Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Itinéraires hispaniquesSociétés et entrepreneurs miniers...

Itinéraires hispaniques

Sociétés et entrepreneurs miniers italiques en Hispanie à la fin de l'époque républicaine

Une comparaison entre les districts de Carthagène et de Sierra Morena
Italic companies and mining contractors in Hispania at the end of the Republican era. Comparing the districts of Carthagena and Sierra Morena
Christian Rico
p. 395-415

Résumés

Cet article examine les conditions dans lesquelles des entreprises italiques se lancèrent dans l'exploitation des riches gisements métallifères du sud de la péninsule Ibérique dans les deux derniers siècles de la République romaine. La mise en parallèle du district de Carthagène et de ceux de Sierra Morena montre l'intervention de sociétés privées mais de types différents dans l'une et l'autre régions, qu'expliquent autant les conditions de gisement et la plus ou moins grande extension des domaines à exploiter que des raisons liées à la progression de la conquête romaine de la péninsule Ibérique.

Haut de page

Texte intégral

1Quand les Romains se furent rendus maîtres de l'Ibérie, les mines pullulèrent d'une foule d'Italiens qui, par leur avidité, en tirèrent des richesses Considérables.

  • 1 Traduction de Cl. Domergue, 2008, p. 190-191.
  • 2 Tite-Live, Histoire romaine, 34, 21, 7.
  • 3 Strabon, Geographie, 3, 2, 10.

2La phrase de Diodore de Sicile (Bibliothèque Historique, V, 36, 31) est restée célèbre et elle est régulièrement citée quand il s'agit d'illustrer le rôle que les Romains et les Italiens jouèrent dans la mise en valeur des ressources minières de la péninsule Ibérique à la fin de l'époque républicaine. Avec l'achèvement des opérations militaires menées contre les Carthaginois à partir de 218 et l'occupation qui s'ensuivit, un riche patrimoine minier tomba sous la domination de Rome qui en organisa relativement tôt l'exploitation fiscale, si l'on en croit Tite-Live qui attribue à Caton le Censeur la mise en place, en 195, de uectigalia sur les mines de fer et d'argent ibériques2. Celles-ci devaient procurer des revenus certainement non négligeables à la cité romaine ; en faisaient partie les 25 000 drachmes d'argent que le peuple romain, au milieu du IIe s., tirait quotidiennement des mines de Carthago Nova d'après le témoignage, tout aussi célèbre, de Polybe reproduit par Strabon3. Devenue maîtresse d'une partie de l'Ibérie, Rome, par le droit de conquête, prélevait donc son dû sur les mines que d'autres exploitaient. Des indigènes certainement, des Italiens et des Romains de plus en plus, alléchés, comme le notait Diodore, par les perspectives d'enrichissement qu'offrait cette région d'Extrême-Occident dont la réputation de fertilité en métaux n'était plus à faire.

  • 4 Aux arguments archéologiques et épigraphiques, il faut désormais ajouter ceux apportés par les anal (...)
  • 5 Essentiellement, Domergue, 1990, p. 321-330.

3À en croire Diodore, ce fut une véritable « ruée vers l'argent », puisque c'est ce métal qui fut dès le départ recherché, et elle a laissé des traces nombreuses : archéologiques en tout premier lieu. Ce sont toutes ces mines qui ont été ouvertes, toutes ces fonderies qui ont essaimé dans la région de Carthagène et dans la Sierra Morena centrale et orientale aux iie et Ier s. av. n. è. et dont la reprise et le développement de l'industrie minière espagnole à partir du XIXe siècle n'ont pas entièrement effacé l'empreinte dans le paysage. Des témoignages épigraphiques aussi. Ce sont les estampilles des lingots, de plomb principalement, et d'autres inscriptions sur des objets divers révélant l'identité des exploitants de ces mines et de ces fonderies. Les recherches onomastiques et prosopographiques menées sur les personnages mentionnés sur les timbres des lingots de plomb attribués au district de Carthagène4 ont bien montré la place des Italiens dans l'exploitation du plomb-argent de ce secteur5. Celle- ci est beaucoup moins visible dans la Sierra Morena touchée au même moment par cette fièvre des métaux. Aucun lingot comparable à ceux de Carthagène n'y est attesté, mais pour autant le dossier épigraphique n'est pas vide. Celui-ci semble révéler une organisation de l'exploitation différente de celle de Carthagène. Dans les montagnes de la haute Andalousie, elle paraît exclure au départ les particuliers au bénéfice de véritables sociétés minières, des entreprises de quelque envergure auxquelles on a longtemps donné le statut de compagnies publicaines. Même si l'on revient aujourd'hui sur cette identification, il n'est pas difficile de voir derrière ces sociétés des entreprises italiennes.

  • 6 Essentiellement, Domergue, 1990, p. 321-330.

4Le rôle joué par les Italiens dans l'exploitation des mines hispaniques à la fin l'époque républicaine n'est donc plus à démontrer. Ce qui intéresse ici sont les conditions de leur installation dans la péninsule Ibérique, qui pourraient éclairer ce constat d'un « partage » géographique de l'activité minière entre petites et grandes sociétés, constat qui a été déjà établi6 mais non expliqué de manière satisfaisante.

1. Les sociétés minières en Hispania. Le point sur le dossier épigraphique

  • 7 Domergue, 1990, p. 254-257.
  • 8 Lingot 1038 du catalogue de Domergue, 1990, p. 268 note 35 et aussi p. 321-322.
  • 9 CIL, II 6247, 2.
  • 10 Veny, 1979, p. 472.
  • 11 Domergue, 1990, p. 266, n. 30.
  • 12 Colls et al., 1986, p. 31-89.
  • 13 Bernard, Domergue, 1991, p. 41-95.
  • 14 Domergue, 2000, p. 65-66. C'est nécessairement le cas d'une partie du chargement de plomb de l'épav (...)

5Deux grandes catégories d'entreprises minières sont donc actives en Hispanie à la fin de l'époque républicaine. Les sociétés individuelles, ou ordinaires, forment la première. Elles sont identifiées par les noms des particuliers qui en furent à l'origine, inscrits en lettres en relief dans un ou plusieurs cartouches en creux sur le dos des lingots de plomb. Le plus souvent ils apparaissent seuls (fig. 1a) ; parfois deux individus forment une association à l'intérieur de la même famille, plus rarement en dehors : par exemple, à Carthagène, d'un côté S. et T. Lucretii ou M. et C. Pontilieni M.f. (fig. 1b), de l'autre L. Gargilius T.f. et M. Laetilius M.l.7. C'est à Carthagène que ces sociétés sont le plus anciennement attestées : dès la fin du IIe siècle av. n. è., selon la date attribuée par Cl. Domergue aux lingots estampillés M. P. ROSCIEIS M. f MAIC(ia tribu) trouvés près du Cabezo Rajado au XIXe siècle, en raison de la forme archaïque du nominatif pluriel Roscieis8. Il faut par contre attendre l'époque augustéenne pour rencontrer les premières entreprises minières individuelles dans la Sierra Morena. C'est le cas de cette societas formée par un T. Iuuentius et un deuxième personnage dont le nom nous est parvenu tronqué, M. Lu[…]. Elle est mentionnée sur un saumon de plomb, aujourd'hui perdu, trouvé à Castulo, près de Linares, qui commande la zone minière de la Sierra Morena orientale9. Du premier personnage a été rapproché un affranchi du nom de T. Iuuentius T.l. Duso connu sur deux lingots de plomb de l'épave Cabrera 4, chargée de produits de Bétique et dont le naufrage eut lieu dans les deux premières décennies du Ier s. de n. è.10. Si on accepte ce rapprochement, on fera du second l'affranchi du premier ; du coup, cela permet de dater le lingot de Castulo de l'extrême fin du ier s. av. J.-C.11, ce qui fait de la société en question la plus ancienne des entreprises ordinaires attestées dans la Sierra Morena. Les autres sociétés individuelles sont plus récentes d'au moins une génération. Elles sont connues par les lingots de plomb remontés d'épaves en Méditerranée, toutes datées du premier quart du Ier s. de n. è., comme Cabrera 4 déjà citée et Cabrera 512, dans l'archipel des Baléares, et Sud-Perduto 213, dans le détroit de Bonifacio. Après les arguments archéologiques, tels que la nature et la composition des chargements, qui permettent d'attribuer ces lingots aux districts de la province de Bétique, les analyses isotopiques ont désigné les mines du secteur de La Carolina, dont celle, célèbre, de El Centenillo, comme le lieu d’origine le plus probable du plomb de Cabrera 514.

  • 15 Cic., Phil., 2, 19, 48 ; Pline, HN, 33, 68.
  • 16 Ventura Villanueva, 1993 ; CIL, X, 3964 ; CIL, II2, 7, 415a.
  • 17 Domergue, 1990, n° 1040 p. 257.
  • 18 CIL, XV, 7916 ( = AE, 1907, 135).

6La seconde catégorie des sociétés minières est celle des sociétés dites « anonymes » parce que leur dénomination n'est plus formée à partir d'un nom personnel mais à partir soit du lieu où elles opèrent, soit du métal qu'elles produisent, parfois des deux à la fois. Dans le premier groupe, c'est le cas de la societas Sisaponensis, connue par Cicéron et mentionnée encore par Pline au Ier siècle15 ; elle exploitait des gisements de cinabre dans la région d'Almaden. Deux inscriptions, en Italie et à Cordoue, s'y rapportent aussi16. Dans le second, on mentionnera une societas argentaria sur un saumon de plomb trouvé en Corse17 ; dans le troisième, la societas Argentariarum fodinarum Montis Ilucronensis Galena connue par un lingot de plomb repêché dans le Tibre à Rome (fig. 1c)18.

  • 19 On suppose que ces sceaux servaient à sceller les sacs de minerai dont les entreprises ainsi identi (...)
  • 20 Inscriptions moulées sur des sceaux en plomb. Domergue, 1987, p. 158, 155, 138 et 28 respectivement
  • 21 Jiménez Ávila, 1989-1990, p. 124-125.
  • 22 González, 1998, p. 110-111 ( = AE, 1998, 748).
  • 23 Domergue, 1971, p. 348 ; id., 1990, p. 262 sq. Et non s(ocietas) C(ordubensis), interprétation défe (...)
  • 24 Veny, 1979, p. 472. L’auteur rapproche le second terme de l’inscription, VESC(…), de Vesci Fauentia (...)
  • 25 Rodà, 2004, p. 184-185 et 189.
  • 26 Rico et al., 2005-2006, p. 463-468.

7Plusieurs sites miniers et métallurgiques antiques de la Sierra Morena ont livré des objets, principalement des sceaux en plomb19 mais aussi quelques lingots, qui portent de courtes inscriptions qui permettent, malgré leur concision, d'identifier les sociétés exploitantes. Elles se résument à de simples sigles alignant deux, voire trois lettres, la première étant invariablement un S dont le développement en s(ocietas) est depuis longtemps accepté ; ainsi, SS (mines de Posadas, Cordoue), SCC (mine Santa Bárbara, Posadas), S. BA (mine et fonderie de Santa Bárbara à Fuenteovejuna, Cordoue (fig. 2b), S.B.A (mines de Castuera, versant nord (fig. 2a)20, ou encore SFB (Cerro de las Cruces, Badajoz)21 et SCEL (Campanario, Badajoz)22, ces deux derniers connus sur des lingots de plomb. Il est plus difficile de développer les autres initiales ; autant dire que l'anonymat derrière lequel se cachaient alors ces entreprises reste pour nous total ! Le sigle SC fait exception (fig. 2c-e). On a proposé d'y voir les initiales d'une societas Castulonensis23, d'après la découverte des objets portant cette inscription, surtout des sceaux en plomb, connus par dizaines, un seau en bronze, un peson en terre cuite mais aussi des monnaies contremarquées, dans le district de Castulo : à La Carolina, autour de la grande mine de El Centenillo et des fonderies voisines du Cerro del Plomo et de Fuente Espí. À côté de ce matériel provenant des zones minières mêmes, quelques lingots trouvés en mer font connaître d'autres societates anonymes qui opéraient en Ultérieure : une soc(ietas) Vesc(…) sur deux lingots remontés de l'épave Cabrera 424, une soc(ietas) plumb(aria) [---] sur un unique lingot rescapé du pillage d'une épave à Minorque dans les années 1960. Le métal, qui a fait l'objet d'analyses isotopiques, présenterait une signature compatible avec les gisements de Linares-La Carolina25. Ce sont aussi les isotopes du plomb qui ont permis de rattacher la dizaine de lingots de cuivre récemment découverts au large de Maguelone, dans le golfe du Lion, à la Sierra Morena orientale et plus particulièrement au district polymétallique de Los Pedroches. Plusieurs portent une petite estampille centrale renfermant l'inscription soc(ietas) Amat(…) ; le deuxième terme correspond vraisemblablement à un toponyme, mais celui-ci n'a pu être identifié26.

  • 27 Domergue, 1971, p. 294-295 et 357.
  • 28 Domergue, 1971, p. 351.

8Les éléments chronologiques manquent pour situer précisément dans le temps l'activité de ces societates. Les inscriptions qui les identifient sont le plus souvent issues de découvertes anciennes et les contextes archéologiques d'origine ne sont pas toujours connus ou bien ils sont imparfaitement datés. Il y a quelques exceptions. Au Centenillo, à la fonderie du Cerro del Plomo, plusieurs tessères en plomb de la societas Castulonensis ont été recueillis en stratigraphie, dans des niveaux de la première moitié du Ier s. avant notre ère27. Des sceaux de cette même compagnie ont été retrouvés d'autre part dans des niveaux postérieurs, de l'époque de Claude, à la fonderie de Fuente Espí28. De son côté, le lingot de Minorque identifiant une societas plumbaria […] présente sur un de ses flancs le cachet AGRIP, sans nul doute M. Vipsanius Agrippa, ce qui situe ladite societas aux débuts de l'époque augustéenne. L'activité de la societas Vesc(…) s'inscrit quant à elle à la fin de cette même période, entre 0 et 20 de notre ère.

  • 29 AE, 1907, 135. La dénomination est quelque peu différente de celle du lingot du Tibre. Mais il s'ag (...)
  • 30 CIL, II, 3525-3527.
  • 31 Pena, 1996 ; Noguera Celdrán, Navarro Suárez, 1995.
  • 32 Noguera Celdrán, 1992, p. 94.
  • 33 Domergue, 1990, p. 261.

9Dans le Sud-Est, plusieurs sociétés anonymes sont attestées. La plus anciennement connue est la societas argentariarum fodinarum Montis Ilucronensis Galena du lingot repêché dans le Tibre dont l'activité se déroulait dans le district de Mazarrón, à une trentaine de km au sud-ouest de Carthagène. On verra qu'elle exploitait plusieurs gisements peu éloignés les uns des autres, en particulier celui du Coto Fortuna où, au début du XXe s., furent trouvés plusieurs lingots estampillés Societ(as) Mont(is) Argent(arii) Ilucr(onensis)29. À quelques kilomètres de là, au Cabezo San Cristóbal à Mazarrón même, de nombreux vestiges miniers et métallurgiques ont été observés depuis le xixe siècle. C'est dans ce secteur qu'ont été découvertes trois bases inscrites30 accompagnant un groupe statuaire dédié à Terra Mater et au Génie du lieu désigné sur l'une des inscriptions comme locus ficariensis, le « lieu des figuiers ». L'ensemble a été dédié par un certain Albanus, affranchi ou esclave de son état et qui se présente comme dispensator, intendant. Une des trois bases est adressée au genius SMF que plusieurs auteurs31 ont proposé de développer, sur la base de comparaisons avec l'épigraphie des lingots de plomb, genius S(ocietatis) M(ontis) F(icariensis), identifiant ainsi une nouvelle compagnie minière, la « société du Mont des figuiers » opérant dans le district de Mazarrón sous les Julio-Claudiens. C'est en effet de cette époque que daterait le groupe statuaire d'après l'analyse stylistique réalisée par J.M. Noguera Celdrán32. La societas Montis Ilucronensis serait active, quant à elle, à la fin de l'époque républicaine, sans doute sous le règne d'Auguste, d'après la typologie des lingots33.

  • 34 Pinedo Reyes et Alonso Campoy, 2004, p. 129 sq.  ; Poveda, 2000.
  • 35 Domergue, 1987, p. 46-48.
  • 36 Sur cet épisode, Strabon, Geogr., 3, 5, 1.

10Récemment enfin, des fouilles sous-marines au pied de l'îlot d'Escombreras, à l'entrée de la rade de Carthagène, ont livré un lingot estampillé au nom d'une societas Baliarica (fig. 1d)34. Comme son nom l'indique, cette entreprise exploitait les gisements plombo- argentifères des îles Baléares, en l'occurrence Majorque et Ibiza35. Son installation dans la région ne peut être antérieure à 123, date des opérations menées par Q. Caecilius Metellus pour sécuriser l'archipel présenté comme un nid de pirates36.

11Résumons-nous. Dès la fin du iie s. av. n. è. au plus tard, et pendant tout le siècle suivant, deux types de sociétés interviennent dans la mise en valeur des richesses minières des territoires contrôlés par l'autorité romaine. Mais elles ne sont pas en concurrence, en tout cas pas dans un premier temps. Au vu des données actuelles en effet, l'activité des entreprises individuelles se limite à la région de Carthagène, alors que d'autres types de sociétés exploitent les gisements de la Sierra Morena centrale et orientale. Si celles-ci sont aussi attestées dans le Sud-Est, elles n'occupent pas les mêmes secteurs que les premières. Dans la Sierra Morena à l'inverse, on trouve des sociétés individuelles au plus tard à l'époque augustéenne. Que sait- on de ces sociétés ?

2. Structure et organisation des sociétés minières

  • 37 En particulier celle de Richardson, 1976, p. 140-144.
  • 38 À la suite de E. Badian et de P.A. Brunt notamment, critiqués par J.S. Richardson, à son tour criti (...)
  • 39 Domergue, 1990, p. 259-260.
  • 40 Mateo, 2002, p. 30-40 et 62-65.
  • 41 Domergue, 2004, p. 222-225, et, tout récemment, Domergue, 2008, p. 192-195.
  • 42 Mateo, 2001, p. 71-73.

12Malgré quelques rares voix discordantes37, on a longtemps considéré que l'exploitation des mines hispaniques à la fin de la République avait été l'affaire des publicains. Cl. Domergue, en particulier, a longuement traité cette question et ses conclusions ont été largement suivies38. Il est à l'origine de la distinction entre sociétés individuelles ou ordinaires et sociétés publicaines, réservant cette qualité aux seules sociétés « anonymes ». Mais les unes et les autres pouvaient participer aux mêmes enchères publiques pour prendre à ferme des mines du domaine public, même si, comme l'auteur le reconnaît, les premières ne se battaient pas avec les mêmes armes, financières en tout premier lieu, que les compagnies publicaines39. Il n'en reste pas moins que ces particuliers ou ces petites sociétés de deux individus connus par l'épigraphie des lingots de Carthagène devenaient de facto des publicains. Un juriste espagnol, A. Mateo, est revenu récemment sur cette thèse et proposé une nouvelle interprétation des textes sur lesquels elle s'appuyait40. Sans entrer dans le détail de sa démonstration, dont le premier à avoir été convaincu est Cl. Domergue lui-même41, on retiendra que, dans l'exploitation des mines hispaniques à la fin de l'époque républicaine, n'intervinrent que des sociétés de droit privé, l'activité des publicains étant cantonnée, comme ailleurs dans les territoires sous autorité romaine, à la perception des uectigalia qui pesaient sur eux42. On reviendra sur cet aspect plus loin.

13Rien donc ne distinguait les sociétés individuelles et les sociétés anonymes, si ce n'est, très vraisemblablement, les ressources que les unes et les autres pouvaient mobiliser dans l'exploitation minière et métallurgique, des ressources financières et, du même coup, humaines et techniques. Il paraît logique que ces sociétés dites « anonymes » aient brassé davantage de moyens que ceux qu'un simple particulier ou qu'une association de deux entrepreneurs pouvaient réunir, moyens qui, d'un autre côté, étaient proportionnels au nombre de membres formant ces societates. C'est dire que, très certainement, toutes les sociétés anonymes ne pesaient pas du même poids.

  • 43 Domergue, 1987, p. 265-268.
  • 44 Existaient-ils aussi beaucoup plus au sud, à Grenade, où ont été signalées au début du xxe s. ces m (...)

14Certaines entreprises semblent ainsi avoir exploité plusieurs mines et géré plusieurs établissements métallurgiques. C'est le cas, dans la Sierra Morena, de la societas Castulonensis et, dans le district de Mazarrón, de la société du Mons Ilucro. La première exploitait la grande mine de El Centenillo. Les ouvrages antiques rencontrés et repris par les mineurs modernes dès la fin du xixe s. se caractérisent par leur ampleur43 : grande extension des chantiers qui n'épargnèrent aucun des filons qui affleuraient dans la région, profondeurs atteintes par les Anciens, jusqu'à plus de 200 m sous la surface, équipement des chantiers pour l'exhaure avec plusieurs travers-bancs et au moins une batterie de cinq vis d'Archimède. Le minerai était traité à proximité dans plusieurs fonderies dont on ne peut cependant pas dire qu'elles avaient toutes fonctionné au même moment. À une quinzaine de km au sud du Centenillo, cette même societas exploitait la fonderie de Fuente Espí, et plus au nord la mine de Santa Eufemia ; en témoigne la découverte sur ces sites de tessères de plomb frappées du sigle SC. De la même manière, la présence de monnaies de Kese-Tarraco contremarquées de ces mêmes initiales dans le district de Posadas à l'ouest de Cordoue laisse penser que l'entreprise du Centenillo avait également des intérêts dans ce secteur de la Sierra Morena44.

  • 45 En dernier lieu, Domergue, 2008, p. 152-153.
  • 46 Antolinos, à paraître.
  • 47 Voir ci-dessus n. 29.

15À l'instar de la societas Castulonensis, la societas argentariarum Montis Ilucronensis ne s'en était pas tenue à l'ouverture d'une seule mine. Mais à la différence de la première, les gisements qu'elle exploitait étaient situés dans le même secteur de Mazarrón. Celui-ci, en retrait de la mer, était constitué de trois grands gisements plombo-argentifères. Le plus à l'intérieur des terres est le Coto Fortuna, qui forme l'ensemble principal autour du Cerro del Castillo. C'est au sommet de cette colline que furent trouvés des lingots de plomb estampillés au nom de la societas parmi les vestiges de nombreux murs, encore visibles aujourd'hui, et d'installations métallurgiques pour le traitement de la galène argentifère malheureusement disparus. Au pied de la colline, les restes d'une laverie comportant neuf bassins disposés à la file pour la concentration et l'enrichissement du minerai furent dégagés à la fin du XIXe siècle45. Sur les travaux miniers, on ne dispose que des comptes-rendus faits au moment de la reprise de l'extraction dans les années 1880-1890. Ils attestent de l'ampleur des ouvrages souterrains antiques, dont un grand travers-banc, repéré à 70 m sous la surface, assurait le drainage. Non loin de là, la societas exploitait le gisement de Pedreras Viejas où, récemment, plusieurs sceaux en plomb frappés du sigle SAI, pour S(ocietas) A(rgentariarum) I(lucronensis), furent découverts46. La troisième mine de la societas se trouvait à une dizaine de kilomètres du Coto Fortuna, au lieu dit Cabeza del Moro de Los Perules d'où provient une matrice en plomb MONT ARGENT47.

  • 48 Blázquez et al., 2002.
  • 49 Cl. Domergue et P. Sillières dans Blázquez et al., 2002, p. 396-397.

16Une autre entreprise qui semble avoir eu quelque importance est celle qui exploitait le site minier de La Loba, dans la haute vallée du Guadiato, au nord de Cordoue, un secteur riche en filons polymétalliques, minéralisés en plomb-argent et en cuivre. Ce site est emblématique car il est l'un des rares à avoir fait l'objet de fouilles pendant plusieurs années48. Bien qu'incomplètes, celles-ci ont révélé un habitat de mineurs de la fin du IIe s. et des débuts du Ier s. av. n. è. Le minerai était traité sur place. La mine dont il provenait, qui n'a pu être que partiellement explorée, n'était visiblement pas très importante. De l'entreprise qui exploitait le gisement on ne dispose d'aucun élément épigraphique qui l'identifie ; des sceaux en plomb semblables à ceux qui sont connus ailleurs ont certes été trouvés mais ils sont malheureusement anépigraphes. Pourtant, au vu des données recueillies sur l'habitat, son organisation, sa population et la composition de celle-ci, la société qui travaillait à La Loba apparaît aux fouilleurs comme une « grande entreprise » dont on fait l'hypothèse qu'elle a pu exploiter dans le même temps d'autres mines de la région49.

  • 50 Antolinos, Soler Huertas, 2007.
  • 51 Pour l'essentiel, voir Domergue, 1987, p. 362-373 ; Antolinos, à paraître.
  • 52 Strabon, Geogr., 3, 2, 10.
  • 53 Domergue, 1990, p. 258-259 et 264-267 notamment (33 producteurs) ; Domergue, Picottini, 2004 (à pro (...)
  • 54 Domergue, 1990, p. 264 sq.  ; Orejas, 2005, p. 63.

17Dans la Sierra minera de La Unión, à l'est de Carthagène, l'organisation de l'activité minière et métallurgique antique semble avoir obéi à d'autres schémas. Les conditions de gisement sont différentes de celles de la Sierra Morena, ce qui tient d'abord à la géographie des lieux. Bordant la mer, la sierra est un petit massif allongé d'est en ouest, long de 25 km pour une largeur moyenne de 5 km. C'est dans sa partie centrale que se trouvent les gisements de galène argentifère les plus riches et c'est là que s'est concentrée l'exploitation antique. Comme dans la Sierra Morena, les observations principales ont été faites à partir du milieu du XIXe siècle, date de la reprise de l'exploitation qui s'est poursuivie sur plus d'un siècle avec des moyens toujours plus importants et en particulier l'ouverture de grandes carrières, au détriment des vestiges antiques50. Elles montrent que l'activité a été intensive à l'époque romaine et menée sur une grande échelle51, illustrant le témoignage de Polybe qui, au milieu du IIe s. av. J.-C., décrivait les mines de Carthagène comme une véritable ruche où s'affairaient pas moins de 40 000 ouvriers52. Les travaux antiques ont étonné les Modernes par leur importance et leur étendue ; on décrit des réseaux inextricables qui révèlent combien les Anciens furent constants dans la tâche. De ce point de vue, les travaux miniers de la Sierra de Carthagène n'ont rien à envier à ceux de la Sierra Morena à la même époque. Il est donc impossible de retrouver sur le terrain les traces des sociétés individuelles en activité dans le district, trente-quatre connues à ce jour par l'épigraphie des lingots de plomb53, que l'on présente généralement comme des entreprises n'ayant pas eu les moyens des compagnies de la Sierra Morena ou de Mazarrón54.

  • 55 Sur les procédés, voir en dernier lieu Domergue, 2008, p. 147-155 (à partir des exemples du Laurion (...)
  • 56 À l'instar de la laverie de la fin de l'époque républicaine que nous fouillons depuis 2008 ; cf. Ri (...)
  • 57 1 000 000 t de scories auraient été fondues depuis le milieu du XIXe s.  ; cf. Domergue, 1987, p. 3 (...)

18Un peu mieux connues sont les installations de surface, où l'on procédait d'un côté au lavage et à l'enrichissement du minerai, à son traitement métallurgique de l'autre, les deux grandes étapes de la chaîne opératoire de la galène argentifère. La première, qui regroupait toute une série d'opérations – tri, concassage, broyage, concentration dans des cuves remplies d'eau55 –, se faisait, pour ainsi dire, sur le carreau de la mine ; les vestiges de laveries ne manquent pas en effet dans la zone minière56. Repérables aux accumulations de scories qu'ils avaient produites, les établissements métallurgiques quant à eux ont particulièrement souffert de la récupération des scories pour le plomb et l'argent qu'elles contenaient, et ce dès le XVIe siècle puis de manière intensive au moment de la reprise de l'activité minière au milieu du XIXe. Sur les bas fourneaux mis au jour alors, les descriptions restent peu précises ; seules les masses de scories ont soigneusement été évaluées par les ingénieurs modernes57. Deux aspects retiennent l'attention ; c'est, d'une part, la taille de ces crassiers, dont certains renfermaient plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de tonnes de scories, chiffres qui désignent à l'évidence de grosses installations. L'autre aspect concerne leur localisation. Les fonderies semblent avoir été peu nombreuses au cœur même de la zone minière. Il est vrai que les crassiers qui ont pu s'y trouver ont été fondus au XIXe siècle, si ce n'est pas avant. Quelques fonderies liées à des mines sont connues à Cala Reona, à l'extrémité orientale de la chaîne côtière, ou au Cabezo Rajado, piton volcanique à la périphérie nord de la Sierra, célèbre pour l'impressionnante tranchée ouverte sur l'affleurement principal dans l'Antiquité. Nombre d'établissements, et pas des moindres à en juger par le volume des crassiers qu'ils avaient générés, se trouvaient à une distance parfois grande des mines. Les plus proches se trouvaient dans la vallée d'Escombreras, qui constitue le débouché naturel de la zone minière sur la rade de Carthagène. Plusieurs crassiers y existaient encore au XIXe siècle, notamment au lieu-dit « El Gorguel », où l'on pourrait restituer une zone « industrielle » vouée à la métallurgie. Hors de la Sierra, plusieurs fonderies étaient actives dans la plaine, certaines non loin de la ligne de côte de la Mar Menor.

  • 58 Domergue, 2008, p. 187.
  • 59 Conophagos, 1980, p. 300-301.

19Bien que très mal connus, les crassiers n'étaient à l'évidence ni peu nombreux ni peu importants, comme ceux de Las Herrerías à La Unión ou de La Atalaya dans le Campo de Cartagena. En raison de leur situation à l'écart de la zone minière, il est tentant de voir dans ces établissements des usines spécialisées traitant tout ou partie du minerai provenant des mines de la Sierra, confiés aux fondeurs par les exploitants de ces dernières. Une idée trop moderne pour l'époque ? Une telle organisation verticale de l'activité minière et métallurgique est pourtant attestée dans le district argentifère du Laurion, au moins au ive s. av. J.-C. d'après les stèles des polètes de l'agora d'Athènes58. Les concessionnaires des mines n'étaient pas forcément les fondeurs, dont les usines étaient installées, pour nombre d'entre elles, sur la côte, à l'écart des mines. C. Conophagos y voyait le résultat d'un déplacement des établissements métallurgiques de l'intérieur vers le littoral oriental de l'Attique ; celui-ci se serait produit – ou aurait été effectif – au ive siècle59. Des « motifs techniques et commerciaux », liés à l'augmentation de la production, en seraient à l'origine.

20L'étendue des zones à exploiter, la concentration ou au contraire la dispersion des gisements, ce sont là des facteurs qui pourraient avoir conditionné une organisation différente de l'activité minière et métallurgique dans la Sierra Morena et dans la Sierra de Cartagena à la fin de l'époque républicaine. Celle-ci fut l'affaire, dans la première région, mais aussi dans le district de Mazarrón, de grandes compagnies minières, capables d'assurer elles-mêmes toutes les étapes de la chaîne opératoire, dans la seconde, d'entreprises de moindre importance qui, dans une plus ou moins grande mesure, auraient été dépendantes de sociétés spécialisées pour la transformation du minerai. Assurément, les unes et les autres ne disposaient pas des mêmes moyens, mais on se gardera de conclure qu'une société individuelle ne pouvait être qu'une entreprise médiocre. Il reste à comprendre pourquoi les grandes compagnies sont absentes de la sierra de Carthagène et pourquoi, d'autre part, les sociétés individuelles n'interviennent dans la Sierra Morena que dans les toutes dernières décennies du Ier s. av. J.-C.

3. Quand les mines ibériques devinrent romaines

  • 60 Tite-Live, Histoire romaine, 34, 21, 7.
  • 61 Polybe, Histoires, 10, 6, 38.0
  • 62 Diodore, Bibl. Hist., V, 38, 4.
  • 63 Pline, HN, 33, 31, 97. Domergue, 1990, p. 166, propose de la situer dans le district de Huelva, dan (...)
  • 64 On rappellera à cet égard le mariage qu'Hannibal contracta avec Imilce, une « princesse » de Castul (...)

21C’est par l’instauration de uectigalia que Rome affirma sa souveraineté sur le domaine minier hispanique. Ces taxes concernèrent, écrit Tite-Live, les mines de fer et d'argent, ferrariae et argentariae60. En 195, quand elles furent instituées, ces redevances ne pouvaient s'appliquer qu'aux territoires alors sous le contrôle des Romains, et donc aux mines de Carthago Nova et de Castulo. Les premières tombèrent entre leurs mains avec la prise de Carthagène en 209. Les secondes, brièvement signalées par Polybe à propos des opérations de Scipion contre Hasdrubal en 20861, suivirent peu après. De leur exploitation à l'époque de l'éphémère domination punique entre 237 et 206, on ne sait rien. Il est certain que celle- ci ne fut pas sans incidence sur l'activité minière de la région. Dans des termes convenus, Diodore ne fait pas de différence entre la cupidité et l'avidité des Carthaginois et celles des Romains. Les mines d'argent, écrit-il, furent « à l'origine de [leur] puissance », notant comme révélateur de l'« avarice » des Carthaginois le fait qu'ils furent à l'origine de toutes ces exploitations dont les Romains héritèrent après que ceux-ci les eurent chassés d'Ibérie62. Mais on ignore tout du système que les Barcides mirent en place pour tirer profit de ces mines, très productives aux dires de Pline l'Ancien citant en exemple la mine « Baebelo », qui rapportait à Hannibal 300 livres d'argent par jour63. L'exploitation avait-elle été laissée aux Ibères dont le pouvoir punique se contenta de taxer le travail ? Ce dernier fut-il à l'origine de l'ouverture de nouvelles mines dont il dirigea lui-même la mise en valeur ? On ne saurait trancher et, du reste, une hypothèse n'exclut pas forcément l'autre. Il n'en demeure pas moins que, en 206, la souveraineté que les Puniques n'avaient pas manqué d'exercer d'une façon ou d'une autre sur les mines de Carthagène et sans doute aussi sur celles de Castulo64, passa automatiquement aux Romains. Or, il fallut attendre plus de dix ans avant que ceux-ci prennent les mesures qui leur assurent un revenu régulier de ces mines.

  • 65 Richardson, 1996, p. 46-51.
  • 66 Sur la révolte indigène de 197 et son importance réelle, voir en dernier lieu Cadiou, 2008, p. 34-3 (...)
  • 67 Salinas de Frías, 1995, p. 57.

22Sans doute hésitait-on à Rome, après 206, sur la suite à donner aux opérations dans les lointains territoires ibériques. Jusqu'en 198, et l'élection de deux préteurs destinés à l'Ibérie pour 197 qui officialisa la création des deux provinces, la péninsule Ibérique resta un commandement militaire extraordinaire65. Organiser dans ce contexte l'exploitation de ses ressources minières n'était certainement pas une priorité même si, localement, des mesures spécifiques ont pu être décidées. Avec la création des deux prouinciae il en allait autrement. Mais les troubles auxquels durent faire face les deux premiers préteurs envoyés dans la péninsule retardèrent la mise en place de la taxation des mines ibériques66. On peut expliquer ainsi, nous semble-t-il, le fait qu'il revint à Caton, alors consul et doté d'un imperium supérieur à celui des préteurs en poste67, d’instituer ces uectigalia miniers, une fois l'ordre et l'autorité de Rome rétablis. L'importance de la mesure de Caton réside aussi dans le fait qu'elle fournit désormais le cadre juridique dans lequel allait pouvoir se faire et surtout se développer l'activité minière.

  • 68 Domergue, 1990, p. 259-270 en particulier.
  • 69 Mateo, 2001, p. 21-65 (pour la période républicaine).
  • 70 Richardson, 1976, p. 145 notamment, avait déjà défendu, pour les mines de Carthago Nova, un système (...)
  • 71 Mateo, 2001, p. 65.
  • 72 En simplifiant, c'est ainsi que Cl. Domergue (2008, p. 192-196) présente désormais la ferme républi (...)

23La question pour le moins ardue du régime juridique de l'exploitation de mines hispaniques à la fin de l'époque républicaine a été longuement traitée par Cl. Domergue68, dont les thèses, longtemps suivies, ont été corrigées sur certains points par les travaux d'A. Mateo69. L'auteur démontre que les mines hispaniques étaient placées sous le régime de l'occupatio. Celui-ci était basé sur le principe de la libre occupation du domaine minier public, à condition qu'elle fut dûment déclarée auprès du gouverneur de la province qui l'enregistrait, ce qui, en retour, entraînait le paiement d'une redevance sur le produit de la mine par l'exploitant70. Les procédures d'exploitation ou d'ouverture de nouvelles mines s'en trouvaient donc singulièrement simplifiées, par rapport au système classique d'adjudication par les censeurs à Rome, traditionnellement retenu par les historiens. Celui-ci aurait obligé les sociétés minières à soumissionner tous les cinq ans, sans aucune garantie d'obtenir la reconduction automatique de leurs baux. La procédure de l'occupatio au contraire permettait d'assurer, sur le long terme, la continuité des exploitations71 ; un avantage non négligeable dans une activité qui exige d'importants investissements en temps et en argent ! Libre donc à qui le pouvait d'exploiter un gisement ou d'ouvrir une mine, aux conditions d'une déclaration préalable auprès du gouverneur et du paiement des taxes afférentes, celles, on peut croire, instituées par Caton en 19572. L'installation de sociétés minières italiques pouvait débuter, et, surtout, se faire sur un pied d'égalité.

24D'un point de vue strictement juridique, les mines ibériques devinrent donc « romaines » avec les mesures fiscales décidées par Caton. Signifiaient-elles pour autant que toutes les mines étaient désormais considérées comme faisant partie du dominium du peuple romain ? En fait, on n'en sait trop rien, tellement les sources sont lacunaires et peu précises et laissent envisager, d'autre part, l'existence de mines privées. Celles-ci échappaient-elles à tout contrôle des deux gouverneurs de provinces et donc aux taxes instituées en 195 ? Pour tenter de répondre à ces questions, il faut considérer à part, croyons-nous, les deux secteurs miniers contrôlés dès la fin du IIIe s. par les Romains, celui de Carthagène d'un côté, celui de Castulo de l’autre.

  • 73 Cic., De lege agraria, I, 2, 5.
  • 74 L'intention était de constituer, avec les gains, une caisse destinée à acheter des terres en Italie (...)
  • 75 Richardson, 1976, p. 145 ; Domergue, 1990, p. 233 ; Orejas, Sánchez-Palencia, 2002, p. 586 ; Orejas (...)
  • 76 Strabon, Geogr., 3, 2, 10.
  • 77 La date de cette vente fait l'objet de débats ; sur la discussion, Domergue, 1990, p. 230-234.
  • 78 Diodore, Bibl. Hist., 5, 36, 2 ; Strabon, Geogr., 3, 2, 9.
  • 79 Domergue, 1990, p. 235.
  • 80 Cas de figure envisagé, avec d'autres, pour le secteur minier de La Loba ; Blázquez et al., 2002, p (...)
  • 81 Un peu dans le même sens, Orejas, 2005, p. 64 : « es posible que familias o comunidades turdetanas (...)
  • 82 Domergue, 1990, p. 184-185.
  • 83 Le terme est utilisé par Cl. Domergue et P. Sillières dans Blázquez et al., 2002, p. 397.
  • 84 Ces nouveaux territoires, de statut pérégrin, n'échappaient pas au paiement du stipendium ; Orejas, (...)

25D'une rapide allusion de Cicéron dans son discours sur la loi agraire de P. Servillius Rullus qu'il combattit dès son entrée en charge comme consul en 6373, on a déduit que les agri [publici] in Hispania apud Carthaginem nouam que, avec d'autres biens, le tribun de la plèbe voulait vendre74, comprenaient les mines d'argent proches de la cité75. D'après Cicéron, l'intégration de ces agri dans le domaine public remonterait à l'époque des Scipions. La rapidité de la décision ne manque pas de surprendre alors que la guerre n'est pas encore terminée. Mais soit. Le fait que Strabon précise que, au moment où il écrit, les mines de Carthagène étaient entre les mains de particuliers76 semble confirmer qu'avant de devenir privées77, ces mines appartenaient en propre au peuple romain qui s'en était réservé ainsi les revenus. On peut donc accepter que, très tôt, et au plus tard en 195, les mines de Carthago Noua étaient ager publicus. Sur les mines de Castulo et leur situation juridique, le silence des textes est en revanche total. Selon Posidonius, repris par Diodore et Strabon78, les Ibères exploitaient des mines « pour leur propre compte » (ἰẟι⍵τώv chez Strabon), ce qui trahirait l'existence de mines privées79. L’information concerne-t-elle le secteur de Castulo ? Aucun texte n'atteste que, à l'instar des mines de Carthagène, celles de Castulo frurent déclarées publiques. De fait, celles-ci ont pu rester dans le domaine privé tout en étant soumises à l'impôt80, le district de Castulo se trouvant dans les limites de la prouincia romaine81. D'une manière générale, ce régime a pu être celui de l'ensemble des mines de la Sierra Morena, au fur et à mesure que celles-ci tombaient entre les mains des Romains. Cl. Domergue a rappelé opportunément que l'emprise de Rome sur ces régions ne se fit que de façon progressive, dépendante qu'elle avait été du règlement des questions lusitanienne et celtibérique qui ne trouvèrent de solution quasi définitive que dans les dernières décennies du IIe siècle82. Sur ce « Far West » avant l'heure83, Rome n'aurait exercé qu'un contrôle lointain, se contentant peut-être de marquer sa souveraineté sur les mines des territoires sur lesquelles elle resserrait peu à peu son autorité par le biais des taxes mises en place en 195 sans qu'il ait été nécessaire de les confisquer au profit du peuple romain84. Le système mis en place par Caton aurait, dans cette hypothèse, concerné l'ensemble du domaine minier d'Ultérieure à mesure qu'il prenait forme ; une situation très différente de celle de Carthagène, dont le territoire était depuis longtemps sécurisé, permettant une mise ou une remise en exploitation quasi immédiate de ses mines, dans laquelle le rôle des Italiens fut, à n'en pas douter, central.

4. Les Italiens et l'exploitation des mines ibériques aux IIe et Ier s. av. J.-C.

  • 85 Andreau, 2000, col. 783-784.
  • 86 Parmi laquelle a pu se trouer une partie des 2000 artisans dont Scipion, au lendemain de la prise d (...)

26Certes, ceux-ci ne sont pas nommément attestés avant au moins la fin du iie s. av. J.-C. Mais si on accepte que, très rapidement, les mines de Carthagène furent déclarées ager publicus, on peut croire que l'intervention d'exploitants italiques n'a pas manqué d'être elle aussi rapide. Ces Italiens, on les connaît bien ; ce sont ces negotiatores qui suivaient les légions romaines pour développer des affaires privées hors d'Italie85. Dès lors, on peut se demander si les premiers « mineurs » romains de Carthagène n'avaient pas été des hommes d'affaires davantage que des « professionnels » de la mine, dont la première tâche fut d'assurer la continuité des exploitations existantes. Voilà qui pourrait expliquer l'organisation du district minier de Carthagène dont l'épigraphie des lingots de plomb montre qu'il était morcelé en une multitude d'entreprises individuelles. Les premiers exploitants de la Sierra de Cartagena auraient été des investisseurs attirés par les perspectives de bénéfices rapides et non négligeables dans une activité dans laquelle ils n'étaient pas forcément spécialisés. Le contexte local le permettait : un domaine sous contrôle, des gisements bien identifiés, géographiquement concentrés et pour partie déjà en exploitation, une main d'œuvre qualifiée sur place86, un port permettant l'évacuation rapide vers l'Italie des métaux produits. La spécialisation serait venue plus tard, certaines de ces entreprises devenant, à terme, ces sociétés minières que les lingots de plomb nous font connaître à partir de la fin du IIe siècle.

  • 87 Blázquez et al., 2002, p. 394-395 par exemple.

27Si donc l'aventure pouvait être rapidement tentée à Carthagène, elle connut ailleurs des limites. Ces mêmes negotiatores-entrepreneurs miniers ne furent sans doute pas nombreux en effet à la poursuivre dans les régions plus éloignées de la Sierra Morena, pas toujours très sûres et où la dispersion des gisements rendait d'autant plus aléatoire leur sécurité. Quand, avec la fin des guerres lusitaniennes et celtibériques, l'exploitation à grande échelle des gisements métallifères de l'Ultérieure put véritablement démarrer, les moyens à mettre en œuvre furent plus importants que ceux qui, du moins dans un premier temps, avaient été nécessaires à Carthagène. Seules des compagnies minières organisées comme telles pouvaient s'attaquer à ce vaste territoire qui s'offrait désormais à l'exploitation. Elles étaient, on l'a dit, capables de mobiliser et les compétences et les ressources financières nécessaires pour prospecter des régions étendues, ouvrir plusieurs mines à la fois, traiter le minerai, embaucher une main d'œuvre salariée comme l'ont montré les trouvailles faites dans le village minier de La Loba87.

  • 88 Cl. Domergue et P. Sillières dans Blázquez et al., 2002, p. 208-209 et 396-397.

28On ignore dans quelles conditions ces sociétés s'installèrent dans la Sierra Morena et à quel rythme ; comment et sur quelles bases elles se partagèrent ce nouveau territoire minier. L'idée d'une association avec des familles locales a été évoquée88. De fait, ces compagnies minières apparaissent mieux armées que ne l'auraient été de simples particuliers pour traiter sur place avec les groupes indigènes locaux, et forcément leurs élites, et négocier leur installation, voire bénéficier de protections. Aussi n'est-il pas interdit de penser que, au moment du « rush » des sociétés minières en Ultérieure, quelques-unes étaient déjà sur place, notamment dans le secteur de Castulo.

  • 89 C'est ce que montrent les analyses isotopiques du plomb effectuées sur les lingots ; Domergue, 2000 (...)
  • 90 Rappelons que les sondages stratigraphiques réalisés au Cerro del Plomo par Cl. Domergue ont révélé (...)
  • 91 Domergue, 1990, p. 187-188.
  • 92 Domergue, 1967, p. 49-50 ; 1971, p. 340-343.
  • 93 Pline, HN, 34, 49, 165.
  • 94 Domergue, 1983, p. 114-115 et 138.
  • 95 Datée du milieu ou de la deuxième moitié du ier s. av. J.-C. ? ; voir AE, 2000, 781 ; également Sty (...)

29Mais, à peu près un siècle plus tard, et à l'époque augustéenne en tout cas, des sociétés individuelles opèrent dans la Sierra Morena, dans ces mêmes secteurs que les grandes compagnies minières semblent avoir contrôlés jusque-là89. Mais elles n’en prennent pas le relais90. Peut-être faut-il y voir une répercussion des deux guerres civiles qui n'épargnèrent pas la région dans les années 80-40. Même si leurs effets sur l'activité minière sont mal connus91, on peut croire qu'elles entraînèrent un ralentissement de celle-ci. Localement, des mines ont pu fermer, des établissements détruits de façon violente, comme à Diógenes et au Centenillo92. Il y eut cependant une reprise et celle-ci a donné toute leur place à ces entreprises individuelles que nous font connaître les lingots de plomb de quelques épaves en Méditerranée des débuts de l'époque impériale. Peut-être les metalla Antoninianum et Samariense mentionnés par Pline l'Ancien93 se sont-ils constitués à ce moment-là. Peut-être fut-ce aussi le cas des mines de Sextus Marius que Tibère confisquera ? Il apparaît, quoi qu'il en soit, que ce fut le régime de l'occupatio sous lequel était placé le domaine minier qui favorisa cette reprise, une préfiguration en quelque sorte des dispositions de la lex Vipasca II, et en particulier de sa rubrique 5, réglementant la réoccupation d'une mine inactive pendant plus de six mois94. La borne inscrite découverte en 1986 dans les environs de la mine antique de Valdeinfierno à Carboneros dans le district de La Carolina, donnant le nom de son exploitant, T. Pasidius Sabinus95, en pourrait être une autre illustration.

  • 96 Domergue et al., à paraître.
  • 97 Et peut-être trois. De la fonderie romaine de La Gacha à Mazarrón (Domergue, 1987, p. 405) provient (...)

30Inversement, dans le Sud-Est, à la même époque, on constate la présence de grandes compagnies minières. La situation est pourtant différente de celle de la Sierra Morena. À Carthagène même, l'activité minière brille de ses derniers feux ; les lingots de l'épave de Comacchio, en Italie du nord, sont les derniers témoins connus de l'exportation du plomb de ce district96. Sur le terrain, les mobiliers archéologiques recueillis en surface ou dans des fouilles récentes ne vont pas au-delà de l'époque augustéenne. Mais à une quarantaine de km au sud-ouest, l'activité ne semble pas faiblir à Mazarrón où le matériel d'époque augustéenne et julio-claudienne est omniprésent. Au moins deux entreprises minières y sont actives, on l'a vu97. Depuis quand sont-elles installées dans la région ? Les éléments manquent pour le dire, mais on peut faire l'hypothèse que leur arrivée sur place s'inscrivit dans ce même mouvement qui, à la charnière des IIe et Ier siècles av. n. è., permit à de grandes sociétés minières d'investir les districts de la Sierra Morena.

Conclusion

  • 98 Gourdiole, Landes, 1998, p. 60-61.

31À lire Diodore de Sicile, l'intervention des Italiques dans les mines hispaniques s'apparenta à une véritable invasion, subite et même subie par les populations locales. Les choses paraissent plus compliquées. L'installation d'entreprises minières italiques en péninsule Ibérique apparaît en effet organisée et sans doute même encadrée par l'État romain, même si celui-ci n'intervint pas directement dans l'exploitation. Surtout, elle semble avoir connu deux temps forts, liés à la progression de la conquête romaine et de la pacification des territoires péninsulaires. Elle a logiquement concerné d'abord la région de Carthagène avant les régions situées plus à l'intérieur des terres. Cela explique les modalités selon lesquelles l'occupation des mines s'est alors effectuée, qui furent différentes à Carthagène et dans la Sierra Morena. Très rapidement sans doute, les Italiens prirent le relais des Carthaginois dans la première alors que leur installation dans la seconde dut attendre, pour l'essentiel, les dernières décennies du IIe siècle. Dans la première d'autre part, les conditions étaient favorables à l'intervention de particuliers qui n'étaient pas nécessairement des entrepreneurs miniers mais plutôt alors au départ des « hommes d'affaires » prêts à investir dans une activité susceptible de rapporter gros. Dans la seconde, l'étendue du domaine à exploiter convenait davantage à des entreprises capables de mobiliser des moyens techniques et financiers nécessaires à une exploitation à grande échelle. Leur installation s'inscrivit de fait dans un phénomène qui ne fut pas propre aux territoires hispaniques. Au même moment où de grandes entreprises minières se lançaient dans l'exploitation des gisements métallifères de la Sierra Morena, mais aussi des Baléares et peut-être même de Mazarrón, une autre entreprise italienne, la societas argentifodinarum Rotenensium, s'installait en Gaule Transalpine, récemment soumise à l'autorité romaine, et ouvrit des mines dans la haute vallée de l'Orb98. Gageons que l'archéologie nous en fera connaître d'autres à l'avenir, en péninsule Ibérique comme ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Andreau, J. 2000, Art. negotiator, Der Neue Pauly : Enzyklopädie der Antike, Stuttgart, col. 783-785.

Antolinos, J.A., 2005, Las técnicas de explotación en las minas romanas de Carthago Noua, dans J.A. Antolinos Marín et J.I. Manteca Martínez (coord.), Bocamina : Patrimonio minero de la Región de Murcia, catalogue d’exposition, Museo de la Ciencia y el Agua, Murcie, p. 71- 84.

Antolinos, J.A., à paraître, Identificación y análisis de yacimientos minero-metalúrgicos en la sierra minera de Cartagena-La Unión y en Mazarrón (Murcia, España), Actes du colloque Minería Antigua : Estudios regionales y temas de investigación actual, 28-29 novembre 2005, Madrid.

Antolinos Marín, J.A. et Soler Huertas, B., 2007, Los orígenes de la arqueominería en la Región de Murcia (I) : los hallazgos en la Sierra Minera de Cartagena-La Unión, Mastia, 6, p. 123-142.

Bernard, H. et Domergue, Cl., 1991, Les lingots de plomb de l'épave romaine Sud-Perduto 2 (Bouches de Bonifacio, Corse), Bulletin de la Société des Sciences Historiques et naturelles de la Corse, 111, p. 41-95.

Blázquez Martínez, J. Ma, Domergue, Cl. et Sillières P. (dir.), 2002, La Loba (Fuenteobejuna, Cordoue, Espagne). La mine et le village minier antiques, Ausonius-Mémoires 7, Bordeaux.

Cadiou, F., 2008, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l'Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 38, Madrid.

Colls, D., Domergue, Cl. et Guerrero Ayuso, V., 1986, Les lingots de plomb de l'épave romaine Cabrera 5 (île de Cabrera, Baléares), Archaeonautica, 6, p. 31-81.

Conophagos, C., 1980, Le Laurium antique et la technique grecque de la production d’argent, Athènes.

Domergue, Cl., 1967, La mine antique de Diógenes (Province de Ciudad Real), MCV, 3, 1967, p. 29-81.

Domergue, Cl., 1971, El Cerro del Plomo, mina “El Centenillo” (Jaén), Noticiario Arqueológico Hispánico, 16, p. 267-363 + 12 pl.

Domergue, Cl., 1987, Catalogue des mines et des fonderies antiques de la péninsule Ibérique, Publications de la Casa de Velázquez, série Archéologie, VIII, t. I, Madrid.

Domergue, Cl., 1993, La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca, Paris.

Domergue, Cl., 1990, Les mines de la péninsule Ibérique dans l'Antiquité romaine, coll. École française de Rome, 127, Paris.

Domergue, Cl., 2000, En busca del plomo de las minas romanas del distrito Linares-La Carolina (Jaén), Temas Geológico-Mineros, 31, p. 61-67.

Domergue Cl., 2004, Le régime juridique des mines du domaine public à Rome. À propos d'un ouvrage récent, MCV, Nvelle série, 34 -2, p. 221-236.

Domergue Cl., 2008, Les Mines Antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, coll. Antiqua, Picard, Paris.

Domergue, Cl. et Piccotini, G., 2004, À propos du fragment de lingot de plomb hispanique trouvé au Magdalensberg (Carinthie, Autriche). Note additionnelle, Rudolfinum, Jahrbuch des Landesmuseums Kärten (2003), p. 167-170.

Domergue, Cl., Quarati, P.A., Nesta, a. et Trincherini, P.R., à paraître, Retour sur les lingots de plomb de Comacchio (Ferrara, Italie) en passant par l'archéométrie et l'épigraphie, Minería antigua, Colloque international, Casa de Velázquez, nov. 2005, Madrid.

García Pulido, l., 2008, La mina de oro iliberritana del Hoyo de la Campana (Lancha del Genil, Granada), dans Granada en época romana : Florentia Iliberritana, Museo Arqueológico y Etnológico, Grenade, p. 117-129.

García Romero, J., 2002, Minería y metalurgia en la Córdoba romana, Cordoue.

González, J., 1998, Varia epigraphica II, Habis, 29, p. 105-115.

Gourdiole, R. et Landes, Chr., 1998, La Transalpine minière : des monts d'Orb au bassin de Lodève, dans L. Schneider et D. Garcia, Carte archéologique de la Gaule. Le Lodévois (34/1), Paris, p. 53-66.

Jiménez Ávila, F.J., 1989-1990, Notas sobre la minería romano-republicana bajoextremeña : las explotaciones de plomo de la sierra de Hornachos (Badajoz), Anas, 2/3, p. 123-134. nogueRa CeldRán, J.-M., 1992, El conjunto escultórico consagrado por el « dispensator Albanus » (I). Algunas puntualizaciones para su estudio iconográfico y estilístico, Verdolay, 4, p. 75-98.

Noguera Celdrán, J.M. et Navarro Suárez, F.J., 1995, El conjunto escultórico consagrado por el « dispensator Albanus » (II). Consideraciones para su estudio epigráfico e historico- arqueológico, Verdolay, 7, p. 357-373.

Orejas, A., 2005, El desarollo de la minería en la Hispania romana, dans J.A. Antolinos Marín et J.I. Manteca Martínez (coord.), Bocamina : Patrimonio minero de la Región de Murcia, catalogue d’exposition, Museo de la Ciencia y el Agua, Murcie, p. 61-69.

Orejas, A. et Ramallo, S., 2004, Carthago Noua : la ville et le territoire. Recherches récentes, dans M. Clavel-Lévêque et G. Tirologos (éd.), De la terre au ciel. II. Paysages et cadastres antiques, Besançon, p. 87-118.

Orejas, a. et Sánchez-Palencia, F. J, 2002, Mines, territorial Organization, and Social Structure in Roman Iberia : Carthago Noua and the Peninsular Northwest, AJA, 106, p. 581- 599.

Orejas, A. et Sastre, I., 1999, Fiscalité et organisation du territoire dans le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique : ciuitates, tribut et ager mensura comprehensus, DHA, 25/1, p. 159-188. Pena, Ma J., 1995, S(ocietas) M(ontis) F(icariensis). Nota sobre la inscripción CIL, II, 3527 (Mazarrón, Murcia), Verdolay, 8, p. 43-47.

Pinedo Reyes, J. et Alonso Campoy, D., 2004, El yacimiento submarino de la isla de Escombreras, dans Scombraria. La historia oculta bajo el mar. Arqueología submarina en Escombreras, Cartagena (museo arqueológico de Murcia, 17 marzo – 4 junio 2004), Murcie, p. 128-151 et 199-210.

Poveda Navarro, a., 2000, Societas Baliarica. Una nueva compañía minera romana de Hispania, Gerion, 18, p. 293-313.

Richardson, J.S., 1976, The spanish mines and the development of provincial taxation in the second century B.C., JRS, 76, p. 139-152.

Richarson, J.S. 1986, Hispaniae. Spain and the development of Roman Imperialism, 218-82 BC, Cambridge university Press [réed. 2004].

Rico, Chr., Domergue, Cl., Rauzier, M., Klein, S., Lahaye, Y., Brey, G. et Von Kaenel, H.-M., 2005-2006, La provenance des lingots de cuivre de Maguelone (Hérault). Étude archéologique et archéométrique, RAN, 38-39, p. 459-472.

Rico, Chr., Fabre, J.-M. et Antolinos Marín, J.A., 2009, Recherches sur les mines et la métallurgie du plomb-argent de Carthagène à l'époque romaine, MCV, nvelle série, 39 (1), p. 291-310.

Rodà, I., 2004, Agripa y el comercio del plomo, Mastia, 3, p. 183-194.

Salinas De Frías, M., 1995, El gobierno de las provincias hispanas durante la República romana (218-27 A.C.), Salamanca.

Stylow, A.U., 2000, Epigraphische Miszellen aus der Provinz Jáen V. Inschrift aus dem Bergbaubezirk von Castulo, dans G. Paci, éd., EPIGRAPHIAI. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Tivoli, 2000, p. 1021-1027.

Trincherini, P.R., Domergue, Cl., Manteca, I., Nesta, A. et Quarati, P., 2009, The identification of lead ingots from the Roman mines of Cartagena (Murcia, Spain) : the role of lead isotope analysis, JRA, 22-1, p. 123-145.

Ventura Villanueva, A., 1993, Susum ad montes S(ocietatis) S(isaponensis) : nueva inscripción tardorrepublicana de Corduba, Anales de Arqueología Cordobesa, 4, p. 49-61.

Veny, C., 1979, Nuevos materiales de Moro Boti, Tabajos de Prehistoria, 36, p. 465-488.

Haut de page

Annexe

Fig. 1. Lingots estampillés (cl. Claude Domergue)

Fig. 1. Lingots estampillés (cl. Claude Domergue)

a. L. Planii Russini (Escombreras 3)

b. SOC M C PONTILIEONRVM M F (Mal di Ventre)

c. SOC ARGENT FOD MONT ILVCR GALENA (Rome)

d. SOC BALIAR (Escombreras 3).

Fig. 2. Sceaux en plomb de Sierra Morena (d’après Domergue, 1990, p. 561).

Fig. 2. Sceaux en plomb de Sierra Morena (d’après Domergue, 1990, p. 561).

a. Castuera b. Santa Bárbara c. Fuente Espí d-e. El Centenillo

Fig. 3. Zones minières, mines et fonderies citées dans le texte

Fig. 3. Zones minières, mines et fonderies citées dans le texte

1. Cerro de las Cruces (Badajoz) 2. Campanario (Badajoz) 3. Santa Bárbara (Córdoba) 4. La Loba (Córdoba) 5. Santa Eufemia (Córdoba) 6. Mines de Posadas (Córdoba) 7. El Centenillo / Fuente Espí (Jaén) 8. Castulo (Jaén) 9. Mazarrón (Murcia) 10. Sierra de Cartagena (Murcia).

Haut de page

Notes

1 Traduction de Cl. Domergue, 2008, p. 190-191.

2 Tite-Live, Histoire romaine, 34, 21, 7.

3 Strabon, Geographie, 3, 2, 10.

4 Aux arguments archéologiques et épigraphiques, il faut désormais ajouter ceux apportés par les analyses isotopiques ; cf. Trincerini et al., 2009.

5 Essentiellement, Domergue, 1990, p. 321-330.

6 Essentiellement, Domergue, 1990, p. 321-330.

7 Domergue, 1990, p. 254-257.

8 Lingot 1038 du catalogue de Domergue, 1990, p. 268 note 35 et aussi p. 321-322.

9 CIL, II 6247, 2.

10 Veny, 1979, p. 472.

11 Domergue, 1990, p. 266, n. 30.

12 Colls et al., 1986, p. 31-89.

13 Bernard, Domergue, 1991, p. 41-95.

14 Domergue, 2000, p. 65-66. C'est nécessairement le cas d'une partie du chargement de plomb de l'épave Sud-Perduto 2 où l'on retrouve des lingots de M. Valerius Ablon, attesté dans l'épave Cabrera 5.

15 Cic., Phil., 2, 19, 48 ; Pline, HN, 33, 68.

16 Ventura Villanueva, 1993 ; CIL, X, 3964 ; CIL, II2, 7, 415a.

17 Domergue, 1990, n° 1040 p. 257.

18 CIL, XV, 7916 ( = AE, 1907, 135).

19 On suppose que ces sceaux servaient à sceller les sacs de minerai dont les entreprises ainsi identifiées étaient propriétaires ; cf. Domergue, 1990, p. 261.

20 Inscriptions moulées sur des sceaux en plomb. Domergue, 1987, p. 158, 155, 138 et 28 respectivement.

21 Jiménez Ávila, 1989-1990, p. 124-125.

22 González, 1998, p. 110-111 ( = AE, 1998, 748).

23 Domergue, 1971, p. 348 ; id., 1990, p. 262 sq. Et non s(ocietas) C(ordubensis), interprétation défendue par García Romero, 2002, p. 511.

24 Veny, 1979, p. 472. L’auteur rapproche le second terme de l’inscription, VESC(…), de Vesci Fauentia mentionnée par Pline l'Ancien dans son énumération des villes de la province de Bétique (HN, 3, 3, 10). La cité était située en Bastétanie, bien plus au sud de la Sierra Morena, ce qui rend peu pertinent ce rapprochement.

25 Rodà, 2004, p. 184-185 et 189.

26 Rico et al., 2005-2006, p. 463-468.

27 Domergue, 1971, p. 294-295 et 357.

28 Domergue, 1971, p. 351.

29 AE, 1907, 135. La dénomination est quelque peu différente de celle du lingot du Tibre. Mais il s'agit vraisemblablement de la même société. Du même avis, Cl. Domergue, 2005, p. 189, à propos d'une matrice en plomb utilisée pour la réalisation des estampilles sur lingots de plomb qui porte l'inscription MONT ARGENT. Elle a été trouvée en 1847 dans un crassier antique près de Mazarrón, au lieu-dit Cabeza del Moro, éloigné d'une dizaine de kilomètres de la grande mine de Coto Fortuna.

30 CIL, II, 3525-3527.

31 Pena, 1996 ; Noguera Celdrán, Navarro Suárez, 1995.

32 Noguera Celdrán, 1992, p. 94.

33 Domergue, 1990, p. 261.

34 Pinedo Reyes et Alonso Campoy, 2004, p. 129 sq.  ; Poveda, 2000.

35 Domergue, 1987, p. 46-48.

36 Sur cet épisode, Strabon, Geogr., 3, 5, 1.

37 En particulier celle de Richardson, 1976, p. 140-144.

38 À la suite de E. Badian et de P.A. Brunt notamment, critiqués par J.S. Richardson, à son tour critiqué par Domergue, 1990, p. 246-248 et 258-276.

39 Domergue, 1990, p. 259-260.

40 Mateo, 2002, p. 30-40 et 62-65.

41 Domergue, 2004, p. 222-225, et, tout récemment, Domergue, 2008, p. 192-195.

42 Mateo, 2001, p. 71-73.

43 Domergue, 1987, p. 265-268.

44 Existaient-ils aussi beaucoup plus au sud, à Grenade, où ont été signalées au début du xxe s. ces mêmes monnaies gravées des lettres SC ? L'idée n'est pas rejetée par Domergue, 1990, p. 262, pour qui rien n'interdisait à la societas Castulonensis de s'intéresser aux gisements de Grenade (site de Hoyo de la Campana), quand bien même il s'agissait d'or alluvionnaire dont l'exploitation ne pouvait se faire que par des techniques très différentes de celles mises en oeuvre dans les mines en roche de la Sierra Morena. Toutefois, une étude en cours sur cette mine particulière du sud de l'Espagne remet en question la réalité de ces découvertes monétaires. Cf. García Pulido, 2008, pour une première description des travaux anciens (sur les monnaies, p. 128).

45 En dernier lieu, Domergue, 2008, p. 152-153.

46 Antolinos, à paraître.

47 Voir ci-dessus n. 29.

48 Blázquez et al., 2002.

49 Cl. Domergue et P. Sillières dans Blázquez et al., 2002, p. 396-397.

50 Antolinos, Soler Huertas, 2007.

51 Pour l'essentiel, voir Domergue, 1987, p. 362-373 ; Antolinos, à paraître.

52 Strabon, Geogr., 3, 2, 10.

53 Domergue, 1990, p. 258-259 et 264-267 notamment (33 producteurs) ; Domergue, Picottini, 2004 (à propos d'un producteur nouvellement recensé).

54 Domergue, 1990, p. 264 sq.  ; Orejas, 2005, p. 63.

55 Sur les procédés, voir en dernier lieu Domergue, 2008, p. 147-155 (à partir des exemples du Laurion et de Coto Fortuna).

56 À l'instar de la laverie de la fin de l'époque républicaine que nous fouillons depuis 2008 ; cf. Rico et al., 2009, p. 303-308.

57 1 000 000 t de scories auraient été fondues depuis le milieu du XIXe s.  ; cf. Domergue, 1987, p. 369- 370.

58 Domergue, 2008, p. 187.

59 Conophagos, 1980, p. 300-301.

60 Tite-Live, Histoire romaine, 34, 21, 7.

61 Polybe, Histoires, 10, 6, 38.0

62 Diodore, Bibl. Hist., V, 38, 4.

63 Pline, HN, 33, 31, 97. Domergue, 1990, p. 166, propose de la situer dans le district de Huelva, dans la ceinture pyriteuse (également p. 57).

64 On rappellera à cet égard le mariage qu'Hannibal contracta avec Imilce, une « princesse » de Castulo (Liv., 24, 41, 7), mariage qui dut permettre à celui-ci de resserrer son contrôle sur les mines de la région.

65 Richardson, 1996, p. 46-51.

66 Sur la révolte indigène de 197 et son importance réelle, voir en dernier lieu Cadiou, 2008, p. 34-37.

67 Salinas de Frías, 1995, p. 57.

68 Domergue, 1990, p. 259-270 en particulier.

69 Mateo, 2001, p. 21-65 (pour la période républicaine).

70 Richardson, 1976, p. 145 notamment, avait déjà défendu, pour les mines de Carthago Nova, un système comparable d'exploitation et de perception des revenus de la mine (rappelé dans Richardson, 2004 [1986], p. 91).

71 Mateo, 2001, p. 65.

72 En simplifiant, c'est ainsi que Cl. Domergue (2008, p. 192-196) présente désormais la ferme républicaine des mines du domaine public.

73 Cic., De lege agraria, I, 2, 5.

74 L'intention était de constituer, avec les gains, une caisse destinée à acheter des terres en Italie pour y installer des colons.

75 Richardson, 1976, p. 145 ; Domergue, 1990, p. 233 ; Orejas, Sánchez-Palencia, 2002, p. 586 ; Orejas, Ramallo, 2004, p. 96 ; plus réservé, Mateo, 2001, p. 67-69.

76 Strabon, Geogr., 3, 2, 10.

77 La date de cette vente fait l'objet de débats ; sur la discussion, Domergue, 1990, p. 230-234.

78 Diodore, Bibl. Hist., 5, 36, 2 ; Strabon, Geogr., 3, 2, 9.

79 Domergue, 1990, p. 235.

80 Cas de figure envisagé, avec d'autres, pour le secteur minier de La Loba ; Blázquez et al., 2002, p. 396. Voir aussi la mise au point d'Orejas et Sastre, 1999, p. 160-164 sur les différents statuts du sol provincial à l'époque de la domination romaine et la fiscalité qui s'y attachait.

81 Un peu dans le même sens, Orejas, 2005, p. 64 : « es posible que familias o comunidades turdetanas se hiciesen cargo de minas, quizás entrando en el sistema romano de adjudicaciones ».

82 Domergue, 1990, p. 184-185.

83 Le terme est utilisé par Cl. Domergue et P. Sillières dans Blázquez et al., 2002, p. 397.

84 Ces nouveaux territoires, de statut pérégrin, n'échappaient pas au paiement du stipendium ; Orejas, Sastre, 1999, p. 161 pour qui la différence entre le uectigal, prélevé sur l'exploitation des publica, et le stipendium « pouvait être très subtile ».

85 Andreau, 2000, col. 783-784.

86 Parmi laquelle a pu se trouer une partie des 2000 artisans dont Scipion, au lendemain de la prise de Carthagène, fit des esclaves publics ; Liv., 26, 47, 2.

87 Blázquez et al., 2002, p. 394-395 par exemple.

88 Cl. Domergue et P. Sillières dans Blázquez et al., 2002, p. 208-209 et 396-397.

89 C'est ce que montrent les analyses isotopiques du plomb effectuées sur les lingots ; Domergue, 2000, p. 61-67.

90 Rappelons que les sondages stratigraphiques réalisés au Cerro del Plomo par Cl. Domergue ont révélé que la societas Castulonensis était toujours active au Centenillo sous les Julio-Claudiens. À la même époque à peu près, est attestée une societas Vesc(…) d'après les découvertes de l'épave Cabrera 4.

91 Domergue, 1990, p. 187-188.

92 Domergue, 1967, p. 49-50 ; 1971, p. 340-343.

93 Pline, HN, 34, 49, 165.

94 Domergue, 1983, p. 114-115 et 138.

95 Datée du milieu ou de la deuxième moitié du ier s. av. J.-C. ? ; voir AE, 2000, 781 ; également Stylow, 2000.

96 Domergue et al., à paraître.

97 Et peut-être trois. De la fonderie romaine de La Gacha à Mazarrón (Domergue, 1987, p. 405) provient un fragment de lingot de plomb estampillé. La fin de l'inscription seule est conservée, [---] PICAE. La terminaison -ae pourrait révéler un toponyme.

98 Gourdiole, Landes, 1998, p. 60-61.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Lingots estampillés (cl. Claude Domergue)
Légende a. L. Planii Russini (Escombreras 3)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende b. SOC M C PONTILIEONRVM M F (Mal di Ventre)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende c. SOC ARGENT FOD MONT ILVCR GALENA (Rome)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende d. SOC BALIAR (Escombreras 3).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 2. Sceaux en plomb de Sierra Morena (d’après Domergue, 1990, p. 561).
Légende a. Castuera b. Santa Bárbara c. Fuente Espí d-e. El Centenillo
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 3. Zones minières, mines et fonderies citées dans le texte
Légende 1. Cerro de las Cruces (Badajoz) 2. Campanario (Badajoz) 3. Santa Bárbara (Córdoba) 4. La Loba (Córdoba) 5. Santa Eufemia (Córdoba) 6. Mines de Posadas (Córdoba) 7. El Centenillo / Fuente Espí (Jaén) 8. Castulo (Jaén) 9. Mazarrón (Murcia) 10. Sierra de Cartagena (Murcia).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/12966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Rico, « Sociétés et entrepreneurs miniers italiques en Hispanie à la fin de l'époque républicaine »Pallas, 82 | 2010, 395-415.

Référence électronique

Christian Rico, « Sociétés et entrepreneurs miniers italiques en Hispanie à la fin de l'époque républicaine »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/12966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.12966

Haut de page

Auteur

Christian Rico

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search