Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureFrançoise Desbordes, Idées grecqu...

Notes de lecture

Françoise Desbordes, Idées grecques et romaines sur le langage, Travaux d’histoire et d’épistémologie

Textes réunis par G. Clérico, B. Colombat et J. Soubiran, préface de M. Baratin, ENS éditions, 2007
Valérie Gitton-Ripoll
p. 424-427
Référence(s) :

Françoise Desbordes, Idées grecques et romaines sur le langage, Travaux d’histoire et d’épistémologie. Textes réunis par G. Clérico, B. Colombat et J. Soubiran, préface de M. Baratin, ENS éditions, 2007

Texte intégral

1L’œuvre de Françoise Desbordes, qui a terminé une brillante carrière de latiniste à l’Université de Toulouse, est connue de tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des idées linguistiques dans l’Antiquité. Ce recueil posthume d’articles, dont le titre est calqué par les éditeurs sur celui des Idées romaines sur l’ écriture, du même auteur (1990), réunit 21 articles sur la philosophie du langage et l’histoire de la grammaire. Il fait suite à un ouvrage publié chez Peters en 2006, de même inspiration (réunir les articles dispersés) : Scripta varia : rhétorique antique et littérature latine. L’ouvrage de 2007 est précédé d’une préface de M. Baratin, d’une notice biographique (J. Soubiran), d’une bibliographie générale des travaux de l’auteur, d’une présentation de leur contenu (G. Clérico). Le classement des articles est thématique plutôt que chronologique.

2La première partie, intitulée « Pluralité des points de vue sur le langage : interférences et frontières » envisage les débuts de la réflexion linguistique en Grèce, notamment dans les deux premiers articles. « Aux origines de la linguistique : l’exemple des dissoi logoi », qui exploite les remarques sur la langue de ces recueils de controverses (p. 29‑40) ; et « Les idées sur le langage avant la constitution des disciplines spécifiques » que sont la dialectique, la rhétorique, la grammaire (p. 41‑54). Une réflexion sur l’ellipse est l’occasion d’étudier : « Le schéma « addition, soustraction, mutation, métathèse » dans les textes anciens », qui structure les analyses du changement linguistique en matière d’orthographe, de barbarisme, de métaplasme, étymologie… (p. 54‑63). Puis, en collaboration avec M. Baratin, l’auteur étudie « La « troisième partie » de l’ars grammatica », qui n’est pas une syntaxe, contrairement à nos propres traités, mais qui prend la forme chez nombre d’auteurs d’une réflexion sur la correction de la langue, ses uirtutes et ses uitia, notamment le barbarisme et le solécisme (p. 65‑90). L’article « Latinitas : constitution et évolution d’un modèle de l’identité linguistique » montre comment la latinitas, la pureté de la langue latine, se définit par rapport à la langue grecque ; le mot est lui-même un calque sémantique d’hellenismos, qui oppose d’abord le latin aux langues barbares. A l’intérieur même de la langue, latinitas en vient à désigner le bon latin, par opposition au mauvais ; puis, dans un dernier stade, le latin par opposition au grec, modèle dont il tend à s’affranchir dans la latinité tardive (p. 91‑105). « La fonction du grec chez les grammairiens anciens » analyse le fait que les grammairiens latins ont expliqué leur langue à l’aide des catégories et du vocabulaire inventé par les Grecs. Ils ont admis comme postulat (jamais clairement expliqué) une identité entre les deux langues (le latin viendrait du grec). D’où l’habitude d’expliquer les anomalies latines par le grec, et de chercher à justifier les divergences du latin par rapport à son modèle. Ce n’est que chez Donat, Pompeius, Diomède, qu’on explique le latin par le latin (p. 107‑119). L’auteur constate que « La pratique étymologique des poètes latins à l’époque d’Auguste » est bien plus développée chez les poètes de cette époque que chez tous les autres écrivains : c’est qu’il s’agit de célébrer la renaissance augustéenne en rappelant les origines. Ces recherches étymologiques ont été initiées à Rome par Varron et son maître Aelius Stilo. La dénomination est motivée, non par l’onomatopée, mais par le rapport d’un objet aux circonstances qui l’ont vu naître. Le rôle de l’étymologie dans la poésie peut tourner à la devinette (« cryptoétymologie »), qui devient un jeu littéraire quand le mot n’est pas présent dans le texte, bien que son étymologie soit suggérée, comme dans Properce 4,9,3 (p. 121- 134). L’article suivant « La pratique étymologique des Latins et son rapport à l’histoire » poursuit cette analyse en cherchant l’utilité des étymologies pratiquées abondamment par les Romains. Elles peuvent être énoncées dans un but purement scientifique, comme chez Varron ; avoir un but esthétique, comme chez les poètes ; mais elle est aussi utilitaire : elle fait partie de la définition d’un mot, ou sert d’argumentation dans la grammaire et dans la rhétorique : l’étymologie est amenée à jouer un rôle dans la reconstruction du passé. Ainsi Denys d’Halicarnasse, en donnant des étymologies grecques de mots latins, veut prouver que les Romains étaient bien des Grecs (p. 135‑146), et ce faisant, il montre l’estime qu’il leur porte. Le titre de l’article « Raison et dérision de la grammaire chez Virgile « de Toulouse » » met entre guillemets le nom de cet auteur, dont l’identification traditionnelle est fausse : il s’agirait plutôt d’un irlandais qui, au viie siècle, a tenté d’expliquer le fondement rationnel de la grammaire latine, et s’est désespéré de ne pas le trouver. Son idée était que l’ordre du langage doit refléter l’ordre du monde ; dans ce cadre, les irrégularités de la grammaire ne peuvent s’expliquer, et Virgile échoue dans son entreprise (p. 147‑156). « Le langage sceptique : note sur le Contre les grammairiens de Sextus Empiricus » tente de rattacher la critique des grammairiens effectuée par Sextus à sa position sceptique. Il y a en effet un paradoxe, quand on est sceptique, c’est-à-dire proclamant que rien n’est connaissable et qu’on ne peut rien affirmer, à vouloir prouver la fausseté de la science grammaticale.

3F. Desbordes suggère une explication de ce paradoxe par une conversion tardive de Sextus à l’empirisme. Quoi qu’il en soit, Sextus critique les grammairiens car il ne pense pas que le langage puisse dire le vrai : il est un signe commémoratif qui ne représente pas le réel, mais redouble les choses présentes. Le langage est de plus arbitraire (modernité de cette analyse), et n’est pas une science, car il est illimité ; ce caractère empêche la systématisation (Sextus refuse l’induction à cause des exceptions qui, dit-il, ruinent la règle). Le langage n’ayant donc pas d’existence en soi en dehors de l’homme, Sextus refuse la correction, la fixation d’une norme établie par les grammairiens. Il faut parler grec, certes, mais la correction du langage doit être adapté à chaque interlocuteur (p. 157‑190). « Le scepticisme et les « arts libéraux » : une étude de Sextus Empiricus, Aduersus mathematicos I-VI » continue l’étude de ce philosophe, mais en relation avec ce qu’il dit des arts libéraux. Il ne les traite pas de la même manière, mais considère comme utiles la géométrie, l’arithmétique, la musique, parce que ce sont des savoirs-faire utiles à la vie quotidienne ; en revanche la grammaire, la rhétorique et l’astrologie sont totalement condamnées (p. 191‑206).

4La seconde partie du recueil comporte des « analyses de la langue », qui est surtout la langue latine. F. Desbordes se demande s’il y a des « actes de langage chez Varron ? » dans sa réflexion sur les performatifs (spondeo, « je promets ») (p. 209‑215). « Sur les débuts de la grammaire à Rome » montre que les premiers grammairiens, qui étaient grecs (des esclaves, des affranchis), ont adopté à leur cadre théorique et linguistique la description de la grammaire latine. La ressemblance des deux langues, amplement remarquée dans l’Antiquité (utraque lingua) a favorisé cette méthode. Les débuts proprements latins de l’art grammatical sont inconnus, par suite de la perte des premiers traités ; F. Desbordes conteste notamment l’existence d’une grammaire des stoïciens qui aurait été rédigée à la fin du iie siècle, et qui serait la traduction latine d’une oeuvre de Pergame (p. 217‑233). L’article suivant poursuit cette étude dans l’Antiquité tardive : « L’ars grammatica dans la période postclassique : le Corpus grammaticorum Latinorum » appelé encore corpus de Keil, d’après son éditeur. C’est Quintilien, puis l’Antiquité tardive qui nous ont livré les artes grammaticae, entre le iiie et le ve siècle, notamment Priscien, Donat, Probus. Ils écrivaient pour apprendre le latin classique à des locuteurs non latinophones (Grecs, barbares), en s’appuyant non plus sur l’oral, mais sur les textes classiques écrits. « L’impersonnel d’après les textes théoriques de l’Antiquité » semble une catégorie difficile à appréhender pour les grammairiens latins : il n’existe pas en grec en effet, et il faut en inventer l’explication. On l’appréhende donc en fonction de la situation d’énonciation (on se demande qui parle) et on doit donc lui supposer un sujet syntaxique, qui est en général un pronom à un cas oblique. Les plus innovants (Priscien et Macrobe) estiment que cette démarche qui consiste à voir le sujet ailleurs que dans le verbe est erronée (p. 251‑258). « Ecriture et ambiguïté d’après les textes théoriques latins » examine en quoi l’écriture peut être source d’ambiguïté, du fait des mots homographes (uenit présent et parfait) et homophones (aedes sg. et pl.). Des remède avaient été proposés pour dissiper l’ambiguïté de lettres qui transcrivent soit des voyelles soit des consonnes, comme V ou I (un retour au nominatif archaïque coruos pour coruus). L’ambiguïté de l’écrit est aggravée par la scriptio continua, qui ne séparait pas les mots ; pour y remédier, le lecteur devait ponctuer son texte à l’avance en cas de lecture publique. Toutefois, l’ambiguïté n’était pas l’apanage de l’écrit, et la place des mots pouvait être source de double interprétation, comme dans la phrase célèbre : Aio te, Aiacida, Romanos uincere posse (p. 259‑281). « Elementa. Remarques sur le rôle de l’écriture dans la linguistique antique » envisage le problème de l’articulation des énoncés en lettres/syllabes/mots. Les lettres, considérées comme un système de signes notant à peu près l’oral, et non comme des phonèmes, étaient comparées aux atomes de Lucrèce. Dans quelle mesure ces éléments participaient-ils au sens, la réponse du Cratyle de Platon est connue ; toutefois, la grammaire antique, si elle a réfléchi sur le sens du mot, n’est jamais descendue jusqu’au sens de la phrase, non plus qu’elle n’a pratiqué la syntaxe (p. 283- 295). « La prétendue confusion de l’écrit et de l’oral dans les théories de l’Antiquité » aborde le même sujet de la littera. Contrairement à une idée reçue, les Anciens distinguaient écrit et oral, entre gramma/littera (signe écrit) et stoicheion/elementa (prononciation de la lettre) ; mais dans leur analyse de la langue, ils font comme s’il n’y avait qu’une langue écrite. La distance entre écrit et oral se constate parce qu’il n’est pas toujours possible d’écrire comme l’on parle, d’où des tentatives de réforme de l’orthographe (i long écrit ii) qui ont échoué (p. 297‑305). « Homonymie et synonymie d’après les textes théoriques latins » envisage les problèmes liés à l’homonymie. Les dialecticiens, étudiant le rapport entre le mot et la chose, ont distingué les homonymes (un mot désigne plusieurs choses), les synonymes (deux mots pour une seule chose) et les paronymes (deux mots presques semblables). Les rhétoriciens (Quintilien) étudient le rapport entre le mot et l’effet produit : il n’y a donc pas pour eux de véritable synonyme. Les grammairiens étudient les homonymes à travers l’exemple des verbes qui peuvent avoir un double sens actif/passif. C’est chez Varron qu’apparaît pour la première fois, non plus une opposition nom/chose, mais mot/forme. Cette réflexion sur l’homonymie et la synonymie a conduit à infirmer la position simpliste du mot étiquette de la chose (p. 307‑357). « Sémiologie et métalinguistique chez Saint-Augustin », écrit en collaboration avec M. Baratin, étudie dans les deux traités De dialectica et De magistro l’articulation de la sémiologie d’Augustin et de sa réflexion métalinguistique. C’est lui qui a le premier dissocié le mot et la chose, en ne faisant pas du mot un substitut de la chose, mais son représentant en signe. La question se pose alors de savoir quel rapport il y a entre les énoncés et le monde dont ils se donnent comme les représentants. Pour Augustin, la parole ne peut donner accès qu’à la pensée du locuteur, il est impossible de vérifier la véridicité de chaque énoncé. La connaissance scientifique est impossible, ne reste que la foi (p. 359‑376). « Le propre et l’impropre chez Quintilien » continue la réflexion sur le mot et la chose : selon Quintilien, le mot propre n’est pas ce que l’on croit habituellement (mot qui serait attaché à une chose), mais l’expression éventuellement inattendue qui fait le mieux comprendre ce qu’est cette chose. Les tropes ne sont donc pas des impropriétés (p. 377‑384). L’ouvrage finit par une introduction à l’œuvre de G. Dumézil, dont F. Desbordes a suivi les cours. Elle s’attache à reconstituer la genèse et la maturation de la théorie trifonctionnelle, puis examine la méthode dumézilienne. Elle termine par une réflexion sur la démarche comparative : que comparer, et comment le faire (p. 387‑417). L’ouvrage finit par un index des noms anciens et modernes.

5Pour qui s’intéresse à l’histoire de la grammaire antique, ce livre est d’un grand intérêt ; pour le néophyte, certains articles (« le Corpus grammaticorum Latinorum ») peuvent être lus comme une introduction à ces auteurs méconnus d’artes grammaticae, comme Priscien, Donat… F. Desbordes devient passionnante également pour l’antiquisant littéraire lorsqu’elle analyse les jeux linguistiques des poètes augustéens (articles sur l’étymologie). Son style est clair, les problématiques sont mises en relation avec celles de la linguistique contemporaine : y a-t-il des actes de langage chez Varron ? Les anciens avaient-ils découvert le phonème ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gitton-Ripoll, « Françoise Desbordes, Idées grecques et romaines sur le langage, Travaux d’histoire et d’épistémologie »Pallas, 79 | 2009, 424-427.

Référence électronique

Valérie Gitton-Ripoll, « Françoise Desbordes, Idées grecques et romaines sur le langage, Travaux d’histoire et d’épistémologie »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/16055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.16055

Haut de page

Auteur

Valérie Gitton-Ripoll

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search