Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79VariaParenté hippocratique et parenté ...

Varia

Parenté hippocratique et parenté aristotélicienne. Quelques réflexions sur les théories biologiques de la Grèce ancienne

Hippocratic parenthood and Aristotelician parenthood. A few thoughts on biological theories in ancient Greece
Olivier Roux
p. 307-322

Résumés

En examinant l’histoire des sciences de la vie et de la reproduction dans la Grèce ancienne, on est vite confronté à deux discours contradictoires, exclusifs l’un de l’autre : la théorie hippocratique d’une part qui accorde à la femme un rôle presque égal à celui de l’homme, et d’autre part le système établi par Aristote et quelques autres, qui réduit le rôle de la femme à celui de réceptacle en niant l’existence d’une quelconque semence féminine. Or les ethnologues et anthropologues des régions extra-européennes soulignent depuis longtemps l’importance de ces théories pour une compréhension globale des liens sociaux et notamment ceux de la parenté. En ce qui concerne l’antiquité classique, cette confrontation des théories pourrait alors être lue comme un marqueur de diversité dans les systèmes de parenté du monde grec, mais aussi de l’évolution et de la transformation de certaines relations sociales en lien avec le développement de la cité-Etat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vernier, 1999, p. 13‑14.
  • 2 Vernier, 1999, p. 20‑21. Comme dans le système trobriandais étudié par Malinowski, la théorie de la (...)
  • 3 Vernier, 1999, p. 28‑29.
  • 4 Vernier, 1999, p. 22 ; 34‑35 ; 44.
  • 5 Vernier, 1999, p. 47‑49.
  • 6 Ce fait est d’ailleurs souligné par Bernard Vernier pour la Grèce contemporaine.

1Dans le premier chapitre de son livre intitulé Le visage et le nom (1999), Bernard Vernier dresse un tableau des différents systèmes de parenté présents dans la Grèce rurale contemporaine. Son analyse consiste à intégrer à sa recherche sur des systèmes complexes tels que la transmission des biens, du don des prénoms, des échanges affectifs, le principe de ressemblance physique. Si dans nos usages occidentaux modernes, il est fréquent de flatter un proche en faisant remarquer que son enfant lui ressemble ou au contraire, de le piquer gentiment en soulignant la ressemblance frappante avec l’autre des deux parents, la reconnaissance collective de ces traits de convergence obéit souvent à des règles complexes. Selon les aires culturelles, il existe des lois d’une bonne ressemblance qui tend à renforcer ou à rééquilibrer les rapports inégalitaires entre filles et garçons ou entre aînés et cadets. Certes, dans ces aires à forte domination masculine, l’enfant idéal demeure l’aîné des garçons et mieux encore, s’il est l’aîné de tous les enfants. Une fois analysé et comparé deux systèmes, celui de Karpathos (île égéenne) et celui du Magne (Péloponnèse), lesquels peuvent l’un comme l’autre être retrouvés en d’autres lieux de la Grèce, l’on peut mettre en évidence deux logiques distinctes, sur un fond malgré tout commun : il s’agit d’organiser, d’expliquer et de légitimer les échanges et les liens de toute nature, qu’ils soient patrimoniaux, nominaux ou affectifs. À Karpathos, du moins à l’époque où Bernard Vernier mena son enquête – car beaucoup de ces principes sont depuis quelques années en transformation – la transmission du nom et des biens fonctionne de manière non croisée. L’aîné des garçons prend le nom du grand-père paternel ainsi que l’essentiel des biens du père acquis par voie patrilinéaire. La fille aînée prend le nom de la grand-mère maternelle et reçoit l’essentiel des biens de la mère qu’elle-même reçut de sa propre mère. Le deuxième garçon prend le nom du grand-père maternel et la deuxième fille celui de la grand-mère paternelle. Quant aux troisièmes enfants de chaque sexe, ils restent liés respectivement comme les premiers nés au grand-père paternel et à la grand-mère maternelle. Par contre, les ressemblances fonctionnent de manière différente : l’aîné des garçons est censé ressembler à la mère alors que l’aînée des filles ressemblera au père. Les seconds quant à eux ressemblent aux parents du même sexe et à partir des troisièmes, il n’y a pas plus de règles : ils ressemblent aux oncles, tantes, grand parents voire à personne de clairement établi1. Inversement, le système constaté dans le Magne, au lieu d’atténuer le déséquilibre, tend à le renforcer puisque la théorie des ressemblances se superpose à la prise du prénom2. On tient sa ressemblance et son prénom de la même lignée : du père pour l’ordre impair de naissance – et surtout le premier – de chaque sexe, de la mère pour l’ordre pair3. Il existe toutefois des cas de personnes interrogées qui n’explicitent aucune règle et qui se limitent à une relation fondamentale : l’enfant mâle ressemble au père et la fille à la mère. De plus, les cadets dans un ordre élevé de naissance ne ressemblent plus à personne comme s’il s’agissait de fins de race manifestant l’épuisement de la semence et la dispersion des principes. Ils sont même appelés « bâtard » (apospori ou bastarda)4. Enfin, pour préciser, il est souvent dit que le tout dernier, s’il est né après une période suffisamment espacée d’avec le pénultième, ressemblera au père car celui-ci aura mis toute son énergie et sa semence se sera reconstituée comme à l’issue d’une jachère. Il existe d’autres facteurs qui entrent en jeu dans les discours, comme l’amour conjugal (celui qui aime le plus) ou l’imagination de la mère5, mais, dans l’ensemble, la répartition des bonnes ressemblances conserve sa logique. Derrière ces théories, se cachent donc des conceptions différentes de la parenté, des systèmes divers qui distribuent à leur manière les relations d’héritages, de noms et d’affection préférentielle. Partant de ce constat, Bernard Vernier poursuit avec une enquête menée sur la longue durée au travers des écrits de tradition savante depuis les auteurs présocratiques. Avec ces derniers nous demeurons en Grèce. Toutefois, loin de concevoir un immobilisme dans les systèmes de parenté, comme s’ils étaient demeurés inchangés depuis l’Antiquité, nous voudrions aborder ce problème pour la Grèce ancienne où différentes théories de la ressemblance et plus globalement des théories biologiques de la reproduction, peuvent être analysées comme marques de différentes logiques sociales, divergences qui traversent l’histoire des sciences de l’Antiquité mais aussi du Moyen-Âge et qui pourraient de ce fait trouver un début d’explication. Ainsi, parmi le corpus de théories possibles qui peuvent circuler entre populations, il est raisonnable de penser que tel groupe peut en privilégier une en fonction de ses propres enjeux sociaux6 et c’est ce que nous nous proposons de voir pour la Grèce ancienne.

1. Fabriquer un enfant : qui fait quoi

2Avant d’affiner ces analyses avec les théories de la ressemblance, il convient de rappeler celles qui organisent la reproduction. Au travers des sources anciennes – essentiellement les médicales – se dégagent nettement deux traditions bien distinctes qui furent l’objet de débats savants. Durant plusieurs siècles, il existe deux modèles contradictoires que l’on peut pour simplifier, qualifier l’un d’« hippocratique » et l’autre d’« aristotélicien ». Les écrits qui composent le Corpus hippocratique et les traités biologiques d’Aristote qui ont trait à la reproduction sont presque contemporains. À une même époque, ils ont coexisté sur une même zone culturelle et en la matière, l’on ne peut donc parler de modèle grec. Toutefois, Aristote, qui est postérieur, ne critique jamais explicitement sur ce point Hippocrate. Le premier de ces modèles est – entre autres auteurs hippocratiques – particulièrement décrit par celui de l’ensemble De la génération – De la nature de l’enfant dans lequel l’on peut lire :

  • 7 Génération, IV, 1 : Μεθίει δὲ καὶ ὴ γυνὴ άπὸ τοῦ σώματος ὸτὲ μὲν έις τὰς μήτρας, αὶ δὲ μῆτραι ἰκμαλ (...)

« La femme aussi éjacule à partir de (tout) le corps, tantôt dans la matrice – et la matrice devient humide – tantôt en dehors »7.

  • 8 Théorie selon laquelle la semence provient de tout le corps.

3Concernant la nature de cette semence féminine, ce même auteur, dans la logique de son argumentation pangénétique8, précise ses particularités.

  • 9 Génération, VII, 1.

« Il est permis de conclure de faits manifestes que et la femme et l’ homme possèdent à la fois la semence mâle et femelle »9.

  • 10 Régime, I, 28‑29.

4Cela signifie que chaque individu est constitué par deux semences de sexes différents l’une l’emportant, et que lui-même produira également une double semence : une mâle et une femelle. Ailleurs, dans un autre traité hippocratique, Du régime10, l’auteur propose un système de combinaisons que nous pouvons représenter sous forme de ce tableau synoptique :

Combinaisons des différents caractères en fonction des principes séminaux reçus des parents

  • 11 L’auteur emploie aussi ἐπικράτησις. Cette idée de domination peut encore être exprimée, c’est le ca (...)

Affrontement

Principe Du Père

des Principes

mâle

femelle

mâle
̓΄αρσεν

homme très viril et courageux

Si le principe mâle l’emporte
→ homme efféminé

Principe de la Mère

[pas d’affrontement puisque ce sont deux principes mâles]

Si le principe femelle l’emporte
→ femme virile

femelle
θῆλυ

Si le principe mâle l’emporte
(κράτησις) 11
→ homme moins fort mais viril

femme féminine et très belle

Si le principe femelle l’emporte
→ femme hardie mais modérée

[pas d’affrontement puisque ce sont deux principes femelles]

  • 12 Du Régime, XXVIII, 1 : « Συνίστασθαι δὲ δύναται καὶ τὸ θῆλυ καὶ το ἄρσεν πρὸς ἄλληλα » / « Le (prin (...)

5Lorsque les principes des deux parents sont du même sexe, c’est-à-dire deux principes masculins ou deux principes féminins, il n’y a pas d’affrontement et le résultat en est un enfant qui présente les caractéristiques supposées de son sexe : un homme viril et fort ou une femme très féminine et belle. Par contre, dans les autres cas, il y a affrontement mais cependant mélange12 et selon le principe vainqueur – celui qui bénéficiera de la krát sis –, l’on obtiendra tout un panel de caractères, depuis l’homme efféminée jusqu’à la femme trop virile.

  • 13 De la génération des animaux, I, 18, 724b 34‑725a 21. L’argumentation est poursuivie jusqu’en 726a (...)
  • 14 GA, I, 19, 727a 26‑28 : δύο δ´ ούκ ἐνδέχεται σπερματικὰς ἅμα γίνεσθαι ἀποκρίσεις. Plus loin, Aristo (...)
  • 15 GA, 729a 10‑11 : matière (ὔλη) / forme (ε῏ιδος) –principe de mouvement (ἀρχὴ κινήσεως)
  • 16 724b 35 ; 725a 22 etc.
  • 17 Aristote, GA, IV, 1, 764a 6 ; Censorinus, VI, 4 ; Aétius, V, 7, 6.
  • 18 Un fragment tiré d’Aristote (GA, IV, 1, 763b 30 – 764a 1) explique que le mâle fournit le sperme et (...)
  • 19 Toutefois selon Censorinus, la semence féminine serait inutile pour les Stoïciens, Diogène (d’Apoll (...)
  • 20 Par les fragments du pseudo-Plutarque (ives. apr. J.-C.) et d’Aétius (ves. apr. J.-C.) auteurs chac (...)
  • 21 Galien, De l’utilité des parties du corps, 14, 11 ( = t. IV, p. 188 éd. Kühn) : « Le sperme de la f (...)
  • 22 Oribase, Collection médicale, XXII, 6, 15 ( = t. IV, p. 68‑69 éd. Daremberg-Bussemaker).
  • 23 Pline, Histoire naturelle, VII, 66 : « germine maribus » = « la semence qui provient des mâles ».

6Aristote propose un modèle tout à fait différent. D’une part, la semence ne provient pas de toutes les parties du corps (critique du pangénétisme) puisqu’elle ne serait qu’un résidu utile (χρήσιμος) du sang13. Il poursuit à propos du rôle féminin pour lequel il rejette celui d’« ensemenceur ». En effet, comme la femelle produit les menstrues, elle ne peut par ailleurs produire une semence puisqu’il n’est pas possible « que deux secrétions spermatiques se produisent dans le même être »14. Ainsi, la femme apporte sa contribution dans le seul sang menstruel qui est sa véritable semence et qui constituera la matière de l’enfant. L’homme seul reproduit et par sa semence, fournit la forme et le principe du mouvement15. Sur ces différents points, le Stagirite critique la position que défendaient les Anciens (οἱ άρχαῖοι)16. Son discours semble donc nouveau ; il est du moins explicité comme tel. Il est vrai qu’au sein des auteurs physiologues et médicaux des ve et ivesiècles av. J.-C., la théorie aristotélicienne sur les rôles des sexes est assez minoritaire. Dans le vaste corpus des théories biologiques défendues par ceux que l’historiographie nomme les présocratiques et dont on ne connaît les idées qu’au travers de fragments et de témoignages parfois tardifs plus ou moins sûrs, la tendance dominante consiste à attribuer à la femme une semence qui intervient dans la reproduction, tant pour la détermination du sexe de l’enfant conçu que pour la ressemblance aux parents. Parménide (515-450), Alcméon (pythagoricien, fin vie–début ves.), Empédocle (480-430) ou Démocrite (460-360) reconnaissent l’existence d’une semence féminine17. Quant à Anaxagore (1re½ ves.), les témoignages diffèrent18. Pour Platon (427-347), la femme produit une semence (Timée). Par la suite, les auteurs post-aristotéliciens et les écoles qui ont écrit sur la question considèrent toujours l’existence de la double semence. Cela est vrai pour la biologie stoïcienne19, les Épicuriens20 et les médecins célèbres de l’époque romaine comme Soranos d’Éphèse (début du iies. apr. J.-C.), Galien de Pergame21 (iies. apr. J.-C.) ou encore le compilateur Oribase22 (milieu du ives.). De son côté, Pline, qui se fonde en grande partie sur Aristote pour son chapitre consacré à la reproduction, semble en effet privilégier l’option de la semence unique mâle mais sans y insister ni même l’expliciter23. Plus particulièrement sur la ressemblance, les auteurs majoritaires en nombre qui supposent une semence féminine considèrent que l’enfant ressemble – et souvent prend le sexe – du parent dont la semence a été dominante au cours d’une sorte d’affrontement.

2. Idéologies sociales et ethnobiologies

  • 24 p. 129. Voir aussi La sexualité et sa répression dans les sociétés primitives (1927), trad. fra. éd (...)
  • 25 C’est le cas des Na, groupe ethnique de la Chine. Voir Huai Cai, 1997.
  • 26 Population étudiée par Godelier, 1982.
  • 27 zimmerman, 1993, p. 212.
  • 28 La Cité antique (édition de 1900), p. 37‑38.

7En suivant un certain nombre d’ethnologues et d’anthropologues qui ont mis en évidence à diverses époques les liens souvent forts entre les systèmes de parenté en vigueur dans une société et les théories biologiques qui y circulent, on peut concevoir une analyse comparable mais à nuancer pour le contexte de la Grèce ancienne. Rappelons auparavant la problématique et les quelques grands textes qui traitent cette question. Bronislaw Malinowski dans son classique Argonautes du Pacifique occidental (1922, trad. fra. 1963) étudie la société matrilinéaire des Trobriandais24 où la parenté réelle (« même corps ») n’étant celle que de la mère, le père n’est censé exercer aucun rôle physiologique. Des études ethnographiques ont plus récemment fait connaître aux spécialistes, des populations matrilinéaires qui ignorent dans le même temps toute paternité biologique et ce jusqu’au mot même de « père » dans la langue25. C’est pourquoi et sans toutefois en abuser de manière systématique, l’on peut considérer comme principe de base que le rôle des parents et d’abord celui de l’homme dans la conception biologique de l’enfant, nul chez les Trobriandais et les Na, essentiel chez les Baruya26 (Nouvelle Guinée) et nécessaire seulement pour obtenir un garçon chez les Orokaiva « révèle et traduit dans la pensée indigène les lois de la filiation, respectivement matrilinéaire, patrilinéaire et bilatérale »27. Aussi, selon cette logique, les deux modèles grecs, hippocratique et aristotélicien, pourraient laisser entrevoir la coexistence de deux systèmes et/ou l’évolution d’un système de parenté à l’autre. Le modèle hippocratique partagé, nous y avons insisté, par une majorité écrasante des auteurs anciens, relèverait donc d’une société où la parenté serait à filiation bilatérale : le rôle féminin consiste à transmettre aussi bien une humeur (la semence féminine), un sexe (affrontement des semences paternelle et maternelle lors de la détermination du sexe de l’enfant) qu’une filiation que ce soit mère/fille aînée, mère/ fille cadette voire mère/fils (aîné, médian ou cadet) etc. Ce lien entre le système de parenté et la théorie biologique indigène avait déjà pour la Grèce ancienne constitué un argument pour Fustel de Coulange28 mais dans un tout autre contexte puisqu’il s’agissait de souligner, comme chez Aristote, la prégnance de l’idéologie patrilinéaire où seul le mâle exerce un rôle producteur. Or nous venons de le dire, le modèle aristotélicien n’est pas majoritaire auprès des savants, loin s’en faut. Systèmes bilatéral (hippocratique) et patrilinéaire (aristotélicien), le problème peut être envisagé de trois manières :

    • 29 Par ex. Nelson, 1987. Dans les sociétés patrilinéaires à forte domination masculine, il n’est pas r (...)

    D’une part, l’on peut poser la question à propos de la source. En effet, les écrits médicaux hippocratiques fondés en partie sur la base d’observations féminines peuvent tout à fait véhiculer des bribes d’une idéologie féminine. Cette importance du rôle féminin aurait pu être établie en parallèle par les femmes dans un esprit éventuellement ironique à l’égard des hommes29 : elle aurait circulé dans le milieu féminin, celui des sages-femmes et des matrones pour pénétrer ensuite et dans une moindre mesure, les écrits savants médicaux. Ainsi, alors que Aline Rousselle (1980) parlait d’« observation féminine et idéologie masculine », nous pourrions, pour nuancer, parler d’une idéologie féminisante.

  • L’on peut ensuite concevoir le problème de manière géographique, c’est-à-dire que le modèle de représentation change selon les régions voire les cités du monde grec ancien comme c’est le cas en Grèce contemporaine. Les auteurs savants aussi bien présocratiques que ceux de la tradition hippocratique (de Cnide et de Cos) sont originaires d’Ionie ou de Grande-Grèce et très peu de la Grèce continentale. L’on peut envisager qu’à la périphérie du monde grec, le système bilatéral ou patrilinéaire non-exclusif serait de mise contrairement à l’Hellade continentale où un système patrilinéaire fort dominerait (Athènes).

  • Enfin, c’est sur le plan historique que l’on pourrait aussi chercher la solution, avec comme idée centrale, celle d’une évolution et d’un passage d’un système de parenté à l’autre, tendant vers un « patrilinéarisme » fort.

  • 30 Gernet, 1937 ; 1954, p. 472‑473 ; 1955 ; Vernant 1974 : l’auteur reprend une large part des études (...)
  • 31 Vernant, 1974, p. 62‑65 ; 70.
  • 32 Gernet, 1955. Cependant, l’on trouve encore un certain nombre d’exemples au vesiècle comme le proje (...)

8Pour cette dernière option, celle de l’évolution, l’étude de l’institution du mariage apporte quelques éléments pertinents. Louis Gernet et après lui Jean-Pierre Vernant, puis Claudine Leduc ont mis en lumière une évolution et plus précisément une modification assez rapide de la conception du mariage en Grèce entre les viie et vesiècles, qu’il convient de mettre en parallèle avec le passage à la vie de la cité et le recul des anciens principes aristocratiques30. Tout d’abord, le phénomène qui exprimerait le mieux cette tendance serait le passage du système des ἕδνα à celui de la προίξ. Qu’est-ce à dire ? Les deux sont des dons accomplis à l’occasion du mariage. Assimilant quelque peu le mariage à un achat de femme, les hédna de l’époque homérique, « héroïque » et archaïque étaient transmis par le futur époux au père de la promise, somme d’argent, tête de bétail, service rendu en particulier militaire ou exploit quelconque, en échange de quoi, la femme était accordée, accompagnée de quelques dora (présents) pour aider le futur foyer. À la différence de ce système certes bivalent mais qui valorise d’abord les hédna, celui de la proíx – la dot à proprement parler que l’on peut observer dans la cité-État de l’Athènes démocratique aux vie-ivesiècles avant J.-C. – implique que le don soit réalisé par le père de la mariée à sa fille mais géré par l’époux. Le premier cas correspond au contexte social des familles aristocratiques au sein desquelles le mariage est le cadre d’un échange exogamique de femmes à des fins d’alliances et d’échanges de puissances et de services31. Dans un tel mariage, l’enfant est certes d’abord attaché à la maison du père mais l’apport maternel reste très important. Cette filiation dite bilatérale ou multilinéaire place l’enfant entre deux familles, au carrefour de deux lignages et filiations, celui de son père et celui – si ce n’est de sa mère – du moins de son grand-père maternel. Les exemples de telles unions apparaissent aussi bien chez les héros de la mythologie, les héros homériques ou les récits de la fin de l’époque archaïque, avec notamment les stratégies familiales conçues par les tyrans dont Pisistrate pour Athènes et ce jusque dans la deuxième moitié du viesiècle avant J.-C.32.

9À ce système bilatéral qui reconnaît l’importance des deux filiations avec le couple père et mère (ou grand-père maternel) correspond bien le modèle biologique hippocratique. L’enfant est le fruit du mélange de deux semences. À l’issue d’un affrontement au sein de la matrice, sont déterminés à la fois le sexe et l’aspect extérieur du futur enfant c’est-à-dire sa ressemblance. La théorie hippocratique de la semence va même un peu plus loin dans la précision. Chaque individu homme ou femme possède en lui deux semences, une forte (mâle) et une faible (femelle) ; il émet tantôt l’une et tantôt l’autre.

  • 33 [Hippocrate] Génération, VI, 1‑2.

« L’ homme possède à la fois la semence femelle et la semence mâle ; la femme également. Le mâle est plus fort que la femelle : il faut donc qu’il provienne d’une semence plus forte […]. Si la semence la plus forte vient des deux partenaires, (l’enfant) est mâle, si c’est la plus faible, il est femelle »33.

10La naissance d’une fille y est conçue comme un phénomène véritablement « naturel » alors que chez Aristote elle est une déviance et une quasi monstruosité, une résistance de la matière qui empêche la nature d’atteindre son but parfait : concevoir un mâle. Par ailleurs, la structure en tantôt/tantôt (ὁτὲ μεν… ὁτὲ δε…) induit une alternance qui peut faire penser par exemple aux degrés d’ordre de naissance des enfants et à leur affectation à telle ou telle filiation, celle du père ou celle de la mère. Certes, l’on cerne bien dans ces propos hippocratiques une valorisation positive du mâle au dépend de la femelle et lui reconnaître un rôle ne la place pas sur un pied d’égalité mais il est essentiel de souligner que sa fonction ne se limite pas à celle du seul réceptacle. Il en est d’ailleurs de même pour le discours sur les ressemblances :

  • 34 VIII, 1‑2.

« Il n’est pas possible de ressembler en tout à la mère et rien au père ou le contraire, ni non plus de ne ressembler en rien à aucun des deux ; au contraire, il est nécessaire de ressembler à tous deux en quelque chose, puisque la semence vient des deux à l’enfant »34.

  • 35 La forme verbale *εἴκω a donné le participe parfait substantivé décliné selon les variables dialect (...)
  • 36 Par ex. Artémidore, Clef des songes, III, 18 (p. 165, éd. Arléa, 1998) : « Pour un homme sans enfan (...)

Le mot employé par l’auteur hippocratique pour exprimer l’idée de « ressembler à » est ἐοικώς suivi du datif. On trouve le pluriel ἐοικότα ou ἐοικότες et les formes ἐοικώον35. L’étymologie est obscure mais un autre mot de la racine *eik intéresse notre propos : c’est ἐοικών, –όνος, fém. qui signifie, « image », « reflet d’un miroir », « ressemblance ». Or, parmi les codes de l’oniromancie, rêver de se voir dans un miroir signifie pour une femme qu’elle mettra au jour une fille et pour un homme, qu’il sera bientôt père d’un fils36.

11Plus loin, l’auteur hippocratique reconnaît une exception à cette idée reçue qu’il nuance sans même l’énoncer :

  • 37 VIII, 2.

« Il arrive qu’une fille pour la majorité des traits ressemble plus au père qu’à la mère et qu’un garçon ressemble plus à la mère qu’au père »37.

  • 38 Aristote, GA, VI, 3, 767a 3‑4 : τὰ μὲν ἄρρενα μῶλλον τῶ πατρί, τὰ δὲ θήλεα τῆ μητρί. Également en 7 (...)
  • 39 GA, VI, 3, 767b 2‑5.
  • 40 Vernier, 1999, p. 13‑14 ; 22 ; 34‑35 ; 44.

L’on reconnaît pour la logique de ressemblance, la fréquente association mère/fille et père/fils mais elle apparaît ici très amoindrie. Chez Aristote au contraire, si ce cas de ressemblance croisée est reconnu, il va à l’encontre du bon modèle qui est le plus logique et le plus fréquemment observé pour ne pas dire le « bon à penser » c’est-à-dire celui où le fils ressemble au père et la fille à la mère38. Le Stagirite développe ainsi des degrés de déviation où de manière progressive l’on atteint le monstre. À côté de ce schéma idéal, l’on constate que certains enfants ressemblent plus aux parents – peu importe lequel – qu’aux ancêtres, d’autres plus aux ancêtres qu’à n’importe qui, d’autres à personne des parents et enfin, certains n’ont pas même forme humaine39 : l’on se trouve ainsi dans le degré le plus avancé d’une monstruosité qui commence dès lors que l’enfant ne ressemble pas aux parents et même avec le premier écart, certes utile, où le principe mâle entravé dans son action n’a pu produire qu’une femelle. Cette marge progressive qui sépare le modèle idéal du monstre dont la correspondance sociale est le bâtard, fait penser aux logiques de ressemblance en usage à Karpathos et ailleurs en Grèce contemporaine à propos de l’ordre des naissances40 : les lointains cadets, c’est-à-dire d’ordre de naissance élevé, ne ressemblent plus à grand monde de la famille et sont assimilés à des bâtards. Aristote ne calque pas explicitement ce prisme sur celui de l’ordre des naissances mais ils s’avèrent très proches dans leur structure comme s’ils étaient l’un et l’autre les fruits d’une même idéologie sociale. Ce discours aristotélicien sur la ressemblance, la différenciation des sexes et la monstruosité peut être envisagé comme le produit d’une logique matrimoniale qui favorise la descendance mâle tout en soutenant un droit d’aînesse important.

  • 41 Bien que l’on ne puisse pas en déduire grand-chose de pertinent, il est à noter que ces discours an (...)

12Inversement, le discours hippocratique peut de son côté être considéré comme le produit d’une conception bilatérale – ou du moins non exclusivement patrilinéaire – de la filiation et de la parenté : l’on y reconnaît non seulement l’existence des liens père/fils, grand-père paternel/petit-fils mais aussi ceux tels que grand-père maternel/petit-fils ainsi que mère/fille, grand-mère maternelle/petite-fille ou encore grand-père paternel/petite-fille sans compter les relations avunculaires41. La société à « parenté hippocratique » connaîtrait une tendance matrimoniale plutôt exogame qui reconnaîtrait l’importance de l’alliance, avec de ce fait des liens provenant des deux parentés, le tout obéissant à une distribution très variable selon son type précis qu’il n’est pas possible de restituer à partir de cette seule théorie de la procréation.

  • 42 Au ivesiècle av. J.-C., Aristote définit la famille comme la « communauté naturelle » (Politiques, (...)
  • 43 Plutarque, Thémistocle, 32. Il ne s’agit pas du mariage plus exogame entre cousins croisés (cousins (...)
  • 44 Plutarque Périclès, 24, 8 : προσήκουσα κατὰ γένος = proche par la naissance (et non par l’alliance) (...)
  • 45 Verilhac et Vial, 1998. Les auteurs reconnaissent une endogamie civique (p. 42‑82) mais soulignent (...)
  • 46 Leduc, 1990, en part. p. 314‑315.
  • 47 Plutarque (Périclès, 37, 4) avance le chiffre de 14040 pour le nombre de citoyens demeurés sur les (...)
  • 48 Loraux, 1981, 1990, p. 66.
  • 49 Explicité par exemple dans Démosthène, Épitaphios, 4. Déjà avec Solon, le citoyen à la double titul (...)

13Par contre, avec le régime de la Cité et de la citoyenneté, surtout après les réformes clisthéniennes d’Athènes à la fin du viesiècle avant J.-C., le mariage n’apparaît plus comme un échange de service entre deux groupes mais plutôt comme une nécessité de perpétuer la maison, le foyer domestique et ses cultes particuliers. C’est l’oikos qui prend le pas42. Dans un tel contexte, les stratégies matrimoniales changent du tout au tout et les tendances endogames se renforcent. Ainsi, au sens littéral, il s’agit – pour le mâle – de se reproduire c’est-à-dire de perpétuer indéfiniment le même, au sein et au service de l’oikos, dans la chaîne des générations. Les exemples historiques foisonnent : les filles de Thémistocle sont mariées à un degré rapproché puisque du vivant de son père, l’une épouse son demi-frère Archeptolès fils de Thémistocle mais né d’une autre mère. Pour l’autre, Nicomachée, ce sont ses tuteurs et en l’occurrence ses frères qui la marient à l’un de ses cousins parallèles, Phrasilès, neveu fraternel de Thémistocle43. Autre grand personnage politique mais issu d’une grande famille aristocratique, Périclès épousa d’abord en première noce une parente44. Même si, il est vrai, il convient pour l’Athènes du vesiècle avant J.-C., de nuancer dans les faits la tendance à l’exogamie45, elle pouvait demeurer comme un idéal d’autant que sur le plan des communautés civiques, c’était bien l’endogamie qui était l’usage courant. Il faut certainement y voir la marque d’une modification des liens sociaux46. Sûrement dès Solon, Athènes s’assimile à une grande famille au sein de laquelle il faut se perpétuer et dans ce contexte, seule l’endogamie apporte des avantages. Les changements furent peut-être lents mais la loi de 451/450 qui interdit le mariage entre athénien et étranger – ou plus concrètement qui refuse de reconnaître la citoyenneté aux enfants issus des mariages mixtes – ne fit probablement qu’officialiser un certain état de fait. L’idéal et la pratique consistaient donc à ne se marier qu’entre citoyens ou plus exactement entre citoyens et filles de citoyens. En fait, l’on peut considérer que loin de constituer la reconnaissance d’une égalité de lien – puisqu’il fallait aussi que la mère fût citoyenne – la mesure de nature profondément restrictive ne dut viser qu’à réduire un peu plus le nombre de citoyens « authentiques »47. Comme le soulignait Nicole Loraux48, si la cité d’Athènes s’institua comme une famille métaphorique avec un certain esprit de parenté bilatérale, n’oublions pas cependant que le discours ne se fonda pas sur le couple père/mère mais sur le binôme père/patrie (pàter/patris)49 : le couple parental métaphorique s’en trouva d’autant plus masculinisé. C’est pourquoi, il est tout à fait envisageable que le modèle officiel de la représentation biologique fut lui-même modifié. Dans un tel contexte, une conception bilatérale des contributions physiologiques parentales ne bénéficie plus d’une place évidente. La filiation paternelle est la seule et unique puisque la femme est d’abord elle-même « fille de citoyen » par son père comme sa mère l’était par son grand-père maternel. Ainsi, le dogme physiologique de la double semence peut-il en être affecté voire être explicitement contesté. C’est d’une certaine manière chose faite par Eschyle qui joue dans l’extrait que nous allons citer – comme dans l’ensemble de son théâtre – un rôle de véritable diffuseur de discours officiels. Le texte est tiré du troisième volet de l’Orestie, les Euménides qui furent représentées en public en 458/457 av. J.-C., quelques années donc avant la loi de 451/450. L’on baigne néanmoins dans une ambiance idéologique très comparable. Le contexte de l’extrait est celui-ci : Oreste vient de venger son père Agamemnon en tuant ses assassins, sa mère Clytemnestre et Égisthe l’amant de celle-ci. Poursuivi par les Érinyes, il passe en jugement devant ce qui devint ensuite le tribunal de l’Aréopage. Alors, pour minimiser l’ampleur du crime, son défenseur Apollon se met à nier tout type de lien de sang entre un enfant et sa mère. Il déclare à l’assemblée :

  • 50 vv. 658‑661. Trad. personnelle. Οὐκ ἔστι μήτηρ ἡ κεκλημένου τέκνουͅ ∕ τοκεύς, τροϕὸς δὲ κύματος νεο (...)

« Ce n’est pas la mère qui engendre ce que l’on nomme l’enfant, mais elle est ce qui nourrit le germe qui a été semé. Engendre celui qui saillit. Et comme une hôte, elle accueille en elle la jeune pousse, si aucun dieu n’y porte atteinte »50.

  • 51 Beaucoup d’auteurs du vesiècle av. J.-C. et d’après, se servent de ce référent métaphorique qui n’e (...)

14C’est ensuite Athéna qui intervient et également pour défendre Oreste, elle argumente sur son propre cas : elle est née de Zeus sans aucun concours maternel. L’enjeu de ce passage n’est pas celui d’un traité de biologie mais il constitue tout autant un discours moral sur la parenté. Le lien maternel n’est rien et l’enfant est d’abord le produit de son père. C’est bien au modèle aristotélicien que nous pensons en lisant Eschyle et tout semble le séparer de ce que l’on pourrait appeler une « parenté hippocratique ». L’on y retrouve l’esprit de l’image agricole dans la reproduction avec la matrice/champ, la verge/soc et la semence/graine. Cet univers symbolique également très répandu51 pourrait correspondre, à l’origine, à la logique matrimoniale pratiquée au sein de la plèbe, l’exogamie étant peut-être plus le fait des familles aristocratiques :

plèbe : filiation patrilinéaire/endogamie avec l’image symbolique agricole
aristocratie : filiation bilatérale/exogamie due à une nécessité d’alliance

  • 52 Fine et Leduc, 1998, p. 33.
  • 53 Id., p. 27.
  • 54 Comme le soulignent A. Fine et C. Leduc (1998, p. 40‑42) en suivant Jack Goody, la dot constitue un (...)
  • 55 Voir note 18.
  • 56 Aristote, GA, IV, 1, 763b 30 « γίνεσθαί τε γὰρ ἐκ τοῦ ἄρρενος τὸ σπέρμα τὸ δὲ θῆλυ παρέχειν τὸν τόπ (...)
  • 57 Diogène Laërce II, 12‑13.

15Ainsi avec la cité-État démocratique, le premier de ces systèmes devint le seul moralement valable. D’ailleurs, dans ce contexte, les classes aisées aussi se croisent entre elles et cette homogamie pousse aux mariage entre cousins, enfants de frère, et entre oncle et nièce. C’est dans ce contexte qu’il convient d’évaluer la pratique de la proix. Cette dot versée par le père de la mariée est proportionnelle à la fortune du mari mais la femme reste étrangère à la maison du mari puisque épiproïkos, « sur sa dot », elle demeure du côté de son père. C’est pourquoi, le cadre continue d’être celui d’une bilatéralité. La proix permet de croiser les dons entre sexes différents : la mère défunte lègue sa dot à ses fils ; quant au père, il dote ses filles52. En effet, il n’y a pas de communauté matrimoniale puisque les biens sont séparés jusqu’à la mort des époux et que ce sont les enfants qui les fusionnent53. Ce système, rappelons-le est bilatéral mais également ressentie comme inégalitaire et vouloir l’abolir apparaît comme un topos de l’argumentation démocratique (Solon)54. En réalité, dans cette Athènes démocratique où subsiste la proix bilatérale, la logique démocratique et d’une certaine manière patriotique, voudrait tendre vers une patrilinéarité quasi exclusive. Ainsi, s’il s’agit d’une bilatéralité, elle n’en est pas moins à forte inflexion patrilinéaire et le discours d’Eschyle va dans ce sens. Alors, si le système demeure extrêmement bilatéral ce qui le rend cohérent à l’« idéologie » hippocratique, il pourrait tout autant et progressivement être harmonisé avec le modèle biologique « aristotélicien » qui demeure minoritaire et « nouveau » car parmi les théories des naturalistes, l’immense majorité reconnaît une semence féminine. Cependant, parmi les sources d’Aristote qui rejetteraient comme lui cette conception, il n’y a guère qu’Anaxagore qui soit nommé55. Aristote parle « d’Anaxagore et d’autres » et l’on ne saura pas lesquels, pour qui « le sperme vient du mâle, la femelle fournit le lieu »56. Le contenu est assez proche de celui d’Eschyle et cela pourrait être expliqué. Si Anaxagore est originaire de Clazomènes en Ionie, il vécut – durant la première moitié du vesiècle av. J.-C. – l’essentiel de sa carrière philosophique à Athènes où il fut un intime de Périclès57, c’est-à-dire dans un contexte culturel et social où sa théorie génétique aurait pu trouver sa source et sa justification idéologique. Aurait-il changé de position au sein de ses écrits perdus, ce qui pourrait constituer une explication aux témoignages contradictoires entre Aristote et Censorinus ?

  • 58 Aristote, Politiques, II, 9, 15‑16.

16Enfin, un siècle et demi plus tard, la critique qu’énonce Aristote au sujet de la dot prenant comme exemple Sparte, va de pair avec sa théorie : regrettant que du fait de la dot, les deux cinquièmes des terres laconiennes appartenaient à des femmes, il en explique ainsi la décadence militaire de la cité par le manque d’hommes et de soldats58. Il semble que nous ayons affaire ici à l’accomplissement d’une logique et d’un mouvement, la critique – certes exprimée différemment – d’une parenté trop bilatérale et le vœu d’une patrilinéarité que développe à sa manière ses traités biologiques sur la reproduction. Une fois de plus, biologie et politique sont ici bien imbriquées.

3. Premier bilan

17Une chose toutefois reste à rappeler : sur ce point précis de la théorie aristotélicienne de la génération, il n’y eut pas ou peu de postérité. En effet, pour la question de la semence, les traditions savantes postérieurs loin de se fonder sur Aristote, se rapprochent bien plus du modèle hippocratique. Aussi, à ce stade de cette enquête, il est temps de rappeler quelques idées et pistes proposées :

  • La double semence hippocratique est une théorie biologique conçue dans une société à parenté bilatérale, du moins dans le milieu aristocratique.

  • Même si elle demeure minoritaire, la tendance patrilinéaire endogame que connaît Athènes, aussi bien dans la plèbe qu’en milieu aristocratique – peut-être s’agit-il de la généralisation des usages populaires sur les hautes classes foncières – induit un discours nouveau qu’énoncent entre autres sources Eschyle, Anaxagore puis Aristote lesquels ont pu puisé dans diverses traditions qui étaient véhiculées et étaient ainsi à leur disposition.

    • 59 Vérilhac et Vial (1998, p. 87) soulignent toutefois que, pour les hautes classes de la société de l (...)

    Même si les pratiques endogames ont pu persister aux siècles suivants jusqu’à l’époque romaine, les théories médicales et physiologiques savantes écrites avaient pris suffisamment d’autonomie épistémologique pour ne plus dépendre de manière aussi directe des comportements matrimoniaux59. Ainsi, malgré toutes ces différences, l’essentiel de cette idéologie sociale demeure : la hiérarchisation positive du masculin par rapport au féminin.

4. Épilogue médiéval et contemporain

  • 60 Voir par ex. Thomasset, 1980 ; Jacquart et Thomasset, 1985, pp. 190 sq. Aristote est à nouveau très (...)
  • 61 Gaius, Institutes, I, 60‑63 : interdiction de mariages entre oncle et nièce, tante neveu et cousins (...)
  • 62 Liber est souvent assimilé à Dionysos en tant que divinité qui préside à la vigne et à l’ivresse.
  • 63 Augustin, Cité de Dieu, VII, 2 : « Ibi Liber, qui marem effuso semine liberat ; ibi Libera, quam et (...)
  • 64 Pour être plus précis, il faudrait dire : le seul cadre possible de l’union charnelle de deux êtres (...)
  • 65 Voir les réflexions de Gaudemet, 1987, p. 65.
  • 66 Les enjeux théologiques de l’embryologie sont nombreux y compris en terre d’Islam. Dans l’Europe du (...)
  • 67 Poly, 2003. Ainsi que ceux de Magali Coumert. Il y a également l’étude de D.O. Hughes, 1978 qui sou (...)

18Quant à la postérité de l’ensemble des théories biologiques et médicales anciennes à l’époque médiévale, il semble aussi que la double semence ait été imposée très majoritairement au travers d’Hippocrate, alors « Ypocras », et de Galien60. D’ailleurs, il est possible qu’elle ait été également reconnue au sein de la population romaine pré-chrétienne de l’Empire où, à certaines époques, avaient existé dans le droit romain, des restrictions anti-endogames plus prononcées que dans l’Athènes classique61. Si l’on en croit un témoignage polémique d’Augustin sur les divinités païennes, le couple Liber/Libera62 pouvait également être conçu comme lié à la procréation : Liber libérait la semence de l’homme et Libera faisait de même chez les femmes63. Trace d’une ancienne théorie romaine ou synthèse plutôt savante sous influence de la littérature médicale ? Il est vrai rappelons-le, que la compilation d’Oribase écrite seulement une génération avant Augustin ne retient pas la théorie aristotélicienne pour cette question mais qu’elle reconnaît l’existence des deux semences. Cependant le problème de la faible pérennité de la théorie aristotélicienne n’est pas réglé pour autant : comment expliquer cet « oubli » ? Prestige de la tradition et de la transmission, cela est possible mais il est aussi fort probable que ce fut la théorie de la double semence qui s’accommodait le mieux avec les impératifs théologiques de la nouvelle conception chrétienne du mariage envisagé comme l’union de deux êtres64. En effet, le discours des premiers moralistes chrétiens ignore les principes légaux de l’empire romain notamment l’interdiction des mariages « morganatiques » c’est-à-dire de conditions sociales différentes puisque de manière théorique, les enfants de Dieu sont tous égaux65. Il est également clair que, dès cette époque, les écrits médicaux avaient pris suffisamment d’autonomie épistémologique pour ne plus dépendre des pratiques matrimoniales : il s’agit dès lors d’une tradition savante qui conjugue héritage ancien et impératifs théologiques nouveaux66. Enfin, en suivant les travaux de Jean-Pierre Poly sur le Haut Moyen-Age, l’on peut envisager – et ce dès le Bas-Empire – une influence de plus en plus nette des pratiques matrimoniales barbare, notamment germaniques avec l’usage du Morgengabe, au sein desquelles le pouvoir féminin est loin d’être négligeable67 : la double semence correspondrait mieux à ces enjeux sociaux.

19Cependant, ce qui pose question c’est l’absence dans l’Europe contemporaine d’une quelconque théorie populaire de la procréation qui aurait pu être collectée soit par les folkloristes des xixe et xxe siècles soit, aux xviie et xviiie siècles, par les pourfendeurs des « superstitions vulgaires ». Ce vide peut en partie être comblé par l’étude des nombreux préjugés et idées reçues, à l’instar des théories des ressemblances étudiées par Bernard Vernier et qui de nos jours encore traversent une large part de la société, exprimant à leur manière une certaine conception des liens de parenté. Que peut-on dire à ce propos sur la théorie la plus répandue de nos jours ? La bio-médecine a depuis plusieurs décennies percé les secrets de la reproduction, dépassant ainsi les limites épistémologiques qu’un Voltaire pouvait dressées face à cette recherche des origines. Les enseignements primaire et secondaire des sciences naturelles ont rendu très fameux les « spermatozoïdes », les « ovules » et autres « gamètes ». Le rôle de chacun des parents semble bien réparti et dans cette portion de l’éducation sexuelle, flotte comme une idée d’égalité : dans une société qui tend aujourd’hui – sans l’atteindre – à la parité, l’équitable rôle biologique des parents ferait résonance avec l’équité dans l’acquittement des tâches quotidiennes. Mais encore une fois, s’il fallait justifier une autre idéologie sociale, n’assisterions-nous pas, pour ne pas dire n’assistons-nous pas déjà, à l’idéalisation de l’actif rôle d’un spermatozoïde personnalisé qui sait vaincre les nombreux obstacles et qui à l’issue d’une rude concurrence sans pitié, impose sa volonté et sa descendance ; par la même occasion, n’assistons-nous pas à une déconsidération implicite d’un immense et amorphe ovule récipient, cellule passive dont le rôle se limiterait à celui de réceptacle ? Comme de bien entendu, l’idéologie sociale quelle qu’elle soit impose une certaine lecture des lois biologiques.

Haut de page

Bibliographie

Benvéniste, É., 1969, Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Minuit, 2 vol.

Gaudemet, J., 1987, Le Mariage en occident, Paris, Le Cerf.

Gernet, L., 1937, Note de lexicologie juridique dans Mélange Boissacq, Bruxelles, p. 396-398.

Gernet, L., 1954, Observation sur le mariage en Grèce dans Revue d’histoire du droit français, p. 472-473.

Gernet, L., 1955, Mariages de tyrans dans Droit et institutions en Grèce antique, Paris, Flammarion.

Godelier, M., 1982, La production des grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruyas de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard.

Huai Cai, 1997, Une société sans père ni mari. Les Na de Chine, Paris, PUF.

Hughes, D.-O. 1978, From brideprice to dowry in Mediterranean Europe, Journal of Family History, n° 7, p. 262-296.

Jacquart, D. et Thomasset, C., 1985, Sexualité et savoir médical au Moyen-Âge, Paris, PUF.

Leduc, C., 1982, Réflexions sur le système matrimonial athénien à l’époque de la cité-État (vie ive siècle), GRIEF, La dot, la valeur des femmes, Toulouse, PUM, p. 7-29.

Leduc, C., 1987, Observation sur la diverging devolution dans deux cités grecques : Athènes et Gortyne (vieive siècle avant J.-C.), dans Ravis-Giordani (dir.) Femmes et patrimoine dans les sociétés rurales de l’Europe méditerranéenne, Paris, CNRS, p. 259-316.

Leduc, C., 1990, Comment la donner en mariage ? La mariée en pays grec dans G. Duby et M. Perrot (dir.) Histoire des femmes, Paris, Seuil, I, p. 259-316.

Leduc, C., 1998 (avec A. fine), La dot, anthropologie et histoire. Cité des Athéniens, vie-ive siècle avant J.-C./Pays de Sault (Pyrénées audoises), fin xviiie siècle-1940, Clio, n° 7 (Femmes, dots et patrimoines), Toulouse, PUM, p. 19-50.

Lévi-Strauss, C., 1958, Langage et parenté dans Anthropologie structurale, Paris, Plon-Press Pocket (1974).

Loraux, N., 1981, Les enfants d’Athéna. Idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes, Paris, Points-Seuil (1990).

Nelson, N., 1987 «Selling her kiosk»: Kikuyu notions of sexuality and sex for sale in mathare Valley, Kenya, dans P. Kaplan (éd.), The Cultural Construction of Sexuality, London, Tavistock, p. 217-239.

Poly, J.-P. Le chemin des amours barbares: genèse médiévale de la sexualité européenne, Paris, Perrin, 2003.

Rousselle, A., 1980, Observation féminine et idéologie masculine : le corps de la femme d’après les médecins grecs, Annales ESC, 5, p. 1089-1115.

Sergent, B., 1995, Les Indo-européens. Histoire, langues, mythes, Paris, Payot.

Thomasset, C., 1980, Quelques principes de l’embryologie médiévale de Salerne à la fin du xiie siècle dans Sénéfiance, n° 9 : L’enfant au Moyen-Âge, p. 107-121.

Thomas, Y., 1980, Mariages exogamiques à Rome dans Revue historique de droit français et étranger, 58, p. 345-382.

Tort, P., 1980, L’Ordre et les monstres. Le débat sur l’origine au xviiie siècle, Paris, Le Sycomore.

Verilhac, A.-M. et Vial, C., 1998, Le mariage grec du vie siècle avant J.-C. à l’époque d’Auguste, Paris-Rome, De Boccard.

Vernant, J.-P., 1974, Le mariage dans Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, Points-Seuil, p. 57-81.

Vernier B., 1999, Le visage et le nom, Paris, PUF.

Zimmerman, F., 1993, Enquête sur la parenté, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Vernier, 1999, p. 13‑14.

2 Vernier, 1999, p. 20‑21. Comme dans le système trobriandais étudié par Malinowski, la théorie de la ressemblance contredit la relation de filiation.

3 Vernier, 1999, p. 28‑29.

4 Vernier, 1999, p. 22 ; 34‑35 ; 44.

5 Vernier, 1999, p. 47‑49.

6 Ce fait est d’ailleurs souligné par Bernard Vernier pour la Grèce contemporaine.

7 Génération, IV, 1 : Μεθίει δὲ καὶ ὴ γυνὴ άπὸ τοῦ σώματος ὸτὲ μὲν έις τὰς μήτρας, αὶ δὲ μῆτραι ἰκμαλέαι γίνονται, ὁτὲ δὲ καὶ ἔξω. Trad. Robert Joly, CUF, 1970

8 Théorie selon laquelle la semence provient de tout le corps.

9 Génération, VII, 1.

10 Régime, I, 28‑29.

11 L’auteur emploie aussi ἐπικράτησις. Cette idée de domination peut encore être exprimée, c’est le cas par exemple de Démocrite, avec le terme ἐπικρατεία.

12 Du Régime, XXVIII, 1 : « Συνίστασθαι δὲ δύναται καὶ τὸ θῆλυ καὶ το ἄρσεν πρὸς ἄλληλα » / « Le (principe) mâle et le (principe) femelle peuvent s’assembler l’un l’autre ». Trad. personnelle.

13 De la génération des animaux, I, 18, 724b 34‑725a 21. L’argumentation est poursuivie jusqu’en 726a 28.

14 GA, I, 19, 727a 26‑28 : δύο δ´ ούκ ἐνδέχεται σπερματικὰς ἅμα γίνεσθαι ἀποκρίσεις. Plus loin, Aristote nie l’existence de la semence féminine par le fait qu’il puisse y avoir conception sans que la femme ressente du plaisir : il n’y aurait donc pas éjaculation (727b6‑9).

15 GA, 729a 10‑11 : matière (ὔλη) / forme (ε῏ιδος) –principe de mouvement (ἀρχὴ κινήσεως)

16 724b 35 ; 725a 22 etc.

17 Aristote, GA, IV, 1, 764a 6 ; Censorinus, VI, 4 ; Aétius, V, 7, 6.

18 Un fragment tiré d’Aristote (GA, IV, 1, 763b 30 – 764a 1) explique que le mâle fournit le sperme et la femelle le lieu (τόπος) : la gauche produit des femelles et la droite des mâles. La Stagirite précise bien « Anaxagore et d’autres physiologues (naturalistes) » mais l’ensemble de ces penseurs conçoit une semence féminine active (sauf pour Hippon de Rhégion qui la juge inutile). Par contre, un témoignage tardif (Censorinus, Du jour de la naissance, VI, 8 = frag. Anaxagore A 111 DK) sous-entend le rôle d’une semence féminine. Le témoignage d’Aristote devrait sembler le plus sûr mais Robert Joly et d’autres pensent le contraire (Voir édition CUF, 1967 Du Régime, trad. Robert Joly, p. 21, n. 1).

19 Toutefois selon Censorinus, la semence féminine serait inutile pour les Stoïciens, Diogène (d’Apollonie ?) et Hippon. Rappelons que Censorinus est d’abord un grammairien latin et qui plus est d’époque tardive (iiies. apr. J.-C.).

20 Par les fragments du pseudo-Plutarque (ives. apr. J.-C.) et d’Aétius (ves. apr. J.-C.) auteurs chacun d’un très semblable Opinions des philosophes et surtout du De natura rerum (De la nature des choses) de Lucrèce (mort en 55 av. J.-C.).

21 Galien, De l’utilité des parties du corps, 14, 11 ( = t. IV, p. 188 éd. Kühn) : « Le sperme de la femme outre qu’il contribue à la génération de l’animal est aussi utile à ces fins ». Trad. Charles Daremberg.

22 Oribase, Collection médicale, XXII, 6, 15 ( = t. IV, p. 68‑69 éd. Daremberg-Bussemaker).

23 Pline, Histoire naturelle, VII, 66 : « germine maribus » = « la semence qui provient des mâles ».

24 p. 129. Voir aussi La sexualité et sa répression dans les sociétés primitives (1927), trad. fra. éd. Payot, p. 19‑20. Bernard Vernier (1999, p. 15‑22 en part. p. 18‑20, n.2) reprend le dossier en y incluant les références de quelques controverses au sujet de Malinowski et de sa prétendue « naïveté ». Sur le lien entre théories biologiques et parenté, Claude Lévi-Strauss aborde dans ses Structures élémentaires de la parenté (1947) certaines questions comme par exemple les appellations élaborées par les Tibétains de « la parenté du même os » (paternelle) et « parenté du même sang » (maternelle) notamment sur la prohibition de l’inceste (p. 429‑430).

25 C’est le cas des Na, groupe ethnique de la Chine. Voir Huai Cai, 1997.

26 Population étudiée par Godelier, 1982.

27 zimmerman, 1993, p. 212.

28 La Cité antique (édition de 1900), p. 37‑38.

29 Par ex. Nelson, 1987. Dans les sociétés patrilinéaires à forte domination masculine, il n’est pas rare que dans l’intimité féminine, les femmes en viennent à ironiser à l’égard des hommes au point parfois de leur refuser tout pouvoir dans la reproduction.

30 Gernet, 1937 ; 1954, p. 472‑473 ; 1955 ; Vernant 1974 : l’auteur reprend une large part des études de Gernet pour l’appliquer tout particulièrement au monde homérique. Leduc, 1982, 1987 et 1998.

31 Vernant, 1974, p. 62‑65 ; 70.

32 Gernet, 1955. Cependant, l’on trouve encore un certain nombre d’exemples au vesiècle comme le projet échoué d’Épicratès d’épouser la fille de Hiéron tyran de Syracuse s’il parvient à soumettre les Grecs (Plutarque Thémistocle) ou le projet de Pausanias de livrer la Grèce à Xerxès en échange de l’une de ses filles à marier (Thucydide I, 128).

33 [Hippocrate] Génération, VI, 1‑2.

34 VIII, 1‑2.

35 La forme verbale *εἴκω a donné le participe parfait substantivé décliné selon les variables dialectales en έοικώς, εἱκώς et οίκώς.

36 Par ex. Artémidore, Clef des songes, III, 18 (p. 165, éd. Arléa, 1998) : « Pour un homme sans enfant, cela prédit la naissance d’un fils, pour une femme la naissance d’une fille ; car chacun verra une image pareille à lui-même ».

37 VIII, 2.

38 Aristote, GA, VI, 3, 767a 3‑4 : τὰ μὲν ἄρρενα μῶλλον τῶ πατρί, τὰ δὲ θήλεα τῆ μητρί. Également en 768a 24‑25. Voir aussi en HA, VII, 6, 586a 4‑5. Cette combinaison est également défendue par Pline (VII, 51) qui reste très proche de la source aristotélicienne. Pour Aristote, ce sont justement ces ressemblances naturelles qui pourraient provoquer un certain désordre affectif et social dans la société platonicienne car les gens auraient le réflexe de chercher des affinités physiques entre eux (Politiques, III, 3, 8, 1262a 14‑24) : la ressemblance n’a donc rien d’acquis par l’éducation et n’est que très rarement contrariée par l’imagination de la future mère mais elle est bien inscrite dans l’action de l’unique semence virile.

39 GA, VI, 3, 767b 2‑5.

40 Vernier, 1999, p. 13‑14 ; 22 ; 34‑35 ; 44.

41 Bien que l’on ne puisse pas en déduire grand-chose de pertinent, il est à noter que ces discours anciens de la ressemblance ne développent rien sur cet élément de parenté que constituerait la relation neveu/oncle maternel. Sur cette notion voir Lévi-Strauss, 1958, p. 62 sq. et sur le rapport entre les grandes aires linguistiques et leur parenté, Ibidem, pp. 79‑80. Plus précisément sur le vocabulaire latin dont avus « grand-père paternel » et avunculus « petit grand-père paternel » c.-à-d. « oncle maternel », voir Benveniste, 1969, 1, p. 223‑235 : l’auteur suppose que dans un contexte de mariage préférentiel entre cousins croisés, à l’époque préhistorique l’avus désigne d’abord le grand-oncle maternel qui est aussi le grand-père paternel. C’est à l’époque historique que la fonction de grand-père agnatique s’imposerait pour définir l’avus (p. 227‑230). Résumé critique de la question dans Sergent, 1995, p. 196‑197.

42 Au ivesiècle av. J.-C., Aristote définit la famille comme la « communauté naturelle » (Politiques, I, 2, 5, 1252b 13 sq.).

43 Plutarque, Thémistocle, 32. Il ne s’agit pas du mariage plus exogame entre cousins croisés (cousins du côté de la mère) qu’Émile Benveniste (1969, 1, p. 227‑230) avait établi comme le type d’alliance indo-européenne pour l’époque préhistorique.

44 Plutarque Périclès, 24, 8 : προσήκουσα κατὰ γένος = proche par la naissance (et non par l’alliance). L’historien grec ne précise pas si c’était une cousine parallèle ou croisée ou d’un tout autre lien de parenté.

45 Verilhac et Vial, 1998. Les auteurs reconnaissent une endogamie civique (p. 42‑82) mais soulignent la tendance majoritaire à l’exogamie familiale (p. 82‑118).

46 Leduc, 1990, en part. p. 314‑315.

47 Plutarque (Périclès, 37, 4) avance le chiffre de 14040 pour le nombre de citoyens demeurés sur les listes après l’application de la mesure qui fut rétro-active. Celle-ci est d’autant plus fameuse qu’une ironie cruelle la fit contourner par son initiateur. En effet, son dernier fils légitime, Paralos, étant mort, Périclès demanda au peuple de faire exception pour que soit reconnu le fils qu’il eut d’Aspasie, étrangère et concubine. Quoique νόθος – « bâtard » au sens d’enfant non né dans un cadre reconnu de mariage – il fut inscrit sur les listes de sa phratrie et son père lui donna son nom. C’est ce Périclès que l’on retrouve amiral à la fin de la Guerre du Péloponnèse et qui – victorieux à la bataille des Arginuses – fut condamné et mis à mort pour ne pas avoir fait le nécessaire afin de sauver les blessés et de récupérer les corps (Xénophon, Helléniques, I, 5, 16 ; 7, 16 ; 21).

48 Loraux, 1981, 1990, p. 66.

49 Explicité par exemple dans Démosthène, Épitaphios, 4. Déjà avec Solon, le citoyen à la double titulature, celle de son père et celle de son dème : la double appartenance est également très masculine.

50 vv. 658‑661. Trad. personnelle. Οὐκ ἔστι μήτηρ ἡ κεκλημένου τέκνουͅ ∕ τοκεύς, τροϕὸς δὲ κύματος νεοσπόρου ∕ τίκτει δ´ ὁ θρῴσκων ἡ δ´ ἅπερ ξένῳ ξένη ∕ ἔσωσεν ἔρνος οἶσι μὴ βλάψῃ θεός.

51 Beaucoup d’auteurs du vesiècle av. J.-C. et d’après, se servent de ce référent métaphorique qui n’est peut-être pas le plus « traditionnel » : il pourrait correspondre à une nécessité idéologique récente et serait pour cela très souvent énoncé. Cependant, il est clair que la fécondité des femmes et la fertilité des terres « travaillées » les unes comme les autres par l’homme constituent des thèmes complémentaires presque évidents. Pour les tragédiens qui emploient l’image agricole avec le mot ἄρουρα (labours) : Sophocle, Les Trachiniennes, vv. 31‑33 ; Oedipe roi, v.1256‑1257 ainsi que Antigone v.569 ; Euripide Oreste v.533 ; Médée v.1281 ; Ion v.1095. Allusion énoncée également par le poète élégiaque Théognis (Élégie, 580) ; Platon Lois VIII, 839 ; Ménandre (Perikeiroménè v.435‑436 et fr. 720 Kock) nous a conservé une parole rituelle prononcée par le père de la mariée au futur époux : « Je te la donne en vue du labours d’enfants légitimes » (Ταυτὴν γνησίων παίδων ἐπ ̓ἀρότω σοι δίvδωμι), peut-on y voir un calque de contrat de fermage ? Pour Athènes, Plutarque (Préceptes de mariage 42, 144b) nous parle des divers labours sacrés et rajoute « Le plus sacré de tous est l’ensemencement et le labour conjugal » (ὁ γαμήλιος σπόρος καὶ ἄροτος).

52 Fine et Leduc, 1998, p. 33.

53 Id., p. 27.

54 Comme le soulignent A. Fine et C. Leduc (1998, p. 40‑42) en suivant Jack Goody, la dot constitue une « dérive patrimoniale ». C’est un lien persistant entre le père et les enfants soumis à la circulation (exclusivement la fille dans l’Athènes classique).

55 Voir note 18.

56 Aristote, GA, IV, 1, 763b 30 « γίνεσθαί τε γὰρ ἐκ τοῦ ἄρρενος τὸ σπέρμα τὸ δὲ θῆλυ παρέχειν τὸν τόπον ». La détermination du sexe s’accomplit selon un système « préformiste » (il n’y a pas d’affrontement) : cela dépend du testicule d’où est émise la semence du père (droite/masculin ; gauche/féminin).

57 Diogène Laërce II, 12‑13.

58 Aristote, Politiques, II, 9, 15‑16.

59 Vérilhac et Vial (1998, p. 87) soulignent toutefois que, pour les hautes classes de la société de l’époque romaine, à l’endogamie familiale venait souvent se combiner l’exogamie civique et ce à des fins d’alliance. La théorie de la double semence conviendrait donc mieux à ce contexte de stratégie matrimoniale.

60 Voir par ex. Thomasset, 1980 ; Jacquart et Thomasset, 1985, pp. 190 sq. Aristote est à nouveau très sollicité au xiiie siècle avec des auteurs comme Constantin l’Africain ou Albert le Grand mais la double semence domine encore très largement dans les débats. L’embryologie et la gynécologie « de colportage » présentes dans le Grand Albert sont d’inspiration très aristotélicienne (semene du père/sang menstruel de la mère) mais bien évidemment, elles y apparaissent très déformées. Par ex. dans l’édition française du Grand Albert I, 6 : l’opposition forme/matière devient matière/matrice ; il est ainsi question de « résistance de la matrice » !

61 Gaius, Institutes, I, 60‑63 : interdiction de mariages entre oncle et nièce, tante neveu et cousins germains. Sur les évolutions à Rome voir Thomas, 1980.

62 Liber est souvent assimilé à Dionysos en tant que divinité qui préside à la vigne et à l’ivresse.

63 Augustin, Cité de Dieu, VII, 2 : « Ibi Liber, qui marem effuso semine liberat ; ibi Libera, quam et Venerem volunt, quae hoc idem beneficium conferat feminae, ut etiam ipsa emisso semine liberetur ».

64 Pour être plus précis, il faudrait dire : le seul cadre possible de l’union charnelle de deux êtres dans le seul but de reproduction.

65 Voir les réflexions de Gaudemet, 1987, p. 65.

66 Les enjeux théologiques de l’embryologie sont nombreux y compris en terre d’Islam. Dans l’Europe du xviiie siècle, le débat entre préformisme (oviste ou animalculiste) et épigénétisme – dont celui d’Harvey – est posé comme un débat théologique où le préformisme correspond mieux au dogme officiel. Voir sur ce sujet Tort, 1980.

67 Poly, 2003. Ainsi que ceux de Magali Coumert. Il y a également l’étude de D.O. Hughes, 1978 qui souligne la tendance bilatérale dans les pratiques germaniques et dans leur influence sur la société du très Haut Moyen-Âge occidental méditerranéen. Le Morgengabe (« don du matin ») est accompli par l’époux à l’épouse au lendemain des noces. La communauté de biens apparaît ici plus évidente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Roux, « Parenté hippocratique et parenté aristotélicienne. Quelques réflexions sur les théories biologiques de la Grèce ancienne »Pallas, 79 | 2009, 307-322.

Référence électronique

Olivier Roux, « Parenté hippocratique et parenté aristotélicienne. Quelques réflexions sur les théories biologiques de la Grèce ancienne »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/15137 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.15137

Haut de page

Auteur

Olivier Roux

43, rue des frères Delza 81600 Gaillac
olivier-ja.roux[at]laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search