Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Méditerranée antiqueLa Méditerranée, l’Océan et l’oik...

Méditerranée antique

La Méditerranée, l’Océan et l’oikouménè dans l’œuvre de Posidonius et à travers le personnage de Pompée

The Mediterranean, the Ocean and the oikouménè in Posidonius’s work and through the character of Pompey
Donata Villani
p. 283-293

Résumés

Au premier siècle avant notre ère, la domination romaine en Méditerranée devient un fait établi, les horizons de Rome sont repoussés jusqu’à l’Océan. A travers deux personnages qui ont marqué cette période, nous essayons de caractériser la vision de la mer Intérieure, et plus largement du monde qui l’entoure. L’étude porte sur deux œuvres du philosophe Posidonius d’Apamée, ses Histoires et De l’Océan, ici mises en relation avec la géographie des actions du général romain Pompée. Les deux hommes se connaissaient, et leurs liens avec la Méditerranée sont évidents. Pourtant, tous deux s’intéressent aussi clairement au monde des marges, traduisant ainsi une préoccupation forte de cette période. Cette communication vise à caractériser et comprendre la vision de la Méditerranée, de l’oikoumene et de l’Océan qui transparaît dans l’œuvre du philosophe et dans les actions du général romain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la communication de K. Clarke qui suit.

1Dans cette première partie de notre exposé en deux temps1, nous nous concentrerons sur deux personnages qui ont marqué le ier siècle av. J.-C : Posidonius d’Apamée, philosophe stoïcien, et Pompée. Nous confronterons les écrits du philosophe aux actions du général romain et essaierons de caractériser la perception de la Méditerranée, de l’Océan et de l’oikouménè qui se dégage de ce rapprochement.

  • 2 Sur la vie du philosophe, voir entre autres Reinhardt, R.E., 1953, cols 563‑567 ; Laffranque, 1964, (...)
  • 3 Laffranque, 1964, pp. 49 et suiv.
  • 4 Strabon, VII, 5, 8 ; Plutarque, Marius, XLV, 7.
  • 5 Voir les testimonia T29‑34 (T9 Jac.) pour ses liens avec Cicéron ; T35‑39 (T8a et T8b Jac.) pour se (...)

2Posidonius connaissait bien le monde méditerranéen. Né à Apamée en Syrie, une des villes les plus cosmopolites du monde hellénistique2, il s’est installé à Rhodes où il a pris la tête de l’Ecole Stoïcienne, après avoir étudié à Athènes auprès de Panaitios. Son œuvre, pour être bien comprise, doit être mise en relation avec les grands événements politiques et sociaux qu’a connus le monde méditerranéen à son époque : l’achèvement de la conquête par Rome de l’ensemble du bassin méditerranéen, mais aussi la série de guerres civiles qui ont frappé la République romaine, ou encore les grandes révoltes serviles. Il a aussi été le témoin du développement des relations directes du monde gréco-latin avec les peuples « barbares » situés autour du monde gréco-romain3. Esprit curieux et observateur, il a complété sa connaissance de la Méditerranée et du monde méditerranéen oriental par un long voyage dans le bassin occidental de la Méditerranée, au cours duquel il s’est notamment rendu en Gaule et en Espagne, à Gadeira, où il a étudié le phénomène des marées. On retrouve de nombreux éléments de ce séjour d’étude dans son œuvre. Posidonius a vécu pour l’essentiel à Rhodes, dont il fut ambassadeur à Rome en 86. On sait qu’il fut, en cette qualité, reçu par Marius4. Ses liens avec certains membres influents de la société romaine de son époque, comme Cicéron ou Pompée5, lui ont permis de construire un point de vue complexe sur l’évolution du monde romain.

  • 6 Cette extrême variété de centres d’intérêt et d’étude est un des traits marquants de l’œuvre du phi (...)
  • 7 L’édition d’Edelstein et Kidd répond à une demande des chercheurs de réévaluer le corpus, face à la (...)
  • 8 Τὰ μετὰ Πολύβιον.
  • 9 Περὶ Ὠκεανοῦ καὶ τῶν κατ´ αὐτόν.

3De l’œuvre monumentale et extrêmement variée6 du philosophe ne nous sont parvenus que des fragments, édités à plusieurs reprises. Nous avons généralement utilisé, dans le cadre de cette réflexion, l’édition d’Edelstein et Kidd7, qui ne recense que les fragments explicitement attribués à Posidonius. Toutefois nous nous sommes également appuyée sur l’édition de Jacoby, dont les commentaires nous ont largement éclairée. Les deux ouvrages auxquels nous nous sommes intéressée, les Histoires, qui constituent une suite des Histoires de Polybe8, et De l’Océan9, sont connus à travers plusieurs auteurs : Athénée, Strabon et Plutarque rapportent une grande partie des travaux historiques de Posidonius. Strabon, dans le second livre de sa Géographie, fournit le seul fragment certainement attesté de son De l’Océan.

  • 10 Ce deuxième triomphe est présenté, selon les auteurs, comme un triomphe sur l’Espagne (Velleius Pat (...)
  • 11 En 67, la victoire de Pompée contre les pirates dits « ciliciens » clôt une série de campagnes mené (...)
  • 12 Tite Live, Per., 99 ; Plutarque, Pompée, 25, 2 ; Appien, Mith., XCIII, 424 ; Dion Cassius, XXXVI, 2 (...)
  • 13 Cicéron, Prou. Cons., 31, trad. Jean Cousin, CUF, 1969 : unum aliquem portum tutum et clausum tener (...)

4Nous confronterons, au cours de cet exposé, les écrits du philosophe à la géographie des actions d’un autre personnage, qui est en cette première moitié du ier siècle un des Romains les plus puissants et les plus influents du monde méditerranéen, Pompée. Le général romain a en effet conduit des campagnes militaires « aux quatre coins » de la Méditerranée, comme s’il avait accompli un périple de cette mer. Il a triomphé trois fois : en 79 sur l’Afrique, où il avait éradiqué les troupes marianistes, en 71 sur l’Espagne10, où il avait vaincu Sertorius, aux côtés de Metellus, et en 61 sur l’Orient. Ce dernier triomphe couronnait ses victoires sur la piraterie « cilicienne »11 et sur Mithridate. C’est lors de cette campagne contre les pirates, en 67, que Pompée, alors à l’apogée de sa carrière militaire, obtient l’imperium conféré par la lex Gabinia, qui lui accordait des pouvoirs extraordinaires sur toute la Méditerranée et sur une frange de 50milles à l’intérieur des terres, des colonnes d’Hercule aux eaux orientales12. En quelques mois, il parvient à une victoire totale sur les pirates qu’il installe sur des terres comme colons. A la suite de ce succès éclatant, Pompée obtient de nouveaux pouvoirs et remplace Lucullus dans la campagne contre Mithridate. Il « ferme » la Méditerranée à l’est, la rendant presque intégralement romaine. Ainsi, en 56, lors de son discours Sur les provinces consulaires13, Cicéron peut parler d’une Méditerranée devenue un port sûr et bien clos, grâce à la valeur de Pompée.

  • 14 Voir l’article de K. Clarke qui suit.

5Nous essaierons, à travers cette étude, de caractériser la perception de la Méditerranée, de l’Océan et de l’oikouménè qui se dégage des écrits et des actions des deux hommes. Dans un second temps, K.Clarke se chargera de rattacher cette vision du monde à celle qu’exprime Strabon dans sa Géographie14.

  • 15 Strabon, XI, 1, 6 : καὶ τὴν ἱστορίαν συνέγραψε τὴν περὶ αὐτόν (F 79 Edelstein ; T 11 Jac).
  • 16 Reinhardt, R.E., 1953, col. 638‑640
  • 17 Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II.C., p. 156‑157 : « von der allerdings jede Spür fehlt ». Concern (...)
  • 18 Strasburger, 1965, p. 44.

6Les Histoires de Posidonius commencent en 146. Elles se composent de 52 livres, et portent sur la période immédiatement antérieure et contemporaine de notre auteur. La question de la fin de l’œuvre est sujette à débat. Un des aspects du problème concerne l’inclusion ou non de tout ou partie des campagnes de Pompée en Orient. Strabon précise que Posidonius consacra une monographie à Pompée15 : En outre, il [i.e. Posidonius] a écrit sur lui [i.e. Pompée] un ouvrage historique. K. Reinhardt en accepte l’idée16, de même que F. Jacoby. Ce dernier précise toutefois « qu’il nous en manque toute trace » 17. Pour H. Strasburger, il est possible que Strabon, en mentionnant une histoire de Pompée, ne se réfère pas à une monographie, mais à une continuation du travail principal des Histoires, cataloguée sous ce titre car Pompée en était la figure principale18. Il ne s’agira pas ici de trancher cette question formelle, mais nous essaierons de souligner la place particulièrement importante qu’occupait probablement Pompée dans l’œuvre de Posidonius.

  • 19 Laffranque, 1964, pp. 119‑121.
  • 20 Posidonius est en effet connu pour « sa recherche des causes », qui lui a été reprochée par certain (...)
  • 21 Polybe, I, 4. Voir Laffranque, 1964, p. 123.

7L’organisation de l’œuvre révèle la volonté de Posidonius d’établir une histoire universelle du bassin méditerranéen de son époque19. Il semble en effet s’être attaché, selon les livres, à telle ou telle partie de ce monde centré sur la Mer Intérieure, cherchant à expliquer les événements, à les rapprocher, les comparer20, à la manière de son prédécesseur Polybe21. En même temps qu’il décrit la progression romaine en Méditerranée, Posidonius s’intéresse aux peuples « barbares » qui partagent ce monde avec les Romains, dont il décrit les coutumes, les caractères, avec un réel intérêt. L’ethnographie des Gaulois, avec lesquels il a pu vivre pendant une période lors de son voyage en Méditerranée occidentale en est une illustration. L’intérêt de Posidonius pour les peuples « barbares », tant à la frange du monde gréco-romain qu’au-delà, est un des traits remarquables de son œuvre. La Méditerranée de Posidonius n’est pas encore le centre de la civilisation, comme elle le sera chez Strabon. Elle le devient, au gré des conquêtes de Rome. La colonisation des pirates, après leur défaite, participe de ce processus de civilisation et d’intégration par Rome des non-Romains.

  • 22 Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II. C, p. 156 ; Reinhardt, R.E., 1953, col. 630 ; Malitz, 1983, p.  (...)
  • 23 Strasburger, 1965, p. 44.
  • 24 Strabon, XIV, 668 et suiv. ; Plutarque, Pompée, XXIV et XXVIII ; Appien, Mith., 92, 416‑96, 445.
  • 25 Strasburger, 1965, p. 40‑53. De son côté, si Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II.C., p. 158, convien (...)
  • 26 Jacoby, 19572, FGrH, II. A, F 108.
  • 27 Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II.C., p. 159. affirme que « pour la compréhension de Posidonius, s (...)
  • 28 Strabon, XIV, 668 et suiv.
  • 29 Plutarque, Pompée, XXIV et XXVIII ; Appien, Mith., 92, 416‑96, 445.
  • 30 Strasburger, 1965, p. 43 note 34.
  • 31 Les thèmes de l’épiméléia et de la philanthropia de Pompée sont en effet récurrents chez Plutarque (...)
  • 32 Strasburger, 1965, p. 49. Jacoby, 19572, FGrH, II. A, F 112.

8De même que l’existence d’une monographie sur Pompée, la question de la fin des Histoires de Posidonius a été largement débattue. Si la plupart des commentateurs de l’œuvre s’accordent sur le fait qu’elles se poursuivaient jusqu’au milieu des années quatre-vingt avant notre ère22, certains historiens comme H. Strasburger, proposent d’y intègrer les campagnes de Pompée en Orient, estimant une fin en 6323. En effet, pour ce dernier, la plupart des références relatives aux origines et au déploiement de la piraterie cilicienne, mais aussi concernant son élimination par Pompée24, ont pour origine l’œuvre de Posidonius25. L’auteur appuie son argumentation sur des comparaisons entre les récits liés au pouvoir croissant des pirates et la description chez Diodore de la première révolte d’esclaves en Sicile26 dont l’origine posidonienne ne semble pas discutée. H. Strasburger soutient en effet, à la suite de F. Jacoby27, que Diodore est la meilleure source, en dehors des fragments clairement attribués à Posidonius, pour découvrir ce qui est caractéristique du philosophe et ainsi identifier des fragments ultérieurs dans la tradition secondaire. Il souligne que ce thème de la piraterie a été traité intensivement par le philosophe, mais il admet que les fragments sont maintenant tellement éparpillés dans les sources secondaires et mélangés avec la tradition romaine que toute délimitation précise devient très difficile. Selon H. Strasburger, l’origine posidonienne du long passage de Strabon sur le développement de la piraterie cilicienne ne fait pas de doute28. De même, il considère Posidonius comme la source directe ou indirecte des récits correspondants chez Plutarque, Vie de Pompée, et Appien, Mithridatike29. Posidonius est en effet connu pour son appréhension globale des phénomènes sociaux et son exigence de leur compréhension dans leur complexité. H. Strasburger souligne ainsi la présence chez les trois auteurs de considérations étiologiques et circonstancielles similaires, ainsi que d’une « forte interaction entre, d’une part, les problèmes d’histoire politique, et d’autre part, les problèmes sociaux, économiques, éthiques et psychologiques », qui laissent penser que Posidonius en est la source30. Ainsi le développement de la piraterie résulte-t-il de l’appauvrissement des populations, à la suite des guerres contre Mithridate. De fait, les activités de commerce exercées par la piraterie étaient devenues socialement acceptées, ce qui explique la présence, parmi les pirates, de jeunes gens de bonne famille. Plutarque et Appien insistent également sur la clémence et la philanthropie de Pompée envers les pirates vaincus31. H. Strasburger rapproche ce portrait d’un Pompée « philanthrope » des paroles de Scipion Nasica au sujet de la destruction de Carthage, soulignant ainsi l’importance aux yeux de Posidonius du problème à la fois moral et politique que représente le traitement juste par Rome de ses sujets32.

9Cette hypothèse de l’origine posidonienne des différents récits concernant la piraterie cilicienne et son élimination par Pompée développée par H. Strasburger, que nous venons de rapporter, suggère une conception commune chez Posidonius et Pompée d’une Méditerranée qui se romanise progressivement et devient le centre de la civilisation.

  • 33 Pline, N H, VII, 112 ; Cicéron, Tusc., II, 61 ; Plutarque, Pomp., 42, 5 ; Strabon, XI, 1, 5‑6.
  • 34 Feeney, 2007, p. 59 et suiv.
  • 35 Pline, H.N., VII, 99. trad. Robert Schilling, CUF, 1977 : Asiam ultimam prouinciarum accepisse eand (...)

10On ne peut ici s’empêcher de penser aux rencontres qui ont eu lieu entre le philosophe et le général romain. Pompée s’était en effet arrêté deux fois à Rhodes, où il avait rencontré Posidonius, une première fois avant son expédition contre les pirates, et une seconde fois après33. Plus généralement, les liens entre les deux hommes et la polémique entre les historiens concernant la monographie consacrée à Pompée par Posidonius posent la question de la place occupée par le général romain dans l’œuvre du philosophe. Cette place est indéniablement importante, essentielle même. Le monde méditerranéen décrit par Posidonius s’universalise avec Pompée, qui concrétise ainsi les aspirations de Polybe. Pour la première fois, l’empire romain peut affirmer sa véritable domination de la Méditerranée34. Pompée incorpore l’Asie à la Méditerranée romaine, et Pline peut ainsi rapporter ses propos : son titre de gloire suprême a été (comme il l’a dit lui-même dans le discours qu’il prononça sur ses faits d’armes) de recevoir l’Asie comme une province frontière pour la rendre à sa patrie comme province intérieure35. Avec Pompée, les horizons romains s’étendent jusqu’aux limites du monde.

  • 36 Strabon, II, 2.1- 3.8. (F 49 Edelstein et Kidd, F 28 Jac.)
  • 37 Strabon conclut en critiquant le goût de Posidonius pour la recherche des causes.
  • 38 Strabon, II, 3, 7‑8.

11L’intérêt que Posidonius porte aux peuples barbares dans ses Histoires est aussi présent dans son traité De l’Océan. Il n’existe, nous l’avons précisé, qu’un seul fragment de l’œuvre attribué avec certitude à Posidonius, au livre II de la Géographie de Strabon36. Le géographe résume dans ce long passage certaines théories tirées de l’ouvrage du philosophe. Strabon commence par situer la théorie des zones de Posidonius par rapport à celles de ses prédécesseurs, avant de l’exposer, en fonctions des phénomènes célestes, puis de la géographie humaine. Vient ensuite une discussion concernant l’Océan qui entoure la Terre, lors de laquelle Strabon expose l’argument de Posidonius en ce sens. Il s’agit du récit et de l’analyse du voyage d’Eudoxe de Cyzique autour de la Libye. Strabon y critique la méthode de Posidonius. Le géographe aborde ensuite la théorie du philosophe concernant les changements de niveau de la mer et de la Terre, ainsi que sa mesure du monde habité. Enfin, il discute les diverses divisions géographiques en zones, en continents, et selon la géographie humaine37. Les thèmes abordés par Posidonius dans De l’Océan ont ainsi probablement couvert plusieurs de nos « disciplines scientifiques » modernes telles que la physique, les mathématiques ou encore l’astronomie. Nous avons déjà mentionné l’étude poussée du phénomène des marées qui y était certainement rattachée. Mais cette œuvre semble aussi être une description des confins du monde habité et des peuples qui y vivent. La théorie des zones terrestres, par exemple, y est rattachée à des considérations d’ordre ethnographique, concernant les Indiens et les Ethiopiens38. Cet intérêt de Posidonius pour l’ethnographie, présent dans les Histoires, occupait aussi probablement une place importante dans De l’Océan.

  • 39 Reinhardt, R.E., 1953, col. 666 : « Der Ozean war das Urmeer, woraus sich die Oikumene hervorgebild (...)

12Le thème de l’Océan est essentiel à cette période : il conserve sa valeur homérique de fleuve qui entoure le continent habité, il est la « mer primitive »39 mais il est aussi pour Posidonius un objet scientifiquement étudié, notamment pour ses marées. De plus, il est connu par quelques navigateurs. L’Océan, au ier s. avant notre ère, représente aussi la limite à atteindre pour les imperatores de la fin de la période républicaine.

  • 40 Clarke, 1999, p. 308 : « It was with Pompey that the idea of Roman rule stretching right across the (...)

13On trouve de façon récurrente un langage des extrémités et des limites chez les différents auteurs qui rapportent les campagnes de Pompée. Le thème de l’Océan comme symbole de la domination du monde habité est essentiel dans les récits de ses triomphes, et souligne son « universalisme », évoqué plus haut à propos de la Méditerranée. « C’est avec Pompée que l’idée de l’empire romain s’étendant à l’ensemble du monde connu prend une forme cohérente. Les horizons romains à cette période étaient d’une ampleur jamais atteinte »40, pour reprendre les mots de K. Clarke.

  • 41 Pompée, XIII, 7,
  • 42 Sur ces aspects de l’imitatio Alexandri voir Michel, 1967, p. 35‑66.
  • 43 Plutarque, Pompée, XIV, 6
  • 44 Plutarque, Pompée, II, 1‑4
  • 45 Purcell, 1995, p. 139 : « The Greek conceptual division of the Mediterranean into two domains shape (...)

14La propagande organisée autour du général romain et qui faisait de lui un conquérant de l’oikouménè s’est probablement développée dès son premier triomphe. Plutarque précise que c’est à cette occasion que Pompée reçut le surnom de Magnus41. La propagande pompéienne s’est en effet construite essentiellement autour de l’assimilation de Pompée à Alexandre42. Lors de ce premier triomphe, par exemple, Pompée souhaitait faire tirer son char par un attelage d’éléphants, mais dut finalement y renoncer, la porte de la Ville étant trop étroite43. Cet attelage composé d’éléphants aurait accentué, au-delà du surnom, le rapprochement entre Pompée et Alexandre, mais rappelait aussi Dionysos. Plutarque insiste, dès le début de sa biographie, sur la ressemblance physique entre le général romain et Alexandre44, et certaines vertus d’Alexandre occupent une place importante dans les sources : la jeunesse, la chasse ou encore la célérité dans la victoire. A travers l’assimilation à Alexandre, c’est à Dionysos et à Hercule que Pompée était comparé, incarnant à lui seul « les deux options pour la conquête du monde »45. Pline parle de Pompée en ces termes :

  • 46 Pline, HN, VII, 95. trad. Robert Schilling, CUF, 1977.

Enumérer ici tous les titres victorieux et toutes les victoires de Pompée le Grand intéresse la gloire non seulement d’un homme, mais de tout l’empire romain : il égala l’éclat des exploits non seulement d’Alexandre le Grand, mais presque encore d’Hercule et de Liber Pater46.

15Ce discours d’un Pompée conquérant des marges atteint son apogée au moment du troisième triomphe, présenté comme la victoire sur le monde habité, jusqu’aux frontières de l’Océan. L’intitulé de ce triomphe, qui célébrait ses succès contre les pirates et Mithridate, n’est pas évident. Les auteurs anciens donnent des listes différentes des régions et des peuples vaincus. Pline l’Ancien dit avoir reproduit la notice officielle :

  • 47 Pline, NH, VII, 98. trad. Robert Schilling, CUF, 1977.

Quant au triomphe, qu’ il célébra le troisième jour avant les calendes d’octobre, sous le consulat de M. Pison et M. Messala, en voici la notice officielle : « ayant libéré les côtes maritimes des pirates et rendu la souveraineté de la mer au peuple romain, Pompée a triomphé de l’Asie, du Pont, de l’Arménie, de la Paphlagonie, de la Cappadoce, de la Cilicie, de la Syrie, des Scythes, des Juifs, des Albaniens, de l’Hibérie, de l’île de Crète, des Basternes, et, en outre, du roi Mithridate et de Tigrane47.

  • 48 Plutarque, Pompée, XXXV, 5‑6 ; Appien, Mith., 103, reprenant probablement un des thèmes de l’histor (...)

On peut penser que le détail de noms de peuples inconnus et donc mystérieux faisaient partie de l’exaltation du caractère extrême et presque légendaire de l’expédition de Pompée aux confins du monde. Plutarque et Appien racontent ainsi que Pompée combattit des Amazones dans le Caucase, lors de sa campagne contre Mithridate48. Cicéron, dans le Pro Sestio, discours prononcé du vivant de Pompée, dit de lui :

  • 49 Cicéron, Pro Sestio, XXXI, 68. trad. Jean Cousin, CUF, 1965.

Ce héros dont l’indomptable vaillance avait vaincu les citoyens les plus criminels, les ennemis les plus acharnés, les nations les plus puissantes, des rois et des peuples inconnus jusqu’alors, une multitude de brigands et même des esclaves, qui, après avoir étouffé toutes les guerres sur terre et sur mer, avait étendu l’empire romain jusqu’aux limites du monde, […]49.

Ce thème de la victoire sur la Terre entière est bien sûr repris par Plutarque :

  • 50 Plutarque, Pompée, XLV, 6, trad. Robert Flacelière et Emile Chambry, CUF, 1973.

Mais ce qui mettait le comble à sa gloire et qui n’était jamais arrivé à aucun Romain, c’est qu’il célébrait son troisième triomphe sur le troisième continent : d’autres sans doute avant lui avaient triomphé trois fois, mais Pompée, après avoir triomphé d’abord de la Libye, puis de l’Europe, semblait, en triomphant en dernier lieu de l’Asie, avoir en quelque sorte soumis par ses trois triomphes le monde entier50.

Les trois triomphes de Pompée ont ainsi valeur de triomphe sur le monde habité. Monde méditerranéen et monde des marges se trouvent liés par ses victoires. Celui-ci incarne le conquérant des trois continents bordant la mer Intérieure, du monde habité jusqu’à l’Océan Extérieur.

  • 51 Sauron, 1987, p. 464‑466.

16Le thème de l’Océan permet « de faire coïncider l’histoire et le mythe », selon les mots de G. Sauron51, qui fournit une analyse convaincante du décor du théâtre de Pompée sur le Champ de Mars, dans laquelle il suggère que le théâtre représentait symboliquement l’oikouménè limitée par l’Océan.

  • 52 Reinhardt, 1921, p. 126 : « das Problem der Oikumene war zuletzt die Weltmeerfrage » ; 1953, R.E., (...)
  • 53 Clarke, 1999, p. 191‑192 : « One need, […], was for the scope and limits of the new world to be set (...)

17Cette fonction de l’Océan comme objet permettant de définir l’oikouménè est aussi évoquée par K. Reinhardt concernant l’œuvre de Posidonius : « le problème du monde habité résidait en définitive dans la “question de l’Océan” »52. K. Clarke émet l’hypothèse d’une construction littéraire d’un monde unifié par Posidonius à travers ses deux œuvres. Cela irait dans le sens des préoccupations d’une époque durant laquelle s’accomplissait la domination mondiale de Rome, le monde habité devenant monde romain. Ainsi, « Il était important de fixer l’étendue et les limites du nouveau monde : la taille, la forme, et les zones habitables du globe physique qui devenait presque synonyme des aspirations impériales de Rome. […] L’Océan qui encerclait tout ne représentait pas seulement une évocation des conceptions géographiques globales depuis Homère, il était aussi le symbole le plus puissant de la domination du monde »53.

  • 54 Crawford, 1974, 449/4b (Pl. LI).

18On trouve ainsi par deux fois Pompée associé au globe représentant la Terre, le monde qu’il a soumis : Tout d’abord, le globe est figuré sur un denier émis par son gendre Faustus Sylla en 5654 :

Denier émis par Faustus Cornelius Sylla en 56 av. J.-C.

Denier émis par Faustus Cornelius Sylla en 56 av. J.-C.

Tiré de Crawford, 1974, 449/4b (Pl. LI).

  • 55 Crawford, 1974, p. 450 ; Nicolet, 1988, p. 53‑54 ; Sauron, 1994, p. 256.
  • 56 Velleius Paterculus, II, 40, 4.
  • 57 La figure d’Hercule rappelait aussi probablement la restauration par Pompée du temple d’Hercules In (...)

19Au centre, un globe est entouré de trois petites couronnes. Au-dessus figure une couronne nettement plus grande, à gauche un aplustre, à droite un épi de blé. Il s’agit évidemment d’une représentation des trois triomphes de Pompée (les trois petites couronnes), mais aussi de l’imperium terra marique qui lui avait été accordé en 67, dont nous avons parlé plus haut, imperium sur toute la Méditerranée et jusqu’à cinquante milles à l’intérieur des terres. L’ornement de proue symbolise la mer, l’épi de blé, la terre. Ce dernier peut également représenter la cura annonae confiée à Pompée en 57, lors de laquelle une nouvelle fois, des pouvoirs très étendus lui avaient été confiés sur terre comme sur mer, dans le monde méditerranéen, pour approvisionner Rome. Le globe symbolise la Terre55 et rappelle les triomphes de Pompée sur le monde habité. La couronne plus importante placée au dessus du globe représente la corona aurea que Pompée pouvait porter en certaines occasions, ainsi que tous les insignes du triomphateur56, privilège qui lui avait été accordé après son troisième triomphe. Au droit de cette monnaie figure Hercule coiffé de la leontè, image qui visait sans doute à identifier Pompée au héros pacificateur de l’oikouménè57.

  • 58 Coarelli, 1971‑72, p. 118‑121, propose de revenir à la tradition qui avait identifié cette statue à (...)
  • 59 Sauron, 1994, p. 258 et suiv. ; Coarelli, 1971‑72, p. 99‑122.
  • 60 Sauron, 1994, p. 256 ; Crawford, 1974p. 450 ; Nicolet, 1988, p. 53‑54.

20On retrouve la sphère associée à Pompée dans la main de la statue que F. Coarelli a identifiée comme représentant le général romain58, qui se trouvait dans la Curie de son complexe théâtral du Champ de Mars. La statue reprend l’iconographie classique du héros mythique : Pompée est nu, le manteau sur l’épaule, un baudrier barrant sa poitrine. Il tient dans sa main une sphère. La mise en scène créée par le décor, éclairée par G. Sauron et F. Coarelli59, permet d’identifier cette sphère au globe terrestre : un des éléments d’unité du complexe résidait dans le fait que la célèbre statue de Pompée, qui était installée au fond de la Curie, faisait face à la statue de Vénus Victrix. Celle-ci se situait à l’extrémité occidentale de l’axe, à 40 mètres au-dessus du complexe, symbolisant le monde des dieux. Pompée prenait place en contre bas, chez les hommes, en vainqueur du monde habité. Vénus tenait dans sa main la Victoire, Pompée, représenté en héros grec, la Terre. Le lien entre ces deux figures était symbolisé par la Victoire, que la déesse envoyait à Pompée, qui la recevait. Pompée se situait dans le monde des hommes, en vainqueur de l’oikouménè, avec, dans sa main, le monde qu’il avait conquis60.

  • 61 Clarke, 1999, p. 185‑192.

21Ainsi, si Pompée semble clairement méditerranéen, par ses victoires en forme de « périple », et s’insère en cela pleinement dans le monde décrit par Posidonius dans ses Histoires, l’Océan est omniprésent dans les récits qui l’accompagnent. Le général romain illustre aussi, de ce point de vue, le fort intérêt porté au monde des marges durant ce premier siècle avant J.-C, que le philosophe d’Apamée décrit dans De l’Océan. Nous pouvons ici reprendre, pour conclure, l’hypothèse proposée par K. Clarke selon laquelle, à travers ses deux œuvres, Posidonius semble décrire l’oikouménè dans son ensemble, depuis le monde méditerranéen jusqu’à ses marges imposées par l’Océan61. Pompée, dont la place qu’il occupe dans l’œuvre de Posidonius reste à préciser, joue probablement un rôle d’élément universalisant de ce monde désormais unifié. Les horizons romains sont repoussés bien au-delà de la Méditerranée, jusqu’à l’Océan qui entoure le monde.

Haut de page

Bibliographie

Clarke, K., 1999, Between Geography and History. Hellenistic Constructions of the Roman World, Clarendon Press, Oxford.

Coarelli, F., 1971‑1972, « Il complesso pompeiano del campo Marzio e la sua decorazione scultorea », dans Rendiconti della Pontificia Accademia di Archeologia, Roma, XLIV, 1971‑72, p. 99‑122.

Crawford, M., 1974, Roman Republican Coinage, Cambridge University Press.

De Souza, F., 1999, Piracy in the Graeco-Roman World, Cambridge, Cambridge University Press.

Edelstein, L. and Kidd, I. G, 1972, Posidonius, The fragments, Cambridge University Press.

Feeney, D., 2007, Cesar’s Calendar. Ancient Times and the Beginnings of History, University of California Press, Berkerley, Los Angeles, London.

Gros, P., 1987, La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne, L’Urbs. Espace urbain et histoire. Ier siècle avant J.-C. – iiie siècle après J.-C., Rome, coll. E.F.R. 98, p. 319‑343.

Hahm, D. E., 1989, Posidonius’s theory of historical causation, ANRW, 36.3, p. 1325‑1363.

Jacoby, F., 1957, 2e éd. [1926], réimpression 1995, Die Fragmente der griechischen Historiker, Leiden, New York, Köln, Brill.

Kidd, I.G., 1985, Poseidonian Methodology and the Self-Sufficiency of Virtue, Entretiens Fondation Hardt 32 (Aspects de la philosophie hellénistique), p. 1‑21.

Kidd, I.G., 1988, Posidonius, the commentary, 2 vol. , Cambridge University Press.

Kidd, I.G., 1989, Posidonius as Philosopher-Historian, dans M. Griffin and J. Barnes (éd.), Philosophia Togata. Essay on Philosophy and Roman Society, Oxford, Clarendon Press.

Kidd, I.G., 1999, Posidonius, the translation of the fragments, Cambridge University Press.

Laffranque, M., 1964, Posidonius d’Apamée, PUF, Paris.

Malitz, J., 1983, Die Historien des Posidonius, München, Verlag C.H. Beck.

Marasco, G., 1987a, Aspetti della pirateria cilicia nel I a. C, GFF, X, p. 129‑145.

Marasco, G., 1987b, Roma e la pirateria cilicia, RSI, XCIX, p. 122‑146.

Michel, D., 1967, Alexander als Vorbild für Pompeius, Caesar und Marcus Antonius. Archeologische Untersunchungen, Coll. Latomus 94, Bruxelles.

Nicolet, Cl., 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire Romain, Paris.

Ormerod, H. A., 1924, Piracy in the Ancient World, an essay on Mediterranean history, Liverpool University Press.

Purcell, N., 1995, On the Sacking of Carthage and Corinth, dans D. Innes, H. Hine and C. Pelling (éd.), Ethics and Rhetoric : Classical Essays for Donald Russell on his Seventy-Fifth Birthday, Oxford, p. 133-148.

Reinhardt, K., 1921, Poseidonios, Beck, München.

Reinhardt, K., 1953, Posidonius von Apameia, dans Pauly-Wissowa, Real-Encyclopedie, vol. XXII, cols. 558‑826.

Roddaz, J.-M., 2005, Tropaea in finibus : l’épigraphie et l’exaltation de la conquête aux confins de l’Empire, dans M.-G Angelli-Bertinelli et A. Donati, Epigrafia di confine, confine dell’epigrafia. Atti del colloquio AIEGL – Borghesi, 2003, Faenza, p. 33‑47.

Sablayrolles, R., 2006, Caesar pontem fecit… Voyageurs du bout du monde et conquérants de l’inutile, Pallas, 72, p. 339‑367.

Sauron, G., 1987, Le complexe pompéien du Champ de Mars : nouveauté urbanistique à finalité idéologique, L’Urbs. Espace urbain et histoire. ier siècle avant J.-C. – iiie siècle après J.-C., Rome, coll. E.F.R. 98, p. 457‑473.

Sauron, G., 1994, Quis Deum ? L’expression plastique des idéologies politiques à Rome, Ecole Française de Rome.

Strasburger, H., 1965, Posidonius on problems of the Roman Empire, JRS, LV, p. 40‑53.

Haut de page

Notes

1 Voir la communication de K. Clarke qui suit.

2 Sur la vie du philosophe, voir entre autres Reinhardt, R.E., 1953, cols 563‑567 ; Laffranque, 1964, p. 45‑97 ; Malitz, 1983, p. 5‑33. Jacoby, 19572, FGrH, p. 154 et suiv. ; Kidd, 1999, Introduction.

3 Laffranque, 1964, pp. 49 et suiv.

4 Strabon, VII, 5, 8 ; Plutarque, Marius, XLV, 7.

5 Voir les testimonia T29‑34 (T9 Jac.) pour ses liens avec Cicéron ; T35‑39 (T8a et T8b Jac.) pour ses liens avec Pompée. (Sauf mention contraire, nous utiliserons tout au long de cet exposé les références de l’édition de Edelstein et Kidd, 1972, suivies de leur correspondance dans l’édition de Jacoby, 19572, FGrH, II.A.)

6 Cette extrême variété de centres d’intérêt et d’étude est un des traits marquants de l’œuvre du philosophe, dont les écrits touchent tous les aspects de la philosophie, mais aussi l’astronomie, la météorologie, les mathématiques, l’hydrologie, la séismologie, la zoologie, la botanique, l’anthropologie et l’histoire. Voir entre autres Kidd, 1988, Introduction ; Kidd, 1985, p. 1‑7. Voir aussi la liste des ouvrages très probablement écrits par Posidonius chez Laffranque, 1964, pp. 100‑101.

7 L’édition d’Edelstein et Kidd répond à une demande des chercheurs de réévaluer le corpus, face à la tendance au « tout posidonien » qui a longtemps prévalu. Laffranque, 1964, pp. 1‑44, reprend les débats qui ont entouré « la question posidonienne » Sur les problèmes d’attribution et de choix des fragments, Kidd, 1985, p. 1‑7, Edelstein et Kidd, 1972, Introduction, xv-xix ; le parti pris éditorial d’Edelstein et Kidd était de ne recenser que les fragments explicitement attribués à Posidonius, laissant de côté ce qui, même selon toute vraisemblance, était d’origine posidonienne mais n’était pas clairement attribué au philosophe par les auteurs, de manière à fournir une nouvelle base de travail solide aux chercheurs posidoniens. On ne trouve ainsi pas de fragments tirés des écrits de Diodore dans cette édition, pourtant inclus dans l’édition de Jacoby.

8 Τὰ μετὰ Πολύβιον.

9 Περὶ Ὠκεανοῦ καὶ τῶν κατ´ αὐτόν.

10 Ce deuxième triomphe est présenté, selon les auteurs, comme un triomphe sur l’Espagne (Velleius Paterculus II, 30, 1 ; Plutarque, Pompée, XI, 11) ou comme un triomphe sur l’Europe (Velleius Paterculus, II, 40 ;˘Plutarque, Pompée, XLV, 7 ; Dion Cassius, XLII, 5). Il faut rappeler que Pompée avait conquis, au cours de cette campagne, 876 oppida, énumérés sur son trophée érigé dans les Pyrénées. (Pline, NH, III, 3, 18 ; VI, 26, 95‑96.) Voir Roddaz, 2005, p. 33‑47. On peut cependant penser que lorsque les auteurs parlent d’un triomphe sur l’Europe, ils ne reprennent pas l’intitulé du triomphe de 71, mais le thème du « triomphe sur les trois continents » probablement développé au moment du troisième triomphe de Pompée en 61.

11 En 67, la victoire de Pompée contre les pirates dits « ciliciens » clôt une série de campagnes menées par Rome contre ce fléau depuis près d’un demi siècle. Ces pirates, alors alliés de Mithridate, étaient originaires de différentes régions du bassin oriental de la Méditerranée. Voir entre autres, Ormerod, 1924, p. 190 et suiv. ; De Souza, 1999, p. 97‑178 ; Marasco, 1987 a), p. 129‑147 ; Marasco, 1987 b), p. 122‑146.

12 Tite Live, Per., 99 ; Plutarque, Pompée, 25, 2 ; Appien, Mith., XCIII, 424 ; Dion Cassius, XXXVI, 23, 1.

13 Cicéron, Prou. Cons., 31, trad. Jean Cousin, CUF, 1969 : unum aliquem portum tutum et clausum teneri.

14 Voir l’article de K. Clarke qui suit.

15 Strabon, XI, 1, 6 : καὶ τὴν ἱστορίαν συνέγραψε τὴν περὶ αὐτόν (F 79 Edelstein ; T 11 Jac).

16 Reinhardt, R.E., 1953, col. 638‑640

17 Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II.C., p. 156‑157 : « von der allerdings jede Spür fehlt ». Concernant la discussion qui entoure cette question, voir Kidd, 1988, p. 331 et suiv.

18 Strasburger, 1965, p. 44.

19 Laffranque, 1964, pp. 119‑121.

20 Posidonius est en effet connu pour « sa recherche des causes », qui lui a été reprochée par certains de ses successeurs. Voir Strabon, II, 3, 8.

21 Polybe, I, 4. Voir Laffranque, 1964, p. 123.

22 Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II. C, p. 156 ; Reinhardt, R.E., 1953, col. 630 ; Malitz, 1983, p. 32. Pour Laffranque, 1964, pp. 117‑118, nous ne pouvons avoir de certitude que jusqu’en 96.

23 Strasburger, 1965, p. 44.

24 Strabon, XIV, 668 et suiv. ; Plutarque, Pompée, XXIV et XXVIII ; Appien, Mith., 92, 416‑96, 445.

25 Strasburger, 1965, p. 40‑53. De son côté, si Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II.C., p. 158, convient d’une utilisation indirecte de Posidonius par Appien dans les Mithridatike, ainsi que par Plutarque dans les Vies de Marcellus et de Marius, il se montre plus réticent concernant la Vie de Pompée.

26 Jacoby, 19572, FGrH, II. A, F 108.

27 Jacoby, 19572, FGrH, Kommentar, II.C., p. 159. affirme que « pour la compréhension de Posidonius, son utilisation par Diodore s’avère plus importante que les maigres fragments des Histoires qui nous sont parvenus ». (« für das Verständnis P.s ist die Benutzung durch Diodor wichtiger, als die für die Historien nicht sehr ausgiebigen Fragmente. »).

28 Strabon, XIV, 668 et suiv.

29 Plutarque, Pompée, XXIV et XXVIII ; Appien, Mith., 92, 416‑96, 445.

30 Strasburger, 1965, p. 43 note 34.

31 Les thèmes de l’épiméléia et de la philanthropia de Pompée sont en effet récurrents chez Plutarque et chez Appien.

32 Strasburger, 1965, p. 49. Jacoby, 19572, FGrH, II. A, F 112.

33 Pline, N H, VII, 112 ; Cicéron, Tusc., II, 61 ; Plutarque, Pomp., 42, 5 ; Strabon, XI, 1, 5‑6.

34 Feeney, 2007, p. 59 et suiv.

35 Pline, H.N., VII, 99. trad. Robert Schilling, CUF, 1977 : Asiam ultimam prouinciarum accepisse eandemque mediam patriae reddidisse.

36 Strabon, II, 2.1- 3.8. (F 49 Edelstein et Kidd, F 28 Jac.)

37 Strabon conclut en critiquant le goût de Posidonius pour la recherche des causes.

38 Strabon, II, 3, 7‑8.

39 Reinhardt, R.E., 1953, col. 666 : « Der Ozean war das Urmeer, woraus sich die Oikumene hervorgebildet hatte », Sénèque, nat. qu., III, 22.

40 Clarke, 1999, p. 308 : « It was with Pompey that the idea of Roman rule stretching right across the known world took on coherent form. Rome’s horizons at this period were of unprecedented breadth ».

41 Pompée, XIII, 7,

42 Sur ces aspects de l’imitatio Alexandri voir Michel, 1967, p. 35‑66.

43 Plutarque, Pompée, XIV, 6

44 Plutarque, Pompée, II, 1‑4

45 Purcell, 1995, p. 139 : « The Greek conceptual division of the Mediterranean into two domains shaped the theme of the two options for world conquest, that of Dionysus or that of Heracles, as it appeared in the historiography of Alexander ».

46 Pline, HN, VII, 95. trad. Robert Schilling, CUF, 1977.

47 Pline, NH, VII, 98. trad. Robert Schilling, CUF, 1977.

48 Plutarque, Pompée, XXXV, 5‑6 ; Appien, Mith., 103, reprenant probablement un des thèmes de l’historiographie pro-pompéienne qui le rapprochait d’Hercule. Sur l’importance des confins du monde, voir Sablayrolles, 2006, p. 39‑367.

49 Cicéron, Pro Sestio, XXXI, 68. trad. Jean Cousin, CUF, 1965.

50 Plutarque, Pompée, XLV, 6, trad. Robert Flacelière et Emile Chambry, CUF, 1973.

51 Sauron, 1987, p. 464‑466.

52 Reinhardt, 1921, p. 126 : « das Problem der Oikumene war zuletzt die Weltmeerfrage » ; 1953, R.E., col. 666.

53 Clarke, 1999, p. 191‑192 : « One need, […], was for the scope and limits of the new world to be set out ; the size, the shape, and the habitable zones of the physical globe which was becoming almost synonymous with Roman imperial aspirations. […] The all-encircling Ocean not only provided an evocation of global geographical conceptions from Homer onwards, but it was also the most potent symbol of world dominion”.

54 Crawford, 1974, 449/4b (Pl. LI).

55 Crawford, 1974, p. 450 ; Nicolet, 1988, p. 53‑54 ; Sauron, 1994, p. 256.

56 Velleius Paterculus, II, 40, 4.

57 La figure d’Hercule rappelait aussi probablement la restauration par Pompée du temple d’Hercules Invictus ad circum Maximum, ensuite appelé Hercules Pompeianus. Voir Sauron, 1994, p. 256.

58 Coarelli, 1971‑72, p. 118‑121, propose de revenir à la tradition qui avait identifié cette statue à Pompée.

59 Sauron, 1994, p. 258 et suiv. ; Coarelli, 1971‑72, p. 99‑122.

60 Sauron, 1994, p. 256 ; Crawford, 1974p. 450 ; Nicolet, 1988, p. 53‑54.

61 Clarke, 1999, p. 185‑192.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Denier émis par Faustus Cornelius Sylla en 56 av. J.-C.
Crédits Tiré de Crawford, 1974, 449/4b (Pl. LI).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/15081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Donata Villani, « La Méditerranée, l’Océan et l’oikouménè dans l’œuvre de Posidonius et à travers le personnage de Pompée »Pallas, 79 | 2009, 283-293.

Référence électronique

Donata Villani, « La Méditerranée, l’Océan et l’oikouménè dans l’œuvre de Posidonius et à travers le personnage de Pompée »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/15081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.15081

Haut de page

Auteur

Donata Villani

Doctorante, Université de Toulouse II-Le Mirail et Rome « La Sapienza » TRACES, UMR5608 CNRS
donatavillani[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search