Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Actualités de la recherche sur la...La Sicile dans la stratégie carth...

Actualités de la recherche sur la Sicile antique

La Sicile dans la stratégie carthaginoise durant la guerre d’Hannibal

Sicily in the Carthaginian strategy during Hannibal’s war
Sandrine Crouzet
p. 119-130

Résumés

La Sicile est traditionnellement considérée comme un enjeu de la première guerre punique et une région peu importante de la seconde. Il convient de revoir ce jugement, à la lumière de l’analyse que L. Loreto avait faite de la géostratégie carthaginoise du ive au milieu du iiie siècle av. J.‑C. La Sicile constitue en effet le pilier autour duquel tournent tous les axes commerciaux de Carthage, et il semble bien que la guerre d’Hannibal ait eu pour objectif de faire retrouver à la cité punique sa position dominante en Méditerranée à partir de cet ancrage central. Le parcours de son expédition, les attaques de la flotte punique en Tyrrhénienne, l’alliance avec Hiéronymos, autant d’indices qui permettent de dresser un nouveau tableau de la stratégie punique menée par Hannibal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour les ouvrages les plus généraux, on peut citer Brisson, 1973 ; Marchetti, 1978 ; Lancel, 1992, (...)
  • 2 Loreto, 2001. Cette étude était annoncée par un article sur les traités entre Rome et Carthage qui (...)

1Concernant les guerres puniques, les études ne manquent pas qui décrivent les mouvements de troupes, les innovations tactiques, les implications politiques et économiques ou les motivations des deux cités pour entrer en guerre1. Cependant, rares sont les analyses concernant la stratégie à long terme de Carthage, en tenant compte de son double statut de cité commerçante et de puissance navale. Dans un long article sur la guerre de Sicile, L. Loreto a exposé ce qu’il appelle la « grande stratégie » de Carthage, du ve siècle au milieu du iiie, en dépassant les jugements de valeur militaires présentés par des sources gréco-romaines forcément partisanes2. L’article se termine sur une rapide annonce de la stratégie d’Hannibal durant la deuxième guerre punique, évoquant davantage les aspects militaires que macro-stratégiques. On peut néanmoins se demander si la ligne de conduite d’Hannibal fut radicalement différente de celle adoptée durant les siècles précédents en ce qui concerne la Sicile.

2En effet, alors qu’elle constituait l’enjeu de la première guerre punique, au moins pour les Romains, la Sicile devenue romaine en 238 n’apparaît pas vraiment comme une terre disputée durant la guerre d’Hannibal. Les combats dans l’île sont circonscrits aux années 215‑212 et, géographiquement, ils se limitent à un axe Syracuse-Agrigente. Un tel désintérêt apparent de Carthage pour la Sicile ne laisse pas de surprendre : durant trois siècles au moins, l’île a constitué une des clés du système carthaginois, fournissant le blé dont la cité punique avait besoin, mais aussi et surtout des points d’échanges pour l’activité commerciale et des lieux de contrôle pour les routes maritimes. La cité punique avait-elle tellement modifié sa grande stratégie qu’elle n’avait plus besoin de la Sicile ? Ou bien cette vision n’est-elle qu’une lecture, moderne et hâtive, des sources latines et grecques ?

1. La géostratégie carthaginoise jusqu’en 241

1. 1. La grande strategia punique : l’importance de la Sicile pour Carthage

  • 3 Loreto, 2001, p. 48.

3Carthage est avant tout une cité commerçante, et non une cité dont la puissance repose sur le contrôle politique et/ou juridique d’autres communautés. Par conséquent, son principal souci est de préserver un ordre ouest-méditerranéen lui permettant de faire circuler ses commerçants sans risque. L. Loreto définit ainsi les cinq objectifs de cette stratégie carthaginoise : éviter les conflits majeurs ; défendre les routes commerciales ; éviter que l’économie ne pâtisse des conflits, donc éviter au maximum les guerres coûteuses ; conserver des bases navales pour protéger les routes commerciales ; conserver l’éparchie sicilienne3.

  • 4 Loreto, 2001, p. 50‑51.

4À cette fin, les Carthaginois avaient mis sur pied trois flottes, chacune étant chargée de surveiller l’un des secteurs d’activités de la cité : la Méditerranée extrême-occidentale (entre Gadès, les côtes du Maghreb et l’axe Sardaigne/Corse) ; la mer tyrrhénienne ; le sud de la Méditerranée occidentale (la région des Syrtes)4. Durant les conflits en Sicile, Carthage joue à plusieurs reprises le rôle d’un arbitre et adopte une position attentiste, sauf lorsque ses possessions sont remises en cause. Ainsi la cité punique prend le parti d’Agrigente contre Syracuse, ou bien se charge de concilier les deux parties ; lors des guerres entre Messine et Syracuse, elle se garde bien d’intervenir, sauf lorsque les Messéniens lui proposent de prendre position chez eux, c’est-à-dire lorsqu’ils lui fournissent un nouveau port permettant de contrôler le détroit de Rhégion. Durant les guerres contre les Grecs de Sicile ou contre Pyrrhos, Carthage n’hésite pas à évacuer toutes ses places-fortes, sauf Lilybée, Panorme et le mont Éryx, s’engageant dans une guerre d’usure destinée à provoquer l’affaiblissement économique, tout autant que militaire, de son adversaire.

  • 5 Plb. 1.18‑19 ; 1.30.1 ; 1.52.7. Carthage s’était alliée à Héraclée durant la guerre contre Pyrrhos, (...)

5La Sicile joue un rôle primordial dans le contrôle des routes maritimes, notamment par le biais de Lilybée. Ce port (qui forme avec Drépane un double havre où stationne la flotte punique de Sicile) permet en effet de surveiller l’axe commercial nord-sud qui, en longeant la Sardaigne puis la Corse, ouvre aux Carthaginois les échanges avec Marseille et au-delà avec les populations celtes. La présence punique à Lilybée assure également la sécurité de la route allant vers l’ouest, ainsi que les trajets maritimes vers les Syrtes passant au large du cap Bon. On ne s’étonnera donc pas qu’en 400, contre les attaques de Denys de Syracuse, et en 275 contre celles de Pyrrhus, les Carthaginois aient tenu bon dans ce port, avant de l’utiliser comme base de reconquête de la Sicile occidentale. En outre, Lilybée est le point le plus proche de Carthage, et la cité devait à tout prix empêcher ses ennemis de s’approprier ce port. Comme le mont Éryx, Lilybée demeurait inexpugnable. Un autre port stratégique est celui d’Heraclea Minoa, mouillage le plus oriental de l’épicratie carthaginoise sur la côte sud de la Sicile après la guerre contre Pyrrhos ; il fut souvent sollicité durant la première guerre punique5.

6L’île revêt par conséquent une importance géostratégique toute particulière, puisqu’elle permet à Carthage de s’assurer de toutes les routes maritimes qu’utilisent ses commerçants. À la différence de la Sardaigne, impénétrable pour les Grecs et les Italiens, la Sicile constitue un enjeu constant pour Carthage, qui doit à tout prix y conserver sa position dominante face aux Grecs aussi bien sur la côte septentrionale, jusqu’aux îles Lipari, qu’à l’ouest.

1. 2. La stratégie carthaginoise durant la guerre de Sicile

  • 6 Sur les traités romano-carthaginois, l’ouvrage de synthèse reste celui de Scardigli, 1991.
  • 7 Un indice en est la présence à Carthage dès le début du iiie siècle de vases de l’atelier romain au (...)
  • 8 Plb. 3.25.3‑5.
  • 9 D.S. 23.2.1.
  • 10 C’est ce que le roi Hiéron annonce aux ambassadeurs romains à cette occasion, D.S. 23.1.

7Avant la guerre, Rome et Carthage sont deux cités complémentaires, comme l’indiquent les traités commerciaux et militaires conclus entre elles6. Carthage est informée de l’avancée romaine en Italie et sait que l’Vrbs prend progressivement la place des Étrusques dans le contrôle de la route commerciale tyrrhénienne7. Avec un désavantage : les Romains ne possèdent pas les aptitudes maritimes des Étrusques. Ce décalage entre les « compétences » des deux cités est particulièrement visible dans le traité d’alliance militaire qu’elles concluent en 279, puisque Rome doit s’occuper de Pyrrhos en Italie, grâce à la force de ses légions, tandis que Carthage a le contrôle des mers, en s’appuyant sur la qualité de sa flotte8. Au moment où les Romains tentent de passer de Rhégion à Messine, les Puniques proposent de renouveler les traités9, car la cité italienne reste une alliée politique, militaire et économique. De plus, les troupes romaines débarquées à Messine ne représentent pas une menace puisqu’elles sont coupées de leur base et que Carthage tient le détroit, la flotte romaine n’ayant réussi qu’à grand-peine à rallier la Sicile. Si Carthage s’allie à Syracuse contre Rome après le débarquement, c’est pour éviter qu’une nouvelle puissance ne vienne transformer les équilibres en Sicile car les Carthaginois connaissent la puissance militaire de Rome10.

  • 11 Loreto, 2001, p. 72‑84.

8Au cours de la guerre de Sicile, la grande stratégie carthaginoise ne varie pas beaucoup par rapport à la période précédente. Carthage conserve en effet son principal atout, sa suprématie maritime11 : par leur connaissance de la mer, les amiraux carthaginois évitent les naufrages bien mieux que les généraux romains ; même en cas de pertes lors des batailles navales, Carthage parvient toujours à reconstituer sa flotte ; elle conserve ses principales bases maritimes (Drépane, Lilybée, Héraclée) jusqu’à la fin de la guerre. En outre, les Romains ne parviennent jamais à tirer avantage de leurs victoires, pas plus qu’ils ne sont capables de couper les routes commerciales des Carthaginois.

  • 12 Loreto, 2001, p. 86.

9Se fondant sur cette supériorité et usant de leur stratégie traditionnelle, les Carthaginois misent dès 250 sur l’usure de leur adversaire, tout en essayant de se le concilier. Ainsi, en 249, après la victoire d’Adherbal sur le consul P. Claudius, puis la tempête qui détruit une deuxième flotte romaine, les Carthaginois n’attaquent pas massivement les positions romaines, ce que L. Loreto explique par l’application de la stratégie initiale de statu quo12. Hamilcar poursuit cette stratégie en instituant une guérilla à la fois terrestre depuis le mont Éryx et maritime sur les côtes italiennes. Le but de cette double attaque est de faire renoncer les Romains à l’envoi annuel des troupes en Sicile et de les empêcher de reconstituer leur flotte grâce au bois d’Italie du Sud (forêt de la Sila), en pillant le territoire de leurs alliés maritimes.

10Dans le même temps, les Carthaginois infléchissent leur macro-stratégie en ce qui concerne l’Afrique. Durant les dix dernières années de guerre, celle-ci devient un bassin important de recrutement des troupes, sécurisé puisque contigu à la cité ; son rôle fiscal permet de soutenir l’effort de guerre et les productions agricoles autorisent les grands propriétaires terriens à relancer les échanges commerciaux.

11Ce n’est qu’à la toute fin de la guerre que le consul C. Lutatius Catulus parvient à empêcher le ravitaillement et le renouvellement des troupes de Sicile par un blocus maritime ; cependant les troupes peuvent encore se ravitailler dans l’île, et les Carthaginois ont les moyens de reconstituer rapidement leur flotte. Se pose alors la question de l’acceptation de la paix par les Carthaginois, ce que L. Loreto appelle « savoir terminer une guerre ». En continuant la guerre, Carthage s’obligerait à payer un coût de plus en plus lourd ; conclure un traité de paix, même en perdant Lilybée, lui permettrait au contraire de relancer ses échanges commerciaux, avec l’idée de reprendre rapidement position en Sicile. Plusieurs indices montrent que l’équilibre des puissances maritimes n’avait pas été transformé en 241 : Carthage est capable d’utiliser sa flotte dès la guerre contre les mercenaires, tandis que la flotte romaine n’est utilisée qu’en 229.

12Néanmoins, les desseins carthaginois sont contrariés par deux obstacles dilatoires. Le premier est la stratégie de Rome, fondée sur des guerres totales et l’écrasement de l’adversaire. Le second facteur est la guerre des mercenaires qui éclate en Afrique en 240, menaçant le nouveau pôle sur lequel Carthage fondait sa puissance, l’empêchant de revenir tout de suite en Sicile et la privant d’un autre point de contrôle sur les routes commerciales : la Sardaigne. Ainsi le commerce avec le nord, et notamment Marseille, est fortement compromis. La perte de la Sicile n’est donc plus un dysfonctionnement temporaire qui pourrait être rapidement rétabli. Jointe à la perte de la Sardaigne, elle a pour conséquence de modifier totalement la grande stratégie carthaginoise.

13Il convient donc de se demander si, au cours de la guerre d’Hannibal, l’un des objectifs n’était pas de récupérer la Sicile pour en revenir au fonctionnement traditionnel de la stratégie punique.

2. Quel rôle pour la Sicile durant la deuxième guerre punique ?

2. 1. L’entre-deux-guerres

  • 13 Liv. 21.1.
  • 14 Plb. 3.15.10.

14D’après les Romains, les Carthaginois n’avaient jamais supporté la perte de la Sicile. La fameuse expression de Tite-Live, Sicilia amissa13, a imposé l’image d’une Carthage revancharde, sans pour autant que la reconquête de la Sicile et de la Sardaigne soit pour autant présentée comme un objectif à atteindre. Si Polybe insiste lui aussi sur le ressentiment des Carthaginois face à la perte de la Sicile, il n’évoque que la Sardaigne lorsqu’il parle des réparations qu’Hannibal aurait pu réclamer aux Romains en 22014. Les longs développements sur les événements d’Italie, mis à part lors de l’épisode syracusain, aussi bien chez Polybe que chez Tite-Live, font oublier que la Sicile fut au moins à deux reprises le lieu de combats. De même, l’Italie du Sud ne semble avoir été concernée qu’à partir du moment où Hannibal y descendit, alors qu’en réalité elle fut la proie de raids puniques dès 218. La focalisation des sources sur l’Italie reflète-t-elle la nouvelle stratégie carthaginoise ? En réalité, il existe des divergences entre Polybe et Tite-Live à propos des combats en Sicile au début de la guerre, ce qui doit inciter à une grande prudence.

15Malgré les modifications imposées par le traité de paix de 241, la Sicile constitue toujours un point stratégique important pour surveiller les nouvelles routes commerciales de Carthage.

  • 15 Chelbi, 1992, p. 19‑21.
  • 16 Plb. 3.15.13.

16La deuxième moitié du iiie siècle voit se modifier les importations carthaginoises : alors que les céramiques à vernis noir provenant d’Ibiza sont bien présentes à Carthage, tout comme les céramiques de luxe venant d’Alexandrie, les céramiques attiques et italiennes tendent à disparaître à cette période15. Cela n’a rien d’étonnant : Carthage ne possédait plus le contrôle des routes maritimes allant vers le nord de la Méditerranée. Cependant, la simple lecture d’une carte montre que la route commerciale vers l’Espagne pouvait aisément être contrôlée depuis la Sicile. Tant que la flotte romaine n’avait pas pris trop d’importance, la possession de l’île par Rome ne posait pas de problème. En 229, la démonstration de force des navires romains contre l’Illyrie dut apparaître aux yeux des Carthaginois comme une menace nouvelle. En 226, les Romains signèrent avec Hasdrubal une convention sur l’Espagne ; ils étaient loin de pouvoir l’atteindre, mais depuis Lilybée, ils étaient capables de bloquer les navires puniques envoyés en Espagne. Cet intérêt des Romains envers les territoires ibères dut fortement inquiéter les Carthaginois. Avant même que ne commençât la guerre entre les deux cités, les Romains, d’après Polybe, avaient décidé de faire de Sagonte leur base militaire contre les forces puniques en Espagne16, ce qui impliquait un contrôle romain de la Méditerranée extrême-occidentale et notamment des routes maritimes permettant à Carthage de se procurer de l’argent et des troupes. Récupérer la Sicile était un moyen pour les Carthaginois de couper court aux ambitions et à la menace romaines.

2. 2. La stratégie d’Hannibal et de Carthage vis-à-vis de la Sicile

2. 2. 1. Le parcours d’Hannibal a-t-il pour but la Sicile ?

17L’expédition d’Hannibal s’achève, ou plutôt s’enlise, en Italie du Sud. Mais était-ce réellement le terme du voyage projeté par le général punique, et cette fin ne traduit-elle pas l’échec non seulement de la guerre, mais du plan prévu initialement ?

  • 17 Picard, 1967, p. 123‑137 et 181‑198.

18Selon G.-Ch. Picard, l’expédition d’Hannibal aurait eu pour but de rendre à Carthage sa suprématie économique et navale, parce que l’argent des mines d’Espagne ne pouvait concurrencer les productions italiennes distribuées par les negotiatores italiens17. Les Carthaginois auraient par conséquent voulu récupérer la Sicile pour retrouver leurs anciens réseaux commerciaux. Si les aspects économiques de cette thèse sont aujourd’hui invalidés par l’archéologie de Carthage (les productions italiennes ne s’imposent dans la cité punique qu’après la guerre d’Hannibal), l’idée que la Sicile ait pu constituer le terme de l’expédition punique reste intéressante et me semble s’imposer pour des raisons idéologiques.

  • 18 Liv. 21.21.
  • 19 Briquel, 2003.

19À première vue, Hannibal et ses hommes paraissent partir de Carthagène, où ils passent l’hiver 219/218. Mais le véritable point de départ de l’expédition est Gadès ; là se trouve un sanctuaire à Melqart où Hannibal va remercier le dieu et formuler de nouveaux vœux pour les campagnes à venir18. Puis il revient à Carthagène, suit la côte en direction des Pyrénées, traverse le sud de la Gaule puis les Alpes pour redescendre en direction de Rome. Cet itinéraire reprend celui d’Héraclès dont la destination finale était la Sicile. Or Hannibal s’appuie manifestement, tout au long de son parcours, sur les légendes liées à Héraclès. Ainsi un fragment de l’historien Silénos rapporte le mariage d’Héraclès et de Palantho, fille d’un roi hyperboréen. D. Briquel l’interprète comme un moyen de justifier l’alliance entre Hannibal et les Gaulois19. La version la plus classique de cet épisode évoquait comme épouse d’Héraclès la fille du roi Faunus, à Rome ; la remplacer par une fille du Nord (c’est-à-dire une Gauloise) revenait à légitimer la présence gauloise dans le Latium.

20En se plaçant ainsi sous la protection d’Héraclès, en reproduisant ses exploits et son parcours, Hannibal rappelait dans le même temps la destination finale du héros à tous ceux qui en connaissaient la légende. Par conséquent, il me paraît probable, comme le pensait G.-Ch. Picard, qu’Hannibal songeait à rejoindre la Sicile. L’envoi de plusieurs de ses proches en 216 auprès de Hiéronymos, le jeune roi de Syracuse (cf. infra), témoigne de cet intérêt. Mais, malgré l’affaiblissement de Rome dès après la bataille de Cannes, le général punique ne pouvait passer en Sicile tant qu’il ne s’était pas assuré des ports de Grande-Grèce. S’il s’entendit rapidement avec les Locriens, jouant de la pression exercée par les Bruttiens, il leur accorda le libre usage de leur port ; son but ne semblait pas être de l’utiliser comme base vers la Sicile, mais plutôt d’en interdire l’accès aux Romains. Hannibal échoua ensuite devant Rhegion. Et lorsqu’il réussit finalement à prendre Tarente, en 212, la situation romaine en Sicile se redressait déjà avec le siège de Syracuse.

  • 20 Cf. en dernier lieu Brizzi, 2006.

21Que l’objectif de l’expédition d’Hannibal fût un retour des Puniques en Sicile signifierait que Carthage voulait revenir à sa grande stratégie traditionnelle. Pourtant le général punique a utilisé lors de ses campagnes des tactiques issues de modèles grecs, comme l’a montré à plusieurs reprises G. Brizzi20. Ces innovations militaires du Barcide invalident-elles l’hypothèse d’un retour à la tradition géostratégique carthaginoise ? En réalité, il faut différencier deux échelles de comportements militaires : la tactique utilisée lors des combats, inspirée notamment d’Alexandre grâce aux précepteurs grecs d’Hannibal ; la stratégie politique et surtout commerciale de Carthage à long terme.

2. 2. 2. La stratégie d’Hannibal et la macro-stratégie traditionnelle de Carthage

  • 21 Loreto, 2001, p. 104‑105.

22Selon L. Loreto, le conflit entre les Romains et les Carthaginois au cours de la guerre de Sicile pouvait être comparé au combat de l’ours et de la baleine. L’ours, Rome, puissance terrestre, habitué aux guerres longues, avait fait semblant de savoir nager pour mieux effrayer son adversaire et le vaincre. Pourtant, il ne savait pas plus nager à la fin du conflit. Quelques décennies plus tard, Hannibal fit une erreur comparable lors de la deuxième guerre punique : il voulut transformer la puissance navale carthaginoise en puissance terrestre, sans que Carthage en ait eu véritablement les moyens. Car, malgré cette apparente mutation, Carthage conservait la même grande strategia21.

23En effet, nonobstant l’ampleur des batailles se déroulant en Italie, il serait faux de croire que Carthage a mis toutes ses forces dans le combat. Certes, Hannibal reçut à plusieurs reprises des renforts, essentiellement jusqu’en 212/211. Néanmoins, si l’on considère les effectifs des troupes avec lesquelles il tente son expédition vers l’Italie, la stratégie du moindre coût semble avoir été conservée : Hannibal ne prend avec lui que 20 000 hommes, comptant sur le ralliement des Gaulois pour gonfler son armée. Une fois arrivé en Italie, il cherche à faire durer les combats, ou du moins à multiplier les affrontements de façon à réduire l’armée romaine de deux manières : en éliminant une partie des troupes civiques romaines lors des batailles et en éloignant de Rome ses alliés par l’octroi de privilèges (libération sans condition des prisonniers, cadeaux aux élites italiennes). Le but d’Hannibal était de priver Rome de recrutement militaire puisque, lorsqu’un allié faisait défection, le tribut en hommes et en armes qu’il devait à Rome était perdu pour l’Vrbs. Hannibal n’avait pas récupéré de

  • 22 Liv. 22.58.
  • 23 Liv. 22.58. Comme l’écrit Polybe : « les Romains, après une telle défaite, comprirent tout de suite (...)
  • 24 Sur cette évolution romaine concernant les prisonniers et la signification donnée à leur rachat, cf (...)

24« l’ours » romain le principe de la guerre totale, du moins si l’on en croit son discours aux prisonniers italiens, tel que l’a recomposé Tite-Live : le général punique n’aurait pas agi dans le cadre d’une guerre d’extermination22. Aussi lança-t-il des négociations de paix après la bataille de Cannes, pensant que Rome ne pourrait refuser23. Ces négociations passaient par un rachat des prisonniers romains, selon la pratique grecque qui voulait qu’un rachat de prisonniers équivalût à la reconnaissance de la défaite. Hannibal fonctionnait selon le modèle sicilien bien connu des Carthaginois ; les Romains, en refusant ce rachat, montraient qu’ils participaient de la même sphère diplomatique grecque, expérience acquise au moment de la guerre contre Pyrrhos24. Les deux cités agissaient selon les mêmes modalités grecques. Rome affirmait la poursuite de sa stratégie de la guerre totale.

  • 25 Plb. 7.9.12‑15.

25Cependant, même face à cette attitude romaine, Hannibal continua de refuser la guerre totale. Le traité avec Philippe de Macédoine25 témoigne de la volonté d’épargner Rome une fois la guerre terminée, tout en réduisant drastiquement la place qui lui serait assignée sur l’échiquier méditerranéen : en cas de défaite, les Romains devraient abandonner leurs possessions en Illyrie et leur domination sur l’Italie.

26Le fait qu’Hannibal ait conservé l’une des caractéristiques principales de la géostratégie traditionnelle de Carthage n’implique pas pour autant que la Sicile ait constitué l’un des objectifs, si ce n’est l’objectif principal de l’expédition. Pour évaluer la place que tenait l’île dans le projet carthaginois, il faut à présent considérer les efforts militaires déployés par Carthage en direction de ses anciennes possessions tyrrhéniennes.

2. 2. 3. La Sicile dans les combats

  • 26 Liv. 21.49.1.
  • 27 Liv. 21.49.3 : nullo repugnante.
  • 28 Liv. 21.50.4.
  • 29 Liv. 21.49‑50.

27Si les premiers affrontements entre Romains et Carthaginois sont deux escarmouches, près du Rhône puis au Tessin, la première véritable bataille n’est pas celle de la Trébie, mais un combat naval mettant aux prises les flottes romaines et puniques au large de Lilybée. En effet, s’il faut en croire Tite-Live, au moment même où Hannibal passait en Italie, les Carthaginois envoyèrent vingt quinquérèmes attaquer l’Italie du Sud26. L’objectif de cette expédition reste néanmoins ambigu, puisque dix-sept navires se dirigèrent vers les îles éoliennes, trois étant emportés dans les courants du détroit. Les quinquérèmes carthaginoises furent arraisonnées, sans résistance27, par la flotte du roi Hiéron alors à Messine. Le roi de Syracuse apprit de la bouche des captifs que trente-cinq navires puniques voguaient vers Lilybée pour occuper le port et soulever les anciens alliés de Carthage dans l’île, c’est-à-dire les cités de l’ancienne épicratie. La présence de notables carthaginois sur les vaisseaux28 témoigne sans doute des objectifs diplomatiques de l’expédition. Informés de cette tentative, les Romains répliquèrent ; les navires carthaginois parvenus devant Lilybée s’engagèrent dans une bataille navale, avec un comportement à première vue aberrant puisqu’ils semblaient esquiver le combat et que la plupart s’enfuirent sitôt que quatre d’entre eux eurent été capturés29.

  • 30 Liv. 21.51.1‑2 ; Malte avait été évacuée par les Puniques après la guerre de Sicile, conformément a (...)
  • 31 Liv. 21.51.4‑5.

28Cette attaque simultanée des navires carthaginois en Sicile rappelle le schéma défensif appliqué depuis plusieurs siècles par les Puniques, avec une flotte dans les îles éoliennes et une autre à Lilybée. La volonté carthaginoise de verrouiller de nouveau les routes maritimes traditionnelles apparaît également dans l’envoi d’une garnison punique à Malte30 et dans l’attaque des côtes italiennes, du côté de Vibo, dans le Bruttium, par des navires puniques dont on ignore comment ils étaient passés entre les mailles du filet romano-syracusain31.

29Le comportement des Puniques face aux Romains est surprenant : l’attaque en Sicile paraît mollement menée et l’île de Malte est abandonnée sans résistance par sa garnison. Quant au raid sur l’Italie, la description qu’en fait Tite-Live est curieuse : on ne sait pas ce que les Puniques font réellement, puisque le récit s’achève au moment où une flotte romaine est envoyée contre eux ; par la suite, rien n’est dit de combats navals dans le sud de l’Italie. En outre, on peut se demander quelle est la source de Tite-Live pour cet épisode, sachant que Polybe passe tout cela sous silence et qu’il manque la version de Diodore pour ces événements. Lorsqu’on lit le texte livien avec plus d’attention, la tactique punique apparaît clairement : ce que l’historien latin présente comme une faiblesse de la flotte carthaginoise, à savoir le faible nombre de soldats par rapport au nombre de marins sur les navires puniques, et par conséquent les manœuvres qui chercheraient à éviter l’abordage, correspond au déroulement classique d’une bataille navale selon les Carthaginois. Ceux-ci ne cherchent pas l’abordage, tactique caractéristique des Romains depuis la guerre de Sicile en raison de leurs faibles compétences maritimes. Ils désirent attirer les navires des alliés de Rome au large pour pouvoir justement manœuvrer à leur aise et éperonner des navires. Mais la flotte romaine est en réalité constituée de bateaux alliés siciliens, qui connaissent l’art de la navigation comme les Carthaginois, d’où, sans doute, la « défaite » de ceux-ci. On notera néanmoins que seuls quatre vaisseaux puniques sur trente-cinq sont capturés, ce qui ne représente pas une bien grande perte pour Carthage.

  • 32 Liv. 24.11.
  • 33 Liv. 23.20 et 23.30.

30Quant à l’attaque des côtes brutiennes, elle rappelle la tactique employée par Hamilcar en 249. En effet, celui-ci avait d’abord ravagé la Locride et le Bruttium avant d’attaquer Panorme et de prendre le mont Éryx ; puis il avait de là envoyé d’autres expéditions sur les côtes italiennes. Les pillages ordonnés par Hamilcar avaient vraisemblablement pour but d’empêcher les Romains de profiter des ressources forestières de la Sila pour reconstituer leur flotte. Les expéditions carthaginoises de l’été 218 en Italie avaient-elles le même objectif ? Cette hypothèse trouve une possible validation dans le comportement d’Hannibal quelques années plus tard, lorsqu’il occupe les ports d’Italie du Sud (Petelia, Locres, Crotone, Tarente, Métaponte, Thourioi). Outre qu’ils constituent aux yeux du Barcide une interface indispensable avec sa cité pour obtenir des troupes et du ravitaillement, ces ports auraient pu permettre aux Romains d’envoyer des renforts en Sicile, avec l’aide de leurs alliés maritimes. Les légions romaines expédiées en Sicile durent d’ailleurs passer par Rome32. Ce n’est sans doute pas un hasard si Hannibal lança ses premières attaques dans le Bruttium juste avant que la situation ne devienne difficile pour Rome en Sicile33.

31Les coïncidences entre attaques en Italie et tentatives de débarquement dans les îles tyrrhéniennes ne sont pas fortuites. Les opérations maritimes en Sicile et en Italie du Sud constituaient pour les Puniques soit un test (déterminer si la Sicile pourrait aisément être récupérée), soit une diversion pour détourner du nord de l’Italie une partie des troupes romaines au moment où Hannibal achevait sa traversée des Alpes. Seules de telles perspectives peuvent expliquer le peu d’insistance des Carthaginois lors des combats.

  • 34 Plb. 3.96.9.

32Les tentatives de reconstituer les bases navales nécessaires à une navigation en Tyrrhénienne sont récurrentes pendant la guerre d’Hannibal. Ainsi, selon Polybe34, après la défaite navale des Carthaginois lors de la bataille de l’Èbre à l’été 217, les Puniques décidèrent d’envoyer une nouvelle flotte non pas en Espagne mais vers le nord de l’Italie, pour soutenir Hannibal.

  • 35 Cette flotte est mentionnée par Tite-Live pour l’année 218 (Liv. 21.49). En outre, un peu plus tard (...)

33Soixante-dix navires furent expédiés et abordèrent d’abord en Sardaigne avant de se diriger vers Pise. L’envoi immédiat d’une flotte romaine contre eux les fit reculer, et ils adoptèrent le même itinéraire en sens inverse : une escale en Sardaigne, puis le retour à Carthage. On peut s’étonner que personne n’ait arrêté cette flotte punique avant son arrivée au large de Pise ; en effet, pour naviguer jusqu’en Sardaigne, il fallait passer devant Lilybée, où un préteur romain avait à sa disposition des navires alliés35 et, en Sardaigne-même, les Romains avaient des troupes et des navires. Les Carthaginois n’ont pu réaliser ce voyage qu’avec l’accord de certaines populations sardes, dont le ralliement à Carthage n’est pourtant rapporté que pour l’année 216.

  • 36 Liv. 23.32.
  • 37 Liv. 23.34.

34Cette année-là, la Sardaigne devint rebelle à l’autorité romaine. Les Carthaginois décidèrent alors d’y envoyer une flotte aussi importante que celle prévue pour l’Espagne36. Les navires furent détournés vers les Baléares par une tempête37, puis rejoignirent la Sardaigne. Là, les troupes puniques furent écrasées par les légions romaines.

  • 38 Liv. 25.26 : les Siciliens de l’armée de Carthage rentrent chez eux au moment de l’épidémie qui tou (...)
  • 39 Liv. 24.35.
  • 40 Liv. 25.27.
  • 41 Liv. 25.40.

35Après cette tentative malheureuse, les troubles politiques à Syracuse poussèrent les Carthaginois à y intervenir. À la mort du roi Hiéron, son petit-fils Hiéronymos avait été placé sur le trône par une faction ayant refusé le rétablissement de la démocratie imposée par l’ancien roi ; ces événements coïncidaient avec la défaite de Cannes et le début des défections italiennes envers Rome. Hiéronymos prit le parti de quitter l’alliance romaine et envoya des ambassadeurs à Hannibal. Pendant plus d’un an, trois représentants d’Hannibal, Hippocrate, Epicyde et un autre Hannibal, furent dépêchés sur place et prirent la tête de la résistance syracusaine contre Rome. Puis Carthage envoya une armée après le début du siège de Syracuse, en 214. Tite-Live mentionne quelques villes passées dans le camp carthaginois : Héloros, Herbessos (mais la cité est peut-être trop proche de Syracuse pour que cette mention soit juste), Héraclée, Agrigente. Bien que le nombre de ces alliés ait été peu élevé, les troupes que les Carthaginois maintinrent dans l’île jusqu’en 212 étaient constituées pour partie de Siciliens38. Héraclée joua, comme durant la guerre de Sicile, un rôle important puisque c’est là que débarqua l’armée punique39, tandis que sa rade abritait la flotte carthaginoise40. Malgré le difficile siège de Syracuse et l’anéantissement de son armée de terre, Carthage continua à envoyer de nouvelles troupes en Sicile, prouvant ainsi sa détermination à récupérer l’île. Mais la flotte qui amenait des renforts à l’automne 212 se détourna de Syracuse en voyant arriver les navires romains, et les troupes échurent finalement à Hannibal, en Italie. Seul Hannibal, d’ailleurs, paraît ne pas avoir renoncé à la Sicile, puisqu’il envoya un de ses proches, Muttinès, pour remplacer Hippocrate tombé au combat41. Mais Muttinès passa dans le camp romain, et dès lors il ne fut plus question de la Sicile comme objectif militaire des Carthaginois.

36Si l’on reprend ces diverses informations, il ressort que Carthage s’est intéressée à la Sicile dès le début du conflit, pour reprendre Lilybée selon le plan élaboré en 241. Il semble que la stratégie traditionnelle, à savoir faire la guerre au moindre coût, fut encore appliquée, expliquant le retrait de la flotte punique devant Lilybée, pour éviter les pertes, et la reddition de la garnison de Malte en 218. Le véritable effort de guerre ne fut produit que trois ans plus tard, après ce que les Carthaginois pouvaient considérer comme la disparition du front italien (le désastre romain à Cannes), et d’abord en Sardaigne. Les Puniques auraient alors réengagé une politique « tyrrhénienne », visant à la récupération globale des îles. Le maintien d’une force à la fois terrestre et maritime en Sicile, malgré le cuisant échec de la Sardaigne, prouve que cette stratégie était celle de Carthage et pas seulement celle d’Hannibal, même si celui-ci fut seul à croire encore à la récupération de l’île après les derniers revers des armées envoyées par sa cité.

37Il est impossible de déduire à partir de si peu d’éléments que Carthage avait pour but de la guerre d’Hannibal une reconquête de la Sicile. Le seul indice qui pourrait le laisser penser est l’envoi immédiat de troupes à Lilybée, pendant qu’Hannibal inquiète Rome par sa présence dans la Péninsule. Peut-on imaginer que les Carthaginois aient élaboré une stratégie complexe : reprendre les îles de la mer Tyrrhénienne et, pour ce faire, amoindrir l’armée romaine en privant Rome de ses alliés ? Hannibal se serait chargé de la deuxième partie du programme, tout en ayant comme destination finale une Sicile libérée du joug romain, ou sur le point de l’être. En ce cas, l’attaque de la Sicile et de l’Italie du Sud n’aurait pas eu pour but de détourner les Romains du nord de l’Italie, où arrivait Hannibal. Au contraire, c’est l’expédition d’Hannibal par voie terrestre qui aurait constitué une diversion pour permettre à la flotte carthaginoise de prendre pied en Sicile. Elle y parvint d’ailleurs, au moins à Vulcano et à Malte, comme nous l’apprend incidemment Tite-Live.

38En 215, après Cannes, la situation devient conforme au projet carthaginois puisqu’une partie de la péninsule quitte alors l’alliance romaine en privant Rome de soldats, la Sardaigne se soulève et Syracuse passe dans le camp carthaginois. Une fois ce résultat obtenu, on dirait que la stratégie appliquée reprend exactement celle des siècles précédents : Carthage, ou plutôt Hannibal, ne cherche pas à détruire Rome, mais seulement à contraindre celle-ci à reconnaître son échec. Pour ce faire, le général punique adopte une position attentiste conforme à la grande stratégie carthaginoise, en essayant de contrôler des bases navales (ports de Grande-Grèce, mais aussi d’Italie centrale comme Naples) et en affaiblissant l’adversaire. Cependant cette stratégie se révèle être une erreur, puisqu’elle pousse les Romains à puiser dans leurs dernières réserves pour continuer le combat.

39La domination de la Sicile pourrait donc, malgré le silence des textes et celui des historiens modernes, avoir été un enjeu de la deuxième guerre punique, voire son objectif principal aux yeux des Puniques. L’échec total des Carthaginois dans l’île ainsi que l’utilisation d’une force de frappe terrestre par Hannibal et ses frères, suscitant l’effroi des Romains, faussèrent la perspective pour les auteurs antiques. Mais, si l’on fait abstraction du type d’armée utilisé pour se concentrer sur la conduite de la guerre d’un point de vue global et stratégique, on constate plus de similitudes qu’il n’y paraît avec la géostratégie traditionnelle de Carthage qui plaçait la Sicile au cœur de ses préoccupations militaires, car elle était la pièce maîtresse de son échiquier économique.

Haut de page

Bibliographie

Briquel, D., 2003, Hannibal sur les pas d’Héraklès : le voyage mythologique et son utilisation dans l’histoire, dans Voyageurs et Antiquité classique, Dijon, p. 51‑60.

Brisson, J.‑P., 1973, Carthage ou Rome, Paris.

Brizzi, G., 2004, Le guerrier de l’Antiquité classique. De l’ hoplite au légionnaire, Paris-Monaco.

Brizzi, G., 2006, Carthage et Rome, quelles prises de contact avec l’hellénisme ?, dans L’ hellénisation en Méditerranée occidentale au temps des guerres puniques (260‑180 av. J.‑C.), Actes du colloque international de Toulouse (31 mars-2 avril 2005), Pallas, 70, p. 231‑243.

Chelbi, F., 1992, Céramique à vernis noir de Carthage, Tunis.

Hoyos, B.D., 1998, Unplanned Wars. The Origins of the First and Second Punic Wars, Berlin–New-York.

Lancel, S., 1992, Carthage, Paris.

Le Bohec, Y., 1996, Histoire militaire des guerres puniques, Monaco.

Loreto, L., 1995‑96, Sui trattati romano-cartaginesi, Bullettino dell’Istituto di diritto romano, 98‑99, p. 779‑821.

Loreto, L., 2001, La convenienza di perdere una guerra. La continuità della grande strategia cartaginese, 290‑238/7 a. C., dans Y. Le Bohec (éd.) La première guerre punique, autour de l’œuvre de M. H. Fantar, Lyon, p. 39‑105.

Marchetti P., 1978, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, Bruxelles.

Morel, J.‑P., Carthage, 1995, Marseille, Athènes, Alexandrie (notes sur le commerce de Carthage avec quelques métropoles méditerranéennes), dans Actes du IIIe congrès international des études phéniciennes et puniques, Tunis (11‑16 novembre 1991), tome 2, Tunis, p. 265‑281.

Picard, G.-Ch., 1967, Hannibal, Paris.

Pittia, S. (éd.), 2002, Denys d’Halicarnasse, Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie s. avant J.‑C., Paris.

Scardigli, B., 1991, I trattati romano-cartaginesi, Pise.

Haut de page

Notes

1 Pour les ouvrages les plus généraux, on peut citer Brisson, 1973 ; Marchetti, 1978 ; Lancel, 1992, p. 379‑446 ; Le Bohec, 1996 ; Hoyos, 1998 ; Brizzi, 2004 et 2006 (cf. bibliographie ad loc.)

2 Loreto, 2001. Cette étude était annoncée par un article sur les traités entre Rome et Carthage qui envisageaient ces accords sous un angle géopolitique (Loreto, 1995‑96).

3 Loreto, 2001, p. 48.

4 Loreto, 2001, p. 50‑51.

5 Plb. 1.18‑19 ; 1.30.1 ; 1.52.7. Carthage s’était alliée à Héraclée durant la guerre contre Pyrrhos, cf. D.S 22.10.2., Loreto, 2001, p. 53.

6 Sur les traités romano-carthaginois, l’ouvrage de synthèse reste celui de Scardigli, 1991.

7 Un indice en est la présence à Carthage dès le début du iiie siècle de vases de l’atelier romain aux petites estampilles (Morel, 1995). Sur un plan diplomatique, les Carthaginois reconnurent immédiatement l’expansion romaine par le traité commercial de 348, après la guerre contre Tarquinia, et la couronne d’or de 343 pour récompenser les Romains de leur victoire sur les Samnites (Liv. 7.38).

8 Plb. 3.25.3‑5.

9 D.S. 23.2.1.

10 C’est ce que le roi Hiéron annonce aux ambassadeurs romains à cette occasion, D.S. 23.1.

11 Loreto, 2001, p. 72‑84.

12 Loreto, 2001, p. 86.

13 Liv. 21.1.

14 Plb. 3.15.10.

15 Chelbi, 1992, p. 19‑21.

16 Plb. 3.15.13.

17 Picard, 1967, p. 123‑137 et 181‑198.

18 Liv. 21.21.

19 Briquel, 2003.

20 Cf. en dernier lieu Brizzi, 2006.

21 Loreto, 2001, p. 104‑105.

22 Liv. 22.58.

23 Liv. 22.58. Comme l’écrit Polybe : « les Romains, après une telle défaite, comprirent tout de suite qu’ils ne pourraient plus dicter leur loi à l’Italie » (Plb. 3.118.5).

24 Sur cette évolution romaine concernant les prisonniers et la signification donnée à leur rachat, cf. D.H. 19.S (Pittia, 2002, p. 341‑342, n. 76).

25 Plb. 7.9.12‑15.

26 Liv. 21.49.1.

27 Liv. 21.49.3 : nullo repugnante.

28 Liv. 21.50.4.

29 Liv. 21.49‑50.

30 Liv. 21.51.1‑2 ; Malte avait été évacuée par les Puniques après la guerre de Sicile, conformément au traité de 241 qui ordonnait aux Carthaginois de se retirer de toutes les îles situées entre la Sicile et l’Italie (Plb. 3.27.2).

31 Liv. 21.51.4‑5.

32 Liv. 24.11.

33 Liv. 23.20 et 23.30.

34 Plb. 3.96.9.

35 Cette flotte est mentionnée par Tite-Live pour l’année 218 (Liv. 21.49). En outre, un peu plus tard la même année, le consul Tib. Sempronius avait laissé cinquante navires au préteur de Lilybée (Liv. 21.51).

36 Liv. 23.32.

37 Liv. 23.34.

38 Liv. 25.26 : les Siciliens de l’armée de Carthage rentrent chez eux au moment de l’épidémie qui touche les troupes durant le siège de la cité.

39 Liv. 24.35.

40 Liv. 25.27.

41 Liv. 25.40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Crouzet, « La Sicile dans la stratégie carthaginoise durant la guerre d’Hannibal »Pallas, 79 | 2009, 119-130.

Référence électronique

Sandrine Crouzet, « La Sicile dans la stratégie carthaginoise durant la guerre d’Hannibal »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13747 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13747

Haut de page

Auteur

Sandrine Crouzet

Université de Tours-François Rabelais

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search