Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Pyrrhus en OccidentRome et l’Italie dans le discours...

Pyrrhus en Occident

Rome et l’Italie dans le discours d’Appius Claudius Caecus contre Pyrrhus

Rome and Italy in Appius Claudius Caecus’s address against Pyrrhos
Michel Humm
p. 203-220

Résumés

L’idée que les Romains se faisaient d’une Italie conçue comme entité à la fois ethno-culturelle (de nature quasi religieuse), territoriale et politique dans laquelle ils pouvaient reconnaître leur propre identité n’est pas née brusquement au moment des défaites répétées contre Pyrrhus, ou à l’occasion du vibrant plaidoyer patriotique d’Appius Claudius Caecus au Sénat, ni au lendemain de la victoire contre Tarente, lorsque toute la Péninsule se trouva placée sous la domination politique et militaire de Rome. Elle s’est lentement forgée depuis les temps difficiles de la deuxième guerre samnite, en intégrant et en mêlant les conceptions que s’en faisaient les populations sabelliques et les populations grecques contre lesquelles les Romains eurent à lutter et qu’ils ont progressivement soumises : en ce sens, le discours d’Appius Claudius contre les propositions de paix avancées par Pyrrhus a plutôt servi de révélateur, le vieil homme d’État témoignant de l’expérience politique qui avait été celle de sa génération.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La place que la figure d’Appius Claudius Caecus occupait dans la mémoire collective romaine est sig (...)
  • 2 Passerini, 1943, p. 110-111 ; Càssola, 1962, p. 167-168 ; Humm, 2005, p. 141-144.
  • 3 Humm, 2005, p. 61-73.
  • 4 Cic., Cat. M., 16 ; Brut., 61 ; Varr., De gener. litterar., fr. 319 Funaioli (cf. Isid., Etym., I, (...)
  • 5 Enn., Ann., VI, 202-203 V.2 = 199-200 Skutsch ; Tac., Dial. orat., XVIII, 3-4.
  • 6 Ined. Vat., cod. gr. 435, fol. 220 = FGrHist, 839, 2 (Ἀποϕθέγματα Ῥωμαικά) ; voir Humm, 2007.
  • 7 Cf. Carcopino, 1961, p. 65-66.
  • 8 Plut., Pyrrh., 19, 5 : Τοιαῦτα τοῦ` Ἀππίου διαλεχθέντος, ὁρμὴ παρέστη πρὸς τὸν πόλεμον αὐτοῖς, καὶ (...)
  • 9 Gabba 1990a, p. 73 ; Id., 1990b, p. 57-58. Sur l’évolution du concept d’Italie, voir : Gély, 1991 ; (...)
  • 10 Voir déjà en ce sens Clemente, 1990, p. 34-38.

1Dans l’historiographie antique, et sans doute aussi dans la mémoire collective romaine, la figure d’Appius Claudius Caecus était fortement associée à la construction de la route à laquelle ce personnage a donné son nom, la via Appia, et au discours qu’il a prononcé au Sénat, au soir de sa vie, pour empêcher que les conditions de paix, proposées par Pyrrhus après une impressionnante série de défaites romaines, ne soient finalement acceptées1. À plusieurs reprises déjà, certains historiens modernes ont cru discerner un lien entre ces deux événements : la défense des intérêts économiques et clientélaires qui étaient liés à l’existence de la route aurait été l’un des enjeux de la poursuite acharnée des combats contre Pyrrhus, et la raison essentielle de l’intervention d’Appius Claudius au Sénat2. Autrement dit, le fameux discours par lequel l’ancien censeur aurait infléchi de manière décisive la décision d’un Sénat qui semblait enclin à négocier avec l’ennemi aurait eu comme objectif principal, ou comme principal mobile, la sauvegarde des intérêts méridionaux que représentait déjà la regina viarum. Si l’historicité du discours d’Appius, de même que celle de la via Appia, ne peuvent guère faire de doute, la question de l’authenticité du contenu du discours tel qu’il fut rapporté par les sources littéraires a fait l’objet de débats controversés3. En fait, Cicéron, Varron, Asinius Pollion, Sénèque le Jeune et Tacite semblent bien avoir connu une version écrite de ce discours4, déjà attestée au temps d’Ennius et de Caton, un siècle environ après avoir été prononcé5. Mais surtout, le témoignage de l’Ineditum Vaticanum en présente sans doute la version la plus ancienne, qui pourrait bien remonter à la monographie que Timée de Tauromenium a consacrée aux guerres de Pyrrhus et à son expédition en Occident6. Il reste donc à comprendre les motivations exactes qui ont pu pousser l’ancien censeur à le prononcer et à mesurer sa portée historique réelle au regard de l’expérience personnelle que ce personnage a pu développer en matière de politique étrangère : autrement dit, la réaction d’Appius Claudius aux propositions de paix avancées par Pyrrhus vers 279 av. J.‑C. peut-elle effectivement se comprendre au regard de l’action qu’il a menée alors qu’il était “aux affaires”, 15 à 30 ans plus tôt ? D’autre part, en rejetant les propositions de paix de Pyrrhus et en poussant les sénateurs à refuser de traiter avec le roi d’Épire avant qu’il n’ait définitivement quitté l’Italie, le discours d’Appius Claudius définissait une sorte de « doctrine Monroe » de l’Italie romaine7 : pour la première fois, une autorité romaine exprimait l’idée qu’une puissance étrangère n’avait aucune légitimité à être présente en Italie, où seule Rome se réservait le droit de pouvoir intervenir8. On considère donc généralement que ce discours, et la réaction du Sénat qu’il entraîna, marqua l’adoption par Rome du concept géopolitique d’Italie tel qu’il a été initialement défini et formulé en milieu grec, en rapport avec la présence coloniale grecque en Italie du Sud9. On peut toutefois se demander si cette “doctrine”, et l’appropriation par Rome du concept géopolitique d’Italie, constituent réellement une évolution récente, voire une rupture de la politique étrangère romaine, ou si elles ne font que traduire une évolution plus longue qui plonge ses racines dans la stratégie militaire et diplomatique suivie par Rome depuis le temps des guerres samnites10 : à partir de quand, en quelque sorte, les Romains commencèrent-ils à avoir le sentiment de faire partie de cette Italie dont ils estimaient, au temps de Pyrrhus, qu’une puissance extérieure n’avait aucune légitimité à y être présente ?

  • 11 Plut., Pyrrh., 19, 2 (trad. R. Flacelière, Paris, CUF, 1971) : ποῦ γὰρ ὑμῶν ὁ προς ἅπαντας ἀνθρώπου (...)
  • 12 Liv., IX, 16, 19 – 19, 17. Cf. Mahé-Simon, 2001.
  • 13 Voir Humm, 2006.
  • 14 Plut., Fort. Roman., 13 ( = Mor., 326 B) ; Liv., IX, 17, 17 ; Arr., Anab., VII, 15, 4-6 ; cf. Aless (...)
  • 15 Diod., XVI, 19, 1 ; Liv., VII, 27, 2 ; IX, 19, 13. Cf. Zevi, 1991-1992, p. 120 ; Crouzet, 2004, p.  (...)
  • 16 Sordi, 1983, p. 14-23.
  • 17 Ptolem., FGrHist, 138 F 2 = fr. 2 Auberger (ap. Strab., VII, 3, 8).
  • 18 Diod., XIV, 117, 6 ; 21 fr. 4 ; Liv., VI, 42, 8 ; VII, 1, 3 ; VII, 26, 9 ; Iustin., XX, 5, 4. Cf. B (...)
  • 19 Sordi, 1985, p. 207-214 ; Humm, 2006, p. 186-187.

2Aux dires de Plutarque, Appius Claudius aurait, dans son discours, évoqué les propos que l’on aurait tenus à Rome au temps de sa jeunesse, selon lesquels, « si Alexandre était venu en Italie et se fût mesuré avec nous, alors jeunes, et avec nos pères, alors dans la force de l’âge, on ne le célébrerait pas aujourd’hui comme un héros invincible, mais sa fuite ou sa mort en notre pays aurait rendu Rome plus illustre »11. On peut certes toujours imaginer une pure reconstruction annalistique derrière de tels propos, d’autant qu’ils font écho à un célèbre excursus livien sur les mérites respectifs de Rome et d’Alexandre et sur l’éventualité, au temps des victoires militaires de L. Papirius Cursor, d’une possible confrontation militaire directe entre les deux puissances12. Toutefois, à y regarder de plus près, une pareille éventualité n’était pas aussi absurde qu’on a voulu le croire, dans la mesure où Alexandre semble bien avoir préparé une vaste campagne militaire en Occident après son retour d’Inde et ses victoires en Orient, même si celle-ci devait davantage être tournée contre Carthage que contre Rome13. Mais l’Italie ne pouvait pas rester à l’écart des projets occidentaux d’Alexandre, qui a pu vouloir reprendre à son compte le projet avorté d’Alexandre le Molosse de défense de l’hellénisme dans la péninsule italienne : le Conquérant macédonien pouvait même avoir décidé de venger la mort de son parent, tombé à Pandosie sous les coups des Lucaniens et des Bruttiens, ce qui expliquerait la présence de leurs ambassadeurs à Babylone en 32314. Quant à Rome, elle pouvait se sentir d’autant plus visée qu’elle avait récemment renouvelé son traité d’alliance avec Carthage : en 348 vulg. ( = 343 gr.), sans doute à la suite des incursions de la flotte syracusaine sur les côtes du Latium l’année précédente, un traité probablement renouvelé encore une fois, cinq ans après, en 343 vulg. ( = 338 gr.)15. Pour M. Sordi, Alexandre aurait d’ailleurs décidé d’assumer l’héritage politique et idéologique des tyrans de Syracuse, Denys l’Ancien et Denys le Jeune, en assurant notamment à leur place la défense des intérêts de l’hellénisme face à tous ses ennemis traditionnels en Occident, parmi lesquels on trouvait en premier lieu les Carthaginois, mais aussi les Romains16. Un fragment de Ptolémée lui permet de supposer qu’Alexandre aurait songé à cette expédition en Occident avant même son départ pour l’Asie, en établissant en 335 (gr.) « des liens d’amitié et d’hospitalité » avec « les Celtes riverains de l’Adriatique »17 : selon M. Sordi, il s’agirait des descendants des Gaulois descendus en Iapygie immédiatement après leur raid sur Rome en 386 ( = 390 vulg.), où ils servaient de mercenaires à Denys de Syracuse18. Ces Gaulois auraient donc pu assurer une tête-de-pont à l’armée d’Alexandre, et leur alliance avec le conquérant macédonien expliquerait la stratégie de l’État romain en Apulie depuis la mort du Molosse19.

  • 20 Sur la mise en parallèle de la chronologie grecque avec la chronologie romaine du ive siècle, voir (...)
  • 21 Liv., IX, 16, 19 : Haud dubie illa aetate, qua nulla virtutum feracior fuit, nemo unus erat vir quo (...)
  • 22 Liv., VIII, 25, 5 – 27, 5 (cf. IX, 14, 1) ; Dion. Hal., AR, fr. 15.H et 15.I Pittia ( = XV, 5-10 Ja (...)
  • 23 Liv., VIII, 25, 3 ; cf. De Sanctis, 1907, I, p. 303-307.
  • 24 Liv., VIII, 25, 3 ; cf. IX, 2, 5.
  • 25 Cf. Cazanove, 2001, p. 150-176.
  • 26 Voir Humm, 2009.
  • 27 Hecath., FGrHist, 1 F 62 ; 1 F 63.
  • 28 Soph., Triptol., fr. 598 Radt (ap. Dion. Hal., AR, I, 12, 2).
  • 29 Lepore, 1963.
  • 30 Theophr., fr. 159 Wimmer ; cf. FGrHist, 840 F 24b (ap. Theophrast., Hist. Plant., V, 8, 1-2) ; Hoff (...)
  • 31 Antioch. Syr., FGrHist, 555 F 3 (ap. Strab., VI, 1, 4 – C 255) ; FGrHist, 555 F 5 (ap. Dion. Hal., (...)
  • 32 Soph., Triptol., fr. 598 Radt (ap. Dion. Hal., AR, I, 12, 2) ; cf. Antioch. Syr., FGrHist, 555 F 3 (...)
  • 33 Wuilleumier, 1939, p. 64-66 ; p. 70-73 ; Lepore, 1963 ; Lomas, 1993, p. 40-43.
  • 34 Ined. Vatic., FGrHist, 839, 2 : τὸ μεν; Ἑλληνικον; τὸ εν ̓ Ἱταλιᾳ πᾶν ἐλευθvερον εῖναι καὶ αὐτόvομο (...)

3L’année des fameuses ambassades occidentales à Alexandre à Babylone (323 gr.) correspond également à celle du premier consulat de L. Papirius Cursor (326 vulg.)20, qui était précisément le chef que les Romains se seraient choisis pour affronter Alexandre si celui-ci avait dû « débarquer en Italie »21. Or la politique étrangère et les opérations militaires de Rome se développèrent, à partir de cette année-là, en direction à la fois de la Campanie, de la Lucanie et de l’Apulie : un traité (foedus) a été conclu avec Naples, malgré les menaces de Tarente et au risque, rapidement confirmé, de provoquer un conflit frontal avec les Samnites22 ; un autre traité (foedus) plaça les Lucaniens et les Apuliens sous la protection du peuple romain en les faisant entrer dans l’amitié (amicitia) de Rome23 ; parmi les Apuliens, Rome noua notamment une alliance avec Arpi et avec Lucéria24. Simultanément, les expéditions militaires romaines se multiplièrent en direction de la Daunie, de l’Apulie et de la Lucanie, selon une stratégie qui peut paraître incompréhensible si l’on ne tient pas compte de la menace que les Romains avaient cru percevoir quelques années avant, et qui est encore rappelée, une génération plus tard, par Appius Claudius dans son fameux discours25 : toutes ces régions correspondent en effet à celles où Alexandre aurait pu débarquer s’il avait eu l’occasion de réaliser ses “projets occidentaux”, mais aussi à celles où Tarente (qui espérait l’arrivée du Macédonien) avait étendu sa zone d’influence. Or ces régions, dans lesquelles opéraient dorénavant les Romains, ont toutes été considérées par les Grecs, à un moment ou à un autre, comme appartenant à l’“Italie”, entendue comme un territoire depuis longtemps occupé par des Grecs et considéré par eux comme une excroissance du monde grec26. Ainsi la Campanie est-elle définie comme “Italie” dès Hécatée de Milet, si les fragments cités par Étienne de Byzance sont exacts27 ; elle se trouve par ailleurs incluse dans l’« Italie occidentale » évoquée par Sophocle dans sa pièce intitulée Triptolème28, selon une définition qui remonte peut-être à l’empire commercial que Sybaris avait étendu au monde indigène italique, et qui a pu être reprise par Athènes, présente en Campanie vers le milieu du ve siècle au moment de la “refondation” de Naples29 ; au ive siècle encore, Théophraste désignait par ∆Italiva l’Italie du Sud jusqu’à la Campanie, mais sans le Latium30. D’autre part, la Lucanie est considérée par Antiochos de Syracuse comme faisant partie d’une Italie étendue au-delà de ses limites primitives, initialement confinées au seul Bruttium, ce qui refl terait les ambitions impérialistes syracusaines sur la partie la plus hellénisée de la péninsule à la fin du ve siècle31. Enfin, l’Apulie (Iapygie) appartenait également à l’Italie selon le Triptolème de Sophocle, même si cette définition correspondait surtout à une conception d’origine tarentine32 : au contraire d’Antiochos, la Tarente du ive siècle considérait en effet qu’elle faisait pleinement partie d’une Italie conçue comme une entité géopolitique qui permettait d’unifier, au sein de la ligue “italiote” dont elle était devenue l’hégémôn, les forces de l’hellénisme magno-grec contre la pression des populations “italiques”33 ; c’est d’ailleurs aussi cette définition tarentine de l’“Italie” que l’on retrouve dans les propositions de paix avancées par Pyrrhus auprès des Romains, dans lesquelles l’“Italie” ne concerne que les régions habitées par des Grecs, aux côtés des Samnites, des Lucaniens, des Bruttiens et des Dauniens, et à l’exclusion des Romains et des Latins34. Autrement dit, dès l’époque de la deuxième guerre samnite, la politique étrangère et militaire de l’État romain commençait à être de plus en plus impliquée dans les différentes régions de la Péninsule qui avaient été définies comme “Italie” par les puissances grecques qui y revendiquaient leur influence plus ou moins exclusive : Sybaris, Syracuse, Athènes et Tarente.

  • 35 Liv., IX, 20, 5-6.
  • 36 Liv., X, 9, 14.
  • 37 Voir Humm, 1996 ; Id., 2005, p. 134-139.
  • 38 Cf. Humm, 2005, p. 179-184 (à propos de l’intégration des equites Campani dans la citoyenneté romai (...)
  • 39 Suet., Tib., II, 5 : Claudius Drusus, statua sibi diademata ad Appi Forum posita, Italiam per clien (...)

4Est-ce à dire que Rome se serait approprié le concept d’Italie dès la fin du ive siècle ? Certains indices pourraient effectivement le laisser penser. L’appropriation par Rome de ce concept géopolitique d’origine grecque signifierait que les Romains se seraient à leur tour considérés comme partie prenante de l’Italie, et qu’ils auraient considéré les territoires placés sous leur domination directe comme une extension géographique de l’Italie grecque. Cela suppose non seulement une mainmise politique et militaire sur les territoires considérés par les Grecs comme “italiens” (ou considérés par eux comme faisant partie de l’“Italie”), mais aussi une mutation d’ordre culturel reposant sur une nouvelle perception de leur propre identité dans leurs rapports avec les autres peuples de la Péninsule, en particulier avec les populations d’origine grecque ou fortement hellénisées de l’Italie du Sud. Or ces deux critères semblent partiellement remplis dès la fin du ive siècle. Sur le plan territorial, l’ager Romanus s’étendit en 318 au Latium méridional et au nord de la Campanie par l’adjonction des tribus Ufentina et Falerna, dont la création suivait elle-même la fondation des colonies de Calès (334), de Terracine (329) et de Frégelles (328)35 ; en 299, le territoire romain s’étendit vers l’est et le sud-est, en direction du Samnium, par la création des tribus Aniensis et Terentina36. Cette extension du territoire romain vers le sud fut matérialisée et consolidée par la construction de la via Appia, initialement destinée à relier Rome à Capoue, au cœur de la Campanie37. En faisant construire cette route, le censeur Appius Claudius ne semble pas seulement avoir voulu assurer la “continuité territoriale” entre Rome et la Campanie, mais paraît aussi avoir eu pour objectif d’assurer l’intégration dans la citoyenneté romaine des populations hellénisées des territoires récemment soumis à la domination romaine et traversés par la route38. Le fait qu’un Appius Claudius, probablement à identifier avec Russus, le fils aîné de Caecus, ait été accusé d’avoir voulu « prendre le contrôle de l’Italie à l’aide de ses clients » pour s’être fait représenter, à Forum Appi, sur la via Appia, par une statue portant le diadème, montre la forte dimension symbolique que représentait cette route, dès la première moitié du iiie siècle, en matérialisant l’emprise politique et militaire que Rome commençait à étendre sur l’Italie du Sud39. Même si la statua diademata de ce Claudius Russus est de quelques années postérieure à la guerre de Pyrrhus, l’enjeu géopolitique que représentait la route ne pouvait pas ne pas avoir déjà été perçu par son concepteur : la construction en 312 de la via Appia manifestait en effet clairement la volonté de Rome de poursuivre et de consolider son expansion politique et militaire en direction de l’Italie du Sud hellénisée, vers laquelle la menace d’une intervention militaire d’Alexandre l’avait contrainte, une décennie plus tôt, à orienter sa stratégie militaire et diplomatique. L’évocation par le vieil Appius Claudius, dans son discours contre Pyrrhus, de la menace qu’Alexandre aurait fait peser si celui-ci était venu en Italie trouve donc sa justification dans la route qu’il avait fait construire alors qu’il était censeur, dans le contexte difficile de la deuxième guerre samnite, et dont l’objectif avait non seulement été d’assurer la “continuité territoriale” avec Capoue et la Campanie, mais aussi de permettre la poursuite de l’expansion romaine vers l’Italie du Sud.

  • 40 Heracl. Pont., fr. 28 Voss = 102 Wehrli = FGrHist, 840 F 23 (ap. Plut., Cam., 22, 2-3) ; cf. Frasch (...)
  • 41 Théopompe a en effet parlé des peuples indigènes d’Italie en relation avec la politique de Denys l’ (...)
  • 42 Justin., XX, 1, 1 – 2, 1.
  • 43 Briquel, 1984, p. 193-196 ; Id., 1997, p. 23-25.
  • 44 Cf. Hölscher, 1990 ; Humm, 2005, p. 483-638.

5L’appropriation par les Romains du concept d’Italie suppose en fait l’adoption d’un système de représentation, ou d’une “vision du monde” (Weltanschauung), d’origine hellénique, et donc une forme avancée d’acculturation à l’hellénisme. Or un certain nombre de sources grecques du ive siècle tendent précisément à faire de Rome une polis hellènis. Ces sources grecques semblent d’ailleurs d’origine ou d’inspiration magno-grecques, comme le montre l’étude du fameux fragment d’Héraclide du Pont qui évoquait la prise de Rome par les Gaulois (des « Hyperboréens »), d’après une information qui lui était parvenue d’Occident (ἀπὸ τῆς ἑσπέρας), probablement par l’intermédiaire de quelque Pythagoricien d’Italie du Sud avec lequel ce philosophe était en contact40. De même, en résumant apparemment des sources grecques très anciennes, parmi lesquelles Timée, Théopompe et Éphore41, Trogue-Pompée (abrégé par Justin) a énuméré les différents peuples et cités de la péninsule italienne qui ont été menacés par les menées impérialistes de Denys de Syracuse au début du ive siècle, parmi lesquels sont cités, du nord au sud, les Étrusques, les Vénètes, les Latins (descendants d’Énée), les Falisques, les Campaniens, les Bruttiens, les Sabins, les Samnites, les Tarentins, les Thurini (habitants de Thourioi) et les gens de Métaponte : toutes ces populations étaient, nous dit-on, « de nom grec » (Graeci nominis) et leurs cités sont qualifiées de « grecques » (urbes Graecae) ; mais surtout, le texte affirme que ces populations « possédaient l’Italie », en précisant même que « ces peuples avaient occupé à l’époque à peu près toute l’Italie, et non une partie » (quae gentes non partem, sed universam ferme Italiam ea tempestate occupaverant)42. D. Briquel a montré que l’élaboration de ce texte, avec sa liste de populations auxquelles on prête une origine grecque grâce à des mythes de fondation grecs ou troyens, remonte à une source grecque hostile à Denys de Syracuse, accusé de s’attaquer à l’hellénisme en Italie43. Pour renforcer sa dénonciation des activités anti-helléniques de Denys, cette source grecque ne limitait pas le concept d’Italie à une partie de la Péninsule, mais l’étendait à son ensemble : autrement dit, dans certains contextes, l’extension du concept d’Italie aux territoires occupés par des populations non grecques pouvait être proposée par des Grecs eux-mêmes, si bien qu’on peut se demander dans quelle mesure l’adoption de ce concept par des populations “indigènes” (de même que l’adoption par elles de mythes d’origine visant à en faire des Grecs) ne serait pas d’abord le résultat d’une “vision grecque”. Mais dès la seconde moitié du ive siècle, Rome a surtout délibérément et volontairement importé les concepts grecs qui pouvaient lui être utiles, en les intégrant et en les adaptant au sein d’une création culturelle originale que l’on peut définir comme un “hellénisme romain”44. Il n’est pas sûr toutefois, malgré le contexte historique et culturel particulièrement favorable pour une telle évolution, que la conception d’une Italie qui aurait intégré le territoire romain, qui en aurait constitué le prolongement naturel, ait été pleinement adoptée par les Romains dès la fin du ive siècle.

  • 45 Diod., XIX, 105, 5 : Κατὰ δὲ τὴν Ἰταλίαν Ῥωμαῖοι δυνάμεσιν ἁδραῖς πεζῶν τε καὶ ἱππέων ἐστράτευσαν ἐ (...)
  • 46 Diod., XX, 26, 3 : Κατὰ δὲ τὴν Ἰταλίαν οἱ τῶν Ῥωμαίων ὕπατοι μετὰ δυνάμεως ἐμβαλόντες εἰς τὴν πολεμ (...)
  • 47 Lepore, 1963, p. 99-100.
  • 48 Staveley, 1959 ; Raaflaub et al., 1992, p. 44. Voir aussi infra n. 52.
  • 49 Pol., III, 26, 2-4 ; cf. Càssola, 1962, p. 37.
  • 50 Crouzet, 2004, p. 232-238.
  • 51 En 312/11, les stratèges d’Agathocle capturèrent des vaisseaux carthaginois au large du Bruttium (D (...)
  • 52 En 311, la création des duumviri navales classis ornandae reficiendaeque causa (Liv., IX, 30, 4), s (...)
  • 53 Liv., X, 2, 1-2 ; Diod., XX, 104, 1-3 ; App. , Samn., 7, 1 (παλαιῶν τοὺς Ταραντίνους ἀπεμίμνησκε συ (...)
  • 54 Antioch. Syr., FGrHist, 555 F 3 (ap. Strab., VI, 1, 4 – C 255).

6D’après d’anciennes sources annalistiques utilisées par Diodore de Sicile, les opérations militaires de la deuxième guerre samnite conduisirent à plusieurs reprises les armées romaines à intervenir « en Italie » : en 312, l’infanterie et la cavalerie romaines se dirigèrent sur Pollitium, une ville des Marrucins située « en Italie » (κατὰ δὲ τὴν Ἰταλίαν)45 ; l’année suivante, toujours « en Italie », « les consuls romains entrèrent avec une armée en territoire ennemi (ou « en territoire apulien » ?), et défirent les Samnites près d’un endroit appelé Tavlion (ou plutôt Ἰτάλιον ?)46. Autrement dit, à l’époque de la censure d’Appius Claudius Caecus, partir « en Italie » signifiait encore quitter l’ager Romanus. On a pu penser que le concept d’Italie avait pu entrer dans la géopolitique romaine dès le mystérieux traité romano-carthaginois de 306 av. J.‑C.47 Ce traité est mentionné par Tite-Live quelques années seulement après la fondation de colonies maritimes à Antium (338 vulg.), Terracine (329) et Pontiae (313/312), la création des premiers duumviri navales (311) et l’organisation d’une expédition navale en Campanie contre Pompéi et Nucéria (310), si bien qu’on a suggéré qu’Appius Claudius avait pu être pour quelque chose dans l’élaboration de ce traité48. Toutefois, on ne sait rien sur les clauses de ce traité, mentionné uniquement par Tite-Live, qui n’en donne pas le détail. On l’a certes rapproché du traité mentionné par Philinos d’Acragas, un historien sicilien procarthaginois cité par Polybe à propos des traités romano-carthaginois antérieurs aux guerres puniques49 : pour mieux dénoncer la responsabilité des Romains dans le déclenchement de la première guerre punique, Philinos mentionnait un traité antérieur, que Polybe prétend n’avoir jamais existé, qui aurait partagé les zones d’influences respectives des deux puissances en interdisant aux Romains toute ingérence en Sicile, et aux Carthaginois l’accès à l’Italie. Autrement dit, le “traité de Philinos” aurait fait la distinction entre une Italie “romaine” et une Sicile “carthaginoise”. S. Crouzet a souligné que si ce traité devait être identifié avec celui que mentionne Tite-Live pour l’année 306, ni les Romains ni les Carthaginois n’auraient alors été en mesure de contrôler le territoire qui leur aurait été dévolu : la Sicile grecque était alors entièrement sous le contrôle d’Agathocle, avec lequel les Carthaginois ont été obligés de traiter dans des conditions bien peu favorables, et les Romains n’avaient pas à cette époque de garnison pour contrôler l’accès aux côtes et aux ports de l’Italie du Sud50. Bref, si le traité de Philinos a effectivement existé, ce qui est loin d’être attesté, il ne pourrait être que postérieur. Toutefois, il n’est pas sûr que les Romains aient été entièrement dans l’incapacité de contrôler l’accès aux côtes de l’Italie du Sud dès la fin du ive siècle, au moins en ce qui concerne la mer Tyrrhénienne, car pour le reste, il devait être difficile d’imaginer que Syracuse laissât aux Carthaginois l’accès au détroit de Sicile51 ou que Tarente pût accueillir des navires carthaginois : dès cette époque, il faut en effet tenir compte des alliés de Rome en Campanie et en Lucanie, avec des ports comme Naples et Poséidonia, où les navires de guerre romains pouvaient faire relâche52. En tout cas, c’est très probablement à la suite de leur victoire à Thourioi contre le Spartiate Cléonymos, vers 303/301, que les Romains ont conclu « l’ancien traité avec les Tarentins » dont parle Appien et dont la violation par Rome en 282 entraîna la guerre avec Tarente, puis avec Pyrrhus : le traité départageait les zones d’infuence respectives des Romains et des Tarentins en Italie du Sud, en interdisant aux navires romains de dépasser le cap Lacinien, au sud-est de Crotone53. Cela signifiait à la fois, pour les Romains, la reconnaissance de l’extension de leur zone d’influence jusqu’à l’extrême sud de la Péninsule, et une limitation de leur liberté de navigation à l’intérieur du golfe de Tarente : tout en laissant à la cité grecque une zone d’influence exclusive à l’intérieur de son espace maritime immédiat, le traité romano-tarentin étendait donc celle de Rome jusqu’au Bruttium, c’est-à-dire jusqu’à la partie de la Péninsule qui avait été anciennement définie par Antiochos de Syracuse comme la plus primitive “Italie”54. Si Rome ne s’était pas encore approprié l’Italie comme concept géopolitique à cette date, elle devait du moins être sur le point de le faire.

  • 55 Dur. Sam., FGrHist, 76 F 56a (ap. Diod., XXI, 6 – Exc. Hoesch.) ; 76 F 56b (ap. Tzetz., Schol. ad A (...)
  • 56 Strab., V, 3, 5 (C 232) ; cf. De Sanctis, 1907, II, p. 427 ; Humm, 2006, p. 179.
  • 57 Cf. Droysen, 18772, II, p. 281-283 ; Will, 1979, p. 90-94.
  • 58 Il est à noter qu’au ive siècle déjà, Timoléon avait fait arrêter et exécuter pour activités de pir (...)

7De fait, une étape décisive semble franchie au lendemain de la grande victoire romaine à la bataille de Sentinum, en 295. Les opérations militaires avaient mobilisé six légions et s’étaient développées sur plusieurs fronts : la victoire romaine permit l’écrasement d’une vaste coalition militaire composée de Samnites, d’Étrusques, d’Ombriens et de Gaulois, et mit un terme, malgré quelques combats résiduels, au long conflit qui opposait depuis presqu’un demi siècle Romains et Samnites pour la domination de l’Italie centrale. L’événement fut rapporté par Douris de Samos, un historien grec contemporain55, et fut presqu’aussitôt connu au sein du monde hellénistique : c’est très probablement dans la foulée de ce succès que Démétrios Poliorcète envoya aux Romains l’ambassade dont parle Strabon, d’après une information qui doit remonter à Timée56. D’après ce témoignage, Démétrios aurait demandé aux Romains d’interdire que les rivages placés sous leur contrôle puissent servir de repères aux pirates, puisqu’ils commandaient désormais à l’Italie (τοὺς αὐτοὺς ἄνδρας στρατηγεῖν (…) τῆς Ἰταλίας) : l’allusion explicite à l’hégémonie romaine « en Italie » ne peut se comprendre qu’après la victoire de Sentinum, et l’ambassade doit donc être datée de la deuxième période du règne de Démétrios sur la Macédoine, entre 294 et 287, plus précisément lorsque celui-ci commença à ébaucher une “politique occidentale” en nouant, vers 290, une alliance avec Agathocle de Syracuse57, sans doute plus directement concerné par la piraterie romaine que le Diadoque macédonien58. Or « l’Italie » à laquelle Démétrios faisait allusion, et que les Romains « commandaient » à cette époque, devait principalement désigner la partie centrale et centre-méridionale de la Péninsule, que les Romains dominaient depuis Sentinum, même si l’expression pouvait aussi inclure la Lucanie et le Bruttium, dont les rivages avaient été inclus dans le traité des années 303/301 avec Tarente ; ces rivages faisaient d’ailleurs face à la Sicile alors contrôlée par Agathocle, avec qui le Diadoque venait de faire alliance : cela signifie qu’à cette date, les Romains s’étaient approprié le concept d’Italie et devaient considérer non seulement qu’ils en faisaient partie, eux aussi, mais aussi qu’ils en étaient les maîtres. La diplomatie grecque, ou hellénistique, semblait en tout cas le leur reconnaître.

  • 59 Lepore, 1963, en part. p. 90-100 ; voir aussi Humm, 2009.
  • 60 Cf. Catalano, 1978, p. 461-462.
  • 61 Pol., III, 25, 1-5. Le traité fut probablement conclu au début de l’année 278 : après les défaites (...)
  • 62 Pol., III, 25, 3-4 (trad. D. Roussel, Paris, Gallimard, 1970) : ἵνα ἐξῇ βοηθεῖν ἀλλήλοις ἐν τῇ τῶν (...)
  • 63 Pol., III, 25, 5 : Καρχηδόνιοι δὲ καὶ κατὰ θάλατταν Ῥωμαίοις βοηθείτωσαν, ἂν χρεία ᾖ, τὰ δὲ πληρώμα (...)
  • 64 Càssola, 1961, p. 38 ; Gabba, 1990a, p. 43-87 (en part. p. 73 et p. 86, n. 37) ; Id., 1990b, p. 55- (...)

8Toutefois, à la veille de la guerre de Pyrrhus, l’Italie à laquelle les Romains pouvaient alors s’identifier ne comprenait peut-être pas encore l’ensemble de la partie la plus méridionale de la Péninsule, puisque celle-ci n’était pas encore entièrement sous leur contrôle, mais pouvait correspondre à l’idée que s’en faisaient les populations sabelliques qu’ils venaient de vaincre (à Sentinum) ou qu’ils avaient précédemment soumis (Marses, Samnites, Herniques, mais aussi Lucaniens et Bruttiens) : depuis la fin du ve siècle, et avant les Romains, celles-ci s’étaient en effet approprié le concept au contact des Grecs d’Italie du Sud, mais en lui donnant un sens ethno-culturel et religieux assez différent de la conception purement géographique et politique qu’en avaient les Grecs59. En soumettant l’Italia sabellique, les Romains semblent avoir importé et intégré l’idée d’une Italie conçue comme une unité territoriale à base ethnique et religieuse sur laquelle ils estimaient avoir une sorte de droit naturel à dominer (à cause, notamment, de la continuité territoriale des auspices)60. À cette conception ethno-culturelle du territoire italien héritée des populations sabelliques, les Romains ont cependant rapidement dû ajouter une dimension géographique et politique, comme on le perçoit dans la sententia donnée par Appius Claudius au Sénat : Pyrrhus devait quitter l’Italie en tant qu’espace géographique (qui ne pouvait pas se limiter à la seule Italie des Grecs), parce qu’en étant étranger aux populations de la Péninsule, il n’avait aucune légitimité à y jouer un rôle politique quel qu’il fût. La conception grecque d’une Italie perçue comme un ensemble géographique et politique se retrouve dans le traité romano-carthaginois de 279/278 (dirigé contre Pyrrhus)61 : une clause prévoit que, « pour qu’il soit permis à chacune des deux parties de prêter assistance à l’autre dans le pays où celle-ci se trouverait en guerre, quelle que soit la partie qui demande du secours, les Carthaginois fourniront les navires pour transporter les troupes à l’aller comme au retour (…) »62, ce qui suppose que les territoires des uns et des autres soient séparés par la mer, et constitue donc une reconnaissance implicite de la bipartition des zones d’influence entre la Sicile et l’Italie ; cette distinction territoriale est confirmée par la possibilité laissée aux équipages carthaginois de ne pas débarquer pour intervenir sur terre, même en cas de soutien naval direct aux Romains63, ce qui est une manière de reconnaître que les Carthaginois ne sont pas “chez eux” en Italie, alors que celle-ci est en revanche le domaine de leurs alliés. Il n’est par conséquent pas impossible que la bipartition Sicile / Italie mentionnée dans le “traité de Philinos” ait en fait constitué une clause du traité romano-carthaginois de 279/27864, ce qui montrerait que les termes utilisés par le vieil Appius Claudius dans son discours au Sénat avaient presqu’aussitôt trouvé un prolongement juridique en droit international.

  • 65 BMC Italy, Locri, p. 365, n° 15-17 ; Lévêque, 1957, p. 547 ; Boyancé 1972 (1962), en part. p. 108-1 (...)
  • 66 Justin., XVIII, 2, 125 ; cf. Diod., XXII, 8, 4.
  • 67 Cic., De nat. deor., II, 61 ; la date de la dédicace du temple de Fides par A. Atilius Caiatinus n’ (...)
  • 68 La tradition annalistique ou antiquaire romaine attribuait l’introduction du culte de Fides à Numa (...)
  • 69 H. Müller datait l’œuvre d’Agathocle de Cyzique du ve ou du ive siècle, F. Jacoby de la première mo (...)
  • 70 Agath. Cyz., FGrHist, 472 F 5a = FHG, IV, p. 290 (ap. Fest., p. 328 L.) : Agathocles, Cyzicenarum r (...)
  • 71 L’existence d’un temple de Fides sur le Palatin à l’époque archaïque n’est attestée que par ce frag (...)
  • 72 Voir aussi Agath. Cyz., FGrHist, 472 F 5b (ap. Solin., Coll., I, 3) : Agathocles scribit Romen non (...)
  • 73 Plut., Rom., 3, 1 : Τοῦ δὲ πίστιν ἔχοντος λόγου μάλιστα καὶ πλείστους μάρτυρας τὰ μὲν κυριώτατα πρῶ (...)
  • 74 Voir supra n. 67-68 et p. 214-215.

9Quelques années plus tard, vers 274, après le départ de Pyrrhus d’Italie, la cité de Locres honora la fides Romana sur une série de didrachmes où la déesse Rome (Rhôma) est représentée assise, avec ses armes, couronnée par la déesse Fides (Pistis) qui se tient debout devant elle, avec la légende ΡΩΜΑ-ΠΙΣΤΙΣ65 : cette reconnaissance politique de la loyauté des Romains envers la cité grecque (ancienne alliée, mais qui était passée aux côtés de Pyrrhus en 280 et devait se faire pardonner sa trahison66) peut aussi être une forme de reconnaissance de la souveraineté romaine sur l’Italie grecque, puisque Fides personnifiait la « bonne foi » garantissant le respect des traités internationaux qui étaient entreposés dans son temple au Capitole. Si la monnaie de Locres renvoie au culte romain de Fides, cela suppose l’existence à Rome d’un sanctuaire voué à la déesse qui soit antérieur au temple fondé par A. Atilius Caiatinus vers le milieu du iiie siècle av. J.‑C.67 : ce sanctuaire primitif devrait donc être identifié avec l’autel de Fides dont la tradition annalistique attribuait la fondation à Numa, mais qui devrait dater de la fin du ive ou du début du iiie siècle, lorsque s’est constitué l’essentiel de la légende numaïque68. Cette interprétation de la monnaie de Locres peut trouver confirmation dans un fragment d’Agathocle de Cyzique qui évoque les origines troyennes de Rome à propos de la préhistoire de sa cité ; la date de composition de cette histoire locale a fait l’objet de nombreuses discussions, mais devrait se situer vers la fin du iiie ou le début du iie siècle69. Selon cet auteur, « lorsque les Phrygiens prirent possession de l’Italie et en particulier de ces régions qui sont maintenant voisines de la Ville (de Rome), < Rhômè, petite-fille d’Énée et fille d’Ascagne, > fut la première entre tous à consacrer sur le Palatin un temple à Fides »70. L’erreur de localisation du temple de Fides (le Palatin au lieu du Capitole), due à une contamination avec le mythe de fondation de la Ville71, de même que la présence (archaïque) de l’éponyme féminine Rhômè72, indiquent que le récit utilisé par Agathocle a été composé à une époque antérieure à la diffusion de la vulgate sur les origines de Rome due à Dioclès de Péparéthos et suivie par Fabius Pictor, vers la fin du iiie siècle73. L’allusion aux autres fondateurs d’un temple à Fides (« la première entre tous ») suggère que l’auteur devait connaître celui qui avait été consacré par A. Atilius Caiatinus et aussi, probablement, celui qui était attribué par la tradition à Numa ou aux Sabins et qui lui était antérieur74. Mais surtout, ce fragment établit un synchronisme entre la conquête de l’Italie par les « Phrygiens », c’est-à-dire les Romains (qui passaient pour de « nouveaux Troyens » aux yeux d’une partie du monde grec), l’extension de ce concept géographique à la ville de Rome et le culte que les Romains vouaient à Fides, gardienne des traités internationaux, ce qui semble correspondre à un contexte assez similaire à celui de la série des didrachmes de Locres honorant la Pistis de Rome. Ainsi donc, la souveraineté romaine sur l’ancienne “Italie” grecque devait-elle être reconnue par les Grecs de Grande-Grèce et était-elle exprimée à travers les traités et les échanges diplomatiques établis avec Rome dès le lendemain de la victoire sur Pyrrhus pour les uns, au moment de la défaite définitive de Tarente pour les autres : la reconnaissance par les Grecs eux-mêmes de cette nouvelle réalité géopolitique reflétait ainsi l’intégration par les Romains de la conception grecque d’une Italie comprise comme ensemble géographique et politique qui ne se limitait plus à une simple unité ethnique et culturelle.

  • 75 Varr., Rus., I, 2, 1. Cf. Coarelli, 1999 : F. Coarelli estime que l’Italia picta qui se trouvait da (...)
  • 76 Voir supra n. 39.

10L’idée que les Romains se faisaient d’une Italie conçue comme entité à la fois ethno-culturelle (de nature quasi religieuse), territoriale et politique dans laquelle ils pouvaient reconnaître leur propre identité n’est donc pas née brusquement au moment des défaites répétées contre Pyrrhus, ou à l’occasion du vibrant plaidoyer patriotique d’un Appius Claudius au Sénat, ni au lendemain de la victoire contre Tarente, lorsque toute la Péninsule se trouva placée sous la domination politique et militaire de Rome, mais elle s’est lentement forgée depuis les temps difficiles de la deuxième guerre samnite, en intégrant et en mêlant les conceptions que s’en faisaient les populations sabelliques et les populations grecques contre lesquelles ils eurent à lutter et qu’ils ont progressivement soumises : en ce sens, le discours d’Appius Claudius contre les propositions de paix avancées par Pyrrhus a plutôt servi de révélateur, le vieil homme d’État témoignant de l’expérience politique qui avait été celle de sa génération. La victoire finale contre Tarente, en 272, a certes définitivement permis aux Romains de considérer qu’ils faisaient eux aussi partie de cette “Italie” grecque, ou plutôt qu’il n’y avait pas de rupture de continuité entre “leur” Italie et celle des Grecs de la Péninsule, mais il s’est surtout agi d’une sorte de confirmation. C’est ainsi qu’une représentation de l’Italie (Italia picta), sans qu’on sache si elle était cartographiée ou allégorique, a été peinte dans le temple de la Terre (Tellus), voué par le consul P. Sempronius Sophus en 26875. Ce n’est peut-être pas seulement une coïncidence si cette même année, l’autre consul, Ap. Claudius Russus, fils aîné d’Ap. Claudius Caecus, fut honoré par ses clients par une statua diademata érigée à Forum Appi, sur la via Appia, symbole de l’expansion romaine vers le Sud, quitte à se faire accuser de vouloir se rendre maître de l’ensemble de l’Italie76. En tout cas, à la veille de la première guerre punique, l’Italie était bien devenue un concept géopolitique romain qui s’étendait à l’ensemble de la Péninsule placée sous la domination de Rome (plaine padane exclue), et qui allait permettre de distinguer, dès le traité de Lutatius Catulus de 241, entre une Italie “romaine” ou “romanisable” et un empire voué à être réparti en “provinces”, uniquement destinées à être dominées et exploitées.

Haut de page

Bibliographie

Alessandri, S., 1995, I Brettii alla corte di Alessandro Magno, dans G. De Sensi Sestito (éd.), I Brettii, t. 1, Cultura, lingua e documentazione storico-archeologica, Atti del 1° corso seminariale – Rossano, 20-26 febbraio 1992, Catanzaro, p. 77-92.

Altheim, F., 1961, Diodors römische Annalen, dans Id. (éd), Untersuchungen zur römischen Geschichte, I, Einzeluntersuchungen zur altitalischen Geschichte. Anfänge römischer Geschichtsschreibung, Francfort/Main, p. 173-197.

Aronen, J., 1995, s.v. Fides, templum, dans LTUR, II, p. 252.

BMC Italy = R. s. Poole (éd.), A catalogue of the Greek coins in the British museum : Italy, Londres, 1873.

Bonamente, M., 1974-1975, I rapporti tra Dionigi il vecchio e i Galli, AFLM, 12, p. 37-59.

Boyancé, P., 1972 (1962), Fides Romana et la vie internationale, dans Id., Études sur la religion romaine, Rome (1ère publication 1962).

Braccesi, L., 2001, Hellenikòs Kolpos. Supplemento a Grecità adriatica (Hesperìa, 13), Rome.

Briquel, D., 1984, Les Pélasges en Italie. Recherches sur l’histoire de la légende, BEFAR, 252, Rome.

Briquel, D., 1991, L’origine lydienne des Étrusques. Histoire de la doctrine dans l’Antiquité, CEFR, 139, Rome.

Briquel, D., 1997, Le regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis (début du ive siècle/début du Ier siècle av. J.‑C.), Besançon.

Broughton, T. R. s., 1951, The Magistrates of the Roman Republic, vol. I, 509 B.C. - 100 B.C., New York.

Carcopino, J., 1961, Profils de conquérants, Paris.

Càssola, F., 1962, I gruppi politici romani nel III secolo a.C., Trieste.

Catalano, P., 1978, Aspetti spaziali del sistema giuridico-religioso romano. Mundus, templum, urbs, ager, Latium, Italia, dans ANRW, II, 16, 1, Berlin, p. 440-553.

Cazanove, O. de, 2001, Itinéraires et étapes de l’avancée romaine entre Samnium, Daunie, Lucanie et Étrurie, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier (éd.), Le Censeur et les Samnites. Sur Tite-Live, livre IX, Paris, p. 147-192.

Clemente, G., 1990, Dal territorio della città all’egemonia in Italia, dans A. Schiavone (éd.), Storia di Roma, II, L’ impero mediterraneo, 1, La repubblica imperiale, Turin, p. 19-38.

Coarelli, F., 1999, s.v. Tellus, aedes, dans LTUR, V, p. 24-25.

Crawford, M. H., 1974, Roman Republican Coinage, Cambridge.

Crouzet, S., 2004, Carthage et la conquête romaine en Méditerranée (ive-iie siècle av. J.‑C.) : échanges, confrontations, exploitation idéologique, thèse de doctorat soutenue le 16 juin 2004 à l’Université Aix-Marseille I (Université de Provence) sous la direction de X. Lafon.

De Sanctis, G., 1907, Storia dei Romani, I et II, La Conquista del primato in Italia, Turin.

Donceel, R., 1962, Timée et la mention d’une fondation chalcidienne de Nole dans Trogue-Pompée et Silius Italicus, BIBR, 34, p. 27-55.

Droysen, 18772, Geschichte des Hellenismus, II, Geschichte der Diadochen, Gotha (rééd. Tübingen, 1952-1953 ; 1ère éd. 1836).

Forni, G., 1958, Valore storico e fonti di Pompeo Trogo. 1. Per le guerre greco-persiane, Urbino.

Fraschetti, A., 1991, Eraclide Pontico e Roma « città greca », dans A. C. Cassio et D. Musti (éd.), Tra Sicilia e Magna Grecia. Aspetti di interazione culturale nel IV sec. a. C., Atti del Convegno, Napoli, 19-20 marzo 1987 (AION (filol), XI, 1989), Pise-Rome, p. 81-95.

Frederiksen, M., 1984, Campania, Rome.

Freyburger, G., 1986, Fides. Étude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’ à l’ époque augustéenne, Paris.

Gabba, E., 1976, Sulla valorizzazione politica della leggenda delle origini troiane di Roma fra III e II secolo a.C., dans M. Sordi (éd.), I canali della propaganda nel mondo antico (CISA, 4), Milan, p. 84-101.

Gabba, E., 1990a, Roma e l’Italia, dans G. Pugliese Carratelli (éd.), Roma e l’Italia, Milan, p. 43-87.

Gabba, E., 1990b, La prima guerra punica e gli inizi dell’espansione transmarina, dans A. Schiavone (éd.), Storia di Roma, II, L’ impero mediterraneo, 1, La repubblica imperiale, Turin, p. 55-67.

Gély, S., 1991, Le nom de l’Italie : mythe et histoire, d’Hellanicos à Virgile, Genève.

Hoffmann, W., 1934, Rom und die griechische Welt im 4. Jahrhundert, Leipzig.

Hölscher, T., 1990, Römische Nobiles und hellenistische Herrscher, dans Akten des XIII. Internationalen Kongresses für klassische Archäologie (Berlin 1988), Mayence/Rhin, p. 73-84.

Humm, M., 1996, Appius Claudius Caecus et la construction de la Via Appia, MEFRA, 108, p. 693-746.

Humm, M., 2005, Appius Claudius Caecus. La République accomplie, BEFAR, 322, Rome.

Humm, M., 2006, Rome face à la menace d’Alexandre le Grand, dans E. Caire et S. Pittia (éd.), Guerre et diplomatie romaines (iveiiie siècleS). Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence (Publications de l’Université de Provence), p. 175-196.

Humm, M., 2007, Des fragments d’historiens grecs dans l’Ineditum Vaticanum ?, dans M.-L. Freyburger et D. Meyer (éd.), Visions grecques de Rome. Griechische Blicke auf Rom (colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Mulhouse, 12–13 novembre 2004), Paris, 2007, p. 277-318.

Humm, M., 2009, Le concept d’Italie, des premiers colons grecs à la réorganisation augustéenne, dans A. Colombo (éd.), Mémoires d’Italie. Identités, représentations, enjeux (Antiquités et Classicisme), Actes du colloque de Besançon (24 et 25 octobre 2008) (à paraître).

Jacoby, F., 1962, Die Fragmente der Griechischen Historiker, II B, Kommentar zu Nr. 106-261, Leiden.

Lafon, X., 2006, À propos de l’épisode de Tarente (282 avant J.-C.) : un développement précoce de la politique navale romaine et de sa flotte militaire ?, dans E. Caire et S. Pittia (éd.), Guerre et diplomatie romaines (iveiiie siècles). Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence (Publications de l’Université de Provence), p. 277-288.

Lepore, E., 1963, L’ΙΤΑΛΙΑ nella formazione della communità romano-italica, dans Klearchos, 5, p. 89-113.

Lévêque, P., 1957, Pyrrhos, BEFAR, 185, Paris.

Lomas, K., 1993, Rome and the Western Greeks, 350 BC - AD 200, Conquest and Acculturation in Southern Italy, Londres.

LTUR = E. M. Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, 6 vol. , Rome, 1993-1999.

Mahé-Simon, M., 2001, L’enjeu historiographique de l’excursus d’Alexandre, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier (éd.), Le Censeur et les Samnites. Sur Tite-Live, livre IX, Paris, p. 37-63.

Musti, D., 19942, La nozione storica di Sanniti nelle fonti greche e romane, dans Id., Strabone e la Magna Grecia. Città e popoli dell’Italia antica, Padoue, 19942, p. 197-216 (1ère éd. 1984).

Passerini, A., 1943, Sulle trattative dei Romani con Pirro, Athenaeum, 21, p. 92-112.

Raaflaub, K. A., Richards, J. D., et Samons, L. J., 1992, Rome, Italy, and Appius Claudius Caecus before the Pyrrhic Wars, dans T. Hackens et al. (éd.), The Age of Pyrrhus. Papers delivered at the international conference, Brown university (8-10 April, 1988), Louvain, p. 13-50.

Reusser, C., 1995, s.v. Fides populi Romani/Publica, dans LTUR, II, p. 249-252.

Sordi, M., 1960, I rapporti romano-ceriti e l’origine della civitas sine suffragio, Rome.

Sordi, M., 1983, Alessandro Magno e l’eredità di Siracusa, Aevum, 57, p. 14-23.

Sordi, M., 1985, Alessandro Magno, i Galli e Roma, dans F. Broilo (éd.), xenia. Scritti in onore di Piero Treves, Rome, p. 207-214.

Staveley, E. S., 1959, The political Aims of Appius Claudius Caecus, Historia, 8, 1959, p. 410-433.

Thiel, J. H., 1954, A History of Roman Sea-Power before the Second Punic War, Amsterdam.

Urso, G., 2001, Roma ‘Città greca’ : nota a Strabone V, 3, 5, 232, Aevum, 75, 2001, p. 25-35.

Wiemer, H.-U., 2002, Krieg, Handel und Piraterie. Untersuchungen zur Geschichte des hellenistischen Rhodos, Berlin.

Will, E., 19792, Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. JC), t1, Nancy.

Wiseman, T. P., 1995, Remus. A Roman myth, Cambridge.

Wuilleumier, P., 1939, Tarente des origines à la conquête romaine, BEFAR 148, Paris (1968[2])

Zehnacker, H., 1973, Moneta. Recherches sur l’organisation et l’art des émissions monétaires de la République romaine (289-31 av. J.‑C.), BEFAR, 222, Rome.

Ziolkowski, A., 1992, The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Topographical Context, Rome.

Haut de page

Notes

1 La place que la figure d’Appius Claudius Caecus occupait dans la mémoire collective romaine est signalée par la présence de sa statue, accompagnée d’un titulus et d’un elogium, dans la galerie des summi viri du Forum d’Auguste : Humm, 2005, p. 49-60 ; le texte de l’elogium, reproduit par sa copie d’Arezzo (InscrIt, XIII, 3, n° 79), rappelle précisément ces deux actions mémorables, en commençant d’ailleurs par le discours contre Pyrrhus : pacem fieri cum Pyrrho rege prohibuit, in censura viam Appiam stravit (…) ; à propos de la construction de la via Appia, Diodore de Sicile écrit aussi (XX, 36, 2) : κατηνάλωσεν ἁπάσας τὰς δημοσίας προσόδους, αὑτοῦ δὲ μνημεῖον ἀθάνατον κατέλιπεν, εἰς κοινὴν εὐχρηστίαν ϕιλοτιμηθείς (« il dépensa tous les revenus de l’État, mais laissa en souvenir de lui un monument immortel, en ayant été ambitieux pour le profit de tous ») ; enfin Tite-Live écrit, à propos de ses grands travaux publics (IX, 29, 6) : Et censura clara eo anno Appi Claudii et C. Plautii fuit, memoriae tamen felicioris ad posteros nomen Appi, quod viam munivit et aquam in urbem duxit eaque unus perfecit. Au sujet de la construction de la route par le censeur de 312, voir aussi Humm, 1996.

2 Passerini, 1943, p. 110-111 ; Càssola, 1962, p. 167-168 ; Humm, 2005, p. 141-144.

3 Humm, 2005, p. 61-73.

4 Cic., Cat. M., 16 ; Brut., 61 ; Varr., De gener. litterar., fr. 319 Funaioli (cf. Isid., Etym., I, 38, 2) ; Tac., Dial. orat., XXI, 7 ; Sen., Ep. ad Lucil., XIX, 144, 13.

5 Enn., Ann., VI, 202-203 V.2 = 199-200 Skutsch ; Tac., Dial. orat., XVIII, 3-4.

6 Ined. Vat., cod. gr. 435, fol. 220 = FGrHist, 839, 2 (Ἀποϕθέγματα Ῥωμαικά) ; voir Humm, 2007.

7 Cf. Carcopino, 1961, p. 65-66.

8 Plut., Pyrrh., 19, 5 : Τοιαῦτα τοῦ` Ἀππίου διαλεχθέντος, ὁρμὴ παρέστη πρὸς τὸν πόλεμον αὐτοῖς, καὶ τὸν Κινέαν ἀποπέμπουσιν ἀποκρινάμενοι “Πύρρον ἐξελθόντα τῆς Ἰταλίας, οὕτως εἰ δέοιτο περὶ ϕιλίας καὶ συμμαχίας διαλέγεσθαι, μέχρι δ ̓ οὗ πάρεστιν ἐν ὅπλοις, πολεμήσειν αὐτῷ Ῥωμαίους κατὰ κράτος, κἂν μυρίους ἔτι Λαιβίνους τρέψηται μαχόμενος” (« Le discours d’Appius incita les Romains à la guerre et ils renvoyèrent Cinéas avec cette réponse : “Que Pyrrhos commence à sortir d’Italie et alors, s’il le veut, on pourra parler d’amitié et d’alliance, mais tant qu’il restera ici en armes, les Romains lui feront la guerre à outrance, eût-il battu dix mille Laevinus en batailles rangées !” » – trad. R. Flacelière & E. Chambry, Paris, CUF, 1971). App. , Samn., X, 2-3 : ἄλλα τε πολλὰ ὅμοια τούτοις ὁ Ἄππιος εἰπὼν καὶ ἐρεθίσας εἰσηγήσατο Πύρρον, εἰ δέοιτο τῆς Ῥωμαίων ϕιλίας καὶ συμμαχίας, ἐξ Ἰταλίας ἀπελθόντα πρεσβεύειν, παρόντα δὲ μήτε ϕίλον ἡγεῖσθαι μήτε σύμμαχον μήτε Ῥωμαίοις δικαστὴν ἢ δι αιτητήν. καὶ ἡ βουλὴ ταῦθ´ ἅπερ καὶ Ἄππιος εἶπεν, ἀπεκρίνατο Κινέᾳ (« Appius leur ayant dit beaucoup d’autres choses semblables pour les exciter au combat, il émit l’avis que si Pyrrhus souhaitait l’amitié et l’alliance des Romains, qu’il leur envoie une ambassade après être sorti d’Italie, mais que tant qu’il y serait présent, il ne pourrait devenir ni un ami, ni un allié, ni un juge ou un arbitre pour les Romains. Et le Sénat donna sa réponse à Cinéas dans les mêmes termes, comme ils avaient été formulés par Appius »).

9 Gabba 1990a, p. 73 ; Id., 1990b, p. 57-58. Sur l’évolution du concept d’Italie, voir : Gély, 1991 ; Humm, 2009.

10 Voir déjà en ce sens Clemente, 1990, p. 34-38.

11 Plut., Pyrrh., 19, 2 (trad. R. Flacelière, Paris, CUF, 1971) : ποῦ γὰρ ὑμῶν ὁ προς ἅπαντας ἀνθρώπους θρυλούμενος ἀεὶ λόγος, ὡς εἰ παρῆν ἐκεῖνος εἰς Ἰταλίαν ὁ μέγας Ἀλέξανδρος καὶ συνηνέχθη νέοις ἡμῖν καὶ τοῖς πατράσιν ἡμῶν ἀκμάζουσιν, οὐκ ἂν ὑμνεῖτο νῦν ἀνίκητος, ἀλλ´ ἢ ϕυγὼν ἂν ἤ που πεσὼν ἐνταῦθα τὴν Ῥώμην ἐνδοξοτέραν ἀπέλιπε ;

12 Liv., IX, 16, 19 – 19, 17. Cf. Mahé-Simon, 2001.

13 Voir Humm, 2006.

14 Plut., Fort. Roman., 13 ( = Mor., 326 B) ; Liv., IX, 17, 17 ; Arr., Anab., VII, 15, 4-6 ; cf. Alessandri, 1995, p. 86-92.

15 Diod., XVI, 19, 1 ; Liv., VII, 27, 2 ; IX, 19, 13. Cf. Zevi, 1991-1992, p. 120 ; Crouzet, 2004, p. 37-51.

16 Sordi, 1983, p. 14-23.

17 Ptolem., FGrHist, 138 F 2 = fr. 2 Auberger (ap. Strab., VII, 3, 8).

18 Diod., XIV, 117, 6 ; 21 fr. 4 ; Liv., VI, 42, 8 ; VII, 1, 3 ; VII, 26, 9 ; Iustin., XX, 5, 4. Cf. Bonamente, 1974-1975 ; Braccesi, 2001, p. 107-114 ; Urso, 2001, p. 25-27.

19 Sordi, 1985, p. 207-214 ; Humm, 2006, p. 186-187.

20 Sur la mise en parallèle de la chronologie grecque avec la chronologie romaine du ive siècle, voir en dernier lieu Humm, 2006, p. 180-181 et p. 192-193.

21 Liv., IX, 16, 19 : Haud dubie illa aetate, qua nulla virtutum feracior fuit, nemo unus erat vir quo magis innixa res Romana staret. Quin eum parem destinant animis magno Alexandro ducem, si arma Asia perdomita in Europam vertisset. Oros., III, 15, 8-10 : Hic autem Papirius adeo tunc apud Romanos bellicosissimus ac strenuissimus habebatur ut cum Alexander Magnus disponere diceretur ab Oriente descendens obtinere viribus Africam atque inde in Italiam transvehi, Romani inter ceteros duces tunc in republica sua optimos hunc praecipuum fore qui Alexandri impetum sustinere posset meditarentur. Lyd., De mag., I, 38, 10-11 (p. 39-40 W.) : διὰ τὸ προσδοκῶσθαι Ἀλέξανδρον τὸν Μακεδόνα κατὰ Ῥωμαίων στρατεύειν. Ταραχθέντε` δὲ οἱ Ῥωμαῖοι Παπίριον μὲν Κούρσορα στρατηγὸν ἀπαντῆσαι Ἀλεξάνδρῳ ἐψηϕ ίσαντο (« on s’attendait en effet à ce qu’Alexandre entreprenne une campagne contre les Romains. Affolés, les Romains votèrent alors la nomination comme général de Papirius Cursor et le chargèrent d’affronter Alexandre » – trad. M. Dubuisson, J. Schamp, Paris, CUF, 2006).

22 Liv., VIII, 25, 5 – 27, 5 (cf. IX, 14, 1) ; Dion. Hal., AR, fr. 15.H et 15.I Pittia ( = XV, 5-10 Jacoby). Cf. Frederiksen, 1984, p. 207-216.

23 Liv., VIII, 25, 3 ; cf. De Sanctis, 1907, I, p. 303-307.

24 Liv., VIII, 25, 3 ; cf. IX, 2, 5.

25 Cf. Cazanove, 2001, p. 150-176.

26 Voir Humm, 2009.

27 Hecath., FGrHist, 1 F 62 ; 1 F 63.

28 Soph., Triptol., fr. 598 Radt (ap. Dion. Hal., AR, I, 12, 2).

29 Lepore, 1963.

30 Theophr., fr. 159 Wimmer ; cf. FGrHist, 840 F 24b (ap. Theophrast., Hist. Plant., V, 8, 1-2) ; Hoffmann, 1934, p. 127.

31 Antioch. Syr., FGrHist, 555 F 3 (ap. Strab., VI, 1, 4 – C 255) ; FGrHist, 555 F 5 (ap. Dion. Hal., AR, I, 35, 1).

32 Soph., Triptol., fr. 598 Radt (ap. Dion. Hal., AR, I, 12, 2) ; cf. Antioch. Syr., FGrHist, 555 F 3 (ap. Strab., VI, 1, 4 – C 255).

33 Wuilleumier, 1939, p. 64-66 ; p. 70-73 ; Lepore, 1963 ; Lomas, 1993, p. 40-43.

34 Ined. Vatic., FGrHist, 839, 2 : τὸ μεν; Ἑλληνικον; τὸ εν ̓ Ἱταλιᾳ πᾶν ἐλευθvερον εῖναι καὶ αὐτόvομον, χρῆσθαι δὲ καὶ Σαυνίτvας καὶ Λευκανοὺς καὶ πάντας Βρεττίους τοῖς αὑτῶν νόμοις, Πύρρου ὄντας συμμάχους, Ῥωμαίους δὲ Λατίνων ἄρχειν μόνων (« d’une part, que tous les Grecs d’Italie soient libres et autonomes ; d’autre part, que les Samnites, les Lucaniens et tous les Brettiens, parce qu’ils sont les alliés de Pyrrhus, se dirigent selon leurs propres lois, et que les Romains ne dirigent que les seuls Latins ») ; App. , Samn., X, 1 : ἐδίδου δ ̓ αὐτοῖς εἰρήνην καὶ ϕιλίαν καὶ συμμαχίαν πρὸς Πύρρον, εἰ Ταραντίνους μὲν ἐς ταῦτα συμπεριλάβοιεν, τοὺς δ ̓ ἄλλους Ἕλληνας τοὺς ἐν Ἰταλίᾳ κατοικοῦντας ἐλευθέρους καὶ αὐτονόμους ἐῷεν, Λευκανοῖς δὲ καὶ Σαυνίταις καὶ Δαυνίοις καὶ Βρεττίοις ἀποδοῖεν, ὅσα αὐτῶν ἔχουσι πολέμῳ λαβόντες (« Il (sc. Cinéas) leur offrit la paix, l’amitié et un traité d’alliance avec Pyrrhus qui incluerait également les Tarentins et qui stipulerait que les autres Grecs qui résidaient en Italie seraient libres et régis par leurs propres lois, et qu’ils restitueraient aux Lucaniens, aux Samnites, aux Dauniens et aux Brettiens tout ce qu’ils leur avaient pris au cours de cette guerre »). Les conditions de paix de Pyrrhus telles qu’elles ont été rapportées par ces deux sources remontent certainement à une information historiquement authentique et d’origine grecque (indépendante de la tradition annalistique romaine), car elles présentent les clauses les plus dures et les plus difficiles à accepter pour le nationalisme romain, et contiennent une définition archaïque de l’Italie qui ne comprend pas encore le Latium : Lévêque, 1957, p. 347-350 ; Humm, 2005, p. 68-72.

35 Liv., IX, 20, 5-6.

36 Liv., X, 9, 14.

37 Voir Humm, 1996 ; Id., 2005, p. 134-139.

38 Cf. Humm, 2005, p. 179-184 (à propos de l’intégration des equites Campani dans la citoyenneté romaine).

39 Suet., Tib., II, 5 : Claudius Drusus, statua sibi diademata ad Appi Forum posita, Italiam per clientelas occupare temptavit. Discussion philologique et historique de ce passage de Suétone, qui comporte certainement une erreur ou une corruption (Drusus pour Russus ( = Rufus) selon M. Ihm, ou pour Crassus = Caecus selon O. Hirschfeld, ou encore pour < Caecus > rursus selon Th. Mommsen), voir Humm, 2005, p. 485-489 (mais je pencherais plus catégoriquement aujourd’hui pour une identification avec Ap. Claudius Russus, consul en 268, mort mystérieusement en fonction alors qu’il venait de triompher des Picentins qu’il avait déportés en Lucanie, près de Paestum : cf. Broughton, 1951, p. 199-200).

40 Heracl. Pont., fr. 28 Voss = 102 Wehrli = FGrHist, 840 F 23 (ap. Plut., Cam., 22, 2-3) ; cf. Fraschetti, 1991, en part. p. 89-94.

41 Théopompe a en effet parlé des peuples indigènes d’Italie en relation avec la politique de Denys l’Ancien (FGrHist, 115 F 316) ainsi que de la mer Ionienne et des Ombriens (FGrHist, 115 F 128) ; en fait, Timée, Théopompe ou Éphore sont alternativement proposés comme source ultime pour ce passage de Justin : cf. Forni, 1958, p. 215-217 (Théopompe et Éphore) ; Sordi, 1960, p. 65 n. 2 (Théopompe) ; Jacoby, 1962, p. 395 (Théopompe) ; Donceel, 1962 (Timée) ; Briquel, 1984, p. 193-196 (Théopompe) ; Id., 1991, p. 113-122 (Théopompe et Éphore) ; cf. aussi Musti, 19942 (1984), p. 203-205 (probablement Théopompe par l’intermédiaire de Timée).

42 Justin., XX, 1, 1 – 2, 1.

43 Briquel, 1984, p. 193-196 ; Id., 1997, p. 23-25.

44 Cf. Hölscher, 1990 ; Humm, 2005, p. 483-638.

45 Diod., XIX, 105, 5 : Κατὰ δὲ τὴν Ἰταλίαν Ῥωμαῖοι δυνάμεσιν ἁδραῖς πεζῶν τε καὶ ἱππέων ἐστράτευσαν ἐπὶ Πολλίτιον, Μαρρουκίνων οὖσαν πόλιν.

46 Diod., XX, 26, 3 : Κατὰ δὲ τὴν Ἰταλίαν οἱ τῶν Ῥωμαίων ὕπατοι μετὰ δυνάμεως ἐμβαλόντες εἰς τὴν πολεμίαν (ou Ἀπουλίαν ?) ἐνίκησαν μάχῃ Σαμνίτας περὶ τὸ καλούμενον Τάλιον. Le toponyme Tavlion est complètement inconnu, et résulte très vraisemblablement d’une corruption de Ἰτάλιον, traduction grecque d’Italium : ce dernier n’est pas plus connu, mais pourrait bien correspondre à la manière la plus ancienne pour les Romains de désigner le territoire habité par les « Italiens » (comme le Samnium pour les Samnites) ; F. Altheim (Altheim, 1961, p. 173-176) en avait déduit que l’« Italia » se situait alors encore, pour les Romains, en-dehors de l’ager Romanus, au sud de la Péninsule, et que ce concept encore archaïque n’avait pu avoir été utilisé que par la source de Diodore, en l’occurrence l’annaliste Acilius.

47 Lepore, 1963, p. 99-100.

48 Staveley, 1959 ; Raaflaub et al., 1992, p. 44. Voir aussi infra n. 52.

49 Pol., III, 26, 2-4 ; cf. Càssola, 1962, p. 37.

50 Crouzet, 2004, p. 232-238.

51 En 312/11, les stratèges d’Agathocle capturèrent des vaisseaux carthaginois au large du Bruttium (Diod., XIX, 103, 5).

52 En 311, la création des duumviri navales classis ornandae reficiendaeque causa (Liv., IX, 30, 4), suivie en 310 d’une première expédition maritime en direction de Pompéi et de Nucéria (IX, 38, 2-3), signale l’émergence d’une marine de guerre romaine en même temps que « l’objectif général d’un contrôle total de l’Italie méridionale » (X. Lafon) : cf. Thiel, 1954, p. 42 ; Lafon, 2006, p. 281-283.

53 Liv., X, 2, 1-2 ; Diod., XX, 104, 1-3 ; App. , Samn., 7, 1 (παλαιῶν τοὺς Ταραντίνους ἀπεμίμνησκε συνθηκῶν) ; cf. Dio Cass., IX, fr. 39, 4 ; Zon., VIII, 2. Cf. Lomas, 1993, p. 50 ; Crouzet, 2004, p. 189. En même temps que ce traité avec Tarente, une nouvelle alliance a été conclue avec les Lucaniens, en 303 (Diod., XX, 104, 1) ou en 299 (Liv., X, 12, 1-2).

54 Antioch. Syr., FGrHist, 555 F 3 (ap. Strab., VI, 1, 4 – C 255).

55 Dur. Sam., FGrHist, 76 F 56a (ap. Diod., XXI, 6 – Exc. Hoesch.) ; 76 F 56b (ap. Tzetz., Schol. ad Alex. Lycophr., 1378).

56 Strab., V, 3, 5 (C 232) ; cf. De Sanctis, 1907, II, p. 427 ; Humm, 2006, p. 179.

57 Cf. Droysen, 18772, II, p. 281-283 ; Will, 1979, p. 90-94.

58 Il est à noter qu’au ive siècle déjà, Timoléon avait fait arrêter et exécuter pour activités de piraterie un certain « Postumius le Tyrrhénien », qui a de grandes chances d’avoir en fait été un Romain (vers le milieu du ive siècle, les Romains étaient couramment assimilés à des Étrusques par les Grecs, qui considéraient par ailleurs presque proverbialement les marins étrusques comme des pirates) : Diod., XVI, 82, 3 ; cf. Càssola, p. 28. En devenant roi de Macédoine et en s’appuyant sur la Confédération des Cyclades, Démétrios a très bien pu aussi reprendre la politique de lutte contre la piraterie qu’il avait amorcée en 302 avec l’héphémère Confédération hellène (cf. Wiemer, 2002, p. 114 et n. 23), d’autant qu’avec le transfert de sa capitale à Démétrias, son royaume était délibérément tourné vers la mer Égée : mais il paraît un peu étonnant que des pirates antiates aient pu s’aventurer jusque-là et menacer le commerce égéen…

59 Lepore, 1963, en part. p. 90-100 ; voir aussi Humm, 2009.

60 Cf. Catalano, 1978, p. 461-462.

61 Pol., III, 25, 1-5. Le traité fut probablement conclu au début de l’année 278 : après les défaites essuyées par Rome au début du conflit, les Carthaginois durent craindre que les Romains n’en vînrent à traiter avec Pyrrhus, lui laissant alors la possibilité de passer en Sicile, voire en Afrique ; cf. Crouzet, 2004, p. 230-231.

62 Pol., III, 25, 3-4 (trad. D. Roussel, Paris, Gallimard, 1970) : ἵνα ἐξῇ βοηθεῖν ἀλλήλοις ἐν τῇ τῶν πολεμουμένων χώρᾳ, ὁπότεροι δ ̓ ἔν χρείαν ἔχωσι τῆς βοηθείας, τὰ πλοῖα παρεχέτωσαν Καρχηδόνιοι καὶ εἰς τὴν ὁδὸν καὶ εῖς τὴν ἔϕοδον (…).

63 Pol., III, 25, 5 : Καρχηδόνιοι δὲ καὶ κατὰ θάλατταν Ῥωμαίοις βοηθείτωσαν, ἂν χρεία ᾖ, τὰ δὲ πληρώματα μηδεὶς ἀναγκαζέτω ἐκβαίνειν ἀκουσίως (« Si besoin est, les Carthaginois aideront aussi les Romains sur mer, mais nul ne pourra contraindre les équipages à débarquer contre leur gré » – trad. D. Roussel, Paris, Gallimard, 1970).

64 Càssola, 1961, p. 38 ; Gabba, 1990a, p. 43-87 (en part. p. 73 et p. 86, n. 37) ; Id., 1990b, p. 55-67 (en part. p. 57-58).

65 BMC Italy, Locri, p. 365, n° 15-17 ; Lévêque, 1957, p. 547 ; Boyancé 1972 (1962), en part. p. 108-109 ; Zehnacker, 1973, p. 335 et n. 4 ; Crawford, 1974, p. 724-725 ; Freyburger, 1986, p. 275-276 et pl. XVIII.

66 Justin., XVIII, 2, 125 ; cf. Diod., XXII, 8, 4.

67 Cic., De nat. deor., II, 61 ; la date de la dédicace du temple de Fides par A. Atilius Caiatinus n’est pas connue avec exactitude : il est possible qu’il construisit le temple ex manubiis, à la suite du triomphe qu’il célébra en 257, après son premier consulat (cf. InscrIt, XIII, 1, p. 548) ; toutefois, la dédicace effectuée par A. Atilius Caiatinus n’exclut pas la possibilité de l’existence d’un sanctuaire plus petit qui lui aurait été antérieur : cf. Ziolkowski, 1992, p. 28-30 ; Wiseman, 1995, p. 54 et p. 185 n. 79 ; Reusser, 1995, p. 250.

68 La tradition annalistique ou antiquaire romaine attribuait l’introduction du culte de Fides à Numa (Liv., I, 21, 4 ; Dion. Hal., AR, II, 75, 2-3 ; Plut., Num., 16, 1), voire aux Sabins (Varr., De ling. Lat., V, 74). Sur la constitution de la légende sur Numa vers la fin du ive ou le début du iiie siècle, voir Humm, 2005, p. 352 n. 20 ; p. 547-554 (en part. p. 552 n. 36).

69 H. Müller datait l’œuvre d’Agathocle de Cyzique du ve ou du ive siècle, F. Jacoby de la première moitié du iiie siècle, mais E. Gabba a montré de manière convaincante que le motif de la Fides était encore d’une grande importance dans l’action diplomatique de Rome à la fin du iiie siècle et que l’évocation par cet érudit local de la légende des origines « phrygiennes » de Rome doit se comprendre dans le contexte des nouveaux rapports établis avec la Phrygie après l’introduction en 204 du culte de Cybèle (la Magna Mater), qui rappelait les origines troyennes des Romains : Gabba, 1976, p. 90. Le récit d’Agathocle doit en effet être postérieur à la dédicace du temple de Fides sur le Capitole par A. Atilius Caiatinus vers le milieu du iiie siècle, puisque Rhômè est dite « la première entre tous » (primam omnium) à avoir consacré un temple à Fides, ce qui laisse entendre qu’il y en aurait eu plusieurs autres après elle (Numa et Atilius Caiatinus ?).

70 Agath. Cyz., FGrHist, 472 F 5a = FHG, IV, p. 290 (ap. Fest., p. 328 L.) : Agathocles, Cyzicenarum rerum conscribtor, ait, vaticinio Heleni inpulsum Aenean, Italiam petivisse portantem suam secum neptem, Ascani filiam, nomine Rhomen, eamque, ut Italia sint Phryges potiti et his regionibus maxime, quae nunc sunt vicinae Urbi, primam omnium consecrasse in Palatio Fidei templum ; in quo monte postea cum conderetur urbs, visam esse iustam vocabuli Romae nomen causam eam quae priore, unde ea locum dedicavisset Fidei. Ait quidem Agathocles conplures esse auctores, qui dicant Aenean sepultum in urbe Berecynthia proxime flumen Nolon, atque ex eius progenie quendam nomine Rhomum venisse in Italiam, et urbem Romam nominatam condidisse. Cf. Freyburger, 1986, p. 259-260.

71 L’existence d’un temple de Fides sur le Palatin à l’époque archaïque n’est attestée que par ce fragment d’Agathocle cité par Festus, et est historiquement plus que douteuse : Aronen, 1995.

72 Voir aussi Agath. Cyz., FGrHist, 472 F 5b (ap. Solin., Coll., I, 3) : Agathocles scribit Romen non captivam fuisse (…) sed Ascanio natam Aeneae neptem appellationis istius causam fuisse. L’éponyme féminine Rhômè n’est connue que par les sources grecques antérieures à la tradition annalistique romaine, d’Hellanicos de Lesbos (FGrHist, 4 F 84 = fr. 160 Ambaglio) et Damaste de Sigée (FGrHist, 5 F 3) à Agathocle de Cyzique (loc. cit.), en passant par l’incertain compositeur d’une Histoire de Cumes (FGrHist, 576 F 3), Héraclide du Pont (FGrHist, 840 F 13a-b = FGH, III, p. 168, fr. 1, 2 et 3 = 103 Wehrli), Callias de Syracuse (564 F 5a-b, cf. aussi Fest., p. 329 L.), un certain Clinias (FGrHist, 819 F 1) et quelques auteurs anonymes cités par Plutarque (Rom., 2, 1 ; 2, 3) : cf. Wiseman, 1995, p. 50-55.

73 Plut., Rom., 3, 1 : Τοῦ δὲ πίστιν ἔχοντος λόγου μάλιστα καὶ πλείστους μάρτυρας τὰ μὲν κυριώτατα πρῶτος εἰς τοὺς Ἕλληνας ἐξέδωκε Διοκλῆς Πεπαρήθιος, ᾧ καὶ Φάβιος ὁ Πίκτωρ ἐν τοῖς πλείστοις ἐπηκολούθηκε (« Cependant la version la plus digne de foi et la plus fréquemment attestée a été donnée pour la première fois dans ses parties essentielles en Grèce par Dioclès de Péparéthos ; c’est celle que Fabius a suivie presque partout ») ; cf. Wiseman, 1995, p. 1-17. Sur les origines de Rome, Agathocle de Cyzique suivait différents auteurs et donc diverses traditions, puisque le fragment indique qu’il citait aussi des auteurs qui affirmaient qu’Énée avait été enterré en Phrygie, « dans la ville des Bérécynthes », et « qu’un homme du nom de Rhomos, issu de sa descendance, vint en Italie et fonda la ville appelée Rome » : cette dernière version est en contradiction avec celle qui fait de Rhômè, fondatrice du temple de Fides, l’éponyme de la ville, et nie l’arrivée d’Énée en Italie ; elle peut être due à un historien grec de la région, comme Démétrios de Scepsis, qui voulait faire d’Énée un héros local qui n’aurait jamais quitté la Troade et ne serait jamais arrivé en Italie (cf. Dion. Hal., AR, I, 53, 4 ; Strab., XIII, 1, 53 ; Gabba, 1976, p. 84-88). Dans ce cas, la version d’Agathocle qui fait de Rhômè à la fois la fondatrice du temple de Fides et l’éponyme de la ville remonte bien à une source plus ancienne, antérieure au début du iie siècle.

74 Voir supra n. 67-68 et p. 214-215.

75 Varr., Rus., I, 2, 1. Cf. Coarelli, 1999 : F. Coarelli estime que l’Italia picta qui se trouvait dans le temple de Tellus pourrait avoir été contemporaine à sa construction ; elle ne devrait toutefois pas être interprétée comme une représentation allégorique, mais comme une carte perspective, analogue à celle de l’Égypte dans la mosaïque nilotique de Palestrina.

76 Voir supra n. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Humm, « Rome et l’Italie dans le discours d’Appius Claudius Caecus contre Pyrrhus »Pallas, 79 | 2009, 203-220.

Référence électronique

Michel Humm, « Rome et l’Italie dans le discours d’Appius Claudius Caecus contre Pyrrhus »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/14701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.14701

Haut de page

Auteur

Michel Humm

Professeur d’Histoire romaine - Université de Strasbourg UMR 7044, Étude des civilisations de l’Antiquité : de la Préhistoire à Byzance
michel.humm[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search