Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Pyrrhus en OccidentRelire le Pyrrhos de Lévêque un d...

Pyrrhus en Occident

Relire le Pyrrhos de Lévêque un demi-siècle après

Rereading Lévêque’s Pyrrhos half a century later
Xavier Lafon et Sylvie Pittia
p. 151-171

Résumés

Un demi-siècle après la publication de la monographie que Pierre Lévêque a consacrée au roi Pyrrhus, nous proposons un bilan et des compléments bibliographiques en fonction des travaux et pistes de recherche explorés depuis. Cette enquête toutefois se limite à l’expédition occidentale de Pyrrhus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lévêque, P., 1957, Pyrrhos, BEFAR, 185, Paris.
  • 2 Dans la thèse elle-même, cela correspond à la deuxième partie (p. 293‑550), à laquelle il faut adjo (...)

1Voici plus d’un demi-siècle que la thèse de Pierre Lévêque constitue un ouvrage de référence sur Pyrrhus1. Le travail de bibliographie complémentaire que nous avons mené ne se prétend pas exhaustif. Le sujet touche à trop de domaines : en philologie, en histoire, en archéologie, en épigraphie, en numismatique… Nous avons tenté cependant de dégager quelques tendances de la recherche actuelle et de mesurer aussi en quoi les découvertes les plus récentes avaient infléchi les analyses proposées par Lévêque sur le roi d’Épire, voire ouvert de nouvelles pistes. Il ne s’agit point ici de stigmatiser ce qui marquerait la péremption du livre, ni a contrario, d’esquisser une hagiographie. Nous n’ignorons point la notoriété de l’homme et du savant. Mais nous voulons plutôt, sur ce qui constitue son livre finalement le plus « classique », ou en tout cas le plus académique, tenter une relecture sans a priori. Et il faut concéder d’emblée que, pour les besoins du recueil d’articles qu’Emmanuèle Caire coordonne, nous avons concentré notre intérêt sur une partie du Pyrrhos, celle qui part de la traversée de l’Épire vers l’Italie, concerne les premiers affrontements avec Rome, inclut l’expédition de Sicile et le retour en Italie du sud, avant de se clore sur la défaite de Bénévent et le réembarquement pour l’Épire2. Nous n’avons donc pas pris en compte les aspects de la vie de Pyrrhus antérieurs à l’hiver 281/280, ni la fin de sa vie entre 275/274. En romanistes, et donc privilégiant les entreprises occidentales du roi, nous avons choisi de l’appeler Pyrrhus…

1. Les conditions d’élaboration de la thèse

2La notoriété de P. Lévêque ne tient pas tout entière à sa thèse sur Pyrrhos, mais cette dernière demeure un ouvrage indépassé pour qui s’intéresse à l’histoire du roi d’Épire. Cette biographie vint combler une lacune de l’historiographie que Bengtson, dans sa Grieschiche Geschichte [1950, p. 367], avait pointée du doigt. Le choix du sujet marquait plusieurs ruptures. D’abord Lévêque abandonnait l’archéologie classique chère aux membres de l’École française d’Athènes. Il choisissait un sujet qui ferait de lui plutôt un historien, et un historien adepte de l’« histoire totale ». D’autre part, et dans le contexte scientifique du moment, l’intérêt qu’il portait à l’histoire hellénistique pouvait passer pour dévalorisant, en tout cas comme peu noble. Pourtant, à la même période, des chercheurs italiens se consacraient à des thématiques voisines, notamment Nenci [1953]. Lévêque passa ses années à l’École d’Athènes en un moment où le pays était en proie aux soubresauts qui ont conduit à la guerre civile. Il y compta de nombreux amis grecs, ce qui le distinguait là encore de ses condisciples.

3Après son mémoire de thèse complémentaire, présenté en 1954 sur Agathon [1955], la thèse principale de Lévêque fut préparée sous la direction d’André Aymard et soutenue en mai 1955 à Paris. Frézouls-Fasciato [1956] rend compte de la soutenance elle-même : Heurgon avait critiqué l’utilisation du discours prêté à Cinéas sur les aléas de la guerre et mis en doute, suivi sur ce point par Aymard, le caractère positif du portrait de Pyrrhus dans la thèse, l’insistance à en donner une image unitaire. D’autres critiques ont porté sur la chronologie, notamment le fait de placer l’appel de Tarente au roi épirote durant l’été 281. Aymard, sur la base d’une autre datation pour la mort de Séleucos (entre fin août et fin septembre 281 plutôt qu’en février 280, comme le soutenait Lévêque), considérait du coup comme improbable la réalisation de grands préparatifs durant l’été 281. Heurgon donnait son assentiment aux analyses concernant les relations de Pyrrhus et du sanctuaire de Dodone. Mais, selon Frézouls-Fasciato, Lévêque n’a pas « convaincu à faire de Pyrrhus un homme réfléchi et réaliste ».

4La publication de 1957 dans le cadre de la BEFAR est quasi identique à la forme primitive de la thèse. On ne prend guère l’auteur en défaut sur l’exhaustivité de la bibliographie : tout juste peut-on relever l’absence de la première édition de Nederlof [1940], ou de la monographie de Nenci [1953] et de la thèse de Franke [1955]. L’article de Berve [1954] figure certes dans la bibliographie mais, comme le reconnaît Lévêque [1968‑1969, p. 148], il n’a que peu utilisé cette publication et la cite sommairement. D’une certaine façon, l’enquête semblait close trois ou quatre ans avant la publication, qui correspondaient au moment où l’auteur, revenu de l’École d’Athènes en 1951, passait par Lyon comme assistant puis par Montpellier comme maître de conférences. L’élection à l’Université de Besançon comme professeur en 1957 fut une conséquence académique directe de cette publication.

  • 3 Nous remercions vivement madame Monique Clavel Lévêque, qui a bien voulu apporter son témoignage su (...)

5Il ne semble pas, malgré l’attachement que l’auteur portait à ce livre, qu’il ait envisagé de le réactualiser et de le rééditer. Toutefois, les problématiques historiques abordées dans la thèse principale sont demeurées parmi ses centres d’intérêt, comme en témoignent plusieurs comptes rendus [Lévêque 1962 ; 1982] ou ses interventions dans les colloques de Tarente et les publications associées [1970]. Sartori, Lepore, Adamesteanu, Vallet, Etienne et Nenci y furent ses interlocuteurs principaux. Il n’est pas indifférent de noter que, malgré la sévérité avec laquelle Lévêque [1956] avait recensé la monographie de Nenci, les deux hommes nouèrent un dialogue scientifique suivi, qui déboucha sur une réelle et longue amitié3. Le clivage entre Lévêque et Franke, perceptible notamment dans Lévêque [1957] et Franke [1955], clivage qui repose largement sur les sources numismatiques, ne semble pas avoir en revanche été comblé.

2. La réception de la thèse au moment de sa publication

6Avant d’envisager les comptes rendus qui furent écrits sur Pyrrhos, signalons un fait peu courant : l’auteur donna lui-même une présentation brève de sa thèse [Lévêque, 1958], qui vaut moins pour l’aspect informatif que pour l’image qu’il voulait qu’on retînt de son travail. Réfutant le portrait d’un roi inconstant ou mystique, Lévêque concédait l’ambition de Pyrrhus, nourrie par son désir de ressembler à Alexandre.

7Globalement, le livre fut assez bien, voire très bien accueilli dans les recensions. Mais il faut souligner de curieuses absences : ainsi n’y eut-il aucune recension dans le JHS, qui mentionne cependant l’ouvrage comme reçu [1958, p. 178]. Dans leurs éloges, les recenseurs relevèrent l’érudition du livre, sa qualité d’écriture, l’appareil des tableaux, cartes et plans [Bon 1958 ; Chamoux 1958 ; Gundel 1959 ; Chastagnol 1963]. Trois dimensions du volume retinrent particulièrement l’attention ; elles illustraient par leur nature même l’ambition d’« histoire totale » mais aussi la prise de risque qui accompagne la démarche : l’étude des sources écrites, l’enquête numismatique et l’attention portée à l’iconographie.

8Les sources et l’historiographie concernant le personnage avaient été étudiées méticuleusement et cela fut reconnu comme un des mérites principaux de Lévêque, notamment la distinction opérée entre une historiographie grecque bien informée mais passionnée, et une tradition romaine plus mal informée et orientée vers la glorification de Rome [Cloché 1958a ; Will 1959]. Toutefois, certains déplorèrent des choix malheureux dans les éditions des textes, parfois périmées [Peremans 1960]. L’étude numismatique fut elle aussi considérée comme un des points saillants du livre [Broughton 1960], avec des réactions plus contrastées quant aux pertinences des conclusions, réactions qui reflétaient, au-delà de la thèse elle-même, la vivacité des débats entre numismates ainsi que les querelles d’écoles : Lévêque se ralliait aux thèses de l’école italienne à propos des monnaies romano-campaniennes, notamment aux vues de Breglia, contre Mattingly et Sydenham. Ses choix lui valurent une recension sévère de Franke [1958] et des critiques plus mesurées de Scullard [1959]. Enfin, les pages consacrées à l’iconographie furent elles aussi contradictoirement reçues [Chamoux 1958 et contra Franke 1958].

  • 4 Perret, J., 1942, Les origines de la légende troyenne de Rome (281‑31), Paris ; Gagé, J., 1954‑1955 (...)

9À l’exception de Chastagnol [1963], les comptes rendus ne s’attardèrent pas beaucoup sur les débats franco-français, notamment sur la réfutation ferme des thèses de Perret4 (pour qui Pyrrhus aurait été le créateur de la légende troyenne sur les origines de Rome) ou de Gagé (pour qui Pyrrhus a été influencé par l’oracle de Dodone dans son projet d’expédition italienne).

10Que retint-on alors des thèses soutenues par Lévêque ? Au premier chef, la volonté de présenter Pyrrhus et ses entreprises comme cohérents – à rebours de l’image selon laquelle le roi avait été un bon général mais un piètre politique – avec en arrière-plan le projet d’un empire occidental allant de l’Épire à Carthage. Cette lecture contrastait notamment avec la thèse de Nenci, qui faisait de Pyrrhus un agent de la diplomatie des Ptolémées. Elle est passée pour une réhabilitation un peu forcée du personnage, parfois aux limites d’une approche trop psychologique. En second lieu, les recenseurs mirent en avant les rectificatifs que Lévêque avait apportés à la dimension mythique du roi, notamment par sa mise en cause des « victoires à la Pyrrhus », pour Héraclée et Ausculum, et le refus des légendes ou des inventions greffées sur son histoire. On retint aussi que Lévêque avait fait avancer le complexe dossier de la chronologie, surtout à propos des ambassades de Cinéas à Rome et plus généralement des négociations diplomatiques. Enfin, l’analyse de l’expédition occidentale, au cœur de la thèse, a été ressentie comme neuve, et singulièrement l’interprétation de l’expédition de Sicile, que l’auteur interprète comme destinée à augmenter les ressources de la guerre contre Rome, sans constituer une pure défection vis-à-vis des alliés tarentins. Lévêque expliquait l’échec global de Pyrrhus par l’impossibilité de trouver ces ressources, tout en pointant du doigt l’état de décomposition morale en Sicile et la conquête déjà bien entamée de l’Italie par Rome.

3. Les instruments nouveaux à disposition des chercheurs

11Pour qui lit Pyrrhos aujourd’hui, il faut souligner que le matériel dont disposait P. Lévêque pour préparer son livre était bien lacunaire : ni Plutarque ni Polybe, ni Denys n’existaient dans une édition scientifique française, fût-ce de façon incomplète. Ainsi, dans la C.U.F., l’édition de la Vie de Pyrrhus par Flacelière et Chambry [1971], pour sommaire que soit leur commentaire, est parue tardivement, tout comme les volumes de Pédech pour Polybe (auteur toujours incomplet dans cette collection). Le commentaire de la biographie plutarchéenne par Nederlof [1940], qu’il faut désormais compléter par [1978], ne paraît pas avoir été utilisé par Lévêque. Les œuvres morales de Plutarque, notamment les Apophtegmes des rois et généraux (tant ceux de Pyrrhus que ceux de Fabricius importent à notre thème), ont été traduits par Fuhrmann [1988] et l’édition des fragments de Diodore a été entamée par Goukowsky [2006], avec un nouveau classement. Contrairement à Lévêque, nous disposons désormais de précieux commentaires critiques comme ceux de Walbank sur Polybe [1957‑1979], de Skutsch sur Ennius [19862]. Concernant Denys, il existe aussi une nouvelle traduction complète [Cantarelli 1984] et une édition bilingue avec commentaire historique pour les derniers livres fragmentaires [Pittia 2002a]. Le catalogue de Torelli [1978] complète le tableau des ouvrages de références sur les sources écrites concernant la période, avec quelques notices chronologico-thématiques qui proposent commodément le bilan historiographique des débats. Aux frontières de l’histoire et de l’historiographie, le déclenchement même du conflit romano-pyrrhique est étudié par Barnes [2005] sous l’angle des familles de sources. Cette perspective est aussi celle de Burelli Bergese [1990], à propos de la biographie de Plutarque. Pour une étude sur la biographie historique en tant que genre dans l’Antiquité, on se tournera vers Momigliano [1971], une réflexion sur l’écriture moderne de la biographie est ébauchée dans Chamoux [1989].

12La longue notice de Kienast [1963] dans la RE prend évidemment en compte la thèse de Lévêque et on ne peut manquer de relever l’élaboration là encore tardive de cet article dans l’encyclopédie de référence pour les antiquisants ; le traitement est plus sommaire dans Günther [2001]. Les travaux sur l’historiographie antique ont aussi beaucoup fait progresser l’analyse des historiens grecs du monde romain et l’étude des familles de sources, notamment pour Timée, grâce à Momigliano [1959], Manni [1963], Vattuone [1982 ; 1991 ; 2004], La Bua [1984] et Pearson [1987] ; pour Philinos, La Bua [1966] ; pour Proxenos, La Bua [1971a] ; pour Hieronymos de Cardia, Hornblower [1981] ; pour Diodore, Càssola [1982] ; pour Denys, Schettino [1991], Gabba [1991], Caire [1999], Pittia [2002a et b], Delcourt [2005] ; pour Trogue Pompée/Justin, La Bua [1978], ainsi que Forni-Angeli Bertinelli [1982] ; pour Pausanias, voir Bearzot [1992], tandis que Forte [1972] est sommaire. De nombreuses études ont porté sur l’historiographie plutarchéenne, par exemple Swain [1990], Mossman [1992 ; 2005], Schepens particulièrement [1999 et 2000], Scuderi [1998‑1999], Buszard [2005]. Un dossier très documenté rassemble les données concernant le difficile texte connu sous le nom d’Ineditum Vaticanum, avec de nouvelles hypothèses sur l’identification de ces fragments, dont l’un rapporte la réponse d’Appius Claudius Caecus à Cinéas [Humm 2007]. Pour les auteurs de langue latine, on relèvera les articles de Suerbaum sur Ennius [1995a et b].

13Du côté des sources non littéraires, et spécialement de l’épigraphie, signalons l’existence de débats contemporains de la thèse de Lévêque mais qui ne prennent pas en compte sa publication. Ainsi, peu après la parution du Pyrrhos et sans mentionner, voire sans connaître encore le livre, Babelon [1958] discutait les travaux de Franke [1955], à propos de Syll. 392, inscription dans laquelle Pyrrhus rend hommage au Zeus de Dodone avec les Épirotes et les Tarentins. La mention βασιλεὺς Πύρρος avait poussé Franke à envisager une dissociation entre le roi et son peuple. Lévêque [1957], dans son compte rendu du livre de Franke, était lui aussi revenu sur cette inscription de Dodone, outre les pages qu’il y avait consacré dans la thèse.

14Mais l’essentiel des nouveautés épigraphiques tient aux travaux consacrés aux tablettes de Locres par De Franciscis [1972], puis Musti [1979] et surtout Costabile [1992]. Ces 39 tablettes découvertes en 1959 et aujourd’hui exposées au Musée de Reggio di Calabria, ont permis de connaître les emprunts contractés par la cité de Locres auprès du sanctuaire de Zeus Olympien. La plupart des tablettes constituent en effet des créances et ces emprunts ont été contractés pour la construction de tours et la défense de la cité, ainsi que pour une contribution financière destinée à un roi (συντέλεια βασιλεῖ). Cette συντέλεια peut être comprise comme une contribution financière collective ou comme une alliance impliquant le versement d’une contribution. Reste à trancher l’identification du βασιλεὺς. Les savants, qui ont pu hésiter entre Agathoclès et Pyrrhus dans l’identification du souverain, ont aussi avancé l’hypothèse d’un magistrat local mais ils ont ensuite très majoritairement identifié ce βασιλεὺς avec le roi d’Épire. Ce fut le cas de Lévêque, qui avait lui-même traité du sujet [1970, p. 63‑64] et affirmait comme certaine l’identification du roi avec Pyrrhus. Les tablettes furent conséquemment datées entre 281 et 274 voire plus précisément entre 280 et 275, période où Pyrrhus utilisa Locres comme base. Costamagna et Sabbione [1990] ont associé aux documents photographiques une description synthétique des conditions de découverte en 1959 et un tableau des débats. Mais surtout, dans son édition de 1992, Costabile et les co-auteurs du chapitre 4 (Fuda, Van Compernolle et Guzzetta) remettent à plat le débat sans apporter des conclusions convergentes : notamment, Van Compernolle se rallie à l’identification du βασιλεὺς avec Pyrrhus, tandis que Costabile y voit un archonte-roi, probablement inspiré du modèle athénien. Récemment, Marchetti [1995] a rassemblé les données du dossier épigraphique sur Pyrrhus et, à propos des tablettes de Locres, il accepte l’interprétation selon laquelle Pyrrhus est le roi auquel elles se rattachent.

  • 5 Evans, A. J., 1899, The Horsemen of Tarentum, NC, p. 1‑228, pl. I-XI.
  • 6 Giesecke, W., 1928, Italia numismatica, Leipzig.

15L’étude des sources numismatiques a, elle aussi, été enrichie et parfois compliquée par des débats très vifs entre spécialistes. Si l’on prend en compte les monnaies frappées en Italie par les différentes puissances au moment de l’expédition de Pyrrhus, trois synthèses dominent le paysage des publications : Thomsen [1957‑1961] a constitué le catalogue et la synthèse de référence sur le monnayage primitif de Rome. En outre, à propos des questions de métrologie, il expose la théorie d’Evans5, qui considère que la réduction de poids des didrachmes de Tarente au standard de six scrupules date de l’époque de la guerre pyrrhique (à cause de la présence de l’éléphant comme symbole). Giesecke6 avait au contraire soutenu que cette réduction de poids n’avait eu lieu qu’après 272. Thomsen marque plutôt son accord avec Evans, contrairement à Burnett [1977], qui voit dans la présence des éléphants sur les monnaies de Neapolis, cité hostile à Pyrrhus, un contre-argument. De plus, Burnett insiste sur le fait que Pyrrhus a utilisé un standard attique en Italie mais en a changé à Syracuse. Burnett, tout en pointant la fragilité des thèses d’Evans, admet qu’il est raisonnable de placer vers 280 le terminus post quem pour la présence de l’éléphant comme symbole sur les monnaies de Tarente et de Neapolis. Le monnayage tarentin avait été étudié par Ravel [1947], dont Lévêque ne semble pas avoir fait usage.

16De façon générale, la question de la réduction du poids de la monnaie d’argent fait l’objet de maints débats, dont l’article de Stazio [1971] donne une idée claire. Si certains savants assignent en effet à l’époque de Pyrrhus la réduction pondérale, d’autres rapprochent le nouveau poids des statères des didrachmes du second groupe des monnaies romano-campaniennes et donc expliquent le nouveau poids des monnaies tarentines par l’influence de Rome et de ses exigences commerciales en Italie. Cette seconde interprétation suppose que la deuxième série des didrachmes romano-campaniens soit antérieure à la guerre pyrrhique, tandis que d’autres numismates la considèrent comme émise pour les besoins de la guerre elle-même. Thomsen [3, 1961], balayant l’interprétation antérieure, a soutenu que la réduction est intervenue pendant la guerre contre Pyrrhus mais avant son terme, et sur le modèle de la réduction pondérale des monnaies syracusaines. L’exemple de Tarente aurait alors été suivi par Héraclée, Thourioi, Crotone et c’est seulement après 270 que Rome, à son tour, aurait adopté ce modèle, dans la seconde série des monnaies romano-campaniennes.

  • 7 Mitchell, R. E., 1966, NC, p. 65‑70 ; 1969, ANSMN, p. 41‑71 ; 1973, RIN, p. 89‑109.Vide contra Thom (...)

17Après Thomsen, une deuxième synthèse générale vaut d’être signalée : Crawford [1985] y présente le monnayage romain au temps de la guerre pyrrhique, rappelle la réduction du poids standard pour l’argent à Tarente, Metaponte, Héraclée, Thourioi et Crotone du fait de la guerre mais, selon lui, il reste difficile de dire si le conflit a eu une autre conséquence que cette réduction pondérale. L’époque est celle où les didrachmes romano-campaniens se diffusent dans le sud-est de l’Italie tandis que les frappes de Grande-Grèce reflètent l’aventure sicilienne de Pyrrhus, dans laquelle les Romains n’ont eu aucune part. Enfin, la troisième synthèse générale est celle de Burnett [1987], qui consacre un développement dense au monnayage « romano-campanien » et aux emprunts, y compris stylistiques, faits au monnayage des cités d’Italie méridionale. Un article antérieur du même savant [Burnett 1977] constitue lui aussi une synthèse précieuse : il clarifiait notamment les termes du débat concernant, d’une part, l’introduction à Rome du denier d’argent, placée par Mitchell à la toute fin du ive siècle mais par Thomsen et Crawford vers 290/2807, et, d’autre part, les relations entre le monnayage romain et le monnayage italien.

  • 8 L’auteur a donné un catalogue des monnaies d’Épire en 1961, qui ne revêt pas d’intérêt direct pour (...)

18Sur les monnaies épirotes, par ailleurs, le livre de Franke [1955] fournit des pistes, mais sans illustrations8. Il vaut mieux recourir à Stazio [1978], qui présente les émissions de monnaies dans les trois catégories métalliques. Pyrrhus a surtout frappé monnaie en Occident (rares sont ses émissions monétaires en Épire, et après la campagne d’Italie) et en suivant le modèle attique. Toutes les émissions en or, une émission en argent et presque toutes celles en bronze sont produites à Syracuse durant la phase sicilienne de l’expédition. Mais sont attribuées à l’Italie (et vraisemblablement spécifiquement à Locres) les autres séries d’argent. Stazio considère l’influence de Pyrrhus sur le monnayage italiote comme forte, tant par les émissions de monnaies d’or plus nombreuses, par les types nouveaux (aigle sur éclair, Zeus de Dodone, éléphant) et aussi par les modifications du système pondéral italiote. Il revient sur la réduction du poids et l’alignement sur le poids des monnaies campaniennes (la question de savoir qui s’est aligné sur qui restant débattue). Le monnayage de Pyrrhus en Sicile a fait l’objet d’une thèse peu accessible mais dont l’auteur a donné une version synthétique [Borba-Florenzano, 1992]. Enfin Lücke [1995] s’est concentré sur l’utilisation de l’image d’Achille dans le monnayage du roi.

19Lévêque [1977] lui-même a repris les questions numismatiques dans un article couvrant les années 340‑270. Il y présentait notamment un trésor de monnaies trouvé à Metaponte-Bernalda, mais dans lequel aucune pièce n’est antérieure à 281 [Procopio, 1957]. Ce trésor pourrait manifester un enfouissement précipité juste avant l’appel au roi d’Épire, devant la menace des « barbares ».

20Quelques monnaies singulières ont été (ré) étudiées en détail. Ainsi Babelon [1958] analyse le statère de Locres où figurent Zeus lauré au droit et, au revers, Roma assise sur un trône, tandis qu’une figure lui rend hommage avec la légende πίστις ; cette monnaie est rapportée au débarquement de Pyrrhus en Italie, dont une des conséquences est la prise de Locres et le saccage du temple de Perséphone. La monnaie aurait été frappée pour réaffirmer la fidélité de Rome envers ses alliés, parfois pourtant défaillants ; sur la datation de cette monnaie, voir aussi Burnett [1977], qui la place peu après le départ de Pyrrhus, vers 275. Toutefois, Babelon [1958] n’était pas convaincu par l’existence d’un atelier de Pyrrhus à Locres, le roi aurait plutôt utilisé l’atelier d’Ambracie, hypothèse qu’a récemment rejetée Callataÿ [2000]. Burnett [1983] a commenté une monnaie d’Épire (tête de Zeus et Dionè assise, avec en légende βασιλέος Πύρρου, ce tétradrachme fut frappé à Locres entre 281 et 275 pendant l’expédition de Pyrrhus. Thomsen [3, 1961, p. 136‑143], à propos du dernier groupe des monnaies romano-campaniennes étudie l’évolution du groupe Mars/cheval, relevant que Mars ressemble beaucoup à l’Achille du didrachme de Pyrrhus/Thétis au revers. Le revers de cette monnaie a aussi servi de modèle pour une monnaie d’or du Bruttium (Poséidon/ Amphitrite tenant Eros dans ses bras, assise sur un hippocampe nageant). Thomsen avance que le didrachme de Pyrrhus a circulé non seulement pendant l’intervention de Pyrrhus en Italie mais aussi longtemps après. Cette copie peut donc être postérieure (et pour Thomsen, elle l’est vraisemblablement) à la présence même de Pyrrhus en Italie. Enfin, Nicolet-Pierre [2007], s’appuyant notamment sur Callataÿ [2000], fait le point, illustrations à l’appui, sur les pièces émises par des faussaires et rapportées au roi Pyrrhus.

21L’étude de Callataÿ [2000, spéc. p. 210‑211] vaut aussi pour les considérations sur la répartition des métaux à propos des frappes de Pyrrhus (70 % or et 30 % argent environ). Si l’on évalue à 200 drachmes attiques la paie annuelle d’un soldat, Callataÿ estime à plus de 18 420 kg l’argent frappé en Sicile, soit la solde d’un peu plus de 21 000 combattants. En étalant cette solde sur deux ans, Pyrrhus aurait donc pu payer 10 000 combattants par an, ce qui correspond de fait aux effectifs de l’armée de Sicile (voir Appien, Samn. 11.6). La situation pour la campagne d’Italie était en revanche très différente car les frappes attribuées à Locres furent marginales, de l’ordre de 10 %. Or Pyrrhus avait beaucoup plus de soldats à payer en Italie qu’en Sicile. La frappe de monnayages au nom de Pyrrhus a été une contribution mineure pour l’effort de guerre sur le sol italien (entre mai 280 et l’automne 278) et la situation est bien distincte de celle des frappes syracusaines. Contre la thèse de Borba Florenzano (selon qui l’or et l’argent auraient été réservés au paiement des officiers, tandis que les octoboles de bronze servaient aux mercenaires de la troupe), Callataÿ estime que les octoboles ont certes servi à payer la troupe mais qu’ils n’y ont pas suffi (représentant seulement un peu moins de 4 000 soldes annuelles).

22Dans le domaine iconographique, sans qu’on dispose à proprement parler d’un matériel nouveau, l’étude des représentations de Pyrrhus a connu deux publications remarquables : Winkes [1992] et Brown [1995].

23Nous n’avons pas étendu cette enquête bibliographique à l’archéologie générale de l’Italie, de la Grande Grèce et de la Sicile au temps de Pyrrhus, ce n’était évidemment pas la perspective du Pyrrhos et cela eût ouvert un chantier infini, dépassant voire noyant le sujet que nous avons choisi de traiter. Entre autres pistes, signalons les parutions annuelles du Congrès de Tarente ainsi que la Bibliografia topografica della colonizzazione greca in Italia e nelle isole tirreniche, dirigée initialement par Nenci et Vallet et qui paraît depuis 1977 (Pise-Rome).

4. Les voies empruntées depuis par les historiens

24On se réjouit que les études sur le monde hellénistique ne soient plus aujourd’hui des exceptions dans le paysage scientifique. En premier lieu, de grandes synthèses ont paru sur l’histoire générale de cette période, faisant bonne place aux contacts entre Rome et l’Épire et à l’expédition occidentale de Pyrrhus. Si Bayer [1972] est sommaire sur cet aspect, ce n’est le cas ni de Will [1979], ni de Walbank [1988]. La grande synthèse de Bengtson, dans laquelle Lévêque avait relevé le souhait qu’une monographie fût consacrée à Pyrrhus, prend en compte dans ses rééditions la monographie du savant français [Bengtson 1977, 5e édition]. Enfin Lamboley [2004] rassemble commodément les éléments narratifs et reprend le complexe dossier numismatique avec en arrière-plan la politique d’unification monétaire. Lamboley ne fait pas siennes les vues de Lévêque selon qui Pyrrhus aurait été à Tarente l’homme des démocrates et il replace l’action du roi dans le cadre général des condottieri. Sur les contacts entre monde hellénistique et romain, là encore, quelques études générales permettent une meilleure contextualisation, malgré un caractère souvent très descriptif : Manni [1956] ; Gruen [1984] ; Lomas [1993] ; Firpo [1994].

25Du côté des romanistes, les synthèses générales font évidemment place à l’expédition de Pyrrhus : Toynbee [1965] insistait sur les dimensions diplomatiques liées à cette guerre tandis que Cornell [1995] la replace dans le débat sur l’impérialisme romain ; Forsythe [2005] reste descriptif.

26Aucune étude proprement biographique n’a atteint l’ampleur qui est celle du livre de Lévêque (de nos jours la biographie historique est nettement moins objet de production académique, malgré l’incontestable succès du genre en librairie) : Carcopino [1961] a donné un fade récit événementiel, étrillé dans Lévêque [1977] ; Bengtson [1975] s’est aussi placé dans une perspective descriptive ; Garoufalias [1979] est scientifiquement négligeable. Seul le chapitre synthétique de Franke [1989] constitue un véritable outil de travail. Les études prosopographiques sont peu nombreuses : Sandberger [1970] et Olshausen [1974] pour Cinéas.

27On cherchera donc dans d’autres directions les publications qui font avancer le dossier. D’abord, les études sur l’Italie méridionale, les cités et les peuples qui la composent ont apporté beaucoup à la connaissance des alliances entre ces peuples et les puissantes dominantes : Salmon [1967] ; Guzzo [1989] ; Tagliamonte [1994 ; 1997] ; Sirago [1993 et 1999] ; Isayev [2007]. La ligue italiote est étudiée par Intieri [1987‑1988]. Il en est de même pour les publications sur la Sicile au début du iiie siècle, qui intègrent des synthèses sur l’expédition du roi épirote dans l’île, ses motivations, les causes de son échec, notamment Berve [1954], Lepore [1964‑1965], Lévêque lui-même [1968‑1969], Goldsberry [1973] puis De Sensi Sestito [1980], La Bua [1980], Santagati Ruggeri [1997], Bruno Sunseri [2003] jusqu’à Cabanes [2005]. Hans [1983] est plus sommaire. La tradition historiographique sur ce thème est étudiée par Irmscher [1968‑1969] et Marino [2004].

  • 9 Wuilleumier, P., 1939, Tarente, Des origines à la conquête romaine, BEFAR, 148, Rome.

28L’enchaînement des guerres et l’articulation entre conflits samnitiques et guerre pyrrhique est finement abordé par Mitchell [1985]. Les publications centrées sur la première guerre punique et ses causes lointaines intègrent également des considérations sur l’expédition épirote : Roussel [1970] ; Huss [1985] ; Billault [2001]. L’histoire de Tarente, sans que soit remplacée la thèse de Wuilleumier9, a été complétée par les travaux de Brauer [1986], Urso [1998], De Juliis [2000] et Mele [2002]. Il faut compléter par les publications sur la Magna Grecia : Sartori [1960] ; Calderone [1976] ; Greco [1981]. Rhegion et la question des détroits sont notamment abordés dans la désormais classique étude de La Bua [1971b]. Les grandes synthèses sur l’histoire générale de l’Épire et ses dirigeants sont de moindre apport pour notre thème à proprement parler [Hammond 1967].

29Les études politiques sont pour l’essentiel des études sur la nobilitas et les « partis » au temps de la confrontation avec Pyrrhus. Càssola [1962] oppose, pour l’époque de la guerre pyrrhique, deux groupes, l’un défendant une expansion tournée vers le nord de l’Italie, l’autre enclin à conquérir les régions méridionales : le premier serait le porte-parole des « ruraux », avec à sa tête principalement Q. Fabius Rullianus et C. Fabricius Luscinus ; le second serait davantage lié aux milieux d’affaires, avec Q. Publilius Philo, Ap. Claudius Caecus, P. Cornelius Scipio Africanus, and T. Quinctius Flamininus. Loreto [1991‑1992 ; 1993] cerne finement la prise de décision politique à Rome durant les guerres en Italie. L’étude politique consacrée à Ap. Claudius Caecus par Humm [2005] dépasse largement le cadre d’une biographie et constitue un instrument de travail majeur sur la vie politique romaine.

30La dimension militaire est indirectement abordée dans Scullard [1974], sur l’utilisation de la cavalerie éléphantine et de façon plus centrale par Heinen [1972], à propos de la mise à disposition d’animaux par Ptolémée Keraunos. D’autre part, Vartsos [1970] a étudié sous l’angle militaire la campagne de Sicile et Wylie [1999] revient sur l’hypothèse selon laquelle Pyrrhus aurait écrit un livre de tactique. Les généraux modernes (von Clausewitz ou Montgomery) ont d’ailleurs porté intérêt aux campagnes de Pyrrhus. Certes, nos sources, peu expertes en art militaire, tendent à l’imprécision dans les récits de combat. Il faut aussi s’étonner de ce qu’au moment où les Tarentins font appel à lui, Pyrrhus n’a guère brillé qu’à la bataille d’Ipsos (au moment de laquelle il avait 18 ans).

31C’est assurément du côté de l’histoire des relations diplomatiques qu’on trouve les articles les plus intéressants sur les volontés hégémoniques de Pyrrhus et aussi sur les difficultés chronologiques du dossier. C’est vrai dans des ouvrages de synthèses sur les traités eux-mêmes, Schmitt [1969], Ager [1996], Canali de Rossi [1997], mais aussi dans des livres plus conceptuels sur les formes de l’impérialisme romain, comme ceux de Dahlheim [1968], Harris [1979], d’Eckstein [2006]. Diverses ambassades romaines ont été menées au moment de la genèse de la guerre romano-tarentine, qui déclenche elle-même l’appel à Pyrrhus : elles sont fortement liées aux missions menées par Postumius Megellus et par Fabricius [Hof 2002 ; Stouder 2007].

32Il faut surtout relever le foisonnement d’articles sur l’histoire des négociations et des traités romano-carthaginois, et sur la place qu’a tenue la menace épirote dans les tractations et actes diplomatiques. Les exposés les plus synthétiques sur l’ensemble du dossier, y compris les points de traduction, sont ceux de Hoyos [1984], Scullard [1989] et Scardigli [1991] mais ce dernier livre est critiqué vigoureusement par Loreto [1995‑1996], qui en conteste la méthode. Bien d’autres publications jalonnent ce dossier historiographique : Manni [1958] ; Nenci [1958] ; Lefkowitz [1959] ; Meister [1970 ; 1971] ; Mitchell [1971] ; Flach [1978] ; Badian [1980] ; Ruschenbusch [1980‑1981] ; Hoyos [1985] ; Heisserer [1985] ; Palmer [1997] ; Bresson [2004], qui insère la réflexion diplomatique dans le thème de la mobilité et des échanges.

33En fait, ce sont surtout les textes de Polybe 3.25‑26 qui ont prêté à controverse, à cause de la polémique que Polybe avait lui-même alimentée contre Philinos, et aussi parce que Polybe fait état d’un traité romano-carthaginois situé entre 280 et 278. Outre le terminus ante quem que renferme l’allusion à la guerre déclenchée par les Carthaginois en Sicile – quasi unanimement interprétée comme une allusion à la première guerre punique –, le membre de phrase κατὰ τὴν Πύρρου διάβασιν est le véritable élément de datation du traité et, grammaticalement, il peut se comprendre par « à l’époque de la traversée de Pyrrhus », donc une indication relativement vague ; pourtant d’aucuns ont voulu y voir un événement plus précis. La traversée dont il est question peut être soit la traversée initiale, d’Épire en Italie, soit la traversée de Pyrrhus d’Italie en Sicile. Un peu plus bas dans le texte polybien, le terme συμμαχία a été compris comme « paix » ou comme « alliance » et surtout, selon l’interprétation de la préposition πρός, il s’agit d’un traité contre ou avec Pyrrhus. Le terme ἀμϕότεροι est compris par les uns au sens de « tous les deux », par les autres au sens de « l’un ou l’autre des deux ». La fourniture de bateaux par les Carthaginois peut concerner « le trajet aller et retour » ou bien « le transport et l’attaque ». L’interprétation de la conjonction ἵνα comme introduisant ou non une proposition finale est aussi débattue. En fonction de la combinaison des diverses hypothèses précédentes, il y a plusieurs scénarios de traduction du texte polybien [Scardigli 1991, p. 185 et notes 207‑209, p. 199]. Ceci posé, il ne faut pas négliger la conciliation du texte polybien avec les autres sources, dont Diodore 22.7.5, Valère Maxime 3.7.10, Justin 18.2.13 et la Periocha 13.

34La datation du second traité-romano carthaginois a donc aussi été diversement tranchée, on se reportera commodément à la synthèse de Hoyos [1984, p. 403‑417] : 280 pour Nenci [1958] ; ou 279/début 278 pour les quasi-totalité des autres savants. La polémique sur le traité romano-carthaginois évoqué par Polybe en 3.26 et sa critique de Philinos, ajoutent à la complexité du débat. L’hypothèse même qu’il s’agisse d’un nouveau traité est récusée par Mitchell [1971], pour qui le traité de Philinos était le seul effectif. En revanche, Ruschenbusch [1980‑1981] considère comme impossible que les Romains aient revendiqué toute l’Italie comme leur sphère d’influence à une date où Tarente même n’était pas conquise. Badian [1980] revient lui aussi sur l’existence et l’authenticité du traité de Philinos et se pose contre l’avis de Meister, selon qui le traité de Pyrrhus présuppose l’existence du traité de Philinos (malgré le jugement de Polybe). Pour Badian, le traité de Pyrrhus n’était pas un traité d’alliance mais un traité d’alliance conditionnelle, qui ne fut jamais mis en œuvre. Le traité de Philinos n’existait pas, Polybe ne l’avait pas retrouvé dans les archives (Meister objectait, lui, que les Romains auraient pu le détruire pour s’exonérer de toute faute dans le déclenchement de la première guerre punique). Pour Badian, les Romains ont inventé une excuse typiquement dans la tradition annalistique : la guerre tarentine aurait déjà introduit une rupture de l’accord du fait des Carthaginois, donc en 264, Rome n’était plus liée par un traité. Ce n’est pas le lieu ici de trancher, mais cet événement diplomatique est incontestablement un des thèmes les plus labourés par la bibliographie.

35Le rôle de l’Égypte lagide, son influence sur la politique de Pyrrhus deviennent aussi mieux connus : Nenci [1953 et 1958], certes discutable dans sa vision radicale du rôle des Lagides ; Heinen [1972] ; Walbank [1988] ; Zodda [1997], à consulter avec discernement. On préfèrera Hammond [1988].

36On ajoutera pour finir les publications concernant la dimension mythique et légendaire de Pyrrhus. Nenci s’était intéressé à Pyrrhus thaumaturge [1963]. La légende troyenne et son utilisation sont prises en compte dans Momigliano [1982] et Erskine [2001] ; les mythes d’Achille et de Diomède, dans Coppola [1990], Gruen [1990], Jones [1999] ; la généalogie mythique du roi, dans Pouzadoux [1998].

Conclusion

37La thèse de Lévêque reste un outil indispensable pour qui travaille sur l’Italie du premier quart du iiie siècle. Elle est le point de référence de maints articles et son ambition « d’histoire totale » reste vérifiée si l’on relève qu’elle reste citée par les spécialistes du monde grec hellénistique comme par ceux du monde romain, par les historiens comme par les archéologues, par les philologues comme par les numismates. Il serait vain de vouloir dresser un tableau comparatif des aspects dépassés et des analyses encore validées par la communauté scientifique. Les aspects les plus dépassés sont vraisemblablement les considérations numismatiques, encore faut-il bien rappeler la prudence avec laquelle les appendices consacrés à ce thème étaient rédigés : Lévêque s’appuyait sur des devanciers prestigieux et ce sont moins ses analyses que leurs travaux qui sont aujourd’hui périmés. Au courant des travaux de Babelon, Lévêque n’avait manifestement pas eu la possibilité d’accéder à leur version préparatoire [1957, p. 691].

38Force est d’admettre qu’il y aurait place pour une nouvelle thèse sur Pyrrhus, tant les questionnements historiques ont évolué et se sont enrichis. Mais on reste admiratif devant le travail réalisé par Lévêque voici un demi-siècle et surtout devant son amplitude thématique. Ce livre dépassait l’enfermement dans les spécialités étroites, il se situait aux confins de l’histoire grecque et de celle du monde romain. Aujourd’hui, une pareille entreprise constituerait un redoutable défi bibliographique et serait, dans le paysage académique souvent figé pour ne pas dire « partitionné » entre Grecs et Romains, risquée.

39Relire le Pyrrhos n’est donc pas seulement une marque de curiosité historiographique : c’est aussi se plonger dans une certaine conception de l’histoire ancienne, « englobante » pour ainsi dire, et sur ce point, le livre vaut toujours par l’ambition de méthode qu’il affichait. Sa fluidité rédactionnelle, la clarté de son exposé s’offrent aussi comme le modèle d’une certaine conception de la thèse de doctorat, œuvre de science qui sait être œuvre littéraire, sans que le goût ou la qualité de l’écriture nuisent à la rationalité de la démarche. Le Pyrrhos vaut toujours d’être pratiqué, et pas seulement pour qui s’intéresse à Pyrrhus. Pour qui se penche sur l’histoire des zones de contact dans le monde méditerranéen, pour qui tente une écriture historique sachant conjuguer la multiplicité et la diversité des points de vue, sans helléno- ou romano-centrisme, Pyrrhos reste un livre à méditer. C’est peut-être là d’ailleurs sa principale caractéristique : ne paraître point refléter le regard des Grecs ou au contraire le regard des Romains. Il constitue pleinement un livre d’histoire ancienne, c’est sans doute là que réside, cinquante ans après, sa modernité.

Haut de page

Bibliographie

Comptes rendus à la thèse de P. Lévêque

Aalders, G. J. D., 1958, Mnemosyne, 11, p. 173‑175.

Aymard, A., 1957, REL, 35, p. 393‑395.

Bon, A., 1958, REG, 71, p. 452‑455.

Broughton, T. R. S., 1960, AJPh, 81/2, p. 211‑212.

Chamoux, F., 1958, JS, oct.-déc., p. 168‑176.

Chastagnol, A., 1963, AESC, 18/1, p. 190‑194.

Cloché, P., 1958a, AC, 27/1, p. 249‑251.

Cloché, P., 1958b, RH, 220, p. 354‑356.

D’arrigo, A., 1958, ASCL, 27, p. 176‑178.

Edson, Ch., 1958, AHR, 63/4, p. 941.

Franke, P. R., 1958, GNS [ = Schweizer Münzblätter], 8, p. 12.

Frezouls-Fasciato, M., 1956, RH, 215, p. 398‑400.

Gundel, H. G., 1959, HZ, 188, p. 341‑342.

Oost, S. I., 1958, CPh, 53/4, p. 256‑257.

Peremans, W., 1960, RBPh, 38, p. 91‑93.

Pouilloux, J., 1958, REA, 60, p. 218‑223.

Scullard, H. H., 1959, CR, 9/1, p. 62‑63.

Walbank, F. W., 1959, EHR, 74/290, p. 93‑94.

Will, E., 1959, RPh, 85, p. 111‑116.

Bibliographie

Quelques ouvrages antérieurs à la sortie de Pyrrhos en 1957 sont cités dans cette bibliographie. Ce sont des publications qui n’avaient pas été prises en compte dans la thèse de Lévêque.

Ager, S., 1996, Interstate Arbitrations in the Greek World, 337‑90 B.C., Berkeley-Los Angeles, spéc. p. 94‑96.

Babelon, J., 1958, Le roi Pyrrhos, dans Centennial Publication of the American Numismatic Society, New York, p. 53‑71.

Badian, E., 1980, Two Polybian Treaties, filias carin, Miscellanea di Studi Classici in onore di Eugenio Manni, 1, Rome, p. 161‑169.

Barnes, C. L. H., 2005, Images and Insults. Ancient Historiography and the Outbreak of the Tarentine War, Historia Einzelschriften 187, Stuttgart.

Bayer, E., 1972, Rom und die Westgriechen, ANRW, 1.1, Berlin, p. 305‑340.

Bearzot, C., 1992, Storia e storiografia ellenistica in Pausania il Periegeta, Venise, p. 227‑259.

Bengston, H., 1956, Aspetti storico-universali del mondo ellenistico, PP, 11, p. 161‑178, republié en all. avec quelques notes suppl., Universalhistorische Aspekte der Geschichte des Hellenismus, dans Kleine Schriften zur alten Geschichte, Munich, 1974, p. 115‑131.

Bengtson, H., 1975, Pyrrhos, König der Molosser, dans Herrschergestalten des Hellenismus, Munich, p. 91‑109, spéc. p. 99‑104.

Bengtson, H., 19775, Griechische Geschichte von den Anfängen bis in die römische Kaiserzeit, Handbuch der Altertumswissenschaft, 3/4, Munich, spéc. p. 395‑399 (réimpr. 1996, 1ère édition 1950).

Berve, H., 1954, Das Königtum des Pyrrhos in Sizilien, dans R. Lullies (éd.), Neue Beiträge zur klassischen Altertumswissenschaft, Festschrift B. Schweitzer, Stuttgart, p. 272‑277.

Billault, A., 2001, Pyrrhus, la Sicile et la première guerre punique : Plutarque, Vie de Pyrrhus, 14‑23, dans Y. Le Bohec (dir.), La première guerre punique. Autour de l’œuvre de M. H. Fantar, Actes de la table-ronde de Lyon (19 mai 1999), Lyon, p. 22‑27.

Borba Florenzano, M. B., 1992, The Coinage of Pyrrhus in Sicily : Evidence of a Political Project, dans T. Hackens et alii (éd.), The Age of Pyrrhus…, p. 207‑223.

Brauer, G. C., 1986, Taras. Its History and Coinage, New Rochelle-New York, spéc. p. 121‑167.

Bresson, A., 2004, Les accords romano-carthaginois, dans Cl. Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, CEFR, 341, Rome, p. 649‑676.

Brown, B. R., 1995, Royal Portraits in Sculpture and Coins, Pyrrhos and the Successors of Alexander the Great, New York.

Bruno Sunseri, G., 2003, L’“avventura” siciliana di Pirro, dans Quarte giornate Intern. di Studi sull’area elima (Erice, 1‑4 dicembre 2000), Pise, p. 91‑104.

Burnett, A., 1977, The Coinages of Rome and Magna Graecia in the Late Fourth and Third Centuries, SNR, 56, p. 92‑121.

Burnett, A., 1983, The Henna Hoard and the Silver Coinage of the Syracusan Democracy, SNR, 62, p. 5‑26 et pl. 1‑10.

Burnett, A., 1987, Coinage of the Roman World, Londres.

Burelli Bergese, L., 1990, L’Ultimo Pirro, Miscellanea Greca e Romana, 15, p. 43‑121.

Buszard, B., 2005, The Decline of Roman Statesmanship in Plutarch’s Pyrrhus-Marius, CQ, 55/2, p. 481‑497.

Cabanes, P., 2005, Les interventions grecques en Grande Grèce et en Sicile aux ive-iiie siècles av. J-C., dans E. Deniaux (dir.), Le canal d’Otrante et la Méditerranée antique et médiévale, Colloque de l’Université de Paris X Nanterre (20‑21 novembre 2000), Bari, p. 23‑30.

Caire, E., 1999, Pyrrhus et les trésors de Perséphone, Pallas, 53, p. 243‑256.

Caire, E. et Pittia, S. (dir.), 2006, Guerre et diplomatie romaines, ive-iiie siècles av. J.‑C., Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence.

Calderone, S., 1976, Conquista romana della Magna Grecia, La Magna Grecia nell’età romana, Atti del XV convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 5‑10 ottobre 1975), Naples, p. 33‑81.

Callataÿ, Fr. de, 2000, Un « octobole » de Pyrrhus surfrappé sur un statère de type corinthien. Réflexions sur les masses monnayées par Pyrrhus en or et en argent, AIIN, 47, p. 189‑213 et planches XII-XV.

Canali De Rossi, F., 1997, Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Rome.

Cantarelli, F. (trad.), 1984, Dionigi di Alicarnasso, Storia di Roma arcaica (Le Antichità romane), Milan.

Carcopino, J., 1961, Pyrrhus, aventurier ou conquérant ? dans Profils de conquérants, p. 9‑108.

Càssola, F., 1962, I gruppi politici romani nel III secolo a.C., Trieste, spéc. p. 163‑178.

Càssola, F., 1982, Diodoro e la storia romana, ANRW, 2.30.1, p. 724‑773, spéc. p. 756‑758.

Chamoux, Fr., 1989, De Pyrrhus à Marc-Antoine : considérations sur la biographie historique, dans M.‑M. Mactoux et E. Geny (dir.), Mélanges Pierre Lévêque, 2, Besançon, p. 83‑88.

Coppola, A., 1990, Benevento e Argirippa : Pirro e la leggenda di Diomede, Athenaeum, 78/2, p. 527‑531.

Cornell, T., 1995, The Beginnings of Rome, Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000‑264 B.C.), Londres.

Costabile, F., (dir.), 1992, Polis ed Olympieion a Locri Epizefiri. Costituzione, economia e finanze di una città della Magna Grecia, Editio altera e traduzione delle tabelle locresi, Catanzaro.

Costamagna, L. et Sabbione, Cl., 1990, Une città in Magna Grecia, Locri Epizefiri, Reggio Calabria, spéc. p. 261‑263.

Crawford, M. H., 1985, Coinage and Money under the Roman Republic. Italy and the Mediterranean Economy, Berkeley, spéc. p. 32‑36.

Dahlheim, W., 1968, Struktur und Entwicklung des römischen Völkerrechts im dritten und zweiten Jahrhundert v. Chr., Munich, spéc. p. 143‑144 et 150‑154.

De Franciscis, A., 1972, Stato e società in Locri Epizefiri (L’archivio dell’Olympieion locrese, Naples, spéc. p. 75‑84.

Delcourt, A., 2005, Lecture des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse, Académie royale de Belgique, Mémoires de la classe des Lettres, 34, Bruxelles.

De Sensi Sestito, G., 1980, La Sicilia dal 289 al 210 a.C., dans E. Gabba et G. Vallet, La Sicilia antica, 2.1, Naples, p. 343‑370.

De Iuliis, E., 2000, Taranto, Bari.

Eckstein, A. M., 2006, Mediterranean Anarchy, Interstate War, and the Rise of Rome, Berkeley - Londres.

Erskine, A., 2001, Troy between Greece and Rome : Local tradition and Imperial Power, Oxford.

Firpo, G., 1994, L’espansione di Roma nell’Italia meridionale : dalle guerre sannitiche a Pirro, dans M. Sordi (éd.), Roma dalle origini ad Azio, Rome, p. 59‑85.

Flacelière, R. et Chambry, E. (éd.), 1971, Vie de Pyrrhus, dans Plutarque, Vies parallèles, tome 6, C.U.F., Paris.

Flach, D., 1978, Das römisch-karthagische Bündnisabkommen im Krieg gegen Pyrrhos, Historia, 27, p. 615‑617.

Forni G. et M. G. Angeli Bertinelli, 1982, Pompeo Trogo come fonte di storia, ANRW, 2.30.2, Berlin, p. 1298‑1362, spéc. p. 1334‑1335.

Forsythe, G., 2005, A Critical History of Early Rome, From Prehistory to the First Punic War, Berkeley.

Forte, B., 1972, Rome and the Romans as the Greeks saw them, Papers and Monographs of the American Academy in Rome, 24, rome.

Franke, P. R., 1955, Alt-Epirus und das Königtum der Molosser, diss. Erlangen, Kallmünz.

Franke, P. R., 1989, Pyrrhus, CAH2, 7.2, Cambridge, p. 456‑485.

Fuhrmann, F. (trad.), 1988, Plutarque, Œuvres morales, tome 3, Apophtegmes de rois et de généraux, Apophtegmes laconiens, C.U.F., Paris.

Gabba, E., 1991, Dionysus and the History of Archaic Rome, Sather Classical Lectures, 56, Berkeley-Los Angeles-Oxford (trad. it. 1996, Dionigi e la storia di Roma arcaica, Bari). garoufalias, P., 1979, Pyrrhus, King of Epirus, Londres.

Goldsberry, M. A., 1973, Sicily and its Cities in Hellenistic and Roman Times, 2 vol. , Diss. Ph., Chapel Hill.

Goukowsky, P. (trad.), 2006, Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Fragments, Livres 21‑26, C.U.F., Paris.

Greco, E., 1981, Magna Grecia, Bari (3e éd., 1993).

Gruen, E. S., 1984, The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley.

Gruen, E. S., 1990, Studies in Greek Culture and Roman Policy, Leiden.

Günther, L. M., 2001, Pyrrhos, nº 3, Die Neue Pauly, 10, col. 645‑648.

Guzzo, P., 1989, I Brettii, storia e archeologia della Calabria preromana, Milan.

Hackens, T., Holloway, N. D., Holloway, R. R. et Moucharte, G., (éd.), 1992, The Age of Pyrrhus, Papers delivered at the International Conference Brown University, 8‑10 April 1988, Archaeologia Transatlantica, 11, Providence, Rhode Island- Louvain-la-Neuve.

Hammond, N., 1967, Epirus, Oxford.

Hammond, N. G. L., 1988, Which Ptolemy gave troops and stood as protector of Pyrrhus’kingdom ?, Historia, 37, p. 405‑413 (repris dans Collected Studies, 3, Alexander and his Successors in Macedonia, Amsterdam, 1994, p. 231‑239).

Hans, L. M., 1983, Karthago und Sizilien. Die Entstehung und Gestaltung der Epikratie auf dem Hintergrund der Beziehungen der Karthager zu den Griechen und den nichtgrieschichen Völkern Siziliens (VI.-III. Jahrhundert v. Chr.), Diss. Hamburg, Hildesheim, spéc. p. 84‑90 et 96‑98.

Harris, W. V., 1979, War and Imperialism in Republican Rome, Oxford (2e édition 1992). heiNeN, h., 1972, Untersuchungen zur hellenistischen Geschichte des 3. Jahrhunderts v. Chr. Zur Geschichte der Zeit Ptolemaios Keraunos und zum chremonideischen Krieg, Historia Einzelschriften, 20, Wiesbaden.

Heisserer, A. J., 1985, Polybius 3.25.3 (“An Alliance concerning Pyrrhus”), Gerión, 3, p. 125‑139.

Hof, A., 2002, Die römische Außenpolitik vom Ausbruch des Krieges gegen Tarent bis zum Frieden mit Syrakus (281‑263 v. Chr.), Hildesheim.

Hornblower, J., 1981, Hieronymus of Cardia, Oxford.

Hoyos, B. D., 1984, The Roman-Punic pact of 279 B.C. Its problems and its purpose, Historia, 33, p. 402‑439.

Hoyos, B. D., 1985, Treaties True and False. The Error of Philinus of Agrigentum, CQ, 35, p. 92‑109.

Humm, M., 2005, Appius Claudius Caecus. La République accomplie, BEFAR, 322, Paris.

Humm, M., 2007, Des fragments d’historiens grecs dans l’Ineditum Vaticanum ? dans M.‑L. Freyburger et D. Meyer, Visions grecques de Rome, Actes du colloque, 12 et 13 novembre 2004, Université de Haute-Alsace/Collegium Beatus Rhenanus, Paris, p. 277‑318.

Huss, W., 1985, Geschichte der Karthager, Handbuch der Altertumswissenschaft, 3.8, Munich, spéc. p. 207‑215.

Intieri, M., 1987‑1988, La lega italiota al tempo di Pirro, Misc. Stud. Stor., 6, p. 25‑37.

Irmscher, J., 1968‑1969, Das Antike Sizilien in der Altertumsforschung der sozialistischen Länder, Kokalos, 14‑15, p. 262‑279, spéc. p. 269‑272.

Isayev, E., 2007, Inside Ancient Lucania, Dialogues in History and Archeology, BICS suppl. 90, Londres.

Jones, C. P., 1999, Kinship Diplomacy in the Ancient World, Cambridge (Mass.).

Kienast, D., 1963, s.v. Pyrrhos nº 13, RE, 24.1, col. 108‑165.

La Bua, V., 1966, Filino-Polibio, Sileno-Diodoro, Palerme.

La Bua, V., 1971a, Prosseno e gli uJpomnhvmata Puvrrou, Miscellanea Greca e Romana, 3, p. 1‑61.

La Bua, V., 1971b, Regio e Decio Vibellio, Miscellanea Greca e Romana, 3, p. 63‑141.

La Bua, V., 1978, Pirro in Pompeo Trogo-Giustino, dans L. Gasperini (cur.), Scritti storico-epigrafici in memoria di Marcello Zambelli, Macerata-Rome, p. 181‑205.

La Bua, V., 1980, La spedizione di Pirro in Sicilia, Miscellanea Greca e Romana, 7, p. 179‑254.

La Bua, V., 1984, Due note su Timeo, Miscellanea Greca et Romana, 9, p. 89‑103.

Lamboley, J.-L., 2004, L’Occident grec, dans P. Brulé et R. Descat, Le monde grec aux temps classiques, 2, Le ive siècle, Paris, p. 101‑177, spéc. p. 153‑160.

Lefkowitz, M. R., 1959, Pyrrhus’negotiations with the Romans, HSCPh, 64, p. 147‑177.

Lepore, E., 1964‑1965, Il problema storico dei rapporti fra l’Epiro e la Sicilia, Kokalos, 10‑11, p. 489‑512.

Lévêque, P., 1956, Un nouveau Pyrrhos, REA, 58, p. 83‑96.

Lévêque, P., 1957, Recherches nouvelles sur l’histoire de l’Épire, REG, 70, p. 488‑499.

Lévêque, P., 1958, Le roi Pyrrhos, IH, 20/1, p. 14‑16.

Lévêque, P., 1962, c. r. de J. Fontenrose, 1960, The Cult and Myth of Pyrrhos at Delphi, Los Angeles, dans RBPh, p. 582‑584.

Lévêque, P., 1968‑1969, De Timoléon à Pyrrhos, Kokalos, 14‑15, p. 135‑151, spéc. p. 148‑150.

Lévêque, P., 1970, Problèmes historiques de l’époque hellénistique en Grande-Grèce, dans La Magna Grecia nel mondo ellenistico, Atti del nono convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 5‑10 ottobre 1969), p. 29‑70, spéc. p. 59‑64.

Lévêque, P., 1977, Monnaies et finances des cités italiotes engagées dans la guerre pyrrhique, dans Armées et fiscalité dans le monde antique, Colloque du CNRS, Paris, 14‑16 oct. 1976, Paris, p. 455‑473.

Lévêque, P., 1982, c. r. de A. B. Nederlof, 1940, Pyrrhus van Epirus. Zijn achtergronden, zijn tijd, zijn leven (historie en legende), réédité à Amsterdam, dans REG, p. 485.

Lomas, K., 1993, Rome and the Western Greeks, 350 BC- AD 200, Conquest and Acculturation in Italy, Londres, spéc. p. 50‑57.

Loreto, L., 1991‑1992, È scoppiata la guerra coi Romani. I meccanismi delle decisioni di politica internazionale e delle decisioni militari a Roma nella media repubblica (327‑265 a.C.), BIDR, 94‑95, p. 197‑287.

Loreto, L., 1993, Un’epoca di buon senso, Decisione, consenso et stato a Roma tra il 326 e il 264 a.C., Amsterdam.

Loreto, L., 1995‑1996, Sui trattati romano-cartaginesi, BIDR, 98‑99, p. 779‑821.

Lücke, S., 1995, Überlegungen zur Münzpropaganda des Pyrrhos, dans Ch. Schubert, K. Brodersen, U. Huttner (éd.), Rom und der Griechische Osten, Festschrift für Hatto H. Schmitt, Stuttgart, p. 170‑174.

Manni, E., 1956, Sulle più antiche relazioni fra Roma e il mondo ellenistico, PP, 11, p. 179‑190.

Manni, E., 1958, Roma e Cartagine κατὰ τὴν Πύρρου διάβασιν, Kokalos, 4, p. 169‑173.

Manni, E., 1963, Le Locridi nella litteratura del III sec. a.C., dans Miscellanea di Studi alessandrini in memoria di Augusto Rostagni, Turin, p. 166‑179, spéc. p. 168‑171.

Marchetti, P., 1992, Découvertes épigraphiques concernant Pyrrhus, dans T. Hackens et alii, The Age of Pyrrhus…, p. 51‑72.

Marino, R., 1981, Intorno a Giustino XXIII, 3, 1‑10 dans L. Gasperini (éd.), Scritti sul mondo antico in memoria di F. Grosso, Rome, p. 313‑327.

Marino, R., 2001, Tradizione timaica sull’avventura siciliana di Pirro tra dimensione locale e prospettiva mediterranea, dans Storiografia locale e storiografia universale. Forme di acquisizione del sapere storico nella cultura antica (Bologna, 16‑18 dicembre 1999), Côme, p. 423‑434.

Marino, R., 2004, Tradizione storiografica sulla spedizione di Pirro in Sicilia, dans M. Caccamo Caltabiano, L. Campagna et A. Pinzone, (éd.), Nuove prospettive della ricerca sulla Sicilia del III sec. a. C., Atti dell’ incontro di studio (Messina, 4‑5 Luglio 2002), Pelorias 11, DiScAM, Messine, p. 91‑97.

Meister, K., 1970, Der sogennante Philinosvertrag, RFIC, 98, p. 408‑423.

Meister, K., 1971, Das Datum des römisch-karthagischen Vertrages κατὰ τὴν Πύρρου διάβασιν, PP, 138, p. 198‑201.

Mele, A., 2002, Taranto dal IV secolo a.C. alla conquista romana, Atti del XLI convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 12‑16 ott. 2001), Tarente, p. 79‑99, spéc. p. 90‑99.

Mitchell, R. E., 1971, Roman-Carthaginian Treaties : 306 and 279/8 B.C., Historia, 20, 5‑6, p. 633‑655.

Mitchell, R. E., 1985, The Historical and Historiographical Prominence of the Pyrrhic War, dans J. W. Eadie et J. Ober (éd.), The Craft of the Ancient Historian. Essays in Honor of Chester G. Starr, Lanham-Londres, p. 303‑330.

Momigliano, A., 1959, Atene nel III secolo a.C. e la scoperta di Roma nelle storie di Timeo di Tauromenio, RSi, 71, p. 529‑556, repris dans Terzo contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, vol. 1, Rome, 1966, p. 23‑53.

Momigliano, A., 1971, The Development of Greek Biography, Cambridge (Mass.), republié dans Les origines de la biographie en Grèce ancienne, trad. fr. E. Oudot, Strasbourg, 1991, spéc. p. 128‑129.

Momigliano, A., 1982, How to reconcile the Greeks and Trojans, Mededelingen der Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, 45/9, p. 231‑254, repris dans Settimo contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, 1984, p. 437‑462.

Mossman, J. M., 1992, Plutarch, Pyrrhus and Alexander, dans Ph. Stadter (éd.), Plutarch and the Historical Tradition, Londres-New York, p. 90‑108.

Mossman, J. M., 2005, Taxis ou barbaros : Greek and Roman in Plutarch’s Pyrrhus, CQ, 55/2, p. 498‑517.

Musti, D., (éd.), 1979, Le Tavole di Locri, Atti del colloquio sugli aspetti politici, economici, cultuali e linguistici dei testi dell’archivio locrese (Napoli 26‑27 aprile 1977), Rome. Nederlof, a. B., 1940, Plutarchus’ leven van Pyrrhus, Historische Commentaar, Amsterdam. Nederlof, a. B., 1978, Pyrrhus van Epirus. Zijn achtergronden- zijn tijd- zijn leven (historie en legende), Amsterdam.

Nenci, P., 1953, Pirro. Aspirazioni egemoniche ed equilibrio mediterraneo, Turin.

Nenci, P., 1958, Il trattato romano-cartaginese kata ; th ;n Puvrrou diavbasin, Historia, 7, p. 263‑299.

Nenci, P., 1963, Il segno reale e la taumaturgia di Pirro, dans Miscellanea di Studi alessandrini in memoria di Augusto Rostagni, Turin, p. 152‑161.

Nicolet-Pierre, H., 2007, Pyrrhus trompeur, dans D. Berranger-Auserve (dir.), Épire, Illyrie, Macédoine…, Mélanges offerts au professeur Pierre Cabanes, coll. Erga, 10, Clermont-Ferrand, p. 247‑252.

Olshausen, E., 1974, Prosopographie der hellenistichen Königsgesandten, 1, Von Triparadeisos bis Pydna, Louvain.

Palmer, R. E. A., 1997, Rome and Carthage at Peace, Historia Einzelschriften, 113, Stuttgart, spéc. p. 15‑30.

Pearson, L., 1987, The Greek Historians of the West, Timaeus and his Predecessors, Atlanta, spéc. p. 255‑259.

Petrocheilos, N. K., 1974, Roman Attitudes to the Greeks, Athènes.

Pittia, S. (dir.), 2002a, Denys d’Halicarnasse, Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie s. avant J.‑C., Coll. Fragments, Paris.

Pittia, S. (dir.), 2002b, Fragments d’historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, CEFR, 298, Rome.

Pouzadoux, Cl., 1998, Mythe et histoire des ancêtres royaux de Pyrrhus : formes et fonctions de la généalogie mythique dans l’historiographie de la monarchie épirote, dans D. Auger et S. Saïd, Généalogies mythiques, Actes du VIIIe colloque du Centre de recherches mythologiques de l’Université de Paris-X (Chantilly, 14‑16 septembre 1995), Paris, p. 419‑437.

Procopio, G., 1957, Tesoretto monetale da Metaponto Bernalda, AIIN, 4, p. 25‑65.

Ravel, O., 1947, Descriptive catalogue of Tarentine Coins formed by M. P. Vlasto, Londres, rééd. Chicago, 1977.

Roussel, D., 1970, Les Siciliens entre les Romains et les Carthaginois à l’ époque de la première guerre punique, A.L.U.B. 114, Besançon, spéc. p. 6‑20.

Ruschenbusch, E., 1980‑1981, Der Ausbruch des 1. punischen Krieges, Anhang II, Der sogennante Philinosvertrag, Talanta, 12‑13, p. 75‑76.

Salmon, E. T., 1967, Samnium and the Samnites, Cambridge, spéc. p. 280‑292 (trad. it., Il Sannio et i Sanniti, Turin, 1985, 2e éd. 1995, spéc. p. 297‑309).

Sandberger, F., 1970, Prosopographie zur Geschichte des Pyrrhos, diss. Munich, Stuttgart.

Santagati Ruggeri, E., 1997, Un re tra Cartagine e i Mamertini. Pirro e la Sicilia, Seia, II.1, Rome.

Sartori, F., 1960, Il declino della Magna Grecia. Libertà italiana e civitas romana, RSI, 72/1, p. 5‑19.

Scardigli, B., 1991, I trattati romano-cartaginesi, Pise.

Schepens, G., 1999, Rhetoric in Plutarch’s ‘Life of Pyrrhus’, dans L. Van der Stockt (éd.), Rhetorical Theory and Praxis in Plutarch, Coll. d’Études Classiques, 11, Louvain-Namur, p. 413‑441.

Schepens, G., 2000, Plutarch’s View of Ancient Rome. Some Remarks on the Life of Pyrrhus, dans L. mooreN (éd.), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World, Proceedings of the International Colloquium (Bertinoro, 19‑24 July 1997), Louvain, p. 349‑364.

Schettino, M. T., 1991, Tradizione annalistica e tradizione ellenistica su Pirro in Dionigi (A. R. XIX-XX), coll. Latomus 215, Bruxelles.

Schmitt, H. H., 1969, Die Staatsverträge des Altertums, 3, Munich, spéc. p. 106‑109.

Scuderi, R., 1998‑1999, La “Vita di Pirro” di Plutarco : una rievocazione del primo incontro fra Greci e Romani, ACD, 34/35, p. 197‑223.

Scullard, H. H., 1974, The Elephant in the Greek and Roman World, Cambridge.

Scullard, H. H., 1989, Carthage and Rome, CAH2, 7.2, Cambridge, p. 486‑572, spéc. p. 517‑537.

Sirago, V. A., 1993, Puglia romana, Bari, spéc. p. 56‑61.

Sirago, V. A., 1999, Puglia antica, Bari, spéc. p. 145‑152.

Skutsch, O., 1985, The Annals of Q. Ennius, edited with introduction and commentary, Oxford (rééd. corrigée 1986).

Sonnabend, H., 1989, Pyrrhos und die ‘Furcht’ der Römer vor dem Osten, Chiron, 19, p. 319‑345.

Stazio, A., 1971, Aspetti e momenti della monetazione tarantina, dans Taranto nella civiltà della Magna Grecia, Atti del decimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 4‑11 ottobre 1970, p. 147‑181, spéc. p. 171‑174.

Stazio, A., 1978, Storia monetaria dell’Italia preromana, dans Popoli e civiltà dell’Italia antica, 7, p. 113‑193, spéc. p. 133‑134.

Stouder, G., 2007, Déconvenues diplomatiques et philologiques de Fabricius, Les rapports de Rome avec les peuples et cités d’Italie entre 285‑280 à la lumière d’un fragment de Dion Cassius, DHA, 33/1, p. 47‑70.

Suerbaum, W., 1995a, Der Pyrrhos-Krieg in Ennius’Annales VI im Lichte der ersten Ennius-Papyri aus Herculaneum, ZPE, 106, p. 31‑52.

Suerbaum, W., 1995b, Rhetorik gegen Pyrrhos, Zum Widerstand gegen den Feind aus dem Osten in der Rede des Appius Claudius Caecus 280/279 v. Chr. nach Ennius, Oratorum Romanorum fragmenta und B. G. Niebuhr, dans Ch. Schubert, K. Brodersen et U. Huttner (éd.), Rom und der Griechische Osten, Festschrift für Hatto H. Schmitt, Stuttgart, p. 251‑265.

Swain, S. C. R., 1990, Hellenic Culture and the Roman Heroes of Plutarch, JHS, 110, p. 126‑145.

Tagliamonte, G., 1994, I figli di Marte, Rome.

Tagliamonte, G., 1997, I Sanniti, Milan, (2e éd. 2005).

Thomsen, R., 1957‑1961, Early Roman Coinage, 3 vol. , Copenhague.

Torelli, M. R., 1978, Rerum Romanarum fontes ab anno CCXCII ad annum CCLXV a. Ch.n., Pise.

Toynbee, A. J., 1965, Hannibal’s Legacy, 1, Rome and her Neighbours before Hannibal’s Entry, Londres, spéc. p. 519‑555.

Urso, G., 1998, Taranto e gli xenikoì strategoí, Rome.

Vartsos, I. A., 1967, Ὁ Πύρρος ἐν Ἰταλίᾳ σκοποὶ καὶ δρᾶσις αὑτοῦ, Athènes.

Vartsos, I. A., 1970, Osservazioni sulla campagna di Pirro in Sicilia, Kokalos, 16, p. 89‑97.

Vattuone, R., 1982, In margine ad un problema di storiografia ellenistica : Timeo e Pirro, Historia, 31/2, p. 245‑248.

Vattuone, R., 1991, Sapienza d’Occidente. Il pensiero storico di Timeo di Tauromenio, Bologne, spéc. p. 267‑301.

Vattuone, R. (éd.), 2004, Storici greci d’Occidente, Bologne.

Walbank, F., 1957‑1979, A Historical Commentary on Polybius, 3 vol. , Oxford (rééd. Oxford, 1999).

Walbank, F., 1988, The Years of Chaos (285‑277/276 B.C.) dans N. G. L. Hammond et F. Walbank, A History of Macedonia (336‑167 BC), 3, Oxford, p. 239‑258, spéc. p. 246‑247.

Weber, E., 1972, Die trojanische Abstammung der Römer als politisches Argument, WS, 85/n.s. 6, p. 213‑225.

Will, E., 1979‑1982, Histoire politique du monde hellénistique, 2 vol. , Nancy, spéc. 1, p. 120‑131 (rééd. 2003, Paris).

Winkes, R., 1992, The Pyrrhus Portrait, dans T. Hackens et alii (éd.), The Age of Pyrrhus…, p. 175‑188.

Wylie, G., 1999, Pyrrhus Πολεμιστής, Latomus, 58/2, p. 298‑313.

Zodda, D., 1997, Tra Egitto, Macedonia e Sparta : Pirro un monarco in Epiro, Rome.

Haut de page

Notes

1 Lévêque, P., 1957, Pyrrhos, BEFAR, 185, Paris.

2 Dans la thèse elle-même, cela correspond à la deuxième partie (p. 293‑550), à laquelle il faut adjoindre le chapitre liminaire sur les sources (p. 15‑79).

3 Nous remercions vivement madame Monique Clavel Lévêque, qui a bien voulu apporter son témoignage sur des aspects plus proprement biographiques.

4 Perret, J., 1942, Les origines de la légende troyenne de Rome (281‑31), Paris ; Gagé, J., 1954‑1955, Pyrrhus et l’influence religieuse de Dodone dans l’Italie primitive, RHR, 145, p. 137‑167, 146, p. 18‑50 et 129‑139, 147, p. 1‑31. À signaler une publication ultérieure à la thèse de Lévêque : Gagé, J., 1963, Symboles migratoires et symboles de fixité dans l’ancienne religion romaine. À propos des origines et du cheminement de la légende troyenne de Rome, RH, 229, p. 305‑334 et 230, p. 1‑24.

5 Evans, A. J., 1899, The Horsemen of Tarentum, NC, p. 1‑228, pl. I-XI.

6 Giesecke, W., 1928, Italia numismatica, Leipzig.

7 Mitchell, R. E., 1966, NC, p. 65‑70 ; 1969, ANSMN, p. 41‑71 ; 1973, RIN, p. 89‑109.Vide contra Thomsen [3, 1961 ; Crawford, M. H., 1974, Roman Republican Coinage, Londres, p. 35‑46.

8 L’auteur a donné un catalogue des monnaies d’Épire en 1961, qui ne revêt pas d’intérêt direct pour notre sujet mais constitue le document de référence : Franke, P. R., 1961, Die antiken Münzen von Epirus, 2 vol. , Wiesbaden.

9 Wuilleumier, P., 1939, Tarente, Des origines à la conquête romaine, BEFAR, 148, Rome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Lafon et Sylvie Pittia, « Relire le Pyrrhos de Lévêque un demi-siècle après »Pallas, 79 | 2009, 151-171.

Référence électronique

Xavier Lafon et Sylvie Pittia, « Relire le Pyrrhos de Lévêque un demi-siècle après »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/13867 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.13867

Haut de page

Auteurs

Xavier Lafon

Professeur d’archéologie romaine Université d’Aix-Marseille I, CNRS USR 3155, IRAA
xlafon[at]wanadoo.fr

Sylvie Pittia

Professeur d’histoire romaine Université de Reims, CNRS UMR 8585 Centre G. Glotz
sylvie.pittia[at]univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search