Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Actualités de la recherche sur la...Mots pour dire les mots. Interact...

Actualités de la recherche sur la Sicile antique

Mots pour dire les mots. Interactions, acculturations et relations interculturelles dans la Sicile antique (ve-ier siècle avant J.‑C.)

Words to express words. Types of interaction, acculturation, and intercultural relationships in ancient Sicily (Vth-Ist century B.C.)
Nicola Cusumano
p. 41-63

Résumés

Le but de ce texte est de proposer une réflexion autour des mécanismes de formation et de diffusion de l’outillage lexicale de la recherche par les modernes, pour la compréhension des phénomènes de contact entre différents contextes culturels. L’attention est ici concentrée sur un terrain très riche des suggestions, c’est-à-dire la recherche moderne sur la Sicile ancienne, et en particulier l’adoption des mots à partir d’autres champs disciplinaires, à savoir ceux de l’anthropologie et de la sociologie. Les problèmes épistémologiques qui en découlent sont abordés par un va-et-vient entre certains témoignages de l’historiographie et de l’épigraphie antiques, d’un coté, et, de l’autre, les décalages incessants des conceptualisations, qui caractérisent la recherche moderne.

Haut de page

Dédicace

Alla memoria de Vincenzo Tusa, maestro di umanità

Texte intégral

Je tiens sincèrement, au-delà de la ritualité, à exprimer ma gratitude à Sandra Péré-Noguès pour l’invitation à cette journée sur la Sicile et à remercier tous les autres participants pour l’esprit amical si agréable qui l’a caractérisé. Ce texte a bénéficié de la lecture attentive de S. Péré-Noguès et de C. Bonnet : qu’elles soient remerciées pour leur générosité. Je reste le seul responsable des fautes éventuellement présentes.

  • 2 Je ne m’occuperai pas ici de ce que les savants nomment âge « protohistorique », qui a vu à son tou (...)

1Ce texte conserve presque entièrement le ton, autant que les limites de l’exposé oral. La vivacité et la participation qui ont caractérisé le débat et les discussions pendant cette journée d’études ont, toutefois, encouragé quelques petits limages. La comparaison entre différentes traditions de recherche a été très stimulante à l’égard de la pluralité (et de la contextualisation historique) des perspectives possibles sur la Sicile antique, de l’archaïsme grec à l’époque romaine2. Cette pluralité des points de vue fournit les fils qui enrichissent et renforcent le tissage du dialogue scientifique, et, en même temps, elle est un bon terrain pour exercer le « regard éloigné » sur notre travail et ses motivations qui ne sont pas toujours manifestes.

  • 3 Sur ce principe bakhtinien j’utilise Todorov, 1981.

2Tout cela a été pour moi une occasion féconde pour réfléchir sur quelques lignes de recherches pratiquées par les savants au siècle dernier. D’autre part, tirer un bilan, à la fois méthodologique et peut-être épistémologique, n’est jamais une opération abstraite. Au contraire, elle montre la nature essentiellement sociale et communautaire de notre travail. Pour cette raison, je considère comme tout à fait nécessaire, de souligner d’emblée le fait que les réflexions suivantes sont liées à mon expérience personnelle dans le contexte scientifique italien avec ses dynamiques particulières de réception par rapport à une plus vaste « dialogicité » sociale de la recherche. Je me réfère ici à la formule proposée par M. Bakhtin, en référence au carrefour entre communautés nationales et communautés scientifiques. Chaque chercheur (et sa tradition : ce qu’en anglais on appelle « scholarship ») se place, à mon avis, dans un horizon de compréhension irréductiblement partiel, où les préjugés et le malentendu jouent un rôle fondamental et parfois paradoxal dans le jeu dialogique.3

3Je partagerai cet article en trois parties :

  1. des considérations introductives et un regard assez rapide sur les perspectives adoptées par l’historiographie moderne au sujet de la qualité des contacts et ses conséquences ;

  2. le repérage d’un itinéraire le long de l’axe temporel des premiers contacts coloniaux jusqu’au début de la domination romaine, dans le but de contextualiser concrètement les enjeux socio-culturels et les articulations documentaires qui peuvent orienter les chercheurs dans leurs différentes grilles terminologiques ;

  3. Finalement, je voudrais tirer des conclusions et souligner, une fois encore, l’opportunité d’évaluer, au cas par cas, la complexité des cadres historiques, et l’importance méthodologique d’échapper aux généralisations.

1. Historiographie, mots et conceptualisation

1. 1. Parcours historiographiques du xixe au xxe siècle

  • 4 Par exemple, les théories modernes sur l’origine de la polis grecque, qui ont changé à travers plus (...)

4Pour la première partie, je me limiterai à rappeler seulement quelques exemples remarquables à propos du lexique de la recherche moderne qui tourne autour des processus d’interaction, et notamment sur les notions d’acculturation et de relations interculturelles. Tout le monde sait bien qu’aucun choix lexical n’est jamais neutre4 et qu’il véhicule des sens qu’il faut analyser et qui se rattachent, en certains cas, aux différentes traditions culturelles et académiques, à savoir les contextes sociaux et sociologiques qui contribuent à orienter les perspectives de recherche. Même si on emploie parfois ces termes comme des pièces interchangeables, toutefois, qu’on le veuille ou non, chaque mot comporte une charge interprétative.

  • 5 Cf. l’opinion de M. I. Finley chez Mossé, 1982, qui insiste sur la notion de dialogue et sur le but (...)

5Mes itinéraires de recherche m’ont conduit plusieurs fois à observer, pour ce qui concerne la Sicile, à quel point la question des modalités d’interaction culturelle entre les Grecs et les « indigènes » (ou mieux, peut-être, les autres), a été un champ de bataille jonché de « cadavres historiographiques ». Un parcours, bien entendu, dont nous ne pourrions pas nous dépêtrer sans abandonner le métier même d’historien, car chaque reconstruction historique du passé est, en même temps, un terrain d’engagement pour le présent de l’historien5.

6En effet, chaque parcours de recherche trouve sa limite inévitable, et je dirais sa raison, dans l’impossibilité de séparer le moment heuristique (donc le choix documentaire) de l’horizon théorique qui guide l’enquête. Je n’ai pas besoin d’ajouter que cela ne vaut pas seulement pour la recherche antérieure, la recherche des « autres » (anciens ou modernes), mais aussi pour celle qui a à voir, en premier lieu, avec nous-mêmes, dans notre activité quotidienne.

7Il suffira de signaler, dans l’historiographie de la seconde moitié du xixe siècle jusqu’aux années soixante-dix du xxe, deux lignes principales et divergentes de perspective historique à propos des formes et des qualités de contact entre Grecs et non Grecs :

    • 6 Momigliano, 1984, et 1988, p. 11‑13. La mise au point la plus récente, à ma connaissance, est fourn (...)

    la première s’enracine dans l’entretien d’une vague notion de « peuple sicilien » qui garde son « identité », en dépit des processus de transformation historique : on observe ici au travail l’idéologie du substrat impérissable, qui façonnera tous les nouveaux venus, transformant les dynamiques historiques en une boîte vide, comme dans les tours de passe-passe. Cette ligne trouve un terrain fécond parmi plusieurs historiens italiens. Sur cela je renvoie surtout aux pages mémorables d’Arnaldo Momigliano6.

    • 7 Holm, 1869‑1898 : dans sa Geschichte Siciliens im Alterthum, Adolf Holm s’arrête de manière particu (...)
    • 8 Il faut rappeler Bonnet, 2005 et Xella, 2008.

    la seconde ligne se rattache au modèle du grand engagement universel entre Orient et Occident. C’est le modèle de l’historiographie européenne : en particulier, Adolf Holm et Edward G. Freeman7. Dans cette vision les indigènes sont quasiment des acteurs involontaires de l’histoire, protagonistes par ricochet, voire par le « charme » de ce qui s’appelle (de façon problématique) « hellénisation ». Ici la Sicile et ses habitants indigènes sont arrachés aux pénibles Sémites, et gagnés à la civilisation grâce aux Grecs puis aux Romains8.

  • 9 Cusumano, 1994, p. 30. Qu’il s’agit d’une conviction préjudicielle bien présente dans les recherche (...)
  • 10 Pais, 1894 ; Ciaceri 1894 et 1911. D’autre part, à partir da la conquête du Dodécanèse et de la Lib (...)

8Ce sont, justement, ces derniers, les Romains, à offrir un point de rencontre entre les deux lignes, que j’ai identifiées dans la recherche italienne : en effet, l’unité romaine de la Méditerranée fournit, au moins aux Sicules, Italiques et Proto-latins, un rôle positif dans la vision historique que le Risorgimento italien donne en termes de continuité et d’unification, unification non seulement politique mais désormais même historiographique9. À partir de la publication des œuvres d’Ettore Pais et d’Emanuele Ciaceri, nous pouvons donc observer l’accentuation du rôle de Rome. Les aménagements idéologiques du Risorgimento glissent, au début du xxe siècle, vers des exigences nationalistes : de cette façon, l’historiographie italienne se conforme aux idéaux socio-politiques déjà répandus en Europe et reçus même en Italie10.

  • 11 Pace, 1935‑1949. Le savant avait déjà anticipé l’idée clef de son oeuvre monumentale dans un mémoir (...)
  • 12 Pace, 1935, p. XI, affirme le droit de l’historien à un engagement direct dans les événements polit (...)

9Je ne m’arrêterai pas sur les détails de cette question. Toutefois, il n’est pas possible de négliger le tournant historiographique représenté par l’activité scientifique et politique de Biagio Pace, un tournant lié aux triomphes impériaux du fascisme. Son œuvre principale, Arte e Civiltà della Sicilia antica, parue à partir de 193511, donc à partir de la fondation de l’empire fasciste, complète la trame des nœuds historiographiques précédents, introduisant une véritable théorie des « reazioni etniche ». Grâce à la latinité des Sicules, une nouvelle conscience nationale qui, à travers la « mémoire patrimoniale » de l’empire romain, parvient à l’unité politique et enfin aux ambitions de « grande puissance » de l’Italie mussolinienne, qui y trouve sa substance.12

  • 13 Pace, 1935, p. XI ss. : « gli elementi indigeni preesistenti alla venuta dei Greci e alla conquista (...)
  • 14 Cusumano, 1994, p. 35‑38 : Biagio Pace pousse à l’extrême le nationalisme déjà actif en Pais. Le ré (...)

10Pour poursuivre cet objectif, Biagio Pace doit amoindrir les aspects violents du premier contact entre les Grecs et les communautés locales : il y a, à son avis, une convergence d’intérêts entre les indigènes et les ktiseis grecques, qui, dans un cadre évidemment évolutionniste, conduit presque à l’identification entre Grecs et indigènes13. Le mot d’ordre est de « remonter aux origines » : cela permet de décentraliser les Grecs, posant au centre de l’attention les cultures indigènes. Bref, une symphonie culturelle (et, bien entendu, politique) réglée par une réciprocité parfaite, un orchestre qui sera amélioré à un degré maximal avec l’arrivée de Rome à l’occasion de la première guerre punique14. Le problème central restait, toutefois, la définition du monde sicéliote envisagé comme l’issue d’une collaboration réussie entre les Grecs et les indigènes à parité égale : une Sicile grecque, avec ses poleis et ses monuments, aurait-elle pu exister sans la génialité des Sicules ? C’est la question rhétorique des pages de Pace.

11Cet indigénisme radical avait évidemment d’autres motivations plus idéologiques : les savants qui, en Europe, défendaient la supériorité culturelle grecque en Sicile apparaissaient, en fait, comme la cinquième colonne des puissances ennemies, notamment de la France et de l’Angleterre.

  • 15 Dunbabin, 1948. Observations sur les perspectives « impérialistes » et « hellénocentriques » de Dun (...)
  • 16 Bérard, 1957, dont l’œuvre est traduite en Italie en 1963 et plusieurs fois réimprimée. Le modèle d (...)

12À la suite de la chute du fascisme, la recherche italienne bat partiellement en retraite, se repliant sur le substrat local et immuable des formes religieuses de l’île. D’ailleurs, la défaite de la seconde guerre mondiale avait rendu les frontières italiennes à nouveau perméables à la recherche internationale, bien qu’avec des résultats modestes, comme le montre le cas de Tom Dunbabin, dont la lucidité et l’équilibre méthodologique trouveront peu de prosélytes en Italie15. Garde son importance, bien que sous des formes plus nuancées, l’attention tournée vers le rôle des peuples indigènes et la recherche des traditions ancestrales qui dépassent la barrière chronologique du viiie siècle av. J.‑C., selon la logique du « substrat » : témoin de l’influence exercée par Jean Bérard sur une partie considérable de la recherche italienne.16

  • 17 Le terme « acculturation » est apparu pour la première fois, que je sache, dans le « Memorandum for (...)
  • 18 Gruzinski -Rouveret, 1976. Cf. les réflexions successives de Rouveret, 1992.
  • 19 Sur les multiples déclinaisons du comparatisme la littérature est immense. Sans prétention exhausti (...)
  • 20 AA. VV., 1983.

13Ces parcours parviennent à un tournant grâce à la publication, en 1976, d’un travail pionnier qui introduit officiellement la notion d’acculturation17. Personne ne sera étonné en découvrant qu’il s’agit du résultat d’une collaboration entre un historien-ethnologue, Serge Gruzinski (dont les recherches principales sont dédiées au Mexique colonial), et une spécialiste du monde classique, Agnès Rouveret.18 Le titre (“Ellos son como ninõs”. Histoire et acculturation dans le Mexique colonial et l’Italie méridionale avant la romanisation) nous informe sur la double voie choisie, qui implique à la fois le comparatisme19 et l’exportation d’une grille de lecture dans un contexte documentaire assez différent, la Grande-Grèce. L’objectif de Gruzinski et de Rouveret est, à mon avis, un détachement à l’égard des duels nationalistes désormais obsolètes, mais aussi l’exigence de se confronter avec le phénomène de la décolonisation et les nouveaux problèmes d’identité et d’altérité qu’elle impliquait. Par d’autres formes, le présent de l’historien agit une fois encore dans les coulisses, en modifiant attitudes et paradigmes. Quelques années après, en 1981, une célèbre rencontre à Cortone sanctionnait ce tournant en l’imposant à la recherche successive20. Dès lors s’est développé un débat complexe et vaste, qui attend encore un bilan d’ensemble, impossible à proposer ici.

1. 2. Mots et conceptualisations

  • 21 Pour d’autres perspectives, différemment orientées, cf. Hall, 2004b.
  • 22 Taylor, 1992. Je rappelle l’édition anglaise, 1993 ; l’édition italienne, 1993 ; la nouvelle éditio (...)

14Le terme acculturation s’est imposé à côté d’autres, en particulier les termes d’interaction, et de relations interculturelles. Ces observations sont en partie conditionnées par ma perspective de chercheur italien21, mais une rapide incursion dans l’Année Philologique (depuis l’édition on-line) nous montre effectivement un encombrement lexical : « Acculturation » (acculturation et contre-acculturation ; interacción y acculturación ; conquête et acculturation ; marriage and acculturation ; résistance ; assimilation), « Déculturation », « Inculturation », « Intercultural » (Culture change/Culture contact/ Cultural Frontiers ; contacto intercultural ; intercultural context ; intercultural relations ; relations interculturelles ; Intercultural exchanges), « Interaction » (Cultural interaction, ethnic interaction ; cross-cultural interaction), « Multiculturalisme » (multi-cultural society). Un vocabulaire qui est devenu, au niveau international, presque « obligatoire », mais qui donne parfois l’impression d’être un « placage » (utilisé, parfois, en tant que « trendily »). Il est possible, toutefois, de reconnaître des « prédilections » très intéressantes : l’aire francophone aime beaucoup l’acculturation et l’assimilation associées à la notion de résistance ; l’aire anglophone s’est concentrée sur la notion plus nuancée d’interaction ; on peut faire les mêmes observations à propos des aires allemande et espagnole. À partir des années quatre-vingt-dix, nous avons l’entrée en scène de l’interculturalité et du multiculturalisme, qui sont progressivement intégrés dans toutes les langues principales de la recherche, et selon des variantes linguistiques. Les effets de la globalisation et de ses complexes ambiguïtés en sont-ils les principaux responsables ? Le terme multiculturalisme fait sa première apparition en 1982, dans la Charte des droits et des libertés du Canada (article 27 : patrimoine culturel des Canadiens). Dix ans après (1992), Charles Taylor et après Jürgen Habermas l’ont introduit dans le débat sur la croissante pression migratoire, pour indiquer le sens d’un défi à la société humaine d’une portée globale.22 Devrions-nous nous étonner si les historiens de l’Antiquité eux-mêmes ont ressenti le besoin de relever ce défi dans leur travail ?

  • 23 Du reste, dans ces pages j’ai préféré éviter de mettre en cause les champs sémantiques évoqués par (...)
  • 24 Hall, 1997 et 2002. Hordern–Purcell, 2000. Malkin, 2001 et 2007. Antonaccio, 2004. Cf. aussi les te (...)

15Tirer, à tout prix, des règles générales n’est pas utile et il faudrait examiner attentivement, à mon avis, les points d’achoppement de ce vocabulaire.23 Néanmoins, on peut indiquer, quelques pics d’excellence, par exemple, à travers les travaux novateurs d’Irad Malkin, Jonathan Hall, Nicholas Purcell et Carla Maria Antonaccio, qui ont donné lieu à une révision importante des outils et des cadres interprétatifs qui étaient devenus partiellement opaques et rouillés24. Un pôle central s’est focalisé, dans les dernières années, sur les notions d’ethnos et d’ethnicité, et sur ce sujet, je vais faire quelques observations.

2. Entre Grecs et non Grecs. Moments de changement en Sicile du vsiècle av. J.‑C. jusqu’à l’époque républicaine

16Pour la seconde partie, j’avais annoncé de repérer des cas particuliers, mais utiles, pour nous orienter dans les nuances que chaque choix lexical comporte. Je me limiterai à proposer une liste synthétique de ruptures, et quelques observations plus précises à propos du site ethniquement mixte de Halaesa.

  • 25 Morris, 1992 et 2002. Shepherd, 1995. Hodos, 1999 et 2006. Albanese Procelli, 2003.
  • 26 Shepherd, 1999. Hodos, 1999. Antonaccio, 2005.

17Je glisserai sur la période de la première phase de colonisation et sur la période archaïque en général. Dans le rituel funéraire, comme l’a démontré Ian Morris, interagissent à la fois l’histoire des systèmes symboliques et des croyances religieuses, et l’analyse des données socioéconomiques et des structures politiques : en somme, un laboratoire d’incomparable fécondité. À ce propos les recherches de Rosa Maria Albanese Procelli, Gillian Shepherd et Tamar Hodos ont très bien montré le caractère problématique du rapport entre la documentation littéraire et les données archéologiques. Ils ont mis en évidence la richesse méthodologique des débats en cours à propos des dichotomies et des polarisations25. La vexata quaestio des mariages mixtes, par exemple, a été abordée magistralement par Gillian Shepherd qui a souligné le manque de fiabilité de la connexion métal/mariages mixtes par rapport à l’analyse ethnospécifique des nécropoles et à la relation entre céramique et « ethnicité »26. On se trouve ici devant des nœuds critiques essentiels. Souvent, on a évalué les dossiers du contact comme s’ils étaient en eux-mêmes des ensembles de données dotées d’autonomie herméneutique. Au contraire, la direction choisie par le chercheur exerce un rôle important dans la construction de modèles historiographiques.

18Je débuterai par le ve siècle av. J.‑C., parce que cette période nous montre un renversement des situations de contact qui semblaient alors consolidées. Il s’agit à la fois d’un problème de documentation, ainsi que de représentations historiographiques, car nous avons à faire avec un cadre qui comprend (de façon paradoxale) : a) la parution officielle des identités ethniques des indigènes ; b) en second lieu, la proposition d’une définition « antiethnique », qui semble dépasser et comprendre à un niveau différent les divers « ethne » grecs de Sicile, c’est-à-dire les Sikeliotai ; c) enfin, la naissance d’établissements à la grecque, composés par des groupes mixtes de Grecs, d’indigènes, et d’autres anhellènes, tout cela en l’espace, d’à peine deux générations. Voilà, donc, ma liste (imparfaite) de situations de renversement.

2. 1. Les Sicules de Doukétios

  • 27 Selon la narration de Diodore (11, 88, 6), qui signale toutefois le refus du centre « sicule » de H (...)
  • 28 Sur ce sujet la littérature est très vaste. Je me limite à fournir quelques suggestions, sans carac (...)
  • 29 Tagliamonte, 1994 ; Bettalli, 1995 ; Péré-Noguès, 1999 et 2006a ; Prestianni Giallombardo, 2006a. M (...)

19En 453 av. J.‑C., Doukétios fonde, sur les pentes de l’Etna, à côté du sanctuaire des Palikoi, divinités sicules, la ville, ou mieux la polis, de Paliké, au centre d’une sunteleia, une organisation politique et fédéral ouvertement homoethnique, réservée seulement aux Sicules27. S’il est vrai qu’une mission archéologique américaine vient de signaler la grécité parfaite du plan urbanistique de Paliké, conforme à la « géométrisation » politique de la polis28, la sunteleia se révèle, en premier lieu, un outil politique visant à l’intérieur, ainsi qu’au monde grec de l’île. Les deux blocs sicules (nord-est vs sud-est) se trouvent partagés par rapport à l’entreprise de Doukétios, selon des stratégies et des motivations géopolitiques, qui nous sont, toutefois, décrites en termes ethniques. Vraisemblablement, Hybla se soustrait pour des raisons de concurrence politique, à savoir une question de rapports de force. Le modèle que nous observons en action semble viser à une ethnicité « intraspécifique ». Cette prétendue unité ethnique sicule, je la placerais en aval plutôt qu’en amont, en tant qu’issue d’un processus historique stimulé et, d’une façon ou d’une autre, canalisé par la présence grecque. Ce processus a son acmè pendant les décennies qui séparent l’histoire de Doukétios et l’intervention athénienne de 415 av. J.‑C. : les cadres généraux changent et on assiste à l’apparition de nouveaux styles identitaires et d’autres modèles communautaires, en particulier l’émergence du mercenariat italique, et campanien29.

  • 30 Diodore 12, 8. Cf. De Vido, 1997 ; Prestianni Giallombardo, 2006b.
  • 31 C’est dans ce contexte qu’il faudrait examiner la tradition problématique sur la destruction de Tri (...)

20En 446/4 av. J.‑C., de retour de son exil en Grèce, Doukétios fonde une autre polis, Kalè Akté, avec la collaboration d’éléments grecs (de la Grèce et de Sicile) et du dynaste sicule Archonidas30, un nom pas vraiment sicule. Il s’agit d’un projet bien différent qui implique un certain accord avec les Grecs et de Sicile et de la Grèce, et qui suppose l’abandon du paradigme homoethnique pour adopter un modèle typiquement politique, qui affaiblit et, pour ainsi dire, digère la question multiethnique31.

2. 2. Les « Sikeliotai » d’Hermocrate

  • 32 Le terme Sikeliotai est utilisé par Thucydide même en dehors du discours d’Hermocrate. Sur ce sujet (...)

21En 424 av. J.‑C., Thucydide (4, 58‑65) fait prononcer au syracusain Hermocrate un discours adressé aux presbeis, à savoir les ambassadeurs de tous les centres grecs de l’île. Le discours utilise le terme Sikeliotai pour indiquer un groupe unitaire, selon les vœux d’Hermocrate, en opposition à Athènes32. Bien que la proposition n’ait pas de conséquences politiques concrètes, la formule remporte, toutefois, un succès historiographique que nous pouvons relever chez les historiens suivants. La particularité du pseudoethnique Sikeliotai nous met en garde sur la nature politique de cette construction : son succès ne correspond pas à son efficacité historique tout court, au moins jusqu’à la conquête romaine. La situation de la Sicile du ive siècle av. J.‑C. sera un bon terrain d’enquête à cet égard.

  • 33 Comme il a été soutenu dans quelques récents travaux : cf. Hall, 2002, p. 122‑123, et 2004, p. 49.

22Pour ma part, je me limite seulement à souligner que le texte de Thucydide ne nous permet pas de penser que le terme Sikeliotai implique (dans le passage en question et en général dans le texte de l’historien) un manque de distinction entre Grecs et non Grecs33. Si nous nous penchons sur la conclusion du premier discours de Nicias dans le VIe livre, on ne trouve jamais que Sikeliotai désigne les « Siciliens » dans leur ensemble, mais plutôt les seuls Grecs. Je serais tout à fait d’accord sur la nature de « marque distinctive » de Sikeliotai par rapport aux Grecs en dehors de l’île (et en conséquence par rapport aux communautés anhellènes), mais cela ne suppose pas une identité séparée ou même une condition d’altérité.

  • 34 Je voudrais y revenir prochainement dans un autre travail. Cf. sur les aspects historiographiques d (...)
  • 35 Il est ici en jeu une logique de homoiotropia Athènes/Syracuse.

23Il n’est pas possible de sonder ultérieurement ici le texte de Thucydide. Le passage de Diodore (5, 6), parfois cité en parallèle pour appuyer cette thèse, aurait besoin d’être contextualisé, à partir du rapport problématique entre l’historien, ses sources, sa méthode et son public34. Il faut pourtant reconnaître que la dénomination Sikeliotai semble se construire sur une double base. On peut, à mon avis, souligner aussi bien les coordonnées « écologiques » de ce nouvel ethnos, à identifier dans l’insularité et dans les frontières d’eau35, que les politiques, c’est-à-dire les poleis grecques de Sicile, abstraction faite des différents ethne dorien ou ionien (donc abstraction faite des différences intraspécifiques, qui n’impliquent jamais les indigènes). En effet, je ne parlerais pas de naissance d’un nouvel ethnos, mais plutôt d’une pseudoethnicité (ou bien, antiethnicité), si on me passe cette expression, voire d’un espace de représentation qui dépasse et dissout le traditionnel carcan ethnique dans un plus vaste cadre conceptuel et politique (ou peut-être, « supra-politique »).

2. 3. Sarabandes ethniques

2. 3. 1. Les Campaniens

  • 36 Sur l’histoire d’Entella, voir dernièrement les textes réunis par Ampolo, 2001. Cf. aussi Gallo, 19 (...)
  • 37 Ces Campaniens dérivent en partie des Italiques qui avaient participé à la guerre en Sicile du côté (...)
  • 38 Ce n’est pas facile, à mon avis, de renoncer et/ou de remplacer d’une façon convaincante ce modèle (...)

24Pour comprendre la gestation et la naissance d’un ethnos en plein ve siècle av. J.‑C. (au moins, selon la tradition historiographique dont nous disposons), il faut remonter en 438 av. J.‑C. et il faut nous déplacer en Grande Grèce, où se forme la « nation des Campaniens » (Diodore 12, 31, 1 : tò ethnos tôn Kampanôn). Seulement quelques observations seront utiles puisqu’on dispose de nombreuses études des spécialistes sur le mercenariat36. Il ne s’agit pas de Grecs, bien sûr, mais on peut observer que l’ethnonyme (la prosegoria) dérive de la fécondité du lieu (apò tês aretês toû plesìon keiménou pedìou) : il s’agit une fois encore d’une dénomination géographique – et non mythique et généalogique – pour la mise en scène d’une ethnogonie dans le temps de l’histoire. Presque trente ans après (404 av. J.‑C.) 37, le nouvel ethnos est déjà présent en Sicile en qualité de mercenaires, mais avec des exigences d’intégration qui subordonnent la condition ethnique à celle plus politique de la citoyenneté : Diodore est très clair à ce propos, parce qu’il parle de abebaiotes, c’est-à-dire d’« instabilité » (14, 9, 8‑9). Le texte de Diodore met en scène, dans la ville élyme d’Entella, le drame de l’interaction ethnique joué entre mixité et « nettoyage » : devenir politai, à tout prix, comporte dans cette situation la violation d’un serment (paraspondein), le meurtre en traître (apésphaxan) des mâles citoyens et adultes, et le mariage forcé avec les veuves. Le cas des Campaniens nous montre jusqu’à quel point la relation entre « hégémonie » et « subalternité »38 est soumise à une trame, pas toujours concordante, d’inversions et de complications.

  • 39 La narration décharnée de Diodore ne nous permet pas de préciser toutes les nuances de cette nouvel (...)

25En fait, le cas des Campaniens nous permet de constater la complexité et l’ambiguïté de certains lieux communs de l’historiographie moderne à propos de l’ethnicité, de l’interaction, des dynamiques acculturatives, et il nous met en garde contre des schématismes trop simples39. En effet, les dernières décennies du ve siècle av. J.‑C. mettent sous nos yeux un étonnant bouleversement de la taxonomie et de la logique ethniques.

2. 3. 2. Mendolito, Halaesa, Hadranos

  • 40 La Rosa, 1996, p. 525 et 530. De Vido, 1997. Albanese Procelli, 2003. Cusumano, 2006a et 2007 (avec (...)
  • 41 Pour un examen de la documentation autour de Halaesa, cf. dernièrement Facella, 2007 et Cusumano, 2 (...)

26Je vais conclure cette liste. Probablement, entre les années 408 et 403 av. J.‑C. se situe un événement traumatique, qui reste obscur : la destruction de Mendolito, un site sicule qui devait détenir une position de « leadership », à en juger d’après les restes archéologiques et épigraphiques40. Les sources gardent un silence complet. Pourtant les conséquences qui en découlent forcent définitivement la centralité du rôle identitaire de l’ethnicité. En 403 av. J.‑C. un dynaste sicule, Archonidas, probablement le fils du précédent (voir supra, à propos de la ktisis de Kalè Akté), fonde Halaesa, grâce à l’apport de Sicules, de Grecs et d’autres anhellènes. Nous ne sommes pas seulement loin de l’homoethnicité de deux générations auparavant. En plus nous assistons au spectacle insolite d’un Sicule qui fonde une ville même pour les Grecs, et qui choisit justement Apollon comme divinité poliade41.

  • 42 Cusumano, 2006a et 2006b. Facella, 2007. Micciché, 2008.
  • 43 Hall, 1997, 2002 et 2004a. Ce n’est pas possible ici d’analyser en détail les réflexions fondamenta (...)

27Trois ans après, en 400 av. J.‑C., la nouveauté se redouble et se renverse : un Grec, Denys l’Ancien, fonde une autre ville, Hadranos, destinée aux Sicules et il choisit le dieu homonyme, Hadranos, comme divinité poliade42. Il me semble y repérer un mécanisme disposé en chiasme, dont l’effet brisant affaiblit le jeu par agrégations et oppositions qui caractérise la logique de l’ethnicité, selon le modèle de Anthony Smith (1986), repris et réélaboré par Jonathan Hall43.

28Avant d’approfondir le cas d’Halaesa, surtout par sa documentation épigraphique, je tiens à souligner que la liste jusqu’ici présentée n’a rien à faire avec un schéma évolutionniste : les situations ébauchées échappent à des solutions aussi confortables. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu des transformations, des points cruciaux de changement : à mon avis, on observe, dans nos représentations historiographiques, un affaiblissement de la dimension ethnique au profit d’une idée de communauté civique et politique qui se prête mieux à un cadre général profondément modifié. L’ethnicité n’est plus, entre le ve et le ive siècle av. J.‑C., et dans la suite, la clef unique pour définir le vaste spectre des modalités de contact et les crises provoquées par les changements du panorama insulaire et méditerranéen.

2. 4. L’atelier communautaire d’Halaesa

  • 44 Très stimulantes sont les observations de Purcell, 2005. Sur la richesse lexicale des eaux dans les (...)
  • 45 D’autant plus si, comme l’a de façon persuasive proposé G. Nenci, on peut supposer une cartographie (...)

29Une partie considérable du dossier sur Halaesa nous vient des Tabulae Halaesinae, un document cadastral de la période romaine qui nous montre, presque comme un « arrêt sur image », une étape délicate d’un long processus qui avait débuté au moins deux siècles avant, à partir d’une entreprise « surethnique ». En effet, il nous donne un profil extraordinairement précis d’une communauté qui cherche une définition identitaire. Ce texte identifie une série de parcelles dans la chôra alesine autour de la polis, par une opération de perioresia, c’est-à-dire de repérage des traces (signa) afin de préciser la localisation des terrains d’une borne à l’autre. Traces par la nature, traces par le travail de l’homme : fleuves, ruisseaux et canaux d’irrigation ; routes, sanctuaires de dieux grecs et sicules à côté des pierres et des arbres fruitiers marqués par l’écriture (oliviers, poiriers sauvages, figuiers et grenadiers) : un véritable jardin méditerranéen qui met ensemble la précision agrobotanique avec la construction – ou la reconstruction – d’un code identitaire. Comme la chaîne et la trame d’un tissu, les signa, à la fois naturels et culturels, fournissent un arrière-plan de grande puissance physique et social où on redessine et se renouvelle la connectivité indispensable pour l’aisance relationnelle44. Nous avons beaucoup de raisons pour supposer qu’il s’agit d’un acte reconstitutif après une grave crise sociopolitique, peut-être entre le iie et le ier siècle av. J.‑C., selon l’opinion de plusieurs savants à laquelle je me rallie : ce texte épigraphique se propose de préciser le rapport entre la terre et la citoyenneté, peut-être en vue d’un repeuplement ou d’un retour d’exilés45.

  • 46 Je pense, en particulier, à la fonction ambivalente exercée par la Xenis Hodos dans les Tabulae : s (...)
  • 47 Les cultes sicules comme celui d’Hadranos, mais aussi les cultes grecs comme celui du Meilichios et (...)
  • 48 Cf. les réflexions, tournées vers l’actualité sociopolitique, de Sen, 2006. Très opportunes à ce su (...)

30Il s’agit donc d’un document extraordinaire qui réaffirme publiquement la structuration de l’identité à travers une opération à la fois technique et symbolique de périmètration. Cette périmètration arpente (donc définit) aussi bien les lignes d’agrégation interne, que ces espaces où s’accumule la tension (à partir du jeu de « déclenchement/enclenchement ») envers le monde extérieur46. De cette façon, l’ordre est-il tracé sur le terrain concret des lots et de leurs bornes, expressions fondamentales de la ligne de partage entre ordre et désordre. Les aires cultuelles mentionnées dans le document, par exemple Zeus Meilichios et Hadranos47, ainsi que les arbres, les eaux, les pierres, font fonction de guide, de marques d’identification : en tant que bornes, ils défendent la communauté de sa pire forme d’altérité, à savoir le principe désagrégeant de l’état conflictuel intérieur (stasis). Cela nous rappelle que l’identité est un espace qui peut dépasser les dimensions ethniques et religieuses pour se concentrer sur une plus large pluralité de pratiques communautaires48 : un terrain où on déroule un jeu à haute pénétration sociale, qui permet de régler les bornes (matérielles et mentales).

31Je rappelle que des mots et d’autres signes sont aussi inscrits sur les arbres et, en même temps, ils sont enregistrés sur les Tabulae : ce redoublement lègue un univers naturel à une communauté sociale au moyen d’une relation qui traduit les pierres et les autres traces du paysage « naturel » en mots. « Nature » et « communauté » tracent, de cette manière, un terrain où on assiste presque à une opération d’hypotypose politique et identitaire, si on peut recourir à l’outillage rhétorique.

  • 49 Il suffira ici rappeler trois lieux, à mon avis, exemplaires : a) la dernière épreuve d’Ulysse, à l (...)

32Il est clair, à mon avis du moins, qu’il ne s’agit pas, dans les Tabulae Halaesinae, d’une banale activité d’arpentage. La communauté tout entière se fait arpenteur et, par la sélection des bornes, réécrit l’ordre de son cosmos. Par un jeu de renversements croisés, et par une analogie tirée de notre mémoire culturelle, l’arpenteur civique d’Halaesa peut nous rappeler l’arpenteur Joseph K. dans le Château de Franz Kafka, qui décrit un monde gouverné par un enchevêtrement de règles incompréhensibles pour ceux qui ne partagent pas l’identité des habitants du village. L’arpenteur de Kafka est destiné à rester un étranger, tandis que l’arpenteur d’Halaesa est un véritable projeteur et constructeur d’identité au-delà de l’outillage ethnique, y compris des cultes. Sous cet aspect, cet épigraphiste se dispose convenablement sur un fil rouge, qui part de loin pour se manifester pendant tout l’ancien monde49.

3. Conclusions

33Comment se traduit dans l’écriture historique l’enjeu de l’identité et des contacts culturels : faut-il parler d’acculturation ou de relations interculturelles, ou encore de multiculturalisme ?

  • 50 Bloch, 1963 (1913), p. 786.
  • 51 Bloch, 1952 (1e éd. 1949).
  • 52 De la question soulevée par Bloch nous pouvons, il me semble, avoir un écho dans le débat encore ou (...)

34Il sera utile, peut-être, d’évoquer une étude de 1913 consacrée à l’Ile-de-France, dans laquelle un très jeune Marc Bloch se posait une question très importante : qu’est-ce que légitime, sur le plan épistémologique, une recherche d’histoire locale ou régionale ?50 La question abordée par l’historien alsacien, par certains côtés en avance sur son Apologie pour l’Histoire ou Métier d’historien51, garde, à mon avis, toute son actualité et peut éclairer ultérieurement ce qu’on a été observé jusqu’ici : ce que valorise, selon Bloch, ce genre d’enquête, c’est de mettre au centre un problème d’intérêt général posé par une documentation fournie concernant un espace circonscrit. S’il y a une question, elle concerne donc l’activité du chercheur, car la définition d’histoire locale ou « régionale » se révèle, dans une certaine mesure, un faux problème. 52

  • 53 Momigliano, 1987, p. 405. Cf. aussi Prost, 2003, p. 292, sur la nécessité de la réflexion méthodolo (...)

35Il semble bien que la Sicile soit, parmi les aires de la Méditerranée ancienne, un terrain particulièrement apte à offrir beaucoup de sujets sur lesquels réfléchir, ou pour mieux dire, un espace bon à conceptualiser. On pourrait nous rattacher à l’exhortation d’Arnaldo Momigliano qui souhaitait une « piena storificazione della metodologia », objectif général, autant que « principio fondamentale della ricerca storica », à côté d’une approche par « una filologia ravvivata però dalle acute note di Wittgenstein al Golden Bough di Frazer »53.

  • 54 J’évoque ici une expression de Claude Calame, sur laquelle nous avons eu l’occasion de discuter à l (...)
  • 55 Des réflexions essentielles et passionnantes sont au centre de nombreuses pages de David Asheri : p (...)

36À ce propos, le lexique dont on a parlé ne devrait pas figer les cadres historiques, puisque les univers culturels et leurs représentations ne sont jamais des îles. Au contraire, leurs rapports pourraient être décrits sous le signe de la « porosité »54, qui présente l’avantage non seulement d’admettre, en même temps, modalités constructives et conflictuelles, mais aussi de souligner le mouvement de va-et-vient entre le deux pôles extrêmes de l’agrégation et de la désagrégation. Cela permettra, peut-être, d’expliquer le fonctionnement et les transformations d’un système par un entrelacement de situations qui tendent à rétablir un équilibre altéré grâce à l’absorption des éléments troublants. Nous l’avons vu, à l’intérieur d’un horizon politique et social marqué par une grande compétition, comme dans les cas d’Entella et d’Halaesa. Ces dernières semblent fournir un modèle qui nous permet d’avancer dans la réflexion sur les mécanismes du contact, sur la “longue durée” des formes culturelles, ainsi que, à mon avis, sur la notion de tradition en tant que trait distinctif des identités locales, et réaction “stratégique” aux processus largement supérieurs d’homologation dans un tableau bien plus vaste, compliqué et intrusif, tel quel la Méditerranée romaine55.

37L’opinion selon laquelle la notion de relation interculturelle permettrait de saisir au mieux ces changements, et en général la complexité et la richesse des nuances, qui échapperaient, par contre, au crible plus rigide du modèle acculturatif, reste peut-être plus séduisante. Toutefois, je crains qu’on perde de vue le caractère essentiellement conflictuel du rapport entre des univers culturels différents. Pour ma part, je m’oppose à des solutions et à des visions facilement iréniques, bien que je reconnaisse que le choix n’est pas du genre aut aut, c’est-à-dire entre le conflit explicitement et purement destructif d’un côté, et un modèle naïvement édénique de l’autre. Au lieu d’un modèle explicatif élémentaire, ou mieux d’un grand récipient où chacun pêche à la ligne, on devrait établir un équilibre entre modèles généraux et parcellisation analytique. Pour reprendre l’idée de porosité, de quelque façon qu’on veuille définir la qualité des contacts interethniques, l’ensemble des phénomènes coloniaux a joué un rôle dans la structuration identitaire grecque. S’il est vrai que les communautés indigènes se redéfinissent différemment pour chacun des contextes (dans les espaces et dans les temps), les communautés grecques elles-mêmes transforment leur particulière structure identitaire selon les différentes situations.

38D’un point de vue, pour ainsi dire, « écologique », les cultures « indigènes » et les « sicéliotes » partagent le même espace. Il ne s’agit pas, toutefois, d’un « jeu à somme nulle » : même si l’antagonisme n’empêche pas l’échange et les changements réciproques, l’asymétrie des interactions reste, j’en suis persuadé, un mot de passe qui peut éviter les trappes des déformations et des fadeurs idéologiques.

Haut de page

Bibliographie

AA. VV., 1983, Modes des contact et processus de transformations dans les sociétés anciennes. Forme di contatto e processi di trasformazione nelle società antiche, Atti del Convegno di Cortona (24‑30 maggio 1981), Scuola Normale Superiore – École Française de Rome, Pise-Rome.

Albanese Procelli, R. M., 2003, Sicani, Siculi, Elimi. Forme di identità, modi di contatto e processi di trasformazione, Milan.

Alessandrì, S., 1997, Gli Elimi dalla spedizione del 415 al trattato del 406, dans Seconde Giornate Elime (Gibellina 1994), Pise, p. 9‑40.

Ambaglio, D., 1995, La Biblioteca Storica di Diodoro Siculo : problemi e metodi, Côme.

Ambaglio, D., 2006, Diodoro Siculo tra storia locale e storia indigena, dans Diodoro Siculo e la Sicilia indigena, Atti del convegno di studi, Caltanissetta 21‑22 maggio 2005, Caltanissetta, p. 81‑88.

Ampolo, C., 2001, Da un’antica città di Sicilia. I decreti di Entella e Nakone, Catalogo della mostra, a cura di C. Ampolo, Pise.

Anello, P., 2005a, Cittadini e barbari in Sicilia, Serta Antiqua et Mediaevalia VII. Il cittadino, lo straniero, il barbaro, fra integrazione ed emarginazione nell’antichità, Rome, p. 143‑176.

Anello, P., 2005b, Barbaros ed enchorios in Diodoro, dans Atti del Convegno Diodoro e l’altra Grecia, Milan, p. 223‑237.

Antonaccio, C. M., 2001, Ethnicity and Colonization, dans I. Malkin (éd.), Ancient Perceptions of Greek Ethnicity, Cambridge-Londres, p. 113‑157.

Antonaccio, C. M., 2004, Siculo-geometric and the Sikels : Ceramic and identity in eastern Sicily, dans K. Lomas (éd.), Greek Identity in the Western Mediterranean, Leiden-Boston, p. 55‑81.

Antonaccio, C. M., 2005, Excavating Colonization, dans H. Hurst et S. Owen (éd.), Ancient Colonizations. Analogy, Similarity and Difference, p. 97‑114, Londres.

Asheri, D., 1996, Colonizzazione e decolonizzazione, dans S. Settis (éd.), I Greci. Storia Cultura Arte Società, 1. Noi e i Greci, Turin, p. 73‑115.

Bérard, J., 1957, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’antiquité. L’ histoire et la légende, Paris (édition italienne, La Magna Grecia. Storia delle colonie greche dell’Italia meridionale, Turin 1963).

Bettalli, M., 1995, I mercenari nel mondo greco. I. Dalle origini alla fine del V sec. a.C., Pise.

Bevilacqua, P., 1997, Sull’utilità della storia per l’avvenire delle nostre scuole, Rome.

Bloch, M., 1963 (1913), L’Ile-de-France, dans M. Bloch, Mélanges historiques, Paris, vol. II, p. 692‑787.

Bloch, M., 1949, Apologie pour l’Histoire ou Métier d’ historien, (2e édition, 1952, Cahier des Annales, 3), Paris.

Bonnet, C., 2005, Carthage, l’ “autre nation” dans l’historiographie ancienne et moderne, Anabases, 1, p. 139‑160.

Burger, M., Calame, C. (éd.), 2006, Comparer les comparatismes. Perspectives sur l’ histoire et les sciences des religions, Paris – Milan.

Calderone, S., 1979, L’età romana, dans La Sicilia nella storiografia dell’ultimo trentennio, Mazzara del Vallo, p. 23‑44.

Camassa, G., 1997, Il paradigma troiano, dans Quarte Giornate Internazionali di studi sull’area elima, I, Erice, 1‑4 dicembre 2000, Pise – Gibellina, p. 127‑134.

Capasso, I., 1989, Corsi d’acqua come indicazione di confine nella grande iscrizione di Alesa, PdP, XLIV, p. 281‑285.

Cardete del olmo, Mª C., 2006, Paesaggi e immagini della Sicilia antica : costruzione e mitizzazione, MedAnt, IX, 2 (sous presse : je remercie l’auteur).

Cardete del olmo, Mª C., 2007, El silenzio de los oprimidos : el culto de los Paliki, dans S. Montero et M.C. Cardete (éd.), Religión y Silencio. El silencio en las religiones antiguas,’Ilu. Revista de Ciencias de las religiones, Anejo XIX, p. 67‑84.

Cataldi, S., 1990, Prospettive occidentali allo scoppio della guerra del Peloponneso, Pise.

Ciaceri, E., 1894, Contributo alla storia dei culti dell’antica Sicilia, Pise.

Ciaceri, E., 1911, Culti e miti nella storia dell’antica Sicilia, Catane.

Chisoli, A., 1993, Diodoro e le vicende di Ducezio, Aevum, 67, p. 21‑29.

Collin Bouffier, S., 2002, Eau et campagne en Sicile grecque : observations préliminaire à l’étude, dans D. Giorgetti et I. Riera (éd.), In binos actus lumina. Rivista di studi e ricerche sull’ idraulica storica e la storia della tecnica, I, Atti del Convegno internazionale di studi su metodologie per lo studio della scienza idraulica antica (Ravenna, 13‑15 maggio 1999), p. 27‑35.

Copani, F., 2008, L’enigmatica città di Trinakìe, dans T. Alfieri Tonini (éd.), Mythoi siciliani in Diodoro, Atti del seminario di studi, Università degli studi di Milanº 12‑13 febbraio 2007, Milan, p. 51‑70.

Cordano, F., 2008, Il santuario dei Palikoí, dans T. Alfieri Tonini (éd.), Mythoi siciliani in Diodoro, Atti del seminario di studi, Università degli studi di Milanº 12‑13 febbraio 2007, Milan, p. 41‑50.

Corsaro, M., 2003, Ambiente e paesaggio in Magna Grecia : le fonti epigrafiche, dans Ambiente e paesaggio nella Magna Grecia, Atti del quarantaduesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 5‑8 ottobre 2002, Tarente, p. 133‑167.

Cusumano, N., 1990, Ordalia e soteria nella Sicilia antica. I Palici, Mythos, 2, 1990, p. 9‑186.

Cusumano, N., 1994, Una terra splendida e facile da possedere. I Greci e la Sicilia, Kokalos Supplemento 10, Rome.

Cusumano, N., 1996, Sul lessico politico di Diodoro : synteleia, Kokalos XLII, p. 303‑312.

Cusumano, N., 2006a, I Siculi, dans Ethne e religioni nella Sicilia antica, Atti del Convegno internazionale (Palermo 6‑7 dicembre 2000), Kokalos Supplemento 17, Rome, p. 121‑145.

Cusumano, N., 2006b, Animali, culti e interazioni etniche : i ladri di mantello ad Atene e Adrano tra droit e prédroit, Mythos, 12, (2004‑2005), p. 107‑136.

Cusumano, N., 2007, Culti nelle Tabulae Halaesinae : continuità e interculturalità, dans La Sicilia romana tra repubblica ed alto impero, Atti del Convegno di studi, Caltanissetta 20‑21 maggio 2006, Caltanissetta, p. 72‑90.

de Vido, S., 1997, I dinasti dei Siculi. Il caso di Archomenides, Acme, I, 2, p. 7‑37.

di Donato, R., 2006, To Hellenikon. Premesse antropologiche alle identità greche, Phasis. Greek and Roman Studies, 9, p. 63‑73.

Douglas, M., 1970, Purity and Danger. An Analysis of the Concepts of Pollution and Taboo, Londres.

Dunbabin, T. J., 1948, The Western Greeks, Oxford.

Facella, A., 2007, Per una storia di Alesa Arconidea. Ricerche su un’antica città della Sicilia tirrenica, Pise.

Fantasia, U., 2003, Entella, Etna, Galaria. Greci e non Greci in Sicilia fra Dionisio I e Timoleonte, dans Quarte Giornate Internazionali di studi sull’area elima, I, Erice, 1‑4 dicembre 2000, Pise – Gibellina, p. 467‑495.

Fantasia, U., 2001, I mercenari italici in Sicilia, dans C. Ampolo (éd.), Da un’antica città di Sicilia. I decreti di Entella e Nakone, Pise, p. 49‑58.

Finley, M. I., 1981, Mythe, Mémoire, Histoire. Les usages du passé, Paris.

Foro, P., Romaniser la Nation et nationaliser la romanité : l’exemple de l’Italie, Anabases, 1, p. 105‑117.

Freeman, E. A., 1891‑1894, The History of Sicily from the earliest times, Oxford.

Gallo, L., 1982, Polyanthropia, eremia e mescolanza etnica in Sicilia : il caso di Entella, ASNP, XII, 3, p. 917‑944.

Gallo, L., 1997, Problemi istituzionali di Entella, dans Atti delle Seconde Giornate Internazionali di Studi sull’Area Elima, Ghibellina 1994, Pise -Gibellina, p. 771‑790.

gallo, L., 2003, Ambiente e paesaggio in Magna Grecia : le fonti letterarie, dans Ambiente e paesaggio nella Magna Grecia, Atti del quarantaduesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 5‑8 ottobre 2002, Tarente, p. 107‑132.

Galvagno, E., 1991, Ducezio “eroe” : storia e retorica in Diodoro, dans E. Galvagno et C. Molè Ventura (éd.), Mito Storia Tradizione. Diodoro Siculo e la storiografia classica, Atti del Convegno Internazionale Catania-Agira 7‑8 dicembre 1984, p. 99‑124.

Galvagno, E., 2000, Politica ed economia ella Sicilia greca, Rome.

Galvagno, E., 2006, I Siculi : fine di un ethnos, dans Diodoro Siculo e la Sicilia indigena. Atti del convegno di studi, Caltanissetta 21‑22 maggio 2005, Caltanissetta, p. 34‑50.

giammellaro, P., 2008, Religione e religioni della Sicilia antica nell’opera di Emanuele Ciaceri, SMSR n.s. XXXII, 1, p. 49‑76.

Giangiulio, M., 1996, Avventurieri, mercanti, coloni, mercenari. Mobilità umana e circolazione di risorse nel Mediterraneo arcaico, dans I Greci. Storia Cultura Arte Società, 2. Una storia greca, I. Formazione, a cura di S. Settis, Turin, p. 497‑525.

Gruzinski, S. et Rouveret, A., 1976, “Ellos son como ninõs”. Histoire et acculturation dans le Mexique colonial et l’Italie méridionale avant la romanisation, MEFRA, LXXXVIII, p. 1‑61.

Hall, J. M., 1997, Ethnic Identity, Cambridge.

Hall, J. M., 2002, Hellenicity : Between Ethnicity and Culture, Chicago.

Hall, J. M., 2004a, How ‘Greek’were the Early Western Greeks ?, dans Lomas K. (éd.), Greek Identity in the Western Mediterranean. Papers in Honour of Brian Shefton, Mnemosyne Supplementum 246. Leiden-Boston, p. 35‑54.

Hall, J., 2004b, Culture, Cultures and Acculturation, dans R. Rollinger et C. Ulf (éd.), Das Archaische Griechenland. Interne Entwicklungen - Externe Impulse, Berlin, p. 35‑50.

Hartog, F., 1996, Mémoire d’Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris. hartog, F., 2003, Régimes d’ historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris. hartog, F., 2005, Évidence de l’ histoire. Ce que voient les historiens, Paris.

Herskovits, M. J., 1938, Acculturation, the Study of Culture Contact, New York.

Hobsbawm, E. J., 1997, De Historia, Milan.

Hodos, T., 1999, Intermarriage in the Western Greek Colonies, Oxford Journal of Archaeology, 18 (1), p. 61‑78.

Hodos, T., 2006, Local Responses to Colonization in the Iron Age Mediterranean, London-New York.

Holm, A., 1869‑1898, Geschichte Siciliens im Alterthum, Leipzig, (Storia della Sicilia nell’antichità, traduction italienne de G. B. dal Lago et V. Graziadei, Turin 1896‑1901).

Honigman, S., 2007, Permanence des stratégies culturelles grecques à l’œuvre dans les rencontres inter-ethniques, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Pallas, 73, p. 125‑140.

Hordern, P., Purcell, N., 2000, The Corrupting Sea : A Study of Mediterranean History, Oxford.

La Rosa, V., 1996, L’incontro dei coloni greci con le genti anelleniche della Sicilia, dans G. Pugliese Carratelli (éd.), I Greci in Occidente, Milano, p. 523‑532.

Lattimore, O., 1962, Studies in Frontier History. Collected Papers, 1928‑1958, Londres.

Lepore, E., 1981, I Greci in Italia. La “colonizzazione” : storiografia moderna e realtà antica, dans Storia della società italiana, I (Dalla preistoria all’espansione di Roma), Milan, p. 213‑268.

Lepore, E., 1989, Colonie greche dell’Occidente antico, Rome.

Lombardo, M., 2001, La documentazione epigrafica, dans Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero, Atti del Quarantesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 29 settembre-3 ottobre 2000, Taranto, p. 73‑114.

Lombardo, M., 2006, I paradossi dell’ellenizzazione da Pirro ad Annibale : ideologie e pratiche ‘ellenizzanti’ nell’Italia meridionale di fronte all’espansione romana, Pallas, 70, p. 16‑26.

Malkin, I. (éd.), 2001, Ancient Perceptions of Greek Ethnicity, Cambridge-Londres.

Malkin, I., 2007, Ethnicité et colonisation : le réseau d’identité grecque en Sicile, Pallas, 73, p. 181‑190.

Maniscalco, L., et Mcconnell, B. E., 2003, The Sanctuary of the Divine Palikoi (Rocchicella di Mineo, Sicily) : Fieldwork from 1995 to 2001, AJA, 107, p. 145‑180.

Manni, E., 1990, Sikelikà kaì Italikà. Scritti minori di storia antica della Sicilia e dell’Italia meridionale, vol. I-II, Rome.

Marcone, A., 1987, La Sicilia fra ellenismo e romanizzazione, dans B. Virgilio (éd.), Studi Ellenistici, vol. II, p. 163‑179.

Mazzarino, S., 1977, La presenza della Sicilia nel pensiero storico dopo l’Unità : premesse originarie e problemi generali, dans La presenza della Sicilia nella cultura degli ultimi cento anni, Palerme, p. 3‑18.

Meulder, M., 1998, Le feu dans l’eau en Sicile, Ollodagos, XI, p. 89‑109.

Meurant, A., 1998, Les Paliques, dieux jumeaux siciliens, Louvain-la-Neuve.

Meurant, A., 2002, La gémellité des Paliques. Aspects politiques d’une légende, Olladagos, XVI, p. 255‑266.

Miccichè, C., 1989, Mesogheia. Archeologia e storia della Sicilia centro-meridionale dal VII al IV sec. a.C., Caltanissetta-Rome.

Miccichè, C., 2008, Tra Siracusa e Cartagine. La realtà sicula fra il 405 e il 392 a.C., dans Greci e Punici in Sicilia tra V e IV secolo a.C., Atti del Convegno di studi Caltanissetta 6‑7 ottobre 2007, Caltanissetta, p. 121‑132.

Moggi, M., 2003, I Campani : da mercenari a cittadini, dans Atti delle Quarte Giornate Internazionali di Studi sull’area elima (Erice 1‑4 dicembre 2000), Pise, p. 973‑986.

Moggi, M., 2006, Peculiarità della guerra in Sicilia ?, dans Guerra e pace in Sicilia e nel Mediterraneo antico (VIII-III sec. a. C.) : arti, prassi e teoria della pace e della guerra. Quinte Giornate Internazionali di studi sull’Area Elima e la Sicilia occidentale nel contesto mediterraneo, 12‑15 ottobre 2003, 2 vol. Pise, p. 67‑89.

Momigliano, A., 1984. La riscoperta della Sicilia antica da T. Fazello a P. Orsi, dans Settimo Contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, p. 115‑132.

Momigliano, A., 1987, c. r. de G. Filoramo et J. M. Kitagawa (éd.), dans Ottavo contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, p. 402‑407.

Momigliano, A., 1988, Introduzione, dans K. Christ et A. Momigliano (éd.), L’Antichità nell’Ottocento in Italia e Germania/Die Antike im 19. Jahrundert in Italien und Deutschland, Bologne-Berlin, p. 9‑20.

Morris, I., 1992, Death-ritual and Social Structure in Classical Antiquity, Oxford.

Morris, I., 2002, Archaelogy as Cultural History. Words and Things in Iron Age Greece, Malden.

Mossé, C., 1982, Moses Finley ou l’histoire ancienne au présent, Annales ESC, 37, 4, p. 997‑1003.

Murray, O, 1995, La Grèce à l’ époque archaïque, Toulouse (Early Greece, Cambridge, Mass. 1993).

Nenci, G., 1998, Spigolature alesine, dans A. M. Prestianni Giallombardo (éd.), Colloquio Alesino, Catane, p. 43‑58.

Orrieux, C., Schmitt Pantel, P., 1995, Histoire grecque, Paris.

Pace, B., 1934, Introduzione allo studio dell’Archeologia, Napoli.

Pace, P., 1935‑1949, Arte e civiltà della Sicilia antica (vol. I, 1935 ; vol. II, 1938 ; vol. III, 1946 ; vol. IV, 1949), Città di Castello.

Pace, B., 1943, Civiltà e cultura del Mediterraneo antico, Palerme-Florence (sans date de publication, mais après 1943).

Pais, E., 1894, Storia della Sicilia e della Magna Grecia, Turin-Palerme.

Péré-Noguès, S., 1999, Mercenaires et mercenariat d’occident : reflexions sur le développement du mercenariat en Sicile, Pallas, 51, p. 105‑127.

Péré-Noguès, S., 2004, Citoyenneté et mercenariat en Sicile à l’époque classique, Pallas, 66, p. 145‑155.

Péré-Noguès, S., 2006a, Mercenaires et mercenariat en Sicile : l’exemple campanien et ses enseignements, in Guerra e pace in Sicilia e nel Mediterraneo antico (VIII-III sec. a. C.) : arti, prassi e teoria della pace e della guerra. Quinte Giornate Internazionali di studi sull’Area Elima e la Sicilia occidentale nel contesto mediterraneo, 12‑15 ottobre 2003, 2 vol. Pise, p. 483‑490.

Péré-Noguès, S., 2006b, Les « identités » siciliennes durant les guerres puniques : entre culture et politique, Pallas, 70, p. 57‑70.

Polignac (de) F., 1996, La naissance de la cité grecque. Cultes, espace et société, viiie-viie siècles, Paris.

Prag, J., 2003, Nouveau regard sur les élites locales de la Sicile républicaine, Histoire et sociétés rurales, 19, p. 121‑131.

Prestianni Giallombardo, A.M., 1998, Società ed economia in Alesa Arconidea, dans A.M. Prestianni Giallombardo (éd.), Colloquio Alesino. Atti del Colloquio 27 maggio 1995, Catane, p. 59‑80.

Prestianni Giallombardo, A.M., 2003, Divinità e culti in Halaesa Archonidea tra identità etnica ed interazione culturale, dans Quarte giornate internazionali di studi sull’area elima (Erice, 1‑4 dicembre 2000), Pise, p. 1059‑1103.

Prestianni Giallombardo, A.M., 2006a, Il ruolo dei mercenari nelle dinamiche di guerra e di pace della Sicilia settentrionale tra fine V - metà III sec. a.C., dans Guerra e pace in Sicilia e nel Mediterraneo antico (VIII-III sec. a. C.) : arti, prassi e teoria della pace e della guerra. Quinte Giornate Internazionali di studi sull’Area Elima e la Sicilia occidentale nel contesto mediterraneo, 12‑15 ottobre 2003, 2 vol. Pise, p. 107‑130.

Prestianni Giallombardo, A. M., 2006b, Ducezio, l’oracolo e la fondazione di Calacte, dans Diodoro Siculo e la Sicilia indigena, Atti del Convegno di studi, Caltanissetta 21‑22 maggio 2005, Caltanissetta, p. 135‑149.

Prost, A., 2003, Douze leçons sur l’histoire, Paris.

Purcell, N., 2005, Colonization and Mediterranean History, dans H. Hurst et S. Owen (éd.), Ancient Colonization. Analogy, Similarity and Difference, Londres, p. 115‑140.

Redfield, R., Linton, R. et Herskovits, M. J., 1936, Memorandum for the Study of Acculturation, American Anthropologist, 38, 1, p. 149‑152.

Rhodes, P.J., Osborne, R., 2003, Greek Historical Inscriptions, 404‑323 B.C., Oxford.

Rizzo, F. P., 1970, La repubblica di Siracusa nel momento di Ducezio, Palerme.

Robert, L., 1938, Études épigraphiques et philologiques, Paris.

Rouveret, A., 1992, Phénomènes d’acculturation en Grande Grèce : note bibliographique, dans Lalies. Actes des sessions de linguistique et de littérature 11 (Cortona, 20‑31 août 1990), Paris, p. 95‑102.

Salmeri, G., 1991, Grecia vs Roma nella cultura siciliana dal XVII al XX secolo, dans E. Gabba et K. Christ (éd.), L’Impero romano fra storia generale e storia locale, II, Biblioteca di Athenaeum 16, Côme, p. 275‑297.

Sammartano, R., 1998, Origines gentium Siciliae. Ellanico, Antioco, Tucidide, Kokalos Supplemento 14, Rome.

Sen, A., 2006, Identità e violenza, Rome-Bari.

Shepherd, G., 1995, The Pride of Most Colonials : Burial and Religion in the Sicilian Colonies, dans Ancient Sicily (ed. by T. Fischer-Hansen), Acta Hyperborea, 6, p. 51‑82.

Shepherd, G., 1999, Fibulae and Females : Intermarriage in the Western Greek Colonies and the Evidence from the Cemeteries, dans G. R. Tsetskhladze (éd.), Ancient Greeks West and East, Leiden – Boston.

Shepherd, G., 2005, The Advance of the Greek : Greece, Great Britain and Archaeological Empires, dans Hurst H., Owen S. (éd.), Ancient Colonisations. Analogy, Similarity and Difference, p. 23‑44, Londres.

Smith, A., 1986, The Ethnic Origins of Nations, Oxford.

Smith, C. et Serrati, J., 2000, (éd.) Sicily from Aeneas to Augustus, Edimbourg.

Tagliamonte, G., 1994, I figli di Marte. Mobilità, mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia, Rome.

Taylor, C., 1992, Rapprocher les solitudes. Écrits sur le fédéralisme et le nationalisme au Canada, Textes rassemblés et présentés par G. Laforest, Sainte-Foy. Ed. angl., 1993, Reconciling the Solitudes. Essays in Canadian Federalism and Nationalism, ed. by G. Laforest, Montreal and Kingston, 1993. Trad. it., 1993 Multiculturalismo. La politica del riconoscimento, Milano 1993 ; nouvelle édition : J. Habermas et C. Taylor, 1998 (20024), Multiculturalismo. Lotte per il riconoscimento, Milano, p. 9‑62.

Tod, M. N., 1948, A Selection of Greek Historical Inscriptions, vol. II, from 403 to 323 B.C., Oxford.

Todorov, T., 1981, Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, Paris.

Viallaneix, P., 1971, La Voie royale. Essai sur l’idée de peuple dans l’œuvre de Michelet, Paris.

Vidal-Naquet, P., 1983, Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris.

Xella, P, 2008, I Fenici e gli « Altri ». Dinamiche di identità culturale, dans Greci e Punici in Sicilia tra V e IV secolo a.C., Atti del Convegno di studi Caltanissetta 6‑7 ottobre 2007, Caltanissetta, p. 69‑79.

Haut de page

Notes

2 Je ne m’occuperai pas ici de ce que les savants nomment âge « protohistorique », qui a vu à son tour un remarquable et stimulant renouveau des modèles interprétatifs. Point de repère incontestable à ce propos, pour ce qui concerne la Sicile, est Albanese Procelli, 2003.

3 Sur ce principe bakhtinien j’utilise Todorov, 1981.

4 Par exemple, les théories modernes sur l’origine de la polis grecque, qui ont changé à travers plusieurs générations d’intellectuels, cf. à ce propos la synthèse proposée par Orrieux C., Schmitt Pantel P., 1995, chap. III.

5 Cf. l’opinion de M. I. Finley chez Mossé, 1982, qui insiste sur la notion de dialogue et sur le but de la recherche historique, visant à penser la « possibilité », plutôt qu’à obtenir des réponses (à ce propos, voir aussi la conversation entre M. I. Finley et F. Hartog, in Finley, 1981). Sur la fonction de l’histoire comme pain essentiel pour nourrir l’idée de “possibilità sociale”, cf. Bevilacqua, 1997, p. 22‑23. La liaison fondamentale entre passé et présent trouve sa formule canonique dans la tension que Marc Bloch reconnaît entre la compréhension du présent par le passé et la compréhension du passé par le présent (Bloch, 1952). De façon moins formulaire, mais également incisive, cette conscience était déjà présente dans l’œuvre de certains historiens du siècle précédent, comme Jules Michelet (je me rattache ici à l’analyse de l’ouvrage « Le Peuple » conduite par Viallaneix, 1971, à propos des aspects de rupture et de modernité de cet historien si original). Pour un “regard éloigné” autour du métier de l’historien aujourd’hui, au carrefour entre histoire et anthropologie, de même qu’entre savoirs historiques et mémoires, cf. Hartog, 2003 et Hartog, 2005, p. 153‑161.

6 Momigliano, 1984, et 1988, p. 11‑13. La mise au point la plus récente, à ma connaissance, est fournie par Cardete del Olmo, 2006, à laquelle je renvoie pour d’autres références bibliographiques. Voir Cusumano, 1994, p. 29‑49, pour une tentative de contextualisation dans le contexte historique italien.

7 Holm, 1869‑1898 : dans sa Geschichte Siciliens im Alterthum, Adolf Holm s’arrête de manière particulière sur les Sicules, qui sont considérés apparentés aux Grecs. Sur l’approche “romantique” (« sauvagerie » des Sicules vs supériorité morale des Grecs de l’âge archaïque), je me permets de renvoyer à l’analyse déjà abordée : Cusumano, 1994. A. Holm, semble-t-il, recherche dans les dynamiques coloniales la justification, à la fois historique et morale, de la suprématie grecque sur les indigènes, de la violence exercée au nom d’une telle supériorité et des inégalités qui en dérivent. Découlant d’une vision historiographique d’épaisseur plus complexe est le jugement exprimé par E. A. Freeman dans The History of Sicily from the earliest times, qui s’arrête toutefois au ivème siècle av. J.‑C. (Freeman, 1891‑1894). Ce travail, laissé en plan pendant les dernières années de la vie du savant, s’insère de façon liminale (mais pas occasionnelle) dans sa recherche consacrée surtout à la période médiévale et moderne, aussi bien qu’à son intérêt pour le constitutionnalisme fédéraliste. Dans The History of Sicily from the earliest times même on peut reconnaître l’élément caractérisant de Freeman, c’est-à-dire la conviction du rôle prééminent de la civilisation aryenne, sous le signe de l’irréductible opposition idéologique entre Aryens et Sémites. Sur l’arrière-plan de cette figure originale d’intellectuel, cf. Cusumano, 1994 ; Bonnet ; 2005 ; Shepherd, 2005 ; Cardete del Olmo, 2006 ; Giammellaro, 2008 (extrait de sa thèse de doctorat).

8 Il faut rappeler Bonnet, 2005 et Xella, 2008.

9 Cusumano, 1994, p. 30. Qu’il s’agit d’une conviction préjudicielle bien présente dans les recherches des historiens et des archéologues, est soutenu par Mazzarino, 1977 et Calderone, 1979. Marcone, 1987, p. 164 souligne « come a lungo, nella storia degli studi, abbia dominato il fantasma di una presunta continuità e solidarietà etnica tra Siculi e Romani che avrebbe ‘attratto’in qualche modo i primi verso i secondi allo stesso scoppiare della Prima Guerra Punica ».

10 Pais, 1894 ; Ciaceri 1894 et 1911. D’autre part, à partir da la conquête du Dodécanèse et de la Libye, l’archéologie est considérée de façon très paradigmatique seulement comme un appendice de l’expansionnisme colonial.

11 Pace, 1935‑1949. Le savant avait déjà anticipé l’idée clef de son oeuvre monumentale dans un mémoire exposé à la Reale Accademia dei Lincei en 1917 : la civilisation sicéliote n’est pas un simple reflet de la grécité continentale, mais elle manifeste des traits autonomes et originels. Cette affirmation, posée en exorde du premier tome de ACSA, obtint facilement le consentement d’un pays engagé, entre la première guerre mondiale et le triomphe du fascisme, à la revendication des « valeurs nationales ». Pace, 1935, p. XVII-XVII (I fattori etnici e sociali), voyait dans la société fasciste le contexte le plus indiqué pour la mise en valeur des identités locales, une mise en valeur, selon Pace, longtemps déniée. Cf. aussi Pace, 1943.

12 Pace, 1935, p. XI, affirme le droit de l’historien à un engagement direct dans les événements politiques italiens (un plus vaste “panorama di vita”), selon une vision du métier de l’historien dont le premier but est de légitimer le projet idéologique auquel on a choisi d’adhérer. Cf. les considérations de Foro, 2005, p. 13‑15. Sur la relation entre mémoire et patrimoine, Hartog, 2003.

13 Pace, 1935, p. XI ss. : « gli elementi indigeni preesistenti alla venuta dei Greci e alla conquista romana, anche se in apparenza trascurabili, hanno dovunque partecipato in qualche modo all’ulteriore aspetto della civiltà… ».

14 Cusumano, 1994, p. 35‑38 : Biagio Pace pousse à l’extrême le nationalisme déjà actif en Pais. Le résultat exprime un “indigénisme” radical qui renverse la traditionnelle approche gréco-centrique. C’est parmi les indigènes, plutôt que parmi les Grecs, qu’il faut, selon Pace, rechercher “le radici medesime della civiltà della penisola”, à partir desquelles on peut débrouiller le fil unitaire “della grandissima storia della Nazione italiana”, jusqu’à l’unification du Risorgimento et, finalement, aux revendications politiques et impériales des années trente. Cf. aussi Salmeri, 1991. Foro, 2005. En outre, je voudrais souligner que, bien que de façon implicite et bien autrement orientée, les questions de l’acculturation et des relations interculturelles sont déjà abordées chez Pace. Elles sont, toutefois, privées de la profondeur intellectuelle dérivée de l’expérience ethno-anthropologique développée surtout dans les pays francophones et anglophones.

15 Dunbabin, 1948. Observations sur les perspectives « impérialistes » et « hellénocentriques » de Dunbabin in Shepherd, 2005 et Hodos, 2006.

16 Bérard, 1957, dont l’œuvre est traduite en Italie en 1963 et plusieurs fois réimprimée. Le modèle de Bérard est bien présent, par exemple, dans la longue activité de recherche de Manni, 1990. Sur les limites de telles approches restent très perspicaces les nombreuses interventions de Lepore : parmi plusieurs contributions, cf., par exemple, Lepore 1981 (mais on pourrait lire les suggestions toujours éclairantes à l’occasion des Congrès de Palerme et de Tarente, Lepore, 1989, ainsi que Rouveret, 1992, p. 98). Il faut en outre rappeler que Lepore a eu le mérite de l’introduction en Italie des catégories de la « frontier history », en particulier grâce aux recherches de Lattimore, 1962. Un fil différent et riche d’implications est suivi par Hartog, 1996.

17 Le terme « acculturation » est apparu pour la première fois, que je sache, dans le « Memorandum for the Study of Acculturation » de 1936, grâce aux anthropologues américains Redfield, Linton et Herskovits, et après en 1938, de façon plus étendue dans le volume de Melville Jean Herskovits (Redfield–Linton–Herskovits, 1936 ; Herskovits, 1938), un intellectuel qui avait pris l’engagement à titre personnel de lutter contre le paradigme racial soutenu par le nazifascisme, et même par certains cercles politiques des États-Unis. Il est utile, je crois, de rappeler que 1938 est une date cruciale, qui signale une aggravation considérable de l’antisémitisme en Europe : en Italie on promulgue la législation raciale. D’un point de vue anglophone, cf. Hall, 2004b, p. 36‑38.

18 Gruzinski -Rouveret, 1976. Cf. les réflexions successives de Rouveret, 1992.

19 Sur les multiples déclinaisons du comparatisme la littérature est immense. Sans prétention exhaustive je me limiterai à signaler en langue française le récent Burger – Calame, 2006, pour quelques remarques à propos du mode d’emploi. Restent opportunes les observations de Vidal-Naquet, 1983, p. 177‑207, à propos du risque de construire des explications antihistoriques. Les stratégies de contact comptent parmi les mécanismes les plus répandus, notamment celui de l’agnition : “riconoscere nell’ ‘altro’il già conosciuto”, cf. Camassa, 1997, p. 127 : cela a beaucoup à faire avec les possibles pièges du comparatisme, aussi bien qu’avec l’espace mental de l’eikos.

20 AA. VV., 1983.

21 Pour d’autres perspectives, différemment orientées, cf. Hall, 2004b.

22 Taylor, 1992. Je rappelle l’édition anglaise, 1993 ; l’édition italienne, 1993 ; la nouvelle édition italienne, 2002, au fin de souligner son importance et sa centralité dans le débat public.

23 Du reste, dans ces pages j’ai préféré éviter de mettre en cause les champs sémantiques évoqués par les termes hybridation et métissage, bien qu’ils soient utilisés pour la Sicile antique aussi, parce que j’aurais des réserves à cet égard, réserves sur lesquelles je ne peux pas m’arrêter.

24 Hall, 1997 et 2002. Hordern–Purcell, 2000. Malkin, 2001 et 2007. Antonaccio, 2004. Cf. aussi les textes réunis dans Smith, Serrati, 2000.

25 Morris, 1992 et 2002. Shepherd, 1995. Hodos, 1999 et 2006. Albanese Procelli, 2003.

26 Shepherd, 1999. Hodos, 1999. Antonaccio, 2005.

27 Selon la narration de Diodore (11, 88, 6), qui signale toutefois le refus du centre « sicule » de Hybla à participer.

28 Sur ce sujet la littérature est très vaste. Je me limite à fournir quelques suggestions, sans caractère exhaustif. Sur le territoire et ses dynamiques : Miccichè, 1989. Sanctuaire, culte et idéologie politique des Palikoi : Cusumano, 1990 et 2006a ; Meurant, 1998 et 2002 ; Meulder, 1998 ; Cardete del Olmo, 2007 ; Cordano, 2008. Autour de Doukétios et sa sunteleia : Rizzo, 1970 ; Ghisoli, 1993 ; Galvagnº 1991, 2000 et 2006 ; Cusumano, 1996. Sur la « grécité » archéologique de Paliké, cf. Maniscalco – Mcconnell, 2003.

29 Tagliamonte, 1994 ; Bettalli, 1995 ; Péré-Noguès, 1999 et 2006a ; Prestianni Giallombardo, 2006a. Moggi, 2006, p. 79‑80.

30 Diodore 12, 8. Cf. De Vido, 1997 ; Prestianni Giallombardo, 2006b.

31 C’est dans ce contexte qu’il faudrait examiner la tradition problématique sur la destruction de Trinakie. Cf. Galvagno, 1991 et Copani, 2008.

32 Le terme Sikeliotai est utilisé par Thucydide même en dehors du discours d’Hermocrate. Sur ce sujet, voir Cataldi, 1990.

33 Comme il a été soutenu dans quelques récents travaux : cf. Hall, 2002, p. 122‑123, et 2004, p. 49.

34 Je voudrais y revenir prochainement dans un autre travail. Cf. sur les aspects historiographiques de l’Antiquité, et même modernes, Cusumanº 1994, p. 110‑112 ; Sammartano, 1998 ; Hall, 2002 ; Anello, 2005b. Voir Ambaglio, 1995 sur la méthode de Diodore, et la tension générée par le rapport entre l’historien et son contexte culturel (son public) d’un côté, entre les sources et les critères qui règlent leur emploi de l’autre. Ambaglio, 2006, pour une focalisation sur les glissements entre l’histoire locale et l’« indigène » dans la Bibliothèque.

35 Il est ici en jeu une logique de homoiotropia Athènes/Syracuse.

36 Sur l’histoire d’Entella, voir dernièrement les textes réunis par Ampolo, 2001. Cf. aussi Gallo, 1982 ; Sur le mercenariat en Sicile, cf. Fantasia, 2001. Sur les aspects de la citoyenneté par rapport au flux des barbares, cf. Péré-Noguès, 2004 et Anello, 2005a.

37 Ces Campaniens dérivent en partie des Italiques qui avaient participé à la guerre en Sicile du côté athénien et des alliés élymes : cf. Éphore 70 F 68 J, qui reste notre premier témoin sur Entella, déjà campanienne ; Thucydide ignore la ville élyme, tandis qu’il faudra attendre les renseignements du scholiaste à Lycophron, Alex. 961‑964 autour d’Entella élyme. Sur le contexte élyme dans cette période, du point de vue des processus politiques, Alessandrì, 1997. Selon Fantasia, 2003 on pourrait supposer une première allocation des equites campaniens à Entella déjà en 410. Cf. Gallo, 1997. Sur le caractère de cliché historiographique de ce témoignage et d’autres, cf. Moggi, 2003 (qui donne aussi une mise à point du dossier et une discussion analytique de la littérature moderne).

38 Ce n’est pas facile, à mon avis, de renoncer et/ou de remplacer d’une façon convaincante ce modèle qui remonte à Antonio Gramsci.

39 La narration décharnée de Diodore ne nous permet pas de préciser toutes les nuances de cette nouvelle situation. On peut, toutefois, observer que la ville ne change pas de nom (à la différence d’autres villes soumises aux Campaniens) : cela semble impliquer un certain degré d’intégration dans l’espace socioculturel élyme en dépit du bouleversement.

40 La Rosa, 1996, p. 525 et 530. De Vido, 1997. Albanese Procelli, 2003. Cusumano, 2006a et 2007 (avec la bibliographie précédente).

41 Pour un examen de la documentation autour de Halaesa, cf. dernièrement Facella, 2007 et Cusumano, 2007. Il faut tenir compte pour Halaesa des nombreux travaux de A. M. Prestianni Giallombardo (en particulier, 1998 et 2006b).

42 Cusumano, 2006a et 2006b. Facella, 2007. Micciché, 2008.

43 Hall, 1997, 2002 et 2004a. Ce n’est pas possible ici d’analyser en détail les réflexions fondamentales de J. Hall, en particulier sur les processus historiques qui expliqueraient le passage d’une identité fondée sur une logique agrégative à une autre fondée sur une logique oppositive, à travers le tournant des guerres médiques. La complexité des situations historiques échappe aux modèles trop polarisés. Ce n’est pas facile de séparer, surtout au niveau diachronique, la dimension agrégative de l’oppositive : leur action se déroule selon différents dosages, selon les diverses situations historiques, en contribuant de façon dialectique à la construction de l’identité. L’Occident grec, bien avant les guerres médiques, élabore des formes d’identité oppositives. Cf. Antonaccio, 2001, p. 121‑122.

44 Très stimulantes sont les observations de Purcell, 2005. Sur la richesse lexicale des eaux dans les Tabulae, cf. Capasso, 1989, et Collin Bouffier, 2002. Réflexions à propos des signa : Gallo, 2003 (en particulier autour du terme haimasiai, p. 118). Cf. aussi Corsaro, 2003, surtout p. 158‑159 et 166, et Cusumano, 2007. Fondamental Polignac, 1996, en particulier les chapitres 2 et 3, à propos des signa territoriales qui mettaient en scène une opération de « culturalisation » de l’espace agraire. Entre autres, les signa d’eau exprimaient un rôle de structuration politique, à travers l’éclaircissement des lots et des autres espaces identitaires.

45 D’autant plus si, comme l’a de façon persuasive proposé G. Nenci, on peut supposer une cartographie de la chôra en vue d’une redistribution, à la suite d’événements traumatiques. Cf. Nenci, 1998, p. 53 ; Prestianni Giallombardo, 1998 ; Lombardo 2001, p. 101 ; Prestianni Giallombardo, 2003 ; Corsaro 2003, p. 156‑157. Pour des considérations liées à un contexte plus large, Fantasia, 2003.

46 Je pense, en particulier, à la fonction ambivalente exercée par la Xenis Hodos dans les Tabulae : son appellation à double sens conserve la dimension du risque lié à la sphère de l’interaction, qui est essentiellement un processus interminable de négociations et réorganisations. Cf. Cusumano, 2007. Le modèle auquel je me réfère ici est celui de Douglas, 1970, surtout les chapitres VII-X. Comme pour le Petit Poucet, même pour les habitants d’Halaesa, entrer et sortir de la ville constitue une expérience qui suit un parcours reconnaissable (même atténué par rapport aux risques implicites) par des « objets-signaux », qui tracent un ensemble identitaire, ainsi qu’un espace d’ambiguë texture sociale et politique.

47 Les cultes sicules comme celui d’Hadranos, mais aussi les cultes grecs comme celui du Meilichios et d’Apollon, ont, du reste, perdu, à travers un aller-retour complexe entre centre et périphérie, entre projection vers l’extérieur et protection de la communauté, leurs traits distinctifs et originels, et exercent un différent rôle d’harmonisation, au-delà des stratifications précédentes. Je renvoie pour des considérations plus larges (même méthodologiques) à Polignac, 1996. Cusumano, 2007 : les mentions cultuelles dans les Tabulae manifestent la force centripète d’un univers communautaire, qui domine et contrôle la dimension individuelle de la propriété foncière, en garantissant l’étanchéité sociale contre les tendances centrifuges qui s’exhalent sous forme de contestations, actions juridiques ou, qui pis est, de staseis. Cf. aussi Prestianni Giallombardo, 2003, et Facella, 2007.

48 Cf. les réflexions, tournées vers l’actualité sociopolitique, de Sen, 2006. Très opportunes à ce sujet, déjà à partir de son titre, les observations de Di Donato, 2006, p. 63‑64.

49 Il suffira ici rappeler trois lieux, à mon avis, exemplaires : a) la dernière épreuve d’Ulysse, à la fin de l’Odyssée, à savoir l’agnition réciproque entre le fils Ulysse et le père Laërte par une perioresia, qui complète le retour du héros et le recouvrement de son identité (Homère, Odyssée 24, 327‑348) ; b) une autre énumération de bornes végétales, est elle bien connue sous la forme contraignante du serment des éphèbes athéniens (horkos ephébon patrios) : Lycurgue, Contre Léôcratès, 1, 77, tandis que dans la version épigraphique, sur laquelle, restent indispensables Robert, 1938 ; Tod, 1948, n. 204, et Vidal-Naquet 1983, p. 145, à propos de la tension entre « archaïque » et « archaïsant » (je remercie Nicholas Purcell, puisqu’il m’a rappelé l’utilité de ce témoignage pour mon discours) ; c) à la fin de l’Antiquité nous retrouvons la même précision méticuleuse dans un texte, opportunément mise en valeur par Oswyn Murray (Murray, 1993, chap. XI), qui remonterait dans son esprit originel à Solon, et que nous lisons dans le Digeste de Justinien (10, 1, 13).

50 Bloch, 1963 (1913), p. 786.

51 Bloch, 1952 (1e éd. 1949).

52 De la question soulevée par Bloch nous pouvons, il me semble, avoir un écho dans le débat encore ouvert entre les défenseurs de la « microhistoire » et ceux qui, comme Hobsbawm, 1997, craignent la perte d’une histoire capable de relier, de façon cohérente et unitaire, la pluralité de analyses microhistoriques. Il vaut la peine de rappeler ici la déclaration de Biagio Pace (Pace, 1935, p. XV-XVII) à propos des objectifs programmatiques de son œuvre : « un tentativo complessivo di “storia della civiltà” per una regione nettamente definita quale è la Sicilia ». Apparemment il semblerait possible de reconnaître de lignes de convergence avec Bloch, mais l’appel de Pace à une histoire « intégrale » passe par le mot d’ordre « remonter aux origines » (qui est soutenu énergiquement déjà en Pace, 1934) : de cette façon, comme on l’a déjà souligné auparavant, se délitent les processus historiques par un effet d’aplatissement sur les origines, un « thème » plutôt flou et trompeur.

53 Momigliano, 1987, p. 405. Cf. aussi Prost, 2003, p. 292, sur la nécessité de la réflexion méthodologique. Cf. aussi les récentes considérations offertes par Jonathan Hall à propos de « culture » et « acculturation », Hall 2004b, p. 35 : « From time to time, it pays to re-examine categories that we regularly employ and normally take for granted ».

54 J’évoque ici une expression de Claude Calame, sur laquelle nous avons eu l’occasion de discuter à l’occasion d’un récent séminaire à Palerme.

55 Des réflexions essentielles et passionnantes sont au centre de nombreuses pages de David Asheri : parmi d’autres, cf., au moins, Asheri, 1996, en particulier p. 74. « Un gioco terribilmente complicato », c’est la formule passionnante indiquée par Giangiulio, 1996, p. 518. Dernièrement, Prag, 2003, p. 125‑126 ; Lombardo, 2006 ; Péré-Noguès, 2006b ; Honigman, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicola Cusumano, « Mots pour dire les mots. Interactions, acculturations et relations interculturelles dans la Sicile antique (ve-ier siècle avant J.‑C.) »Pallas, 79 | 2009, 41-63.

Référence électronique

Nicola Cusumano, « Mots pour dire les mots. Interactions, acculturations et relations interculturelles dans la Sicile antique (ve-ier siècle avant J.‑C.) »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13472

Haut de page

Auteur

Nicola Cusumano

Professore associato di Storia greca, Facoltà di Lettere e Filosofia – Università di Palermo
remocl[at]libero.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search