Navigation – Plan du site
Itinéraires gallo-romains

Sur les « voies de l’étain » dans l’ancien Occident

Quelques jalons
On the « tin roads » in the antique West. A few steps towards further knowledge
Mélanie Mairecolas et Jean-Marie Pailler
p. 139-167

Résumés

Question amplement débattue que celle des voies anciennes de l'étain. On cherche à proposer de nouvelles pistes, pour l'Occident, à partir de quelques constats concernant un texte de Diodore sur l'exploitation du métal en Cornouailles, le sens des mots gaulois en cass-, la découverte de nouveaux centres de production en Gaule : Armorique, monts de Blond, région de Bibracte, nord Aveyron, piémont ariégeois. Même si bien des questions touchant notamment la chronologie restent posées, la « greffe » sur les grands circuits répertoriés d'exploitations locales et de commerces régionaux divers pourrait rendre compte de bien des données des textes et de l'archéologie. Le recours aux analyses archéométriques informant sur la traçabilité des métaux et des minerais ne semble plus hors de portée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les mesures concernant l’argent sont des mesures de valeur ; celles qui portent sur l’étain indique (...)

1Quiconque s’interroge aujourd’hui sur les voies de l’étain dans l’ancien Occident ne peut qu’éprouver admiration et envie à l’égard des chercheurs prospectant les chemins suivis en Orient par le même métal. Le texte ci-dessus, retrouvé dans les archives de Kaniš, date du tout début du IIe millénaire avant notre ère. Il comporte des indications précises de lieux et de personnes : Enlil-Bani, marchand (tamkarum) d’Aššur, au cœur de la Mésopotamie, est le financeur et le gérant d’un trafic qui trouve sa source dans les mines d’étain d’Afghanistan et son débouché en Cappadoce, au cœur de l’Anatolie. Kukkulanum, son agent caravanier, a rapporté de ce comptoir terminal et régulateur du karum, quartier commercial de Kaniš, la somme d’argent correspondant aux profits tirés, là-bas, de la caravane précédemment acheminée d’Aššur par ses soins. Le texte comporte en outre des indications chiffrées sur le coût de l’étain acheté à Aššur pour ce nouveau voyage, et même sur des variations à court terme de son cours, entre 13 sicles et 13 sicles 45 grains d’argent pour une mine d’étain1. Il fournit des informations concrètes sur les conditions du transport et contient la mention extrêmement intéressante de « l’étain de voyage », avec une proportion entre celui-ci, laissé à la libre disposition du caravanier en cours de route, et celui, solidement pesé, empaqueté, scellé, qui doit arriver à bon port, dans des conditions fixées d’avance. Ici, le rapport de l’un à l’autre est de l’ordre, non négligeable, de 17 % (37 mines sur 220).

  • 2 Cf. Limet, 1986.
  • 3 Cf. Mairecolas, 2008, p. 36-37.

2D’autres sources sont disponibles pour l’Orient. Les archives royales de Mari, en Syrie, apportent des données chiffrées sur les quantités d’étain qui circulaient sous forme d’échanges et de dons, pendant plusieurs années consécutives sous le règne de Zimri-Lim (1775-1762 av. J.-C.)2. Le premier constat porte sur l’irrégularité de l’approvisionnement, qui s’échelonne entre quelques kg et plus de 400 kg selon les années. Ensuite, la présence de bronze signale des apports de métaux sous forme d’alliage, ce qui complique l’analyse des données. Enfin, pour la fabrication du bronze, les proportions habituelles de cuivre (85 à 95 %) et d’étain (5 à 15 %) ne semblent pas être reflétées dans les quantités importées. Il faut insister sur le niveau de ces importations, de l’ordre de 450 kg pour l’étain et 300 kg pour le cuivre et le bronze, et sur l’irrégularité des arrivages. Par ailleurs, il n’y a pas de mention des provenances des métaux importés3.

  • 4 Synthèse plutôt dubitative chez Domergue, 2008, p. 89-90. Voir aussi Penhallurick, 1986.
  • 5 Si l’on excepte le Massaliote Pythéas, au ive siècle av. J.-C. Mais ce fut un explorateur, pas un c (...)
  • 6 Visant à des éclairages ponctuels plus qu’à une vue exhaustive, on renvoie au précieux recueil des (...)

3Informations insuffisantes, on le voit, mais informations réelles. Pour l’Occident, rien de tel, ou presque. Pas un nom, pas un mot des aspects économiques et sociaux. Les deux extrémités du commerce sont connues en gros, avec une demande qui émane du milieu étrusco-italique d’une part, gréco-oriental d’autre part, et deux principales zones de production : l’ouest de la péninsule Ibérique d’un côté, le sud-ouest de la (Grande)- Bretagne et la péninsule armoricaine de l’autre, et peut-être une troisième en Europe centrale (l’Erzgebirge). La période de référence est très longue, du Bronze moyen à la fin de l’Empire romain, ce qui implique de nombreuses transformations4. Aucun personnage5, aucun épisode précis, mais des récits plus ou moins légendaires de voyages et d’échanges, difficiles à décrypter et parfois à concilier entre eux. Si les voies de passage font ici aussi l’objet d’une connaissance grossière (au sud, de l’Espagne vers l’Orient grec via la Sardaigne et/ou la Sicile, la Crète, Chypre… ; au nord, les vallées des trois grands fleuves de la Gaule, la Seine et la Garonne surtout, puis – à partir de la Seine – la Saône, le Rhône et/ou les Alpes6), nous ignorons en revanche presque tout des marchands et des conditions d’organisation du trafic.

4Des découvertes récentes, d’ordre très divers (minéralogique, archéologique, archéométrique, cartographique, économique, linguistique), permettent cependant, croyons-nous, de rouvrir prudemment le dossier. Les principaux objectifs de cette recherche concernent les itinéraires suivis en Gaule et le long des côtes aussi bien par des lingots d’étain que par certains objets « à l’étain », les traces parfois spectaculaires laissées dans la toponymie par ce passage, mais aussi les activités que celui-ci a pu engendrer dans certaines conditions. Les voies de l’étain ne sont pas simplement le produit en quelque sorte passif d’un commerce organisé de l’extérieur, d’un point de départ (la zone d’extraction) à un point d’arrivée (la zone de consommation). Il arrive que les populations qui se trouvent au long de l’itinéraire prennent des initiatives et construisent sur ce grand commerce de véritables « greffes ». Les transporteurs à leur tour s’adaptent à cette situation. Nous en verrons des cas bien divers, dont certains illustrent peut-être, en Occident, une forme sui generis d’« étain de voyage ».

1. Un texte et des contextes

5S’il fallait admettre une exception au constat que nous posions en commençant, celui de l’extrême pauvreté en Occident des textes susceptibles d’éclairer notre sujet, cette exception serait à faire au profit des considérations de Diodore de Sicile (V, 22) sur l’étain extrait dans le sud-ouest de la Bretagne et acheminé jusqu’à la basse vallée du Rhône. A bien le lire, ce passage est en effet d’un intérêt singulier. On en trouvera ci-dessous une traduction nouvelle, avec références au texte grec chaque fois que les mots appellent un commentaire.

  • 7 L’expression est difficile à traduire. Pour « veines argileuses », qui peut sembler dépourvu de sen (...)
  • 8 Les deux phrases non reprises ici signalent qu’il s’agit en fait d’une presqu’île. Est-ce, comme on (...)

6« En ce qui concerne les lois et autres particularités de ce pays [la Bretagne], nous les développerons point par point quand nous en viendrons à l’expédition de César en Bretagne [alors toute récente ; cf. Guerre des Gaules, V]. Pour l’instant nous allons exposer ce qui touche l’étain qu’on y trouve [tou phuomenou kattiterou : mot à mot « l’étain qui y pousse », selon une conception familière aux Anciens]. En Bretagne, sur le promontoire appelé Belerion [l’extrémité occidentale des Cornouailles], les habitants aiment particulièrement les étrangers [philoxenoi… eisi] et, grâce à leurs relations avec les marchands étrangers [tôn xenôn emporôn], ont adopté un comportement civilisé. Pour exploiter l’étain, ils travaillent habilement le terrain qui le contient [ton kattiteron kataskeuazousi philotekhnôs ergazomenoi tên pherousan auton gên]. Celui-ci est rocheux et traversé de veines argileuses [diaphuas geôdeis]7 desquelles ils extraient le minerai [ton poron katergazomenoi] qu’ils mettent à fondre pour le purifier [têxantes kathairousin]. Ils le façonnent en forme d’osselets [eis astragalôn ruthmous] et le transportent [komizousin] dans une île située au large de la Bretagne, qui porte le nom d’Ictis […]8. Ils y apportent [komizousi] l’étain en quantité sur des chariots [hamaxais] […] C’est là que les marchands [hoi emporoi] l’achètent aux gens du pays et le transportent par mer [diakomizousin : force du préfixe indiquant la traversée] en Gaule. Finalement, pour traverser la Gaule par voie de terre [pezêi] en une trentaine de jours, ils le chargent sur des chevaux qui l’emportent jusqu’à l’embouchure du Rhône ».

  • 9 Pour la fin de l’âge du Fer, Ch. Thomas avance, avec excès sans doute mais non sans arguments, l’hy (...)
  • 10 Cf. Delamarre, 2003, s.v. uenet- : le mot Vénètes “concerne des peuples situés dans des zones de co (...)
  • 11 On notera l’existence au Pays de Galles voisin d’un peuple côtier de Venedoti, devenu Gwynned en ga (...)
  • 12 Abordant un peu plus loin (V, 38) la question de l’exploitation de l’étain en Espagne, le même Diod (...)
  • 13 Contra encore, Muhly, 1985, passim.

7Quelle que soit l’origine des renseignements recueillis par Diodore (on pense en général, via Timée, à l’explorateur massaliote Pythéas, au ive s. av. J.-C., mais Diodore est aussi lecteur de Posidonius… qui a lui-même pu avoir connaissance de Timée), ils sont d’une précision et d’une cohérence frappantes. En premier lieu par l’image qu’ils donnent des contacts et du réseau d’intermédiaires auxquels recouraient ceux qui exploitaient l’étain de Bretagne. La répétition du verbe komizousi, avec ou sans préfixe, montre la variété, mais aussi l’articulation bien réglée des modes de transport successivement utilisés : chariots jusqu’à la presqu’île apparemment peu éloignée, navires lorsque la marée la transforme en île, chevaux sur la voie terrestre à travers la Gaule. Sachant que les Vénètes d’Armorique devaient jouer un rôle important dans l’exécution et le contrôle des transports maritimes9, il y a lieu de se demander si l’insistance mise d’entrée sur les philoxenoi ne s’explique pas par ces contacts : le nom gaulois de ce peuple signifie en effet, à peu près, « hommes des contacts amicaux »10. Y aurait-il eu à Belerion comme une contagion du « vénétisme »11 ? Plus précise est encore l’analyse des opérations de terrain préliminaires à tout le reste. Elle prouve indiscutablement que, là comme en Espagne12, l’extraction de l’étain, ou du moins une bonne partie de celle-ci, se faisait en profondeur, et non par simple ramassage superficiel en terrain alluvial13. Elle confirme aussi que la première transformation du minerai en métal (« purification », dit le texte), puis en produit semi-fini destiné à l’exportation, avait lieu à proximité immédiate de la zone d’extraction. Ce que les marchands transportaient outre-Manche était du métal, non du minerai.

8En d’autres termes, les quelques lignes de Diodore nous apportent un ensemble d’informations à peu près sans égal dans toute l’Antiquité pour l’exploitation d’un métal, à la fois sur la chaîne opératoire et sur la diffusion commerciale – y compris sur la durée de cette dernière : trente jours environ jusqu’au sud de la Gaule. Cette durée paraît vraisemblable, permettant même des arrêts pour les « greffes » dont on parlera plus loin. Les seules indications qui manquent à cette restitution concernent les itinéraires adoptés par les caravanes de chevaux. Dans ce cas précis, il faut sans doute penser à la vallée de la Seine, puis à celles de la Saône et du Rhône - plus loin (V, 38, suite), Diodore évoque à côté de Marseille le rôle de l’emporion de Narbonne : mention clairement postérieure à 118, date de la fondation de la colonie romaine, mais aussi, plus fondamentalement, allusion à la très ancienne voie de l’« isthme gaulois » par la Garonne et l’Aude. Si la source de l’information recueillie dans le premier passage est bien à chercher chez Pythéas, la voie partie du Cotentin et aboutissant à Marseille aurait pu être, sinon la route unique, du moins une voie de référence pour le IVe siècle. Elle aurait succédé, dans sa dernière partie, à un itinéraire plus ancien, dont nous pensons avoir trouvé la preuve pour le VIe siècle à la fois dans l’ethnonymie (les Tricastins comme « passeurs de l’étain » vers les Alpes) et dans un passage de Tite-Live. Revenons un instant au point de départ de ces cheminements.

2. Les Cassitérides, des îles « méditerranéennes »

  • 14 Horden et Purcell, 2000.

9Dans leur grand livre sur la Méditerranée14, P. Horden et N. Purcell reconnaissent aux îles, surtout les plus proches des continents, un rôle actif d’interface dans les processus de connexion et de redistribution, en particulier des matières autres que la nourriture. Au premier rang venaient les métaux, mais aussi l’obsidienne (Mélos), le marbre (Paros), l’ocre rouge (Céos), la résine (p. 227). Les deux auteurs mettent en relief, dès la première moitié du Ier millénaire av. J.-C., le dynamisme de Lefkandi puis de Chalcis en Eubée, y compris par l’envoi de colonies en mer Tyrrhénienne, près des richesses agricoles de la Campanie et non loin des ressources minières de l’Etrurie et de l’île d’Elbe. Ils notent encore l’intérêt marqué à l’île de Thasos par les gens de Paros, en termes de production d’argent comme d’ouverture sur l’Asie, sans oublier, en contexte phénicien d’Andalousie, le rôle de la cité- île de Gadès en face des richesses terrestres de l’argent de « Tartessos ». Et de conclure : « In this rapid survey, islands have featured prominently : Vivara, Cyprus, Euboea, Elba, Gades » (p. 348 ; cf. les pages 344-350). Le type de navigation qui répond à cette situation est, d’évidence, le cabotage (p. 140-146, avec la fig. 12 p. 141 ; p. 564-565), un cabotage qui peut parfaitement s’articuler sur des traversées à longue distance (« high and low commerce indissolubly linked », p. 365).

  • 15 Un nom évidemment « de légende » ; cf. Lewuillon, 1980.
  • 16 Selon le DELG (P. Chantraine), (s.v. Siphnos), « il n’y a aucune raison de rapprocher ce toponyme d (...)
  • 17 Un idéaltype auquel semble s’être particulièrement attachée une pratique vénète ; sur le goût de ce (...)

10Les Cassitérides viennent assez naturellement prendre place dans cette série illustrant la « connectivité » insulaire. Leur nom15, du fait qu’elles sont extérieures au cadre strictement méditerranéen, n’est pas mentionné par Horden et Purcell, qui ne manquent pas de relever les appellations « métallifères » de plusieurs autres îles. Par l’équation Cassitérides - cassitérite, familière aux Anciens, ce nom n’est pas moins évocateur du métal produit et/ou convoyé que ceux de Chypre la cuprifère (Kupros), de Chalcis d’Eubée la bronzière (chalkos), de Siphnos l’argentière16 ou d’Ilva (l’île d’Elbe), peut-être « la ferrière »… Autant d’exemples dont on peut situer le floruit entre le VIIIe et le VIe s. av. J.-C. Mais si toute île réelle proche de la côte sud-ouest de la Grande-Bretagne, des Scilly à l’île de Wight (les Scilly sont dépourvues d’étain, mais elles ont pu, par leur emplacement et leur caractère pluriel, inspirer en partie le groupe légendaire des Cassitérides), si toutes ces îles – au demeurant peu nombreuses – ont pu sembler candidates au titre convoité, seuls de rares cas correspondent plus ou moins bien à l’évocation proposée par les textes. En faveur de « l’île – presqu’île » de Mount St Michael, Diodore vient confirmer et compléter les vues des auteurs de The corrupting sea. L’auteur grec nous assure de l’existence d’une île très concrètement attestée, mais qui, en même temps, par sa position et sa fonction, illustre ce qu’il faut bien appeler un idéaltype17. En ce sens, les Cassitérides réelle(s) et imaginaires sont vraiment des « îles méditerranéennes ». Mais sous leur « forme britannique », elles se sont bel et bien inscrites dans l’histoire la plus concrète, celle de la lutte pour l’appropriation des richesses.

3. L’étain et la perle. César déplace les enjeux

  • 18 Sur cette question en général, Merlat, 1954.
  • 19 Ainsi à plusieurs reprises Goudineau, 2000 : p. 90 (« monopole » vénète sur le commerce), 155 (poid (...)
  • 20 Hypothèse de Ch. Thomas : ci-dessus, p. 142 et n. 9.
  • 21 On traduit ici le texte grec des manuscrits (khromenoi toi emporioi) : litt. « car ils l’avaient co (...)
  • 22 Selon Chr. Goudineau, l’insistance mise après coup par César sur le « grand nombre de prisonniers » (...)

11Il est couramment admis que, lorsqu’en 56 av. J.-C. César s’est attaqué aux Vénètes18, officiellement (et réellement) coupables de retenir des otages romains, ce fut pour des raisons d’intérêt économique autant que de stratégie ou de politique à court terme19. A juste titre. En effet, même pour qui n’admet pas l’hypothèse extrême selon laquelle les Vénètes avaient « colonisé » la zone côtière du sud-ouest de la Grande-Bretagne20, ils y exerçaient incontestablement, et de longue date, une influence de nature « thalassocratique ». Quelques années plus tard, Strabon a parfaitement résumé l’intention du conquérant : « les Vénètes étaient décidés à empêcher César de naviguer jusqu’à la Bretagne, partenaire de leur commerce » (IV, 4, 1)21. Ce n’est pas un hasard si le même auteur, prêtant à ce peuple un souci d’expansion visiblement hors de sa portée, ajoute un peu plus loin : « je crois que les Vénètes de l’Adriatique sont une colonie de ces Vénètes [de l’Océan] » (ibid.). De son côté, Suétone donne un écho déformé, mais révélateur, d’une conviction qui devait être répandue : « on prétend qu’il attaqua la Bretagne afin d’y trouver des perles » (César, 47 ; cf. Tacite, Agricola, 12, 10). Quelles autres « perles », en vérité, que de l’étain, ou plus exactement le contrôle de la voie de l’étain22 ?

12Malgré ses silences – une facette de son « art de la déformation » –, César lui-même ne manque pas d’évoquer avec insistance la place et le rôle des « marchands » (mercatores) dans ses préoccupations : « à part les marchands, il est rare que personne se risque là-bas, et les marchands eux-mêmes ne connaissent rien en dehors de la côte et des régions qui font face à la Gaule » (IV, 20, 3). Sur celles-ci, il n’a rien appris de plus, même en « faisant venir de partout des marchands » (IV, 20, 4 : uocatis ad se undique mercatoribus). Un peu plus tard, « son projet s’ébruite », et ce sont encore « les marchands [qui] en portent la nouvelle aux Bretons » (IV, 21, 5). Il est trop clair que ces marchands-là, par leur mutisme d’un côté, leur dénonciation de l’autre, défendent face au Romain des intérêts qu’ils ont en commun avec leurs correspondants insulaires. Certains d’entre eux au moins devaient être Gaulois comme eux.

  • 23 Cf. notamment Cunliffe, 2005, p. 22 (bibliographie), p. 201-206 (les Dumnonii), p. 499-503 (l’étain (...)

13Les indications ne manquent pas, dans la Guerre des Gaules, sur les raisons matérielles, économiques, qui ont pu pousser César, en 54, à l’entreprise bretonne. Ce qui frappe, c’est que ces motifs ne sont évoqués qu’allusivement et après coup, dans le bref paragraphe « ethnographique » du livre V, 12-14. On y apprend successivement que les populations de la côte qui est pour nous la côte est, et spécifiquement du Cantium (le Kent), mentionné à deux reprises, sont des Belges d’origine, des Gaulois cultivateurs et marins – peuples au fond civilisables, aux yeux de César, comme leurs cousins du continent. Au cœur de cette brève évocation, le métal : « comme monnaie on se sert de pièces de bronze ou d’or ou, en guise de monnaie, de barres de fer (taleis ferreis) d’un poids déterminé. L’intérieur de l’île produit de l’étain (du « plomb blanc » : nascitur ibi plumbum album in mediterraneis regionibus), la région côtière du fer, mais en petite quantité ; le cuivre vient du dehors (aere utuntur importato) » (V, 12, 4-5). César mentionne en premier lieu l’étain, et l’allusion à une provenance « de l’intérieur des terres » (et non « du centre de l’île », comme le veut la traduction Constans) n’implique pas d’erreur de sa part : elle est naturelle pour un conquérant qui s’est limité à la zone côtière orientale. Elle le devient d’autant plus si l’on admet qu’il avait précédemment mis fin au grand commerce occidental contrôlé par les Vénètes. Désormais, ce produit « de l’intérieur » est sans doute expédié vers la Gaule, plus encore qu’autrefois, à partir de ports comme Hengistbury Heights, non loin de Portsmouth23, mais aussi de places commerciales situées plus à l’est. On retrouve le Kent, où l’action de César allait mettre un terme, juste avant son départ, au pouvoir de Vercassiuellaunos, « grand prince de l’étain [et du bronze] », au profit des Trinouantes, « le peuple le plus puissant de ces contrées » (V, 20, 1) et de leur jeune roi Mandubracios (V, 20-22).

  • 24 Ces Unelli sont sans doute des *Un-/Venetlī (Bader 2009, p. 39), donc eux-mêmes des « Vénètes ».

14Ce déplacement du centre de gravité économique de la Bretagne, principal résultat apparent des opérations de 54, complète l’action menée en Gaule en 56 et en confirme la signification. Rappelons les faits, ou mieux quelques passages du texte. En III, 3, 7, César cherche son ravitaillement en blé chez les Esuuii (haute vallée de l’Orne), les Coriosolites (Côtes d’Armor), les Vénètes (Morbihan) ; en III, 8, il expose la puissance dominante de ces derniers sur la navigation vers la Bretagne et sur les marchands des autres peuples armoricains, quos habent uectigales, avant de signaler que des envoyés romains ont été pris en otages précisément par les Vénètes, les Coriosolites et les Esuii ; les Vénètes, au moment où ils demandent de l’aide aux Bretons, gagnent à leur alliance les Osismes du Finistère, les Lexoviens proches de l’embouchure de la Seine, les Namnètes de Loire Atlantique (III, 9-10). Last but not least (III, 11), une pièce maîtresse du dispositif de César lors de l’assaut contre les Vénètes fut l’envoi de Titurius Sabinus avec trois légions chez les Coriosolites, les Unelles24 du Cotentin et les Lexoviens, c’est-à-dire, d’ouest en est, exactement, les peuples placés « en face de la Bretagne », les mêmes que nous pourrions qualifier, de longue date, de « premiers importateurs gaulois de l’étain de Bretagne ». Trois légions ! Ce sont bien ces ethnies marchandes qu’il s’agissait de contrôler sans faiblesse.

  • 25 Cf. Pailler 2008.
  • 26 Aux silences de Strabon, IV, 5, 3 (cf. IV, 1, 14), on ajoutera celui de Tacite, Agricola, 12, 10 ; (...)

15On ne risque donc guère de se tromper en avançant qu’il y a eu, dans l’histoire de ce commerce, un « avant » et un « après César ». Ce qui rend difficile une vision claire et assurée des choses, ce sont trois données complémentaires. En premier lieu, comme on l’a déjà dit et comme le montrent notamment les travaux de B. Cunliffe, le chef romain, au cours d’opérations qui se sont limitées à effleurer la Bretagne par l’est, n’a sans doute fait que précipiter une évolution qui conduisait à un transfert vers l’est, précisément, des points d’embarquement : transfert entamé bien avant lui au cours de l’âge du Fer. Deuxième considération : le conquérant lui-même reste à peu près muet sur ses motivations véritables ; au fond, un peu comme pour les druides de la Gaule25, nous n’entrevoyons celles-ci que grâce à un « retour du refoulé » qui s’exprime dans l’ethnographie. Enfin des textes ultérieurs, dès ceux de Strabon, paraissent montrer un tarissement assez rapide de l’apport breton en matière d’étain peu de temps après la guerre des Gaules26.

4. Des cartes et des routes

16L’étain vient de loin, « du bout du monde » selon Hérodote (III, 115). Vues de la Méditerranée, les routes possibles sont bien évidemment longues, depuis la (Grande-) Bretagne. La carte de la fig. 1 permet de le visualiser, mais également de constater que d’une manière générale, il y a peu de gisements de cassitérite proches des grands consommateurs que sont les Phéniciens, Grecs et Étrusques.

  • 27 Brève synthèse : Rolley, 1988.
  • 28 Cf. Coffyn, 1985, p. 116-117 (groupe de Vénat), 137-138, 152-156.
  • 29 Cf. Déchelette, 1914, p. 50-51 ; Cary, 1924, passim ; Beaumont, 1936, p. 190.

17Ces voies de l’étain jusqu’à la Méditerranée sont nombreuses, et l’on note le rôle d’intermédiaires joué dès le IIe millénaire par des îles : Chypre, puis la Sardaigne27. La plus ancienne serait la voie océanique28 puis méditerranéenne, utilisée tour à tour par les Mycéniens, les Phéniciens puis les Grecs. A partir de 500 avant notre ère, cette route est coupée aux Grecs par l’expansion punique en Occident, avec le contrôle du détroit. Ces derniers cherchent alors d’autres accès, suivant les fleuves et traversant les chaînes montagneuses, notamment par la voie du Rhin, des Alpes et de l’Adriatique29.

18La mise en parallèle des gisements de cuivre et d’étain, éléments indispensables pour le bronze, montre l’inégalité entre leurs gisements et également leurs rares proximités, sauf pour la péninsule Ibérique et la (Grande-)Bretagne. Si le cuivre est très présent en Europe centrale et méridionale, l’étain se cantonne à peu près à la façade atlantique, avec quelques gisements à l’est. L’étain du nord-ouest est donc dirigé vers le sud pour rejoindre le cuivre et les principaux producteurs de bronze.

  • 30 Cf. Siret, 1908 ; Cary, 1924, p. 166-179.
  • 31 Jannoray, 1955, p. 292-293.
  • 32 Déchelette, III, p. 57 et 71-72 ; Joffroy, 1960, p. 55, Carcopino, 1957, p. 23-87.
  • 33 Sillières, 1990, p. 747.

19Une seconde carte (fig. 2, p. 327) se focalise sur la Gaule. Elle montre les nombreux axes qui la traversent, notamment par la Loire et le Rhône30, et/ou par la Garonne à travers le Languedoc31. La voie la plus souvent décrite reste la « voie marseillaise » par la Seine, la Saône et le Rhône32. L’historiographie des voies de l’étain révèle des désaccords récurrents sur la chronologie des voies de circulation utilisées. Les voies fluviales de la Gaule sont connues depuis longtemps puisqu’elles ont déjà été largement esquissées par Strabon (IV, 1, 14 ; IV, 5, 2), même si ces passages ne précisent pas si elles étaient pratiquées pour l’étain en particulier. Diodore, comme on l’a vu, explique que l’étain était transporté sur des chevaux de bât. C’est ce qu’envisageait P. Sillières pour le transport des métaux, en plus des voies fluviales, en Hispanie méridionale33. Un âne ou un mulet peuvent transporter entre 80 et 150 kg. Ce qui, pour l’étain, permettait de fabriquer jusqu’à 1500 kg de bronze.

  • 34 Piette et al., 2000, p. 42.
  • 35 Gran-Aymerich, 2006, p. 23.
  • 36 Cf. Penhallurick, 1986, p. 69.
  • 37 Garcia, 2002.
  • 38 Gallet de Santerre, 1960.
  • 39 Cf. Mairecolas, 2008, p. 41.
  • 40 Tylecote, 1990, p. 47.

20Le transport de l’étain pouvait se faire, pense-t-on, sous forme de minerai ou de lingots. Sur le territoire gaulois, les lingots d’étain, peu nombreux, appartiennent souvent à l’époque antique. Certains sont protohistoriques : le premier, en forme de barre, provient d’une sépulture du Bronze final de Barbuise-Courtavant dans l’Aube34. D’autres, de forme parallélépipédique, ont été découverts en contexte d’habitat datant du Hallstatt ancien, à Paris, Bercy35. Sur le site de Fort Harrouard, à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), des fouilles anciennes ont permis de découvrir des lingots en barre d’étain disparus aujourd’hui, mais des lingots- barres de bronze ont été conservés. En Suisse, les mêmes types ont été exhumés à Estavayer (lac de Neuchâtel)36. La moitié des épaves du littoral méditerranéen de la Gaule possédant des lingots d’étain se situent dans une fourchette chronologique allant du iie siècle av. J.-C. au IIe s. de notre ère. Pourtant, un seul type de lingot a été découvert lors de la mise au jour d’une épave, celle de Rochelongue, près du Cap d’Agde. L’étain se présente sous la forme de petites billes soudées entre elles et gardant la forme des sacs dans lesquels elles étaient enfermées. L’attribution chronologique de cette épave pose quelques problèmes, D. Garcia la date des VIIe – VIe siècles avant notre ère37. Le reste de la cargaison semble pourtant être plus récent : des amphores ibériques et des lingots de cuivre portent une inscription latine38. L’épave pourrait en fin de compte être datée entre le VIe et le IIIe siècle. Il faut constater par ailleurs que l’étain transporté par mer ne semble pas être l’objet de cargaison unique ; quatre cargaisons seulement sont connues à ce jour39. Un dernier type de lingot est le type en forme « de sac à main ». Selon R. F. Tylecote, il a fait l’objet de découvertes anciennes en Grande-Bretagne dans des contextes mal datés. En Méditerranée, ces lingots ont été découverts en contexte romain. R.F. Tylecote se demande si ce type ne représente pas la forme « internationalement acceptée » pour le commerce pendant la période romaine et donc ne dépend pas du lieu de production40. Sur la carte 2, force est de constater que les découvertes de lingots se situent justement sur les principaux axes de circulation.

  • 41 L’étude porte sur les « importations italiques au nord-ouest du Midi gaulois (milieu du xe – début (...)

21Revenons aux voies. Dans un article récent, P.-Y. Milcent propose de nouveaux axes de circulation41 terrestres : des itinéraires sud-nord, au nombre d’au moins deux qui préfigurent le tracé des autoroutes A 75 et A 20, enfin (p. 339) une ou plusieurs routes Limousin- Atlantique.

22Refusant de considérer ces échanges sous l’angle purement économique, P.-Y. Milcent introduit pour les expliquer la vraisemblance de motivations en termes de dons et contre- dons d’une part, et d’autre part d’usages sacrés, rituels. La complexité et la diversité des attestations sur le terrain conduisent à une vue nuancée du problème des « voies ». A chaque extrémité, des élites dont la nature et les mobiles ont varié à travers le temps ; à toute époque, des « intermédiaires indigènes » dont on ne peut guère que soupçonner l’intervention.

  • 42 Des voies que P.-Y. Milcent, sans doute à juste titre, ne disjoint pas de celles suivies par l’or ( (...)

23On verra plus loin pourquoi nous pourrons reprendre à notre compte, dans ses grandes lignes, l’interprétation proposée (p. 338-339) : « Il n’est pas question bien entendu de reconstituer ici avec précision le chemin suivi par ceux qui ont apporté ces objets en Gaule occidentale, mais seulement d’envisager les axes de circulation les plus vraisemblables, en ajoutant que dans notre esprit, la notion d’axe ou de route doit être comprise dans son sens le plus large et n’implique pas l’existence d’une voie étroite, unique, nécessitant l’usage d’un seul type de moyen de locomotion, mais qu’elle correspond plutôt à un réseau dendritique d’itinéraires, par eau et par terre (les deux pouvant être combinés), plus ou moins proches et convergents ». Ajoutons dès maintenant ceci : les « voies de l’étain »42 en direction du monde étrusco-italique ne sont pas attestées par des objets, très peu par des lingots, rares et essentiellement trouvés dans des épaves maritimes. Mais les données de la tradition textuelle, la vraisemblance aussi d’itinéraires assez exactement inverses de ceux que suivent les objets métalliques étrusques incitent à se faire de ces voies une image très voisine de celle qui vient d’être rappelée. Son caractère « dendritique » devra être rappelé au moment de rendre compte des divers types de greffe que connaît, chemin faisant, le commerce de l’étain.

  • 43 Il faut insister sur un fait récurrent en archéologie minière : ce sont souvent les géologues ou in (...)

24Sur la carte n° 2, apparaissent les gisements de cassitérite (principal minerai d’étain), qui permettent d’ouvrir une nouvelle parenthèse. En Gaule, ils sont peu connus, pour plusieurs raisons. La première est que ces gisements apparaissent comme modestes, si on se place dans la perspective d’une exploitation moderne. La seconde est la conséquence de la première : peu de gisements ont été exploités en France au xixe siècle et donc les traces d’exploitations anciennes ont été presque oubliées43. La dernière raison est le manque de recherche relative aux mines d’étain anciennes. Heureusement, depuis une dizaine d’années, plusieurs nouveaux districts stannifères ont été étudiés et permettent de croire que nos Gaulois connaissaient leurs gisements autant que les circuits permettant éventuellement de les « rentabiliser ».

  • 44 Cf. Champaud, 1957.
  • 45 Mahé - Le Carlier et al., 2001.
  • 46 Cauuet et al., 2006.
  • 47 Abraham, 2009.
  • 48 Cf. Simonnet, 1970 ; Guilaine, 1972, p. 232, 426 ; Escudé-Quillet et Maissant, 1996, p. 55-59 (R. S (...)

25En Bretagne, le site romain d’Abbaretz-Nozay (Loire-Atlantique) n’est pas unique44. A Saint-Renan (Finistère), des traces d’une exploitation alluvionnaire ont été datées du Bronze Moyen45. En Saône-et-Loire, près d’Autun, trois ensembles miniers ont été découverts ; il s’agit de chantiers en alluvions de grande envergure. L’abandon d’un des secteurs a été daté de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère, des exploitations antérieures sont envisageables46. Sur le plateau de la Viadène (nord de l’Aveyron), un district stannifère de 400 km2 a été mis en évidence. Il est constitué de chantiers miniers alluvionnaires, qui présentent un type complexe et particulier : des petites fosses d’exploitation aux formes variées contournant des tertres de déblais, avec des ramifications et des points de jonction. Les datations obtenues, sur les tertres de graviers porteurs de niveaux charbonneux, s’échelonnent entre le Bronze final, le deuxième âge du Fer et le haut Moyen Age47. En Ariège, une découverte importante a été faite par R. Simonnet dès la fin des années 1960. La fonderie protohistorique de Carbon (commune de Varilhes), située au débouché de la vallée pyrénéenne, a révélé fours, lingots, hache, outils, traces d’un bronze à 15-20 % d’étain. Rapprochée d’autres trouvailles régionales et des indices stannifères du massif de l’Arize, cette fonderie témoigne d’une exploitation locale de l’étain tournée, sans doute, aussi bien vers la vallée de la Garonne que vers le Roussillon « launacien »48.

  • 49 Dans le cadre de prospection thématique avec le S.R.A. Limousin et d’une thèse de doctorat de l’Uni (...)

26En Limousin, quatre secteurs stannifères ont fait l’objet de prospection49 regroupant une trentaine de sites. Des mines à ciel ouvert sur un gisement primaire (en roche) sont en cours de fouille sur le site du Repaire à Vaulry (Haute-Vienne). Les premières données montrent une exploitation au Moyen Âge, quelques indices permettent de croire à une exploitation au Bronze moyen et à la fin du 2e âge du Fer. Ce site des Monts de Blond est proche de Chassenon (Cassinomagus).

27Les dernières parties de la carte dessinent ainsi de nouveaux axes de recherche, le premier sur les ethnonymes relatifs à l’étain, le second sur ce que nous appellerons les greffes de l’étain : pour l’essentiel, un autre type de commerce de l’étain, plus local, qui rejoint les principaux axes de circulation repérés de longue date.

5. Cass-, -casses, cassi- : les marques de l’étain

  • 50 De Bernardo Stempel, 1998.
  • 51 On comparera, pour le dernier nom cité, les attestations Boduo-genus, Boduo-gnatus, Maro-boduus, (C (...)

28La question des noms gaulois de lieux, de personnes et de peuples en Cassi- et en -casses, avec l’élément cass- respectivement en première et en seconde position, est loin d’être tranchée définitivement, et n’admet peut-être pas de solution univoque. Des linguistes semblent cependant accepter aujourd’hui, avec X. Delamarre, la suggestion faite il y a quelques années par P. De Bernardo Stempel50. Cet élément désigne, non pas des cheveux bouclés, mais le « métal blanc » qu’est l’étain et par suite, peut-on penser, le bronze dont il est un constituant majeur. Sous des formes et à des degrés divers, les noms de la première catégorie prennent ainsi un sens satisfaisant. Cassisuratus est « prospère en (ou par) le – », Cassimara « grand(e) en – », « réputé(e) pour le – », Cassitalus a un « front de – », ou plutôt ( ?) un « bouclier de – ». (Uer)cassiuellaunus, qui nous retiendra plus avant, est le « (grand) prince du – ». Des noms comme Cassignatus (« né du – », Cassibodua (« à la corneille [divine] de – »), s’expliquent dans le même contexte d’une onomastique aristocratique et guerrière51, où le bronze (l’étain) est le métal noble, celui des armes offensives et défensives. On reviendra plus loin sur le nom des dieux Casses, bien attesté en Germanie, et sur celui du magistrat gaulois désigné par le terme cassidan(n)os. Mais que penser de la liste de noms de peuples en - casses ?

  • 52 La « lueur fauve » ne pourrait-elle faire allusion à un bronze riche en étain, qui prend cette coul (...)
  • 53 Faut-il y déceler une association du bois et du bronze, oeuvre commune de dinandiers et de menuisie (...)
  • 54 Synthèse chez Mohen et Bailloud, 1987.
  • 55 Cf. Delamarre, 1ère éd., p. 253 : tre, tri, ‘à travers, par’. Remarquons que cette valeur est parti (...)
  • 56 Thurneysen, 1935, p. 184-188 : de trē- < *trei-, « à travers ». Delamarre (1ère éd., p. 254) rappro (...)
  • 57 Bocquet, 1997 [2006] montre la richesse et la complexité de la « question alpine », de la fin du Br (...)

29On remplacera sans regret « aux boucles blondes » (Delamarre 1ère éd., p. 93, pour les Baiocasses ou Bodiocasses > Bayeux, Calvados) par « au métal (étain, bronze) brillant, luisant d’une lueur fauve » (ou, moins probablement, « brillants par le métal »)52. Pour les Viducasses (> Vieux, Calvados), « ceux du bois-et-de-l’étain », ou « les hommes à l’étain traité par le bois », même si ce n’est pas parfaitement clair53, paraît bien préférable à la formule « aux cheveux (embrouillés) comme un arbre » (ibid. p. 93, 268). Pour les Veliocasses (> Vexin), « les crépus » (ibid., p. 93) est moins convaincant que « au métal meilleur », « meilleurs par le métal » ou « au métal de chef ». Les Sucasses proches de la Garonne sont des hommes « au bel étain » ou « forts par l’étain », plutôt qu’« aux belles boucles ». Les Durocasses (> Dreux), qui ne trouvaient pas d’interprétation, deviennent ceux du « fort, de la place (du relais) de l’étain ». De ce relais, l’archéologie nous apprend le nom moderne : Fort Harrouard54, l’oppidum si riche en bronze qui fut la capitale de ce peuple, à quelques kilomètres de Dreux. Restent les Tricasses (> Troyes, Aube) et leur équivalent plus ancien – linguistiquement – les Tricastini (> Tricastin, Drôme). Leur cas, on va le voir, est crucial. D’abord interprétés les uns et les autres comme ceux « qui ont trois boucles ou tresses », ce qui pouvait surprendre, ils ne sauraient devenir des hommes « aux trois brins de métal ». Le problème trouve sa solution si l’on s’avise que le préfixe tri-, en celtique, ne signifie pas nécessairement « trois », mais peut indiquer, comme tre-, tra-, tar- (cf. latin trans, sanscrit tiráh, v. irl. trí et tré) l’idée de passer, de faire traverser55. C’est l’explication qui est donnée, depuis Thurneysen56, du nom d’un autre peuple, celui des Trévires, Treueri (> Trèves, Trier), comme « les Passeurs », ceux qui « font passer » le cours d’eau, uer- (la Moselle). Les Tricasses et les Tricastini sont-ils des « passeurs », plus exactement les « passeurs de l’étain » ? La réponse positive s’impose, si l’on tient compte de la position respective des deux peuples sur une des importantes « voies de l’étain » signalées par les textes. Troyes est sur la Seine le plus haut point navigable à partir duquel s’effectue le portage en direction de la Saône. De la même façon, le Tricastin apparaît comme un lieu de transbordement du Rhône vers la remontée des vallées qui conduisent aux cols des Alpes : pour simplifier, celle de l’Aigues, puis celle de la Durance, en direction du col du Mont Genèvre, via le col de la Cabre (Mons Gaura), Gap, Embrun, Briançon : dans sa dernière partie, c’est l’itinéraire de la future via Aurelia. De là le trafic gagnait la région turinoise57.

  • 58 Schulten, 1923 [rééd. 2006].
  • 59 Curieusement, il ne mentionne pas à l’appui de ses dires le passage des Ora maritima (v. 259-261) o (...)

30Qu’une parenthèse nous soit permise. Dans un article offert à un maître des études sur les « voies » de l’Hispanie, une assez longue citation en espagnol ne paraîtra pas déplacée. Au chapitre II (« Los pre-tartesios ») de son Tartessos. Contribución a la Historia mas antigua de Occidente, paru en 1923, A. Schulten remarquait déjà : « Según todas las apariencias, el Oriente tomó del Occidente la palabra que designa el estaño. La raíz kassi está muy extendida por el territorio ligúreo-céltico, sobre todo en el noroeste de Galia y en la Inglaterra meridional, esto es, en la patria del estaño. La palabra kassiteros parece ser precéltica, ligur ; en efecto, aparece ya en época precéltica, y precisamente en territorios ligures […] En cambio, en Oriente las palabras kassivtero~ -forma griega que se encuentra en la Ilíada -y Kastira, Kastir, Kasdir- formas india, aramea y árabe, derivadas del griego -son términos importados, como el estaño era importado en la India y pagado a buen precio aún en tiempos del Imperio (Plinio, 34, 163 ; Periplo mar. Erythr., 49). Es muy notable el hecho de que en copto el estaño se dice, al parecer, « pitrán », esto es, metal « británico »58. Quoi qu’il en soit de ce dernier point ou de considérations aujourd’hui dépassées sur la langue « des Ligures », A. Schulten, pour l’essentiel, et à partir de ses préoccupations concernant les relations entre l’Espagne et l’Orient, avait vu juste59. Les mots grecs kassiteros, Cassitérides sont empruntés à une ancienne langue (celtique), et des noms de peuples formés sur la racine *kassi- jalonnent principalement une voie partie du sud de la Grande-Bretagne qui traverse la Normandie en direction de la Seine.

  • 60 Le port d’Alet (Saint-Malo) semble un bon candidat, comme B. Cunliffe l’a plusieurs fois souligné, (...)
  • 61 On ajoutera les Lexoviens et les Calètes, seuls mentionnés par Strabon (IV, 1, 14), qui suit Posido (...)

31Nous voyons en effet se dessiner dans la toponomastique des peuples anciens un véritable itinéraire de l’étain (carte, fig. 2, p. 327). Venu de (Grande-)Bretagne, celui-ci est débarqué sur la côte du Cotentin60, transbordé chez les Unelles, puis acheminé vers la vallée de la Seine, soit par une voie proche de la côte (successivement par les Baiocasses, les Viducasses, les Véliocasses61), soit par une route directe rejoignant la Seine non loin de Paris, via le relais des Durocasses. De là, il remonte la Seine, puis (grâce aux Tricasses) descend le long de la Saône, du Rhône et s’engage (avec l’aide des Tricastini) en direction des vallées et des cols des Alpes. Comment expliquer cette sorte de « dépôt de noms », et à quelle époque le situer ? On est ici réduit aux hypothèses. La moins improbable serait sans doute celle-ci : être sur le passage de l’étain doit avoir signifié, très concrètement, en tirer profit par la fourniture d’animaux de bât (des chevaux, selon Diodore, V, 22 et V, 38) et la gestion de haltes, d’entrepôts ou même d’emporia (Vix ?), voire l’imposition de péages (cols alpins), sans négliger le type d’activités métallurgiques (bronzières) ou plus largement artisanales que nous ont fait soupçonner le nom des Viducasses non moins que les découvertes de Fort Harrouard chez les Durocasses. Quant aux Sucasses qui figurent au nombre des peuples aquitains selon Pline (IV, 33), ils gardent la trace d’un autre itinéraire de l’étain, par l’isthme gaulois.

  • 62 Mineurs au sens large, puisque dans cette région les secteurs archéologiquement connus d’exploitati (...)
  • 63 Contra Thomas, 1966, p. 77 et n. 26, qui incrimine là un anachronisme ; mais cf. la note précédente
  • 64 Cf. Pailler, 2007, p. 46. Sur des noms grecs de zones minières ou métallurgiques, ci-dessus, p. 144

32Pourvoyeur de richesse, le passage du métal noble devait être également source de gloire, comme en témoignent, nous l’avons vu, les noms en Cassi-. Et si l’un de ces peuples s’est dénommé, ou a été dénommé (par les transporteurs eux-mêmes ?) du nom qui spécifiait l’objet du transport, on conçoit que ses voisins, ne voulant pas être en reste, l’aient aussitôt imité. Nous savons en outre qu’un peuple du sud de la Bretagne antique, auquel César eut affaire (BG V, 21, 1), portait le nom de Cassi, et le chef d’un autre peuple breton, longtemps rude adversaire du chef romain (ibid., V, 8 à 22, passim), celui de Cassiuellaunos. Il est plausible que les premiers au moins aient servi d’intermédiaires entre les pourvoyeurs du métal extrait des Cornouailles et du Devon62, les Dumnonii ou « hommes des profondeurs »63, et ceux qui, d’une rive à l’autre, en assuraient le transport. À ce nom évocateur on comparera en Gaule celui des Andecaui, peuplade d’Anjou en zone d’extraction filonienne de l’or (Ande- caui : « ceux qui creusent par en-dessous ») et celui des Tarbelli, « les puissants creuseurs » : (Tar-belli) d’une autre zone aurifère de l’extrême Sud-Ouest, où tar- rend l’idée de percer64. Ces exemples rendent moins exceptionnel qu’il n’y pouvait paraître le cas des ethnonymes en -casses. Les Anciens, en l’occurrence les Celtes, connaissaient et reconnaissaient les « peuples des métaux » comme nous les « âges des métaux ».

  • 65 Si « dépassées » qu’elles soient en apparence par l’évolution des connaissances archéologiques et d (...)

33Quant à l’époque où ces ethnonymes se sont imposés – une époque qui a pu couvrir une certaine durée –, il est difficile d’en décider de manière précise et sûre, en l’absence de la moindre indication concrète. Même si les noms de peuples de Normandie et d’ailleurs sont restés présents, comme on l’a vu, dans la topographie (Bayeux, Vieux, Vexin, Dreux, Troyes, Tricastin), aucun n’est mentionné par les auteurs anciens : en Normandie, Strabon (IV, 1, 14), ou plutôt sa source Posidonios, dès les années 100-80 av. J.-C., ne connaît dans ce rôle que les Lexoviens et les Calètes, omettant des Veliocasses pourtant enserrés entre leurs deux voisins respectivement du sud-ouest et du nord-est. La « coulée des -casses » doit donc correspondre au plus tard à une strate du Bronze final. Autre indice en faveur d’une date haute : le passage par les Alpes, attesté par l’ethnonyme « tricastin », semble antérieur à l’attraction du commerce du bas Rhône dans l’orbite marseillaise, à partir du milieu du vie siècle. C’est aussi l’époque où, selon Tite-Live, des peuplades du centre de la Gaule, sous l’impulsion du roi des Bituriges, ont gagné soit la « forêt Hercynienne », sous la conduite de Ségovèse, soit, avec son frère Bellovèse, l’Italie par les vallées alpestres. « Bellovèse […] part avec de grandes forces d’infanterie et de cavalerie et arrive chez les Tricastins (in Tricastinos uenit). Là il se heurtait aux Alpes. […] Par les cols des Taurins (per Taurinos saltus), ils franchirent les Alpes […] et infligèrent une défaite aux Étrusques non loin de la rivière du Tessin » (V, 34, 5-9)65. Nous avons situé les Tricastins et le rôle que leur assigne leur nom ; les « cols des Taurins » sont le mont Cenis et surtout le mont Genèvre. Les hommes de Bellovèse ont emprunté exactement une voie (préexistante) de l’étain, à un moment qu’il faut placer, selon des indications textuelles concordantes, autour de 600 av. J.-C. : règne de Tarquin l’Ancien (V, 34, 1) fondation de Marseille (V, 34, 7). Il est tentant de voir là un terminus ante quem pour l’implantation des toponymes en -casses.

6. Toponymie et archéologie

  • 66 Cf. Briard et Verron, 1976.
  • 67 Un excellent connaisseur du terrain fournit une interprétation chronologique : « dans les Alpes, au (...)

34Une confirmation indépendante de la chronologie suggérée à l’instant est fournie, comme dans le cas de Fort Harrouard et des Durocasses, par les données de l’archéologie. A partir de l’âge du Bronze Moyen et jusqu’au Bronze Final, se développe dans le bassin de la Seine une production particulière, celle des haches à talon de type normand. Sans entrer dans des détails typologiques, ces haches ont plusieurs traits communs avec les haches du sud de la Grande-Bretagne. Leur composition chimique montre un fort pourcentage d’étain mais un faible pourcentage de plomb66. La carte de répartition (fig. 3) montre la superposition frappante, sur le sol normand, des dépôts de haches et des toponymes en -casses. Pour la période comme pour la zone de diffusion, les correspondances s’imposent donc avec le « parcours des -casses ». Ce même type de hache se retrouve dans la zone alpine, où l’on note précisément l’émergence, vers le même moment (début du Bronze final), d’une métallurgie du bronze. Si le sous-sol alpin possède nombre de secteurs cuprifères, l’étain en est absent. La présence de ces haches donne ainsi l’impression que l’étain se déplace jusqu’aux centres de production du cuivre. Étain de Bretagne ou d’Armorique ? La question reste posée67. D’autres cas, justiciables d’approches analogues, sont bien différents.

  • 68 Pailler, 2006, p. 232-233.
  • 69 Site du Repaire à Vaulry (Haute-Vienne) : fouilles en cours de M. Mairecolas (cf. Mairecolas, 2008, (...)

35A la lisière des monts de Blond, de plus en plus reconnus comme source d’une importante exploitation d’étain dès les temps romains et sans nul doute préromains, deux sites, deux toponymes en -magos désignent deux « marchés de plaine », ou au moins de plateau, un plateau situé en contrebas d’un secteur plus élevé. Ces toponymes celtiques, gaulois, sont Cassinomagos et Blatomagos, devenus Chassenon (Charente) et Blond (Haute-Vienne). On en donne en général une traduction (respectivement « marché du chêne » et « marché des fleurs » ou « de la farine ») qu’il est loisible de contester au nom de deux types d’arguments : les uns, d’ordre linguistique, paraissent simplement, comme il arrive, établir une sorte de non impossibilité ; les autres, plus positifs, sont sans doute mieux faits pour emporter l’adhésion. Cassano-, en gaulois, c’est le chêne. Mais que dire de Cassino- ? Renvoyant à un développement présenté ailleurs68, on rappellera qu’on ne voit pas pourquoi la dérivation en -magos aurait entraîné la modification de -a- en -i- de la voyelle finale du radical. Et maintenant que sont avérées l’existence et la productivité d’un thème cass-, cassi- évoquant l’étain, il est plausible d’y rattacher Cassinomagos, à la fois celui qui nous intéresse présentement et celui que la carte de Peutinger situe à quelques kilomètres à l’ouest de Toulouse, au sud de la Garonne et à la frontière des Tectosages et des Auscii, en des terres bien connues du dédicataire de ces pages. Quant à Blatomagos, dont le nom (qui donnera « Blond ») est restitué à partir de monnaies mérovingiennes (Blatomago, Blatomo), il est tantôt rendu par « le champ de fleurs » (< *bhlō + t- : de là *blatus en celtique ; cf. flos en latin, all. Blume), tantôt par « le marché de la farine » (blāto, « farine » : < *mlto-, « moulu », < *mele-, « moudre », lat molere, skr mrnāti). En toute logique, si l’on écarte la première hypothèse, le mot blato- a fort bien pu s’appliquer non seulement à la farine, mais à toute sorte de produit « moulu », « concassé ». À proximité immédiate de gisements d’un minerai extrait dès la Protohistoire69 et dont, plus que tout autre, la transformation en métal supposait l’épreuve préalable du concassage, cet élément peut prendre sa pleine valeur, en induisant une traduction du type « marché de [l’étain] concassé ». L’archéologie, en l’état, ne saurait ni confirmer ni infirmer cette hypothèse ; du moins nous assure-t-elle du voisinage immédiat du toponyme et du secteur d’extraction. Ici peuvent être invoqués deux arguments :

  • Le premier tient à la proximité et à la convenance déjà évoquées entre Blatomagos, le marché primaire, tout proche de la mine, qui pourrait être celui de « l’étain concassé », et Cassinomagos, le marché où les lingots d’étain – dont la forme locale nous est inconnue – s’échangeaient très probablement contre les produits apportés par la Méditerranée ou l’Atlantique. La voie suivie est figurée sur la carte (fig. 2, p. 327) : une trentaine de kilomètres séparent les deux sites, entre lesquels la circulation est aisée. Vu sous cet angle, Cassinomagos, situé à la limite du territoire des Lémovices et de celui des Santons, apparaît comme le débouché naturel d’une importante production métallique : spécialité, au même titre que l’or, du premier de ces peuples.

