Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Pyrrhus en OccidentPyrrhus en Italie, réflexion sur ...

Pyrrhus en Occident

Pyrrhus en Italie, réflexion sur les contradictions des sources

Pyrrhos in Italy, a reflection on the contradictions of the sources
Paul Corbier
p. 221‑231

Résumés

Les conflits entre Pyrrhus et Rome donnent lieu à des contradictions dans les sources ; par un certain nombre de procédés, les historiens, tant latins que grecs, déforment la réalité historique et lui donnent une tonalité romaine. Le récit de la bataille d’Héraclée en est le meilleur exemple. De même, la guerre contre Tarente devient une guerre juste. L’année 280, celle de la débâcle d’Héraclée est passée sous silence et condamnée à l’oubli. Le vainqueur a su progressivement imposer sa vision en passant sous silence les sources grecques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend de longues discussions menées au sein du groupe de recherche sur les Samnitica d’Appien, où C. Berrendonner, E. Caire, X. Lafon, S. Pittia, R. Robert et G. Stouder ont multiplié des remarques et des commentaires dont je les remercie vivement.

Texte intégral

  • 2 Pol. 1.1.6.

1Les années 280‑276 de l’histoire de Rome sont difficiles à interpréter pour les historiens, à cause de la rareté des sources conservées portant sur cette période. Les livres de la deuxième décade de l’Histoire romaine de Tite-Live sont en effet perdus, seules demeurent les periochae de ces livres ; le récit livien s’arrête en 292 pour reprendre au début de la deuxième guerre punique. Ce moment est pourtant crucial, si l’on en croit Polybe2, qui fait de la guerre de Rome contre le roi d’Epire, Pyrrhus, un tournant fondamental de l’histoire romaine. Rome, pour la première fois selon l’historien grec, « songe à étendre ses conquêtes au reste de la péninsule et cela avec le sentiment qu’elle allait ainsi faire la guerre non pas pour des terres étrangères mais plutôt pour entrer en possession d’un bien qui lui revenait de droit ». Cependant, comme ces événements ne correspondent pas directement son propos, Polybe les aborde de manière elliptique.

2Le hasard de la conservation ou non des sources explique en partie que ces années soient une zone d’ombre pour l’historien mais d’autres phénomènes ne peuvent-ils pas aussi rendre compte de ces difficultés ? En particulier, comment expliquer les informations contradictoires que peuvent livrer ces historiens antiques dont aucun, naturellement, n’était contemporain de ce qu’il écrivait mais qui, tous, dépendaient des sources dont nous ne disposons plus.

3Après avoir dressé l’état des principales sources historiques que nous possédons aujourd’hui, nous souhaiterions nous interroger sur les raisons de leurs contradictions : fruit du hasard ou nature des sources dont disposaient les historiens à leur époque.

1. Etat actuel des sources et ordre des événements

  • 3 Flor. 1.13 (18).
  • 4 Eutr. 2.11.1‑2.15.
  • 5 Orose 4.1.
  • 6 Flor. 1.13 (18).9.
  • 7 Flor. 1.13 (18).11.

4La version livienne peut se reconstituer à l’aide de la periocha et par le biais des œuvres de Florus3, d’Eutrope4 et d’Orose5. Dans les Guerres de Rome, Florus résume Tite-Live et rapporte en premier les faits militaires, ensuite les données diplomatiques, pour conter enfin des anecdotes célèbres sur tel ou tel des personnages qu’il a mentionnés. Ce choix néglige l’ordre chronologique ; il semblerait pourtant que des hésitations de l’auteur pour situer des événements dans la chronologie soient liées aux sources contradictoires qu’il a consultées. Par exemple, Florus place la bataille d’Ausculum sous le consulat de Fabricius et de Curius Dentatus, alors qu’ils ne furent jamais consuls ensemble6. De même, il situe la victoire de Bénévent la même année qu’Ausculum, contrairement à toutes les autres traditions7. Les confusions qu’il commet entre Curius et Fabricius, qui sont tous deux admirés pour leur austérité, prouvent qu’il existait une abondante littérature à propos de Fabricius et de Curius et que Florus, se démarquant de Tite-Live, eut le plus grand mal à choisir parmi tous ces éléments.

5Le parti pris d’Orose dans ses Histoires, à savoir montrer combien le paganisme est responsable de nombreux maux qui accablèrent les Romains, le conduit à privilégier les actions militaires ; il rapporte de manière chronologique les différents combats mais délaisse les questions diplomatiques. Cette façon de rendre compte des événements rend difficile la compréhension de l’ensemble des problèmes et du lien entre diplomatie et faits militaires.

  • 8 Per. 13.1 ; Eutr. 2.11.3.
  • 9 Per. 13.3 ; Eutr. 2.12.2.
  • 10 Per. 13.3‑4 ; Eutr. 2.12.3.
  • 11 Per. 13.5 ; Eutr. 2.12.4.
  • 12 Per. 13.6 ; Eutr. 2.13.1.
  • 13 Per. 13.9 ; Eutr. 2.13.4.
  • 14 Per. 13.11 ; Eutr. 2.14.2.
  • 15 Per. 14.3 ; Eutr. 2.14.3.

6En revanche, une comparaison stricte entre l’œuvre d’Eutrope et les periochae montre que l’ordre des événements est le même ; elle permet de considérer cet auteur comme le plus fiable pour reconstituer le récit de Tite-Live. Le déroulement des faits est le suivant : arrivée de Pyrrhus ; bataille d’Héraclée considérée comme une défaite romaine, dont la cause est la seule intervention des éléphants8 ; parcours de Pyrrhus qui pille l’Italie et se dirige vers Rome ; ambassade de Fabricius pour racheter les prisonniers romains après Héraclée9 ; tentative de corruption de Fabricius par le roi épirote et renvoi des prisonniers romains sans rançon10 ; ambassade de Cinéas auprès du Sénat pour conclure une paix11, mission qui se solde par un échec12 ; deuxième combat où les Romains semblent vainqueurs13 ; remise à Pyrrhus par Fabricius d’un transfuge épirote14 ; après une campagne infructueuse de Pyrrhus en Sicile et son retour en Italie, victoire à Bénévent du consul Dentatus sur le roi, qui abandonne alors l’Italie15. Les seules différences viennent de détails qui ne figurent pas dans les Periochae, simple résumé, mais qui pouvaient exister dans l’œuvre de Tite-Live.

7Parmi les historiens grecs qui écrivent sur Rome, Denys d’Halicarnasse, Appien ou Dion Cassius ne sont connus – du moins pour ces périodes – que de manière fragmentaire, notamment par l’intermédiaire des extraits tirés des traités byzantins constitués à l’époque de Constantin VII Porphyrogénète.

  • 16 D.H. 19.K (= 19.5 Jacoby).
  • 17 D.H. 19.O (= 19.8 Jacoby).
  • 18 D.H. 19.P (= 19.9 Jacoby).
  • 19 D.H. 19.Q (= 19.11 Jacoby).
  • 20 D.H. 19.R (= 19.12 Jacoby).
  • 21 D.H. 20.B (= 20.4‑5 Jacoby).
  • 22 D.H. 20.C (= 20.1‑3 Jacoby).
  • 23 D.H. 20.I (20.9‑10 Jacoby).
  • 24 D.H. 20.I et J. (20.10 et 20.12 Jacoby).

8Les excerpta de Denys permettent de retracer les événements suivants. En 282, une ambassade romaine conduite par Postumius Megellus vient à Tarente pour demander réparation de la destruction d’une flotte romaine16 ; sentant la menace que fait peser sur elle Rome, Tarente appelle le roi d’Epire Pyrrhus à son secours17. En 280, le roi épirote envoie une lettre au consul Valerius Laevinus pour proposer sa médiation dans le conflit18 entre les deux cités d’Italie, Rome et Tarente ; suit la victoire épirote d’Héraclée19. Fabricius vient en ambassadeur pour racheter les prisonniers romains20. Intervient ensuite une longue digression sur la cité de Rhégion entre 282 et 27821. Le fragment suivant retrace la bataille d’Ausculum, en Apulie22. La suite du récit des aventures de Pyrrhus est ensuite très morcelée, avec les mentions de l’expédition de Sicile, du pillage du sanctuaire de Perséphone à Locres Epizéphyrienne23 et d’allusions à la bataille de Bénévent24.

  • 25 App. Samn. 7.
  • 26 App. Samn. 8.
  • 27 App. Samn. 9.
  • 28 App. Samn. 10.
  • 29 App. Samn. 11.
  • 30 App. Samn. 12.

9Les fragments des Samnitica d’Appien mentionnent le déclenchement de la guerre de Tarente en 282 et l’ambassade de Postumius25, l’arrivée de Pyrrhus26en Italie, la révolte de la garnison romaine de Rhégion sans précision de date27, une ambassade de Cinéas à Rome pour négocier la paix28, une seconde ambassade de Cinéas et le départ du roi pour la Sicile29, afin de revendiquer l’héritage familial, enfin son retour de l’île et l’épisode de Locres30.

  • 31 D.C. fr. 39.14 (Boissevain).

10Un passage fragmentaire de Dion Cassius31 éclaire l’intervention de Rome contre Tarente, puis contre Pyrrhus, et mentionne une ambassade de Fabricius auprès des alliés romains pour qu’ils ne rompent pas leur alliance avec Rome. Le texte de Zonaras est trop évasif pour faciliter la compréhension de ce passage de Dion.

11À ces œuvres d’historiens grecs qui traitaient de l’intervention de Pyrrhus en Italie, s’ajoute la vie de Pyrrhus par Plutarque, dont l’ordre thématique ne permet guère de préciser la chronologie de ces années-là.

12De manière schématique, deux chronologies et deux déroulements des événements peuvent s’esquisser. Selon les auteurs qui s’inspirent de la tradition livienne, on peut suivre le déroulement des faits comme suit. Pyrrhus intervient en Italie à la demande de la cité de Tarente, menacée dans son indépendance par des interventions romaines dans la région. Le roi remporte à Héraclée une victoire sur les Romains avant de marcher sur Rome. Intervient alors une ambassade de Fabricius qui veut négocier la libération des prisonniers romains. Cinéas, compagnon du roi, est envoyé auprès du Sénat pour conclure un traité de paix entre les belligérants ; ces tractations sont rendues célèbres par l’intervention du vieil Appius Claudius Caecus, qui exhorte ses collègues au refus de tout compromis. Une deuxième bataille a lieu entre les adversaires à Ausculum ; le rôle du consul Fabricius est magnifié, en particulier dans son refus de vaincre par traîtrise. Pyrrhus part ensuite en Sicile, où son expédition se solde par un échec. De retour en Italie, Pyrrhus se heurte à nouveau aux Romains lors de la bataille de Bénévent.

13À cette trame chronologique, on peut en opposer une autre suggérée par la lecture de Denys et d’Appien. Si l’intervention de Pyrrhus est là aussi motivée par un appel de Tarente, la bataille d’Héraclée est présentée comme indécise dans sa conclusion. Se situent alors l’ambassade de Cinéas, marquée par l’intervention d’Appius Claudius Caecus, la marche sur Rome, l’ambassade de Fabricius et la tentative de corruption de l’ambassadeur. Après la bataille d’Ausculum et l’épisode du traître, Cinéas conduit une deuxième ambassade pendant laquelle il offre de nombreux cadeaux aux sénateurs et à leurs familles. Pyrrhus part ensuite en Sicile avant de revenir en Italie.

14Dion Cassius suit la trame livienne jusqu’à Ausculum pour adopter ensuite l’ordre de Denys et d’Appien.

15Ces deux visions ne s’opposent qu’en apparence car les versions les plus discordantes peuvent parfois se recouper sur le déroulement de certains épisodes et présenter de simples variantes sur les noms des personnages. La guerre entre Pyrrhus et les Romains a joui d’une notoriété certaine auprès des annalistes, des historiens, des moralistes, mais la plupart des auteurs qui en traitent font fi de la chronologie et préfèrent mettre l’accent sur les figures centrales, tels Fabricius, Cinéas, Curius Dentatus ou Pyrrhus, autant de protagonistes au caractère tranché, réels ou imaginaires, qui illustrent, selon les circonstances, telle ou telle qualité ou défaut qui appelle des anecdotes diverses. Chaque auteur pouvait puiser dans un stock d’histoires et les placer à son gré là où il le souhaitait sans se soucier de la vraisemblance de la chronologie. Dans la mesure où l’histoire veut servir de leçon de morale aux lecteurs, le respect du déroulement des faits importe moins. Les modifications d’un récit à l’autre peuvent s’expliquer de cette façon.

2. Des informations sujettes à caution

  • 32 Liv. 5.27.
  • 33 Aulu-Gelle 3.8.1‑8.
  • 34 Cic. Fin. 5.64.

16Au-delà des contradictions entre les sources, sur lesquelles nous ne reviendrons pas, certaines constatations nous font nous interroger sur la qualité des sources à la disposition des historiens antiques, qui se révèlent obligés d’inventer des événements pour combler les lacunes de ces années-là. Plusieurs des procédés utilisés en sont la preuve. Le premier procédé consiste en l’utilisation des doublets : l’historien se saisit d’un fait, réel ou non, mais postérieur, et le place quelque temps auparavant, de manière fictive. Ainsi, lors de la première guerre punique, Marcus Atilius Regulus, prisonnier des Carthaginois, conseille au Sénat de ne pas traiter avec Carthage et retourne dans la ville ennemie, avant de périr à la suite d’atroces tortures. Un fait parallèle se retrouve après Héraclée dans l’épisode des prisonniers romains renvoyés à Rome qui reviennent ensuite auprès de Pyrrhus, en l’absence de conclusion de la paix. Pour donner plus de vraisemblance à ce dernier récit, on indique une fausse précision, la fête des Saturnales passée à Rome, dans leurs familles, par les prisonniers. La seule différence entre les deux épisodes consiste à attribuer dans un cas à l’ensemble des soldats romains l’héroïsme incarné par le seul Regulus dans l’autre cas. De même, un autre exemple de redite se retrouve lorsque Fabricius refuse de vaincre grâce à la trahison d’un compagnon du roi ; ce geste de magnanimité fait écho à celui de Camille, refusant les offres du maître d’école lors du siège de Faléries32. Un extrait des Nuits Attiques nous apprend que, dès le ier siècle avant J.‑C., des divergences sur le nom et la fonction du traître existaient entre Valerius Antias et Claudius Quadrigarius33. De plus, les auteurs et moralistes qui rapportent ce haut fait localisent avec difficulté cet épisode dans le temps : Cicéron le place même lorsque Pyrrhus approche de Rome34. Toutes ces incertitudes nous laissent perplexes sur la véracité de telles actions.

  • 35 Hdt. 7.146.
  • 36 Pol. 15.5.4‑8.
  • 37 Liv. 30.29.2‑3.

17Un second procédé consiste à reprendre une action célèbre qui s’est produite en d’autres lieux et en d’autres temps et qui est considérée comme un topos littéraire : l’espion épirote envoyé pour observer le dispositif des troupes romaines avant Héraclée est pris par les Romains et promené dans le camp avant d’être libéré ; ceci n’est que le rappel d’un fait rapporté par Hérodote, celui d’un espion grec surveillant le camp de Xerxès35. De même, selon Polybe36 et Tite-Live37, avant la bataille de Zama, Scipion ordonna aux espions carthaginois faits prisonniers d’observer le camp romain avant de les renvoyer auprès d’Hannibal. Il s’agit donc d’un exemple supplémentaire de ce topos familier des historiens, celui du général qui montre son dispositif militaire à l’ennemi pour lui prouver qu’il est conscient de la supériorité de sa force et qu’il n’a rien à redouter en montrant ses propres troupes.

18Au-delà de ces constats, un point commun se dégage de la lecture des historiens antiques connus, celui d’une tonalité favorable aux Romains. La bataille d’Héraclée est sur ce point un exemple édifiant de transformation du sens des événements.

  • 38 D.H. 19.Q (= 20.11 Jacoby).

19La réalité humiliante de la défaite d’Héraclée est niée chez la plupart des auteurs. Un certain nombre de sources tentent de nier la déroute des Romains devant les troupes épirotes. Un certain Oblacus fonce sur Pyrrhus et meurt sous les coups de ses officiers38.

  • 39 Plut. Pyrrh. 16.8.
  • 40 Flor. 1.37.7.
  • 41 Zon. 8.3.8.
  • 42 Per. 13.
  • 43 Eutr. 2.11.
  • 44 D.H. 19.Q (= 20.11 Jacoby).
  • 45 Plut. Pyrrh. 17.7.
  • 46 Syll3.392.

20Cette anecdote est reprise par Plutarque39, Florus40 et Zonaras41 ; pure exagération, elle a pour but d’exalter les vertus guerrières des Romains, en particulier leur vaillance. Dans le même souci, la volonté de souligner le courage romain, Tite-Live42 et Eutrope43 insistent sur le fait que les soldats romains, lors de la bataille d’Héraclée, sont morts de blessures reçues de face ; c’est une donnée nécessaire pour prouver que les soldats ne se sont pas conduits comme des fuyards. De ce fait, la débandade étant niée, on peut affirmer que la défaite n’est imputable qu’à la seule intervention des vingt éléphants de l’armée épirote, animaux qui provoquèrent la stupéfaction dans les rangs romains, et non à une quelconque infériorité ou lâcheté des troupes romaines. De même, pour rendre la défaite moins importante, les sources pro-romaines amplifient le chiffre des pertes épirotes, 13 000 hommes selon Denys44 à Héraclée mais seulement 4 000 d’après Plutarque45 reprenant Hiéronymos ; il en va de même pour Ausculum, 15 000 ou 3 505 selon les mêmes sources. Un ex-voto découvert à Dodone confirme pourtant l’importance de la victoire de Pyrrhus à Héraclée46.

  • 47 Plut. Pyrrh. 16.6‑7.
  • 48 Front. Strat. 2.2.1.

21Cette manière de réécrire l’histoire permet aussi de contester la supériorité technique ennemie. Plutarque47 rapporte une anecdote selon laquelle Pyrrhus, observant à cheval le camp romain, aurait dit à son compagnon Mégaclès : « la disposition du camp de ces Barbares n’est pas barbare ». Cette remarque supposée vise à contrebalancer le fait que les Romains devaient beaucoup à Pyrrhus dans ce domaine, comme l’affirmait Frontin48,et à nier une quelconque infériorité de l’armée romaine.

  • 49 Aulu-Gelle 3.8.1.
  • 50 D.H. 20.C (= 20.3 Jacoby).

22La rencontre d’Ausculum illustre le glissement progressif des sources vers une glorification des Romains au détriment de Pyrrhus. Au début du premier siècle avant notre ère, les annalistes romains parlaient d’une défaite de Rome comme le prouve un texte de Valerius Antias rapporté par Aulu-Gelle49. Quelque temps après, Denys d’Halicarnasse50 en fait pratiquement une victoire romaine ; si les consuls romains permettent à leurs troupes de regagner leur camp pour y passer la nuit, l’armée épirote dort sans tente, en plein air et abandonne ses blessés qui, faute de soins, meurent. Même s’il n’est pas formellement question de victoire romaine, le contraste entre le sort des deux armées permet au lecteur de conclure à une défaite de Pyrrhus.

  • 51 Flor. 1.13.1.
  • 52 Eutr. 2.13.
  • 53 Plin. H.N. 7.139.
  • 54 Pol. 18.28.11.

23Bénévent est une victoire romaine pour les historiens antiques, qualifiée même de tota victoria par Florus51. La meilleure preuve de cette affirmation réside dans la capture des éléphants, animaux qui figurèrent dans le triomphe de Curius Dentatus selon Eutrope52, alors que Pline l’Ancien indique que Rome ne vit pour la première fois de tels animaux que lors de la première guerre punique53. Sans doute Polybe était-il plus près de la vérité lorsqu’il affirmait comme indécis le résultat des combats de Pyrrhus contre les Romains54.

  • 55 Oros. 4.1.1.
  • 56 Zon. 8.2.2.
  • 57 Briquel, 2000, p. 308.
  • 58 App. Samn. 7.1.
  • 59 D.H. 19.Q (= 19.11 Jacoby).

24Un autre exemple de réécriture de l’histoire concerne le début de la guerre. Les sources disponibles cherchent toutes à minimiser les causes de l’appel de Tarente. Pour décharger Rome de l’accusation de violation du traité signé entre les deux cités en 303, qui délimitait clairement la zone d’action de Rome sur les côtes de l’Italie du Sud et interdisait l’entrée du golfe de Tarente aux escadres romaines, Orose55 prétend que la flotte romaine croisait là par hasard, Zonaras56 soutient même qu’il s’agissait simplement d’une flotte à la recherche d’un mouillage au voisinage d’une cité amie. En réalité, l’envoi de ces dix navires visait à poursuivre la politique menée avec succès dans d’autres villes grecques, Locres ou Crotone par exemple, à savoir imposer le pouvoir d’une aristocratie locale favorable à Rome, voire placer une garnison57. Minimiser l’action romaine va de pair avec la peinture de Tarentins excités et manquant de mesure chez Appien58, ou le scandale du traitement infligé à l’ambassadeur romain Postumius chez Denys59. C’est un nouvel exemple de tragi-comédie : la scène se déroule dans le théâtre et voit s’opposer aux demandes fort raisonnables de Postumius la frénésie de la foule et de ses meneurs qui se moquent des toges bordées de pourpre, des fautes de grec du discours de l’ambassadeur. L’atteinte au droit international est clairement manifeste lorsque le vêtement de l’ambassadeur est souillé ; désormais Rome peut intervenir légitimement. L’anecdote a pour but de transformer en guerre juste pour les Romains ce qui, à l’origine, ne l’était pas ; on comprend dans quel but Denys racontait avec minutie cette péripétie, qu’elle soit véridique ou non.

  • 60 Inscr. It. 13.2, p. 40‑41 et 113‑114 (279 av. J.‑C.).
  • 61 Cic. Fin. 2.61.
  • 62 Corbier, 2006, p. 45‑48.

25L’ensemble de ces procédés traduit la faiblesse des sources romaines et l’obligation de réécrire l’histoire de ces années-là dans la mesure où les sources grecques faisaient aux yeux des Romains la part trop belle aux Grecs. Naturellement, ce travail de réécriture varie selon les auteurs et les époques et explique les discordances entre les différents récits. Les combats étant essentiellement des défaites romaines, les historiens vont insister sur des questions morales et multiplier des exempla. Cet état de fait permet de comprendre l’émergence et la mise en exergue d’hommes nouveaux, Decius et plus encore Fabricius, sous forme d’apophtegmes ou d’exempla. Decius apparaît comme consul en 27960 et intervient contre Pyrrhus à Ausculum. Cicéron61 n’hésite pas à invoquer une troisième deuotio des Decii pour souligner son patriotisme, ce que la réalité dément ; son erreur provient sans doute de ce qu’il est influencé par le Liber Annalis d’Atticus62.

  • 63 D.H. 19.S (= 19.13‑16 Jacoby).
  • 64 Plut. Pyrr. 20.2‑10.
  • 65 App. Samn. 10.12.
  • 66 D.C. fr. 40.33 ; Zon. 8.4.8.
  • 67 Per. 13.
  • 68 D.H. 19.S (= 19.15 Jacoby).
  • 69 Aul. Gel. 1.14.

26Le personnage de Fabricius est encore plus édifiant. Les anecdotes le concernant visent à le présenter comme le portrait-type du vieux Romain, incorruptible, sans reproche, soucieux uniquement des intérêts de sa patrie. Notons que chacune de ces anecdotes pourrait se situer à n’importe quelle période de l’histoire romaine républicaine parce qu’elles sont intemporelles et nullement spécifiques aux années 280. Elles pourraient être attribuées à tous les grands ancêtres plus ou moins mythiques, de Camille à Cincinnatus. Curieusement, ces nombreuses anecdotes qui illustrent l’ambassade de Fabricius se retrouvent dans un ordre identique chez Denys63, Plutarque64, Appien65 et Dion Cassius66, preuve d’une source commune, sans doute ancienne dans la mesure où l’ordre est déjà le même dans la periocha67. D’après Denys68, dans le discours prêté à Fabricius, qui se présente comme une réponse aux offres de corruption par Pyrrhus, il est devenu lui-même un modèle : « Je passe pour être un exemple de droiture aux yeux d’autrui », aveu d’une prescience du jugement que la postérité portera sur lui. Il s’agit d’une mention exceptionnelle car, par convention, l’exemplum renvoie à des personnages du passé et l’usage veut qu’on ne se cite jamais comme modèle à suivre. Cet épisode permet à Fabricius d’incarner le mépris des richesses, confirmant son autre refus de l’or des Samnites69. Face à la Grèce et son or, Fabricius se présente comme le condensé de toutes les vertus romaines.

27Dans les écoles de rhétorique, on évoquait fréquemment l’exemple de cet homme sans aïeux et sans fortune qui avait accédé par deux fois au consulat. C’est sans aucun doute après coup que cette célébration se fit et s’inscrivit dans la nostalgie des habitudes frugales de l’ancien temps.

28Se servir d’épisodes récents pour combler les lacunes des sources latines, inventer des personnages, symboles des vertus romaines, gommer les points les plus défavorables aux Romains, tels sont les procédés utilisés par les différents historiens latins, depuis les premiers annalistes jusqu’à Tite-Live. L’histoire romaine est une construction habile qui se déroule sur plusieurs générations. Les historiens grecs, Denys ou Appien, plus encore Dion Cassius, ont agi de même et se conduisent plus en historiens romains écrivant en grec qu’en Orientaux ayant un point de vue plus original sur cette guerre entre les Romains et Pyrrhus.

3. La reconstruction historique

29L’élaboration de l’histoire romaine peut être restituée à partir de quelques hypothèses. L’analyse du discours de l’ancien censeur Appius Claudius Caecus prononcé au Sénat pour inciter ses collègues à rejeter les offres de paix de Pyrrhus énoncées par son ambassadeur Cinéas, tel qu’il est rapporté par les sources, nous permet de mieux cerner la manière dont ont travaillé, consciemment ou non, annalistes et historiens.

  • 70 Cavallaro, 1973‑74, p. 118‑140.
  • 71 Humm, 2007, p. 279‑280.
  • 72 Humm, 2007, p. 281.

30Une source, l’Ineditum Vaticanum, permet de comprendre que des sources moins favorables à Rome existaient encore à la fin de la République ; elle se présente comme une série de maximes illustrées par des discours ou extraits de discours prononcés à des époques différentes de l’histoire romaine. Il s’agit d’une compilation réalisée par Plutarque, selon M. A. Cavallaro70, à partir de l’œuvre du rhéteur sicilien Caecilius de Calé Akté, qui vivait à l’époque d’Auguste ou, selon M. Humm, de morceaux de l’œuvre de ce rhéteur71. Certains fragments rapportés dans cette source évoquent des épisodes militaires et diplomatiques du IIIe siècle avant notre ère ; un fragment livre le discours d’Appius Claudius. Là se trouvent les conditions de paix les plus dures, émises par Pyrrhus, liberté et autonomie des cités grecques d’Italie, mais aussi des Samnites, des Lucaniens et des Bruttiens, suzeraineté romaine limitée au seul Latium. Ces propositions, sans doute proches de la réalité, se rapprochent de celles évoquées par Plutarque et Appien ; en revanche, l’Ineditum se sépare des deux auteurs grecs en ce qui concerne le discours même d’Appius Claudius. Les exigences rapportées par l’Ineditum Vaticanum sont inadmissibles pour l’orgueil romain mais elles sont atténuées dans les autres versions qui s’appuient sur la tradition annalistique romaine. Appius Claudius n’y est pas présenté comme un vieillard aveugle mené en litière au Sénat mais comme un vieil homme infirme, écouté pour sa sagesse et son patriotisme. Cette incapacité supposée viendrait d’une incompréhension par une source grecque de son gentilice Claudius confondu avec claudus, le boiteux. Ce serait un simple procédé rhétorique qui lui ferait dire dans son discours qu’il est heureux de ne pas voir et regrette d’entendre les discours de ses collègues, propos rapportés par l’ensemble des sources. En outre, l’auteur grec est peu familier avec l’onomastique romaine et la pratique naissante des tria nomina. Il n’utilise jamais le cognomen Caecus qui, à l’époque de cette rédaction ne s’était sans doute pas encore imposé. M. Humm en conclut que l’auteur de cet épisode est un Grec écrivant au troisième siècle et qui n’a pas connu la tradition annalistique romaine72. La source de l’auteur de l’Ineditum Vaticanum pourrait être, selon son hypothèse, Timée de Tauromenium, auteur d’une monographie sur Pyrrhus.

31Face à des sources grecques favorables à Pyrrhus, les premiers annalistes romains, pour écrire l’histoire de ces années-là, avaient la malchance de ne pas posséder d’archives familiales, comme à d’autres époques, ce qui explique leur recours à d’autres pérodes pour imaginer des faits. En effet, aucun nom de membre de la nobilitas n’est connu, aucune famille ne fournit d’homme remarquable susceptible d’alimenter la chronique des annalistes.

  • 73 Inscr. It. 13.2, p. 72‑73 (291 av. J.-C).

32Pour Fabius Pictor, le dernier grand nom de la famille des Fabii est Quintus Fabius Maximus Rullianus qui fut cinq fois consul, en 322, 310, 308, 297 et, malgré lui, en 295, mais aussi dictateur en 315. Son fils Quintus Fabius Maximus Gurges est consul en 292 et voit son mandat prorogé contre les Samnites d’un an, année pendant laquelle il reçoit les honneurs du triomphe contre ce peuple73. Suit une longue absence de la scène politique qui cesse en 276, année où il reçoit un deuxième consulat pendant lequel il triomphe à nouveau des Samnites, des Lucaniens et des Bruttiens. Il meurt, blessé au combat contre des esclaves révoltés en Etrurie, près de Volsinies, pendant son troisième consulat, en 265. La longue éclipse de la carrière de ce consulaire entre 292 et 276 ne s’explique pas. Il apparaît comme un spécialiste de la lutte contre les Samnites, contre lesquels il remporta deux triomphes, mais il n’est curieusement pas fait appel à lui pour mener le combat contre le roi épirote malgré ses qualités militaires.

  • 74 D.H. 19.P (= 19.9‑10 Jacoby).
  • 75 Plut. Pyrrh. 16.4.

33Publius Valerius Lavinius ou Laevinus, consul en 280, est entre autres connu par Denys74 et par Plutarque75. Chef de l’armée romaine, il est le responsable de la défaite d’Héraclée et, à ce titre, ne pouvait pas s’inscrire dans la lignée des glorieux ancêtres des Valerii dont pouvait s’inspirer un annaliste tel Valerius Antias. Il garda néanmoins son commandement après la débâcle romaine et prit ses quartiers d’hiver à Saepinum. Qui plus est, 280 est une année pour laquelle certaines sources restent silencieuses, même à propos d’événements avérés. La bataille d’Héraclée voit son déroulement modifié et la déroute niée. L’ambassade pour le rachat des prisonniers, qui est célèbre par le discours de Fabricius, est une invention postérieure ; son éloge de la pauvreté, sans doute emprunté au stoïcisme, ne peut pas dater de 280, époque où cette philosophie n’était pas encore répandue à Rome. Dès lors, la digression sur la mutinerie de Rhégion, chez Denys et Appien, interviendrait à propos contre toute logique chronologique, pour masquer l’absence de faits militaires. La marche de Pyrrhus vers Rome est présentée de manière diverse pour minimiser le péril encouru alors par Rome. Tout se passe comme si les historiens latins et grecs que nous connaissons pratiquaient une sorte de damnatio memoriae vis-à-vis de cette année 280, peu glorieuse. L’absence de sources encore conservées proviendrait d’une volonté de passer sous silence la suite d’Héraclée et ses conséquences pour Rome Des événements survenus cette année-là expliqueraient peut-être une part de l’éclipse politique que connaît Fabius Maximus Gurges dans sa carrière.

Conclusion

34On peut imaginer comment s’est opérée la construction de l’histoire de Rome pendant la guerre contre Pyrrhus. En l’absence d’archives familiales et face à des sources grecques favorables à Pyrrhus, les annalistes ont dû composer avec la réalité. Au cours des générations et au fur et à mesure que les souvenirs se perdaient, les historiens ont peu à peu gommé les défaites les plus lourdes, dessiné un portrait du roi épirote peu favorable et lui ont opposé une figure romaine, symbole des qualités romaines des anciens temps. La noblesse supposée de Fabricius est conçue pour mettre au second plan les revers romains, insister sur les personnages, éviter de s’étendre sur les faits. Des épisodes militaires empruntés à d’autres périodes ont été placés dans ces années-là pour combler les vides. Le vainqueur a imposé sa vision des faits des quatre ans de guerre menée par Rome contre Pyrrhus. Un véritable corpus d’anecdotes, de combats singuliers héroïques, de preuves des vertus des dirigeants romains s’est constitué, où puisèrent les historiens, les moralistes. Si l’élaboration de l’histoire de la guerre pyrrhique s’est ainsi faite, on comprend mieux les contradictions entre les historiens antiques et l’impossibilité aujourd’hui de retracer avec un minimum de vraisemblance les quatre ans de combat de Pyrrhus en Italie.

Haut de page

Bibliographie

Briquel, D. et Bruzzi, G., 2000, Pyrrhus, La rencontre de Rome et de l’hellénisme, L. VIII, p. 293‑336, Histoire romaine, sous la dir. de Hinard, Fr., Paris.

Cavallaro, M. A., 1973‑74, Dionisio, Cecilio di Kalé Akté e l’Ineditum Vaticanum, Helikon, 13‑14, p. 118‑140.

Corbier, P., 2006, Quelques réitérations d’événements militaires chez Tite-Live (IVe-IIIe siècles, dans E. Caire et S. Pittia (éd.), Guerre et diplomatie romaines, IVe-IIIe siècles. Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence, p. 41‑53.

Humm, M., 2007, Des fragments d’historiens grecs dans l’Ineditum Vaticanum, dans Freyburger, M.‑L., et Meyer, D.,(éd.), Visions grecques de Rome, Strasbourg, p. 277‑318.

Haut de page

Notes

2 Pol. 1.1.6.

3 Flor. 1.13 (18).

4 Eutr. 2.11.1‑2.15.

5 Orose 4.1.

6 Flor. 1.13 (18).9.

7 Flor. 1.13 (18).11.

8 Per. 13.1 ; Eutr. 2.11.3.

9 Per. 13.3 ; Eutr. 2.12.2.

10 Per. 13.3‑4 ; Eutr. 2.12.3.

11 Per. 13.5 ; Eutr. 2.12.4.

12 Per. 13.6 ; Eutr. 2.13.1.

13 Per. 13.9 ; Eutr. 2.13.4.

14 Per. 13.11 ; Eutr. 2.14.2.

15 Per. 14.3 ; Eutr. 2.14.3.

16 D.H. 19.K (= 19.5 Jacoby).

17 D.H. 19.O (= 19.8 Jacoby).

18 D.H. 19.P (= 19.9 Jacoby).

19 D.H. 19.Q (= 19.11 Jacoby).

20 D.H. 19.R (= 19.12 Jacoby).

21 D.H. 20.B (= 20.4‑5 Jacoby).

22 D.H. 20.C (= 20.1‑3 Jacoby).

23 D.H. 20.I (20.9‑10 Jacoby).

24 D.H. 20.I et J. (20.10 et 20.12 Jacoby).

25 App. Samn. 7.

26 App. Samn. 8.

27 App. Samn. 9.

28 App. Samn. 10.

29 App. Samn. 11.

30 App. Samn. 12.

31 D.C. fr. 39.14 (Boissevain).

32 Liv. 5.27.

33 Aulu-Gelle 3.8.1‑8.

34 Cic. Fin. 5.64.

35 Hdt. 7.146.

36 Pol. 15.5.4‑8.

37 Liv. 30.29.2‑3.

38 D.H. 19.Q (= 20.11 Jacoby).

39 Plut. Pyrrh. 16.8.

40 Flor. 1.37.7.

41 Zon. 8.3.8.

42 Per. 13.

43 Eutr. 2.11.

44 D.H. 19.Q (= 20.11 Jacoby).

45 Plut. Pyrrh. 17.7.

46 Syll3.392.

47 Plut. Pyrrh. 16.6‑7.

48 Front. Strat. 2.2.1.

49 Aulu-Gelle 3.8.1.

50 D.H. 20.C (= 20.3 Jacoby).

51 Flor. 1.13.1.

52 Eutr. 2.13.

53 Plin. H.N. 7.139.

54 Pol. 18.28.11.

55 Oros. 4.1.1.

56 Zon. 8.2.2.

57 Briquel, 2000, p. 308.

58 App. Samn. 7.1.

59 D.H. 19.Q (= 19.11 Jacoby).

60 Inscr. It. 13.2, p. 40‑41 et 113‑114 (279 av. J.‑C.).

61 Cic. Fin. 2.61.

62 Corbier, 2006, p. 45‑48.

63 D.H. 19.S (= 19.13‑16 Jacoby).

64 Plut. Pyrr. 20.2‑10.

65 App. Samn. 10.12.

66 D.C. fr. 40.33 ; Zon. 8.4.8.

67 Per. 13.

68 D.H. 19.S (= 19.15 Jacoby).

69 Aul. Gel. 1.14.

70 Cavallaro, 1973‑74, p. 118‑140.

71 Humm, 2007, p. 279‑280.

72 Humm, 2007, p. 281.

73 Inscr. It. 13.2, p. 72‑73 (291 av. J.-C).

74 D.H. 19.P (= 19.9‑10 Jacoby).

75 Plut. Pyrrh. 16.4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Corbier, « Pyrrhus en Italie, réflexion sur les contradictions des sources »Pallas, 79 | 2009, 221‑231.

Référence électronique

Paul Corbier, « Pyrrhus en Italie, réflexion sur les contradictions des sources »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/14811 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.14811

Haut de page

Auteur

Paul Corbier

Maître de conférences honoraire
corbier.p[at]orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search