Navigation – Plan du site

AccueilNuméros110Bois et architecture dans la Prot...Restituer les parties hautes : la...Les charpentes dans l’architectur...

Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité (XVIe av. J.-C. - IIe s. apr. J.-C). Grèce, Italie, Europe occidentale. Approches méthodologiques et techniques
Restituer les parties hautes : la question de la triangulation et des charpentes

Les charpentes dans l’architecture monumentale en Grèce ancienne : réflexions historiographiques, techniques et méthodologiques

Roof structures in ancient Greece monumental architecture. Some remarks on historiography, technics and methodology
Stéphane Lamouille
p. 223-243

Résumés

Des charpentes antiques, il ne subsiste aucun vestige direct, et, bien souvent, l’état de conservation des blocs constitutifs des parties hautes des édifices est lacunaire. Dans ces conditions, comment est-il possible aujourd’hui d’analyser les charpentes des édifices monumentaux grecs ? L’objectif de cet article est de proposer des pistes de réflexion sur l’étude et la restitution des charpentes grecques, en se concentrant plus spécifiquement sur les apports de la prise en compte de l’environnement technique d’une part, et sur leur dimension structurelle d’autre part. Auparavant, un rapide état des lieux historiographique permettra de situer les origines du cadre interprétatif des charpentes antiques, toujours en vigueur, et d’en indiquer les limites.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir, dans ce volume, les contributions de Maia Pomadère et de Maud Devolder.

1La charpente est un objet d’étude privilégié pour caractériser l’emploi structurel du bois dans l’architecture antique. En Grèce ancienne, l’utilisation du bois à des fins architecturales et structurelles est attestée dès l’époque minoenne1, et perdure tout au long de l’Antiquité. De ce très vaste ensemble, il ne subsiste aucun élément direct et, bien souvent, l’état de conservation des blocs constitutifs des parties hautes des édifices est lacunaire.

  • 2 Les ouvrages de Théophraste (Recherches sur les plantes et Les causes des phénomènes végétaux, tous (...)

2Dans ces conditions, comment est-il possible aujourd’hui d’analyser les charpentes des édifices monumentaux grecs ? Leur étude architecturale repose principalement sur l’examen des parties conservées de l’architrave, de la frise, des corniches, des tympans, et enfin des couvertures en tuiles. Certains blocs situés à l’interface entre maçonnerie et charpente comportent des réservations taillées dans l’intention d’offrir un point d’appui aux poutres de charpente. L’archéologie des charpentes est une archéologie du disparu. Pour quelques édifices, nous disposons également de dossiers épigraphiques : les inscriptions dites architecturales. Leur contenu est très variable selon les sites et les bâtiments, le bois y occupe une place inégale, allant de quelques mentions d’essence pour le Parthénon, à un dossier fourni pour le temple d’Apollon à Delphes reconstruit durant le ive siècle av. J.-C. Cette documentation est extrêmement riche sur le plan de l’étude du vocabulaire technique, de l’économie de la construction ou encore de l’artisanat, mais ne permet que très rarement de restituer avec certitude une forme architecturale. Il existe également un certain nombre de représentations d’édifices monumentaux, ainsi que des descriptions littéraires de charpentes, mais ces deux types de documents s’avèrent délicats à exploiter dans une perspective technique, précisément en raison de l’absence de vestiges concrets permettant la comparaison. Enfin, les traités techniques – botanique2, poliorcétique et mécanique principalement – et d’architecture – Vitruve – peuvent également contribuer, selon des modalités spécifiques, à éclairer les charpentes antiques.

  • 3 La restitution est une pratique qui reste débattue, dont la définition même ne fait pas consensus ; (...)

3Face aux lacunes documentaires, le chercheur travaillant sur les parties hautes des édifices, et en particulier les charpentes, qui souhaite dépasser le seul constat de l’insuffisance des vestiges, se trouve confronté à la restitution, exercice difficile, voire périlleux dans certains cas. Les problématiques et les enjeux liés à la restitution des édifices antiques ont fait l’objet d’une réflexion méthodologique soutenue ces dernières décennies3. Or, l’essor des outils d’acquisition et de traitement des données dites numériques entraîne un profond renouvellement des méthodes de travail des archéologues et des architectes, offrant de nouvelles possibilités, mais également de nouvelles interrogations. Dans ce vaste mouvement de réflexion disciplinaire, la prise en compte de la dimension structurelle des édifices progresse, mais reste encore souvent au second plan. L’enjeu est de taille car l’ingénierie des structures peut contribuer à une meilleure connaissance des édifices et permettre de dégager plusieurs hypothèses structurellement plausibles.

4Afin de pallier le manque de vestiges archéologiques, d’autres pistes peuvent également être explorées. En effet, les techniques utilisées dans la réalisation des charpentes ne sont pas toutes spécifiques à cet artisanat. Ainsi, élargir le champ d’investigation à des activités connexes relevant de l’artisanat du bois doit permettre de définir les contours d’un environnement technique dans lequel s’inscrit la charpente.

5L’objectif de cet article est de proposer des pistes de réflexion sur l’étude et la restitution des charpentes grecques, en se concentrant plus spécifiquement sur les apports de la prise en compte de l’environnement technique d’une part, et sur leur dimension structurelle d’autre part. Auparavant, un rapide état des lieux historiographique permettra de situer les origines du cadre interprétatif des charpentes antiques, toujours en vigueur, et d’en indiquer les limites.

1. Quelques jalons dans l’historiographie des charpentes grecques antiques : la mise en place d’un cadre interprétatif figé

  • 4 Dans la thèse que je prépare actuellement sur les charpentes en Grèce ancienne, sous la direction d (...)

6Il n’est pas question de se livrer ici à une étude exhaustive de l’ensemble des travaux qui, dans des proportions diverses, abordent le sujet des charpentes antiques4. Le rappel de certains moments-clés ayant contribué à la mise en place d’une grille de lecture est cependant indispensable pour comprendre les ressorts de l’attribution d’un type de charpente aux édifices monumentaux.

1.1. La naissance d’un cadre interprétatif

  • 5 Pour une présentation de l’auteur et des enjeux du texte, on lira avec profit l’« Introduction géné (...)
  • 6 Les limites de cet article ne permettent pas d’aborder la « pétrification » développée par Vitruve (...)
  • 7 Rondelet, 1830, p. 183-184. L’Art de bâtir a été édité pour la première fois en 1812-1814 et a conn (...)
  • 8 Blondel, 1683, p. 59.

7Au début du xixe siècle, dans son Traité théorique et pratique de l’art de bâtir, J. Rondelet soumet le texte de Vitruve5 à un examen critique. Dubitatif quant à la recherche de certains motifs architecturaux dans la charpente des temples6, il précise : « Néanmoins on ne peut se refuser à reconnaître que certains ornemens d’architecture, ainsi que l’entend Vitruve, ne soient tirés des combinaisons de la charpente des combles ; par exemple, le triangle formé par les larmiers droits et inclinés, qui couronne le frontispice des temples grecs, est bien évidemment l’image d’une ferme de charpente ; mais c’est à peu près là la seule indication que l’art n’ait pas entièrement dénaturée7 ». Pour J. Rondelet, comme pour F. Blondel avant lui8, la charpente des temples grecs était constituée de fermes. Cette vision est celle d’architectes à la fois théoriciens et praticiens, dans des ouvrages à destination pratique.

  • 9 IG II², 1668.

8À la fin du xixe siècle, le type de charpente formant les combles des temples grecs est envisagé tout à fait différemment. En 1883, A. Choisy publie une traduction et un commentaire de l’inscription, découverte en 1882, contenant le cahier des charges – συγγραφή – de l’arsenal du Pirée9. Il s’agit, à ce jour, du document le plus complet que nous possédions pour l’étude des charpentes antiques, de sorte qu’il n’est pas exagéré de dire que l’histoire de la charpente antique en général, et grecque en particulier, dépend de l’interprétation de cette inscription. Voici ce qu’écrit A. Choisy à propos du passage décrivant la charpente :

  • 10 Choisy, 1883, p. 21.

« L’idée d’une ferme, c’est-à-dire d’une combinaison où le poids de la toiture se résout en effort de tension, cette idée fondamentale de la charpente moderne, est ici entièrement absente : le comble entier n’est qu’un empilage de bois qui s’appuient les uns sur les autres et dont les pesanteurs agissent verticalement, sans jamais se convertir en tensions : cela marque, à tout prendre, une phase assez primitive dans l’histoire de l’art de la charpente10 ».

  • 11 Choisy, 1899, t. 1, p. 186, p. 254, p. 280, et p. 434-442.
  • 12 Ibid., p. 486.
  • 13 Ibid., p. 530.

9Dans son Histoire de l’architecture, A. Choisy réitère à de nombreuses reprises son avis sur les charpentes de la Grèce archaïque et classique11. Il associe par ailleurs les colonnes intérieures aux charpentes, celles-là étant destinées à offrir un point d’appui intermédiaire aux poutres de la toiture et/ou du plafond, de manière à permettre l’utilisation du système à empilement sur des espaces à couvrir plus importants12. Il oppose de manière très tranchée charpente grecque et charpente romaine, et cette dernière, « comparée aux systèmes antérieurs, marque un progrès capital13 », qui consiste, selon lui, en l’invention de la ferme à tirant.

  • 14 Pour une analyse de l’importante bibliographie consacrée à la charpente de cet édifice, voir Lamoui (...)
  • 15 Perrot, Chipiez, 1898, p. 532.

10Selon cette approche, la ferme est inconnue avant l’époque hellénistique tardive et les bouleuteria d’Asie Mineure. Les premières analyses de la charpente décrite dans la συγγραφή de l’arsenal du Pirée ont contribué à la mise en place de l’opposition entre charpente grecque à empilement et charpente romaine à ferme, cadre interprétatif assez largement partagé en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne14. Tout en s’inscrivant dans la continuité de ce cadre interprétatif évolutionniste et positiviste, certains savants y apportent toutefois rapidement des nuances, afin notamment de ne pas écarter les édifices qui peinent à s’intégrer dans cette opposition binaire. C’est le cas par exemple de G. Perrot et C. Chipiez, pour lesquels les charpentes grecques sont « d’une extrême simplicité15 », mais qui, dans le même temps, introduisent l’idée d’une évolution moins linéaire et brutale :

  • 16 Ibid., p. 534.

« […] dans les temples ou l’ordre intérieur faisait défaut et où, comme dans certains édifices de la Sicile, la cella atteignait des largeurs de 10 à 12 mètres, le problème ne comportait plus la même solution. C’est en montant une ferme que le constructeur a dû le résoudre ; mais, selon toute vraisemblance, cette ferme était d’une disposition très simple. Un habile artisan, s’il choisit bien ses bois et s’il les assemble avec une certaine précaution, peut composer une charpente d’une grande portée, sans poinçon ni contre-fiches, avec deux arbalétriers et un entrait16 ».

1.2. Le xxe siècle : héritage et approfondissement(s)

  • 17 Hodge, 1960, p. 17-24. Ce temple rectangulaire en moellons dépourvu de colonnes, succédant à un pre (...)

11Il faut attendre l’ouvrage d’A. T. Hodge en 1960 pour disposer de la première étude spécifiquement consacrée aux charpentes grecques. L’examen détaillé de la charpente du « mégaron » II de Déméter Malophoros17 – édifice rectangulaire divisé en trois salles, situé au pied de la colline de la Gaggera à Sélinonte et daté vers 550 av. J.-C. – le conduit avec des arguments très convaincants à proposer de restituer une charpente composée de fermes sur la cella, dont la portée libre de 8,47 m ne rend pas, sur le plan statique, l’emploi obligatoire.

  • 18 Hodge, 1960, p. 3-16, et p. 25-44.
  • 19 Ibid., p. 42.
  • 20 Coulton, 1976, p. 163-164 ; Coulton, 1977, p. 157-158.
  • 21 Meiggs, 1982, p. 196, n. 20.
  • 22 Coulton, 1976, p. 162-164 ; Coulton, 1977, p. 157-158 ; Ulrich, 2007, p. 140-141.
  • 23 Klein, 1998, p. 361-368. N. L. Klein a par ailleurs repris et prolongé l’analyse d’un grand nombre (...)

12De manière assez surprenante, A. T. Hodge limite lui-même les conséquences de cette hypothèse novatrice, et continue de proposer des charpentes à empilement pour la majorité des temples et édifices monumentaux de l’architecture grecque18. Se pose alors la question des causes d’une invention sicilienne de la ferme. Pour A. T. Hodge, la maîtrise de la ferme par les Siciliens proviendrait du contact avec les Carthaginois19. Au contraire, pour J. J. Coulton, c’est l’accès à un meilleur matériau dans les forêts de Sicile, à une ressource plus qualitative, qui expliquerait la présence de la ferme en Sicile20. R. Meiggs, plutôt favorable à la thèse de J. J. Coulton, s’étonne toutefois, à juste titre, de ce que la ferme ne soit pas employée ailleurs, alors même qu’elle est manifestement connue21. Sans rentrer ici dans le détail d’un débat qui n’est toujours pas clos, on relèvera que les contradictions émergent dès lors qu’il s’agit d’expliquer pourquoi et comment la Grèce continentale n’aurait pas eu connaissance de la ferme22. Cette mise à l’écart s’explique d’autant plus mal que des transferts de techniques – visibles en particulier dans le style des corniches et des couvertures – sont attestés de Grande-Grèce et de Sicile vers la Grèce continentale, notamment par l’intermédiaire des trésors dans les sanctuaires panhelléniques de Delphes et Olympie23.

  • 24 Martin, 1951, p. 452-454 ; Martin, 1959, p. 42-44.
  • 25 Martin, 1962, regrette ainsi la place insuffisante accordée à l’étude des assemblages et se montre (...)
  • 26 Martin, 1967, qui s’intéresse en particulier aux κορυφαῖα et aux κερκίδες.
  • 27 Ibid., en particulier p. 320, et p. 324.
  • 28 Martin, 1977, p. 105.
  • 29 Ibid., p. 112, et p. 114.
  • 30 Ibid., p. 110, p. 111, p. 119-121.
  • 31 Ibid., p. 112-122.

13En France, les travaux que R. Martin a consacrés à la charpente méritent une attention particulière. Dès ses recherches sur les stoai, et en particulier sur la stoa nord-ouest de Thasos, il s’est trouvé confronté à la question des charpentes et à une possible utilisation de la ferme en Grèce du nord et en Macédoine avant l’édification des bouleuteria micrasiatiques24. Son compte-rendu de l’ouvrage de A. T. Hodge, atteste l’intérêt qu’il porte à ce sujet et aux détails constructifs qui permettent de ne pas se limiter à des analyses superficielles25. Par la suite, revenant sur l’inscription de l’arsenal du Pirée, il éclaircit le sens de certains termes techniques controversés26, et propose, au terme d’une brillante analyse, de voir dans cette charpente les prémices d’une ferme triangulée27. Sa contribution la plus importante sur ce sujet, malheureusement méconnue, se trouve dans l’Encyclopédie des métiers. Dès le début de cet article, il fait remonter à l’époque homérique les premières tentatives des charpentiers autour de la ferme triangulée28. La suite de son développement illustre le poids du cadre interprétatif traditionnel. En effet, alors que R. Martin soutient que la ferme est connue dès l’époque archaïque29, il affirme assez étonnamment à plusieurs reprises que la charpente à empilement, est le type de structure habituel des charpentiers grecs jusqu’à l’époque hellénistique30, malgré les limites d’un tel système pour franchir des portées libres importantes et contribuer à la stabilité d’ensemble des constructions31.

  • 32 Amandry, Hansen, 2010, p. 440-451.
  • 33 Adam, 20116, p. 222-230 ; Lippolis et al., 2007, p. 904-909.
  • 34 White, 1986², p. 73-83.
  • 35 Entre autres : Lehmann, 1969, p. 199-200 ; Michaud, 1977, p. 98-99, et p. 106-107 ; Pompeo, 1999, p (...)
  • 36 Hellmann, 2002, p. 289.

14Si les études d’ensemble sur les charpentes grecques sont rares, il est très fréquent qu’un chapitre leur soit consacré, aussi bien dans les monographies architecturales32 que dans les ouvrages de synthèse sur l’architecture33 ou les techniques de construction34 antiques. Le cadre interprétatif des charpentes antiques né à la fin du xixe siècle s’est rapidement et largement imposé, malgré des limites très tôt évoquées et régulièrement soulignées à l’occasion de monographies architecturales35. La théorie ne résiste pas à l’étude de cas. Force est de constater que la double interrogation formulée par M.-Chr. Hellmann au terme d’une synthèse tout en nuances sur les charpentes grecques est toujours d’actualité : « quand et dans quelle proportion la charpente à ferme […] s’est-elle réellement répandue dans le monde grec, au détriment du système à empilement, la question reste posée36 ». Plus encore que la réponse à cette question, il importe d’engager une réflexion permettant de dépasser les limites d’une opposition binaire entre deux types de charpente.

2. Les limites du cadre interprétatif actuel

2.1. Quelle charpente pour l’arsenal du Pirée ?

  • 37 À ce sujet, les recherches de M.-Ch. Hellmann sont essentielles : pour des considérations générales (...)
  • 38 Le texte grec est repris d’après l’édition de Hellmann, 1999, p. 46-48, à laquelle on se reportera (...)

15La place centrale occupée par le cahier des charges de l’arsenal du Pirée dans l’établissement du cadre interprétatif esquissé ci-dessus justifie de réexaminer cette inscription dans une perspective technique, indissociable d’une réflexion sur la terminologie architecturale en grec ancien37. Les lignes 45 à 55 décrivent précisément les pièces composant la charpente de cet édifice38 :

45

                                     καὶ ἐπιθήσει

46

ἐπιστύλια ξύλινα ἐπὶ τοὺς κίονας κολλήσας, πλάτος πέντε ἡμιποδί-

47

ων, ὕψος ἐννέα παλαστῶν ἐκ τοῦ ὑψηλοτέρου, ἀριθμὸς δεκαοκτὼ ἐφ’ ἑκά-

48

τερον τὸν τόνον. Καὶ μεσόμνας ἐπιθήσει ἐπὶ τοὺς κίονας ὑπὲρ τῆς δι-

49

όδου, πλάτος καὶ ὕψος ἴσα τοῖς ἐπιστυλίοις· καὶ ἐπιθήσει κορυφαῖα

50

πλάτος ἑπτὰ παλαστῶν, ὕψος δὲ πέντε παλαστῶν καὶ δυοῖν δακτύλοιν

51

ἄνευ τῆς καταφορᾶς, ὑποθεὶς ὑπόθημα ἐπὶ τῆς μεσόμνης μῆκος τριῶν

52

ποδῶν, πλάτος τριῶν ἡμιποδίων, καὶ διαρμόσει τὰ κορυφαῖα κερκίσι-

53

ν ἐπὶ τῶν μεσομνῶν. Καὶ ἐπιθήσει σφηκίσκους πάχος δέκα δακτύλων, π-

54

λάτος τριῶν παλαστῶν καὶ τριῶν δακτύλων, διαλείποντας ἀπ’ ἀλλήλω-

55

ν πέντε παλαστάς.

« On posera ensuite sur les piliers des architraves en bois et on les y assemblera solidement, largeur 5 demi-pieds, hauteur 9 paumes au maximum, au nombre de dix-huit dans chaque rangée. Et on posera des entraits sur les piliers au-dessus du passage, de largeur et de hauteur égales aux architraves. Et on posera par-dessus [les entraits] des arbalétriers, largeur 7 paumes, hauteur 5 paumes et 2 dactyles sans la pente, et après avoir placé sous [les arbalétriers] un potelet sur l’entrait, longueur 3 pieds, largeur de 3 demi-pieds, on assemblera parfaitement les arbalétriers avec des diagonales sur les entraits. Et on posera sur [les arbalétriers] des pannes, épaisseur 10 dactyles, largeur 3 paumes et 3 dactyles, en les espaçant les unes des autres de 5 paumes. »

  • 39 L’analyse approfondie des principaux termes techniques de l’inscription déborde du cadre de cet art (...)
  • 40 Fabricius, 1882, p. 580 ; Dörpfeld, 1883, p. 161 ; Choisy, 1883, p. 9 et 21 ; Durm, 19103, p. 191-1 (...)
  • 41 Foucart, 1882, p. 549 ; Ludlow, 1882, p. 325 ; Marstrand, 1922, p. 88-89 ; Lawrence, 19834, p. 341- (...)

16Les κορυφαῖα sont sans conteste l’un des éléments clés de cette description39. Ce terme a été compris de deux manières totalement différentes, de sorte que les structures qui en découlent présentent des divergences notables. Pour les uns, il s’agit des poutres faîtières40 – angl. ridge-beam, all. Firstpfette –, alors que pour les autres il s’agit d’arbalétriers41 – angl. principal ou chief rafter, all. Haupt-/Bund-/Bindersparren.

  • 42 Voir Hellmann, 1992, p. 260-261, avec bibliographie antérieure.
  • 43 Voir Hellmann, 1992, p. 230-231, avec bibliographie antérieure.

17K. Jeppesen puis R. Martin ont tous deux démontré de manière très convaincante, avec des arguments partiellement différents, que κορυφαῖα ne pouvait pas désigner le faîtage, pièce habituellement signalée par le terme μέλαθρον42 (τὸ). L’analyse du terme fait effectivement ressortir avec netteté l’idée d’une pièce inclinée aboutissant dans la partie sommitale du toit et non une poutre longitudinale placée le long d’une arête43.

  • 44 La différence de hauteur dont il est question est minime dans le cas de faibles pentes, comme c’est (...)
  • 45 Ce que Marstrand, 1922, p. 88, relevait à juste titre. Contra Fabricius, 1882, p. 580, et Dörpfeld, (...)

18Une lecture technique de l’inscription permet également d’écarter toute ambiguïté sur la fonction de ces pièces. Dans l’hypothèse où κορυφαῖα désignerait les pannes faîtières, les σφηκίσκους (l. 53) qui viennent prendre appui dessus, doivent alors être considérés comme des chevrons. Puisque l’inscription ne mentionne aucune panne intermédiaire, les seuls appuis disponibles pour les chevrons, en dehors du bas de pente et du faîtage, seraient donc les ἐπιστύλια ξύλινα (l. 46). Il en résulte une distance entre appuis très importante, d’environ 4 m, qui ne correspond pas aux entraxes connus des pannes dans l’architecture grecque. On notera également que, dans cette configuration, les ἐπιστύλια ξύλινα (l. 46) occuperaient clairement la fonction de pannes : or l’inscription ne les décrit nullement comme telles, ce qui, dans un passage consacré à la charpente constituerait la mention attendue, logique et nécessaire. Après l’indication de la hauteur des κορυφαῖα, le texte précise que cette dernière est considérée ἄνευ τῆς καταφορᾶς (l. 51), « sans la pente ». Ce détail revêt une grande importance et traduit une habitude certaine des pièces inclinées, omniprésentes dans les activités de charpente44. En règle générale, les dimensions d’une pièce de bois équarrie sont indiquées perpendiculairement aux faces de la pièce ; lorsque celle-ci se retrouve dans une position inclinée, la retombée de la poutre, considérée par rapport au plan vertical, est supérieure à sa section réelle. Le cahier des charges, afin de lever toute ambiguïté à ce niveau, précise que la section définie correspond bien à la section réelle des κορυφαῖα, précision dénuée de sens dans le cas d’une panne et ce même avec une arête délardée45.

  • 46 Martin, 1967, p. 315, traduit κερκίδες par « des contre-fiches (ou des jambes de force) ». Le terme (...)
  • 47 Martin, 1967, p. 318-320, démontre que la philologie interdit de voir dans les κερκίδες des « broch (...)
  • 48 Pour une analyse détaillée de l’inscription dans son ensemble, voir Lamouille, en préparation. Dans (...)

19Mais l’élément clé se situe certainement dans la description de l’assemblage entre les κορυφαῖα et les μεσόμναι, « entraits », au moyen des κερκίδες, « diagonales46 » (l. 52-53). Dans l’hypothèse κορυφαῖα = « pannes faîtières », l’ὑπόθημα, « potelet » (l. 51), assure la liaison entre les pièces, et on ne comprend que difficilement le sens de l’assemblage décrit47 (l. 52-53). À l’inverse, si on considère les κορυφαῖα comme des arbalétriers, l’indication d’un assemblage avec les entraits devient particulièrement pertinente et confère à l’ensemble κορυφαῖα-μεσόμνη-κερκίδες-ὑπόθημα une dimension de structure triangulée. Il subsiste certes des interrogations sur le détail de la structure et des assemblages entre pièces mais la forme générale de la charpente peut être restituée avec assurance48 (Pl. XIV). Il s’agit d’une charpente atypique, éloignée du modèle de la charpente à empilement, qui traduit une recherche architecturale et structurelle en direction des structures triangulées, sans pour autant correspondre au modèle de la ferme dite latine (fig. 1).

Pl. XIV. Charpente de l’arsenal du Pirée, avec deux propositions pour les κερκίδες, d’après Lamouille, en préparation.

Pl. XIV. Charpente de l’arsenal du Pirée, avec deux propositions pour les κερκίδες, d’après Lamouille, en préparation.

Fig. 1. Charpente de l’arsenal du Pirée, d’après Choisy, 1883, pl. II, fig. 1.

Fig. 1. Charpente de l’arsenal du Pirée, d’après Choisy, 1883, pl. II, fig. 1.

2.2. Éléments de définition : empilement, triangulation, ferme. Pour une remise en cause de la vision évolutionniste de l’histoire des techniques

20Travailler sur les charpentes implique de manier un vocabulaire spécifique et suppose de maîtriser certaines notions de statique et de mécanique des structures. La prise en compte de ces notions pour définir les deux grands types de structure habituellement attribués aux charpentes antiques permet de saisir, sur un autre plan, les limites d’une opposition trop binaire.

21Une charpente à empilement – angl. prop-and-lintel ou post-and-lintel – est composée de pièces superposées qui travaillent principalement à la compression pour les poteaux et à la flexion pour les porteuses horizontales (fig. 1).

  • 49 Dans ces sociétés, les charpentes sont au cœur des recherches architecturales, au point de devenir (...)

22Aucune pièce oblique n’est employée dans la constitution de la charpente principale. L’usage du terme « empilement » renvoie en règle générale dans les travaux sur l’architecture antique à des structures extrêmement simples, dans lesquelles les assemblages entre pièces sont réduits au strict minimum. Or, en regardant les exemples connus de charpentes à empilement – ou à flexion –, développées en Inde, au Cambodge, en Chine, ou encore au Japon (fig. 2), on constate qu’elles comportent des assemblages entre pièces particulièrement complexes, qui nécessitent un savoir-faire extrêmement élaboré49.

Fig. 2. Charpentes japonaises de temples bouddhiques, à partir du viie (a) et viiie (b) siècle apr. J.-C., d’après Hirose, 1977, p. 346, fig. 13.

Fig. 2. Charpentes japonaises de temples bouddhiques, à partir du viie (a) et viiie (b) siècle apr. J.-C., d’après Hirose, 1977, p. 346, fig. 13.

23Une charpente à ferme – angl. tie-beam truss – désigne une structure composée d’au moins trois pièces formant un triangle et assemblées entre elles. Ce type de charpente est généralement considéré, on l’a vu, comme présentant un degré de complexité supérieur, qui, par voie de conséquence, marquerait un stade plus avancé dans les techniques de charpente.

  • 50 Ainsi une structure triangulée n’affiche pas nécessairement une forme globale triangulaire, mais el (...)

24À ce stade, il convient de préciser ce qu’est une ferme d’un point de vue statique. En premier lieu, une ferme est un type particulier de structure triangulée plane, dont il existe une multitude de formes50 (fig. 3).

Fig. 3. Exemples de structures triangulées, d’après Natterer et al., 20042, p. 312, fig. 6.13.

Fig. 3. Exemples de structures triangulées, d’après Natterer et al., 20042, p. 312, fig. 6.13.
  • 51 Natterer et al., 20042, p. 331.
  • 52 Appui : Liaison d’une structure avec la fondation. Appui à rouleau : appui réalisant un seul blocag (...)
  • 53 Dans cette configuration, c’est le sol qui est chargé de reprendre la composante horizontale de l’e (...)
  • 54 Rappelons que « trois barres formant un triangle constitue une structure stable » (Frey, 2010², p.  (...)

25Plus précisément ensuite, la ferme « englobe tous les systèmes à trois articulations, constitués de deux éléments structuraux obliques (arbalétriers) assemblés entre eux par une articulation, donnant ainsi un ensemble isostatique51 ». Dans l’historiographie, le type de la ferme dite « latine » (fig. 4D) s’est imposé au point de réduire la ferme à ce seul modèle, alors-même que le poinçon et les contrefiches ne sont pas des pièces indispensables à la constitution d’une ferme (fig. 4B et C). Statiquement, deux pièces obliques articulées en tête et disposant d’appuis de type rotule52 – c’est-à-dire interdisant toute translation – suffisent à constituer une ferme, sans qu’un tirant, ou un entrait soit nécessaire53 (fig. 4A). Il est toutefois certain que le tirant présente un intérêt majeur dans les constructions puisqu’il annule la réaction horizontale sous l’effet des charges verticales. Dans sa configuration minimale, la ferme est un simple triangle – deux arbalétriers assemblés sur un entrait travaillant en traction –, qui, en plus d’être très peu déformable dans son propre plan54, présente l’intérêt de constituer un système porteur à part entière et de favoriser l’écoulement des eaux de pluie. Afin de se départir des idées reçues autour de la ferme, il paraît préférable pour la suite de cet article, de parler de structures triangulées.

Fig. 4. Exemples de fermes à trois articulations, d’après Lamouille, en préparation.

Fig. 4. Exemples de fermes à trois articulations, d’après Lamouille, en préparation.
  • 55 La seconde configuration permet de disposer la charpente au-dessus d’une structure porteuse sans ex (...)
  • 56 Pour une réflexion plus approfondie sur la triangulation, et notamment son rôle dans la stabilisati (...)

26Contrairement à une idée répandue, la présence de pièces obliques dans une charpente n’est pas le signe attestant une complexité structurelle particulière. D’un point de vue pratique, quelles sont les idées sous-jacentes qui peuvent avoir motivé les premières expérimentations autour de la ferme ? Pour constituer une ferme il faut en réalité avoir compris que les poteaux individuels sous chaque panne pouvaient être remplacés par un support incliné et/ou que pour s’opposer à la chute de deux pièces inclinées en contact dans leur partie haute il fallait soit les planter en pied dans le sol – principe de la hutte –, soit disposer un cordage ou une pièce de bois entre le pied des deux pièces, dispositifs qui permettent d’atteindre l’état d’équilibre55. Considérées ainsi, les structures triangulées56 ne sont pas intrinsèquement complexes. Il est donc tout à fait possible de concevoir et mettre en œuvre des structures triangulées extrêmement simples, imparfaites même – en termes de positionnement des pièces de bois ou de réalisation des assemblages –, sans connaissances théoriques approfondies quant au comportement de ces structures ou au matériau qui les compose. Les prérequis sont l’accès à la matière première d’une part, bien attesté dans l’architecture monumentale par les comptes de construction, et le savoir-faire technique permettant de débiter des poutres et de les assembler, aspect qui sera approfondi ci-dessous. Plus tard, à partir du xviie siècle, le progrès dans les connaissances théoriques en statique et en résistance des matériaux permettra d’optimiser les structures et d’en prédire le comportement, démarche bien différente de la problématique qui nous concerne ici.

  • 57 Amouretti, 1996.
  • 58 Devant l’abondance des publications, on renverra à deux importants ouvrages de synthèse : Meeks, Ga (...)

27En réalité, l’opposition binaire entre charpente grecque à empilement d’un côté et charpente romaine à ferme est née de la rencontre entre une vision évolutionniste de l’histoire des techniques et le paradigme du blocage des techniques grecques qui fut longtemps indépassable57. Or, depuis les années 1980, l’étude des techniques antiques connaît un vaste mouvement de réexamen et le déblocage touche progressivement de nombreux domaines : les attelages, la navigation, les moulins, les engins de guerre, le travail des métaux etc., révèlent tous un niveau de développement et de perfectionnement insoupçonné il y a quelques décennies encore58.

28Par ailleurs, les possibilités de dépasser les lacunes documentaires existent. Ainsi, en débordant du cadre de l’histoire de l’architecture antique et en prenant en compte l’environnement technique dans lequel s’insèrent les charpentes grecques, on dispose de données beaucoup plus nombreuses pour connaître le savoir-faire des charpentiers grecs.

2.3. L’environnement technique : une donnée essentielle pour documenter le savoir-faire du charpentier et penser les charpentes grecques

  • 59 Deux ouvrages récents mêlent admirablement ces deux plans : Lancaster, 2005 et Korres, 2015.

29Mener à bien une analyse structurelle des édifices antiques sans négliger leur ancrage historique, et vice-versa, est possible à condition de ne pas avoir une vision restrictive de ce qu’est une structure59, qui, tout à la fois :

  • remplit un rôle mécanique ;

  • permet l’expression d’une forme architecturale ;

  • résulte d’un savoir-faire qui intervient à l’intérieur d’une chaîne opératoire ;

  • et est un objet historique, qui s’inscrit dans un contexte socio-économique et dans un environnement technique définis.

30Une structure est donc un objet matériel qui résulte de choix opérés entre des critères en interaction plus ou moins complexes qu’il convient, autant que possible, de considérer en parallèle.

  • 60 La notion d’environnement technique fait écho à celle de système technique développé par Gille, 197 (...)
  • 61 Voir, supra, la citation de Choisy.

31Envisageons plus spécifiquement cette notion d’environnement technique au travers d’un cas concret60. D’après A. Choisy, les charpentiers grecs de l’arsenal du Pirée n’auraient pas été en mesure de maîtriser les efforts de traction61, ceux-là même qui transitent dans l’entrait d’une structure triangulée. Trois domaines d’activité appartenant à l’environnement technique du travail du bois permettent, à partir de réalisations conservées ou bien documentées, d’accéder au savoir-faire des artisans grecs sans idées préconçues sur leurs capacités.

  • 62 La bibliographie de la construction navale antique est, là encore, trop importante pour être dévelo (...)
  • 63 Pour une première approche de la diversité des assemblages utilisés dans les bateaux antiques, voir (...)
  • 64 Voir Pomey, 1995, p. 475-480, avec bibliographie antérieure. Ces deux assemblages sont attestés arc (...)

32Premier domaine : la construction navale. Connue grâce à de nombreuses découvertes archéologiques, les pièces de bois – parfois intactes – témoignent d’un très grand savoir-faire et d’un soin particulier porté à l’assemblage des pièces62 (fig. 5). La coque d’un bateau est soumise à tous les efforts imaginables et bien entendu, à de la traction. Cela ne posait pas de problème technique insoluble aux charpentiers navals qui utilisaient une large gamme d’assemblages63. L’épave 7 de la place Jules Verne, construite à Marseille vers 550, semble marquer, d’après l’état actuel de nos connaissances, l’introduction dans des bateaux de conception grecque des assemblages à « tenons » – au sens strict il s’agit de languettes – chevillés dans des mortaises et à trait de Jupiter64.

Fig. 5. Assemblage du bordé de l’épave 7 de la place Jules Verne

Fig. 5. Assemblage du bordé de l’épave 7 de la place Jules Verne

a = extrémité du bordé, d’après Pomey, 1995, p. 477, fig. 10 ; b = schéma théorique ; c = schéma du réseau d’assemblage de l’épave 7, d’après Pomey, Rieth 2005, p. 117

(dessins de M. Rival).

  • 65 L’évolution traditionnellement admise conduisant de la roue pleine à la roue à rais, en passant par (...)
  • 66 L’étude de Spruytte, 1996, a permis des avancées significatives. La grande synthèse de Piggott, 198 (...)

33Deuxième domaine : la charrerie, et en particulier la construction des roues. Contrairement à ce que leurs dimensions peuvent laisser penser, les roues sont de véritables structures, soumises à des efforts parfois importants. Les sociétés anciennes ont expérimenté plusieurs types de roues, parmi lesquels les structures triangulées occupent une place importante65. Certains rais travaillent en traction et les assemblages utilisés sont en mesure de reprendre cet effort. Du point de vue des techniques constructives, la fabrication d’une roue en bois nécessite une grande précision dans la taille et l’assemblage des jantes, des rais, et du moyeu. Les roues grecques de l’âge du fer sont essentiellement connues par l’iconographie (pl. XV). Elles n’ont pas fait l’objet d’une étude systématique, ce qui est d’autant plus regrettable que l’archéologie expérimentale et une approche comparative à l’échelle du bassin méditerranéen ont permis des progrès considérables dans ce domaine66.

Pl. XV. Roue de char grec, amphore attique à figures noires, vers 510 av. J.-C. (sur la face A, Achille et Ajax jouent aux dés) ; Berlin, Altes Museum, inv. 1962.28 (Para. 107.3 ; Add². 102 ; LIMC, Achilleus, 402),attribuée au peintre de Chiusi.

Pl. XV. Roue de char grec, amphore attique à figures noires, vers 510 av. J.-C. (sur la face A, Achille et Ajax jouent aux dés) ; Berlin, Altes Museum, inv. 1962.28 (Para. 107.3 ; Add². 102 ; LIMC, Achilleus, 402),attribuée au peintre de Chiusi.
  • 67 Le Pseudo-Aristote, dans ses Problèmes mécaniques, 17 (= 853 b 10), datés du début du iiie siècle a (...)
  • 68 Raepsaet, 1993, p. 246-247.

34Troisième domaine : les engins de levage. La forme et la fonction des structures triangulées ne sont pas inconnues puisqu’on les retrouve à la base d’un engin essentiel : la chèvre (fig. 6), qui sert au levage et à la mise en place de tous les éléments constitutifs des édifices. Certaines des traverses travaillent en traction, tout comme les cordages qui permettent le maintien de l’engin dans sa position d’équilibre. Si le principe constitutif de la chèvre est simple, il suppose toutefois la compréhension – même intuitive – de principes mécaniques élémentaires et la capacité de les appliquer à des opérations particulièrement hardies, comme par exemple le levage de blocs d’architrave dépassant les 40 t à plus de 16 m de hauteur au temple G à Sélinonte. Les premiers documents techniques décrivant des engins de levage datent de l’époque hellénistique67, mais les traces destinées au levage sur de nombreux blocs ne laissent aucun doute sur leur utilisation dès le vie siècle av. J.-C68.

Fig. 6. Restitution d’une chèvre au Parthénon, d’après Korres, 1995, p. 57.

Fig. 6. Restitution d’une chèvre au Parthénon, d’après Korres, 1995, p. 57.

35Ces quelques exemples suffisent à illustrer les compétences des artisans grecs dans l’assemblage des pièces de bois à des fins structurelles et leur aptitude à reprendre des efforts de traction. Le recours à des activités connexes aux travaux de charpente, pour lesquels nous disposons de vestiges ou de traités techniques plus complets et précis – de poliorcétique notamment –, permet donc de dépasser les schémas basés sur une vision purement évolutionniste de l’histoire des techniques et des sociétés humaines.

  • 69 Est-il besoin de rappeler que « si l’évolution est un fait, l’évolutionnisme est une interprétation (...)

36L’environnement technique dans lequel les charpentiers grecs des époques archaïque et classique sont immergés, tel que la documentation nous permet de l’apprécier à ce jour, est celui d’une grande maîtrise d’un large éventail de types d’assemblages. L’évolution des techniques de charpente, qu’il n’est pas question de nier69, a dû concerner la nature et la qualité des assemblages, bien plus que la forme des structures, et elle doit être envisagée sur un temps beaucoup plus long. C’est ce que laissait entendre André Leroi-Gourhan dans une publication malheureusement peu diffusée, qui invite à élargir le cadre de la réflexion :

  • 70 Leroi-Gourhan, 1977, p. 87.

« Différentes solutions ont dû être adoptées au cours de la préhistoire, et semblent avoir abouti à la constitution d’une ferme, cadre triangulaire vertical dont les perfectionnements successifs ont donné son caractère à la charpenterie des temps historiques70 ».

  • 71 Adam, 20116, p. 223.

37Les Romains n’auraient pas été en mesure de franchir des portées libres dépassant parfois les 20 m dans un environnement technique où les structures triangulées venaient d’être « découvertes ». La ferme n’est certainement pas une « invention de génie71 » comme on le lit parfois, apparue à un moment précis et directement opérationnelle. Elle est bien plus vraisemblablement le résultat d’une maturation, de perfectionnements progressifs, qui sont le fruit d’une longue histoire entre l’homme, le bois et l’acte de construire. Il faut considérer le travail des charpentiers à l’intérieur d’un ensemble beaucoup plus vaste de techniques de travail du bois dont font partie : la construction navale, les engins de levage, le transport terrestre, les échafaudages, les engins de guerre, les gradins en bois des premiers théâtres etc., autant de réalisations qui permettent de situer qualitativement le niveau de maîtrise technique des artisans grecs du bois.

3. Vers de nouvelles interprétations

38La prise en compte de l’environnement technique permet d’affirmer que dès le vie siècle av. J.-C., les charpentiers grecs possédaient, en parallèle des ressources en matériau, les compétences en matière d’assemblage nécessaires à la réalisation de structures triangulées. Le cadre interprétatif traditionnel des charpentes antiques, opposant charpente grecque à empilement et charpente romaine à ferme, ne peut plus aujourd’hui être accepté sans discussion et doit être soumis à un réexamen critique complet, au cas par cas. Ce constat conduit à ne pas exclure par principe la possibilité que des structures triangulées aient existé à haute époque. Pour autant, il ne suffit pas à attester leur existence. Il convient donc, une fois ces bases établies, d’en tirer les conséquences méthodologiques en termes d’étude architecturale.

  • 72 Voir dans ce volume les réflexions sur la restitution et la modélisation 3D d’Alexandra Dardenay.

39Puisque, le plus souvent, il ne nous est pas possible de restituer avec certitude les charpentes antiques faute de vestiges, il faut alors envisager et analyser les différentes possibilités de réaliser une structure pour un même édifice. Le travail de restitution, loin d’être basé sur des conjectures et de produire des images d’accompagnement, consiste au contraire à étudier différentes hypothèses et à les confronter à l’ensemble des connaissances acquises au sujet de l’édifice72. Les outils actuels de modélisation informatique en 3D constituent un complément particulièrement fécond aux méthodes traditionnelles d’analyse des édifices antiques. Par ailleurs, et c’est un aspect peut-être trop négligé, en architecture il faut dessiner pour réfléchir, tout comme en ingénierie des structures, il faut calculer pour réfléchir. À ce titre, la restitution est une étape majeure de la démarche scientifique.

40Le calcul de structure permet d’évaluer le comportement mécanique des charpentes, non pas au regard des normes actuelles, ce qui n’aurait pas grand sens, mais intrinsèquement. Il est alors possible d’analyser le comportement d’une structure et de comparer entre elles plusieurs solutions. Pour modéliser une structure, hormis le choix du matériau, les seules données indispensables sont, d’un côté, les hypothèses géométriques – portée, entraxe, forme générale –, et d’un autre côté les hypothèses de chargement. Pour un grand nombre de bâtiments antiques, ces éléments sont connus et rendent donc possible, en parallèle du dessin qui en fixe le gabarit, la modélisation d’une ou plusieurs structures en adéquation avec le plus de paramètres possibles. L’ancrage historique de la structure doit quant à lui permettre de privilégier certaines solutions sans toutefois oublier que le choix final, comme c’est le cas aujourd’hui encore, dépend le plus souvent de critères économiques, esthétiques ou culturels avant même les critères techniques.

41Aucun élément irréfutable ne permet d’affirmer que les Grecs ne connaissaient pas les structures triangulées avant la période hellénistique. Tout, au contraire, converge dans le sens d’une utilisation de ce système porteur dès le vie siècle av. J.-C. – au moins –, système dont la maîtrise va crescendo, puisqu’au début du iie av. J.-C. il permet de franchir des portées dépassant les 15 m. L’opposition entre entrait travaillant à la flexion et entrait travaillant à la traction doit également être dépassée car elle oppose de manière beaucoup trop grossière des systèmes qui peuvent tout à fait – mais non obligatoirement – être concomitants. Nous savons aujourd’hui réaliser des poutres triangulées de plusieurs dizaines de mètres de portée, et, pour autant, la majorité des charpentes de villas sont constituées de poutres sur pignons et refends. L’un n’empêche pas l’autre ; l’un n’exclut pas l’autre. La charpente du « mégaron » II de Déméter à Sélinonte permet de battre en brèche l’idée selon laquelle les structures triangulées ne sont nécessaires qu’en présence de portées libres importantes, ce qui doit d’ailleurs également conduire, dans certains cas, à reconsidérer le rôle des colonnades intérieures.

  • 73 Bo-an, Dai-heng 1977, p. 269-270 ; Hirose, 1977, p. 346.

42Resituer la ferme dans l’ensemble auquel elle appartient, les structures triangulées, invite par ailleurs à dépasser la question du lieu et de la date de l’apparition de la ferme, comme s’il s’agissait d’une invention à part entière. Nos connaissances actuelles permettent de considérer que la ferme a tout à fait pu apparaître dans plusieurs foyers, dans les colonies grecques occidentales ou en Asie Mineure, sans qu’il soit pour le moment possible de préciser plus avant cet aspect. Il est également essentiel de se départir d’une vision évolutionniste de l’histoire des techniques fondée sur des états supposés de développement technique eux-mêmes insuffisamment établis, sinon tout simplement faux. Ainsi, par exemple, en Chine puis au Japon, les constructions de l’architecture religieuse bouddhique ont mis en œuvre dans un premier temps des charpentes triangulées, et ensuite seulement des charpentes à empilement73, en raison notamment de critères esthétiques puisque ces dernières permettent plus facilement la réalisation de toitures courbes.

43Enfin, au-delà d’une approche théorique de la question, il convient désormais de soumettre à un réexamen minutieux, au cas par cas, une grande partie des édifices monumentaux grecs. Cette démarche ne doit pas conduire à considérer que toutes les charpentes grecques étaient constituées de structures triangulées. Il s’agit, bien au contraire, de procéder à une analyse structurelle dépourvue de tout schéma préétabli et de n’écarter aucune possibilité.

  • 74 Raepsaet, 1988, p. 88, le rappelait très justement à propos des charrois.

44L’emploi d’une technique résulte toujours d’une adéquation entre les besoins et les moyens, ceux-ci évoluant en fonction de ceux-là, et non l’inverse74. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en fut autrement en Grèce ancienne pour les charpentes.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.-P., 20116, La construction romaine : matériaux et techniques, Paris (1re éd. 1984).

Amandry, P. et Hansen, E., 2010, Le Temple d’Apollon du ive Siècle, 3 Vol., Athènes-Paris.

Amouretti, M.-Cl., 1996, Blocage des techniques ou blocage des historiens sur ces techniques ?, Études corses, 46-47, p. 235-251.

Audouze, F. et Buchsenschutz, O., 1989, Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique : du début du IIe millénaire à la fin du ier siècle avant J.-C., Paris.

Balut, P.-Y, 1982, Restauration, restitution, reconstitution, Ramage, 1, p. 95-109.

Blondel, F., 1683, Cours d’architecture : seconde et troisième parties, Paris, 1683.

Bo-an, X. et Dai-heng, G., 1977, La construction en bois dans l’ancienne Chine, dans Société des Compagnons charpentiers des Devoirs du tour de France (éd.), La charpente et la construction en bois. T. 1, L’humanisme du charpentier, Paris, p. 265-325.

Bon, F., 2009, Préhistoire : la fabrique de l’homme, Paris.

Brun, J.-P. et Jockey, Ph. (éd.), Techniques et sociétés en Méditerranée, Paris.

Bundgaard, J. A., 1957, Mnesicles a Greek architect at work, København.

Casson, L., 1995², Ships and Seamanship in the Ancient World, Baltimore-Londres (1re éd. 1971).

Choisy, A., 1883, Études sur l’architecture grecque : 1re étude, L’arsenal du Pirée d’après le devis original des travaux, Paris.

Choisy, A., 1899, Histoire de l’architecture, 2 vol., Paris.

Coulton, J. J., 1976, The Architectural Development of the Greek Stoa, Oxford.

Coulton, J. J., 1977, Greek Architects at Work : Problemes of Structure and Design, London-New York.

Dörpfeld, W., 1883, Die Skeuothek des Philon, MDAI(A), 8, p. 147-165.

Durm, J., 19103, Handbuch der Arhitektur. Zweiter Teil. 1. Band. Die Baukunst der Griechen, Leipzig (1re éd. 1881).

Dinsmoor, W. B., 19753, The Architecture of Ancient Greece : an Account of its Historic Development, Londres-Sydney (1re éd. 1902).

Fabricius, E., 1882, Die Skeuothek des Philon, das Zeughaus der Attischen Marine in zea, Hermes, 17 (4), p. 551-594.

Foucart, P.-, 1882, L’arsenal de Philon, BCH, 6, p. 540-555.

Fleury, Ph., 1993, La mécanique de Vitruve, Caen.

Frey, Fr. 2010², Analyse des structures et milieux continus : statique appliquée, Lausanne (1re éd. 1990).

Ginouvès, R., 1992, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome ii. Éléments constructifs : supports, couvertures, aménagements intérieurs, Rome-Paris.

Gille, B., 1978, Prolégomènes à une histoire des techniques, dans B. Gille (dir), Histoire des techniques : techniques et civilisations, techniques et sciences, Paris, p. 3-118.

Gille, B., 1979, La notion de système technique, Techniques et culture, 1, p. 8-18.

Hellmann, M.-Ch., 1992, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions de Délos, Paris.

Hellmann, M.-Ch., 1999, Choix d’inscriptions architecturales grecques traduites et commentées, Lyon.

Hellmann, M.-Ch., 2002, L’architecture grecque. Tome i. Les principes de la construction, Paris.

Hirose, K., 1977, Le bois dans l’architecture du Japon, dans Société des Compagnons charpentiers des Devoirs du tour de France (éd.), La charpente et la construction en bois. T. 1, L’humanisme du charpentier, Paris, p. 327-374.

Hodge, A. T., 1960, The Woodworks of Greek Roofs, Cambridge, 1960.

Jeppesen, K., 1958, Paradeigmata. Three Mid-Fourth Century Main Works of Hellenic Architectur Reconsidered, Aarhus.

Klein, N. L., 1998, Evidence for West Greek influence on mainland Greek roof construction and the creation of the truss in the Archaic period, Hesperia, 67 (4), p. 335-374.

Korres, M., 1995, From Pentelicon to the Parthenon : the ancient quarries and the Story of a half-worked column capital of the first marble Parthenon, Athènes.

Korres, M. 2015, The Odeion Roof of Herodes Atticus and other giant Spans, Athènes.

Lamouille, S. et Péfau, P., en préparation, L’apparition de la triangulation dans l’architecture antique et protohistorique.

Lamouille, S., en préparation, Les charpentes dans l’architecture monumentale grecque du vie au ive siècle avant J.-C. : l’apparition des structures à longue portée, thèse de doctorat sous la direction de J.-M. Luce et J.-Ch. Moretti, Université Toulouse Jean Jaurès.

Lancaster, L. C., 2005, Concrete Vaulted Construction in Imperial Rome : Innovations in Context, Cambridge.

Lawrence, A. W., 19834, Greek Architecture, Harmondsworth (1re éd. 1957).

Lehmann, Ph. W., 1969 (éd.), The Hieron, Princeton.

Le Port, M., 1979, Le glossaire du charpentier, dans Société des Compagnons charpentiers des Devoirs du tour de France (éd.), La charpente et la construction en bois. T. 2, Le savoir du charpentier, Paris, p. 17-86.

Leroi-Gourhan, A., 1977, Les premières manifestations de la charpente. Réflexions sur les origines de la charpente, dans Société des Compagnons charpentiers des Devoirs du tour de France (éd.), La charpente et la construction en bois. T. 1, L’humanisme du charpentier, Paris, p. 79-97.

Lippolis, E., Livadiotti, M. et Rocco, G., 2007, Architettura greca : storia e monumenti del mondo della polis dalle origini al V secolo, Milan.

Ludlow, Th. W., 1882, The Athenian Naval Arsenal of Philon, AJPh, 3 (11), p. 317-328.

Marstrand, V., 1922, Arsenalet i Piraeus og Oldtitens Byggeregler, Copenhague.

Martin, R., 1951, Recherches sur l’agora grecque : études d’histoire et d’architecture urbaines, Paris.

Martin, R., 1959, L’agora. Premier fascicule, Athènes-Paris.

Martin, R., 1962, compte-rendu de A. T. Hodge, 1960, dans REG, 75 (354-355), p. 241-243.

Martin, R., 1967, Notes sur la charpenterie grecque d’après I. G., II², 1668, l. 45-59, REG, 80 (379-383), p. 314-324.

Martin, R., 1977, Les premières manifestations de la charpente. La charpente dans l’Antiquité méditerranéenne, dans Société des Compagnons charpentiers des Devoirs du tour de France (éd.), La charpente et la construction en bois. T. 1, L’humanisme du charpentier, Paris, p. 98-125.

Meiggs, R., 1984², Trees and Timber in the Ancient Mediterranean World, Oxford (1re éd. 1982).

Meeks, D. et Garcia, D. (éd.), 1997, Techniques et économie antiques et médiévales : le temps de l’innovation, Colloque international du CNRS, Aix-en-Provence 21-23 Mai 1996, Paris.

Michaud, J.-P., 1977, Le sanctuaire d’Athéna Pronaia (Marmaria) : le temple en calcaire, 2 vol., Athènes-Paris.

Natterer, J., Sandoz, J.-L. et Rey, M., 2004², Construction en bois : matériau, technologie et dimensionnement, Lausanne (1re éd. 2000).

Perrot, G. et Chipiez, Ch. 1898, Histoire de l’art dans l’Antiquité. Tome vii. La Grèce de l’épopée, la Grèce archaïque (le temple), Paris.

Piggott, S., 1983, The earliest wheeled transport: from the Atlantic coast to the Caspian sea, Londres.

Pomey, P., 2001, Historiographie de l’archéologie navale antique, dans J.-P. Brun et Ph. Jockey (éd.), Techniques et sociétés en Méditerranée, Paris.

Pomey, P., 1995, Les épaves grecques et romaines de la place Jules-Verne à Marseille, CRAI, (2), p. 459-484.

Pomey, P. et Rieth, E., 1995, L’archéologie navale, Paris.

Pomey, P., 2010, Introduction, dans P. Pomey (dir), Transferts technologiques en architecture navale méditerranéenne de l’Antiquité aux temps modernes : identité technique et identité culturelle, Actes de la Table Ronde d’Istanbul 19-22 mai 2007, Istanbul-Paris, p. 15-26.

Pompeo, L., Il complesso architettonico del Tempio M di Selinunte : analisi tecnica e storia del monumento, Florence.

Raepsaet, G., 1988, Charrettes en terre cuite de l’époque archaïque à Corinthe, AC, 57, p. 6-88.

Raepsaet, G., 1993, Le diolkos de l’Isthme à Corinthe : son tracé, son fonctionnement, avec une annexe, Considérations techniques et mécaniques, BCH, 117 (1), p. 233-261.

Rondelet, J., 1830, Traité théorique et pratique de l’art de bâtir, Paris (6e éd.).

Spruytte, J., 1996, Attelages antiques libyens : archéologie saharienne expérimentale, Paris.

Ulrich, R. B., 2007, Roman Woodworking, New Haven-Londres.

Vallois, R., 1928, L’arsenal du Pirée et les règles de l’architecture antique, REA, 30 (1), p. 71-75.

White, K. D., 1986², Greek and Roman Technology, London, Thames and Hudson (1re éd. 1984).

Haut de page

Notes

1 Voir, dans ce volume, les contributions de Maia Pomadère et de Maud Devolder.

2 Les ouvrages de Théophraste (Recherches sur les plantes et Les causes des phénomènes végétaux, tous deux traduits et commentés par S. Amigues dans la CUF) attestent la connaissance fine des essences et de leurs usages par les Grecs de l’époque classique.

3 La restitution est une pratique qui reste débattue, dont la définition même ne fait pas consensus ; pour une approche critique de la question, voir Balut, 1982.

4 Dans la thèse que je prépare actuellement sur les charpentes en Grèce ancienne, sous la direction de J.-M. Luce et J. Ch. Moretti, l’historiographie du sujet fait l’objet d’une analyse plus complète.

5 Pour une présentation de l’auteur et des enjeux du texte, on lira avec profit l’« Introduction générale » de Pierre Gros à son editio minor du De architectura aux Belles Lettres (2015).

6 Les limites de cet article ne permettent pas d’aborder la « pétrification » développée par Vitruve (IV, 2), qui a donné lieu à une bibliographie extrêmement dense : pour l’état de la question, voir Hellmann, 2002, p. 133-136.

7 Rondelet, 1830, p. 183-184. L’Art de bâtir a été édité pour la première fois en 1812-1814 et a connu 17 rééditions au cours du xixe s., avec d’importantes modifications de contenu et de pagination.

8 Blondel, 1683, p. 59.

9 IG II², 1668.

10 Choisy, 1883, p. 21.

11 Choisy, 1899, t. 1, p. 186, p. 254, p. 280, et p. 434-442.

12 Ibid., p. 486.

13 Ibid., p. 530.

14 Pour une analyse de l’importante bibliographie consacrée à la charpente de cet édifice, voir Lamouille, en préparation.

15 Perrot, Chipiez, 1898, p. 532.

16 Ibid., p. 534.

17 Hodge, 1960, p. 17-24. Ce temple rectangulaire en moellons dépourvu de colonnes, succédant à un premier édifice aux dimensions plus modestes (4,45 × 7,30 m), n’a rien à voir avec un mégaron, mais cette désignation est si répandue qu’il est désormais difficile de s’en détacher. L’édifice comporte un pronaos, une cella et un adyton.

18 Hodge, 1960, p. 3-16, et p. 25-44.

19 Ibid., p. 42.

20 Coulton, 1976, p. 163-164 ; Coulton, 1977, p. 157-158.

21 Meiggs, 1982, p. 196, n. 20.

22 Coulton, 1976, p. 162-164 ; Coulton, 1977, p. 157-158 ; Ulrich, 2007, p. 140-141.

23 Klein, 1998, p. 361-368. N. L. Klein a par ailleurs repris et prolongé l’analyse d’un grand nombre de geisa et simas archaïques initiée par Hodge, 1960, p. 76-91, confortant l’hypothèse de A. T. Hodge d’une utilisation de la ferme en Sicile dès l’époque archaïque.

24 Martin, 1951, p. 452-454 ; Martin, 1959, p. 42-44.

25 Martin, 1962, regrette ainsi la place insuffisante accordée à l’étude des assemblages et se montre dubitatif quant à la pose des tuiles directement sur les chevrons.

26 Martin, 1967, qui s’intéresse en particulier aux κορυφαῖα et aux κερκίδες.

27 Ibid., en particulier p. 320, et p. 324.

28 Martin, 1977, p. 105.

29 Ibid., p. 112, et p. 114.

30 Ibid., p. 110, p. 111, p. 119-121.

31 Ibid., p. 112-122.

32 Amandry, Hansen, 2010, p. 440-451.

33 Adam, 20116, p. 222-230 ; Lippolis et al., 2007, p. 904-909.

34 White, 1986², p. 73-83.

35 Entre autres : Lehmann, 1969, p. 199-200 ; Michaud, 1977, p. 98-99, et p. 106-107 ; Pompeo, 1999, p. 65.

36 Hellmann, 2002, p. 289.

37 À ce sujet, les recherches de M.-Ch. Hellmann sont essentielles : pour des considérations générales voir, notamment, Hellmann, 1992, p. 1-12, et p. 441-447.

38 Le texte grec est repris d’après l’édition de Hellmann, 1999, p. 46-48, à laquelle on se reportera pour le lemme et l’apparat critique. La traduction diffère de celles proposées par Hellmann, 1999, p. 48-50, et Martin, 1967, p. 315-316, tout en ayant largement bénéficié de l’important travail philologique accompli par ces savants.

39 L’analyse approfondie des principaux termes techniques de l’inscription déborde du cadre de cet article. On peut se reporter à Ginouvès, 1992, en particulier p. 166-196 et à Hellmann, 1992 ; ce vocabulaire technique fait également l’objet d’un réexamen dans Lamouille, en préparation. Pour la terminologie actuelle de la charpente, voir Le Port, 1979.

40 Fabricius, 1882, p. 580 ; Dörpfeld, 1883, p. 161 ; Choisy, 1883, p. 9 et 21 ; Durm, 19103, p. 191-192 ; Dinsmoor, 19753, p. 241-242 ; Vallois, 1928, p. 73 ; Bundgaard, 1957, p. 117 et p. 121 ; Winter, 2006, p. 151.

41 Foucart, 1882, p. 549 ; Ludlow, 1882, p. 325 ; Marstrand, 1922, p. 88-89 ; Lawrence, 19834, p. 341-342 ; Jeppesen, 1958, p. 81 ; Martin, 1967, p. 315-318 ; Hellmann, 1999, p. 49.

42 Voir Hellmann, 1992, p. 260-261, avec bibliographie antérieure.

43 Voir Hellmann, 1992, p. 230-231, avec bibliographie antérieure.

44 La différence de hauteur dont il est question est minime dans le cas de faibles pentes, comme c’est généralement le cas en Grèce ancienne. Elle a toutefois un impact dans le tracé et la taille aussi bien des poutres que des assemblages. Faut-il dès lors y voir un indice en faveur de la pratique du dessin architectural ou technique ?

45 Ce que Marstrand, 1922, p. 88, relevait à juste titre. Contra Fabricius, 1882, p. 580, et Dörpfeld, 1883, p. 161.

46 Martin, 1967, p. 315, traduit κερκίδες par « des contre-fiches (ou des jambes de force) ». Le terme « diagonale », plus neutre, conserve l’idée d’un usage en position oblique, sans pour autant renvoyer au modèle de la ferme dite « latine ».

47 Martin, 1967, p. 318-320, démontre que la philologie interdit de voir dans les κερκίδες des « broches » comme le proposent A. Choisy et les tenants de la traduction de κορυφαῖα par « pannes faîtières ».

48 Pour une analyse détaillée de l’inscription dans son ensemble, voir Lamouille, en préparation. Dans la restitution proposée, les κερκίδες sont volontairement éloignées de l’ὑπόθημα afin d’envisager un modèle alternatif à celui de la ferme dite « latine ».

49 Dans ces sociétés, les charpentes sont au cœur des recherches architecturales, au point de devenir l’élément à partir duquel sont élaborés les édifices.

50 Ainsi une structure triangulée n’affiche pas nécessairement une forme globale triangulaire, mais elle est composée d’un assemblage de triangles.

51 Natterer et al., 20042, p. 331.

52 Appui : Liaison d’une structure avec la fondation. Appui à rouleau : appui réalisant un seul blocage de translation. Appui articulé, articulation ou rotule : Appui bloquant toute translation. Encastrement : Appui empêchant tout déplacement en translation et en rotation. Blocage (ou liaison) : Suppression d’un degré de liberté (au droit d’un appui).

53 Dans cette configuration, c’est le sol qui est chargé de reprendre la composante horizontale de l’effort.

54 Rappelons que « trois barres formant un triangle constitue une structure stable » (Frey, 2010², p. 104).

55 La seconde configuration permet de disposer la charpente au-dessus d’une structure porteuse sans exercer de poussées horizontales sur celle-ci, offrant ainsi la possibilité de constructions à étages.

56 Pour une réflexion plus approfondie sur la triangulation, et notamment son rôle dans la stabilisation des constructions, voir Lamouille et Péfau, en préparation.

57 Amouretti, 1996.

58 Devant l’abondance des publications, on renverra à deux importants ouvrages de synthèse : Meeks, Garcia, 1997, et Brun, Jockey, 2001, avec une très riche bibliographie.

59 Deux ouvrages récents mêlent admirablement ces deux plans : Lancaster, 2005 et Korres, 2015.

60 La notion d’environnement technique fait écho à celle de système technique développé par Gille, 1978, p. 18-28, et 1979. L’idée de système me paraît trop rigide, laissant entendre que l’ensemble est organisé dans un but précis, alors que celle d’environnement, au sens de « ce qui entoure de tous côtés », ne présuppose rien quant à la forme que peut prendre cet ensemble.

61 Voir, supra, la citation de Choisy.

62 La bibliographie de la construction navale antique est, là encore, trop importante pour être développée ici. On renverra à l’ouvrage désormais classique, mais ancien, de Casson, 1995², ainsi qu’à Pomey, Rieth, 2005. Pour une historiographie du sujet, Pomey, 2001.

63 Pour une première approche de la diversité des assemblages utilisés dans les bateaux antiques, voir Pomey, 2010.

64 Voir Pomey, 1995, p. 475-480, avec bibliographie antérieure. Ces deux assemblages sont attestés archéologiquement en Égypte dès la barque de Khéops, découverte en 1954, et datée vers 2530, et, en ce qui concerne l’Europe continentale, dès le Néolithique moyen (Audouze, Buchsenschutz, 1989, p. 63-67).

65 L’évolution traditionnellement admise conduisant de la roue pleine à la roue à rais, en passant par la roue à « cross-bar », n’est peut-être pas aussi linéaire qu’on a pu le croire : voir Raepsaet, 1988, p. 82, et p. 81, n. 25, pour une bibliographie sur la roue en Grèce ancienne.

66 L’étude de Spruytte, 1996, a permis des avancées significatives. La grande synthèse de Piggott, 1983, reste incontournable mais la Grèce ancienne y fait l’objet d’une étude succincte (p. 127-130).

67 Le Pseudo-Aristote, dans ses Problèmes mécaniques, 17 (= 853 b 10), datés du début du iiie siècle av. J.-C., fait une allusion aux engins de levage. Héron d’Alexandrie (généralement situé au ier siècle apr. J.-C.) est le seul auteur grec conservé à développer ce sujet dans ses Mécaniques (livres II et III). Pour le monde romain, le livre X de Vitruve reste la principale source. Sur ces questions, voir Fleury, 1993, p. 95-144.

68 Raepsaet, 1993, p. 246-247.

69 Est-il besoin de rappeler que « si l’évolution est un fait, l’évolutionnisme est une interprétation » (Bon, 2009, p. 335) ?

70 Leroi-Gourhan, 1977, p. 87.

71 Adam, 20116, p. 223.

72 Voir dans ce volume les réflexions sur la restitution et la modélisation 3D d’Alexandra Dardenay.

73 Bo-an, Dai-heng 1977, p. 269-270 ; Hirose, 1977, p. 346.

74 Raepsaet, 1988, p. 88, le rappelait très justement à propos des charrois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pl. XIV. Charpente de l’arsenal du Pirée, avec deux propositions pour les κερκίδες, d’après Lamouille, en préparation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 1. Charpente de l’arsenal du Pirée, d’après Choisy, 1883, pl. II, fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 2. Charpentes japonaises de temples bouddhiques, à partir du viie (a) et viiie (b) siècle apr. J.-C., d’après Hirose, 1977, p. 346, fig. 13.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3. Exemples de structures triangulées, d’après Natterer et al., 20042, p. 312, fig. 6.13.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4. Exemples de fermes à trois articulations, d’après Lamouille, en préparation.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5. Assemblage du bordé de l’épave 7 de la place Jules Verne
Légende a = extrémité du bordé, d’après Pomey, 1995, p. 477, fig. 10 ; b = schéma théorique ; c = schéma du réseau d’assemblage de l’épave 7, d’après Pomey, Rieth 2005, p. 117
Crédits (dessins de M. Rival).
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Pl. XV. Roue de char grec, amphore attique à figures noires, vers 510 av. J.-C. (sur la face A, Achille et Ajax jouent aux dés) ; Berlin, Altes Museum, inv. 1962.28 (Para. 107.3 ; Add². 102 ; LIMC, Achilleus, 402),attribuée au peintre de Chiusi.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 6. Restitution d’une chèvre au Parthénon, d’après Korres, 1995, p. 57.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/17637/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lamouille, « Les charpentes dans l’architecture monumentale en Grèce ancienne : réflexions historiographiques, techniques et méthodologiques »Pallas, 110 | 2019, 223-243.

Référence électronique

Stéphane Lamouille, « Les charpentes dans l’architecture monumentale en Grèce ancienne : réflexions historiographiques, techniques et méthodologiques »Pallas [En ligne], 110 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pallas/17637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.17637

Haut de page

Auteur

Stéphane Lamouille

Doctorant en Sciences de l’Antiquité
Université Toulouse-Jean Jaurès
PLH-CRATA – EA 4601 et IRAA – USR 3155
lamouillestephane[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search