Skip to navigation – Site map

HomeNuméros79Notes de lectureGeorges Castellvi, Josep Maria No...

Notes de lecture

Georges Castellvi, Josep Maria Nolla et Isabel Rodà (dir.), Le trophée de Pompée dans les Pyrénées (71 avant J.‑C.). Col de Panissars. Le Perthus, Pyrénées-Orientales (France). La Jonquera, Haut Empordan (Espagne)Supplément 58 à Gallia, CNRS éditions, Paris, 2008, 261 p.

Christian Rico
p. 420-423
Bibliographical reference

Georges Castellvi, Josep Maria Nolla et Isabel Rodà (dir.), Le trophée de Pompée dans les Pyrénées (71 avant J.‑C.). Col de Panissars. Le Perthus, Pyrénées-Orientales (France). La Jonquera, Haut Empordan (Espagne), supplément 58 à Gallia, CNRS éditions, Paris, 2008, 261 p.

Full text

1Érudits et savants de tout poil l’ont cherché et imaginé des siècles durant ; sa localisation a fait l’objet de nombreuses supputations, mais le dernier mot est venu des archéologues. Rendu célèbre par Strabon et Pline l’Ancien principalement, le trophée érigé en 71 av. J.-C. par Pompée dans les Pyrénées au lendemain de sa victoire sur Sertorius est un de ces grands monuments de l’Antiquité passés dans la “légende” du fait même de leur disparition. Jusqu’à la découverte, en 1984, au col de Panissars dans les Albères, des premiers blocs de grand appareil d’un édifice monumental. Elle fut à l’origine d’un programme de fouilles et de recherches sur le franchissement des Pyrénées orientales à l’époque romaine qui devait se poursuivre jusqu’en 1993, associant une équipe française et une équipe espagnole, un bel exemple de coopération archéologique internationale. À juste titre donc, le monument de Pompée méritait qu’une monographie à part entière lui fût consacrée et on saura gré aux Éditions du CNRS de l’avoir accueillie dans sa prestigieuse collection des Suppléments à Gallia. On saluera d’autant plus volontiers cette parution que, depuis quelques années, le bouche à oreille l’annonçait régulièrement. Il manquerait presque l’effet de surprise. La découverte d’un monument romain qui a été rapidement identifié avec le trophée de Pompée est connue en effet depuis 1984, date de la parution du premier d’une série d’articles qui la relatent quasiment “au jour le jour”. Quand nombre de fouilles ne sont jamais complètement et définitivement publiées, il aurait été facile de s’en tenir à ces articles, et on peut remercier Isabel Rodà, Georges Castellvi et Josep María Nolla, qui ont dirigé les travaux à Panissars et coordonné la publication, d’avoir mis un point d’honneur à ce que le trophée pyrénéen de Pompée ait son livre. Il reprend nécessairement les travaux déjà publiés, révisés et augmentés, et intègre des éléments de la thèse de doctorat que G. Castellvi a consacrée au monument et soutenue à l’université Paul Valéry-Montpellier III en 1991.

  • 1 L’étymologie des noms de Panissars et du Perthus donne lieu à un développement bienvenu (p. 67‑69), (...)

2L’ouvrage est d’une architecture classique, organisée autour de la description et de l’interprétation des vestiges exhumés et de la restitution du monument, qui font l’objet du gros chapitre IV. Les trois chapitres qui le précèdent sont une longue introduction à l’étude archéologique du monument : localisation et historique des fouilles (chap. I), textes antiques mentionnant le trophée de Pompée, traduits et commentés, et historiographie de la recherche (chap. II). Où on apprend que la « quête » du trophée (p. 36) a démarré au xve s., chez les historiens catalans, Roussillonnais et Empordanais principalement, et donné lieu à de multiples propositions de localisation, certains allant jusqu’à situer le monument pompéien à… Pampelune, voire en Andorre ! et à autant de propositions de restitution ; du trophée d’armes classique à la colonne triomphale en passant par des autels, des pyramides de pierres et un arc de triomphe, le monument de Pompée a excité l’imagination, c’est le moins qu’on puisse dire. A partir du xixe s., c’est l’hypothèse d’un trophée turriforme, sur le modèle du monument d’Auguste à la Turbie, dans les Alpes Maritimes, qui prend une certaine force. Le cadre est définitivement planté avec le chapitre III qui replace le monument dans son environnement archéologique et reconstitue l’histoire de la voie. Un chapitre important qui croise les données des textes et celles de l’archéologie, résultat des prospections de surface réalisées par l’équipe responsable des fouilles sur les sites qui jalonnent le tracé des deux voies reconnues dans le massif des Albères, celle du Perthus et sa branche de Panissars1. Les auteurs reviennent logiquement sur les événements qui eurent pour théâtre la région au cours des guerres civiles du ier s., où le contrôle de la route vers la péninsule Ibérique fut un enjeu militaire pour les partis qui s’affrontaient. L’étude des mobiliers offre ainsi une certaine prise avec la réalité transmise par les textes. Elle permet aussi de comprendre l’aménagement de la branche de Panissars, bien qu’elle ait représenté un détour de 4 km par rapport au tracé de la première voie, celle de Cn. Domitius Ahenobarbus construite dans les années 121‑117 (la via Domitia). Peut-être décidé par Pompée lui-même, ce nouveau tracé, moins encaissé, devait, dès la fin de la guerre en Hispanie, devenir la principale voie de passage entre Gaule et péninsule Ibérique. Le trophée, installé précisément sur la ligne de partage des eaux, marquait, telle une monumentale borne frontalière, le changement de province.

  • 2 Voir l’étude pétrographique p. 97‑103 qui a permis d’éliminer les carrières du versant nord au prof (...)

3Deux puissants soubassements disposés symétriquement de part et d’autre de la voie sont tout ce qu’il reste aujourd’hui du monument pompéien ou, pour être exact, tout ce que l’on peut en restituer, tant son démantèlement fut méthodiquement mené jusqu’à ses fondations. Le chapitre IV, le “plat de résistance” de l’ouvrage, s’ouvre, après une description détaillée des vestiges mis au jour, sur l’histoire du trophée, au regard des données chronostratigraphiques obtenues au cours des fouilles menées de 1984 à 1993 : on suit ainsi sa transformation en carrière de pierres dès le ive s., entreprise qui se poursuivit jusqu’au xviie s., avec la récupération des derniers blocs pour la construction du fort de Bellegarde, qui domine à l’est le site de Panissars ; les différentes réoccupations du lieu aux époques wisigothique et carolingienne ; l’installation d’un prieuré à l’époque romane. Rien qui dût protéger durablement le monument pompéien dont, de fait, n’est parvenu jusqu’à nous que le plan au sol, lisible grâce aux tranchées de fondation creusées dans le substrat rocheux. De l’élévation subsistent, miraculeusement, trois assises de blocs en grand appareil de grès dans l’angle nord-est du soubassement oriental. Celui-ci a d’autre part conservé une partie de son blocage interne en opus caementicium faisant à l’origine office de podium qui devait supporter, comme on le verra, le trophée proprement dit. L’étude technique des vestiges du monument est très complète et extrêmement détaillée. On dira même, détaillée à l’extrême, au risque de rendre les pages qui lui sont consacrées quelque peu arides. Les auteurs, qui se sont adjoint le concours d’un spécialiste de la construction antique, Jean-Claude Bessac, ont pris le parti de ne rien omettre : caractéristiques des matériaux, mise en œuvre de ceux-ci, réalisation des tranchées, techniques de creusement et de construction d’après les traces laissées par les outils sur la roche aménagée ou sur les grands blocs de grès des parements, trous de scellement et de levage ; des tableaux alignant les chiffres (dimensions des blocs, des trous de louve que portent ces mêmes blocs, trous de pince, mortaises, etc…) complètent la description. On suit ainsi pas à pas la mise en place du chantier, découvrant les contraintes que son organisation a posées, la manière dont elles ont été résolues, l’utilisation d’engins de levage adaptés à la nature du terrain, du type mât de charge, semblables à ceux mis en œuvre dans la marine, et qui ont pu être restitués à partir de cavités particulières observées dans la roche (p. 138‑141 et reconstitution fig. 132 p. 141). Des pages nécessaires donc dont le moindre des intérêts n’est pas la conclusion tirée de l’étude architecturale des vestiges conservés. Tout concourt en effet à faire du trophée pompéien un édifice “hispanique” dans le sens où les procédés de taille et de construction employés ne sont pas encore connus en Gaule Transalpine. L’utilisation de grès du Haut Empordan, que les constructeurs sont allés chercher à 75 km du chantier2, renforce d’autre part la filiation hispanique du trophée dans la construction duquel auraient pu intervenir des spécialistes d’Emporiae rompus au travail des roches locales (p. 136).

4Se représenter le monument est une autre affaire mais sans doute pas une mission impossible pour des spécialistes de l’architecture romaine ; c’est même, au vu de la nature des vestiges conservés, un véritable challenge qu’ont accepté deux auteurs, Ricardo Mar, professeur d’archéologie à l’université Rovira i Virgili de Tarragone, et Jean-Louis Paillet, architecte, ingénieur de recherche à l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique du CNRS à Aix-en-Provence. C’est là l’originalité de cette deuxième partie du chapitre IV de l’ouvrage, très attendue, qui propose, après l’étude archéologique et architecturale de la première partie, non pas une, mais deux propositions de restitution, menées différemment, mais qui, au final, se rejoignent sur l’allure générale à donner au trophée de Pompée.

5R. Mar soumet de son côté trois hypothèses de restitution, argumentées, chacune s’appuyant sur les observations réalisées in situ et étayée par des rapprochements avec d’autres monuments d’époque hellénistique, essentiellement funéraires, du monde méditerranéen, nord-africain et asiatique principalement, et qui auraient pu servir de modèle à l’architecte romain, sinon inspirer Pompée lui-même : monument double à deux blocs symétriques, tel que se présentent aujourd’hui les vestiges, de part et d’autre de la voie qui franchissait la ligne de crête. C’est l’hypothèse I envisagée en son temps par G. Castellvi ; monument unique, placé au-dessus de la voie qui le traverse, mais d’aspect plutôt “trapu” (hypothèse II) ; monument turriforme à volumes superposés, formé d’un podium massif, auquel appartiennent les vestiges mis au jour par les fouilles, supportant un édifice central, le monument commémoratif proprement dit qui portait la dédicace célébrant, selon le témoignage de Pline l’Ancien, la soumission par Pompée de 876 oppida des Alpes aux confins de l’Espagne Ultérieure (3, 3, 18 et 7, 26, 95‑96), et peut-être surmonté d’une statue du général. Trois hypothèses entre lesquelles R. Mar ne tranche pas ; pour l’auteur, l’important est avant tout de souligner la valeur symbolique du monument. Il s’inscrit effectivement dans la continuité de ces monuments honorifiques qui, à l’époque hellénistique, « symbolisent l’action politique des monarques et des généraux triomphateurs » (p. 150) dans la tradition desquels Pompée se place très rapidement ; n’oublions pas en effet l’âge du vainqueur de Sertorius, 35 ans à peine, au seuil d’une carrière qui le portera au sommet de la République. Car c’est bien la première fois en Occident, comme le relève R. Mar, qu’« un grand général triomphateur construisit (…) un trophée hellénistique » (p. 150). La réflexion sur la dimension politique du monument, qui sous-tend le travail de restitution de R. Mar, est absente en revanche de l’analyse de J.-L. Paillet qui propose une étude plus “classique”, d’architecte, qui part de la recherche du tracé régulateur utilisé pour la composition planimétrique du monument pompéien. La démarche est donc quelque peu différente et elle aboutit à une seule proposition de restitution, qui rejoint l’hypothèse III de R. Mar, celle d’un trophée turriforme à volumes superposés, que les comparaisons avec les mausolées funéraires hellénistiques (Halicarnasse…) et quelques autres monuments érigés après le trophée de Pompée (La Turbie, Adamklissi par exemple) permettent de renforcer. Deux hypothèses de restitution sont cependant envisagées, l’une “basse”, celle d’un édifice d’une hauteur proche de 35,50 m, préférée par J.‑L. Paillet pour des raisons d’ordre technique, l’autre “haute”, où la hauteur du trophée, plus élancé, approcherait, voire dépasserait les 50 m. Au lecteur de faire éventuellement son choix, dans lequel il sera aidé par les reconstitutions qui accompagnent les deux études, à main levée, “d’artiste”, de R. Mar, dessins “léchés” d’architecte de J.‑L. Paillet, complétées utilement par deux figures (146 et 149) qui replacent le trophée pompéien dans son environnement géographique et permettent de se faire une idée de son aspect monumental. Rien ne peut être dit en revanche sur le décor architectural, entièrement perdu. Si les fouilles ont livré des menus fragments de blocs qui peuvent lui être attribués, ils sont rarement identifiables (pour l’essentiel des moulures). Ils sont décrits dans le chapitre V consacré à l’étude des mobiliers (céramiques et monnaies).

6Le petit chapitre VI, qui clôt l’ouvrage, replace le monument pompéien dans l’histoire de l’architecture triomphale romaine. Les coordinateurs de la publication, G. Castellvi, J.-M. Nolla et I. Rodà, qui retiennent l’hypothèse du trophée turriforme à volumes superposés, soulignent l’évidente parenté entre le monument pompéien et le trophée qu’Auguste fit ériger au col de La Turbie entre 13 et 5 av. J.‑C. pour célébrer sa victoire sur les Ligures. Celui-ci serait la version “améliorée” du premier. De ce point de vue, le monument pompéien constitue un précieux jalon dans l’histoire des trophées romains et de leur monumentalisation, dont on regrettera peut-être qu’elle soit si rapidement retracée ; sept pages à peine lui sont consacrées. Mais pouvait-on aller beaucoup plus loin que l’étude, qui reste incontournable, de G.-Ch. Picard (1957) dont ces pages s’inspirent nécessairement ? La synthèse qui est ici proposée la renouvelle sensiblement, en intégrant par exemple les découvertes américaines de 1990 à Chéronée (trophée grec de 86 av. J.‑C.) et, forcément, le monument de Panissars dont on peut désormais se faire une représentation. Les auteurs insistent, avec raison, sur l’influence de l’architecture monumentale hellénistique, funéraire et triomphale, sur la conception du trophée pyrénéen, répondant à la volonté de son maître d’œuvre, Pompée, d’imiter les monarques hellénistiques, et le premier d’entre eux, Alexandre le Grand. On n’attend plus maintenant que des archéologues retrouvent l’autre trophée élevé à Chéronée en 86, par Sylla celui-là, mais aussi ceux construits par Fabius Maximus et Domitius Ahenobarbus en Gaule Transalpine en 121 av. J.‑C. (connus par Florus), pour décider si le trophée pompéien est bien ce qu’il paraît être, le chaînon manquant entre les grands édifices funéraires hellénistiques, dont il adopta les caractères monumental et ostentatoire, et celui de la Turbie.

Top of page

Notes

1 L’étymologie des noms de Panissars et du Perthus donne lieu à un développement bienvenu (p. 67‑69), qui revient sur certaines idées reçues, notamment sur Le Perthus, que l’on fait souvent provenir de portus, et qui désignerait en catalan la « trouée » (pertús), et fait d’autre part de Panissars un simple phytonyme.

2 Voir l’étude pétrographique p. 97‑103 qui a permis d’éliminer les carrières du versant nord au profit de celles du Haut Empordan.

Top of page

References

Bibliographical reference

Christian Rico, “Georges Castellvi, Josep Maria Nolla et Isabel Rodà (dir.), Le trophée de Pompée dans les Pyrénées (71 avant J.‑C.). Col de Panissars. Le Perthus, Pyrénées-Orientales (France). La Jonquera, Haut Empordan (Espagne)Supplément 58 à Gallia, CNRS éditions, Paris, 2008, 261 p.”Pallas, 79 | 2009, 420-423.

Electronic reference

Christian Rico, “Georges Castellvi, Josep Maria Nolla et Isabel Rodà (dir.), Le trophée de Pompée dans les Pyrénées (71 avant J.‑C.). Col de Panissars. Le Perthus, Pyrénées-Orientales (France). La Jonquera, Haut Empordan (Espagne)Supplément 58 à Gallia, CNRS éditions, Paris, 2008, 261 p.”Pallas [Online], 79 | 2009, Online since 01 May 2009, connection on 16 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/pallas/16035; DOI: https://doi.org/10.4000/pallas.16035

Top of page

About the author

Christian Rico

Université de Toulouse II-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search