Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Actualités de la recherche sur la...Les enseignements d’un récit : l’...

Actualités de la recherche sur la Sicile antique

Les enseignements d’un récit : l’exemple des débuts politiques de Denys l’Ancien selon Diodore de Sicile

The teachings of a narrative: instance the political early days of Denys the Elder according to Diodoros Siculus
Sandra Péré-Noguès
p. 105-118

Résumés

Une lecture attentive du récit que fait Diodore de Sicile sur les débuts politiques de Denys l’Ancien (XIII, 91‑96) permet de jeter un éclairage nouveau sur les conditions dans lesquelles il s’empara du pouvoir et aussi sur les fondements qui structurèrent la dynasteia alors mise en place. Des hypothèses sont ici proposées concernant les principaux événements qui ont marqué son ascension politique et l’entourage qui l’a soutenu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loïcq-Berger, 1967, p. 279.
  • 2 Sur ce point, voir l’excellente mise au point de Aiosa, 2001, p. 91‑93.

1En 1967, Marie-Paule Loicq-Berger constatait à juste titre dans la conclusion de son histoire culturelle de Syracuse : « Nous possédons sur la personnalité des tyrans syracusains des informations assez abondantes, bien que parfois contradictoires ; nous en avons beaucoup moins sur la tyrannie en tant qu’institution, et quant à sa fonction historique, au sens le plus large du terme, elle resterait à déterminer »1. De fait, il reste encore bien difficile d’appréhender le règne de Denys l’Ancien, car aux multiples pièges des sources littéraires, s’est ajouté un certain déterminisme archéologique qui voulait voir dans l’essor de certaines cités voisines de Syracuse la marque du règne de Timoléon, seul artisan du rétablissement de l’ordre et de la paix sur l’île après des années de tyrannie2. L’idée prévalut donc pendant longtemps que Syracuse avait été soumise à un funeste régime tyrannique aggravé par la sombre personnalité même de Denys l’Ancien et à sa suite celle tout aussi complexe de son fils Denys le Jeune.

  • 3 Parmi les ouvrages qui s’intéressent plus particulièrement à Denys l’Ancien : Braccesi, 1998, p. 69 (...)
  • 4 Bonacasa, Braccesi, De Miro (éd.), 2002, “La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studi (...)
  • 5 Sur cet aspect, un article reste fondamental : Sordi, 1990, p. 17‑26.

2Pourtant depuis quelques années, les différents résultats acquis sur le terrain et une relecture plus problématisée de la tradition historiographique ont permis de relancer la réflexion sur le régime instauré par Denys l’Ancien3. À ce propos, la publication des actes du colloque tenu à Agrigente en 1999 et intitulé « La Sicilia dei due Dionisî » nous semble marquer un tournant important dans les études historiques aussi bien du point de vue de l’histoire de la dynasteia des Denys, que de l’histoire de la Sicile dans la première moitié du ive siècle4. En effet, elle a définitivement consacré l’idée que le règne de Denys l’Ancien a été caractérisé par une nouvelle politique stratégique et territoriale, certes au seul profit de Syracuse, mais déterminante dans le destin de la Sicile. Il s’agit donc aujourd’hui non pas de chercher à réhabiliter un régime politique qui reste encore indéfinissable, mais d’essayer plutôt de s’interroger sur ses fondements et ses pratiques. À la lumière de certaines publications récentes, nous nous proposons de reprendre un dossier qui illustre parfaitement les difficultés de toute réflexion sur le pouvoir dionysien. Il s’agit de reconsidérer les conditions dans lesquelles Denys l’Ancien s’est emparé du pouvoir, car une lecture attentive des débuts politiques de Denys permet effectivement de comprendre sur quelles bases il a pu établir son pouvoir et sa légitimité dans la cité5.

  • 6 Pour une présentation exhaustive des sources littéraires : Stroheker, 1958, p. 11‑31. Sur Diodore d (...)
  • 7 Rappelons que nous ne disposons que de trois inscriptions toutes trouvées à Athènes : Tod 108 (l’in (...)
  • 8 Vattuone, 2002a, p. 533‑553.
  • 9 Vattuone, 2002a, p. 538‑544.
  • 10 Comme Vattuone l’indique, il suffit de penser aux exemples de Lysandre, Conon ou Evagoras, mais san (...)
  • 11 Vattuone, 2002a, p. 536.
  • 12 Vattuone, 2002a, p. 538‑544.
  • 13 Dès l’Antiquité, son œuvre fut sévèrement critiquée par Polybe (XII, 3‑15) et à sa suite par Diodor (...)
  • 14 Vattuone, 2002a, p. 552‑553.

3L’histoire du règne de Denys l’Ancien est avant tout l’histoire d’un des plus longs règnes du ive siècle – presque quarante années (405‑367) – sur lequel la documentation littéraire offre une vision que l’on peut juger partisane6. De fait, les principaux témoignages qui nous sont parvenus sont pour l’essentiel postérieurs et appartiennent à des traditions antagonistes, qui sont aujourd’hui diversement appréciées par les historiens modernes, faute de pouvoir s’appuyer sur des titres ou des charges institutionnelles suffisamment précises7. Dans une contribution intitulée « La necessità del tiranno. Tendenze della storiografia greca di IV sec. a. C. sulla dinastia dionigiana »8, R. Vattuone dénonce avec raison la tendance fâcheuse, que les études modernes ont suivi en recourant presque systématiquement au concept de propagande pour définir l’œuvre de Philistos, acteur et témoin du règne. Si son œuvre a effectivement servi à légitimer la puissance (dynamis) du régime dionysien, il n’est en réalité pas facile de distinguer ce qui relève de la propagande au sens propre, de l’autoreprésentation ou tout simplement de la déformation historique9. Ainsi, les cités grecques, notamment Athènes, n’eurent aucune difficulté à accepter l’image que Denys voulait donner de son pouvoir, d’autant que cette image ne détonait pas dans un contexte où avaient émergé d’autres grands personnages intimement liés à des formes de pouvoir personnel10. Les relations que Denys l’Ancien avait nouées avec Athènes relevaient surtout du domaine diplomatique, lui-même étant un allié de poids dans les alliances de la cité de l’Attique. Selon R. Vattuone, il s’agirait davantage d’une forme d’autoreprésentation que d’une volonté de propagande, car ces relations restaient des « rapporti fra le élites, molto meno tenute di quello che accade nelle società di massa a render conto e persuadere delle loro scelte »11. Cette hypothèse expliquerait en tout cas le portrait nuancé que certaines « lectures grecques » ont véhiculé de Denys l’Ancien, en particulier les citations d’Isocrate ou les fragments d’Ephore12. Ce n’est qu’à partir de la fin du ive siècle qu’une approche clairement hostile à l’expérience dionysienne se fit jour sous l’effet de deux facteurs : d’une part l’histoire fabriquée dans le milieu de l’Académie dont l’objectif était de valoriser le destin de Dion, libérateur de la tyrannie, de surcroît philosophe ; d’autre part l’histoire telle qu’elle fut repensée et refaçonnée par Timée de Tauroménion13. Exilé pendant presque cinquante années de Syracuse, Timée aurait été particulièrement sensible durant son séjour athénien à toute la tradition académique. Sous son influence, il aurait ainsi introduit une rupture dans la continuité historique qui pouvait être établie entre le règne de Gélon, celui de Denys et le régime instauré par son adversaire intime Agathocle14.

4Face à ces différentes traditions dont l’historien moderne ne peut qu’à grand-peine s’affranchir, faire œuvre d’objectivité historique revient à constater comme le montre l’analyse de R. Vattuone qu’il a bien existé une « autre » historiographie qui a transmis une image plus contrastée et finalement plus complexe de la réalité du règne dionysien. Un examen attentif des conditions dans lesquelles Denys s’est emparé du pouvoir illustre parfaitement cette ambiguïté entre les realia d’un pouvoir qui fut instauré de manière légale et les interprétations anciennes et modernes qui en ont été faites.

  • 15 Pour l’essentiel du récit : Diodore de Sicile, XIII, 91‑96 (les passages cités ont été traduits par (...)

5Plusieurs chapitres du livre XIII de la Bibliothèque Historique de Diodore de Sicile donnent un récit circonstancié des conditions dans lesquelles Denys intervint sur la scène politique syracusaine et réussit à s’emparer du pouvoir15. Si le récit est bien connu, il n’a pas toujours été traité à sa juste valeur, de sorte que certains épisodes importants ont été négligés. Il n’est donc pas inutile d’en proposer une nouvelle lecture.

  • 16 Voir entre autres les excellentes analyses de Anello : 2002, p. 341‑358 ; 2008, p. 81‑100.
  • 17 XIII, 91, 2. Selon Cicéron (Tusculanes, V, 20), Denys aurait alors eu 25 ans.
  • 18 Hermocrate est certainement l’une des figures politiques majeures de Syracuse au cours de cette pér (...)
  • 19 Diodore de Sicile, XIII, 75, 9
  • 20 Polyen, V, 2, 2.
  • 21 Diodore de Sicile, XIII, 92, 1.
  • 22 Sordi, 1990, p. 19.

6Après une première intervention en 409 qui s’était soldée par la chute de Sélinonte et d’Himère, les Carthaginois entamèrent une nouvelle campagne en Sicile en dépêchant sur place des troupes nombreuses16. Les cités grecques étaient peu préparées à cette nouvelle offensive qu’elles subirent comme une véritable invasion. L’événement majeur fut le siège et la chute d’Agrigente en décembre 406, car ses conséquences affectèrent directement toute la région orientale de l’île. En effet, la population fut en partie déplacée à Syracuse où le mécontentement s’amplifia face à l’impuissance des généraux et de l’armée. C’est dans ce contexte de désordre et de panique générale que Denys apparut sur la scène politique syracusaine17. Si l’on en croit le récit de Diodore, Denys appartenait aux anciens partisans (philoi) avec lesquels Hermocrate18 avait tenté un coup d’état à Syracuse à l’hiver 408/7. Lors du combat, Hermocrate perdit la vie et nombre de ses partisans furent aussi tués. Les survivants furent jugés et condamnés à l’exil, mais certains d’entre eux, les blessés les plus graves d’après Diodore, furent sauvés par leurs parents (τῶ συγγενῶν) qui les firent passer pour morts. Dans ce nombre aurait figuré Denys19. Qu’il fût un partisan de Hermocrate n’est pas discutable, mais il semble que Denys ait retrouvé assez rapidement sa place dans la cité, en particulier dans l’armée. C’est Polyen qui donne une version plus précise de la situation de Denys à la veille de la chute d’Agrigente, en le présentant comme « au service » des Syracusains (ὑπηρετῶν) et secrétaire (γραμματεύων) des stratèges20. En outre, Diodore de Sicile signale plus loin dans son récit la réputation de courage (ἀνδρείᾳ δόξας) de Denys dans les guerres contre les Carthaginois, c’est-à-dire les dernières batailles21. Deux ans après l’échec de Hermocrate, il semble donc avoir été investi de certaines responsabilités, ce qui expliquerait son intervention directe dans les affaires militaires et politiques au moment de la chute d’Agrigente22.

  • 23 Diodore de Sicile, XIII, 91, 3.
  • 24 Aujourd’hui le Platani.
  • 25 Cet officier avait été fraîchement promu stratège, comme le précise Diodore.
  • 26 Diodore de Sicile, XIII, 87, 4‑5.
  • 27 Diodore de Sicile, XIII, 91, 3.
  • 28 Diodore de Sicile, XIII, 91, 4.
  • 29 Diodore de Sicile, XIII, 91.
  • 30 Vanotti, 1994, p. 75‑76.
  • 31 Vanotti, 1994, p. 77.

7Une fois réfugiés à Syracuse, les Agrigentins et les Sicéliotes portèrent donc des accusations contre les généraux syracusains et par voie de conséquence contre les Syracusains eux-mêmes. Voici ce que rapporte Diodore : « une assemblée du peuple (ecclésia) se tint à Syracuse, et comme les pires craintes l’accablaient, personne n’osa y donner des conseils sur la conduite à tenir dans la guerre »23. Il faut préciser que cette agitation suscitée par les exilés d’Agrigente, dont une bonne partie était constituée de soldats, n’était pas sans précédent, car elle s’était déjà manifestée avant l’abandon de la ville aux Carthaginois. Peu auparavant Diodore raconte en effet comment éclata la colère des soldats agrigentins après une première victoire sur les troupes carthaginoises aux abords de l’Himère méridional24. Ne voulant pas profiter du retrait désordonné des troupes ennemies, le commandement fut exposé à la vindicte des troupes qui, sous l’influence d’un de leurs officiers, Ménès de Camarine25, n’hésitèrent pas à lapider et tuer quatre des généraux, sauf un certain Argèios à cause de son jeune âge26. Cet acte de violence, qui était resté impuni, peut expliquer le silence de l’assemblée face aux accusations des Agrigentins. Il permet surtout de comprendre pourquoi Denys, après avoir pris la parole pour accuser les généraux de trahison, chercha à pousser « l’assemblée à punir elle-même et sans respect des lois les coupables »27. Afin de contenir la colère de l’ecclésia, les magistrats lui infligèrent une amende pour avoir semé le désordre (thorubounta) se conformant, eux, à ce qui était prescrit par les lois28. C’est à ce moment qu’intervint Philistos, présenté comme un homme « qui avait une grande fortune » et qui, en acquittant l’amende, aida Denys à poursuivre son discours29. Sur la nature de ce discours, une nouvelle traduction a été proposée et mérite d’être retenue30. En effet, Diodore précise que Philistos encouragea (παρεκεύετο) Denys à « λεγειν ὅσα προῄρητο », soit « à dire tout ce qui avait été décidé ». Cette traduction donne une tout autre interprétation du texte, puisque Denys aurait été le « porte-parole » d’un groupe mené par Philistos. Ainsi ce dernier aurait non seulement apporté sa caution financière à l’amende infligée par les magistrats, mais aussi son soutien psychologique et politique à l’accusateur31. De plus, Denys serait délibérément devenu le porte-voix de revendications qui semblaient obéir à un plan bien précis ou du moins décidé avec d’autres citoyens, au préalable.

  • 32 Diodore de Sicile, XIII, 91, 4.
  • 33 À l’époque ce collège comptait 15 stratèges, mais Hermocrate avait réussi à persuader les Syracusai (...)

8Denys continua son discours accusant à la suite des généraux « les citoyens les plus remarquables » coupables selon lui d’être « amis de l’oligarchie »32. Il est intéressant de noter que la dénonciation préalable de l’échec militaire des généraux se double ici d’une dénonciation plus politique visant sans doute certains des magistrats en place. Si l’on suit le récit de Diodore, Denys semble donc avoir cherché l’appui du peuple contre ceux qui exerçaient le commandement, à savoir certains aristocrates. Cette hypothèse appelle cependant deux commentaires. D’une part, le système de commandement collégial qui existait à Syracuse avait fait long feu face à la percée des Carthaginois, car l’impéritie des généraux dénoncée par les Agrigentins et les Sicéliotes était en réalité plus liée à un facteur structurel que conjoncturel. Lors de l’expédition d’Athènes, Hermocrate avait déjà plaidé pour un resserrement du collège des stratèges en portant leur nombre à trois33. Face à l’offensive punique, Denys chercha probablement à défendre la même mesure tactique pour renforcer l’armée. D’autre part, l’appartenance de Denys à l’aristocratie ne peut être guère mise en doute, ce qui oblige à réfléchir sur la stratégie politique qu’il adopta en dénonçant une partie des aristocrates en charge de la guerre. Les accusations s’adressaient non pas à l’ensemble des aristocrates, mais plus vraisemblablement à ceux qui s’étaient refusés à soutenir le retour de Hermocrate dans la ville. L’imminence du péril punique combinée aux difficultés militaires de la cité ouvrait par conséquent la voie à des hommes qui avaient été favorables au retour de l’ancien vainqueur des Athéniens, et à court terme à ceux qui avaient subi les plus sévères condamnations après l’échec de 408/7.

  • 34 Diodore de Sicile, XIII, 92, 1.
  • 35 Platon, Lettre VIII, 353a-b : « vos pères choisirent alors Denys, à cause de sa jeunesse (nevon) et (...)
  • 36 Thucydide VI, 38, 5 et 39,2 : « C’est pour ce régime [l’oligarchie] que se passionnent parmi vous a (...)
  • 37 Sordi, 1990, p. 18 : elle y voit la formation d’une hétairie qui faute de n’avoir pas réussi à donn (...)

9Si l’on reprend la relation des événements de l’automne et de l’hiver 406, il apparaît clairement qu’une cause extérieure est à l’origine de l’intervention de Denys sur la scène politique, puisque la colère des Agrigentins et des Sicéliotes avait probablement gagné par effet de contagion l’ensemble des citoyens de Syracuse. Comprenant l’opportunité de la situation, Denys reprit à son compte ces graves accusations et ce pour deux raisons. Il était d’abord en capacité de pouvoir y répondre, comme le note Diodore, en évoquant la « réputation de courage » qu’il s’était acquis face aux Carthaginois et le fait qu’il s’était ainsi distingué parmi les Syracusains34. Ce jugement porté par ces concitoyens ne semble guère douteux, puisqu’il est aussi rapporté par Platon35. En outre, c’est un climat politique annonciateur d’un état de stasis que décrit l’historien d’Agyrion : d’un côté, les stratèges qui étaient soutenus par d’autres magistrats mais ne parvenaient pas à accorder leurs efforts pour mener à bien une contre-offensive ; de l’autre côté, les anciens partisans de Hermocrate et tous les réseaux de leur parenté qui ont vu là l’occasion de reprendre la main sur les affaires politiques de la cité. Cette situation semble faire écho à un discours prononcé par Athénagoras, qui fut l’adversaire politique de Hermocrate, durant la guerre contre Athènes. Il y critiquait les « jeunes » (νεώτεροι) qui prétendaient exercer le pouvoir en dépit de la loi et il dénonçait surtout leur sensibilité à l’oligarchie36. Ces allusions prémonitoires donnent peut-être une vision assez juste de la réalité politique syracusaine en expliquant pourquoi, dans le contexte de cet hiver 406, certaines classes d’âge ont cherché à revendiquer leur place dans une vie démocratique qui par son fonctionnement leur offrait sans doute peu de perspectives37.

  • 38 Diodore de Sicile, XIII, 92, 2‑7.
  • 39 Diodore de Sicile, XIII, 93, 1.
  • 40 Diodore de Sicile, XIII, 93, 4.

10Les discours de Denys permirent en définitive de destituer une partie des stratèges et de le faire élire. L’une de ses premières mesures fut de demander et d’obtenir le retour des exilés, probablement d’anciens compagnons de Hermocrate qui avaient été mis au ban de la cité38. Après ce premier acte politique, Denys orienta sa stratégie vers une reprise en main des affaires militaires, et, investi de la charge de stratège, il partit mettre en défense la cité de Géla menacée par les troupes carthaginoises39. À son arrivée, il trouva la cité plongée dans une stasis entre les « citoyens les plus riches » et le peuple. Selon Diodore, il fit condamner les premiers et confisqua leurs biens dont la vente lui permit de faire face aux dépenses militaires, et même de doubler la solde. Le dèmos de Géla envoya des ambassadeurs à Syracuse pour chanter ses louanges ainsi que les psèphismata sur lesquels figuraient les honneurs qu’il lui avait accordés40. Cette reconnaissance du peuple géléen n’est presque jamais évoquée dans les études modernes, tant il est vrai que l’attention se focalise particulièrement sur le comportement de Denys. Il révèle pourtant que le jeune stratège était capable de donner confiance aux Sicéliotes endossant un rôle d’arbitre et de juge dans les affaires d’une cité.

  • 41 Diodore de Sicile, XIII, 94, 1.
  • 42 Le recours aux accusations et à la polémique avait déjà été utilisé comme arme de propagande par He (...)
  • 43 Diodore de Sicile, XIII, 94, 5.

11Après le règlement des affaires politiques de Géla et sa mise en défense, Denys revint à Syracuse. Selon Diodore, « il arriva au moment où le peuple quittait le théâtre. Comme la foule l’entourait et lui demandait des nouvelles des Carthaginois, il leur dit qu’ils ne savaient pas qu’ils avaient des ennemis intérieurs plus dangereux que leurs ennemis extérieurs parmi ceux qui avaient la charge des affaires de la cité ; tandis que les citoyens leur faisaient confiance, ceux-ci célébraient des fêtes, dilapidaient les fonds publics et laissaient les troupes sans solde. »41 Les accusations de Denys se firent plus précises, puisqu’il avait la preuve de la trahison des généraux, tous corrompus par Himilcon, ce dernier ayant essayé de le corrompre lui-même42. La force de son discours eut pour conséquence la tenue d’une nouvelle assemblée où parmi les différents orateurs, certains réclamèrent qu’il fût investi du titre de stratègos autocrator, car devant « une guerre d’une telle ampleur », il fallait selon eux « un général qui puisse être capable de pourvoir aux affaires courantes »43. Pour renforcer leurs arguments, ils citèrent en exemple Gélon qui, lors de la bataille d’Himère, fut aussi investi de la charge de stratègos autocrator. À la suite de cette assemblée, Denys fut élu dans cette fonction.

  • 44 Si cet épisode peut prêter à discussion, il peut aussi renforcer l’idée d’un projet bien défini et (...)
  • 45 Sur les rapports entre Denys l’Ancien et les institutions syracusaines, notamment l’ecclésia, voir (...)

12À la relecture du récit de Diodore de Sicile, il est évident que l’accession de Denys aux charges militaires les plus élevées s’est déroulée dans la légalité, et selon un processus démocratique. En effet, toutes les étapes qui l’ont mené à la charge de stratègos autocrator se déroulent dans les lieux de l’expression démocratique – devant la foule des citoyens assemblés au sein de l’ecclésia ou de façon plus impromptue à la sortie du théâtre – et à chaque fois c’est l’assemblée qui l’investit d’une nouvelle fonction selon les règles du vote. L’éloquence de Denys fut un facteur essentiel de sa réussite politique, mais elle fut largement supportée par ses partisans qui n’hésitèrent d’ailleurs pas à invoquer l’exemple de Gélon44. Seul le nom de Philistos apparaît dans le récit, mais comme nous le verrons, d’autres personnalités ont certainement pesé de toutes leurs forces dans les décisions du dèmos. Le pouvoir du discours qui était au centre de la vie démocratique lui fut donc un outil précieux pour accéder à la plus haute charge et se faire connaître et reconnaître par les Syracusains et au-delà par les Sicéliotes. De ce point de vue, le règlement de la stasis à Géla en est un témoignage révélateur. Les compétences de Denys dans un domaine essentiel pour la démocratie – celui du logos politique et de sa finalité, la persuasion – expliquent probablement le souci qu’il eut à maintenir, même de manière fictive, l’assemblée du peuple, car l’ecclésia continua à fonctionner sous son règne et fut parfois un terrain propice à l’opposition comme le montre le célèbre discours de Théodoros45.

  • 46 Diodore de Sicile, XIII, 89, 4.
  • 47 Diodore de Sicile, XIII, 95, 3.
  • 48 Vattuone, 1994, p 91‑92.
  • 49 Vattuone, 1994, p. 92.

13C’est après l’accession à la charge suprême de stratègos autocrator qu’intervint l’épisode de Léontinoi, réelle rupture avec le respect manifesté jusque-là par Denys à l’égard des principes démocratiques. En effet, il décida de rassembler son armée à Léontinoi, qui servait alors d’οἰκητήριον46 pour les réfugiés d’Agrigente. Diodore signale qu’elle constituait « un avant-poste des Syracusains, rempli d’exilés et d’étrangers » (ϕρούριον τῶν Συρακοσίων, πλῆρες ὑπάρχον ϕυγάδων καί ξένων ἀνθρώπον)47. Ces « fugitifs » sont sans doute les réfugiés d’Agrigente, mais aussi une partie des Léontiniens restés ou revenus après la stasis qui avait suivi l’expédition d’Athènes48. Les « étrangers » sont probablement des mercenaires stationnés dans la cité à l’initiative de Denys. Comme le note R. Vattuone49, il s’agit en tout cas du « corps civique d’une cité et d’une chôra sans autonomie politique, profondément transformées démographiquement dans les dernières années et en attente d’un changement ». Le stratagème de Denys se mit donc en place : d’un côté, une cité sans corps civique homogène et représentatif, où se mêlaient citoyens et soldats ; de l’autre côté, un stratège qui saisit une opportunité pour se doter d’une véritable garde du corps. Pendant la nuit, il simula un attentat qui lui permit d’en appeler au peuple de Léontinoi pour obtenir une garde rapprochée de six cents hommes qu’il choisit lui-même. « L’assemblée » accepta la requête sans un quelconque vote de sa part, mais à la différence de l’assemblée syracusaine, elle n’était pas représentative et pouvait donc légitimer un acte illégal.

  • 50 Le même stratagème est connu pour Pisistrate (Hérodote I, 59), ce qui laisse supposer l’existence d (...)
  • 51 Diodore de Sicile, XIII, 96, 1. D’après le récit, ces hommes semblent appartenir aux couches social (...)
  • 52 À cette occasion, Dexippe le Lacédémonien fut renvoyé en Grèce : sur ce personnage, Péré-Noguès, 19 (...)

14Au-delà de l’anecdote50, le stratagème s’inscrit dans le contexte de la réorganisation militaire que Denys entreprit, puisque ces différents actes procédaient de la même volonté : réorganiser au plus vite les forces militaires de Syracuse pour se donner les moyens d’entamer les prochaines campagnes militaires, mais aussi renforcer son pouvoir en créant des « liens de fidélité » plus politiques. Ainsi se rallièrent à Denys les hommes qui composaient sa garde personnelle, « hommes sans fortune, mais d’un courage éprouvé, au nombre de plus de mille »51. Il n’oublia pas non plus d’appeler à lui les mercenaires et de les ménager en usant de discours bienveillants. Enfin, il modifia l’état-major en confiant les postes de commandement à ses plus fidèles partisans (pistotatois)52. L’autorité militaire qui relevait des décisions et du contrôle de la cité était désormais aux mains d’un seul homme.

  • 53 Diodore de Sicile, XIII, 87, 1.
  • 54 Aristote, Politique, V, 5, 1305, 26a.
  • 55 Thucydide VIII, 85, 3 ; Xénophon, Helléniques, I, 1, 27‑29.
  • 56 Mafodda, 2002, p. 446.

15Le dernier acte de cette dérive autocratique fut la condamnation à mort de ses deux opposants, Daphnaios et Démarchos, avec l’accord de l’assemblée. Ces deux hommes étaient déjà bien connus à Syracuse. Daphnaios avait été envoyé à la tête des troupes de secours à Agrigente et il fut vainqueur près de l’Himère méridional53. Selon Aristote, il comptait parmi les plus riches Syracusains54. Quant à Démarchos, c’était l’un des trois stratèges syracusains qui, après la victoire politique de Dioclès, avait remplacé Hermocrate et les autres officiers envoyés auprès de Sparte en Egée55. Ces deux hommes appartenaient certainement au courant le plus hostile à Hermocrate et leur influence dans la cité devait être suffisamment importante pour que Denys les écartât de manière définitive du pouvoir56. Leur condamnation à mort fut approuvée – voire votée – par l’assemblée comme le suggère le récit de Diodore.

  • 57 Diodore de Sicile, XIII, 96, 3.
  • 58 Ce privilège de faire « un beau mariage » relève de pratiques aristocratiques qui étaient particuli (...)
  • 59 Plutarque, Dion, XXI, 7‑9.
  • 60 Bruno Sunseri, 2002, p. 364. Sur les mariages de Denys l’Ancien, il faut lire l’article fondateur d (...)
  • 61 Diodore de Sicile, XIII, 96,3.
  • 62 Diodore de Sicile, XIV, 8,5 ; 62,1 ; 63, 4 ; Xénophon, Helléniques, V, 1‑26. Enfin il figure sur la (...)

16Durant cette même période, Diodore rapporte aussi d’autres actes qui renforçaient les bases du nouveau pouvoir : « Denys, poursuivant ses desseins, épousa bientôt la fille de Hermocrate, de ce général qui avait vaincu les Athéniens, et donna sa sœur à Polyxènos, frère de la femme de Hermocrate. Il voulait par ce moyen contracter une sorte de parenté (εις οικειότητα προσλαβέσθαι) avec une maison illustre (οἰκίαν ἐπίσημον) dont l’appui pouvait affermir sa tyrannie ».57 Diodore insiste sur la quête de parenté – au fond de légitimité sociale – que Denys satisfaisait en prenant pour femme la fille de Hermocrate58. En outre, cette union matrimoniale apportait le soutien d’un groupe élargi à toute la parenté et à toutes les relations de cette illustre famille. Elle se doubla du reste d’un mariage entre Polyxénos, frère de l’épouse, et la sœur de Denys, Thestè59. Ce « circuit matrimonial dans les deux sens », pour reprendre l’expression de G. Bruno Sunseri60, annonce effectivement les stratégies matrimoniales que Denys mit en place dans la suite de son règne, stratégies qui restèrent essentiellement endogamiques. Mais sur le plan politique, c’est l’intégration de Polyxénos au groupe des pistotatoi de Denys qui est l’élément le plus intéressant. Cette intégration élargissait le cercle des « fidèles » qui se formait autour du stratègos autocrator. Comme Philistos avant lui, Polyxénos apportait une caution supplémentaire aux anciens partisans de Hermocrate, dont il avait été le beau-frère61. Polyxénos fut appelé à de hautes fonctions diplomatiques et militaires : en 396, il fut dépêché comme ambassadeur auprès des Grecs d’Italie, des Lacédémoniens et des Corinthiens pour obtenir des secours ; puis en 387 il commanda les vingt vaisseaux envoyés par Syracuse et d’autres cités d’Italie pour soutenir Antalcidas lors des opérations dans l’Hellespont62.

  • 63 Voir par exemple : Diodore de Sicile XIII, 111, 1 ou XIV, 8,5. Sur les philoi à l’époque hellénisti (...)
  • 64 La seule mention chez Diodore de Sicile : XVI, 6 (eudokimôtatos tôn Syracosiôn).
  • 65 Platon, Lettre VIII, 353b. Nous adoptons le texte établi et traduit par J. Souilhé pour lequel le t (...)
  • 66 Plutarque, Dion, III, 3.
  • 67 Sordi, 1990, p. 23‑24.
  • 68 K.F. Stroheker (1958, p. 197, n.38) et M. Hoffer, (2000, p. 199‑200) écartent cette tradition ; voi (...)
  • 69 Sur les mariages, Diodore de Sicile, XIV, 44, 6‑8 et Plutarque, Dion, III, 3. Sur Dion et ses relat (...)

17Parmi ces « fidèles », que la tradition littéraire qualifie aussi de « philoi »63, on peut mentionner Hipparinos dont le rôle reste cependant à éclaircir. En effet, si celui-ci a été passé sous silence par Diodore de Sicile64, une autre tradition lui a accordé une place importante dans l’ascension de Denys. De ce point de vue, il est intéressant de relire le témoignage laissé par Platon dans la lettre VIII. Alors que le philosophe s’adresse aux parents et amis de Dion, il leur rappelle ceci : « vous n’avez cessé d’obéir à une famille que vos pères jadis ont élevée au pouvoir à un moment d’extrême détresse, lorsque la Sicile, terre de Grecs, courait le danger pressant d’être entièrement dévastée et réduite à la barbarie par les Carthaginois. Car vos pères choisirent alors Denys, à cause de sa jeunesse et de sa valeur guerrière, pour les affaires militaires qui étaient de sa compétence, prirent comme conseiller, à cause de l’expérience de l’âge, Hipparinos, et pour sauver la Sicile, les nommèrent, dit-on, autokratoras stratègous. Est-ce à une fortune divine et à un dieu, est-ce à la valeur des chefs, est-ce à ces deux causes aidées par le concours des citoyens d’alors, que l’on veut attribuer le salut qui survint ? À chacun d’avoir son opinion, - en tout cas, ce fut bien le salut pour cette génération. »65 Ce témoignage relativement proche des événements laisse donc entendre que les deux hommes furent désignés tous les deux à cette charge. C’est à une version semblable que fait référence Plutarque : « Hipparinos, un des premiers personnages (πρωτεύσαντος ἀνδρὸς) de Syracuse, avait été collègue (συνάρξαντος) de Denys la première fois que celui-ci avait été nommé général en chef pour conduire la guerre. »66. Selon M. Sordi, cette version des faits proviendrait du milieu aristocratique qui avait aussi soutenu Denys, mais elle servirait ici à défendre les prétentions de Dion, le fils de Hipparinos, à la succession dynastique67. C’est en tout cas cette version qui fut retenue et diffusée par l’Académie, comme en témoigne le texte de Plutarque. L’interprétation de M. Sordi est séduisante dans la mesure où elle accrédite cet épisode tout en mettant en relief la part de déformation qui peut transparaître dans ces textes68. Selon les circonstances et les usages qui en furent faits, ces versions furent donc différentes pour défendre les intérêts de certains protagonistes. Néanmoins on peut aussi envisager une autre hypothèse. Il est tout à fait possible que, lors de la première élection au collège des stratèges, Hipparinos fût élu aux côtés de Denys, mais alors comment expliquer la référence à la charge suprême de stratègos autocrator ? Une explication pourrait être avancée si l’on songe à l’action déterminante qu’avait menée Hermocrate durant l’expédition d’Athènes en resserrant le commandement à trois stratèges. Cet épisode qui était sûrement présent dans les mémoires aurait pu pousser le dèmos syracusain à accepter de confier les affaires politiques et militaires de la cité à ces deux hommes, Denys assumant un rôle majeur en raison de l’offensive des Carthaginois. Quelle que soit l’interprétation choisie, il n’en reste pas moins vrai que Hipparinos fut certainement un membre éminent du cercle des fidèles : plus tard, il donna en mariage sa fille Aristomachè à Denys et son fils Dion fut investi de responsabilités diplomatiques importantes69.

  • 70 Sur Philistos : Bearzot, 2002, p. 91‑136.
  • 71 Voir supra.
  • 72 On prêtait plusieurs pères à Denys l’Ancien et beaucoup d’anecdotes, souvent malveillantes, entoura (...)
  • 73 Plutarque, Dion, XI, 5.

18Reste à considérer la personnalité de Philistos, historien – et pour certains hagiographe – du nouveau régime70. Comme nous l’avons vu, Philistos avait joué un rôle déterminant devant l’assemblée syracusaine en apportant son soutien financier à Denys. Si l’on retient l’interprétation proposée par G. Vanotti71, Denys aurait en réalité servi de porte-parole à un groupe politique mené par Philistos, dont l’ambition était de réussir ce qui avait échoué avec Hermocrate. Ce rôle pose en tout cas une question qu’il serait intéressante de reprendre, celle des origines familiales de Denys72. Au cours de la dynasteia, Philistos fut un des membres les plus importants du cercle des fidèles. Comme Polyxénos, il fut appelé à de hautes responsabilités civiles et militaires, notamment le contrôle de l’île d’Ortygie où Denys installa sa résidence73.

  • 74 Sartori, 1966, p. 53‑54.

19Le mariage de Denys avec la fille de Hermocrate et la formation autour de lui d’un cercle de pistotatoi ont donc fondé un nouveau pouvoir d’essence oligarchique et familiale dont l’assise principale était dominée par l’un de ses membres et sa descendance. Dans une étude qui reste fondamentale sur la dynasteia de Denys l’Ancien, F. Sartori a remarquablement décrit ce basculement d’un régime démocratique vers une oligarchie restreinte, une « dynasteia » aux mains de parents et d’amis, qui, tous, collaborèrent à la direction des affaires politiques et militaires et profitèrent largement de leurs positions sur le plan social et économique74. Cette oligarchie restreinte fut renforcée par des relations matrimoniales qui engagèrent davantage son entourage mais qui finalement protégèrent les intérêts de l’ensemble du groupe. Ainsi, l’originalité du régime résiderait dans cette privatisation de la sphère militaire et politique, non pas aux mains d’un seul homme – bien que Denys en fût la tête de proue –, mais pour le compte d’un groupe aristocratique qui avait réussi à s’emparer du pouvoir dans un contexte d’inertie politique patente. Une autre idée renforce en effet cette hypothèse : même si la plupart des hommes qui ont soutenu Denys ont été pour l’essentiel des partisans reconnus de Hermocrate, tous ont comme lien fondamental d’appartenir à la même génération, celle qui a vécu, jeune, l’expédition d’Athènes et la fière victoire de Syracuse. Liens de parenté, appartenance à une même classe d’âge et à un même milieu social, sont autant d’éléments qui laissent entrevoir dans la réussite politique de Denys, la réussite d’une « révolution » oligarchique sans effusion de violence, car le dèmos en fut à la fois l’instrument et le témoin consentant. En confisquant la réalité du pouvoir politique et militaire à la volonté démocratique, Denys et ses pistotatoi donnèrent naissance à un régime original par bien des aspects, même si sa pérennité passait par des formes archaïsantes tels les mariages intrafamiliaux. Par cette confusion entre sphère privée et sphère publique, Denys parvint surtout à imposer son autorité dans la longue durée. C’est dans cette perspective que nous souhaiterions prochainement reprendre l’ensemble du dossier.

Haut de page

Bibliographie

Aiosa, S., 2001, Un palazzo dimenticato : i tyranneia di Dionisio I ad Ortygia, Quaderni di Archeologia, 2, p. 91‑110.

Ambaglio, D., 2002, Diodoro Siculo, dans R. Vattuone (éd.), Storici greci d’Occidente, Bologne, p. 301‑338.

Anello, P., 2002, Siracusa e Cartagine, dans N. Bonacasa, L. Braccesi et E. De Miro (éd.), La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio (Agrigento, 24‑28 febbraio 1999), Rome, p. 343‑360.

Anello, P., 2008, Punici e Greci dal 405/4 a. C. all’età timoleontea, dans M. Congiu, C. Miccichè et al. (éd.), Greci e Punici in Sicilia tra V e IV secolo a.C., Caltanissetta-Rome, p. 81‑100.

Bearzot, C., 2002, Filisto di Siracusa, dans R. Vattuone (éd.), Storici greci d’Occidente, Bologne, p. 91‑136.

Boëldieu-Trévet, J., 2007, Commander dans le monde grec au ve siècle avant notre ère, Besançon.

Bonacasa, N., Braccesi, L. et de miro, E. (éd.), 2002, La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio (Agrigento, 24‑28 febbraio 1999), Rome.

Braccesi, L., 1998, I tiranni di Sicilia, Rome-Bari.

Brun, P., 2005, Impérialisme et démocratie à Athènes. Inscriptions de l’ époque classique, Paris.

Bruno Sunseri, G., 2002, Matrimoni alla corte dei Dionisî, dans N. Bonacasa, L. Braccesi et E. De Miro (éd.), La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio (Agrigento, 24‑28 febbraio 1999), Rome, p. 361‑371.

Duplouy, A., 2006, Le prestige des élites. Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les xe et ve siècles avant J.‑C., Paris.

Gernet, L., 1954, Mariages de tyrans, dans L’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre, Paris, p. 41‑53.

Ghinatti, F., 1996, Assemblee greche d’Occidente, Turin.

Hofer, M., 2000, Tyrannen, Aristokraten, Demokraten. Untersuchungen zu Staat und Herrschaft im griechischen Sizilien von Phalaris bis zum Aufstieg von Dionysios I, Bern.

Lamboley, J.‑L., 2004, L’Occident grec, dans P. Brulé, R. Descat, P. Brun et al. (éd.), Le monde grec aux temps classiques. Tome 2- Le ive siècle, Paris, p. 101‑180.

Lewis, S., (éd.), 2006, Ancient Tyranny, Edinburgh.

Loicq-Berger, M.‑P., 1967, Syracuse. Histoire culturelle d’une cité grecque, Bruxelles.

Luraghi N., 1994, Tirannidi arcaiche in Sicilia e Magna Grecia. Da Panezio di Leontini alla caduta dei Dinomenidi, Florence.

Mafodda G., 1996, La monarchia di Gelone tra pragmatismo, ideologia e propaganda, Messine.

Mafodda, G., 2002, Da Gelone a Dionigi il Grande. Un confronto tra due governi autocratici, dans N. Bonacasa, L. Braccesi et E. De Miro (éd.), La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio (Agrigento, 24‑28 febbraio 1999), Rome, p. 443‑452.

Oliveira Gomes de, C., 2007, La cité tyrannique. Histoire politique de la Grèce archaïque, Rennes.

Péré-Noguès, S., 1998, Un mercenaire grec en Sicile (406‑405) : Dexippe le Lacédémonien, DHA, 1998, 24‑2, p. 7‑24.

Sanders, L.J., 1987, Dionysius I of Syracuse and Greek Tyranny, Londres.

Sartori F., 1966, Sulla ΔΥΝΑΣΤΕΙΑ di Dionisio il Vecchio nell’opera diodorea, Critica Storica, 5, p. 3‑61.

Savalli-Lestrade, I., 1998, Les philoi royaux dans l’Asie hellénistique, Paris.

Sordi, M., 1990, L’elezione di Dionigi I, Messana, 1, p. 17‑26.

Sordi, M., 1992, La dynasteia in Occidente, Padoue.

Stroheket, K.F., 1958, Dionysios I. Gestalt und Geschichte des Tyrannen von Syrakus, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Vanotti, G., 1994, Filisto teorico della tirannide, Hesperia. Studi sulla Grecità di Occidente, 4, p. 45‑82.

Vanotti, G., 2005, L’Ermocrate di Diodoro : un leader “dimezzato”, dans C. Bearzot et F. Landucci (éd.), Diodoro e l’altra Grecia : Macedonia, Occidente, Ellenismo nella Biblioteca storica, Milan, p. 257‑281.

Vattuone, R., 1994, Metoikesis. Trapianti di popolazioni nella Sicilia greca fra VI e IV sec. a. C., dans M. Sordi (éd.), Emigrazione e immigrazione nel mondo antico. C.I.S.A., XX, Milan, p. 81‑113.

Vattuone, R., 2002a, La necessità del tiranno. Tendenze della storiografia greca di IV sec. a. C. Sulla dinastia dionigiana, dans N. Bonacasa, L. Braccesi et E. De Miro (éd.), La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio (Agrigento, 24‑28 febbraio 1999), Rome, p. 533‑553.

Vattuone, R., 2002b, Timeo di Tauromenio, dans R. Vattuone (éd.), Storici greci d’Occidente, Bologne, p. 177‑232.

Haut de page

Notes

1 Loïcq-Berger, 1967, p. 279.

2 Sur ce point, voir l’excellente mise au point de Aiosa, 2001, p. 91‑93.

3 Parmi les ouvrages qui s’intéressent plus particulièrement à Denys l’Ancien : Braccesi, 1998, p. 69‑86 (« Dionigi il Grande e la nuova « dynastéia » ») ; Hofer, 2000, p. 183‑211 ; Lamboley, 2004, p. 105‑116 (« Denys l’Ancien archonte ou tyran de Sicile »). Sur la tyrannie, tout particulièrement à l’époque archaïque, les publications sont en revanche plus nombreuses : Luraghi, 1994 ; Mafodda, 1996 ; Lewis, 2006. En dernier lieu, l’intéressante approche de de Oliveira Gomès (2007), même si elle ne prend guère en compte les cités grecques d’Occident.

4 Bonacasa, Braccesi, De Miro (éd.), 2002, “La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio (Agrigento, 24‑28 febbraio 1999)”.

5 Sur cet aspect, un article reste fondamental : Sordi, 1990, p. 17‑26.

6 Pour une présentation exhaustive des sources littéraires : Stroheker, 1958, p. 11‑31. Sur Diodore de Sicile, voir la synthèse de Ambaglio, 2002, p. 301‑338.

7 Rappelons que nous ne disposons que de trois inscriptions toutes trouvées à Athènes : Tod 108 (l’inscription mutilée a été trouvée dans le théâtre de Dionysos ; elle date de 393 et correspond à une alliance avec l’archonte de Sicile et plusieurs membres de sa famille, dont Leptine et Théaridès, ses deux frères, ainsi que Polyxénos, son beau-frère) ; Tod 133 (découverte sur l’acropole, elle date de 368 et énumère les honneurs accordés à Denys l’archonte et à ses fils) ; Tod 136 (comme la précédente, elle fut trouvée sur l’acropole et elle énonce clairement les clauses de l’alliance entre Athènes et l’archonte de Sicile en 367). Sur ces inscriptions, Sanders, 1987, p. 11‑21 ; Sordi, 1992, p. 47‑48 ; Brun, 2005, p. 82‑83 et 105‑107.

8 Vattuone, 2002a, p. 533‑553.

9 Vattuone, 2002a, p. 538‑544.

10 Comme Vattuone l’indique, il suffit de penser aux exemples de Lysandre, Conon ou Evagoras, mais sans négliger le fait qu’ils s’inscrivent dans un processus d’émancipation de la sphère militaire par rapport au domaine politique : sur ce point, Boëldieu-Trévet, 2007, p. 221‑270.

11 Vattuone, 2002a, p. 536.

12 Vattuone, 2002a, p. 538‑544.

13 Dès l’Antiquité, son œuvre fut sévèrement critiquée par Polybe (XII, 3‑15) et à sa suite par Diodore de Sicile (XXI, frag. 30). Sur Timée, voir la synthèse de Vattuone, 2002b, p. 177‑232.

14 Vattuone, 2002a, p. 552‑553.

15 Pour l’essentiel du récit : Diodore de Sicile, XIII, 91‑96 (les passages cités ont été traduits par nos soins).

16 Voir entre autres les excellentes analyses de Anello : 2002, p. 341‑358 ; 2008, p. 81‑100.

17 XIII, 91, 2. Selon Cicéron (Tusculanes, V, 20), Denys aurait alors eu 25 ans.

18 Hermocrate est certainement l’une des figures politiques majeures de Syracuse au cours de cette période : artisan de la paix de Géla en 424, vainqueur des Athéniens en 413, il soutint après cette victoire l’alliée Sparte en Egée. Mais le pouvoir à Syracuse tomba entre les mains des « démocrates », dont le chef de file était Dioclès, son principal adversaire. Hermocrate fut destitué et banni de Syracuse en 410 ; quelques mois plus tard, il revint à la tête d’un corps expéditionnaire sur l’île et tenta de retrouver sa place dans la cité par une habile propagande. Néanmoins, son retour à Syracuse fut empêché par la volonté populaire, ce qui le poussa à fomenter un coup d’état qui lui fut fatal : Diodore XIII, 75, 6‑9. Sur cette personnalité syracusaine et son destin : Vanotti, 2005, p. 257‑281 (elle y présente l’essentiel de la bibliographie antérieure).

19 Diodore de Sicile, XIII, 75, 9

20 Polyen, V, 2, 2.

21 Diodore de Sicile, XIII, 92, 1.

22 Sordi, 1990, p. 19.

23 Diodore de Sicile, XIII, 91, 3.

24 Aujourd’hui le Platani.

25 Cet officier avait été fraîchement promu stratège, comme le précise Diodore.

26 Diodore de Sicile, XIII, 87, 4‑5.

27 Diodore de Sicile, XIII, 91, 3.

28 Diodore de Sicile, XIII, 91, 4.

29 Diodore de Sicile, XIII, 91.

30 Vanotti, 1994, p. 75‑76.

31 Vanotti, 1994, p. 77.

32 Diodore de Sicile, XIII, 91, 4.

33 À l’époque ce collège comptait 15 stratèges, mais Hermocrate avait réussi à persuader les Syracusains de le réduire à 3 (Thucydide, VI, 72, 4‑5). Après la guerre, les réformes de Dioclès portèrent probablement leur nombre à 10 (Diodore de Sicile, XIII, 33, 2‑3 ; 34, 4‑6 ; 35). Sur ces aspects, voir Boëldieu-Trévet, 2007, p. 242‑243 et p. 265.

34 Diodore de Sicile, XIII, 92, 1.

35 Platon, Lettre VIII, 353a-b : « vos pères choisirent alors Denys, à cause de sa jeunesse (nevon) et de sa valeur guerrière (πολεμικὸν) ». Sur ce texte, voir infra.

36 Thucydide VI, 38, 5 et 39,2 : « C’est pour ce régime [l’oligarchie] que se passionnent parmi vous aussi bien les riches que la jeunesse : le faire régner dans une grande cité est chose impossible. »

37 Sordi, 1990, p. 18 : elle y voit la formation d’une hétairie qui faute de n’avoir pas réussi à donner le pouvoir à Hermocrate soutint – et réussit à imposer – Denys.

38 Diodore de Sicile, XIII, 92, 2‑7.

39 Diodore de Sicile, XIII, 93, 1.

40 Diodore de Sicile, XIII, 93, 4.

41 Diodore de Sicile, XIII, 94, 1.

42 Le recours aux accusations et à la polémique avait déjà été utilisé comme arme de propagande par Hermocrate après son retour sur l’île. Après la défaite d’Himère, il avait fait recueillir et acheminer les ossements des soldats morts jusqu’à Syracuse où malgré l’opposition de Dioclès, la population leur avait rendu les derniers hommages : Diodore de Sicile, XIII, 75. À la suite de cela, Dioclès fut à son tour banni, mais Hermocrate ne fut pas pour autant rappelé dans la cité.

43 Diodore de Sicile, XIII, 94, 5.

44 Si cet épisode peut prêter à discussion, il peut aussi renforcer l’idée d’un projet bien défini et mené par Denys pour le compte du groupe auquel il appartenait.

45 Sur les rapports entre Denys l’Ancien et les institutions syracusaines, notamment l’ecclésia, voir Ghinatti, 1996, p. 61‑62. Il en donne une analyse très synthétique : « L’assemblea in particolare, sempre presente, è consultata in numerose occasioni, specie quando occorreva una approvazione formale a decisioni importanti (guerre, alleanze, politica estera, conferimento di cariche come le strategia autocratica) ; discute e ratifica ogni atto del regime. Ma anche in questo caso è pur sempre una democrazia guidate, con una opposizione sotto controllo e con un demos reso partecipe attraverso un sapiente gioco e un sottile accaparramento del suo consenso… ».

46 Diodore de Sicile, XIII, 89, 4.

47 Diodore de Sicile, XIII, 95, 3.

48 Vattuone, 1994, p 91‑92.

49 Vattuone, 1994, p. 92.

50 Le même stratagème est connu pour Pisistrate (Hérodote I, 59), ce qui laisse supposer l’existence d’un modèle littéraire repris ici par Diodore de Sicile, compte de son caractère polémique. Sur le stratagème de Pisistrate et le rôle de la garde personnelle dans une tyrannie archaïque, de Oliveira Gomes, 2007, p. 48‑53.

51 Diodore de Sicile, XIII, 96, 1. D’après le récit, ces hommes semblent appartenir aux couches sociales défavorisées sans qu’il soit toutefois possible de déterminer ni leur statut, ni leur origine.

52 À cette occasion, Dexippe le Lacédémonien fut renvoyé en Grèce : sur ce personnage, Péré-Noguès, 1998, 7‑24.

53 Diodore de Sicile, XIII, 87, 1.

54 Aristote, Politique, V, 5, 1305, 26a.

55 Thucydide VIII, 85, 3 ; Xénophon, Helléniques, I, 1, 27‑29.

56 Mafodda, 2002, p. 446.

57 Diodore de Sicile, XIII, 96, 3.

58 Ce privilège de faire « un beau mariage » relève de pratiques aristocratiques qui étaient particulièrement suivies à l’époque archaïque : voir sur ce point et pour la bibliographie, Duplouy, 2006, p. 79‑117.

59 Plutarque, Dion, XXI, 7‑9.

60 Bruno Sunseri, 2002, p. 364. Sur les mariages de Denys l’Ancien, il faut lire l’article fondateur de Louis Gernet (1953, p. 41‑53).

61 Diodore de Sicile, XIII, 96,3.

62 Diodore de Sicile, XIV, 8,5 ; 62,1 ; 63, 4 ; Xénophon, Helléniques, V, 1‑26. Enfin il figure sur la stèle trouvée à Athènes (Tod, 108).

63 Voir par exemple : Diodore de Sicile XIII, 111, 1 ou XIV, 8,5. Sur les philoi à l’époque hellénistique, voir l’étude de Savalli-Lestrade, 1998. Une étude sur l’entourage de Denys l’Ancien est en préparation.

64 La seule mention chez Diodore de Sicile : XVI, 6 (eudokimôtatos tôn Syracosiôn).

65 Platon, Lettre VIII, 353b. Nous adoptons le texte établi et traduit par J. Souilhé pour lequel le terme de stratègos est préférable à celui de tyrannos présent dans les manuscrits, dans la mesure où il s’agit très probablement d’une erreur de copiste : voir pour l’argumentation, Platon, Lettres, 1977, p. LXII (CUF).

66 Plutarque, Dion, III, 3.

67 Sordi, 1990, p. 23‑24.

68 K.F. Stroheker (1958, p. 197, n.38) et M. Hoffer, (2000, p. 199‑200) écartent cette tradition ; voir la position plus nuancée de F. Sartori (1966, p. 51, n. 163). Il est clair que ces événements ont suscité dès l’époque des polémiques entre certains membres de l’entourage de Denys. C’est dans cette perspective qu’il faut sans doute lire la brève mention d’Aristote qui confirme l’appui apporté à Denys par Hipparinos au prétexte qu’il « avait perdu sa fortune » (Politique, V, 6, 8, 1306a).

69 Sur les mariages, Diodore de Sicile, XIV, 44, 6‑8 et Plutarque, Dion, III, 3. Sur Dion et ses relations avec Denys l’Ancien, lire par exemple Plutarque, Dion, V, 8‑10 ou encore Cornélius Népos, Dion, 1‑2.

70 Sur Philistos : Bearzot, 2002, p. 91‑136.

71 Voir supra.

72 On prêtait plusieurs pères à Denys l’Ancien et beaucoup d’anecdotes, souvent malveillantes, entouraient ses origines familiales. Concernant Philistos, des rumeurs voulaient qu’il fût l’amant de la mère de Denys (Plutarque, Dion, XI, 5). L’historiographie moderne s’est aussi beaucoup interrogée sur ce point, mais sans aboutir à des conclusions satisfaisantes. Ainsi, M. Hofer (2000, p. 196‑198) propose de voir en Denys un fils illégitime de Hermocrate, ce qui expliquerait « l’héritage politique » assumé par ce fils.

73 Plutarque, Dion, XI, 5.

74 Sartori, 1966, p. 53‑54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Péré-Noguès, « Les enseignements d’un récit : l’exemple des débuts politiques de Denys l’Ancien selon Diodore de Sicile »Pallas, 79 | 2009, 105-118.

Référence électronique

Sandra Péré-Noguès, « Les enseignements d’un récit : l’exemple des débuts politiques de Denys l’Ancien selon Diodore de Sicile »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13611

Haut de page

Auteur

Sandra Péré-Noguès

Maître de conférence en Histoire grecque, Université de Toulouse II-Le Mirail TRACES, UMR 5608 CNRS
perenog[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search