    • 70 On pensera également aux Rutènes, eux aussi producteurs d’or et d’étain, chez qui – à La Graufesenq (...)
    • 71 Cf. Massendari, 2006, p. 147-148 et fig. 50. L’inscription (AE, 1974, 426) a été étudiée par Labrou (...)
    • 72 Cf. Simonnet, 1970 ; ci-dessus, p. 150.

    Le second argument se tire précisément du double parallèle Argantomagos-argantodannos, Cassinomagos-cassidannos. De même que la production et la commercialisation de l’or des Lémovices – entre autres « peuples du métal »70 – étaient soumises à un contrôle des poids et mesures de la part d’un argantodannos, en particulier à la frontière nord de ce peuple et à la frontière nord (proche de la Loire) du peuple intermédiaire qu’était celui des Bituriges Cubes (*Argantomagos > Argento (nom médiéval) > Argent s/Sauldre), de même faut-il se représenter des réseaux à la fois localisés et fonctionnels aspirant le trafic de l’étain vers l’ouest ou vers le sud. Il s’ensuit que nous devons selon toute vraisemblance restituer l’action d’un cassidanos, comme à La Graufesenque (fig. 4), aussi bien sur le « marché de l’étain » de Chassenon que sur celui que la carte de Peutinger nous montre dans le Gers, au sud de la Garonne et en bordure ouest du territoire des Tectosages. On rappellera chez ce dernier peuple l’attestation épigraphique du nom Casidanus, devenu nom propre, à Saint-Cizy (commune de Cazères) en amont de Toulouse, sur la vallée de la Garonne71, non loin des Pyrénées et d’une zone ariégeoise d’extraction et de travail du métal72.

36Concluons : les noms de lieu (Cassinomagos, cf. Blatomagos) comme ceux de fonction (cassidannos) sont la trace, au moins chez les peuples gaulois du centre-ouest, d’un système très organisé de régulation du commerce de l’étain et probablement du bronze.

7. Des voies et des greffes

  • 73 Cf. ci-dessus, à propos des voies étrusques du métal en Gaule (Milcent, 2006). Voir aussi Horden et (...)

37Plus clairement que tout discours, la carte (fig. 2, p. 327) fait apparaître ce que nous entendons par “greffe”, désignant ainsi un phénomène caractéristique des « voies de l’étain » en Occident. Sa manifestation sous des formes diverses explique pour une large part que nous ayons représenté ces voies non sous une forme classiquement linéaire, mais en usant d’une trame relativement large, que suggéraient déjà les considérations présentées sur le commerce étrusque dans le nord-ouest du Midi gaulois73.

  • 74 On songe à la petite baie bien abritée d’Argenton (comm. de Landunvez, Finistère). Situé près d’un (...)
  • 75 Sur la production d’étain à Saint-Renan, attestée dès l’âge du Bronze dans les alluvions de l’Aber (...)
  • 76 Cf. Hiernard 1987.
  • 77 Cf. Mohen et Bailloud, 1982.

38Un premier type, vraisemblable à défaut d’être clairement attesté, est la greffe côtière, en un temps où dominait, nous l’avons vu, la navigation par cabotage. C’est la greffe par laquelle un bateau qui a fait provision d’étain à son point de départ peut soit en débarquer une partie en zone cuprifère, soit se charger d’une nouvelle ou de nouvelles cargaisons d’étain (seul ou accompagné d’autres produits) lors d’une ou de plusieurs escales. Le deuxième cas au moins semble avéré le long de la côte sud de la (Grande-)Bretagne, de Mount Saint Michael (Penzance) à Mountbatten et à la baie de Plymouth et plus tard, sans doute, jusqu’à Hengistbury Height. Une séquence comparable peut être imaginée pour un transport (vénète ?) parti de Cornouailles ou du Devon qui aurait fait halte sur la côte armoricaine, à la pointe nord-ouest du Finistère, non loin d’Ouessant74 et du secteur stannifère de Saint- Renan75, puis/ou sur le littoral du Morbihan (cf. la zone de production ancienne des îles Mor Braz et celle d’Abbaretz-Nozay), avant de passer par Corbilo en direction soit de la vallée de la Loire, soit du parcours côtier vers le sud76. Il ne faut pas négliger non plus la possibilité (la probabilité, pour la partie britannique du parcours) de vente d’étain ou d’achat de cuivre par les marchands à des producteurs locaux de ce métal, pour les besoins d’activités bronzières respectivement dans l’île et au nord-ouest de la Gaule. Pensons, par exemple, aux activités de Fort Harrouard chez les Durocasses77.

  • 78 Cf. Pailler, 2006, p. 218-219.
  • 79 Cf. ci-dessus, p. 150.

39Deuxième cas de figure, voisin du premier mais purement terrestre, et que viennent de mettre en lumière la série de découvertes récentes sur le sol gaulois signalées plus haut. De telles greffes ont pu, ont dû se produire le long des itinéraires gaulois de l’étain, qu’ils se situent le long des vallées des grands fleuves ou en marge de celles-ci, selon des directions nord-sud ou est-ouest. Toutes ces voies, à l’exception de celle du Rhin, passent en bordure du Massif Central riche en minerais précieux. Il est aisé, par exemple, de se représenter les producteurs d’étain de la zone de Blond et de Vaulry, à l’ouest, et ceux de la région de Bibracte, à l’est, se branchant sur ces voies principales pour écouler leurs produits. Des sites de « marchés de plaine » comme Cassinomagos (Chassenon) devaient ici trouver leur raison d’être, prenant le relais des zones de production situées en amont pour expédier l’étain vers la côte atlantique ou vers le sud (cf. la carte, fig. 2, p. 327), un peu à la manière dont Argantomagos (Argenton s/Creuse) jouait son rôle dans la diffusion d’une partie de l’or des Lémovices par les vallées de la Creuse, de la Vienne puis de la Loire78. Sans doute existait-il de tels embranchements sur la haute vallée de la Garonne pour l’étain produit dans la zone subpyrénéenne ariégeoise79.

  • 80 Cf. Bocquet, 1997, passim.
  • 81 Il faut pourtant signaler Vendryes, 1948, qui relève le rapprochement de ces inscriptions avec la t (...)

40La troisième situation concerne le domaine alpestre. Ici, la greffe est de nature différente. Il ne s’agit plus, dans ces secteurs riches en cuivre, d’ajouter l’étain à l’étain, mais, pour les artisans locaux ou leurs commanditaires, d’acheter aux transporteurs l’étain nécessaire à la production du bronze80. Il est permis de voir là une des raisons du passage avéré, dès une haute époque, des caravanes d’étain par les grands cols des Alpes, à proximité de sites d’extraction du cuivre et/ou d’ateliers de bronziers. Au nord, près de l’axe rhénan, on ne peut qu’être intrigué par le succès rencontré auprès des légions romaines par des dieux (dii) Casses amplement attestés par des inscriptions (CIL, XIII, 6110 etc). Qui étaient ces Casses inconnus ailleurs et ignorés du monde latin ? Aucune interprétation satisfaisante ne semble avoir été donnée de leur nom81. Sous réserve d’un examen ultérieur, nous proposons de voir en eux des dieux protecteurs de la fabrication et de l’usage d’armes de bronze. L’explication s’accorde bien avec le sens du mot latin cassis, cassidis : le casque de métal par opposition au casque de cuir, galea. Ce mot attesté depuis Plaute pourrait être un emprunt au gaulois et non à l’étrusque, comme le veut en désespoir de cause Isidore de Séville (Orig. 18, 14). La dénomination divine remonterait à une haute époque (Bronze final, début du Premier âge du Fer) et correspondrait à une activité bronzière intensive – attestée par l’archéologie – qu’auraient alimentée la « voie rhénane » de l’étain, d’une part, les sources cuprifères du nord des Alpes et/ou de l’Erzgebirge d’autre part. Cette jonction du quatrième type, si elle était avérée, confirmerait que le nom celtique de l’étain, formé sur la racine *cass-, avait rapidement élargi le périmètre de sa définition au bronze comme alliage et comme objet.

  • 82 Joffroy, 1960, p. 144 : « la liaison entre les producteurs et les consommateurs se faisait sans dou (...)
  • 83 Ces remarques s’accordent avec celles présentées par Milcent, 2006 ; voir plus haut.

41La considération de ces quatre types de greffe achève de faire du commerce ancien de l’étain un phénomène tout à fait spécifique, unique en son genre même s’il s’accorde remarquablement avec les caractéristiques de l’écologie « méditerranéenne », dans la définition qu’en donnent P. Horden et N. Purcell A cette singularité, une raison et trois corollaires. La raison est simple : si l’étain est un métal lourd, il n’entre qu’en faible proportion (10 % en moyenne) dans la composition du bronze - de loin son débouché principal. C’est donc lui, de manière générale, qui « va au cuivre » et non l’inverse, dans les Alpes et près du Rhin comme en Italie du centre et du sud et en Grèce. Le premier corollaire tient à des formes de commerce quelque peu segmentées, auquel conviennent tout à fait des formes et des dimensions différenciées de lingots. Si l’on se fie aux textes du Proche-Orient, à côté des envois massifs à longue distance, un « étain de voyage » composé de petits lingots se prêtait à une vente au détail en cours de route ou simplement à l’exhibition publicitaire, voire à des achats de troc pratiqués par les transporteurs. Pour l’Occident, on songe aux « osselets » de Diodore, ou aux lingots en « sac à main » de certaines épaves. Une partie du chargement, peut-être sous la forme des lingots de grande taille également attestés, devait être réservée pour sa destination finale : Étrurie et/ ou Italie du Sud. Le deuxième corollaire, dans ces conditions, est inséparable du premier : on veut parler des légendes généreusement colportées par les textes, selon lesquelles les grands acheteurs méditerranéens ignoraient (ou dissimulaient, lorsqu’ils les connaissaient et que leurs transporteurs les empruntaient) les parcours exacts suivis jusqu’à eux par le métal. Comme l’a remarqué R. Joffroy82, la sectorisation relative des trajets a la chance de rendre compte de cette particularité apparemment surprenante. Il est tout à fait possible que le “consommateur final” ait méconnu les détails des voies suivies par le métal, faisant simplement confiance au dernier groupe de marchands – des « vénètes » au sens large – débouché avec sa cargaison des Alpes ou, via Narbonne et/ou Marseille, par la voie côtière83.

  • 84 Dion 1952a et b, justement réfuté par Carcopino, 1957.
  • 85 Cf. Van Berchem, 1956, particulièrement p. 199. En tout état de cause, “qu’ils disposent de leurs p (...)

42Un troisième corollaire découle des deux autres et réduit à néant l’objection préjudicielle opposée par R. Dion. A l’en croire84, à époque haute, un tel commerce était irréalisable à cause de l’insécurité des routes et des attaques à redouter le long du parcours. Tel n’était assurément pas le cas si, comme nous l’avons vu, les populations locales étaient clientes des transporteurs ou intéressées à leur commerce – éventuellement, comme dans les Alpes, par la perception de droits de péage ou de portage85. Pour dépasser ce débat et reprendre des termes chers à P. Horden et N. Purcell, les voies de l’étain sont un remarquable exemple des « micro-écologies régionales » et de la « connectivité » plus large qui caractérisent ensemble l’univers péri-méditerranéen aux temps anciens. Deux noms devenus des noms de peuples, mais qui ne l’avaient pas toujours été, symbolisent cette situation : celui de « vénètes », sur mer, et sur terre, plus spécialement attaché au « passages de l’étain », celui de tricasses ou de tricastins.

  • 86 La modestie s’impose au stade actuel des études : Domergue, 2008, p. 89-90.
  • 87 Cf. par exemple Villard, 1960, p. 150-151.
  • 88 Siret, 1908, p. 146-147 ; Villard, 1960, p. 149 (citation).
  • 89 Sur les incertitudes concernant Vix et Marseille, cf. par exemple Chaume, 2001, p. 352-353 ; Brun e (...)
  • 90 Il est tentant de généraliser la remarque faite par J.D. Muhly à propos de l’Erzgebirge : « Clearly (...)
  • 91 Tout d’abord une production unique : les bols en bois décorés de clous en étain provenant de contex (...)

43Nos conclusions seront aussi brèves que modestes86. Sans doute a-t-on tiré quelque profit de la relecture de Diodore ou de Tite-Live, de la prise en considération des mots en cass-, de la cartographie des haches de bronze et des lingots d’étain, enfin de l’image d’un système où les « greffes » locales ont eu plus d’importance qu’on ne croyait. Mais bien des problèmes majeurs subsistent, notamment d’ordre chronologique : que penser de l’antériorité souvent avancée de la route maritime par l’Océan jusqu’à l’Espagne et au-delà, par rapport aux voies terrestres87 ? Quid de l’affirmation récurrente, de Siret (1908) à Villard (1960) et à quelques autres, selon laquelle « ce sont naturellement les gisements alluviaux qui furent les premiers exploités, et c’est leur appauvrissement qui conduisit à entamer l’extraction souterraine »88 ? À la source des informations de Diodore, qui semblent contredire cette affirmation, quelle place faire respectivement à la relation de Pythéas, à celle de Posidonius, à l’intervention toute récente de César ? Quels ont été les effets propres de cette dernière ? Sur la route qui mène de la Seine aux Alpes, quelle diversification des voies, quelle chronologie exacte pour l’étain de (Grande-) Bretagne et celui d’Armorique ? En dépit de tant d’études, Vix, Marseille89, Narbonne n’ont pas trouvé toute leur place, non plus que les régions productrices et commerciales du Massif Central… Arrêtons là l’énumération : beaucoup, sinon tout, reste à faire90. Une prochaine étape devrait combiner des explorations de terrain complémentaires (Cornouailles, Devon, Finistère, Morbihan, Monts de Blond, Morvan, Ariège…) et le recours aux analyses en traces qui en sont encore, pour ce métal, aux balbutiements. Lingots et décors d’étain91 offriraient pourtant des possibilités permettant de dépasser les apories nées du problème du bronze et des refusions dont il procède souvent. C’est un vaste programme international et pluridisciplinaire qui se dessine ainsi, un programme qui devrait inclure les comparaisons avec les réalités orientales.

« TRADE IN ACTION ». À propos de deux épaves

44Depuis la rédaction de cet article (janvier 2010), deux informations exceptionnelles sont parues dans la presse britannique et espagnole. Elles concernent des épaves contenant entre autres des lingots de cuivre et d’étain. Merci à nos collègues et amis Roger Burt (université d’Exeter) et Pierre Moret (CNRS, TRACES) de nous les avoir communiquées. On les trouvera respectivement en ligne aux adresses des sites du Daily Telegraph et de La Verdad :
http://i.telegraph/multimedia/archive/01577/bronze1_1577686c. jpg et bronze2_1577687c.jpg
http://www.laverdad.es/​murcia/​20100115/​cultura/​tesoro-fenicio-manga-20100115.html

451. En 2009, près de Salcombe (Devon), dans le secteur de Wash Gully, à 300 m de la côte et par 8 à 10 m de fond, des membres du South West Maritime Archaeological Group ont découvert et exploré l’épave d’un navire de l’âge du bronze (1000-900 av. J.-C. ?) d’où 295 objets ont été remontés : pour l’essentiel, 259 lingots de cuivre et 27 d’étain. Ces objets sont aujourd’hui au British Museum. L’épave est proche de l’endroit où, en 1977, une autre épave de l’âge du Bronze a livré 53 objets comparables. Cet « incredibly exciting find » (Ben Roberts, British Museum) conduit Dave Parham (Prof. d’archéologie sous-marine, université de Bournemouth) à déclarer : « what we are seeing is trade in action ». Et Peter Northover, de l’université d’Oxford, qui a procédé aux analyses de provenance sur le cuivre, parvient à des conclusions voisines de celles du présent article : “These are the produce of a multitude of countries, scattered right around Europe, up and down the Atlantic coast [Espagne] and inland [Alpes]. It came from a combination of places. It is showing the diversity of the trade. Metal traders would have traded parcels of metal with each other. The metal would have moved on steps, along networks of contacts exchanging metal as and when they need it”. Quant à l’étain, la proximité fait supposer qu’il provenait de Cornouailles ou du Devon, ce qui confirmerait l’ancienneté de cette exploitation.

462. Sur la côte de La Manga (Espagne, province de Murcie) s’est échoué à la fin du viie siècle av. J.-C. un navire phénicien long d’environ 15 m. Une fouille internationale discrète, largement financée par le National Geographic, y est menée depuis trois ans. Les premiers résultats fournis en janvier 2010 révèlent une étonnante cargaison : une bonne dizaine de défenses d’éléphants d’Afrique gravées d’inscriptions en alphabet phénicien, des céramiques diverses et nombreuses, de l’ambre, des objets décoratifs de bronze… ainsi que « mas de 200 lingotes de estaño, muchos lingotes de cobre y piedras de galena (plata y plomo) ». On suppose que le navire venait de Gadès où il s’était fourni en ivoire provenant de Lixus, d’ambre de Lituanie ou de Pologne, d’étain d’Orense… Sa destination pouvait être, croit-on, le poblado de La Fonteta (Guardamar, Alicante), la Carthage punique ou même la Phénicie.

Haut de page

Bibliographie

Abraham, Ph., 2009, Extraction et métallurgie de l’étain en Viadène (nord-Aveyron), dans Pailler et al. 2009, sous presse.

Bader, F., 2009, Le nom des Vénètes et leur expansion, dans F. Biville et I. Boehm (éd.), Autour de Michel Lejeune, Actes des Journées d’étude organisées à l’Université Lumière - Lyon 2 les 2 et 3 février 2006, Lyon, Collection de la Maison de l’Orient 43 (diffusion De Boccard), p. 31-77.

Beaumont, R. L., 1936, Greek influence in the Adriatic Sea before the fourth century BC, JHS 56, p. 159-204.

Bocquet, A., 1997, Archéologie et peuplement des Alpes françaises du Nord, du Néolithique aux âges des Métaux, L’Anthropologie, 101, n° 2, p. 291-393 ; texte revu et complété en 2006 dans http://aimebocquet.perso.sfr.fr/alp.htm (dernière consultation décembre 2009). bonnaRd, A. H., 1802, Sur le gisement, l’exploitation et le traitement de l’Etain, dans le duché de Cornouailles, Annales des Mines, 1802-1803/2, p. 443-454.

Briard, J. et Verron, G., 1976, Typologie des objets de l’Age du Bronze en France, fascicule III : Les haches (I), Paris, éd. du CNRS.

Brun, P. et Chaume, B. (éd.), 1997, Vix et les éphémères principautés celtiques. Les vie-ve siècles av. J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque international de Châtillon-sur-Seine, octobre 1993, Paris, Errance.

Carcopino, J., 1957, Promenades historiques au pays de la Dame de Vix, Paris, L’Artisan du Livre.

Cary, M., 1924, The Greeks and Ancient Trade with the Atlantic, JHS 44, p. 166-179.

Cauuet, B., Tamas, C.-G. et Boussicault, M., 2006, Le district stannifère d’Autun, Dossiers d’Archéologie et sciences des origines, n° 316, p. 26-27.

Champaud, C., 1957, L’exploitation ancienne d’Abbaretz-Nozay (Loire inférieure), contribution aux problèmes de l’étain antique, Annales de Bretagne, p. 46-96.

Charoy, B., 1979, Définition et importance des phénomènes deutériques et des fluides associés dans les granites : conséquences métallogéniques, Nancy, Fondation scientifique de la géologie et de ses applications, coll. Sciences de la terre, Mémoires, 37.

Chaume, B., 2001, Vix et son territoire à l’âge du Fer, Montagnac, Monique Mergoil.

Coffyn, A., 1985, Le bronze final atlantique dans la péninsule Ibérique, Paris, de Boccard.

Cunliffe, B., 2005, Iron Age Communities in Britain, Londres, Routledge [1974].

De Bernardo Stempel, P., 1998, Minima Celtica zwischen Sprach und Kulturgeschichte, dans P. Anreiter, L. Bartosiewicz et W. Meid (dir.), Man and the Animal World : Studies in memoriam Sandor Bökönyi, Budapest, Archeolingua, p. 601-610.

Déchelette, J., 1914, Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, II, 3, Paris, Picard.

Delamarre, X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, Errance [2e éd. revue, 2008].

Dion, R., 1952a, Le problème des Cassitérides, Latomus XI, p. 306-314.

Dion, R., 1952b, Les routes de l’étain. L’isthme gaulois et le carrefour de Paris, Hommes et Mondes VII, avril 1952, p. 547-557.

Domergue, C., 2008, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris, Picard.

Dufrénoy, A., De Beaumont, E. et Coste et Perdonnet, 1839, Voyage métallurgique en Angleterre, ou recueil de Mémoires sur le gisement, l’exploitation et le traitement des minerais de fer, étain, plomb, cuivre, zinc, et sur la fabrication de l’acier, dans la Grande-Bretagne, 2e éd., t. 2, Paris, Bachelier.

Escudé-Quillet, J.-M. et Maissant, C., 1997, Carte Archéologique de l’Ariège, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Farnsworth, M. et Immerwahr, S. A., 1966, The use of tin on Mycenaean vases, Hesperia 35, 4, p. 381-396.

Gallet De Santerre, H., 1960, Informations archéologiques, Gallia, XX, 2, p. 622.

Garcia, D., 2002, Épave de Rochelongue, dans L. Long, P. Pomey et J.-C. Sourisseau (éd.), Les Étrusques en mer, épaves d’Antibes à Marseille, Aix-en-Provence, Edisud, p. 38-41.

Goudineau, Chr., 2000, César et la Gaule, Paris, Errance, Points Histoire [1990].

Gran-Aymerich, J., 2006, Les sources méditerranéennes de l’art celtique, dans De la Méditerranée vers l’Atlantique, aspect des relations entre la Méditerranée et la Gaule centrale et occidentale (viiie-iie siècle av. J.-C.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection Archéologie et Culture, p. 19-56.

Guilaine, J., 1972, L’âge du Bronze en Languedoc occidental, Roussillon, Ariège, Paris, Klincksieck, MSPF n° 9.

Hiernard, J., 1982, Corbilo et la route de l’étain, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des Musées de Poitiers, 4e série, XVI, p. 497-578.

Horden, P. et Purcell, N., 2000, The Corrupting Sea. A study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell.

Jannoray, J., 1955, Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule Méridionale, Paris, De Boccard, BEFAR 181.

Joffroy, R., 1960, L’oppidum de Vix et la civilisation hallstattienne finale dans l’Est de la France, Paris, Belles Lettres.

Labrousse, M., 1972, Epitaphe romaine du ier siècle trouvée à Saint-Cizy, commune de Cazères (Haute-Garonne), MSAMF 37, p. 55-61.

Lewuillon, S., 1980, Polémique et méthode à propos d’une question historique : pour des « îles Cassitérides », DHA, 6, p. 235-266.

Limet, H., 1986, Textes administratifs relatifs aux métaux, Archives royales de Mari XXV, Paris, éd. Recherches sur les civilisations.

Lulzac Y. et Giot, P.-R., 1998, Datation à l’âge du Bronze d’une exploitation de cassitérite dans le Finistère, Bulletin de la SPF, 95, p. 598-600.

Mahé-Le Carlier, C., Lulzac, Y. et Giot, P.-R., 2001, Étude des déchets de réduction provenant de deux sites d’exploitation d’étain armoricain de l’Age du Bronze et du Moyen- Age, RAO 18, p. 45-56.

Mairecolas, M., 2008, L’étain en Gaule et en Europe occidentale pendant la Protohistoire et l’Antiquité. Une zone de production et de diffusion : le Limousin, thèse, Université de Toulouse Le Mirail.

Marichal, R., Les graffites de La Graufesenque, XLVIIe Supplément à Gallia, Paris, éd. du CNRS.

Massendari, J., 2006, Carte Archéologique de la Gaule 31/1, Haute-Garonne (hormis le Comminges et Toulouse), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Merlat, P., 1954, César et les Vénètes, Annales de Bretagne 61, 1, p. 154-183.

Milcent, P.-Y., 2006, Les importations italiques au nord-ouest du Midi gaulois (milieu du Xe – début du IVe s. av. J.-C.). Inventaire et perspectives d’interprétation, dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias, Atti del XXIV Convegno di Studi Etruschi ed Italici (Marseille – Lattes, 2002), Pise – Rome, p. 319-355.

Mohen, J.-P. et Bailloud, G., 1987, La vie quotidienne. Les fouilles du Fort-Harrouard, L’âge du Bronze en France 4, Paris, Picard.

Muhly, J.A., 1985, Sources of tin and the beginning of bronze metallurgy, AJA 89, 2, p. 275- 291.

Pailler, J.-M., 2006, Quand l’argent était d’or. Paroles de Gaulois, Gallia 63, p. 211-241.

Pailler, J.-M., 2007, L’argant- suite. Encore le lexique gaulois du métal, Pallas 75, p. 37-48. PailleR, J.-M., 2008, Les druides de César : digression ethnographique et neutralisation historique, EC XXXVI, p. 35-58.

Pailler, J.-M., Gruat, Ph., et Schaad, D., 2009, Les Rutènes, du peuple à la cité, Supplément à Aquitania, Talence, sous presse.

Pailler, P., 1989, Saint-Renan, capitale européenne de l’étain, Saint-Renan, 1989.

Penhallurick, R. D., 1986, Tin in Antiquity, Londres, The Institute of Metals.

Piette, J., Rottier, S. et Depierre, G., 2000, L’Age d’or de l’âge du Bronze, les vallées de la Seine et de l’Yonne aux XIIIe et XIIe siècles avant J.-C., Musée municipal Paul Dubois-Alfred Boucher, Nogent-sur-Marne, 11 juin 5 décembre 1999, Musée de Préhistoire d’Ile de France, Nemours, 29 janvier-3 septembre 2000.

Rolley, C., 1988, La Sardaigne entre deux livres. Trafics des bronzes au début du ier millénaire av. J.-C., MEFRA, 100, p. 299-304.

Rolley, C., 2006, Les routes de l’étain en Méditerranée et ailleurs, dans M. Szabó (éd.), Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire, 3. Les Civilisés et les Barbares du Ve au IIe siècle avant J.-C., Bibracte 12/3, Bibracte, p. 185-192.

Schulten, A., 1923, Tartessos. Contribución a la Historia mas antigua de Occidente [rééd. Cordoue, Almuzara, 2006].

Sillières, P., 1990, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Paris, de Boccard. SiMonnet, R., 1970, Habitat et fonderie protohistoriques à Carbon, commune de Varilhes (Ariège), Gallia-Préhistoire 13, p. 151-216.

Simonnet, R., Claeys, L., Lagarde, A., Pailhes, C., Pedoussat, D. et Sébastien, M., 2008, Ariège, Paris, Bonneton [1996].

Siret, L., 1908, Les Cassitérides et l’empire colonial des Phéniciens, L’Anthropologie, p. 129- 165.

Thollard, P., 1985, Strabon et les Vénètes : un faux emporion, RAO, 2, p. 115-118.

Thollard, P., 2009, La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie. Géographie, livre IV, traduction et études, Aix-Paris, Errance – Centre Camille Jullian.

Thomas, Ch., 1966, The character and origin of Roman Dumnonia, dans Ch. Thomas (éd.), Rural settlement and Roman Britain, Council for British Archaeology, Research Report 7, p. 74-98.

Thurneysen, R., 1935, Treveri, Rheinisches Museum NF 84, p. 188-92, réimpr. dans Gesammelte Schriften, I-III, P. de Bernardo Stempel et R. Ködderitzsch éd., Tübingen, 1991, II, p. 285-89.

Tylecote, R. F., 1990, The Prehistory of Metallurgy in the British Isles, Londres, Maney Materials Science [1986].

Van Berchem, D., 1956, Du portage au péage. Le rôle des cols transalpins dans l’histoire du Valais celtique, MH 13, p. 199-208.

Verney, A., 1988, L’industrie des haches à talon de type Normand en France, mémoire de maîtrise de Paris Panthéon-Sorbonne, dactylographié.

Vendryes, J., 1948, La religion des Celtes, Paris, PUF, « Mana ».

Villard, F., 1960, La céramique grecque de Marseille (vie-ive s.). Essai d’histoire économique, Paris, de Boccard, BEFAR 19.

Wagner, G. A., Weisgerber, G. et Kroker, W. (éd.), 1985, Silber, Blei und Gold auf Sifnos. Prähistorische und antike Metallproduktion, Der Anschnitt Beiheft 3, Veröffentlichungen aus dem Deutschen Bergbau Museum (Bochum) n° 3.

Haut de page

Annexe

Fig. 1. De la Grande-Bretagne à la Méditerranée. Gisements de cuivre et d’étain, voies de circulation.

Fig. 1. De la Grande-Bretagne à la Méditerranée. Gisements de cuivre et d’étain, voies de circulation.

Fig. 2. L’étain en Gaule. Production et circulation.

Fig. 2. L’étain en Gaule. Production et circulation.

Fig. 3. Répartition des peuples en -casses et des haches à talon de type Normand, d’après Verney 1988.

Fig. 3. Répartition des peuples en -casses et des haches à talon de type Normand, d’après Verney 1988.

Fig. 4. Un cassidanos (ligne 2) garant des comptes d’une fournée de vases à La Graufesenque, d’après Marichal 1988, p. 120.

Fig. 4. Un cassidanos (ligne 2) garant des comptes d’une fournée de vases à La Graufesenque, d’après Marichal 1988, p. 120.
Haut de page

Notes

1 Les mesures concernant l’argent sont des mesures de valeur ; celles qui portent sur l’étain indiquent un poids.

2 Cf. Limet, 1986.

3 Cf. Mairecolas, 2008, p. 36-37.

4 Synthèse plutôt dubitative chez Domergue, 2008, p. 89-90. Voir aussi Penhallurick, 1986.

5 Si l’on excepte le Massaliote Pythéas, au ive siècle av. J.-C. Mais ce fut un explorateur, pas un commerçant.

6 Visant à des éclairages ponctuels plus qu’à une vue exhaustive, on renvoie au précieux recueil des textes anciens chez Villard, 1960, p. 143-148. Quant aux études modernes, et pour s’en tenir à des auteurs reconnus, il suffit de confronter le point de vue « occidental » de B. Cunliffe, celui, « oriental », de C. Rolley et celui, « central », de J. Carcopino (le « pays de la Dame de Vix ») ou de F. Villard (Marseille) pour constater que chacun voit l’étain à sa porte, ou plutôt de sa fenêtre.

7 L’expression est difficile à traduire. Pour « veines argileuses », qui peut sembler dépourvu de sens, nous nous inspirons d’informations dues à D. Béziat, que nous remercions vivement. Ces veines minéralisées argileuses (elvan, en cornique) sont en relation avec d’anciens filons (à quartz, feldspath et cassitérite) qui se sont mis en place dans des zones de fracture en périphérie du granite (growan), ici en bordure de zones schisteuses ou killas. Lors de l’altération météorique en niveau superficiel (« supergène » : un niveau qui peut atteindre quelques dizaines de mètres), les feldspaths se sont transformés en kaolinite, le quartz dissout et la cassitérite conservée. Ces veines souterraines peuvent donc se situer à bonne profondeur, sans avoir donné lieu à extraction « minière » en galerie. L’éventrement de cette région à la recherche de l’étain depuis l’époque médiévale a oblitéré pour l’essentiel ces vestiges de travaux plus anciens effectués à ciel ouvert. On comparera les données fournies par les visiteurs français des sites de Cornouailles au xixe s.  : Bonnard (1802), De Beaumont et Dufrénoy (1839), p. 177-498 (fondamental) avec les travaux récents de géologues, à partir de Charoy, 1979.

8 Les deux phrases non reprises ici signalent qu’il s’agit en fait d’une presqu’île. Est-ce, comme on l’a dit, celle de Mountbatten, à l’entrée de la rade de Plymouth et au débouché de secteurs stannifères du Devon ? Beaucoup plus probablement celle de Mount Saint Michael, dans l’abri de la baie de Penzance, qui correspond idéalement à la description du site, à la proximité de riches ressources en étain et à la localisation en Land’s End du Belerion. Elle était, dit Diodore, transformée en île à marée haute : les chariots empruntaient la voie à marée basse et le transbordement sur les navires marchands s’opérait à marée haute - comme à l’abri des regards, ajouterons-nous en référence aux légendes colportées dans l’Antiquité.

9 Pour la fin de l’âge du Fer, Ch. Thomas avance, avec excès sans doute mais non sans arguments, l’hypothèse d’une colonisation commerciale de la côte sud-ouest de la Grande-Bretagne par les Vénètes d’Armorique. (Thomas, 1966, p. 81-82). Il renvoie à César, Guerre des Gaules, III, 7-11, assez suggestif comme nous le verrons. Sur les Vénètes, voir désormais Bader 2009.

10 Cf. Delamarre, 2003, s.v. uenet- : le mot Vénètes “concerne des peuples situés dans des zones de commerce et d’échanges, établis au bord de mers ou de lacs. Il s’agit donc d’un appellatif productif pour désigner les « voisins amicaux (« apparentés ») avec lesquels on commerce” (voir cependant Bader, 2009, p. 35-40, qui insiste sur un « désir » d’expansion et sa finalité économique). On rapprochera spécifiquement Pseudo-Scymnos, v. 399-400, à propos de l’Adriatique : “il y a chez eux [hoi Enetoi] deux îles qui passent pour contenir de l’étain de très grande qualité”. De manière significative, l’auteur confond les deux peuples vénètes, à moins qu’il ne fasse allusion, non à des lieux de production, mais à un relais insulaire vers le monde grec d’un commerce venu de la zone rhénane ou de l’Erzgebirge.

11 On notera l’existence au Pays de Galles voisin d’un peuple côtier de Venedoti, devenu Gwynned en gallois (cf. Bader, 2009, p. 39, p. 45).

12 Abordant un peu plus loin (V, 38) la question de l’exploitation de l’étain en Espagne, le même Diodore suit Posidonius et polémique avec un autre auteur, sans doute Timée, qui la limitait au milieu alluvial superficiel : « on ne le recueille pas à la surface du sol, comme l’écrit à tort tel ou tel historien, mais on l’extrait de mines (oruttomenos) pour le faire fondre (khoneuomenos) à la manière de l’or et de l’argent ». Même information, même allusion à la controverse, recours à la même source et au même verbe oruttesthai chez Strabon, III, 2, 9.

13 Contra encore, Muhly, 1985, passim.

14 Horden et Purcell, 2000.

15 Un nom évidemment « de légende » ; cf. Lewuillon, 1980.

16 Selon le DELG (P. Chantraine), (s.v. Siphnos), « il n’y a aucune raison de rapprocher ce toponyme du mot précédent », siphnos. Pourtant, ce mot de lexique, avec le sens de « vide, creusé », a un rapport évident avec siphneus, « taupe », et avec siphon, « tube », « tuyau », « pompe ». Sachant aujourd’hui que puits et galeries de mine ont été percés dans l’île dès la première moitié du iiie millénaire, avant une reprise de l’exploitation par les Grecs au vie s. (Wagner et al., 1985), on peut penser que ces derniers lui ont donné ce nom.

17 Un idéaltype auquel semble s’être particulièrement attachée une pratique vénète ; sur le goût de ce peuple d’Armorique pour les îles côtières et les presqu’îles, Thomas, 1966, p. 82. Cf. César, Guerre des Gaules, III, 9 4 et III, 12, 1, pour l’évocation généralisante de sites de promontoires coupés de la terre ferme à marée haute (aestuaria) : pedestria esse itinera concisa aestuariis (III, 9, 4). Voir aussi la mention des Venestorum insulae et quae Veneticae appellantur chez Pline, NH, IV, 109 (cf. Bader, 2009, p. 39).

18 Sur cette question en général, Merlat, 1954.

19 Ainsi à plusieurs reprises Goudineau, 2000 : p. 90 (« monopole » vénète sur le commerce), 155 (poids des negotiatores italiens en Gaule), 324 (espoirs déçus de César), 339 : « ceux qui tenaient les clefs des relations commerciales avec la Bretagne (au premier rang, les Vénètes) ».

20 Hypothèse de Ch. Thomas : ci-dessus, p. 142 et n. 9.

21 On traduit ici le texte grec des manuscrits (khromenoi toi emporioi) : litt. « car ils l’avaient comme emporion » (cf. trad. Lasserre, CUF : « dans le dessein de l’empêcher de passer avec ses navires en Bretagne, cette île leur servant de marché »). La correction proposée par Thollard 1985 (toi emporikoi) et maintenue par Thollard, 2009, p. 47, prête aux Vénètes l’usage de navires de commerce dans leur combat naval de la baie de Quiberon. Cela paraît bien peu probable. Même si le texte des mss est un peu elliptique, il n’y a pas lieu de le corriger. Au demeurant, le syntagme banal khromenoi toi emporioi, utilisé par Strabon pour Lyon comme pour Bordeaux et Narbonne, est bien rendu par le même commentateur (p. 33, 41, 173) : « ceux qui fréquentent cette place de commerce ».

22 Selon Chr. Goudineau, l’insistance mise après coup par César sur le « grand nombre de prisonniers » qu’il a faits (Guerre des Gaules, V, 23) dissimulerait « que le débarquement n’avait pas répondu aux espoirs » (l’étain, les perles, etc). Ce rapprochement entre l’étain et les perles, qui n’est pas dans les textes, est significatif.

23 Cf. notamment Cunliffe, 2005, p. 22 (bibliographie), p. 201-206 (les Dumnonii), p. 499-503 (l’étain et le bronze en Bretagne).

24 Ces Unelli sont sans doute des *Un-/Venetlī (Bader 2009, p. 39), donc eux-mêmes des « Vénètes ».

25 Cf. Pailler 2008.

26 Aux silences de Strabon, IV, 5, 3 (cf. IV, 1, 14), on ajoutera celui de Tacite, Agricola, 12, 10 ; et déjà, même si elle est polémique, cette affirmation « à chaud » de Cicéron : « on sait qu’il n’y a pas dans cette île la moindre parcelle d’argent et qu’elle n’offre aucun espoir de butin, sauf en esclaves » (Lettres a Atticus, IV, 16).

27 Brève synthèse : Rolley, 1988.

28 Cf. Coffyn, 1985, p. 116-117 (groupe de Vénat), 137-138, 152-156.

29 Cf. Déchelette, 1914, p. 50-51 ; Cary, 1924, passim ; Beaumont, 1936, p. 190.

30 Cf. Siret, 1908 ; Cary, 1924, p. 166-179.

31 Jannoray, 1955, p. 292-293.

32 Déchelette, III, p. 57 et 71-72 ; Joffroy, 1960, p. 55, Carcopino, 1957, p. 23-87.

33 Sillières, 1990, p. 747.

34 Piette et al., 2000, p. 42.

35 Gran-Aymerich, 2006, p. 23.

36 Cf. Penhallurick, 1986, p. 69.

37 Garcia, 2002.

38 Gallet de Santerre, 1960.

39 Cf. Mairecolas, 2008, p. 41.

40 Tylecote, 1990, p. 47.

41 L’étude porte sur les « importations italiques au nord-ouest du Midi gaulois (milieu du xe – début du ive s. av. J.-C.). On y rencontre à la fois les problèmes du commerce du métal sur la longue période qui nous intéresse et ceux que pose la signification même à donner au terme de « voie », un terme si souvent et si confusément employé. Avant de dégager quelques implications de méthode de cet « inventaire raisonné » (Milcent, 2006, p. 322), il convient d’en noter les limites pour notre propos : d’une part, comme l’annonce le titre, l’auteur restreint son enquête à la moitié sud-ouest de la Gaule, délaissant donc (sauf par allusions) la voie Seine-Saône-Rhône ainsi que celles du Rhin et des Alpes (en témoigne la ligne pointillée tracée vers le sud-est à partir du Cotentin sur les cartes de la fig. 2, p. 320-321) ; d’autre part, et pour la même raison, au moment de prendre en compte les probables contreparties métalliques (or, étain) du commerce qu’il étudie, il ne retient que les productions du Massif Central et – en passant – d’Armorique, à l’exclusion de l’étain des Cornouailles et du Devon. Cette présentation, qui se veut un appel préliminaire à la réflexion, est pourtant riche de suggestions. L’importance des objets de métal en provenance d’Étrurie trouvés en Gaule, loin au-delà des bornes septentrionales du commerce céramique et amphorique, y est mise en valeur, ainsi qu’une évolution en deux temps, sans véritable hiatus, de la nature de cette diffusion : haches et fibules jusqu’au milieu du viie siècle, puis vases et pièces de vaisselle diverses : des objets souvent plus grands et plus raffinés. Le volume et la qualité des produits concernés s’accroissent en même temps que les voies de leur diffusion se confirment et se régularisent.

42 Des voies que P.-Y. Milcent, sans doute à juste titre, ne disjoint pas de celles suivies par l’or (2006, p. 345).

43 Il faut insister sur un fait récurrent en archéologie minière : ce sont souvent les géologues ou ingénieurs des mines à la recherche de nouvelles exploitations qui ont mentionné les premiers les mines anciennes.

44 Cf. Champaud, 1957.

45 Mahé - Le Carlier et al., 2001.

46 Cauuet et al., 2006.

47 Abraham, 2009.

48 Cf. Simonnet, 1970 ; Guilaine, 1972, p. 232, 426 ; Escudé-Quillet et Maissant, 1996, p. 55-59 (R. Sablayrolles, Introduction), p. 324-325 (Varilhes, notice) ; Simonnet et al., 2008, p. 18.

49 Dans le cadre de prospection thématique avec le S.R.A. Limousin et d’une thèse de doctorat de l’Université Toulouse-2 le Mirail, laboratoire TRACES (UMR 5608).

50 De Bernardo Stempel, 1998.

51 On comparera, pour le dernier nom cité, les attestations Boduo-genus, Boduo-gnatus, Maro-boduus, (C)athu-bodua, Ate-boduus, Teuto-boduus, Soli-boduus : autant de noms qui se situent dans le même registre d’ostentation aristocratique.

52 La « lueur fauve » ne pourrait-elle faire allusion à un bronze riche en étain, qui prend cette couleur ?

53 Faut-il y déceler une association du bois et du bronze, oeuvre commune de dinandiers et de menuisiers dans la fabrication d’objets, ou une allusion au rôle du bois, abondant dans la région, comme combustible dans le traitement des minerais et l’alliage des métaux ? La première explication est la plus plausible.

54 Synthèse chez Mohen et Bailloud, 1987.

55 Cf. Delamarre, 1ère éd., p. 253 : tre, tri, ‘à travers, par’. Remarquons que cette valeur est particulièrement attestée en sanscrit, langue dont on connaît les affinités avec le celtique : tara signifie « qui fait traverser » ; « passage » ; tarī désigne un « bateau », spécialement une « barque de passeur », et tarika un « passeur ».

56 Thurneysen, 1935, p. 184-188 : de trē- < *trei-, « à travers ». Delamarre (1ère éd., p. 254) rapproche skr. var, « eau », et v. irl. treoir < *trē-uori, « fait de guider, de diriger ». Sur *uer- désignant la rivière en gaulois, cf. encore les noms de l’Aveyron (< *ab-*uer-) et de ses affluent la Vère et sous-affluent la Vervère (cf. E. Nègre, Les noms de lieux du Tarn, Paris, 1972, p. 24, § 34). Une étude est en cours sur les Trigaboloi, « les passeurs du delta » (du Pô) ».

57 Bocquet, 1997 [2006] montre la richesse et la complexité de la « question alpine », de la fin du Bronze Ancien à l’époque de La Tène.

58 Schulten, 1923 [rééd. 2006].

59 Curieusement, il ne mentionne pas à l’appui de ses dires le passage des Ora maritima (v. 259-261) où Aviénus, s’appuyant sur des témoignages très anciens, mentionne, non loin de Tartessos, un mons Cassius riche en étain, d’où le grec aurait tiré kassiteros.

60 Le port d’Alet (Saint-Malo) semble un bon candidat, comme B. Cunliffe l’a plusieurs fois souligné, mais on ne peut exclure un débarquement près de la pointe du Cotentin. La présence avérée de minéralisations d’étain dans ce secteur a-t-elle donné lieu à extraction et à « greffe » sur le grand trafic (cf. ci-dessous, p. 157-160) ? Rien ne permet pour l’heure de trancher.

61 On ajoutera les Lexoviens et les Calètes, seuls mentionnés par Strabon (IV, 1, 14), qui suit Posidonius, comme des commerçants de l’étain britannique (entre autres produits).

62 Mineurs au sens large, puisque dans cette région les secteurs archéologiquement connus d’exploitation ancienne de l’étain sont alluviaux. Mais des tranchées profondes en elvan, on l’a vu, ont aussi précédé les galeries médiévales et modernes. En tout état de cause, le métal était bien perçu comme provenant des profondeurs (dubnon > dumnon > Devon).

63 Contra Thomas, 1966, p. 77 et n. 26, qui incrimine là un anachronisme ; mais cf. la note précédente.

64 Cf. Pailler, 2007, p. 46. Sur des noms grecs de zones minières ou métallurgiques, ci-dessus, p. 144.

65 Si « dépassées » qu’elles soient en apparence par l’évolution des connaissances archéologiques et de la réflexion historique, il faut lire et relire les pages admirables de J. Bayet sur la présentation par Tite-Live de la pénétration gauloise en Italie : Tite-Live, V, Paris, Belles Lettres, CUF, 1954, p. 156- 162. Une relecture attentive des Keltika de Polybe (II, 17), ainsi que les découvertes de terrain, confirment la date haute du phénomène.

66 Cf. Briard et Verron, 1976.

67 Un excellent connaisseur du terrain fournit une interprétation chronologique : « dans les Alpes, au tout début du Bronze final, la première trace accompagnant le trafic de l’étain, indispensable autant à la métallurgie régionale qui s’installe qu’aux pays méditerranéens, est représentée par cinq haches à talon de type normand disséminées du Nord au Sud de la région. Ce serait l’indice d’une provenance britannique par la voie de la Seine et du couloir Saône-Rhône. Plus tard, à la fin du Bronze final et au début de l’âge du Fer, ce n’est plus l’Angleterre qui fournit l’étain mais la Bretagne comme l’indiquent les haches à douille carrée ou rectangulaire toujours d’origine bretonne. La concentration de six d’entre elles, entre le Rhône et le col du Mont-Genèvre, désigne l’axe d’un courant commercial qui alimenterait en étain l’Italie du Nord.  » (Bocquet, 1997 [2006]). De telles propositions ne pourront être vérifiées et affinées que par des études comparées de traçabilité.

68 Pailler, 2006, p. 232-233.

69 Site du Repaire à Vaulry (Haute-Vienne) : fouilles en cours de M. Mairecolas (cf. Mairecolas, 2008, p. 160-164). Sur la commune de Blond même, au Bois de La Tourette et au Bois de La Barde, les traces d’exploitation connues (tranchées d’exploitation d’un filon de quartz stannifère) sont d’époque gallo-romaine, mais l’extraction a pu commencer plus tôt.

70 On pensera également aux Rutènes, eux aussi producteurs d’or et d’étain, chez qui – à La Graufesenque – se sont conservées, sur le même document (bordereau d’enfournement), les traces de la survivance des deux fonctions concernant ces deux métaux : fonctions élargies, au ier siècle apr. J.-C., au contrôle d’un autre produit d’exportation, les fournées de céramique. Cf. Marichal, 1988, p. 78-79, avec renvoi aux textes numérotés, entre autres 4,2 pour le « cassidanat ».

71 Cf. Massendari, 2006, p. 147-148 et fig. 50. L’inscription (AE, 1974, 426) a été étudiée par Labrousse, 1972. L’anthroponyme révèle l’importance d’un titre évidemment porté dans la région.

72 Cf. Simonnet, 1970 ; ci-dessus, p. 150.

73 Cf. ci-dessus, à propos des voies étrusques du métal en Gaule (Milcent, 2006). Voir aussi Horden et Purcell, 2000, p. 562-564. Ces auteurs veulent « replace the almost mystical attachment of French geographical historians to the concept of routes with a notion of shifting webs of casual, local, small-scale contacts radiating from slightly different centres in different ages […] with something nearer, in fact, to Braudel’s own formulation : « Mediterranean consists of movement in space » (p. 144).

74 On songe à la petite baie bien abritée d’Argenton (comm. de Landunvez, Finistère). Situé près d’un tumulus de l’âge du Bronze et en face d’Ouessant, où les vestiges du Premier âge du Fer sont nombreux, ce probable *Argantomagos, « marché de l’or » (venu d’Irlande ?), a pu accueillir des cargaisons de divers métaux précieux (cf. Pailler, 2007, p. 45).

75 Sur la production d’étain à Saint-Renan, attestée dès l’âge du Bronze dans les alluvions de l’Aber Illdut, cf. en général Pailler (P.), 1989 et, pour les datations hautes, Lulzac et Giot, 1998, Mahé-Le Carlier et al., 2001.

76 Cf. Hiernard 1987.

77 Cf. Mohen et Bailloud, 1982.

78 Cf. Pailler, 2006, p. 218-219.

79 Cf. ci-dessus, p. 150.

80 Cf. Bocquet, 1997, passim.

81 Il faut pourtant signaler Vendryes, 1948, qui relève le rapprochement de ces inscriptions avec la trajectoire des peuples en -casses et la dédicace de Herbitzheim à Victoria Cassibodua ; il envisage des « groupements à caractère religieux se rapportant à des divinités guerrières associées aux corbeaux d’une manière ou d’une autre ». Aux corbeaux sur des casques de bronze, ajouterions-nous.

82 Joffroy, 1960, p. 144 : « la liaison entre les producteurs et les consommateurs se faisait sans doute par un assez grand nombre d’intermédiaires… ». Au nombre de ceux-ci, R. Joffroy accorde naturellement un rôle décisif aux maîtres de l’oppidum de Vix, qui « se transformait alors en emporium » (p. 146).

83 Ces remarques s’accordent avec celles présentées par Milcent, 2006 ; voir plus haut.

84 Dion 1952a et b, justement réfuté par Carcopino, 1957.

85 Cf. Van Berchem, 1956, particulièrement p. 199. En tout état de cause, “qu’ils disposent de leurs propres gisements [d’étain] ou qu’ils contrôlent le trafic, les Gaulois ont en main d’importants atouts” (Goudineau, 2000, p. 90).

86 La modestie s’impose au stade actuel des études : Domergue, 2008, p. 89-90.

87 Cf. par exemple Villard, 1960, p. 150-151.

88 Siret, 1908, p. 146-147 ; Villard, 1960, p. 149 (citation).

89 Sur les incertitudes concernant Vix et Marseille, cf. par exemple Chaume, 2001, p. 352-353 ; Brun et Chaume 1997, p. 240-241 (C. Rolley).

90 Il est tentant de généraliser la remarque faite par J.D. Muhly à propos de l’Erzgebirge : « Clearly the whole question demands a full-scale reinvestigation, from an archaeological as well as from a geological perspective » (Muhly, 1985, p. 289).

91 Tout d’abord une production unique : les bols en bois décorés de clous en étain provenant de contexte funéraire au Jutland (Danemark), datés de l’âge du Bronze ancien. Quelques siècles plus tard, en Grèce, des céramiques recouvertes d’étain (Farnsworth et Immerwahr, 1966, p. 380-396). Enfin en Europe Occidentale, des décors en bande ou fils d’étain sur les céramiques à la fin de l’âge du Bronze Final et jusqu’au début du Hallstatt ancien en Europe : Autriche, ouest de l’Allemagne, Suisse, France et nord de l’Italie. Ces décors sont très fragiles, un certain nombre ont pu disparaître également à cause de la peste de l’étain. Mais on peut constater que ce type d’objet n’apparaît pas sur la façade atlantique, où justement les gisements stannifères sont les plus abondants (Mairecolas, 2008, p. 271 et 274).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. De la Grande-Bretagne à la Méditerranée. Gisements de cuivre et d’étain, voies de circulation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 2. L’étain en Gaule. Production et circulation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12254/img-2.png
Fichier image/png, 171k
Titre Fig. 3. Répartition des peuples en -casses et des haches à talon de type Normand, d’après Verney 1988.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 4. Un cassidanos (ligne 2) garant des comptes d’une fournée de vases à La Graufesenque, d’après Marichal 1988, p. 120.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Mairecolas et Jean-Marie Pailler, « Sur les « voies de l’étain » dans l’ancien Occident »Pallas, 82 | 2010,  139-167.

Référence électronique

Mélanie Mairecolas et Jean-Marie Pailler, « Sur les « voies de l’étain » dans l’ancien Occident »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12254

Haut de page

Auteurs

Mélanie Mairecolas

Université de Toulouse II-Le Mirail

Jean-Marie Pailler

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals