Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jerome Murphy O’connor, Histoire de Paul de Tarse

Trad. fr. Paris Cerf, 2008 [2004]
Jean-Marie Pailler
p. 439-442
Référence(s) :

J. Murphy O’Connor, Histoire de Paul de Tarse, trad. fr. Paris Cerf, 2008 [2004]

Texte intégral

1Grâce à un historien véritable, un saint descend de son vitrail pour s’installer dans l’histoire. Occasion de transgresser les barrières trop habituelles et un peu ridicules qui, en France, font du domaine des origines chrétiennes un champ mis à distance, exalté ou dénigré selon les convictions des uns et des autres.

2Jerome Murphy-O’Connor (JMO) est le meilleur connaisseur actuel de saint Paul - en termes plus laïques, Paul de Tarse - envisagé du point de vue de l’histoire concrète. L’ouvrage qui vient d’être (bien) traduit en français fait suite ou compagnie à au moins trois autres du même auteur : Paul. A critical life (Oxford, Clarendon Press, 1996 ; non traduit) ; Corinthe au temps de saint Paul ; l’archéologie éclaire les textes (trad. fr., Cerf, 3e éd., 2004) ; Ephèse au temps de saint Paul. Textes et archéologie (trad. fr., Cerf, 2008). Ces titres et la qualité reconnue de ces œuvres indiquent assez que leur auteur, professeur à l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem, si, comme dominicain, il n’est naturellement pas indifférent aux aspects théologiques de l’œuvre de son héros, s’intéresse prioritairement dans ses travaux aux conditions géographiques, historiques, sociologiques et psychologiques dans lesquelles celui-ci est devenu le génial propagateur (certains disent « l’inventeur ») du christianisme primitif, qui allait devenir le christianisme tout court.

3On mesure difficilement l’ampleur du défi que l’auteur s’est fixé en s’essayant à écrire une « histoire » de Paul. Comme il l’indique, cela suppose, à distance du roman historique, un effort continu pour reconstituer, à chaque étape, les déplacements, les contacts, les réflexions, les erreurs et les coups de génie, les stratégies du héros de ce livre. On peut regretter – mais l’auteur s’en explique d’emblée, en renvoyant à sa Critical life – que le parti choisi ne fasse pas apparaître les soubassements érudits de la thèse. La clarté narrative, vertu dominante de ce livre, était probablement à ce prix. Conséquence : la question des sources est ici traitée la plupart du temps par prétérition, et les débats, nombreux, n’apparaissent qu’à travers les bibliographies de chacun des courts chapitres. Au moins apprenons-nous que l’auteur a confronté autant qu’il était possible trois types de sources : les Lettres de Paul, les Actes des Apôtres, les données de la géographie historique. A vrai dire, c’est cette dernière qui apparaît un peu comme le second personnage du livre, dictant son tempo au récit comme aux allées et venues de Paul. La maîtrise intellectuelle du temps et de l’espace dans le travail de JMO est proprement vertigineuse. Dans bien des cas, ce sont des considérations de distance, de durée et de conditions de voyage qui paraissent avoir dicté à Paul des décisions déterminantes – avec toutes leurs conséquences, y compris les plus « théologiques ». Les spécialistes de chaque question discuteront sans doute telle ou telle des prises de parti qu’on devine à l’arrière-plan des « Paul a dû », « il faut croire que Paul… », « Paul n’aura pas manqué de… » qui émaillent cette reconstitution. L’impression générale n’en est pas moins celle d’une grande vraisemblance d’ensemble. Le livre des Actes, en tout cas, au moins les passages en « ils », à distinguer des passages en « nous », ne fournit plus la trame de cette histoire. Il n’apparaît ici que comme une source complémentaire du croisement des données des Lettres et du complexe temps-espace. En définitive, ce livre est de ceux qui, en réhabilitant le récit, et même le récit de vie, illustrent le propos de l’œuvre maîtresse de Paul Ricœur, Temps et Récit. Pas d’Histoire véritable sans récit ou « quasi-récit ».

4Les conversions, à commencer par celle de Paul, les rencontres, les conflits, les réactions à chaud de quelqu’un qui avait la tête près du bonnet mais savait, le moment venu, prendre du recul. Telles sont les données qui impriment sa signification à cette narration continue. JMO sait égrener, au fil des voyages, des courriers et des controverses, la progression de la réflexion théologique de Paul autant que de sa démarche « propagandiste » ou « pastorale », selon le vocabulaire qu’on voudra employer. Des héros secondaires, comme la riche commerçante Lydie de Philippes, Philémon de Colosses et son esclave enfui, Onésime, le couple de fabricants de tentes Prisca-Aquilas qui, ayant d’abord embauché Paul pour ensuite se rallier à sa foi, se transfère « pour l’Evangile » de Corinthe à Éphèse, d’autres encore retiennent l’attention de l’auteur et la sympathie du lecteur. Les « méchants », du point de vue de Paul, ne seraient pas tant les Romains ou les Juifs que les traditionalistes judéo-chrétiens d’Antioche. La bataille menée contre ces derniers, tantôt rapprochée, tantôt à distance (Éphèse), vaut au moins autant le détour que le congrès houleux de tel parti politique contemporain – à cette différence près qu’elle aboutit à l’Hymne célèbre de la lettre aux Colossiens. C’est merveille de voir Paul, selon JMO (p. 170‑175), greffer la fameuse image de « l’Eglise, corps et membres du Christ », et du Christ crucifié, sur le beau texte plus ou moins gnostique de la proclamation judéo-chrétienne : « Il est l’image du Dieu invisible/ Premier-né de toute créature/Car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses ; / Tout a été créé par lui et pour lui… ». Tous les docétismes évacués à l’avance ! En ce sens, Paul le réaliste est bien, comme l’a vu le maoïste Alain Badiou, le prototype du militant, mais d’un militant qui aurait réussi.

5Au rayon des nuances ou des regrets, on rangera l’absence d’une synthèse d’ensemble de l’évolution de Paul, si bien retracée analytiquement d’étape en étape. On estimera que la dernière période est moins bien, en tout cas moins longuement traitée que les précédentes. Rien ou presque sur le dernier voyage conté dans les Actes. Rien ou presque sur la distance qui sépare le Paul historiquement reconstitué dans le présent ouvrage de celui que met en scène le même livre des Actes. On se demandera enfin si un des traits fondamentaux de l’image que Paul construit peu à peu de lui-même, celle du « lieur lié » (lieur de communautés et de cosmos, lié « pour l’Evangile »), un trait assez peu considéré ici, ne trouverait pas une de ses sources métaphoriques, donc concrètes, dans le métier de fabricant et de réparateur de tentes qui fut celui de notre héros. Mais c’est le sort des grands ouvrages (celui-ci eût mérité un index) que d’ouvrir la voie aux insatisfactions et aux suggestions.

6Concluons. Ce livre se lit, selon la formule, « comme un roman », un roman qui s’efforce d’atteindre à la vérité dans les limites de ce qu’autorisent les sources. On ne peut qu’en recommander la lecture à quiconque s’intéresse soit aux premiers développements de la secte chrétienne en voie de s’extirper du judaïsme, soit au thème fort large de la « communication » dans l’Orient romain (et même un peu l’Occident). Comment, au reste, l’un irait-il sans l’autre ? Les considérations à fondement historico-géographique de JMO sont à recouper, par exemple, avec les études de M.‑F. Baslez sur les « communautés » et leurs relations à cette époque (Saint Paul, Paris, Fayard, 1991, et Saint Paul. Artisan d’un monde chrétien, 2008 ; articles dans Dossiers de l’archéologie, 285, 2003 et Etudes, décembre 2007) et la recherche de R. Burnet sur la place et le rôle des lettres, en premier lieu celles de Paul, dans la constitution des premiers réseaux chrétiens, parmi d’autres réseaux (Épîtres et lettres, Paris, Cerf, 2003). Sur l’effort « missionnaire » de Paul, on comparera l’étonnant et passionnant Saint Paul athée du philosophe A. Badiou, déjà nommé (Saint Paul. La fondation de l’universalisme, Paris, PUF, 1997), qui analyse Paul le « militant » avec finesse et profondeur, tout en faisant l’impasse complète sur… la « cause » unique de ce militant-là : le Christ. On pourra aussi comparer les résultats (dont l’auteur ne dissimule pas les inévitables lacunes) d’une étude appuyée sur une impeccable érudition historique, archéologique et linguistique avec d’autres publications, certaines toutes récentes. D’une part, des ouvrages de piété, très respectables dans leur ordre, mais dont la pente naturelle est d’oublier les contextes – chose assez discutable du point de vue d’une « religion de l’Incarnation ». D’autre part, certaines fantaisies à la mode, talent télévisuel et battage publicitaire aidant, sur Jésus ou les premiers chrétiens malgré, contre, sans et à côté de Jésus ou des premiers chrétiens. Le divertissement cultivé à la manière de Prieur et Mordillat répond à un besoin, mais le sérieux scientifique ne saurait nuire à ce genre historico-médiatique. Jerome Murphy-O’Connor, lui, est tout simplement, et de manière crédible, non pas à côté mais aux côtés de Paul, parce qu’il en a, longuement et obstinément, pris les moyens, et qu’il accompagne de bout en bout son personnage, sans rien dissimuler de sa grandeur, ni de ses erreurs et de ses faiblesses. D’où, pour conclure, un regret en forme d’appel : le soubassement érudit de son ouvrage, cette « Critical life » publiée dès 1996, n’a pas encore été traduit dans notre langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Jerome Murphy O’connor, Histoire de Paul de Tarse »Pallas, 79 | 2009, 439-442.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Jerome Murphy O’connor, Histoire de Paul de Tarse »Pallas [En ligne], 79 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2009, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/16152

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals