentale comprenant un théâtre dans le secteur de la rue de Metz n’a pas livré de cirque, du moins à ce jour, ni d’amphithéâtre, celui de Purpan étant éloigné de la ville et devant être rattaché à un autre contexte, semble-t-il. Il est toutefois vraisemblable qu’il ait servi de lieu de spectacle dans le cadre de fêtes diverses, notamment associées au « culte impérial », pour l’ensemble des habitants de la cité, urbains et ruraux que rejoignaient sans doute aussi des citoyens d’autres communautés voisines. On peut se demander jusqu’à quel point le goût de la culture de l’esprit et l’illustration qu’elle rencontrait à Toulouse n’ont pas détourné les notables de favoriser des jeux tels que ceux de l’arène et de l’hippodrome. Ce n’est qu’une supposition, flatteuse ! On manque certes de documents mais il n’y a pas, apparemment, comme on le découvre ailleurs, dans l’Antiquité tardive, de pavements polychromes centrés sur les courses et les spectacles. On a constaté récemment que les Gaules avaient connu une phase de désintérêt pour les jeux, sauf exceptions. Il reste que Tolosa a pris corps à l’époque romaine et que son site a alors vu naître une histoire qui se poursuit aujourd’hui dans le contexte d’une croissance que ne pouvait laisser prévoir la colonie d’époque impériale amie de Pallas- Minerve, la déesse vouée à la protection et aux bienfaits de la vie civilisée, de la sagesse autant que de la paix et de la guerre, sans oublier Rome et l’empereur.

Documents

  • 75 Traduction de F. Lasserre.

261. Strabon, IV, 12-13 (extraits)75 : « Les Tectosages confinent d’un côté au Mont Pyréné. De l’autre, ils débordent légèrement sur le versant septentrional des Cemmènes [Les Cévennes]. La terre qu’ils occupent regorge d’or. Il semble qu’ils aient été autrefois très puissants et que la population ait même atteint de telles proportions qu’il fallut en chasser une grande partie à l’occasion d’une guerre civile… La parenté ethnique de ces derniers [les peuples de la région d’Ancyre] avec les Tectosages démontre qu’ils sont également venus de la Celtique, mais nous ne saurions dire avec précision de quels lieux ils sont partis…

27En ce qui concerne les Tectosages, on assure qu’ils participèrent à l’expédition de Delphes et que les trésors sacrés trouvés chez eux dans la ville de Tolossa par le général romain Caepio provenaient des richesses rapportées de là-bas, mais augmentées cependant des offrandes privées faites par les habitants de cette ville pour consacrer au dieu ces dépouilles et solliciter sa miséricorde. Pour y avoir touché, Caepio devait finir misérablement sa vie, à ce qu’on dit : il fut exilé pour sacrilège par sa patrie et les deux filles qu’il laissait après sa mort, après avoir été livrées à la prostitution, comme le rapporte Timagène, moururent dans l’ignominie. Le récit de Posidonius est pourtant plus digne de foi : les richesses trouvées à Tolossa atteignaient une valeur d’environ 15 000 talents et consistaient non pas en objets façonnés, mais uniquement en lingots d’or et d’argent brut, déposés en partie dans des enclos, en partie dans les étangs sacrés, alors que le sanctuaire de Delphes… ne contenait plus à cette époque de biens de cette nature… comme le rappelle, avec beaucoup d’autres auteurs, Posidonius, le pays contient de l’or en abondance, et, du fait que ses habitants sont superstitieux et ont un genre de vie exempt de luxe, les trésors sacrés y sont fréquents. Les étangs qui plus est assurent la meilleure protection contre les sacrilèges, c’est pourquoi y déposaient-ils des lingots d’argent ou même d’or… »

  • 76 D’après la traduction de la collection CUF.

282. Cicéron, Font., IX, 19 : « Ce n’était pas en Gaule qu’il était venu pour la première fois à l’esprit de M. Fonteius d’instituer un droit de péage sur le vin, mais ce dessein était déjà conçu et formé dès son départ de Rome. C’est pourquoi Titurius, à Tolosa, a exigé quatre deniers par amphore de vin sous prétexte de péage (portorium). À Crodunum Porcius et Munius, trois deniers et un victoriat, à Vulchalon Servaeus deux deniers et un victoriat ; et dans ces mêmes lieux un droit de péage était exigé de ceux qui se détournaient vers Cobiomagus – un vicus entre Tolosa et Narbo – et ne voulaient pas aller à Tolosa ; à Elesiodunum, C. Antonius exigeait six deniers de ceux qui portaient le vin en pays étranger (ad hostem). »76

293. César, BG, III, 20, 2 : « Il (P. Crassus) pourvoit donc aux provisions de blé, recrute des auxiliaires et de la cavalerie, rappelle (evocatis) en outre à titre personnel de nombreux hommes courageux de Toulouse et de Narbonne qui sont des cités de la province de Gaule voisines de ces régions (l’Aquitaine) et mène ses armées sur les terres des Sontiates. »

  • 77 Traduction H. Zehnacker (CUF).

304. Pline l’Ancien, NH, III, 36-3777 : « Des villes (oppida) latines : Aquae Sextiae des Salluviens, Avignon des Cavares, Apta Julia des Vulgientes, Alébécé des Réiens Apollinaires, Alba des Helviens, Augusta des Tricastins, Anatilia, Éréa, les Bormains, les Comains, Cavaillon, Carcasum des Volques Tectosages, Cesséro, Carbantorate des Mémines, Les Céniciens, les Cambolectres surnommés Atlantiques, Forum Voconius, Glanum, les Lubiens, les Lutévains appelés aussi Foronéroniens, Némausus des Arécomiques, Piscinae, les Rutènes, les Samnagiens, les Tolosans des Tectosages limitrophes de l’Aquitaine etc… »

315. Pomponius Mela, Chorographia, II, 75 : Parmi les villes très opulentes que possède la province, il y a : Vaison des Voconces, Vienne des Allobroges, Avennio des Cavares, Nemausus des Arécomiques, Tolosa des Tectosages, Arausio des Secundani, Arelate des Sextani, Baeterrae des Septimani, mais avant tout la colonie des Atacini Decimani, où fut autrefois la protectrice de ces terres qui en est aujourd’hui le nom et l’honneur, Martius Narbo.

326 a-b. Martial, Epig. :
- a. XII, 32, 18-19 
: « Il n’y manquait ni un quartier de fromage de Toulouse, ni une couronne vieille de quatre ans, de pouliot [plante médicinale pour la toux à l’odeur de menthe] noirci, ni des cordes pelées de leurs aulx et de leurs oignons. » etc.
- b. IX, 99 
: « Marcus Antonius aime ma Muse, Atticus, si j’en crois la lettre qui m’apporte ses salutations, – Marcus, cette indiscutable gloire de Toulouse chère à Pallas, que le Repos disciple de la Paix a engendrée. Toi qui peux surmonter les longs détours des routes, pars, ô mon livre, gage d’affection d’un ami bien lointain. » etc.

337. Ausone, Ordo Vrbium Nobilium, 19, vers 98-106 : « Jamais je n’omettrai Toulouse, ma nourrice, que des murailles en briques entourent d’une vaste enceinte, dont le flanc est léché par le beau fleuve de la Garonne, qui est habitée par une innombrable population et voisine des neigeuses Pyrénées et des pinèdes cévenoles, entre la nation d’Aquitaine et l’Espagne. Quoiqu’elle vienne de faire sortir d’elle quatre villes, elle n’est pas amoindrie par ce départ d’hommes et toutes les colonies nées d’elle sont embrassées dans son sein. »

348. Tacite, Ann., II, 86, 1-4 : « Cependant en Pannonie la XIIIe légion et la VIIe Galbienne qui gardaient un douloureux ressentiment de Bédriac, se rangèrent sans hésitation du côté de Vespasien, grâce surtout à l’influence de Primus Antonius. Cet homme, qui était tombé sous le coup des lois et qui, au temps de Néron, avait été condamné pour faux, était, entre autres malheurs de la guerre, rentré dans l’ordre sénatorial. Placé par Galba à la tête de la VIIe légion, il passait pour avoir écrit des lettres à Othon, en s’offrant comme général à son parti. Celui-ci n’en tint pas compte et Antonius ne trouva pas à s’employer durant la guerre d’Othon. Quand la fortune de Vitellius chancela, il suivit Vespasien, et ce fut un gros poids dans la balance : homme d’action, à la parole aisée, passé maître dans l’art de semer la jalousie, puissant par les discordes et les séditions, à la fois voleur et donneur prodigue ; détestable dans la paix, mais en temps de guerre nullement à dédaigner. »

  • 78 Traduction H. Ailloud (CUF).

359. Suétone, Vitellius, 1878 : « … et fut justifiée la conjecture de ceux qui à propos du présage qui lui fut adressé, nous l’avons vu [au paragraphe 9], à Vienne avaient prédit qu’il n’annonçait rien d’autre que Vitellius tomberait aux mains d’un homme d’origine gauloise puisque il fut écrasé par Antonius Primus du parti adverse, qui, né à Tolosa, avait porté dans son enfance le surnom de Becco, ce qui signifie bec de coq. »

3610. CIL, XI, 6366 = Pisaurum 1, n° 77. Inscription perdue :
À Caius Cornelius Taurus, fils de Caius, de la tribu Voltinia, originaire de Toulouse, possédant le cheval public, qui a vécu 22 ans.

3711 a-c. Pflaum, Fastes, p. 103-104 (extraits en traduction des inscriptions d’Athènes très fragmentaires) :
a. [Q. Trebell]ius Rufus fils de Quintus [---] de Narbonne et « consul » Caeninensis [membre d’un collège pour les cérémonies sacrées du peuple romain] et revêtu [de tous les honneurs] dans sa patrie de Toulouse, a[rchont]e é[ponyme à Athènes]… [à cause de son amitié] pour [les Athéniens].
b. (suit une lettre émanant du concile (koinon) des Narbonnais adressée au conseil de l’Aréopage) : … [-]otre premier flamine…
c. (lettre émanant des magistrats (archontes) et de l’ordre des décurions (conseil) de Toulouse adressée au Conseil de l’Aréopage, au Conseil des Six Cents et au Peuple d’Athènes) : … [du] sénat [et du peuple ?] romain… il désira le repos…

3812 a-c. Soldats originaires de Toulouse :
a.
CIL, XIII, 6904 (Mogontiacum) : Q. Octavius Q. f. Volt. Tolosa eques leg. XIIII Gem. anno. XXXV sti. XII h. s. e.
Vorbeck, n° 99 (Carnuntum) : L. Ponpeius (sic) L. f. vol. Taurinus Tolo. mil. leg. XIIII G. M. V. an. XL stip. XIX h. s. e. t. f. i. h. f. c.
b. AE, 1965, 252 (Mogontiacum) : C. Coelius C. f. Voltinia Passus Tolossa (sic) mil. leg. IIII Mac. ann. XXX stip. vac. h. s. e.
CIL, XIII, 6867 (Mogontiacum) : C. Iulius C. f. vol. Priscus Tol. miles leg. IIII Mac. an. XXX stip. X h. s. e. tes. f. i. h. f. c.
CIL, XIII, 7237 (Mogontiacum) : [---] Tolo[sa] mil. leg. I [III Mac.- - -].
c. AE, 1988, 787 (Rosinos de Vidriales, Zamora) : [.] Carisius [- fil. For ?]tis vol. Tolo[s ?. m. l. X ? G. ann. ---] aer. XXI C. Valerius Sabi[nus ---].
AE, 1941, 112 (Volubilis) : M. Valerius M. vol. Tol. Rufinus mil. leg. X Gem. (centuria) [---]atii ann. XXX ae. XI h. s. e. s. t. t. l. sec. h. f.
CIL, XIII, 8736 (Nimègue) : L. Valerius L. f. vol. Marinus Tol. mil. leg. X ann. XXXV aer. XII s. t. t. l. h. e. t. f. c.
Vorbeck, n° 20 (Carnuntum) : C. Iulius C. vol. Verecundus Tol. an. XXV aer. V mil. l. X. G. (centuria) Campani h. s. e. s. t. t. l. Iulius [Ma]rinus [et] L. Aem. [---].

3913. CIL, XII, 5389 (Toulouse, près de l’église Saint-Roch) : Cupitus Tolosani fil. Tolosano patri Corn. Domesticae matri [I]uliae Graphidi sorori sibi et suis poste[ris] que eorum.
Le formulaire final est caractéristique des milieux affranchis. La sœur n’est sans doute pas la fille de Tolosanus puisqu’elle porte le gentilice Iulia et pourrait donc être la fille de Cornelia née lors d’un premier mariage.

Haut de page

Bibliographie

N.B. : il s’agit d’une bibliographie volontairement succincte.

Domergue, C., 2008, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Antiqua Picard, Paris.

Étienne, R., 1995, En passant par l’Aquitaine… Recueil d’articles de Robert Étienne, Recherches et travaux d’histoire sur le sud-ouest de la France VIII, Bordeaux.

Ferdière, A., 2005, Les Gaules (Provinces des Gaules et Germanies, Provinces Alpines) iie siècle av. J.-C. – ve s. apr. J.-C., U Armand Colin, Paris.

Gorgues, A., 2005, Les casques Coolus-Mannheim de Vieille-Toulouse. Remarques sur les transferts d’armement à l’époque républicaine dans les provinces occidentales, Gladius, XXV, p. 83-94.

Kremer, d., 2006, Ius latinum. Le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Romanité et modernité du droit, Paris.

Labrousse, M., 1968, Toulouse antique, Paris (BEFAR-212).

Le Roux, P., 1982, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Collection du Centre Pierre Paris, 8, Paris.

Le Roux, P., 1998, Rome et le droit latin, RHD, 76, p. 315-341.

Le Roux, P., 2004, Marrou et l’état romain, dans J.-M. Pailler et P. Payen (éd.), Que reste- t-il de l’éducation classique ? Relire le Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, PUM, Toulouse.

Moret, P., 1996, Le nom de Toulouse, Pallas, 44, p. 7-23.

Moret, P., 2008, Tolosa, 106-47 av. J.-C. : topographie et histoire, Pallas, 76, p. 295-329 ; p. 1-35 (version pdf mars 2009).

Musée Saint-Raymond, 1988, Catalogue de l’exposition Palladia Tolosa, Toulouse romaine, Toulouse.

Pailler, J.-M., 2006, Quand l’argent était d’or. Paroles de Gaulois, Gallia, 63, p. 211-241

Pailler, J.-M. (dir.), 2002, Tolosa. Nouvelles recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, CEFR-281, Toulouse.

Palao Vicente, J. J., 2006, Legio VII Gemina (Pia) Felix. Estudio de una legión romana, Salamanque (Ediciones Universidad. Estudios históricos & geográficos. 136).

Pflaum, h.-g., 1978, Les fastes de la province de Narbonnaise, XXXe supplément à Gallia, Paris.

Rosso, E., 2006, L’image de l’empereur en Gaule. Portraits et inscriptions, éditions du CTHS, Paris.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est issu d’une conférence au musée Saint-Raymond prononcée le 26 mars 2009. Je remercie Daniel Cazes, Conservateur en chef, de m’avoir donné l’occasion de réfléchir au destin romain d’une ville où j’ai été professeur pendant treize ans. Il m’a paru bienvenu d’offrir ces pages en hommage à Pierre Sillières qui m’a accueilli avec générosité et sa disponibilité coutumière facilitant mes premiers pas toulousains. Ce travail est aussi tributaire du livre fondateur de M. Labrousse à qui j’ai eu l’honneur de succéder et qui fut l’un des maîtres de Pierre Sillières.

2 Voir Strabon, IV, 1, 12-13. Labrousse, 1968, p. 85-105 et 129-136. Voir aussi Pailler (dir.), 2002, p. 80-92 (P. Moret).

3 Pailler dir., 2002, p. 90 (C. Domergue-P. Moret). Domergue, 2008, p. 23.

4 Voir Pailler, 2006, p. 211-241.

5 Voir Pailler (dir.), 2002, p. 85-92 (P. Moret). Moret, 2008, p. 295-329.

6 Il n’est pas prouvé que les Tectosages aient été soumis dès la fondation de Narbonne et l’inverse est même probable. Les adversaires de Rome furent dans la première phase 125-118 essentiellement les Arvernes et les Allobroges. Labrousse, 1968, p. 126 s’étonne d’un manque de témoignages sur la période 118-106. La construction de la via Domitia et la colonie de Narbonne à ses débuts concernaient les relations avec la péninsule Ibérique et non Toulouse ni l’isthme qui n’entre vraiment dans l’histoire qu’avec l’époque de Fonteius ou un peu avant. Le fragment XXVII, 90 de Dion Cassius n’est pas daté mais parle d’alliance (sponde) et de praesidium (phrouros) dans le contexte de l’invasion des Cimbres, ce qui n’est pas fait pour simplifier les données. Le statut d’allié n’indiquait pas une perte d’indépendance de la cité par Rome. La garnison, modeste, signifiait sans doute que les Tolosates avaient accepté, au titre du pacte, d’aider les Romains à surveiller les confins de territoires encore mal contrôlés ; il ne s’agissait pas de les surveiller eux-mêmes. L’allusion d’Aulu Gelle, N. Att., III, 9, 7, concerne l’attaque de la garnison par les Tolosates : voir les références dans Labrousse, 1968, p. 128. Pailler (dir.), 2002, ne pose pas la question des étapes du contrôle des Tectosages avant 106 ni après.

7 Cic., Font., IX, 19. Labrousse, 1968, p. 138.

8 Musée de Toulouse, 1988 (Palladia Tolosa), p. 53-58. Ferdière, 2005, p. 66.

9 Caes., B. G., il y avait sans doute un conventus de citoyens Romains installés pour leurs negotia.

10 Voir infra p. 131. Gorgues, 2005, p. 87-90 en particulier propose une identification différente sur la base d’arguments archéologiques qui n’ont cependant pas de relation directe avérée ni assurée avec le texte césarien.

11 Ce qui veut dire qu’ils n’avaient pas encore acccompli l’ensemble des années de service (aera) exigibles mais avaient sans doute satisfait à un minimum de six campagnes.

12 Caes., B.G., VII, 7. L’équivalent grec de praesidium est phrouros.

13 La formule pastiche Caes., B.G., III, 20, 2 et VII, 7, 4 qui parle de civitates finitimae his regionibus et de loca finitima hostibus. Labrousse, 1968, p. 200-201.

14 T.-Liv., XXXVIII, 16, 11.

15 Pline l’A., N.H., III, 37.

16 Pomp. Mela, Chor., II, 75.

17 Pailler (dir.), 2002, p. 201-229 qui signale qu’il y a encore beaucoup d’incertitudes et une absence d’unanimité sur ces questions de chronologie qui tendraient à dater de façon étonnante les débuts de la ville après le début de l’ère et d’un bloc, ce qui est peu conforme à ce que l’on aperçoit ailleurs. Ce constat n’implique pas une absence d’occupation antérieure difficilement détectable dans le contexte topographique et archéologique de la ville antique et moderne.

18 Moret, 2008, p. 305-313 particulièrement. Le raisonnement repose, semble-t-il, sur l’idée implicite que le site d’une capitale au sens administratif et moderne constituait un élément normal alors que nous ne savons rien de la structuration interne des cités gauloises dans ces domaines : il vaut mieux parler d’oppidum tout simplement comme le fait César pour les villes gauloises.

19 Martial, Epigr., IX, 99 et XII, 32.

20 Pailler (dir.), 2002, p. 293-297 (J. M. Pailler).

21 Le passage X, 23 lui attribue 75 ans mais aussi, ce qui a paru plus troublant, une absence de regret ou de pénible souvenir ; en outre, voir 32, vers 3-6 et 73.

22 Labrousse, 1968, p. 506-507.

23 Ausone, ca. 310 - ca. 395.

24 Ausone, Ordo Vrbium Nobilium, 19, vers 98-106.

25 Étienne, 1995, p. 499-500. Les chronologies sont mal établies et encore discutées parfois.

26 Étienne, 1995, p. 225. Voir déjà Labrousse, 1968, p. 512-514 et 518-519.

27 Étienne, 1995, p. 80-81 et 497-499. Il était né à Dax. Les ascendants d’Ausone avaient fui Autun sous Claude II, soit en 269 vraisemblablement.

28 Étienne, 1995, p. 429.

29 Labrousse, 1968, p. 514-516.

30 Labrousse, 1968, p. 516.

31 Labrousse, 1968, p. 518, suivi par Étienne, 1995, p. 225.

32 On ne saurait oublier toutefois que son oncle, nous l’avons vu, avait déjà été appelé à des fonctions semblables à Constantinople.

33 Le Roux, 2004, p. 124.

34 Voir Documents 7.

35 Martial, Epigr., IX, 99.

36 Tacite, Ann., 14, 40, 2-8.

37 Le Roux, 1982, p. 127-140. Palao Vicente, 2006, p. 44-58.

38 Labrousse, 1968, p. 530-540 lui consacre un vibrant hommage et conclut à sa retraite à Toulouse.

39 Tacite, Hist., II, 86, III, 78, IV, 2 et 11.

40 Pflaum, 1978, p. 306.

41 Suétone, Vitell., 18.

42 Dion Cassius, LXIV, 9-10.

43 Pflaum, 1978, p. 306.

44 Le Roux, 1995, p. 449-450.

45 CIL, XI, 6366. Labrousse, 1968, p. 526.

46 Suétone, de vir. Ill., fgt 96 ; Justin, 32, 3, 9.

47 Pflaum, 1978, p. 103-104. Voir, en outre, avec les références aux éditions et commentaires des textes : Pailler (dir.), 2002, p. 296.

48 Il fut archonte en 92/93 probablement.

49 Labrousse CIL, XIII, 6904 (Mogontiacum) ; Vorbeck, n° 99 (Carnuntum)., 1968, p. 495 et p. 526-530.

50 CIL, XIII, 6904 (Mogontiacum) ; Vorbeck, n° 99 (Carnuntum).

51 Le Roux, 1982, p. 85.

52 AE, 1965, 252 ; AE, 1965, 252 (Mogontiacum) ; CIL, XIII, 6867 (Mogontiacum) ; CIL, XIII, 7237 (Mogontiacum)

53 AE, 1988, 787 (Rosinos de Vidriales, Zamora) ; AE, 1941, 112 (Volubilis) ; CIL, XIII, 8736 (Nimègue) ; Vorbeck, n° 20 (Carnuntum).

54 Bilans complets à la date de parution dans Labrousse, 1968, p. 521-525 et Pflaum, 1978, p. 269- 295. Le Roux, 1982, p. 255-256. La recherche des origines géographiques relevait d’une démarche historiographique obligatoire et aujourd’hui datée que j’ai moi-même pratiquée.

55 CIL, XII, 5389 (Toulouse, près de l’église Saint-Roch).

56 Expression classique mais de plus en plus discutée. On lui préfère « rites impériaux » pour signifier que de toute façon les honneurs religieux rendus aux empereurs ne sont pas ceux d’un culte aux dieux ou plus exactement s’adressent aux divinités au bénéfice de l’empereur même mort.

57 Pailler (dir.), 2002, p. 207-229.

58 Rosso, 2006, p. 437 et 542 : un fragment de jupon de cuirasse, n° 208, du 1er siècle ; une tête de Domitia Longina ( ?) épouse de Domitien et fille de Corbulon, n° 303 du catalogue.

59 Pailler (dir.), 2002, p. 476-477 (J. Guyon).

60 Moret, 1996, p. 7-23. Pailler (dir.), 2002, p. 93-99 (P. Moret).

61 Contrairement à ce que l’on constate pour des chefs-lieux de cités gauloises, le cas de Tolosa ne correspond pas à proprement parler à un transfert de toponyme si le site préromain était bien à 5 ou 6 km (voir le parallèle avec Narbonne et Montlaurès). Toutefois, même si rien n’a été détecté de sûr ou d’important sur le site antérieurement aux Romains, force est de constater qu’il en est de même ou presque à Lutèce. Il serait logique que des formes d’occupation du talus de la terrasse de Toulouse aient disparu soit du fait de la Garonne soit du fait de leur caractère périssable. La question demeure mais l’archéologie en milieu urbain laisse peu d’espoir sauf hasard extraordinaire.

62 Voir supra p. 121-124.

63 Il serait étonnant que Pline l’Ancien, NH, III, 37, crédite Tolosa du statut d’oppidum latinum (dû normalement à César) si aucune ville n’y correspondait : l’archéologie ne peut pas répondre seule à toutes les questions.

64 C’est de la mention de ce titre et du statut de ville latine donné par Pline l’Ancien que, comme pour les autres cités de Narbonnaise, on déduit la qualité de colonie latine. Voir aussi infra.

65 Le Roux, 1998, p. 315-341.

66 CIL, XI, 6366 ; CIL, XIII, 8736 parmi d’autres.

67 Sur ces questions voir aussi désormais Kremer, 2006, p. 121-138.

68 Mais aussi par Ausone, Ordo Vrbium, XV, 5, 11 et XVI, 18, 17 et par Sidoine Apollinaire, Carm., VII, 436. Voir Pailler (dir.), 2002, p. 294 (J.-M. Pailler).

69 Voir essentiellement le raisonnement et l’argumentation de Pailler (dir.), 2002, p. 294-300 (J.-M. Pailler). Il convient d’éviter, bien sûr, de juger la valeur des arguments de tel ou tel collègue et de s’en tenir à ce que l’on peut faire dire ou non au dossier. Il est cependant imprudent d’affirmer que « Palladia Tolosa est un titre officiel donne a Toulouse par Domitien » (p. 294), ce que ne dit certainement pas Martial.

70 En ce cas il n’aurait pas survécu à Domitien et ne se retrouverait pas seulement chez des lettrés de l’Antiquité tardive.

71 Martial, Epig., IX, 99.

72 Martial, Epig., VIII, 72, 3-6.

73 Paterna renvoie à César et est donc à mettre sur le même plan que Iulia ou Flavia en termes de nomenclature civique.

74 Attribuée par autrui, elle préoccupe surtout les habitants qui y vivent.

75 Traduction de F. Lasserre.

76 D’après la traduction de la collection CUF.

77 Traduction H. Zehnacker (CUF).

78 Traduction H. Ailloud (CUF).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Le Roux, « Sur Toulouse et les Toulousains sous l’Empire romain »Pallas, 82 | 2010,  121-137.

Référence électronique

Patrick Le Roux, « Sur Toulouse et les Toulousains sous l’Empire romain »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12203

Haut de page

Auteur

Patrick Le Roux

Université de Paris XIII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals