Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Actualités de la recherche sur la...Heurs et malheurs d’un tyran : le...

Actualités de la recherche sur la Sicile antique

Heurs et malheurs d’un tyran : le cas de Hiéron de Syracuse

Fortunes and misfortunes of a tyrant: the case of Hieron of Syracusae
Daniela Bonanno
p. 81-103

Résumés

L’analyse se concentre sur la figure de Hiéron, tyran de Syracuse, qui eut une fortune diverse dans les études. Souvent comparé avec son frère Gélon, le second des Deinonénides a été perçu comme un tyran avide et violent. On reprend ici en considération le dossier des témoignages sur Hiéron afin de découvrir dans quelle mesure ce jugement correspond effectivement à l’image que la tradition ancienne a donnée de ce tyran. Le cas de Hiéron représente surtout l’occasion de réfléchir sur les lignes qui ont orienté les études sur la tyrannie en Sicile et de donner un aperçu des dernières perspectives de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Je désire exprimer ma profonde gratitude à Corinne Bonnet et à Sandra Péré-Noguès pour la lecture et les améliorations apportées à cet article. La responsabilité des éventuelles fautes encore présents dans le texte est à attribuer seulement à moi.

1. Introduction

  • 2 Holm 1870, p. 213
  • 3 Sur les séjours parisiens d’Adolf Holm, voir Pinzone, 2008, p. 135‑140, Scardigli, 2008, p. 171‑173 (...)
  • 4 Holm, 1870, p. 216.

1En 1870, Adolf Holm, dans sa Geschichte Siciliens im Alterthum, comparait Gélon, tyran de Syracuse, à Louis XIV et son frère, Hiéron qui, à sa mort avait hérité de la régence, au Duc d’Orléans2. De manière significative, le savant allemand, enseignant de français au Lycée Katharineum de Lübeck, qui avait vécu et étudié à Paris la collection de monnaies du Duc de Luynes ami de Louis XIII, trouvait justement dans l’histoire de la France d’Ancien Régime un terme de comparaison efficace auquel rapporter l’expérience des tyrans de Syracuse3. Aux dires de Holm, il s’agissait, tant dans le cas de Gélon que dans celui de Louis XIV, de situations similaires où la puissance d’un homme n’était pas allée au-delà de son existence, parce que ni le Roi Soleil, ni Gélon ne réussirent à éviter que leurs successeurs se rebellassent violemment contre les dispositions données. Selon Holm, Gélon était un guerrier courageux ainsi qu’un politicien laborieux. Par contre, son frère Hiéron, incapable de travailler inlassablement, ressemblait plutôt à d’autres modèles de tyrans comme Polycrate de Samos ou les Pisistratides. En outre, sensible aux plaisirs de la littérature, Hiéron aurait pleinement compris les avantages d’avoir autour de soi une cour de poètes disposés à glorifier son nom. Mais ce faible pour la littérature aurait eu, finalement, la conséquence de rendre publiques ses défauts comme ses vertus4.

  • 5 « Hiéron who did not seize power for himself, but succeeded to an established dominion shows in his (...)
  • 6 Sauf quelques exceptions : par exemple les Ortagorides de Sicyone dont la tyrannie eut la durée de (...)

2Aux réflexions de Holm faisaient écho, quelques années plus tard, celles d’Edward Freeman dans son History of Sicily, en 1891. Il observait que la règle selon laquelle la tyrannie montre son visage le plus hideux sous le prince qui hérite du pouvoir, est confirmée même dans le cas des Deinoménides5. La règle dont parlait Freeman est vraisemblablement celle énoncée par Aristote dans la Politique, à propos de ceux qui ont hérité du pouvoir sans l’avoir conquis et qui sont fatalement destinés à le perdre tout de suite6. Toutefois, malgré ces considérations évidemment influencées par le modèle aristotélicien, tant Holm que Freeman consacraient à la période de Hiéron des pages passionnées, qui étaient surtout l’occasion de faire un bilan sur l’histoire littéraire de l’île marquée par le passage à la cour du tyran de poètes du calibre d’un Pindare, Simonide ou Eschyle.

  • 7 Je cite ici seulement quelques-unes parmi les études les plus importantes : Wilamowitz-Moellendorff (...)
  • 8 C’est plutôt significatif que, dans Kokalos, revue qui s’occupe depuis presque cinquante ans d’hist (...)

3Le sort d’Hiéron dans les études du xxe siècle et surtout dans les œuvres générales sur l’histoire de Sicile ou sur la tyrannie n’a pas été exceptionnel et on a parlé de ce personnage historique plutôt dans le cadre des recherches philologiques ayant pour sujet les odes des poètes de son entourage et les rapports entre eux7. En général, c’est surtout la cour d’Hiéron qui a eu du succès dans les études et non Hiéron lui-même8.

  • 9 Diod. XI, 67.
  • 10 Cf. Pais, 1933, p. 108‑109 ; Hackforth, 1935, p. 150 ; Schenk Graf von Stauffenberg, 1963, p. 206‑2 (...)

4D’ailleurs, sa fortune s’est construite sur cette image double du prince mécène, ami des intellectuels, et du tyran violent, comme le décrit Diodore, que l’avidité et le manque absolu de simplicité et de noblesse d’âme, rendaient complètement différent de son frère Gélon qui, par contre, était rappelé pour sa générosité et sa bienveillance9. Telle a été l’approche interprétative qui a caractérisé les bilans sur la tyrannie des Deinoménides, presque toujours construits sur la manichéenne comparaison entre les deux frères10.

  • 11 Mossé, 1969, p. 84‑86.
  • 12 Luraghi, 1994, p. 380.
  • 13 Cf. Luraghi, 1994, p. 5.

5Claude Mossé, dans son étude sur La Tyrannie en Grèce, en 1969, soulève quelques doutes sur les différences de caractère effectives entre les deux personnages et donc sur la bienveillance et la générosité de Gélon dont nous parle Diodore. Elle suggère que l’allure de la cour d’Hiéron et sa façon d’administrer le pouvoir le rendaient plus proche des monarques orientaux que des tyrans démagogues archaïques. En outre, elle suppose, mais sans apporter de données précises, que l’avarice attribuée à Hiéron était due tout simplement aux impôts qu’il avait institués pour maintenir la splendeur de sa cour et soutenir sa politique extérieure11. Cette similitude avec les formes de pouvoir établies en milieu oriental a été reprise, à propos d’Hiéron, même par Nino Luraghi12. Le savant, dans sa monographie Tirannidi arcaiche in Sicilia e Magna Grecia (1994), expressément consacrée aux tyrannies occidentales, se détachant, en général, de la perspective historiographique allemande qui, à partir des études d’Helmut Berve, avait présenté la tyrannie archaïque de Sicile comme une sorte de Militärmonarchie13, nous offre un portrait dynamique du second Deinoménide, affranchi des vues schématiques.

  • 14 Cf. Thuc. I, 17 et infra p. 90.

6L’objectif que je me propose dans le présent essai est de réfléchir sur l’évolution que la figure de ce dynaste syracusain a subie, à travers les siècles, et de découvrir de quelle façon le portrait négatif du tyran, affiché surtout dans les premières études sur la tyrannie, est effectivement confirmé par les sources anciennes. L’hypothèse que je souhaite avancer est que l’image négative d’Hiéron, restituée par Diodore, est la conséquence d’un long processus d’élaboration qui eut, certes, son origine à la cour syracusaine, mais qui a été sensiblement influencé par la réflexion politique sur la tyrannie, développée à Athènes à partir du début du ve siècle av. J.‑C. L’intérêt pour ce personnage se justifie notamment à la lumière du fait que le nom d’Hiéron occupe une place remarquable à l’intérieur de la réflexion politique du ive siècle sur la nature du pouvoir, lorsque la Sicile, et Syracuse en particulier, deviennent, pour les Grecs de la métropole, un véritable laboratoire d’expérimentation politique. Pourtant, une enquête sur les sources pourrait nous suggérer des itinéraires peut-être insolites, mais susceptibles d’ajouter quelques nouveaux éléments de réflexion tant sur cette figure de tyran à laquelle je m’efforcerai de restituer épaisseur et complexité historique, que sur la perception de la tyrannie siciliote dont l’originalité était soulignée par les anciens eux-mêmes14.

7Au terme de cette analyse sur les sources anciennes, je présenterai un aperçu sur les dernières perspectives de recherche qui ressortent d’études qui n’ont pas toujours comme sujet principal le phénomène de la tyrannie et qui, toutefois, proposent une image bien plus complexe d’Hiéron par rapport à celle, quelque peu aplatie, des travaux généraux sur la Sicile antique, nous invitant à reconsidérer sous un angle de vue différent l’histoire des tyrans siciliens.

2. Les sources sur la tyrannie de Hiéron : idéologie et Selbstdarstellung

8Les sources sur Hiéron peuvent être classées en trois groupes :

  1. Témoignages littéraires contemporains et sources “célébratives”. À l’intérieur de ce groupe, les odes de Pindare, Bacchylide et, en général, les œuvres des poètes de la cour syracusaine qui nous offrent un portrait du prince forcément conditionné par les exigences de la Selbstdarstellung du tyran, jouent un rôle fondamental. Les allusions poétiques contenues dans les hymnes adressés à Hiéron, ainsi que le choix des thèmes mythiques ouvrent d’innombrables pistes de recherche et donnent lieu à plusieurs alternatives de lecture, qui seraient incompréhensibles sans l’aide des commentaires au texte de Pindare, véritable réservoir d’informations sur l’histoire de la Sicile. À l’intérieur de ce groupe on peut aussi insérer le dossier relatif aux dédicaces offertes par les Deinoménides dans les sanctuaires de Delphes et d’Olympie.

    • 15 Diod. XI, 67.

    Sources historiques sur la carrière d’Hiéron qui reflètent les mémoires locales ainsi que des traditions externes à l’île : dans cette catégorie, on peut ranger le logos d’Hérodote sur la Sicile, les notices fragmentaires des historiens siciliotes que l’on peut tirer des scholies à Pindare et finalement la reconstruction fournie par Diodore des événements du début du ve siècle. Ce dernier, malgré la condamnation des deux successeurs de Gélon, Hiéron et Thrasybule15, nous donne, toutefois, dans la première partie du livre XI, sur la politique du second Deinoménide, des flashes susceptibles d’enrichir la reconstruction de cette époque. Dans ce groupe on peut encore insérer une littérature tardive de caractère anecdotique qui nous informe sur le rapport entre le tyran et son entourage et nous donne une image pas toujours négative du Syracusain.

  2. Enfin nous avons l’Hiéron des philosophes, celui qui se dessine dans le dialogue de Xénophon sur la tyrannie, ainsi que des réflexions développées par Aristote dans la Politique.

9Qu’il s’agit ici d’un cadre documentaire plutôt complexe est évident. On est obligé de travailler sur des niveaux différents de représentation. J’essaierai donc de suivre l’évolution de l’image de ce personnage et de la perception de son activité politique, en examinant groupe par groupe les étapes de ce processus, de manière pas toujours systématique, mais parfois à la façon de Pindare par vols, par sauts imprévus et associations d’idées.

2. 1. L’image de Hiéron dans les témoignages contemporains

  • 16 Pyth. I, 141. Les traductions des vers de Pindare sont celles d’A. Puech, CUF.
  • 17 Ol. I, 18‑20.
  • 18 Ol. I, 35‑36. Le terme ιππιοχάρμης renvoie au lexique homérique où il indique le combattant sur son (...)
  • 19 Pyth. I, 124‑126. Traduction légèrement modifiée de A. Puech, CUF.
  • 20 Pyth. III, 150‑151.
  • 21 Pyth. II, 106.
  • 22 Ep. V, 1‑2.
  • 23 Ep. IV, 3.

10Dans les odes de Pindare, Hiéron est l’αρχὸς Συρακουσίων16 ; celui qui tient le sceptre de la justice dans la Sicile féconde (θεμιστεῖον ὅς ἀμϕέπει σκᾶπτον ὲν πολυμάλῳΣικελία)17 ; il est présenté comme le basileus de Syracuse ami de l’art équestre (Συρακόσιος ἱππιοχάρμης βασιλεύς)18 et disposé au dialogue avec les différents représentants du tissu social. Pourtant, il est plein de douceur pour les citoyens, sans jalousie pour les bons, admiré comme un père par les étrangers (πραῢ ἀστοῖς, οὐ ϕθονέων ἀγαθοῖς, ξείνοις δὲ θαυμαστὸς πατήρ)19. Accueilli comme le tyran conducteur des peuples (λαγέτας τύραννος) qui a en partage un destin bienheureux (τὶν δὲ μοῖρ΄ εὐδαιμονίας ἕπεται)20, il est exalté comme le maître qui commande à tant de places bien crénelées et à un peuple immense (πρύτανις, κύριος πολλᾶν μὲν εὐστεϕάνων ἀγυιᾶν καὶ στρατοῦ)21. Chez Bacchylide, Hiéron est l’heureux stratège des Syracusains (εὔμοιρος στραταγὸς Συρακοσίων)22 et le souverain de justice (ἀστύθεμις)23.

  • 24 Cf. infra, p. 92.
  • 25 Luraghi, 1994, p. 358.
  • 26 Pyth. II, 1‑3.
  • 27 Beloch, 1914, p. 126.
  • 28 Gentili, 1995, p. 13‑14.

11Dès ce premier aperçu sur les odes qui chantent les succès athlétiques d’Hiéron, on peut souligner la variété des titres qui lui sont assignés. Les appellations tyrannos, basileus, stratègos sont employées sans une connotation politique ou militaire précise ; elles trahissent une sensibilité au thème de la justice, de la générosité, de l’eudaimonia du prince, ainsi que l’introduction du motif de l’envie qui revient plusieurs fois dans les sources concernant la tyrannie en général24. Dans la première Pythique, définie à raison comme le véritable incunable de l’idéologie du pouvoir tyrannique du Deinoménide25, son activité semble être comparée à celle de Zeus, père des dieux, dont le pouvoir ordonnateur s’impose aux forces chaotiques du mal, représentées par le géant Typhon. De la même manière, le règne d’Hiéron assure la paix au monde grec. Bien que la Syracuse d’Hiéron soit décrite, au début de la deuxième Pythique, presque comme une caserne26 – pour utiliser une expression de Karl Julius Beloch27 – il faut souligner le fait que la représentation de la Sicile, affleurant dans les odes de Pindare, est celle d’un monde pacifié, où les tensions s’apaisent sous l’autorité du prince, rapproché de Zeus dans ses fonctions de pacificateur des conflits politiques et militaires28.

  • 29 Pyth. I, 118 et sq. : C’est pour lui (scil. Deinoménès) que Hiéron fonda cette ville, où, consacrée (...)
  • 30 Le premier fragment de cette pièce nous est arrivé, par une tradition indirecte, grâce à Macrobe (V (...)

12Au moment de célébrer la fondation d’Etna, dans la première Pythique, Pindare semble attribuer au Syracusain le rôle de nomothète, figure liée à l’imaginaire colonial mais difficilement conciliable avec le régime tyrannique29. En outre, les renvois précis aux Héraclides, dans ces vers, soulignent l’intention de renvoyer à l’univers lacédémonien, pris ici comme un modèle légitimant et susceptible de dissimuler la nature tyrannique du pouvoir. Etna est présentée presque comme une cité jumelle de Sparte et comme le berceau d’un philo-laconisme précoce. La fondation de la cité fut célébrée par le drame d’Eschyle intitulé Les Etnéennes. De cette œuvre, il ne reste que des fragments qui néanmoins offrent des éléments ultérieurs de réflexion sur le semblant de légitimité qu’Hiéron voulait attribuer à la fondation de sa ville30.

  • 31 Eschl. Pers. 180‑195.
  • 32 L’expression to hellènikon a été utilisée, la première fois, par Hérodote pour indiquer l’ensemble (...)

13En outre, dans le plan politique du commanditaire, l’exaltation de ses propensions philhellènes était un efficace outil de propagande. Hiéron exerçait son pouvoir dans un moment plutôt particulier de l’histoire grecque. Après 480 av. J.‑C., l’univers des poleis helléniques avait complètement changé : depuis longtemps, elles avaient mis de côté l’expérience de la tyrannie et vaincu les Perses sur la mer. Cette victoire avait conféré aux Grecs une nouvelle conscience de soi, mais surtout elle leur avait donné d’autres paramètres de lecture pour interpréter la politique et les guerres successives. La nouveauté issue des eaux de Salamine était que là ne s’étaient pas seulement rencontrées deux armées, mais aussi deux différentes Weltanschauungen, inconciliables comme, dans les Perses d’Eschyle, les deux femmes du rêve d’Atossa31. Ne pas être à Salamine aurait signifié ne pas participer à la communauté des héros qui, devant l’île, avait célébré la grande fête de l’hellènikon32.

  • 33 Eschl. Vita XVIII.
  • 34 Pind. Pyth. I, 137‑155.

14Hiéron était conscient de vivre dans une époque de transformation, et il connaît, de toute évidence, les diverses implications de la victoire sur les Perses. Il s’occupe donc de célébrer ce triomphe même à Syracuse, où il fait représenter les Perses d’Eschyle33, l’œuvre qui semblait exprimer le mieux l’orgueil communautaire des Grecs. Mais le programme propagandiste du Deinoménide était bien plus articulé, parce qu’à dix ans du triomphe de Salamine, lorsque la portée historique du conflit gréco perse devait apparaître encore plus évidente, Hiéron confie à Pindare la tâche d’exalter la contribution des frères deinoménides à la cause anti-barbare. La sagesse lyrique du poète place au même niveau la victoire d’Hiéron à Kymè contre les Étrusques (474 av. J.‑C.), celle de Salamine et de Platées contre les Perses et finalement celle gagnée par Gélon près d’Himère contre les Carthaginois (480 av. J.‑C.), les regroupant dans un chiasme qui met en relation les deux combats navals (Kymè et Salamine) et les affrontements terrestres (Platées et Himère)34. Ces vers, témoignage direct de la volonté du commanditaire, semblent révéler l’intention de présenter les quatre événements mentionnés comme différents moments également importants d’une seule guerre contre l’ennemi commun. Les victoires des Deinoménides sont ainsi interprétées comme des étapes fondamentales de la lutte entre les Grecs et les “Barbares”, entre l’Occident et l’Orient. Elles étaient donc dignes d’être célébrées de la même manière et susceptibles de jouer un rôle également important dans l’histoire de la culture et dans la construction de l’identité des Grecs de métropole et d’Occident.

  • 35 Pind. Pyth. I, 96‑108.
  • 36 Schol. Pind. Pyth. I, 89.
  • 37 Sur la comparaison entre Hiéron et Philoctète, je me permets de renvoyer à Bonanno, 2004‑2005, p. 5 (...)
  • 38 Pind. Pyth. II 24‑38.
  • 39 Tyrt. Fr. 12 West et Pind. Ném. VIII, 28‑35.
  • 40 Hom. Il. XI, 19‑23.
  • 41 Schol. Pind. Pyth. II, 27‑28 et Pind. II, 25‑33.
  • 42 Hdt. VII, 153, 2. Sur Kinyras voir Baurain, 1975‑76, p. 523‑540 et Id. 1980, p. 277‑308 ; Ribichini (...)
  • 43 Pind. Pyth. I, 154.
  • 44 Hdt. I, 30 ; 41.
  • 45 Bacch. Ep. III, 20‑62.
  • 46 Sur ces aspects et même sur la relation entre Crésus et Hiéron, voir Péron, 1978, p. 307‑339 et enc (...)

15Le portrait du tyran qu’on a illustré jusqu’ici serait incomplet sans la mention des paradigmes mythiques auxquels il est comparé. Hiéron est le héros vaillant, comme Philoctète qui, malgré sa maladie, affrontait les ennemis sur le champ de bataille35. Avec Philoctète, il partageait, au-delà de l’affection invalidante qui le rendait peut-être claudicant36, la même vocation philhellène qui les avait enfin conduits tous les deux à combattre contre les “Barbares”37. D’autres termes de comparaison auxquels est associé le nom d’Hiéron sont constitués par deux intéressants paradigmes monarchiques, tous les deux liés au milieu oriental : le souverain mythique de Chypre, Kinyras38, et Crésus, l’heureux roi des Lydiens. Le premier était évoqué dans les sources pour sa richesse proverbiale39, pour la générosité de ses dons d’hospitalité40 et pour son eusebeia. En effet, selon les scholies à Pindare41, il était le ministre du culte d’Aphrodite à Chypre. Avec ses prérogatives sacerdotales, Kinyras était, en outre, le représentant d’une royauté orientale aux fortes connotations religieuses qui ressemblait beaucoup à celle des Deinoménides, hiérophantes des divinités chtoniennes42. Le rapport privilégié avec la divinité était une caractéristique que les poètes de la cour syracusaine reconnaissaient même à Crésus, dont le souvenir, dans la première Pythique, significativement opposé à celui de Phalaris d’Agrigente, archétype siciliote du tyran cruel et violent, était marqué par l’extraordinaire arétè43. De surcroît, l’image de Crésus, dans les textes anciens, était associée à la générosité envers les hôtes44. Toutefois, l’Épinicie III de Bacchylide tend à mettre surtout en évidence la prodigalité du roi envers les sanctuaires panhelléniques qui lui avait assuré la protection des dieux et une place d’honneur parmi les Hyperboréens45. Cette eusebeia envers les dieux des Grecs constitue le trait d’union avec le souverain de Syracuse qui aimait qu’on donnât de lui l’image d’un souverain aux traits surhumains et héroïques, ami des divinités46.

  • 47 Sur les offrandes des Deinoménides dans les sanctuaires panhélleniques, voir Krumeich, 1991, p. 37‑ (...)

16Or, c’est précisément cette image de Hiéron que les Grecs de la métropole avaient connue47 : celle de l’athlète vainqueur aux jeux panhelléniques qui ressort des odes de Pindare et de Bacchylide et qui était confirmée par la teneur des dédicaces offertes à Delphes et Olympie, c’est-à-dire un basileus eudaimonos, philhellène, prince eusébès, philoxénos dont le destin était cher aux dieux.

2. 2. La fortune de Hiéron chez les historiens

  • 48 Hdt. VII, 156, 1.
  • 49 Sur ce récit d’Hérodote, on peut voir Cataldi, 2005, p. 123‑171, auquel je renvoie pour la bibliogr (...)
  • 50 Hdt. VII, 157‑162.

17Les témoignages des historiens sur la carrière d’Hiéron expliquent et précisent ses choix propagandistes. La première mention du tyran dans une œuvre historique se trouve dans les pages d’Hérodote qui en parle, tout simplement, comme le successeur de Gélon au trône de Géla48. Cette notice est insérée à l’intérieur d’un logos sur l’histoire siciliote qui semble une mosaïque des traditions à la fois hostiles et favorables à la dynastie syracusaine49. Le cœur du récit est le refus opposé par Gélon aux ambassadeurs grecs qui, à la veille de l’attaque des Perses en Grèce, le priaient de combattre aux côtés des Hellènes50.

  • 51 Hdt. VII, 165‑166.
  • 52 La relation entre les vers de Pindare et le récit d’Hérodote à propos de la tradition sur le synchr (...)

18Le portrait de Gélon qu’on peut reconstruire à partir du témoignage d’Hérodote est celui d’un souverain arrogant dont l’ambition l’empêche de combattre avec les Grecs dans l’intérêt général. Toutefois, à la fin du récit, l’historien précise que, selon des sources siciliennes, Gélon serait parti au secours des Grecs si, dans la même période, voire dans la même journée que le combat de Salamine, il n’avait dû affronter à Himère l’armée commandée par le Carthaginois Hamilcar51. Hérodote nous aide donc à comprendre l’insistance d’Hiéron et de son entourage pour les thèmes de la propagande philhellène et anti-barbare, dont le but était évidemment de justifier le refus de son frère aux ambassadeurs grecs. En outre, il nous explique l’origine de la tradition qui faisait de la bataille d’Himère la Salamine de l’Occident, dont un écho peut se retrouver dans les vers de la première Pythique de Pindare qui mettent sur le même plan les batailles occidentales et celles de la Grèce métropolitaine contre la menace “barbare”52.

  • 53 FGrHist. 70 F 186 = Schol. Pind. Pyth. I, 146 b.

19Dans le ive siècle, Éphore de Kymè semble confirmer le synchronisme Himère-Salamine, introduisant la tradition sur le complot entre les Perses et les Carthaginois et le projet d’une attaque concertée contre le monde grec. Dans le fragment qui nous est parvenu, l’historien ne manque pas de souligner le rôle des Deinoménides dans la lutte contre les “Barbares” et, en particulier, celui d’Hiéron dont il rappelle l’ardeur et le désir de combattre avec les Grecs53.

  • 54 Diod. XI, 26.
  • 55 Cf. Diod. XI, 38 et 48.
  • 56 Sur la politique diplomatique à l’égard de Rhégion, on peut voir les scholies à Pindare (schol. Pyt (...)
  • 57 Diod. XI, 49.
  • 58 Diod. XI, 51.
  • 59 À propos des stratégies militaires de Hiéron, cf. Bonanno, sous presse.
  • 60 Diod. XI, 66.

20Mais c’est Diodore qui nous offre la plupart des notices sur la carrière d’Hiéron et il nous informe sur les événements qui suivirent la mort de Gélon. La victoire d’Himère avait marqué le début d’un âge d’or pour la Sicile, le danger carthaginois avait été éloigné et Gélon gouvernait sur la grécité de Sicile, assurant une excellente administration et une grande richesse. L’assemblée syracusaine l’avait acclamé comme bienfaiteur, sauveur et roi54. Malheureusement, il n’eut pas le temps de cueillir les avantages de sa victoire, parce que deux années plus tard (478 av. J.‑C.), il mourut, laissant le pouvoir à son frère Hiéron. Le dossier de Diodore et quelques passages des scholies à Pindare nous offrent un cadre plutôt homogène de cette période. Au début de son règne, Hiéron neutralise un adversaire aussi dangereux que son frère Polyzèlos55. Avec Rhégion et Agrigente, il maintient un comportement toujours équilibré, en évitant le plus possible le conflit militaire56. Il emploie une politique très différente à l’égard des Chalcidiens de Catane et de Naxos ainsi que ceux de Kymè : les uns sont privés de leur ville et concentrés à Léontinoi pour permettre la fondation d’Etna57 ; les autres obtiennent, en 474 av. J.‑C., à la suite d’une demande de secours, son soutien militaire contre les Tyrrhéniens58. Le triomphe mémorable, contre les “Barbares”, chanté par Pindare était donc le résultat d’une action limitée et, qui en plus était administrée à distance, selon une stratégie innovante typique d’Hiéron59. Le prince qui ressort de ces pages de la Bibliothèque est donc un vrai maître de Realpolitik, perspicace, prudent et capable d’alterner diplomatie et force militaire selon les occasions. En 466, son aventure se conclut et, à sa mort, lui succède au trône syracusain son frère Thrasybule60.

  • 61 Diod. XI, 67 (traduction de J. Haillet, CUF).
  • 62 Ainsi Brown, 1958, p. 64.
  • 63 Tim. FGrHist 566 f 93b ( =Schol. PiNd. Ol. II, 29 d). Sur l’envie (phthonos) de Hiéron et la distan (...)

21Jusqu’ici Diodore n’avait exprimé aucun jugement mais, lorsqu’il s’agit de proposer un bilan général de l’expérience deinoménide, le ton se modifie et le portrait d’Hiéron se fait de plus en plus sombre. Du prince avisé et du stratège raffiné capable de moduler ses choix politiques selon les différentes aires d’intervention, il ne reste qu’un individu avide et violent et tout à fait étranger à la simplicité de mœurs et à la noblesse d’ âme, dont la mémoire était incomparable avec celle du frère indulgent envers les ennemis et aimé de tous61. Cette évaluation négative évoque celle qui est donnée au sujet du second Deinoménide par un autre historien de Sicile, Timée. Dans le cadre des événements qui ont suivi la mort de Gélon, l’historien de Tauroménion nous présente Hiéron presque comme un usurpateur. Si Gélon avait été pour la Sicile une sorte de « popular hero »62 dont les faits miraculeux avaient établi le destin d’une époque, pour Timée au contraire Hiéron était un tyran envieux63.

  • 64 Sur les différences entre le témoignage de Diodore relatif aux événements postérieurs à la mort de (...)
  • 65 Cf. Plut. M. 175 b ; M. 552. Cf. aussi Élien V.H. IX 1. À côté de ces traditions, la littérature an (...)

22Cette métamorphose, pour ce qui concerne le texte de Diodore, peut être attribuée tout simplement à l’emploi de deux sources différentes : les notices données par l’historien dans la première partie du livre XI sont vraisemblablement à mettre en rapport avec des traditions influencées par la propagande du prince, tandis que les considérations finales sur la période des Deinoménides semblent reproduire l’opinion de Timée64. Ce portrait en négatif peut avoir influencé le sort d’Hiéron dans les études et déterminé la cristallisation de son image autour du modèle du tyran violent et enclin aux plaisirs. Toutefois cette image ne correspond pas complètement aux anecdotes qui circulaient sur Hiéron, dans lesquelles on transmet le souvenir d’un souverain libéral en présence duquel on pouvait parler franchement et qui avait exercé son autorité avec modération et eunomia65.

2. 3. La métamorphose de Hiéron

  • 66 I 17. Sur la représentation de la tyrannie de Sicile dans l’œuvre de Thucydide, cf. Luraghi, 1995, (...)
  • 67 Cf. supra p. 88, n. 47.
  • 68 Mann, 2001, p. 236‑298.
  • 69 À propos du rapport privilégié entre les mercenaires et les tyrans de Sicile, cf. Bettalli, 1995, p (...)

23Les raisons qui déterminèrent cette transformation du portrait du prince syracusain sont vraisemblablement externes au milieu sicilien et elles sont à rechercher plutôt dans le débat qui s’était développé à Athènes, au cours du ve siècle, autour de la figure du tyran et dans la perception qu’on avait en Grèce de la tyrannie occidentale. Que les Grecs de la métropole aient eu conscience du caractère tout particulier des tyrannies siciliotes, on peut le déduire du texte de Thucydide qui en souligne la puissance extraordinaire et audacieuse66. À la construction de cette image de vigueur et de majesté peuvent avoir contribué des preuves visibles et tangibles du prestige politique et de la force militaire des dynastes de Sicile : les offrandes consacrées aux sanctuaires panhélleniques67, leurs victoires aux Jeux68, les grands déplacements de mercenaires du Péloponnèse vers la Sicile69.

  • 70 Les rapports entre les épinicies de Pindare et l’œuvre de Thucydide ont été mis en évidence par Hor (...)
  • 71 Platon Ep. VII, 336a. Par contre, le cadre global de la situation politique interne à l’île ne deva (...)
  • 72 Demou katalusis (cf. Thuc. VI, 27 ; VI, 53, 3 ; 60, 1).

24À tout cela on peut ajouter la représentation de soi et de sa politique qu’Hiéron avait donnée à l’étranger grâce aux poètes accueillis à la cour70. Il se présentait au monde grec, nous l’avons vu, comme le souverain philhellène, nouveau défenseur de la Grécité d’Occident contre les “Barbares”, protecteur des intellectuels, et garant d’un nouvel ordre de paix et de stabilité. Telle était donc l’image d’Hiéron et de la tyrannie syracusaine qu’on avait en Grèce : un modèle, dont la mémoire est gardée par Platon lui-même dans sa VIIe lettre71. Avec l’expédition de 415 av. J.‑C., la Sicile s’imposait dramatiquement dans l’imaginaire politique athénien. Le départ des trières se déroulait dans l’atmosphère sombre et délétère de la mutilation des hermès et de la parodie des mystères, lorsque le soupçon d’une conjuration oligarchique et tyrannique72 agitait concrètement les âmes des Athéniens.

  • 73 Bien que, depuis l’expulsion d’Hippias en 511, les Athéniens n’avaient plus rien eu à faire avec la (...)
  • 74 Je songe à des procédures qui, bien qu’attestées par des sources du ive siècle, furent employées vr (...)
  • 75 Cf. Arist. Ath. LVIII. Sur la fonction et le culte des tyrannicides à Athènes McGlew, 1993, 150‑156 (...)
  • 76 Selon Thucydide les raisons du meurtre d’Hipparque par Harmodios et Aristogeitôn étaient personnell (...)
  • 77 Eschl. Pr. Ench. 8‑11. Ici Pouvoir et Force (Kratos et Bia) sont ministres de Zeus qui est défini t (...)
  • 78 Hdt. III, 80 ; Soph. Oed. 872.
  • 79 Eschl. Pr. Ench. 224.
  • 80 Hdt. III, 80.
  • 81 Soph. Ajax 1350.
  • 82 Soph. Oed. 585 ; Eur. Ion. 621 ; Suppl.445 ; Pel. F. 605. Sur l’image du tyran à Athènes, voir Lanz (...)

25Que la tyrannie fût l’ennemi principal du régime démocratique, les Athéniens, pendant tout le ve siècle, n’avaient jamais cessé de le proclamer73. Au niveau institutionnel, on le sait bien, il y avait un appareil de mesures législatives mises en œuvre pour éloigner la menace de tyrannie74. En outre, les Athéniens avaient assigné aux assassins du tyran Hipparque le titre de héros nationaux et de défenseurs suprêmes de la démocratie75. Qu’il s’agissait, en fait, tout simplement d’une opération idéologique est confirmé par l’analyse polémique de Thucydide76. C’est donc dans le milieu athénien qu’a lieu un long processus d’élaboration idéologique qui fait du tyran le paradigme négatif d’un pouvoir arbitraire exercé au détriment de la liberté des citoyens. Le tyran qui menace les Athéniens, c’est un individu qui ne peut pas être identifié avec un personnage historique en particulier, mais qui semble plutôt être une « invention » de la démocratie athénienne. C’est à partir des œuvres d’Eschyle et d’Hérodote que se définit son portrait psychologique, comme personnage violent,77 hubristès, envieux, avide78, méfiant79 ; un personnage caractérisé par son être luxurieux80 et asébès81, dont la vie est tristement marquée par l’infélicité et par la peur pour sa sécurité82. Et c’est justement au thème de l’infélicité du tyran qu’est consacré le dialogue de Xénophon sur la tyrannie.

  • 83 Au milieu du siècle dernier le Hiéron de Xénophon a été au centre d’un débat qui eut comme protagon (...)
  • 84 Cf. Plat. VIII, 565d - IX 581b.

26Cette œuvre qui a occupé, dès le ive siècle, une place remarquable dans la réflexion philosophique sur la nature du pouvoir, a eu, pendant le xxe siècle, un destin absolument indépendant de celui de ses protagonistes et de son auteur83. Il s’agit, en tout cas, d’un document très important parce qu’il fige finalement la physionomie psychologique du tyran, mettant l’accent sur les traits d’avidité, de violence et d’impiété. Plus ou moins dans la même période, donc dans un contexte historique différent de celui qui avait inspiré la réflexion politique athénienne du ve siècle, Platon lui-même, dans la République, contribue à canoniser le portrait négatif du tyran, en mettant en évidence, aussi bien ses traits d’animalité et de férocité que ses aspects de marginalité politique 84.

  • 85 Giorgini, 1993, p. 270‑271.
  • 86 Giuffrida, 2006, p. 99‑116.

27Après la défaite d’Athènes (en 404 av. J.‑C.), l’image du tyran semble, en effet, perdre la fonction stratégique qu’elle avait exercée dans la vie politique de la cité. Parallèlement, on assiste, au moins au niveau théorique, à une réhabilitation de la monarchie (basileia) et de l’image du souverain idéal, susceptible de devenir, grâce à sa paideia, un modèle de vertu pour les citoyens.85 C’est dans ce contexte que le projet d’une tyrannie reformée commence à s’élaborer parmi les intellectuels : Isocrate et Platon se réfèrent concrètement à deux figures de tyrans actifs au ive siècle, notamment Nicoclés de Chypre et Denys de Syracuse. Les deux îles, Chypre et la Sicile – deux mondes parallèles86, on pourrait dire – se proposaient aux yeux des intellectuels grecs comme des espaces favorables à l’expérimentation de nouveaux projets politiques.

  • 87 Selon Sordi, 1980, 3‑13, l’œuvre était adressée à Denys l’Ancien de Syracuse et elle avait été écri (...)

28Par contre l’intérêt de Xénophon pour le thème de la tyrannie semble demeurer à un niveau littéraire. L’œuvre est totalement exempte du pathos qu’on trouve, par exemple, chez Platon. Xénophon avait fait lui-même des expériences directes de monarques, mais il préfère illustrer les lignes de son projet politique, en le plaçant au dehors de la polis, dans un cadre isolé, loin dans le temps et dans l’espace. La datation de l’œuvre est incertaine et les réelles intentions de l’auteur ainsi que le destinataire nous échappent87. Le dialogue se déroule à la cour de Hiéron et nous présente le tyran qui converse agréablement avec le poète Simonide. Le critère qui a conduit Xénophon au choix des deux protagonistes n’est pas déclaré. On peut supposer, toutefois, que l’écho de l’activité politique et culturelle d’Hiéron, véhiculé par la diffusion des poèmes qui exaltaient ses qualités de prince éclairé et ses propensions philhellènes, a été suffisamment efficace pour avoir été accueilli dans des contextes géographiquement et même idéologiquement distants par rapport à la réalité sicilienne.

  • 88 Solon aurait affirmé quelque chose de semblable, en disant que la tyrannie était un beau pays mais (...)

29Dans la première partie de son œuvre, Xénophon représente un Hiéron mélancolique qui, interrogé par le poète Simonide, dans un moment de repentir, illustre toutes les misères inhérentes à la condition de tyran : l’infélicité, l’incapacité à jouir de plaisirs simples, la solitude, la méfiance, l’envie et le phobos par rapport aux individus vaillants, habiles et justes qu’il supprime ; son manque de sécurité, son besoin d’argent qui le conduit à dépouiller les temples et les sanctuaires et donc qui l’oblige à être asébès ; sa violence et son recours aux forces mercenaires ; et enfin la considération triste – un topos88 – que la tyrannie est un mal dont on ne peut se délivrer. C’est donc aux déclarations de Hiéron que Xénophon confie une systématisation cohérente du portrait négatif du tyran, tel qu’il avait été élaboré à Athènes. On peut supposer que le dialogue a eu, comme effet imprévu, celui de contribuer à la construction d’un double négatif d’Hiéron et d’une image historiographique marquée par la violence et l’avidité, plus proche donc de celle que transmettent les fragments de Timée qui, à Athènes, avait longtemps vécu, ou à celle qui figure dans le bilan conclusif de Diodore sur l’expérience deinoménide, dont on a déjà parlé.

  • 89 Le poète encourage Hiéron à regarder sa patrie comme sa famille, ses concitoyens comme des camarade (...)
  • 90 XI, 1 : οὐδ΄ ἀπὸ τῶν ἰδίων κτημάτων ὀκνεῖν δαπανᾶν εἰς τὸ κοινὸν ἀγαθὸν. Traduction légèrement modi (...)
  • 91 Cfr. Hier. XI.
  • 92 v. 175 : εὶ κλύειν, μὴ κάμνε δαπάναις.
  • 93 Pyth. I v. 165 : κρέσσον γὰρ οἰκτιρμοῦ φθόνος.
  • 94 Pyth. I vv. 190 et s. : τὸ δὲ παθεῖν εὖ προτῶν ἁέθλων̣ εὖ δ΄ ἀκούειν δευτέρα μοῖρ΄.
  • 95 Azoulay, 2004, p. 396‑398.
  • 96 XI, 15 : κάλλιστον καὶ μακαριώτατον κτῆμα κεκτήσει· εὐδαιμονῶν γὰρ οὐ ϕθονηθήσῃ (traduction légèrem (...)

30Dans la deuxième partie du dialogue, c’est Simonide qui prend la parole. Les conseils qu’il donne au tyran ressemblent de façon surprenante à ceux qu’on pouvait lire en filigrane dans les vers de Pindare89. Le Simonide de Xénophon encourage Hiéron à ne pas hésiter, même en prélevant sur ses ressources personnelles, à faire des dépenses dans l’intérêt général90, pour être finalement admiré91. Un auspice analogue figure même dans la première Pythique où Pindare invite le prince à ne pas renoncer trop vite à la dépense, s’il veut toujours entretenir la faveur92. Xénophon, en outre, semble souligner le leitmotiv pindarique de l’envie93, qui afflige la vie du tyran et le désir qu’il puisse jouir du bonheur et de la bonne renommée94. Effectivement, après avoir laissé Hiéron illustrer toutes les peines de la vie de tyran, Xénophon donne la parole à Simonide, qui l’encourage à suivre ses conseils, à engager avec ses concitoyens un rapport de réciprocité95, pour être aimé et poursuivre finalement le bien le plus beau et le plus précieux au monde : le bonheur sans envie96.

  • 97 Arist. Pol. V, 11, 1313b.
  • 98 Cf. Plut. M. 68 a ; 175 b-c. Cf. aussi Gostoli, 1999, p. 15‑24.

31Malheureusement, l’on a vu, ce n’est pas à la bonne réputation qu’était naturellement destinée, selon Aristote, la seconde génération de tyrans ou mieux ceux qui avaient hérité du pouvoir sans l’avoir acquis personnellement. À ce groupe appartenait Hiéron lui-même, qui est intégré dans le système des catégories aristotéliciennes et cité comme exemple de tyran suspicieux97. Mais le Syracusain, pour plusieurs raisons, semble se soustraire au modèle d’Aristote qui suggérait aux tyrans de ne pas autoriser les cercles culturels ou d’autres entretiens, et d’engager constamment les sujets dans des guerres. Au contraire, Hiéron avait transformé sa cour en une fabrique d’intellectuels, au sein de laquelle les sources enregistrent des épisodes d’opposition, plus ou moins, voilée et parfois tolérée98. Quant aux guerres, comme on l’a mis en évidence, dans ses onze ans de carrière, Hiéron semble les avoir habilement évitées ou, tout simplement, déléguées.

  • 99 Pol. XII, 25d.
  • 100 Pol. XII, 15.
  • 101 Pol. XII, 25d.
  • 102 Sur l’hostilité de Timée contre Agathocle, cf. Vattuone, 1991, p. 187‑203.

32La transformation en négatif du Syracusain, qu’on retrouve donc dans l’élaboration de Timée – partiellement reprise par Diodore – a des raisons externes au milieu siciliote, liées plutôt à l’expérience personnelle de l’historien de Tauroménion. L’attitude hostile de Timée envers la tyrannie est confirmée par nos sources. D’ailleurs, à cause de la conflictualité qui l’opposait au tyran Agathocle, il avait été obligé de vivre en exil à Athènes et d’y passer cinquante ans99, se consacrant à l’étude et à la recherche. Dans cette période, il peut avoir assimilé et diversement employé les clichés élaborés là-bas sur la représentation du tyran. Plusieurs indices nous confirment que cette représentation était opérative, et peut-être exaspérée, même chez cet intellectuel siciliote. Par exemple, la description qu’il donne de l’enfance d’Agathocle apparaît typiquement marquée par les mêmes traits d’incontinence sexuelle traditionnellement attribués au tyran100. Néanmoins, le regard qu’il pose sur le passé siciliote – comme Polybe lui-même l’observe101 – ne pouvait qu’être déformé par la distance et, j’ajouterai, par le filtre athénien ainsi que par sa haine personnelle envers Agathocle102, qui se reflète sur tous les autres tyrans siciliotes depuis Hiéron jusqu’à Denys, exception faite de Gélon.

  • 103 Braccesi, 1998, p. IX.
  • 104 Diod. XI 72.
  • 105 On cite ici seulement quelques épisodes : Himère 476 av. J.‑C. (Diod. XI 47) ; Agrigente 472 av. J. (...)
  • 106 Lanza, 1977, p. 194‑222.

33À vrai dire, la Sicile restait, de toute façon, une terre de tyrans, et non pas de tyrannicides103. En dépit des cultes consacrés à Zeus Éleuthéros104 et des révolutions qui, de temps en temps, éclatèrent105, les villes de l’île continuèrent à subir leurs tyrans. La réputation de tyran violent, jaloux et avide qui a été attribuée à Hiéron semble donc être le résultat d’une réélaboration historiographique plutôt qu’une « réalité historique ». Toutefois, il s’agit d’une réélaboration qui a exercé un certain charme : le paradigme de la violence, de l’exceptionnalité de la figure du tyran, qui a survécu à Athènes, s’est transmis du monde ancien aux époques contemporaines, conservant une vitalité extraordinaire dans la tradition occidentale106. L’image psychologique du tyran a donc dépassé les limites de la polis, devenant, au cours du temps, un motif central dans la polémique du xxe siècle contre le pouvoir absolu.

  • 107 « Le travail que firent les premiers théoriciens de la politique fut si clair, si vaste, il fut exp (...)
  • 108 Momigliano, 1969, p. 117‑128.
  • 109 Lanza, 1977, p. 214.
  • 110 Berve, 1967, p. IX-X. Sur le portrait intellectuel de l’historien allemand et sur son approche du p (...)
  • 111 Arist. Pol. V, 11, 1313 a.
  • 112 Ce n’est pas un hasard si justement dans une étude des années quarante du xxe siècle, qui met évide (...)

34Léo Strauss, dans son introduction au Hiéron de Xénophon, soulignait la validité de la réflexion athénienne qui nous avait donné des outils pour interpréter le phénomène de la tyrannie107. La perspective exégétique de Strauss, qui, de façon programmatique, tendait à exclure l’historicisme de la lecture des textes anciens, était toutefois, comme l’a montré Arnaldo Momigliano108, bien insérée dans le contexte de l’époque qui faisait suite à la seconde guerre mondiale, après le procès de Nuremberg, lorsque la réflexion sur la figure du tyran connaissait un revival exceptionnel109. La tyrannie grecque, dans la réélaboration des intellectuels du ive siècle, présentait des traits de modernité plutôt inquiétants que la réflexion politique contemporaine ne manque pas d’assimiler. Malgré l’opinion de savants insignes qui ont par la suite refusé le caractère totalitaire de la tyrannie grecque110, la représentation d’Aristote ne laisse pas de doutes sur l’attitude du tyran à contrôler tout et tous, voire à annihiler la sphère privée des citoyens, les obligeant à être en permanence dans le registre public111. Et c’est justement à partir de la réflexion d’Aristote, cohérente par rapport au principe de la dégénération progressive de la tyrannie à partir de la seconde génération, que le nom d’Hiéron sera associé à un système de gestion du pouvoir qui n’était finalement pas trop distant de celui que le xxe siècle avait appris à connaître112.

35Mais Hiéron est seulement un cas d’étude. La question qu’il faut se poser est peut-être différente : de quelle sorte de tyrannie parle-t-on, lorsqu’on se réfère au monde siciliote ? quels sont les outils et les grilles d’interprétation que la recherche a employés ? quels sont, enfin, les préjugés involontaires qui ont orienté la recherche ?

3. L’image de Hiéron dans les études plus récentes : actualités de la recherche sur la tyrannie archaïque de Sicile et nouvelles perspectives

  • 113 Cf. McGlew, 1993 qui analyse le langage de la tyrannie archaïque.
  • 114 À ce propos, on signale deux recueils d’essais : Morgan (éd.) 2003 ; Lewis (éd.) 2006.

36Un nouveau parcours a été entrepris dans les études sur la tyrannie durant les quinze dernières années. Il s’agit d’une orientation qui, mis de côté les aspects plus étroitement liés à la reconstruction tout court des événements politiques et militaires relatifs à la carrière de chaque tyran et aux modalités d’acquisition du pouvoir, s’est concentrée plutôt sur l’étude des comportements, en adoptant une perspective et des instruments empruntés à la recherche anthropologique. Dans cette perspective, on a porté une attention particulière, d’une part, à l’enquête des différentes formes d’autoreprésentation de la tyrannie113 et, de l’autre, à la perception que de ce phénomène on avait, dans l’Antiquité, et en particulier, à Athènes114.

  • 115 Gernet, 1954, p. 41‑53.
  • 116 Vernant, 1973, p. 51‑79. Sur les alliances matrimoniales des tyrans de Sicile, on peut voir encore (...)
  • 117 Vernant, 1981, p. 235‑255.

37Louis Gernet, il y a désormais plusieurs années, a inauguré ce parcours, en examinant un aspect apparemment marginal des tyrannies grecques, à savoir la politique matrimoniale et, en particulier, celle des « dynastes » siciliotes comme les Deinoménides ou les Emménides, Denys l’Ancien et, du côté athénien, Pisistrate115. Dans la réflexion de Gernet, reprise et développée une vingtaine d’années après par Jean-Pierre Vernant116, les relations matrimoniales sont utiles à établir les alliances et à assurer un équilibre durable. Elles réfléchissent la nature des rapports de force entre les familles, mais représentent surtout l’héritage d’un passé héroïque et légendaire auquel les tyrans, consciemment ou non, faisaient appel. Procédant dans le sillage, J.‑P. Vernant s’est concentré sur d’autres traits particuliers de la figure du tyran. Il a montré comme tous les détails de la vie de ces personnages, même leurs défauts physiques, sont indicatifs d’une personnalité d’exception qui par ses traits d’originalité, se place aux marges de la société117.

  • 118 Sur la mort des tyrans, Luraghi, 2000, p. 91‑114.
  • 119 Catenacci, 1996.

38Depuis lors, nombreuses ont été les études qui ont pris en considération le parcours existentiel du tyran, l’analysant à partir d’épisodes relatifs à l’enfance exceptionnelle, et jusqu’à la mort souvent tragique118. En général, on a mis en évidence les analogies frappantes entre la vie de ces personnages historiques et celle des héros du mythe119. Dans la construction de ces dossiers, les tyrans siciliotes ne sont pas apparus singuliers. Au contraire, la tyrannie de Sicile, perçue par les Anciens eux-mêmes comme un phénomène à part du fait de leur puissance, a montré, de ce point de vue, des similitudes avec celle de la métropole. Cette perception de l’originalité des tyrans de Sicile était peut-être due à la publicité qu’ils ont donnée à leurs actions et au fait qu’ils ont perpétué des pratiques d’exhibition de leur prestige qui, dans la Grèce des poleis, toute tournée vers la démocratie, sonnaient désormais comme archaïques et dépassées.

  • 120 À propos de l’emploi du passé par les tyrans de Sicile, Lewis, 2001, p. 97‑106.
  • 121 Je songe, par exemple, aux alliances entre les autres tyrans d’Occident et les Deinoménides, ou enc (...)
  • 122 Cf. Duplouy, 2006.
  • 123 Pour une analyse des raisons qui justifient la présence d’offrandes de la part de tyrans d’Occident (...)
  • 124 Cf. Mann, 2001, p. 237‑298 et Harrell, 2002, p. 438‑464. Sur le rapport entre aristocratie et Jeux, (...)
  • 125 Mann, 2001, p. 260‑273 ; Currie, 2005, p. 172‑173.

39Innovateur et traditionaliste en même temps, le tyran procède du passé120, du moins dans la recherche du prestige. Les alliances matrimoniales, le réseau de relations qu’ils établissent avec les autres élites au pouvoir de l’Occident ou de la métropole121, la participation aux Jeux panhélleniques ou encore les offrandes aux sanctuaires pour célébrer leurs victoires militaires ou athlétiques, toutes ces pratiques visaient à afficher leur puissance à l’intérieur du circuit politique international. Il ne s’agissait pas de procédures inédites de gestion et de représentation du pouvoir. Au contraire, elles rentraient parfaitement dans un inventaire bien expérimenté des modes de reconnaissance, renvoyant surtout au monde homérique, que les élites archaïques employèrent, pendant les viie et vie, siècles, pour affirmer leur image.122 Ce qui ressort des recherches plus récentes, c’est l’emploi par les tyrans de Sicile de toutes ces pratiques. En général, on a valorisé la présence des princes occidentaux aux jeux panhélleniques et on a mis l’accent sur la valeur propagandiste des dédicaces qui sont placées dans les sanctuaires de Delphes et d’Olympie, expression d’une volonté précise d’inscrire leurs noms dans les espaces sacrés de la Grèce métropolitaine123. Dans le cadre de ces travaux, ayant souvent comme objet les différents aspects des compétitions sportives en Grèce, la figure d’Hiéron représente, en effet, un idéal sujet de recherche124. La position du second Deinoménide par rapport à celle de ses frères semble s’être paradoxalement inversée et il est ainsi devenu objet d’une attention renouvelée. La motivation de ce succès imprévu est à rechercher dans la richesse documentaire du dossier relatif à ce tyran, dossier à l’intérieur duquel les odes de Pindare et de Bacchylide, qui lui étaient dédiées, constituent un réservoir inestimable d’étude sur les formes de représentation de l’autorité tyrannique. L’analyse de ce dossier nous offre un portrait d’Hiéron complètement différent de celui qui ressort des pages de Diodore. Le tyran violent et avare cède la place à un prince d’autrefois aux traits héroïques, presque divins, nous donnant de la sorte un identikit du souverain nouveau et bien plus complexe125.

  • 126 Cf. Douglas, 2007, p. 391‑408.
  • 127 Kurke, 1993, p. 131‑163.

40Il était le prince, dont les richesses formidables consentaient la participation aux concours hippiques les plus prestigieux.126. La splendeur de ses succès athlétiques, remportés surtout grâce aux massifs investissements de ressources financières que seul un tyran pouvait assurer, rejaillissait sur la polis qui, à son tour, brillait, comme dans un jeu de miroirs, du pouvoir talismanique dont est porteur traditionnellement le vainqueur127.

  • 128 Cf. Bacch. Ep. III, 10.
  • 129 Mann, 2001, p. 260‑261.
  • 130 Currie, 2005, p. 171‑173.
  • 131 Cf. supra p. 86.

41Dans les odes qui lui sont dédiées, il est chanté comme le prince trois fois heureux128 qui obtenait ses victoires grâce à l’aide des dieux129. Vainqueur tant dans les agônes que sur le champ de bataille, œciste, héros, favori des dieux, le prince se présentait sur la scène politique internationale et insulaire comme une sorte de theios anèr aux qualités extraordinaires et aux pouvoirs charismatiques130 ; un big man aux manières archaïques (ou pseudo-archaïques), qui parlait toutefois le nouveau langage des poleis du ve siècle : celui de la diplomatie, de la lutte contre les “Barbares” et de l’esprit panhellénique131.

  • 132 Hofer, 2000, p. 131‑142 ; Mann, 2001, p. 284‑288.
  • 133 Weber, 19805, p. 124.
  • 134 Mann, 2001, p. 284.

42Il est, à cet égard, intéressant de noter que la catégorie wébérienne du charisma a dernièrement été souvent appliquée aux tyrans de Sicile132. Le schéma sociologique de Max Weber, qui distinguait trois types purs de domination légitime (légale ou rationnelle, traditionnelle et charismatique)133 a fourni une clé possible d’interprétation pour lire l’image que les tyrans de Sicile donnaient d’eux-mêmes : des individus surhumains dotés de caractères exemplaires, qui les rendaient des leaders aux yeux des autres. On a observé que le pouvoir tyrannique, essentiellement précaire, manquait de structures « bureaucratiques » et d’un support constant, qui pouvait le rendre stable134. C’est pour cette raison que les tyrans, et ceux de Sicile en particulier, ont eu recours à une garde personnelle de soldats mercenaires. Toutefois, le facteur militaire était en soi insuffisant pour garantir la solidité du régime. Il fallait que d’autres outils entrent en jeu pour légitimer le pouvoir du prince. Les tyrans de Sicile, et parmi eux Gélon et surtout Hiéron, avec leurs richesses exceptionnelles et leurs victoires militaires et athlétiques, ont employé d’autres moyens pour entourer leurs succès d’une allure de légitimité, voire de sacralité, qui aurait donné à leur gouvernement la stabilité nécessaire, bien qu’elle fût éphémère et fatalement liée au « charisme » individuel.

  • 135 Hofer, 2000, p. 139‑140.
  • 136 Cf. Diod. XI 48‑49.

43Dans un volume – le dernier chronologiquement parlant – sur l’histoire constitutionnelle de l’île, la réflexion wébérienne sur les systèmes de pouvoir a été associée à l’approche ethnographique sur l’étude de la parenté. L’auteur, Marc Hofer, a envisagé dans la tyrannie siciliote la présence tant d’éléments traditionnels, surtout dans les relations que le tyran tisse à l’intérieur de son lignage, que d’éléments charismatiques. Il est d’avis que plus le pouvoir s’éloigne de l’entourage familier, plus les qualités charismatiques deviennent importantes135. On pourrait ajouter à ces considérations que c’est exactement ce qui s’est passé dans le cas d’Hiéron qui, à une rupture avec les membres de sa famille, avait réagi en accroissant les traits charismatiques de son pouvoir, comme lors de la fondation d’Etna136.

  • 137 Hofer, 2000, p. 269.

44Dans les conclusions de l’auteur, l’histoire de la tyrannie et de la démocratie en Sicile, entre les vie et ve siècles, montre une adhésion massive et obstinée à des formes et des traditions archaïques grâce à la survivance desquelles, sur l’île, dès la fin du ve siècle, une nouvelle tyrannie a pu émerger et devenir sinon un modèle, du moins un préambule aux grandes monarchies hellénistiques137.

45Le défi pour les prochaines études sur la tyrannie sicéliote pourrait être celui de continuer à travailler sur l’histoire de l’île comme un laboratoire d’expérimentations politiques et de croiser la nécessaire reconstruction des contextes historiques avec les impulsions qui dérivent de la démarche de l’anthropologie et de la sociologie historiques. Il faudrait aussi intégrer à l’analyse d’autres témoignages et peut-être relire les dossiers de sources concernant des personnages qui, comme Hiéron, vécurent au tournant de l’époque archaïque et classique, et qui peuvent ainsi apporter d’autres éléments de réflexion sur l’histoire de la Sicile.

Haut de page

Bibliographie

Anello, P. 2008, La Geschichte Siciliens im Alterthum di Adolf Holm, dans Kokalos, 49 (2003), p. 221‑238.

Ahrens, G., 2007, Von Lübeck nach Sizilien : Professore Adolfo Holm (1830‑1900), dans Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 87, p. 135‑154.

Antonaccio, C., 2007, Elite mobility in the West, dans S. Hornblower et C. Morgan (éd), Pindar’s Poetry, Patrons & Festivals, Oxford, p. 265‑285.

Asheri, D., 1992, Sicily 478‑431 B.C., CAH (2e éd.), V, p. 147‑170.

Azoulay, V., 2004, Xénophon et les Grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris.

Azoulay, V. et Casevitz, M. (éd.), 2008, Xénophon : Constitution des Lacédémoniens, Hiéron, Agésilas suivi de Pseudo-Xénophon, Constitution des Athéniens, Préface et traduction, Paris.

Basta Donzelli, G., 1996, Katane-Aitna tra Pindaro ed Eschilo, dans B. Gentili, Catania Antica, Atti del Convegno della S. I. S. A. C. (Catania 1992), Pise-Rome, p. 73‑95.

Baurain, C., 1975‑76, Kinyras de Chypre. Légende ou réalité historique, Mélanges de l’Université de Saint Joseph, 49, p. 523‑540.

Baurain, C., 1980, Kinyras. La fin de l’âge du bronze à Chypre et la tradition antique, BCH, 104, p. 277‑308.

Beloch, K.J., 1914, Griechische Geschichte, II, 1 Strasbourg.

Berve, H., 1967, Die Tyrannis bei den Griechen, Munich.

Bettalli, M., 1995, I mercenari nel mondo greco I. Dalle origini fino alla fine del V sec. a. C., Pise.

Bonanno, D., 2004‑2005, Filottete e il tiranno malato. Riflessioni sulla I Pitica di Pindaro (vv. 50‑56), Hormos, 6‑7, p. 5‑26.

Bonanno, D., sous presse, Eirenikos dialysasthai. Le strategie di Ierone, dans Salvare le poleis. Costruire la concordia. Progettare la pace, Atti del convegno internazionale (Torino, 5‑7 aprile 2006).

Bonnet, C., 1996, Astarté, Rome.

Braccesi L. 1998, I tiranni di Sicilia, Bari.

Brown, T., 1958, Timaeus of Tauromenium, Berkeley-Los Angeles.

Bruno Sunseri, G., 1987, Lotte intestine e politica matrimoniale dei Dinomenidi, Kokalos, 33, p. 47‑62.

Burnett, A.P., 1985, The Art of Bacchylides, Cambridge-MA.

Cataldi, S., 2005, Tradizioni e attualità nel dialogo dei messaggeri greci con Gelone (Erodoto VII 157‑162), dans M. Giangiulio (éd.), Erodoto e il modello erodoteo. Formazione e trasmissione delle tradizioni storiche in Grecia, Trente, p. 123‑171.

Cataudella, Q., 1964‑1965, Tragedie di Eschilo nella Siracusa di Gerone, Kokalos, 10‑11, p. 371‑400.

Catenacci, C., 1996, il tiranno e l’eroe. Per un’archeologia del potere nella Grecia antica, Milan.

Corbato, C., 1996, Le Etnee di Eschilo, dans B. Gentili (éd.), Catania Antica, Atti del Convegno della S. I. S. A. C. (Catania 1992), Pise-Rome, p. 61‑72.

Cracco, G., 1980, Edward Augustus Freeman (1823‑1892), un medievista senza Medioevo, ASNP, s. III, 11, 2, p. 341‑361.

Currie, B., 2005, Pindar and the Cult of Heroes, New York.

Cuscunà, C., 2004‑2005, Chi dormì nel letto di Coronide ? Riflessioni sulla tirannide nella III Pitica di Pindaro, Hormos, p. 27‑68.

Cusumano, N., 1990, Ordalia e Soteria, Palerme.

Dougherty, C., 1993, The Poetics of Colonization, New York.

Douglas, M., 2007, The Prestige of the Games, dans S. Hornblower et C. Morgan (éd), Pindar’s Poetry, Patrons & Festivals, Oxford, p. 391‑408.

Duchemin, J., 1970, Pindar et la Sicile : Réflexions sur quelques thèmes mythiques, dans Hommages à M. Delcourt, Collection Latomus 114, Bruxelles, p. 79‑91.

Duplouy, A., 2006, Le prestige des élites. Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les xe et ve siècles av. J.‑C. Paris.

Freeman, E. A., 1891, History of Sicily from the earliest times, II, Oxford.

Fraenkel, E., 1954, Vermutungen zum Aetna-Festspiel des Aeschylus, Eranos, 52, p. 61‑75.

Gabba, E., 1980, E. A. Freeman e il federalismo antico, ASNP, 11, 2, p. 323‑340.

Gentili, B., 1995, Introduzione, dans B. Gentili, P.A. Bernardini, E. Cingano et P. Giannini (éd.), Pindaro. Le Pitiche, Milan.

Gernet, L., 1954, Mariages de tyrans, dans Hommage à Lucien Febvre, Paris, p. 41‑53 ( = L. Gernet, Anthropologie de la Grèce antique, Paris, 1968, p. 344‑359).

Giorgini, G., 1993, La città e il tiranno : il concetto di tirannide nella Grecia del VII-IV secolo a. C., Milan.

Giuffrida, M., 2006, Contatti, analogie, parallelismi tra Cipro e la Sicilia in età classica, dans Serta Antiqua et Medioevalia, 9, p. 99‑116.

Gostoli, A., 1999, La critica dei miti tradizionali alla corte di Ierone di Siracusa : Senofane e Pindaro, QUCC n.s. 62, 2, p. 15‑24.

Hackforth, R., 1935, Sicily, CAH (1a éd.), p. 145‑164.

Harrell, S.E., 2002, king or private citizen : fifth century Sicilian tyrants at Olympia and Delphi, Mnemosyne, 55, 4, p. 439‑464.

Harrell, S.E., 2006, synchronicity : the local and the panhellenic within Sicilian tyranny, dans S. Lewis (éd.), Ancient Tyranny, Edinbourgh, p. 119‑134.

Hatzfeld, J., 1946‑47, Note sur la date et l’objet du Hiéron de Xénophon, REG, 59‑60 1946‑47, p. 54‑70.

Herington, C. J., 1967, Aeschylus in Sicily, JHS, 87, p 74‑85.

Herman, G., 2006, Morality and Behaviour in Democratic Athens, New York.

Hofer, M., 2000, Tyrannen Aristokraten Demokraten. Untersuchungen zu Staat und Herrschaft im griechischen Sizilien von Phalaris bis zum Aufstieg von Dionysios I, Berne.

Holm, A., 1870, Geschichte Siciliens im Alterthum, Leipzig.

Hornblower, S., 2004, Thucydides and Pindar. Historical Narrative and the World of Epinikian Poetry, New York.

Kirsten, E., 1941, Ein politisches Programm in Pindars erstem pythischen Gedicht, RhM, 90, p. 58‑71.

Kojève, A., 1954, Tyrannie et sagesse, dans De la Tyrannie, Paris.

Köhken, A., 1970, Hieron und Deinomenes in Pindars erstem pythischen Gedicht, Hermes, 98, 1970, p. 1‑13.

Krist, K., 1996, Griechische Geschichte zwischen Adolf Holm und Ettore Lepore, dans L. Breglia Pulci Doria (éd.), Studi in memoria di Ettore Lepore, II, Naples, p. 15‑29.

Krumeich, R., 1991, Zu den goldenen Dreifüssen der Deinomeniden in Delphi, JDAI, 106, p. 37‑62.

Kurke, L., 1991, The traffic in Praise. Pindar and the Poetics of Social Economy, New York.

Kurke, L., 1993, The economy of kudos, dans L. Kurke et C. Dougherty (éd.), Cultural Poetics in Archaic Greece. Cult, Performance, Politics, New York, p. 131‑163.

Lanza, D., 1977, Il Tiranno e il suo pubblico, Turin.

La Rosa, V., 1974, Le Etnee di Eschilo e l’identificazione di Xouthia, ASSO, 70, p. 151‑164.

Lefkowitz, M. R., 1976, The victory ode, New Jersey.

Lenschau, T., 1913, s.v. Hieron, RE, 8, 2, col. 1496‑1503.

Lewis, S., 2001, The Tyrant’s Myth, dans C. Smith et J. Serrati (éd.), Sicily from Aeneas to Augustus. New approaches in Archaeology and History, p. 97‑106.

Lewis, S. (éd.), 2006, Ancient Tyranny, Edinbourgh.

Lissarrague, F. et Schnapp, A., 2007, Athènes, la cité, les images, dans P. Schmitt Pantel et F. de Polignac, Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, Paris.

Loucas-Durie, E., 1989, Kinyras et la sacralisation de la fonction technique à Chypre, Mètis, 4, 1, p. 117‑127.

Luccioni, J., 1947, Hiéron. Texte et traduction avec une introduction et un commentaire, Paris.

Luraghi, N., 1994, Tirannidi arcaiche in Sicilia e Magna Grecia, Florence.

Luraghi, N., 1995, La tirannide siceliota nell’archaiologia di Tucidide, QS, 42, p. 35‑63.

Luraghi, N., 2000, Sterben wie ein Tyrann, dans W. Pircher et M. Treml (éd.), Tyrannis und Verführung, Vienne, p. 91‑114.

Maddoli G., 1979, Il VI e il V secolo, dans E. Gabba et G. Vallet (éd.), Storia della Sicilia II, Naples, 1979, p. 1‑102.

Mann, C., 2001, Athlet und Polis im archaischen und frühklassischen Griechenland, Göttingen.

Mcglew, J., 1993, Tyranny and Political Culture in Ancient Greece, Ithaka, 1993.

Mei, K., 1998, s.v. Hièron, Der Neue Pauly, 5, p. 543‑544.

Merante, V., 1971, Per la storia di Ierone I di Siracusa, Kokalos, 17, p. 146‑169.

Momigliano, A., 1969, Ermeneutica e pensiero politico in Leo Strauss, dans Quarto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, p. 117‑128.

Momigliano, A., 1981, Uno storico liberale fautore del sacro romano impero : E.A. Freeman, ASNP, s. III, 11, 2, p. 309‑322.

Morgan, K.A. (éd.), 2003, Popular Tyranny : Sovereignty and Its Discontents in Ancient Greece, Austin, 2003.

Mossé, C., 1969, La tyrannie dans la Grèce antique, Paris.

Nicholson, N.J., 2005, Aristocracy and Athletics in Archaic and Classical Greece, Cambridge.

Pais, E., 1933, Storia dell’Italia e della Sicilia Antica, vol. I, Turin.

Parry, H., 1982, Hieron and Ares, Kinyras and Aphrodite. Pindar’s Second Pythian, CEA, 14, p. 25‑34.

Pettinato, M., 2004, Pausania, la tirannide e i Dinomenidi, Kokalos, 46 (2000), p. 127‑156.

Péron, J., 1978, Les mythes de Crésus et de Méléagre dans les Odes III et V de Bacchylide, REG, 91, p. 307‑339.

Piccirilli, L., 1971, La controversia fra Ierone I e Polizelo in Diodoro, negli scholia vetera e nello scholion recens a Pindaro, Ol. 2, 29, ASNP, s. III 1, 1, p. 65‑79.

Pinzone, A., 2008, Adolfo Holm nel contesto della cultura siciliana, Kokalos, 49 (2003), p. 135‑163.

Podlecki, A.J., 1979, Simonides in Sicily, PP, 34, p. 5‑16.

Raaflaub, K.A., 2003, Stick and Glue : The Function of Tyranny in Fifth Century Athenian Democracy, dans K.A. Morgan (éd.), Popular Tyranny : Sovereignty and Its Discontents in Ancient Greece, Austin, p. 59‑94.

Rebenich, S., 2001, Alte Geschichte in Demokratie und Diktatur : Der Fall Helmut Berve, - Chiron, 31, p. 457‑496.

Ribichini, S., 1982, Kinyras di Cipro, dans V. Lanternari, M. Massenzio et D. Sabbatucci (éd.), Religioni e Civiltà, 3, p. 479‑500.

Roscalla, F., 1998, Mida e Cinira : per un confronto storico religioso, PP, 53, p. 5‑29.

Rosivach, V. J., 1988, The Tyrant in Athenian Democracy, QUCC, 30, 3, p. 43‑57.

Scardigli, B., 2008, Johann Gottfried Adolf Holm e la Germania, Kokalos, 49 (2003), p. 165‑178.

Schenk Graf von Stauffenberg, A., 1963, Trinakria, Munich.

Sordi, M., 1980, Lo Ierone di Senofonte, Dionigi I e Filisto, Athenaeum, 68, p. 3‑13.

Stark, R., 1956, Osservazioni su due drammi di Eschilo perduti, Maia, 8, 1956, p. 83‑91.

Stenger, J., 2004, Poetische Argumentation : Die Funktion der Gnomik in den Epinikien des Bakchylides, Berlin-New York.

Strauss, L., 1954, De la tyrannie, Paris.

Svarlien, A.D., 1990‑1991, epicharmus and Pindar at Hieron’s court, Kokalos (1994), p. 103‑110.

Svarlien, A.D., 1994, Hieron and the Poets, Ann Arbor, 1994.

Svarlien, A.D., 1995, Reversal of Imagery and Values in Bacchylides 3 and 5, QUCC, 50, 2, p. 35‑45.

Tedeschi, G., 1991, La felicità senza invidia, introduzione a Senofonte, Ierone, Palerme, p. 19‑35.

Vallet, G., 1985, Pindare et la Sicile, dans Pindare. Entretiens Hardt, XXXI, Genève, p. 285‑320.

Van Compernolle, Th., 2000, Welche Götter müßte ein Tyran verehren, dans W. Pircher et M. Treml (éd.), Tyrannis und Verführung, Vienne, p. 115‑125.

Vattuone, R., Sapienza d’Occidente. Il pensiero storico di Timeo di Tauromenio, Bologna, 1991.

Vegetti M., 2007, Paranoia della tirannide antica, dans S. Forti et M. Revelli (éd.), Paranoia e politica, p. 43‑57.

Vernant, J.‑P., 1973, Le mariage en Grèce archaïque, PP, 28, p. 51‑79.

Vernant, J.‑P., 1981, Le tyran boiteux. D’Œdipe à Périandre, dans Le temps de la réflexion, II, p. 235‑255.

Visa-Ondarçuhu, V., 1999, L’image de l’athlète d’Homère à la fin du ve siècle av. J.‑C., Paris.

Walz, C., 1968, Rhetores Graeci, IV, 11, Osnabrück.

Weber, M., 19805, Wirtschaft und Gesellschaft : Grundriss der verstehenden Soziologie, Tübingen (I éd. 1922, Tübingen).

Wilamowitz-moelleNdorff, U. von, 1901, Hieron und Pindaros, SPA II, p. 1273‑1318.

WilamoWitz-Moellendorff, U. von, 1922, Pindaros, Berlin.

Young, D.C., 1968, Three Odes of Pindar : A Literary Study of Pythian 11, Pythian 3 and Olympian 7, Mnemosyne, Suppl. 9, Leiden.

Zahrnt, M., 1993, Die Schlacht bei Himera und die sizilische Historiographie, Chiron 23, 1993, 353‑390.

Haut de page

Notes

2 Holm 1870, p. 213

3 Sur les séjours parisiens d’Adolf Holm, voir Pinzone, 2008, p. 135‑140, Scardigli, 2008, p. 171‑173 et les pages de ses Erinnerungen, écrites peu avant de mourir à l’invitation de sa femme et récemment publiées dans Kokalos 2008, p. 205‑209. Pour un profil intellectuel de Holm, on peut voir encore Krist, 1996, p. 15‑29 et Ahrens, 2007, p. 135‑154. Sur la Geschichte Siciliens im Alterthum, Anello, 2008, p. 221‑238.

4 Holm, 1870, p. 216.

5 « Hiéron who did not seize power for himself, but succeeded to an established dominion shows in his internal government every characteristic of the tyrant. He is not indeed charged with the frightful excesses of some other tyrants ; still his rule is the rule of a tyrant, suspicious, greedy, and cruel ». Freeman, 1891, p. 232. Sur Freeman, voir aussi Cracco, 1981, p. 341‑361 ; Gabba, 1981, p. 323‑340 ; Momigliano, 1981, p. 309‑322.

6 Sauf quelques exceptions : par exemple les Ortagorides de Sicyone dont la tyrannie eut la durée de cent ans. Cf. Arist. Pol., V, 10, 1312 b 20.

7 Je cite ici seulement quelques-unes parmi les études les plus importantes : Wilamowitz-Moellendorff, 1901, p. 1273‑1318 ; Id. 1922 ; Fraenkel, 1954, p. 61‑75 ; Herington, 1967, p. 74‑85 ; youNg, 1968 ; Duchemin, 1970, p. 80‑91 ; Köhnken, 1970, p. 1‑13 ; Lefkowitz, 1976 ; Podlecki, 1979, p. 5‑16 ; Burnett, 1985 ; Vallet, 1985, p. 285‑320 ; Svarlien, 1994 ; Ead., 1995, p. 35‑45.

8 C’est plutôt significatif que, dans Kokalos, revue qui s’occupe depuis presque cinquante ans d’histoire de la Sicile, on compte seulement trois articles sur Hiéron, dont deux ont pour sujet son rapport avec les poètes (cf. Cataudella, 1964‑1965, p. 371‑400 et Svarlien, 1990‑1991, p. 103‑110), tandis que le troisième se concentre, en fait plus, sur son frère Gélon : Merante, 1971, p. 146‑169.

9 Diod. XI, 67.

10 Cf. Pais, 1933, p. 108‑109 ; Hackforth, 1935, p. 150 ; Schenk Graf von Stauffenberg, 1963, p. 206‑209 ; Berve, 1967, p. 148 ; Maddoli, 1979, p. 49‑50 ou bien plus récemment Mei, 1998, p. 543‑544. Pour une reconstruction de l’époque de Hiéron indépendante de la comparaison avec le frère, on peut voir : cf. Lenschau, 1913, col. 1496‑1503 ; Asheri, 1992, p. 147‑170.

11 Mossé, 1969, p. 84‑86.

12 Luraghi, 1994, p. 380.

13 Cf. Luraghi, 1994, p. 5.

14 Cf. Thuc. I, 17 et infra p. 90.

15 Diod. XI, 67.

16 Pyth. I, 141. Les traductions des vers de Pindare sont celles d’A. Puech, CUF.

17 Ol. I, 18‑20.

18 Ol. I, 35‑36. Le terme ιππιοχάρμης renvoie au lexique homérique où il indique le combattant sur son char (Hom. Il. XXIV, 257 ; Od. XI, 259) et semble suggérer une association entre les vertus guerrières et celles athlétiques du tyran. À ce propos cf. Visa-Ondarçuhu, 1999, p. 116‑117 ; Mann 2001, p. 254‑255.

19 Pyth. I, 124‑126. Traduction légèrement modifiée de A. Puech, CUF.

20 Pyth. III, 150‑151.

21 Pyth. II, 106.

22 Ep. V, 1‑2.

23 Ep. IV, 3.

24 Cf. infra, p. 92.

25 Luraghi, 1994, p. 358.

26 Pyth. II, 1‑3.

27 Beloch, 1914, p. 126.

28 Gentili, 1995, p. 13‑14.

29 Pyth. I, 118 et sq. : C’est pour lui (scil. Deinoménès) que Hiéron fonda cette ville, où, consacrée par les Dieux la liberté règne selon des lois conformes à la discipline d’Hyllos (τῷ πόλιν κείναν θεοδμάτῳ σὺν ὲλευθερία ϓλλίδος στάθμας κΙέρων ὲν νόμοις ἔκτισσε).

30 Le premier fragment de cette pièce nous est arrivé, par une tradition indirecte, grâce à Macrobe (V 19, 17) qui soutient qu’Eschyle dedit in litteras les vicissitudes des Paliques. C’étaient des divinités autochtones qui jouissaient parmi les Sicules d’une grande considération surtout en raison de leurs prérogatives : sainteté du jugement en leur nom et pouvoir oraculaire. Eschyle rappelle ces gémeaux mythiques comme fils de Zeus. Et ce n’est pas par hasard que selon Pindare, c’était juste Zeus le dieu protecteur de la nouvelle polis (Pyth. I, 130). Dans cette généalogie, on a lu l’intention d’assimiler un culte indigène et une véritable opération d’agression culturelle conduite au détriment des populations indigènes, cf. Cusumano, 1990, p. 126 et Dougherty, 1993, p. 89. Dans les autres fragments attribués à l’œuvre (P. Oxy 2256 fr. 9 a-b) on trouve la prosopopée de Diké et l’éloge de Eiréné (Fr. 8). Sur les fragments cf. Fraenkel, 1954 p. 61‑75 ; Stark, 1956, 83‑91. En général, sur le rapport entre la fondation d’Etna et l’œuvre d’Eschyle, cf. La Rosa, 1974, p. 151‑164 ; Corbato, 1996, p. 61‑72 ; Basta Donzelli, 1996, p. 73‑95.

31 Eschl. Pers. 180‑195.

32 L’expression to hellènikon a été utilisée, la première fois, par Hérodote pour indiquer l’ensemble des Grecs (cf. I, 58 ; VII 139, 4 et, en particulier, VIII, 144).

33 Eschl. Vita XVIII.

34 Pind. Pyth. I, 137‑155.

35 Pind. Pyth. I, 96‑108.

36 Schol. Pind. Pyth. I, 89.

37 Sur la comparaison entre Hiéron et Philoctète, je me permets de renvoyer à Bonanno, 2004‑2005, p. 5‑26.

38 Pind. Pyth. II 24‑38.

39 Tyrt. Fr. 12 West et Pind. Ném. VIII, 28‑35.

40 Hom. Il. XI, 19‑23.

41 Schol. Pind. Pyth. II, 27‑28 et Pind. II, 25‑33.

42 Hdt. VII, 153, 2. Sur Kinyras voir Baurain, 1975‑76, p. 523‑540 et Id. 1980, p. 277‑308 ; Ribichini, 1982, p. 479‑500 ; Loucas-Durie, 1989, p. 117‑127 ; Bonnet, 1996, p. 75‑81 ; Roscalla, 1998, p. 5‑29. sur le parallèle pindarique entre Hiéron et le roi chypriote Parry, 1982, p. 25‑34 et plus récemment Mann, 2001, p. 265 et Currie, 2005, p. 258‑295.

43 Pind. Pyth. I, 154.

44 Hdt. I, 30 ; 41.

45 Bacch. Ep. III, 20‑62.

46 Sur ces aspects et même sur la relation entre Crésus et Hiéron, voir Péron, 1978, p. 307‑339 et encore Mann, 2001, p. 273‑275 ; Van Compernolle, 2000, p. 119‑123 ; Stenger, 2004, p. 278‑288 ; Currie, 2005, p. 366‑368.

47 Sur les offrandes des Deinoménides dans les sanctuaires panhélleniques, voir Krumeich, 1991, p. 37‑62 ; Zahrnt, 1993, p. 353‑390 ; Pettinato, 2004, p. 127‑156.

48 Hdt. VII, 156, 1.

49 Sur ce récit d’Hérodote, on peut voir Cataldi, 2005, p. 123‑171, auquel je renvoie pour la bibliographie précédente.

50 Hdt. VII, 157‑162.

51 Hdt. VII, 165‑166.

52 La relation entre les vers de Pindare et le récit d’Hérodote à propos de la tradition sur le synchronisme Himère-Salamine a été récemment reprise par Harrell, 2006, p. 119‑134.

53 FGrHist. 70 F 186 = Schol. Pind. Pyth. I, 146 b.

54 Diod. XI, 26.

55 Cf. Diod. XI, 38 et 48.

56 Sur la politique diplomatique à l’égard de Rhégion, on peut voir les scholies à Pindare (schol. Pyth. I 99a et schol. Pyth. II 36 c et 38) qui nous informent sur la menace de guerre portée par les tyrans du détroit contre les Locriens et l’intervention de Hiéron en cette occasion. Du contrôle exercé par le tyran de Syracuse sur l’administration de Rhégion nous parle Diodore (XI, 66). La voie diplomatique avait été privilégiée même dans les relations avec Agrigente au moins à l’époque, où son tyran Théron, allié des Deinoménides, était encore en vie (Diod. XI, 48), mais après la mort de l’ancien Emménide, le conflit fut inévitable à cause de la politique agressive de Thrasydæos, fils de Théron (Diod. XI, 53).

57 Diod. XI, 49.

58 Diod. XI, 51.

59 À propos des stratégies militaires de Hiéron, cf. Bonanno, sous presse.

60 Diod. XI, 66.

61 Diod. XI, 67 (traduction de J. Haillet, CUF).

62 Ainsi Brown, 1958, p. 64.

63 Tim. FGrHist 566 f 93b ( =Schol. PiNd. Ol. II, 29 d). Sur l’envie (phthonos) de Hiéron et la distance entre les deux Deinoménides dans la reconstruction de Timée, cf. Vattuone, 1991, p. 159‑185.

64 Sur les différences entre le témoignage de Diodore relatif aux événements postérieurs à la mort de Gélon et celui de Timée sur la même période, cf. Piccirilli, 1973, p. 65‑79.

65 Cf. Plut. M. 175 b ; M. 552. Cf. aussi Élien V.H. IX 1. À côté de ces traditions, la littérature anecdotique garde aussi des témoignages sur la méfiance de Hiéron (Proleg. τῆς ̒Ερμογένους ρήτορικῆς 5. Walz, 1968, iv 11).

66 I 17. Sur la représentation de la tyrannie de Sicile dans l’œuvre de Thucydide, cf. Luraghi, 1995, p. 35‑63.

67 Cf. supra p. 88, n. 47.

68 Mann, 2001, p. 236‑298.

69 À propos du rapport privilégié entre les mercenaires et les tyrans de Sicile, cf. Bettalli, 1995, p. 92‑99.

70 Les rapports entre les épinicies de Pindare et l’œuvre de Thucydide ont été mis en évidence par Hornblower, 2004.

71 Platon Ep. VII, 336a. Par contre, le cadre global de la situation politique interne à l’île ne devait pas être trop précis. Et d’autre part la perception même des vrais équilibres géopolitiques devait être plutôt confuse comme on peut déduire des différentes perspectives avancées par Alcibiade et Nicias devant l’assemblée des Athéniens à propos de la situation politique sicilienne et des effectives possibilités de conquête (Thuc. VI 17 ; 20 ; 23). Sur la complexité de la réalité sicilienne telle qu’elle ressort du texte de Thucydide, cf. l’analyse de C. Bonnet dans ce même volume.

72 Demou katalusis (cf. Thuc. VI, 27 ; VI, 53, 3 ; 60, 1).

73 Bien que, depuis l’expulsion d’Hippias en 511, les Athéniens n’avaient plus rien eu à faire avec la tyrannie, toutefois le spectre du tyran était resté bien ancré dans l’imaginaire athénien et il avait été différemment employé dans le débat politique. À ce propos cf. Rosivach, 1988, p. 43‑57 ; Raaflaub, 2003, p. 59‑94.

74 Je songe à des procédures qui, bien qu’attestées par des sources du ive siècle, furent employées vraisemblablement à partir du ve siècle : l’ostracisme (Arist. Ath. XXII) ou encore le serment des héliastes contre la tyrannie (Dém. Contre Timocr. 149) et celui des représentants de la Boulé (Dém. Contre Timocr. 144).

75 Cf. Arist. Ath. LVIII. Sur la fonction et le culte des tyrannicides à Athènes McGlew, 1993, 150‑156 ; Herman, 2006, p. 333‑335. Sur les monuments érigés aux tyrannoctones à Athènes, Lissarrague et Schnapp, 2007, p. 41‑45.

76 Selon Thucydide les raisons du meurtre d’Hipparque par Harmodios et Aristogeitôn étaient personnelles plutôt que politiques (VI 54).

77 Eschl. Pr. Ench. 8‑11. Ici Pouvoir et Force (Kratos et Bia) sont ministres de Zeus qui est défini tyrannos.

78 Hdt. III, 80 ; Soph. Oed. 872.

79 Eschl. Pr. Ench. 224.

80 Hdt. III, 80.

81 Soph. Ajax 1350.

82 Soph. Oed. 585 ; Eur. Ion. 621 ; Suppl.445 ; Pel. F. 605. Sur l’image du tyran à Athènes, voir Lanza, 1977 et Giorgini, 1993, p. 107‑263.

83 Au milieu du siècle dernier le Hiéron de Xénophon a été au centre d’un débat qui eut comme protagonistes le conservateur Leo Strauss (On Tyranny. An Interpretation of Xenophon’s Hiero, New York 1948, trad. fr. 1954) et le philosophe hégélien Alexander Kojève (Tyrannie et sagesse, Paris 1954, suivi par une mise au point du même Strauss). Sur la querelle entre les deux intellectuels et sur son rapport avec le débat sur la tyrannie ancienne, voir Vegetti, 2007, p. 43‑57.

84 Cf. Plat. VIII, 565d - IX 581b.

85 Giorgini, 1993, p. 270‑271.

86 Giuffrida, 2006, p. 99‑116.

87 Selon Sordi, 1980, 3‑13, l’œuvre était adressée à Denys l’Ancien de Syracuse et elle avait été écrite par Xénophon après les Olympiades de 388 av. J.‑C. Hatzfeld, 1946‑47, p. 54‑70, proposait une datation plus récente (358/357 a. C.) et identifiait en Dion, le neveu et gendre de Denys, le possible destinataire. Sur la valeur historique de cet ouvrage et pour le commentaire au texte et la traduction, cf. Luccioni, 1947 et Tedeschi, 1991, p. 19‑35 ; Azoulay-Casevitz, 2008.

88 Solon aurait affirmé quelque chose de semblable, en disant que la tyrannie était un beau pays mais qu’il n’avait point d’ issue (Plut. Sol. 14-Traduction de R. Flacelière). Les mots adressés par Héloris à Denys de Syracuse qui voulait s’enfuir de la cité avaient plus ou moins le même sens : Denys, la tyrannie est un beau linceul funèbre (Diod. XX 78).

89 Le poète encourage Hiéron à regarder sa patrie comme sa famille, ses concitoyens comme des camarades, ses amis comme ses propres enfants (XI 14). Un auspice qui correspondait d’une certaine façon au portrait d’Hiéron qui, on l’a vu, provient de la troisième Pythique (124‑126) où il est le basileus qui gouverne Syracuse, plein de douceur pour les citoyens, sans jalousie pour les bons, admiré comme un père par les étrangers. Sur les correspondances entre le dialogue de Xénophon et les vers de Pindare, cf. Cuscunà, 2004‑2005, p. 62‑63.

90 XI, 1 : οὐδ΄ ἀπὸ τῶν ἰδίων κτημάτων ὀκνεῖν δαπανᾶν εἰς τὸ κοινὸν ἀγαθὸν. Traduction légèrement modifiée de Luccioni, 1947.

91 Cfr. Hier. XI.

92 v. 175 : εὶ κλύειν, μὴ κάμνε δαπάναις.

93 Pyth. I v. 165 : κρέσσον γὰρ οἰκτιρμοῦ φθόνος.

94 Pyth. I vv. 190 et s. : τὸ δὲ παθεῖν εὖ προτῶν ἁέθλων̣ εὖ δ΄ ἀκούειν δευτέρα μοῖρ΄.

95 Azoulay, 2004, p. 396‑398.

96 XI, 15 : κάλλιστον καὶ μακαριώτατον κτῆμα κεκτήσει· εὐδαιμονῶν γὰρ οὐ ϕθονηθήσῃ (traduction légèrement modifiée de Luccioni, 1947). L’envie qui atteint le tyran est ambiguë : d’un côté, il est jaloux du bien-être de ses sujets (cf. Xén. Hier. V 4) ; de l’autre, il fait l’objet d’une envie qui l’empêche d’être admiré (Xen., Hier. XI 7). Sur l’envie de Hiéron, cf. Tim., FGrHist. 566 F 93 b.

97 Arist. Pol. V, 11, 1313b.

98 Cf. Plut. M. 68 a ; 175 b-c. Cf. aussi Gostoli, 1999, p. 15‑24.

99 Pol. XII, 25d.

100 Pol. XII, 15.

101 Pol. XII, 25d.

102 Sur l’hostilité de Timée contre Agathocle, cf. Vattuone, 1991, p. 187‑203.

103 Braccesi, 1998, p. IX.

104 Diod. XI 72.

105 On cite ici seulement quelques épisodes : Himère 476 av. J.‑C. (Diod. XI 47) ; Agrigente 472 av. J.‑C. (Diod. XI 53), Syracuse 357‑56 av. J.‑C. (Diod. XVI 10).

106 Lanza, 1977, p. 194‑222.

107 « Le travail que firent les premiers théoriciens de la politique fut si clair, si vaste, il fut exprimé en des termes à tel point inoubliables que des générations qui ne firent pas directement l’expérience de la tyrannie purent la comprendre et s’en souvenir. D’autre part, lorsque nous nous sommes trouvés en face de la tyrannie – et d’une tyrannie qui dépassait tout ce que les plus puissants penseurs d’autrefois purent imaginer de plus hardi – notre science politique ne sut pas la reconnaître. Il n’est donc pas étonnant que beaucoup de nos contemporains, déçus ou rebutés par les analyses modernes de la tyrannie actuelle, se soient senti soulagés lorsqu’ils découvrirent de nouveau les pages dans lesquelles Platon et d’autres penseurs classiques paraissent avoir interprété pour nous les horreurs du xxsiècle. » Strauss, 1954, p. 41.

108 Momigliano, 1969, p. 117‑128.

109 Lanza, 1977, p. 214.

110 Berve, 1967, p. IX-X. Sur le portrait intellectuel de l’historien allemand et sur son approche du phénomène de la tyrannie en Grèce, cf. Rebenich, 2001, p. 457‑496, en particulier p. 490‑491.

111 Arist. Pol. V, 11, 1313 a.

112 Ce n’est pas un hasard si justement dans une étude des années quarante du xxe siècle, qui met évidence les sympathies d’Hiéron pour les institutions doriques, le tyran est défini « eine Führergestalt ». Kirsten, 1941, p. 67.

113 Cf. McGlew, 1993 qui analyse le langage de la tyrannie archaïque.

114 À ce propos, on signale deux recueils d’essais : Morgan (éd.) 2003 ; Lewis (éd.) 2006.

115 Gernet, 1954, p. 41‑53.

116 Vernant, 1973, p. 51‑79. Sur les alliances matrimoniales des tyrans de Sicile, on peut voir encore Bruno Sunseri, 1987, p. 47‑62.

117 Vernant, 1981, p. 235‑255.

118 Sur la mort des tyrans, Luraghi, 2000, p. 91‑114.

119 Catenacci, 1996.

120 À propos de l’emploi du passé par les tyrans de Sicile, Lewis, 2001, p. 97‑106.

121 Je songe, par exemple, aux alliances entre les autres tyrans d’Occident et les Deinoménides, ou encore aux relations que les sources enregistrent entre ces derniers et des personnages très réputés de la Grèce métropolitaine, comme Thémistocle (Plut. Thém. XXIV 7) ou l’aristocratie de Corinthe (Ath. VI, 231f-232b), mais cette liste de contacts pourrait être étendue.

122 Cf. Duplouy, 2006.

123 Pour une analyse des raisons qui justifient la présence d’offrandes de la part de tyrans d’Occident dans les sanctuaires panhélleniques, cf. Antonaccio, 2007, p. 265‑285.

124 Cf. Mann, 2001, p. 237‑298 et Harrell, 2002, p. 438‑464. Sur le rapport entre aristocratie et Jeux, cf. Nicholson, 2005.

125 Mann, 2001, p. 260‑273 ; Currie, 2005, p. 172‑173.

126 Cf. Douglas, 2007, p. 391‑408.

127 Kurke, 1993, p. 131‑163.

128 Cf. Bacch. Ep. III, 10.

129 Mann, 2001, p. 260‑261.

130 Currie, 2005, p. 171‑173.

131 Cf. supra p. 86.

132 Hofer, 2000, p. 131‑142 ; Mann, 2001, p. 284‑288.

133 Weber, 19805, p. 124.

134 Mann, 2001, p. 284.

135 Hofer, 2000, p. 139‑140.

136 Cf. Diod. XI 48‑49.

137 Hofer, 2000, p. 269.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Bonanno, « Heurs et malheurs d’un tyran : le cas de Hiéron de Syracuse »Pallas, 79 | 2009, 81-103.

Référence électronique

Daniela Bonanno, « Heurs et malheurs d’un tyran : le cas de Hiéron de Syracuse »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13590

Haut de page

Auteur

Daniela Bonanno

Assegnista di ricerca, Università di Palermo
daniela_bonanno[at]hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search