Navigation – Plan du site
Itinéraires pyrénéens

Les Pyrénées romaines, la frontière, la ville et la montagne

L’apport de l’archéologie du paysage
Roman Pyrenees, the border, town and mountain. The contribution of landscape archeology
Philippe Leveau et Josep Maria Palet Martinez
p. 171-198

Résumés

Cet article exploite des publications récentes dont les Pyrénées romaines ont fait l'objet (trophée de Panissars, études microrégionales conduites par l'Institut Catalan d'Archéologie classique) pour discuter les thématiques de la frontière naturelle et de l'incompatibilité entre la ville et la montagne. L'archéologie du paysage permet d'observer la diversité de la romanisation des vallées pyrénéennes. Le positionnement des limites entre les trois provinces romaines de Gaule Aquitaine, de Narbonnaise et de Tarraconaise a été interprété comme la constitution du massif en frontière interne de l'Empire. En réalité, ce positionnement est un accident historique dépourvu de légitimité économique et sociale. Ce constat justifie le retour à la distinction entre limite et frontière. L'utilisation du concept de frontière dans un sens spatial est source de confusion. Il faut lui substituer celui de marge. Le même constat justifie la distinction entre une définition du territoire en termes naturalistes et culturels. La confrontation de ces deux définitions explique la spécificité de la ville de montagne et justifie le refus d'admettre que la montagne exclut la ville. La critique met en évidence la dimension identitaire de ces thématiques d'exclusion.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : relire la thématique de la frontière

  • 1 Castellvi et al, 2008.
  • 2 La démarche a été présentée à l’occasion de la Journée d’études co-organisée le 12 décembre 2008 pa (...)

1Cet article a une double origine. La première est l’actualité archéologique représentée par des recherches qui intéressent la partie axiale de la chaîne des Pyrénées, donc un espace à l’étude duquel P. Sillières participe. Elle est ici plus particulièrement représentée par la parution du volume consacré aux fouilles du monument de Panissars qui ont permis de résoudre le problème de la localisation du trophée élevé en 71 av. J.-C. par Pompée à son retour victorieux d’Hispanie1. Partagé entre l’Espagne et la France, – ce qui justifiait que les fouilles dont il a été l’objet aient donné lieu à une opération transfrontalière –, ce monument avait occupé une place importante dans l’établissement de la frontière des Pyrénées. La seconde est une réflexion plus générale sur le thème de la « frontière » et sur la ville de montagne, dont les origines sont dans les recherches conjointes menées dans les Alpes du Sud depuis une dizaine d’années dans le cadre institutionnel d’un programme interrégional associant l’Institut Catalan d’Archéologie Classique (ICAC) et le Centre Camille Jullian. Mais elle recoupe des recherches actuelles sur l’occupation de la montagne Pyrénéenne conduites sur les deux versants du Massif par l’université de Toulouse II le Mirail, le laboratoire Traces et l’ICAC2. C’est pour nous l’occasion de montrer l’intérêt pratique de l’archéologie du paysage pour une réflexion sur l’organisation de l’espace, sur la ville et le territoire.

1. L’organisation des espaces provinciaux : limites et frontière dans les Pyrénées

  • 3 Castellvi et al., 2008, p. 294.

2L’objet principal de la publication du trophée de Panissars n’est évidemment pas de discuter de la question de la frontière des Pyrénées. Il s’agissait de publier le monument que Pompée avait élevé au passage de la route qui conduisait de Rome à l’extrémité de la Péninsule ibérique pour commémorer la soumission de 876 oppida ab Alpibus ad fines Hispaniae ulterioris (des Alpes aux limites de l’Espagne ultérieure). Ce trophée occupait une position centrale dans l’espace soumis à son imperium. À la fin du même siècle, un autre trophée célébra la victoire d’Auguste sur les peuples des Alpes, à La Turbie, en un point de passage obligé sur la route littorale à la marge sud de l’espace sur lequel Auguste avait exercé son imperium. La question de la frontière n’intervient que dans un second temps dans l’interprétation d’une caractéristique architecturale qui le distingue fondamentalement du trophée de La Turbie : le passage de la voie dans son socle qui permet de le caractériser comme une porte « tropaephore » inspirée de modèles grecs d’Asie Mineure. Selon G. Castellvi, J. M. Nolla et I. Rodà, « la symbolique [de la porte] paraît évidente à l’entrée de la province d’Hispanie citérieure »3 : elle renverrait au passage d’une frontière.

  • 4 On se reportera au compte-rendu de P. Gros (Gros, 2009) qui se rallie aux interprétations architect (...)

3Cette « évidence » l’est moins qu’il ne paraît4. En effet, dans le cas qu’ils invoquent, le monument que vit Apollonios sur le champ de la bataille où Alexandre vainquit Porus, la référence à la geste d’Alexandre éclaire parfaitement le choix que fit Pompée. Elle est une constante chez lui comme chez les imperatores romains. Mais c’est beaucoup plus loin qu’Apollonios et ses compagnons trouvèrent les autels et la borne qui marquaient la limite des conquêtes d’Alexandre (Philostrate, Vie d’Apollonios, III, 42). En fait l’interprétation du trophée comme une monumentale borne frontière s’inscrit dans « une quête du trophée » qui débute au XVe s. Le chapitre qu’ils lui consacrent en montre les enjeux. En effet, il ne s’agit pas seulement de l’identification érudite d’un monument. Sa localisation fut au XVIIe s. un des arguments dans une bataille d’experts dont l’issue qui n’était rien moins que le tracé de la frontière dont nous avons hérité. Elle justifia la division actuelle des pays catalans par le traité des Pyrénées. Ce point appelle une réflexion sur la référence à Rome dans la thématique de la frontière et sur la manière dont le passé romain fut utilisé par les monarchies espagnole et française dans la construction d’une frontière qui brisait les anciennes solidarités entre les deux versants du massif. Car comme l’a montré l’historien D. Nordman et contrairement à ce qu’imaginent une majorité de Français, le « modèle pyrénéen » est une étape dans la démarche qui aboutit à privilégier la référence naturelle à l’héritage historique dans la construction des frontières.

4Le retour à cette distinction nous conduit à séparer deux questions. La première est la place des Pyrénées dans la géopolitique romaine. Obstacle majeur dans le système de circulation, y ont-elles joué le rôle de limite franche entre deux ensembles provinciaux qui justifierait leur utilisation comme frontière historique entre deux des grandes monarchies européennes ? La seconde est l’utilisation du concept de frontière-espace qui, élaboré pour traiter de la zone du limes, caractériserait un espace inscrit à l’intérieur de l’Empire romain.

1. 1. L’organisation des espaces provinciaux : Rome et les communautés indigènes

  • 5 Rico, 1997, p. 146.
  • 6 Le Roux, 2005, p. 59.
  • 7 Beltrán et Pina, 1994, p. 105.

5L’historiographie a insisté sur la faible importance des opérations militaires conduites par Rome dans les Pyrénées lors de la conquête des provinces de l’Occident. Il ne s’y produisit rien d’aussi grave que dans les Alpes occidentales où la farouche résistance des Salasses entraîna la destruction de ce peuple. Concluant un bilan de la conquête, Ch. Rico constate qu’« entre 218 et 19 », ces opérations « ne furent vraisemblablement décidées qu’en fonction de l’importance que représentaient certaines vallées pour les communications entre les Gaules et la péninsule Ibérique »5. De son côté, retraçant les « pratiques conquérantes » qui ont présidé à « l’invention de la province romaine d’Espagne citérieure de 197 A.C. à Agrippa », P. Le Roux, historien du fait militaire dans la péninsule Ibérique, a insisté sur la faible importance du problème militaire dans les Pyrénées : « malgré le précédent de la guerre césarienne », écrit-il, « le risque de coalition entre populations d’en deçà et d’au-delà des Pyrénées était considéré comme négligeable »6. « Faiblesse » ne signifie évidemment pas « inexistence ». Le mot s’entend sans doute par comparaison avec la dureté des campagnes menées par Auguste contre les Astures et des Cantabres dans les années 30-20 et achevées en 19 av. J.-C. par Agrippa. La conquête romaine n’a évidemment pas été ici plus pacifique qu’ailleurs. Les épisodes où les troupes romaines eurent à affronter les montagnards ne manquent pas. Mais avant la guerre de Sertorius, les Pyrénées restent un théâtre militaire marginal. C’est ce que relevaient F. Beltrán et F. Pina en 1994. Aux IIe et Ier s. av. J.-C., expliquaient-ils, durant la conquête romaine de la péninsule Ibérique, la vallée de l’Ebre, principal couloir de communication au nord-est de la péninsule, constitue l’axe de pénétration de la côte méditerranéenne vers l’intérieur. Sa vallée moyenne correspondait à une limite culturelle entre Ibères, Vascons et Celtibères. Historiquement, dans la zone pyrénéenne, l’opposition la plus marquée ne divise pas les versants nord et sud. Elle se situe entre une moitié orientale tournée vers la Méditerranée et une moitié occidentale orientée l’Atlantique. Dans le sens nord-sud, la chaîne est traversée à divers cols par de grands axes routiers qui en assurent la perméabilité7.

  • 8 Beltrán et Pina, 1994, p. 115-117.

6Les choses changent à partir des guerres de Sertorius. Mais les récits des historiens accordent plus d’importance aux guerres que les Romains se livrèrent entre eux, à la guerre de Sertorius et aux opérations de Pompée, qu’à l’intervention des peuples indigènes qui tentèrent d’en profiter avec des convictions variables. La fondation des villes de Lugdunum au centre et de Pompaelo à l’ouest sont les témoignages les plus marquants d’une prise de contrôle des Pyrénées par Rome, qu’aux deux extrémités est et ouest de la chaîne, les trophées de Panissars et d’Urkulu marquent de manière symbolique8.

  • 9 Sablayrolles, 2006, p. 62.
  • 10 Sablayrolles, 2006, p. 63-64 et p. 66.

7Robert Sablayrolles a consacré d’importants développements à l’œuvre pyrénéenne de Pompée. Pour lui, la route d’Ilerda vers la Transalpine par la vallée des Nogueras, le Port de Bonaigua et de la haute vallée de la Garonne aurait été empruntée dés 78 av. J.-C. par Manlius qui, après sa défaite, se repliait d’Espagne vers la Transalpine. Accordant sa confiance au témoignage de Jérôme contre l’hérétique Vigilance, il pense que les montagnards qui l’avaient rançonné auraient été ensuite punis par Pompée et regroupés à Lugdunum. Selon lui, Pompée a voulu créer une confédération « dominée démographiquement par la population aquitaine », mais amalgamant des populations venues du versant sud des Pyrénées9. Ainsi est créé un ensemble méritant le nom de « pyrénéen ». Par la suite, ce sont des considérations administratives et non militaires qui, selon lui, expliqueraient le transfert augustéen des Convènes et des Ausques de la Narbonnaise à l’Aquitaine dans les années 16-13 avant J.-C. : « la volonté d’inclure dans une Aquitaine méridionale fraîchement pacifiée à l’ouest par les opérations militaires de M. Valerius Messalla Corvinus en 29-28 av. J.-C., un bloc déjà marqué par plus de cinquante années de présence romaine ». Ainsi des raisons logistiques justifieraient le rôle de capitale régionale dévolu à Lugdunum10.

  • 11 Ebel, 1976.
  • 12 Beltrán et Pina, 1994 ; Beltrán, 2006.

8La situation n’est pas fondamentalement différente de celle que l’on observe à l’autre extrémité des Pyrénées, en Narbonnaise. Les auteurs s’accordent à reconnaître avec l’historien néerlandais Ch. Ebel que, dans un premier temps, la partie occidentale de la Transpadane, future Narbonnaise, a été administrée depuis la Tarraconaise11. À partir du règne d’Auguste, les versants nord et sud du massif se trouvent répartis entre trois provinces : au nord la Narbonnaise et l’Aquitaine, au sud la Tarraconaise. Cette réforme administrative est un moment essentiel dans la perception des Pyrénées comme « frontière »12 (fig. 1).

  • 13 Olesti, 2008, p. 100.

9Cette limite qui ne prend d’ailleurs forme que durant le Ier s. était celle des peuples de la montagne qui se trouvaient rattachés à une province ou une autre. Nul besoin de tracer une quelconque frontière : les limites des provinces sont celles des peuples qui sont sous le contrôle des gouverneurs. Ceci vérifie une observation de D. Nordman : un souverain connaît ses vassaux qui connaissent les leurs et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on arrive aux communautés paysannes. In fine, les limites précises du royaume sont établies par les paysans, – ici des montagnards. Mais la reconnaissance de ces limites et leur utilisation dans la délimitation des provinces de Gaule et d‘Hispanie ne préjugent pas de l’étroitesse des relations entre les communautés culturelles des deux versants de la chaîne13. C’était déjà l’idée exprimée par J. Pons (1994).

