Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureBruno Bureau et Christian Nicolas...

Notes de lecture

Bruno Bureau et Christian Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine

Actes du colloque organisé les 29 et 30 septembre 2006 à l’Université Jean-Moulin-Lyon 3 et l’ENS-LSH, édition CERGR, Lyon, 2007, 2 vol., 839 p.
François Ripoll
p. 427-431
Référence(s) :

Bruno Bureau et Christian Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine. Actes du colloque organisé les 29 et 30 septembre 2006 à l’Université Jean-Moulin-Lyon 3 et l’ENS-LSH, édition CERGR, Lyon, 2007, 2 vol., 839 p.

Texte intégral

1Cet imposant ouvrage en deux volumes réunit une cinquantaine de communications centrées essentiellement sur les débuts et les fins d’œuvres littéraires antiques ; une problématique fondamentale des études littéraires dont l’avant-propos du recueil, clair et précis, précise bien les enjeux épistémologiques. Les contributions présentées couvrent une large étendue chronologique (de la Grèce archaïque à la Renaissance néolatine) et embrassent la quasi totalité des genres littéraires, ainsi qu’une pluralité de spécialités (histoire littéraire, stylistique, prosodie, linguistique, sémantique). L’ensemble se subdivise en trois grandes sections : « commencer » (avec les articles centrés essentiellement sur la problématique des exordes et des incipits), « commencer et finir » (regroupant les exposés mettant en relation les débuts et les fins d’œuvres) et « finir » (section centrée sur les parties conclusives). L’ouvrage, d’une belle présentation matérielle, s’achève par une série d’annexes : un résumé des communications et un index des textes anciens cités, tous deux très utiles, un index des auteurs modernes, et une bibliographie générale regroupant les références citées dans tous les articles. Ce choix déplorable d’une grande bibliographie « fourre-tout » (sans doute influencé par la mode anglo-saxonne) est sans doute le seul reproche que l’on peut faire à cet ouvrage, mais je tiens à l’exprimer avec force : il est tellement plus commode d’avoir la bibliographie de chaque article à la suite immédiate de ce dernier !

2La première section regroupe seize communications. Christophe Cusset (« Commencez, Muses chéries, commencez la chanson bucolique : les affres du commencement dans la poésie de Théocrite ») s’intéresse au début du chant bucolique de Thyrsis dans la première Idylle de Théocrite sous l’angle de l’interprétation métapoétique, en tant que problématisation de l’origine du genre bucolique. Emmanuel Dupraz, dans un article tout à fait éclairant qui est sans doute l’un des plus remarquables du recueil (« Appius Claudius Caecus comme fondateur de la littérature latine »), fait le point sur ce que l’on peut dire de l’œuvre, des intentions et de la postérité de l’introducteur de la littérature à Rome. Sophie Van Laer (Cicéron narrateur : approche syntaxique et énonciative ») étudie les phrases liminaires de récits introducteurs dans les traités dialogués de Cicéron. Valérie Fromentin « Ordre du temps et ordre des causes : archè et aitia chez Thucydide, Polybe et Denys d’Halicarnasse », livre une lumineuse synthèse sur la question de la définition et de la justification des limites temporelles du récit dans les préfaces d’historiens grecs, qui culmine dans la mise en évidence de l’originalité de Denys. Isabelle Cogitore (« Début de livre, début de chapitre, début d’exemplum chez Valère Maxime ») examine la stratégie introductive de l’auteur des Faits et dits mémorables dans les trois niveaux qui s’imbriquent dans son œuvre. Elisabeth Gavoille (« La présentation liminaire de l’art dans les poèmes didactiques d’Ovide et de Grattius : tradition poétique, normes rhétoriques et échos philosophiques ») se penche sur la définition de l’ars dans les proèmes des traités érotiques d’Ovide et le préambule des Cynégétiques de Grattius (liés par leur contemporanéité et la thématique commune de la « capture »). Sylvie Franchet d’Espèrey (« Commencer le texte/commencer l’histoire : récit et performance dans l’Enéide ») étudie d’un point de vue narratologique la question de l’entrée dans le récit (énoncé de l’énonciation) dans l’épopée virgilienne, pour mettre en relief la façon dont le poète problématise la difficulté du commencement. Romilda Ucciero (« L’incipit della terza ecloga virgiliana nel commento di Servio ») caractérise l’originalité de la façon dont Servius aborde le commentaire du début de la troisième bucolique, en tirant parti du caractère dramatique de ce poème pour ouvrir une parenthèse sur les characteres dicendi et sur le respect de la varietas comme devoir du poète bucolique. Delphine Viellard (« De la dénomination des textes liminaires chez les auteurs latins des ive et ve siècles et chez Jérôme en particulier ») étudie les emplois de prooemium, exordium, praefatio et praefatiuncula chez les auteurs du corpus, d’où il ressort l’apparition progressive d’une distinction entre l’exorde et la préface, dont l’autonomie tend à s’affirmer. Laurence Gosserez (« Le commencement dans l’Exameron d’Ambroise de Milan ») montre comment la première homélie de l’Exameron joue le rôle d’un prologue pour l’ensemble de l’ouvrage. Benjamin Goldlust (« Les fonctions du prologue dans les Saturnales de Macrobe ») met en lumière la fonction de charnière narrative qu’occupe la partie dialoguée du prologue dans la composition de l’œuvre de Macrobe. Marisa Squillante (« Un incipi mutilo e/o una ripresa convenzionale : Rut., 1, 1 ») s’attache à retrouver une logique profonde, de l’ordre de la méditation lyrique, dans un texte en apparence confus et mutilé. Vincent Zarini (« Les préfaces dans la poésie panégyrique de la latinité tardive ») offre un panorama synthétique clair et complet des stratégies introductives dans les panégyriques de Claudien, Sidoine, Priscien et Corippe. Bruno Bureau (« Commencements et fins différés dans la poésie de Claudien ») part de la constatation d’une non-coïncidence, dans certains cas, de la préface avec le début de l’œuvre chez Claudien pour dégager les intentions profondes de ces préfaces, qui tendent à s’éléver au niveau d’une réflexion politico-morale générale dépassant le contexte contingent de l’œuvre elle-même. Sophie Roesch, dans « Les débuts de dialogue dans la comédie et la tragédie latines », souligne les différences dans les modalités d’entrée en contact des personnages dans la comédie et la tragédie (progressives dans un cas, abruptes dans l’autre), reflétant une attitude radicalement opposée des protagonistes de ces deux genres littéraires face à la communication avec autrui. Jean-Frédéric Chevalier (« Peut-on parler de prologue ou de scène d’exposition dans les tragédies latines de l’humanisme italien et français ? ») s’intéresse à l’influence des scènes introductives du théâtre de Sénèque sur les dramaturges de la Renaissance.

3La seconde section, « à cheval » sur les deux volumes, se compose de vingt-deux contributions. Elle s’ouvre avec l’article d’Anna Orlandini et Paolo Poccetti, « Pour une pragmatique du début et de la fin : stratégies de l’organisation textuelle et argumentative », qui vise à préciser les codes d’ouverture et de clôture de l’ensemble des textes sous l’angle de la micro-pragmatique méta-discursive. Pierre Chiron (« Composition en anneau ou organicité du discours : les liens entre exorde et épilogue dans la rhétorique ancienne ») montre la façon dont les rhéteurs, à la suite d’Aristote, s’efforcent de donner à leurs discours une unité de nature plus dynamique et organique que l’unité statique fondée sur le principe de ring- composition. Virginie Leroux (« Poétique du début, poétique de la fin de l’épopée d’Aristote à Jules-César Scaliger ») met en évidence l’influence de la conception dramatique de l’épopée héritée de la tradition aristotélicienne dans les traités de poétique de la Renaissance française et italienne. Catherine Cousin (« Le séjour d’Ulysse chez les Phéaciens : débuts et fins dans l’Odyssée 5‑13 ») étudie la mise en abyme des commencements et des fins dans l’épopée homérique à partir de l’exemple du passage concerné. L’article de Jocelyne Peigney (« Tevllw et la courbe vitale ») est consacré à la sémantique de la racine *tel- (liée aux idées de montée, croissance ou développement). Sandrine Coin-Longeray (« Aristophane : le début et la fin »), dégage, à l’issue d’une étude structurale des débuts et des fins de pièces du dramaturge comique, une évolution de l’art de ce dernier, notamment dans ses deux dernières œuvres. Alain Billault (« Le commencement et la fin dans les Idylles de Théocrite ») souligne la complexité des stratégies de commencement et de clôture dans les Idylles, liée à l’entrelacement de plusieurs temps et de plusieurs histoires. Jean-Philippe Guez (« Happy ending, happy beginning : la circularité romanesque et sa contestation par Achille Tatius »), fait ressortir l’originalité de Leucippé et Clitophon (où début et fin ne coïncident pas avec des moments d’apaisement narratif) par rapport aux autres romans grecs, qui commencent et se terminent dans l’euphorie amoureuse, dans le cadre d’un monde rassurant placé sous l’égide des divinités. Jean-Pierre de Giorgio (« Savoir commencer une lettre et savoir la finir. Etude des interactions dans les séquences d’ouverture et de clôture des lettres familières de Cicéron ») se livre à une étude très fine des rituels de politesse dans les séquences introductives et conclusives de la correspondance de Cicéron. L’article de Muriel Claisse (« Poétique de l’attaque et de la chute chez Cicéron : de la phrase à l’œuvre ») a pour objet principal la prosodie des clausules cicéroniennes. Celui de Jean-Pierre Aygon (« Le jeu avec les bornes de l’ecphrasis topou, d’Homère à Sénèque ») passe en revue les modes d’introduction des descriptions de lieux chez Homère, les tragiques grecs, les poètes épiques latins (Ennius, Virgile, Ovide, Lucain) pour finir avec les tragédies de Sénèque. Hélène Vial (« Frontières et métamorphoses : le prologue et l’épilogue des Métamorphoses d’Ovide ») propose de relire les vers introductifs et conclusifs des Métamorphoses comme une figuration « en abyme » de la fragilité et de l’instabilité des frontières qui est au fondement de l’œuvre en même temps qu’un jeu sur la subversion des délimitations conventionnelles. Ce brouillage des limites dans le cadre d’une poétique du continuum progressant par glissements est aussi l’idée qui ressort de l’article d’Anne Videau (« Inchoatif, progressif, terminatif : aspects élégiaques et épiques de l’écriture ovidienne »). Celui de Gérard Salamon (« Où commence et où finit l’Octavie ? Réflexions sur une tragédie protéiforme ») tente de préciser les différents niveaux de sens de la tragédie du pseudo-Sénèque en rapport avec la trame historique. Vient ensuite l’étude de stylistique de Régine Utard sur les discours chez Lucain (« Débuts et fins de discours dans l’épopée historique : l’exemple de la Pharsale de Lucain »). Bénédicte Delignon (« Pourquoi commencer et comment finir ? Contraintes et libertés poétiques dans la satire de Juvénal et l’épigramme de Martial ») met en parallèle les stratégies introductives et conclusives chez Juvénal et Martial pour faire apparaître leurs similitudes et leurs différences. Géraldine Puccini-Delbey (« Début et fin des excursus dans le De magia d’Apulée ») étudie d’un point de vue narratologique les délimitations des digressions dans le plaidoyer d’Apulée pour en tirer les conséquences qui en découlent sur la présentation de l’ethos de l’avocat et l’esthétique de son œuvre. La contribution de Françoise Gaide (« Dédicaces, préfaces et posfaces : le cas des textes médicaux latins ») étend la problématique du recueil aux textes « techniques ». L’intéressant article de Gisèle Besson (« Comment parler des dieux au Moyen Age ? Autour du Troisième Mythographe Anonyme du Vatican ») nous plonge dans la problématique de la réception de la mythologie païenne par le Christianisme médiéval, à travers des textes liminaires où le mythographe tente de justifier son projet peu « catholique » à grand renfort d’evhémérisme, de protestations d’orhodoxie et d’argument d’autorité. On ne quitte pas les mythographes avec la communication d’Etienne Wolff (« Commencer et finir : le cas de Fulgence le Mythographe »). John Nassichuk (« Culta puella : cycle générationnel et cycle naturel dans le De Amore Conjugali de Pontano ») se livre pour sa part à une étude sémantique et symbolique de l’adjectif cultus chez l’élégiaque néolatin. L’article de Gabriella Carbone et Luigi Spina (« Peut-on commencer sans finir ? Le paradoxe de l’aposiopèse ») clôture cette section parune réflexion sur le procédé consistant à suspendre le discours pour lui donner finalement une conclusion autre que celle qui était attendue.

4La dernière partie comporte douze articles. Elle débute par deux études sémantiques : celle de Stéphane Dorothée (« Les verbes latins claudere, concludere, finire et terminare : rapports de synonymie et emplois spécifiques ») et celle de Laurent Gavoille (« Termo, terminus, terminare »). L’étude narratologique et pragmatique menée par Michel Briand sur la fin des épinicies de Pindare (« La limite et l’envol : les fins paradoxales des épinicies de Pindare ») met en lumière une dialectique de l’envol et de la limite. Diane Cuny (« Les mots de la fin chez Sophocle ») étudie pour sa part les sententiae morales conclusives des tragédies de Sophocle, en montrant notamment comment leur prise en compte peut infléchir la lecture de la tragédie et éviter des contresens sur cette dernière. Malika Bastin-Hammou (« Après la fin. Les références à visée performative au banquet d’épinicie chorale dans les exodoi de la comédie ancienne ») remet en question la thèse traditionnelle d’un banquet offert par le chorège en cas de victoire du chœur comique, au profit d’un interprétation figurée et performative des allusions à ce type de banquet que l’on trouve à la fin des pièces d’Aristophane : ces invitations aux spectateurs seraient plutôt une façon d’appeler la victoire. La très riche communication de Christian Nicolas (« A la recherche des fins d’acte et des fins de scène dans les comédies de Térence lues par Donat ») pose la question du découpage (tardif et souvent problématique) des pièces antiques en actes et en scènes. La contribution de Yasmina Benferhat (« Vbi est ? La fin chez Salluste ») envisage la structure des chapitres conclusifs du Catilina et du Jugurtha, pour y déceler une influence de Xénophon et élargir la discussion à l’attitude de l’auteur face à César après la mort de ce dernier (caractérisée par une phase « critique » suivie d’une « ré-adhésion »). Toujours sur Salluste, l’article d’A. Foucher (« La conclusio uerborum chez Salluste : quelques observations sur les clausules du genre historique ») est consacré à la colométrie. Josèphe-Henriette Abry (« Les vers 5, 710‑745 sont- ils l’épilogue des Astronomiques ? ») répond de façon affirmative et convaincante à la question posée dans le titre de son article sur Manilius. Maud Pfaff-Reydellet (« Effet de clôture dans un poème inachevé : le paradoxe des Fastes d’Ovide ») s’intéresse aux effets d’échos entre le livre I et le livre VI des Fastes pour remettre en cause les explications traditionnelles de l’« inachèvement » de l’œuvre dans lequelle elle propose de voir une stratégie délibérée. Hélène Casanova-Robin (« Sur quelques occurrences de l’écriture épigrammatique chez Virgile (Bucoliques), Ovide (Héroïdes) et Pontano (Eglogues) : des figures de clôture ? ») se penche sur les effets de clôture épigrammatique dans la bucolique et l’élégie latines pour en dérouler les possibles implications métalittéraires. Le recueil s’achève par un article de prosodie de Marie Formarier (« Du début à la fin de la phrase : le numerus de la prose oratoire d’après les Elementa rhythmica d’Aristoxène »).

5Les communications les plus intéressantes de ce riche recueil sont bien évidemment celles dont l’auteur dépasse la simple taxinomie descriptive pour problématiser son enquête et apporter des vues éclairantes et neuves sur le projet littéraire d’ensemble des œuvres concernées, ce qui est le cas de la très large majorité des contributions ici présentées. Pour cela, la question des incipits et celle des épilogues étaient bien deux angles d’approche privilégiés et complémentaires, que les initiateurs du colloque ont été bien inspirés de lier. Il s’agit donc d’un ouvrage utile et important, dont beaucoup d’articles deviendront des références de premier ordre dans leurs domaines respectifs, et sur lequel nombre de chercheurs en littérature ancienne pourront s’appuyer pour étudier la problématique du début et de la fin dans leur propre corpus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « Bruno Bureau et Christian Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine »Pallas, 79 | 2009, 427-431.

Référence électronique

François Ripoll, « Bruno Bureau et Christian Nicolas (éd.), Commencer et finir. Débuts et fins dans les littératures grecque, latine et néolatine »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/16102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.16102

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search