Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lecturePatrice Méniel, Manuel d’archéozo...

Notes de lecture

Patrice Méniel, Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle. Age du Fer

Gollion, éd. Infolio, 2008
Jean-Marie Pailler
p. 417-419
Référence(s) :

Patrice Méniel, Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle. Age du Fer, Gollion, éd. Infolio, 2008

Texte intégral

  • 1 L’auteur dirige d’autre part, aux éditions Monique Mergoil, la collection « Archéologie des plantes (...)

1Il était temps. Depuis une trentaine d’années, avec les travaux pionniers de F. Poplin, et surtout depuis le début des années 1990, la place faite aux vestiges animaux dans l’approche historico-archéologique des sites anciens n’a cessé de grandir. L’auteur du présent ouvrage a été associé à bon nombre de ces études de sites, sans négliger les nécessités de la synthèse. Dès 1992, il a publié Les sacrifices d’animaux chez les Gaulois (Paris, Errance, 150 pages), a récidivé en 2001 avec Archéologie. Les animaux et l’archéologie (en coll. avec L. Chaix, également chez Errance), sans compter l’édition d’un numéro spécial de la revue Anthropozoologica (1989). Il est certainement, en France, celui qui s’est le plus penché sur les clartés à attendre de ce type d’analyses en matière de compréhension des rites funéraires et sacrificiels, particulièrement à l’âge du Fer.1

2Il était temps, parce qu’il n’existait jusqu’ici aucun Manuel en langue française, à côté du Zooarcheology, très global, de E.J. Reitz et E.S. Wing (Cambridge University Press, 1999). Un Manuel, c’est-à-dire un livre clair, simple, riche d’informations pratiques, illustré d’exemples et accessible à un large public. Un livre qui peut être une première base pour la formation d’un futur archéozoologue, mais aussi un outil de compréhension et de dialogue pour des historiens et archéologues « purs », mais qui souhaitent savoir, en cas de découverte, quel profit tirer de ces études et comment s’adresser en ce domaine aux spécialistes. P. Méniel parvient à ses fins en deux temps, ou plutôt trois : une première partie (p. 9‑104) porte sur les sites funéraires, la seconde (p. 105‑156) sur les rites sacrificiels. Une précieuse annexe (p. 161-188) fournit, dans l’ordre alphabétique, les indications nécessaires à la compréhension des contextes de chaque site mentionné : 35 en tout, dont 26 en France (dans le quart Nord-Est principalement), 2 en Allemagne, 2 en Hongrie, un en Suisse (mais rien de moins que La Tène…), 4 au Luxembourg. L’essentiel est abordé en 188 pages et 128 figures, dont un cahier couleurs de huit pages.

3Comment restituer le geste funéraire ou rituel, et si possible sa signification, à partir des vestiges mis au jour ? Tel est le problème de méthode, très complexe, que l’auteur aborde sous toutes ses facettes. D’abord, des observations et des consignes précises concernent les conditions de l’enregistrement – profondément renouvelées par la photographie numérique – des prélèvements et du lavage, ainsi que la conservation et l’étude en laboratoire. La règle de bon sens est de s’adapter à la diversité des terrains, des vestiges et des situations de fouille (présence ou non d’un spécialiste, par exemple). Suivent des observations abondamment illustrées concernant la détermination des éléments anatomiques, des espèces et des genres animaux, du nombre et du poids des restes, de la latéralisation, du sexe, de l’âge enfin : pas moins de cinq pages (30‑34) sont consacrées à cette dernière question. Le chapitre suivant rend compte des difficultés supplémentaires engendrées par les cas de calcination volontaire.

4Quels étaient les animaux impliqués dans les rites, et de quels traitements ont-ils fait l’objet ? La grande majorité des bêtes sélectionnées sont domestiques. Au ve s. av. J.‑C., porcs, ovins et gallinacés s’équilibraient. Le porc domine au cours des trois derniers siècles avant notre ère, pour être progressivement supplanté par la volaille. Les études, en plein développement, ne parviennent pas encore à prendre en compte la gestion des cheptels ni à croiser « les données funéraires avec les résultats issus de l’analyse des déchets domestiques de la communauté des vivants » (p. 49). Du moins y a-t-il là l’amorce d’un programme de grande ampleur. Un chose est certaine : à part la volaille (et peut-être quelques petits animaux familiers : chiens, passereaux), seules de petites parties des animaux sont présentes dans les dépôts funéraires. Les cas de banquets célébrés à proximité sont en général mal connus, comme sont encore peu étudiés les fosses et fossés délimitant certaines nécropoles, où pouvaient se trouver des restes d’équidés ou de bovidés (Acy-Romance). Il est difficile de savoir si et dans quels cas (apparemment minoritaires) de la viande faisait partie des dépôts. Exemple parmi d’autres des difficultés rencontrées dans ce genre d’enquête : la disparition des viscères. Elle peut être due à un prélèvement antique volontaire (hépatoscopie), à la décomposition du cadavre dans la sépulture, à l’intervention d’animaux nécrophages (p. 56). Des indices peuvent se retrouver « dans les modalités de comblement des abdomens et des thorax » (p. 63).

5Sont enfin abordés les problèmes de cartographie et de distribution, étroitement liés aux conditions générales de la fouille. On a ici le sentiment que l’approche archéométrique, qu’elle concerne les ossements ou, par exemple, le métal, induit, par effet de feedback, des progrès dans les méthodes de plus en plus minutieuses de l’exploration archéologique elle- même. Ce point capital aurait sans doute mérité un développement.

6Les « études de cas » qui occupent le cœur de l’ouvrage en sont aussi le sommet. Ne pouvant entrer dans le détail, on se contentera de les énumérer : découpe du porc en Europe celtique, exposé très richement illustré ; emplacement et disposition de la viande, avec l’exemple spectaculaire de Lamadelaine ; problème des contenants et des supports, des trophées et du gibier ; commémorations ; restes de banquets ; tombes à char… Comment mieux faire entendre que les morts, même animaux, même fragmentaires, font aujourd’hui parler les vivants d’autrefois ?

7Les rites sacrificiels reçoivent un traitement plus limité, sans doute à la fois parce que l’essentiel, du point de vue des méthodes pratiques, a déjà été dit, mais aussi pour une seconde raison. L’auteur insiste à la fois sur l’extrême diversité des situations et sur l’extrême difficulté, dans bien des cas, d’interpréter les données. Le parti choisi consiste, pour éviter le dévoiement par des préjugés – notamment dans le cas de « contextes parfois assez prestigieux » –, à analyser d’abord « les ossements animaux sans tenir compte du contexte de leur découverte » (p. 107). L’étude de la « fouille des ossements dans les sanctuaires » est ainsi distinguée de l’approche « taphonomique » (concernant les conditions de conservation). Les quelques pages (117‑122) consacrées au dépôt de l’île d’Ouessant « Mez Notariou », avec le rôle d’une impressionnante accumulation de coquilles, sont à cet égard impressionnantes. Le livre se clôt sur trois chapitres traitant successivement du dénombrement des animaux sacrifiés, de la viande des sacrifices (où l’accent est mis sur l’importance des restes de banquets et sur les critères de sélection des animaux sacrifiés : favissa du Puy-de-Dôme, fosses d’Acy-Romance), enfin des animaux non consommés, avec trois maîtres mots : décomposition, manipulation, exposition.

8Tel qu’il se présente, l’ouvrage de P. Méniel répond remarquablement à son objectif. On peut en recommander l’emplette et le transport sur le terrain à tout archéologue, en complément des ouvrages classiques consacrés aux céramiques ou, plus récents, aux peintures, au métal, aux méthodes de prospection, à la conservation des vestiges, à la photographie aérienne… L’historien, quant à lui, pourra parfois rester sur sa faim, à moins qu’il ne voie sont appétit aiguisé, comme par les extraordinaires dépôts funéraires d’équidés de Vertault (Côte d’Or), en cette région de Bourgogne où fut si prospère le culte rendu à la déesse gauloise puis gallo-romaine Epona, patronne des chevaux, de leurs cavaliers et de leurs éleveurs. La question de la gestion des cheptels, donc de l’histoire de l’élevage – un thème d’étude, sinon une « discipline », en pleine évolution –, est également soulevée à plusieurs reprises. Aider l’archéologue et stimuler l’historien (si tant est que ces deux « espèces » du « genre » savant doivent être distinguées), tel est, on le voit bien, le double mérite de ce livre.

Haut de page

Notes

1 L’auteur dirige d’autre part, aux éditions Monique Mergoil, la collection « Archéologie des plantes et des animaux ». Le deuxième volume est paru en 2008 sous le titre Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine. Rituels et pratiques alimentaires. (D. Lepetz et W. Van Andringa). Pallas rendra compte prochainement de cette publication importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Patrice Méniel, Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle. Age du Fer »Pallas, 79 | 2009, 417-419.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Patrice Méniel, Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle. Age du Fer »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/16027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.16027

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search