Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Pyrrhus en OccidentLe rôle de Fabricius dans les nég...

Pyrrhus en Occident

Le rôle de Fabricius dans les négociations avec Pyrrhus ou l’émergence de la figure de l’ambassadeur à Rome

Fabricius’s role in the negociations with Pyrrhos or the emergence of the ambassador’s figure in Rome
Ghislaine Stouder
p. 185-201

Résumés

De 280 à 275, de la bataille d’Héraclée à celle de Bénévent, l’armée romaine rencontre à plusieurs reprises les troupes grecques et alliées conduites par Pyrrhus. Parallèlement, des échanges diplomatiques sont organisés : les sources, essentiellement pro-romaines, ne sont pas claires sur le contenu de ces négociations. Selon la version de Justin qui semble la plus objective, il apparaît que les Romains ont négocié le retour des prisonniers et accepté, de ce fait même, un accord de paix avec Pyrrhus. Plus exactement, les Romains ont choisi de s’allier avec le roi épirote, abandonnant de la sorte leurs anciens alliés, les Carthaginois. Cette politique favorable à une alliance avec les Grecs a été particulièrement défendue par Fabricius, qui semble avoir joué de sa position comme ambassadeur pour la mettre en application. Ce faisant, il donnait à l’ambassadeur une indépendance et une marge de négociations en totale rupture avec les anciennes pratiques diplomatiques romaines, celles des fétiaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lévêque, 1957, p. 359 et n. 2-3.

1Les démarches diplomatiques des années 280-278 qui eurent lieu entre les Romains et Pyrrhus ont fait l’objet de nombreuses reconstructions, tant pour les aspects chronologiques (dates et succession des divers épisodes) que pour les présupposés des pourparlers du côté romain et du côté des Grecs. Les sources actuellement conservées sont en effet divergentes, voire contradictoires, même si on tend à reconnaître, pour la plupart, une nette tendance pro-romaine. La volonté de reconstituer les événements est d’autant plus mise à rude épreuve que la plupart des récits sont fragmentaires, ou très résumés. Dans ces conditions, il est admis depuis longtemps que, sur ces années, on en est tenu au vraisemblable, notion qui fluctue selon les savants1.

  • 2 Cos. 282, 278, censeur 275. Münzer, 1909, RE 6.2, s.u. Fabricius (9), col. 1931-1938.
  • 3 D.H. 19.S-T ( = 19.13-18 Jacoby).

2Nous ne voudrions pas tant revenir sur les éléments de chronologie que sur le personnage de Fabricius, qui, dans les sources du moins, semble avoir joué un rôle central dans les contacts avec Pyrrhus. C. Fabricius Luscinus2 est un personnage qui a été largement exalté dans les sources postérieures et le long discours, face à Pyrrhus, que lui prête Denys d’Halicarnasse dans ses Antiquités romaines3 constitue certainement la démonstration paroxystique, pour ne pas dire fastidieuse, de la gloire posthume dont Fabricius jouissait encore à l’époque d’Auguste. De ce personnage, nous retiendrons seulement les aspects relatifs au rôle diplomatique qu’il occupa, même si, paradoxalement, ce ne sont pas ces aspects qui furent mis le plus en avant dans les traditions des derniers siècles de la République. Plusieurs hypothèses ont été émises sur le contenu des négociations qu’il mena avec le roi épirote et donc sur l’attitude qu’on peut lui prêter à l’égard de Pyrrhus et du monde grec : avait-il été envoyé pour négocier uniquement la libération des prisonniers ou était-il le partisan d’accords de paix ? Cette question repose sur un présupposé, à savoir que l’ambassadeur pouvait, à cette époque, prendre des initiatives dans les négociations avec un interlocuteur étranger. Or, rien n’est moins évident au vu des institutions diplomatiques romaines au tournant des ive et iiie siècles, institutions encore largement marquées par la procédure fétiale.

1. Reconstitutions des faits

  • 4 Plut. Pyrrh. 18.2 ; App. Samn. 10.2.
  • 5 Ined. Vat. 2 ( = FGrH 3.C, 839 F 2).
  • 6 Lévêque, 1957, p. 346 n. 3.
  • 7 Plut. Pyrrh. 18.5 et App. Samn. 10.5-6.
  • 8 Plut. Pyrrh. 20.1 ; App. Samn. 10.11. Denys (19.S-T) fournit le récit le plus circonstancié de l’am (...)
  • 9 Chez Plutarque, le récit de l’ambassade précède celui d’Ausculum, mais la mention conjointe de Fabr (...)
  • 10 Cos. 282, 272 et censeur 275. Klebs, 1893, RE 1.1, s.u. Æmilius (112), col. 576.
  • 11 Plut. Pyrrh. 21.3-6 et App. Samn. 11.2-5.

3Après la bataille d’Héraclée en 280, Plutarque et Appien rapportent que Cinéas fut envoyé en ambassade par Pyrrhus pour proposer la paix4. Le texte de l’Ineditum Vaticanum confirme cette version des faits ainsi que la sévérité des conditions de paix proposées par le roi épirote, telles qu’elles sont mentionnées chez Appien5. Les trois versions grecques ne situent pas l’ambassade au même moment par rapport à la marche de Pyrrhus qui suivit la défaite romaine à Héraclée : chez Plutarque, l’ambassade se situe après la marche ; chez Appien, elle se situe avant. Toutefois, cette divergence pourrait s’expliquer du fait que les deux actions de Pyrrhus (l’ambassade de Cinéas et la marche sur Rome) furent menées conjointement afin d’exercer une pression plus grande sur les Romains6. Quoi qu’il en soit, pour les deux auteurs, l’intervention d’Ap. Claudius Caecus au Sénat fut décisive dans le rejet des propositions de paix7. La réponse négative des Romains ne signa pas pour autant la fin des discussions ; peu après, Fabricius fut envoyé pour négocier le rachat ou l’échange des prisonniers8, mais Pyrrhus les restitua sans rançon, à l’occasion des Saturnales. Cet acte de générosité resta cependant sans conséquence puisqu’au terme de la fête, les prisonniers romains revinrent au camp de Pyrrhus. Après la bataille d’Ausculum en 2799, il n’est plus question d’échange de prisonniers ou de négociations jusqu’au consulat de Fabricius et de Q. Æmilius Papus10, l’année suivante. A cette date, en effet, les consuls dénoncent une tentative d’empoisonnement contre Pyrrhus, qui, pour remercier les Romains, libère à nouveau leurs prisonniers. Pour ne pas être en reste, les Romains libèrent à leur tour les prisonniers tarentins et leurs alliés11.

  • 12 Parmi les autres sources classées habituellement parmi les traditions d’inspiration livienne, Orose (...)
  • 13 Liv. Per. 13 et Eutrop. 2.12-13.
  • 14 D.C. 40 fg. 29, 32-33, 40 et Zon. 8.4.
  • 15 Liv. Per. 14 et Eutrop. 2.14.1-2.
  • 16 Zon. 8.5.

4La version livienne, du moins telle qu’il est possible de la restituer à travers les Periochae et le témoignage d’Eutrope12, ne mentionne aucune ambassade de Pyrrhus avant la marche sur Rome ; les Romains prennent l’initiative des négociations par l’entremise de Fabricius pour demander le rachat des prisonniers. Les prisonniers ayant été libérés sans rançon, Cinéas vient à Rome pour négocier un traité de paix, mais ses offres sont rejetées sous l’influence d’Ap. Claudius Caecus13. Le même déroulement des faits est rapporté par Zonaras qui suit, en règle générale, Dion Cassius14. Après Ausculum, si la dénonciation du complot est mentionnée15, il n’est pas question en revanche d’échanges de prisonniers. Rien n’est dit des conséquences dans la Periocha ni chez Eutrope ; dans le récit de Zonaras, cependant, Pyrrhus envoie à nouveau une ambassade pour demander la paix16 et l’on retrouve la trame du récit exposée chez Appien.

  • 17 Frank, 1954², p. 646-652, admet aussi une seconde ambassade de Fabricius après Ausculum auprès de P (...)
  • 18 Piganiol, 1995, p. 208-209.
  • 19 Just. 18.1-2.
  • 20 Lefkowitz, 1959, p. 154-157 et 162. Que les Romains aient ouvert les négociations pour la paix n’im (...)

5Les sources ne s’accordent donc pas sur le nombre et la succession des ambassades et plusieurs hypothèses de reconstitution ont été proposées pour justifier, d’une manière ou d’une autre, les initiatives ou les objectifs de Pyrrhus ou des Romains. Certains auteurs accordent à Pyrrhus l’initiative des négociations durant l’hiver 280-279, juste après Héraclée, auquel cas, l’ambassade de Fabricius était uniquement perçue comme une réponse aux propositions de l’Epirote17. D’autres considèrent qu’il n’y eut qu’une seule série de négociations, après Ausculum, à l’initiative des Romains, pour l’établissement d’un traité de paix18. Lefkowitz, se fondant sur les traditions liviennes mais aussi sur le récit de Justin19, admet au contraire une seule série de négociations, mais après Héraclée, à l’initiative des Romains20.

  • 21 Passerini, 1943, sur les pas de Niese, qui rejetait la tradition romaine et privilégiait Trogue/Jus (...)
  • 22 Just. 18.2.6-10.
  • 23 Just. 18.1.10.
  • 24 Toutefois, la chronologie, très vague, de Justin (et de Trogue Pompée ?) sépare les batailles d’Hér (...)
  • 25 Passerini, 1943, p. 92-107.
  • 26 Just. 18.2.6 : Legatus a senatu Romano Fabricius Luscinus missus pacem cum Pyrrho composuit (envoyé (...)

6Or, en accordant justement le plus de crédit au récit de Justin, Passerini avait formulé une proposition de reconstitution qui nous a paru convaincante sur bien des points21. Justin situe en effet les négociations entre Pyrrhus et Fabricius, puis entre Cinéas et les Romains après Ausculum22. Entre la bataille d’Héraclée et celle d’Ausculum, il fait allusion seulement au renvoi de prisonniers par Pyrrhus, sans échange, ni rançon23 ; il est probable que la libération des prisonniers entre les deux batailles ait abouti à l’invention, dans certaines versions antiques, celles de Plutarque et d’Appien, d’une première ambassade de Cinéas. La particularité du récit de Justin est de situer les négociations en 279 et non en 28024. Pour Passerini, les conséquences des négociations de Fabricius avec l’envoi d’une ambassade de Cinéas à Rome, se situeraient même en 278, alors que Fabricius était désormais consul25. Par ailleurs, ces négociations ne portèrent pas sur l’échange des prisonniers, Justin précisant explicitement que Fabricius fut envoyé par le Sénat pour obtenir la paix26. Plus qu’une question de chronologie, la version de Justin soulève le problème de l’objectif et du contenu des négociations pour lesquelles Fabricius fut envoyé en ambassade.

2. Le retour des prisonniers

  • 27 Denys (19.S) le formule expressément.

7Dans les versions les plus traditionnelles, les sources, malgré des divergences notables, se rejoignent néanmoins pour affirmer que les Romains n’ont jamais traité de la paix. Le filon livien, auquel se rattache Dion (et donc Zonaras) sur ce point, du moins, donne certes l’initiative des négociations aux Romains, mais seulement eût égard au rachat des prisonniers ; la version que l’on retrouve chez Plutarque et Appien, et qui pourrait remonter, en partie, du moins, à Denys, accorde l’initiative à Pyrrhus, mais lorsque Fabricius est envoyé, après Héraclée, pour traiter avec Pyrrhus, la mission de l’ambassadeur se limite aux prisonniers27. Les deux versions ne sont en fait pas incompatibles. Dans l’un et l’autre cas, c’est bien Pyrrhus qui ouvre les négociations de paix, les Romains traitant uniquement de la question des prisonniers. Cette attention portée, dans les sources antiques, à distinguer nettement les objectifs n’est certainement pas un effet du hasard.

  • 28 Lefkowitz, 1958, p. 154-155.
  • 29 Telle fut la pratique de Philippe II de Macédoine auprès des Athéniens en 348. Voir en outre les an (...)

8Lefkowitz figure parmi ceux qui ont porté le plus d’attention aux échanges de prisonniers et aux tractations de paix, montrant qu’Ennius et Justin exceptés, toutes les sources combinaient les négociations pour la paix de Pyrrhus et les renvois de prisonniers, motivés ou non par une demande des Romains28. Cependant, suivant les traditions diplomatiques hellénistiques, les deux ne doivent peut-être pas être distingués : renvoyer les prisonniers fut souvent présenté comme un geste bienveillant tendant à faciliter, par la suite, les négociations de paix29. Selon ces mentalités hellénistiques et donc, certainement, selon Pyrrhus, accepter les prisonniers sans rançon équivalait à accepter la paix. Mais les Romains eux-mêmes, partageaient-ils ces conceptions ? En effet, à partir des versions traditionnelles qui parlent uniquement des prisonniers et de la version de Justin qui affirme qu’une paix fut conclue par Fabricius, plusieurs hypothèses peuvent être émises. Dans les versions de Plutarque et d’Appien, le renvoi des prisonniers après les Saturnales doit être interprété comme le signe que les Romains avaient bien compris que la paix était l’enjeu des démarches de Pyrrhus. Dans les versions traditionnelles (versions liviennes et celle de Dion/Zonaras), en revanche, les prisonniers sont réintégrés : il faut alors en déduire que les Romains acceptaient la paix – c’est ce qu’affirme, finalement Justin – ou bien qu’ils n’avaient pas compris, très naïvement, que la paix était le prix du retour des prisonniers, ou bien encore, plus cyniquement, qu’ayant parfaitement compris les intentions de Pyrrhus, les Romains feignirent de ne pas les comprendre, gagnant ainsi sur tous les plans, en obtenant et le retour des prisonniers, et le refus de la paix.

  • 30 Cf. Berrendonner, 2006, p. 66-67.
  • 31 Le seul autre cas clairement attesté dans les sources se rapporte aux négociations de prisonniers r (...)

9Le rachat des prisonniers de guerre n’est pas une pratique si courante dans l’histoire romaine30 et les prisonniers rendus par Pyrrhus constituent de fait le seul exemple où les Romains cherchèrent à négocier leur rachat ou leur échange31. Les autres cas connus par la tradition rapportent que les prisonniers furent récupérés après des actions guerrières, qu’ils furent soit réintégrés soit refusés après renvoi sur l’initiative des ennemis. La mission de Fabricius constituait donc une nouveauté dans les pratiques diplomatiques romaines.

  • 32 Front. Strat. 4.1.18 ; V. Max. 2.7.15 ; Eutr. 2.13.2 ; Zon. 8.4.12. Frontin est le seul à ajouter q (...)
  • 33 Plut. Pyrrh. 20.5 et App. Samn. 10.15.
  • 34 Plut. Pyrrh. 21.3 et App. Samn. 11.4. Chez Dion/Zonaras, s’il y a bien une deuxième ambassade après (...)

10Cela permet d’expliquer que toutes les sources ne s’accordent pas sur le sort réservé à ces prisonniers. Dans la version livienne, qu’on retrouve aussi chez Dion/Zonaras, les prisonniers sont rendus après la mission de Fabricius, réintégrés dans l’armée, mais dégradés32. Dans la version de Plutarque et d’Appien, en revanche, les prisonniers sont renvoyés auprès de Pyrrhus après les Saturnales, ce qui clôt les échanges diplomatiques et ouvre une nouvelle année de campagne, qui aboutit à la bataille d’Ausculum33. Les prisonniers rentrèrent effectivement à Rome en 278, après que Fabricius et Æmilius, alors consuls, eurent dénoncé le complot contre Pyrrhus34. Les deux présentations des faits mettent en valeur la uirtus des Romains qui ont toujours adopté un comportement exemplaire sur le retour des prisonniers. Toutefois, dans la version livienne et dans celle de Dion, les Romains agissent avec une certaine hypocrisie : les soldats sont certes dégradés, mais, d’une part, cette mesure vise à ne pas favoriser un sentiment de reconnaissance trop grand à l’égard de Pyrrhus, d’autre part, les soldats sont bel et bien réintégrés pour combattre de nouveau contre le roi épirote, alors que celui-ci comprenait certainement la restitution des prisonniers comme un geste de paix. Les versions de Plutarque et d’Appien précisent, quant à elles, que Pyrrhus ne renvoya les prisonniers qu’en échange de la paix. Ainsi, dans ces versions, étaient formulés explicitement les présupposés des démarches des souverains hellénistiques.

  • 35 Lévêque, 1957, p. 343.
  • 36 Plb. 1.31 ; D.S. 23.12.1 ; Liv. 30.30.23 ; Per. 18 ; Gell. 7.4.1 (d’après Tudit. Ann. fg. 5 P. I², (...)
  • 37 Liv. 22.59.7 ; 25.6. Cf. Berrendonner, 2006, p. 164-165.
  • 38 Voir Flor. 1.13.15 qui est pourtant un des auteurs qui exaltent le plus les Romains, par rapport à (...)
  • 39 Le récit que fait Appien (Hann. 28) du lendemain de Cannes et du refus de racheter les prisonniers (...)

11En fait, la question des prisonniers renvoie surtout à des épisodes plus récents de l’histoire romaine et ont dû faire l’objet de réécritures en rapport avec des débats postérieurs aux guerres pyrrhiques. Comme le soulignait déjà Lévêque35, l’héroïsme des prisonniers qui regagnent le camp de Pyrrhus après avoir retrouvé, pour la durée des Saturnales seulement, la liberté, préfigure l’épisode de Régulus retournant à Carthage36. Surtout, la question du rachat ou de l’échange des Romains faits prisonniers par Pyrrhus semble avoir été largement reprise après la défaite de Cannes37, même si, en ce qui concerne la deuxième guerre punique, aucune ambassade romaine ne fut envoyée à Hannibal pour négocier le retour des prisonniers. Outre la décision de récupérer ou non les prisonniers, un des éléments de comparaison entre les deux épisodes repose sur l’attitude respective de Pyrrhus et d’Hannibal. Les sources antiques insistent sur la filanqrwpiva du roi d’Epire qui adopte un comportement plein de bienveillance à l’égard des prisonniers romains38. Le comportement du Carthaginois se situe à l’opposé : il est caractérisé par la crudelitas qui se manifeste dans l’exécution des captifs ou leur réduction à l’état d’esclaves, lorsqu’ils sont renvoyés par décision du Sénat39. Cette opposition entre les deux figures des chefs ennemis explique, peut-être, qu’aucune source relative à la guerre de Tarente n’est véritablement hostile à Pyrrhus. Or, plus que Pyrrhus encore, Fabricius a bénéficié d’une gloire très grande pour avoir permis le retour des prisonniers. Ce qui nous amène à réfléchir sur le rôle qu’il tint dans ces négociations.

3. Le rôle de Fabricius

  • 40 D.H. 19.S. ( = 19.13 Jacoby). Cf. Plut. Pyrrh. 20.1 et D.C. 9 fg. 40.29.
  • 41 App. Samn. 10.3. Ce qui pose problème dans la mesure où parmi ses compagnons d’ambassade, Q. Æmiliu (...)
  • 42 Otto, 1971, s.u. Fabricius, a relevé systématiquement toutes les références relatives au personnage (...)

12Les sources traditionnelles mentionnent toutes que Fabricius intervint comme ambassadeur auprès de Pyrrhus. Cité en premier par Denys40, il est même présenté comme le chef de la délégation par Appien41, et occupe un rôle de premier plan en tous les cas dans les autres versions. L’anecdote relative à la tentative de corruption de Fabricius par Pyrrhus, reprise par la quasi-totalité des sources, a pu contribuer à le mettre en valeur. Cet épisode s’inscrit d’ailleurs dans la tradition, abondante, relative à ce personnage. Nous ne reviendrons pas sur la postérité de Fabricius et sur l’image qui en a été conservée d’exemple d’incorruptibilité, de pauvreté et d’intégrité42. Toutefois, nous sommes tentée d’inverser les effets et les causes et de voir dans la tentative de corruption de Fabricius par Pyrrhus une conséquence de la légende relative à son intégrité et non l’inverse.

  • 43 Degrassi, 1947, XIII.3 p. 40, n.63. Cette inscription était attribuée par Münzer (Hermes 40, 1905, (...)
  • 44 Degrassi, 1947, XIII.3 p. 40, n.63 : [---] et ite[---]o ex isdem [---missus] ad Pyrrh[um regem ut c (...)
  • 45 En dehors de la notice de Festus en rapport avec le compitum Fabricium, ces curiae Nouae ne sont pa (...)
  • 46 Festus p. 180 L : Nouae curiae proximae compitum Fabricium aedificatae sunt (les nouvelles curies f (...)
  • 47 CIL VI 975a ( = 31218 = ILS 6073).
  • 48 Colini, 1944, p. 440 n. 23 ; Pisani Sartorio, 1993, p. 316.
  • 49 Placidus Gloss. (V, p. 68 éd. Goetz) : Fabri compitum ubi nunc lacus captiuos de hostibus reciperat (...)

13Certes, il ne fait nul doute que Fabricius joua un rôle déterminant dans les négociations et dans la libération des prisonniers, des sources autres que littéraires en témoignent. Une inscription retrouvée en 1899 dans des constructions élevées sur l’emplacement de la basilique Æmilia a été attribuée à Fabricius43 et fait référence à sa mission auprès de Pyrrhus pour récupérer les prisonniers44. Par ailleurs, un texte de Festus rapporte que les curiae Nouae45 se trouvaient à proximité d’un compitum Fabricium46 et la base des vicomagistrats de l’époque d’Hadrien mentionne un uicus Fabrici comme dernière voie de la Regio I47. Le compitum Fabricium devait certainement se situer au croisement de ce uicus et des autres voies de la zone, dans le fond de vallée entre le Palatin et le Mons Caelius48. Si l’on ne peut établir avec certitude que les deux toponymes renvoient à notre Fabricius, il reste, néanmoins, le personnage le plus illustre à avoir porté ce nom. Peut-être, alors, faut-il supposer que sa demeure se trouvait non loin de cette zone. Or, une notice de Placidus se rapportant à Cicéron mentionne l’existence d’une maison de Fabricius qui lui aurait été attribuée pour avoir récupéré les prisonniers49.

  • 50 Comme le soulignait Lévêque, 1957, p. 342, la multiplicité des versions pourtant concordantes dans (...)
  • 51 Cic. Leg. 2.58 : ‘Hominem mortuum,’ inquit lex in duodecim, ‘ in urbe ne sepelito neue urito […] Cr (...)
  • 52 Plut. Mor. 282f-283a ( = Q.R. 79) Διὰ τί τοῦ θριαμβεύσαντος εἶτ ̓ ἀποθανόντος καὶ καέντος ἐξῆν ὀστέ (...)
  • 53 Cic. Brut. 55 : Possumus Appium Claudium suspicari disertum, quia senatum iamiam inclinatum a Pyrrh (...)
  • 54 V. Max. 4.4.10 : idem senatus Fabricii Luscini Scipionisque filias ab indotatis nuptiis liberalitat (...)
  • 55 Dans les Fasti triumphales, deux triomphes lui sont attribués (Degrassi, 1947, XIII.1, p. 72-73).

14En outre, d’autres éléments prouvent que, dès après sa mort, Fabricius jouit d’une gloire particulière50. Cicéron rapporte que la loi des XII Tables interdisait normalement que l’on ensevelît ou que l’on incinérât les morts à l’intérieur de la ville, mais cite Fabricius parmi les rares individus qui échappèrent à cette règle, en raison de ses mérites51. Plutarque reprend les propos de Cicéron52. On peut noter que, si l’Arpinate rappelle à plusieurs reprises les qualités de Fabricius qui en font un représentant idéal des vertus romaines, il ne l’associe pas moins au retour des prisonniers grâce à ses talents d’orateur53. Enfin, Valère Maxime rapporte que la fille de Fabricius bénéficia d’une dot de l’Etat54, ce qui peut être interprété comme un élément supplémentaire de la tradition relative à la pauvreté du Romain, associé, en l’occurrence, en un sens favorable à Scipion. Cette anecdote peut aussi bien être l’indice de la gloire particulièrement grande dont jouit Fabricius de son vivant et au lendemain de sa mort et qui lui valut des marques d’honneur de la part de l’Etat. La question qui se pose alors est de savoir à quel titre Fabricius les obtint, dans la mesure où si on lui connaît des victoires importantes55, il ne fut pas plus grand général que d’autres Romains de son époque, que Curius Dentatus, son ami, en particulier. L’importance des souvenirs liés au retour des prisonniers et de la faveur dont il semble avoir joui permettent d’en déduire que l’ambassade à Pyrrhus lui valut une gloire particulièrement grande auprès de ses concitoyens.

  • 56 Toutefois, on sait par Aulu-Gelle (3.8) qu’il existait au moins deux versions chez les annalistes, (...)
  • 57 On pense notamment à des épisodes que l’on retrouve chez Hérodote (3.1). Si l’historien grec était (...)
  • 58 Elle est chez Plutarque, Appien, Dion/Zonaras, rapportée dans la Periocha et dans les sources qui s (...)
  • 59 Passerini, 1943, p. 101-103, attribue le retard de l’échange aux hésitations de Pyrrhus, qui aurait (...)
  • 60 Le fait que la paix devait être conclue à cette époque permet d’expliquer, selon Passerini, et à ju (...)

15Or, ce n’est pas seulement parce qu’il accomplit correctement sa mission que Fabricius fut tant estimé. Il est en effet lié à la restitution des prisonniers en dehors même de l’ambassade à laquelle il participa. Alors que Fabricius est consul en 278, les traditions, visiblement pro-romaines, rapportent que le consul dénonça les machinations d’un médecin contre Pyrrhus56. L’anecdote, qui rappelle les topoi de l’historiographie grecque57, laisse penser qu’il s’agit d’une invention créée à la gloire des Romains, en particulier à la gloire de Fabricius58. Mais l’historiographie comporte peu d’inventions gratuites. Il faut donc se demander quelle pouvait être son utilité dans la logique des récits qui la rapportent. Si l’on suit le filon livien, le complot contre Pyrrhus n’a d’autre fonction que de souligner la valeur de Fabricius et des Romains. Dans le récit de Dion/Zonaras, elle explique que Pyrrhus ait tenté une dernière fois d’obtenir la paix. En revanche, dans le récit de Plutarque et Appien, la dénonciation du complot permet d’expliquer l’échange de prisonniers romains et tarentins. Il y a donc toute chance que la version la plus ancienne qui ait comporté l’épisode du complot ait compris aussi l’échange de prisonniers. Cet échange aurait paru inexplicable sans cela, sauf à accepter la version des faits chez Justin et telle que la restituait Passerini59, à savoir que l’échange des prisonniers ainsi que l’ambassade de Cinéas pour conclure la paix eurent lieu en 278, sous le consulat de Fabricius, quelques mois après l’ambassade de ce dernier60. Le complot contre Pyrrhus fut donc, selon nous, inventé pour masquer que, sous le consulat du prestigieux Fabricius, devait être conclue la paix avec Pyrrhus, et donc la reconnaissance de la défaite romaine, paix dont Fabricius avait lui-même négocié les termes. Plus qu’un simple exécutant diplomatique, Fabricius apparaît donc comme le véritable initiateur de la libération des prisonniers. On peut penser qu’un filon de l’annalistique (remontant à Fabius Pictor ?) essayait par ce biais de dédouaner Fabricius avec l’anecdote du médecin, tandis qu’un second filon exaltait la figure de l’incorruptible Appius Claudius qui refusait, à quelque prix que ce soit, la possibilité de parvenir à un accord avec le roi épirote.

4. Le choix diplomatique de Fabricius

  • 61 Zon. 8.4.
  • 62 Frank, 1914, p. 63 et 1928 (1954), p. 646 ; Lévêque, 1957, p. 336 et 338-339, Cornell, 1995, p. 364 (...)
  • 63 Plut. Pyrrh. 19.4 ; App. Samn. 10.8 ; Flor. 1.13.19 ; D.C. 9 fg. 40.28 ; Zon. 8.4.
  • 64 C’est pourquoi, contrairement à Lévêque qui rejette ces sentences comme « vains propos imaginés par (...)

16Quel fut le contenu de ces négociations ? Les sources ne s’accordent pas en effet sur les propositions faites par Pyrrhus. Nous serions tentée de comprendre la divergence entre des conditions dures (version de l’Ineditum Vaticanum et d’Appien) et des conditions plus souples (chez Plutarque, Zonaras), non comme une opposition, mais comme une succession d’étapes. Au lendemain d’Héraclée, profitant de sa victoire, Pyrrhus lance sa marche sur Rome et fait parallèlement des propositions de paix, assez dures, dans la mesure où il est en position de force. Toutefois, et c’est ce que l’on retrouve notamment dans la version plus détaillée de Zonaras, lors de son offensive, Capoue et Naples lui refusèrent son aide, les Etrusques s’allièrent aux Romains et Pyrrhus fut contraint de stopper sa progression et de retourner dans le sud de la péninsule61. Pyrrhus avait ainsi sous-estimé la force des liens entre les alliés et Rome, mais aussi les forces armées dont disposaient les Romains62. La remarque relative à l’Hydre de Lerne que l’on retrouve dans toutes les versions ou presque63, renvoie certainement au constat que fit Pyrrhus après sa marche sur Rome : ses habitants disposaient de forces en hommes incroyablement plus importantes que ce qu’il pouvait prévoir64. En 279, après une meilleure appréciation des forces et de la résistance romaine, après une victoire à Ausculum qui entamait encore ses forces, il est possible d’imaginer que la position de Pyrrhus fut plus souple, d’autant plus s’il discutait avec des Romains qui se montraient conciliants.

  • 65 Ce à quoi s’en tiennent Eutrop. 2.12.4 et Liv. Per. 13.5.
  • 66 Plut. Pyrrh. 18.3 et 6 qui donne la version la plus favorable aux Romains puisque l’alliance milita (...)
  • 67 Flor. 1.13.5 et Appien (Samn. 10.2) qui mentionne, dans les propositions de Cinéas, à la fois une a (...)
  • 68 Lévêque, 1957, p. 404-409.
  • 69 Càssola, 1962, p. 161-168.
  • 70 Cic. Lael. 39 : uidemus Papum Æmilium Luscino familiarem fuisse – sic a patribus accepimus –, bis u (...)

17On ne peut savoir quels furent les termes exacts proposés de part et d’autre, mais certains auteurs font allusion, au-delà d’un traité de paix65, à une alliance66, voire une amitié67. Ce qu’il faut retenir de ces versions, c’est que la paix que proposait Pyrrhus ou que Fabricius était allé chercher pour récupérer les prisonniers, n’impliquait pas seulement la cessation des combats et la reconnaissance, du côté romain, de la défaite. Passerini a proposé une reconstitution des faits qui a été suivie dans une certaine mesure par Lévêque68 et par Càssola69 relativement à l’appartenance de Fabricius au parti démocratique70, qui se caractérisait comme le « camp de la paix », ce qui lui aurait valu sa réélection comme consul en 278 pour avoir obtenu la libération des prisonniers.

18On ne peut guère connaître les objectifs de ce parti ; il est plus facile, toutefois, de les appréhender grâce à la figure d’Ap. Claudius Caecus qui s’opposa aux choix diplomatiques de Fabricius. Dans la version de Justin, l’ambassade de Fabricius précède celle de Cinéas et donc la réponse d’Ap. Claudius qui signa la fin des négociations et des espoirs de paix. Le même ordre est adopté dans le filon livien et dans le récit de Dion/Zonaras. L’inversion que l’on trouve chez Plutarque et Appien constituerait alors un doublet servant à masquer non pas que les Romains furent à l’initiative des négociations, mais qu’il y eut à Rome une dure opposition et qu’Ap. Claudius désavoua la politique de Fabricius et de ses compagnons. Ce filon constitue donc certainement une tradition plus consensuelle.

  • 71 D.S. 22.7.5 ; V. Max. 3.7.10 ; Just. 18.2.
  • 72 Plb. 3.25.1-5 ; Liv. Per. 13 et 22.11.2. Cf. Thiel, 1954, p. 28-29.
  • 73 Passerini, 1943, p. 111 décrit ainsi l’alliance avec Carthage, fruit certainement de la politique d (...)
  • 74 Passerini, 1943, p. 104-105.
  • 75 Thiel, 1954, p. 30, qui note que la seule action commune entre les Romains et les Carthaginois se r (...)

19Il semble bien aussi, dans ce contexte, que le rôle de Carthage, qui apparaît uniquement chez Diodore, Valère Maxime et Justin71, et qui est confirmé par le troisième et dernier traité que rapporte Polybe72, fut, concrètement, de proposer une aide aux Romains contre Pyrrhus et surtout contre une paix qui amènerait plus vite les troupes de Pyrrhus en Sicile tout en liant les mains des Romains en Italie. Le rôle de la cité punique fut aussi de constituer une alternative à une alliance avec Pyrrhus. C’est en cela surtout qu’Ap. Claudius et ses partisans ont pu être des défenseurs de l’alliance avec Carthage, comme le montrait Passerini. Certes, il était question de rester fidèle à une cité et à une politique à laquelle adhéraient régulièrement les Romains depuis 348 au moins73. Surtout, le discours d’Ap. Claudius fait écho aux propositions du général carthaginois Magon venu offrir le soutien de sa flotte, à une date incertaine dans le récit de Justin, certainement en 278 si l’on suit la reconstitution des faits adoptée par Passerini74. Ces propositions ne peuvent être perçues comme pro-romaines uniquement : les allusions de Magon à une aide extérieure contre un ennemi extérieur sont une façon habile de la part du Carthaginois, de faire comprendre aux Romains que, par leur aide, les Carthaginois n’entendent pas s’immiscer dans la politique romaine en Italie. Les termes du traité effectivement conclu entre les deux cités montrent qu’aucune des deux n’entendait outrepasser la sphère d’influence de l’autre75. Ap. Claudius privilégiait donc une politique d’entente avec Carthage, car cette politique était la mieux à même selon lui de défendre la domination que les Romains avaient établie durant les dernières décennies en Italie.

  • 76 Càssola (1962, p. 159-171) trancha ainsi et emporta largement l’adhésion dans le débat sur le posit (...)
  • 77 Degrassi, 1947, XIII.1, p. 72-73.
  • 78 Frank, 1928 (1954), p. 650-651.
  • 79 Plin. 34.32. Pour Càssola (1962, p. 161) toutefois, cette récompense regarde seulement la libératio (...)

20Càssola avait défini les positions des partis politiques de cette époque autour de la question de la guerre et de la paix, autour de la question de l’extension des conquêtes vers le nord (position de Fabricius et de ses amis) ou vers le sud (position des partisans d’Ap. Claudius)76. Dans cette perspective, l’attitude de Fabricius reviendrait à dire qu’il renonçait aux conquêtes du Sud, ce qui nous paraît peu probable, étant donné l’implication du personnage dans cette zone de l’Italie. Fabricius, en 278, l’année où Pyrrhus quitte l’Italie pour la Sicile, remporte un triomphe sur les Lucaniens, les Bruttiens, les Tarentins et les Samnites77. La somme des peuples ainsi que la présence des Tarentins peuvent paraître suspectes et l’on peut se demander si la tradition n’a pas choisi de glorifier les exploits du consul, cette année-là, afin de faire oublier sa participation aux négociations de paix. L’année suivante, sous le consulat de Junius, son successeur en 277, des triomphes sont de nouveau remportés sur les Lucaniens, les Samnites, les Tarentins et les Bruttiens. Il n’est rien dit des cités comme Crotone et Locres, qui renoncèrent aux garnisons épirotes et acceptèrent à nouveau la présence de Romains. Leur traitement est donc bien distinct des populations indigènes de l’Italie, révélant ainsi que la politique romaine n’était pas de soumettre les cités grecques au même traitement que les barbares78. C’est ce que montre d’ailleurs l’anecdote relative à la statue d’or offerte à Fabricius par les habitants de Thourioi libérés de la menace lucanienne79. La position de sauveur qu’on lui attribue alors révèle sans doute que les habitants de la cité grecque ne se sentirent pas menacés par une tentative de domination telle que les Romains pouvaient l’appliquer dans le Latium ou en Italie centrale. Déjà, en 326, Q. Publius Philon, un des « amis » de Fabricius avait offert à Naples un foedus aequum qu’elle devait certainement davantage à son statut de cité grecque qu’à la bonne volonté qu’elle avait montrée à l’égard des Romains.

21Ainsi, Fabricius ne voulut certainement pas la paix, mais une alliance avec Pyrrhus, une alliance avec le monde grec, contre une alliance avec Carthage. Il appartenait à un milieu hellénisé, mais surtout développait avec Pyrrhus une certaine vision des conquêtes romaines et de l’application de l’hégémonie romaine sur les territoires conquis. Lui et ses partisans tournaient certainement autant leurs regards vers le sud qu’Ap. Claudius, mais ils étaient certainement plus favorables à des approches diplomatiques en ligues, telles qu’elles s’étaient développées dans la Grèce hellénistique, tandis qu’Ap. Claudius favorisait un mode proprement romain de conquête, mode paradoxalement totalement cautionné par Carthage, qui en subirait les frais.

5. Les pratiques diplomatiques de Fabricius

  • 80 Sur les changements diplomatiques initiés à Rome à l’occasion de la venue de Pyrrhus en Italie, nou (...)

22Deux aspects font des ambassades de Fabricius quelque chose de tout à fait nouveau dans l’histoire diplomatique de Rome. D’une part, il est le premier – et d’ailleurs, le seul – ambassadeur qui tira une telle gloire pour la mission qu’il mena. D’autre part, s’amorce une démarche diplomatique tout à fait nouvelle80.

  • 81 Münzer, 1953, RE 22.1, s.u. Postumius (55), coll. 935-941.
  • 82 Harris, 1979 (1985), p. 267-268 date de 282 le changement dans les procédures de déclaration de gue (...)

23Ainsi un des épisodes diplomatiques qui précèdent de peu les négociations entre Pyrrhus et Fabricius se rapporte au déclenchement de la guerre de Tarente en 282. L. Postumius Megellus81 est envoyé comme ambassadeur auprès des Tarentins pour porter des réclamations après l’attaque d’une flotte romaine dans le golfe de Tarente. L’ambassade est agressée par la foule des Tarentins réunis au théâtre, Postumius profère de claires menaces de guerre, toutefois, les récits d’Appien et de Zonaras rapportent que le Sénat ne décida pas aussitôt la guerre, en raison notamment des autres conflits dans lesquels les Romains étaient impliqués à cette époque. On peut attribuer cette version des faits à une reconstruction historiographique tendant à montrer que les Romains n’ont pas cherché le conflit, mais que ce furent les Tarentins qui se rendirent coupables de la guerre. Néanmoins, les versions sont emblématiques aussi de l’étendue des pouvoirs accordés à Postumius et aux ambassadeurs qui l’accompagnèrent : encore à la manière des fétiaux, la mission de Postumius était restreinte à porter des réclamations, non à en tirer les conséquences82.

  • 83 Liv. 9.36.2-9 ; Frontin Str. 1.2.2 ; Flor. 1.12 (17).
  • 84 D.S. 13.113.4-114.1 ; D.H. 13.12 (18-19) ; Quintil. Inst. Orat. 3.8.19 ; Plut. Cam. 17.1-8 ; Numa 1 (...)
  • 85 Münzer, 1909, RE 6.2, s.u. Fabricius col. 1930 et s.u. Fabricius (9), coll. 1931-1938.

24Pourtant, l’ambassade de Fabricius n’est pas tout à fait un cas unique. On connaît deux exemples en particulier où des ambassadeurs se sont distingués pour avoir pris des initiatives en dehors des décisions du Sénat, celui de Kaesus Fabius en 31083 et bien auparavant, celui des trois frères Fabii peu avant la prise de Rome par les Gaulois en 39084. Dans les deux situations, sont impliqués les Fabii, qui semblent avoir longtemps agi, en matière de politique étrangère, selon une logique de gens. Ce n’est pas le cas de Fabricius, presque l’unique représentant de sa gens. Selon Münzer, son nom révélait qu’il était originaire de Préneste et qu’il était entré dans la nobilitas romaine depuis peu ; aucun Fabricius par la suite ne s’est illustré à la hauteur de la réputation qu’il a acquise85. Surtout, la différence majeure entre l’exemple des Fabii et celui de Fabricius est que les premiers, tout en mettant en avant la res publica comme motif officiel, la mettaient aussi entre parenthèses ; la démarche de Fabricius, au contraire, joue pleinement des rouages des institutions romaines, tendant certes à les développer et à les faire évoluer.

  • 86 Frank, 1914, p. 65 : « It is significant that the first instance, so far as we know, of Rome’s depa (...)
  • 87 Clemente, 1976, p. 319-352 cite ainsi le cas de Q. Ogulnius Gallus (p. 319-320), ambassadeur en 273 (...)

25Frank avait déjà souligné, en 1914, la concomitance entre la disparition de la procédure fétiale (en tout cas son évolution) et le vote de la lex Hortensia, probablement en 287, qui donnait plus de pouvoir législatif aux assemblées plébéiennes86. Le savant liait cette évolution démocratique au parti que représentaient Fabricius et ses amis ainsi qu’Ap. Claudius Caecus. Dans le domaine des pratiques diplomatiques, il semble en effet que Fabricius ait tenté d’imposer un nouveau mode de fonctionnement, donnant plus de marge de manœuvre à l’ambassadeur et laissant moins d’emprise au Sénat, comme c’était le cas, auparavant, au travers des procédures fétiales. Même si, en fin de compte, les décisions du légat restaient soumises à l’approbation du Sénat, il n’en reste pas moins que Fabricius a largement contribué à créer une figure qui était restée jusqu’à présent sans relief, celle de l’ambassadeur. Fabricius annonce ainsi ceux que Clemente avait appelés les « ‘esperti’ambasciatori »87, qui, en tant qu’« experts », en particulier du monde grec, acquéraient une marge de manœuvre que le Sénat chercha à limiter, autant que possible, tout au long du iie siècle, pour les réduire à la fonction d’outils diplomatiques.

  • 88 Par rapport à l’ambassade de 282 de Postumius aux Tarentins, la possibilité de négocier avec une pe (...)

26Or, Pyrrhus n’est certainement pas étranger à cette évolution. En effet, en combattant à Héraclée, à Ausculum, puis à Bénévent, les Romains furent confrontés pour la première fois, avec plus ou moins de bonheur, à la phalange macédonienne. Mais sur le terrain des négociations, les Romains avaient aussi à faire face à un nouveau type de diplomatie qui avait la particularité de sortir du schéma binaire vainqueur/vaincu88. L’échange de prisonniers, qui a pu être initié en 280 par Pyrrhus, sans que cela aboutisse, constituait la première étape de négociations où l’on discutait de ce que chaque partie était prête à accepter ou à refuser. Cela implique, de ce fait, de la part des dirigeants romains une véritable prise de conscience des choix en matière de politique extérieure, ou du moins que leurs choix soient pleinement assumés. En dehors des cadres rigides de la procédure fétiale, les négociations avec Pyrrhus requéraient aussi une souplesse, une marge de manœuvre dont ne pouvait bénéficier un fétial. Il fallait donc trouver l’instrument adéquat à cette diplomatie, à savoir l’ambassadeur, rôle qu’assuma totalement Fabricius.

27En reprenant le difficile dossier des guerres pyrrhiques, nous ne voulions pas tant revenir sur la chronologie des épisodes que sur les négociations en elles-mêmes, bien que, comme nous l’avons vu, les deux soient étroitement liés. Les sources révèlent deux objets de discussion, l’échange de prisonniers et les accords de paix, les Romains se limitant au premier, tandis que Pyrrhus espérait parvenir aux seconds. Les études n’ont peut-être pas suffisamment insisté, jusqu’à présent, sur le fait qu’il est tout à fait unique, dans l’histoire de la Rome médio-républicaine, que les Romains aient accepté de négocier au sujet des prisonniers. Ce point permet de comprendre pourquoi Fabricius bénéficia d’une telle faveur auprès de ses concitoyens. Cette initiative s’inscrivait cependant dans une démarche diplomatique particulière, qui révèle bien sûr les positions particulières de Fabricius, qui révèle surtout les mutations en cours dans les conceptions et, plus que tout, dans les pratiques de la diplomatie à Rome.

Haut de page

Bibliographie

Berrendonner, C., 2001, La formation de la tradition sur M’. Curius Dentatus et C. Fabricius Luscinus : un homme nouveau peut-il être un grand homme ?, dans M. Coudry et T. Späth (éd.), L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, p. 97-116.

Berrendonner, C., 2006, Les prisonniers de guerre romains durant le conflit samnite, dans E. Caire et S. Pittia (éd.), Guerre et diplomatie romaines, ive-iiie siècles av. J.‑C. Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence, p. 157-173.

Càssola, F., 1962, I gruppi politici romani nel III secolo a. C., Trieste.

Clemente, g., 1976, « Esperti » ambasciatori del Senato e la formazione della politica estera romana tra il III e il II secolo a.C., Athenaeum, 54, p. 319-352.

Colini, A.M., 1944, Storia e topografia del Celio nell’antichità, (Atti della Pontificia Accademia romana di Acheologia, VII), Rome.

Cornell, T.J., 1995, The Beginnings of Rome : Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000-264 BC), Londres et New York.

Degrassi, A., 1947, Inscriptiones italiae, vol. XIII : Fasti et elogia, Rome.

Frank, T., 1914, Roman Imperialism, New York.

Frank, T., 1928, Pyrrhus, dans CAH 7, Cambridge, p. 638-664 (2ème éd. 1954).

Harris, W.V., 1979, War and Imperialism in Republican Rome, 327-70 B.C., Oxford (2ème éd. 1985).

Klebs, E., 1893, s.u. Æmilius, n. 112, RE 1.1, col. 576.

Lefkowitz, M.R., 1959, Pyrrhus Negociations with Romans 280-278 B.C., HSPh, 64, p. 147-177.

Lévêque, P., 1957, Pyrrhos, BEFAR, 185, Paris.

Loreto, l., 1991-1992 : E’scoppiata la guerra coi Romani. I mecanismi delle decisioni di politica internazionale e delle decisioni militari a Roma nella media repubblica (327-265 a. C.), BiDR, 3ème s., vol. 33-34, p. 197-287.

Münzer, F., 1901, s.u. Curius, n. 9, RE 4, coll. 1841-1845.

Münzer, f., 1909, s.u. Fabricius, n. 9, RE 6.2, coll. 1931-1938.

Münzer, F., 1953, s.u. Postumius, n. 55, RE 22.1, coll. 935-941.

Nenci, G., 1958, Il tratto romano-cartaginese kata ; th ;n Puvvrrou diavbasin, Historia, 7, p. 263-299.

Oriolo, F., 1993, s.u. Sepulcrum Fabricii, dans M.E. Steinby (dir.), LTVR, vol. IV, Rome, p. 288-289.

Otto, A., 1971, Die Sprichwörter und sprichwörtlichen redensarten der Römer, Hildesheim – New York.

Passerini, A., 1943, Sulle trattative dei Romani con Pirro, Athenaeum, 21, p. 92-112.

Piganiol, A., 1974, La Conquête romaine, Paris (2ème éd. 1995).

Pisani Sartorio, G., 1993, s.u. compitum Fabricium, dans M.E. Steinby (dir.), LTVR vol. I, Rome, p. 316.

Pittia, S. (dir.), 2002, Denys d’Halicarnasse. Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie s. avant J.-C., Paris.

Schettino, M.T., 1991, Tradizione annalistica e tradizione ellenistica su Pirro in Dionigi (A. R. XIX-XX), Bruxelles.

Sordi, M., 1993, I rapporti fra Roma e Delfi e la decima, dans A. Mastrocinque (éd.), I grandi santuari della Grecia e l’Occidente, Trente, p. 149-158.

Stouder, G., 2007, Déconvenues diplomatiques et philologiques de Fabricius, DHA 33, 1, 2007, p. 47-70.

Thiel, J.H., 1954, A History of Roman Sea-Power before the Second Punic War, Amsterdam.

Torelli, M., 1993, s.u. curiae Nouae, dans M.E. Steinby (dir.), LTVR, vol. I, Rome, p. 336.

Torelli, M., 1993, s.u. curiae veteres, dans M.E. Steinby (dir.), LTVR, vol. I, Rome, p. 337.

Verzar-Bass, M., 1998, A proposito dei mausolei negli horti et nelle uillae, dans M. Cima et E. La Rocca (éd.), Horti Romani. Atti del convegno internazionale (Roma, 4-6 maggio 1995), Rome, 1998, p. 401-424.

Vigourt, A., 2001, M’. Curius Dentatus et C. Fabricius Luscinus : les grands hommes ne sont pas exceptionnels, dans M. Coudry et T. Späth (éd.), L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, p. 117-129.

Ziolkowski, A., 1992, The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Topographical Context, Rome.

Haut de page

Notes

1 Lévêque, 1957, p. 359 et n. 2-3.

2 Cos. 282, 278, censeur 275. Münzer, 1909, RE 6.2, s.u. Fabricius (9), col. 1931-1938.

3 D.H. 19.S-T ( = 19.13-18 Jacoby).

4 Plut. Pyrrh. 18.2 ; App. Samn. 10.2.

5 Ined. Vat. 2 ( = FGrH 3.C, 839 F 2).

6 Lévêque, 1957, p. 346 n. 3.

7 Plut. Pyrrh. 18.5 et App. Samn. 10.5-6.

8 Plut. Pyrrh. 20.1 ; App. Samn. 10.11. Denys (19.S-T) fournit le récit le plus circonstancié de l’ambassade de Fabricius. Le début du fragment semble faire allusion à un refus, de la part des Romains, de la paix proposée par Pyrrhus, ce qui laisserait sous-entendre que la mission de Fabricius fut précédée par celle de Cinéas. Denys appartiendrait au même filon que Plutarque et Appien et pourrait même être la source de ces deux auteurs. Plutarque, en tous les cas, le cite explicitement (Pyrrh. 17.7 et 21.13). Cf. Schettino, 1991, p. 40.

9 Chez Plutarque, le récit de l’ambassade précède celui d’Ausculum, mais la mention conjointe de Fabricius et d’Æmilius se justifie dans un contexte de collégialité, lors du consulat, donc en 278 et donc après Ausculum. Cela confirme que, certainement, Plutarque a regroupé les récits relatifs aux ambassades, sans souci de la chronologie.

10 Cos. 282, 272 et censeur 275. Klebs, 1893, RE 1.1, s.u. Æmilius (112), col. 576.

11 Plut. Pyrrh. 21.3-6 et App. Samn. 11.2-5.

12 Parmi les autres sources classées habituellement parmi les traditions d’inspiration livienne, Orose laisse totalement de côté les aspects diplomatiques du conflit pour ne traiter que de l’enchaînement des batailles. En ce qui concerne Florus, son récit n’est pas chronologique et, par ailleurs, quelques points de détail révèlent des divergences importantes avec la trame livienne. Florus mentionne, par exemple, le consulat de Fabricius et de M’. Curius Dentatus (cos. 280, 275 et 274 ; cf. Münzer, 1901, RE 4, s.u. Curius (9), col. 1841-1845), au cours duquel le complot contre Pyrrhus est dénoncé par Curius (1.13.9 et 21) et non par Fabricius comme c’est le cas dans la Periocha 14.

13 Liv. Per. 13 et Eutrop. 2.12-13.

14 D.C. 40 fg. 29, 32-33, 40 et Zon. 8.4.

15 Liv. Per. 14 et Eutrop. 2.14.1-2.

16 Zon. 8.5.

17 Frank, 1954², p. 646-652, admet aussi une seconde ambassade de Fabricius après Ausculum auprès de Pyrrhus durant laquelle le roi semble proposer des termes de paix plus favorables, pour traiter cette fois-ci d’un accord et non plus seulement des prisonniers. Frank se fonde pour cela sur le récit de Plutarque, dont il reprend les termes des propositions de paix, mais pas la chronologie. Cependant, dans son ouvrage de 1914, Roman Imperialism, Frank reste beaucoup plus prudent, parlant d’ouvertures de la part de Pyrrhus (p. 63), sans nier (p. 82 n. 9) la possibilité que les annalistes aient gommé une initiative du Sénat.

18 Piganiol, 1995, p. 208-209.

19 Just. 18.1-2.

20 Lefkowitz, 1959, p. 154-157 et 162. Que les Romains aient ouvert les négociations pour la paix n’implique pas toutefois, selon Lefkowitz, que Pyrrhus n’ait pas cherché à rendre les prisonniers, le premier, au lendemain d’Héraclée, non pour traiter, mais suivant les usages de la guerre en Grèce. Par ailleurs, toujours selon Lefkowitz, la seconde série de négociations rapportée par Plutarque, Appien et Dion/Zonaras serait un doublet de la première, forgé dans une perspective pro-romaine.

21 Passerini, 1943, sur les pas de Niese, qui rejetait la tradition romaine et privilégiait Trogue/Justin qui se serait appuyé sur des sources grecques. Pour Schettino, 1991, p. 38, Justin remonterait à une source grecque (Hiéronymos) ; pour Nenci, 1958, p. 281 n. 80, en revanche, il s’appuierait sur Fabius Pictor pour ce passage précisément. Lévêque rejetait la version de Justin en réfutant l’argumentation de Niese, mais il ne revenait pas sur celle de Passerini, sauf pour admettre (1957, p. 365 n. 4) la pertinence d’une de ces analyses.

22 Just. 18.2.6-10.

23 Just. 18.1.10.

24 Toutefois, la chronologie, très vague, de Justin (et de Trogue Pompée ?) sépare les batailles d’Héraclée et d’Ausculum de quelques jours seulement (interiectis diebus).

25 Passerini, 1943, p. 92-107.

26 Just. 18.2.6 : Legatus a senatu Romano Fabricius Luscinus missus pacem cum Pyrrho composuit (envoyé comme légat par le Sénat romain, Fabricius Luscinus conclut la paix avec Pyrrhus).

27 Denys (19.S) le formule expressément.

28 Lefkowitz, 1958, p. 154-155.

29 Telle fut la pratique de Philippe II de Macédoine auprès des Athéniens en 348. Voir en outre les analyses de Càssola qui lie ces deux aspects des négociations (1962, p. 164-165).

30 Cf. Berrendonner, 2006, p. 66-67.

31 Le seul autre cas clairement attesté dans les sources se rapporte aux négociations de prisonniers romains capturés par les Gaulois Sénons en 283 mais cette version est uniquement rapportée par Polybe (2.19.9) quand les autres sources (App. Samn. 6 et Celt. 11, par exemple) rapportent que les Romains portèrent seulement des réclamations après la défaite.

32 Front. Strat. 4.1.18 ; V. Max. 2.7.15 ; Eutr. 2.13.2 ; Zon. 8.4.12. Frontin est le seul à ajouter que ces mesures furent prises Appi Claudi sententia. Càssola, 1962, p. 168-169, y voit une première marque d’hostilité d’Ap. Claudius ou de ses partisans aux démarches de Fabricius.

33 Plut. Pyrrh. 20.5 et App. Samn. 10.15.

34 Plut. Pyrrh. 21.3 et App. Samn. 11.4. Chez Dion/Zonaras, s’il y a bien une deuxième ambassade après la dénonciation du complot, il n’y est pas question de restitution de prisonniers.

35 Lévêque, 1957, p. 343.

36 Plb. 1.31 ; D.S. 23.12.1 ; Liv. 30.30.23 ; Per. 18 ; Gell. 7.4.1 (d’après Tudit. Ann. fg. 5 P. I², 144-145 et Tub. Hist. fg. 9 P. I² 311). Cf. Cic. Off. 3.27.100 ; Pis. 19.43 ; Fin. 5.27.82 ; Nat. deor. 3.32.80 ; Sen. Phil. Dial. 1.3.4 ; 1.3.9 ; 71.17 ; 9.16.4 ; Epist. 98.12 ; V. Max. 1.1.14 ; 9.2 ext. 1 ; App. Sic. 2.1 ; D.C. fg. 43.27 ; Eutr. 2.24-25 ; Ampel. 20.8 ; Porph. Hor. Carm. 3.5.41-43 ; Pomp. 37 ad Q. Mucium (D. 49.15.5.3) ; Zon. 8.15.

37 Liv. 22.59.7 ; 25.6. Cf. Berrendonner, 2006, p. 164-165.

38 Voir Flor. 1.13.15 qui est pourtant un des auteurs qui exaltent le plus les Romains, par rapport à Pyrrhus.

39 Le récit que fait Appien (Hann. 28) du lendemain de Cannes et du refus de racheter les prisonniers romains rappelle fortement les épisodes relatifs aux guerres pyrrhiques, ne serait-ce que par ses contrastes. Il est intéressant de noter en outre que l’historien d’Alexandrie souligne les oppositions qu’il y eut à Rome entre le Sénat et les familles des prisonniers, oppositions qui permettent d’expliquer certainement les réécritures des événements qui nous occupent en un sens favorable ou hostile au retour des prisonniers.

40 D.H. 19.S. ( = 19.13 Jacoby). Cf. Plut. Pyrrh. 20.1 et D.C. 9 fg. 40.29.

41 App. Samn. 10.3. Ce qui pose problème dans la mesure où parmi ses compagnons d’ambassade, Q. Æmilius Papus et P. Cornelius Dolabella, ce dernier, du fait de son ancienneté, aurait dû être le chef de la délégation.

42 Otto, 1971, s.u. Fabricius, a relevé systématiquement toutes les références relatives au personnage. Cf. Berrendonner, 2001, p. 97-116, qui émet l’hypothèse que le trait de caractère de Fabricius relatif à son intégrité remonterait à Caton ; Vigourt, 2001, p. 117-129 et Pittia, 2005, p. 344-345 n. 84 pour qui, les allusions à la pauvreté sont largement exagérées, dans la mesure où, pour devenir magistrat, un niveau de cens minimal était exigé.

43 Degrassi, 1947, XIII.3 p. 40, n.63. Cette inscription était attribuée par Münzer (Hermes 40, 1905, p. 98) à Q. Æmilius Papus du fait de son emplacement. Mais Degrassi, suivant Hülsen (Klio 2, 1902, p. 263), préfère l’attribuer à Fabricius dans la mesure où d’autres elogia ont été retrouvés à proximité de la basilique Æmilia sans que les personnes en l’honneur desquelles ils avaient été écrits, aient un lien avec les Æmilii (dont Inscr. It. XIII.3 n. 64 qui se rapporte à C. Cornelius Cethegus, qui triompha des Cénomans en 197).

44 Degrassi, 1947, XIII.3 p. 40, n.63 : [---] et ite[---]o ex isdem [---missus] ad Pyrrh[um regem ut captiuos redi] meret, effe[cit ut populo Romano gratis red]derentu [r---].

45 En dehors de la notice de Festus en rapport avec le compitum Fabricium, ces curiae Nouae ne sont pas mentionnées. Elles auraient été créées sous le règne de Tullus Hostilius, quand le roi transféra de force les habitants d’Alba Longa à Rome. Elles devaient se situer sur les pentes du Mons Caelius, face aux curiae veteres, situées sur les pentes du Palatin. Cf. Torelli, 1993, p. 336 et 337.

46 Festus p. 180 L : Nouae curiae proximae compitum Fabricium aedificatae sunt (les nouvelles curies furent élevées tout à proximité du carrefour Fabricius).

47 CIL VI 975a ( = 31218 = ILS 6073).

48 Colini, 1944, p. 440 n. 23 ; Pisani Sartorio, 1993, p. 316.

49 Placidus Gloss. (V, p. 68 éd. Goetz) : Fabri compitum ubi nunc lacus captiuos de hostibus reciperatos domus Fabricia ducta est. Dans cette zone de la ville, avaient donc été édifiées les curiae Nouae pour assurer l’intégration de nouveaux citoyens en raison du transfert des habitants d’Alba Longa ; dans cette même zone, se trouvait un Mineruium, siège du culte d’une Minerua Capta (cf. Ziolkowski, 1992, p. 112-115). Il n’est peut-être donc pas dû au hasard que Placidus ait fait le rapprochement entre les prisonniers et cette zone, mais il n’est peut-être pas dû au hasard non plus que Fabricius y ait élevé sa maison pour avoir récupéré les prisonniers ou y ait fait élever une maison pour les prisonniers qui avaient été récupérés. En effet, le retour des prisonniers à Rome, d’un point de vue juridique, soulevait des problèmes relatifs au postliminium et on peut relever que la demeure attribuée à Fabricius se situait dans une zone limitrophe du pomerium, mais à l’extérieur, soulignant ainsi le problème de la réintégration de ces prisonniers dans le corps civique.

50 Comme le soulignait Lévêque, 1957, p. 342, la multiplicité des versions pourtant concordantes dans les grandes lignes doit remonter à une source commune assez ancienne, qui confirme la gloire dont dut jouir, de son vivant ou peu après sa mort, Fabricius.

51 Cic. Leg. 2.58 : ‘Hominem mortuum,’ inquit lex in duodecim, ‘ in urbe ne sepelito neue urito […] Credo, Tite, fuisse aut eos, quibus ante hanc legem uritutis causa tributum est, ut Poplicolae, ut Tuberto, quod eorum posteri iure tenuerunt, aut eos, si qui hoc, ut C. Fabricius, uirtutis causa soluti legibus consecuti sunt. Pour cette pratique à l’époque médio-républicaine, voir verzar-Bass, 1998, p. 404-406, plus spécifiquement pour Fabricius, Oriolo, 1993, p. 288-289.

52 Plut. Mor. 282f-283a ( = Q.R. 79) Διὰ τί τοῦ θριαμβεύσαντος εἶτ ̓ ἀποθανόντος καὶ καέντος ἐξῆν ὀστέον λαβόντας εἰς τὴν πόλιν εἰσϕέρειν καὶ κατατίθεσθαι, ὡς Πύρρων ὁ Λιπαραῖος ἱστόρηκεν; Ἤ τιμῆς ἕνεκα τοῦ τεθνηκότος; Καὶ γὰρ ἄλλοις ἀριστεῦσι καὶ στρατηγοῖς ἔδωκαν οὐκ αὐτοὺς μόνον ἀλλὰ καὶ τοὺς ἀπ ̓ αὐτῶν ἐνθάπτεσθαι τῇ ἀγορᾷ, καθάπερ Οὐαλερίῳ καί Φαβρικίῳ· καί ϕασι τούτων ἀπογόνοις ἀποθανοῦσι καὶ κομισθεῖσιν εἰς ἀγορὰν ὑϕίεσθαι δᾷδα καιομένην, εἶτ ̓ εὐθὺς αἴρεσθαι, χρωμένων ἀνεπιϕθόνως τῇ τιμῇ καὶ τὸ ἐξεῖναι μόνον ἐκβεβαιουμένων (Pour quelle raison est-il permis de prendre un os de celui qui a triomphé, puis qui est mort et qu’on a incinéré, pour l’apporter dans la cité et l’y déposer, comme l’a rapporté Pyrrhon de Lipara ? Est-ce pour l’honneur qu’on porte au défunt ? En effet, ils ont accordé à d’autres personnages illustres et à des généraux, d’être, non seulement eux-mêmes, mais aussi leurs proches, inhumés au Forum, comme Valerius et Fabricius : et on dit qu’à la mort de leurs descendants, une fois qu’on les a déposés au Forum, on place au-dessous d’eux une torche allumée, puis on l’enlève aussitôt pour qu’on considère cela comme un honneur sans exciter l’envie et pour insister seulement sur la permission). Cf. Liv. 2.16.7 ; D.H. 5.48 ; Plut. Publ. 10.1-3.

53 Cic. Brut. 55 : Possumus Appium Claudium suspicari disertum, quia senatum iamiam inclinatum a Pyrrhi pace reuocauerit ; possumus C. Fabricium, quia sit ad Pyrrhum de captiuis recuperandis missus orator.

54 V. Max. 4.4.10 : idem senatus Fabricii Luscini Scipionisque filias ab indotatis nuptiis liberalitate sua uindicauit, quoniam paternae hereditati praeter opimam gloriam nihil erat quod acceptum referrent (De même le Sénat a évité aux filles de Fabricius Luscinus et de Scipion des noces sans dot grâce à sa générosité, puisque, de l’héritage paternel, il n’y avait rien de ce qu’elles avaient reçu qu’elles puissent apporter, excepté une gloire copieuse).

55 Dans les Fasti triumphales, deux triomphes lui sont attribués (Degrassi, 1947, XIII.1, p. 72-73).

56 Toutefois, on sait par Aulu-Gelle (3.8) qu’il existait au moins deux versions chez les annalistes, l’une défendue par Claudius Quadrigarius selon lequel Fabricius prit l’initiative de renvoyer le médecin devant Pyrrhus, l’autre défendue par Valerius Antias selon lequel le Sénat prit cette décision. Les sources postérieures sur lesquelles nous fondons notre enquête semblent avoir donné leur préférence à la version de Claudius Quadrigarius. Surtout, c’est la version qui met le plus en valeur Fabricius qui a été choisie.

57 On pense notamment à des épisodes que l’on retrouve chez Hérodote (3.1). Si l’historien grec était véritablement l’inspirateur d’un tel récit, on pourrait penser que son auteur fut Fabius Pictor (Sordi, 1993, p. 157-158), ce qui ferait remonter à date ancienne une telle anecdote et expliquerait qu’on la retrouve parmi presque toutes les sources, à l’exception de Justin. Cela contredirait Nenci, selon lequel Trogue/Justin aurait pu recourir à cet annaliste (cf. supra n. 21).

58 Elle est chez Plutarque, Appien, Dion/Zonaras, rapportée dans la Periocha et dans les sources qui s’appuient sur Tite-Live, mentionnée par Ammien Marcellin (30.1.22). L’anecdote est aussi connue de Cicéron (Off. 1.40 ; 3.86 et Fin. 5.64). Cf. Lefkowitz, 1959, p. 174, n. 66.

59 Passerini, 1943, p. 101-103, attribue le retard de l’échange aux hésitations de Pyrrhus, qui aurait attendu d’être sûr que toutes les cités grecques de Sicile, dont Syracuse, soient à ses côtés pour se décider à passer sur l’île.

60 Le fait que la paix devait être conclue à cette époque permet d’expliquer, selon Passerini, et à juste titre, nous semble-t-il, qu’aucun combat n’ait eu lieu cette année contre Pyrrhus, avant même que le roi épirote ait décidé de partir pour la Sicile.

61 Zon. 8.4.

62 Frank, 1914, p. 63 et 1928 (1954), p. 646 ; Lévêque, 1957, p. 336 et 338-339, Cornell, 1995, p. 364. Hannibal sous-estima de même les liens des alliés avec Rome.

63 Plut. Pyrrh. 19.4 ; App. Samn. 10.8 ; Flor. 1.13.19 ; D.C. 9 fg. 40.28 ; Zon. 8.4.

64 C’est pourquoi, contrairement à Lévêque qui rejette ces sentences comme « vains propos imaginés par les annalistes, auxquels nous ne pouvons accorder aucune confiance » (1957, p. 355-356), il nous paraît tout à fait possible que Cinéas ait, sinon tenu de tels propos, du moins ne les ait pas démentis.

65 Ce à quoi s’en tiennent Eutrop. 2.12.4 et Liv. Per. 13.5.

66 Plut. Pyrrh. 18.3 et 6 qui donne la version la plus favorable aux Romains puisque l’alliance militaire que propose Pyrrhus doit permettre aux Romains d’établir leur domination en Italie.

67 Flor. 1.13.5 et Appien (Samn. 10.2) qui mentionne, dans les propositions de Cinéas, à la fois une alliance et une amitié, alors que les conditions sont particulièrement dures (comme celles mentionnées dans l’Ineditum Vaticanum, voir supra n. 5). Sur le fait qu’il puisse s’agir d’une koinè eirènè, nous renvoyons à l’article, dans ce volume, de Maria Teresa Schettino.

68 Lévêque, 1957, p. 404-409.

69 Càssola, 1962, p. 161-168.

70 Cic. Lael. 39 : uidemus Papum Æmilium Luscino familiarem fuisse – sic a patribus accepimus –, bis una consules, collegas in censura ; tum et cum iis et inter se coniunctissimos fuisse M’. Curium, Ti. Coruncanium memoriae proditum est (nous voyons que Æmilius Papus fut un proche de Luscinus – ainsi nous l’ont transmis nos pères –, consuls par deux fois en même temps, collègues lors de leur censure ; qui plus est, on a gardé le souvenir que Manlius Curius et Tiberius Coruncanius leur étaient très attachés).

71 D.S. 22.7.5 ; V. Max. 3.7.10 ; Just. 18.2.

72 Plb. 3.25.1-5 ; Liv. Per. 13 et 22.11.2. Cf. Thiel, 1954, p. 28-29.

73 Passerini, 1943, p. 111 décrit ainsi l’alliance avec Carthage, fruit certainement de la politique de la vieille aristocratie : « garantiva i Romani da un intervento cartaginese nell’Italia meridionale, e in cambio sacrificava alle mire di monopolio commerciale dei Cartaginesi le possibilità di sviluppo dei commerci romani ».

74 Passerini, 1943, p. 104-105.

75 Thiel, 1954, p. 30, qui note que la seule action commune entre les Romains et les Carthaginois se rapportait à l’envoi d’une flotte carthaginoise avec 500 soldats romains pour attaquer Locres, encore sous garnison épirote (D.S. 22.7.5).

76 Càssola (1962, p. 159-171) trancha ainsi et emporta largement l’adhésion dans le débat sur le positionnement de deux partis à Rome à cette époque, d’abord avec la vision défendue par Mommsen (RF I, p. 285) : un parti aristocratique qui défendait les intérêts des paysans et qui était tourné vers les plaines fertiles du nord, et un parti démocratique qui défendait les intérêts de la plèbe urbaine et qui était tourné vers les commerçants du sud ; et aussi avec la vision défendue par Passerini (1943, p. 106 et 110-111) : un parti aristocratique tourné vers le sud, sur la base des alliances avec l’aristocratie campanienne, un parti démocratique attaché à une expansion vers le nord. Lévêque, 1957, p. 308-309, tout en penchant pour la position de Passerini, préférait toutefois rester prudent.

77 Degrassi, 1947, XIII.1, p. 72-73.

78 Frank, 1928 (1954), p. 650-651.

79 Plin. 34.32. Pour Càssola (1962, p. 161) toutefois, cette récompense regarde seulement la libération par les armes de la cité, non les idées politiques de Fabricius. Selon nous, cette statue signifie surtout que les habitants de Thurioi regardaient désormais Fabricius comme une sorte de patron, c’est-à-dire un homme censé défendre leurs intérêts contre une menace étrangère ou devant le Sénat. A cela s’ajoute que Fabricius avait été choisi en 285/4 comme ambassadeur pour discuter avec les alliés du sud de l’Italie (D.C. 9. fg. 39.1), ce qui implique une connaissance des affaires politiques de la région et un intérêt particulier pour cette zone de la péninsule. Que cette anecdote soit vraie ou non, la tradition avait retenu de Fabricius des liens étroits avec le monde de la Grande-Grèce. Cf. Stouder, 2007, p. 47-70.

80 Sur les changements diplomatiques initiés à Rome à l’occasion de la venue de Pyrrhus en Italie, nous renvoyons à l’article, dans ce volume, de Maria Teresa Schettino.

81 Münzer, 1953, RE 22.1, s.u. Postumius (55), coll. 935-941.

82 Harris, 1979 (1985), p. 267-268 date de 282 le changement dans les procédures de déclaration de guerre qui conduisent peu à peu à la disparition du rôle des fétiaux. Il concède cependant que la mission de Postumius se limitait ad res repetendas et qu’il n’avait pas le pouvoir de déclarer la guerre. Pour Loreto, 1991-1992, p. 211, l’ambassade de Postumius représente un cas particulier d’ambassade à pouvoirs discrétionnaires qui échoue dans les négociations mais que ne suit pas automatiquement la guerre, dans la mesure où l’opinion des membres de l’ambassade convaincus de la nécessité d’une guerre et celle des sénateurs divergent. Loreto en conclut qu’il n’y a pas dans ce cas de décentralisation de la décision au profit de l’ambassade, peut-être en raison de sa composition moins représentative. Reste à savoir, cependant, dans quelle mesure il s’agissait réellement d’une ambassade à pouvoirs discrétionnaires.

83 Liv. 9.36.2-9 ; Frontin Str. 1.2.2 ; Flor. 1.12 (17).

84 D.S. 13.113.4-114.1 ; D.H. 13.12 (18-19) ; Quintil. Inst. Orat. 3.8.19 ; Plut. Cam. 17.1-8 ; Numa 12.9-12 ; App. Celt. 2 ; Flor. 1.13.6 ; D.C. 7 fg. 25.1-2 ; Auct. Vir. Ill. 23 ; Oros. 2.19.5-6 ; Zon. 7.23.2.

85 Münzer, 1909, RE 6.2, s.u. Fabricius col. 1930 et s.u. Fabricius (9), coll. 1931-1938.

86 Frank, 1914, p. 65 : « It is significant that the first instance, so far as we know, of Rome’s departure from the intents and purposes of the fetial institution occured but five years after Rome had accepted the principle of popular sovereignty ».

87 Clemente, 1976, p. 319-352 cite ainsi le cas de Q. Ogulnius Gallus (p. 319-320), ambassadeur en 273 auprès de Ptolémée II Philadelphe, porte-parole des Romains, et surtout expert dans les questions grecques. Mais avant lui, il faudrait citer comme premier initiateur Fabricius.

88 Par rapport à l’ambassade de 282 de Postumius aux Tarentins, la possibilité de négocier avec une personne, en l’occurrence le roi, éventuellement entourée de conseillers, facilitait notablement les discussions en comparaison d’une Assemblée plus ou moins hostile réunie en masse au théâtre de la cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislaine Stouder, « Le rôle de Fabricius dans les négociations avec Pyrrhus ou l’émergence de la figure de l’ambassadeur à Rome »Pallas, 79 | 2009, 185-201.

Référence électronique

Ghislaine Stouder, « Le rôle de Fabricius dans les négociations avec Pyrrhus ou l’émergence de la figure de l’ambassadeur à Rome »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/14570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.14570

Haut de page

Auteur

Ghislaine Stouder

ATER à l’Université de Strasbourg
ostouder[at]club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search