Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Méditerranée antiqueD’une Méditerranée de pirates et ...

Méditerranée antique

D’une Méditerranée de pirates et de barbares à une Méditerranée cœur de civilisation : Strabon et la construction d’un concept unifié dans le cadre romain

Mediterranean of pirates and barbarians to a Mediterranean as the heart of civilization: Strabo and the construction of a unified concept within the Roman framework
Katherine Clarke
p. 295-303

Résumés

L’étude de la vision du monde proposée par Strabon dans sa Geographie permet d’analyser la transformation du concept de Méditerranée. L’œuvre de Strabon semble achever l’unification des deux mondes de Posidonius. L’élargissement des horizons romains ne concerne pas seulement la Méditerranée, mais le monde entier. La mer Intérieure reste cependant au cœur de l’organisation de l’œuvre du géographe, déterminant sa forme et sa direction. Strabon décrit une Méditerranée romaine, la lutte contre les pirates a été repoussée aux marges de l’Océan. Le monde méditerranéen s’est civilisé sous l’impulsion de Rome, centre du monde. La nouvelle étape décrite par Strabon est celle de la transformation de barbare en Romain aux frontières du monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mais il faut noter que Posidonios et Strabon, tous les deux, ont continué explicitement l’œuvre d’h (...)
  • 2 Strabon, Géographie 16.2.10: Posidonios comme ‘le philosophe le plus érudit de son époque’; 1.1.1: (...)
  • 3 Voir surtout Strabon, 6.4.2, 17.3.24.
  • 4 Pour l’importance de ces destructions ‘jumelées’, voir Purcell, 1995, p. 133-48.

1Strabon d’Amasée, auteur d’une description étendue et détaillée de tout le monde connu des Romains, qui constitue la seule œuvre littéraire de géographie à subsister de l’antiquité classique, nous offre une occasion sans égale d’analyser la transformation du concept de Méditerranée. Le géographe, témoin privilégié de la deuxième moitié du dernier siècle av. J.-C, succède à Posidonius d’Apamée sur plusieurs points –il le suit chronologiquement, bien sûr1, il le cite largement dans ses œuvres, et il se présente lui aussi comme philosophe2. De plus, il nous offre la fin de l’histoire de la conquête, ou plutôt de l’appropriation de la Méditerranée et du monde entier par les Romains au temps d’Auguste3. C’est la réalisation du processus mis en oeuvre en 146 lorsque Rome a détruit ses deux rivales méditerranéennes –Carthage et Corinthe4.

  • 5 Voir Strabon 12.3.33
  • 6 Concernant le milieu familial et intellectuel, la formation et l’enseignement de Strabon, voir Duec (...)
  • 7 Strabon 2.5.12: Il déclare avoir navigué sur le Nil avec Gallus.

2Mais Strabon ne représente pas seulement l’étape suivante de l’histoire de l’impérialisme mondial de Rome. D’autres continuités existent entre les mondes décrits par Posidonius et par Strabon, que l’on peut noter en passant. Strabon est originaire de la ville d’Amasée, située dans le royaume de Mithridate que Pompée lui-même a réussi à vaincre. Cela nous révèle un lien évident entre le monde des exploits méditerranéens magnifiques de Pompée et la lutte contre les pirates, les brigands, et le monde de la fin de ce siècle qui était le témoin d’une transformation mondiale. Pour Strabon, il ne s’agissait que d’un lien géographique parce ce que sa famille avait des relations d’amitié avec la cour royale de Mithridate5. Cependant, en dépit d’une part, de son origine aux frontières de l’empire romain, dans une région de barbarie et de pirates aux yeux des Romains, et, d’autre part, de ses rapports familiaux avec les ennemis de Rome, Strabon lui-même a profité d’une bonne éducation dans les cités grecques d’Asie Mineure, et il a poursuivi ses études littéraires et philosophiques dans les cercles les plus élevés de la société romaine6. Il a, par exemple, accompagné Aelius Gallus en Egypte7.

  • 8 Sur ce point de vue complexe, voir Clarke, 1997.
  • 9 Sur ces distinctions indistinctes, voir Thollard, 1987; Clarke, 2004.
  • 10 Voir Strabon 1.1.9 pour la réaffirmation de cette tradition, en dépit des connaissances scientifiqu (...)

3Strabon se trouve, alors, entre plusieurs mondes différents –il se situe au centre du monde méditerranéen, mais il en est très éloigné par ses origines8. Cette complexité du personnage reflète précisément la complexité du monde romain à l’époque d’Auguste. Cette difficulté à préciser les limites entre Rome et les autres, entre civilisation et barbarie, entre la vie du monde méditerranéen et celle du monde extérieur, est précisément le résultat ou l’indice de l’unification du monde, en imagination sinon en fait9. Dès lors, il semble que l’œuvre de Strabon achève l’unification des deux mondes de Posidonius –celui de la mer intérieure et celui de la mer extérieure– la Méditerranée et l’Océan. Dans le cadre unique de la Géographie, l’auteur dépeint et unifie tout le monde connu des Romains. C’est cette image que je vais tenter d’analyser dans l’espoir d’établir dans quelle mesure le monde de Strabon est vraiment intégré et différent de celui dont il a hérité. La Méditerranée occupe-t-elle toujours une place centrale, même privilégiée, dans cette description? L’élargissement des horizons romains s’étend-il seulement aux quatre coins de la Méditerranée, ou atteint-il les quatre coins du monde, jusqu’à l’Océan, qui, selon la tradition homérique acceptée par Strabon lui-même10, encercle tout?

4Afin d’appréhender ces différentes problématiques, il faut considérer d’abord l’unité du monde décrit par Strabon. Ce monde s’étend de l’Irlande à l’Inde –la Géographie embrasse tout ce que connaissent les Romains et ce traitement global dans une seule et même œuvre peut donner l’impression que toutes les régions, tous les pays, tous les peuples, sont dotés d’une valeur équivalente. On pourrait dire que cette œuvre reflète la conquête totale par Rome, la conclusion logique des guerres méditerranéennes du iiesiècle av. J.-C.

  • 11 Strabon 17.3.24. C’est un exemple saisissant de l’opposition –men-de– l’un qui s’applique à la desc (...)
  • 12 Cet aspect mondial est bien reflété dans l’exposition étendue au début de la Géographie des théorie (...)

5Mais cette explication est insuffisante. Le monde de Strabon s’étend au-delà de celui de l’empire romain –dans l’avant-dernier chapitre de l’œuvre, le géographe signale que pour exprimer l’étendue du monde gouverné par Rome, il faut modifier la description du monde connu des Romains qu’il a présenté pendant dix-sept livres. Aussi, à la fin de toute cette description, il couronne son œuvre d’un petit résumé de la conquête et du gouvernement «des régions les plus fortes et les mieux connues»11. Ainsi, si le monde dominé par le pouvoir romain est plus étendu à l’époque d’Auguste qu’à celle de Scipion, le monde de la Géographie, celui de la connaissance romaine, est encore plus étendu. Et si l’on parle de l’élargissement des horizons après les guerres puniques, il faut parler du monde entier et non pas seulement de la Méditerranée12.

  • 13 Strabon, II, 5, 18: Le quatrième (Golfe), qui l’emporte de beaucoup sur les précédents par ses dime (...)

6En dépit de cela, l’autre modification apportée à l’idée d’un monde unifié, uniforme et égal concerne précisément la Méditerranée. Plus particulièrement, elle concerne la situation de cette mer dans le monde construit par Strabon: celle-ci y tient une place évidemment privilégiée, supérieure, unique, mais s’intègre également dans un tout plus vaste. Dans les deux premiers livres de la Géographie, consacrés à la tradition scientifique, Strabon accorde une grande importance aux deux mers, l’Océan extérieur et le mare nostrum, la Méditerranée. Lorsqu’il dégage la forme du monde habité, ἡ οἰκουμένη, celle-ci apparaît comme une île, entourée des courants de l’Océan. Mais cette île est pénétrée par quatre golfes, qui constituent les quatre mers – la Caspienne, les golfes Persique et Arabique, et enfin la Méditerranée13.

  • 14 Strabon, II, 5, 18.
  • 15 Il suit ici son idée selon laquelle le géographe doit s’occuper principalement du monde des hommes (...)
  • 16 Strabon, II, 5, 18.

7La Méditerranée est évidemment plus intéressante pour Strabon que la mer extérieure –il précise en effet que le littoral intérieur est plus varié que celui de l’Océan. C’est au bord de la Méditerranée que se trouve l’espace connu, tempéré, peuplé par des cités et des races bien gouvernées14. Le géographe souligne aussi que l’intérêt se porte généralement sur les régions du monde où ont lieu la plupart des actions importantes, où se trouve la vie politique, l’art15. Il écrit, de plus, qu’on a besoin, sinon envie, de se renseigner sur les régions où les relations commerciales et sociales sont les plus faciles, c’est-à-dire précisément sur les régions où le gouvernement fonctionne bien. Sous tous ces rapports, disais-je, notre mer possède une grande supériorité, et c’est donc par elle qu’il faut commencer notre tour du monde16. C’est pour cela qu’il commence explicitement sa description par la Méditerranée.

  • 17 Il est intéressant de se demander si Strabon a souligné dans son histoire universelle une conceptio (...)

8Ainsi, d’un point de vue géographique, cette mer apparaît à la fois normale, comme tous les autres golfes, et exceptionnelle. Il faut noter, encore une fois, que la Méditerranée n’est pas, pour Strabon, une mer séparée et distincte, le centre d’intérêt pour des Romains héroïques, le lieu de grandes batailles contre les ennemis de Rome et de la civilisation, contre les pirates, les brigands. C’est une mer qui fait partie de l’Océan qui entoure le monde17. Nous allons revenir sur le thème de la Méditerranée comme moyen de communication, mais je voudrais auparavant me concentrer un moment sur le rapport entre les deux mers principales – l’Océan et la Méditerranée.

  • 18 Sur cette idée, voir Clarke, 1999, p.129‑192.
  • 19 Pour les fragments voir FGrH 91. Suda décrit cette œuvre comme une continuation des histoires de Po (...)
  • 20 Sur la conception universelle et intégrée de Posidonios, voir Schmidt, 1980, p.97‑104, Alonzo-Nuñez (...)
  • 21 La disposition ressemble fortement à celle des périples de Ps-Scymnos et de Ps-Scylax. Voir Müller, (...)

9Nous avons vu que Posidonius avait centré son œuvre géographique sur l’Océan extérieur (et on pourrait proposer que les Histoires étaient centrées sur le monde Intérieur18). On peut alors se demander, dans un premier temps, si Strabon n’inverse pas la conception de Posidonius en proposant une description géographique qui suit la Méditerranée. L’idée d’un périple intérieur plutôt que celui de l’Océan extérieur chez Posidonius nous offre un autre lien et une autre différence conceptuelle entre les deux auteurs. Comme toujours, cette perception doit être modulée. Il est en effet probable que l’autre œuvre majeure de Strabon, son histoire universelle (presque entièrement perdue) était centrée elle aussi sur la Méditerranée plutôt que sur l’Océan19. Il est alors difficile de conclure que ces deux œuvres constituaient l’image inversée des œuvres géographique et historique de Posidonius. En tout cas, les deux auteurs s’intéressaient tous deux à un monde très étendu et formant un tout20. Cela dit, la prédominance de la mer dans la Géographie ne fait pas de doute, comme nous l’avons déjà souligné. Strabon commence sa description par la mer intérieure car la vie méditerranéenne y est la plus agréable, la plus civilisée du monde. On pourrait penser qu’il n’adhère pas à cette idée, dans la mesure où sa description suit généralement le sens des aiguilles d’une montre, commençant par l’Espagne, puis la Gaule, la Grande Bretagne, traverse l’Europe vers l’Asie Mineure. Il quitte ensuite la mer pendant plusieurs livres en Asie, en direction de l’Inde, pour enfin revenir à l’ouest par l’Afrique. Or ce chemin est en fait celui du périple traditionnel de la Méditerranée au cours duquel on suit le littoral d’une colonne d’Hercule à l’autre21. La mer reste alors à cet égard au cœur de l’organisation de l’œuvre, mais les horizons se sont considérablement élargis.

  • 22 Cependant voir Strabon 8.1.3, où il dit que la mer va être son guide de Grèce.
  • 23 C’est en dépit de son origine lointaine en Asie Mineure qu’il a choisi cette perspective romaine, m (...)
  • 24 Strabon 4.3.2: la viande; 6.2.7: les céréales; 9.5.16: le marbre.
  • 25 Strabon 4.3.2, 14.1.26, 10.5.3, 15.1.73. Voir Bowersock, 1965, pour l’afflux d’intellectuels grecs (...)
  • 26 Strabon 5.2.2, 6.3.1, 8.6.23, 10.2.21, 12.5.3, 13.1.19, 13.1.54, 14.1.25, 14.2.19, par exemple.
  • 27 Sur cette domination voir Edwards C. et Woolf G., 2003, 1‑20 et Clarke, 2008.

10La Méditerranée occupe ainsi une place privilégiée dans cette description dans la mesure où elle détermine sa forme et sa direction. Mais il faut garder à l’esprit que l’œuvre de Strabon est une description du monde qui entoure cette mer plutôt que de la mer qui contourne la terre22. Strabon s’intéresse en effet au monde comme habitat de l’homme, et surtout comme domaine des Romains. Et le centre de ce monde, ce n’est pas la mer, bien que Strabon lui-même dise que la Méditerranée facilite les relations commerciales et sociales. Le centre du monde de Strabon, c’est Rome, caput imperii23. Cette hypothèse peut être démontrée de plusieurs manières. C’est à Rome que tous les produits du monde affluent –la viande de Gaule, les céréales de Sicile, le marbre de l’île de Scyros24. C’est également vers la capitale qu’affluent les gens, en particulier les ambassadeurs, les professeurs, les écrivains, les intellectuels en général25. Enfin c’est dans l’Urbs que se trouvent les objets d’art issus des pillages et provenant des centres culturels du pourtour méditerranéen26. On peut alors émettre l’hypothèse que ce n’est pas la Méditerranée qui est privilégiée dans la conception de Strabon; c’est la cité de Rome. En effet, si l’on analyse l’élargissement des horizons romains en Méditerranée, on se rend compte qu’il s’agit peut-être d’une idée trompeuse – les horizons romains ne sont pas étendus en Méditerranée. Après les guerres puniques, après la destruction de Carthage et de Corinthe, après les actes héroïques de Pompée et sa victoire contre les pirates – après tous ces événements, le centre d’intérêt n’est plus cette mer, c’est la ville qui domine le monde – Rome. Ainsi, en dépit de la centralité géographique et conceptuelle de la Méditerranée que nous avons déjà soulignée, on peut dire qu’il y a maintenant un centre différent, et qu’il faut de nouveau imaginer le monde. La convergence des marchandises, des individus et des œuvres d’art vers Rome reflète sa domination sur la Méditerranée entière. Tous les chemins mènent à Rome, non à la mer centrale27. Il s’agit donc peut-être d’une limitation des horizons, plutôt que d’un élargissement.

  • 28 Plutarque, Vie de Pompée; Appien, Mithridatica.
  • 29 Strabon 8.7.5.
  • 30 Strabon 11.4.5.
  • 31 Strabon 3.4.7; 3.4.9; 4.1.3.
  • 32 Ceci contraste avec la présentation magnifique et impressionnante de Pompée et de ses exploits à Ro (...)
  • 33 Strabon 7.4.7.
  • 34 Voir McGing, 1986, p.89, 94, 99.

11Mais si le monde s’est transformé entre les époques de Scipion et d’Auguste, et si Rome domine tout, où sont ses ennemis méditerranéens? Où sont les pirates? Disparus? Déplacés? Examinons tout d’abord la présentation que fait Strabon de Pompée et de ses exploits contre les pirates. Nous avons déjà souligné le fait que Strabon lui-même était originaire d’Asie Mineure, qui plus est, du royaume de Mithridate. Son identité complexe –barbare lui-même mais intégré à l’élite de la société romaine – sous-entend qu’il est à la fois une victime de Pompée, et favorable à ses activités contre la piraterie, destinées à pacifier et civiliser la Méditerranée. Contrairement à l’image de Pompée que l’on trouve chez Plutarque ou Appien, qui soulignent tous les deux la difficulté du travail accompli, ainsi que la vitesse et la compétence dont a fait preuve le général romain28, Strabon ne consacre que peu de temps aux actions de Pompée contre les brigands et les pirates en Asie Mineure. Il mentionne simplement l’installation de pirates dans certains centres urbains afin de les repeupler29. Il décrit l’engagement de Pompée contre les Albans (11, 4, 5) et les Ibères d’Asie en même temps qu’il décrit leur vie parfaite et idyllique30. L’intrusion de Pompée dans cette vie parfaite et idéale remet en question ses exploits magnifiques, du moins aux yeux du géographe. Il est bien possible que Strabon ne s’intéresse pas à l’histoire de la civilisation méditerranéenne, aux campagnes contre les pirates et Mithridate, à l’histoire de la colonisation en Asie Mineure et à la carrière de Pompée. En fait, les actions de Pompée sont à trouver partout dans la Géographie –par exemple, ses trophées en Espagne31. Il est néanmoins remarquable que les éloges de Pompée présents chez les autres auteurs ne figurent pas chez Strabon.32 En revanche, il est particulièrement intéressant de voir apparaître chez le géographe un autre personnage que Pompée à la tête de la lutte contre les pirates: Mithridate lui-même. Strabon raconte que le roi du Pont a repoussé les barbares du nord33, et nous savons par ailleurs que Mithridate se présentait comme le défenseur des cités grecques contre la barbarie34. L’auteur n’adhère pas à l’idée selon laquelle les rôles sont à renverser, les Romains étant les vrais brigands. Toutefois il ne dépeint pas non plus l’image d’un Pompée sauveur de la Méditerranée et de Rome, qui aurait supprimé la barbarie et les ennemis de Rome et aurait achevé la domination totale et la civilisation de la Méditerranée, but poursuivi depuis les guerres puniques.

12En fait, on peut envisager le fait que la lutte contre les pirates s’est tout simplement déplacée; elle continue, mais plus en Méditerranée. On peut se demander si Pompée n’a pas réussi sa mission au point de repousser le danger de la mer intérieure à celle qui entoure l’île du monde, l’Océan extérieur. Nous n’avons pas le temps ici d’analyser toute l’œuvre de Strabon – notre thème d’étude est en tout cas la Méditerranée. Il faudrait toutefois s’attarder sur la vision des barbares non méditerranéens chez Strabon. Peut-on conclure que le monde est maintenant renversé, non seulement de l’Océan extérieur de Posidonius à la mer intérieure qui détermine la description de Strabon, mais également parce que les pirates sont déplacés du centre vers la périphérie?

  • 35 Voir Tacite, Germania 46, où on peut trouver encore des peuples vraiment barbares aux limites septe (...)
  • 36 Strabon 4.5.4.
  • 37 Strabon 3.3.8.
  • 38 Voir Strabon 3.2.15, 3.4.20, 4.1.12 pour quelques exemples de cette transformation de barbarie à ro (...)

13Le fait que les frontières du monde étaient peuplées de monstres et de barbares était en général accepté par les auteurs romains, Strabon y compris35. Dans sa description de l’Irlande, le géographe évoque «l’habitat d’hommes sauvages dont la vie est misérable parce qu’il fait toujours froid». Les Irlandais aiment le cannibalisme et l’inceste, comme les autres barbares36. Et il est possible de déduire un lien entre ce mode de vie non civilisé et la situation géographique. Les peuples barbares, sont, chez Strabon, généralement ceux qui habitent les régions les plus lointaines de la Méditerranée – les Scythes, les Celtibères, les Bretons. L’importance du mot ὁ ἐκτοπίσμος exprime parfaitement le fait qu’être loin du centre est défavorable37, que la vie méditerranéenne, comme nous l’avons déjà vu, était civilisée et supérieure. Mais il est important de remarquer que la description des barbares que fait Strabon est plus pénétrante, plus fine qu’une dichotomie rigide. Les habitants de Gaule, d’Espagne, même de Germanie pouvaient devenir plus civilisés en modifiant leur mode de vie38. Ceux-ci sont d’ailleurs devenus peu à peu plus romains. Cette flexibilité était nécessaire car la force de l’empire romain résidait dans l’intégration des autres. Dès lors, même les barbares et les brigands pouvaient devenir romains.

  • 39 Voir Clarke, 2001, sur ce monde sens dessus dessous.
  • 40 Strabon 12.4.6.
  • 41 Voir Tacite, Annales 11.23‑5, pour le débat au sénat, avec Griffin, 1982.

14Cela contraste avec les historiens comme Tacite, qui, avec cynisme, reprend l’idée que l’on pourrait renverser le monde une nouvelle fois. Dans son œuvre, Agricola, il situe les gens civilisés en Ecosse – leur commandant, Calgacus, exprime toutes les vertus romaines – tandis qu’à Rome la vie est devenue tout à fait barbare39. L’image des Romains comme latrones gentium, développée dans la Lettre de Mithridate par Salluste, est également exprimée par Calgacus chez Tacite. Mais pour Strabon, l’élargissement des horizons romains semble moins problématique. Il manifeste une certaine tristesse à l’idée que les divers peuples ont oublié leur propre langue et leur propre culture40, ce qui n’affecte cependant pas son enthousiasme à l’égard de l’impérialisme romain. Cet état de fait allait continuer jusqu’au moment où l’empereur Hadrien décida de construire une barrière pour séparer les Romains et les barbares. L’opposition rencontrée par l’empereur Claude au moment de l’élargissement du nombre de citoyens et de l’admission de Gaulois au Sénat romain dénote une certaine inquiétude. L’extension de la romanitas n’allait-elle pas menacer l’identité romaine41? Mais ce processus d’élargissement, d’intégration, de transformation, somme toute, d’unification a continué.

  • 42 Plutarque, Pompée 45.5, 46; Appien, Mith. 121.
  • 43 Res Gestae divi Augusti 25‑6.

15Si l’on cherche les conséquences des guerres puniques en Méditerranée, il faut considérer non seulement la Méditerranée, mais le monde dans son ensemble. La conquête, l’inventaire du monde, est un processus en plusieurs étapes. Il faut d’abord éliminer ses ennemis, et c’est chose faite en 146; ensuite il faut avancer vers la paix. Pour établir et soutenir la pax Romana, il faut changer d’attitude. Raser et détruire sont des méthodes de l’époque de Scipion. Il faut maintenant commencer à intégrer et transformer. Les premières marques de ces changements concernent encore la Méditerranée – les actions de Pompée y sont concentrées, et il est important de noter que celui-ci ne détruit pas les pirates qu’il a vaincus. Cette politique de vainqueur se transforme en politique de colonisateur. Et le monde de Pompée, c’est-à-dire celui de Posidonius, comme nous l’avons vu, n’est pas limité à la Méditerranée – ses ambitions globales sont soulignées par Plutarque et Appien42. Cela préfigure l’étape suivante durant laquelle la transformation de barbare en Romain se déplace de la Méditerranée aux frontières du monde Ce rapport entre Rome et le monde extérieur est présenté par Auguste lui-même, dans ses Res Gestae: il s’y déclare non seulement maître de la Méditerranée, mais aussi des régions plus lointaines43.

  • 44 Strabon 6.4.1.
  • 45 Denys d’Halicarnasse, Antiquitates Romanae 1.36‑7; Vitruve, de Architectura 6.1.10‑11; Virgile, Geo (...)

16C’est cette étape-là que l’on trouve chez Strabon. Mais, comme nous l’avons vu, en dépit de l’élargissement des horizons, la Méditerranée reste très importante pour lui. En fait, cette mer est liée de façon évidente à l’Océan et aux autres mers, et elle facilite les relations commerciales et sociales. La Méditerranée est partie intégrante et centrale d’un monde romain unifié. Strabon considère la ville de Rome comme le centre mondial du pouvoir politique et militaire, et comme le centre commercial et intellectuel vers lequel convergent les produits et les individus provenant du monde entier. Cette image est renforcée par la présentation de l’Italie comme la région la plus parfaite, idéale, fertile et extraordinaire44. Ces éloges se trouvent également chez Denys d’Halicarnasse, Vitruve, et Virgile. Cette conception de l’Italie est vraiment au cœur de l’idéologie d’Auguste45.

  • 46 Res Gestae 25.
  • 47 Voir encore Purcell, 1995.

17Toutefois, malgré l’importance de la cité de Rome et la supériorité de l’Italie, la Méditerranée reste centrale dans la géographie conceptuelle de Strabon d’une autre manière. Cette mer n’est plus en fait le terrain d’exploits magnifiques – l’époque de Pompée est révolue. Il est donc intéressant de souligner le fait qu’Auguste déclare qu’il a, lui-même, éliminé les pirates en Méditerranée46. Cela révèle que l’image d’une Méditerranée barbare comme terrain d’actions héroïques reste valable, même à l’époque d’Auguste, comme si l’élimination totale des pirates et des brigands n’était pas tout à fait à désirer. Mais cela doit être compris comme un élément de rhétorique; l’histoire du rapport entre Rome et la Méditerranée continue. Les exploits héroïques sont déplacés, mais la Méditerranée est encore centrale pour comprendre l’inventaire du monde par les Romains. En 146, la destruction de Carthage et Corinthe, les deux rivales méditerranéennes, signifiait la domination totale de Rome en Méditerranée, et, par conséquent, la domination du monde entier47. Mais il fallait avancer de la guerre vers la paix, de la conquête vers l’intégration. Le rétablissement de ces deux cités par César et Auguste, un siècle après leur destruction environ, est tout aussi symbolique. Il est évident que la Méditerranée et sa géographie sont indicatives du rapport entre les Romains et le monde entier, que la Méditerranée est comme un microcosme du monde, que sa forme, ses cités, ses peuples sont encore de grande importance pour Rome. Le rétablissement de Carthage et de Corinthe ne signifie pas un retour au passé – la restauration de la Méditerranée ancienne est illusoire. Carthage et Corinthe sont maintenant des cités romaines; les conséquences des guerres puniques sont permanentes et profondes.

Haut de page

Bibliographie

Alonso-Núñez, M., 1994, Die Weltgeschichte bei Posidonios, Grazer Beiträge, 20, p. 87‑108.

Beard, M., 2007, The Roman Triumph, Cambridge MA.

Bowersock, G. W., 1965, Augustus and the Greek World, Oxford.

Clarke, K., 1997, In Search of the Author of Strabo’s Geography, JRS, 87, p. 92‑110.

Clarke, K., 1999, Between Geography and History: Hellenistic Constructions of the Roman World, Oxford, p. 228‑244.

Clarke, K., 2001, An Island Nation: Re-reading Tacitus’ Agricola, JRS, 91, 94‑112.

Clarke, K., 2004, Ever-increasing circles: constructing the world of the Roman Empire, dans T. Minamikawa (éd.), Material Culture, Mentality and Historical Identity in the Ancient World, Kyoto, 43‑54.

Clarke, K., à paraître 2008, Text and Image: Mapping the Roman World, dans F.-H. Mutschler et A. Mittag (éd.), Conceiving the Empire: China and RomeCompared, Oxford.

Diller, A., 1975, The Textual Tradition of Strabo’s Geography, Amsterdam.

Dueck, D., 2000, Strabo of Amasia: A Greek Man of Letters in Augustan Rome, London.

Edwards C. et Woolf G., 2003, Cosmopolis: Rome as World City, dans C. Edwards et G. Woolf (éd.), Rome the Cosmopolis, Cambridge, p. 1‑20.

Griffin, M.T., 1982, The Lyons Tablet and Tacitean Hindsight, CQ, 32, p. 404‑418.

Humphreys, S.C., 1997, Fragments, Fetishes, and Philosophies: Towards a History of Greek Historiography after Thucydides, dans G.W. Most (éd.), Collecting Fragments. Fragmente sammeln, Göttingen, p. 207‑224.

Kidd, I.G., 1989, Posidonius as Philosopher-Historian, dans M. T Griffin. et J. Barnes (éd.), Philosophia Togata: Essays on Philosophy and Roman Society, Oxford, p. 38‑50.

Mcging, B., 1986, The Foreign Policy of Mithridates VI Eupator, King of Pontus, Leiden.

Müller, C., 1855, Geographici Graeci Minores, Paris.

Népote, M.-V., 2005, Essai de Typologie des Périples dans la Grèce ancienne, Paris (Thèse de doctorat).

Nicolet, C., 1991, Space, Geography and Politics in the Early Roman Empire, Ann Arbor.

Peretti, A., 1979, Il Periplo di Scilace. Studio sul primo portolano del Mediterraneo, Pisa.

Purcell, N., 1995, On the Sacking of Carthage and Corinth, dans D. Innes, H. Hine et C. Pelling (éd.), Ethics and Rhetoric: Classical Essays for Donald Russell on his Seventy-Fifth Birthday, Oxford, p. 133-148.

Schmidt, K., 1980, Kosmologische Aspekte im Geschichtswerk des Poseidonios, Göttingen.

Thollard, P., 1987, Barbarie et Civilisation chez Strabon: Étude critique des Livres III et IV de la Géographie, Paris.

Van Der Vliet, E. Ch. L., 1984, L’Ethnographie de Strabon: Idéologie ou tradition?, dans F. Prontera (éd.), Strabone. Contributi allo studio della personalità e dell’Opera, Perugia, p. 29‑86.

Haut de page

Notes

1 Mais il faut noter que Posidonios et Strabon, tous les deux, ont continué explicitement l’œuvre d’histoire universelle de Polybe. Voir FGrH 87 T1 et FGrH 91 T2.

2 Strabon, Géographie 16.2.10: Posidonios comme ‘le philosophe le plus érudit de son époque’; 1.1.1: il dit que la géographie est l’affaire du philosophe. Sur Posidonios comme philosophe, voir Kidd, 1989, 38‑50 et Clarke, 1999, 187‑9.

3 Voir surtout Strabon, 6.4.2, 17.3.24.

4 Pour l’importance de ces destructions ‘jumelées’, voir Purcell, 1995, p. 133-48.

5 Voir Strabon 12.3.33

6 Concernant le milieu familial et intellectuel, la formation et l’enseignement de Strabon, voir Dueck, 2000 et Clarke, 1999, p.228‑44.

7 Strabon 2.5.12: Il déclare avoir navigué sur le Nil avec Gallus.

8 Sur ce point de vue complexe, voir Clarke, 1997.

9 Sur ces distinctions indistinctes, voir Thollard, 1987; Clarke, 2004.

10 Voir Strabon 1.1.9 pour la réaffirmation de cette tradition, en dépit des connaissances scientifiques de l’époque hellénistique.

11 Strabon 17.3.24. C’est un exemple saisissant de l’opposition –men-de– l’un qui s’applique à la description de tout le monde connu aux Romains qui prend presque dix-sept livres, l’autre à celle du monde gouverné qui prend deux chapitres.

12 Cet aspect mondial est bien reflété dans l’exposition étendue au début de la Géographie des théories scientifiques qui concernent les zones climatiques, les continents, les rapports entre le monde terrestre et celui céleste.

13 Strabon, II, 5, 18: Le quatrième (Golfe), qui l’emporte de beaucoup sur les précédents par ses dimensions, est constitué par ce que nous appelons la mer Intérieure ou «notre» mer.

14 Strabon, II, 5, 18.

15 Il suit ici son idée selon laquelle le géographe doit s’occuper principalement du monde des hommes (2.5.5; 2.5.34).

16 Strabon, II, 5, 18.

17 Il est intéressant de se demander si Strabon a souligné dans son histoire universelle une conception différente de la Méditerranée comme théâtre des exploits des Romains. On pourrait alors proposer l’hypothèse que le genre détermine la mise en scène de cette mer.

18 Sur cette idée, voir Clarke, 1999, p.129‑192.

19 Pour les fragments voir FGrH 91. Suda décrit cette œuvre comme une continuation des histoires de Polybe. Sur les limites de l’histoire universelle de Strabon, voir Diller, 1975.

20 Sur la conception universelle et intégrée de Posidonios, voir Schmidt, 1980, p.97‑104, Alonzo-Nuñez, 1994, p.90, Humphreys, 1997, p.207‑24 et Clarke, 1999, p.185‑92.

21 La disposition ressemble fortement à celle des périples de Ps-Scymnos et de Ps-Scylax. Voir Müller, 1855, pour le texte de ces périples, Peretti, 1979, sur Scylax, et Clarke, 1999, p.197‑202. La thèse de doctorat de Marie-Victoire Nepote, 2005, analyse très bien les traits caractéristiques de ce genre littéraire.

22 Cependant voir Strabon 8.1.3, où il dit que la mer va être son guide de Grèce.

23 C’est en dépit de son origine lointaine en Asie Mineure qu’il a choisi cette perspective romaine, mais je ne partage pas l’avis de Van Der Vliet, 1984, p.82, selon lequel Strabon méprisait les barbares ‘du point de vue conquérant civilisé et supérieur’. Sur la centralité de Rome, voir Clarke, 1999, p.210‑28.

24 Strabon 4.3.2: la viande; 6.2.7: les céréales; 9.5.16: le marbre.

25 Strabon 4.3.2, 14.1.26, 10.5.3, 15.1.73. Voir Bowersock, 1965, pour l’afflux d’intellectuels grecs à Rome.

26 Strabon 5.2.2, 6.3.1, 8.6.23, 10.2.21, 12.5.3, 13.1.19, 13.1.54, 14.1.25, 14.2.19, par exemple.

27 Sur cette domination voir Edwards C. et Woolf G., 2003, 1‑20 et Clarke, 2008.

28 Plutarque, Vie de Pompée; Appien, Mithridatica.

29 Strabon 8.7.5.

30 Strabon 11.4.5.

31 Strabon 3.4.7; 3.4.9; 4.1.3.

32 Ceci contraste avec la présentation magnifique et impressionnante de Pompée et de ses exploits à Rome que décrivent Diodore 40.4 et Plutarque, Pompée 45.5. Voir aussi Nicolet, 1991 et Beard, 2007.

33 Strabon 7.4.7.

34 Voir McGing, 1986, p.89, 94, 99.

35 Voir Tacite, Germania 46, où on peut trouver encore des peuples vraiment barbares aux limites septentrionales du monde.

36 Strabon 4.5.4.

37 Strabon 3.3.8.

38 Voir Strabon 3.2.15, 3.4.20, 4.1.12 pour quelques exemples de cette transformation de barbarie à romanitas. Clarke, 2004, analyse l’importance de la flexibilité pour le succès de l’empire.

39 Voir Clarke, 2001, sur ce monde sens dessus dessous.

40 Strabon 12.4.6.

41 Voir Tacite, Annales 11.23‑5, pour le débat au sénat, avec Griffin, 1982.

42 Plutarque, Pompée 45.5, 46; Appien, Mith. 121.

43 Res Gestae divi Augusti 25‑6.

44 Strabon 6.4.1.

45 Denys d’Halicarnasse, Antiquitates Romanae 1.36‑7; Vitruve, de Architectura 6.1.10‑11; Virgile, Georg. 2.136‑76.

46 Res Gestae 25.

47 Voir encore Purcell, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Clarke, « D’une Méditerranée de pirates et de barbares à une Méditerranée cœur de civilisation : Strabon et la construction d’un concept unifié dans le cadre romain »Pallas, 79 | 2009, 295-303.

Référence électronique

Katherine Clarke, « D’une Méditerranée de pirates et de barbares à une Méditerranée cœur de civilisation : Strabon et la construction d’un concept unifié dans le cadre romain »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/15111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.15111

Haut de page

Auteur

Katherine Clarke

Fellow and Tutor in Ancient History, St Hilda’s College, University of Oxford, U.K. St Hilda’s College, Oxford OX41DY, U.K.
katherine.clarke[at]st-hildas.ox.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search