Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureEuphrosyne, N. S. 36, 2008 : No b...

Notes de lecture

Euphrosyne, N. S. 36, 2008 : No bimilenario da « relegatio » de Ovidio

Centro de Estudos Clássicos, Faculdade de Letras de Lisboa, Lisbonne, 469 p.
François Ripoll
p. 436-438
Référence(s) :

Euphrosyne, N. S. 36, 2008 : No bimilenario da « relegatio » de Ovidio. Centro de Estudos Clássicos, Faculdade de Letras de Lisboa, Lisbonne, 469 p.

Texte intégral

1L’essor spectaculaire des études ovidiennes à l’heure actuelle s’appuie volontiers sur la vogue, non moins actuelle, des commémorations de toute sorte : c’est celle de l’exil d’Ovide que la revue Euphrosyne a choisi comme support pour éditer un volume majoritairement (mais non exclusivement) consacré au poète de Tomes, même si, contrairement à ce que le titre laisserait peut-être attendre, les contributions ici rassemblées ne se limitent pas aux Tristes et aux Pontiques. Ce recueil est en fait l’occasion de réunir des communications de quelques-uns des meilleurs spécialistes d’Ovide portant sur l’ensemble de son œuvre. L’idée est évidemment excellente, et donne lieu à un volume qui constituera une référence importante dans toute bibliographie ovidienne à venir.

2La partie consacrée à Ovide représente en fait les deux tiers environ du volume, le reste se répartissant entre une série de varia (dont nous dirons tout de même un mot) et les comptes-rendus. Cette première section se subdivise elle-même en deux sous-parties en fonction de la longueur des articles : les commentationes (articles les plus longs) et les studia breviora (d’une longueur inférieure ou égale à dix pages).

3Les commentationes sont au nombre de onze. Ils débutent par une étude de critique textuelle de Georg Luck (« Emendaturus, si licuisset, erat »), qui examine et appuie une série de trente-neuf corrections au texte des Métamorphoses proposées par G. Liberman dans un article de la Revue de Philologie de 2004 (Met., II, 1, 104, 405, 554‑6, 669 ; III, 28, 125, 567, 705 ; IV, 408, 620, 726 ; VI, 27, 139, 512, 611 ; VII, 464, 529‑32, 582‑3 ; IX, 208, 771 ; X, 696 ; XI, 55, 532 ; XII, 356, 552 ; XIII, 427‑8, 592, 602, 826, 955 ; XIV, 114, 345, 502 ; XV, 125‑6, 493, 650, 809). Dans l’article suivant (« De Properzio agli Amores di Ovidio : su alcuni aspetti dell’allusività ovidiana »), Paolo Fedeli étudie la technique des allusions à Properce dans les Amours. Eleonora Tola (« Les risques métamorphiques du regard des Métamorphoses aux Tristes ») se penche pour sa part sur le mythe d’Actéon à deux moments de la production poétique d’Ovide : au livre III des Métamorphoses et dans les Tristes (où il intègre le mythe à sa propre exérience de celui qui a vu ce qu’il n’aurait pas dû voir) ; c’est donc la métamorphose du traitement d’un mythe que fait apparaître cette investigation, dans ses implications métapoétiques. C’est sur le motif de la lettre d’amour qu’est centrée la contribution de Rosalba Dimundo (« Le tabellae come tramite d’amore : da un imprevedebile insuccesso a un precetto infallibile (Ov. Am. 1, 11‑12 ; Ars 1, 437‑486 »), dans une perspective essentiellement génétique et diachronique qui part des antécédents grecs de cette forme littéraire (la tragédie euripidéenne par l’intermédiaire d’un comique grec inconnu et de Plaute) pour faire ressortir l’originalité de l’épître érotique ovidienne dans ses rapports avec ses modèles. Hélène Casanova-Robin (« Duel singulier dans les Héroïdes d’Ovide (XX et XXI) : symétries et divergences autour de l’herméneutique du signe ») s’intéresse aux lettres d’Acontius et de Cydippe sous l’angle de l’interprétation métapoétique, en tant que révélatrices de la construction d’un symbole iconique par l’amant et d’une quête herméneutique par l’être aimé, débouchant sur une illustration de la quintessence du langage poétique. On retrouve une perspective essentiellement génétique dans le très éclairant article d’Isabelle Jouteur (« Tisiphone ovidienne (Met. IV, 451‑511) ») qui se penche sur la figure de la Furie ovidienne dans ses rapports avec ses antécédents littéraires d’une part, avec la magie et le pythagorisme d’autre part, pour montrer que cette figure résulte fondamentalement d’une combinaison de deux modèles : les sorcières d’Horace et l’Allecto de Virgile. Virginie Subias-Konofal (« La ronde d’Apollon et Daphné : prière et poésie au seuil des Métamorphoses ») examine la prière érotico-hymnique d’Apollon au début des Métamorphoses dans une perspective interprétative et métapoétique. Vient ensuite la riche et suggestive contribution d’Hélène Vial (« “Poète est le nom du sujet qui se brise et renaît de ses cendres” : le phénix dans les Métamorphoses d’Ovide (XV, 392‑407) ») centrée sur le mythe du phénix comme figuration réflexive sur poète sur fond de présentation ambivalente et subtilement ironique du disours philosophique (Pythagore) et du pouvoir politique. Eulogio Baeza Angulo (« Un modelo de literatura de amor conyugal : Ouidii exulis Corpus amatorium ») met en évidence les modalités de reconversion de l’élégie érotique en poésie de l’amour conjugal dans les poèmes d’exil. L’intéressant article de Nicoletta Francesca Berrino (« Ovidio e la difficile successione ad Augusto ») se distingue par une problématique plus historique : revenant sur la question des causes de l’exil du poète, elle propose une relecture de son œuvre à la lumière des conflits dynastiques entre partisans des Claudii et des Julii, Ovide s’étant rangé du côté des seconds, c’est-à-dire des « perdants ». Aldo Luisi (« Il fratello e il padre di Ovidio ») fait le point sur ce que l’on peut dire du père et du frère du poète d’après les allusions dont ils font l’objet dans son œuvre. Le dernier article de cette section est consacré à la postérité d’Ovide : « Procne and Philomela in the Latin Commentary Tradition of the Middle Ages and Renaissance », par Frank T. Coulson.

4Ces « grands » articles sont suivis d’une série de sept studia breviora. Joël Thomas (« Le sentiment de l’exil chez Virgile et Ovide ») étudie sous l’angle psychologique le sentiment de l’exil chez Ovide en parallèle avec le sentiment de dépossession de son domaine exprimé par Virgile dans les Bucoliques (du moins si l’on accepte l’interprétation autobiographique traditionnelle des première et neuvième églogues), mais aussi avec la situation du héros de l’Enéide, pour opposer un exil traumatique et destructeur (celui d’Ovide) à une image plus constructive et initiatique de l’exil (qui s’élabore progressivement à travers l’œuvre de Virgile). Marlena Puk étudie de façon systématique une série de métonymies ovidiennes dans son article : « Le metonimie mitologiche nelle opere Ovidiane dell’esilio ». Irma Ciccarelli (« Ovidio censore dei mimi : Trist. 2, 497‑520 ») montre comment le caractère licencieux des mimes de l’époque augustéenne offre l’occasion à Ovide de critiquer l’ambiguïté du moralisme augustéen, en blâmant le mélange d’austérité et de frivolité qui caractérise son époque et dont il a été lui-même victime. Catherine Langlois-Pézeret (« Pâris dans les Héroïdes, exemple d’hybridité générique ou alter ego d’Ovide ? ») se penche sur la figure de Pâris, héros érotico-tragique, comme représentation réflexive du poète lui-même. Viennent ensuite deux articles sur la postérité d’Ovide : celui de T. F. Earle, « Camões e o mito de Circe », montre comment le poète portugais se singularise dans sa récriture du mythe de Circé, écartant les lectures allégoriques tradtionnelles pour en donner une image complexe reflétant ses propres interrogations sur la sexualité féminine. Celui de Catarina Fouto (« Ovid’s Heroides in Ferreira’s eclogue Flóris : Lidia and Alcipo in Ferreira’s Heroid ») s’intéresse pour sa part à l’influence des Héroïdes d’Ovide chez le poète portugais de la Renaissance Antonio Ferreira. Quant à Mireille Courrent (« “Nomen erit indelebile nostrum” : Auguste et la littérature monumentale »), elle montre comment la littérature augustéenne, initialement fondée (avec Virgile, Tite-Live et Vitruve) sur une relation d’échange d’autorité avec le pouvoir politique, se détache progressivement de ce dernier (déjà avec Horace, mais surtout avec Ovide) pour revendiquer une autonomie fondée sur la mise au premier plan de la figure du poète plutôt que de celle du prince.

5Les varia noscenda sont au nombre de neuf ; on se bornera ici à donner leur intitulé, et à dire un mot de deux d’entre eux. La liste est la suivante : « Lontananza e prossimità dello sposo (Odissea, c. XIX, vv. 96‑260 », par Guido Bonelli ; « Lendo a Olímpica I de Pindaro : o valor de ‘awtos », par Maria Mafalda de Oliveira Viana ; « La dimension religieuse des personnages liviens : élaboration et fonction », par Vanessa Berger ; « Encore et toujours la date du De Clementia », par Guillaume Flamerie de Lachapelle ; « La polysémie du latin improbus », par Jean-François Thomas ; « » Como ángeles venidos del cielo » : los monjes en la homilía XVII (De Statuis) de Juan Crisóstomo », par Alberto Quiroga ; « Progettare un curriculo di lingua e letteratura greca », par Bijoy M. Trentin, « Para um « Corpus Codicum Graecorum Hispanorum » : uma pequena colecção olissiponense », par Aires A. Nascimento ; « Los códices griogos del Archivo de Torre do Tombo en Lisboa : nuevos datos en torno a la producción darmariana », par Dieter Harlfinger et Ángel Escobar. Les deux articles qui nous paraissent mériter une mention particulière sont celui de G. Flamerie de Lachapelle, qui, en une démonstration limpide et convaincante, renforce la thèse traditionnelle de la datation du De Clementia entre le 15/12/55 et le 15/12/56, et celui de J.‑F. Thomas, qui éclaire de façon décisive le sémantisme de l’adjectif improbus, en expliquant notamment comment on a pu passer d’un sens fondamentalement négatif au labor improbus qualifiant des Géorgiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ripoll, « Euphrosyne, N. S. 36, 2008 : No bimilenario da « relegatio » de Ovidio »Pallas, 79 | 2009, 436-438.

Référence électronique

François Ripoll, « Euphrosyne, N. S. 36, 2008 : No bimilenario da « relegatio » de Ovidio »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pallas/16131 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.16131

Haut de page

Auteur

François Ripoll

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search