Navigation – Plan du site
Notes de lectures

D’Andrea, Bruno, Bambini nel « limbo ». Dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici

Collection de l’École française de Rome, 552, Rome, École française de Rome, 2018, 170 p.
Élodie Guillon
p. 315-318
Référence(s) :

D’Andrea, Bruno, Bambini nel « limbo ». Dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici, Collection de l’École française de Rome, 552, Rome, École française de Rome, 2018, 170 p., pl. n/b, ISBN : 978-2-7283-1336-5.

Texte intégral

1Bruno D’Andrea propose, dans un volume très complet, un état de l’art sur le tophet phénicien et punique. Le choix du titre, en particulier du terme « limbo », est explicité dans l’introduction : il s’agit bien de la position de la communauté scientifique quand il est question de l’usage, de la fonction et de la signification du tophet : « l’esame complessivo della documentazione disponibile non permette attualmente di uscire dal limbo, cioè di prendere una posizione definitiva sull’argomento, ma soltanto di fissare qualche punto fermo, escludere alcune opzioni e proporre delle ipotesi… » (p. 1). L’objectif du livre n’est pas de sortir des limbes, mais bien de « remettre l’église au centre du village » (p. 3), c’est-à-dire de considérer en premier lieu les données, d’offrir un accès facile d’abord à la documentation directe disponible, puis aux interprétations développées par les spécialistes depuis la découverte des premiers tophets en Méditerranée occidentale (à partir de 1867 avec la découverte du tophet de Sousse).

  • 1 Directeur de l’École française de Rome et coauteur de L’univers phénicien en 1989 avec Pierre Rouil (...)

2L’ouvrage se compose de cinq chapitres regroupés dans deux grandes parties, la première consacrée aux sources et la seconde aux interprétations des enfants déposés dans le tophet. Ces chapitres sont précédés d’une préface en français de Michel Gras1, d’une préface et d’une introduction de l’auteur. L’ouvrage ne comporte pas de conclusion, mais le chapitre 5 conclut utilement le volume. Le corps du propos est suivi de cinq pages d’annexes présentant les passages des sources vétérotestamentaires et classiques présentées et commentées au chapitre 2. Les premières sont en traduction ce qui facilite leur lecture par les non spécialistes. Les secondes sont en version originale et en traduction. Enfin, une riche bibliographie (p. 141-158) et un livret de planches parachèvent l’ouvrage pour en faire un volume à la fois concis, pratique et complet.

3Le chapitre 1 est consacré aux sources archéologiques et épigraphiques du tophet. Il débute avec la définition du tophet, des « aree a cielo aperto caratterizzate da un terreno destinato alla deposizione di urne cinerarie contenenti resti cremati di bambini e/o di animali […], e all’erezione di stele » (p. 7). D’Andrea développe ensuite la chronologie, l’emplacement et la description de l’organisation de cet espace et des espaces afférents. Il s’arrête ensuite sur la typologie et la configuration des dépôts, ainsi que sur les liens entre les urnes et les stèles. Cela lui permet ensuite de détailler chaque élément du dépôt, à savoir les urnes et leur contenu, les stèles, leur iconographie et leurs inscriptions, en particulier le mot MLK, caractéristique du tophet. Tout le chapitre est accompagné de tableaux récapitulatifs et de graphiques (p. 9-11, p. 18-20, p. 25-26) qui donnent un aperçu précis et clair sur les sites archéologiques concernés, leur chronologie, le nombre d’urnes, les proportions des restes biologiques d’enfants et d’animaux, etc. Ouvrir l’enquête par les données les plus directes permet aussitôt au lecteur de se familiariser avec les sources, diverses, hétéroclites et dispersées sur une dizaine de siècles (de la seconde partie du viiie siècle av. n. è. au iie voire iiie siècle de notre ère).

4Le chapitre 2 traite des sources indirectes et des éléments que l’on peut confronter au tophet. D’Andrea commence par présenter les sanctuaires à Saturne, situés en Algérie et en Tunisie et actifs entre les ier et ive siècles de notre ère. S’il en souligne les éléments proches du tophet, il en montre aussi toutes les différences, comme l’absence des urnes et celle des enfants (en rappelant toutefois qu’un réexamen des données anciennes serait nécessaire). L’auteur aborde ensuite les sources bibliques puis de langue grecque et latine. Sans innover – mais ce n’est pas son intention – il fait dans ce chapitre des rappels essentiels, par exemple sur le fait que ces sources ne constituent pas un ensemble uni, mais des passages à recontextualiser, à analyser comme des productions stratifiées et complexes. Sur l’analyse de ces sources dans le détail, D’Andrea préfère ici renvoyer à l’abondante production scientifique spécialisée. Il ressort tout de même de ce chapitre que les liens entre les passages sollicités de l’Ancien Testament pour expliquer les pratiques du tophet et lesdites pratiques sont extrêmement ténus. Ce chapitre est également l’occasion pour l’auteur d’aborder, à l’échelle méditerranéenne, le traitement funéraire des enfants et la question de leur sacrifice. L’auteur souligne que le cas phénico-punique est exceptionnel : c’est le seul pour lequel les découvertes archéologiques ont été immédiatement interprétées comme les traces d’un sacrifice d’enfants en lien avec un culte.

5S’ouvrent ensuite la seconde partie et ses trois chapitres interprétatifs. Là encore, D’Andrea présente patiemment tous les éléments nécessaires à la compréhension des interprétations proposées en commençant par faire l’historique des études depuis l’exégèse biblique jusqu’aux travaux les plus récents. L’auteur, plus que d’être original, souhaite avant tout mettre en lumière l’apport des fouilles, des analyses de textes qui ont conduit à une division de la communauté scientifique entre les soutiens de la thèse du sacrifice des enfants au tophet comme un rite volontaire et systématique, et ceux faisant du tophet une nécropole d’enfants, morts de causes naturelles. Entre ces deux extrêmes, l’ensemble des études et des interprétations est abordé par D’Andrea et présenté dans les grandes lignes. Ce chapitre a plusieurs mérites : revenir sur les travaux des spécialistes, mais aussi sur les apports des travaux d’anthropologie biologique ; montrer les étapes de construction des principaux modèles interprétatifs (présentés au chapitre 5) ; mettre en relief le poids idéologique des différents arguments avancés par les tenants de l’un ou l’autre « camp ». Longtemps sans données nouvelles, on perçoit alors à quel point l’interprétation des données du tophet est problématique.

6Le chapitre 4 résume les éléments d’interprétation qui ressortent après près d’un siècle de débats, tout en les soumettant à différents questionnements et critiques. Pour cela, il repart des contenus des urnes, d’une analyse iconographique des stèles et d’un examen linguistique des inscriptions, en particulier du problématique MLK. Le premier de ces éléments concerne la sélection des enfants, qui fait globalement consensus aujourd’hui : les enfants du tophet ne sont pas la totalité des enfants décédés, d’une part car la mortalité infantile est très élevée aux périodes d’activité du tophet, d’autre part car des sépultures d’enfants ont été retrouvées dans des nécropoles. L’auteur fait cependant le constat que les critères de sélection nous sont encore inconnus. L’auteur remarque aussi que les enfants, au centre des pratiques du tophet, sont presque totalement absents, de la documentation iconographique et épigraphique. Un autre élément est le caractère essentiel et typique du tophet de la crémation, et le fait que les stèles comprennent des dédicaces. L’analyse des restes, humains et animaux, montre également que la thèse de la substitution, qui voudrait qu’avec le temps on sacrifie davantage l’animal à la place de l’enfant, ne tient pas : dès les premiers stades des tophets, des restes d’animaux sont placés dans les urnes avec ceux des enfants. Ces éléments sont globalement acceptés, mais c’est le rôle des enfants du tophet qui est davantage problématique, tout comme celui des animaux (essentiellement de jeunes ovins et caprins). En l’état actuel des données, aucune réponse ne peut être assurée. Des questions sont en effet soulevées, comme la saisonnalité des dépôts et donc leur aspect systématique ou non, sur la connexion entre les urnes et les stèles et surtout leur contemporanéité, non assurée, sur l’équivalence possible du rôle des enfants et des animaux présents dans le tophet.

7Enfin le chapitre 5 présente les trois principaux modèles interprétatifs pour expliquer la présence des restes d’enfants et d’animaux au tophet, mais également les problèmes qu’ils ne résolvent pas. Le premier modèle, principalement défendu par Paolo Xella, consiste à envisager les enfants comme des offrandes faites au dieu lors d’une mise à mort rituelle, à un moment particulier de crise d’ordre personnel ou familial. La stèle commémore le sacrifice et est directement liée à l’urne déposée. Les différences entre les tophets s’expliqueraient par la réception et la réélaboration du rite par les populations locales puis par la conquête romaine. Le deuxième modèle fait du tophet un sanctuaire lié aux problèmes de fertilité et à ceux de la petite enfance. Les familles y porteraient les enfants morts de causes naturelles dans l’idée de les consacrer au dieu, afin que leur vœu (d’un autre enfant) soit exaucé. Si le problème est la fertilité alors les familles sacrifient un animal, agneau ou chevreau, qui est ensuite traité comme l’enfant. La stèle viendrait ensuite, une fois le vœu exaucé. Enfin, le troisième modèle, jugé le moins probable par l’auteur, se rapproche du deuxième mais en accordant un rôle différent aux enfants, celui d’intercesseur auprès du dieu. La crémation ouvrirait ainsi un canal de communication avec la divinité par lequel les individus adresseraient leur demande à la divinité (demandes non liées aux problèmes spécifiques de la fertilité ou de la petite enfance). D’Andrea souligne les éléments que chaque modèle n’explique pas, comme la présence de fœtus, dans le premier cas, la difficulté de faire ériger la stèle bien après le dépôt de l’urne – compte tenu de la densité d’occupation de l’aire du tophet – pour le deuxième, le niveau extrêmement théorique et peu pratique du dernier.

8La dernière partie du chapitre 5 vient en conclusion et montre avant tout à quel point le dossier est complexe. Pour l’auteur, ces différents modèles ont au moins permis de sortir des interprétations simplistes ou trop monolithiques d’un phénomène couvrant plusieurs siècles et plusieurs zones géographiques. Il revient sur les trois moments essentiels – crémation, dépôt de l’urne, érection de la stèle – typiques des pratiques du tophet en insistant sur le fait qu’ils pourraient très bien être étalés dans le temps, offrant davantage d’hypothèses interprétatives. L’auteur s’arrête également sur la dimension « identitaire » du tophet, mise en évidence dans quelques études récentes qui ont fait ressortir la connexion entre les rites qui s’y déroulent et la (re)définition d’une identité communautaire. Selon D’Andrea, les pratiques du tophet (avec leur modification et leurs réinterprétations) serait perçues comme une sorte de retour à la tradition ; la dimension privée et familiale sur laquelle les spécialistes insistent souvent ne doit donc pas masquer cette dimension collective. Par ailleurs, le tophet connaît un développement important à trois moments clés de l’histoire phénicienne et punique : l’expansion en Occident, l’affirmation de Carthage et la conquête romaine. Cette partie est également l’occasion de revenir sur le mot MLK, clé de notre compréhension des pratiques du tophet, d’en proposer une interprétation synthétique, en lien avec les questions soulevées juste auparavant : « i MLK(M), come ʻclasseʼ di individui particolari […] potrebbero costituire un mezzo attraverso il quale garantire quella continuità con la trdizione e quella legittimazione locale necessarie per (ri-)creare quel senso di comunità e di identità collettiva messo in crisi… » (p. 129). D’Andrea admet toutefois qu’il s’agit avant tout d’une hypothèse.

9Les dernières lignes sont consacrées aux perspectives, autrement dit à des propositions pour « sortir des limbes ». On y retrouve des éléments déjà avancés par Gras dans sa préface : le réexamen et la publication des données anciennes, l’acquisition de données inédites, une approche interdisciplinaire, une méthodologie adaptée à chaque type de source et qui redonnerait à chacune son juste poids dans l’interprétation. D’Andrea espère que l’ouvrage a tenu, au terme de l’enquête, l’objectif évoqué dès l’introduction, autrement dit qu’il pourra constituer une synthèse claire, complète et facilement utilisable, grâce à une innovation : repartir des données et de leur examen complet avant de présenter les modèles interprétatifs parfois bien généraux et théoriques.

10On ne peut que rassurer l’auteur ; son ouvrage tient effectivement ses promesses et se trouve être un bel outil de travail et de réflexion autour d’un problème historique épineux. D’Andrea reste prudent, et on aimerait parfois qu’il se prononce davantage, en tant que spécialiste, sur un thème ou l’autre. En effet, à l’heure de la publication de l’ouvrage de Josephine Quinn, In Search of Phoenicians (Princeton, 2018), dans lequel les théories proposées par l’auteure sont parfois éloignées des sources directes, notamment en ce qui concerne l’interprétation du tophet, l’enquête de D’Andrea mérite une large diffusion, et représente une base essentielle et complète, fruit d’un travail peut-être fastidieux, mais indispensable et sérieux.

11D’Andrea et Gras semblent par ailleurs voir leurs souhaits exaucés, puisque les nouvelles fouilles de Carthage, engagées en 2015 et 2017, présentées au IXe Congrès international des études phéniciennes et puniques (Mérida, octobre 2018) par une équipe tuniso-espagnole, semblent prometteuses. Elles apporteront sans doute quelques compléments de réponse à un dossier loin d’être épuisé.

Haut de page

Notes

1 Directeur de l’École française de Rome et coauteur de L’univers phénicien en 1989 avec Pierre Rouillard et Javier Teixidor.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Guillon, « D’Andrea, Bruno, Bambini nel « limbo ». Dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici »Pallas, 109 | 2019, 315-318.

Référence électronique

Élodie Guillon, « D’Andrea, Bruno, Bambini nel « limbo ». Dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici »Pallas [En ligne], 109 | 2019, mis en ligne le 19 février 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/pallas/17016

Haut de page

Auteur

Élodie Guillon

Université Toulouse-Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals