Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Itinéraires hispaniquesDestruction matérielle et constru...

Itinéraires hispaniques

Destruction matérielle et constructions mémorielles dans le discours épigraphique des cités de l’Occident méditerranéen sous le Haut-Empire

Material destruction and memorial contructions in the epigraphic discourse of the western Mediterranean cities under the Early Empire
Bertrand Goffaux
p. 489-500

Résumés

A travers l’analyse d’une série d’inscriptions italiennes, africaines et hispaniques, cette contribution tente de montrer comment les nombreuses inscriptions latines mentionnant des reconstructions se détachent du corpus des inscriptions édilitaires par leur insistance sur l’état de ruines des édifices. Ce discours permet de mettre l’accent sur l’usure du temps et ainsi d’inscrire ces documents à l’articulation de plusieurs mémoires, individuelle, familiale, mais aussi civique. Loin de témoigner de ruptures dans l’histoire urbaine, ces inscriptions cherchent à affirmer de nécessaires continuités, dans une perspective de refondation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sillières, 1993.
  • 2 Bonneville et al., 1985, p. 359.
  • 3 Sillières, 1994-1995 ; Sillières, 2006. Voir aussi Bonneville et al., 2000, p. 80-81 et p. 201-202  (...)

1« Vivait-on dans des ruines au IIe siècle apr. J.-C. ? » : c’est en ces termes que Pierre Sillières interpellait ses pairs, non sans un brin de provocation, lors d’un colloque organisé à la Casa de Velázquez en janvier 19901. À partir des exemples hispaniques de Munigua, d’Emporiae et de Baelo Claudia, il soulignait à cette occasion que des monuments publics ou des domus pouvaient rester effondrés durant plusieurs décennies avant d’être éventuellement réaménagés à d’autres fins. Il suggérait alors qu’un tremblement de terre ait pu être à l’origine de certaines de ces destructions à Baelo, une hypothèse déjà émise en 19852, qu’il a pu approfondir à plusieurs reprises depuis lors, en répertoriant sur le site les traces de destruction et les interventions de restauration provoquées par de tels séismes3.

  • 4 La bibliographie est abondante : on peut renvoyer à Jouffroy, 1986, ou Horster, 2001. Pour l’Hispan (...)
  • 5 Thomas, Witschel, 1992.
  • 6 Thomas, Witschel, 1992, p. 138 et 175.
  • 7 Janvier, 1969.

2Cette « approche du paysage urbain de l’Hispanie romaine », pour reprendre ses termes, pourrait-elle trouver un écho dans les nombreuses inscriptions faisant référence aux édifices ruinés, et aux ravages du temps ou du feu sur les bâtiments antiques ? S’il est bien connu que le monde romain abondait en inscriptions relatives aux activités de construction des empereurs, des cités et de leurs notables4, on est cependant étonné de la forte proportion d’inscriptions relatives à des reconstructions dans ce corpus. Nous manquons de chiffres précis, mais une étude publiée en 1992 en recensait 672 pour l’Occident romain et l’Italie, tout en excluant la ville de Rome et les provinces d’Europe centrale5. Les reconstructeurs sont divers : on y trouve les empereurs et les représentants de l’Etat, bien sûr, mais aussi les cités et leurs bienfaiteurs. Un examen rapide semble cependant révéler une forte intervention impériale dans ce domaine, sans doute bien plus présente que dans le simple champ de la construction. De même, on remarque la répartition chronologique des inscriptions, qui apparaissent dès la fin du IIe s. av. J.-C., mais appartiennent pour les deux tiers aux trois derniers siècles de l’Empire romain6 : la forte représentation de l’empereur et de ses agents doit aussi se comprendre dans ce contexte, en parallèle avec une législation tardive qui insiste lourdement sur l’entretien de la parure monumentale des cités7.

  • 8 Voir par exemple Jouffroy, 1986.
  • 9 Thomas, Witschel, 1992.
  • 10 Fagan, 1996.
  • 11 CIL, X, 846 ( = AE, 2000, 297). Cf. Blanc et al., 2000.

3Ces inscriptions ont depuis longtemps été utilisées par les historiens de l’antiquité, habitués à pallier les lacunes de leur documentation, pour reconstituer la parure monumentale des villes et tenter d’écrire une histoire de leur évolution architecturale et urbanistique8. Mais jusqu’il y a peu, la recherche n’avait pas toujours intégré que ces documents ne livraient pas une information brute, mais bien un discours qui était dès lors orienté par les intentions de l’émetteur, par le contexte de production, et par la nature du public visé. En ce sens, l’étude déjà mentionnée d’Edmund Thomas et de Christian Witschel marquait en 1992 un progrès indéniable : une analyse fine du langage employé leur permettait de mettre l’accent sur les grandes notions à l’honneur dans ces textes, puis de tenter une confrontation entre données textuelles et archéologiques, censée révéler une discordance entre le discours affiché et les vestiges matériels conservés9. Cette seconde partie de leur travail, assez faible en raison de la mauvaise conservation de la plupart des édifices antiques, a été notamment critiquée par Garret Fagan, qui leur reprochait de s’atteler à une mission impossible, et de négliger le contrôle social qui s’exerçait sur des restaurateurs pouvant difficilement se glorifier, dans des inscriptions, de reconstructions qui ne seraient qu’imaginaires10. Plus récemment, des archéologues et architectes ont cependant repris un dossier de ce type en étudiant le cas du temple d’Isis à Pompéi, dont la reconstruction après le tremblement de terre de 62 est attestée par une célèbre inscription qui met en avant une reconstruction depuis les fondations (a fundamento p(ecunia) s(ua) restituit), alors que l’étude de l’architecture, du décor stuqué et des mosaïques révèle plutôt une sorte de restauration à l’identique d’un édifice qui était encore en très grande partie debout après le séisme11. Ce cas exceptionnellement conservé permettrait ainsi de souligner la part rhétorique de l’écrit affiché, la restauration « depuis les fondations » s’appliquant à un édifice encore debout après le séisme de 62.

  • 12 Thomas, Witschel, 1992, p. ?143-148.
  • 13 Thomas, Witschel, 1992, p. 143 et 145.

4Cette question du degré d’adéquation entre l’état de ruines proclamé par le restaurateur et la réalité révélée sur le terrain a bien permis de mesurer si besoin était le caractère convenu de nombreuses inscriptions de reconstruction. Dans la plupart des cas, celles-ci ne manquent pas de rappeler que l’édifice reconstruit s’était écroulé (conlapsum ou dilapsum), ou était fortement dégradé (corruptum), suite à l’action du temps, de la uetustas, c’est-à-dire en raison de son (grand) âge12. Les inscriptions indiquent rarement la cause exacte du sinistre : on trouve bien quelques mentions d’un tremblement de terre, notamment à Pompéi et dans sa région, ou encore, plus souvent, d’incendies qui nous rappellent ce risque très présent dans les villes romaines13, mais c’est bien la référence à la vétusté et à la corruption qu’elle engendre qui se trouve le plus souvent mise en avant.

5Dès lors, c’est cette insistance sur l’usure du temps, conjuguée à l’action des éléments, que je souhaiterais analyser dans la perspective de cette contribution, en mettant l’accent sur le contexte mémoriel qui a vu la production de ces inscriptions. Je vais ainsi tenter de montrer à travers des exemples hispaniques, italiens et africains comment ces inscriptions de reconstruction se situent par bien des aspects à l’articulation de plusieurs mémoires, individuelle, familiale, mais aussi civique, et que c’est dans un tel cadre qu’il convient de les analyser, et non uniquement comme de simples marqueurs d’un état de décadence ou de rénovation urbaine.

  • 14 Digeste, XI, 7, 2, 6 Ulpien : Monumentum est quod memoriae seruandae gratia existat. Sur le concept (...)
  • 15 Woolf, 1996.
  • 16 Meyer, 1990.

6Il va de soi que d’une manière générale, la pratique épigraphique découle en grande partie d’une volonté de construction de la mémoire. Toute inscription est un monumentum, et le monumentum est, d’après le juriste Ulpien, ce qui existe en vue de conserver la mémoire14. Greg Woolf a ainsi proposé que la multiplication des pratiques épigraphiques, au début de l’Empire, devait être mise en relation avec la nécessité ressentie d’une forme de monumentalisation qui permette de préciser le statut, le rang de chacun dans une société impériale traversée par un fort mouvement de complexification et de recomposition15. L’écriture exposée permettait ainsi d’inscrire son nom et sa place dans la société, ce qui explique par exemple cette particularité romaine qui veut que les épitaphes portent souvent à la fois le nom du défunt et du ou des responsables de l’inscription16.

  • 17 Mouritsen, 2005.
  • 18 Veyne, 1976, p. 287-288.

7Cette volonté de mémoire individuelle et familiale se reflète dans bien d’autres domaines que l’épigraphie funéraire, d’autant plus que celle-ci était confinée extra-muros, dans des nécropoles souvent marquées par une sur-représentation des affranchis dans le paysage épigraphique17. L’évergétisme, par exemple, s’explique lui aussi par la volonté, présente chez les élites, de laisser une trace durable et permanente de leur rang et de leur générosité, non pas extra-muros mais dans le centre-ville18.

  • 19 CIL, II, 3570 ( = IRIlici, 106)
  • 20 IRC, IV, 107 et 108
  • 21 CIL, VIII, 15562.
  • 22 AE, 1935, 28. Sur la famille, voir AE, 1935, 27, AE 1975, 258 et CIL, X, 482-483. Pour la datation, (...)

8De ce point de vue, les inscriptions de reconstruction des notables ne diffèrent guère des inscriptions évergétiques en général, mais elles permettent certainement de mieux souligner l’inscription de l’évergète dans une lignée de bienfaiteurs. On sait que les évergètes cherchaient souvent à associer des membres de leur famille à leur générosité : c’est le cas, pour ne prendre qu’un exemple, dans l’inscription de reconstruction du marché dans la ville antique qui se trouvait à l’emplacement actuel de Villajoyosa, sur la côte levantine, où un bienfaiteur agit en son nom propre et en celui de son fils, sans doute dans la deuxième moitié du IIe siècle19. D’autres inscriptions vont plus loin et établissent un lien sur plusieurs générations, entre constructeurs et restaurateurs. Ce lien est manifeste quand il s’agit de restaurer un piédestal et/ou une statue honorant un ancêtre, comme c’est le cas sur deux inscriptions jumelles de Barcino, où l’on notera que le restaurateur, L. Pedanius Clemens, porte le même cognomen que le personnage honoré, mais dans sa forme latinisée (Clemens pour Euphron)20. La relation entre les deux individus ne peut être établie de manière définitive, mais l’on pencherait plutôt pour un rapport de grand-père à petit-fils. Ce lien sur plusieurs générations apparaît également sur d’autres inscriptions commémorant des reconstructions d’édifices divers qui avaient été offerts par des parents ou des ancêtres. Il peut s’agir de restaurations sur seulement deux générations, notamment en cas d’incendie ou de tremblement de terre. Ainsi, à Aunobaris, en Afrique proconsulaire, un bloc conservé sur une largeur de 105 cm, mais qui mesurait sans doute le double, et sur une hauteur de 55 cm, commémore la restauration d’un temple construit par un père et reconstruit, après un tremblement de terre, par ses fils, au IIe ou au IIIe s. de notre ère21. Dans le sud de l’Italie, à Paestum, dans le deuxième quart du IIIe s., c’est le feu qui a ravagé les thermes offerts par un père et restaurés par son fils, tous deux nommés M. Tullius Venneianus, comme nous l’apprend une inscription gravée sur une tabula ansata22.

  • 23 AE, 1946, 174 ( = AE, 1992, 244). Fora, 1992, p. 269-273. Sur le personnage, voir Raepsaet- Charlie (...)

9Mais les dégradations enregistrées sur l’espace de deux générations n’étaient pas uniquement causées par les éléments : elles pouvaient être également imputées au grand âge, à la corruption de la vétusté, ce qui laisse entrevoir que cette uetustas ne renvoie pas nécessairement à des temps très longs. Ainsi, à Casinum, dans le sud du Latium, une inscription très fragmentaire, mais dont la restitution peut être acceptée dans ses grandes lignes, nous apprend qu’une riche femme de l’ordre sénatorial, Ummidia Quadratilla, avait restauré le théâtre offert ou décoré par un membre de sa famille, sans doute son père, dans la seconde moitié du ier s. de notre ère, un édifice qui s’était déterioré en raison de sa uetustas23.

  • 24 CIL, VIII, 26400 (voir Fig. 1). Sur les personnages, voir Bonello Lai, 1997, p. 249-250, et Ughi, 1 (...)

10Et l’inscription la plus explicite d’une dégradation sur deux générations, néanmoins imputée au grand âge, provient de la localité située à Henchir Khima, un peu au sud d’Uchi Maius, en Afrique proconsulaire (fig. 1)24. Dans la seconde moitié du deuxième siècle, M. Arafrius Cursor releva à ses frais le temple de Ceres que son père avait construit, mais que la vétusté avait dégradé jusqu’à l’état de ruines. L’inscription, gravée sur un grand bloc de 2 m de large, avait sans doute été intégrée à la reconstruction ; on remarquera le soin apporté à la mise en page. Ainsi, la troisième ligne accentue le parallélisme entre écroulement (ad solum) et refondation (a solo), les deux expressions encadrant le terme évoquant la dégradation (corruptum).

  • 25 Thomas, Witschel, 1992, p. 146.
  • 26 CIL, VIII, 8935.
  • 27 Sur le personnage, voir Pflaum, 1960, I, p. 323-325, n° 137 et Devijver, 1976, p. 294-296, n° 234.
  • 28 DFH, 25.
  • 29 AE, 1968, 595 ( = Inscr. Mustis, 6).

11On voit donc que la uetustas agit très tôt, et que le terme ne renvoie pas tant à une longue durée qu’à l’action du temps en général25. Néanmoins, d’autres inscriptions utilisent le même terme pour commémorer des reconstructions qui pouvaient s’étendre sur plusieurs générations et participer par certains aspects à la construction d’une sorte de « mémoire généalogique ». Ainsi à Saldae, en Maurétanie Césarienne, à la fin du iie s., la restauration des statues équestres du grand-oncle paternel, abîmées par leur grand âge, s’accompagne de leur déplacement du forum vers un temple26 : il ne fait guère de doute qu’un sanctuaire nouveau avait été offert par la famille, et qu’elle souhaitait associer son glorieux ancêtre, officier équestre qui avait sillonné l’Empire, à ce nouveau programme monumental27. Une telle entreprise de construction mémorielle familiale autour d’un sanctuaire est sans doute aussi visible à Thugga, dès l’époque julio-claudienne. Une inscription malheureusement mutilée laisse ainsi entrevoir une construction et une reconstruction dans lesquelles interviennent différents membres de la famille appartenant à trois générations distinctes28. Enfin, entre 138 et 145, à Mustis, toujours en Afrique proconsulaire, M. Cornelius Laetus combla la ville de sa générosité chiffrée ; parmi le relevé de ses évergésies, conservées sur un piédestal, on remarquera, tout à la fin, dans le temple de Caelestis, la construction d’un portique et la restauration d’une porticus auita, un portique de ses aïeux29. À nouveau se trouve ainsi exprimée une forte association entre un sanctuaire et une famille, sur plusieurs générations.

12L’attrait des inscriptions de reconstruction pour la construction d’une mémoire personnelle et familiale n’est donc pas à démontrer. La mention très fréquente de la uetustas vient ici accentuer le passage du temps et inscrire la mémoire familiale dans l’histoire longue de la cité. C’est là un point qui nous permet sans doute d’élargir la réflexion : ces inscriptions de reconstruction participent également à la construction d’une mémoire collective. Elles peuvent aussi permettre à certains égards de préserver l’identité du groupe, et d’affirmer une continuité dans une époque de changements. Dans la suite de cette contribution, je souhaite suggérer que les moments de reconstitution identitaire étaient particulièrement favorables à la mise en scène de telles reconstructions.

  • 30 Halbwachs 1997, p. 185-186.
  • 31 CIL, II²/7, 32. Cf. Wiegels, 1982.
  • 32 Halbwachs, 1997, p. 181.

13Maurice Halbwachs avait en son temps bien insisté sur le temps particulier des fondations et la marque qu’il laisse sur la mémoire collective des groupes30. Là où l’histoire insiste sur le changement et les ruptures, les groupes cherchent avant tout une continuité fondatrice de leur identité : on tient sans doute là une explication à la récurrence du thème de la uestustas sur les inscriptions de reconstruction. C’est un phénomène similaire qu’on retrouve à Iliturgi : peu de temps après sa promotion au rang de municipe au début du Principat, cette cité de Bétique érigeait un monument commémorant son supposé premier fondateur, Tiberius Sempronius Gracchus, qui avait été en poste en Hispanie deux siècles auparavant31. On reconnaît là, précisément gravée dans la pierre, les observations que pouvait faire Halbwachs sur le temps collectif : « on y trouve inscrite ou indiquée la trace des événements ou des figures d’autrefois dans la mesure où ils répondaient et répondent encore à un intérêt ou une préoccupation du groupe »32.

  • 33 RG, 19-21. Cf. Sablayrolles, 1981.

14Il n’en va pas différemment pour les opérations de reconstruction. Quand, dans ses Res Gestae, l’empereur Auguste dressait un bilan de ses hauts faits, il ne manquait pas d’insister trois chapitres durant sur son activité de construction et de reconstruction, deux entreprises étroitement associées, qui lui permettaient d’assurer un lien avec le passé tout en se projetant vers l’avenir33. Les inscriptions de reconstruction ne font pas autre chose : écrites au passé, elle font très souvent référence au grand âge de l’édifice, et ce pour marquer une action présente dont on souhaite perpétuer le souvenir dans le futur. Le problème est que nous ignorons souvent le détail de l’histoire des familles et des cités individuelles, et donc un possible contexte pour la majorité des inscriptions de reconstruction.

  • 34 CIL, X, 846 ( = AE, 2000, 297).

15Dans les cités du Vésuve, par exemple, le séisme de 62 déboucha sur une situation particulière où la nécessité de reconstruction était réelle, ce qui n’exclut nullement qu’elle ait été mise à profit par certains individus désireux de mieux affirmer leur place dans la société : ainsi, à Pompéi, on comprend que le père de N. Popidius Celsinus, qui était affranchi et ne pouvait dès lors accéder au conseil municipal, ait hâté la reconnaissance de son fils âgé de six ans en lui faisant reconstruire le temple d’Isis, dans une mise en scène tirant profit de la nécessité de reconstruction, même partielle34.

  • 35 CIL, XIV, 375 ( = AE, 2004, 356-357) ; CIL, XIV, 376 ( = AE, 2004, 357-358).
  • 36 DeLaine, 2002 ; Heinzelmann, 2002.

16On peut aussi évoquer, à Ostie, les célèbres inscriptions des Gamalae « Senior » et « Iunior », deux membres de la même famille séparés sans doute de 150 ou 200 ans35. Ces deux inscriptions de petite taille (environ 60 cm de hauteur) se répondent par bien des aspects, et appartenaient sans doute à un même monument, qui réunissait les deux bienfaiteurs, même si nous ne pouvons en être certains, le premier texte ayant disparu. Nous sommes ici en face d’une véritable dynastie, qui s’est maintenue au fil des années en conservant scrupuleusement le même nom. Or l’époque antonine, à laquelle appartient au moins la deuxième inscription, fut pour la ville une période de grand bouleversement urbanistique, en partie lié à la construction du port de Trajan36, ce qui invite à inscrire la reconstruction opérée par Gamala Junior dans ce vaste mouvement : en privilégiant les reconstructions là où son glorieux ancêtre avait favorisé les nouveaux projets, il permettait de maintenir un lien avec ce passé prestigieux, notamment en restaurant le temple de Vénus construit par son ancêtre, tout en prenant part à la transformation de la ville. Il n’est d’ailleurs pas certain que celle-ci ait alors été autant en ruines qu’il le laisse entendre dans son inscription, en accumulant six opérations de restauration : c’est avant tout une posture lui permettant de s’inscrire dans le temps long de la cité.

  • 37 Fear, 1996, p. 246.
  • 38 CIL, II, 1953. Sur le decemvirs dans les cités pérégrines, voir Stylow, 1993.
  • 39 CIL, II, 1955. Cf. Dardaine, 2001, p. 30.

17C’est ici que le cas d’une petite ville de Bétique peut être éclairant : Cartima, modeste cité proche de Malaga, ne nous a peut-être laissé que seize inscriptions, mais plusieurs sont intéressantes pour notre propos. Nous connaissons mal son histoire la plus ancienne, même si on peut lui supposer des origines phéniciennes37. Par contre, son intégration à l’empire apparaît bien à travers plusieurs inscriptions : elle était encore dirigée par des decemvirs sous Claude38, signe de son statut pérégrin à une époque où certains de ses habitants reçurent la citoyenneté romaine, voire furent intégrés à l’ordre équestre, comme D. Iunius Melinus qui fut le premier de la cité à obtenir ce rang39.

  • 40 Pour un bilan sur cette question, voir Kremer, 2006, et Le Roux, 2009.

18La cité pérégrine fut ensuite promue, à l’époque flavienne, au rang de municipe de droit latin : il s’agissait d’un statut qui impliquait une nouvelle organisation civique, et donc une nouvelle identité collective, marquée notamment par l’octroi de la citoyenneté romaine aux élites de la cité qui avaient exercé des fonctions municipales40.

  • 41 CIL, II, 1953.

19Or c’est précisément dans ce contexte que s’inscrivent deux inscriptions de reconstruction que nous avons conservées. La première fait état de la restauration du piédestal d’une statue de l’empereur Claude, qui avait été offerte en 53 par Vestinus, fils de Rusticus, un décemvir, magistrat pérégrin de la cité pérégrine, et son fils Rusticus41. Cette base de statue, dégradée par le grand âge, fut restaurée par Vibia Rusticana, une femme qui était la nurus, c’est-à-dire la femme du fils ou du petit-fils du dédicant original : elle vivait donc très probablement à l’époque flavienne où la cité reçut le droit latin.

  • 42 CIL, II, 1952.

20On peut légitimement s’interroger sur la dégradation réelle du piédestal en question : il semble en tout cas certain que dans un contexte de redéfinition identitaire, Vibia Rusticana ait utilisé cette inscription pour inscrire sa famille dans l’histoire récente de la communauté, pour affirmer une continuité familiale dans un temps de changement politique. On notera par ailleurs qu’une autre inscription nous apprend que la même Vibia Rusticana (ou une homonyme) offrit également sur testament une statue de Vénus Auguste42 : fondation et refondation étaient ainsi exprimées par les dons que cette riche notable offrait à sa cité.

  • 43 CIL, II, 1956. Sur la famille, voir Dardaine, 2001, p. 30-31 et Donahue, 2004, p. 879-881.

21Cette impression de refondation est encore plus présente dans l’inscription qui commémore la générosité de Iunia Rustica, qui était probablement la fille de D. Iunius Melinus, celui-là même qui avait été le premier chevalier originaire de la cité43. Elle y insiste d’abord sur son titre de prêtresse perpétuelle et première du municipe : elle est la première à avoir occupé cette fonction dans le municipe nouvellement créé, tout comme son père avait été le premier chevalier issu de la cité encore pérégrine. Dans la suite de l’inscription, elle commence par souligner son activité de reconstruction : elle a refait des portiques qui étaient dégradés par la uetustas. Vient ensuite la description de ses diverses autres générosités : rachat de uectigalia, programme de construction, don de banquet et de spectacles, le tout assorti d’une mise en scène familiale, avec des statues pour elle, son fils et son mari.

22Tous les éléments du puzzle s’emboîtent : construction d’une mémoire individuelle, celle d’une femme consciente de son rang ; construction d’une mémoire familiale, puisqu’elle associe les hommes de sa famille à sa générosité et à sa transcription dans l’espace urbain, tout en réaffirmant sa préséance à une époque où le nouveau statut de municipe latin allait offrir la citoyenneté à un nombre élargi d’individus dans la cité ; et participation à l’écriture d’une mémoire civique, celle d’une riche cité pérégrine récemment promue à un nouveau rang, qui constitue un objet de fierté. Même s’il s’agit sans conteste d’une promotion permettant aux familles de l’élite qui n’en disposaient pas encore d’accéder à la citoyenneté romaine par le biais du droit latin, la transformation pouvait aussi être vécue de manière plus anxieuse par certaines couches de la population. Un programme urbain associant restauration et monumentalisation nouvelle pouvait dans ce contexte permettre de faciliter la transition, tout en réaffirmant la place de chacun dans le nouvel ordre. À un niveau local, on trouve là une transcription assez proche dans l’esprit de l’image qu’Auguste donne de son action dans les Res Gestae, lorsqu’il énumère les travaux publics de construction et de restauration qu’il a menés pour la Res Publica Restituta à Rome, dans un contexte de mutation politique.

  • 44 Digeste, L, 10, 7, 1 Callistrate (Lib. II de cognitionibus).

23À travers ces exemples, on comprend qu’il n’était sans doute pas perçu comme moins valorisant de reconstruire un monument que d’en être le constructeur, dans l’Occident romain. La reconstruction était ressentie comme essentielle dans des moments de refondation culturelle et politique, et un sénatus-consulte veillait d’ailleurs à garantir les droits du reconstructeur au titulus, c’est-à-dire à l’inscription commémorative44. Le même sénatus- consulte, malheureusement non daté mais certainement antérieur à l’époque sévérienne, stipule en outre que les inscriptions mentionnant les noms de premiers constructeurs devaient être conservées. Or ces premiers constructeurs n’apparaissent que rarement sur les inscriptions de reconstruction, sauf quand il s’agit de rappeler le lien familial entre les différents évergètes.

  • 45 CIL, XI, 6225. Bandelli, 2000, p. 155. Sur le premier constructeur, voir Demougin, 1992, n° 472.
  • 46 CIL, VI, 1256-1258.

24Il est très rare de trouver une inscription comme celle de Fanum Fortunae, qui inscrit dans la mémoire civique les trois interventions successives sur un même bâtiment, celle du premier constructeur sous Claude, puis la première reconstruction par la cité, et enfin une troisième restauration, doublée d’un agrandissement, au IIe s., par un notable dont nous ignorons les liens avec le premier évergète45. Dans le même ordre d’idée, on dispose rarement de plusieurs inscriptions explicites, et conservées conjointement, comme celles de la Porte Majeure à Rome, qui commémorent la construction de deux nouvelles branches de l’Aqua Claudia par Claude en 52, puis leur restauration par Vespasien en 71, puis par Titus en 81, avec mention de leur état de ruines partielles lors de chaque nouvelle intervention46.

25Si nous n’avons que très exceptionnellement autant de détails sur le constructeur originel, c’est sans doute en partie parce qu’il était mentionné sur une autre inscription, perdue, ou que nous ne mettons plus en relation avec l’inscription de reconstruction. La question du support est ici centrale : les inscriptions monumentales, faisant corps avec l’édifice, ne permettaient pas toujours de « mettre en page » un texte trop long. On pouvait donc y laisser parfois l’inscription originelle, et commémorer la reconstruction sur des inscriptions sur plaques, accrochées à l’édifice, ou sur des piédestaux plus éloignés de la construction mais permettant de graver un texte plus élaboré. Il existait à n’en pas douter un jeu de dialogue entre différents textes exposés sur des supports variés, en des endroits différents, et qui relevaient de stratégies de communication et de construction de la mémoire.

26Mais la plupart des inscriptions sont trop laconiques pour permettre d’en saisir toutes les implications et le contexte précis de leur érection. En ce sens, mettre le doigt sur le contexte mémoriel mieux connu de certaines inscriptions, comme je l’ai fait dans ces lignes, permet peut-être de mieux comprendre pourquoi un individu choisissait de restaurer un édifice plutôt qu’un autre, ou plutôt que de construire un nouveau monument, d’autant plus que l’opération de reconstruction lui permettait d’insister, via la formule rappelant le grand âge de l’édifice, sur son insertion dans le temps long de la cité. En outre, les inscriptions étudiées dans ces lignes soulignent l’emboîtement des mémoires individuelles et collectives dans des cités considérées comme leur chose par les notables, et dont le centre monumental était réservé à l’auto-représentation des élites. Les inscriptions de reconstruction étaient ainsi une des armes dont les notables disposaient pour élaborer leurs stratégies familiales sur plusieurs générations.

  • 47 Pour un bilan sur l’Afrique, Lepelley 1978-1981 reste fondamental ; pour l’Hispanie, voir Arce, 198 (...)

27J’ai volontairement limité mon étude à des inscriptions des trois premiers siècles de l’Empire, pour répondre à la question initiale de Pierre Sillières, et pour montrer que l’utilisation du thème des ruines et de la reconstruction n’est pas une spécificité de l’Antiquité tardive, et qu’elle n’apporte pas la preuve d’une dégradation manifeste de la vie urbaine aux IVe et Ve siècles de notre ère. Les différences régionales sont ici très importantes, entre l’Afrique et l’Hispanie par exemple47, et les inscriptions tardives brodent en outre sur le thème et amplifient le discours pour décrire la ruine des cités, parce qu’elles obéissent à la rhétorique de leur temps, mais toujours dans une perspective de refondation.

28Pour en revenir au Haut-Empire, et à la question qui ouvrait cette contribution, on aura compris que discours épigraphique et vestiges archéologiques ne partagent pas le même langage, et qu’il faut soigneusement se garder de les utiliser sur un même plan. Là où les inscriptions se complaisent à évoquer les ravages du temps pour mieux célébrer la restauration et, in fine, la continuité, l’archéologie reflète des réalités locales souvent marquées par de réelles ruptures, dont la nature même fait qu’elles ne sont pas commémorées dans les inscriptions. Il y a donc deux approches différenciées à mettre en œuvre, dont les limites sont réelles, mais qui peuvent aboutir à une meilleure compréhension de l’espace tel qu’il était perçu, construit ou vécu dans les cités de l’Empire.

Haut de page

Bibliographie

Andreu Pintado, J., 2004, Munificencia pública en la provincia Lusitania, siglos I-IV d.C., Saragosse.

Arce, J., 1982, El último siglo de la España romana (284-409), Madrid.

Arce, J., 2007, Bárbaros y Romanos en Hispania (400-507 A.D.), Madrid.

Bandelli, G., 2000, I praefecti iure dicundo come supplenti degli imperatore e dei Cesari nelle regiones XI, X, IX, e VIII, dans Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien, Rome, p. 149-159.

Blanc, n., Eristov, h. et Fincker, M., 2000, A fundamento restituit ? Réfections dans le temple d’Isis à Pompéi, RA, p. 227-309.

Bonello Lai, M., 1997, La gens Pullaiena, dans Khanoussi, M. et Mastino, A. (éd.), Uchi Maius 1. Scavi e ricerche epigrafiche in Tunisia, Sassari, p. 245-281.

Bonneville, J.-n., Jacob, P., Lancha, J., Le Roux, P., Fincker, M., Ney, C., et Paillet, J.-l., 1985, La dix-neuvième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1984 (Bolonia, province de Cadix), MCV, 21, p. 347-369.

Bonneville, J.-n., Fincker, M., Sillières, P., Dardaine, S. et Labarthe, J.-M., 2000, Belo VII. Le Capitole, Madrid.

Corbier, M., 2006, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris.

Dardaine, S., 2001, La naissance des élites hispano-romaines en Bétique, dans M. Navarro Caballero et S. Demougin (éd.), Élites hispaniques, Bordeaux, p. 23-42.

Dardaine, S., Fincker, M. et Sillières, P., 2008, Belo VIII. Le sanctuaire d’Isis, Madrid.

Delaine, J., 2002, Building activity in Ostia in the second century AD, dans C. Bruun et A. Gallina Zevi (éd.), Ostia e Portus nelle loro relazioni con Roma, Rome, p. 41-101.

Demougin, S., 1992, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome.

Devijver, H., 1976, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum. Pars Prima, Louvain.

DFH = Khanoussi, M. et Maurin, L., Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ier-ive siècles), Bordeaux, 2000.

Donahue J. F., 2004, Iunia Rustica of Cartima : Female munificence in the Roman West, Latomus, 63.4, p. 873-891.

Fagan, G., 1996, The reliability of Roman rebuilding inscriptions, PBSR, 64, p. 81-93.

Fear, A. T., 1996, Rome and Baetica. Urbanization in Southern Spain c. 50 BC-AD 150, Oxford.

Fora, M., 1992, Ummidia Quadratilla ed il restauro del teatro di Cassino (per una nuova lettura di AE 1946, 174), ZPE, 94, p. 269-273.

Halbwachs, M., 1997, La mémoire collective. Nouvelle édition revue et augmentée, Paris (édition originale : 1950).

Heinzelmann, M., 2002, Bauboom und urbanistiche Defizite – zur städtebaulichen Entwicklung Ostias im 2. Jh., dans C. Bruun et A. Gallina Zevi, (éd.), Ostia e Portus nelle loro relazioni con Roma, Rome, p. 103-121.

Horster, M., 2001, Bauinschriften römischer Kaiser. Untersuchungen zu Inschriftenpraxis und Bautätigkeit in Städten des westlichen Imperium Romanum in der Zeit des Prinzipats, Stuttgart.

Jacques, F. et Bousquet, B., 1984, Le raz de marée du 21 juillet 365. Du cataclysme local à la catastrophe cosmique, MEFRA, 96, p. 423-461.

Janvier, Y., 1969, La législation du Bas-Empire sur les édifices publics, Aix-en-Provence.

Jouffroy, H., 1986, La construction publique en Italie et dans l’Afrique romaine, Strasbourg.

Kremer, D., 2006, Ius Latinum. Le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Paris.

Lepelley, C., 1978-1981, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris.

Lepelley, C., 1984, L’Afrique du Nord et le prétendu séisme universel du 21 juillet 365, MEFRA, 96, p. 463-491.

Le Roux, P., 2009, Peuples et cités de la péninsule Ibérique du iie a.C. au iie p.C., Pallas, 80, p. 147-173.

Melchor Gil, E., 1994, El mecenazgo cívico en la Bética. La contribución de los evergetas al desarrollo de la vida municipal, Cordoue.

Meyer, E. A., 1990, Explaining the epigraphic habit in the Roman Empire. The evidence of epitaphs, JRS, 80, p. 74-96.

Mouritsen, H., 2005, Freedmen and decurions : epitaphs and social history in Imperial Italy, JRS, 95, p. 38-63.

Navarro Caballero, M., 1997, Les dépenses publiques des notables des cités en Hispania Citerior sous le Haut-Empire, REA, 99, p. 109-140.

Pflaum, h.-g., 1960, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris.

Raepsaet-Charlier, M.-Th., 1987, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial, Ier-IIe siècles, Louvain.

Ruggeri, P. et Zucca, R., 1994, Nota preliminare sul pagus e sulla colonia di Uchi Maius, dans L’Africa romana, 10.2, Sassari, p. 645-671.

Rüpke, J., 2005, Fasti Sacerdotum, Stuttgart.

Scheid, J. et Granino Cecere, M.G., 1999, Les sacerdoces publics équestres, dans L’ordre équestre. Histoire d’une aristocratie (iie siècle av. J.-C. – iiie siècle apr. J.-C.), Rome, p. 79-189.

Sablayrolles, R., 1981, Espace urbain et propagande politique : l’organisation du centre de Rome par Auguste (Res Gestae, 19 à 21), Pallas, 28, p. 59-77.

Sillières, P., 1993, Vivait-on dans des ruines au iie siècle apr. J.-C. ? Approche du paysage urbain de l’Hispanie d’après quelques grandes fouilles récentes, dans Ciudad y comunidad cívica en Hispania (siglos II y III d. C.), Madrid, p. 147-152.

Sillières, P., 1994-1995, Le capitole de Baelo Claudia : un cas d’incohérence de datations archéologique et stylistique et un exemple de solution, Anas, 7-8, p. 285-298.

Sillières, P., 2006, Investigaciones arqueológicas en Baelo : balance, interpretación y perspectivas, dans I Jornadas internacionales de Baelo Claudia : Balance y perspectiva (1966- 2004), Séville, p. 37-60.

Stylow, A.U., 1993, Decemuiri. Ein Beitrag zur Verwaltung peregriner Gemeinden in der Hispania Ulterior, dans Ciudad y comunidad cívica en Hispania (Siglos II y III d.C.), Madrid, p. 37-46.

Thomas, E., 2007, Monumentality and the Roman Empire. Architecture in the Antonine Age, Oxford.

Thomas, e. et Witschel, C., 1992, Constructing reconstruction : claim and reality of Roman rebuilding inscriptions from the Latin West, PBSR, 60, p. 135-177.

Ughi, E., 1997, L’evergetismo cittadino, dans M. Khanoussi et A. Mastino (éd.), Uchi Maius 1. Scavi e ricerche epigrafiche in Tunisia, Sassari, p. 217-244.

Veyne, P., 1976, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris.

Wiegels, R., 1982, Iliturgi und der « deductor » Ti. Sempronius Gracchus, MM, 23, p. 152- 221.

Woolf, G., 1996, Monumental writing and the expansion of Roman society in the early Empire, JRS, 86, p. 22-39.

Haut de page

Annexe

Fig. 1. CIL, VIII, 26400 (Hr. Khima)

Fig. 1. CIL, VIII, 26400 (Hr. Khima)
Haut de page

Notes

1 Sillières, 1993.

2 Bonneville et al., 1985, p. 359.

3 Sillières, 1994-1995 ; Sillières, 2006. Voir aussi Bonneville et al., 2000, p. 80-81 et p. 201-202 ; Dardaine et al., 2008, p. 54-56. Le caractère limité de ces séismes pourrait expliquer qu’ils n’aient laissé aucune trace dans nos sources, contrairement à d’autres qui furent transformés en catastrophes universelles dans les sources tardives. À ce sujet, voir Jacques, Bousquet, 1984 et Lepelley, 1984. Il n’en demeure pas moins que l’existence de tels séismes à Baelo doit demeurer au stade d’une hypothèse explicative séduisante.

4 La bibliographie est abondante : on peut renvoyer à Jouffroy, 1986, ou Horster, 2001. Pour l’Hispanie, voir par exemple Melchor Gil, 1994 ; Navarro Caballero, 1997 ; Andreu Pintado, 2004.

5 Thomas, Witschel, 1992.

6 Thomas, Witschel, 1992, p. 138 et 175.

7 Janvier, 1969.

8 Voir par exemple Jouffroy, 1986.

9 Thomas, Witschel, 1992.

10 Fagan, 1996.

11 CIL, X, 846 ( = AE, 2000, 297). Cf. Blanc et al., 2000.

12 Thomas, Witschel, 1992, p. ?143-148.

13 Thomas, Witschel, 1992, p. 143 et 145.

14 Digeste, XI, 7, 2, 6 Ulpien : Monumentum est quod memoriae seruandae gratia existat. Sur le concept de monumentum à Rome, voir Corbier, 2006, p. 12-23 ; Thomas, 2007, p. 168-170.

15 Woolf, 1996.

16 Meyer, 1990.

17 Mouritsen, 2005.

18 Veyne, 1976, p. 287-288.

19 CIL, II, 3570 ( = IRIlici, 106)

20 IRC, IV, 107 et 108

21 CIL, VIII, 15562.

22 AE, 1935, 28. Sur la famille, voir AE, 1935, 27, AE 1975, 258 et CIL, X, 482-483. Pour la datation, voir Scheid, Granino, 1999, p. 158, n° 10 et p. 165, n° 66, ainsi que Rüpke, 2005, II, p. 1329, n° 3293.

23 AE, 1946, 174 ( = AE, 1992, 244). Fora, 1992, p. 269-273. Sur le personnage, voir Raepsaet- Charlier, 1987, p. 649, n° 829.

24 CIL, VIII, 26400 (voir Fig. 1). Sur les personnages, voir Bonello Lai, 1997, p. 249-250, et Ughi, 1997, p. 225. Sur le site, Ruggeri, Zucca, 1994, p. 666.

25 Thomas, Witschel, 1992, p. 146.

26 CIL, VIII, 8935.

27 Sur le personnage, voir Pflaum, 1960, I, p. 323-325, n° 137 et Devijver, 1976, p. 294-296, n° 234.

28 DFH, 25.

29 AE, 1968, 595 ( = Inscr. Mustis, 6).

30 Halbwachs 1997, p. 185-186.

31 CIL, II²/7, 32. Cf. Wiegels, 1982.

32 Halbwachs, 1997, p. 181.

33 RG, 19-21. Cf. Sablayrolles, 1981.

34 CIL, X, 846 ( = AE, 2000, 297).

35 CIL, XIV, 375 ( = AE, 2004, 356-357) ; CIL, XIV, 376 ( = AE, 2004, 357-358).

36 DeLaine, 2002 ; Heinzelmann, 2002.

37 Fear, 1996, p. 246.

38 CIL, II, 1953. Sur le decemvirs dans les cités pérégrines, voir Stylow, 1993.

39 CIL, II, 1955. Cf. Dardaine, 2001, p. 30.

40 Pour un bilan sur cette question, voir Kremer, 2006, et Le Roux, 2009.

41 CIL, II, 1953.

42 CIL, II, 1952.

43 CIL, II, 1956. Sur la famille, voir Dardaine, 2001, p. 30-31 et Donahue, 2004, p. 879-881.

44 Digeste, L, 10, 7, 1 Callistrate (Lib. II de cognitionibus).

45 CIL, XI, 6225. Bandelli, 2000, p. 155. Sur le premier constructeur, voir Demougin, 1992, n° 472.

46 CIL, VI, 1256-1258.

47 Pour un bilan sur l’Afrique, Lepelley 1978-1981 reste fondamental ; pour l’Hispanie, voir Arce, 1982 et 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. CIL, VIII, 26400 (Hr. Khima)
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/13353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Goffaux, « Destruction matérielle et constructions mémorielles dans le discours épigraphique des cités de l’Occident méditerranéen sous le Haut-Empire »Pallas, 82 | 2010, 489-500.

Référence électronique

Bertrand Goffaux, « Destruction matérielle et constructions mémorielles dans le discours épigraphique des cités de l’Occident méditerranéen sous le Haut-Empire »Pallas [En ligne], 82 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13353

Haut de page

Auteur

Bertrand Goffaux

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search