Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Actualités de la recherche sur la...Journée d’études organisée par l’...

Actualités de la recherche sur la Sicile antique

Journée d’études organisée par l’axe “Protohistoire et mondes anciens : cultures et sociétés” du laboratoire TRACES (UMR 5608)

Sandra Péré-Noguès
p. 11-13

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier sincèrement Nicholas Purcell qui séjournait alors à l’université de Toulous (...)
  • 2 Une prochaine journée d’études se tiendra à Lyon le 24 avril 2009 à l’initiative de S. Collin-Bouff (...)

1Cette journée d’études consacrée aux recherches actuelles sur la Sicile antique est née d’un projet mené avec Nicholas Purcell dont la collaboration nous fut précieuse1. Le dossier que la revue Pallas a accepté de publier rassemble les contributions de plusieurs collègues anglais, italiens et français qui ont pu faire état de leurs recherches en cours. Nous nous réjouissons de cette publication à double titre. La diversité des thèmes abordés révèle, s’il le fallait, la richesse des problèmes que pose l’histoire de la Sicile aux historiens et aux archéologues. La confrontation des points de vue et des traditions historiographiques de chaque contributeur a aussi ajouté à la qualité des débats. Des perspectives de recherche ont été ouvertes et doivent nous encourager à une coopération plus étroite entre nos diverses équipes2.

  • 3 N. Purcell et P. Horden, 2000, The Corrupting Sea. A study of Mediterranean History, Blackwell Publ (...)

2Le programme peut paraître à première vue éclectique, mais, suivant en cela l’esprit du livre de N. Purcell et P. Horden, The Corrupting Sea3, l’idée était de centrer nos regards sur un espace géographique spécifique, la Sicile, sans négliger le fait que cet espace était inscrit dans un monde méditerranéen déterminant pour son histoire. Le fil directeur était de dresser un bilan des recherches actuelles menées dans nos équipes respectives. Par la variété des thèmes abordés, ces études ont permis de mettre en résonance des problématiques qui sont ici envisagées selon deux niveaux d’approche, l’une historiographique et l’autre plus historique. Certaines ont plutôt privilégié la première approche comme le fait G. Shepherd en proposant une analyse des interprétations actuelles du phénomène « colonial » grec en Sicile. Pour une période plus récente (ve-ier siècles avant J.‑C.), N. Cusumano envisage dans une réflexion très stimulante la difficile question de l’acculturation mais aussi celle des identités, pointant avec raison les ambiguïtés du vocabulaire ancien et moderne. D. Bonnano invite aussi au même genre de réflexion à travers l’exemple du règne de Hiéron I et des lectures qui en ont été faites depuis l’Antiquité. Enfin, à la lumière des découvertes et des publications les plus récentes, J. Prag plaide pour une écriture « plus optimiste » de l’histoire de la Sicile républicaine. Comme le montrent ces études, revisiter l’historiographie permet donc de prendre une certaine distance par rapport à des questions complexes et souvent encombrées de préjugés appartenant plus au présent qu’au passé.

3Concernant l’approche plus strictement historique, il s’agissait de présenter des dossiers connus, mais pour lesquels une relecture des sources est possible, voire nécessaire. En procédant à un réexamen rigoureux du texte célèbre de Thucydide sur la colonisation de la Sicile, notamment sur la question de la présence phénicienne, C. Bonnet s’interroge ainsi sur le sens de ce récit et démontre que les intentions de son auteur sont bien ancrées dans un « présent » athénien. De la même manière, une relecture du texte de Diodore de Sicile concernant la prise du pouvoir à Syracuse par Denys l’Ancien peut servir à rouvrir le débat sur la « tyrannie » sicilienne, souvent considérée comme une anomalie du monde grec classique. La même démarche a guidé l’analyse de S. Crouzet concernant la situation de la Sicile durant la seconde guerre punique, l’île ayant joué un rôle clé dans la géostratégie carthaginoise face à l’ennemi romain. Enfin, sur un plan plus archéologique, S. Collin-Bouffier présente une analyse de la gestion de l’eau en Sicile grecque, analyse certes en prise avec les préoccupations environnementales les plus récentes, mais qui ouvre des pistes de recherche d’une ampleur diachronique. Prendre le parti de relire les textes ou de reconsidérer les apports de l’archéologie, c’est remettre sur le métier des documents qui, s’ils ont été maintes fois analysés, peuvent être abordés d’un autre point de vue et finalement suggérer des interprétations nouvelles.

  • 4 Signalons à ce sujet deux publications françaises particulièrement importantes : M. Gras, H. Trézin (...)

4En définitive, ce tour d’horizon contribue à souligner tout l’intérêt que la Sicile offre pour les spécialistes de l’Antiquité. Les problèmes évoqués durant cette journée ne couvrent évidemment pas tous les champs de recherche possibles, mais ils donnent la mesure de l’immense potentiel qu’il reste encore à explorer ou à redécouvrir. Les analyses qui sont réunies dans ce dossier peuvent en rendre compte comme d’autres publications l’ont montré ces dernières années4. Un seul regret toutefois : l’absence dans les publications françaises récentes d’un véritable commentaire historique de l’œuvre de Diodore de Sicile, la Bibliothèque Historique, qui, dans un projet d’écriture à visée universelle, n’oublia jamais d’accorder toute sa place à l’histoire de son île. Mémoire individuelle, mémoire collective, cette œuvre a fixé pour nous bien des images du passé antique.

5Comme l’écrivait Guy de Maupassant, dans La Vie Errante (1890), « on sait combien est fertile et mouvementée cette terre, qui fut appelée le grenier de l’Italie, que tous les peuples envahirent et possédèrent l’un après l’autre, tant fut violente leur envie de la posséder, qui fit se battre et mourir tant d’hommes, comme une belle fille ardemment désirée ». Si la Sicile fut certes convoitée, elle fut surtout pour les premiers colons grecs une terre pleine de promesses : un paysage familier par bien des aspects, une fertilité qui leur assurait le quotidien, autant d’éléments qui comblaient certainement leurs espérances. Au-delà de l’arrivée des Grecs, c’est aussi l’histoire d’une île qui ne fut pas un monde insulaire fermé sur lui-même, mais au contraire un espace connu et reconnu dans les échanges et la mobilité en Méditerranée. Si la Sicile fut une terre « multiculturelle », elle fut aussi un territoire de frontière, le creuset – d’autres diront le laboratoire – d’expériences sociales et politiques originales qui marquèrent profondément son histoire. C’est à une réflexion sur ces multiples facettes qu’invite ce dossier.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier sincèrement Nicholas Purcell qui séjournait alors à l’université de Toulouse II dans le cadre de la chaire Pierre de Fermat. Nous tenons aussi à adresser nos plus chaleureux remerciements à notre collègue P.‑Y. Milcent et J.‑M. Pailler pour leur soutien et leur aide amicale dans ce projet, ainsi qu’à Corinne Bonnet.

2 Une prochaine journée d’études se tiendra à Lyon le 24 avril 2009 à l’initiative de S. Collin-Bouffier.

3 N. Purcell et P. Horden, 2000, The Corrupting Sea. A study of Mediterranean History, Blackwell Publishing.

4 Signalons à ce sujet deux publications françaises particulièrement importantes : M. Gras, H. Tréziny et H. Broise, Mégara Hyblaea. 5- La ville archaïque : l’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, CEFR, Rome, 2005 ; J. Dubouloz et S. Pittia (éd.), La Sicile de Cicéron. Lectures des Verrines (Actes du colloque de Paris, 19-20 mai 2006), Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Péré-Noguès, « Journée d’études organisée par l’axe “Protohistoire et mondes anciens : cultures et sociétés” du laboratoire TRACES (UMR 5608) »Pallas, 79 | 2009, 11-13.

Référence électronique

Sandra Péré-Noguès, « Journée d’études organisée par l’axe “Protohistoire et mondes anciens : cultures et sociétés” du laboratoire TRACES (UMR 5608) »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13125

Haut de page

Auteur

Sandra Péré-Noguès

Université de Toulouse II-Le Mirail TRACES (UMR 5608)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search