Navigation – Plan du site
Euripide et la polyphonie mythologique

Le récit d’Œdipe dans l’exodos des Phéniciennes : une lecture en miroir du prologue ?

Œdipus’ laments in the exodos of Phoenician Women: a mirror scene of the prologue?
Sarah Lagrou
p. 55-66

Résumés

Dans cet article, je me propose d’étudier les deux grands récits rétrospectifs que l’on trouve dans les Phéniciennes d’Euripide : le monologue de Jocaste, dans le prologue (vers 1-82), et les lamentations d’Œdipe, dans l’exodos (vers 1595-1614). L’étude approfondie de deux épisodes de l’histoire d’Œdipe qui apparaissent dans les deux passages (la victoire contre la Sphinge et l’oracle fait à Laïos par Apollon) me permet de montrer que ces deux récits doivent être lus en parallèle et que, sans être contradictoires, ils apportent deux visions différentes de la même histoire. Tandis que Jocaste énonce les faits tout en atténuant les liens de cause à effet qui les unissent, Œdipe choisit et présente les événements de façon à réduire sa part de responsabilité. Euripide propose ainsi deux versions de la même histoire ; placées au début puis à la fin de la tragédie, elles peuvent apparaître comme un nouveau passage de l’ignorance à la reconnaissance du rôle des dieux dans l’histoire des personnages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Euripide, Phéniciennes, 1-87.
  • 2 Ib., vers 1595-1624. L’authenticité de l’exodos des Phéniciennes (vers 1582-1766) est remise en que (...)

1Bien que son intrigue soit centrée autour de la lutte fratricide qui oppose Étéocle et Polynice, les fils d’Œdipe, les Phéniciennes s’apparentent à une grande fresque qui passe en revue l’intégralité du mythe d’Œdipe : tout, depuis la fondation de Thèbes par Cadmos jusqu’au destin des enfants d’Œdipe, y est évoqué. La longueur d’une tragédie étant limitée pour des raisons matérielles, tous les événements ne sont pas représentés sur scène, mais certains d’entre eux peuvent faire l’objet de récits rétrospectifs. En l’occurrence, les Phéniciennes contiennent deux récits-cadres : l’un, prononcé par Jocaste, ouvre la pièce et permet de contextualiser l’action représentée1 ; l’autre, pris en charge par Œdipe, se trouve dans l’exodos, à la toute fin de la pièce, et revient sur plusieurs éléments de la vie du héros thébain2. C’est au rapport entretenu par ces deux récits que je m’intéresserai ici. Après avoir expliqué que ces deux passages sont conçus comme des récits en miroir, je m’attacherai à montrer qu’ils proposent chacun une lecture différente de l’histoire d’Œdipe : tandis que pour Jocaste, les événements sont le fruit du hasard, ils répondent pour Œdipe à une volonté divine. La fin de l’article proposera d’interpréter la coexistence de ses deux versions du mythe en termes de dramaturgie.

1. Deux récits en parallèle

2Le monologue de Jocaste dans le prologue et les lamentations d’Œdipe dans l’exodos partagent un certain nombre de caractéristiques qui invitent à les lire en parallèle.

1.1. Deux récits-cadres

  • 3 On pensera par exemple au premier stasimon, dans lequel le chœur rappelle le meurtre du Dragon par (...)

3Premièrement, il s’agit des deux seuls grands récits rétrospectifs que contient la pièce : tous deux proposent de revenir sur les maux de la famille – disons ceux d’Œdipe et de ses fils – en les replaçant dans le cadre plus large du malheur de la famille. La pièce contient certes d’autres retours en arrière3, mais aucun de ces autres passages consacrés au passé ne prend la forme d’un récit qui soit à la fois chronologique et consacré à l’histoire d’Œdipe dans son ensemble.

4Deuxièmement, ces deux récits occupent une position semblable dans la tragédie, l’un au début et l’autre à la fin (ou presque) : il s’agit en cela de récits liminaires qui servent en quelque sorte de cadre contextuel à l’action.

5Un troisième élément vient renforcer le rapprochement. Ces deux récits sont proposés par les parents d’Étéocle et Polynice, dont la lutte fratricide pour l’obtention du pouvoir à Thèbes constitue le cœur de l’action des Phéniciennes.

1.2. Des récits pris en charge par deux personnages liés à la mort

  • 4 La Thébaïde de Stésichore (fr. 97 D.F. = fr. 222b PMGF) pourrait constituer une exception. Dans ce (...)
  • 5 Homère, Odyssée, XI.277-279 ; Sophocle, Antigone, 53-54 ; Sophocle, Œdipe roi, 1263-1266.
  • 6 Pour la question de la datation des Phéniciennes et de l’Œdipe à Colone, voir, entre autres, Mastro (...)

6Les deux personnages partagent un autre point commun, moins évident : ils sont tous les deux présentés comme des êtres au statut intermédiaire, vivants certes, mais déjà du côté de la mort. Prenons d’abord le cas de Jocaste. Dans la très grande majorité des versions antérieures de la légende que nous connaissons4, Jocaste n’est jamais en vie au moment de la lutte fratricide : dans l’Odyssée, l’Antigone et l’Œdipe roi, elle se pend à la suite de la découverte de l’inceste5. Les Sept contre Thèbes ne fournit pas de renseignements sur son sort, mais force est de constater qu’elle n’est ni présente sur scène, ni évoquée par les autres personnages, ce qui laisse à penser qu’elle n’est plus en vie ; il en sera de même dans l’Œdipe à Colone, dont la critique admet généralement qu’il s’agit d’une tragédie postérieure aux Phéniciennes6. Il est donc probable que sa présence au tout début des Phéniciennes ait été construite comme un élément destiné à susciter la surprise. Bien qu’elle soit en vie, Jocaste est toutefois du côté de la mort, et ce dès le début de l’action. Son apparence, qu’elle décrit au début du premier épisode, est à cet égard significative (Euripide, Phéniciennes, vers 322-326) :

  • 7 Le texte des Phéniciennes est cité à partir de Mastronarde, 1994, avec de légères modifications.

ὅθεν ἐμάν τε λευκόχροα κείρομαι
δακρυόεσσαν ἱεῖσα πενθήρη κόμαν,
πεπλος φαρέων λευκῶν, τέκνον,
δυσόρφναια δ᾽ ἀμφὶ τρύχη τάδε
σκότι᾽ ἀμείβομαι7.

  • 8 Sauf indication contraire, toutes les traductions sont les miennes.

« Pour cette raison je rase ma chevelure blanche endeuillée, que je laisse tomber, en larmes ; je ne porte pas de manteaux blancs, mon enfant, mais à la place je m’entoure de ces haillons lugubres et ténébreux ».8

  • 9 Les vers 322-323, tels qu’ils sont présents dans les manuscrits et que je les reproduis ici, sont r (...)

7La tenue et la coiffure de Jocaste la placent du côté du deuil : les cheveux sont rasés (κείρομαι, vers 322), tandis que sa tenue est composée de vêtements sombres et négligés (δυσόρφναια τρύχη τάδε σκότια, vers 325-326). Le personnage indique bien qu’il ne s’agit pas là de son apparence ordinaire en rappelant la couleur blanche qu’elle porte habituellement (πεπλος φαρέων λευκῶν, vers 324) ; la mention des cheveux rasés (κείρομαι κόμαν, vers 322-323), qui renvoie implicitement aux cheveux qui n’étaient jusqu’alors pas encore rasés, va dans le même sens. Les vers soulignent d’ailleurs par métonymie le fait que la reine se caractérise en tout premier lieu par son deuil : sa chevelure est dite en pleurs (δακρυόεσσαν, vers 323), et même en deuil (πενθήρη, vers 323)9. Tout place donc Jocaste du côté de la mort : pourtant, ni elle ni ses enfants ne sont encore morts, et la pièce n’a évoqué la mort – celle de Laïos en particulier – que dans un contexte bien antérieur à celui de l’action.

  • 10 Euripide, Phéniciennes, 66.

8Il en va de même pour Œdipe. Dès le début de la pièce, on apprend qu’il vit encore, enfermé dans le palais10. Pourtant, pendant la plus grande partie de la pièce, Œdipe reste invisible, au point qu’on en vienne à douter de sa survie. Lorsqu’enfin il sort du palais dans l’exodos, ce n’est pas le héros de la victoire sur la Sphinge qui se présente, mais un homme au statut bien plus misérable (Euripide, Phéniciennes, vers 1539-1545) :

τί μ᾽, ὦ παρθένε, βακτρεύμασι τυφλοῦ
ποδὸς ἐξάγαγες ἐς φῶς
λεχήρη σκοτίων ἐκ θαλάμων οἰκ
τροτάτοισιν δακρύοισιν,
πολιὸν αἰθέρος ἀφανὲς εἴδωλον ἢ
νέκυν ἔνερθεν ἢ
πτανὸν ὄνειρον;

« Pourquoi, jeune fille, m’as-tu fait sortir, avec le bâton qui guide mon pied aveugle, de l’obscurité de ma chambre vers la lumière, par des pleurs qui excitent la pitié, moi, un alité, moi qui suis un fantôme de nuées, grisonnant et invisible, un cadavre venu du monde d’en bas, un songe qui s’envole ? »

9Les termes employés par Œdipe pour se décrire – un fantôme (εἴδωλον, vers 1543), un cadavre (νέκυν, vers 1544), un songe (ὄνειρον, vers 1545) – l’assimilent à un mort-vivant ; le passage de l’ombre à la lumière qu’il évoque (ἐς φῶς σκοτίων ἐκ θαλάμων, vers 1539-1540) pourrait d’ailleurs faire apparaître la chambre comme l’équivalent du monde souterrain, qu’Œdipe quitte pour revenir à la lumière du jour.

10Qu’il s’agisse de Jocaste ou d’Œdipe, on a affaire à deux personnages sortis de la mort : la reine survit au terme qu’elle rencontre habituellement dans l’histoire, tandis qu’Œdipe est comme rappelé de la mort que représentait l’enfermement dans le palais. Le partage de cette caractéristique notable par les deux personnages amène à les rapprocher et contribue à renforcer le parallèle entre les deux récits rétrospectifs qu’ils prononcent.

2. Une même histoire mais une insistance sur différents éléments

11La comparaison du récit de Jocaste et de celui d’Œdipe montre qu’ils proposent deux versions relativement différentes de leur histoire. Je résume sous forme d’un tableau le contenu de chacun des discours, en indiquant le nombre de vers qui y sont consacrés, sans prendre en compte pour le moment la façon dont les différents épisodes sont mentionnés. Dans la première colonne du tableau, on trouve l’ensemble des éléments mentionnés par au moins l’un des deux personnages. Les deux colonnes suivantes indiquent la place qu’occupe chacun de ces éléments dans le récit de Jocaste (colonne 2) et dans celui d’Œdipe (colonne 3) ; à chaque fois, j’indique le numéro des vers concernés puis, entre parenthèses, le nombre de vers que cela représente dans l’ensemble du récit fait par le personnage. Une case blanche signifie que l’élément n’est pas évoqué par le personnage :

Monologue de Jocaste
82 vers au total

Lamentations d’Œdipe
20 vers au total

Généalogie avant Laïos

Vers 1-12 (12/82)

Lamentations

Vers 1595-1596 (2/20)

Absence d’enfants

Vers 13-15 (3/82)

Oracle d’Apollon

Vers 16-20 (5/82)

Vers 1597-1599 (3/20)

Transgression de Laïos

Vers 21-22a (1,5/82)

Exposition d’Œdipe

Vers 22b-27 (5,5/82)

Vers 1600-1603 (4/20)

Survie / Adoption d’Œdipe

Vers 28-31 (4/82)

Vers 1604-1607 (4/20)

Parricide

Vers 32-45a (13,5/82)

