Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Pyrrhus en OccidentPyrrhos en Italie : la constructi...

Pyrrhus en Occident

Pyrrhos en Italie : la construction de l’image du premier ennemi venu de l’Orient grec

Pyrrhos in Italy: constructing the image of the first enemy from Greek Orient
Maria Teresa Schettino
p. 173-184

Résumés

L’article met en évidence le développement des capacités diplomatiques de Rome pendant la guerre contre Pyrrhos. Face à la propagande et au langage diplomatique du roi d’Épire, qui reflétaient les coutumes propres aux souverains hellénistiques, Rome dut faire un effort d’adéquation. Le résultat de cet effort ainsi que de la victoire obtenue sur le roi fut l’avènement de Rome sur l’échiquier de la politique internationale. Les démarches mises en œuvre pendant la guerre eurent des retombées durables sur la politique menée ultérieurement par Rome. Les Romains réutilisèrent les mêmes démarches de propagande et de diplomatie qu’ils avaient apprises de l’ennemi défait, et cela à partir de la première guerre punique et notamment dans leurs relations avec les cités grecques et les royaumes hellénistiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eutrope 2.6 : […] tumque primum Romani cum transmarinus hoste dimicaverunt.
  • 2 Voir Lévêque, 1957 ; La Bua, 1971, p. 1‑61.
  • 3 Il s’agit de l’interprétation qu’on retrouve chez l’historien sicilien Timée de Tauromenium. Cf. Ga (...)

1La célèbre définition de Pyrrhos comme le premier ennemi des Romains venu de l’Orient grec1 exprime bien la nouveauté représentée par l’arrivée du roi d’Epire en Italie. La mort d’Alexandre le Molosse ayant laissé inachevés ses projets occidentaux, ce fut l’expédition de Pyrrhos qui constitua la première véritable rencontre des Romains avec l’un des souverains hellénistiques. Celui-ci se présentait comme le descendant d’Achille2, ce qui rappelait les dix ans de la guerre de Troie, les exploits des héros, la destruction de la ville grâce à la ruse d’Ulysse et la fuite d’Enée, en replaçant le conflit en cours, entre les Romains et le roi d’Epire, dans un cadre où l’histoire et le mythe se rejoignaient3.

  • 4 Voir Lévêque, 1957, p. 451‑452 ; La Bua, 1978, p. 181‑205 ; Schettino, 1991, p. 68.
  • 5 Cf. Gabba, 1976, p. 84‑101 ; Poucet, 1987, p. 69‑85.

2Les généalogies, réelles ou fictives, étaient au centre de la propagande du roi. Il avait également légitimé son intervention en Sicile et ses visées concernant l’île sur la base de sa parenté avec Agathocle, dont il avait épousé la fille, Lanassa4. Les Romains s’aperçurent de la nouveauté de la propagande épirote, qui faisait appel au sentiment d’appartenance des cités de la Grande Grèce au monde hellénisé. Ils réutilisèrent la même forme de propagande lors de la première guerre punique, et aussi bien envers Syracuse qu’envers Ségeste. Avec Syracuse, Rome appela à la coalition du monde grec occidental contre les barbares, incarnés par les Carthaginois, tandis que les « communes origines troyennes » servirent à justifier l’alliance politique avec Ségeste5, alliance de circonstance, liée à la guerre en cours contre les Carthaginois.

  • 6 J’ai fait allusion aux Excerpta Costantiniana, constitués de trois recueils : les excerpta Devirtut (...)

3La tradition historiographique concernant le conflit entre les Romains et le roi d’Epire souligne la nouveauté que ce conflit représentait, dans la mesure où l’expédition occidentale de Pyrrhos mettait face à face Rome et l’un des héritiers d’Alexandre le Grand. Cet événement marqua donc l’avènement de Rome dans la grande politique de la Méditerranée, au côté des puissances qui étaient à l’époque les protagonistes sur l’échiquier international. Les sources anciennes mettent en valeur le changement de perspective de la politique romaine ainsi que les modalités selon lesquelles se déroule ce rapport inédit, en tournant leur attention vers les aspects diplomatiques qui accompagnent le conflit. En effet, la tradition historiographique porte un intérêt spécifique et tout à fait particulier aux rapports diplomatiques entre Rome et Pyrrhos. Bien que l’état fragmentaire des sources ne permette qu’une connaissance partielle de la tradition et que ce soit la sélection byzantine qui ait contribué à conserver plusieurs passages consacrés à la thématique diplomatique6, toujours est-il que les sources rapportent nombre d’ambassades et de négociations, et cela est d’autant plus étonnant que la durée du conflit fut brève.

  • 7 J’utilise l’appellation conventionnelle d’annaliste. Sur les limites de cette définition, voir Chas (...)

4Ce caractère de l’histoire du conflit dut être déjà perçu dans l’Antiquité. Aulu-Gelle mentionne deux épisodes du conflit, sur la base des témoignages des annalistes7. Or, ces deux témoignages concernent exactement les tractations qui se déroulèrent entre le Sénat, les consuls – notamment Fabricius – et Pyrrhos. A travers les contacts diplomatiques, l’on pouvait mieux mettre en valeur et apprécier les différences entre les coutumes et la mentalité politiques des deux partis en présence. Cela pourrait également corroborer l’hypothèse que, indépendamment de la sélection byzantine, les historiens anciens avaient mis les rapports diplomatiques entre Pyrrhos et les Romains au centre de leurs récits. Autrement dit, les excerptores byzantins trouvaient nombre de passages à sélectionner, car ce thème était largement traité par la tradition historiographique antérieure.

5Cela dit, le conflit peut être interprété, et dut probablement l’être, comme une phase de mise au point de la diplomatie. A ce propos, les observations que je propose dans les pages qui suivent tournent autour de deux questions, étroitement liées, et qui me semblent centrales pour comprendre les retombées en profondeur du premier contact de Rome avec la diplomatie d’un royaume hellénistique. Première question : quel était le niveau de connaissance que les Romains avaient de la diplomatie grecque lors de l’arrivée en Italie de Pyrrhos, et quelles démarches et méthodes étaient-ils déjà en mesure d’utiliser ? Seconde question qui en découle : les rapports diplomatiques entre les Romains et Pyrrhos, ont-ils changé la pratique et la stratégie diplomatiques des Romains ?

  • 8 Sur les rapports avec Marseille, voir au moins Bats, 1990, p. 80‑87.
  • 9 Sur le sujet cf. Walbank, 1957, p. 337‑355 ; Alföldi, 1963, p. 347‑354 ; Heurgon, 1969, p. 386-393  (...)
  • 10 Polyb. 3.22‑25.
  • 11 Diod. 16.19.1. Bien que la datation polybienne du premier traité de 509 soit largement acceptée (He (...)
  • 12 Liv. 7.27.2.
  • 13 Liv. 9.43.26. On ignore si le second traité relaté par Polybe doit être attribué à l’année 348 ou à (...)
  • 14 Liv. Per. 13.

6Les Romains n’étaient pas dépourvus de compétences ni d’une pratique déjà consolidée au niveau diplomatique. Ils avaient établi des liens depuis longtemps avec plusieurs villes grecques d’Occident, villes situées dans la Péninsule, mais aussi ailleurs, comme le cas de Massalia(Marseille) le confirme8. Ils avaient surtout renforcé leurs compétences et connaissances diplomatiques lors de la signature des traités avec les Carthaginois, traités sur lesquels nous sommes renseignés grâce à Polybe. En fait, malgré le témoignage détaillé de cet historien, la problématique des traités signés entre Rome et Carthage est épineuse à cause des informations discordantes transmises par les sources anciennes : la difficulté concerne le nombre des alliances conclues, leur datation, et leur contenu9. Polybe relate le texte de trois traités antérieurs au déclenchement des hostilités en Sicile entre les Romains et les Carthaginois10 ; il date le premier du début de la République ; il ne mentionne aucune date pour le deuxième ; il situe le troisième à l’époque de l’expédition de Pyrrhos (probablement en 279). Diodore évoque un traité de l’année 348 et le considère comme le premier ayant été établi entre Rome et Carthage11. Tite-Live écrit aussi au sujet d’un accord de la même année, sans préciser s’il s’agit ou pas du premier12 ; toutefois en 306, il atteste son renouvellement pour la troisième fois13 et pour la quatrième fois, en 27914. Il n’est pas possible de discuter, ici, dans les détails, de la question complexe de ces traités. Quoi qu’il en soit, Rome avait, depuis longtemps, tissé des rapports officiels et positifs avec Carthage. Il s’agissait de traités entre deux Etat en bons termes, visant à se partager des zones d’influence et à règlementer le rapport de bon voisinage. En ce qui concerne Pyrrhos, la situation était tout à fait différente. C’était la condition créée par l’état de guerre ouverte, menée sur le sol de la Péninsule par le souverain d’un des royaumes qui évoquaient les conquêtes et les exploits militaires d’Alexandre le Grand. C’était la tradition à laquelle le roi d’Epire lui-même se rattachait, et qui dépassait les confins étroits de son royaume.

7Ayant déjà acquis une longue expérience diplomatique, à travers les contacts avec les Carthaginois et les Grecs d’Occident, les Romains se trouvèrent malgré tout face à une nouvelle situation lors de l’arrivée de Pyrrhos, et purent appliquer et adapter à la nouvelle situation ce qu’ils avaient appris pendant les siècles précédents. Autrement dit, la guerre contre Pyrrhos se situe à l’intérieur d’une évolution diplomatique de Rome. Les rapports tissés par les Romains avec Pyrrhos et son entourage sont toujours à la frontière entre la guerre et les tentatives de paix, et impliquent d’envisager deux aspects : d’un côté la représentation de l’ennemi, d’un autre côté les modalités de la prise de contact.

1. Le portrait de Pyrrhos : vertus et défauts d’un ennemi

8La première réélaboration concernant la personnalité de Pyrrhos appartient à l’époque des deux premières guerres puniques. Elle est influencée par les jugements formulés à l’époque des faits, comme plusieurs éléments le démontrent.

9Il est un annaliste qui rapporte un célèbre épisode dont Hannibal est le protagoniste, épisode dans lequel Pyrrhos est aussi mentionné, et cet annaliste pourrait dépendre des sources contemporaines de Pyrrhos. Il s’agit d’un dialogue entre les deux anciens adversaires Hannibal et Scipion. Hannibal propose une liste « virtuelle » des trois commandants les plus experts et les plus valeureux jusqu’à cette époque-là. Le classement d’Hannibal place en tête le nom attendu d’Alexandre le Grand, à la deuxième place Pyrrhos, à la troisième place lui-même : le choix de Pyrrhos est le postulat nécessaire pour insérer son propre nom à la fin de la liste, dans la mesure où ce roi aussi avait été défait par les Romains, et pourtant ses qualités sont reconnues par l’interlocuteur d’Hannibal lui-même, à savoir le vainqueur de Zama, Scipion l’Africain.

  • 15 Voir La Bua, 1971, p. 1‑61 ; Schettino, 1991, notamment p. 91‑95.
  • 16 Acilius, fr. 7 Chassignet : […] Quaerenti (scil. Hannibal) deinde quem secundum poneret, Pyrrhum di (...)
  • 17 Selon Lévêque, 1957, et La Bua, 1971, p. 1‑61, les annalistes présentent une image positive de Pyrr (...)

10L’anecdote est rapportée par l’annaliste C. Acilius, qui semble avoir utilisé des sources grecques contemporaines de Pyrrhos, à savoir Proxénos, membre de l’entourage du roi, et Hiéronymos de Cardia, lié à la cour des Antigonides et dont le récit garde des éléments de polémique envers Pyrrhos15. Il se peut donc que le portrait du roi que l’anecdote présente dérive de ces sources, ou au moins conserve des éléments remontant à l’époque de l’expédition occidentale de Pyrrhos. Dans ce portrait, l’on souligne l’expérience et les compétences militaires de Pyrrhos ainsi que son habileté diplomatique16. Il s’agit d’un portrait positif, qui reflète vraisemblablement la propagande qui accompagna l’expédition du roi en Italie17. Cette veine de la propagande amène à lier ce portrait à l’entourage même de Pyrrhos, et à l’activité politique et diplomatique menée par ses philoi auprès des peuples italiens. En fait, les raisons militaires et politiques qu’Hannibal invoque pour justifier le classement de Pyrrhus à la deuxième place dans une liste virtuelle des trois commandants les plus experts et les plus valeureux, correspondent à d’autres témoignages concernant Pyrrhos et qui remontent au iiie siècle av. J.‑C.

  • 18 Appien, Samn. 10.2 : οἱ δ ̓ ἐνεδοίαζον (scil. : les Romains) ἐπὶ πλεῖστον, τῇ τε δόξῇ τοῦ Πύρρου κα (...)
  • 19 Aussi bien Appien que Dion Cassius pourraient dépendre de sources annalistiques, qui sont toutefois (...)
  • 20 Dion Cassius, fr. 9.40.3 : ὅτι ὁ Πύρρος ὁ βασιλεὺς τῆς τε Ἠπείρου καλουμένης ἐβασίλευσε, καὶ τοῦ: Ε (...)
  • 21 Dion Cassius, fr. 9.40.13 : ὅτι οἱ Ῥωμαῖοι μαθόντες ἥξειν τὸν Πύρρον κατέδεισαν, ἐκεῖνόν τε αὐτὸν ε (...)
  • 22 Zonaras 8.3 : […]οἱ δ ̓ ἐν τῇ ̓Ρώμῃ κατέδεισαν μαθόντες τὸν Πύρρον ἐλθόντα εἰς Τάραντα τῷ τε ἐκπεπο (...)
  • 23 Zonaras 8.3 : τῶν δὲ στρατιωτῶν πρὸς τὴν τοῦ Πύρρου ϕήμην καὶ διὰ τοὺς ἐλέϕαντας ἐκπεπληγμένων […]. (...)

11En ce qui concerne les mérites militaires de Pyrrhos, ils sont attestés par le prestige dont le roi jouissait auprès des Romains, prestige dont témoigne Appien Samnitica 10.2, où l’on souligne lors de l’ambassade de Cinéas au Sénat la peur que Pyrrhos suscitait auprès des Romains18, et cela évoque par conséquent la considération et la réputation que le roi avait acquises et dont les Romains eux-mêmes avaient connaissance. En effet, Pyrrhos est appelé par les Tarentins en vertu de cette réputation, et le prestige international du roi d’Epire est mis en valeur également par Dion Cassius. Cet historien présente notamment un portrait du roi d’Epire (frg. 40.3 et frg. 40.13) qui est tout à fait cohérent avec celui d’Appien19. D’après Dion Cassius, le roi d’Epire avait conquis beaucoup de territoires grecs, dispensant des bienfaits tout en inspirant aussi de la peur, il était largement respecté en Grèce, et sa réputation dépassait l’étendue de son royaume (frg. 40.3)20. Par conséquent, les Romains craignaient l’arrivée de Pyrrhos en Italie, parce qu’ils avaient appris que le roi d’Epire était un guerrier valeureux et disposait d’une armée nombreuse et invincible (frg. 40.13)21. Dion Cassius ajoute un commentaire à ce propos, en soulignant qu’il s’agit du type d’informations que l’on reçoit de sources invérifiables et géographiquement éloignées. Ce commentaire démontre que le portrait de Pyrrhos se trouvait dans la source de Dion, qui juge nécessaire de le relativiser. Pour corroborer cette hypothèse, on peut remarquer que l’allusion à l’armée nombreuse s’explique bien dans le contexte de déclin démographique que le monde grec vit au iiie siècle av. J.‑C. et dont, à Rome, on devait avoir eu quelque connaissance. L’adjectif pollhv manque dans Zonaras, qui bien évidemment ne comprend pas le sens de cette précision, une fois perdu le contexte de référence22. Par ailleurs, le prestige et la réputation de Pyrrhos se reflètent chez Zonaras dans la peur que les soldats romains éprouvent à son égard (Zon. 8.3)23.

  • 24 On peut remarquer que les régimes démocratiques se rallient au roi hellénistique, tandis que les ré (...)

12En ce qui concerne les raisons politiques qui justifient le jugement d’Hannibal, elles correspondent à ce qu’Appien rapporte à propos des motivations qui ont amené les Tarentins à invoquer l’aide de Pyrrhos (Samn. 7.3) : εἰ δὲ καὶ τῆς ἐλευθερίας ἐγκρατῶς ἑξόμεθα καὶ πολεμήσομεν ἐξ ἴσου, Πύρρον ἐξ Ἠπείρου τὸν βασιλέα καλῶμεν, καὶ στρατηγὸν ἀποϕήνωμεν τοῦδε τοῦ πολέμου. Cette dernière phrase, qui conclut le fragment d’Appien, évoque la propagande épirote et fait allusion à l’action menée par Pyrrhos, qui se pose comme le défenseur de la liberté des Grecs d’Italie24. D’ailleurs la capacité diplomatique de Pyrrhos est soulignée en particulier par Dion Cassius. L’homme-clé de son entourage en ce qui concerne les aspects diplomatiques est sans doute Cinéas.

2. Cinéas et l’activité diplomatique de Pyrrhos

  • 25 Sur la question du nombre et de la chronologie des ambassades conduites par Fabricius, voir Lévêque (...)
  • 26 En fait, Cinéas avait manifesté des doutes sur l’opportunité d’entreprendre l’expédition, et cela a (...)
  • 27 Dion Cassius, frg. 9.40.31 : ˝[…] μεταχειρίσασθαι ἢ μάχας καὶ παρατάξεις ἀσταθμήτους ἀναρρῖψαι· ὥστ (...)

13Le rôle de Cinéas, au sein de l’entourage de Pyrrhos, est de premier plan, et cela est attesté par plusieurs épisodes dont Cinéas est lui-même protagoniste. Il suffit de rappeler les divisions au sein de l’entourage du roi, lors de l’ambassade menée par Fabricius après la bataille d’Héraclée, pour traiter de l’échange des prisonniers (280 av. J.‑C.)25. Milon déconseille de restituer les prisonniers et d’accorder une trêve. Après Milon, c’est Cinéas qui intervient. Il propose de rendre tous les prisonniers sans rançon et de conclure la paix avec les Romains26. Le discours de Cinéas influence tout l’entourage du roi, et amène en effet à une décision unanime, qui est acceptée par Pyrrhos en personne27.

  • 28 Plut., Pyrrh. 14.1‑3 : ἦν δέ τις Κινέας Θεσσαλὸς ἀνὴρ […]. συνὼν δὲ τῷ Πύρρῳ καὶ πεμπόμενος ἐπὶ τὰς (...)

14L’activité diplomatique de Pyrrhos est souvent confiée à Cinéas lui-même. L’habileté de Cinéas était déjà reconnue dans l’Antiquité : aussi bien le portrait élaboré par Plutarque que le jugement exprimé sur Cinéas par Dion Cassius corroborent l’image d’une personnalité-clé au sein de l’entourage de Pyrrhos en ce qui concerne la politique étrangère et la diplomatie28. Il est difficile de trancher la question de savoir si toute l’action diplomatique menée par Pyrrhos en Italie doit être attribuée aux conseils de Cinéas, toujours est-il que ce dernier était chargé de s’occuper de la stratégie diplomatique envers les Romains et les peuples d’Italie.

  • 29 Dion Cassius, fr. 9.40.21 : ὅτι Πύρρος λαμπρὸς τε ἐπὶ τῇ νίκῃ ἦν καὶ ὄνομα ἀπ ̓ αὐτῆς μέγα ἔσχεν, ὥ (...)
  • 30 Dion Cassius, frg. 9.40.21‑22.
  • 31 Dion Cassius, frg. 9.40.23 : ὅτι Πύρρος τοὺς τῶν Ῥωμαίων αἰχμαλώτους συχνοὺς ὄντας τὸ μὲν πρῶτον πε (...)
  • 32 On peut remarquer que la propagande hostile à Pyrrhos soulignait précisément l’attitude autoritaire (...)

15Quoi qu’il en soit, pendant la campagne en Italie, Pyrrhos n’écarte jamais l’idée d’avoir recours aux flatteries dans la diplomatie, et cela malgré sa réputation de guerrier fort et invincible. Après la victoire remportée à Héraclée par Pyrrhos, plusieurs villes qui étaient restées neutres jusqu’à ce moment-là se rallièrent au roi, et même les villes déjà alliées de Pyrrhos qui avaient gardé une attitude très prudente, s’unirent ouvertement à lui29. Envers ces dernières, Pyrrhos se montra conciliant et assuma une attitude tout à fait diplomatique : οὐ μὴν οὔτε ἐμϕανῆ ὀργὴν αὐτοῖς ἐποιήσατο, οὔτ ̓ αὖ παντελῶς τὴν ὑποψίαν α ̓πεκρύψατο, α ̓λλ ̓ ὀλίγα σϕίσιν ἐπὶ τῇ διαμελλήσει ἐπιτιμήσας α[λλως ϕιλοϕρόνως ἐδέξατο […] δι ̓ οὖν ταῦτα πρᾴως τε αὐτοις διελέχθη καὶ τῶν σκύλων τινὰ ἔδωκεν30. De façon semblable, après la victoire d’Héraclée, il envisagea de rendre volontairement les prisonniers romains, afin de conquérir la ville sans combattre31. Une allusion à la propagande du roi épirote en Italie, afin de se concilier la faveur des peuples italiotes et italiques, est clairement présente dans Dion Cassius, fragment 40.26, où l’on précise qu’après la dévastation par les Epirotes de leurs territoires, les Italiens renoncent à se rallier à Pyrrhos, en prenant en compte ses actions plutôt que ses promesses (τὰ γὰρ ἔργα αὐτοῦ μῶλλον ἢ τὰς ὑποσχέσεις ἐσκόπουν). Cette phrase, qui conclut le fragment de Dion Cassius, témoigne de l’action diplomatique menée par Pyrrhos auprès des peuples de l’Italie du sud, d’autant plus que l’absence de contextualisation du passage rend l’allusion qu’il contient tout à fait fiable32.

3. Les Romains et la diplomatie internationale

  • 33 Cf. Denys Hal., Ant. Rom. 19K Pittia ( = 19.5‑6 Jacoby). Sur l’épisode et les interprétations dégag (...)

16L’ambassade envoyée par les Romains à Tarente, pour résoudre la crise ouverte par l’affrontement naval dans le golfe de la cité, témoigne du fait que la classe dirigeante de Rome était formée à la pratique de la diplomatie grecque déjà avant l’arrivée de Pyrrhos en Italie. Devant l’assemblée des Tarentins, Postumius parle en grec et démontre qu’il connaît la pratique et le code du langage diplomatique. Néanmoins, la réaction des Tarentins, méprisante et insultante, met en évidence l’état de faiblesse et même le caractère sporadique des relations entre les Romains et la plupart des cités de la Grande Grèce, ainsi que l’inexpérience des ambassadeurs romains33. Les négociations avec l’entourage de Pyrrhos furent l’occasion d’un rapide développement des compétences diplomatiques des dirigeants romains.

  • 34 Cf. Zonaras 8.4. Je garde la datation la plus répandue dans les sources anciennes, sans intervenir (...)
  • 35 Appien, Samn. 10.1 : [...]καὶ παρελθὼν ὁ Κινέας ἐς τὸ βουλευτήριον ἄλλα τε πολλὰ περὶ τοῦ βασιλέως (...)
  • 36 Cf. également Zonaras 8.4, bien que les termes juridiques évoquant le modèle de la koinè eirénè soi (...)

17Il y a un événement pivot pour comprendre, d’un côté, les connaissances en matière de droit international chez les Romains et, d’un autre côté, le langage diplomatique que le roi et les Romains mirent respectivement en œuvre tout au long du conflit. Il s’agit de l’ambassade menée par Cinéas après la victoire remportée par Pyrrhos à Héraclée en 280 av. J.‑C. (Appien, Samn. 10.1)34. Envoyé au Sénat, Cinéas propose un accord avantageux pour les Romains ainsi que pour les Tarentins et les peuples italiens. La forme diplomatique adoptée par Cinéas semble être celle de la koinè eirénè35. Bien que le refus opposé aux termes de paix proposés par Cinéas ait été souvent interprété de façon générique, comme expression de la fierté des Romains et reflet de leurs visées d’expansion sur l’Italie du Sud, en fait les Romains contestent plus exactement l’applicabilité dans ce cas de la koinè eirénè. Il s’agit donc de termes juridiques qu’ils connaissent bien et dont ils mettent en doute la légitimité d’un point de vue du code diplomatique, en faisant allusion eux-mêmes aux normes du droit international36.

  • 37 C’est le discours d’Appius Claudius qui précise les termes juridiques auxquels il faut se tenir (Ap (...)
  • 38 Cf. Clemente, 1990, p. 37.
  • 39 Denys Hal. 19P Pittia ( = 19.10 Jacoby) : […]ἡμεῖς δὲ οὐ τοῖς λόγοις τιμωρεῖσθαι τοὺς ἐχθροὺς εἰώθα (...)

18Rome s’oppose à la proposition de Pyrrhos, et cela pour deux raisons, l’une proprement juridique, l’autre politique. D’un point de vue juridique, la proposition de Pyrrhos est illégitime, dans la mesure où le roi représente l’une des parties prenantes, plutôt qu’un Etat neutre, qui puisse être garant de la paix37. D’un point de vue politique, l’acceptation de la koinè eirénè proposée par Pyrrhos impliquait le fait de lui attribuer le rôle d’arbitre dans les événements italiens. Autrement dit, cela comportait la reconnaissance d’une autorité, voire d’une puissance supérieure à Rome dans la Péninsule, et à laquelle on eût confié le soin de trancher les questions politiques de l’Italie38. Ce sont les mêmes arguments qu’on retrouve dans la lettre envoyée par le consul Valérius Lævinus à Pyrrhos avant la bataille d’Héraclée, en réponse aux requêtes avancées par Pyrrhos lui-même39.

  • 40 On peut remarquer que la même perspective est déjà dans la réponse de Lævinus à Pyrrhos chez Zonara (...)
  • 41 Cf. Appien, Samn. 10.2 ; Zonaras 8.4 (voir supra, note 37).
  • 42 Il est difficile de croire que Pyrrhos envisageât la constitution d’un royaume en Italie. Ses visée (...)

19Rome était déjà habituée à des formulations de traités dans lesquelles les parties prenantes signaient au nom des alliés, mais dans ce cas précis les alliés, comme Tarente et les peuples italiens, sont autonomes et indépendants. Il s’ensuit que le roi d’Epire visait à se poser comme le médiateur entre les peuples en conflit et comme le garant des accords éventuellement signés40. Autrement dit, Pyrrhos appartenait à l’un des deux camps en guerre : il pouvait proposer un accord, mais il ne pouvait pas être le garant de la paix, et en même temps se proclamer le signataire du traité au nom de l’une des deux parties prenantes41. La familiarité avec le droit grec permit aux Romains de déjouer la manœuvre de Pyrrhos, aussi hasardeuse que subtile, pour s’assurer par la démarche diplomatique un succès politique, qui l’aurait rendu maître de la Grande Grèce, à défaut d’un véritable royaume italien42.

20Les effets de la longue série des négociations entre Pyrrhos et Rome furent autant d’ordre diplomatique que d’ordre politique. Rome s’était trouvée pour la première fois en situation de traiter directement avec l’un des représentants des royaumes hellénistiques. Elle avait dû s’efforcer d’utiliser le langage de la diplomatie internationale, pour contrecarrer les tentatives de l’Epirote de se mettre à la tête d’une « nation virtuelle » grecque et italienne face à l’expansion romaine vers le sud de la Péninsule. L’expérience acquise grâce aux rapports avec les Carthaginois et les Grecs d’Occident, comme les Massaliotes, avait porté ses fruits, et au début du iiie siècle av. J.‑C. Rome était en mesure de traiter sans complexe d’infériorité avec l’un des souverains hellénistiques et de faire contre-poids à Pyrrhos en utilisant son propre arsenal juridique. C’étaient les mêmes principes qu’il avait invoqués contre les Romains, en ayant recours à un langage qui mélangeait l’orgueil grec et la flatterie envers cet Etat de l’Italie centrale. Et pourtant les Romains ne tombèrent pas dans le piège.

  • 43 Sur les relations entre Rome et Sagunte, voir Schettino, 2008, p. 53‑87, notamment p. 68‑70. La pai (...)

21Après la guerre contre Pyrrhos, la koinè eirénè entra régulièrement dans la pratique diplomatique romaine. Il suffit de rappeler les relations avec Sagunte ou la paix de l’année 205 av. J.‑C. avec Philippe V de Macédoine, encore une fois il s’agissait soit d’une cité grecque, soit d’un souverain hellénistique43. C’étaient des modalités diplomatiques que les Romains semblaient de préférence appliquer dans le cas de puissances liées au monde gréco-hellénistique.

  • 44 Cf. Lévêque, 1957, qui toutefois insiste sur les aspects politiques découlant de la diplomatie, plu (...)

22La guerre contre Pyrrhos, si brève soit-elle, se révèle être un événement-clé. Ce conflit déboucha sur l’élaboration d’une nouvelle forme de propagande destinée à justifier les interventions militaires, sur l’évolution de la diplomatie, et enfin sur la consolidation de la stratégie et de la tactique militaires. En ce qui concerne la propagande, les mots d’ordre de liberté et d’autonomie des cités grecques furent en premier lieu réutilisés lors de la première guerre punique et devinrent fondamentaux dans la future stratégie romaine en Orient. Au niveau diplomatique, on peut remarquer le développement de pratiques déjà connues mais qui se révélèrent dans leur plénitude tout au long de ce conflit44. D’un point de vue militaire, il s’agit du premier affrontement avec l’armée d’un souverain hellénistique, dont Rome pouvait finalement mesurer la force mais aussi les points faibles.

  • 45 L’initiative aurait été prise par Ptolémée lui-même, qui envoya une ambassade au Sénat (Dion Cassiu (...)

23Il faut surtout rappeler la retombée politique la plus éclatante qui suivit le conflit contre Pyrrhos. La première reconnaissance du rôle assumé par les Romains en Méditerranée vint de la part d’un autre souverain hellénistique, Ptolémée II d’Egypte45. L’ambassade envoyée par le roi est mise en relation avec la victoire remportée par les Romains sur Pyrrhos. Je voudrais souligner que cet acte politique et diplomatique n’était pas seulement la reconnaissance de la puissance militaire de Rome, encore bien loin des futures conquêtes dans la Méditerranée orientale : il était surtout la reconnaissance que Rome parlait un langage commun, était en mesure de maîtriser la pratique et la forme de la diplomatie internationale. Finalement il s’agissait de mettre en œuvre des rapports diplomatiques normaux, possibles parce que Rome avait accepté d’utiliser le code commun de la diplomatie grecque, et avait démontré qu’elle savait bien le maîtriser. La partie diplomatique, plutôt que la partie militaire de la guerre contre Pyrrhos (ou à la rigueur les deux à égalité) avait amené Rome sur l’échiquier de la grande politique méditerranéenne.

Haut de page

Bibliographie

Alföldi, A., 1963, Early Rome and the Latins, Ann Arbor.

Bats, M., 1990, Marseille et Rome des Tarquins à César, Dossier d’Archéologie, 154, p. 80‑87.

Bearzot, C., 1992, Storia e storiografia ellenistica in Pausania il Periegeta, Venise.

Bickerman, E. J., 1947, Apocryphal Correspondence of Pyrrhus, CPh, 42, p. 137‑146.

Boissevain, U. B., 1898‑1931, Cassii Dionis Cocceiani Historiarum Romanorum quae supersunt, Berlin.

Brown, B. R., 1995, Royal Portraits in Sculpture ans Coins : Pyrrhos and the Successors of Alexander the Great, New York.

Chassignet, M., 1996‑2004 (éd.), L’annalistique romaine, I-III, Paris.

Clemente, G., 1990, Dal territorio della città all’egemonia in Italia, dans G. Clemente et al., Storia di Roma, 2.1, Turin, p. 19‑38.

Corbier, P., 2002, Les portraits dans les livres 12 à 20 des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse, dans S. Pittia (éd.), Fragments d'historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, Rome, p. 393‑411.

Crouzet, S., 2002, Sources et reconstruction de l’épisode de Rhégion. Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, 20.B et 20Q, dans S. Pittia (éd.), Fragments d'historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, Rome, p. 329‑392.

Gabba, E., 1976, Sulla valorizzazione politica della leggenda delle origini troiane di Roma fra III e II secolo a. C., CISA, 4, p. 84‑101.

Giovannini, A., 2007, Les relations entre Etats dans la Grèce antique du temps d’Homère à l'intervention romaine (ca. 700‑200 av. J.-C.), Stuttgart.

Gruen, E. S., 1984, The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley - Los Angeles.

Harris, W. V., 19852 [1979], War and Imperialism in Republican Rome, 327‑70 B.C., Oxford.

Heurgon, J., 1969, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris.

Holleaux, M., 1969, Rome, la Grèce et les monarchies hellénistiques au iiie siècle avant J.-C. (273‑205), Paris.

Huss, W., 1985, Geschichte der Karthager, Munich.

La Bua, V., 1971, Prosseno e gli uJpomnhvmata Puvrrou, dans III Miscellanea greca e romana, Rome, p. 1‑61.

La Bua, V., 1978, Pirro in Pompeo Trogo-Giustino, dans L. Gasperini (éd.), Scritti storico-epigrafici in memoria di Marcello Zambelli, Rome, p. 181‑205.

Lêvéque, P., 1957, Pyrrhos, BEFAR, 185, Paris.

Loreto, L., 1995‑1996 (2000), Sui trattati romano-cartaginesi, BIDR, 98‑99, p. 779‑821.

Palmer, R. E. A., 1997, Rome and Carthage at Peace, Stuttgart.

Pittia, S., 2002a (dir.), Denys d’Halicarnasse. Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie s. avant J.-C., Paris, p. 480‑491.

Pittia, S., 2002b (éd.), Fragments d'historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, Rome, p. 329‑392.

Pittia, S., 2002c, Fragments de D. H. connus également par la Souda, dans S. Pittia (dir.), Denys d’Halicarnasse. Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie s. avant J.-C., Paris, p. 480‑491.

Poucet, J., 1987, Temps mythique et temps historique. Les origines et les premiers siècles de Rome, Gérion, 5, p. 69‑85.

Scardigli, B., 1991, I trattati romano-cartaginesi. Relazioni interstatali, Pise.

Schettino, M. T., 1987, Aulo Gellio e l’annalistica, Latomus, 46, p. 123‑145.

Schettino, M. T., 1991, Tradizione annalistica e tradizione ellenistica su Pirro in Dionigi (A. R. XIX-XX), Bruxelles.

Schettino, M. T., 1998, Introduzione a Polieno, Pise.

Schettino, M. T., 2003, In margine a una nuova edizione dei frammenti de Dionisio d’Alicarnasso (A. R., XIV-XX), Med Ant, 6, p. 25‑38.

Schettino, M. T., 2008, L’età delle guerre puniche, dans Storia d’Europa e del mediterraneo, Rome, p. 53‑87.

Walbank, F. W., 1957, A Historical Commentary on Polybius, vol. I, Oxford.

Haut de page

Notes

1 Eutrope 2.6 : […] tumque primum Romani cum transmarinus hoste dimicaverunt.

2 Voir Lévêque, 1957 ; La Bua, 1971, p. 1‑61.

3 Il s’agit de l’interprétation qu’on retrouve chez l’historien sicilien Timée de Tauromenium. Cf. Gabba, 1976, p. 84‑101. Sur la postérité de cette interprétation auprès des intellectuels grecs de l’époque impériale, voir Bearzot, 1992, notamment p. 220 ; Schettino, 1998, p. 268.

4 Voir Lévêque, 1957, p. 451‑452 ; La Bua, 1978, p. 181‑205 ; Schettino, 1991, p. 68.

5 Cf. Gabba, 1976, p. 84‑101 ; Poucet, 1987, p. 69‑85.

6 J’ai fait allusion aux Excerpta Costantiniana, constitués de trois recueils : les excerpta Devirtutibus et vitiis (appelés également Excerpta Valesiana d’après le nom du premier éditeur, en 1634, Henri de Valois) ; les excerpta De sententiis (publiés pour la première fois en 1826 par Angelo Mai) ; et à proprement parler les excerpta De legationibus (ou Excerpta Ursiniana, le premier éditeur ayant été en 1582 Fulvio Orsini), recueil qui est précisément consacré à la thématique des relations diplomatiques.

7 J’utilise l’appellation conventionnelle d’annaliste. Sur les limites de cette définition, voir Chassignet 1996, p. VII-XXIII. Aulu-Gelle 3.8.5 (en s’appuyant sur Valérius Antias, frg. 22 Chassignet, et Claudius Quadrigarius, frg. 40a Chassignet : sur cet épisode cf. Lévêque, 1957, p. 404‑406 ; Chassignet 2004, p. 27) ; Aulu-Gelle 3.8.8 (en citant Claudius Quadrigarius, frg. 40b Chassignet). Sur la tradition annalistique dans Aulu-Gelle, voir Schettino, 1987, p. 123‑145.

8 Sur les rapports avec Marseille, voir au moins Bats, 1990, p. 80‑87.

9 Sur le sujet cf. Walbank, 1957, p. 337‑355 ; Alföldi, 1963, p. 347‑354 ; Heurgon, 1969, p. 386-393 ; Huss, 1985, p. 86‑92, 149‑155, 167‑168, 204‑206 ; Scardigli, 1991 ; Palmer, 1997, p. 15‑30 ; Loreto, 1995‑1996 (2000), p. 779‑821.

10 Polyb. 3.22‑25.

11 Diod. 16.19.1. Bien que la datation polybienne du premier traité de 509 soit largement acceptée (Heurgon, Palmer), elle a été remise en cause par quelques spécialistes (De Sanctis, Alföldi), qui datent le premier accord de 348 et le second de 343.

12 Liv. 7.27.2.

13 Liv. 9.43.26. On ignore si le second traité relaté par Polybe doit être attribué à l’année 348 ou à l’année 306 : la coïncidence entre Diodore et Tite-Live a fait pencher pour la première hypothèse.

14 Liv. Per. 13.

15 Voir La Bua, 1971, p. 1‑61 ; Schettino, 1991, notamment p. 91‑95.

16 Acilius, fr. 7 Chassignet : […] Quaerenti (scil. Hannibal) deinde quem secundum poneret, Pyrrhum dixisse : castra metari primum docuisse, ad hoc neminem elegantius loca cepisse, praesidia disposuisse ; artem etiam conciliandi sibi homines eam habuisse ut Italicae gentes regis externi quam populi Romani, tam diu principis in ea terra, imperium esse mallent […].

17 Selon Lévêque, 1957, et La Bua, 1971, p. 1‑61, les annalistes présentent une image positive de Pyrrhos, dans le but de mettre encore plus en évidence la victoire remportée sur un adversaire si valeureux. Cela toutefois ne met pas en cause la crédibilité de ce portrait et son élaboration à l’époque de l’expédition occidentale du roi.

18 Appien, Samn. 10.2 : οἱ δ ̓ ἐνεδοίαζον (scil. : les Romains) ἐπὶ πλεῖστον, τῇ τε δόξῇ τοῦ Πύρρου καὶ τῷ συμβεβηκότι πάθει καταπλαγέντες […].

19 Aussi bien Appien que Dion Cassius pourraient dépendre de sources annalistiques, qui sont toutefois différentes, comme les versions attestées dans les deux historiens le prouvent : cf. Schettino, 1991, notamment p. 19 note 1, 20 note 3, 21, 54 et note 7 ; Pittia, 2002c, p. 481‑491, en particulier p. 490. Cf. aussi Crouzet, 2002, p. 329‑392, qui porte sur les récits d’Appien et Dion Cassius concernant l’affaire de Rhégion. Crouzet formule l’hypothèse que le récit d’Appien dérive de celui de Denys d’Halicarnasse, tandis qu’elle souligne les détails originaux rapportés par Dion Cassius.

20 Dion Cassius, fr. 9.40.3 : ὅτι ὁ Πύρρος ὁ βασιλεὺς τῆς τε Ἠπείρου καλουμένης ἐβασίλευσε, καὶ τοῦ: Ελληνικοῦ τὸ πλεῖστον, τὸ μὲν εὐεργεσίαις τὸ δὲ ϕόβῳ, προσεπεποίητο. Αἰτωλοί τε πολὺ τότε δυνάμενοι καὶ Φίλιππος ὁ Μακεδὼν καὶ οἱ ἐν τῷ Ἰλλυρικῷ δυνάσται ἐθεράπευον αὐτόν. Καὶ γὰρ ϕύσεως λαμπρότητι καὶ παιδείας ἰσχύι καὶ ἐμπειρίᾳ πραγμάτων πολὺ πάντων προέϕερεν, ὥστε καὶ ὑπὲρ τὰς δυνάμεις καὶ τὰς ἑαυτοῦ καὶ τὰς τῶν συμμάχων καίπερ μεγάλας οὔσας ἀξιοῦσθαι.

21 Dion Cassius, fr. 9.40.13 : ὅτι οἱ Ῥωμαῖοι μαθόντες ἥξειν τὸν Πύρρον κατέδεισαν, ἐκεῖνόν τε αὐτὸν εὐπόλεμον εἶναι μαθόντες καὶ δύναμιν πολλὴν καὶ ἀνανταγώνιστον ἔχειν, οἷά που συμβαίνει περί τε τῶν αγνώστων σϕίσι καὶ περὶ τῶν διὰ πλειστου ὄντων μάλιστα θρυλεῖσθαι τοῖς πυνθανομένοις.

22 Zonaras 8.3 : […]οἱ δ ̓ ἐν τῇ ̓Ρώμῃ κατέδεισαν μαθόντες τὸν Πύρρον ἐλθόντα εἰς Τάραντα τῷ τε ἐκπεπολεμῶσθαι τὰ ἐν τῇ Ἰταλίᾳ· αὐτοῖς καὶ τῷ θρυλλεῖσθαι ἐκεῖνον εὐπόλεμόν τε τυγχάνειν καὶ δύναμιν ἔχειν ἀνανταγώνιστον. Cf. aussi Zonaras 8.3 : avant la bataille d’Héraclée Valerius Laevinus entend donner une démonstration de sa force à des guides ennemis qui avaient été capturés, et il suscite une forte impression chez les prisonniers grâce au nombre de soldats qu’il est en mesure d’aligner ; l’épisode dégage toute sa valeur par rapport à la crise démographique de la Grèce pendant le iiie siècle av. J.‑C. (κατασκόπους τέ τινας συλλαβών, δείξας τὴν δύναμιν αὐτοῖς καὶ ἐπειπὼν πολλαπλασίαν ἄλλην ἔχειν, ἀπέπεμψεν). Le thème démographique est également mis en évidence dans App. , Samn. 10.3 : καὶ ἡ βουλὴ ταῦθ ̓ ἅπερ καὶ ̔Ἁππιος εἶπεν ἀπεκρίνατο Κινέᾳ. Λαιουίνῳ δ ̓ ἄλλα δύο τέλη καταλέγοντες ἐκήρυξαν οὕτως, εἴ τις ἀντὶ τῶν ἀπολωλότων αὑτὸν ἐπιδίδωσιν, ἐς τὴν στρατιὰν ἀπογράϕεσθαι. Καὶ ὁ Κινέας ἔτι παρών, καὶ θεώμενος αὐτοὺς ὠθουμένους ἐς τὰς ἀπογραϕάς, λέγεται πρὸς τὸν Πύρρον ἐπανελθὼν εἰπεῖν ὅτι πρὸς ὕδραν ἐστὶν αὐτοῖς ὁ πόλεμος. Les mots de Cinéas soulignent l’impression provoquée par le constat que l’armée romaine recrutée après Héraclée était plus nombreuse qu’auparavant. Cf. également Dion Cassius, frg. 9.40.28.

23 Zonaras 8.3 : τῶν δὲ στρατιωτῶν πρὸς τὴν τοῦ Πύρρου ϕήμην καὶ διὰ τοὺς ἐλέϕαντας ἐκπεπληγμένων […]. Les soldats romains étaient terrifiés par la réputation de Pyrrhos et par les éléphants. L’iconographie remontant à l’époque du roi représentait Pyrrhos casqué et mettait en valeur son lien de parenté avec Alexandre le Grand, à travers leur ascendance commune, remontant à Pyrrhos Néoptolémos et au père de ce dernier, Achille, selon la tradition. Cette iconographie contribuait de façon propagandiste à accréditer son image de guerrier invincible. Sur le sujet, voir Lévêque, 1957, p. 683‑689 ; Brown, 1995 ; Schettino, 1998, p. 268.

24 On peut remarquer que les régimes démocratiques se rallient au roi hellénistique, tandis que les régimes aristocratiques penchent pour les Romains. Cela met en valeur la modalité propre à la politique romaine, qui s’adressait notamment aux élites des cités grecques. En ce qui concerne la propagande de Pyrrhos à travers le monnayage des cités de l’Italie du sud, voir Lévêque, 1957, p. 423‑474.

25 Sur la question du nombre et de la chronologie des ambassades conduites par Fabricius, voir Lévêque, 1957, p. 359‑370, 404‑422 ; Schettino, 1991, p. 36‑42, 95‑103 ; Pittia, 2002a, p. 343‑345. Ghislaine Stouder revient sur ce sujet dans ce même recueil, p. 185‑201. Sur les portraits des personnalités romaines, parmi lesquelles C. Fabricius Luscinus, dans le récit de Denys d’Halicarnasse sur l’expédition occidentale de Pyrrhos, voir Corbier, 2002, p. 393‑411. Sur le rôle diplomatique joué par Fabricius, je renvoie également à l’article de Ghislaine Stouder.

26 En fait, Cinéas avait manifesté des doutes sur l’opportunité d’entreprendre l’expédition, et cela avant le début de l’expédition elle-même : cf. Lévêque, 1957, p. 289‑294.

27 Dion Cassius, frg. 9.40.31 : ˝[…] μεταχειρίσασθαι ἢ μάχας καὶ παρατάξεις ἀσταθμήτους ἀναρρῖψαι· ὥστε πεισθείς, ὦ Μίλων, ἐμοὶ καὶ τῷ παλαιῷ λόγῳ, μηδὲ ἐς ἄλλο τι βίᾳ μῶλλον ἢ σοϕίᾳ, ὅπου γε καὶ ἐνδέχεται, χρήσῃ, ἐπεὶ Πύρρος γε πάντα τὰ πρακτέα οἱ ἀκριβῶς οἶδε καὶ οὐδὲν αὐτῶν δεῖται παρ ̓ ἡμῶν μαθεῖν˝.Ταῦτ ̓ εἶπε, καὶ πάντες ὁμογνώμονες ἐγένοντο, καὶ μάλισθ ̓ ὅτι ἐκ μὲν τούτων οὔτε ζημιωθήσεσθαί τι οὔτε κινδυνεύσειν, ἐκ δὲ τῶν ἑτέρων ἑκάτερον πείσεσθαι ἔμελλον (cf. Zonaras 8.4).

28 Plut., Pyrrh. 14.1‑3 : ἦν δέ τις Κινέας Θεσσαλὸς ἀνὴρ […]. συνὼν δὲ τῷ Πύρρῳ καὶ πεμπόμενος ἐπὶ τὰς πόλεις, ἐβεβαίου τὸ Εὐριπίδειον ὅτι ˝πῶν ἐξαιρεῖ λόγος, / ὃ καὶ σίδηρος πολεμίων δράσειεν ἄν˝. ὁ γοῦν Πύρρος ἔλεγε πλείονας πόλεις ὑπὸ Κινέου τοῖς λόγοις ἢ τοῖς ὅπλοις ὑϕ ̓ ἑαυτοῦ προσῆχθαι·καὶ διετέλει τὸν ἄνδρα τιμῶν ἐν τοῖς μάλιστα καὶ χρώμενος. Cf. Dion Cassius, frg. 9.40.5 : ὅτι ὑπὸ τοῦ Κινέου ἐλέγετο Πύρρος ὁ βασιλεὺς πλείονας πόλεις ἢ ὑπὸ τοῦ αὑτοῦ ἐξελεῖν δόρατος. Καὶ γὰρ ἦν δεινός, ϕησὶ Πλούταρχος, ἐν τῷ λέγειν, καὶ τῷ Δημοσθένει μόνος ἐν τῇ δεινότητι παρισούμενος. Plutarque est mentionné dans ce fragment de Dion Cassius, et de nouveau dans le fragment 107. Cependant, comme il s’agit de deux citations isolées, Boissevain pense que les deux références sont dues à l’excerpteur.

29 Dion Cassius, fr. 9.40.21 : ὅτι Πύρρος λαμπρὸς τε ἐπὶ τῇ νίκῃ ἦν καὶ ὄνομα ἀπ ̓ αὐτῆς μέγα ἔσχεν, ὥστε πολλοὺς μὲν τῶν ἐκ τοῦ μέσου καθημένων προσχωρῆσαί οἱ, πάντας δὲ τοὺς περιορωμένους τῶν συμμάχων ἀϕικέσθαι. Cf. Zonaras 8.3.

30 Dion Cassius, frg. 9.40.21‑22.

31 Dion Cassius, frg. 9.40.23 : ὅτι Πύρρος τοὺς τῶν Ῥωμαίων αἰχμαλώτους συχνοὺς ὄντας τὸ μὲν πρῶτον πεῖσαι ἐπεχείρησεν ἐπὶ τὴν Ῥώμην συστρατεῦσαι, ὡς δὲ οὐκ ἠθέλησαν, ἰσχυρῶς ἐθεράπευσε, μήτε δήσας τινὰ μήτ ̓ ἄλλο τι κακὸν δράσας, ὡς καὶ προῖκα αὐτοὺς ἀποδώσων καὶ ἀμαχεί δι ̓ αὐτῶν τὸ ἄστυ προσποιησόμενος.

32 On peut remarquer que la propagande hostile à Pyrrhos soulignait précisément l’attitude autoritaire du roi au détriment de ses alliés italiens dès son arrivée en Italie : ὅτι μετὰ τὸναυάγιον ὁ Πύρρος ὁ βασιλεύς τῆς Ἠπείρου ἐς τὸν Τάραντα κατήγετο […] ὡς δὲ καὶ τὰ συσσίτια σϕῶν ὁ Πύρρος καὶ τὰς ἄλλας συνόδους καὶ διατριβὰς ὡς οὐ πρεπούσας πολέμῳ διέλυε, γυμνάσιά τε ἔνοπλα ἔτασσεν αὐτοῖς, καὶ θάνατον τοῖς ἀμελοῦσιν ὥριζε […] (Appien, Samn. 8).

33 Cf. Denys Hal., Ant. Rom. 19K Pittia ( = 19.5‑6 Jacoby). Sur l’épisode et les interprétations dégagées par les spécialistes, voir Schettino, 1991, p. 19‑23 ; Pittia, 2002a, p. 318‑320.

34 Cf. Zonaras 8.4. Je garde la datation la plus répandue dans les sources anciennes, sans intervenir sur la problématique concernant la chronologie des négociations entre Pyrrhos et les Romains, pour laquelle je renvoie aux articles de Michel Humm et Ghislaine Stouder dans ce volume, p. 203‑220 et p. 185‑201, et à ma discussion des témoignages concernés dans Schettino, 1991, p. 36‑42.

35 Appien, Samn. 10.1 : [...]καὶ παρελθὼν ὁ Κινέας ἐς τὸ βουλευτήριον ἄλλα τε πολλὰ περὶ τοῦ βασιλέως ἐσεμνολόγει, καὶ τὴν ἐπὶ τῷ ἀγῶνι μετριοπάθειαν κατελογίζετο, μήτ ̓ ἐπὶ τὴν πόλιν εὐθὺς ἐλάσαντος μήτ ̓ ἐπὶ τὸ ἡσσημένον στρατόπεδον· ἐδίδου δ ̓ αὐτοῖς εἰρήνην καὶ ϕιλίαν καὶ συμμαχίαν πρὸς Πύρρον, εἰ Ταραντίνους μὲν ἐς ταῦτα συμπεριλάβοιεν, τοὺς δ ̓ ἄλλους Ἕλληνας τοὺς ἐν Ἰταλίᾳ κατοικοῦντας ἐλευθέρους καὶ αὐτονόμους ἐῷεν, Λευκανοῖς δὲ καὶ Σαυνίταις καὶ Δαυνίοις καὶ Βρεττίοις ἀποδοῖεν ὅσα αὐτῶν ἔχουσι πολέμῳ λαβόντες. Καὶ γιγνομένων ἔϕη τούτων Πύρρον ἀποδώσειν αὐτοῖς τοὺς αἰχμαλώτους ἄνευ λύτρον. Sur le modèle de la koinè eirénè dans cette proposition de paix, cf. aussi Clemente 1990, p. 19‑38, notamment p. 34‑38.

36 Cf. également Zonaras 8.4, bien que les termes juridiques évoquant le modèle de la koinè eirénè soient plus évidents dans Appien (cf. supra, note 35).

37 C’est le discours d’Appius Claudius qui précise les termes juridiques auxquels il faut se tenir (Appien, Samn. 10.2 ; Zonaras 8.4) et qui devient le point de référence de l’attitude romaine envers Pyrrhos. En effet, les Romains donnent exactement la même réponse après la bataille d’Ausculum (cf. Appien, Samn. 11.4 ; Zonaras 8.5). App. , Samn. 10.2 : […] ἄλλα τε πολλὰ ὅμοια τούτοις ὁ Ἄππιος εἰπὼν καὶ ἐρεθίσας, ἐσηγήσατο Πύρρον, εἰ δέοιτο τῆς Ῥωμαίων ϕιλίας καὶ συμμαχίας, ἐξ Ἰταλίας ἀπελθόντα πρεσβεύειν, παρόντα δὲ μήτε ϕίλον ἡγεῖσθαι μήτε σύμμαχον μήτε Ῥωμαίοις δικαστὴν ἢ διαιτητήν.

38 Cf. Clemente, 1990, p. 37.

39 Denys Hal. 19P Pittia ( = 19.10 Jacoby) : […]ἡμεῖς δὲ οὐ τοῖς λόγοις τιμωρεῖσθαι τοὺς ἐχθροὺς εἰώθαμεν, ἀλλὰ τοῖς ἔργοις, καὶ οὔτε δικαστὴν ποιούμεθά σε περὶ ὧν Ταραντίνοις ἢ Σαυνίταις ἢ τοῖς ἄλλοις πολεμίοις ἐγκαλοῦμεν οὔτ ̓ ἐγγυητὴν λαμβάνομεν ἐκτίσματος οὐδενός […]. J’ai quelques doutes sur le fait que la mention d’un garant atteste que les relations sont pensées en terme de droit romain (ainsi Pittia 2002a, p. 333, note 55). Cf. Zonaras 8.3 : Λαουίνιος δὲ τάδε τῷ Πύρρῳ ἀντέγραψε· ˝Πάνυ μοι δοκεῖς, ὦ Πύρρε, τετυϕῶσθαι, δικαστὴν ἡμῖν ἑαυτὸν καθιστὰς καὶ Ταραντίνοις πρὶν δίκην ἡμῖν ὑποσχεῖν ὅτι καὶ τὴν ἀρχὴν εἰς τὴν Ἰταλίαν ἐπεραιώθης˝. Le rôle d’arbitre et de garant de la paix entre les Tarentins et les Romains que Pyrrhos entend revêtir évoque des pratiques diplomatiques appartenant au monde grec : Giovannini, 2007. Sur la correspondance entre Lævinus et Pyrrhos, voir Schettino, 1991, p. 29‑35 ; Robert, dans Pittia 2002a, p. 333‑334 note 58 ; Schettinº 2003, p. 25‑38, notamment p. 33‑34. Les objections juridiques avancées par Lævinus corroborent l’hypothèse que cette correspondance date du iie siècle av. J.‑C., c’est-à-dire après la guerre contre Pyrrhos, quand les termes juridiques étaient désormais compris et même réutilisés. Autrement dit, l’hypothèse de Bickerman, 1947, p. 137‑146, qui voit dans Acilius la source de ce passage, s’en trouve renforcée.

40 On peut remarquer que la même perspective est déjà dans la réponse de Lævinus à Pyrrhos chez Zonaras 8.3.

41 Cf. Appien, Samn. 10.2 ; Zonaras 8.4 (voir supra, note 37).

42 Il est difficile de croire que Pyrrhos envisageât la constitution d’un royaume en Italie. Ses visées devaient être moins territoriales que politiques. Cf. Clemente, 1990, p. 37.

43 Sur les relations entre Rome et Sagunte, voir Schettino, 2008, p. 53‑87, notamment p. 68‑70. La paix de Phoeniké avec Philippe V est communément considérée comme une koiné eirénè.

44 Cf. Lévêque, 1957, qui toutefois insiste sur les aspects politiques découlant de la diplomatie, plutôt que sur la diplomatie elle-même.

45 L’initiative aurait été prise par Ptolémée lui-même, qui envoya une ambassade au Sénat (Dion Cassius fr. 41 ; Zon. 8.6) : Holleaux, 1969, p. 60‑75 ; Gruen, 1984, p. 673‑678 ; Harris, 19852 [1979], p. 183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Teresa Schettino, « Pyrrhos en Italie : la construction de l’image du premier ennemi venu de l’Orient grec »Pallas, 79 | 2009, 173-184.

Référence électronique

Maria Teresa Schettino, « Pyrrhos en Italie : la construction de l’image du premier ennemi venu de l’Orient grec »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/14528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.14528

Haut de page

Auteur

Maria Teresa Schettino

Professeur d’Histoire ancienne, Université de La Rochelle
mschetti[at]univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search