Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Itinéraires hispaniquesDe Narbonne à León, les singulari...

Itinéraires hispaniques

De Narbonne à León, les singularités d’un trajet de l’Itinéraire d’Antonin

From Narbonne to Leon, the peculiarities of the Antonine Itinerary
Laurent Brassous et François Didierjean
p. 345-370

Résumés

L'itinéraire De Italia in Hispanias, qui conduit de Mediolanum à Legio VII Gemina a été composé à l'aide de plusieurs sources différentes. Le segment de Narbone (Narbonne) à Legio (León) mentionne des stations pour la plupart différentes des autres itinéraires sur le même axe de circulation. Les auteurs ont voulu montrer qu’il ne s'agit pas du tracé d'une voie différente mais bien de l'utilisation d'une source originale de datation incertaine, probablement de caractère militaire. Elle pourrait être un recueil d'étapes parcourues par un cavalier.

Haut de page

Texte intégral

À Pierre, qui nous a initiés tous deux à l’archéologie hispanique et qui a fait découvrir à l’un d’entre nous, il y a bien longtemps, les joies de la chasse au milliaire…

  • 1 Sur ce document, l’étude fondamentale reste celle de W. Kubitschek (Kubitschek, 1902). Les proposit (...)
  • 2 It. Ant., 387.4-395.4. Les itinéraires sont désignés ici selon la nomenclature établie par Wesselin (...)
  • 3 Si l’on considère seulement les données de l’Itineraire. Elle se réduit à 15 sur le trajet document (...)
  • 4 Arnaud, 1993.
  • 5 Reed, 1978, p. 250-251 ; Calzolari, 1996, p. 376-389 et Talbert, 2007, p. 256-257.

1L’Itinerarium provinciarum Antonini Augusti, couramment désigné comme l’Itinéraire d’Antonin n’est pas un inventaire méthodique des voies romaines, mais une vaste compilation tardive d’itinéraires qui relient deux lieux en énumérant les étapes et les distances qui les séparent1. Celui qui nous intéresse est l’itinéraire 387.4 De Italia in Hispanias2, qui conduit de la ville de Mediolanum au camp de la Legio VII Gemina, par les Alpes Cottiennes, la Viennoise, la Narbonnaise et la Tarraconaise jusque dans la province de Galice. Ce parcours est également connu par d’autres éléments de l’Itinéraire d’Antonin, mais aussi, pour certaines de ses parties, par d’autres sources : la Table de Peutinger, les gobelets de Vicarello et la Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne (fig. 2). Or, après Narbonne, l’itinéraire 387.4 se distingue par deux faits singuliers : d’abord les stations qu’il mentionne sont rarement les mêmes que celles des autres sources, alors qu’ils suivent les mêmes grands axes de circulation que sont successivement la plaine littorale du Languedoc-Roussillon, la vallée de l’Èbre puis le nord de la Meseta. Ensuite, la distance séparant les étapes est beaucoup plus importante : 30 milles en moyenne, contre 20 dans les autres cas3. Ces particularités suscitent plusieurs questions : pourquoi des relais différents ? Existait-il plusieurs voies dans un même couloir de circulation ? Les observations de P. Arnaud permettent de ne pas s’étonner davantage de cette singularité4 : cette source doit être comprise comme le travail d’une personne qui a rassemblé des itinéraires variés, sans réelle finalité pratique sinon celle d’accumuler des données en compilant des documents divers tout en les remaniant à l’occasion. Le compilateur a ainsi réuni différents itinéraires de chronologies et d’origines distinctes dont la nature reste encore à préciser5. L’itinéraire de Milan à León ne fait pas exception à la règle, mais le parcours décrit entre Narbonne et León présente une spécificité qui appelle un examen plus attentif. On verra donc d’abord la structure d’ensemble de l’itinéraire 387.4, puis le tracé de la voie entre Narbonne et León, afin d’aboutir à des propositions sur la chronologie et la nature de cette partie de l’itinéraire.

1. Un itinéraire recomposé

  • 6 P. Arnaud souligne les exemples des itinéraires de Rome à Hierasycaminos en Egypte (It. Ant., 123.8 (...)
  • 7 Arnaud 1993, p. 39-40. Ce sont les « backbone routes » décrites par Talbert, 2007, p. 261-262.
  • 8 Il faut entendre par là la succession des étapes et l’écart moyen qui les sépare.
  • 9 Un segment est ici un ensemble de stations au séquencement homogène.

2L’itinéraire 387.4 relie l’Italie à l’Hispanie en 38 étapes sur un total de 1230 milles (fig. 1 et 2) en traversant les Alpes Cottiennes, la Viennoise, la Narbonnaise, la Tarraconaise et la Galice. C’est donc un parcours inter-provincial et il n’est pas le seul de l’Itinéraire d’Antonin6. Ces grands itinéraires constituent « l’ossature » de l’ouvrage et sont le résultat d’un travail de compilation réalisé par l’auteur à l’aide d’itinéraires d’origine et de chronologie différentes7. L’itinéraire de Milan à León en est un bon exemple. Les variations du séquencement8 des étapes et la comparaison du parcours avec les autres itinéraires, permettent de distinguer nettement quatre segments9 qui traduisent la confection de l’itinéraire par l’auteur. Ces quatre segments sont ceux de Milan à Vapincum (Gap) par les Alpes Cottiennes, de Vapincum à Arelate (Arles), d’Arles à Narbonne et de Narbonne à León (fig. 2).

  • 10 It. Ant. 387.6 : mansionibus supra scriptis.
  • 11 It. Ant., 339.7-344.2.
  • 12 Tab. Peut., 3.2. et CIL, IX, 3281-3284.
  • 13 Par exemple It. Ant., 339.6, 344.3, 346.10, 350.4, 356.1 ou 387.5.
  • 14 Déjà pointé par Arnaud, 1998, p. 42 et n. 47 et Bost, 1998, p. 227-228.
  • 15 Elle devient alors résidence impériale, et le reste jusqu’en 402. Cf. p. 358.

3Le premier segment relie Milan et Vapincum (Gap) par les Alpes Cottiennes sur une distance de 255 milles, et aucune étape intermédiaire n’est mentionnée sur cette distance. L’auteur indique seulement qu’il faut suivre les étapes mentionnées plus haut10 : cette remarque renvoie sans doute à l’itinéraire 339.7 de Milan à Arles par les Alpes Cottiennes11 dont le compilateur n’indique ici qu’un abrégé. La Table de Peutinger comme les Gobelets de Vicarello présentent une description détaillée de ce tronçon avec cette différence qu’ils le font passer non pas à Milan, mais à Plaisance, située à 40 km au sud-est12. Cela est finalement logique dans le cas des Gobelets de Vicarello qui décrivent un trajet reliant Gadès à Rome qui passe au sud de Milan. Cette même ville détient une place centrale dans l’Itinéraire d’Antonin qui en fait le point de départ de nombreux itinéraires13, alors qu’elle occupe une place très secondaire de simple station dans la Table de Peutinger. Il y a là probablement un remaniement opéré par le compilateur14, à relier au développement du rôle politique de Milan à partir du milieu du IIIe s.15. Sur ce point, la Table de Peutinger représente probablement un état antérieur du réseau.

  • 16 It. Ant., 339.6 à 344.2. Catulaca, Fines, Glanum et Enagino ne sont pas mentionnés (fig. 2).
  • 17 La lacune de 5 milles existant entre Cavellione et Arles pourrait être le résultat d’une mauvaise t (...)

4Le deuxième segment relie Vapincum à Arelate sur 137 milles. L’itinéraire 387.4 ne cite que sept stations (en incluant départ et arrivée) au lieu des onze qu’énumèrent toutes les autres sources16. La distance moyenne entre deux stations est de 22,8 milles dans le premier cas, 14,3 dans les autres. Il ne s’agit pas d’un oubli, car les distances ont été correctement additionnées17.

  • 18 La seule discordance réside dans les distances : le total indique 110 milles pour le 387.4 contre 1 (...)

5Entre Arles et Narbonne, sur 109 milles, l’itinéraire 387.4 présente une identité quasi- parfaite avec la Table de Peutinger, l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem et les Gobelets de Vicarello, mais surtout avec l’itinéraire 396.1 d’Arles à Castulo par Narbonne, Tarragone et Carthagène18. Donc, soit ils procèdent de la même source, soit le 387.4 est une reproduction de cette partie du 396.1.

  • 19 Entre Narbonne et Tarraco, il est possible de comparer le parcours avec l’itinéraire 396.1 d’Arles (...)
  • 20 C’est-à-dire qui ne sont mentionnées que par un itinéraire, alors que les autres sources l’ignorent

6Enfin le dernier tronçon, le plus long (729 milles) et le plus remarquable, conduit de Narbonne au camp de la legio VII Gemina. Ce trajet est connu par d’autres sources : on en retrouve des éléments dans certains trajets de l’Itinéraire d’Antonin, dans la Table de Peutinger, dans la Cosmographie et sur les gobelets de Vicarello19. Mais l’itinéraire 387.4 se différencie fortement des autres documents par deux caractères : une nomenclature des stations originale, et un module d’étape nettement plus important. En effet, sur 26 stations citées, 15 n’apparaissent pas ailleurs, et onze seulement sont communes aux autres textes. Mieux, 14 des 15 stations “singulières”20 ne sont connues que par cet itinéraire. En outre, le nombre de stations est réduit : 26, contre 37 dans les autres itinéraires. En conséquence, la distance moyenne qui sépare deux stations est nettement plus grande : module de 29,2 milles, en regard des 19,7 qu’indiquent les autres sources. Un tel écart, sur une aussi longue distance, ne peut être l’effet du hasard.

  • 21 Alors que c’était le cas pour le tronçon entre Arles et Narbonne.
  • 22 Cf. CIL, II, 2915. AE, 1976, 325b ou AE, 1992, 1035.

7Divers indices suggèrent que le compilateur n’a pas utilisé pour cette partie de l’itinéraire 387.4 la même source que pour les autres trajets empruntant les mêmes axes21. Ainsi l’itinéraire 387.4 enregistre Segesamone, forme toponymique non déformée, comme le confirment diverses inscriptions22, alors que les itinéraires 448.2 et 453.4 reproduisent la même déformation Legisamone. Il ne s’agit donc pas d’une erreur de copiste mais bien d’une anomalie déjà présente dans la source utilisée par l’auteur, qui s’est servi d’une autre, exempte de l’erreur, pour l’itinéraire 387.4. Un autre exemple permet d’aller plus loin et de voir que l’auteur a utilisé deux sources différentes pour la constitution du même itinéraire. En effet, le passage des Pyrénées apparaît sous la forme Ad Pireneum dans l’itinéraire 387.4, alors que la même étape est mentionnée Summo Pyreneo dans l’itinéraire 396.1. Il s’agit bien de la même étape, comme en témoigne la distance identique de 16 milles indiquée par les deux itinéraires entre celle-ci et l’étape suivante, Iuncaria. Cette différence, qui ne provient certainement pas d’une déformation provoquée par les copistes, souligne que non seulement il y a eu utilisation de sources distinctes entre l’itinéraire 387.4 et 396.1, mais encore l’itinéraire 387.4 lui-même a été confectionné à l’aide de plusieurs sources, puisque, nous l’avons vu, il a utilisé pour un autre tronçon (entre Arles et Narbonne) le 396.1 ou sa source.

8Le grand itinéraire de Mediolanum au camp de la legio VII Gemina est donc bien le résultat d’une recomposition, et sur plus de la moitié de son parcours il présente des caractères originaux – en particulier de nombreuses stations qui n’apparaissent pas ailleurs - qui amènent à se demander s’il ne s’agissait pas d’un tracé original, distinct des autres, ce qui supposerait que plusieurs voies parcouraient les mêmes axes de circulation. Il s’agit donc de savoir si cette hypothèse est soutenable.

2. L’itinéraire entre Narbonne et León : plusieurs tracés sur un même axe ?

  • 23 It. Ant. 422.2 (voie sud), 427.4 (voie nord, le texte précise « item alio itinere »), et 429.5 (pas (...)
  • 24 It. Ant. 456,6.

9Il y a dans l’Itinéraire des exemples d’un dédoublement incontestable car spécifié par la source elle-même : c’est le cas pour les trois voies de Asturica Augusta (Astorga) à Bracara Augusta (Braga)23, et pour le tronçon de la voie 453.4 (De Hispania in Aquitaniam) entre Aquae Tarbellicae (Dax) et Burdigala (Bordeaux), où le rédacteur, après avoir présenté le tracé littoral, indique : item ab Aquis Terebellecis Burdigalam24

  • 25 Roldán, 1975, p. 38-41.
  • 26 Arias, 1968b.
  • 27 Roldán, 1975, p. 96 (tableau) et 185, pl. VII (carte).
  • 28 Ariño et al., 1997, p. 246 et 255.
  • 29 Ariño et al., 1997, p. ?249.
  • 30 Arias, 1968a, soutient que le 387.4 passait par la côte et le 396.1 par l’intérieur.

10Dans le cas qui nous occupe, rien de tel. La question s’est donc posée aux odologues de savoir s’il y avait deux routes parcourant le même axe de circulation, selon des tracés différents. La réponse est le plus souvent incertaine : ainsi J.M. Roldán Hervas25 émet des doutes sur l’idée de G. Arias26 selon laquelle il y aurait deux tracés complètement distincts : celui de l’itinéraire 387.4, et celui des autres itinéraires. Il indique sur un tableau comparatif entre le 387.4 et le 448.2 plusieurs tronçons « certainement différents » (Tarracone-Ilerda, Graccuris- Virovenna, Lacobriga-Asturica), mais sa représentation du réseau selon l’Itinéraire ne coïncide pas : elle indique une seule voie, avec seulement deux dédoublements, qui diffèrent de ceux du tableau (Barcenone-Tarracone et Barberiana-Virovesca)27. De même, à propos du secteur de la vallée moyenne de l’Èbre, la dernière mise au point affirme d’un côté l’unicité de la grande voie décrite par deux itinéraires différents, mais de l’autre conclut sur les voies et les routes qui parcourent cet axe majeur28. Nous pensons que le problème ne peut se résoudre qu’en tenant compte de trois catégories de données : d’une part les contraintes de la topographie ; celle-ci impose parfois un passage obligé, et souvent conduit à un tracé préférentiel présentant la meilleure combinaison “moindre distance - plus faible dénivellation”, mais elle peut aussi offrir parfois plusieurs possibilités ; ensuite la localisation des stations, qui est le plus souvent hypothétique, mais avec des degrés très divers de probabilité, et dont la position par rapport à la voie peut varier notablement29 ; enfin de toutes les traces matérielles qui nous sont parvenues permettant de déterminer le ou les tracés : principalement les milliaires, ponts, chaussées fossiles, anomalies du parcellaire, limites administratives, sans oublier les toponymes. Un tel cas de dédoublement se présente en particulier pour le tronçon entre Aquis Voconis (près de Caldes de Malavella) et Barcino (Barcelone), où il y aurait une voie longeant le littoral et une voie passant par l’intérieur30. A la lumière des apports les plus récents, nous croyons pouvoir distinguer cinq segments correspondant à des situations diverses : Narbonne-Gérone, Gérone-Barcelone, Barcelone-Saragosse, Saragosse-Briviesca, Briviesca-León.

11Le segment de Narbonne à Gérone : un seul tracé avec quelques points de concordance.

12Le segment de Gérone à Barcelone : pas de point de concordance, et il y a effectivement deux tracés possibles.

13Le segment Barcelone-Saragosse : un seul tracé avec quelques points de concordance.

14Le segment Saragosse-Briviesca : pas de point de concordance, possibilité d’un dédoublement localisé.

15Le segment Briviesca-León : un seul tracé avec quelques points de concordance. Nos propositions sont fondées sur les arguments suivants :

  • 31 Castellvi et al., 1997, p. 23-57. Il y a bien un dédoublement sur quelques kilomètres au passage de (...)
  • 32 Rico, 1997, p. 200.

16Entre Narbonne et Gérone, des recherches poussées sur le terrain ont permis de déterminer le tracé de la route, et aucune variante n’est apparue31. Par contre, les propositions sur la localisation des stations font apparaître que certaines étaient à l’écart de la voie, ce qui pourrait expliquer qu’elles ne figurent pas dans l’itinéraire 387.4. Les stations qu’il mentionne correspondent, dans deux des trois cas, à des passages obligés : Salsulae (Font Dame, près de Salses) est une étroiture entre étang et collines, Ad Pireneum correspond au franchissement des Pyrénées par le col de Panissars. Dans un autre cas, Ad Stabulum, le nom évoque un poste de ravitaillement aménagé à dessein sur la route, et se situerait, si l’on s’en rapporte aux distances indiquées, à très peu de distance d’Iliberris (entre un et deux milles). Or celle-ci est identifiée à Elne, alors que la route (actuel Cami de Carlemany) passe à 1,5 km à l’est de l’ancien oppidum, auquel elle était sans doute reliée par une bretelle (actuelle D 40 ?). Bien entendu, il ne faut pas placer Juncaria à La Junquera, mais la localiser plutôt à Figueras (glissement de toponyme)32.

  • 33 Il convient de signaler, pour la partie espagnole de l’étude, l’aide précieuse qu’apportent à ceux (...)
  • 34 Palli, 1985 ; Castellvi et al., 1997, p. 113 et 141.
  • 35 Castellvi et al., 1997, p. 114.
  • 36 A l’exception de Villassar de Mar, où le milliaire fut trouvé contre un mur qui avait un paralléle (...)
  • 37 C’est l’opinion de F. Palli (Palli, 1985, p. 55 et 69). En effet les trois gobelets de Vicarello qu (...)
  • 38 Praetorium-Fines par Arragone représentent 37 milles (55 km), Praetorium-Fines par Barcenone s’éval (...)
  • 39 Il s’agit en fait d’un phénomène de capture, rare sur cette distance, car le détour représente 24 k (...)
  • 40 Selon les distances annoncées par l’Itinéraire (67 milles). Un essai de mesure sur le terrain, à pa (...)

17Entre Gérone et Barcelone, il est certain qu’il y avait – comme aujourd’hui – deux routes, l’une passant par l’intérieur et l’autre par le littoral33. Cette configuration est le produit de la disposition du relief : les collines escarpées (hauteurs dépassant 600 m) de Montnegre et du Corredor séparent deux zones basses de circulation relativement facile : au sud la plaine littorale souvent marécageuse (le Maresme), au nord la dépression du Vallés, drainée par la Tordera à l’est, le Mogent à l’ouest. Les deux voies ont laissé des traces de leur passage, principalement des milliaires, et leur tracé – au moins celui de l’intérieur – a été reconstitué avec vraisemblance par nos prédecesseurs34. Le problème qui reste à résoudre est de savoir quel tracé désigne l’itinéraire 387.4, avec la difficulté supplémentaire qu’entre Gerunda et Barcino aucune station intermédiaire n’y est mentionnée. On s’accorde à considérer que la voie intérieure, mise en place à la fin du IIe s. av. J.-C., est la plus ancienne, ce que confirment indirectement les milliaires républicains trouvés dans les vallées nord-sud du Tenes et du Cangost. Ces milliaires correspondent à une ou plusieurs voies qui s’y raccordaient nécessairement35. Pour la voie littorale, le seul indice sûr est un milliaire d’Auguste trouvé en place à Villassar de Mar, et portant la mention Via Augusta, ce qui laisse à penser que la voie fut construite sous Auguste, en concordance avec la fondation de la colonie de Barcino. A notre connaissance aucune trace matérielle de la route n’a fait l’objet d’une étude, ni pour un tracé, ni pour l’autre36, et donc il n’existe pas d’évidence archéologique pour confirmer la date de construction, ni la période d’utilisation. Le développement de Barcino a compliqué encore la situation : en effet, le cheminement indiqué par les gobelets de Vicarello relie directement le Vallès (secteur de Granollers-Sabadell) au Penedès, en passant par Arragone identifié à Arraona, sur le coteau qui domine Sabadell, jusqu’à Ad Fines, que l’on situe habituellement près de Martorell. Notons que la mention de cette station d’Arragone au nom conservé est le seul indice crédible qui permet d’avancer qu’il s’agit bien du tracé intérieur… C’est à partir de cet indice que l’on peut supposer que l’itinéraire 396.1, qui énumère à peu près les mêmes stations, correspond lui aussi au tracé intérieur. Toutefois, il semble passer par Barcino, devenue Barcenone, avec une liaison Praetorium-Barcenone indiquée à 17 milles (22 km), ce qui est manifestement erroné (il y en a 26, soit 39 km), et peut s’expliquer, soit par une confusion avec Arragone37, soit parce que le compilateur a modifié l’itinéraire en oubliant de modifier aussi les distances. Dans un cas, une erreur de nom suffit à l’explication, dans l’autre il faut deux erreurs de distance. Nous ne sommes pas en mesure de trancher sur ce point, par contre on tient là l’explication de la différence des distances sur le tronçon Pyrénées-Tarragone : 185 milles pour le 387.4, 169 milles pour le 396.1. Ces 16 milles représentent le trajet supplémentaire qu’impose le passage par Barcelone38. Ce détour qui montre l’attraction exercée par Barcelone39 peut être interprété comme la désaffection du tracé littoral, et l’on s’attendrait à observer un écho du phénomène dans l’attention portée par les empereurs à l’entretien de la route. Hélas, il n’en est rien, les quelques informations fournies par les milliaires post-augustéens sur cette partie dédoublée de l’itinéraire sont inexploitables, par leur caractère trop hypothétique et souvent invérifiable, qu’il s’agisse du milliaire attribué à Caracalla sur la voie littorale (texte trop incertain, inscription perdue) ou de ceux de Castellbisbal et de Cangat, trop mal localisés. On ne peut pas non plus faire fonds sur les mentions de distances : l’itinéraire 387.4 mentionne 67 milles, là où le 396.1 n’en indique que 59 (en replaçant Gerunda à 12 milles de Aquae Voconae), mais on a vu que celui-ci est de toute façon erroné. Les corrections nécessaires faites, le passage intérieur mesure environ 100 km40. On ne peut se livrer au même exercice pour le passage littoral, puisqu’il n’est mentionné par aucun itinéraire, ce qui est plutôt troublant pour une voie au nom si prestigieux. Nous avons tenté de mesurer le tracé tel qu’il apparaît probable, et nous parvenons à 104 km (70 milles) : différence négligeable avec le tracé intérieur, qui ne permet pas de clarifier la situation… Ce qui ressort par contre avec certitude de cet examen, c’est que la source utilisée pour l’itinéraire 387.4 n’était pas la même que pour le 396.1, dont il ne reprend pas certaines erreurs ou omissions. Compte tenu de toutes ces données, le plus vraisemblable est que le rédacteur de l’itinéraire 387.4 a voulu faire court en omettant volontairement les stations intermédiaires entre Gérone et Barcelone, qui sont décrites ailleurs - dans le 396.1-, comme il l’avait déjà fait pour le tronçon Milan-Gap (voir plus haut, p. 000), à cette différence près qu’ici il n’y a pas de renvoi explicite à l’autre itinéraire… Nous inclinons donc pour l’utilisation du même tracé sur ce segment.

18Le segment suivant, de Barcenone (Barcelone) à Caesaraugusta (Saragosse) offre quelques solides points d’appui communs entre le 387.4 et le 448.2 (pris à l’envers) : Tarraco (Tarragone) Ilerda (Lerida) et Osca (Huesca), qui offrent la garantie d’une similitude d’ensemble du trajet. Mais on retrouve le caractère “abrégé” du 387.4, qui ne comporte que quatre stations intermédiaires au lieu de huit pour le 448.2, avec des étapes allant jusqu’à 62 milles. Sur les dix stations dont l’Itinéraire indique le nom, seules deux sont communes aux deux trajets. L’hypothèse de deux tracés différents, au moins sur certains segments, n’est donc pas irrecevable, et mérite examen.

  • 41 Roldán, 185, pl. VII. Castellvi et al., 1997, p. 134.
  • 42 Castellvi et al., 1997, p. 133-134. On a vu que Ad Fines n’est probablement pas à Santa Margarida p (...)

19Elle a été formulée pour le segment entre Barcino et Tarraco41 à propos de la station Stabulum Novum, qui indiquerait soit un trajet alternatif passant par le littoral, au contraire des autres itinéraires empruntant la vallée du Llobregat puis celle de l’Anoia pour revenir vers la côte par la dépression du Pénédès, soit un diverticule à cet itinéraire rejoignant le littoral à l’est de Cubelles. Cette proposition peut s’appuyer sur le fait que les distances indiquées ne sont pas les mêmes : là où 387.4 annonce 75 milles, 396.1 n’en donne que 67. En fait, la première possibilité nous semble exclue par la topographie : le massif de Garraf, à l’ouest de Barcelone représente un obstacle qui impose le contournement par le nord. La seconde est apparemment plus recevable, bien qu’elle implique un détour conséquent (18 km, soit 12 milles). Cependant on n’en perçoit guère l’intérêt pour le voyageur, elle ne s’appuie sur aucune évidence archéologique (milliaire ou vestige de chaussée), et la mesure des distance réelles à parcourir lui enlève pour finir toute crédibilité : en effet, compte tenu des vestiges observés (le pont de Martorell), qui attestent le passage par la vallée de l’Anoia, compte tenu des impératifs du terrain, qui délimitent un étroit couloir où devait passer la route, et malgré l’incertitude sur la position exacte des stations42, on peut vérifier les distances indiquées. On constate alors que la distance réelle à franchir est de 74 milles selon l’itinéraire indiqué par 396.1, alors que le détour littoral atteint 85 milles, ce qui en exclut l’éventualité. Quant à la différence entre la mesure sur le terrain et celle indiquée par le 396.1, elle s’explique à nouveau par la confusion relevée plus haut entre Arragone et Barcenone : en effet, cette dernière serait à 26 milles de Ad Fines (Gelida ?), et non à 20. Il ressort de tout celà que l’itinéraire 387.4 empruntait bien le même tracé que celui des autres itinéraires, et que Stabulum Novum devrait être située dans le voisinage de l’Arboc, d’après les distances indiquées, à peu près à égale distance entre Antistiana et Calfurnia. Le qualificatif de novum est indicateur d’un perfectionnement du réseau intervenu à une date qu’il n’est pas possible de préciser.

  • 43 Il y a 97 km par la route actuelle, dont il faut enlever le contournement de Valls.
  • 44 Contrairement à ce qu’avance G. Arias (Arias, 1968b).
  • 45 Castellvi et al. 1997, p. 122. Lostal, 1992, n° 47, p. 53-54.

20Pour le trajet Tarraco-Ilerda, il y a à nouveau une difficulté à propos des distances : le 387.4 indique 62 milles, soit 93 km, alors que le 448.2 (Asturica-Tarracone) ne donne que 48 milles (72 km), ce qui est manifestement erroné (il y a plus de 76 km à vol d’oiseau), compte tenu des sinuosités obligées du tracé pour franchir la Sierra de Les Guixeres ; c’est la première valeur qui est la bonne43, et il manque probablement une station dans la liste du 448.2. L’examen du paysage montre qu’il n’est guère vraisemblable qu’il y ait eu deux tracés44, sauf en ce qui concerne le tronçon de Tarragone à Montblanc : il y a une voie ancienne bien visible sur les orthophotos qui sort de Tarragone par le nord-ouest, puis s’oriente au nord, passe devant le site de Centcelles, et se dirige droit vers la gorge du Francolí, qui conduit à Montblanc par Le Pla de Les Fourques – hameau qui correspond aux 17 milles de Septimum Decimum, juste avant le passage de la cluse – et Vilaverd. Mais il existe une alternative un peu plus à l’est, correspondant à l’actuelle route N-240 de Tarragone à Montblanc par Valls – ville médiévale –, dont un tracé ancien franchit la Sierra de Los Guixeres par le Col Vell – qui correspond aussi aux 17 milles – et rejoint la route actuelle au nord de Lilla. Des recherches sur le terrain seraient nécessaires pour lever l’incertitude sur ce point. Ce qui est plus assuré est qu’il devait exister une route directe de Barcino à Ilerda, dont on a retrouvé un milliaire de Claude à Guimera45. Mais elle n’est pas mentionnée par l’Itinéraire

  • 46 Magallón, 1987, p. 60 (sur le dédoublement), p. 66-73 et p. 85-90.
  • 47 Avec une nuance : l’itinéraire 387.4 attribue un mille de moins au trajet Ilerda-Osca, mais un mill (...)

21A l’ouest de Lérida n’est visible qu’un seul tracé, celui décrit par A. Magallón, et sur lequel il n’y a pas à revenir, sauf pour quelques détails, non plus que sur la localisation des stations46. Cet auteur traite le problème de la « duplicité » de la voie, avec des arguments convaincants dont on retiendra les suivants, qui vont dans le sens d’une voie unique pour les deux itinéraires : d’abord ils indiquent des distances identiques (115 milles), ce qui serait peu probable en cas de tracés distincts47. Ensuite les observations sur le terrain, les découvertes effectuées tant pour les milliaires que pour les ponts et vestiges de route ne concernent qu’un seul et même tracé. Ce point est confirmé par les recherches aériennes récentes, notamment au sud-est de Huesca. Enfin, les stations énumérées par l’un et l’autre itinéraire se calent très bien les unes par rapport aux autres, sans que l’on observe de superposition, ce qui serait probablement le cas de deux tracés distincts. Sur quelques points, on peut avancer davantage : la mise en parallèle des stations en respectant l’échelle des distances (fig. 3) montre bien leur échelonnement le long de la route ; mais elle fournit en outre un élément d’explication à l’omission de certaines stations dans le 387.4 : elles étaient beaucoup trop rapprochées de la station choisie comme étape : ainsi pour Mendiculeia, à 10 milles seulement de Tolous, et Caum, littéralement coincée entre Tolous et Pertusa, à 9 milles chacune. Les stations retenues par le 387.4 sont bien, comme le souligne A. Magallón, des agglomérations relativement développées, occupant une position d’intérêt militaire et contrôlant les communications (passage de rivière, carrefour de routes), mais on doit remarquer que la position de la station par rapport à la route a pu jouer un rôle aussi : certaines au moins des stations écartées ne se trouvent pas directement sur le passage de l’axe ; s’y rendre représentait donc un détour, même modeste, et une perte de temps pour un voyageur pressé. C’est le cas pour Mendiculeia (700 m), et très probablement pour Caum (la voie passe à 1 km d’Ilche). Pour les deux autres stations, les éléments d’appréciation sont insuffisants. A l’inverse, la route passe à l’intérieur des stations retenues, ou les longe de très près.

22Le trajet de Caesaraugusta à Virovesca (Briviesca) offre plusieurs particularités par rapport aux segments précédents. Ici, chacun des deux itinéraires présente un faciès original : pour le 387.4, stations relativement nombreuses (six), aux éloignements très variables (de 7 milles à 50), alors que le 448.2 passe à un module d’écartement nettement plus important (environ 32 milles, avec seulement quatre étapes intermédiaires) et plus homogène (variation entre 28 et 36 milles). De plus, la distance totale n’est pas identique : le 387.4 affiche 161 milles, le 448.2 seulement 158. Enfin, parmi les 10 stations intermédiaires mentionnées, aucune n’est commune aux deux itinéraires, ce qui repose la question du dédoublement de façon plus pressante.

23Un examen de la topographie de cette partie de la vallée de l’Èbre montre que de Saragosse jusqu’à Calahorra, il n’y a pas place pour deux tracés dans le couloir de l’Èbre : côté nord, le large lit majeur du fleuve était dans l’Antiquité une zone infréquentable pour la circulation terrestre en raison des crues dévastatrices et des fréquents changements du cours ; côté sud, les massifs collinaires qui bordent la vallée imposeraient un cheminement pénible et tortueux. Par contre la zone au sud-ouest de Logroño autorise deux tracés, l’un plus calme mais plus long (de trois milles précisément) suivant l’Èbre jusqu’à l’actuelle Logroño, l’autre plus court mais plus tourmenté, qui sera détaillé plus loin. Plus à l’ouest, il n’y a plus qu’un tracé viable vers Briviesca qui permette de contourner par le nord les zones collinaires bordant la Sierra de la Demanda : par l’étroiture de Najera on accède à la plaine de la Rioja occidentale, et de là à la vallée du Tirón et aux collines de la Bureba orientale.

  • 48 Nous y avons intégré la station d’Allobone/Alagón, qui figure sur l’itinéraire 443.3 Item a Turasso (...)
  • 49 Balsione à Mallén, Cascantum à Cascante, Gracchuris à Alfaro, Calagurris à Calahorra, Vareia à Vare (...)

24En ce qui concerne les stations, un schéma comparatif à l’échelle est à nouveau utile (fig. 3). On y constate le bon échelonnement des stations avec une distance moyenne d’environ 15 milles48, avec cependant une étrangeté : Attiliana ne serait qu’à trois milles de Tritium Magallum. Pour l’identification et la localisation des stations, les situations sont diverses : huit sur les dix sont bien identifiées et localisées49, mais deux posent problème.

  • 50 Contrôle effectué le 28 août 2009 par Fr. Didierjean. Le ou les milliaires d’Agoncillo ont été trou (...)
  • 51 Contrôle effectué le 25 février 2010 par Fr. Didierjean et C. Petit-Aupert. Quelques tegulae, briqu (...)
  • 52 Une voie ferrée emprunte cependant ce dangereux tracé, sans doute par souci primordial d’éviter les (...)
  • 53 Ce cheminement emprunte des chemins de long parcours : Camino de Murillo a Arrubal, Camino de Alber (...)

25Compte tenu de ce qui a été dit du tracé, Attiliana doit être placée sur le parcours commun, un peu à l’ouest de Tritium, et le site de Hormilla, petit site d’oppidum où le passage de la route est attesté par les traces laissées dans le paysage, convient tout à fait, bien que l’on ne sache pas grand-chose de son potentiel archéologique. Mais elle est à 5 milles de Tricio, et non à 3. Barbariana est habituellement située, en raison de la parenté toponymique, à San Martín de Berberana, grosse ferme aux allures de château-fort qui se dresse au-dessus du fleuve sur un rebord de terrasse. Mais sur place il n’y a aucune trace d’occupation antique50 et des propriétaires du domaine affirment que la ferme actuelle a été construite de toutes pièces au milieu du XIXe s. Elle aurait pris son nom d’un ancien bâtiment dont il reste des ruines à 750 m au SSE. Une prospection récente a montré en effet des indices assez faibles mais indubitables - d’occupation antique à cet endroit51. Le problème est que un peu à l’est de San Martín il n’y a pas de passage pour la route antique : l’Èbre arrive jusqu’au massif collinaire de La Mesa/El Horcajo qui le domine de plus de 200 m par les falaises abruptes d’Aradón, et cette situation se prolonge sur plus de 4 km, jusqu’aux terrasses plus propices à la circulation qui conduisent à Alcanadre52. De là, la route pouvait gagner Calagurris en traversant les collines par un vallon commode, rejoignant les abords de l’Èbre au lieu-dit Camino de los Romanos. Il faut donc supposer que dans le secteur d’Aradón l’érosion fluviale et les changements de cours de l’Èbre ont fait disparaître la route antique. Dans ces conditions, la position de Barbariana correspond aux données que l’on peut déduire de l’Itinéraire, tant par rapport à Vereia (11 milles), que par rapport à Calagurris (17,3 milles observés pour 17 milles annoncés). Reste à rendre compte de la différence - de 2 milles - des distances indiquées entre Caesaraugusta et Verovesca : une explication possible serait l’existence d’une variante du tracé entre Barabariana et Attiliana : la route ne passerait pas par Vareia, mais prendrait une orientation ouest-sud- ouest, qui la conduirait, par Murillo de Río Leza et Alberite, jusqu’à une jonction avec le tracé nord à situer à l’ouest de Navarrete53. Comme cet itinéraire est un peu plus court que l’autre - de 2 à 3 km -, cela remettrait Attiliana à la bonne distance de Tricio (5 milles au lieu de 3). Toutefois cette conjecture demande confirmation sur le terrain.

  • 54 Moreno, 2001. Roldán, 1975, p. 182, pl. IV, indique cependant deux voies entre Barbariana et Verove (...)
  • 55 Ariño Gil, 2007, p. 61.

26A l’ouest d’Attiliana, il n’y a certainement plus qu’une route, dont le tracé a été établi récemment par I. Moreno et confirmé par des survols récents (fig. 4)54. On peut s’étonner que le 387.4 mentionne comme station Lybia, très proche de Segesamunclo ; c’est peut-être à rapprocher de la découverte récente par détection aérienne d’un petit camp militaire au pied de la ville en bordure de la voie55

  • 56 Bost, Didierjean, à paraître.
  • 57 Le 453.4 ne mentionne pas Dessobriga, mais il est admis depuis longtemps qu’il s’agit d’un oubli du (...)

27A partir de Verovesca, un troisième itinéraire s’ajoute aux deux précédents : le 453.4 De Hispania in Aequitania, qui décrit un trajet d’Asturica Augusta (Astorga) à Burdigala (Bordeaux). Cela fournit un instrument d’étude supplémentaire, au moins jusqu’à Lacobriga, station la plus occidentale mentionnée par les trois trajets. Alors que le 387.4 a été étudié en détail par I. Moreno jusqu’à la limite de la province de Palencia, c’est-à-dire un peu à l’est de Sahagún, le 453.4, baptisé par commodité « voie d’Aquitaine » a fait l’objet d’une recherche poussée qui est en cours de publication, et à laquelle a participé l’un d’entre nous56. On dispose donc d’éléments fiables pour apprécier l’unicité de la route, qui d’ailleurs ne pose problème qu’à partir de Lacobriga, comme on va le voir. D’une façon générale, on retrouve dans le 387.4 les caractères des segments 2 et 3 : peu de stations, éloignées de plus de 20 milles, correspondant à des villes d’une certaine importance ; une exception notable : le trajet Lancia-Legio, réduit à 9 milles. Les deux autres itinéraires sont très voisins entre eux, probablement issus de la même source, à en juger par l’identité des stations57, qui sont nombreuses et rapprochées, et par celle des graphies de leurs noms.

  • 58 En témoigne celui du Chemin de Saint Jacques, qui de Burgos à Carrión passe par Castrojeríz et From (...)

28La topographie de la région se prête diversement à des tracés multiples. Ceux-ci sont peu probables dans le secteur entre Briviesca et Sasamón : il faut d’abord franchir la ligne de hauteurs qui séparent le bassin de l’Èbre de celui du Duero, ce qui depuis Briviesca impose d’emprunter le couloir que forment les vallées de l’Oca puis du Cerratón, pour franchir le col de la Brújula, et suivre une des vallées qui rejoignent l’Arlanzón près de l’actuelle Burgos. De là il faut encore franchir un plateau très disséqué où seules de petites variantes de tracé sont possibles, avant d’arriver aux vastes étendues de la Tierra de Campos, où jusqu’à proximité de León les principaux obstacles à la circulation sont pour l’Antiquité des cours d’eau orientés nord-sud coulant dans des vallées faiblement encaissées, et des zones lagunaires facilement marécageuses et peu salubres. Ici, des tracés différents sont possibles58. Les caractères du paysage de cette zone, constitué de vastes champs cultivés, font qu’une voie ancienne fossilisée y a forcément laissé des traces visibles, notamment sur les cartes et les documents photographiques.

  • 59 Tritium est à Alto de Rodilla (Monasterio de Rodilla), sur le col de la Brújula ; Deobrigula est à (...)
  • 60 Elle est à chercher selon nous au nord ou au sud de la voie, à hauteur de Villamarco.
  • 61 Celui de Villanueva de Argaño a été trouvé en place (Abásolo, 1992). Ceux de Padilla de Abajo sont (...)
  • 62 Difficulté déjà évoquée à propos de la distance Tarracone-Ilerda.

29La plupart des stations de ce parcours sont identifiées et situées soit avec certitude (Segesamone/Sasamón), soit avec une probabilité satisfaisante59. Le seul problème est celui de Palantia, qui reste à localiser60. L’examen du schéma comparatif à l’échelle (fig. 6) permet de constater que les stations communes – Segesamone et Lacobriga – sont rigoureusement à la même distance pour chaque itinéraire, ce qui vient à l’appui de l’unicité de la route, les stations intermédiaires s’échelonnant régulièrement dans les intervalles. Les découvertes de milliaires61, les recherches sur les documents cartographiques et photographiques, ainsi que la détection aérienne, vont dans le même sens : les trois itinéraires passaient par une seule et même route jusqu’à Lacobriga. Par contre, après cette station, on peut avoir l’impression de tracés distincts, car les stations énumérées ne sont pas les mêmes, non plus que la destination : Legio pour l’un, Asturica pour les autres. Ici le tableau comparatif permet de voir qu’en réalité les stations continuent de s’intercaler assez régulièrement d’un itinéraire à l’autre, mais la comparaison est rendue difficile par l’incertitude sur la position de Viminacium : à 10 milles de Lacobriga pour le 448.2, 15 pour le 453.4. Or la distance réelle à vol d’oiseau est supérieure à 11 milles62 ! Nous proposons de corriger les 10 milles en 12 milles, ce qui correspond au tracé direct observé, qui suit la Calzada de los Peregrinos. Les 15 milles du 453.4 peuvent correspondre à une variante sud partant de Carrión vers le sud-ouest, vers Cervatos de la Cueza, pour revenir vers le nord par Quintanilla de la Cueza jusqu’à Castromuza. Les indices de cette variante sont la présence de la grande villa de la Tejada à moins de 700 m de la route, de toponymes de chaussée ancienne comme El Muelle (le môle) et Calzada de los Molinos, et le fait que la route royale moderne – actuelle N-120 – suit ce tracé, qui permet de contourner par le sud une zone très lagunaire, donc mal drainée et insalubre. Dans ces conditions, nous proposons de situer Viminacium (Castromuza) à 12 milles de Lacobriga, ce qui la met à égale distance de cette ville et de Camala (El Lagunal), comme c’est le cas sur le terrain. Mais cette petite divergence n’est qu’une variante, pas une voie différente.

  • 63 Bost, Didierjean, à paraître.

30Le dernier problème à évoquer est celui de la séparation entre l’itinéraire vers Legio et ceux vers Asturica. Intervenait-elle après Camala ou plus à l’ouest ? Pour le savoir, nous avons recouru à l’étude approfondie du paysage par la documentation et la détection aérienne. On observe en effet deux tracés anciens entre Sahagún et Mansilla de las Mulas, qui divergent juste avant Calzada del Coto : l’un, plus au sud, passe par Bercianos del Real Camino, El Burgo Ranero et Reliegos, et aboutit à Mansilla de las Mulas ; c’est l’actuel Camino “officiel”. L’autre, à environ 1 km au nord, traverse Calzada del Coto, puis Calzadilla de los Hermanillos, avant de passer au nord de Reliegos et d’aboutir au fleuve Esla à 1 km à l’est du précedent ! Il s’agit donc là aussi de variantes du même tracé, et la tradition locale considère – à juste titre selon nous – le tracé nord comme celui de la voie antique. Il n’y a aucun indice d’une autre voie au sud de la N-120. De plus, on a repéré récemment sur des photographies aériennes anciennes des éléments importants d’un tracé fossile qui depuis le pied du site de Lancia part vers le sud-ouest, passe par Mancilleros et Villa del Soto, puis se dirige vers l’ouest par Antimio de Arriba et Villar de Mazarife : c’est la route d’Astorga, commune au 448.2 et au 453.463. Donc la séparation d’avec le 387.4 s’effectue devant Lancia. C’est probablement pour bien marquer ce carrefour que le 387.4 mentionne celle-ci malgré sa proximité avec Legio, alors que pour les deux autres Lancia n’est pas retenue comme station car jugée trop proche de Palantia (10 milles, selon nos déductions). C’est Interamnium qui est l’étape suivante, à 14 milles.

31En conclusion, l’étude comparative détaillée des itinéraires qui se combinent avec le 387.4 fait ressortir qu’il s’agit bien d’une route unique, avec seulement la possibilité de quelques variantes mineures, qui, sauf dans un cas, ne portent pas sur la succession des stations, mais sur de petites portions du tracé.

3. La singularité du segment de Narbonne à León

32Les différents trajets décrits entre Narbonne et León par l’Itinéraire d’Antonin correspondent donc globalement à une route unique dans au moins quatre des cinq tronçons considérés ; pour le cinquième c’est seulement probable. Reste à expliquer l’origine de ces singularités : a-t-on utilisé une source différente, et peut-on par déduction en retrouver les caractéristiques et en tracer le “profil” ?

3. 1. Des itinéraires d’époques différentes ?

  • 64 Barruol, 1997, p. 16 et Mayer et Rodà, 1997, p. 114-115.
  • 65 Lostal, 1992, n° 16 (à Ilche), 17 (à Gallur), 21 et 38 (à Padilla de Abajo).

33Se pose d’abord la question de la chronologie : les voies suivies par l’itinéraire 387.4 sont anciennes. La via Domitia jusqu’aux Pyrénées et la via Augusta qui la prolonge au-delà, sont aménagées respectivement à la fin du iie siècle et la fin du ier siècle a.C.64. Elles suivent le tracé de l’ancienne « voie herculéenne ». À Tarraco, la voie qui s’écarte du littoral et pénètre dans la vallée de l’Èbre en direction de Caesaraugusta puis d’Asturica, est également aménagée dès l’époque augustéenne comme en témoignent plusieurs milliaires65. Des villes, des hameaux, des auberges, voire des postes administratifs jalonnaient cette voie. Mais la permanence de la voie n’implique pas celle des étapes routières. Or la succession d’étapes de l’itinéraire 387.4 est souvent complètement différente de celle livrée par les autres documents routiers. Cet itinéraire est-il le reflet d’une organisation du trafic différente, à une époque différente ?

  • 66 La composition a longtemps été située dans la première moitié du iiie siècle en raison du titre mêm (...)
  • 67 La ville accueillit régulièrement Constantin mais surtout Constance II, Gratien, Valentinien II, Th (...)
  • 68 Il n’est pas possible de considérer l’absence de l’épithète pia comme un indice de datation présévé (...)
  • 69 D’après Th. Barnes, cette réforme a débuté dès 293, subissant un certain nombre d’adaptations par l (...)
  • 70 Heurgon, 1952, p. 39-45 ; France, 2001, p. 140-149.

34Les sources les plus tardives utilisées par l’auteur de l’Itinéraire semblent dater de l’époque tétrarchique mais la composition de l’ouvrage doit être placée dans le courant du IVe siècle66. L’itinéraire de Mediolanum à Legio VII Gemina s’accorde assez bien avec cette datation. Rappelons que c’est à partir du milieu du iiie siècle que Milan commence à prendre une place politique et administrative importante. Gallien, en raison de la situation stratégique de cette ville, en fit une base arrière dans sa lutte contre les Barbares et les usurpateurs, mais c’est par la suite qu’elle devint une « capitale d’Empire » sous la Tétrarchie et pendant tout le ive siècle, quand la cour impériale s’installa dans la ville67. Elle fut donc le lieu de séjours impériaux réguliers. C’est donc logiquement que l’auteur a choisi de placer Milan au cœur du réseau de voies qu’il décrit et de faire ressortir ainsi l’importance de cette ville. Cependant la place donnée à Milan nous renseigne sur la date de composition de cet itinéraire inter-provincial, et non pas sur celle de la rédaction de telle ou telle partie – puisqu’il s’agit d’un itinéraire reconstruit, rappelons-le. Pour le segment Narbonne-León, les indices sont faibles : la mention de Legio VII Gemina indique une rédaction après l’époque flavienne68. Le document précise que Legio est dans la province de Gallaecia, ce qui situe cet itinéraire après la réforme provinciale de Dioclétien et donc en 298 au plus tôt69. Cependant, cette précision apparaît seulement dans le titre de l’itinéraire et non dans le corps, elle pourrait donc être un apport de l’auteur au moment de la recomposition de celui-ci. La date de rédaction de la partie entre Narbonne et León n’est donc pas connue. En datation relative, un indice vient des gobelets de Vicarello70, dont la fabrication est traditionnellement placée à l’époque augustéenne, et qui indique entre Narbonne et Tarragone une succession d’étapes très proche de celle de l’itinéraire 396.1, alors que celle du 387.4 est toute autre, ce qui peut sous-tendre une utilisation à des époques différentes. Les stations communes seraient les étapes pérennes que constituaient par exemples les passages géographiques obligés ou les grandes villes, alors que les étapes « singulières », mentionnées par l’un ou l’autre des itinéraires, et non les deux, ne seraient que des étapes qui seraient apparues entre les deux états de la description. Ainsi le nom de Stabulo Novo semble désigner une installation nouvelle, postérieure à l’état décrit par le 396.1 et les gobelets de Vicarello.

  • 71 Sur les 56 stations énumérées par les diverses sources considérées, seulement 14 peuvent être consi (...)
  • 72 Par exemple Salsulae, Iuncaria, Tolous, Lybia, Camala.

35L’archéologie des stations routières n’est pas non plus d’un grand secours sur cette question de la chronologie. Pour la plupart d’entre elles, on ne dispose même pas d’une localisation assurée71, et les stations “singulières”, quand elles sont localisées, ne sont pas fouillées, ou si peu72. Aucun site de cette catégorie ne paraît avoir fait l’objet d’un abandon significatif qui pourrait fournir un jalon chronologique pour l’un ou l’autre des itinéraires concernés. Donc rien ne permet de dire que les différences de séquencement correspondent à des périodes distinctes d’utilisation ; au contraire, l’absence d’évolution des conditions techniques de la circulation terrestre du début à la fin de l’Empire Romain rend cette hypothèse peu vraisemblable. Il faut donc chercher ailleurs, peut-être dans le mode d’utilisation de la route qui pouvait conduire au choix d’étapes de natures différentes.

3. 2. Des itinéraires de natures différentes ?

  • 73 W. Kubitschek a depuis longtemps défendu le caractère non officiel de l’Itineraire d’Antonin (Kubit (...)
  • 74 Talbert, 2007, p. 263-269.

36La nature de l’Itinéraire d’Antonin et des étapes qu’il mentionne est une question discutée. Elle a opposé les partisans d’un document réalisé par un particulier à ceux qui pensaient y voir une archive administrative73. La difficulté est surtout de ne pas confondre le document et ses sources. Si, au moins en raison de ses oublis et incohérences, l’ouvrage ne peut raisonnablement pas être considéré comme un produit direct de l’administration, il est bien possible que son auteur ait fait partie de celle-ci, et qu’il ait disposé d’une documentation en provenant, parmi d’autres sources d’autres origines74. Et bien sûr on pense à l’armée, grande utilisatrice des voies romaines.

  • 75 Roldán, 1975, p. 38-39.
  • 76 Sillières, 2007, p. 388-389
  • 77 Végèce, Mil. 3.6.
  • 78 A l’époque de rédaction de cet itinéraire, le camp abritait encore des militaires ainsi que le sign (...)
  • 79 La localisation de la statio de bénéficiaires de Segisamone est connue par l’inscription CIL, II, 2 (...)
  • 80 Christol et Le Roux, 1985, p. 21.
  • 81 AE, 1976, 337. Le Roux 1982, p. 119.
  • 82 Cf. Navarro, 1990, p. 217-226 ; Palao, 2006, p. 301-303.
  • 83 Espinosa, 1990, p. 9-11. Pascual Fernández, 1983, p. 131. Il s’agirait d’un détachement de la Legio (...)
  • 84 It. Ant. 354.2, sur un itinéraire de Mediolanum à Mogotiacum, à proximité du Castellum Matiacorum.
  • 85 It. Ant., 330.6.
  • 86 It. Burd., 603.3 : mutatio Ad Stabulodio.
  • 87 Kolb, 2000, p. 211-212 et n. 4. Apulée semble désigner le terme comme un lieu d’étape habituel pour (...)
  • 88 CTh., 7.8.5 (6 février 398).
  • 89 Un édit de Valentinien de 377 indique que les stabula (de la poste impériale) doivent être construi (...)

37La singularité de l’itinéraire de Mediolanum à Legio VII Gemina, marquée par la spécificité de son point de départ (une résidence impériale) et de son lieu d’arrivée (une garnison), n’avait pas échappé à J. M. Roldán qui s’interrogeait sur l’hypothèse d’un itinéraire stratégique à finalité militaire repris au sein de cette compilation75. Il n’est pas possible d’accepter globalement cette idée car nous avons vu que cet itinéraire était une recomposition réalisée par l’auteur à l’aide d’au moins deux sources différentes. Néanmoins, la question mérite d’être examinée de près pour le segment Narbonne-León, où divers indices montrent que la proposition de J. M. Roldán n’est peut-être pas dénuée de tout fondement : l’utilisation d’une source singulière entre Narbonne et León a bien été mise en évidence dans les lignes précédentes. Par ailleurs, ce segment se développe dans la vallée de l’Èbre qui est un axe stratégique bien connu, où la voirie fut l’objet d’une attention régulière et soutenue de la part de l’administration76. On sait par le témoignage de Végèce77 que l’armée disposait d’itinéraires mentionnant les distances entre les étapes et donnant aussi des informations sur la qualité des voies. Il est vraisemblable qu’étaient privilégiées les stations où il y avait une présence militaire permanente, et le segment Narbonne-León en comporte plusieurs : le camp de la legio VII Gemina constitue l’étape militaire la plus manifeste78. La station de bénéficiaires de Segisamo et celle plus hypothétique de Iuncaria ont également abrité des militaires mais elles sont communes aux autres itinéraire79. En revanche, quatre étapes singulières du 387.4 ont abrité des militaires : la première est Calagurris. La ville, ou ses environs, fut au ier siècle apr. J.-C. le lieu de cantonnement d’une unité de cavalerie auxiliaire, l’ala Tauriana Torquata80. La seconde est Vereia où une inscription atteste la présence d’un militaire en service81. La troisième est Tritium Magallum (actuelle Tricio) qui a livré une importante collection d’épitaphes funéraires de militaires et vétérans, entre le début du IIe et le IIIe siècles82. La quatrième est Lybia, où a été détecté, rappelons-le, un petit camp, pour lequel on ne dispose pas encore d’éléments chronologiques. En outre, Vereia a livré une inscription de légionnaire qui pour certains auteurs serait l’indice de l’existence temporaire d’un campement militaire83. Deux étapes mentionnées dans le parcours de cet itinéraire sont également à relever : Ad Stabula et Stabulum Novum. Ce terme est assez peu fréquent dans l’Itinéraire d’Antonin. Deux autres étapes sont désignées ainsi : l’une, Stabulis, en Germanie Supérieure sur le limes84 et l’autre en Thrace, Estabulo Diomedis, sur un itinéraire d’Hydruntum à Byzance clairement daté de l’époque tétrarchique par la mention de Dioclitianopolis85. Elle est par ailleurs également désignée comme une mutatio dans l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem86. Ces stabula pouvaient être de simples étables, ou hôtelleries, sans caractère spécifiquement militaire destinées aux repos des animaux et des voyageurs. Mais il est certain que leur fonction première était d’abriter des bêtes utilisables pour le trafic routier. D’ailleurs, leur utilisation par les militaires apparaît clairement dans les sources87. Un édit d’Arcadius et Honorius indique également que certains corps de bâtiments peuvent être réquisitionnés pour servir de stabula aux militaires88 et l’État a pris soin de veiller à leur entretien89.

  • 90 It. Ant., 390.1. Cependant, entre Narbonne et les Pyrénées s’est glissée une importante erreur, sur (...)
  • 91 It. Ant., 392.1, 394.5, 392.2, 391.2 et 390.5.
  • 92 Kolb, 2000, p. 308-320. Voir également les nombreux exemples rassemblés par Chevallier, 1972, p. 22 (...)
  • 93 Tacite, Hist. 1.56. Pline l’Ancien et Valère Maxime rappellent le déplacement de Tibère de Pavie en (...)
  • 94 Cuvigny, 2005, p. 17.
  • 95 Cuvigny, 2005, p. 6.
  • 96 Talbert 2007, p. 263-264, suggère que ce type de source a pu s’immiscer au sein de la compilation e (...)

38La mention de ces stabula souligne que l’itinéraire était emprunté par des cavaliers et par des équipages, et qui souhaitaient avancer vite, qu’ils soient militaires ou non. En effet on a déjà relevé qu’entre Narbonne et León, les étapes étaient longues. Non seulement le parcours se développe sur une distance de 757 milles en 25 étapes soit un module important de 30 milles entre deux relais, mais en outre les étapes atteignent parfois des distances considérables, notamment au départ ou à l’arrivée des étapes mentionnées comme des stabula. Ainsi l’étape entre Salsulis (Salses) et Ad Stabulum est de 48 milles90 et la distance de Barcino à Stabulo Novo, de 51 milles. D’autres étapes mesurent encore 46, 47, 50, 62 voire 67 milles91. Selon les estimations des historiens modernes92, dans l’Antiquité les parcours journaliers sont de 20 milles pour les déplacements à pied, de 24 milles avec un moyen de transport ; ils peuvent atteindre 50 à 60 avec un échange régulier de moyen de transport, mais certaines étapes journalières de 200 milles sont enregistrées dans les sources, en particulier celle d’un porte-enseigne qui parcourut la distance de 108 milles en une demi-journée93. Le moyen de transport le plus rapide était alors le cheval de selle. Les ostraka du praesidium de Krokodilô, qui enregistrent les activités de la poste militaire dans le désert oriental d’Égypte, dont les heures de départ et d’arrivée des courriers, permettent d’estimer qu’un cavalier couvrait la distance de 20 km, selon le rythme adopté, entre deux et trois heures94. Selon ces estimations, il aurait donc été possible de couvrir la distance de 40 milles entre 6 et 9 heures et celle de 50 entre 8 et 12 heures dans les conditions probablement difficiles du désert égyptien. Les longues étapes enregistrées par l’itinéraire de Narbonne à León pouvaient donc aisément être parcourues dans la journée par un cavalier. Comme les liens entre cet itinéraire et l’armée ont été évoqués, faut-il en conclure que la succession d’étapes reproduite par l’auteur de l’Itinéraire d’Antonin entre Narbonne et Legio VII Gemina était une liste de stations de la poste militaire ? C’est un pas trop difficile à franchir. Si ces longues étapes peuvent être parcourues dans une longue journée, elles nécessitent des relais pour changer de monture. Les praesidia du désert de Bérénice qui servaient de relais à cette poste militaire sont en moyenne espacés de 23 km soit 15 milles95. Si l’itinéraire 387.4 entre Narbonne et Legio VII avait enregistré ces relais, il y en aurait bien davantage. Au contraire l’itinéraire 396.1 recense des étapes bien plus rapprochées. Il se pourrait donc que l’itinéraire 387.4 enregistre seulement les étapes quotidiennes que pouvait atteindre un voyageur pressé, en privilégiant celles où il pouvait à coup sûr trouver une monte ou un attelage nouveaux. Il constituerait alors la trace d’une liaison périodique destinée à atteindre rapidement Legio, à moins qu’il ne s’agisse d’une sorte de « feuille de route » enregistrant le déplacement effectué un jour par un cavalier de l’armée, fugace vestige, qui, pour une raison ignorée, aurait été inséré dans cette compilation d’itinéraires96 ? Les sources manquent pour le confirmer.

39Cette étude tend à confirmer, s’il en était besoin, que l’Itinéraire d’Antonin est un document d’une grande complexité, fruit d’une recomposition à partir de sources très différentes. Il en résulte que parfois le même trajet semble parcouru par deux routes différentes. L’étude approfondie de l’itinéraire de Milan à León a permis de constater qu’à part le léger doute subsistant pour le trajet entre Gérone et Barcelone, et la variante possible qui évite Vereia, c’est la même route qui est décrite sous des jours très changeants, comme entre Saragosse et León. L’explication en est probablement que les matériaux qui ont servi à rédiger l’ouvrage étaient d’origine et de nature hétérogènes, voire hétéroclites (administration, armée, simples particuliers) et adaptés à des modes d’utilisation de la route bien différents : déplacements lents par petites étapes, ou circulation cavalière rapide à l’usage des militaires, voire « feuilles de route » établies par un voyageur au hasard de ses étapes en sont quelques exemples que nous suggère l’information disponible.

Haut de page

Bibliographie

Abásolo Álvarez, J. A., 1973, Dos miliarios inéditos en Padilla de Abajo, provincia de Burgos, Durius, I, 2, 3, p. 49-352.

Abásolo Álvarez, J. A., 1975, Comunicaciones de la época romana en la provincia de Burgos.

Abásolo Álvarez, J. A., 1992, El miliario de Villanueva de Argaño y el recorrido de la « Via Aquitana » entre Deobrigula y Segisamo, Zephyrus, XIV-XV, p. 389-404.

Albertini, E., 1923, Les divisions administratives de l’Espagne romaine, Paris.

Alföldy, G., 1985, Hispanien und das römische Heer, Gerión, 3, p. 379-410.

Arce, J., 1982, El último siglo de la España romana, 284-409, Madrid.

Ariño Gil, E. et Novoa, C., 2007, Fotografía aérea en la Rioja Alta, Revista de Arqueología, 315, p. 54-63.

Arias, G., 1968a, Itinerarios romanos del Pirineo a Zaragoza, El Miliario Extravagante, 14, p. 388-403.

Arias, G., 1968b, El triangulo Tarraco – Osca – Caesaraugusta, El Miliario Extravagante, 14, p. 410-420.

Ariño Gil, E., Lanzarote, M.P., Magallón, M.A. et Martín Bueno, M., 1997, Las vías De Italia in Hispanias y Ab Asturica Terracone, dans G. Castellví et al. (éd.), Voies romaines du Rhône à l’Èbre : Via Domitia et Via Augusta, (DAF, 61), Paris, p. 246-257.

Arnaud, P., 1993, L’Itinéraire d’Antonin : un témoin de la littérature itinéraire du Bas- Empire, Geographia antiqua, 2, p. 33-49.

Arnaud, P., 1998, Les toponymes en -iana/-ianis des itinéraires : des villes de Ptolémée aux grands domaines ?, dans P. Arnaud et P. Counillon (éd.), Geographica Historica, Bordeaux, p. 201-224.

Barnes, T. D., 1982, The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge-Londres.

Barnes, T. D., 1996, Emperors, panegyrics, prefects, provinces and palaces (284-317), JRA, 9, p. 532-552.

Barruol, G. 1997, Présentation de la via Domitia, dans G. Castellvi et al. (éd.), Voies romaines du Rhône à l’Èbre : Via Domitia et Via Augusta, (DAF, 61), Paris, p. 16-21.

Bost, J.-P., 1998, Les routes d’Aquitaine dans les itinéraires antiques, dans P. Arnaud et P. Counillon (éd.), Geographica Historica, Bordeaux, p. 225-238.

Bost, J.-P. et Didierjean, F., à paraître, La Voie d’Aquitaine, Bordeaux.

Calzolari, M., 1996, Introduzione allo studio della Rete Stradale dell’Italia Romana : L’Itinerarium Antonini, Atti della Academia Nazionale dei Lincei (Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche), Memorie, s. 9, v. 7, fasc. 4, p. 369-520.

Cantino Wataghin, G., 1996, Quadri urbani nell’Italia settentrionale : tarda antichità e alto medioevo, dans Cl. Lepelley (éd.), La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale. De la fin du iiie siècle à l’avènement de Charlemagne. Actes du colloque de Paris X-Nanterre (Paris, 1993), Paris. 1996, p. 239-271.

Carrié, J.-M. et Rousselle, A., 1999, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin (192-337), Paris.

Castellvi, G., Comps, J.-P., Kotarba, J. et Pezin, A. (dir.), 1997, Voies romaines du Rhône à l’Èbre : Via Domitia et Via Augusta, DAF, 61, Paris.

Chevallier, R., 1972, Les voies romaines, Paris.

Christol, M., 1997, L’Empire romain du iiie siècle : Histoire politique 192-325 après J.-C., Paris.

Christol, M. et le Roux, P., 1985, L’aile Tauriana Torquata et les relations militaires de l’Hispania et de la Maurétanie Tingitane entre Claude et Domitien, Antiquités africaines, 21, p. 15-33.

Cuvigny, H., 2005, Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation. O. Krok. 1-151. Praesidia du désert de Bérénice, Le Caire.

Espinosa, U., 1990, Vareia. Enclave romano en el Valle del Ebro, catalogue d’exposition, Logroño.

France, J., 2001, Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain, Rome.

Gómez-Pantoja, J., 1992, La estación de Segisamo, Gerión, 10, p. 259-273.

Grenier, A., 1934, Manuel d’archéologie gallo-romaine, 2, l’archéologie du sol, les routes, Paris.

Heurgon, J., 1952, La date des gobelets de Vicarello, REA, 54, p. 39-50.

Kolb, A., 2000, Transport und Nachrichtentransfer im Römischen Reich, Berlin.

Kubitschek, W., 1902, Eine römische Strassenkarte, JÖAI, 5, p. 20-96.

Kubitschek, W., 1916, Itinerarien, RE, 9.2, col. 2307-2363.

Le Roux, P., 1982, L’Armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris.

Löhberg, B., 2006, Das « Itinerarium provinciarum Antonini Augusti » : ein kaiserzeitliches Strassenverzeichnis des Römischen Reiches : Überlieferung, Strecken, Kommentare, Karten, Berlin. loStal PRoS, J., 1992, Los miliarios de la provincia de Tarraconense, Saragosse.

Magallón, A, 1987, La red viaria romana en Aragón, Saragosse.

Miller, K., [1916] 1964, Itineraria romana, Rome.

Mayer, M. et Rodà, I. 1997, La via Augusta des Pyrénées à l’Èbre. Introducción, dans G. Castellví et al. (éd.), Voies romaines du Rhône à l’Èbre : Via Domitia et Via Augusta, DAF, 61, Paris, p. 114-125.

Moreno Gallo, I., 2001, Descripción de la vía romana de Italia a Hispania en las provincias de Burgos y Palencia, Salamanque.

Muñoz Villarejo, F., Campomanes Alvaredo, E. et Álvarez Ordás, J. C., 2002, El periodo tardoantiguo en la Ciudad de León. Reformas en algunas estructuras altoimperiales, dans A. Morillo Cerdán (éd.), Arqueología militar romana en Hispanía (Anejos de Gladius, 5), Madrid, p. 651-659.

Navarro Caballero, M., 1990, Una guarnición de la legión VII Gemina en Tritium, Caesaraugusta, 67, p. 217-226.

Nelis-Clement, J., 2000, Les beneficiarii : militaires et administrateurs au service de l’Empire (ier s. a.C. - vie s. p.C.), Bordeaux.

Palao Vicente, J. J., 2006, Legio VII Gemina (Pia) Felix, estudio de una legión romana, Salamanque.

Pallí Aguilera, F., 1985, La Vía Augusta en Cataluña, Bellaterra.

Pascual Fernández, J. M., 1983, La cronología de Vareia (Varea, Logroño), Cuadernos de Investigación de Historia, 9-1, p. 127-134.

Reed, N., 1978, Pattern and Purpose in the Antonine Itinerary, AJPh, 99.2, p. 228-251. RiCo, Chr., 1997, Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (IIIe s. av.-IVe s. apr. J.-C.), Madrid.

Rivet, A.L.F. et Smith, C., 1979, The Places-names of Roman Britain, Londres.

Roldán Hervas, J. M., 1975, Itineraria hispana. Fuentes antiguas para el estudio de las vías romanas en la Península Ibérica, Madrid.

Seston, w., 1946, Dioclétien et la Tétrarchie, Paris.

Sillières, P., 1990, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Paris.

Sillières, P., 2007, Les communications routières et fluviales en Hispanie : l’exemple de l’axe Èbre-Douro, dans M. Navarro Caballero et J.J. Palao Vicente (éd.), Villes et territoires dans le bassin du Douro à l’époque romaine, Actes de la table ronde internationale (Bordeaux, 2004), Bordeaux, p. 381-394.

Talbert, R. J. A., 2007, Author, audience and the Roman empire in the Antonine Itinerary, dans R. Haensch et J. Heinrichs (éd.), Herrschen und Verwalten : der Alltag der römischen Administration in der Hohen Kaiserzeit, (Kölner historische Abhandlungen, 46), Köln/Wien, p. 256-270.

Van Berchem, D., 1937, L’annone militaire dans l’Empire romain, Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, S. 8, 10, p. 117-202.

Van Berchem, D., 1973, L’itinéraire Antonin et le voyage en Orient de Caracalla, CRAI, p. 123-126.

Wesseling, P., 1735, Vetera Romanorum Itineraria, Amsterdam.

Haut de page

Annexe

Fig. 1. L'itinéraire De Italia in Hispanias (387.4) : tracé, stations importantes. Les interruptions du tracé marquent les limites des segments identifiés.

Fig. 1. L'itinéraire De Italia in Hispanias (387.4) : tracé, stations importantes. Les interruptions du tracé marquent les limites des segments identifiés.

Fig. 3. Diagramme comparatif montrant à l'échelle, pour certains segments, la succession des stations sur l'itinéraire 387.4 et sur un ou plusieurs autres itinéraires (1 mille = 1480 m).

Fig. 3. Diagramme comparatif montrant à l'échelle, pour certains segments, la succession des stations sur l'itinéraire 387.4 et sur un ou plusieurs autres itinéraires (1 mille = 1480 m).

Légende : 1 - station mentionnée sur l'itinéraire. 2 - position d'une station mentionnée sur un autre itinéraire. 3 - Distance entre deux stations mentionnées (en milles). 4 - Distance restituée entre deux stations d'itinéraires différents (en milles).

Fig. 2. Tableau comparatif de l'itinéraire 387.4 avec les autres sources décrivant les mêmes axes de circulation.

Fig. 2. Tableau comparatif de l'itinéraire 387.4 avec les autres sources décrivant les mêmes axes de circulation.

Fig. 4 : La voie à hauteur de Lybia (Herramelluri).

Fig. 4 : La voie à hauteur de Lybia (Herramelluri).

La chaussée fossilisée (flèches) apparaît en clair dans des champs de céréales en croissance, elle survit par endroits comme chemin rural. Elle passe au pied de Lybia (cercle). Le petit camp militaire détecté récemment en est tout proche (non visible, emplacement signalé par le carré).

Cl. F. Didierjean, 20 mai 2008.

Haut de page

Notes

1 Sur ce document, l’étude fondamentale reste celle de W. Kubitschek (Kubitschek, 1902). Les propositions originales de D. Van Berchem et N. Reed sont discutées (Van Berchem, 1937 et 1973, Reed, 1978). P. Arnaud a développé une interprétation renouvelée de ce document (Arnaud, 1993). Des analyses régionales ont été produites par J. M. Roldán pour l’Hispanie (Roldán 1975, p. 19-105), par A. L. F. Rivet et C. Smith pour la Bretagne (Rivet et Smith, 1979, p. 150-182) ou encore par M. Calzolari pour l’Italie (Calzolari, 1996). B. Löhberg a récemment présenté une vision d’ensemble (Löhberg, 2006). R. Talbert s’est plus particulièrement intéressé à l’auteur du document (Talbert, 2007).

2 It. Ant., 387.4-395.4. Les itinéraires sont désignés ici selon la nomenclature établie par Wesseling pour la première édition moderne de l’ouvrage (Wesseling, 1735). Chacun est désigné par la référence de sa première étape. Le 387.4 correspond à l’itinéraire 1 de la numérotation traditionellement utilisée en Espagne (Roldán, 1975, p. 35-36).

3 Si l’on considère seulement les données de l’Itineraire. Elle se réduit à 15 sur le trajet documenté par les gobelets de Vicarello.

4 Arnaud, 1993.

5 Reed, 1978, p. 250-251 ; Calzolari, 1996, p. 376-389 et Talbert, 2007, p. 256-257.

6 P. Arnaud souligne les exemples des itinéraires de Rome à Hierasycaminos en Egypte (It. Ant., 123.8- 162.4) et de Pannonie en Gaule (It. Ant, 241.1-256.3) (Arnaud, 1993, p. 39).

7 Arnaud 1993, p. 39-40. Ce sont les « backbone routes » décrites par Talbert, 2007, p. 261-262.

8 Il faut entendre par là la succession des étapes et l’écart moyen qui les sépare.

9 Un segment est ici un ensemble de stations au séquencement homogène.

10 It. Ant. 387.6 : mansionibus supra scriptis.

11 It. Ant., 339.7-344.2.

12 Tab. Peut., 3.2. et CIL, IX, 3281-3284.

13 Par exemple It. Ant., 339.6, 344.3, 346.10, 350.4, 356.1 ou 387.5.

14 Déjà pointé par Arnaud, 1998, p. 42 et n. 47 et Bost, 1998, p. 227-228.

15 Elle devient alors résidence impériale, et le reste jusqu’en 402. Cf. p. 358.

16 It. Ant., 339.6 à 344.2. Catulaca, Fines, Glanum et Enagino ne sont pas mentionnés (fig. 2).

17 La lacune de 5 milles existant entre Cavellione et Arles pourrait être le résultat d’une mauvaise transcription. Le fait n’est pas inhabituel : ainsi le manuscrit D indique une distance de 20 et non de 30 milles entre Cavellione et Arelate.

18 La seule discordance réside dans les distances : le total indique 110 milles pour le 387.4 contre 101 d’après le total des milles mentionnés par l’itinéraire 396.1.

19 Entre Narbonne et Tarraco, il est possible de comparer le parcours avec l’itinéraire 396.1 d’Arles à Castulo qui est conforme avec les données de la Table de Peutinger et des gobelets de Vicarello. Entre Tarraco et León la comparaison est possible avec l’itinéraire 448.2 d’Asturica à Tarraco et 453.5 d’Asturica à Burdigala ainsi qu’avec des fragments de la Cosmographie (fig. 2).

20 C’est-à-dire qui ne sont mentionnées que par un itinéraire, alors que les autres sources l’ignorent.

21 Alors que c’était le cas pour le tronçon entre Arles et Narbonne.

22 Cf. CIL, II, 2915. AE, 1976, 325b ou AE, 1992, 1035.

23 It. Ant. 422.2 (voie sud), 427.4 (voie nord, le texte précise « item alio itinere »), et 429.5 (passage par Lucus Augusti).

24 It. Ant. 456,6.

25 Roldán, 1975, p. 38-41.

26 Arias, 1968b.

27 Roldán, 1975, p. 96 (tableau) et 185, pl. VII (carte).

28 Ariño et al., 1997, p. 246 et 255.

29 Ariño et al., 1997, p. ?249.

30 Arias, 1968a, soutient que le 387.4 passait par la côte et le 396.1 par l’intérieur.

31 Castellvi et al., 1997, p. 23-57. Il y a bien un dédoublement sur quelques kilomètres au passage des Pyrénées, mais cela n’a pas d’incidence sur notre propos : toutes les sources indiquent un passage par Ad Pireneum, c’est-à-dire par Panissars.

32 Rico, 1997, p. 200.

33 Il convient de signaler, pour la partie espagnole de l’étude, l’aide précieuse qu’apportent à ceux qui étudient les routes anciennes les cartes et orthophotos du SIGPAC, avec leurs possibilités de localisation et de mesure des distances et des surfaces.

34 Palli, 1985 ; Castellvi et al., 1997, p. 113 et 141.

35 Castellvi et al., 1997, p. 114.

36 A l’exception de Villassar de Mar, où le milliaire fut trouvé contre un mur qui avait un paralléle à 9 m de là, mais entre les deux il n’y avait pas de chaussée, la voie était en terre (Lostal, 1992, p. 16).

37 C’est l’opinion de F. Palli (Palli, 1985, p. 55 et 69). En effet les trois gobelets de Vicarello qui citent Praetorium indiquent tous 17 milles de là à Arragone.

38 Praetorium-Fines par Arragone représentent 37 milles (55 km), Praetorium-Fines par Barcenone s’évaluernt à 79 km, soit 53 milles. Il paraît très douteux que Ad Fines soit à Santa Margarida en face de Martorell : distance incorrecte et pas d’occupation nette avant le ive siècle. Nous nous sommes basés sur la proposition de F. Palli de la situer à Gelida ou à proximité, ce qui correspond aux distances indiquées, mais aussi à la position géographique : on est aux frontières d’un « pays » (le Penedès) qui était autrefois le territoire des Cosetani.

39 Il s’agit en fait d’un phénomène de capture, rare sur cette distance, car le détour représente 24 km supplémentaires.

40 Selon les distances annoncées par l’Itinéraire (67 milles). Un essai de mesure sur le terrain, à partir des orthophotos du SIGPAC, aboutit à une distance très proche (69 milles).

41 Roldán, 185, pl. VII. Castellvi et al., 1997, p. 134.

42 Castellvi et al., 1997, p. 133-134. On a vu que Ad Fines n’est probablement pas à Santa Margarida près de Martorell, mais plutôt à Gelida ou à proximité. Palfuriana devait être près de la gare de Comaruga (El Vendrell). Mais les localisations de Antistiana et Stabulum Novum sont très incertaines.

43 Il y a 97 km par la route actuelle, dont il faut enlever le contournement de Valls.

44 Contrairement à ce qu’avance G. Arias (Arias, 1968b).

45 Castellvi et al. 1997, p. 122. Lostal, 1992, n° 47, p. 53-54.

46 Magallón, 1987, p. 60 (sur le dédoublement), p. 66-73 et p. 85-90.

47 Avec une nuance : l’itinéraire 387.4 attribue un mille de moins au trajet Ilerda-Osca, mais un mille de plus au trajet Osca-Caesaraugusta : un indice supplémentaire de la multiplicité des sources utilisées.

48 Nous y avons intégré la station d’Allobone/Alagón, qui figure sur l’itinéraire 443.3 Item a Turassone Caesaraugustam, à 20 milles de Saragosse.

49 Balsione à Mallén, Cascantum à Cascante, Gracchuris à Alfaro, Calagurris à Calahorra, Vareia à Varea près de Logroño, Tritium à Tricio, Lybia près de Herramelluri, Segesamunclo à Cerezo de Riotirón.

50 Contrôle effectué le 28 août 2009 par Fr. Didierjean. Le ou les milliaires d’Agoncillo ont été trouvés plus à l’ouest : Lostal, 1992, p. 143. Espinosa, 1990, p. 42-44.

51 Contrôle effectué le 25 février 2010 par Fr. Didierjean et C. Petit-Aupert. Quelques tegulae, briques antiques, deux tessons de TSH, une dizaine de fragments de céramique de tradition ibérique.

52 Une voie ferrée emprunte cependant ce dangereux tracé, sans doute par souci primordial d’éviter les pentes.

53 Ce cheminement emprunte des chemins de long parcours : Camino de Murillo a Arrubal, Camino de Alberite a Murillo, Cañada de Carravieja, Pasada de los Peregrinos.

54 Moreno, 2001. Roldán, 1975, p. 182, pl. IV, indique cependant deux voies entre Barbariana et Verovesca, en plaçant cependant Vereia au même endroit que Barbariana.

55 Ariño Gil, 2007, p. 61.

56 Bost, Didierjean, à paraître.

57 Le 453.4 ne mentionne pas Dessobriga, mais il est admis depuis longtemps qu’il s’agit d’un oubli du copiste, qui a « sauté » une ligne : Abásolo, 1975, p. 77-78.

58 En témoigne celui du Chemin de Saint Jacques, qui de Burgos à Carrión passe par Castrojeríz et Fromista, largement au sud de la route antique.

59 Tritium est à Alto de Rodilla (Monasterio de Rodilla), sur le col de la Brújula ; Deobrigula est à Tardajos, Dessobriga à Las Cuestas (Osorno/Melgar de Fernamental), Lacobriga au cimetière de Carrión de los Condes, Viminacium à Castromuza près de Calzadilla de la Cueza (Cervatos de la Cueza), Camala à El Lagunal (Sahagún), Lancia à La Cuevorra (Villasabariego).

60 Elle est à chercher selon nous au nord ou au sud de la voie, à hauteur de Villamarco.

61 Celui de Villanueva de Argaño a été trouvé en place (Abásolo, 1992). Ceux de Padilla de Abajo sont conservés à 700 m de la voie (Abásolo, 1973).

62 Difficulté déjà évoquée à propos de la distance Tarracone-Ilerda.

63 Bost, Didierjean, à paraître.

64 Barruol, 1997, p. 16 et Mayer et Rodà, 1997, p. 114-115.

65 Lostal, 1992, n° 16 (à Ilche), 17 (à Gallur), 21 et 38 (à Padilla de Abajo).

66 La composition a longtemps été située dans la première moitié du iiie siècle en raison du titre même de l’ouvrage qui laissait croire à un document de l’époque de Caracalla. W. Kubitschek a daté ce document de l’époque tétrarchique d’après les mentions de Diocletianopolis, Maximianopolis, de la legio I Iovia et II Herculea. Byzance apparaît sous le nom de Constantinople peut-être seulement en raison d’une interpolation postérieure car, par ailleurs, Cirta n’est jamais mentionnée comme Constantina. Ces indices tendraient à situer la rédaction avant l’époque de Constantin (Kubitschek, 1902, p. 84 repris dans Kubitschek, 1916, cols. 2337-2338 suivi par Miller, [1916] 1964, p. 54 ; Grenier, 1934, p. 135 et Sillières, 1990, p. 19). J. M. Roldán et N. Reed notent que les données postérieures au règne de Constantin sont absentes mais n’écartent pas la possibilité d’une rédaction postérieure (Roldán, 1975, p. 20 et Reed, 1978, p. 229). P. Arnaud date l’itinéraire du milieu du ive siècle, et peut-être du règne de Constance, en se fondant sur le détail de la composition et la structure de l’ouvrage qui témoignerait d’un ive siècle avancé - place importante de Milan et forme de présentation des cités. Le compilateur aurait seulement disposé d’une documentation dont la dernière mise à jour remontait à la Tétrarchie (Arnaud, 1993, p. 43 suivi par Bost, 1998, p. 226-227, n. 11). M. Calzolari retient la période située entre les deux dernières décennies du iiie siècle et le milieu du ive siècle (Calzolari, 1996, p. 380).

67 La ville accueillit régulièrement Constantin mais surtout Constance II, Gratien, Valentinien II, Théodose. C’est Honorius qui a transféré la résidence à Ravenne en 402 (Cantino, 1996, p. 242).

68 Il n’est pas possible de considérer l’absence de l’épithète pia comme un indice de datation présévérienne car la Notice des Dignites qui est postérieure ne l’indique pas non plus (Not. Dig. Occ. 42).

69 D’après Th. Barnes, cette réforme a débuté dès 293, subissant un certain nombre d’adaptations par la suite (Barnes, 1982, p. 224-225). Mais selon M. Christol, les nouvelles provinces sont créées seulement à partir de 297 après la création des diocèses (Christol, 1997, p. 209-210 et n. 4, 251- 252), comme déjà le proposait W. Seston (Seston, 1946, p. 334-337). Date retenue également par J.-M. Carrié (Carrié, 1999, p. 186). Le tableau définitif paraît fixé au moment de la rédaction de la liste de Vérone qui pourrait être un tableau des provinces des derniers mois de l’année 314. (Barnes, 1996, p. 550). Pour l’Hispanie, cf. Albertini, 1923, p. 117-126, et Arce, 1982, p. 31-44. Les témoignages épigraphiques ne permettent pas de remonter la date de création des nouvelles provinces avant l’année 298.

70 Heurgon, 1952, p. 39-45 ; France, 2001, p. 140-149.

71 Sur les 56 stations énumérées par les diverses sources considérées, seulement 14 peuvent être considérées comme de localisation et d’identification vraiment certaines, et il s’agit pour la plupart de villes dont l’occupation a été continue jusqu’à nos jours, donc sans utilité pour résoudre le problème.

72 Par exemple Salsulae, Iuncaria, Tolous, Lybia, Camala.

73 W. Kubitschek a depuis longtemps défendu le caractère non officiel de l’Itineraire d’Antonin (Kubitschek, 1902). Mais K. Miller, qui le suit sur cette idée, ne reconnaît pas le caractère désordonné du document souligné par W. Kubitschek (Miller, [1916], 1964, p. 54-55) ; D. Van Berchem a proposé de voir dans cet itinéraire un recueil de stations dont certaines auraient dépendu du cursus publicus ou de l’annone prévu pour ravitailler d’éventuels déplacements officiels (Van Berchem, 1937). D’après D. Van Berchem, le souvenir du trajet suivi par Caracalla en Orient aurait laissé une trace dans le titre de l’ouvrage (Van Berchem, 1973). Une voie médiane semblait ouverte par N. Reed, pour lequel l’Itineraire d’Antonin contient des listes d’étapes de voyages officiels ainsi que des listes de stations de l’annone au milieu d’autres itinéraires d’origines variées, mais il insiste sur le caractère officiel des sources de l’Itineraire d’Antonin (Reed, 1978). Pour P. Arnaud, il faut renoncer à voir dans ce document une émanation de l’administration impériale, il s’agirait d’un témoin de la production géographique tardive (Arnaud, 1993). Un intéressant résumé est présenté par M. Calzolari (Calzolari, 1996).

74 Talbert, 2007, p. 263-269.

75 Roldán, 1975, p. 38-39.

76 Sillières, 2007, p. 388-389

77 Végèce, Mil. 3.6.

78 A l’époque de rédaction de cet itinéraire, le camp abritait encore des militaires ainsi que le signale la Notice des Dignites et l’Itineraire d’Antonin, lui-même, qui désigne clairement le castrum. La transformation du camp en agglomération civile n’est pas datée avec certitude mais ce fut probablement au cours du ive siècle voire du Ve siècle. Il est probable que dans une étape intermédiaire, le camp accueillit à l’intérieur de l’enceinte militaires et civils (Le Roux, 1982, p. 392 ; Muñoz et al., 2002, p. 651-659, Palao, 2006, p. 98-100). Par ailleurs, la source de l’auteur et donc l’itinéraire qu’il décrit, est peut-être antérieure aux IVe siècle.

79 La localisation de la statio de bénéficiaires de Segisamone est connue par l’inscription CIL, II, 2915 (Amaya). Cf. Gómez-Pantoja, 1992, p. 259-273 ; Nelis-Clément, 2000, p. 192-193 ; pour la fonction des stations : Nelis-Clément 2000, p. 252-259. La découverte de l’inscription funéraire d’un bénéficiaire à Iuncaria a déjà laissé penser que cette étape pouvait être une statio : CIL, II, 4624 (Figueras) = IRC, III, 184 ; Alföldy 1985, 393 ; l’idée est reprise avec réserve par J. Nelis-Clément (Nelis-Clément, 2000, p. 193) mais cette découverte ne signifie pas que le bénéficiaire a bien été inhumé sur son lieu de stationnement. P. Le Roux suggère que le beneficiarius était seulement originaire de la région (Le Roux 1982, 207, n° 130). Dans ce dossier, la mention de Iuncaria dans les différents itinéraires, comme Segisamone, pourrait toutefois être toutefois un argument supplémentaire pour confirmer le caractère de statio de bénéficiaires de cette étape. Elle serait alors un passage incontournable.

80 Christol et Le Roux, 1985, p. 21.

81 AE, 1976, 337. Le Roux 1982, p. 119.

82 Cf. Navarro, 1990, p. 217-226 ; Palao, 2006, p. 301-303.

83 Espinosa, 1990, p. 9-11. Pascual Fernández, 1983, p. 131. Il s’agirait d’un détachement de la Legion IV Macedonica qui d’après le milliaire de Castiliscar a participé à la construction de la route sous Auguste.

84 It. Ant. 354.2, sur un itinéraire de Mediolanum à Mogotiacum, à proximité du Castellum Matiacorum.

85 It. Ant., 330.6.

86 It. Burd., 603.3 : mutatio Ad Stabulodio.

87 Kolb, 2000, p. 211-212 et n. 4. Apulée semble désigner le terme comme un lieu d’étape habituel pour un soldat (Apul., Met. 10.1).

88 CTh., 7.8.5 (6 février 398).

89 Un édit de Valentinien de 377 indique que les stabula (de la poste impériale) doivent être construites aux frais des provinciaux (CTh. 8.5.34). Un autre de 395 engage la responsabilité des gouverneurs pour l’entretien des stabula publiques comme les magasins ou les placse d’abris. Si elles sont en ruines, elles doivent être réparées avec l’argent public (CTh., 15.1.35). Un édit de 398, met sur le même plan les stabula publiques et les greniers (CTh., 15.1.37). L’inscription AE, 1961, 318 indique que l’empereur Marc Aurèle a fait restaurer à ses frais les stabula de la voie de Philippopolis à Oescus. L’inscription D. 5906 mentionne, entre 379 et 383, l’entretien de stabula pour les animaux dans le cadre du cursus publicus.

90 It. Ant., 390.1. Cependant, entre Narbonne et les Pyrénées s’est glissée une importante erreur, surestimant la distance, Selon les distances inscrites sur les gobelets de Vicarello, il y aurait 65 milles et non 95 comme l’indique l’Itineraire d’Antonin. La distance entre Narbonne et le passage des Pyrénées est de 80 km en ligne droite. Peut-être l’erreur s’applique-t-elle à une distance concernant Stabulum ?

91 It. Ant., 392.1, 394.5, 392.2, 391.2 et 390.5.

92 Kolb, 2000, p. 308-320. Voir également les nombreux exemples rassemblés par Chevallier, 1972, p. 220-225.

93 Tacite, Hist. 1.56. Pline l’Ancien et Valère Maxime rappellent le déplacement de Tibère de Pavie en Germanie à une vitesse de 200 milles par jour (HN., 7.84 et Val. Max. 5.5.2).

94 Cuvigny, 2005, p. 17.

95 Cuvigny, 2005, p. 6.

96 Talbert 2007, p. 263-264, suggère que ce type de source a pu s’immiscer au sein de la compilation et pense que les points de départ ou d’arrivée « singuliers » seraient des indices.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L'itinéraire De Italia in Hispanias (387.4) : tracé, stations importantes. Les interruptions du tracé marquent les limites des segments identifiés.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 3. Diagramme comparatif montrant à l'échelle, pour certains segments, la succession des stations sur l'itinéraire 387.4 et sur un ou plusieurs autres itinéraires (1 mille = 1480 m).
Légende Légende : 1 - station mentionnée sur l'itinéraire. 2 - position d'une station mentionnée sur un autre itinéraire. 3 - Distance entre deux stations mentionnées (en milles). 4 - Distance restituée entre deux stations d'itinéraires différents (en milles).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12764/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 2. Tableau comparatif de l'itinéraire 387.4 avec les autres sources décrivant les mêmes axes de circulation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12764/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4 : La voie à hauteur de Lybia (Herramelluri).
Légende La chaussée fossilisée (flèches) apparaît en clair dans des champs de céréales en croissance, elle survit par endroits comme chemin rural. Elle passe au pied de Lybia (cercle). Le petit camp militaire détecté récemment en est tout proche (non visible, emplacement signalé par le carré).
Crédits Cl. F. Didierjean, 20 mai 2008.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12764/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Brassous et François Didierjean, « De Narbonne à León, les singularités d’un trajet de l’Itinéraire d’Antonin »Pallas, 82 | 2010, 345-370.

Référence électronique

Laurent Brassous et François Didierjean, « De Narbonne à León, les singularités d’un trajet de l’Itinéraire d’Antonin »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12764

Haut de page

Auteurs

Laurent Brassous

Université de Bordeaux III, Ausonius

François Didierjean

Université de Bordeaux III, Ausonius

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search