Vers 1608a (0,5/20)

Sphinge

Vers 45b-52 (7,5/82)

Inceste

Vers 53-54 (2/82)

Vers 1608b-1609 (1,5/20)

Naissance des enfants

Vers 55-58 (4/82)

Vers 1610a (0,5/20)

Découverte et Aveuglement

Vers 59-62 (4/82)

Vers 1612-1614 (3/20)

Malédiction des fils

Vers 63-68 (6/82)

Vers 1610b-1611 (1,5/20)

Lutte fratricide

Vers 69-82 (14/82)

Vers 1612-1614 (3/20)

12La consultation de ce tableau amène plusieurs constats :

13(a) Les deux récits abordent globalement les mêmes épisodes, et dans le même ordre. Par ailleurs, l’examen de détail des vers consacrés à chaque épisode montre que, du point de vue de la structure générale de l’intrigue, ce que l’un dit n’est pas incompatible avec ce que l’autre dit. En d’autres termes, on ne trouve pas une version dans laquelle Œdipe tue son père, et une autre version dans laquelle Laïos meurt foudroyé par un éclair, par exemple.

  • 11 Lorsque Laïos se rend à Delphes, Apollon lui interdit d’engendrer un fils (v. 18).

14(b) Si l’on regarde de plus près la place accordée à certains épisodes, on observe cependant certaines disparités quantitatives. Œdipe ne donne ainsi pas la généalogie de sa famille, il n’explique pas la raison pour laquelle Laïos est allé consulter l’oracle d’Apollon, ni ne formule explicitement la transgression par le roi thébain de l’interdit divin11. Ces éléments peuvent s’expliquer par le fait que, contrairement aux lamentations d’Œdipe, le discours de Jocaste correspond à une scène d’exposition : il est donc normal qu’on y trouve davantage de détails. D’autres cas sont cependant plus surprenants : Œdipe ne consacre ainsi qu’un demi vers à l’accomplissement du parricide, qui est pourtant central dans le mythe, et il passe tout simplement sous silence la victoire sur la Sphinge, qui l’est tout autant. À l’inverse, Œdipe consacre presque autant de vers (donc, proportionnellement, plus de place) que Jocaste aux événements qui se sont déroulés lorsqu’il n’était pas né ou tout bébé, comme l’oracle d’Apollon ou l’exposition du nourrisson sur le Cithéron. Ce sont ces deux derniers exemples que je propose d’étudier en détail – la victoire sur la Sphinge et l’oracle délivré par Apollon à Laïos – afin de montrer que les différences de traitement par Jocaste et Œdipe révèlent deux lectures différentes de la même histoire.

2.1. L’exemple du traitement de la Sphinge

2.1.1. La Sphinge dans le monologue de Jocaste

15Dans le discours de Jocaste, cet épisode sert de cheville entre le parricide et l’inceste : Jocaste n’a pu être proposée comme récompense à celui qui vaincrait la Sphinge que parce qu’elle était veuve, et Œdipe n’a pu l’épouser que parce qu’il avait déjà accompli le parricide. Pour autant, la façon dont la reine thébaine présente les événements tend à dissocier le meurtre du père du mariage avec la mère, comme si la succession de ces deux faits n’était que coïncidence (Euripide, Phéniciennes, vers 44-54) :

παῖς πατέρα καίνει καὶ λαβὼν ὀχήματα
Πολύβῳ τροφεῖ δίδωσιν· ὡς δ᾽ ἐπεζάρει
Σφὶγξ ἁρπαγαῖσι πόλιν ἐμός τ᾽ οὐκ ἦν πόσις,
Κρέων ἀδελφὸς τἀμὰ κηρύσσει λέχη,
ὅστις σοφῆς αἴνιγμα παρθένου μάθοι,
τούτῳ ξυνάψειν λέκτρα. τυγχάνει δέ πως
αἴνιγμἐμὸς παῖς Οἰδίπους Σφιγγὸς μαθών·
ὅθεν τύραννος τῆσδε γῆς καθίσταται
καὶ σκῆπτρ᾽ παθλα τῆσδε λαμβάνει χθονός.
γαμεῖ δὲ τὴν τεκοῦσαν οὐκ εἰδὼς τάλας
οὐδ᾽ τεκοῦσα παιδὶ συγκοιμωμένη.

  • 12 Il est intéressant de noter que dans l’Œdipe à Colone, la stratégie employée par Œdipe consiste aus (...)

« Le fils tue le père, prend son char et l’offre à Polybe en remerciement de son éducation. Comme la Sphinge fondait sur la cité par ses rapts et que mon époux n’était plus, mon frère Créon fait proclamer par la voix du héraut que ma couche, celui qui pourra comprendre l’énigme de l’habile jeune fille, c’est à celui-là qu’il unira mon lit. Et il se trouve par hasard que l’énigme de la Sphinge, c’est mon fils Œdipe qui l’a comprise : de là il est établi roi de cette terre et reçoit comme prix le sceptre de ce sol. Il épouse celle qui l’a enfanté, sans le savoir, l’infortuné, et elle ne le savait pas non plus12, celle qui couche avec le fils qu’elle a enfanté. »

16Dans le récit de Jocaste, le passage consacré à la Sphinge (vers 45-52) est véritablement encadré par les mentions du parricide (vers 44) et de l’inceste (vers 53-54) : la résolution de l’énigme est ce qui permet de passer de l’un des deux grands malheurs d’Œdipe à l’autre. Plus que cela, on trouve dans les vers consacrés à la Sphinge des échos au parricide et à l’inceste, comme pour souligner les liens entretenus entre ces différents événements. Jocaste justifie ainsi la proclamation faite par Créon – laquelle annonce la récompense accordée au futur vainqueur de la Sphinge – en rappelant le décès de son époux (ἐμός τ᾽ οὐκ ἦν πόσις, vers 46), et établit ce faisant un rapport avec le parricide ; en outre, l’annonce par Créon de la récompense accordée au vainqueur (le lit de Jocaste, τἀμὰλέχη, vers 47, λέκτρα, vers 49) fonctionne, pour le spectateur, comme une annonce de l’inceste, et ce d’autant plus que Jocaste désigne ensuite le vainqueur comme son fils (ἐμὸς παῖς Οἰδίπους, vers 50). Jocaste parsème donc son récit d’indices qui, pour le spectateur ou le lecteur qui connaît l’histoire, sont fortement chargés de sens.

17Pourtant, à aucun moment Jocaste ne formule de façon claire et univoque le lien qui unit parricide, victoire sur la Sphinge et inceste ; au contraire, la façon dont elle s’exprime tend plutôt à brouiller les pistes. Par exemple, Jocaste change plusieurs fois de terme pour désigner Laïos : elle emploie πατέρα au vers 44 et ἐμὸς πόσις au vers 46. Certes, cela s’explique par le contexte (de Laïos, c’est le statut de père qui importe pour le parricide et celui d’époux pour la question du remariage), mais ce changement lui permet aussi de ne pas affirmer trop explicitement qu’il s’agit de la même personne. Un autre exemple est le choix des verbes employés pour dire la mort de Laïos : alors qu’elle vient de formuler le parricide, au vers 46 Jocaste dit simplement de Laios qu’il n’était plus (οὐκ ἦν). En employant un tel euphémisme, Jocaste adopte le point de vue qui était celui des Thébains au moment de la venue de la Sphinge : cela lui permet de ne pas expliciter le fait que, si sa main a pu être proposée à Œdipe, c’est justement parce que le parricide avait eu lieu.

  • 13 Les vers 51 et 52 des Phéniciennes ont été soupçonnés de ne pas être authentiques. Le caractère app (...)

18Le même type de procédé est à l’œuvre pour le lien entre la victoire et l’inceste : la façon dont Jocaste présente les choses tend à effacer le rapport de cause à effet entre les deux actes. Au moment où Créon annonce la récompense promise au vainqueur, il est explicitement question de mariage : deux expressions sont employées pour désigner cette récompense (τἀμὰλέχη, vers 47 et λέκτρα, vers 49), avec une rupture de construction qui les met en valeur (le verbe κηρύσσει a d’abord pour objet un substantif en construction directe – τἀμὰ λέχη – puis une proposition infinitive – τούτῳ ξυνάψειν λέκτρα –, sans que ces deux objets soient coordonnés). Or, une fois la Sphinge vaincue, la récompense est présentée différemment, quoiqu’elle soit ici aussi exprimée deux fois : il s’agit désormais de l’obtention du trône (τύραννος τῆσδε γῆς καθίσταται, vers 51, et σκῆπτρ᾽ παθλα τῆσδε λαμβάνει χθονός, vers 5213). L’utilisation de la conjonction ὅθεν (vers 51) ne permet pas de douter qu’il s’agisse bien de la récompense promise. Certes, épouser la reine et devenir roi revient au même ; le changement n’en est pas moins remarquable. Il s’explique si l’on remarque qu’il intervient juste après la mention de l’exploit d’Œdipe au vers 50, présenté justement par Jocaste comme son fils (ἐμὸς παῖς Οἰδίπους) : autrement dit, le passage du mariage à l’obtention du trône intervient au moment où le vainqueur est identifié au fils, et donc où ce mariage devient un inceste. Toutefois, en donnant désormais à la récompense sa dimension politique, Jocaste passe pour le moment sous silence la nature incestueuse de cette récompense, et camoufle ainsi le lien de cause à effet entre la victoire d’Œdipe et l’inceste. Il est d’ailleurs notable qu’elle formule l’inceste indépendamment de l’accession au trône, dans un ensemble de vers différents et coordonnés uniquement par δέ : Jocaste fait comme si le lien entre ces deux événements n’était que chronologique. Elle renforce encore la dimension fortuite de ces événements en introduisant l’arrivée d’Œdipe par la formule τυγχάνει δέ πως (il arrive par hasard que, vers 49) : la juxtaposition d’un verbe qui exprime l’action de la τύχη et de l’adverbe indéfini πως présente la victoire d’Œdipe comme le plus grand des hasards, et contribue à faire de l’inceste un concours de circonstances.

2.1.2. La Sphinge dans les lamentations d’Œdipe

19Ce même épisode reçoit un traitement bien différent dans le discours d’Œdipe, où il est tout simplement passé sous silence (Euripide, Phéniciennes, vers 1608-1609) :

Kτανὼν δ᾽ ἐμαυτοῦ πατέρ᾽ ὁ δυσδαίμων ἐγὼ
ἐς μητρὸς ἦλθον τῆς ταλαιπώρου λέχος

« Après avoir tué mon père, infortuné que je suis, je suis entré dans le lit de ma mère, l’éprouvée. »

  • 14 On pourrait cependant donner une nuance causale au participe κτάνων ; toutefois, il me paraît notab (...)

20Deux différences par rapport aux propos de Jocaste apparaissent immédiatement : non seulement la formulation réduit le parricide et l’inceste à leur strict minimum, en une sorte de résumé très condensé des malheurs d’Œdipe, mais en plus il n’est pas question de l’événement qui fait le lien entre le parricide et l’inceste. Dès lors, ces deux actes apparaissent comme déconnectés l’un de l’autre, sinon par un simple rapport de succession chronologique. On notera d’ailleurs que le parricide n’est exprimé qu’au moyen d’un participe aoriste apposé au verbe qui dit l’inceste (κτανών, vers 1608) : il y a juxtaposition chronologique, mais aucun lien de cause à effet n’est exprimé de façon explicite14.

21Se pose alors la question de savoir quel effet produisent le silence sur la Sphinge et la concision des mentions du parricide et de l’inceste. On remarquera que, dans les trois cas, il s’agit d’actes pour lesquels Œdipe a une part de responsabilité : en particulier, il a tué un homme et résolu une énigme. Cependant, alors qu’il serait difficile pour Œdipe de faire le récit de ses malheurs sans parler du parricide et de l’inceste qui lui sont étroitement associés et dont les autres personnages ont déjà parlé, il est moins gênant de ne pas parler de la Sphinge, qui est d’ailleurs le seul événement positif de son histoire. On peut donc faire l’hypothèse qu’Œdipe en dit à chaque fois le moins possible des événements dans lesquels il a une part de responsabilité, soit en les omettant, soit en les réduisant à leur strict minimum ; dans le cas de l’épisode de la Sphinge, cela contribue aussi à faire disparaître son seul acte héroïque, réduisant ainsi son existence à une succession de malheurs.

22On commence ainsi à percevoir une différence importante entre les propos de Jocaste et ceux d’Œdipe. Jocaste fait un récit des événements dont l’objectif est d’informer le spectateur ou le lecteur : s’il est vrai qu’elle présente les événements de la façon la moins défavorable possible pour les membres de la famille encore en vie, il s’agit surtout de rappeler les étapes de l’histoire. En revanche, le récit d’Œdipe, en raison de sa place en fin de tragédie, n’a plus à être informatif. Il a plutôt un objectif apologétique : son but n’est pas de proposer un rappel de l’histoire, mais de réduire au minimum sa part de responsabilité pour mieux apparaître comme la victime d’une succession de malheurs.

2.2. Le cas de l’oracle

2.2.1. L’oracle dans les propos de Jocaste

  • 15 Goodwin, 1894, § 1405, p. 300 : « The future indicative with εἰ is very often used for the subjunct (...)
  • 16 On remarquera en particulier l’importance donnée au cocher de Laïos, qui demande à Œdipe de s’écart (...)

23Cette différence entre les deux récits est confirmée par l’étude de la façon dont l’oracle est présenté par chacun des deux personnages. Jocaste rappelle rapidement les paroles d’Apollon, auxquelles elle ne consacre qu’un seul vers (Euripide, Phéniciennes, vers 19) : εἰ γὰρ τεκνώσεις παῖδ’, ποκτενεῖ σ φύς - si tu engendres un fils, celui qui sera né te tuera. Dans les propos de la reine thébaine, le dieu utilise un système conditionnel à l’éventuel : dans la protase, εἰ suivi du futur τεκνώσεις indique une forme très expressive d’éventuel, particulièrement employée dans les avertissements, comme c’est le cas dans ce passage15. L’engendrement d’un fils entraînera donc logiquement le parricide, mais l’inverse est tout aussi vrai : sans fils, pas de parricide. Apollon semble donc laisser à l’homme une marge de manœuvre, du moins dans la façon dont Jocaste présente son oracle. Dès lors, dans les propos de Jocaste, le parricide est autant dû aux dieux qu’à l’action des hommes16 : certes, le lien de cause à effet entre naissance et parricide est annoncé par le dieu, mais la naissance n’est pas présentée comme inéluctable.

2.2.2. L’oracle dans les lamentations d’Œdipe

24Il en va tout autrement dans les propos d’Œdipe. Les paroles prophétiques prononcées par Apollon apparaissent dès le début du récit d’Œdipe ; or, dès les premiers vers, le héros n’a de cesse de se présenter comme la victime des puissances divines (Euripide, Phéniciennes, vers 1595-1599) :

μοῖρ’ ἀπ’ ἀρχῆς ὥς μ’ἔφυσας ἄθλιον
καὶ τλήμον’, εἴ τις ἄλλος ἀνθρώπων ἔφυ.
ὃν καὶ πρὶν ἐς φῶς μητρὸς ἐκ γονῆς μολεῖν,
ἄγονον Ἀπόλλων Λαίῳ μ’ ἐθέσπισεν
φονέα γενέσθαι πατρός· ὦ τάλας ἐγώ.

« Ô destinée, comme depuis le début tu me fis par nature misérable et malheureux, plus que tout homme ! Moi dont, avant que je ne fusse venu à la lumière, enfanté par ma mère, alors que je n’étais pas encore né, Apollon prédit à Laïos que j’étais le meurtrier de mon père, ô éprouvé que je suis ! »

  • 17 L’authenticité du vers 1596 a été mise en doute par certains commentateurs : τλήμονα serait redonda (...)

25Toute cette partie des propos d’Œdipe est construite autour de l’idée qu’il n’a fait qu’endurer son existence. Les deux premiers vers, qui indiquent tout de suite que nous nous trouvons dans le cadre d’une lamentation, amènent déjà l’idée qu’Œdipe est une victime. D’une part, Œdipe ne se présente pas comme le sujet, mais comme l’objet à l’accusatif (με, vers 1595) d’une action accomplie par le principe divin qui préside au destin des hommes, la μοῖρα ( μοῖραὥς μἔφυσας, vers 1595) ; d’autre part, il insiste sur le fait qu’il endure des malheurs au moyen de deux adjectifs, ἄθλιον καὶ τλήμονα (vers 1595-1596), qui sont des adjectifs déverbatifs formés sur *τλάω (supporter, endurer, souffrir)17.

26Dans la proposition relative qui suit, Œdipe expose la raison pour laquelle il dit subir son existence : selon lui, Apollon avait décidé de son sort de parricide avant même sa naissance. La façon dont le contenu de l’oracle est exprimé met en avant l’idée d’une prédestination au meurtre. Dans les propos qu’il attribue au dieu, le Thébain, qui n’est pourtant pas encore né, est déjà le meurtrier de Laïos, comme l’indique l’emploi d’un infinitif aoriste (γενέσθαι, vers 1600), dont la nuance aspectuelle met en valeur l’effectivité immédiate de la prédiction : à partir du moment où le dieu énonce sa prophétie, Œdipe est le meurtrier de son père.

  • 18 Œdipe désigne d’autres responsables que lui de son propre malheur : la μοῖρα, qui a décidé de son e (...)

27Œdipe renforce ce point en insistant fortement sur le moment auquel loracle a été proféré : avant sa naissance. Il juxtapose pour ce faire deux expressions : au vers 1597, il convoque limage physique de la venue au monde (πρὶν ἐς φῶς μητρὸς ἐκ γονῆς μολεῖν), qu’il résume au vers suivant par l’adjectif ἄγονον (vers 1598). Si Œdipe insiste à ce point sur le fait qu’il n’était pas né, c’est parce que cet élément est déterminant pour évaluer sa part de responsabilité : si tout est décidé par l’oracle avant même qu’Œdipe n’existe, il ne peut pas être jugé responsable18. On comprend dès lors mieux que le héros thébain ne consacre qu’un demi vers au parricide : selon la version des événements que fournit Œdipe, le meurtre effectif ne fait qu’accomplir ce qui a été décidé avant sa naissance, donc malgré lui. Dès lors, l’assassinat de Laïos n’est plus un moment important du point de vue de l’évaluation de sa propre responsabilité : il peut n’en dire que quelques mots.

3. Deux lectures différentes

28L’étude de ces deux exemples a permis de faire ressortir des caractéristiques que l’on trouve plus largement dans l’ensemble des discours respectifs de Jocaste et d’Œdipe.

3.1. Jocaste : des coïncidences

29On perçoit ainsi une tendance, dans le récit de Jocaste, à présenter les événements de façon à atténuer au maximum le lien logique qui les unit. L’oracle d’Apollon apparaît plus comme un avertissement que comme une annonce, et laisse ouverte la possibilité qu’il ne s’accomplisse pas ; la récompense offerte au vainqueur de la Sphinge n’est plus exprimée en termes privés – le mariage – mais en termes politiques – la royauté – à partir du moment où Œdipe entre en scène : l’inceste peut ainsi apparaître comme la suite chronologique, mais pas logique, de la victoire sur la Sphinge.

30De tels glissements se retrouvent tout au long du récit de Jocaste. La majorité des événements qu’elle rapporte sont ainsi présentés dans un rapport uniquement temporel : la plupart du temps, elle utilise des coordonnants relativement neutres, comme καί (par exemple aux vers 22, 37, 39 et 44) ou δέ (ainsi aux vers 10, 13, 17, 21, 28, 30, 32, 41, 45, etc.). À quatre reprises, elle utilise un marqueur temporel plus marqué (πει vers 13 et vers 63, ἤδη vers 32, ὡς vers 45). En revanche, elle n’exprime que trois fois un lien de cause à effet explicite, à chaque fois avec ὅθεν (vers 27, vers 43 et vers 51).

31En outre, on trouve plusieurs allusions à la τύχη dans le récit de Jocaste : elle emploie ainsi l’adjectif δυστυχῆ à propos du malheur de sa famille (vers 4 et vers 87), le verbe τυγχάνω pour la victoire sur la Sphinge (τυγχάνει vers 49) et le substantif τύχη à propos de l’enfermement d’Œdipe par ses fils (vers 64) ainsi que pour les malédictions proférées par Œdipe à leur encontre (vers 66). Si elle raconte les mêmes événements qu’Œdipe, Jocaste les présente cependant de façon singulière : elle fait comme si son histoire n’était que le fait de coïncidences successives.

3.2. Œdipe : un plan divin

32À l’autre extrémité de la pièce, Œdipe propose une lecture totalement différente de la même histoire. Contrairement à Jocaste, il insiste sur l’enchaînement logique des événements : le parricide n’a été commis que parce qu’il a été annoncé par Apollon. C’est donc le dieu, et non l’homme, qui est responsable. Œdipe passe d’ailleurs beaucoup plus rapidement sur le reste de son existence : il rappelle comment Laïos l’a abandonné sur le Cithéron lorsqu’il était bébé puis, sans transition, le meurtre de ce dernier (vers 1600-1608). En effet, selon Œdipe, tout s’est joué avant que les événements aient lieu : une fois l’action divine effectuée, c’est-à-dire l’oracle prononcé, tout le reste s’est enchaîné inéluctablement, sans que lui, Œdipe, puisse être jugé responsable. Dans cette perspective, il passe sous silence tout ce qui pourrait mettre en valeur sa responsabilité : en particulier, la victoire sur la Sphinge, qui permet de faire le lien entre le parricide et l’inceste, n’est pas évoquée.

Conclusion : de la τύχη au plan divin

33Les Phéniciennes sont donc encadrées par deux grands récits rétrospectifs qui adoptent chacun une lecture différente de l’histoire des Labdacides : Jocaste présente les événements comme une succession de hasards malencontreux, tandis qu’Œdipe considère que le malheur de sa famille – et surtout de sa personne – répond à un plan divin. On passe donc, du début à la fin de la tragédie, de l’action de la τύχη à celle des dieux.

  • 19 Pucci, 1992, p. 12 sqq.

34Ce type de progression n’est pas sans rappeler celle que l’on trouve dans les tragédies articulées autour d’un processus de reconnaissance. C’est en particulier le cas de l’Œdipe roi, dont Pietro Pucci a montré que toute l’action consistait en une réinterprétation progressive d’une succession chronologique d’événements, jusqu’alors attribués au hasard, en l’enchaînement logique des étapes de l’accomplissement d’un τέλος divin19.

  • 20 Il n’est pas impossible que les personnages de Jocaste et d’Œdipe aient été joués par le même acteu (...)

35Ce schéma de réinterprétation s’applique bien aux Phéniciennes. La disposition des récits de Jocaste et Œdipe dans la structure de la pièce, ainsi que les caractéristiques qu’ils partagent permettent que l’on retrouve cette idée de progression. On pourrait objecter qu’il s’agit ici de deux personnages différents. Outre les points communs que l’on a déjà relevés entre Jocaste et Œdipe, on peut noter une forme de continuité entre eux. Tous deux ne sont en effet jamais en scène en même temps, mais se succèdent : ce n’est qu’une fois la mort de Jocaste annoncée (et donc, en quelque sorte, sa sortie définitive de scène) qu’Œdipe sort enfin du palais où il était caché depuis le début de la pièce. Tout se passe comme s’il y avait un relais, une transmission entre les deux personnages au statut particulier, comme si tous deux ne partageaient qu’une seule et même voix20.

  • 21 En ce sens, on pourrait presque parler de Ringkomposition, dans la mesure où il y a une progression (...)

36Quel effet de sens produit alors ce changement de point de vue d’un récit rétrospectif à l’autre ? Il me semble que l’on saisit au mieux cet effet si on prend en compte l’identité des auteurs de ces récits. À l’exception de Créon, qui est un peu à part, Œdipe et Jocaste sont les deux seuls membres de la famille à avoir vécu la reconnaissance du parricide et de l’inceste : a priori, ils sont donc conscients du rôle des dieux dans leur histoire. Pourtant, Jocaste ne l’évoque pas, et Œdipe ne le fait qu’à la toute fin de la pièce. Tout se passe donc comme si la première reconnaissance n’avait pas suffi à convaincre les personnages du rôle joué par les dieux dans le malheur de la famille, et qu’un surplus de malheur – en l’occurrence la mort fratricide et ses conséquences – était nécessaire pour qu’il y ait véritable reconnaissance du plan divin à l’œuvre dans le malheur de la famille. Dès lors, on comprend mieux le statut intermédiaire de Jocaste et Œdipe : la survie de la reine thébaine correspond à un report de la reconnaissance qui cause sa mort, tandis qu’Œdipe est soustrait à la mort pour constater une fois de plus le rôle de la divinité dans le malheur de sa famille21.

37Euripide présente ainsi, dans une même tragédie, deux lectures possibles du mythe. Ce jeu de variation, loin d’être gratuit, renforce le caractère pathétique de l’action représentée : tout se passe comme si le duo formé par Jocaste et Œdipe, déjà fortement éprouvé par la reconnaissance du parricide et de l’inceste, devait passer, au prix de leur mort, par d’autres infortunes pour enfin reconnaître la colère des dieux à l’encontre de leur famille.

Haut de page

Bibliographie

Aluja, R., 2011, Reexamining the Lille Stesichorus : About the Theban Version of Stesich. PMGF 222b, dans X. Riu et M. Reig (éd.), 2011, Drama, Philosophy, Politics in ancient Greece. Contexts and Receptions, Barcelone, p. 15-37.

Amiech, Ch., 2004, Les Phéniciennes d’Euripide, Paris.

Bollack, J., Judet de la Combe, P. et Wismann, H., 1977, La réplique de Jocaste. Sur les fragments d’un poème lyrique découverts à Lille (Papyrus Lille 76a, b et c), Villeneuve d’Ascq.

Burnett, A., 1988, Jocasta in the West: the Lille Stesichorus, ClAnt, 7 (2), p. 107-154.

Conacher, D.J., 1967, Themes in the exodus of Euripides’ Phoenissae, Phoenix, 21 (2), p. 92-101.

Craik, E., 1988, Euripides. Phoenician women, Warminster.

Diggle, J., 1994, Euripidis Fabulae, III, Oxford et New York.

Fraenkel, E., 1963, Zu den Phoenissen des Euripides, Munich.

Goodwin, W.W., 1894, A Greek Grammar, Londres et New York (2e éd.).

Kitto, H.D.F., 1939, The Final Scenes of the Phoenissae, CR, 53 (3), p. 104-111.

Kovacs, D., 1995-2002, Euripides, I-V, Cambridge (Mass.) et Londres.

Markantonatos, A., 2007, Œdipus at Colonus, Berlin.

Mastronarde, D.J., 1994, Euripides. Phoenissae, Cambridge.

Medda, E., 2006, Euripide, Le Fenicie, Milan.

Meredith, H.O., 1937, The End of the Phoenissae, CR, 51 (3), p. 97-103.

Méridier, L. et Chapoutier, F., 1950, Euripide. Tragédies. Hélène, Phéniciennes, Paris.

Moorhouse, A.C., 1982, The Syntax of Sophocles, Leyde.

Pucci, P., 1992, Œdipus and the Fabrication of the Father, Baltimore.

Saïd, S., 1978, La Faute tragique, Paris.

Tsitsibakou-Vasalos, E., 1989, The homeric ἄφαρ in the Œdipus myth and the identity of the Lille mother, Glotta, 67, p. 60-88.

Haut de page

Notes

1 Euripide, Phéniciennes, 1-87.

2 Ib., vers 1595-1624. L’authenticité de l’exodos des Phéniciennes (vers 1582-1766) est remise en question depuis le xixe siècle. S’il est vrai que certains vers peuvent susciter des soupçons, je considère qu’il n’y a en revanche pas de raison de supprimer l’exodos dans son intégralité. Je renvoie aux discussions que l’on trouve chez plusieurs partisans de l’authenticité de cette partie de la pièce : Meredith, 1937 ; Kitto, 1939 ; Méridier, Chapoutier, 1950, p. 139-149 ; Conacher, 1967 ; Mastronarde, 1994, p. 591-594 ; Amiech 2004, p. 567 sq. ; Medda, 2006, p. 68-76.

3 On pensera par exemple au premier stasimon, dans lequel le chœur rappelle le meurtre du Dragon par Arès (vers 638-689) ou au deuxième stasimon, consacré aux manifestations d’Arès à Thèbes.

4 La Thébaïde de Stésichore (fr. 97 D.F. = fr. 222b PMGF) pourrait constituer une exception. Dans ce poème, la mère des deux frères est encore en vie ; les fragments dont nous disposons n’indiquent cependant pas clairement s’il s’agit de la mère-épouse d’Œdipe (c’est l’interprétation de la majorité des commentateurs) ou d’une seconde femme. On pourra se reporter aux discussions détaillées proposées par Bollack et al., 1977 ; Burnett, 1988 ; Tsitsibakou-Vasalos, 1989 ; on trouvera un contrepoint intéressant chez Aluja, 2011.

