Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Itinéraires hispaniquesAquitani stantes noctibus diebusq...

Itinéraires hispaniques

Aquitani stantes noctibus diebusque…Pline le Naturaliste (Hist. Nat., 33, 97) et l'épuisement de l'eau dans les mines d'Hispanie

Aquitani stantes noctibus diebusque… Pliny the Naturalist (Nat. Hist., 33, 97) and the pumping out of water in the mines of Hispania
Claude Domergue
p. 417-426

Résumés

Sous son apparence facile, le texte de Pline l'Ancien cité dans le titre renferme une indication qui demande réflexion : les Aquitains qui, dans les mines de la péninsule Ibérique travaillent à évacuer l'eau des mines, travaillent debout (Aquitani stantes). Pline ne pense-t-il pas ici à la position des « moteurs humains » (les esclaves) utilisés pour faire tourner les machines d'évacuation des eaux, en particulier dans les installations d'exhaure des mines du sud-ouest de la péninsule Ibérique ? C'est ce qu'on examine ici, en montrant à quel point ce texte est, à la fois, suggestif et concis.

Haut de page

Texte intégral

De même qu'à l'époque romaine, des Aquitains partirent travailler dans les mines d’Hispanie, de même, vingt siècles plus tard, notre ami Pierre quitta son Aquitaine natale pour suivre en Espagne des chemins qui, comme on sait, mènent tous à Rome.

1Au livre 33 de son Histoire Naturelle, Pline l'Ancien rapporte qu'à son époque, les mines ouvertes en Hispanie par Hannibal étaient encore en exploitation, qu'elles portaient toujours le nom de leur inventeur et que l'une d'elles, appelée Baebelo, avait été très productive puisqu'elle avait fourni à Hannibal trois cents livres d'argent par jour, soit près de 100 kg. Et Pline ajoute : ad MD passus iam cauato monte, per quod spatium Aquitani stantes noctibus diebusque egerunt aquas lucernarum mensura amnemque faciunt (Hist. Nat., 33, 97).

  • 1 Hübner, RE, sv Baebelo.
  • 2 Cañabate, 1955, p. 44-45.
  • 3 Domergue, 1990, p. 57.

2Il est clair que ce témoignage concerne les mines d'Hispanie. On a proposé diverses localisations, entre autres la région de Castulo, près de Linares (Jaén) dans la Sierra Morena1, ou encore, dans le sud-est de l'Espagne, celle de Carthagène (Murcie), l'ancienne Carthago Noua, dont les mines d'argent étaient célèbres2. Pour ma part, la suite du paragraphe consacrée aux conditions de gisement des mines d'argent m'avait fait suggérer les mines de la ceinture pyriteuse du sud-ouest de la péninsule Ibérique3 : on verra plus loin que le commentaire que je fais ici de ce passage peut constituer un nouvel argument en faveur de cette situation.

  • 4 Voir par exemple l'apparat critique de l'édition de la Collection des Universités de France, Pline (...)
  • 5 H. Zehnacker, Ibid, p. 191-192 : Accitani, Iacetani, des noms de peuples ibères, car, s'agissant de (...)

3D'un manuscrit à l'autre, ce paragraphe ne présente pas de ces leçons diverses et complexes4, pour la solution desquelles les commentateurs déploient souvent des trésors d'imagination. En revanche, c'est un mot attesté sans la moindre variante par tous les manuscrits qui semble avoir fait le plus de difficultés, le mot Aquitani. H. Zehnacker5 rappelle les diverses corrections effectuées sans raison, jusqu'à la plus cocasse, *aquatini : une petite métathèse vocalique, et le tour était joué pour transformer un ethnique en un vocable technique signifiant « porteur d'eau ». Certes, comme le rappelle H. Zehnacker, un mot ayant ce sens existe déjà, aquarius, attesté chez Juvénal, Sat. 6, 332, mais ce mot désigne un porteur d'eau dans un banquet. En fait, s'agit-il ici de porteurs d'eau ?

  • 6 Blázquez et al., 2002, passim et p. 394-395.
  • 7 Domergue, 1990, p. 337-350 ; Haley 1991, p. 88-99.
  • 8 Haley, 1991, p. 34-36.

4Je ne le pense pas. Commençons d'abord par Aquitani. Pourquoi des Aquitains dans les mines du sud de la péninsule Ibérique ? On sait que, dès la République, la main-d'œuvre fut assez mobile en Espagne, principalement dans les mines. Ainsi, l'on a pu montrer que, dès la fin du iie et au début du ier siècle avant J.-C., des gens du nord-est de la péninsule sont venus travailler dans les mines de la Sierra Morena, comme l'indique l'exemple de La Loba6 ; sous l'Empire, des déplacements analogues, qu'expliquent sans doute les conditions économiques plus ou moins favorables selon les régions, deviennent plus fréquents encore : les exemples en sont nombreux, d'un bout à l'autre de la Péninsule et plus spécialement dans le Sud-Ouest7. D'une manière générale, si l'on compte une majorité de « mouvants » intrapéninsulaires, se déplaçant d'une province hispanique à une autre, on relève aussi plusieurs exemples d'individus provenant des provinces de Gaule voisines8. Dans ces conditions pourquoi pas des Aquitains ?

  • 9 Cauuet, 1999, p. 48-55 ; Cauuet 2001.
  • 10 Vialaron, 1999, p. 118, 126 ; Cauuet et al. 2005, p. 428-436.
  • 11 Cauuet et al., 2005, p. 439-440.

5Oui, mais pourquoi spécialement des Aquitains dans les mines ? Les récentes recherches effectuées dans les mines d'or des Lémovices, un territoire qui, à partir d'Auguste, fera partie de la province d'Aquitaine, l'expliquent peut-être. Ces mines ont en effet été en activité du Ve au Ier siècle avant J.-C., et tout au long de cette période s'est forgé un savoir-faire qui se manifeste en particulier dans les techniques de boisage et dans la maîtrise de l'évacuation des eaux de mines ; les exemples fournis par la fouille des travaux souterrains aux Fouilloux et à La Fagassière (II e et Ier siècles avant J.-C.)9 sont éloquents, tant pour les techniques d'assemblage des pièces de bois utilisées dans les galeries et les chantiers d'abattage, que dans le traçage de travers-bancs d'exhaure, dont la longueur va de 10 à 36 m. Ce savoir-faire s'est maintenu même après la fermeture des mines limousines ; on en trouve des manifestations éclatantes dans les boisages découverts dans les mines de plomb-argent de l'ouest du Massif Central, à Pontgibaud (Puy-de-Dôme), et à La Minayre et à La Rodde (Lublilhac, Haute-Loire)10. Ces mines sont d'époque impériale, mais les deux dernières étaient déjà en exploitation au II e et au Ier siècle avant notre ère. Au Pays Basque, entre autres travaux anciens, la mine de cuivre de Banca renferme plusieurs galeries - de recherche, d'accès et d'exhaure (souvent de belle facture : « Un des ouvrages les plus remarquables, a-t-on écrit, est la galerie d'exhaure du filon des Trois Rois, appelée la Galerie Romaine… longue de 175 m, elle constitue l'épine dorsale de la mine de Banca »11.

  • 12 Oppidum des Sotiates : . alias cuniculis ad aggerem uineasque actis – cujus rei sunt longe peritiss (...)

6César fait l'éloge du savoir-faire des mineurs gaulois à deux reprises, d'abord à propos du siège de l'oppidum des Sotiates, en Aquitaine, puis, à l'occasion du siège d'Avaricum (Bourges). Dans les deux cas, il explique l'efficacité des sapes creusées par les Gaulois sous les retranchements romains par une pratique acquise dans les mines12. Le texte de Pline qui nous occupe confirme celui de César, selon qui les mineurs gaulois sont compétents dans n'importe quel type de galerie (omne genus cuniculorum). Simplement, il s'agit ici d'une galerie d'évacuation des eaux, ou « travers-banc d'exhaure ».

  • 13 Rien de commun avec un autre texte de Pline concernant l'exploitation des mines d'or du nordouest d (...)

7Revenons en effet au texte de Pline. Sous sa simplicité apparente, il pose certains problèmes et nécessite quelques commentaires. Ce que l'on vient de dire des mineurs aquitains invite à voir dans l'expression ad MD passus iam cauato monte, per quod spatium Aquitani… egerunt aquas… amnemque faciunt une allusion à un travers-banc d'exhaure, dont la longueur était d'environ 1500 pas, soit quelque 2200 m, et par lequel étaient évacuées vers l'extérieur les eaux souterraines sous la forme d'un courant d'eau (amnis). Mais, dans un tel ouvrage, l'eau circule toute seule, et les mineurs n'ont pas à intervenir. Il ne faut surtout pas imaginer dans le travers-banc une file de gens se passant de main en main des amphores pleines d'eau, que le dernier de la chaîne rejetterait au-dehors13. Dans le jargon des mineurs, l'évacuation des eaux de mines par un travers-banc s'appelle « l'exhaure naturelle », par contraste avec l'exhaure mécanique, qui implique l'usage de machines.

  • 14 Oleson, 1984, p. 291-350 ; Domergue, 1990, p. 445-454.
  • 15 Voir les schémas de fonctionnement publiés dans Domergue et al., 1999, p. 58, fig. 21 ; Domergue, B (...)

8Or on peut se demander s'il n'y a pas dans un des termes employés par Pline une allusion à l'utilisation de machines pour remonter les eaux du fond de la mine jusqu'au niveau du travers-banc qui les écoule alors naturellement vers l'extérieur (Fig. 1). Deux types principaux de machines ont été utilisés pour l'élévation des eaux dans les mines romaines du sud de l'Hispanie : la vis d'Archimède et la roue à augets14. Ces machines étaient mues par la force humaine : un esclave étant dressé sur l'appareil, appuyant de tout le poids de son corps sur les taquets disposés autour de l'engin15 de façon à le faire tourner (Fig. 2 et 3).

  • 16 Domergue 1990, tableau XXI, p. 436-437 : 1,50 m, voire 1,75 m et même 2 m.

9Le terme en question est le participe présent stantes (« debout »). Comme on l'a vu, il faut écarter l'hypothèse où des gens seraient alignés à la file, debout dans la galerie d'exhaure pour évacuer l'eau en se passant seaux ou amphores de main en main, puisque la fonction même de ce cuniculus était de permettre un écoulement naturel (notion exprimée ici par la mot amnis) sans intervention de l'homme. Certes, ce mot pourrait indiquer la surprise de Pline à voir ces hommes debout, dans une galerie haute de plafond, alors que, généralement, les galeries antiques sont basses et étroites, et que les mineurs n'y avançaient qu'accroupis, voire en rampant ; et il est vrai que, dans les mines hispaniques, plusieurs travers-bancs d'exhaure avaient des dimensions qui pouvaient permettre aux mineurs d'y circuler debout16. Mais encore une fois quel eût été le rôle de ces mineurs debout dans un travers-banc d'exhaure ? En revanche, le participe présent pourrait fort bien décrire la posture des moteurs humains utilisés pour faire tourner les machines élévatoires destinées à élever l'eau des niveaux profonds jusqu'à celui du travers-banc d'exhaure, qui la conduisait alors naturellement à l'extérieur.

10Le sujet de egerunt est le mot Aquitani, auquel se rapporte le participe présent. Si l'interprétation que nous en faisons est juste, cela signifierait-il que les gens employés à mouvoir les roues étaient des Aquitains ? Cela paraît peu probable, dans la mesure où, si les mines d'Hispanie faisaient appel aux Aquitains, c'était pour la maîtrise qu'ils affichaient dans l'établissement des galeries et dans la réalisation de tous les travaux d'accompagnement, en particulier les boisages. Il s'agissait donc en quelque sorte d'ouvriers spécialisés, que les dirigeants des mines n'auraient pas employés dans une tâche mécanique subalterne. Comme on peut le penser, les moteurs humains devaient être des esclaves.

  • 17 C'est le cas dans les installations de la mine de Tharsis : cf. Domergue, Bordes, 2004, p. 88, fig. (...)

11Ainsi donc, cette phrase d'apparence anodine m'apparaît en fait comme un véritable rébus. Le style et le vocabulaire sont ramassés et concis, au risque d'être obscurs. Si notre analyse est juste, au fond que veut dire Pline ? Eh bien, que la réputation que les Aquitains avaient acquise dans le traçage de tout type de galerie (omne genus cuniculorum, disait César), y compris donc les travers-bancs d'exhaure, était telle qu'on trouvait de ces Aquitains dans les mines d'Espagne, où tel était leur travail. Ces travers-bancs d'exhaure naturelle asséchaient certes les niveaux de chantiers situés au-dessus d'eux, mais étaient aussi alimentés par les machines qui remontaient de l'eau des niveaux inférieurs17, machines mues par des hommes qui, chose étonnante dans ces mines où les boyaux sont en général de hauteur réduite, étaient debout pour effectuer leur travail, un travail ininterrompu (noctibus diebusque), en raison même des venues d'eau permanentes, et pour l'exécution duquel on ne peut guère qu'imaginer des postes de travail organisés selon un système du type trois/huit, la longueur de chaque poste étant mesurée par la durée d'une ration d'huile de lampe (lucernarum mensura). Mais, dans ce passage, idées et images se télescopent, au point de se contredire, si, pour rester près de la lettre du texte, on veut, dans un travers-banc d'exhaure parcouru par un courant d'eau qui coule naturellement vers l'extérieur, mettre des Aquitains qui, debout, nuit et jour, seraient chargés eux aussi d'épuiser l'eau (comment ?), alors que, nous l'avons vu, elle n'a pas besoin d'eux et s'écoule normalement vers l'extérieur, dans le sens de la pente, comme une rivière (amnis).

  • 18 Ce n’est pas rare chez Pline. Par exemple, dans tel passage (NH, 33, 71-72) concernant les mines d' (...)

12Et pourtant, il n'est pas possible de traduire le texte autrement que de la manière suivante : « la montagne ayant été creusée sur 1500 pas, des Aquitains debout, nuit et jour, les postes se mesurant à la durée des lampes, épuisent l'eau sur cette distance et en font une rivière ». Telle ne semble pourtant pas être l'exacte réalité. Pline semble débordé par ses notes. Il les ajuste au petit bonheur la chance et finit par livrer un texte concis, mais, à ce que je crois, obscur18, un peu comme, dans certaines représentations figurées d'époque antique, plusieurs moments d'une action sont regroupés, condensés dans une seule et même figure.

  • 19 Domergue, 1990, tableau XXI, p. 435-436.
  • 20 Domergue, Bordes, 2004, p. 102 ; Domergue 2008, p. 125-128, 204.
  • 21 Le fait que Diodore et Strabon s'appuyant sur un témoignage de Posidonius parlent de l'usage de vis (...)
  • 22 C'est le terme qu'emploie Vitruve pour décrire le travail de l'homme qui meut une roue élévatoire ((...)

13Cette claire allusion aux travers-bancs d'exhaure dans les mines d'Hispanie nous ramène à une de mes premières remarques sur la localisation des mines auxquelles faisait allusion le texte du livre 33, dont fait partie le passage qui vient d'être commenté. A mon sens il s'agirait des mines de la ceinture pyriteuse du sud-ouest de la Péninsule : le fait que ce soient aussi celles qui renferment le plus de travers-bancs d'exhaure19 et qu'elles seules en Hispanie aient livré, en grand nombre, de ces roues d'exhaure standardisées20 peut renforcer ce point de vue. Un texte apparemment simple, mais qui pose des problèmes dès qu'on le considère avec rigueur : tel est donc le passage de Pline sur les Aquitains dans les mines d'Espagne. D'un côté, des spécialistes des travaux souterrains (galeries, boisages), venus d'outre Pyrénées pour équiper de travers-bancs d'exhaure des mines d'argent et de cuivre, peut-être situées dans le Sud-Ouest de la Péninsule21. De l'autre, des gens obscurs, sans doute des esclaves, auxquels est échu le travail, pénible et monotone, de faire tourner les grandes roues d'exhaure ou les vis d'Archimède dans les niches au fond desquelles se rassemble l'eau venue de plus bas et que ces appareils doivent élever plus haut. Ces hommes apparaissent debout, stantes. Peut-être Vitruve eût-il écrit calcantes22. Mais ce qui a frappé davantage Pline - ou son observateur -, c'est moins la perpétuelle marche sur place de ces ouvriers que, dans la lumière vacillante des lampes et le lent mouvement circulaire des roues ou des vis, la raideur presque immobile de ces moteurs humains, stantes noctibus diebusque.

1418 Ce n’est pas rare chez Pline. Par exemple, dans tel passage (NH, 33, 71-72) concernant les mines d'or du nord-ouest de la Péninsule, sont mêlées, semble-t-il, de façon peu claire des notations touchant les travaux à la fois dans les mines en roche et dans les mines en alluvion.

15Peut-être ironisera-t-on sur cette interprétation, fruit de « l'imagination trompeuse » Peut-être, mais qui peut assurer qu'elle soit fausse ? En tout cas, il m'a plu de l'écrire dans ce recueil d'hommages à Pierre.

Post-scriptum

16Alors que l'article était achevé, le hasard voulut que, passant par Lyon en ce mois de janvier 2010, je visite l'Institut Lumière. Parmi les courts-métrages anciens projetés dans l'une des salles, l'un d'eux attira mon attention. C'était au Japon, à la fin du xixe siècle. Le film montrait l'arrosage des rizières à l'aide d'un moulin, constitué d'une roue de petit format, munie de pales aux extrémités redressées en guise de godets ; elle tournait sous mes yeux d'un mouvement rapide, entraînée par un homme, qui, appuyé sur deux bambous plantés verticalement, faisait littéralement du « sur place », dressé (stans) sur la roue qu’effleuraient vivement ses pieds. Mutatis mutandis, j'avais devant les yeux la représentation de ce que me paraît suggérer la formule impressionniste de Pline - stantes egerunt aquas – quand on l'applique au fonctionnement des roues d'élévation de l'eau, dans les mines romaines du sud- ouest de l'Espagne. Le photogramme de la figure 4, dû à l'obligeance de l'Association Frères Lumière, donne une idée de la scène, le mouvement en moins.

Fig. 4. Appareil à élever l’eau, utilisé pour l’arrosage des rizières au Japon, à la fin du XIXe siècle.

Fig. 4. Appareil à élever l’eau, utilisé pour l’arrosage des rizières au Japon, à la fin du XIXe siècle.
Haut de page

Bibliographie

Cañabate Navarro, E., 1955, Historia de Cartagena desde su fundación a la monarquia de Alfonso XIII, Cartagena.

Cauuet, b., 1999, L'exploitation de l'or en Gaule à l'Age du Fer, dans B. Cauuet (dir.), L'or dans l'Antiquité. De la mine à l'objet, Aquitania Supplément 19, Bordeaux, 1999, p. 31-70.

Cauuet, B., 2000, Technique de boisage dans les mines d’or gauloises du sud-ouest du massif central, dans C. Domergue et M. Leroy (dir.), Mines et métallurgies en Gaule. Recherches récentes, Gallia, p. 129-146.

Cauuet, B., Domergue, C. et Urteaga, M., 2005, Mines et métallurgies en Aquitaine et en Hispanie septentrionale sous les Julio-Claudiens, dans Mines et métallurgies en Aquitaine et en Hispanie septentrionale sous les Julio-Claudiens, dans L'Aquitaine et l'Hispanie septentrionale à l'époque julio-claudienne. Organisation et exploitation des espaces provinciaux, IVe Colloque Aquitania, Saintes, 11-13 septembre 2003. Aquitania Supplément 13, Bordeaux, p. 423-460.

Domergue, C., 1990, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, Collection de l’École française de Rome, 127, Rome.

Domergue, C., 2008, Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Collection Antiqua, 11, Picard, Paris.

Domergue, C. et Bordes J.-L., 2004, La roue élévatoire de la mine romaine de Tharsis (Huelva, Espagne). Étude archéologique et technique de ce type de roue, dans F. Minanzio (dir.), Problemi di macchinismo in ambito romano. Macchine idrauliche nella litterature tecnica, nelle fonti storiografiche e nelle evidenze archeologiche di età imperiale, Archeologia dell'italia Settentrionale 8, Como, p. 87-105.

Domergue, C. et Bordes, J.-L., 2006, Quelques nouveautés techniques dans les mines et la métallurgie à l'époque romaine : leur efficacité et leurs effets sur la production, dans E. Lo Cascio (dir.), Innovazione tecnica e progresso economico nel mondo romano, Convegno Internazionale di Studi (Capri 13-16 aprile 2003), Naples, p. 197-223.

Domergue, C., Bordes, J.-L. et Binet, Chr., 1999, La roue de São Domingos, Musée des Arts et Métiers. La revue, p. 49-59.

Haley, E.W., 1991, Migration and Economy in Roman Imperial Spain, Aurea Saecula, 5, Université de Barcelone.

Oleson, J.P., 1984, Greek and Roman Mechanical Water-Lifting Devices : The History of a Technology, Toronto.

Stevenson, A.S., 1876, Roman Wheel from Tharsis, in Spain, Archaeologia Aeliana, 7, p. 276-281.

Vialaron, Chr., 1999, Un gisement célèbre en France : la mine d'antimoine de Daü (Haute- Loire). La concession pour antimoine de Lubilhac, canton de Blesle, Le Puy-en-Velay.

Haut de page

Annexe

Fig. 1. La disposition des paires supérieures de roues élévatoires romaines dans le filon nord de la mine de Tharsis (Huelva, Espagne) et, à droite, la galerie d’exhaure et sa sortie.

Fig. 1. La disposition des paires supérieures de roues élévatoires romaines dans le filon nord de la mine de Tharsis (Huelva, Espagne) et, à droite, la galerie d’exhaure et sa sortie.

D’après Stevenson, 1876, et Domergue, Bordes, 2004, p. 88, fig. 2.

Fig. 2. Fonctionnement des roues élévatoires des mines du sud-ouest de la péninsule Ibérique.

Fig. 2. Fonctionnement des roues élévatoires des mines du sud-ouest de la péninsule Ibérique.

La position de l’esclave chargé de faire tourner la roue doit se situer entre les points A et B.

J.-L. Bordes del. ; complété par Chr. Rico (d’après Domergue, Bordes, 2004, p. 101, fig. 15).

Fig. 3. Essai de représentation d’une vis d’Archimède en fonctionnement dans une mine romaine.

Fig. 3. Essai de représentation d’une vis d’Archimède en fonctionnement dans une mine romaine.

J.-M. Trémolières del. (d’après Domergue, Bordes, 2006, p. 210, fig. 16).

Photogramme extrait de Moulin à homme pour l'arrosage des rizières (Cat. Lumière N° 1030). Gabriel Veyre, Japon (Tokyo), 1898-1899. © Association Frères Lumière.

Haut de page

Notes

1 Hübner, RE, sv Baebelo.

2 Cañabate, 1955, p. 44-45.

3 Domergue, 1990, p. 57.

4 Voir par exemple l'apparat critique de l'édition de la Collection des Universités de France, Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, livre XXXIII, texte établi, traduit et commenté par H. Zehnacker, Paris, 1983.

5 H. Zehnacker, Ibid, p. 191-192 : Accitani, Iacetani, des noms de peuples ibères, car, s'agissant de mines d'Hispanie, comment imaginer que des Aquitains, des étrangers, eussent pu y travailler !

6 Blázquez et al., 2002, passim et p. 394-395.

7 Domergue, 1990, p. 337-350 ; Haley 1991, p. 88-99.

8 Haley, 1991, p. 34-36.

9 Cauuet, 1999, p. 48-55 ; Cauuet 2001.

10 Vialaron, 1999, p. 118, 126 ; Cauuet et al. 2005, p. 428-436.

11 Cauuet et al., 2005, p. 439-440.

12 Oppidum des Sotiates : . alias cuniculis ad aggerem uineasque actis – cujus rei sunt longe peritissimi Aquitani, propterea quod multis locis apud eos aerariae secturaeque sunt… (BG, 3, 21, 3). Siège d'Avaricum : Apud eos magnae sunt ferrariae atque omne genus cuniculorum notum atque usitatum est (BG, 7, 22, 2).

13 Rien de commun avec un autre texte de Pline concernant l'exploitation des mines d'or du nordouest de l'Hispanie, où les mineurs « évacuent les débris de roche à dos d'homme, de jour et de nuit, en se les passant de proche en proche dans l'obscurité ; seuls les derniers de la chaîne voient la lumière du jour » (. egeruntque umeris noctibus ac diebus per tenebras proximis tradentes ; lucem nouissimi cernunt : Pline, NH, 33, 71 ; traduction française H. Zehnacker).

14 Oleson, 1984, p. 291-350 ; Domergue, 1990, p. 445-454.

15 Voir les schémas de fonctionnement publiés dans Domergue et al., 1999, p. 58, fig. 21 ; Domergue, Bordes, 2004, p. 101, fig. 15

16 Domergue 1990, tableau XXI, p. 436-437 : 1,50 m, voire 1,75 m et même 2 m.

17 C'est le cas dans les installations de la mine de Tharsis : cf. Domergue, Bordes, 2004, p. 88, fig. 2.

18 Ce n’est pas rare chez Pline. Par exemple, dans tel passage (NH, 33, 71-72) concernant les mines d'or du nord-ouest de la Péninsule, sont mêlées, semble-t-il, de façon peu claire des notations touchant les travaux à la fois dans les mines en roche et dans les mines en alluvion.

19 Domergue, 1990, tableau XXI, p. 435-436.

20 Domergue, Bordes, 2004, p. 102 ; Domergue 2008, p. 125-128, 204.

21 Le fait que Diodore et Strabon s'appuyant sur un témoignage de Posidonius parlent de l'usage de vis d'Archimède et de travers-bancs d'exhaure dans les mines du sud de l'Ibérie au début du ier siècle avant J.-C. n'est pas contradictoire avec notre point de vue. Ce témoignage est antérieur de plus de 150 ans à celui de Pline ; à l'époque de ce dernier en revanche, la réputation des Aquitains dans le domaine des travaux souterrains pouvait être plus grande que celle des Ibères, d'où leur présence dans les mines du sud de l'Hispanie.

22 C'est le terme qu'emploie Vitruve pour décrire le travail de l'homme qui meut une roue élévatoire (De architectura, 10, 4, 3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 4. Appareil à élever l’eau, utilisé pour l’arrosage des rizières au Japon, à la fin du XIXe siècle.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/13004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 1. La disposition des paires supérieures de roues élévatoires romaines dans le filon nord de la mine de Tharsis (Huelva, Espagne) et, à droite, la galerie d’exhaure et sa sortie.
Crédits D’après Stevenson, 1876, et Domergue, Bordes, 2004, p. 88, fig. 2.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/13004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 2. Fonctionnement des roues élévatoires des mines du sud-ouest de la péninsule Ibérique.
Légende La position de l’esclave chargé de faire tourner la roue doit se situer entre les points A et B.
Crédits J.-L. Bordes del. ; complété par Chr. Rico (d’après Domergue, Bordes, 2004, p. 101, fig. 15).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/13004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 3. Essai de représentation d’une vis d’Archimède en fonctionnement dans une mine romaine.
Crédits J.-M. Trémolières del. (d’après Domergue, Bordes, 2006, p. 210, fig. 16).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/13004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Domergue, « Aquitani stantes noctibus diebusque…Pline le Naturaliste (Hist. Nat., 33, 97) et l'épuisement de l'eau dans les mines d'Hispanie »Pallas, 82 | 2010, 417-426.

Référence électronique

Claude Domergue, « Aquitani stantes noctibus diebusque…Pline le Naturaliste (Hist. Nat., 33, 97) et l'épuisement de l'eau dans les mines d'Hispanie »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13004

Haut de page

Auteur

Claude Domergue

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search