Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Pyrrhus en OccidentD’Héraclée à Ausculum : les tradi...

Pyrrhus en Occident

D’Héraclée à Ausculum : les traditions historiographiques

From Heraclea to Ausculum. The historiographic traditions
Emmanuèle Caire
p. 233-247

Résumés

Les nombreuses divergences et contradictions que présentent les témoignages antiques, souvent fragmentaires, à propos de l’expédition de Pyrrhus en Italie, ont conduit les historiens modernes à s’interroger sur la constitution de familles de sources. La présente étude de cas, qui porte sur la stratégie diplomatique et militaire suivie par Pyrrhus après la bataille d’Héraclée, invite à revoir l’hypothèse, communément admise, selon laquelle le récit d’Appien dériverait d’une tradition annalistique originale tandis que celui de Dion/Zonaras serait un témoin fiable et précis de la tradition livienne.

Haut de page

Texte intégral

1La chronologie et la signification des événements qui suivirent la bataille d’Héraclée ont été rapportées de façon très diverse dans les sources anciennes, et les différentes versions présentées par ces sources ont donné lieu à des interprétations tout aussi diverses chez les historiens modernes. Mais les contradictions inhérentes aux témoignages anciens ne sont pas seules en cause : viennent s’y ajouter les difficultés que pose le statut même de ces sources, dont la plupart sont fragmentaires, tandis que d’autres se présentent comme des ἐπιτομαί, souvent fortement résumées, de récits aujourd’hui perdus. L’objet de cet article n’est pas de reprendre l’ensemble du dossier longuement débattu de la Quellenforschung de la guerre pyrrhique, ni de rouvrir la question de la valeur historique des différents récits, ni de reconstituer la version la plus probable, ou même la plus vraisemblable, des événements, mais de revenir brièvement, à propos d’un épisode particulier – celui de la marche sur Rome effectuée par Pyrrhus après la bataille d’Héraclée en 280 – sur les familles de sources actuellement disponibles, et plus particulièrement sur les témoignages d’Appien et de Zonaras et la question de leur éventuelle dépendance par rapport à la tradition livienne ou à celle représentée par Denys d’Halicarnasse.

1. État des sources

  • 1 L’utilisation par Zonaras de Dion Cassius, pour les livres 7 à 12 de l’Epitomè, a été étudiée par l (...)
  • 2 Orose (4.1) s’en tient aux seuls événements militaires. Son témoignage n’est donc pas directement u (...)
  • 3 La présente étude laisse volontairement de côté un certain nombre de témoignages tardifs, tels ceux (...)
  • 4 App. Samn. 10. Les références à Appien sont données d’après l’édition de P. Viereck et A. G. Roos, (...)
  • 5 Le fragment commence par ces mots (App. Samn. 10.1) : Ὅτι ὁ Πύρρος, ὁ βασιλεὺς τῆς Ἡπείρου, νικήσας (...)
  • 6 App. Samn. 10.16 : καὶ Πύρρῳ πολεμητέα πάντως αὖθις ἐδόκει. « Pyrrhus jugea qu’il était inévitable (...)

2Sur les guerres de Pyrrhus en Italie, et plus particulièrement sur la période qui sépare la bataille d’Héraclée de celle d’Ausculum, les sources sont multiples et de nature très diverse. Il faut souligner en premier lieu la rareté des récits continus. La perte de la seconde décade livienne, l’état fragmentaire des livres 19 et 20 de Denys d’Halicarnasse ou des livres 9 et 10 de Dion Cassius, nous privent de l’accès direct aux récits que faisaient ces historiens du conflit entre Rome et Pyrrhus, et rendent particulièrement périlleuse la reconstitution de la chronologie des événements. Les seules narrations suivies, développées avec quelque ampleur, sont d’une part la Vie de Pyrrhus de Plutarque, d’autre part le début du livre 8 de l’Epitomè Historiarum du Byzantin Jean Zonaras. Ces deux textes soulèvent cependant des problèmes de nature différente : le premier ouvrage est une biographie qui opère une synthèse entre des sources nombreuses, utilisées conjointement ou successivement, selon un point de vue qui est entièrement focalisé sur la geste du roi d’Épire et entend mettre en lumière des considérations morales bien plus qu’une analyse méticuleuse de la nature et de l’enchaînement des événements ; le second est une ejpitomhv, qui suit pour ce passage une source unique, Dion Cassius1, mais en la résumant fortement, ce qui implique à la fois l’omission de certains faits, jugés secondaires, mais aussi, parfois, des raccourcis d’expression qui peuvent nuire à la bonne intelligence du récit. Les autres exposés d’ensemble sur la période considérée sont des résumés beaucoup plus brefs : ceux que constituent les Periochae des livres perdus de Tite-Live (plus particulièrement ici la periocha du livre 13), les récits de Florus, d’Orose2 ou d’Eutrope, inspirés par la tradition livienne, ou encore celui de Justin, abréviateur de Trogue Pompée. Les textes fragmentaires enfin – en particulier les fragments conservés de Diodore, Denys d’Halicarnasse ou Dion Cassius –, comme d’ailleurs les allusions ponctuelles contenues dans des ouvrages de nature diverse3, peuvent apporter des éclairages sur tel ou tel enchaînement, tel ou tel fait, mais ils sont plus difficilement utilisables pour reconstituer une séquence événementielle. Il faut toutefois considérer le cas particulier que représente, pour la période qui s’étend d’Héraclée à Ausculum, un long fragment des Samnitica d’Appien transmis par le traité constantinien sur les Ambassades des nations étrangères aux Romains4 : si la raison de la sélection de ce passage par l’excerpteur byzantin paraît être, en fonction de la thématique du traité, l’ambassade de Cinéas à Rome, le découpage, beaucoup plus large, de l’extrait inclut les conséquences et les suites de l’ambassade, à savoir la marche de Pyrrhus vers Rome et sa retraite en Campanie, puis l’ambassade de Fabricius auprès de Pyrrhus et enfin la libération et le retour des prisonniers romains. Les limites de la sélection permettent donc de disposer, avec ce fragment, d’un récit suivi de la séquence événementielle qui va des lendemains immédiats d’Héraclée5 aux préparatifs de la bataille d’Ausculum6.

2. La reconstitution des familles de sources dans l’historiographie moderne

  • 7 Lévêque, 1957, p. 357-370.

3C’est sur les variations de la chronologie des ambassades après la bataille d’Héraclée que s’appuient le plus généralement la reconstitution des familles de sources. P. Levêque distingue ainsi trois grands filons7.

  • 8 Eutr. 2.12-13.
  • 9 Zon. 8.3-4.
  • 10 Flor. 1.13(18).7-13.
  • 11 Flor. 1.13(18).15-21.

4Le premier est constitué par la « tradition livienne ». L’ordre des événements mentionnés dans la periocha du livre 13 est le suivant : bataille d’Héraclée ; avancée vers Rome de l’armée de Pyrrhus, qui dévaste les régions traversées ; ambassade de Fabricius auprès de Pyrrhus et restitution par ce dernier des prisonniers romains sans rançon ; ambassade de Cinéas à Rome pour obtenir la paix ; intervention d’Appius Claudius devant le Sénat pour mettre en échec cette demande ; nouveau combat, enfin, des Romains contre Pyrrhus, combat « à l’issue douteuse » (dubio euentu). C’est la même chronologie que l’on retrouve chez Eutrope8 et chez Zonaras9. Une chronologie semblable ressort aussi de la narration de Florus, même si ce dernier ne présente pas les événements suivant un ordre chronologique mais en fonction d’un exposé thématique qui s’intéresse d’abord aux combats10, puis développe un éloge de la valeur romaine, non seulement sur le plan guerrier (non uero tantum armis et campo), mais aussi sur le plan politique (sed consiliis quoque et domi). Les suites de la bataille d’Héraclée offrant matière abondante pour un tel éloge, Florus revient à plusieurs reprises sur cette période et décrit les manœuvres diplomatiques (traitement honorable des morts et des prisonniers romains par le roi d’Épire, restitution sans rançon de ces mêmes prisonniers, envoi d’ambassadeurs à Rome), puis évoque successivement l’héroïsme des Romains tombés à Héraclée et l’admiration de Pyrrhus à leur égard, la reconstitution rapide de l’armée romaine, l’échec de l’ambassade épirote à Rome, la vertu de Fabricius11.

  • 12 Lévêque, 1957, p. 368, explique cette contradiction par le fait que ces différents événements aurai (...)
  • 13 C’est ce qui ressort à la fois de l’ordre de la narration et des enchaînements utilisés par Plutarq (...)
  • 14 Les éléments de liaison entre les différents faits sont le plus souvent la particule δέ (entre l’av (...)
  • 15 Plut. Pyrrh. 17.9 : καὶ προῆλθεν ὅσον μὴ πλέον σταδίων τριακοσίων ἀποσχεῖν τῆς Ῥώμης. Ἀϕίκοντο δ ̓ (...)

5Très différente est la chronologie suivie par Appien. Le fragment des Samnitica présente l’ambassade de Cinéas comme la conséquence immédiate de la bataille d’Héraclée et l’expression de la volonté royale de ne pas poursuivre les hostilités après un combat particulièrement violent. L’échec des négociations, consécutif à l’intervention d’Appius Claudius, entraîne à Rome l’enrôlement des volontaires, l’envoi d’une armée à Laevinus, le rappel de Coruncanius depuis l’Étrurie, et, de la part de Pyrrhus, la décision de marcher contre Rome en dévastant tout sur son passage. Ce n’est qu’après la retraite du roi en Campanie qu’a lieu l’ambassade de Fabricius, venu négocier la restitution des prisonniers, et la libération de ces derniers, renvoyés à Rome pour les Saturnales. Le récit d’Appien ne se contente pas de présenter une séquence d’événements dans un ordre donné : il justifie cet enchaînement en en soulignant la nécessité par des liens de causalité. C’est en raison de l’épuisement de son armée au sortir de la bataille que le roi choisit aussitôt la voie des négociations ; c’est à la suite de l’intervention d’Appius que furent prises les mesures de mobilisation à Rome, alors que Cinéas était encore présent ; c’est à cause de l’échec de l’ambassade que Pyrrhus décida de marcher sur Rome ; c’est en raison de la lourdeur du butin et du nombre des prisonniers qu’il décida de battre en retraite ; c’est en se référant enfin à l’ambassade de Cinéas que Pyrrhus commença par refuser les propositions de Fabricius. La structure du récit fait donc apparaître une séquence événementielle cohérente et fortement structurée dont l’ordre ne doit rien à un choix littéraire de l’historien qui ne viserait qu’à mettre en relief tel ou tel événement, ni à des coupures ou à des juxtapositions maladroites de l’excerpteur byzantin. Plutarque, dans la Vie de Pyrrhus, adopte une chronologie très semblable, à ceci près que, dans son récit, l’avancée de Pyrrhus vers le Latium précède la mobilisation à Rome et l’envoi de l’ambassade épirote conduite par Cinéas12, ambassade que le biographe présente comme une conséquence de la stupeur de Pyrrhus devant la rapidité de la réaction romaine13. Une autre divergence apparaît à propos de la seconde ambassade de Cinéas que Plutarque situe avant la bataille d’Ausculum, alors que toutes les autres sources, Appien compris, la placent après. Toutefois, la présentation étiologique des différents événements est beaucoup moins rigoureuse que dans le récit d’Appien14 : elle fait même apparaître certaines étrangetés qui semblent parfois à la limite de l’incohérence. Si l’on s’en tient à l’ordre de la narration, c’est une fois arrivé à trois cents stades de Rome, que Pyrrhus voit venir à lui un grand nombre de Lucaniens et de Samnites « après la bataille »15. Par ailleurs, Plutarque n’explique aucunement de quelle manière Pyrrhus est informé des propos qui se tiennent au même moment à Rome. Bien plus, dans la phrase qui mentionne la décision du roi, à la suite de cette information, d’envoyer des ambassadeurs à Rome pour « d’abord » voir s’il était possible de négocier, la présence de l’adverbe πρότερον suscite quelque étonnement, d’autant qu’aucune alternative n’est ensuite évoquée, ni dans les projets de Pyrrhus, ni dans ses actes : prendre la ville est jugé par le roi lui-même chose impossible, et l’échec des négociations n’est suivi d’aucun effet, au point que Plutarque ne mentionne même pas la retraite des troupes royales en Campanie et qu’il poursuit directement avec l’ambassade de Fabricius, sans précision aucune sur le lieu ou les circonstances de cette ambassade. Si l’ordre des événements chez Plutarque rejoint ainsi les grandes lignes de la chronologie d’Appien, il n’en a cependant pas la nécessité logique.

  • 16 Justin ne mentionne d’ailleurs aucun événement entre la bataille d’Héraclée et un deuxième combat i (...)
  • 17 L’hypothèse de Niese, 1896, selon laquelle Justin est le seul représentant d’une tradition purement (...)

6Le troisième filon identifié par P. Lévêque est celui représenté par Justin, qui ne mentionne aucune ambassade, ni de la part de Pyrrhus, ni de celle des Romains, avant la bataille d’Ausculum, même s’il fait état de la libération de deux cents prisonniers romains après Héraclée16. Il est toutefois vraisemblable, comme le souligne P. Lévêque, que la version de Justin reflète moins, sur la chronologie de cette période de la guerre, une tradition particulière, comme on l’a parfois supposé17, qu’un résumé trop rapide et parfois maladroit de l’exposé de Trogue Pompée. Ce sont donc les deux premières familles de sources que nous allons maintenant examiner.

3. Retour sur les familles de sources : les suites de la bataille d’Héraclée

7Nous avons dit que la constitution de ces familles de sources reposait essentiellement sur la chronologie des ambassades. Mais d’autres éléments permettent d’affiner l’analyse des différentes traditions en ce qui concerne les suites directes de la bataille d’Héraclée.

  • 18 Lévêque,1957, p. 334-340.
  • 19 L’hypothèse d’une source grecque avait été formulée, avec des identifications différentes toutefois (...)
  • 20 Rosenberg, 1921, p. 206, cité par Lévêque, 1957, p. 67, n. 7.

8Dans l’analyse qu’il fait des familles de sources à propos de la marche de Pyrrhus en direction de Rome, P. Lévêque18 commence par souligner la discrétion de l’annalistique romaine sur ce raid, et considère que l’on ne possède qu’un seul récit détaillé de l’expédition, celui de Zonaras, « qui doit remonter à Tite-Live », ainsi que « de brèves mentions de Plutarque et d’Appien ». L’historien conteste le fait que des sources grecques pourraient être à l’origine de cette dernière tradition19 et conclut en affirmant n’avoir aucun doute sur son origine annalistique (p. 336, n. 8). Dans un autre passage où il examine la fiabilité du témoignage d’Appien, il fait de la convergence entre Plutarque et Appien à propos du raid de Pyrrhus contre Rome le reflet d’une « tradition annalistique aberrante », invraisemblable du point de vue de la vérité historique, et affirme qu’« il ne peut évidemment être question de nommer la source d’Appien », bien que A. Rosenberg20 y ait vu un annaliste de l’époque de Sylla, utilisé séparément par Plutarque et Appien.

3. 1. La marche de Pyrrhus sur Rome selon Plutarque et Appien

  • 21 App. Samn. 9 : Πύρρος […] ἐπὶ τὴν Ῥώμην ἠπείγετο, πάντα δῃῶν, καὶ ϕθάνει μὲν ἐς πόλιν Ἀναγνίαν.
  • 22 Plut. Pyrrh. 17.9 : καὶ προῆλθεν ὅσον μὴ πλέον σταδίων τριακοσίων ἀποσχεῖν τῆς Ῥώμης.
  • 23 Flor. 1.13(18).24 : propre captam urbem a Praenestina arce prospexit et a uicensimo lapide oculos t (...)
  • 24 Plut. Pyrrh. Ἦν δέ τις Κινέας Θεσσαλὸς ἀνήρ, τῷ μὲν ϕρονεῖν δοκῶν ἱκανὸς εἶναι, Δημοσθένους δὲ τοῦ (...)
  • 25 Plut. Pyrrh. 19.6-7 ; App. Samn. 9. La première sentence est également attribuée à Cinéas par Eutro (...)
  • 26 Plut. Pyrrh. 20.10 ; App. Samn. 10.15.

9La convergence entre Plutarque et Appien, en dehors des grandes lignes de la chronologie que nous avons déjà évoquées, tient essentiellement au terme de la marche de Pyrrhus en direction de Rome, qu’Appien situe explicitement à Anagni21, ce qui peut approximativement correspondre avec la mention que fait Plutarque d’une avancée de Pyrrhus jusqu’à une distance de la ville inférieure à trois cents stades22, contrairement à la tradition livienne qui évoque la ville de Préneste et une distance de dix-huit ou vingt mille par rapport à Rome23. Le contexte plus large fait également apparaître d’autres points de convergence entre les deux récits : la comparaison entre l’éloquence de Cinéas et celle de Démosthène24 ; le rapport que fait Cinéas à Pyrrhus, au retour de son ambassade à Rome, et dans lequel le Thessalien enchaîne les deux sentences comparant le Sénat ou la ville de Rome à une assemblée de rois et le peuple romain à l’hydre de Lerne25, même si Appien connaît et mentionne une version divergente qui attribue la seconde formule à Pyrrhus ; la libération par Pyrrhus des prisonniers romains pour la fête des Saturnales26.

  • 27 App. Samn. 10.2 : τὴν ἐπὶ τῷ ἀγῶνι μετριοπάθειαν κατελογίζετο, μήτ ̓ ἐπὶ τὴν πόλιν εὐθὺς ἐλάσαντος (...)
  • 28 Plut. Pyrrh. 18.4 ; App. Samn. 11.3.
  • 29 Les clauses évoquées par Appien, proches de celles mentionnées dans l’Ineditum Vaticanum, relèvent (...)

10Cependant, on constate aussi des différences significatives entre les versions de Plutarque et d’Appien, au-delà même de la plus évidente d’entre elles, qui est la situation respective, dans la chronologie des lendemains d’Héraclée, de l’ambassade de Cinéas et du raid de Pyrrhus à travers l’Italie. Selon Plutarque, à l’issue de la bataille, Pyrrhus « prit le camp que les Romains avaient abandonné » avant de commencer sa marche en direction de Rome. Appien, au contraire, en rapportant le discours de Cinéas devant le Sénat, lui fait évoquer, comme premier argument, la mansuétude du roi à l’issue de l’affrontement, « puisque celui-ci ne s’était empressé de marcher ni contre la cité, ni contre le camp vaincu »27. Plutarque fait aussi état de présents offerts par Cinéas aux femmes et aux enfants des principaux citoyens, présents vertueusement refusés par toutes et tous, alors qu’Appien ne mentionne l’apport de cadeaux que comme une stratégie de séduction utilisée lors de la seconde ambassade, après Ausculum28. Les propositions de paix présentées par Cinéas sont également plus dures dans la version d’Appien qui mentionne, outre l’offre d’un traité de paix et d’amitié entre Rome et Pyrrhus incluant les Tarentins – seule condition retenue par Plutarque qui l’assortit d’une promesse d’aide aux Romains pour soumettre l’Italie – la reconnaissance par Rome de l’indépendance des cités grecques d’Italie et la restitution de leurs possessions aux Samnites, Dauniens et Brettiens29.

  • 30 Voir en particulier l’épisode de la révolte des légions romaines de Campanie en 343/342, celui de l (...)

11L’examen des convergences et des divergences entre Plutarque et Appien, mais aussi la cohérence moins forte de l’exposé du premier par rapport à celui du second, permettent de faire l’hypothèse que les deux auteurs ont utilisé une source commune, qu’Appien a suivie avec une certaine fidélité alors que Plutarque l’a combinée avec d’autres sources. Cette source pourrait être le livre XIX des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse, que Plutarque cite explicitement à propos de la bataille d’Héraclée et de celle d’Ausculum, en opposant sa version à celle de Hiéronymos, plus particulièrement en ce qui concerne l’importance des pertes dans les deux camps. La dépendance d’Appien par rapport à Denys pour l’histoire de cette période n’est pas évidente car, du fait que les fragments conservés se recoupent rarement, les possibilités de comparaison entre les deux auteurs sont rares. Toutefois, lorsque celles-ci se présentent pour d’autres épisodes, proches ou plus lointains, des ive et iiie siècles, elles font toujours apparaître une étroite proximité entre la narration d’Appien et la version, toujours plus détaillée, des Antiquités Romaines30. Cette proximité se retrouve dans la façon dont les deux auteurs rendent compte de l’ambassade conduite par Fabricius auprès de Pyrrhus. Le court paragraphe qu’Appien consacre à cette ambassade constitue un résumé du long développement de Denys, qui, après avoir présenté les termes de l’ambassade, se livrait à l’exercice rhétorique d’une composition de discours en diptyque. Malgré la différence formelle, on retrouve cependant les mêmes éléments : arrivée auprès de Pyrrhus des ambassadeurs romains pour demander la restitution des prisonniers, soit contre rançon, soit en les échangeant contre d’autres hommes ; réponse de Pyrrhus, qui promet de restituer sans contrepartie les prisonniers si la paix est conclue, mais affirme, dans le cas contraire, ne pouvoir rendre à des ennemis des hommes si nombreux et si braves ; entretien particulier entre Fabricius et Pyrrhus, informé de la valeur et de la pauvreté de Fabricius et qui propose à ce dernier de partager ses biens et d’être son lieutenant ; refus de Fabricius, qui affirme préférer le bonheur de sa pauvreté vertueuse à celui des tyrans et soutient devant Pyrrhus que sa propre valeur en ferait un concurrent dangereux pour le roi en Épire ; admiration de Pyrrhus qui restitue les prisonniers sans rançon. D’autres indices, plus ténus, montrent également que Denys pouvait être la source d’Appien dans ce passage. Même si le récit que faisait Appien de la bataille d’Héraclée n’a pas été conservé et si celui de Denys est interrompu avant la fin de la bataille, le fait qu’Appien fasse allusion à une victoire coûteuse et à la nécessité de laisser récupérer l’armée « au sortir d’un combat violent » rejoint la mention de Plutarque sur le nombre élevé des pertes humaines à Héraclée selon Denys, en désaccord sur ce point avec Hiéronymos. D’autre part, la formulation d’une phrase de Denys, dans laquelle Pyrrhus reproche aux ambassadeurs, tout juste arrivés, le comportement honteux des Romains qui refusent de lier amitié avec lui et demandent le retour des prisonniers pour poursuivre la guerre, laisse supposer l’existence d’une tentative préalable de négociations.

  • 31 Cf. Schettino, 1991, p. 40. C’est également au résultat de l’ambassade de Cinéas que pourrait faire (...)
  • 32 L’absence des ambassades de Cinéas dans les fragments conservés de Denys d’Halicarnasse peut être e (...)

12Cette tentative pourrait être la première ambassade de Cinéas31, dont aucune trace n’a été conservée dans les fragments de Denys32. De fait, la réponse de Pyrrhus, chez Appien, très semblable à celle que le roi exprime chez Denys, fait explicitement référence à l’ambassade de Cinéas : « Pyrrhus répondit qu’il accorderait la faveur de libérer les prisonniers à des gens disposés à négocier, comme l’avait précédemment fait savoir Cinéas, mais qu’il n’offrirait pas à des ennemis des hommes si nombreux et d’une telle valeur à utiliser contre lui ».

  • 33 Lefkowitz, 1959, p. 154.
  • 34 Lefkowitz, 1959, p. 155 oppose la version de Denys à la tradition représentée par Appien et Plutarq (...)
  • 35 Pittia, 2006, p. 116-118.

13Si, en dépit de ces convergences, la proximité entre la narration d’Appien et la version dionysienne a rarement été soulignée, et si on l’a parfois niée au point de faire de ces deux auteurs les témoins de traditions différentes, c’est, me semble-t-il, en raison de deux éléments contenus dans les fragments de Denys. Le premier de ces éléments est la phrase introductive du fragment 19.S, qui commence ainsi : « Comme Pyrrhus, le roi d’Épire, avait conduit une expédition contre Rome, (les Romains) décidèrent d’envoyer des ambassadeurs ». L’utilisation du participe ἐξαγαγόντος a parfois été interprétée comme une indication du fait que, pour Denys, l’ambassade conduite par Fabricius avait eu lieu pendant la marche sur Rome33, et non après le retour de Pyrrhus en Campanie comme le précise Appien. Le second élément tient à ce que le fragment 19.T se clôt sur l’annonce par Pyrrhus de la libération des prisonniers sans rançon, comme marque de sa ϕιλανθρωπία. Cette dernière phrase du fragment a été lue comme une phrase conclusive, et de ce fait, la restitution des prisonniers sans rançon a été interprétée comme une restitution sans condition34, bien différente de la clause mentionnée par Appien, selon laquelle les prisonniers devraient revenir auprès de Pyrrhus après les Saturnales si Rome n’acceptait pas les conditions de paix proposées par le roi. Cependant, le fait que, dans l’un et l’autre cas, il s’agisse, chez Denys, de la première ou de la dernière phrase de fragments incite à la plus extrême prudence, car ce sont là les lieux où l’intervention de l’excerpteur est la plus sensible. La phrase introductive, dans les excerpta constantiniens auxquels appartient le fragment 19.S, fait le plus souvent l’objet d’une réécriture visant à introduire le passage sélectionné, en précisant l’identité du personnage concerné (« Pyrrhus, roi d’Épire ») et le contexte des événements évoqués35. La présence du participe, en ce début de phrase, prouve seulement que, dans le texte originel, l’expédition de Pyrrhus contre Rome figurait dans le contexte immédiat : le participe aoriste n’incite pas à considérer que l’ambassade de Fabricius avait eu lieu, selon Denys, avant le retour de Pyrrhus en Campanie. Le fragment 19.T relève, pour sa part, des sélections dites ambrosiennes : l’auteur de ces sélections procède le plus souvent selon la technique du « couper-coller », en copiant certains passages qu’il retient en fonction de ses propres centres d’intérêts et sans se soucier de la cohérence narrative ou des nécessités de l’information historique. C’est visiblement ici le discours de Fabricius qui a retenu son attention, et la réponse de Pyrrhus n’a d’autre fonction que de souligner la forte impression produite sur le roi par les propos de l’ambassadeur. Les modalités diplomatiques ultérieures échappaient à cette focalisation. Or, chez Appien, la réaction de Pyrrhus se manifeste d’abord de la même manière que chez Denys : admiration du roi pour la grandeur d’esprit de Fabricius, volonté de réconciliation avec les Romains, proposition de restitution des prisonniers. Mais alors que s’interrompt le texte de Denys, celui d’Appien expose ensuite l’alternative proposée par Pyrrhus : soit la cité romaine accepte la paix et la libération des prisonniers est définitive, soit elle les refuse et les prisonniers doivent être restitués.

  • 36 Il est impossible de dire si les deux mentions que fait Appien de versions divergentes, concernant (...)
  • 37 Sur la question complexe des sources utilisées par Denys lui-même pour la guerre de Pyrrhus, voir S (...)

14Si Denys est bien la source directe d’Appien pour tout ce passage36, on pourrait alors en déduire que, pour tous les points sur lesquels les versions de Plutarque et d’Appien se rapprochent (en particulier pour les grandes lignes de la chronologie des événements entre Héraclée et Ausculum), Plutarque suit également Denys, tout en empruntant à d’autres sources certains épisodes37. Ce serait le cas, entre autres, de l’entrevue entre Pyrrhus et Fabricius, qui est, chez le biographe, l’occasion d’un récit édifiant, moins orienté vers l’opposition entre deux conceptions de la pratique politique, comme chez Denys, que vers le développement d’une philosophie morale. À cet objectif répond la mise en scène d’un Fabricius ne se laissant émouvoir ni par l’or du roi, ni par le barrissement terrifiant d’un éléphant surgi de derrière un rideau, et répondant avec à propos à Cinéas au cours d’une conversation de dîner sur les philosophes de la Grèce.

3. 2. Dion, Zonaras et la tradition livienne

  • 38 Lévêque, 1957, p. 72-73 ; Lefkowitz, 1959, p. 166, n. 9.
  • 39 L’utilisation de Denys par Dion, pour toute la période qui précède les guerres puniques a été étudi (...)
  • 40 D.H. 19.P ( = 19.9-10 Jacoby) ; Zon. 8.3.4-5. Sur cette correspondance, dont certains modernes attr (...)
  • 41 D.H. 19.R ( = 19.12 Jacoby) ; D.C. 40.18 ; Zon. 8.4.8-9.
  • 42 D.H. 20.C ( = 20.1-3 Jacoby) ; Zon. 8.5.5-7.
  • 43 D.H. 20.D et 20.E ( = 20.6 Jacoby) ; App. Samn. 11 ; Zon. 8.5.8.

15La concordance de la chronologie suivie par Dion et par Zonaras avec les données de la periocha et l’enchaînement des faits chez Eutrope a conduit la plupart des historiens modernes à faire de l’Epitomè historiarum de Jean Zonaras le meilleur témoin disponible de la tradition livienne38, dans la mesure où l’auteur byzantin offre un récit continu des événements et, malgré son parti pris de résumé, un exposé beaucoup plus détaillé que celui d’Eutrope. Sur l’ensemble de la période, toutefois, le récit de Zonaras, comme les fragments conservés de Dion, montrent, pour certains épisodes, de nettes convergences avec le texte conservé dans les fragments de Denys d’Halicarnasse39. C’est le cas, par exemple, de la correspondance entre Pyrrhus et Laevinus à la veille de la bataille d’Héraclée40, de la description même de la bataille, avec l’épisode de l’échange de manteaux entre Pyrrhus et Mégaclès41, ou encore du déroulement de la bataille d’Ausculum42 et de la mention d’une deuxième ambassade envoyée par Pyrrhus à Rome, après Ausculum, à l’occasion d’une nouvelle libération des prisonniers43. Or, même pour la période qui suit immédiatement la bataille d’Héraclée certains détails mentionnés par Zonaras invitent à s’interroger sur le degré de fidélité du récit de Zonaras, – et par là même de celui de Dion – par rapport à la tradition livienne. Tel est en particulier le cas du récit de la marche de Pyrrhus contre Rome, que Zonaras rapporte ainsi.

  • 44 Zon. 8.4.1-3.

Οἱ δ ̓ ἐν τῇ Ῥώμῃ ἤλγησαν μὲν ἐπὶ τῇ ἥττῃ, τῷ δέ γε Λαουινίῳ στράτευμα ἔπεμψαν, καὶ τὸν Τιβέριον ἐκ τῶν Τυρσηνῶν μετεπέμψαντο, καὶ τὴν πόλιν διὰ ϕυλακῆς ἐποιήσαντο, πυνθανόμενοι ἐπ ̓ αὐτὴν τὸν Πύρρον ἐπείγεσθαι. Ὁ μέντοι Λαουίνιος τοὺς οἰκείους τε τραυματίας ἐξακεσάμενος, καὶ τοὺς σκεδασθέντας συναγαγών, ἤδη καὶ τῶν ἐκ Ῥώμης πεμϕθέντων ἀϕικομένων, τὸν Πύρρον παρεπόμενος ἐλύπει · καὶ τὴν Καπύην μαθὼν ἑλεῖν γλιχόμενον, προκατέλαβε καὶ ἐϕύλαξεν. Ἁμαρτὼν δ ̓ ἐκείνης ὁ Πύρρος ἐπὶ τὴν Νεάπολιν ὥρμησεν. Ὡς δ ̓ οὐδὲν οὐδ ̓ ἐν αὐτῇ δρᾶσαι ἴσχυσε, σπεύδων τὴν Ῥώμην καταλαβεῖν καὶ διὰ τῆς Τυρσηνίδος παριὼν ὡς κἀκείνους προσλάβοι, ἐπεὶ ἔμαθεν αὐτούς τε τοῖς Ῥωμαίοις ὁμολογίας πεποιημένους καὶ τὸν Τιβέριον αὐτῷ ἀντιπροσιόντα τόν τε Λαουίνιον ἐϕεπόμενον, ἐϕοβήθη μὴ ὑπ ̓ αὐτῶν πανταχόθεν ἐν χωρίοις ἀγνώστοις ἀποληϕθῇ, καὶ περαιτέρω οὐ προεχώρησεν. Ὡς δὲ ἀναχωροῦντι καὶ γενομένῳ περὶ Καμπανίαν ὁ Λαουίνιος ἐπεϕάνη, καὶ τὸ στράτευμα αὐτοῦ πολλῷ πλεῖον τοῦ πρόσθεν ἦν, ὕδρας ἔϕη δίκην τὰ στρατόπεδα τῶν Ῥωμαίων κοπτόμενα ἀναϕύεσθαι44.

« À Rome, on fut très affecté par la défaite, mais on envoya une armée à Laevinus et on fit venir Tiberius d’Étrurie. On établit également une garde pour la ville à la nouvelle que Pyrrhus s’avançait à marches forcées contre elle. Lorsque Laevinus eut fait prodiguer des soins à ses soldats blessés et eut rassemblé ceux qui s’étaient dispersés, une fois les troupes envoyées de Rome arrivées, il talonna Pyrrhus en le harcelant. (2) Apprenant que celui-ci souhaitait vivement s’emparer de Capoue, il l’occupa avant lui et y installa une garnison. Après son échec à Capoue, Pyrrhus s’élança contre Néapolis. Comme il n’arriva à rien dans cette ville non plus, il avait hâte de prendre Rome et il traversa l’Étrurie pour s’allier aussi sa population. Mais lorsqu’il apprit que les Étrusques avaient conclu un traité avec Rome et que Tiberius venait à sa rencontre tandis que Laevinus le serrait de près, il craignit d’être encerclé de tous côtés par leurs armées dans des contrées inconnues, et il ne s’avança pas plus loin. (3) Il faisait retraite et avait gagné la Campanie lorsque Laevinus apparut. Son armée était beaucoup plus nombreuse qu’auparavant, ce qui fit dire à Pyrrhus que l’armée romaine taillée en pièces renaissait à la manière d’une hydre ».

  • 45 Eutr. 2.12.1 : Omnia ferro ignique uastauit, Campaniam populatus est… Florus (1.13(18).24) est plus (...)
  • 46 Eutr. 2.12.1.
  • 47 Lefkowitz, 1959, p. 168. n. 24, qui fait remarquer que Préneste avait été autrefois sous domination (...)
  • 48 De Sanctis, 19602 ; Lévêque, 1957, p. 337.

16Zonaras est le seul à mentionner un certain nombre de détails : les tentatives de Pyrrhus contre Capoue et Néapolis, son passage par l’Étrurie, sa rencontre avec l’armée de Laevinus lors de sa retraite en Campanie. Si la première mention peut s’accorder avec la tradition livienne selon laquelle Pyrrhus aurait ravagé la Campanie45, si la dernière n’est pas en contradiction avec la brève version d’Eutrope qui mentionne une retraite de Pyrrhus et de Laevinus en Campanie46, la mention du détour par l’Étrurie paraît en revanche plus étonnante. Zonaras ne mentionne ni l’itinéraire précis de Pyrrhus, ni le lieu exact jusqu’auquel il aurait poursuivi son avancée, et ce point ultime est diversement interprété par les modernes qui considèrent, sans discussion véritable, qu’il s’agit de toute évidence de Préneste47, comme chez les Liviens, ou d’Anagni, comme chez Appien48. Mais le texte de Zonaras ne donne aucune indication dans un sens ou dans l’autre et la construction de la phrase suggère même que ces « contrées inconnues » pourraient être situées en Étrurie. Un fragment conservé de Dion, qui offre un aspect partiel du texte-source de ce passage de Zonaras, permet de préciser l’analyse.

  • 49 D.C. fr. 40.27.

ὅτι ὁ Πύρρος ἐϕοβήθη μὴ καὶ πανταχόθεν ὑπὸ τῶν Ῥωμαίων ἐν χωρίοις ἀγνώστοις ἀποληϕθῇ. Χαλεπῶς δ ̓ ἐπὶ τούτῳ τῶν συμμάχων αὐτοῦ ϕερόντων, εἶπέ σϕισιν ὅτι σαϕῶς ἐξ αὐτῆς τῆς χώρας ὁρῳvη ὅσον τῶν Ῥωμαίων διαϕέρουσι· τὴν μὲν γὰρ ἐκείνων ὑπήκοον καὶ δένδρα παντοδαπὰ καὶ ἀμπελουργίας καὶ γεωργίας κατασκευάς τε τῶν ἀγρῶν πολυτελεῖς ἔχειν, τὰ δὲ δὴ τῶν ἑαυτοῦ ϕίλων οὕτω πεπορθῆσθαι ὥστε μηδ ̓ εἰ κατῳκήθη ποτὲ γιγνώσκεσθαι49.

« Pyrrhus craignit d’être encerclé de tous côtés par les Romains dans des contrées inconnues. Comme ses alliés s’en irritaient, il leur dit qu’il voyait clairement à la vue de cette contrée, la différence qu’il y avait entre eux et les Romains. La région soumise à ces derniers portait des plantations d’arbres de toutes essences, des vignobles, des labours, des installations agricoles coûteuses, alors que le territoire de ses amis était dévasté au point qu’il était impossible de savoir s’il avait jamais été habité ».

  • 50 On peut noter que Denys d’Halicarnasse conservait le souvenir des Étrusques, comme « premiers habit (...)
  • 51 De Sanctis, 19602, p. 377.
  • 52 Les fastes triomphaux mentionnent un triomphe de Ti. Coruncanius sur Volsinies et Vulci pour l’anné (...)
  • 53 Eutr. 2.12.2 : mox terrore exercitus qui eum cum consule sequebatur in Campaniam se recepit. Florus (...)
  • 54 Per. 13.12 : res praeterea contra Lucanos et Bruttios, Samnites et Etruscos prospere gestas contine (...)
  • 55 Harris, 1971, p. 82-83.
  • 56 App. Samn. 10.8: καὶ γὰρ ὁ ἔτερος ὕπατος τῷ Λαιβίνῳ Κορογκάνιος ἧκεν ἐκ Τυρρηνίας μεθ ̓ ἧς εἶχε παρ (...)
  • 57 App. Samn. 10.10: βαρείαν δ ̓ ἔχων ἤδη τὴν στρατιὰν ὑπὸ λείας καὶ πλήθους αἰχμαλώτων, ἀναθέμενος μά (...)
  • 58 Schwartz, 1899, col. 1692-1694, avait mis en évidence, pour un certain nombre de passages de Dion e (...)

17Sauf à considérer que Dion, ou la source qu’il utilise dans ce passage, pouvait avoir une conception très anachronique de l’Étrurie, confondue avec la Campanie50, l’évocation, par Dion, d’un territoire soumis aux Romains, fait penser à une confusion dans le résumé de Zonaras. Il est possible que ce dernier ait présenté comme une réalité ce qui, dans le texte originel de Dion, pouvait être décrit comme le projet de Pyrrhus : traverser le Tibre et passer en Étrurie pour s’allier les villes étrusques en lutte contre Rome51. La retraite de Pyrrhus obéit, dans le texte de Zonaras, à une logique stratégique répondant à la prise en compte de trois éléments : l’échec de sa tentative pour soulever contre Rome les villes de Campanie ; l’annonce du traité de paix conclu entre Rome et les cités étrusques, à la suite de la campagne de Coruncanius52 ; la menace de se retrouver pris en étau entre l’armée de ce dernier, venant à sa rencontre d’Étrurie, et celle de Laevinus, remontant derrière lui de Campanie. La conjugaison de ces données conduit Pyrrhus à renoncer à toute tentative de prendre Rome par la force. La tradition livienne, qui n’explique, au mieux, la retraite de Pyrrhus que par la crainte inspirée au roi par l’armée de Laevinus53, ne paraît avoir conservé ni le souvenir de la fonction stratégique de la marche de Pyrrhus en direction de Rome, ni des raisons exactes de sa retraite en Campanie. Si la periocha du livre XIII fait état de « campagnes menées avec succès contre les Lucaniens, les Brettiens, les Samnites et les Étrusques »54 contenues dans ce livre, et qui eurent donc lieu entre 280 et 278 55, elle ne les met pas en rapport avec la marche de Pyrrhus contre Rome. Quant à Appien, il mentionne bien le rappel de Coruncanius d’Étrurie pour renforcer les forces de Laevinus56, mais ce rappel précède la décision de Pyrrhus de marcher contre Rome, et la retraite du roi en Campanie est due à la présence encombrante des prisonniers et à la lourdeur du butin accumulé lors des opérations de pillage57. Il semble donc que pour ce passage Dion ait utilisé une source à la fois distincte de la tradition livienne et de celle représentée par Appien qui, pour ce passage également, suivait sans doute Denys d’Halicarnasse. Cette source peut être une source annalistique58, mais la précision des détails concernant la stratégie de Pyrrhus plaiderait en faveur d’une origine grecque, contemporaine des événements relatés, de cette version de la marche de Pyrrhus contre Rome.

Conclusion

18L’examen détaillé des sources conservées pour la période qui s’étend d’Héraclée à Ausculum, et plus particulièrement en ce qui concerne la chronologie et l’explication de l’expédition de Pyrrhus contre Rome après Héraclée, invite à reconsidérer l’analyse traditionnelle des familles de sources. Rien n’étaye l’hypothèse, souvent soutenue, selon laquelle Appien aurait utilisé une source originale et constituerait un filon distinct de celui représenté par Denys d’Halicarnasse. En revanche, l’affirmation selon laquelle la version de Dion-Zonaras à propos de la stratégie suivie par Pyrrhus après Héraclée constituerait un témoin privilégié de la tradition livienne demanderait sans doute à être nuancée, dans la mesure où l’on constate dans le récit de Zonaras, intégrés dans une chronologie sans contexte proche de celle retenue par Tite-Live, des éléments qui peuvent avoir été empruntés à Denys, mais aussi des détails et des interprétations que nulle autre, parmi les sources conservées, ne paraît avoir retenues.

Haut de page

Bibliographie

Bickerman, E. J., 1947, Apocryphal correspondence of Pyrrhus, CPh, p. 137-146.

Boissevain, U. P., 1895, Cassi Dionis Cocceiani. Historiarum Romanarum quae supersunt, vol. I, Berlin.

De Sanctis, G., 1960[2], Storia dei Romani, II, Florence.

Hamburger, o., 1927, Untersuchungen über den pyrrhischen Krieg, Wurtzbourg.

Harris, W. v., 1971, Rome in Etruria and Umbria, Oxford.

Humm, M., 2005, Appius Claudius Caecus. La république accomplie, BEFAR, n° 322, Rome.

Humm, M., 2007, Des fragments d’historiens grecs dans l’Ineditum Vaticanum ?, dans M.-L. Freyburger et D. Meyer (éd.), Visions grecques de Rome. Griechische Blicke auf Rom, Paris, p. 277-318.

La Bua, V., 1978, Pirro in Pompeo Trogo-Giustino, dans L. Gasperini (éd.), Scritti storico-epigrafici in memoria di Marcello Zambelli, Rome, p. 181-205.

Lefkowitz, M. R., 1959, Pyrrhus Negociations with the Romans 280-278 B.C., HSPh, 64, p. 147-177.

Lévêque, P., 1957, Pyrrhos, BEFAR, n° 185, Paris.

Niese, B., 1896, Zur Geschichte des pyrrhischen Krieges, Hermes, 31, p. 481-507.

Passerini, A., 1943, Sulle trattative dei Romani con Pirro, Athenaeum, 21, p. 92-112.

Pittia, S., 2002 (dir.), Denys d’Halicarnasse. Rome et la conquête de l’Italie aux ive et iiie s. avant J.-C., Paris.

Pittia, S., 2006, la fiabilité des fragments d’Appien sur l’histoire diplomatique et militaire de Rome aux ive et iiie siècles, dans E. Caire et S. Pittia (éd.), Guerre et diplomatie romaines aux ive et iiie siècles av. J.-C. Pour un réexamen des sources, Aix-en Provence, p. 113-135.

Rosenberg, A., 1921, Einleitung und Quellenkunde zur römischen Geschichte, Berlin.

Schettino, M. T., 1991, Tradizione annalistica e tradizione ellenistica su Pirro in Dionigi (A. R. XIX-XX), Coll. Latomus, suppl. n° 215, Bruxelles.

Von Scala, R., 1884, Der pyrrhische Krieg, Berlin-Leipzig.

Schwartz, E., 1896, s. u. Appianus n° 2, RE, 2, col. 216-237.

Schwartz, E., 1899, s. u. Cassius n° 40, RE, 3.2, col. 1684-1722.

Skutsch, O., 1985, The Annals of Q. Ennius, Oxford.

Torelli, M. R., 1978, Rerum Romanarum fontes ab anno CCXCII ad annum CCLXV a.Ch.n., Pise.

Haut de page

Notes

1 L’utilisation par Zonaras de Dion Cassius, pour les livres 7 à 12 de l’Epitomè, a été étudiée par les différents éditeurs de Zonaras et de Dion (voir Boissevain, 1895, p. II). Pour la période de la guerre pyrrhique, la fidélité au texte de Dion est d’autant plus grande que Zonaras n’a jamais recours à la Vie de Pyrrhus de Plutarque, alors que, pour d’autres périodes, il intègre volontiers à son récit des éléments tirés des différentes Vies de Plutarque (Vie de Romulus, Vie de Numa, Vie de Publicola, Vie de Camille…), en entremêlant ces éléments avec ceux tirés de Dion.

2 Orose (4.1) s’en tient aux seuls événements militaires. Son témoignage n’est donc pas directement utilisable pour la période qui sépare les batailles d’Héraclée et d’Ausculum.

3 La présente étude laisse volontairement de côté un certain nombre de témoignages tardifs, tels ceux contenus dans le Liber Memorialis d’Ampelius ou l’Eutropi Breuiarium ab Urbe condita de Paenanios, directement dérivés de Florus ou d’Europe. L’ensemble des témoignages est regroupé de façon thématique par M. R. Torelli, 1978 (p. 109-163 pour l’année 280, et plus particulièrement p. 114-115 pour le traitement des prisonniers romains restitués par Pyrrhus ; p. 115 pour le triomphe de Ti. Coruncanius sur les Étrusques ; p. 128-131 pour les réactions de Pyrrhus et de Laevinus après la bataille d’Héraclée ; p. 136-137 pour le rappel d’Étrurie de Coruncanius ; p. 137-151 pour l’ambassade de Fabricius ; p. 151-163 pour l’ambassade de Cinéas et la restitution des prisonniers romains).

4 App. Samn. 10. Les références à Appien sont données d’après l’édition de P. Viereck et A. G. Roos, revue par E. Gabba, Leipzig, 1962).

5 Le fragment commence par ces mots (App. Samn. 10.1) : Ὅτι ὁ Πύρρος, ὁ βασιλεὺς τῆς Ἡπείρου, νικήσας τοὺς Ῥωμαίους καὶ ἀναλαβεῖν χρῄζων τὴν στρατιὰν ἐκ μάχης ἐντόνου, κτλ. « Après sa victoire sur les Romains, Pyrrhus, le roi d’Épire, désirant que son armée récupère au sortir d’un combat violent… ».

6 App. Samn. 10.16 : καὶ Πύρρῳ πολεμητέα πάντως αὖθις ἐδόκει. « Pyrrhus jugea qu’il était inévitable de combattre à nouveau ».

7 Lévêque, 1957, p. 357-370.

8 Eutr. 2.12-13.

9 Zon. 8.3-4.

10 Flor. 1.13(18).7-13.

11 Flor. 1.13(18).15-21.

12 Lévêque, 1957, p. 368, explique cette contradiction par le fait que ces différents événements auraient été concomitants. Quoi qu’il en soit de la réalité historique, cette hypothèse n’explique pas, si sur ce point Plutarque et Appien suivent bien la même source, pourquoi l’un d’eux aurait choisi d’intervertir l’ordre d’exposition des faits.

13 C’est ce qui ressort à la fois de l’ordre de la narration et des enchaînements utilisés par Plutarque (Pyrrh. 18.2) : ἀναπληροῦντες δὲ τὰς τάξεις καὶ συντάττοντες ἑτέρας προθύμως, καὶ λόγους ἀδεεῖς καὶ σοβαροὺς περὶ τοῦ πολέμου λέγοντες, ἔκπληξιν τῷ Πύρρῳ παρεῖχον. Ἔδοξεν οὖν αὐτῷ πέμψαντι διάπειραν λαβεῖν τῶν ἀνδρῶν, κτλ. « (les Romains) comblèrent les vides des unités militaires et se mirent activement à en forger de nouvelles ; ils parlaient de guerre avec si peu de crainte et tant d’assurance que Pyrrhus en fut stupéfait. En conséquence, il décida d’envoyer des ambassadeurs pour sonder d’abord les Romains… » (trad. Flacelière).

14 Les éléments de liaison entre les différents faits sont le plus souvent la particule δέ (entre l’avancée des troupes de Pyrrhus et l’arrivée des alliés ; entre l’arrivée des alliés de Pyrrhus et la mobilisation à Rome ; entre le discours d’Appius Claudius et le rapport de Cinéas à Pyrrhus), la coordination καὶ (retour des prisonniers romains auprès de Pyrrhus après les Saturnales) la coordination οὖν (décision de Pyrrhus d’envoyer une ambassade après l’annonce de la mobilisation, choix de Cinéas pour conduire cette ambassade), ou des locutions temporelles vagues (ἐκ τούτου introduisant l’ambassade de Fabricius, μετὰ ταῦτα entre le retour des prisonniers et l’épisode du médecin traître, de nouveau ἐκ τούτου après l’échec de la seconde ambassade de Cinéas et avant Ausculum).

15 Plut. Pyrrh. 17.9 : καὶ προῆλθεν ὅσον μὴ πλέον σταδίων τριακοσίων ἀποσχεῖν τῆς Ῥώμης. Ἀϕίκοντο δ ̓ αὐτῷ Λευκανῶν τε πολλοὶ καὶ Σαυνιτῶν μετὰ τὴν μάχην, κτλ.

16 Justin ne mentionne d’ailleurs aucun événement entre la bataille d’Héraclée et un deuxième combat interiectis deinde diebus, à l’exception de cette libération de prisonniers après la première bataille et du ralliement à Pyrrhus de « nombreuses cités » et de celle de Locres en particulier.

17 L’hypothèse de Niese, 1896, selon laquelle Justin est le seul représentant d’une tradition purement grecque, a été reprise par nombre d’historiens du début du xxe siècle, qui, pour cette raison, ont jugé la version de Justin plus fiable historiquement que celle rapportée par les autres sources, diversement influencées par les réécritures des annalistes romains. Cette analyse a été depuis largement contestée (voir en particulier Lévêque, 1957, p. 359-365 et Lefkowitz, 1959, p. 148-149). La valeur du témoignage de Justin a toutefois été réexaminée par La Bua, 1978, p. 183-185, qui pense à Hiéronymos de Cardia comme source de Trogue-Pompée, et par Skutsch, 1985, p. 347-350, s’appuyant sur un fragment d’Ennius (4.183-190 Skutsch).

18 Lévêque,1957, p. 334-340.

19 L’hypothèse d’une source grecque avait été formulée, avec des identifications différentes toutefois, par von Scala, 1884, p. 140 et Hamburger, 1927, p. 28, le premier identifiant cette source comme Proxénos, le second comme Hiéronymos.

20 Rosenberg, 1921, p. 206, cité par Lévêque, 1957, p. 67, n. 7.

21 App. Samn. 9 : Πύρρος […] ἐπὶ τὴν Ῥώμην ἠπείγετο, πάντα δῃῶν, καὶ ϕθάνει μὲν ἐς πόλιν Ἀναγνίαν.

22 Plut. Pyrrh. 17.9 : καὶ προῆλθεν ὅσον μὴ πλέον σταδίων τριακοσίων ἀποσχεῖν τῆς Ῥώμης.

23 Flor. 1.13(18).24 : propre captam urbem a Praenestina arce prospexit et a uicensimo lapide oculos trepidae ciuitatis fumo ac puluere inpleuit ; Eutr. 2.12.1 : ad Praeneste uenit militario ab urbe octauo decimo.

24 Plut. Pyrrh. Ἦν δέ τις Κινέας Θεσσαλὸς ἀνήρ, τῷ μὲν ϕρονεῖν δοκῶν ἱκανὸς εἶναι, Δημοσθένους δὲ τοῦ ῥήτορος ἀκηκοὼς ἐδόκει μόνος ἢ μάλιστα τῶν τότε λεγόντων οἷον ἐν εἰκόνι τῆς ἐκείνου δυνάμεως καὶ δεινότητος ἀναμιμνῃvσκειν τοὺς ἀκούοντας. « Il y avait un Thessalien nommé Cinéas, qui passait pour être très avisé, et qui, ayant reçu les leçons de l’orateur Démosthène, était le seul des hommes éloquents de ce temps à donner aux auditeurs comme une image de la puissance et du talent oratoire de ce grand homme » (trad. Flacelière). App. Samn. 9 : (Πύρρος) ἔπεμπεν ἐς Ῥώμην Κινέαν τὸν Θεσσαλόν, δόξαν ἐπὶ λόγοις ἔχοντα μιμεῖσθαι τὴν Δημοσθένους ἀρετήν. « (Pyrrhus) envoya à Rome le Thessalien Cinéas qui avait la réputation d’égaler Démosthène en valeur dans ses discours ». Le rapprochement entre Cinéas et Démosthène apparaît également dans un fragment de Dion (fr. 40.5. Boissevain), qui fait explicitement référence à Plutarque : καὶ γὰρ ἦν δεινός, ϕησὶ Πλούταρχος, ἐν τῷ λέγειν, καὶ τῷ Δημοσθένει μόνος ἐν τῇ δεινότητι παρισούμενος. « Il était, dit Plutarque, habile à parler, et le seul dont l’habileté égalât celle de Démosthène ». Boissevain, 1895, p. 116, suggère toutefois que la référence à Plutarque pourrait être le fait de l’excerpteur.

25 Plut. Pyrrh. 19.6-7 ; App. Samn. 9. La première sentence est également attribuée à Cinéas par Eutrope 2.13. et Justin 18.2.10, aux « ambassadeurs » par Florus 1.13 (18). Mais la seconde est le plus souvent attribuée à Pyrrhus lui-même (Florus 1.18 ; D.C. fr. 40.28 ; Zon. 8.4.3). Seuls, parmi les sources conservées, Plutarque et Appien rapprochent les deux remarques en les attribuant toutes deux à Cinéas, mais en les mentionnant toutefois dans un ordre inverse. Par ailleurs, Appien donne une version originale de la sentence qu’il rapporte en seconde position : « On raconte aussi que, comme Pyrrhus lui posait d’autres questions à propos de Rome, Cinéas répondit que c’était une cité tout entière constituée de généraux. Comme Pyrrhus s’en étonnait, il dit, rectifiant son propos, “de rois, plutôt que de généraux” » (Λέγεται δὲ καὶ τἆλλα περὶ τῆς Ῥώμης πυνθανομένῳ Πύρρῳ Κινέας εἰπεῖν, ὅτι πόλις ἐστὶ στρατηγῶν ὅλη, καὶ τοῦ Πύρρου θαυμάσαντος μεταλαβὼν ϕάναι · « βασιλέων μᾶλλον ἢ στρατηγῶν »). Le fait de rapporter cette louange à la cité tout entière et non au seul Sénat se retrouve également chez Justin et chez Eutrope, avec des variantes dans la formulation.

26 Plut. Pyrrh. 20.10 ; App. Samn. 10.15.

27 App. Samn. 10.2 : τὴν ἐπὶ τῷ ἀγῶνι μετριοπάθειαν κατελογίζετο, μήτ ̓ ἐπὶ τὴν πόλιν εὐθὺς ἐλάσαντος μήτ ̓ ἐπὶ τὸ ἡσσημένον στρατόπεδον.

28 Plut. Pyrrh. 18.4 ; App. Samn. 11.3.

29 Les clauses évoquées par Appien, proches de celles mentionnées dans l’Ineditum Vaticanum, relèvent d’une tradition qui souligne sans conteste la position de force de Pyrrhus au moment de ces négociations (Lévêque, 1957, p. 345-350). Humm, 2005, p. 71-72, pense que la source de l’Ineditum est Timée (voir aussi sur ce point Humm, 2007) et admet la proximité entre la version de l’Ineditum et celle d’Appien. Il pense toutefois que ce dernier dépend de Timée par l’intermédiaire de Diodore (cf. Diod. 22.6.3), et considère que Denys s’inspirait, comme Tite-Live, de l’annalistique tardive dominée par la tradition anti-claudienne. En l’absence du discours d’Appius Claudius dans les fragments de Denys, ce dernier point reste une simple hypothèse. Je ne suis par ailleurs pas convaincue par le rapprochement entre Diodore et Appien, puisque le fragment de Diodore mentionne explicitement les cadeaux de Cinéas, dont Appien ne fait aucunement état pour la première ambassade.

30 Voir en particulier l’épisode de la révolte des légions romaines de Campanie en 343/342, celui de l’ambassade romaine à Tarente en 282, celui de Decius à Rhégion, ou de Pyrrhus à Locres. L’hypothèse selon laquelle Denys est la source principale d’Appien pour la période qui s’étend des origines de Rome aux guerres puniques avait été développée par Schwartz, 1896, col. 217-219. Je compte revenir plus en détail sur cette question dans un prochain article.

31 Cf. Schettino, 1991, p. 40. C’est également au résultat de l’ambassade de Cinéas que pourrait faire allusion une phrase du discours de Fabricius, lorsque ce dernier évoque les reproches que le peuple romain serait en droit de lui adresser s’il acceptait les propositions de Pyrrhus : καὶ ἣν ὁ δῆμος ἀπεψηϕίσατο ποιήσασθαι <εἰρήνην, ταύτην ποιήσας> μόνος (« toi seul, tu as conclu cette paix que le peuple a repoussée par un vote »). Mais le texte grec, corrompu dans les manuscrits, a été diversement corrigé (cf. Pittia, 2002, p. 355, n. 109).

32 L’absence des ambassades de Cinéas dans les fragments conservés de Denys d’Halicarnasse peut être en partie imputée à la perte d’une section du texte du traité constantinien Sur les ambassades des nations étrangères aux Romains, section dans laquelle devaient figurer, entre autres, les excerpta tirés des Antiquités romaines. Un court fragment conservé par l’un des manuscrits ambrosiens (20.E Pittia = 20.6.1-2 Jacoby), qui évoque l’or royal et sa force invincible, et succède à un autre fragment (20.D Pittia = 20.6.3 Jacoby) où il est question de restitution de prisonniers à la suite d’un acte magnanime des Romains, pourrait se rapporter à la seconde ambassade de Cinéas telle qu’elle est évoquée dans App. Samn. 11.

33 Lefkowitz, 1959, p. 154.

34 Lefkowitz, 1959, p. 155 oppose la version de Denys à la tradition représentée par Appien et Plutarque, en considérant que chez Denys le retour des prisonniers n’est pas lié à la conclusion de la paix.

35 Pittia, 2006, p. 116-118.

36 Il est impossible de dire si les deux mentions que fait Appien de versions divergentes, concernant l’attribution controversée de la sentence sur l’Hydre de Lerne à Pyrrhus ou à Cinéas, ou encore la réponse de Fabricius à Pyrrhus, figuraient déjà chez Denys ou si elles sont le fait d’Appien lui-même, signalant ainsi la spécificité de sa source principale par rapport à d’autres traditions. Le fait que la première réponse de Fabricius apparaisse comme une synthèse des arguments avancés par l’ambassadeur chez Denys, alors que l’autre réponse (« quand les Épirotes auront fait l’expérience de ma nature, ils me préfèreront à toi »), très proche dans sa formulation de la réponse retenue par Plutarque, ne figure pas chez Denys, serait plutôt un argument en faveur de la seconde hypothèse, si l’on pouvait être assuré que l’auteur de la sélection ambrosienne n’ait pas opéré de coupures dans le discours de Fabricius.

37 Sur la question complexe des sources utilisées par Denys lui-même pour la guerre de Pyrrhus, voir Schettino, 1991.

38 Lévêque, 1957, p. 72-73 ; Lefkowitz, 1959, p. 166, n. 9.

39 L’utilisation de Denys par Dion, pour toute la période qui précède les guerres puniques a été étudiée par Schwartz, 1899, col.1691-1694.

40 D.H. 19.P ( = 19.9-10 Jacoby) ; Zon. 8.3.4-5. Sur cette correspondance, dont certains modernes attribuent l’invention à Denys, alors que d’autres y voient le souvenir d’un échange de lettres authentique, voir Bickerman, 1947, p. 137 ; Lévêque 1957, p. 319-321 ; Schettino, 1991, p. 29-34.

41 D.H. 19.R ( = 19.12 Jacoby) ; D.C. 40.18 ; Zon. 8.4.8-9.

42 D.H. 20.C ( = 20.1-3 Jacoby) ; Zon. 8.5.5-7.

43 D.H. 20.D et 20.E ( = 20.6 Jacoby) ; App. Samn. 11 ; Zon. 8.5.8.

44 Zon. 8.4.1-3.

45 Eutr. 2.12.1 : Omnia ferro ignique uastauit, Campaniam populatus est… Florus (1.13(18).24) est plus précis concernant le trajet suivi par Pyrrhus : Pyrrhus tota fremente Campania Lirim Fregellasque populatus… Florus et Eutrope insistent toutefois sur les dévastations effectuées par l’armée de Pyrrhus sur son passage, dévastations auxquelles Zonaras ne fait aucunement allusion. Mais deux fragments de Dion (fr. 40.25 et 40-26), évoquent le pillage des territoires de leurs alliés par les troupes de Pyrrhus. Une phrase du second fragment, rapportant la réaction des habitants de l’Italie face à l’armée royale « ravageant également les possessions de leurs alliés et de leurs ennemis », pourrait faire allusion au pillage de la Campanie.

46 Eutr. 2.12.1.

47 Lefkowitz, 1959, p. 168. n. 24, qui fait remarquer que Préneste avait été autrefois sous domination étrusque.

48 De Sanctis, 19602 ; Lévêque, 1957, p. 337.

49 D.C. fr. 40.27.

50 On peut noter que Denys d’Halicarnasse conservait le souvenir des Étrusques, comme « premiers habitants » des cités campaniennes et de Capoue en particulier (D.H. 15.E = 15.3 Jacoby).

51 De Sanctis, 19602, p. 377.

52 Les fastes triomphaux mentionnent un triomphe de Ti. Coruncanius sur Volsinies et Vulci pour l’année 280 (Inscr. It. 13.1, p. 73).

53 Eutr. 2.12.2 : mox terrore exercitus qui eum cum consule sequebatur in Campaniam se recepit. Florus n’évoque pas la retraite de Pyrrhus dans le passage où il mentionne la marche sur Rome, mais, à propos de la bataille d’Héraclée, il affirme que le spectacle de la valeur romaine incita « à l’issue de la première bataille, cet homme habile à désespérer aussitôt du recours aux armes pour recourir à la ruse » (Flor. 1.13(18).14 : quippe post primam uictoriam intellecta uir callidus uirtute Romana statim desperauit armis seque ad dolos contulit).

54 Per. 13.12 : res praeterea contra Lucanos et Bruttios, Samnites et Etruscos prospere gestas continet.

55 Harris, 1971, p. 82-83.

56 App. Samn. 10.8: καὶ γὰρ ὁ ἔτερος ὕπατος τῷ Λαιβίνῳ Κορογκάνιος ἧκεν ἐκ Τυρρηνίας μεθ ̓ ἧς εἶχε παρασκευῆς.

57 App. Samn. 10.10: βαρείαν δ ̓ ἔχων ἤδη τὴν στρατιὰν ὑπὸ λείας καὶ πλήθους αἰχμαλώτων, ἀναθέμενος μάχην, ἀνέστρεϕεν ἐπὶ Καμπανίας, κτλ.

58 Schwartz, 1899, col. 1692-1694, avait mis en évidence, pour un certain nombre de passages de Dion et de Zonaras portant sur la période qui s’étend des origines de Rome à la guerre contre Pyrrhus, l’utilisation par Dion d’une source annalistique, bien distincte des traditions livienne et dionysienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuèle Caire, « D’Héraclée à Ausculum : les traditions historiographiques »Pallas, 79 | 2009, 233-247.

Référence électronique

Emmanuèle Caire, « D’Héraclée à Ausculum : les traditions historiographiques »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/14902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.14902

Haut de page

Auteur

Emmanuèle Caire

Maître de Conférences en langue et littérature grecques Université d’Aix-Marseille I CNRS UMR 6125
Emmanuele.caire[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search