5 Homère, Odyssée, XI.277-279 ; Sophocle, Antigone, 53-54 ; Sophocle, Œdipe roi, 1263-1266.

6 Pour la question de la datation des Phéniciennes et de l’Œdipe à Colone, voir, entre autres, Mastronarde, 1994, 11 ; Medda, 2006, 23-24 ; Markantonatos, 2007, 36-37.

7 Le texte des Phéniciennes est cité à partir de Mastronarde, 1994, avec de légères modifications.

8 Sauf indication contraire, toutes les traductions sont les miennes.

9 Les vers 322-323, tels qu’ils sont présents dans les manuscrits et que je les reproduis ici, sont refusés par la majorité des éditeurs pour une question de métrique : le vers 323 contient en effet deux anomalies par rapport à la structure du mètre dochmiaque attendu. Seuls quelques commentateurs, telle Amiech, conservent le vers tel qu’il est transmis par la tradition manuscrite. Je renvoie aux discussions du problème présentes chez Mastronarde, 1994, ad loc. ; Amiech, 2004, ad loc. ; Medda, 2006, ad loc.

10 Euripide, Phéniciennes, 66.

11 Lorsque Laïos se rend à Delphes, Apollon lui interdit d’engendrer un fils (v. 18).

12 Il est intéressant de noter que dans l’Œdipe à Colone, la stratégie employée par Œdipe consiste aussi à atténuer l’importance de la victoire sur la Sphinge et à insister sur l’ignorance par Jocaste et lui-même de leur lien de parenté au moment de l’inceste ; toutefois, dans ce passage de la pièce sophocléenne, Œdipe procède un peu moins subtilement si l’on peut dire. Il passe l’épisode de la Sphinge sous silence et formule encore plus explicitement l’ignorance des deux époux : ἔτικτε γάρ μ᾿ ἔτικτεν, ὤμοι μοι κακῶν, / οὐκ εἰδότ᾿ οὐκ εἰδυῖα, καὶ τεκοῦσα με, / αὑτῆς ὄνειδος παῖδας ἐξέφυσέ μοι, « Elle a en effet enfanté, elle m’a enfanté, pauvre de moi, sans que je le sache ni qu’elle le sache, et après m’avoir enfanté elle m’a donné des enfants, sujet de honte pour elle. » (vers 982-984).

13 Les vers 51 et 52 des Phéniciennes ont été soupçonnés de ne pas être authentiques. Le caractère apparemment redondant des deux vers amène en effet les éditeurs à ne conserver que l’un des deux (le vers 51 par, entre autres, Medda, 2006 ; le vers 52 par Méridier, Chapoutier, 1950 ; Kovacs, 1995-2002 ; etc.), voire aucun des deux (Fraenkel, 1963, p. 11-14 ; Diggle, 1994). Quelques commentateurs, tels Craik, 1988 et Amiech, 2004, conservent les deux vers. La symétrie avec les vers 47-49 (qui annoncent deux fois la récompense qu’est le mariage de la même façon que le gain de la royauté est dit deux fois) est un argument de plus en faveur de la conservation des deux vers.

14 On pourrait cependant donner une nuance causale au participe κτάνων ; toutefois, il me paraît notable qu’une telle nuance causale n’est pas explicitée, et ce alors que l’on trouve un nombre important de conjonctions et de particules exprimant la cause dans les vers 1595-1614 (ἐπεί vers 1600 ; γάρ vers 1602, 1604 et 1612).

15 Goodwin, 1894, § 1405, p. 300 : « The future indicative with εἰ is very often used for the subjunctive (sc. with ἄν) in future conditions, as a still more vivid form of expression, especially in appeals to the feelings, and in threats and warnings ». Voir également Moorhouse, 1982, p. 277.

16 On remarquera en particulier l’importance donnée au cocher de Laïos, qui demande à Œdipe de s’écarter de la route, puis passe en force lorsque ce dernier refuse de s’écarter (vers 39-42). Pour la question de l’articulation entre les responsabilités humaine et divine chez Euripide, voir Saïd, 1978, en particulier p. 132-142.

17 L’authenticité du vers 1596 a été mise en doute par certains commentateurs : τλήμονα serait redondant par rapport à ἄθλιον au vers précédent et l’expression εἴ τις ἄλλος ἀνθρώπων ἔφυ non idiomatique. Pour plus de détails, se reporter à Mastronarde, 1994, ad loc.

18 Œdipe désigne d’autres responsables que lui de son propre malheur : la μοῖρα, qui a décidé de son existence malheureuse (vers 1595-1596), et Apollon, qui a en quelque sorte donné une dimension concrète à son infortune en prédisant le parricide (vers 1597-1599).

19 Pucci, 1992, p. 12 sqq.

20 Il n’est pas impossible que les personnages de Jocaste et d’Œdipe aient été joués par le même acteur ; dans ce cas, la forme de proximité, de relais que nous relevons entre ces deux personnages ne serait que renforcée par le partage d’une même voix physique, celle de l’acteur.

21 En ce sens, on pourrait presque parler de Ringkomposition, dans la mesure où il y a une progression entre les deux récits rétrospectifs : aux deux extrémités de la pièce, les propos de Jocaste (élément A) et d’Œdipe (élément A’) formeraient l’anneau externe de la construction annulaire ; au centre, l’histoire malheureuse d’Étéocle et de Polynice (élément B) permettrait la reconnaissance du rôle des dieux, qui constitue le principal ajout entre les deux récits cadres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Lagrou, « Le récit d’Œdipe dans l’exodos des Phéniciennes : une lecture en miroir du prologue ? »Pallas, 109 | 2019, 55-66.

Référence électronique

Sarah Lagrou, « Le récit d’Œdipe dans l’exodos des Phéniciennes : une lecture en miroir du prologue ? »Pallas [En ligne], 109 | 2019, mis en ligne le 19 février 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/16435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.16435

Haut de page

Auteur

Sarah Lagrou

Docteur en littérature grecque (Université de Lille)
UMR Savoirs, Textes, Langage (STL) 8163
sarahlagrou[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals