Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Méditerranée antiqueLa place de l’Africa dans le bass...

Méditerranée antique

La place de l’Africa dans le bassin méditerranéen au lendemain de la troisième guerre punique : province romaine et traditions africaines

The place of Africa in the Mediterranean in the aftermath of the third Punic war: Roman province and African traditions
Béatrice Pasa
p. 269-279

Résumés

La position centrale dans le bassin Méditerranée occupée par l’Afrique du Nord orientale est sérieusement remise en question au lendemain de la troisième guerre punique. La chute de Carthage et l’annexion de son territoire par Rome provoquent une stagnation et parfois même un recul des activités économiques et sociales de la province. Néanmoins, certaines régions semblent profiter de ces changements. On observe un glissement des centres économiques, politiques et culturels vers les régions périphériques de l’ancienne métropole punique (Sahel et Haut-Tell). De plus, si cette région perd de sa prépondérance en Méditerranée, elle renforce son « ancrage africain » et occupe une place centrale en Afrique du Nord même.

Haut de page

Texte intégral

1Au temps de l’âge d’or de Carthage, l’Afrique du Nord punique occupait une place prépondérante en Méditerranée. Par sa position géographique, sa vocation commerciale et son expansion territoriale, la métropole punique avait su se constituer un véritable empire, lui assurant un rôle majeur, tant dans l’ensemble du bassin méditerranéen que sur le sol africain même.

2Cette position évolue avec le déclenchement des guerres puniques. Carthage se voit peu à peu privée de ses possessions en Sicile, en Sardaigne, en Corse et en Espagne. De même, les prétentions hégémoniques de Rome et le développement du royaume africain de Numidie l’obligent à se recentrer sur son territoire immédiat constitué de la partie nord-ouest de la Tunisie actuelle. La troisième guerre punique scelle le destin de Carthage avec la destruction de la cité au printemps 146 av. J.-C. et l’annexion de son territoire par Rome.

3Les conséquences de ces changements sont nombreuses et remettent fondamentalement en cause la place de cette région en Méditerranée. La tradition historiographique nous offre une image obscure des premiers temps de la province, entre la destruction de Carthage en 146 et les interventions césariennes en 46 av. J.-C., abandonnée de Rome et repliée sur elle-même. Mais l’analyse des sources littéraires et archéologiques permet d’entrevoir une autre réalité.

4En effet, si l’Afrique du Nord n’apparaît plus comme incontournable dans les domaines géopolitiques et commerciaux, elle ne disparaît pas pour autant de l’histoire méditerranéenne. Elle s’inscrit dans un horizon géopolitique différent que nous proposons d’explorer ici.

5Afin d’appréhender la question de la place de l’Africa en Méditerranée au lendemain de la chute de Carthage il est nécessaire de prendre en considération tant les rapports entretenus par Rome avec sa nouvelle province, que les manifestations du caractère africain de ce territoire et de son environnement. Ainsi, nous nous interrogerons dans un premier temps sur l’impact de la domination romaine sur l’activité et l’ouverture commerciale de cette région, examinant successivement la partie septentrionale et méridionale de la province ainsi que ses environs immédiats. Dans un second temps, nous nous intéresserons à la place de l’Africa en Afrique même, tant d’un point de vue culturel que par l’enjeu qu’elle représente pour le royaume de Numidie.

  • 1 Pline, HN, V, 25.
  • 2 Nous considèrerons ici la fossa regia comme la limite des possessions romaines en Afrique du Nord, (...)

6La nouvelle province est constituée des anciens territoires puniques. Elle est séparée des domaines numides par la fossa regia1 dont le tracé fait suite à un accord passé entre Scipion et les rois numides2. Si les terres romaines s’étendent de Tabarka à Thaenae, force est de constater que Rome ne va pas considérer l’ensemble de la province de la même façon et que de nombreuses différences apparaissent entre le nord et le sud.

  • 3 Strabon, XVII, 13.
  • 4 La question de la datation de cette centuriation est très discutée. Nous pensons qu’elle a pu prend (...)

7En effet, la partie septentrionale de la province a été la plus fortement marquée par le passage sous domination romaine. Tout d’abord, le gouverneur d’Africa s’établit à Utique, nouvellement promue capitale provinciale3. Mais surtout, cette région subit très tôt l’empreinte de Rome avec la mise en place de la centuriation Nord dès les premières années de vie de la province4. Enfin, c’est sur l’ancien emplacement de la métropole punique qu’est fondée en 122 av. J.-C. la colonia Iunonia Karthago par Caius Sempronius Gracchus.

8Cependant, malgré les apparences, Rome se montre relativement discrète dans cette région. Le projet de colonisation menée par les Gracques à Carthage rencontre l’opposition de l’aristocratie sénatoriale et la colonie est dissoute après l’assassinat de Caius Gracchus. Il faut attendre la période césaro-augustéenne avant de voir la fondation de nouvelles colonies romaines en Africa.

  • 5 César, Bellum Africum, LXXXVIII, 1 ; XC, 1 ; Plutarque, Caton le Jeune, LIX ; LXI ; LXIV ; Appien, (...)
  • 6 CIL I. 200, l. 77-78 et 80. Romanelli, 1981, pp. 319-363.

9De plus, très peu d’éléments nous informent sur la présence de Romains, ou plus généralement de Latins dans cette région. Après 146 av. J.-C., la présence d’Italiens n’est clairement attestée par les sources littéraires qu’à Utique, où résident le gouverneur, sa suite et les « trois cents negotiatores romains des plus riches »5. Des Latins sont également mentionnés dans la chôra de Carthage où quelques colons arrivés dans le cadre de la déduction de 122 s’implantent durablement, malgré l’abandon du projet de la colonie de Carthage. C’est du moins ce que laisse supposer la lex agraria de 111 qui évoque le cas des propriétaires de terres latins en Africa6. Mais il faut reconnaître que nous avons peu d’informations à leur sujet. Les sources littéraires nous apprennent que le nombre de colon aurait été fixé à 6.000, mais nous ne savons pas si tous immigrèrent, ce qui est peu probable, et si ceux arrivés en Afrique du nord restèrent sur ce territoire.

  • 7 Selon Sebaï, 2007, p. 139, « Rome empêche son ancienne rivale de faire revivre une vie municipale e (...)
  • 8 Le Cap Bon semble avoir été particulièrement touché par les conséquences de la troisième guerre pun (...)

10D’un point de vue économique, la destruction de Carthage et le désengagement de Rome semblent avoir eu, hormis pour Utique qui bénéficie de la disparition de son ancienne rivale, de lourdes conséquences dans cette partie septentrionale de la province7. En effet, l’étude des céramiques suggère une stagnation et parfois même un recul des importations, tant pour les cités de l’hinterland que pour les cités côtières8. Cependant, ce premier constat doit être nuancé. Peu de fouilles archéologiques se sont intéressées à la période pré-impériale de l’Africa et la datation de certains tessons ainsi que leur attribution à telle ou telle production est parfois sujette à caution.

11Si la région septentrionale de la province est particulièrement marquée par les conséquences de la destruction de Carthage et la création de l’Africa, ces changements vont également se faire sentir dans les régions hors de la domination directe de Rome, particulièrement au Sahel et le long de la fossa regia.

  • 9 Appien, Libyca, VIII ; Polybe, XIV ; Tite-Live, XXX, 7. Ces villes s’étaient rangées aux côtés de S (...)
  • 10 Appien, Libyca, 135 : « et pour celles qui s’étaient rangées aux côtés des Romains, il y eu donatio (...)

12Concernant la partie méridionale de la province, correspondant au Sahel tunisien actuel, la situation est tout autre. Contrairement à la partie septentrionale, Rome n’est pas intervenue dans cette région, du moins dans les premiers temps de la province. En effet, son territoire n’a pas été centurié au lendemain de la création de l’Africa. Les deux centuriations documentées sur ce territoire (la centuriation Centre-Est et la centuriation Sud-est) sont postérieures à la centuriation Nord et ont vraisemblablement été mises en place au lendemain de la conquête césarienne en 46 av. J.-C. Cette différence s’explique par le statut particulier accordé à plusieurs cités du Sahel. En effet, la lex agraria de 111 av. J.-C. ainsi que plusieurs sources littéraires révèlent que lors de la création de la province, les sept cités ayant pris le parti de Rome durant la troisième guerre punique furent déclarées liberae et immunes9 et obtinrent la jouissance de nouvelles terres10. De fait, ces peuples n’étaient pas soumis à l’impôt foncier et n’avaient donc pas obligation de centurier leurs terres. Parmi ces sept cités, quatre se trouvent dans la région du Sahel : Hadrumète, Lepti Minus, Thapsus et Acholla. Il semblerait que le territoire originel de ces quatre cités, auquel furent ajoutées les terres offertes par Rome, représentait la majeure partie du sud de la province, ce qui explique l’absence de cadastration romaine dans cette région (jusqu’en 46 av.).

  • 11 Pour le conventus d’Hadrumète et de Thapsus voir César, Bellum Africum, XCVII, 2. Enfin, la ville d (...)
  • 12 Voir l’étude des communautés italiennes d’Orient et de certaines villes d’Occident. Hatzfeld, 1919  (...)
  • 13 Despois, 1955, p. 104.

13On constate donc que la région du Sahel a nettement profité de l’indépendance concédée par Rome. Ainsi, les sources littéraires et archéologiques signalent la présence de Latins et de Romains dans plusieurs sites du Sahel, parfois sous forme de conventus comme c’est le cas à Hadrumète, Thapsus et probablement à Lepti Minus11. Ces conventus civium Romanorum, certainement majoritairement composés de negotiatores12 ont dû trouver différents avantages à s’implanter dans les cités libres du Sahel. Tout d’abord, il était sans doute plus sûr de s’installer dans une ville affichant des affinités avec Rome plutôt que dans une ville restée fidèle à la métropole punique. D’autre part, ces cités côtières se situent aux portes du Sahel, riche en grain,13 et deviennent, après la destruction de Carthage, le débouché essentiel des régions du sud-est de la dorsale tunisienne.

  • 14 Polybe, III, 1, 22. Voir entre autre Lancel, 1992, pp. 103-104.

14En effet, le traité de 509 av. J.-C. passé entre Carthage et Rome assurait la main-mise de la cité punique sur la côte orientale de l’Afrique du Nord, du « beau promontoire » (Cap Bon) au littoral des Syrtes14. La destruction de Carthage marquait, de fait, la disparition de ce verrou commercial ce qui accordait une plus grande liberté de commerce aux cités du Sahel.

  • 15 Les relations avec la Sicile sont confirmées par la découverte à Smirat et Thapsus de deux amphores (...)

15Cette interprétation est confirmée par les découvertes archéologiques. L’étude de la céramique recueillie dans le Sahel révèle des rapports commerciaux réguliers avec différentes régions du bassin méditerranéen. On constate, sur plusieurs, sites la présence de céramique campanienne A (ancienne, moyenne et tardive) et quelques tessons de campanienne B (bien moins présente) dont les zones de productions sont situées en Etrurie et en Campanie. Notons également la présence de campanienne C, produite en Sicile15.

  • 16 Alors qu’à Carthage, la lampe punique domine. 141 lampes hellénistiques contre 210 lampes puniques (...)
  • 17 Deneauve, 1969, p. 45.

16L’examen des lampes confirme ces relations commerciales. Les exemplaires découverts dans les nécropoles sahéliennes sont uniquement représentés par des modèles importés et particulièrement par des lampes dites « hellénistiques »16. Si plusieurs de ces objets sont issus d’ateliers locaux, nombre d’exemplaires sont importés au départ de zones de productions situées entre le monde grec, la Sicile et l’Italie17.

  • 18 Van Der Werff, 1977-78, p. 180-200. Cette typologie a été affinée par Ramon Torres, 1995.
  • 19 Van Der Werff, 1977-78, p. 180-200.
  • 20 Voir Van Der Werff, 1977-78, p. 193 et 195.

17Enfin, une place particulière doit être accordée aux amphores. La grande majorité de celles qui ont été découvertes dans la région du Sahel est constituée d’amphores dites de « tradition punique ». Elles correspondent aux formes 1 et 2 de la typologie de Van Der Werf18. La forme 1 a été produite à Carthage du ive s. jusqu’à la moitié du iie s. av. J.-C. ; la forme 2 a vraisemblablement été produite dans la zone du littoral sahélien, de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. à la fin du ier s. apr. Des exemplaires de cette dernière forme ont été retrouvés en divers points du bassin méditerranéen jusqu’à l’époque augustéenne19. En comparant la diffusion en Méditerranée des formes 1 et 2 on remarque que, si les exportations du Sahel aux iie et ier s. av. sont loin d’égaler les exportations de la Carthage punique, le Sahel a su conquérir de nouveaux marchés, notamment dans le bassin oriental20.

18Les changements intervenus au printemps 146 semblent donc bien avoir été profitables à la partie méridionale de l’Africa. En effet, tout en bénéficiant d’une autonomie vis-à-vis de Rome, elle voit plusieurs de ses cités fréquentées par des citoyens romains ou de droit latin, dont la majorité était certainement des negotiatores. De plus, un premier aperçu des importations et exportations suggère un certain dynamisme économique dans cette région.

19Cette situation présente de nombreuses similitudes avec celle observée sur les terres numides aux environs immédiats de la province.

  • 21 Céramique campanienne A tardive B et C, amphores Lamboglia 2 et Dressel 1.
  • 22 César, Guerre d’Afrique, 97.
  • 23 Salluste, Guerre de Jugurtha, 47.

20Bien que plusieurs cités numides montrent un net développement à partir du début du iie s. av. J.-C., il est fort probable que la chute de Carthage ait favorisé leur essor commercial. Les fouilles archéologiques ont révélé la présence de céramiques d’importations caractéristiques de la seconde moitié du iie s. av. et du ier s. av. J.-C.21 sur plusieurs sites, de Maktar à Vaga (Maktar, Zama, Musti, Dougga et Vaga pour ne citer que les principaux). Cette situation est confirmée par la présence de communautés italiennes dans cette région. Si la question de l’implantation des vétérans de Marius soulève de nombreuses interrogations et incertitudes, la présence d’Italiens est, elle, clairement attestée par les sources littéraires. Les récits de la Guerre de Jugurtha et de la Guerre d’Afrique mentionnent des Italiens à Zama22 et surtout à Vaga (connue pour être une place commerçante majeure du royaume numide) où, nous dit Salluste « un grand nombre de nationaux italiens avaient établi à la fois leurs résidences et leurs comptoirs. »23

21Au lendemain de la troisième guerre punique plusieurs changements se font jour en Africa et l’on assiste notamment à un glissement des centres économiques. En effet, à l’époque punique, Carthage détenait un monopole commercial dans la partie orientale de l’Afrique du Nord. Sa disparition va permettre l’essor de plusieurs cités, jusque-là maintenues dans l’ombre de la métropole punique. C’est du moins ce que nous laisse supposer l’implantation de negotiatores à Utique, au Sahel et dans les cités numides, ainsi que l’examen des produits d’importations et d’exportations retrouvés dans ces sites.

22Cependant, bien que certaines régions maintiennent, voire intensifient leurs relations économiques avec différents secteurs du bassin méditerranéen, aucune cité africaine ne parvient à égaler ou à reconquérir la place de Carthage dans un monde désormais dominé par Rome dont les prétentions hégémoniques sont de plus en plus marquées.

23Toutefois, si l’Africa n’occupe pas une place privilégiée sur la scène méditerranéenne, elle va conforter son appartenance au monde nord-africain tant par sa culture que par l’enjeu qu’elle représente pour le royaume numide.

24D’un point de vue culturel, le passage sous domination romaine entraîne peu de changements en Africa, notamment dans les premiers temps de la province. En effet, cette région reste inscrite dans une koinè africaine aux multiples facettes au sein de laquelle les éléments puniques se mêlent aux traditions libyco-berbères.

  • 24 Leglay, 1961 ; Leglay, 1966 ; et plus récemment Cadotte, 2007.

25Une multitude d’éléments bien connus attestent de la persistance de la civilisation punique en Africa, particulièrement dans les domaines politique, linguistique ou religieux. Ce dernier aspect a fait l’objet de nombreuses études qui ont révélé la survie et l’évolution des cultes traditionnels, l’exemple le mieux connu étant celui de la transformation de Baal Hammon en Saturne Africain24.

  • 25 Carton, 1906 ; Ben Younès, 1981, p. 114-125.
  • 26 Foucher, 1966 ; Ben Younès, 1981, p. 136-142.
  • 27 Gridel, 1925-1926 ; Ben Younès, 1981, p. 145-154.
  • 28 Ben Younès, 1995.
  • 29 Les deux autres sanctuaires puniques du Sahel sont ceux d’Hadrumète et de Bir Tlelsa. Celui d’Hadru (...)

26Cependant, l’étude que nous avons entreprise du paysage religieux africain au iie s et ier s. av. J.-C. montre qu’au-delà d’une simple continuité cultuelle, on assiste à une augmentation du nombre des sanctuaires au lendemain de la troisième guerre punique. Parmi les six sanctuaires de type punique que compte le Sahel, trois sont clairement datés de la moitié du iie s. av. J.-C. au ier s. apr., période où ils sont transformés en sanctuaires de type romain. Il s’agit des sanctuaires d’El-Kénissia,25 de Menzel Harb26 et de Sidi-El- Hani27. Cela pourrait également être le cas du sanctuaire d’Henchir Bou Chebib28. Les prospections réalisées sur ce site ont révélé quelques objets datés de la seconde moitié du iie s. et du ier s. av. J.-C., mais aucun sondage n’a pu être réalisé29.

  • 30 Entre autre, Bourgeois, 1979-1980, p. 17.
  • 31 Ferjaoui (dir), 2007.
  • 32 En dernier lieu, voir Saint-Amans, 2004, p. 43.
  • 33 En dernier lieu, Sebaï, 2007, p. 143 et suiv. et p. 631 et suiv.

27Ce phénomène n’est pas limité à la zone du Sahel. Au-delà de la fossa regia trois sanctuaires apparaissent vers le milieu ou la seconde moitié du iie s. av. J.-C. à Maktar,30 Henchir El- Hami31 et Dougga32. Il pourrait en être de même à l’intérieur de la province à Thuburbo Maius et Thinissut33.

28Il est vrai que ce relevé n’en est qu’à ses débuts et ce premier tableau mérite d’être approfondi et complété. Plusieurs indices donnent à penser que d’autres sites pourraient être concernés par ce phénomène. Toutefois, ces premiers résultats paraissent assez intéressants, surtout si l’on rapproche la date de création de ces sanctuaires de celle de la destruction de Carthage. Il est difficile d’envisager que leur correspondance relève entièrement du hasard, notamment dans le cas des sanctuaires ruraux comme à El-Kénissia, Menzel Harb, Sidi-El- Hani et Henchir El-Hami.

29On peut dès lors se demander s’il est légitime de déceler dans ces sanctuaires la trace des survivants de Carthage. Le souci du maintient du culte des divinités carthaginoises semble avoir été primordial dans les discours prononcés par les ambassadeurs carthaginois devant les consuls Manilius et Censorinus en 149. C’est du moins ce que suggère Appien dans la restitution qu’il fait du discours de Bannon :

« Il s’agit également de sauver ses sanctuaires, si nombreux, et ses dieux, qui ne commettent aucune faute : vous ne saurirez les priver de panégyries, de processions, de fêtes, pas plus que vous ne devez priver les tombes des sacrifices qui leur sont dus, puisque les morts ne sont plus soumis aux rigueurs de votre justice. Et si vous avez également pitié de nous, épargnez le feu sacré de notre cité, épargnez sa place publique, épargnez la déesse protectrice du Conseil […] »

et plus loin

  • 34 Appien, Libyca, 84. Ce à quoi Censorinus répond « Quand vous aurez changé de résidence, il vous ser (...)

« En échange nous vous proposons une solution, préférable pour nous, et pour vous plus glorieuse. Laissez tranquille notre ville, qui ne vous a rien fait ; quant à nous, que vous cherchez à déplacer, exterminez-nous si vous le désirez ! En agissant ainsi, le monde pensera en effet que vous exercez votre rage sur des hommes et non sur des sanctuaires, des dieux, des tombes et une cité qui n’a rien fait de mal. »34

Bien qu’il s’agisse d’un discours reconstruit, on peut envisager que la question de la survie des divinités de Carthage ait été abordée lors des entrevues entre Romains et Carthaginois à la veille de la troisième guerre punique.

  • 35 C’est notamment l’hypothèse formulée par Picard, 1983, p. 193 pour le cas de Mactar.

30La marque de survivants Carthaginois dans l’apparition de sanctuaires au milieu du iie s. av. J.-C. reste une hypothèse35. Très peu d’indices nous permettent de corroborer cette idée mais cela reste une piste envisageable, surtout pour les sanctuaires ruraux. Le cas des sanctuaires urbains est un peu différent, de même, que celui des sanctuaires au-delà de la fossa regia. Pour ces derniers, il faudrait vérifier dans quelle mesure l’annexion par la Numidie des terres de la basse vallée de la Medjerda dans les années 150 rentre en ligne de compte.

31L’exemple des sanctuaires illustre bien la vitalité de la culture punique dans les premiers temps de la province romaine. Bien d’autres éléments corroborent cette idée, notamment dans le domaine linguistique. Les composantes majeures de l’identité punique semblent donc peu affectés par l’évolution du cadre politique.

  • 36 Certains historiens y ont vu une des causes de la troisième guerre punique mais cette hypothèse res (...)

32Enfin, la place de l’Africa en Afrique du Nord s’illustre par l’enjeu qu’elle représente pour le royaume numide. Dans les années 160-150 av. J.-C., Massinissa profite de l’affaiblissement de Carthage et surtout de l’interdiction qui lui est faite d’engager une guerre sans la permission de Rome pour multiplier les incursions dans les territoires puniques. Il annexe la région des Syrtes, ainsi qu’une partie de la vallée du Bagradas, connue pour sa fertilité et ses richesses. Plusieurs historiens ont supposé que les visées numides ne s’arrêtaient pas au Tell et que Massinissa aurait convoité l’ensemble du domaine punique, Carthage compris36.

  • 37 CIL I. 200, l. 81 P. Cornelius imperator leib] eris regis Massinissae dedit, habereve fruive iusit.

33Quoi qu’il en soit, l’annexion par Rome du territoire carthaginois marque le coup d’arrêt de l’expansion numide en direction des côtes orientales. Du moins pour la partie Nord. Le cas de la région sud est un peu plus complexe. Un extrait de la loi agraire de 111 av. J.-C. nous apprend qu’au lendemain de la troisième guerre punique, une partie des terres conquises par Rome aurait été cédées aux enfants de Massinissa en récompense de leur aide durant le conflit37. Malheureusement le texte de loi ne fournit pas plus de détails.

  • 38 Sur ce sujet, voir Kolendo, 1976.
  • 39 Cicéron, De lege agraria, II, XXII.
  • 40 Gsell, HAAN, VII, p. 80.
  • 41 Cicéron, De lege agraria, II, XXII.
  • 42 Saumagne, 1962, pp. 407-416 ; Saumagne, 1963, pp. 47-62 ; Trousset, 1977, p. 190.
  • 43 Chevallier, Caillemer, 1957, p. 282.

34Nous retrouvons la trace de ces possessions dans les écrits de Cicéron38. Ce dernier affirme que les terres possédées par le roi Hiempsal en Africa auraient fait l’objet de litige.39 Il s’agit très certainement des mêmes terres dont la possession a été confirmée au roi numide par l’accord conclu en 75 av. avec le consul C. Aurelius40. Cependant, la localisation de ces terres reste incertaine. Cicéron nous parle d’« agros in ora maritima »41. Mais cette localisation correspond plutôt aux domaines des cités libres. Il est plus judicieux, à la suite de Ch. Saumagne,42 de situer le domaine remis aux héritiers de Massinissa entre les villes libres et le tracé (présumé) de la fossa regia. D’une part, il serait contigu au royaume numide, d’autre part, cette région ne présente pas de vestiges de centuriations ou d’autres aménagements du territoire43. Ces terres représenteraient une sorte de « marche » entre le royaume numide et la province.

35Si l’on s’en tient à cette proposition on constate qu’il n’y avait qu’un pas entre les possessions numides et les côtes sahéliennes, un pas que peut-être les souverains numides ont essayé de franchir.

  • 44 Voir en dernier lieu Alexandropoulos, « Les monnaies », in Ferjaoui (dir.), 2007, p. 434-448. Plus (...)
  • 45 Deux as républicains romains pour 54 monnaies puniques et 44 monnaies numides à Henchir El-Hami : o (...)
  • 46 Pour l’ouest, on comparera l’absence totale de monnaie numide parmi les trouvailles des fouilles fr (...)
  • 47 Carton, 1906, p. 115.
  • 48 C’est le cas à Misurata : Alexandropoulos et Fakroun, 1998, p. 35-39 ; voir aussi le trésor de Tarh (...)

36En effet, si l’on observe la situation monétaire de la province aux deux derniers siècles avant notre ère, on remarque que la circulation des monnaies est presque uniquement composée, pour le bronze, d’émissions puniques et numides44. Les monnaies romaines de bronze sont particulièrement rares45. Les collections encore non publiées des musées tunisiens montrent, en revanche, que le denier romain remplace, pour la circulation du numéraire d’argent, les anciennes monnaies de Carthage en l’absence de frappes numides de ce métal. Dans la partie nord-est de la province, on trouve une majorité de pièces puniques de bronze, proportion qui s’inverse à mesure que l’on s’en éloigne. Cela n’a évidemment rien de surprenant pour l’ouest, en direction de la Numidie,46 mais la constatation est valable également pour le sud. Sur certains sites, on trouve exclusivement des monnaies numides, comme c’est le cas pour le sanctuaire d’El-Kénissia,47 cas d’autant plus remarquable qu’il est très proche d’Hadrumète, tête de pont de la civilisation punique au Sahel. Dans le sanctuaire même d’Hadrumète, les monnaies numides côtoient les émissions puniques, de même qu’à Lepti Minus. La découverte de monnaies numides dans les nécropoles et sanctuaires ainsi que dans les contextes urbains du Sahel montre que cette région était pleinement ouverte au royaume de Numidie. Enfin, dans la partie sud de la Byzacène et en Tripolitaine, les émissions numides sont nettement majoritaires48. On pourrait y voir la volonté des rois africains d’exercer une certaine domination sur la région du Sahel.

  • 49 Cette pratique est largement attestée en Afrique du Nord. Par exemple Baradez, 1962.
  • 50 Voir Cintas, 1947, p. 56 et Goetschy, 1900, p. 526.
  • 51 Voir la discussion sur ce point dans Ferjaoui, 2007, p. 439-448.

37Mais dans quelle mesure peut-on faire confiance aux éléments de ce matériel monétaire ? Beaucoup de ces monnaies ont été découvertes dans des contextes votifs et funéraires où elles font office d’offrandes. Dès lors, il n’est pas assuré qu’elles soient représentatives de l’état du circuit monétaire. En effet, ce n’était plus une monnaie qui circulait, mais une monnaie stockée. De plus, par la fonction d’offrande que ces exemplaires monétaires occupent dans les sanctuaires et les nécropoles, on pourrait y voir des reliquats monétaires. Les dédicants auraient préféré mettre dans les tombes où dans les dépôts votifs des monnaies hors d’usage, plutôt qu’une monnaie marchande49. Cette pratique pourrait être rapprochée de la découverte de rondelles de métal ou encore de rondelles de céramique recouvertes d’une pellicule de métal, semblables de forme et de taille aux monnaies puniques et numides50. Toutefois, bien des monnaies ont été retrouvées dans un contexte chronologique correspondant à leur période d’émission et représentent des données plus fiables. Quant à celles qui proviennent des sanctuaires, il faut remarquer qu’elles voisinent souvent avec des monnaies très fraîches que l’on n’hésitait pas à offrir aux dieux51.

38On doit, certes, rester prudent sur les conclusions à tirer de ce matériel, et la présence particulièrement fréquente de monnaies numides dans la partie méridionale de la province ne suffit pas à y voir une domination effective, de nature économique ou politique, de la Numidie. Cependant, ces sources numismatiques jointes à notre connaissance de l’expansion territoriale numide dans la première partie du iie s. av. J.-C., révèlent un intérêt accru du royaume africain pour la région côtière du Sahel. Cette idée gagne en probabilité si l’on accepte de situer les territoires romains offerts aux rois numides après 146 à l’est du chapelet des Sebka. La Numidie avait alors tout intérêt à chercher un accès direct aux côtes littorales du Sahel.

39Ainsi, si la vocation méditerranéenne de l’Afrique du nord orientale sous la domination punique avait été nettement amoindrie par la chute de Carthage, la vocation africaine de ce territoire était, elle, bien maintenue.

40Les changements intervenus au lendemain de la troisième guerre punique remettent fondamentalement en cause la place de la partie orientale de l’Afrique du nord en Méditerranée. La destruction de Carthage va entraîner une paralysie de la majeure partie de ses anciens territoires qui se manifeste, entre autre, par une stagnation économique. Mais on l’a vu, ce phénomène ne touche pas l’intégralité de la province. Bien au contraire, la disparition de la métropole punique va permettre l’affirmation de la cité d’Utique et l’essor commercial de la côte sahélienne. Outre la place méditerranéenne que l’Africa va s’efforcer peu à peu de reconquérir, on est marqué par le caractère africain de cette région tant d’un point de vue culturel que par les liens qu’elle entretient, voire accentue, avec le monde libyco-numide.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropoulos, J. et Fakroun, M., 1998, Monnaies puniques et numides du Musée de Misurata, Libya Antiqua, 4, p. 35-39.

Alexandropoulos, J., 2007, Les monnaies de l’Afrique antique, Toulouse.

Badian, E., 1958, Foreign Clientelae, Oxford.

Baradez, J., 1962, Monnaies africaines anciennes découvertes dans les tombes du ier s. apr. J.-C., dans M. Renard (éd.), Hommages à Albert Grenier, Bruxelles, pp. 216-227.

Ben Younès, H., 1981, La présence punique au Sahel d’après les données littéraires et archéologiques, Tunis.

Ben Younes, H., 1995, Un sanctuaire punique à Henchir Bou Chebib (Sahel tunisien), REPPAL, 9, p. 11-20.

Bonifay, M., Capelli, Cl., Martin, Th., Picon, M. et Vallauri, L., 2002-2203, Le littoral de la Tunisie, étude géoarchéologique et historique (1987–1997). La céramique, AntAfr, 38-39, p. 125-203.

Bourgeois, A., 1979-1980, La céramique du sanctuaire d’ḤoṬer Miskar à Mactar, Karthago, 20, p. 17-69.

Bullo, S., 2002, Provincia Africa. Le città e il territorio dalla caduta di Cartagine a Nerone, Rome.

Cadotte, A., 2007, La romanisation des dieux. L’interpretatio romana en Afrique du Nord sous le Haut-Empire, Leiden-Boston.

Carton, L., 1906, Le sanctuaire de Tanit à El-Kénissia, Paris.

Chevallier, R. et Caillemer, A., 1957, Les centuriations romaines de Tunisie, Annales, 12, p. 275-286.

Cintas, P., 1947, Sanctuaire punique de Sousse, Revue Africaine, p. 1-80.

Cintas, P., 1950, Céramique punique, Tunis.

Clavel-Lévêque, M. et Lévêque, P., 1971, Villes et structures urbaines dans l’occident romain, Paris.

Crawley Quinn, J., 2003, Imperialism and Culture in North Africa : The Hellenistic and Early Roman Eras, Berkeley, (PhD).

Deneauve, J., 1969, Lampes de Carthage, Paris.

Despois, J., 1955, La Tunisie orientale. Sahel et basse Steppe, Paris, (1ère éd. 1940).

Ferjaoui, A (dir.), 2007, Le sanctuaire de Henchir El-Hami. De Baal Hammon à Saturne, ier s. av. J.-C.- ive s. apr. J.-C., Tunis.

Foucher, L., 1966, Un sanctuaire néopunique à Menzel Harb, Africa, 1, p. 119-130.

Gobert, E. G. et Cintas, P., 1941, Smirat, Revue Tunisienne, p. 83-121.

Goetschy, M., 1900, Fouilles exécutées devant la porte oust de la Casbah de Sousse, BCTH, p. 525-530.

Gridel, H., 1925-1926, Notes sur un temple à Sidi-El-Hani, B.S.A.S., 17, p. 74-80.

HAAN = Gsell, S., 1921-1928, Histoire Ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 8 volumes.

Hatzfeld, J. 1919, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris.

Khiri, A., (dir.), 2006, Numismatique et histoire monétaire de la Tunisie, Collections monétaires de la Banque Centrale de Tunisie, Tome I, Tunis.

Kolendo, J., 1976, Le Colonat en Afrique sous le Haut-Empire, Paris.

Lancel, S., 1992, Carthage, Paris.

Lassère, J.-M., 1977, Ubique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C.-235 p. C.), Paris.

Leglay, M., 1966, Saturne africain. Histoire, Paris.

Leglay, M., 1961, Saturne africain, monuments, I : Afrique proconsulaire, Paris.

Mahjoubi, A., 1978, Recherches d’Histoire et d’Archéologie à Henchir El-Faouar (Tunisie). La cité des Belalitani Maiores, Tunis.

Picard, C., 1983, Les Maktarois vus par eux même entre la conquête césarienne et la promotion coloniale, Atti del I Congresso Internazionale di Studi Fenici e Punici, I, Rome, 5-10 novembre 1979, Roma, p. 193-198.

Ponssot, L., 1927, Note relative à un sanctuaire néopunique découvert à Bir Tlelsa, BCTH, p. 29-36.

Ramon Torres, J., 1995, Las ánforas fenicio-púnicas del Mediterráneo central y occidental, Palma de Mallorca.

Romanelli, P., 1981, In Africa e a Roma. Scripta minora selecta, Rome.

Saint-Amans, S., 2004, Topographie religieuse de Thugga (Dougga). Ville romaine d’Afrique proconsulaire (Tunisie), Bordeaux.

Saumagne, Ch., 1962, Observations sur le tracé de la fossa regia, CT, 10, p. 407-416.

Saumagne, Ch., 1963, Le Byzacium protoromain, Stipendiarii, Liberi Massinissae, CT, 44, p. 47-62.

Sebaï, M., 2007, La vie religieuse dans les cités de Zeugitane (ier-ive siècles de notre ère), Paris.

Slim, H., Trousset, P., Paskoff, R. et Oueslati, A. 2004, Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique, Paris.

Trousset, P., 1977, Nouvelles observations sur la centuriation romaine à l’est d’El Jem, AntAfr, 11, p. 175-207.

Van Der Werff, J. H., 1977-78, Amphores de tradition punique à Uzita, Babesch, n° 52-53, p. 180-200.

Haut de page

Notes

1 Pline, HN, V, 25.

2 Nous considèrerons ici la fossa regia comme la limite des possessions romaines en Afrique du Nord, bien que cette vision puisse être discutée. Voir Crawley Quinn, 2003, p. 96-98.

3 Strabon, XVII, 13.

4 La question de la datation de cette centuriation est très discutée. Nous pensons qu’elle a pu prendre place au lendemain de la création de la province ou lors de la colonisation gracchienne et non dans le cadre de la colonie augustéenne. En dernier lieu voir Bullo, 2002, p. 19. Contra, Quinn, 2003, p. 109-112.

5 César, Bellum Africum, LXXXVIII, 1 ; XC, 1 ; Plutarque, Caton le Jeune, LIX ; LXI ; LXIV ; Appien, Guerre civile, II, 95, 97 ; Salluste, Guerre de Jugurtha, LXIV, 5 ; LXV. Gsell, H.A.A.N., VII, p. 71.

6 CIL I. 200, l. 77-78 et 80. Romanelli, 1981, pp. 319-363.

7 Selon Sebaï, 2007, p. 139, « Rome empêche son ancienne rivale de faire revivre une vie municipale et de même décourage tout développement urbain ».

8 Le Cap Bon semble avoir été particulièrement touché par les conséquences de la troisième guerre punique. Les traces d’occupation de cette région entre 146 et 46 av. J.-C. sont quasiment nulles (excepté pour le site de Thinissut). Pour la zone côtière, voir Slim et al., 2004 ; Bonifay et al, 1997.

9 Appien, Libyca, VIII ; Polybe, XIV ; Tite-Live, XXX, 7. Ces villes s’étaient rangées aux côtés de Scipion l’Africain lors de son débarquement en Afrique. Mais dans certains cas, les relations d’amitié avec Rome remontent à la seconde guerre punique.

10 Appien, Libyca, 135 : « et pour celles qui s’étaient rangées aux côtés des Romains, il y eu donation d’un territoire gagné à la pointe de l’épée ».

11 Pour le conventus d’Hadrumète et de Thapsus voir César, Bellum Africum, XCVII, 2. Enfin, la ville de Lepti Minus a probablement accueilli un conventus dès l’époque républicaine. En effet, beaucoup de gentilices retrouvés dans cette ville sont également présents à Utique et Hadrumète (10 noms sur 19). Lassère, 1977, p. 97.

12 Voir l’étude des communautés italiennes d’Orient et de certaines villes d’Occident. Hatzfeld, 1919 ; Clavel-Lévêque et Lévêque, 1971, p. 175.

13 Despois, 1955, p. 104.

14 Polybe, III, 1, 22. Voir entre autre Lancel, 1992, pp. 103-104.

15 Les relations avec la Sicile sont confirmées par la découverte à Smirat et Thapsus de deux amphores de type punique portant une marque représentant un triskèle. Gobert, Cintas, 1941, p. 102. À Smirat, la nécropole où a été découverte l’amphore est datée de la fin du iiie au début du iie s. av. J.-C.

16 Alors qu’à Carthage, la lampe punique domine. 141 lampes hellénistiques contre 210 lampes puniques dans la nécropole d’Ard el-Keraïb (ve-iiie s. av.). Deneauve, 1969, p. 43. Remarquons ici une particularité : dans les sanctuaires on trouve exclusivement des lampes puniques à trois becs.

17 Deneauve, 1969, p. 45.

18 Van Der Werff, 1977-78, p. 180-200. Cette typologie a été affinée par Ramon Torres, 1995.

19 Van Der Werff, 1977-78, p. 180-200.

20 Voir Van Der Werff, 1977-78, p. 193 et 195.

21 Céramique campanienne A tardive B et C, amphores Lamboglia 2 et Dressel 1.

22 César, Guerre d’Afrique, 97.

23 Salluste, Guerre de Jugurtha, 47.

24 Leglay, 1961 ; Leglay, 1966 ; et plus récemment Cadotte, 2007.

25 Carton, 1906 ; Ben Younès, 1981, p. 114-125.

26 Foucher, 1966 ; Ben Younès, 1981, p. 136-142.

27 Gridel, 1925-1926 ; Ben Younès, 1981, p. 145-154.

28 Ben Younès, 1995.

29 Les deux autres sanctuaires puniques du Sahel sont ceux d’Hadrumète et de Bir Tlelsa. Celui d’Hadrumète se distingue des autres par son ancienneté. Celui de Bir Tlelsa n’est connu que par des stèles découvertes hors site. Le site même n’a pas encore été identifié ce qui ne permet pas de datation certaine. Toutefois, les deux plus anciennes stèles remonteraient au iie s. av. J.-C. et 10 autres seraient à placer dans le ier s. av. et au plus tard, le ier s. apr. n. è. Poinssot, 1927, p. 35.

30 Entre autre, Bourgeois, 1979-1980, p. 17.

31 Ferjaoui (dir), 2007.

32 En dernier lieu, voir Saint-Amans, 2004, p. 43.

33 En dernier lieu, Sebaï, 2007, p. 143 et suiv. et p. 631 et suiv.

34 Appien, Libyca, 84. Ce à quoi Censorinus répond « Quand vous aurez changé de résidence, il vous sera possible de construire d’autres autels, d’autres sanctuaires… » Appien, Libyca, 89, 419.

35 C’est notamment l’hypothèse formulée par Picard, 1983, p. 193 pour le cas de Mactar.

36 Certains historiens y ont vu une des causes de la troisième guerre punique mais cette hypothèse reste très discutée Vogel-Weidemann, 1989, p. 82. À l’opposé, Badian, 1958, p. 134 considère cette hypothèse comme « absurde ».

37 CIL I. 200, l. 81 P. Cornelius imperator leib] eris regis Massinissae dedit, habereve fruive iusit.

38 Sur ce sujet, voir Kolendo, 1976.

39 Cicéron, De lege agraria, II, XXII.

40 Gsell, HAAN, VII, p. 80.

41 Cicéron, De lege agraria, II, XXII.

42 Saumagne, 1962, pp. 407-416 ; Saumagne, 1963, pp. 47-62 ; Trousset, 1977, p. 190.

43 Chevallier, Caillemer, 1957, p. 282.

44 Voir en dernier lieu Alexandropoulos, « Les monnaies », in Ferjaoui (dir.), 2007, p. 434-448. Plus généralement sur la circulation monétaire, Alexandropoulos, 2007, p. 150-171.

45 Deux as républicains romains pour 54 monnaies puniques et 44 monnaies numides à Henchir El-Hami : op. cit. p. 410 ; La collection de la Banque Centrale de Tunisie contient 8 as et diviseurs républicains pour 61 monnaies puniques des derniers temps de Carthage et 326 monnaies numides : Alexandropoulos, in Khiri, 2006, p. 210-241.

46 Pour l’ouest, on comparera l’absence totale de monnaie numide parmi les trouvailles des fouilles françaises de Byrsa - alors que l’on y trouve des monnaies de Marseille, de Cyrène et que deux monnaies d’Utique sont apparues dans les fouilles allemandes (renseignements J. Alexandropoulos) avec la proportion majoritaire de monnaies numides à Henchir El Hami (voir note précédente).

47 Carton, 1906, p. 115.

48 C’est le cas à Misurata : Alexandropoulos et Fakroun, 1998, p. 35-39 ; voir aussi le trésor de Tarhouna, composé uniquement de 176 monnaies numides vraisemblablement émises avant la chute de Carthage et dont certaines avaient peu circulé (renseignements J. Alexandropoulos).

49 Cette pratique est largement attestée en Afrique du Nord. Par exemple Baradez, 1962.

50 Voir Cintas, 1947, p. 56 et Goetschy, 1900, p. 526.

51 Voir la discussion sur ce point dans Ferjaoui, 2007, p. 439-448.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Pasa, « La place de l’Africa dans le bassin méditerranéen au lendemain de la troisième guerre punique : province romaine et traditions africaines »Pallas, 79 | 2009, 269-279.

Référence électronique

Béatrice Pasa, « La place de l’Africa dans le bassin méditerranéen au lendemain de la troisième guerre punique : province romaine et traditions africaines »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/15051 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.15051

Haut de page

Auteur

Béatrice Pasa

Doctorante, PLH-Erasme, EA 4153, ATER à l’Université de Toulouse II-le Mirail
beatricepasa[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search