1. 2. Historiographie de la frontière des Pyrénées : l’histoire et la raison14

  • 14 Historiquement, dans l’Europe de la période moderne, la frontière du Traité des Pyrénées s’inscriva (...)
  • 15 Sablayrolles, 1996, p. 45-47 ; 2006, p. 48-50.

10Présentant les limites des deux cités des Consoranni et des Convènes, R. Sablayrolles a fait l’historique des âpres débats auxquels donna lieu la constitution des deux départements de l’Ariège et de la Haute-Garonne15. Ils aboutirent à des choix où les résultats confrontés aux limites épiscopales, – réputées plus proches des cités antiques –, permettent de saisir des logiques territoriales concurrentes. Dans ce cas, il ne s’agit que de limites départementales. La démarche doit être prolongée pour la frontière des Pyrénées entre l’Espagne et la France qui en reprend le tracé. L’historiographie des Pyrénées romaines est en effet profondément marquée par la formation de la frontière. Pour en comprendre la raison, il faut remonter au Traité des Pyrénées évoqué plus haut et lire les passages que lui consacre Daniel Nordman dans son livre sur les Frontières de la France.

11Au nom des deux monarchies désireuses d’en finir avec les guerres opposant les royaumes de France et d’Espagne, Mazarin et Méndez de Haro avaient fixé la frontière des royaumes aux Pyrénées. Dans sa version française, l’article 42 décidait que « Les monts Pyrénées qui avaient anciennement divisé les Gaules des Espagnes seront aussi dorénavant la division des deux mêmes royaumes ». Dans sa version castillane, il était formulé ainsi : los montes Pirineos que comunmente han sido siempre tenidos por división de las Españas y de las Galias. Ainsi le traité prévoyait de fonder la frontière sur l’histoire en revenant à l’ancienne division entre les Gaules et les Espagnes. Mais, alors que les négociateurs espagnols retiraient des adverbes siempre et comunmente l’idée d’une continuité jusqu’à l’époque actuelle et d’une référence à l’opinion de tous, soit au témoignage des paysans, les négociateurs français érigeaient l’Antiquité en modèle. Ils ne discutent pas des limites que l’une ou l’autre monarchie a pu atteindre, mais de la seule extension des Gaules et des Espagnes romaines. Daniel Nordman met en effet en évidence le rôle décisif de Pierre de Marca dans l’« Explication de l’article 42 du traité des Pyrénées » par laquelle on réalisa le passage des textes au terrain. Ce savant, parfait connaisseur des sources grecques et latines avait « depuis longtemps en vue la rédaction d’un vaste ouvrage sur les pays frontières de l’Espagne et de la France ». L’expertise de Pierre de Marca, le commissaire français, fit tourner la bataille à l’avantage de la monarchie française. Aux Espagnols qui veulent placer la limite au pied des Pyrénées, il oppose le trophée élevé au sommet des Pyrénées par Pompée.

  • 16 Nordman, 1998, p. 323.

12Ce retour à l’histoire moderne permet de comprendre les ambiguïtés de la notion de frontière appliquée aux Pyrénées. Cette frontière est naturelle si on l’envisage à l’échelle du massif. Elle est historique si l’on considère l’échelle du tracé. La suite de l’histoire devait montrer les difficultés de définir sur le terrain une ligne précise. Celle qui fut définie ne pouvait pas s’appuyer sur des documents cartographiques précis et comportait un certain nombre d’entorses à la logique topographique du partage des eaux. Ce n’est évidemment pas en s’appuyant sur la « carte de Peutinger » (qui n’est pas une carte) que l’on pouvait construire la frontière de paix espérée. Son tracé respectait les droits de « lies et passeries » qui permettent aux communautés paysannes de jouir de coutumes de pacages sur les terres du pays voisin de l’autre côté de la frontière. Cette précision explique par exemple ce que l’on a considéré comme une aberration de ce tracé : il laisse à l’Espagne l’enclave de Llivia qui avait pu prouver qu’elle n’était pas un village mais une ville et n’était donc pas incluse dans les trente-trois villages de Cerdagne cédés à la France. Au centre, le Val d’Aran, haut bassin de la Garonne, est une comarca de la Région autonome de Catalogne, tandis que l’Andorre a maintenu son indépendance. Utilisées pour construire une « frontière de la paix », « les Pyrénées n’ont pas cessé d’être une frontière d’hostilité au XVIIIe s. »16.

  • 17 Nordman, 1998, p. 150.
  • 18 Nordman, 1998, p. 348.

13Le Traité des Pyrénées était simplement un moment de l’histoire de la frontière moderne. Il annonçait le triomphe d’un « modèle bien différent de ceux qui entassent des titres et des droits »17. Moment décisif sans doute pour la constitution de la frontière actuelle, il s’inscrit dans un processus qui s’achève avec la constitution de véritables cadastres frontaliers permettant d’appliquer le principe des « eaux pendantes » dont la frontière du Dauphiné avec le Piémont donne un exemple. À la Paix d’Utrecht, ce principe fut appliqué à la délimitation de la frontière du Dauphiné avec le Piémont. Les deux tiers des villages du Briançonnais passent au Piémont qui en retour cède la vallée de l’Ubaye et Barcelonnette. Les limites entre la France, le Piémont et le comté de Nice furent fixées sur les « sommités des Alpes » et le critère des « eaux pendantes » présida au partage les « plaines »18. Il n’est plus fait référence à l’histoire.

  • 19 Le Roux, 2006, p. 126-130.

14Ce détour vers l’histoire moderne de la frontière n’a évidemment pas pour objectif de mesurer les progrès accomplis depuis P. de Marca dans la géographie historique des Pyrénées. Constater la manière dont la frontière a été construite permet de déconstruire la thématique des Pyrénées comme « pays de frontière ». La conquête romaine ne change rien à la position des différentes tribus à l’intérieur des ensembles ethniques qui y confinent, celtes, ibères ou ancêtres des basques. Elle en répartit la juridiction entre les gouverneurs romains appelés à traiter des relations entre elles et le pouvoir central. Les limites que l’on relève dans les Pyrénées romaines doivent être compris à partir d’opportunités qui relèvent de l’organisation provinciale romaine. Ceci nous incite à revenir sur la distinction entre limites provinciales romaines et limites ethniques en rappelant celle que fait Strabon, lorsqu’à la fin de l’introduction du livre IV de sa Géographie, il explique qu’il faut distinguer les divisions naturelles et ethniques et les divisions administratives établies par les hégémones (Géographie, IV, 1,1 = C177). Ce constat rejoint la question posée par P. Le Roux à propos de la définition de la province comme « construction territoriale ou construction administrative ? »19.

2. Les Pyrénées, frontière-espace ou marge ?

  • 20 Febvre, 1928.
  • 21 L’intérêt d’une déconstruction de l’idée de frontière remettant en question notre perception des fr (...)

15Ces considérations incitent à revenir sur la thématique moderne de la frontière en rappelant à la suite de D. Nordman l’importance de la distinction fondamentale qu’il convient de faire entre limite et frontière. Pour justifier un « modèle pyrénéen » illustrant une étape dans la convergence entre frontière et limite, cet historien rappelait l’article que L. Febvre20 consacra à ces deux termes. « La langue française les distingue à l’origine », expliquait-il, « mais ils tendent peu à peu à se rapprocher, jusqu’à ce qu’ils deviennent à peu près interchangeables » dans la seconde moitié du XIXe s. et au XIXe s. La réactivation de cette distinction s’impose actuellement comme le symétrique de la « désactivation sélective des frontières intra-européennes » et l’avènement d’une Europe des régions rapprochant celles qu’une histoire récente a divisées21.

2. 1. Les concepts de « frontière-espace » et de « marge »

  • 22 Rico, 1997, p. 13.
  • 23 Whittaker, 1989.

16Justifiant le sous-titre de son livre, Ch. Rico explique comment s’est imposée à lui la problématique d’une frontière qui n’est pas seulement une limite, mais aussi « zone », un espace qui s’est construit de part et d’autre22. Cela le conduit à rappeler les travaux de Ch. R. Whittaker23 qui, dans une série de conférences, proposait une conceptualisation générale des frontières romaines. Il y voyait un concept géopolitique applicable aux ensembles si différents (et mal connus) que sont les frontières de l’Afrique romaine et celles du Nord et du Nord-Est de l’Europe germanique. Cet historien dont les travaux font référence a renouvelé une réflexion trop dépendante d’une conception du limes romain défini par une ligne défensive, comme une fortification continue éventuellement appuyée sur un obstacle topographique. Sous l’influence de l’historiographie nord-américaine, « frontière » avait fini par désigner une zone par contamination avec la notion de « front pionnier », une expression forgée pour traduire l’avancée du défrichement de terres vides ou sous-peuplées par des migrants.

  • 24 Whittaker, 1989, p. 25.

17Dans cette acception, la dimension sociale du concept est essentielle : la frontière est un espace où émergeait une société dotée de caractères particuliers. Dans le cas nord-américain, prévalait la dimension de dynamique sociale. De même, la confrontation entre Romains, indigènes romanisés et Barbares engendrait de nouvelles formations sociales. Cette seconde acception de la notion a eu une importance particulière dans les débats sur le limes, soit donc la frontière entre Rome et le monde barbare. De part et d’autre, explique Ch. R. Whittaker, se constituait un espace transitoire, une zone de contact contenant les germes d’une nouvelle organisation. Il n’y a pas lieu de revenir sur les débats auquel a donné lieu le limes, mais sur le sens de sa démarche. Ce qu’il faut retenir de la notion de frontière conçue comme un espace, c’est l’idée selon laquelle « les frontières ont toujours été des endroits de confusion ethnique ». Elle explique la position critique qu’il adoptait par rapport à l’ethnocentrisme de Turner auquel il reprochait d’oublier le rôle fondamental des populations autochtones24.

18En effet, plus que l’ouverture vers un territoire à occuper, qu’il soit vide ou à vider de ses habitants, ce qui définit la « frontière » selon C. R. Whittaker, c’est l’interaction, le mélange ethnique. Depuis, la remise en question de ce mythe identitaire de la nation américaine a été confirmée par le livre de l’historien américain Richard White, maintenant traduit en français. Reprenant l’histoire de la région des Grands Lacs, il en remet en question la pertinence. Ainsi conçue, la frontière n’est pas un « front pionnier », mais bien un espace où s’élabore une société nouvelle.

  • 25 Pour une réflexion critique sur la notion de front pionnier appliquée au processus de romanisation (...)

19Mais si Ch. Rico a raison d’insister sur l’apport du concept de frontière-espace, il n’en reste pas moins que, dans son utilisation première, celui-ci portait sur les frontières de l’Empire avec le monde barbare, non sur des « frontières internes »25. Dans cette perspective, on peut s’interroger sur l’opportunité de l’utiliser à propos des Pyrénées romaines, comme d’ailleurs pour toute autre zone interne de l’Empire.

  • 26 Prost, 2004.

20Il se dégage des considérations qui viennent d’être développées que la notion de « frontière » s’applique mal aux Pyrénées romaines. La ligne de séparation des trois provinces romaines entre lesquelles le massif a été partagé est une simple limite administrative, non une frontière au sens où nous l’entendons. Une fois la conquête achevée, il n’y a jamais eu dans les Pyrénées d’espace « libre » échappant au contrôle de Rome. Des tentatives pour appliquer aux Pyrénées, le concept de la frontière comme espace, on retiendra seulement l’idée qu’il s’agit d’une zone particulière que peut éclairer le concept de « marge ». Ce concept de géographie humaine a fait l’objet d’une étude qui en révèle l’intérêt. Brigitte Prost a fait à son propos les remarques suivantes. La marge « est excentrique à l’organisation territoriale (que cette excentricité soit spatiale ou fonctionnelle), elle est en rupture avec elle (de façon brutale ou progressive), il s’agit d’une situation temporaire, intermédiaire, qui peut avoir une étendue, une intensité et, bien sûr, une durée variable »26. Dans sa dimension spatiale et fonctionnelle, elle est conçue en fonction du concept de « centre et périphérie » comme un élément en disfonctionnement du système territorial. Sa dimension chronologique, – la « marginalisation » –, est tout aussi importante. Elle résulte en effet d’un processus historique, qui de ce fait a un début et une fin.

2. 2. L’apport de l’archéologie du paysage dans les Pyrénées orientales et centrales

  • 27 Leveau, 2005b et 2008.
  • 28 Ejarque et al., sous presse ; Riera et al., 2009.
  • 29 Segard, 2008.

21L’application au terrain des considérations qui viennent d’être développées est rendue possible par « l’archéologie du paysage », une approche pluridisciplinaire qui combine prospections archéologiques, sondages de reconnaissance et d’évaluation avec des études paléoenvironnementales27. Confirmant les espoirs qui étaient fondés sur la méthode, elle a permis de caractériser l’occupation de la montagne, en y distinguant dans le temps des phases d’emprise et de déprise et en identifiant dans l’espace des différences entre vallées et secteurs d’une même vallée28. Vérifié dans les Alpes Occidentales29, ce constat justifie l’intérêt d’une approche micro-régionale et interdit une explication par un modèle unique.

2. 2. 1. Iulia Libyca, la Montagne d’Enveig et la Cerdagne

  • 30 Davasse et al., 1997.
  • 31 Rendu, 2003, p. 520 ; Kotarba et al. 2007, p. 370-372.
  • 32 Davasse et al., 1997.
  • 33 Rendu et al., 1995, p. 664 ; Rendu, 2003, p. 247-429.

22Les premières recherches ont en effet porté sur la montagne d’Enveig, au sud du massif du Carlit dans la partie française de la Cerdagne, à l’ouest de l’enclave de Llivia où, la première en France, une équipe pluridisciplinaire mit en pratique des méthodes permettant d’écrire l’histoire d’un espace qui semblait échapper au temps historique30. Ch. Rendu y a parfaitement décrit et interprété ce qu’elle a qualifié de « singularité romaine ». Car la période y était caractérisée par un recul de l’occupation saisonnière pastorale. Le Ier s. y est représenté par trois sites seulement : une charbonnière au site du Pla de l’Orri et deux traces de fréquentation liées à une occupation pastorale diffuse identifiées, sur un petit abri et une cabane à l’Orri d’en Corbill31. Ces données archéologiques s’accordent avec la dynamique paysagère. Pour la période romaine, des analyses polliniques et anthracologiques32 montrent à la fois une reforestation locale spécialement visible dans le diagramme de la tourbière de Pla de l’Orri (2105 m) et « une baisse de la pression pastorale en altitude, traduisant soit un recul de l’élevage, soit son déplacement vers des zones plus basses »33. Ainsi, la convergence des courbes polliniques et anthracologiques avec celle de l’occupation de la montagne correspond à un moment dans l’histoire de l’estive de Cerdagne marquée par « une coupure plus nette entre les différents espaces – plaine, piémont, versant – aboutissant à une marginalisation graduelle des reliefs ».

  • 34 Rendu, 2003, p. 521.
  • 35 Mercadal et Olesti, 2001 et 2005 ; Olesti, 2008.
  • 36 Olesti, 1993 et 1999.
  • 37 Marcadal et Olesti, 2001 ; Olesti 1999, 2008.

23Le recul des activités pastorales dans la montagne d’Enveig contraste avec l’expansion agricole dans la plaine aux alentours de la ville romaine de Iulia Libyca (Llivia), telle qu’elle était établie par des travaux récents. Ch. Rendu en concluait que le centre urbain aurait attiré une partie des paysans de la montagne et entraîné un recentrage des activités vers le bas dans le contexte d’une croissance agricole de la plaine liée à son urbanisation. Dans cette perspective, les reliefs deviennent des marges intégrées « à la croissance essentiellement agricole de la plaine par le fait d’une attraction qui aurait abaissé le centre de gravité du versant en même temps qu’elle réorientait la structure de l’élevage »34. Dans la haute plaine de Cerdagne, les recherches des dernières années montrent que le premier témoignage d’urbanisation chez les Cerretani, le peuple protohistorique qui l’occupe, est constitué par l’oppidum du Castellot (Bolvir de Cerdanya). Des fouilles qui ont été développées depuis 2007 y ont identifié un établissement entouré d’une enceinte entourant une superficie d’environ 5000 m2. Datée entre le IIIe et le Ier s. av. J.-C., l’occupation de ce site est en rapport avec l’ibérisation, puis la romanisation de la région35. La fondation de Iulia Libyca serait en relation directe avec l’abandon de cet oppidum à l’époque césarienne. La plaine aurait alors fait l’objet d’une centuriation dont les traces ont été identifiées par carto- et photo-interprétation36. Dans ce contexte, la fondation de nouveaux établissements aurait entraîné une augmentation de la pression agricole en plaine et des excédents agricoles stockés37. Ainsi, selon O. Olesti et O. Mercadal, la période augustéenne constituerait un moment décisif dans l’implantation du modèle de la civitas (ville et territoire) dans ce secteur désormais romanisé des Pyrénées.

2. 2. 2. Les apports de l’archéologie du paysage en Andorre et dans la Serra del Cadi

  • 38 Bosch et Yáñez, 2005.

24La présence de Iulia Libyca au cœur du massif est liée à la position de la Cerdagne dans le système de circulation à l’intérieur de la chaîne. Cette haute plaine s’allonge d’est en ouest sur 40 km de long et 7 km de large entre 1 000 et 1 300 m d’altitude, entre deux chaînes de montagne dont l’altitude approche les 3 000 m, le massif du Carlit au nord, celui du Puigmal au sud. Cette orientation qui contraste avec l’orientation nord-sud de la plupart des vallées des Pyrénées orientales lui assure une place particulière dans les communications. Elle est traversée par un axe qui, connu sous le nom de strata Ceretana dans la documentation du Haut Moyen Âge, occupe une place majeure dans le processus de romanisation du massif. Il relie Ilerda à Ruscino en empruntant la vallée du Sègre. Les agglomérations de Iulia Libyca et Orgellum se trouvent sur son tracé. Sur cet axe, se branche une voie secondaire qui, reliant la plaine d’Urgell (Orgellum) à la vallée du Valira, axe principal de l’Andorre, eut également un rôle majeur dans la romanisation38. Elle assurait aussi un passage important entre les deux versants des Pyrénées par le col d’Envalira (Pas de la Case), l’Ariège et la Cerdagne par la vallée du Carol. C’est dans ce contexte géographique que l’ICAC a développé des opérations d’archéologie du paysage. Elles ont porté de part et d’autre de la haute vallée du Sègre sur deux secteurs qui relevaient vraisemblablement de Iulia Libyca : au nord, la vallée andorrane de Madriu Perafita Claror et au sud la Serra del Cadi. Les résultats obtenus restituent une image diversifiée de l’incidence de la romanisation sur la haute montagne ainsi que de son intégration dans le système romain d’occupation du territoire.

  • 39 Ejarque et al., sous presse ; Palet et al., 2006, 2007 et sous presse.
  • 40 Miras et al., 2007.
  • 41 La grande quantité de bois du pin brûlé ou carbonisé en particulier présente dans le canal d’évacua (...)
  • 42 Ejarque et al., 2008 et 2010.

25Située au sud-est de la principauté, à la frontière avec la Catalogne, la vallée de Madriu- Perafita-Claror est inscrite comme paysage culturel au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2004. Conduites dans les communes d’Escaldes-Engordany et Encamp, les recherches archéologiques ont permis d’identifier plus de 400 structures relevant de plusieurs type, datées par radiocarbone entre le Néolithique final et la période moderne : cabanes de bergers et de charbonniers, enclos pastoraux, couloirs de traite, terrasses de charbonnage, fours, etc…, associées en une quarantaine de sites39. L’analyse d’une carotte prélevée dans une tourbière à 2180 m d’altitude révèle les premières traces d’anthropisation au néolithique ancien40. Le néolithique final/bronze ancien y apparaît comme une période clé. Après un repli qui dure jusqu’à la fin de l’âge du Fer, les indicateurs polliniques montrent une reprise de l’exploitation forestière et pastorale qui s’affirme au tournant de l’ère et s’accentue à partir du IXe siècle. Pour la période romaine, plusieurs structures de petite taille, des enclos et des cabanes que des analyses C14 datent des Ier-IIe s. montrent une continuité de l’activité pastorale de tradition préromaine au-dessus de la ligne supérieure de la forêt, entre 2200 et 2400 m. Mais le fait le plus notable est la mise en évidence de fours que leur type et des analyses (en cours) permettent d’associer à l’exploitation de la résine du pin noir, l’espèce dominante dans la forêt du Madriu, entre IIe et le VIIe s. Six fours à poix41 ont été identifiés dans la partie supérieure de la vallée entre 2200 m et 2350 m. Pour cette même époque, les diagrammes polliniques montrent une exploitation diversifiée dans un paysage plus ouvert. Ceux de deux tourbières situées l’une au Bosc dels Estanyons (2180 m) à proximité des fours, l’autre au Riu dels Orris (2390 m) au-dessus de ces mêmes fours attestent une attaque marquée de la forêt (chênes, pins et sapins) et une extension des pâturages42. Ce constat justifie l’hypothèse d’une exploitation de la forêt pour la production de la poix. Par ailleurs, celle-ci rend compte d’une diminution des microcharbons associés aux incendies, soit d’une « déforestation sans feu » attestée par les diagrammes polliniques. Il semble que les activités pastorales ne se soient pas étendues à toute la vallée et qu’au total dans les vallées de Madriu-Perafita-Claror, la période romaine ait été caractérisée par une complémentarité d’activités.

  • 43 Palet et al., 2006 et 2007.
  • 44 Euba, 2009, p. 89-90.
  • 45 Ejarque, sous presse.

26La seconde opération a été conduite en Haut Urgell par l’ICAC sur la vallée de la Vansa (la Vansa-Fórnols et Josa-Tuixén, Alt Urgell) sur le versant méridional de la Serra del Cadí dans le Parc Naturel du Cadí-Moixeró. La Chaîne du Cadi qui culmine à 2642 m s’allonge entre Puigcerdà et la Seu d’Urgell sur une vingtaine de kilomètres d’est en ouest. C’est le plus occidental des massifs calcaires des Pré Pyrénées catalanes. La phase romaine (Ier-IIe s.) y est caractérisée par le développement des activités métallurgiques associées au grillage du minerai de fer. Sur le site du Goleró (2050 m) trois fours métallurgiques ont été fouillés. Ils sont datés des Ier et IIe s. par le mobilier céramique (TS Hispanique Drag 29 Drag 27 Drag 29/37, Drag 37)43. Ces fouilles ont fourni la preuve de différentes étapes d’utilisation, dont la plus récente se situe aux environs du IIe siècle. Mais des dates radiocarbones obtenues laissent penser que l’exploitation a commencé au début du Ier s. avant J.-C. L’expansion de l’élevage est attestée sur les sites du Goleró et du Pradell au Bas Empire. Sur le second de ces sites, celui de Pradell qui se trouve sur le versant nord de la chaîne, à 2025 m d’altitude, l’analyse anthracologique de niveaux datés du IVe s. par le 14C a permis d’identifier des poteaux ayant renforcé des clôtures44. Ainsi, pas plus que dans les vallées du haut bassin du Sègre, la période romaine ne correspond à une phase de repli des activités économiques. La spatialisation des données par l’analyse micro-régionale permet d’envisager une spécialisation dans les modes d’occupation. Ces études de cas montrent que la variabilité dans l’occupation du sol pour la période romaine ne se limitait pas à une échelle régionale, mais pouvait également se matérialiser au niveau micro-régional45.

2. 2. 3. Les Pyrénées centrales : les vallées de la Noguera Pallaresa

  • 46 Cots, 2003, p. 124.
  • 47 Gassiot et Jiménez, 2006.
  • 48 Pèlachs et al, 2009.

27Les prospections archéologiques effectuées plus à l’ouest dans les Pyrénées centrales valident l’image d’un « paysage mosaïque ». Les vallées de la Noguera Pallaresa (Pallars Sobirà et Alta Ribagorça) au sud du Val d’Aran, étaient traditionnellement associées à celle d’une marginalité contrastant avec le dynamisme du versant nord du Val d’Aran et de la Haute- Garonne plus directement en rapport avec Lugdunum Convenarum46. Contredisant cette image, des recherches coordonnées par E. Gassiot de l’Université Autonome de Barcelone ont mis en évidence des activités métallurgiques associées à l’exploitation extensive des minéralisations superficielles d’hématites et de limonites. Des fouilles ont permis d’identifier plusieurs fossés situés sur des crêtes et associés des ateliers et fours de grillage et de réduction du minerai de fer47. Au nord, dans la vallée de Baiasca (2050 m), les dates radiocarbones placent le début de l’exploitation à la fin de la période protohistorique et dans les premiers temps de la période romaine. Le rôle de la romanisation est indéniable. Sur ces sites, la découverte de céréales est sans doute liée à des activités agricoles de haute montagne. Un peu plus au sud, dans la vallée du Romadriu (2150 m) des fossés plus tardives (ive-vie s.) ont été aussi attestés ; ils sont en rapport avec des monticules de scories de la période romaine. Enfin, plus au nord-est dans ce même secteur, à la Vallferrera, une intense activité de charbonnage liée à la métallurgie du fer a été datée notamment du Bas Empire48.

  • 49 Payà et al., 1994 ; Reyes et al., 1998.
  • 50 Sablayrolles, 2005, p. 143-144.
  • 51 Rico, 1997, p. 227-228.

28Ces vallées relèvent de la cité d’Aeso (Pline, Hist. Nat., III, 23) (Isona, Conca Dellà, Pallars Jussà) dont la fondation au début du Ier s. av. J.-C. est liée au contrôle des communications dans le contexte des guerres sertoriennes. Elle exploitait un territoire de plaine où la prospection a permis d’identifier des établissements ruraux datés du Haut Empire. On a proposé d’y reconnaître une centuriation au module de 15 actus, vraisemblablement augustéenne49. Comme Iulia Libyca en Cerdagne, Aeso a montré l’implantation du modèle romain de la civitas dans les Pré Pyrénées du sud. Ce constat est à verser au dossier controversé des relations entre le haut bassin de la Garonne, la voie du Val d’Aran et la vallée du Sègre par le port de la Bonaigua, le Pla de Béret et la vallée des Nogueras. Situés respectivement à 2072 m et 1860 m d’altitude, ils auraient constitué des passages accessibles vers le versant sud de la chaîne entre la Transalpine et l’Hispania Citerior par les Pyrénées centrales, vraisemblablement à partir la réorganisation pompéienne des territoires pyrénéens50. Nous avons vu que, selon R. Sablayrolles, ce passage avait été emprunté en 78 av. J.-C. par Manlius pour regagner la Transalpine à la suite de sa défaite face au questeur de Sertorius. De tradition préhistorique et protohistorique, ce grand axe de circulation a toujours relié ces communautés montagnardes. Toutefois, entre le Gallego et le Sègre, la difficulté du franchissement du Montsech, l’un des massifs accolés à la chaîne axiale51, explique les doutes que suscite cette hypothèse.

  • 52 Galop, 2005, p. 326.
  • 53 Pour une étude plus précise du pastoralisme d’époque romaine sur le versant nord des Pyrénées, voir (...)
  • 54 Réchin, 2006, p. 265-266.
  • 55 Schenck-David, 2005 ; Lussault, 1997, p. 215-216.
  • 56 Galop, 1998, p. 221-247.
  • 57 Rendu, 2003, p. 521.
  • 58 Galop, 2005, p. 323.

29Par leur hétérogénéité et leur complexité, les situations mises en évidence dans les opérations qui viennent d’être présentées valident le constat fait par D. Galop au nord de la chaîne. « Si les paysages pyrénéens n’ont pas connu de bouleversements durant cette période », écrivait-il, « les indices d’une sélectivité antique, dictée par un souci de rentabilité permettent d’imaginer que certains secteurs ont fait l’objet de transformations »52. Deux exemples peuvent être versés au dossier53. Le premier est celui de la Barousse, dans le haut bassin de la Garonne, que F. Réchin mettait en parallèle avec la situation de la montagne d’Enveig en Cerdagne54. Ce secteur de moyenne montagne est caractérisé par un système d’exploitation agro-sylvo – pastoral dans le contexte duquel il convient de replacer les sanctuaires étudiés par J.-L. Schenck-David et Lussault55. Les deux diagrammes témoignent de défrichements. Mais, à l’époque romaine, la forêt reste dominante. C’est seulement dans la seconde moitié du premier millénaire qu’apparaissent les indices nets d’un développement agricole56. La présence de Lugdunum au débouché de la vallée aurait conduit les communautés rurales à se détourner de la haute vallée. Cela confirme le schéma proposé par Ch. Rendu : « L’atonie relative des évolutions sur le versant ne serait pas le signe d’un repli – d’un non événement – mais celui d’une orientation économique différente des piémonts »57. Le second exemple porte sur la forêt d’Iraty, un secteur du Pays Basque, très éloigné d’Iluro. Deux séquences polliniques, celles d’Occabe (1300 m) et surtout d’Arxilondo (1100) y attestent une augmentation des indicateurs polliniques associés à l’élevage dans un contexte marqué par une intensification des pratiques agropastorales et des déforestations, alors que, dans d’autres zones (actuelles) d’estives du Pays Basque, l’évolution est opposée, comme dans le cas que caractérise la séquence d’Atxuria (500 m)58.

3. Les paradigmes de la romanisation

3. 1. Les « Romains » et la montagne

  • 59 Palet, 2006.
  • 60 Morin et Picavet, 2006.
  • 61 Garcia et al., 2006.
  • 62 L’idée était empruntée à Michel Tarpin qui, dans les années 1990, dans un premier état de ses reche (...)
  • 63 Walsh, 2005.
  • 64 Walsh, 2005, p. 301-302.
  • 65 Walsh, 2005, p. 80-82.
  • 66 Horden et Purcell, 2000, p. 178-182.

30L’interprétation des relations entre les populations pyrénéennes de l’époque romaine et la montagne proposée ici doit être confrontée avec celle qui a servi pour expliquer un fait analogue dans les Alpes. En effet constatant que, dans le secteur du Briançonnais qu’il a prospecté, – la vallée de Freissinières, affluente de la haute Durance –, dans le Champsaur voisin59, dans le Diois et le Vercors60 et en Ubaye61, la période romaine se caractérisait par un net déclin des occupations d’altitude, alors que les conditions climatiques étaient plus favorables, Kevin Walsh en a attribué la responsabilité à une conscience romaine du risque environnemental qui rendrait compte d’une hostilité des Romains à la montagne62. Les connaissances dont on dispose sur les conditions climatiques de cette période interdisent en effet de rechercher l’explication d’une déprise dans une aggravation de l’aléa (anglais hazard). Une perception aiguë du risque environnemental aurait amené les populations romaines de l’époque à se détourner de cet espace. Ainsi une conscience du risque susciterait une marginalité63. La proposition de Kevin Walsh sur la marginalité et le risque doit être replacée dans la perspective constructionniste qui domine l’historiographie anglo-saxonne. Exploitant la composante sociale de représentations qui se situent au croisement des deux réalités objectives que l’aléa et la vulnérabilité, elle réintroduit le climat comme principe explicatif de l’occupation de la haute montagne : la variation de la perception se substituerait aux oscillations climatiques64. Kevin Walsh conteste l’interprétation proposée par Pérégrine Horden et Nicholas Purcell qui dénonçaient la présentation de la montagne en termes malthusiens par la géographie historique en général et par Fernand Braudel en particulier et développaient l’idée de l’intégration des montagnes et de leur interdépendance avec la plaine65. Examinant dans un chapitre intitulé « Imperatives of Survival : Diversity, Store, Redistribute » la question du système alimentaire méditerranéen à la lumière de ce qu’ils appellent la « New ecological Economic History », ils distinguaient trois formes de « marginalité » définies par leur relation avec les conditions environnementales régionales ou locales66.

  • 67 Pfister, 2002. C'est ce qu'ont montré les géomorphologues « historicistes ». Voir : « l’homme et l’ (...)
  • 68 Leveau, 2008a.
  • 69 Barré, 2002, p. 175-192.
  • 70 Reyt, 2000, p. 35-46.
  • 71 À la suite de ce passage, Suétone enchaîne : Hactenus quasi de principe, reliqua ut de monstro narr (...)
  • 72 Sablayrolles, 1996, p. 58-59.
  • 73 Leveau, 2008a.
  • 74 Leveau, 2009.
  • 75 Ejarque et al., 2010.

31Il est de fait que la perception d’un risque environnemental a eu des effets sur les modes de peuplement de la montagne. Ainsi, dans les Alpes, l’historien du climat Christian Pfister a montré comme ce qu’il a appelé l’effet le « paradigme du déboisement », – sa relation avec la torrentialité –, a justifié une législation qui, par les restrictions imposées aux usages traditionnels, a eu des conséquences sur le peuplement de la montagne67. On ne peut pas exclure qu’à Rome au Ier s. de notre ère, l’opinion publique ait été sensible aux conséquences de la gestion de l’eau dans les Apennins, comme cela a été le cas pour les villes les piémonts alpins au XIXe siècle68. Mais il est impossible de généraliser une situation particulière à l’Italie impériale. Les études qu’a suscitées l’intérêt porté au risque environnemental montrent que sa gestion et son intégration « dans la vie quotidienne sont dans [les vallées des Pyrénées centrales] sont un fait social qui a imprégné la culture, l’imaginaire, les comportements, les modes de vie et l’habitat des communautés montagnardes »69. Il ne s’agit pas seulement de constater que les groupes sociaux qui vivent dans des milieux à risque s’y accoutument et tendent à le nier. La localisation des occupations pyrénéennes anciennes d’altitude montre l’ancienneté d’une culture du risque dans les sociétés de montagne. Quant aux sources écrites, on y retrouverait vraisemblablement des témoignages permettant d’y reconnaître une perception du risque intégrée à celle des milieux d’altitude, bien différente en tout cas de sa perception en termes de catastrophe qui caractérise la vision contemporaine de la montagne70. Dans la Vie de Caligula, Suétone cite la construction d’une ville dans les Alpes. Il n’a pas eu le temps de réaliser ce projet. Mais il le considérait comme digne du prince qui nourrissait les espoirs du Sénat au début de son règne et non du « monstre » qu’il est devenu71. Au plan des faits, le déclin observé par Kevin Walsh concerne les seules occupations pastorales. Les recherches particulièrement développées dont elle a fait l’objet ont montré que, dans les Pyrénées, l’exploitation minière avait connu un remarquable développement durant l’Antiquité romaine72. En réalité, la période romaine voit les installations pérennes les plus hautes que les Alpes aient connues jusqu’alors, les stations des cols du Petit et du Grand-Saint-Bernard qui assurent le passage entre les Gaules et l’Italie. Les agents de Rome, – fonctionnaires et représentants du pouvoir –, avaient de bonnes raisons de franchir les cols l’hiver et l’administration y entretenait une présence73. Il faut donc admettre qu’à cette époque, existent deux modes bien distincts d’occupation de la montagne : celui dont il vient d’être question et un autre, « indigène » et lié à l’agropastoralisme de montagne74. Sans doute, à l’époque romaine, des montagnards ont-ils eu de meilleures raisons de descendre dans des vallées en développement que celles de fuir un environnement qui les aurait effrayés. En définitive, la convergence de facteurs sociaux, économiques et culturels paraît la meilleure explication de la dynamique paysagère et de la diversité des modes d’occupation du sol en haut montage. C’est l’hypothèse que vérifie dans la vallée du Madriu la spatialisation des données relatives à l’exploitation des ressources75. Dans ces conditions, il n’y a pas lieu de contester les observations de P. Horden et N. Purcell sur l’intégration plaine / montagne. Cette dernière n’est pas seulement définie par la topographie. Elle est également caractérisée par un système d’exploitation, le pastoralisme qui exploite l’étagement de la végétation, la caractéristique écologique utilisée pour définir la montagne.

3. 2. La ville romaine et la montagne

  • 76 On prendra garde aux différentes définitions de la montagne. Pour les naturalistes, la donnée écolo (...)
  • 77 Rico, 1997, p. 295-296.

32Le second paradigme territorial qu’il convient d’examiner est celui de la ville romaine conçue comme un centre organisant un territoire, ici un territoire de montagne. Certes, dans une approche strictement naturaliste où la montagne est définie par sa topographie76, on doit se rendre à une évidence : il n’existe qu’une seule ville romaine à l’intérieur des Pyrénées : Iulia Libyca en Cerdagne. Toutes les autres villes répondant à la définition classique de la ville romaine se trouvent à l’extérieur de la montagne sur ses piémonts. Christian Rico observe qu’elles « étaient installées au pied de la montagne : Iacca, Labitolosa et Aeso…, sur le versant opposé Lugdunum et l’antique Saint-Lizier »77. Dans cette perspective, la ville est considérée comme étrangère à la montagne.

  • 78 Pour une critique de ce paradigme ici résumée, on se reportera à Leveau, 2008 b.
  • 79 La citation est empruntée au protohistorien Aimé Bocquet qui présente en ces termes « La conquête d (...)
  • 80 Cavallaro, 2004, p. 28.

33L’idée d’une incompatibilité entre la ville et la montagne a été soutenue pour le massif alpin78. Ainsi le protohistorien Aimé Bocquet défend l’idée d’une « Civilisation alpine » originale « fondée sur la coopération dans les charges, dans l’égalité des droits de chacun, condition indispensable pour la survie dans un milieu difficile, hostile même »79. Elle aurait acquis ses caractéristiques durant la Protohistoire, avant la conquête romaine qui marque le début d’une diffusion du phénomène urbain. Invitée à traiter de la ville romaine dans un dossier consacré à la ville alpine, Maria Antonia Cavallaro choisit de présenter le cas d’Augusta Praetoria, Aoste, création coloniale dans la montagne, survenue à la suite de la destruction du peuple des Salasses. Elle offrirait aux populations des Alpes un exemple idéal de ville résidentielle dotée d’un « urbanisme monumental, reflet des valeurs de la civilisation », ce qui la range parmi « villes vitrines, en exposition permanente des avantages que la cité romaine offre théoriquement à tous »80.

  • 81 Rico, 1997, p. 329 et p. 93.
  • 82 Bost, 1982, p. 65.
  • 83 Le concept de « ville vitrine » est lié à celui de la ville de consommation à la mode dans les anné (...)

34Du côté espagnol, M. Martin Bueno et M. L. Cancela ont vu dans les rares centres urbains des enclaves dans un milieu indigène81. Pour rendre compte de cette relation, Christian Rico recourt au concept de ville-vitrine qui a été utilisé par J.-P. Bost à propos des villes d’Aquitaine. Ce dernier leur attribuait un « rôle d’exposition permanente des avantages et des bienfaits de la civilisation romaine dont, théoriquement, personne n’était exclu »82. Ce concept doit être replacé dans le contexte de sa formulation dans un colloque où il avait été amené utiliser oralement à propos de Caesarea de Maurétanie, il y aura bientôt une trentaine d’années, à une époque où débutaient les études sur le territoire des villes romaines et sur les relations qu’elles entretenaient avec le monde rural83. L’expression était inspirée de la situation de Berlin à l’époque de la guerre froide. Dans la guerre idéologique, que le « Monde libre » livrait au communisme, la réussite matérielle de cette ville était susceptible d’inciter les Allemands de l’Est à renverser le régime. Ce concept pouvait éclairer le texte fameux où Tacite, faisant l’éloge de son beau-père Agricola, présente le programme développé par celui- ci pour rallier à Rome les élites bretonnes (Tacite, Agricola 21). La manière dont Sertorius se comportait avec les Ibères n’était d’ailleurs pas fondamentalement différente.

  • 84 Gros, 2005, p. 210.

35Le concept de ville-vitrine est un de ceux qui ont été utilisés dans les années 1980 au moment où historiens et archéologues recherchaient des concepts susceptibles de caractériser la ville romaine dans son contexte provincial, plus particulièrement en relation avec la question de la romanisation. Depuis, la réflexion historique sur la romanisation permet d’interpréter les données de manière sensiblement différente. Insérant le texte de Tacite dans un contexte archéologique bien mieux connu, Pierre Gros a souligné la dimension plus rhétorique qu’historique d’un modèle établissant une relation (trop) directe entre romanisation et urbanisation avec un raccourci chronologique qui en compromet la vraisemblance. Au programme d’Agricola répond le discours anti-romain de Calgacus (Tacite, Agricola 30- 32)84. Dans le cas des Alpes, les auteurs s’accordent maintenant à souligner la dimension ethnographique de sources écrites qui ne peuvent pas être prises au pied de la lettre.

  • 85 Van der Vliet, 1984, p. 29-86.
  • 86 Arnaud, 2004, p. 36.
  • 87 Arnaud, 2004.

36La distinction entre deux modes d’occupation de la montagne dans les Alpes est éclairée par la réflexion conduite par Pascal Arnaud sur « la gestion des ressources naturelles et l’intégration économique des provinces d’Occident dans le processus de développement et de romanisation d’après Strabon ». Reprenant les conclusions d’Edward-Charles Van der Vliet sur le passage de la barbarie à la civilisation85, P. Arnaud décrit l’ethnographie de Strabon comme une « construction topique », c’est-à-dire une succession d’états permettant de rendre compte de la réalité, autrement dit une forme de modélisation. « L’apparente transparence des faits en réalité passés au crible d’un schème invariable n’en est qu’un piège plus sournois pour être mieux dissimulé. L’apparente cohérence du processus ethno historique décrit n’est que celle d’une construction intellectuelle préalable qui a aggloméré autour d’elle des éléments chronologiques disparates pour autant qu’elle confortait le schème établi »86. C’est dans ce contexte, souligne-t-il, qu’il faut placer le cas de la Turdétanie ibéro-romaine qui constitue le plus bel exemple d’intégration achevée dans la Géographie de Strabon. Rome obéit à un devoir d’ingérence en déplaçant les populations montagnardes vers les plaines, en les contraignant à abandonner leurs villages pour construire des villes et en construisant des routes qui brisent les contraintes de la nature87.

  • 88 Sablayrolles, 2005, p. 141.

37Poursuivant le raisonnement, on refusera de considérer la ville romaine comme extérieure à la montagne et liée à un mode de vie élaboré en plaine et étranger à ses valeurs et à son fonctionnement traditionnel. En fait, la ville crée une polarité intégrant la plaine et la montagne dans un territoire commun autour d’un lieu central. Cette idée d’une ville romaine intégrant deux espaces a été développée par R. Sablayrolles à propos de Lugdunum. « Appuyée sur les derniers contreforts calcaires des Pyrénées, Lugdunum », écrit-il, « était en effet physiquement à la charnière de deux univers : la montagne au sud, riche de son pastoralisme et de ses ressources naturelles, comme le bois, la pierre, le minerai voire les eaux thermales,… ; la plaine de la Garonne au nord, terroir agricole fertile, étendu, et axe d’échange et de communication »88.

3. 3. La ville romaine dans les Pyrénées et la non-ville

  • 89 Une ville peut être considérée comme « romaine » si elle correspond à un modèle de ville que caract (...)
  • 90 Chasseigne et al., 2006.
  • 91 Pons, 1994, p. 77-80.

38Le faible nombre d’agglomérations pyrénéennes et pré-pyrénéennes disposant des monuments qui définissent la ville romaine89 n’est pas seulement lié à l’avancement de la recherche archéologique. C’est un état de fait. Certes, sur le versant sud de la chaîne, seule Labitolosa (Las Puebla de Castro, Huesca) a fait l’objet de fouilles importantes90. Mais Iulia Libyca reste une petite ville. Pompaelo (Pamplona) a été créée comme Lugdunum dans le contexte de la guerre de Sertorius. Située à l’emplacement d’un établissement indigène dans un secteurs d’accès à la région pyrénéenne91, elle accède au droit latin à l’époque flavienne, mais son étendue n’excède pas la douzaine d’hectares. Les deux autres villes du versant sud, Iacca et Aeso, sont plus mal connues.

  • 92 Sablayrolles, 1996, p. 47-48.
  • 93 Rico, 1997, p. 194. Sur ce site : Dumonteil, 2003.
  • 94 Réchin, 2008.

39Sur le versant nord d’ampleur moindre, l’urbanisation à la romaine est encore plus faible que cette brève liste ne l’indique. Ludgunum apparaît exceptionnelle par son importance. Ruscino qui occupe à l’extrémité orientale de la chaîne une position en piémont et Oiasso (Irun) à l’extrémité opposée entretiennent avec la montagne des rapports qui font hésiter à les y inclure. Mais, si la qualité de « ville » ne peut évidemment pas être refusée à Saint- Bertrand-de-Comminges, il en va autrement de Saint-Lizier, antique capitale des Consoranni. Robert Sablayrolles a montré que « la restitution de la ville du Haut Empire ne repose… en définitive, que sur le rapprochement avec le schéma de Saint-Bertrand-de-Comminges ;… aucune donnée archéologique solide ne permet de reconstruire à Saint-Lizier une ville basse du Haut Empire, extérieure à l’enceinte. Les seuls vestiges qui puissent s’apparenter à des édifices publics ou privés sont les diverses découvertes fortuites effectuées à Saint-Girons »92. Les autres capitales de cités du versant nord, Illuro (Oloron) que citait Ch. Rico93 et Beneharnum (Lescar)94 ne disposent pas de monuments publics connus.

  • 95 Leveau, 2007.
  • 96 Sablayrolles, 2006, p. 61 et 72.
  • 97 Jean-Luc Fray, colloque international « Petites villes de montagne, de l’Antiquité au xxe siècle » (...)

40En définitive, sur le versant nord des Pyrénées, – et apparemment il en était de même sur le versant sud –, prédominent des agglomérations secondaires du type vicus que l’on peut répartir en quatre types : des agglomérations thermales, des agglomérations routières, des agglomérations d’artisans et des agglomérations paysannes agropastorales. Les plus connues sont les agglomérations thermales du massif, Amélie-les-Bains, Aquae Onesiae/Bagnères-de- Luchon, Aquae/Bagnères-de-Bigorre, Cauterets sur le versant nord, probablement Bénasque sur le versant sud. Au cours des siècles, elles ont fait l’objet de transformations qui empêchent de les connaître avec précision. Ce que l’on en sait confirme qu’elles étaient fréquentées par les aristocraties régionales qui venaient y prendre les eaux, aimaient s’y retrouver et y retrouver le confort de la vie auquel elles étaient accoutumées, à l’image de la station alpine d’Aix-les-Bains, Aquae des Allobroges95. Les agglomérations routières bénéficient d’une situation privilégiée. En l’absence de vestiges archéologiques assurés, leurs noms latins ont été conservés par les documents routiers. Ces derniers privilégient évidemment les trois routes transpyrénéennes assurant les relations interprovinciales, la via Domitia-via Augusta, la via ab Caesaraugusta Beneharno et la via ab Asturica Burdigala par les Ports de Cize. Mais ces mêmes auteurs s’accordent à reconnaître l’existence d’autres itinéraires dont le plus important passait par Iulia Libyca et la Cerdagne et le plus mal connu assurait la liaison entre Lugdunum et Ilerda par la vallée de la Garonne, le port de la Bonaigua et la vallée des Nogueras. Selon Robert Sablayrolles, cet axe qu’aurait emprunté L. Manlius en 78 av. J.-C., expliquerait la présence d’un poste de la Quadragesima Galliarum à Lugdunum et rendrait compte des preuves matérielles d’échanges entre les deux versants96. La relation entre les réseaux viaires et l’habitat est à la base du phénomène de l’agglomération. En montagne, le compartimentage de l’espace dû au relief et les contraintes qu’il impose à la circulation ainsi que l’utilisation agropastorale lui confèrent des caractéristiques qui le différencient de la plaine97. La notion de réseau urbain s’y applique bien, mais elle se traduit par l’organisation en chapelet de sites d’à peu près égale importance le long d’un axe routier. Empêchant la hiérarchisation des agglomérations, la linéarité des vallées est également à l’origine d’une caractéristique des territoires de montagne : la localisation excentrée des chefs- lieux par rapport à leur territoire. Ainsi, la montagne constitue un excellent moyen d’aborder la relation entre la ville, conçue comme lieu central, et le territoire dans ses deux acceptions d’espace administratif et d’espace naturel.

  • 98 Sablayrolles, 2006, p. 75.
  • 99 Sablayrolles, 2006, p. 415-419.
  • 100 Sablayrolles, 2006, p. 236.
  • 101 Sablayrolles, 1996, p. 60.
  • 102 Racine, 1999, 1, p. 112 ; Deutsch, 1976.
  • 103 Pour une réflexion sur le passage fameux de Thucydide, le modèle de ville qu’il définit dans son in (...)

41Le troisième type est illustré par le cas de Saint-Béat chez les Convènes. Traitant de cette cité, Sablayrolles pouvait y citer trois agglomérations secondaires illustrant la place des différentes activités économiques98 : la pierre à Saint-Béat, le thermalisme à Luchon et la route à Saint-Martory, où l’on situe Calagorris99. Leur rôle paraît assuré, même dans le cas de Saint-Béat où l’on a voulu situer (sans preuves) un pagus100. L’archéologie funéraire plaide en faveur de l’existence d’agglomérations paysannes convènes. Mais aucune n’est connue avec certitude. Traitant de l’Ariège, R. Sablayrolles s’interroge sur le sens à donner aux découvertes ponctuelles faites sur des sites de hauteur « installés en des points névralgiques de la communication au débouché des bassins montagnards de l’Hers et de l’Ariège » ou plus à l’aval dans la plaine (Pamiers et Mirepoix). Leur position et le mobilier archéologique leur confèrent une fonction de relais économiques101. Ce type de site doit ses caractéristiques aux spécificités des territoires de montagne où se juxtaposent des unités paysagères hétérogènes allant de la basse plaine alluviale aux alpages de la très haute montagne. Autour des agglomérations, l’étagement altitudinal génère une organisation de l’espace qui, comme en plaine, enregistre l’effet d’un éloignement du centre mais qui est également déterminé par l’effet de la biogéographie sur l’exploitation des ressources agropastorales. Le phénomène a été relevé dans les Alpes à l’occasion d’un débat sur la ville alpine. Jean-Bernard Racine relevait une remarque du politologue Karl W. Deutsch à propos des cantons montagnards de Suisse Centrale où il propose de reconnaître les origines précoces de l’urbanité helvétique : « Il s’agit de même d’une ville naturelle, avec les montagnes en lieu et place d’un mur d’enceinte, et des cols en guise de porte. Il s’agit donc d’une région agricole, qui se gouverne à la façon d’une ville, qui se comporte comme une communauté urbaine »102. Une référence s’impose aux géographes, celle d’un type de lieu central appelé Städli en Suisse Centrale et Flecken en Allemagne. Malgré leur faible extension, la diversité des pratiques auxquelles répondent ces agglomérations leur confère une des caractéristiques de la ville dans les représentations cognitives : la capacité d’être un lieu de valorisation politique, économique et sociale. À ce titre, elles sont les lointaines héritières d’un type de ville dont les sources écrites permettent de retrouver les origines en Grèce avant la mutation qui conduit à la cité classique. Ce type est décrit par Thucydide à partir de la Sparte du Ve s. et l’Athènes d’avant que Thésée n’ait réuni les bourgades de l’Attique pour constituer une « agglomération centrale », la ville issue du synoecisme, la « Xsunoikistheisis polis », l’Athènes classique103.

  • 104 Gonzalez Roman, 1997, p. 26-32 ; Craco Rugini, 1989, p. 214-225.
  • 105 Le concept de non-ville est emprunté aux urbanistes qui l’ont élaboré dans les années 1930 à la sui (...)

42L’intérêt de cette réflexion réside dans la reconnaissance d’un type de ville qui n’est pas la ville romaine, ville-vitrine, dont il a été question, ni tout à fait la non-ville104 dans la définition qu’en donne Pierre Gros, celle de « sites intermédiaires dont les fonctions, derrière un habillage d’apparence urbaine, ne sont plus celles de la ville romaine traditionnelle »105. Car c’est précisément cet habillage qui manque.

Conclusion : la montagne Pyrénéenne dans une approche régionale

  • 106 Morel, 2003, p. 177-190.

43Entendons-nous sur les objectifs poursuivis. Il ne s’agit pas de revenir sur des acquis. Les Pyrénées séparent la France de l’Espagne. Les limites provinciales romaines sont appuyées sur des données naturelles. Pompée a élevé son trophée au col de Panissars qui a été certainement un point marquant de la limite, comme le soulignent G. Castellvi, J.-M. Nolla et I. Rodà, lorsqu’ils rapprochent le trophée de Pompée de celui d’Alexandre. Les critiques de la notion de « frontière » sont historiographiques : elles prennent en compte les conditions de sa formulation et portent sur l’utilisation qui en est faite. Nous avons voulu ici montrer comment, après avoir servi à justifier la construction de l’espace politique français, elle avait trouvé une nouvelle légitimité dans les années 1990 avec la formulation qu’en fit C.R. Whittaker. Elle marquait une ouverture disciplinaire. J.-P. Morel en faisait le constat à l’occasion d’un colloque de l’Africa Romana. Regrettant une « césure entre la Grèce et Rome », qui, poursuivait-il, « correspond à une tendance constante de nos études antiques », il concluait une série de remarques et de réflexions sur la frontière par un constat : « Dans l’étude des frontières et des confins durant l’Antiquité, ce sont les observations ethnographiques ou la « frontier history » américaine qui ont été et sont encore actuellement sollicitées en priorité lorsqu’on cherche pour les situations antiques des points de comparaison ou des analogies heuristiques »106.

  • 107 La via Augusta/via Domitia a fait l’objet de programmes interrégionaux, transfrontaliers dont on co (...)

44La démarche méritait être poursuivie par un retour sur l’histoire en déconstruisant un des paradigmes fondateurs de la théorie des frontières naturelles. Pas plus que la Via Domitia ne peut être présentée comme une « voie internationale »107 sous prétexte qu’elle traverse le territoire de deux nations modernes, l’Espagne et de la France, et conduit vers une troisième, l’Italie, il n’existe de frontières internes dans l’Empire romain. Les utilisations dont elle est l’objet font de la notion de frontière une source de confusion. L’hostilité réciproque des Romains et les montagnards qui, dans le cas présent, en sont une des justifications est un mythe historiographique recoupant l’opposition société de plaine/société de montagne. Dans les Alpes, cette prétendue hostilité justifia la présentation des montagnes comme des espaces particuliers qui auraient échappé à un processus d’urbanisation qui, à l’époque romaine, concerne l’ensemble de l’Europe. Cette exclusion ne se conçoit que dans une définition restrictive de l’espace montagnard. Nous avons rappelé que, dans la partie positive du règne de Caligula, Suétone citait la construction d’une ville dans les Alpes juste avant le projet de percer l’isthme de Corinthe. La montagne n’exclut la ville que dans un raisonnement circulaire qui la défit comme telle. Il est faux de dire que la montagne exclut la ville. Il est en revanche vrai que la contrainte topographique en explique la petite taille.

  • 108 Rico, 2006.
  • 109 Beltrán, 2006, p. 223-224.

45D’une manière générale, l’ensemble des auteurs s’accorde à reconnaître qu’à l’époque préromaine, la crête pyrénéenne n’a pas séparé des populations appartenant à une même communauté culturelle. Dans le titre de sa contribution au colloque consacré à l’invention d’une géographie de la péninsule Ibérique108, Ch. Rico réaffirmait l’utilité du paradigme de la frontière naturelle. Observant que, dans le même colloque, depuis la fin de l’Antiquité et jusqu’au XVIIe s., les Pyrénées n’avaient pas constitué une frontière politique, F. Beltrán soulignait le caractère marginal d’une perception des Pyrénées justifiant leur utilisation comme limite provinciale109. Nos remarques vont dans le même sens. Il nous semble que la spécificité de l’époque romaine s’estompe si l’on revient à la distinction entre limite et frontière. Le concept de frontière-espace a été élaboré pour traiter de la zone du limes. Son transfert des limites de l’Empire à un espace intérieur de l’Empire romain s’inscrit comme une étape dans une démarche aboutissant à la reconnaissance des diversités régionales. Les Pyrénées sont l’une de ces régions. Notre critique du paradigme de la frontière s’inscrit dans un aggiornamento de cette notion. Il nous a semblé bon d’appliquer à l’Antiquité les critiques adressées par Daniel Nordman à l’utilisation de « l’alternative commode entre zone et ligne » dans la littérature scientifique·. Considérée comme un dépassement de la notion de limite dont on dénonce le caractère artificiel, elle contribue à embrouiller le débat en occultant la nécessité de cette distinction.

46C. R. Whittaker contestait déjà le crédit accordé à la conception de la frontière développée par Turner. Sa dimension identitaire appelle un parallèle évident avec celui des Pyrénées dans l’historiographie des frontières de la France. C’est pourquoi la notion de « marge » empruntée aux géographes paraît mieux rendre compte des diversités régionales des espaces dans un empire dont la cohérence territoriale ne correspond pas au mythe de Rome que la postérité a construit.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud, P., 2004, La gestion des ressources naturelles et l’intégration économique des provinces d’Occident dans le processus de développement et de romanisation d’après Strabon : topique littéraire et document historique, dans E. Hermon et M. Clavel-Lévêque (dir.), Espaces intégrés et ressources naturelles dans l’Empire romain, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 25-37.

Barré, M., 2002, Le risque vécu et construit en pays montagnard pyrénéen : le cas des villages des hautes vallées du Lavedan dans les Pyrénées centrales françaises, dans R. Favier (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, MSH-Alpes, p. 175-192.

Beltrán Lloris, F., 2006, El valle medio del Ebro durante el periodo republicano : de limes a conventus, dans G. Cruz Andreotti et al., p. 217-240.

Beltrán Lloris, F. et Pina, F., 1994, Roma y los Pirineos. La formación de una frontera, Chiron, 24, p. 103-133.

Bocquet, A., 1999, La conquête de l’Arc Alpin par l’homme, dans A. Fayard (dir.), Les Alpes. La géologie, les milieux, la faune et la flore, les hommes, Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris, p. 241.

Bosch, J.-M. et Yáñez, C., 2005, Andorra entre els segles I-IV, dans E. Belenguer (dir.), Història d’Andorra. De la prehistòria a l’edat contemporànea, Barcelona.

Bost, J.-P., 1982, Spécificité des villes et effets de l’urbanisation dans l’Aquitaine augustéenne, dans Villes et campagnes dans l’Empire Romain, Aix-en-Provence, p. 61-76.

Castellvi, g., Nolla, J. M. et Rodà, I., 2008, Le trophée de Pompée dans les Pyrénées (71 avant J.-C.) Col de Panissars. Le Perthus, Pyrénées-Orientales (France). La Jonquera, Haut Empordan (Espagne), CNRS Éditions, Paris, (58e supplément à Gallia).

Cavallaro, A.-M., 2004, Pas si fous, ces Romains, L’Alpe, 24, Musée Dauphinois, Grenoble, p. 26-29.

Chasseigne, L., Fincker, M., Magallón, M.A., Navarro, M., Rico, Chr., Saénz, C. et Sillières, P., 2006, Labitolosa and other Roman towns on the south side of the Pyrenees, dans L. Abad Casal, S. Keay et S. Ramallo Asensio (éd.), Early Roman Towns in Hispania Tarraconensis, suppl. 62 au JRA, Portsmouth, 2006, p. 146-158.

Cots, P., 2003, La romanización, dans A. Estebán (dir.), La humanización de las altas cuencas de la Garona y las Nogueras (4500 aC-1955 dC), Ministerio de Medio Ambiente, Madrid, p. 115-130.

Craco Rugini, L., 1989, La città imperiale, dans E. Gabba et A. Schiavone (dir.), Storia di Roma. 4. Caratteri e morfologie, Turin, Einaudi, p. 214-225.

Cruz Andreotti, g., Le Roux, P. et Moret, P., 2006, La invención de una geografía de la península ibérica. I, La época republicana. Actas del Coloquio internacional celebrado en la Casa de Velázquez de Madrid entre el 3 y el 4 de marzo de 2005, Casa de Velázquez, Madrid.

Davasse, b., Galop, d. et Rendu, C., 1997, Paysages du Néolithique à nos jours dans les Pyrénées de l’Est d’après l’écologie historique et l’archéologie pastorale, dans J. Burnouf, J.-P. Bravard et G. Chouquer (dir.), La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes : Actes des XVIIes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes : octobre 1996, Sophia-Antipolis, Editions aPdCa, p. 577-599.

Dumonteil, J., 2003, Oloron-Sainte-Marie. Pyrénées Atlantiques, Ausonius, Bordeaux.

Deustch, W., 1976, Die Schweiz als ein paradigmatische Fall politischer Integration, Bern, Verlag Paul Haupt, p. 25-26.

Ebel, 1976, Ch. Transalpine Gaul. The emergence of a Roman province, Leyde.

Ejarque, a., Miras, y., Julià, R., Riera, S., Palet, J. M., Orengo, h. et Euba, I., 2008, Genesis and Holocene evolution of a high mountain cultural landscape in the Eastern Pyrenees : a microregional and interdisciplinary case-study in the Madriu valley (Andorra) Terra Nostra 2008/2, p. 73.

Ejarque, a., Miras, y., Riera, S., Palet, J. M. et Orengo, h., 2010, Testing microregional variability in the Holocene shaping of high mountain cultural landscapes : a palaeoenvironmental case-study in the Eastern Pyrenees, Journal of Archaeological Science (corrected Proof available online 13 january 2010).

Euba, I., 2009, Explotación de recursos forestales desde el Neolítico hasta la época moderna en los valles de la Vansa-Sierra del Cadí (Alt Urgell) y del Madriu (Andorra). Análisis antracológico de estructuras altimontanas, Documenta 9, ICAC, Tarragona.

Febvre, L., 1928, Frontière : le mot et la notion, dans Pour une histoire à part entière, [1962], Paris, Éd. de l’E.H.E.S.S., p. 11-24.

Fray, J-L., colloque international « Petites villes de montagne, de l’Antiquité au XXe siècle Clermont-Ferrand juin 2007 » et « Petites villes de montagne en Europe, Moyen Âge/époque moderne », IXe session de la Conférence internationale d’Histoire Urbaine, Lyon 27-30 août 2008.

Galop, d., 1998 La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées, 6000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée, Toulouse.

Galop, D., 2005, Les transformations de l’environnement pyrénéen durant l’Antiquité : l’état de la question à la lumière des données polliniques, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux. IVe Colloque Aquitania, Saintes, septembre 2003, Aquitania, Supplément 13, Bordeaux, p. 317-327.

Garcia, D., Mocci, F., Tzortzis, S. et Walsh, K, 2006, Archéologie de la vallée de l’Ubaye (Alpes de Haute-Provence) : présentation des premiers résultats d’un Programme Collectif de Recherches, Studi Trent. Sci. Nat., Preistoria Alpina, 42.

Gascou, J., 1984, Suétone historien, École française de Rome, Rome.

Gassiot, e. et Jiménez, J., 2006, El poblament prefeudal de l’alta muntanya dels Pirineus occidentals catalans (Pallars Sobirà i Alta Ribagorça), Tribuna d’Arqueologia 2004-2005, Barcelona, p. 89-122.

González Román, C., 1997, Roma y la urbanización de Occidente, Madrid, p. 26-32.

Gros, P., 1998, Villes et « non-villes » : les ambiguïtés de la hiérarchie juridique et de l’aménagement urbain, dans P. Gros (dir.), Villes et campagnes en Gaule romaine, 120e congr. Nat. Soc. Hist. Scient., Aix en Provence, 1995, Archéologie, Paris, CTHS, 1998, p. 11-25.

Gros, P., 2009, La découverte, la fouille et la restitution d’un maillon essentiel de l’architecture triomphale romaine, JRA, 22, p. 684-688.

Horden, P. et Purcell, N., 2000, The corrupting Sea. A study of mediterranean history, Blackwell, Oxford.

Kotarba, J., Castellvi, g. et Mazière, F., 2007, Les Pyrénées-Orientales, Paris (Carte archéologique de la Gaule, 66).

Le Roux, P., 2005, Armées et contrôle des territoires en Aquitaine et en péninsule Ibérique occidentale sous les Julio-Claudiens, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux. IVe Colloque Aquitania, Saintes, septembre 2003, Aquitania, Supplément 13, Bordeaux, p. 51-64.

Le Roux, P., 2006, L’invention de la province d’Espagne citérieure de 197 a. C. à Agrippa, dans G. Cruz Andreotti et al., p. 89-101.

Leveau, Ph., 2005, Frontières internes dans l’empire romain et écologie d’un delta méditerranéen. Le cas du Rhône, dans R. Bedon et E. Hermon, (dir.), Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l’empire romain, Pulim, Limoges, (Caesarodunum 39), p. 103- 123.

Leveau, Ph., 2005, L’archéologie du paysage, Agri centuriati, 2, 2005, p. 9-24.

Leveau, Ph., 2007, Aix-les-Bain, et son temple tombeau : ruralité et urbanité d’un vicus allobroge, Gallia, 64, p. 279-287.

Leveau, Ph., 2008a, La ville romaine alpine dans son contexte environnemental : géoarchéologie et histoire du climat dans les Alpes, dans Ph. Leveau et B. Rémy, La ville des Alpes occidentales à l’époque romaine, CHRIPA, Grenoble, 2008, p. 47-99.

Leveau, Ph., 2008b, La ville romaine et la montagne dans les Alpes occidentales. Conclusions, dans Ph.

Leveau et B. Rémy, La ville des Alpes occidentales à l’époque romaine, CHRIPA, Grenoble, p. 371-398.

Leveau, Ph., 2009, Transhumances, remues et migrations des troupeaux dans des Alpes et les Pyrénées antiques. La question du pastoralisme romain, dans CallegaRin, L. et RéChin, F., Espaces et sociétés à l’époque romaine : de la Garonne à l’Èbre. Hommages à Georges Fabre, p. 142-174 (Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, hors série n° 4), p. 141-174.

Leveau, Ph., à paraître, Entre faits archéologiques et concepts : la recherche sur les agglomérations protohistoriques et gallo-romaines, Colloque « Les Rutènes du peuple à la cité » (Rodez-Millau, 15-17 nov. 2007).

Lussault, A., 1997, Hautes Pyrénées – 65, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, (Carte archéologique de la Gaule).

Mercadal, o. et Olesti, O., 2001, Territorios marginales y romanización : las transformaciones del paisaje ceretano en Época Antigua, Actas do 3º Congresso de Arqueologia Peninsular. vol. VI. Porto, p. 51-70.

Mercadal, o. et Olesti, O., 2005, La Cerdanya : transformacions d’un poble i d’un paisatge pirinenc en època antiga, IIe Congrès Internacional d’Histoire des Pyrénées, Girona, UNED, p. 181-274.

Miras, y., Ejarque, a., Riera, S., Palet J. M., Orengo, h. et Euba, I., 2007, Dynamique holocène de la végétation et occupation des Pyrénées andorranes depuis le Néolithique ancien, d’après l’analyse pollinique de la tourbière de Bosc dels Estanyons (2180 m, Vall del Madriu, Andorre), C. R. Palevol. Paléontologie humaine et préhistoire, 6, p. 291-300.

Morel, J.-P., 2004, De la Grèce à Rome : quelques réflexions sur la frontière, L’Africa romana, Ai confini dell’Impero : contatti, scambi, conflitti, XV, Sassari, p. 183-197.

Morin, A. et Picavet, R., 2006, Archéologie et pastoralisme d’altitude (Vercors, Dévoluy, haute vallée du Buëch), dans C. Annequin-Jourdain et J.-C. Duclos (dir.), Aux origines de la Transhumance. Les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui, Paris, Picard, p. 187-203.

Nordman, D., 1999, Frontières de France. De l’espace au territoire 16e-19e siècles, Paris, Gallimard.

Olesti, O., 1993, La Cerdanya en època antiga : romanització i actuació cadastral, Estudios de la Antigüedad, 6-7, Bellaterra, p. 133-154.

Olesti, O, 1999, La romanización de la Cerdaña : actuaciones catastrales, dans Homenaje al Profesor Blázquez. T. IV. Hispania Romana, Madrid, p. 301-320.

Olesti, O., 2008, La Cerdagne. Un paysage culturel de haute montagne, dans M. Lévêque, L. Ruiz del Árbol, Ch. Pop et L. Bartels, Journeys through European landscapes, Cost Action 27, ESF, p. 97-100.

Palet, J. M., 2006, Stratégies de la recherche archéologique en haute montagne : les projets “Champsaur” (Alpes du Sud) et “vallée du Madriu/La Vansa – Serra del Cadí”, dans ALPIS GRAIA. Archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard, Interrreg III Alcotra 2000- 2006, p. 381-385.

Palet, J. M., 2009, Memòria preliminar de les intervencions arqueològiques a la vall del Madriu (Andorra). Campanya del 2008, Patrimoni Cultural, Aixovall, Sant Julià de Lòria, Andorra, (document inédit).

Palet, J. M., Riera, S., Miras, Y., Ejarque, A. et Euba, I., 2006, Estudi i revalorització dels paisatges culturals d’alta muntanya : els projectes vall del Madriu (Andorra) i La Vansa - Serra del Cadí (Alt Urgell), IBIX 4, Annals 2004-2005, p. 89-107.

Palet, J.-M., Ejarque, a., Miras, y., Euba, i, Orengo, h. et RieRa, S., 2006-2007, Formes d’ocupació d’alta muntanya a la Serra del Cadí (Alt Urgell) i a la vall del Madriu-Perafita- Claror (Andorra) : estudi diacrònic de paisatges culturals pirinencs. Tribuna d’Arqueologia 2006, p. 229-253.

Palet, J.-M., Orengo, H., Ejarque, A., Euba, I., Miras, y. et Riera, S., sous presse, Formas de paisaje de montaña y ocupación del territorio en los Pirineos orientales en época romana : estudios pluridisciplinares en el valle del Madriu-Perafita Claror (Andorra) y en la Sierra del Cadí (Cataluña), dans Proceedings of the 17th International Congress of Classical Archaeology 2008. Bollettino di Archeologia On-line.

Payà, x., Puig, F. et Reyes, T., 1994, Primeres datacions dels nivells fundacionals d’Aeso, Revista d’Arqueologia de Ponent, 4, p. 151- 172.

Pèlachs, A., Nadal, J., Soriano, J. M. Molina, D. et Cunill, R., 2009, Changes in Pyrenean woodlands as a result of the intensity of human exploitation : 2000 years of metallurgy in Vallferrera, northeast Iberian Peninsula, Vegetation History and Archaeobotany, 18.5, p. 403- 416.

Pfister, Ch., 2002, Inondations catastrophiques, évolution climatique et débat sur les risques naturels en Suisse au xixe siècle, dans R Favier (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, MSH-Alpes, p. 243-260.

Pons, J., 1994, Territori i societat romana a Catalunya dels inicis al Baix Imperi, Edicions 62, Barcelona.

Prost, B., 2004, Marge et dynamique territoriale, Géocarrefour, vol. 79/2, mis en ligne le 25 octobre 2007. URL : http://geocarrefour.revues.org//index695.html

Racine, J.-B., 1999, La ville alpine entre flux et lieux, entre pratiques et représentations, Revue de Géographie Alpine, 1, p. 111-117.

Réchin, F., 1993, « Lescar-Beneharnum », Villes et agglomérations antiques du Sud-Ouest de la Gaule, supplément à Aquitania, p. 107-110.

Réchin, F. et Barraud, D. (dir.) 2008, Lescar-Beneharnum, ville antique entre Pyrénées et Aquitaine, Presses universitaires de Pau, Pau.

Rendu, Chr., La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Canet, Trabucaire, 2003.

Rendu, Chr., Campmajo, P., Davasse, b. et Galop, D., 1995, Habitat, environnement et systèmes pastoraux en montagne : acquis et perspectives de recherches à partir de l’étude du territoire d’Enveig, Cultures i medi, de la prehistoria a l’edat mitjana, Xe col. loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà, homenatge al Professor J. Guilaine, Puigcerdà, Institut d’Estudis Ceretans, p. 661-673.

Reyes, T., González, R. et García, J.-E., 1998, Estudi de l’Ager Aesonensis (Isona i Conca de Dellà, Pallars Jussà), Revista d’Arqueologia de Ponent, 8, p. 39- 59.

Reyt, Ph., 2000, La représentation du risque dans l’imaginaire des altitudes, Revue de Géographie Alpine, 4, p. 35-46.

Rico, Chr., 1997, Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière, Casa de Velázquez, Madrid.

Rico, Chr. 2006, L’“invention” romaine des Pyrénées, ou les étapes de la formation d’une frontière, dans G. Cruz Andreotti et al., p. 199-215.

Riera, S., Palet, J.-M., Ejarque, A., Orengo, H.A., Julià, R., Currás, a. et Miras, y., 2009, Variabilité Climatique, Occupation du Sol et Paysage en Espagne de l’Age du Fer à l’Epoque Médiévale : Intégration des Données Paléoenvironnementales et d’Archéologie du Paysage, dans E. Hermon (dir.), Société et Climats dans l’Empire Romain. Editoriale Scientifico de Naples, p. 251-280.

Sablayrolles, R., 1996, Introduction, p. 45-47, dans J.-M. Escudé-Quillet et C. Maissant, L’Ariège, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, (Carte archéologique de la Gaule).

Sablayrolles, R., 2005, Lugdunum des Convènes à l’époque julio-claudienne : ville et capitale ou capitale et ville ?, dans L’Aquitaine et l’Hispanie septentrionale à l’époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux. IVe Colloque Aquitania, Saintes, septembre 2003, Aquitania, Supplément 13, Bordeaux, p. 139-155.

Sablayrolles R., 2006, Une cité antique entre montagne et plaine, riche de son terroir et de son pouvoir, dans R. Sablayrolles et A. Beyrie, Le Comminges (Haute-Garonne) 31/2, Maison des Sciences de l’Homme, (Carte archéologique de la Gaule), Paris, p. 44-101.

Schenk-David, J.-L., 2005, L’archéologie de trois sanctuaires des Pyrénées Centrales. Contribution à l’étude des religions antiques de la cité des Convènes, Musée archéologique départemental, Saint-Bertrand de Comminges.

Segard, M., 2008, Les Alpes romaines occidentales, Paris.

Tarpin, M., La négation des Alpes dans l’imaginaire romain, dans La montagne et son image, du peintre d’Arkesilas à Thomas Cole, (116e Congrès des Sociétés Savantes, Archéologie et Histoire de l’Art, Chambéry, 1991), Paris, p. 29-120.

Trintignac, A., 2001, Évolution de l’artisanat dans la cité des Gabales (Lozère) du Haut-Empire à l’Antiquité tardive, Actes du 2e colloque d’Erpeldange 26-28 octobre 2001, (Monographies instrumentum 20), p. 221-242.

Van Der Vliet, E.-C.-L., 1984, L’ethnographie de Strabon : idéologie ou tradition ?, dans F. Prontera (éd.), Strabone : contributi allo studio della personalità e dell’opera, vol. 1, Perugia, Università degli Studi. p. 29-86.

Walsh, K., 2005, Risk and Marginality at High Altitudes : New Interpretations from Fieldwork on the Faravel Plateau, Hautes-Alpes, Antiquity, 79.

White, R., 2009, Le Middle Ground, Paris, Indiens, empire et république dans la région des Grands Lacs, 1650-1815, Paris.

Whittaker, C. R., 1989, Les frontières de l’Empire romain, Paris.

Haut de page

Annexe

Fig. 1. Les Pyrénées durant le Haut Empire : chefs-lieux de cités, limites provinciales et localisation des vallées et massifs ayant fait l’objet d’opérations d’archéologie du paysage (d’après Ch. Rico, 1997, p. 167).

Fig. 1. Les Pyrénées durant le Haut Empire : chefs-lieux de cités, limites provinciales et localisation des vallées et massifs ayant fait l’objet d’opérations d’archéologie du paysage (d’après Ch. Rico, 1997, p. 167).
Haut de page

Notes

1 Castellvi et al, 2008.

2 La démarche a été présentée à l’occasion de la Journée d’études co-organisée le 12 décembre 2008 par Ch. Rendu et R. Sablayrolles sur « Continuités et ruptures dans l’exploitation des espaces montagnards : quels marqueurs archéologiques entre temps court et temps long (Antiquité - Moyen Âge) ? », dans le cadre du séminaire des équipes Terrae (UMR FRAMESPA) et Villes et agglomerations, terroirs et territoires (UMR TRACES) de l’Université de Toulouse Le Mirail.

3 Castellvi et al., 2008, p. 294.

4 On se reportera au compte-rendu de P. Gros (Gros, 2009) qui se rallie aux interprétations architecturales proposées mais en souligne le caractère hypothétique. La position du monument double par rapport à la voie n’est pas assurée : passait-elle à proximité ou en dessous ? J.M. Nolla relevait l’absence de claveaux.

5 Rico, 1997, p. 146.

6 Le Roux, 2005, p. 59.

7 Beltrán et Pina, 1994, p. 105.

8 Beltrán et Pina, 1994, p. 115-117.

9 Sablayrolles, 2006, p. 62.

10 Sablayrolles, 2006, p. 63-64 et p. 66.

11 Ebel, 1976.

12 Beltrán et Pina, 1994 ; Beltrán, 2006.

13 Olesti, 2008, p. 100.

14 Historiquement, dans l’Europe de la période moderne, la frontière du Traité des Pyrénées s’inscrivait dans une dialectique de la paix et de la guerre entre les nations. En ce sens, les frontières deviennent un objet conventionnel où l’histoire (la « frontière historique ») s’oppose à la nature (« la frontière naturelle ») comme le réel (la complémentarité des espaces) au rationnel (leur séparation). Le rappel de l’antique Iulia Libyca fut probablement un élément important du dossier.

15 Sablayrolles, 1996, p. 45-47 ; 2006, p. 48-50.

16 Nordman, 1998, p. 323.

17 Nordman, 1998, p. 150.

18 Nordman, 1998, p. 348.

19 Le Roux, 2006, p. 126-130.

20 Febvre, 1928.

21 L’intérêt d’une déconstruction de l’idée de frontière remettant en question notre perception des frontières historiques s’impose avec les travaux actuels des géographes (Voir ceux du Groupe Frontière : Ch. Arbaret-Schulz, A. Beyer, J.-L. Piermay, B. Reitel, C. Selimanovski, Ch. et P. Sohn, « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps. net, Textuel, http://espacestemps.net/ document842.html).

22 Rico, 1997, p. 13.

23 Whittaker, 1989.

24 Whittaker, 1989, p. 25.

25 Pour une réflexion critique sur la notion de front pionnier appliquée au processus de romanisation de la vallée du Rhône, voir Leveau, 2005a.

26 Prost, 2004.

27 Leveau, 2005b et 2008.

28 Ejarque et al., sous presse ; Riera et al., 2009.

29 Segard, 2008.

30 Davasse et al., 1997.

31 Rendu, 2003, p. 520 ; Kotarba et al. 2007, p. 370-372.

32 Davasse et al., 1997.

33 Rendu et al., 1995, p. 664 ; Rendu, 2003, p. 247-429.

34 Rendu, 2003, p. 521.

35 Mercadal et Olesti, 2001 et 2005 ; Olesti, 2008.

36 Olesti, 1993 et 1999.

37 Marcadal et Olesti, 2001 ; Olesti 1999, 2008.

38 Bosch et Yáñez, 2005.

39 Ejarque et al., sous presse ; Palet et al., 2006, 2007 et sous presse.

40 Miras et al., 2007.

41 La grande quantité de bois du pin brûlé ou carbonisé en particulier présente dans le canal d’évacuation des fours ainsi que l’absence absolue de scories renforcent l’hypothèse (Palet, 2009). L’exploitation de la résine de pin était apprécié dans l’Antiquité et est bien documentée dans des contextes similaires, dans des régions du Massif Central (Trintignac, 2001, p. 227-229).

42 Ejarque et al., 2008 et 2010.

43 Palet et al., 2006 et 2007.

44 Euba, 2009, p. 89-90.

45 Ejarque, sous presse.

46 Cots, 2003, p. 124.

47 Gassiot et Jiménez, 2006.

48 Pèlachs et al, 2009.

49 Payà et al., 1994 ; Reyes et al., 1998.

50 Sablayrolles, 2005, p. 143-144.

51 Rico, 1997, p. 227-228.

52 Galop, 2005, p. 326.

53 Pour une étude plus précise du pastoralisme d’époque romaine sur le versant nord des Pyrénées, voir Leveau, 2009.

54 Réchin, 2006, p. 265-266.

55 Schenck-David, 2005 ; Lussault, 1997, p. 215-216.

56 Galop, 1998, p. 221-247.

57 Rendu, 2003, p. 521.

58 Galop, 2005, p. 323.

59 Palet, 2006.

60 Morin et Picavet, 2006.

61 Garcia et al., 2006.

62 L’idée était empruntée à Michel Tarpin qui, dans les années 1990, dans un premier état de ses recherches parlait de « La négation des Alpes dans l’imaginaire romain » (Tarpin, 1992).

63 Walsh, 2005.

64 Walsh, 2005, p. 301-302.

65 Walsh, 2005, p. 80-82.

66 Horden et Purcell, 2000, p. 178-182.

67 Pfister, 2002. C'est ce qu'ont montré les géomorphologues « historicistes ». Voir : « l’homme et l’érosion le climat, l’érosion et les paradigmes de la déforestation » (Leveau, 2008, p. 52-54).

68 Leveau, 2008a.

69 Barré, 2002, p. 175-192.

70 Reyt, 2000, p. 35-46.

71 À la suite de ce passage, Suétone enchaîne : Hactenus quasi de principe, reliqua ut de monstro narranda sunt (Suétone, Caligula, XXII). Sur ce procédé rhétorique de la distinction entre species positives et négatives chez Suétone, voir Gascou, 1984, p. 695-697.

72 Sablayrolles, 1996, p. 58-59.

73 Leveau, 2008a.

74 Leveau, 2009.

75 Ejarque et al., 2010.

76 On prendra garde aux différentes définitions de la montagne. Pour les naturalistes, la donnée écologique est plus importante que la topographie. Un relief est une « montagne » si le gradient altitudinal permet d’y observer un changement dans la végétation. Mais, dans la toponymie, des collines sont appelées « montagne » bien qu’elles n’excèdent pas une altitude médiocre (200 à 300 m), parce que c’est là que l’on envoyait les troupeaux du village.

77 Rico, 1997, p. 295-296.

78 Pour une critique de ce paradigme ici résumée, on se reportera à Leveau, 2008 b.

79 La citation est empruntée au protohistorien Aimé Bocquet qui présente en ces termes « La conquête de l’Arc Alpin par l’homme » dans une synthèse écrite à l’intention des naturalistes (Bocquet, 1999, p. 241). Pour une réflexion sur la dimension identitaire de cette vision de la relation entre la ville alpine et la montagne, voir Leveau, 2008b.

80 Cavallaro, 2004, p. 28.

81 Rico, 1997, p. 329 et p. 93.

82 Bost, 1982, p. 65.

83 Le concept de « ville vitrine » est lié à celui de la ville de consommation à la mode dans les années 1980. Il éclaire une réalité indéniable de la ville, mais en occulte le rôle organisateur.

84 Gros, 2005, p. 210.

85 Van der Vliet, 1984, p. 29-86.

86 Arnaud, 2004, p. 36.

87 Arnaud, 2004.

88 Sablayrolles, 2005, p. 141.

89 Une ville peut être considérée comme « romaine » si elle correspond à un modèle de ville que caractérisent des institutions, un type de relation avec le pouvoir central, un plan et des monuments, soit des structures politiques et des structures matérielles.

90 Chasseigne et al., 2006.

91 Pons, 1994, p. 77-80.

92 Sablayrolles, 1996, p. 47-48.

93 Rico, 1997, p. 194. Sur ce site : Dumonteil, 2003.

94 Réchin, 2008.

95 Leveau, 2007.

96 Sablayrolles, 2006, p. 61 et 72.

97 Jean-Luc Fray, colloque international « Petites villes de montagne, de l’Antiquité au xxe siècle » Clermont-Ferrand juin 2007 ; « Petites villes de montagne en Europe, Moyen Âge/époque moderne », IXe session de la Conférence internationale d’Histoire Urbaine, Lyon 27-30 août 2008.

98 Sablayrolles, 2006, p. 75.

99 Sablayrolles, 2006, p. 415-419.

100 Sablayrolles, 2006, p. 236.

101 Sablayrolles, 1996, p. 60.

102 Racine, 1999, 1, p. 112 ; Deutsch, 1976.

103 Pour une réflexion sur le passage fameux de Thucydide, le modèle de ville qu’il définit dans son introduction (Archéologie) à l’histoire de la Guerre du Péloponnèse et la relation entre celui-ci et la ville protohistorique, voir Leveau, à paraître.

104 Gonzalez Roman, 1997, p. 26-32 ; Craco Rugini, 1989, p. 214-225.

105 Le concept de non-ville est emprunté aux urbanistes qui l’ont élaboré dans les années 1930 à la suite de la crise du modèle urbain traditionnel pour rendre compte des formes urbaines que désignent dans notre vocabulaire les mots « banlieue », « bourgs et « faubourgs » (voir Gros, 1998, p. 21).

106 Morel, 2003, p. 177-190.

107 La via Augusta/via Domitia a fait l’objet de programmes interrégionaux, transfrontaliers dont on comprend la place dans un projet consistant à abattre les frontières de l’Europe. Le souci médiatique qui explique l’utilisation du terme de « voie internationale » à son propos occulte l’intérêt de se référer à un Empire dont les provinces n’étaient pas séparées par des frontières (intérieures) mais seulement par des limites internes.

108 Rico, 2006.

109 Beltrán, 2006, p. 223-224.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les Pyrénées durant le Haut Empire : chefs-lieux de cités, limites provinciales et localisation des vallées et massifs ayant fait l’objet d’opérations d’archéologie du paysage (d’après Ch. Rico, 1997, p. 167).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Leveau et Josep Maria Palet Martinez, « Les Pyrénées romaines, la frontière, la ville et la montagne »Pallas, 82 | 2010,  171-198.

Référence électronique

Philippe Leveau et Josep Maria Palet Martinez, « Les Pyrénées romaines, la frontière, la ville et la montagne »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12438

Haut de page

Auteurs

Philippe Leveau

Université Aix-Marseille 1

Josep Maria Palet Martinez

ICAC, Tarragone

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals