Skip to navigation – Site map

HomeNuméros79Notes de lecturePauline Schmitt Pantel et Françoi...

Notes de lecture

Pauline Schmitt Pantel et François de Polignac, Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé

Paris, Albin Michel, 2007, 352 p.
Pascal Payen
p. 415-417
Bibliographical reference

Pauline Schmitt Pantel et François de Polignac, Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, Paris, Albin Michel, 2007, 352 p.

Full text

1« Jou[er] un rôle très important », mais sans « être jamais au premier plan » : Jean-Pierre Vernant résume ainsi ce qu’a été la place tenue par Claude Mossé dans le champ des études historiques consacrées à l’Antiquité grecque. Au sein d’un groupe de chercheurs – Jean- Pierre Vernant lui-même, Pierre Vidal-Naquet, Marcel Detienne, et tous les contributeurs de ce volume – attirés, dès les années 1960, pour les plus anciens, par les ressources nouvelles de l’anthropologie historique, de l’histoire des représentations, par l’analyse des manières de pensée, par l’importance de nouveaux « objets » tels que les images, les rituels et les gestes du sacrifice, l’œuvre de Claude Mossé se distingue par deux caractéristiques. D’une part, elle constitue un lien entre l’histoire politique, économique et sociale classique, et une approche qui privilégie l’étude des catégories : dans ses recherches, le travail, les classes sociales, la guerre sont des objets « réels ». Ainsi, au moment où se déploient les recherches sur le « genre » et lorsque paraît en France le premier volume de l’Histoire des femmes (Plon, 1990), elle rappelle, dans une contribution confiée aux Annales, que l’histoire des représentations ne doit pas faire oublier à l’historien et à ses lecteurs les conditions réelles des femmes grecques et romaines. D’autre part, son œuvre, tout en répondant aux sollicitations de l’anthropologie historique et en empruntant les voies qui lui ouvrent le champ de l’historiographie, ou de l’histoire des femmes, ou du droit, continue d’accorder la primauté à l’étude du politique dans sa dimension institutionnelle et concrète, à travers l’analyse de la démocratie athénienne, appréhendée comme un « modèle » (Politique et société en Grèce ancienne. Le « modèle » athénien, Aubier, 1995).

2C’est à cette œuvre et à cette manière de concevoir le travail historique que les douze études réunies ici (y compris celle de Claude Mossé elle-même) rendent hommage. L’ensemble s’ouvre par une introduction, en forme de témoignage, due à Pauline Schmitt Pantel et François de Polignac (non répertoriée dans la table des matières : p. 7‑12), puis par le témoignage de Jean-Pierre Vernant, qui décrit avec chaleur et humour la place de Claude Mossé au sein des chercheurs du Centre Louis Gernet, qui venait alors tout jute d’être fondé sous le nom de « Centre de Recherches Comparées sur les Sociétés Anciennes » (1964). Le livre se referme avec un entretien où Claude Mossé retrace les principales étapes de son cheminement d’historienne, et par une bibliographie (non exhaustive) de son œuvre.

3Bien que les études rassemblées soient disposées sans ordre apparent, il est permis de repérer au moins quatre fils conducteurs, qui rejoignent quelques-unes des manières de faire de l’histoire adoptées par la récipiendaire. Louise Bruit Zaidmann ouvre une première voie en analysant, à travers l’exemple de Déméter et Koré, « quelle est la place qu’occupe à Athènes, à l’époque classique, la religion par rapport au politique ». Quelles articulations le polythéisme grec entretient-il avec les différents niveaux du politique : les événements ordinaires qui impliquent les dieux ; l’ensemble des institutions qui gèrent les affaires sacrées ; enfin les pratiques cultuelles, manifestations d’une piété et d’une identité individuelle et collective ? Cette idée que « la religion n’est pas plus « au service » de la politique qu’elle ne lui commande » se retrouve dans l’étude que Stella Georgoudi consacre à une catégorie particulière de magistrats civiques, les démarques de l’Attique, qui contribuent à tisser activement les relations entre hommes et dieux. Le sentiment partagé de vivre dans une communauté cultuelle se trouve au niveau de la cité, du dème, mais aussi au sein d’une tribu clisthénienne : l’exemple de la tribu Aiantis, étudié par François de Polignac, souligne combien les formes de solidarité politique et religieuse sont étroitement liées à leur inscription dans l’espace.

4Un deuxième ensemble de contributions concerne le problème des rapports entre droit et politique. Claude Mossé retrace l’histoire de deux conceptions du droit à Athènes : l’une où le droit se constitue en étroite relation avec la politique au jour le jour ; l’autre où la sphère du droit est quasiment autonome et se renforce, notamment au ive siècle, au contact de la réflexion qui se développe dans les écoles de philosophie et de rhétorique. Catherine Darbo-Peschanski propose une analyse comparée du phénomène de « judiciarisation » des démocraties libérales contemporaines et de la sycophantie athénienne. À la croisée de ces deux formes de rapport au « judiciaire », se trouve la notion de « justice politique dont l’enjeu pressant est de définir qui concrètement participe effectivement au pouvoir et comment ». Évelyne Scheid-Tissinier propose une anthropologie des manifestations de la colère dans le milieu des tribunaux : elle fait figure de contre-partie du dommage subi et fait partie de la stratégie de persuasion pour obtenir auprès des jurés la réparation due. La colère, loin d’être une manifestation irrationnelle, appartient à l’arsenal de l’argumentation judiciaire.

5Entre ces deux ensembles, l’étude de Vincent Azoulay et Paulin Ismard sur « Les lieux du politique dans l’Athènes classique », propose, à partir d’un bilan historiographique, une définition du politique « entre structures institutionnelles, idéologie civique et pratiques sociales », qui s’accorde pleinement avec ce que les contributions précédemment présentées révèlent des rapports entre politique et religion, politique et droit.

6Un troisième ensemble de recherches s’attache à ce que jadis, dans une publication collective qui a fait date, Jacques Le Goff et Pierre Nora ont appelé de « nouveaux objets ». François Lissarrague et Alain Shnapp reviennent sur ce que les images apportent à la compréhension du politique dans la cité : non point une connaissance des institutions, impossibles à représenter, dans le cadre d’une esthétique de la mimèsis, mais les « figures », telles que Dèmokratia, Dèmos, Boulè, qui donnent à voir une esthétique de la politique et des comportements idéalisés. Sur les images des peintres de vases, la politique n’est pas celle du citoyen en train de délibérer, décider et agir ; elle est celle, « transcendée », des dieux et des héros. Dans la contribution de Pauline Schmitt Pantel, deux nouveaux objets se croisent : la biographie et les études de genre, à propos du cas d’Aspasie, construction sans consistance réelle, mais figure de femme aimée que la postérité se devait d’inventer, pour donner à Périclès sa pleine grandeur et toute son humanité.

7Les Grecs n’ont cessé de transformer en traditions leurs propres inventions et leurs propres pratiques politiques. C’est à cette veine de nature historiographique que se rattachent trois études de ce livre. Annie Schnapp-Gourbeillon analyse les avatars des traditions rattachées à la royauté dans les cités grecque à partir du cas de l’Athénien Thésée. « Rois et héros ne sont pas équivalents dans l’imaginaire mythique », et à très haute époque, entre l’âge du bronze et le temps des poleis archaïques, le « roi » grec est fort peu un monarque, plutôt un magistrat ou un exutoire des démons. Françoise Ruzé analyse avec pertinence la mode – et l’échec – du « lacônisme » dans l’Athènes de la fin du ve siècle, assimilant une Sparte idéalement aristocratique à un âge d’or. Comme Henri-Irénée Marrou, il faut bien davantage l’appréhender comme un « idéal refoulé » et « stérile » qui ne fut jamais en mesure de mettre en échec la démocratie. François Hartog revient sur la question, toujours ouverte, de la « fin de la démocratie athénienne », qui constitue le titre de la thèse de Claude Mossé, publiée en 1962. À travers les avatars de la réception de la démocratie ancienne, celle d’Athènes, et des démocraties modernes, depuis la fin du xviie siècle, sont présentés quelques-uns des usages actuels de la démocratie athénienne comme référence pour penser les diverses formes que prennent nos démocraties : représentatives, directes, ou d’opinion. Usage ou « analogie qui traduit plus une inquiétude qu’un souci de clarification ».

8Dans leur diversité, ces études soulignent à quel point le politique et l’extraordinaire richesse de l’expérience athénienne ont inspiré la réflexion de Claude Mossé et de ceux qui ont travaillé dans son « sillage ».

Top of page

References

Bibliographical reference

Pascal Payen, “Pauline Schmitt Pantel et François de Polignac, Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude MosséPallas, 79 | 2009, 415-417.

Electronic reference

Pascal Payen, “Pauline Schmitt Pantel et François de Polignac, Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude MosséPallas [Online], 79 | 2009, Online since 01 May 2009, connection on 22 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/pallas/16015; DOI: https://doi.org/10.4000/pallas.16015

Top of page

About the author

Pascal Payen

Université de Toulouse II-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search